Navigation – Plan du site
Autour de L'interprétation des rêves

Métamorphoses de L’interprétation des rêves

Les relations de Freud à son livre du siècle
Ilse Grubrich-Simitis
Traduction de Michèle Pollak-Cornillot
p. 9-47

Résumés

L’interprétation des rêves fut publiée il y a cent ans, au tournant du xixe au xxe siècle. L’auteur saisit l’occasion de cet anniversaire pour explorer la manière dont Freud a traité son livre destiné à marquer le siècle. L’histoire des révisions auxquelles Freud a procédé au fil des rééditions parues de son vivant, reconstituée pour la première fois, est placée au cœur de la présente étude. Cette histoire des révisions se révèle une suite extrêmement contrastée de mouvements contradictoires, consistant, de la part de Freud, d’abord à garder au plus près de lui-même son opus magnum, c’est-à-dire à affirmer hautement son origine subjective et auto-analytique, puis à le replacer à distance de lui-même, en y introduisant les contributions de ses collaborateurs afin sans doute de lui donner plus d’objectivité, ce qui conféra un certain temps à L’interprétation des rêves le caractère d’une œuvre collective.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Freud, 1924f [1923], p. 405.
  • 2  1985c [1887-1904], p. 417.

1« La psychanalyse, écrivait Freud en 1923, est pour ainsi dire née avec le xxe siècle ; la publication par laquelle elle s’est présentée au monde comme quelque chose de neuf, mon Interprétation des rêves, est datée de l’année 1900. »1 Il avait certes dû s’excuser presque un quart de siècle plus tôt dans une correspondance à son ami Wilhelm Fließ de ce que le livre, du seul fait d’un retard dans la préparation de l’envoi, ne soit pas arrivé ponctuellement pour être déposé sur sa table d’anniversaire2 le 24 octobre 1899, mais cette lettre du 27 octobre 1899 permet au moins au lecteur de s’imaginer l’instant solennel, où l’auteur de L’interprétation des rêves eut enfin en main les deux premiers exemplaires avant même que l’œuvre ne soit livrée par l’éditeur viennois Franz Deuticke le 4 novembre 1899 — avec la date de l’année 1900 indiquant l’avenir sur la page de couverture.

2Le xxie siècle est désormais commencé et L’interprétation des rêves est devenue au sens propre comme au sens figuré un livre du siècle. Cette césure peut être l’occasion de considérer cette œuvre dans une perspective proche de l’auteur, c’est-à-dire de se représenter les relations de Freud avec son Opus magnum : comment il l’a écrit, et notamment comment il l’a révisé tout au long de sa vie pour les éditions successives et, enfin, comment rétrospectivement il l’a estimé.

La phase de gestation

  • 3  1895d, p. 122, n. 1, trad. franç. p. 53, n. 1.
  • 4  Mes remerciements à Albrecht Hirschmüller pour m’avoir autorisée à citer des extraits de la transc (...)

3L’exploitation progressive des premières correspondances de Freud va nous permettre à l’avenir de reconstruire encore mieux jusqu’où remontait effectivement l’intérêt de Freud pour les rêves et les interprétations de rêves. En 1895, dans une note de bas de page à l’histoire clinique de « Frau Emmy v. N. », il avait déjà incidemment communiqué dans les Etudes sur l’hystérie, qu’ayant été contraint d’échanger son lit habituel contre une couche plus dure, il avait pendant quelque temps rêvé de manière plus fréquente et plus intense et qu’il s’était donné la peine de noter ces productions de rêve et de « tenter de les résoudre »3. Ce devait être en 1893, car dans une lettre à Minna Bernays du 17 avril de cette même année, il rapporte : « Je dors en vérité dans la bibliothèque et peux faire les plus belles études sur des rêves étranges. » Et, dix jours plus tard dans une lettre à sa belle-sœur, cela devient : « Je me sers de mes nuits à dormir dans la bibliothèque pour noter mes rêves, ce qui dans dix ans donnera un joli travail. »4

  • 5  19144d p- 57, trad. franç. p. 34.

4Certes Freud a souligné rétrospectivement le fait que l’interprétation des rêves lui était arrivée comme « premier fruit » né d’une innovation dans la technique thérapeutique, qui remplaçait l’hypnose par la libre association ; ce serait ainsi ses patients qui auraient activement placé d’eux-mêmes le matériau des rêves au centre de son attention de chercheur ; sa soif de savoir ne s’était en tout cas « pas dirigée d’emblée vers l’intelligence des rêves »5. Cependant la lecture de la correspondance avec Martha Bernays, du temps de leurs fiançailles, mettra au jour, comme l’ont montré les passages déjà publiés, son vif intérêt pour le rêve, qui dès le début des années quatre-vingt y a laissé des traces, tel le germe premier du futur livre du siècle.

  • 6  Décrites pour la première fois dans Retour aux textes de Freud (Grubrich-Simitis, 1993), notamment (...)
  • 7  1900a, p. 287-291 / p. 195-199, trad. franç. p. 247-251. (Die Traumdeutung est citée ici d’après l (...)
  • 8  1950c [1895], § 19 à 21 de la 1re partie, p. 430-438.
  • 9 Cf. Grubrich-Simitis, 1993, p. 117, trad. franç, p. 107.

5On retrouve d’autres traces précoces à des dates plus proches de la publication : les notes de Freud, dont seuls des extraits ont été publiés jusqu’ici, en comportent de relativement nombreuses qui documentent les métamorphoses du livre après la publication de la première édition6. En revanche les notes de la phase de gestation dont le contenu a dû être riche, ont été livrées plutôt parcimonieusement. Outre des extraits de lecture, il s’agit surtout de la première version, abrégée en mots-clés, de « Ein schöner Traum » (un beau rêve), production onirique et associative d’un patient phobique, considérée par Freud comme particulièrement fine et riche. La version rédigée de manière plus détaillée figure dès la première édition de L’interprétation des rêves et sert à illustrer les relations réciproques entre contenu du rêve et pensées du rêve, et notamment le renversement en son contraire7. Enfin, « L’esquisse d’une psychologie » de 1895 comporte déjà quelques paragraphes qui attestent de l’intensification des études sur le sommeil et le rêve8. « L’esquisse » fait partie des manuscrits joints par Freud à ses lettres à Wilhelm Fließ. Ce sont en effet les lettres à Fließ déjà mentionnées, rédigées entre 1897 et 1904, qui nous donnent la vision la plus marquée, la plus vive et la plus miroitante de la genèse de L’interprétation des rêves, et donc du début de la relation de Freud à son texte ; car le manuscrit du livre des rêves lui-même, qui a connu plusieurs variantes au cours de son élaboration, a été jeté à la corbeille par l’auteur9, à peine avait-il en main l’œuvre achevée.

  • 10  1914d, p. 60, trad. franç, p. 40.
  • 11  Cf. la reconstruction classique de Didier Anzieu (1988).
  • 12  1985c, p. 144. N.d.T. : il n’existe pas encore de traduction complète des lettres à Fließ en franç (...)
  • 13  1900a, p. 315 sq. / p. 218, trad. franç. p. 273-274.
  • 14  1985c, p. 213 sq., trad. franç. p. 152.
  • 15  Op. cit., p. 293 sq., trad. franç. p. 198 ; 1900a, p. 265-270 / p. 180-184, trad. franç. p. 227-23 (...)
  • 16  1985c, p. 325, trad. franç. p. 217 (traduction modifiée).
  • 17  Op. cit., p. 331, trad. franç. p. 219-220.

6Longtemps après sa publication, Freud avait un jour affirmé qu’elle était déjà achevée dans ses grandes lignes en 1896 mais qu’elle n’avait été rédigée qu’au cours de l’été 189910. En effet, à partir de 1895, les lettres à Fließ attestent, en croisant bientôt avec les traces de l’auto-analyse débutante11, de la collecte par Freud de textes sur le rêve et sur l’interprétation de rêves ainsi que des premières formations d’hypothèses. Ainsi la lettre du 23 septembre 1895 contient-elle la formulation centrale selon laquelle 1’ « accomplissement du désir serait le motif du rêve »12. Le rêve de fermer les yeux que Freud a fait pendant la nuit suivant l’enterrement de son père et qu’il a commenté plus tard avec quelque modification13 dans L’interprétation des rêves, est noté dans la lettre du 2 novembre 198614. Déjà, l’écrit du 15 octobre 1897 contient une esquisse prémonitoire, encore privée, du concept de complexe d’Œdipe auquel il est fait officiellement allusion pour la première fois dans le livre des rêves15 — en 1897, il est surtout dérivé des intuitions de son autoanalyse ainsi que de la nouvelle compréhension qui en découle si étroitement pour la portée des tragédies d’Œdipe et d’Hamlet. En ce qui concerne la rédaction effective de l’opus magnum, elle a commencé avant l’été 1899. Déjà dans une lettre de février 1898, Freud rapporte qu’il écrit le livre des rêves qui « coule sous la plume »16. Et dans un envoi datant de mars, il transmet à Fließ une première esquisse du contenu qui se distingue cependant encore considérablement de la répartition définitive des chapitres17.

  • 18  Cf. la rétrospective de la lettre du 23 mars 1900, op. cit., p. 444, trad. franç. p. 279.
  • 19  Op. cit., p. 410, trad. franç. p. 265 (traduction modifiée).
  • 20  Op. cit., p. 396, p. 344 et p. 405. [Trad. franç. p. 254 ; le passage cité p. 344 de l’allemand es (...)
  • 21  1985c, p. 363, trad. franç. p. 239.
  • 22  Op. cit., p. 344. N.d.T. : ce passage est omis dans la traduction française.

7C’est au plus tard à cette époque que Fließ prend le « parrainage » de « l’enfant du rêve » en gestation18. Il devint le « représentant de "l’autre" »19, le premier lecteur critique, ouvert au dialogue, auquel l’auteur soucieux des affects de résonance envoyait continuellement chapitres et parties de chapitre. Quelques passages du texte de la lettre montrent que Freud ressentait parfois assez violemment l’influence que Fließ prenait la plupart du temps pour des considérations de discrétion, c’est-à-dire pour prémunir contre des attaques l’ami qui s’exposait sans réserve avec ses propres rêves et leur interprétation : il aurait « démoli » un épigraphe, « condamné » un rêve, exercé une « censure »20. Cela concerne en particulier l’insistance de Fließ, selon l’expression de Freud, pour supprimer tout un grand rêve personnel analysé « à fond »21, sans doute interprété vraiment complètement. D’un autre côté, il le savait : « J’ai besoin de ton aide critique parce que moi-même j’ai perdu le sentiment de honte nécessaire à un auteur. »22

  • 23  Op. cit., p. 402, trad. franç. p. 259.
  • 24  1900a, p. 130, n. 2 / p. 76, n. **, trad. franç. p. 102 (traduction modifiée). Cf. aussi une autre (...)

8Au cours de l’année 1898, les interventions de Fließ semblent avoir abouti en tout cas à inhiber, voire à arrêter le processus d’écriture. Elles déclenchèrent un travail de deuil de ce qui était à réprimer et firent quelques trous dans la trame naissante du texte. Ces interruptions répétées de la continuité semblent ainsi avoir été à l’origine d’une caractéristique structurelle de L’interprétation des rêves, ce qui, comme on le verra, a également déterminé le destin des révisions ultérieures : l’ajout d’un fragment, la suppression d’un autre, le déplacement de-ci de-là, le caractère d’un livre pour ainsi dire resté ouvert, d’une œuvre collective, d’un patchwork. « J’ai [...] remplacé tout le rêve que tu avais supprimé par une petite série de fragments de rêves. »23 Dans cette perspective, on pourrait avoir l’impression que Freud a tenté d’apaiser son malaise d’avoir à renoncer à l’interprétation la plus complète possible de ses propres rêves, en augmentant infatigablement cette collection de bouts de rêves. En effet les passages concernant les grands exemples de ses propres rêves sont à peine révisés dans les éditions successives, contrairement aux passages parfois complétés à l’excès avec des bouts de rêve. Cependant, il faut rappeler ici aussi la constatation, déjà exprimée dans la première édition, qui limite de manière importante la portée du travail d’interprétation : « Chaque rêve a au moins un endroit où il est impossible à sonder, semblable à un ombilic, à travers lequel il est rattaché au non reconnu. »24

  • 25  1985c, p. 386, trad. franç. p. 249-250.

9C’est seulement à la fin de mai 1899 qu’une forte poussée de motivation semble avoir mis fin aux interruptions répétées du processus d’écriture, après que Freud eût pu dépasser les hésitations, les incertitudes et les interruptions que ces diverses considérations de discrétion avaient déclenchées. Cela arriva relativement subitement. La lettre du 28 mai consigne ce tournant avec une parabole éloquente : « J’y ai bien réfléchi, tous ces travestissements ne me conviennent pas, pas plus que le renoncement, car je ne suis pas assez riche pour conserver par-devers moi la plus belle découverte que j’aie faite, la seule, probablement qui me survivra. Dans ce dilemme, je me suis comporté comme le Rabbin dans l’histoire du coq et de la poule. La connais-tu ? Un couple qui possédait un coq et une poule décide de s’offrir, à l’occasion des fêtes, un repas de volaille et consulte à ce propos le Rabbin. « Rabbin, que faut-il faire ? Nous n’avons qu’un seul coq et qu’une seule poule. Si nous tuons le coq, la poule s’en affligera, si nous tuons la poule, c’est le coq qui sera malheureux, mais nous désirons manger de la volaille en ce jour de fête. Que faire ? » — Le Rabbin : « Tuez le coq ! » — « Mais alors la poule aura du chagrin. » — « Oui, c’est vrai, alors, tuez la poule. » — « Mais, Rabbin, le coq souffrira. » — Le Rabbin : « Tant pis, qu’il souffre ! » Que le rêve soit donc. »25

  • 26  Op. cit., p. 400, traduction française non publiée.
  • 27  Op. cit., p. 397, trad. franç. p. 255. N.d.T. : jeu de mots de Freud sur Dorngestrüpp (buisson d’é (...)

10Et L’interprétation des rêves exista bel et bien. Le processus d’écriture prit alors une intensité presque fiévreuse jusqu’à la fin. De ce fait, l’affirmation rétrospective de Freud selon laquelle le livre n’aurait été rédigé que vers la fin de l’été 1899 n’est pas entièrement injustifiée. C’est seulement après avoir couché sur papier les chapitres II à VI, en quelque sorte personnels, précédant le septième chapitre, difficile théoriquement, et qu’une partie des premières épreuves lui aient été retournées par l’éditeur, que Freud put achever la lecture de la littérature sur le rêve publiée jusque-là, qui l’ennuyait et qu’il avait sans cesse interrompue et repoussée, et écrire le premier chapitre. En accord avec Fließ, il s’était décidé à donner cet aperçu, car ne pas mentionner les auteurs pionniers aurait donné aux critiques « l’arme au poing », avec laquelle il leur aurait été facile « d’assassiner le pauvre livre »26. Mais il comparait le chapitre sur la littérature à des « broussailles épineuses »27 dans lesquelles les lecteurs pourraient s’empêtrer sans découvrir la Belle au Bois dormant qui s’y cachait. En tout cas, l’écriture après coup du chapitre I a permis à Freud de composer magistralement son chapitre, conformément aux points de vue contenus qu’il avait déjà élaborés auparavant en rédigeant les autres chapitres.

  • 28  Cet exemplaire de Fließ, qui s’est trouvé pendant des décennies possédé par la famille Fließ, est (...)

11Même pour notre époque, où nos représentations en matière de production de livres sont conditionnées par la vitesse, on a le souffle coupé d’apprendre par les lettres à Fließ qu’à la fin d’août 1899, Freud n’avait pas encore conçu la composition du célèbre chapitre VII sur la métapsychologie, l’un des textes fondateurs de la théorie psychanalytique. Dix jours plus tard, le 6 septembre, il put annoncer à son ami qu’il écrivait de huit à dix pages par jour et qu’il venait de venir à bout de la partie la plus terrible du chapitre final. Considérant la lecture du manuscrit comme une trop lourde corvée, il annonça à Fließ l’arrivée des épreuves en vue d’une lecture critique tout en l’assurant que tout pouvait encore être modifié. Cinq jours plus tard il annonça l’achèvement définitif du manuscrit. La rédaction du septième chapitre avait donc duré à peine deux semaines. Le 4 octobre Freud prévoyait que le livre serait prêt d’ici deux semaines tout au plus ; Fließ allait trouver le livre sur sa table d’anniversaire. Cela n’a cependant pas pu se faire, comme on l’a dit plus haut. Mais la lettre du 27 octobre 1899 révèle que Fließ avait entre-temps pris possession de son exemplaire et lui avait adressé ses remerciements. Dans le coin supérieur droit de la page de titre figure cette dédicace laconique : « A son très cher Wilhelm pour le 24 octobre 1899. »28

  • 29  Keith Davies, bibliothécaire du musée, m’a aimablement permis d’étudier les différentes éditions d (...)

12L’autre premier exemplaire, celui de Freud, a été emporté par lui-même en exil et se trouve actuellement à la bibliothèque du musée Freud de Londres29. Sur la dernière page blanche à la fin du livre sont notées à la main, à l’encre, les erreurs suivantes :

13Errata :

p. 145 Emersdorf n’est pas le lieu de résidence de Fischhof. Celui-ci se trouve en

Carinthie et porte le même nom.

p. 266 Schiller est né à Marbach — Déplac[emen]t[.]

p. 135 Le père d’Hannibal s’appelle Hamilcar.

p. 370 Ouranos est émasculé par Chronos (non par Zeus)

p 177 mêmes choses.

14Freud a effectué la correction de ces passages de différentes manières. La deuxième sur la page 266 de l’exemplaire a été portée au crayon gras marron et n’est peut-être pas de la main de Freud ; de la même manière, la correction sur la page 135 du livre est notée au crayon gras rouge foncé, d’une écriture autre que la sienne, aujourd’hui à peine lisible. En revanche, les trois autres corrections n’y figurent pas.

  • 30  Op. cit., p. 419 et 424, trad. franç. p. 269.
  • 31  1.901b, p. 244, trad. franç. p. 357.
  • 32  Op. cit., p. 246, trad. franç. p. 358.
  • 33  « [...] avait fait connaissance de Emmersdorf, lieu que je tins à tort pour la résidence du leader (...)
  • 34  Dans le cas du drame d’Ouranos/Cronos/Zeus de l’émasculation, il corrigea bien sûr le premier pass (...)

15Freud a remarqué quelques-unes de ces erreurs, comme on peut le lire dans les lettres à Fließ30, immédiatement après la parution du livre. A l’exception de la première faute notée, il ne les considéra pas comme dues au hasard, mais comme symptomatiques, comme des erreurs motivées et compréhensibles de la mémoire soumise à l’influence perturbatrice d’une obligation de taire ou de déformer. Freud analysa aussitôt en profondeur la manière dont ce qui est réprimé, se procure néanmoins une expression sous la forme de ces erreurs, dans la Psychopathologie de la vie quotidienne, qu’il était alors en train de rédiger et qui fut publiée dès 1901. Il reconnut là dans ses trois actes manques « des rejetons de pensées refoulées, qui avaient à voir avec mon père défunt »31. Même le premier des errata notés, à savoir que ce n’est pas Emmersdorf in der Wachau, qui est la résidence de Fischhof, le leader révolutionnaire des étudiants viennois, mais plutôt son homonyme, Emmersdorf en Carinthie, Freud le mentionne dans la Vie quotidienne pour distinguer cette preuve de simple ignorance des trois actes manques en bonne et due forme32. Il n’est peut-être pas sans intérêt de remarquer qu’il a certes corrigé directement à partir de 1909 cette erreur relativement anodine dans le texte principal33, mais que c’est seulement en 1925 que dans une note de bas de page il l’a cependant expressément distinguée des trois autres véritables actes manques qui avaient tous été rectifiés dès la deuxième édition du livre des rêves34.

16Vus de l’extérieur, les deux exemplaires préliminaires sont très différents. Celui de Freud est à moitié en cuir. Le papier qui revêt la couverture du livre est vivement marbré, sur un fond de gris, et passe du blanc au noir, avec des insertions de vert clair. Une tranche dorée orne l’arête supérieure du corps du livre. L’exemplaire de Fließ, par contre, est en carton marron simple. La différence des deux exemplaires est due à une circonstance : en général il n’y avait pas à cette époque d’édition standard reliée de livres scientifiques. Les maisons d’édition fournissaient le corps du livre, la plupart du temps non découpé. Il était habituel que le livre soit ensuite donné à relier par l’acheteur lui-même et qu’il y soit alors doté d’une couverture individuelle, plus ou moins riche.

  • 35  Cf. la lettre à Fließ du 17 juillet 1899 (1895c, p. 396, trad. franç. p. 254). Freud s’était déjà (...)
  • 36  Dans les éditions ultérieures, Freud l’a remis en avant, à l’exception de l’édition de 1925.

17L’intérieur du livre en revanche est évidemment identique. La réimpression présentée fin 1999 par le S. Fischer Verlag de la première édition facilite au lecteur d’aujourd’hui la confrontation avec la configuration originelle du livre, plus mince, plus radicale. La simplicité et l’austérité classiques caractérisent la page de couverture. La hiérarchisation strictement axiale n’est interrompue que par la citation de Virgile sur le côté droit. Que cet épigraphe soit situé sur la page de couverture et non pas sur une page propre tient sans doute à la décision relativement tardive d’insérer cette citation35, mais cela correspond également à la structure typographique serrée de l’ensemble du livre. Si le positionnement de l’épigraphe est inhabituel, celui du sommaire l’est aussi. Il se situe tout à fait à la fin36 si bien que le lecteur est en quelque sorte confronté d’emblée au texte d’un livre volumineux et difficile, sans orientation claire de départ. Certes, le texte a une belle impression en caractères romains, mais la réduction de l’interligne immédiatement après l’avertissement fait que le texte principal, peu structuré du point de vue typographique, agit comme de la poussière dans les yeux. A première vue, le lecteur pouvait avoir l’impression face au texte d’aller contre un mur de texte monotone, repoussant. Nous ne savons pas si cette forme serrée du texte a dérangé Freud. Les lettres à Fließ ne contiennent que quelques allusions au fait qu’il avait pensé ne plus faire publier le livre des rêves par Franz Deuticke, mais a cependant ensuite décidé de rester chez ce premier éditeur.

  • 37  Bien qu’il s’agisse d’un livre très peu épais, Freud a également créé des pages vivantes dans l’un (...)

18Une indication montre toutefois que Freud cherchait à venir en aide à son lecteur, à l’aider à s’y retrouver dans cette œuvre embroussaillée. Sous la forme de titres de haut de page vivants, soigneusement élaborés, il lui a mis en main, probablement dans la toute dernière phase du processus de création, un fil d’Ariane pour le guider à travers le labyrinthe du texte. Si le titre de la page de gauche ne varie comme à l’habitude qu’avec le titre du chapitre, celui de droit change à un rythme rapide, le plus souvent d’une page à l’autre37. Celui qui lit attentivement les titres des pages de droite perçoit un commentaire riche de l’auteur sur son Interprétation des rêves.

19Il semble en effet avoir attribué des fonctions tout à fait différentes à ces titres. À plusieurs reprises, il reprend mot pour mot les titres de sous-paragraphes, à la manière d’un sommaire détaillé permanent : « L’infantile comme source du rêve », « Le travail de condensation de la formation du rêve », « Régression ». Ou bien ils reprennent par mot-clé à la manière d’un index, les détails traités dans les pages concernées : « Rêves de confort », « Rêves de désir de petits enfants », « Condensations de mots ou de noms ». D’autres soulignent de nouveaux concepts ou de nouveaux termes : « L’élaboration secondaire », « Personnes collectives et de types mixtes », « Les restes diurnes ». Ailleurs ce sont des thèses qui sont résumées : « Le désir inconscient comme moteur du rêve », « Les processus anormaux sont des processus primitifs », « La surestimation de la conscience ».

20Ces colonnes indiquent particulièrement souvent les exemples de rêve personnels de Freud : « Le rêve de la monographie botanique », « Rêves de désir de Rome », « Le rêve « Non vixit » ». Tout se passe comme si, à travers ces titres de page, situés parfois dans des passages du livre très éloignés les uns des autres, il avait voulu revenir un peu sur la technique d’interprétation partielle de ces rêves qu’il appliquait essentiellement pour des raisons de discrétion. À côté de titres peu parlants, certains paraissent distrayants et stimulent la curiosité du lecteur : « L’absurdité exprime la moquerie et l’ironie » et « Il n’y a pas de rêves « innocents » ».

  • 38  Cf. 1985c, p. 458, trad. franç. p. 286.
  • 39  1900a, p. 140 / p. 84, trad. franç. p. 112.

21D’autres titres de page servent à une mise en valeur supplémentaire, ajoutent un élément musical au texte. Dans le deuxième chapitre se trouve le seul passage du livre où le titre de la page de droite reste immuable pendant des pages, telle une note maintenue qui se fait inévitablement entendre, manifestement pour indiquer l’importance dominante du rêve en question ; en effet, à la différence d’autres exemples personnels de rêves, qui portent des titres variables, seul le rêve de l’injection faite à Irma et son analyse est accompagné de la même ligne « Le rêve de l’injection faite à Irma » jusqu’à la fin du chapitre. Comme on le sait, Freud pensait que c’est le 24 juillet 1895, au cours de l’analyse du rêve d’Irma grâce à la méthode ingénieusement simple qu’il avait inventée — à savoir qu’il fallait décomposer le contenu manifeste du rêve en ses éléments et rassembler les idées du rêveur relatives à chacun de ces éléments -, qu’il avait réussi à comprendre la fonction d’accomplissement de désir du rêve38. Aussi le deuxième chapitre se termine-t-il par ces phrases significatives : « Je m’en tiendrai pour le moment à la notion nouvelle qu’a apportée cette analyse : Quand on applique la méthode d’interprétation que j’ai indiquée, on trouve que le rêve a un sens et qu’il n’est nullement l’expression d’une activité fragmentaire du cerveau [...]. Après complète interprétation, tout rêve se révèle comme l’accomplissement d’un désir. »39 Et le titre du troisième chapitre qui suit est constitué conséquemment de cet énoncé compact : « Le rêve est un accomplissement de désir. »

  • 40  Op. cit., p. 255 / p. 172 et p. 260 sq. / p. 176 sq., trad. franç. (modifiée) p. 218 et p. 223.

22Dans un autre passage clé du livre, cette séquence des titres de page fait l’effet d’un roulement de tambour modéré, comme s’il s’agissait d’entraîner le texte. Le paragraphe à première vue plutôt discret, dans le contexte des rêves typiques de la mort des « personnes chères », fait cependant partie du cœur de l’opus magnum, car Freud, en décrivant pas à pas la constellation œdipienne, a reconnu et nommé d’un seul coup, pour la toute première fois, un axe principal de la future théorie des névroses autant qu’une configuration fondamentale indispensable de la structuration psychique. Les titres de page de ce passage, scandaleux pour les mentalités de l’époque, énonçaient : « L’hostilité de l’enfant contre ses frères et sœurs », « Les motions sexuelles de l’enfant envers les parents », « Les racines infantiles de la légende d’Œdipe ». Le texte même parle avec réalisme des relations des enfants à leurs frères et sœurs : « Je ne sais pourquoi nous admettons d’avance qu’elles doivent être affectueuses alors que les exemples d’inimitié fraternelle chez des adultes se pressent dans l’expérience de chacun et que nous avons souvent constaté que cette brouille était apparue dans l’enfance ou durait depuis toujours [...]. » Puis, par rapport à celle avec les parents : « Tout se passe, schématiquement, comme si une prédilection sexuelle s’affirmait de bonne heure, comme si le garçon voyait dans son père, la fille dans sa mère, un rival en amour dont la mise à l’écart ne pourrait présenter que des avantages. Avant de repousser cette explication comme monstrueuse, observons quelles sont les relations réelles entre parents et enfants. Il convient de distinguer ce qu’exigent les standards culturels de piété filiale, de l’observation des faits au quotidien. Il y a, dans les rapports entre parents et enfants, plus d’une occasion d’inimitié [...]. Je pense que la Sainteté que nous reconnaissons aux prescriptions du Décalogue nous empêche de voir la réalité. »40

  • 41  Cela vaut en particulier pour la Standard Édition. En conséquence, le commentaire des titres de pa (...)

23Ce commentaire complémentaire que Freud a donné par son art de la formulation dans les titres de page dans la première édition de son livre du siècle est aujourd’hui à peine perçu, ce que l’on doit notamment attribuer au fait qu’il a été entièrement ou partiellement laissé de côté dans les éditions plus récentes de L’interprétation des rêves41.

  • 42  1985c, p. 427. N.d.T. : il n’existe pas encore de traduction française publiée de cette lettre.
  • 43  Lettre du 16 mai 1900, trad. franç. p. 284.

24Revenons encore une fois à l’instant solennel où Freud avait en main les deux exemplaires préliminaires. Toutes justes quatre semaines plus tard le 26 novembre 1899, il annonçait à Fließ que la vente du livre42 était apparemment satisfaisante, mais il dut revenir quelques mois plus tard sur cette estimation, car le libraire se plaignait de ce que L’interprétation des rêves partait mal43. La plainte était justifiée. Le tirage de la première édition ne comptait que 600 exemplaires et il fallut presque dix ans pour que ceux-ci soient vendus et qu’une deuxième édition soit mise en œuvre en 1909. Après cette longue période de latence, il est vrai que d’autres éditions se succédèrent, pour certaines à un rythme rapide — jusqu’à la mort de Freud en 1939, il y en eut neuf en tout.

25Si l’on considère un instant l’histoire de l’influence du livre du siècle dans la perspective actuelle, deux éléments ne seraient plus longtemps imaginables dans des conditions où la technologie de l’information galopante se dépasse sans cesse : qu’à l’intérieur d’une branche scientifique, un changement de paradigme puisse être déclenché par l’impression d’une seule monographie, et qu’un éditeur conserve un livre pendant dix ans en stock alors que sa vente traîne autant au départ, de sorte qu’il puisse déployer en toute commodité son potentiel intellectuel révolutionnaire et révéler qu’il était finalement apte à une édition internationale de millions d’exemplaires.

Au cours du processus de révision

26A l’exception de deux, toutes les éditions parues du vivant de Freud ont été révisées. Les destins de ces multiples révisions permettent de déceler quel rapport l’auteur a entretenu ultérieurement avec son livre des rêves. Il va de soi que la seule comparaison des volumes des différentes éditions, qui entre autres comportaient une nouvelle composition, c’est-à-dire que la disposition était modifiée, ne donnerait qu’une image tout à fait insuffisante de l’importance de chacune des révisions. De même, l’étude, aussi approfondie soit-elle, des avertissements aux éditions successives ne donnerait pas un résultat exact parce qu’elle ne tiendrait pas compte de la tension entre ce que Freud annonce qu’il fait dans chaque préface, et ce qu’il entreprend effectivement dans ses interventions, pour une part tout à fait en contradiction avec ce qu’il avait annoncé.

  • 44  Cf. Nunberg et Federn (éd.), 1976, 1977, 1979 et 1981.

27En fin de compte, le regard ne devrait pas se centrer exclusivement sur le texte de L’interprétation des rêves selon ses diverses éditions, mais devrait également prendre en compte d’autres domaines de documentation. Parmi ceux-ci figureraient les Protokolle der Wiener Psychoanalytischen Vereinigung44(Minutes de la Société psychanalytique de Vienne) ainsi que les revues psychanalytiques des années et décennies dans lesquelles sont conservées de nombreuses traces du processus de recherche collectif passionné sur le thème du rêve et de l’interprétation des rêves, que Freud avait initié de manière tout à fait active dans son cercle d’élèves et de collaborateurs, constitué peu de temps après la parution du livre du siècle, entre autres en les y incitant et en instaurant des colonnes propres, processus qui a formé la toile devant laquelle se sont déployées les métamorphoses de L’interprétation des rêves, ou qui a préparé le réservoir dans lequel il a sans cesse puisé ses compléments.

  • 45  1900a, p. 371-374, trad. franç. p. 324-328 ; dans la Zeitschrift, p. 80-83.

28Deux exemples seulement : dans le premier volume de la revue Intemationale Zeitschrift für ärztliche Psychoanalyse, fondée en 1913, se trouve, sous la rubrique créée spécialement à cet effet — « Contributions à l’interprétation des rêves » -, cette communication de trois pages de Hanns Sachs « Un rêve de Bismarck », que Freud en 1919, sous le nom de l’auteur, intègre à la cinquième édition de son Interprétation des rêves45 ; certes, il n’a que rarement incorporé ainsi en totalité des matériaux à son livre des rêves, mais il y a greffé au cours du temps un réseau de plus en plus fin d’indications bibliographiques sur le matériel rassemblé année après année par ses collègues dans les périodiques psychanalytiques et obtenu à partir de leurs recherches sur le rêve qui en quelque sorte couvraient le domaine.

  • 46  Nunberg et Federn (éd.), 1977, vol. 2, p. 153 sq.
  • 47  1900a, p. 349, trad. franç. p. 305.

29L’autre exemple concerne l’action réciproque entre les métamorphoses de L’interprétation des rêves et ce qui est discuté dans la Wiener Psychoanalytischen Vereinigung, l’Association psychanalytique de Vienne. Dans le procès-verbal de la séance du 3 mars 1909, il est dit : « Le Pr Freud aimerait attirer l’attention sur un rêve d’un certain genre et demander à tous si ce rêve est connu et quelle est son interprétation. Il s’agit, généralement, dans ces rêves de descendre le long d’un mur lisse ou de la façade extérieure d’une maison ; ce rêve prend les formes les plus diverses ; il se termine habituellement par un sentiment d’angoisse, lorsque le sol va être atteint. »46 Un échange vivant s’instaura aussitôt parmi les membres présents sur des exemples de rêves de ce type et des idées d’interprétation. Ainsi Eduard Hitschmann émit l’hypothèse qu’il s’agissait du corps de la mère et Isidor Sadger rapporta le rêve d’un patient dans lequel celui-ci tombait d’une paroi rocheuse abrupte dans l’eau ; le patient avait été pris enfant par la mère dans son bain où il avait l’habitude de grimper sur elle parce que l’eau lui semblait trop froide. A la fin Freud commenta et résuma la discussion. Nul doute qu’il était à cette époque encore préoccupé à compléter le paragraphe sur les « Rêves typiques » du cinquième chapitre, même s’il avait déjà achevé le travail de révision pour la deuxième édition parue en 1909. Et effectivement la troisième édition de 1911 contient comme ajout une nouvelle formulation dans laquelle tout lecteur qui étudie le protocole en question peut retrouver des éléments de la discussion avec les collaborateurs du 3 mars 1909 : « Les murs unis auxquels on grimpe, les façades le long desquelles on se laisse glisser (souvent avec une grande angoisse) représentent des corps d’hommes debout. Ils renouvellent probablement des souvenirs d’enfants qui ont grimpé sur leurs parents ou sur les personnes qui s’occupaient d’eux. Quand les murs sont lisses, ils représentent des hommes ; il est fréquent que dans les rêves d’angoisse on se tienne aux saillies des maisons. »47

  • 48  Pour une description détaillée, cf. Grubrich-Simitis, 1993, p. 140-148, trad. franç. p. 130-139.

30Parmi les domaines de la documentation qu’il faudrait prendre en considération si l’on voulait reconstruire les destins de la révision de L’interprétation des rêves, il faudrait, outre les lettres, inclure naturellement aussi les notes de Freud sur le thème du rêve dont une partie n’est pas encore publiée, dans la mesure où elles sont postérieures au tournant du siècle et contiennent notamment des traces du processus d’apprentissage que Freud a dû traverser pour ce qui concerne la signification de la symbolique du rêve48.

  • 49  Un mot de remerciement : sans le travail que James Strachey et ses collaborateurs ont effectué à l (...)

31Dans ce qui suit, je vais cependant orienter exclusivement l’attention vers la comparaison directe des textes des éditions parues du vivant de Freud qu’il a révisées49.

  • 50  Voir 1923c [1922], p. 259, trad. franç. p. 79.

32Officiellement, on compte huit éditions en incluant la première : 1900, 1909, 1911, 1914, 1919, 1921, 1922 et 1930. Nous avons l’habitude de travailler avec le texte de la huitième édition de 1930, le texte dit de dernière main. Comme Freud l’avait lui-même indiqué, les sixième et septième éditions de 1921-1922 sont arrivées pratiquement sans changement sur le marché pour une raison externe ; elles avaient été fabriquées « par planches stéréotypées », ce qui excluait l’insertion de corrections ou d’ajouts50. Ce calcul ne prend pas en compte une autre édition, dont on verra qu’elle est une présentation tout à fait particulière de L’interprétation des rêves, celle de sa publication dans le cadre des Gesammelte Schriften en 1925. Si cette édition n’est pas intégrée au nombre habituel des éditions, c’est probablement pour la simple raison qu’elle a été réalisée par l’Internationaler Psychoanalytischer Verlag alors que toutes les autres éditions étaient parues chez Franz Deuticke et que cet éditeur ne voulait naturellement pas interrompre sa propre numérotation.

1909 : Révision intime

  • 51  1900a, p. 24, trad. franç. p. 4.
  • 52  Op. cit. Entre-temps ces crochets qui perturbent le cours de la lecture sont de nouveau abandonnés (...)

33Dans la première réédition, celle de 1909, que j’aimerais appeler la révision intime, Freud souligne dans la préface qu’il ne doit certainement pas la réalisation d’une deuxième édition, à une distance de plusieurs années de la première, à ses collègues spécialistes, ni même au petit groupe de ses disciples, mais bien plus à un cercle plus large de lecteurs cultivés. En examinant le livre, il a trouvé que ça et là du nouveau devait certes y être intercalé, mais que rien d’essentiel n’était à modifier. Dans son avertissement à la première édition, il avait cru devoir demander l’indulgence des lecteurs pour avoir pris comme exemples ses propres rêves. Manifestement ce sont surtout eux qui opposèrent à son désir de révision une inertie à laquelle il avait dû finalement se plier : « Pour moi, ce livre a une autre signification, une signification subjective [...]. J’ai compris qu’il était un morceau de mon auto-analyse, ma réaction à la mort de mon père [...]. Ayant découvert qu’il en était ainsi, je ne me sentis plus capable d’effacer les traces de cette influence. »51 Ainsi, avec emphase et assurance, Freud considère ici une fois pour toutes L’interprétation des rêves comme le plus personnel de ses livres, quasiment un livre autobiographique. Puis, suit une indication qui permet de savoir qu’au cours de cette toute première révision, Freud avait déjà enregistré en toute conscience le risque, qui allait augmenter d’une édition à l’autre, de dépasser sa capacité d’intégration : « Chaque fois qu’il m’a paru impossible d’incorporer dans le texte une addition importante, j’ai indiqué, entre crochets, sa date. »52

  • 53  P. 114 sq., trad. franç. p. 87-88 ; cf. aussi 1923f et 1932c.

34A la fin du premier chapitre sur la littérature, Freud déclare brusquement dans un post-scriptum qu’il renonce à toute prise en compte systématique des publications spécialisées parues depuis la première parution de L’interprétation des rêves et en donne les raisons : dans la plupart de ces écrits son travail n’a pas été pris en considération ; les quelques comptes rendus parus dans des revues scientifiques sont si pleins d’incompréhension et de malentendus qu’il pourrait limiter sa réponse aux critiques à la seule recommandation de relire L’interprétation des rêves ou même simplement de la lire pour la première fois. Et comme seul point d’accord avec un penseur indépendant en ce qui concerne le cœur de sa doctrine du rêve, il traite à la fin de ce post-scriptum d’un passage du livre de Josef Popper-Lynkeus, Phantasien eines Realisten, dont la première édition était également parue en 189953.

  • 54  1914d, p. 58, trad. franç. p. 36.

35Ce serait cependant une impression erronée que de penser que Freud a désormais continué d’avancer dans son propre domaine de recherche en étant tout à fait fermé par rapport au monde extérieur. Au contraire, de nombreux passages de la deuxième édition comportent des dialogues quasi intimes avec d’autres penseurs ayant accordé de la considération aux phénomènes de la vie onirique, parmi lesquels de nombreux écrivains, notamment les grands auteurs de l’Antiquité ; peu de temps après il allait expliquer que « l’étroite parenté de l’interprétation psychanalytique du rêve avec l’onirocritique que l’Antiquité avait tenue en si grand honneur »54 ne lui était apparue clairement que bien des années après la première publication de son livre. Freud continua également dans presque toutes les révisions suivantes à nouer ce réseau des références des prédécesseurs, en y incluant des incitations à la lecture de collègues ou d’élèves.

  • 55  Où l’on peut toutefois observer dans la deuxième édition de L’interprétation des rêves des mouveme (...)

36En revanche, la préface ne permet pas de s’attendre à certains ajouts de pensées théoriques importantes à la deuxième édition de son livre du siècle, que Freud a distillés pratiquement pendant toute une décennie à partir de ses expériences cliniques qui se sont accrues : notamment entre autres sur les rêves qui semblent contredire la théorie de l’accomplissement de désir, sur la répétition et l’élaboration de traumatismes dans les rêves55. Et dès cette deuxième édition, il a ajouté toute une quantité d’additifs à la symbolique du rêve, insérés ici bien entendu encore dans le cinquième chapitre, c’est-à-dire dans la section qui allait désormais croître en tout sens.

  • 56  1900a, p. 21 / p. [5], trad. franç. p. 1.
  • 57  Op. cit., p. 577, trad. franç. p. 517.
  • 58  Op. cit., p. 44, trad. franç. p. 24. Freud a cependant de nouveau laissé tomber cette remarque dan (...)

37Au cours de la longue période de latence de neuf ans durant laquelle les 600 exemplaires de la première édition furent vendus et la deuxième édition préparée, plusieurs facteurs avaient consolidé l’indépendance intellectuelle de l’auteur de L’interprétation des rêves : l’observation de la réaction académique au livre du rêve, l’apaisement des besoins de communication de Freud dans le cercle extra-universitaire de ses collaborateurs qui grandissait rapidement, sans oublier la fierté de la productivité de la pensée psychanalytique, concrétisée dans ses propres œuvres parues depuis 1900, la Psychopathologie de la vie quotidienne, puis le livre sur le mot d’esprit, les Trois essais sur la théorie sexuelle, jusqu’à la présentation du cas de Dora et à l’étude sur Gradiva. S’il s’était assuré encore prudemment dans son avertissement à la première édition de ne pas « sortir du domaine de la neuropathologie »56, il a pu ajouter vers la fin de la deuxième édition la célèbre phrase : « L’interprétation des rêves est la voie royale qui mène à la connaissance de l’inconscient dans la vie psychique »57, et dans le même mouvement prétendre avoir fondé une psychologie générale qui prend en compte à parts égales les phénomènes pathologiques et les phénomènes normaux. Ce n’est pas seulement dans les phrases citées de la préface à l’édition de 1909 qu’il a pu montrer ouvertement l’origine subjective et auto-analytique de son livre du siècle. Il y a ajouté encore beaucoup d’éléments de ses propres rêves et a livré des détails autobiographiques intimes en complément de ceux qui étaient déjà publiés dans la première édition, par exemple sa remarque sur sa cicatrice au menton dans le contexte du rêve sur le médecin borgne de son enfance58.

1911 : Révision théorique ; ouverture du livre aux collaborateurs

38Si Freud au cours de cette révision intime de 1909 avait en quelque sorte rapproché de lui son Interprétation des rêves, une fois encore dans un effort solitaire, au cours du travail préparatoire à la troisième édition de 1911 qui commença un an après, il l’en éloigna de deux manières : d’une part, il entreprit la révision théorique devenue nécessaire, du moins l’esquissa, alors que dans la deuxième édition il l’avait encore repoussée ; d’autre part il se décida à y incorporer les contributions de ses collaborateurs et laissa le livre se transformer en œuvre collective, du moins en ce qui concerne les chapitres V et VI.

  • 59  Op. cit., p. 24 sq., trad. franç. p. 5. Face à Jung, Freud avait d’ailleurs souligné qu’il était i (...)

39Il fait allusion à ces deux mouvements dans sa préface relativement distancée à la troisième édition. Comme s’il n’avait pas pu encore le constater un an auparavant, Freud souligne maintenant avec insistance le progrès de ses connaissances scientifiques qui ont concerné également L’interprétation des rêves : « En 1899, lorsque j’ai écrit ce livre, je n’avais pas encore formulé ma "théorie de la sexualité" et l’analyse des formes les plus compliquées des psychonévroses en était encore à ses débuts. »59 Et à la fin, il remercie plusieurs de ses collaborateurs pour leurs contributions et en particulier Otto Rank pour son concours dans la sélection des additifs et pour avoir assumé toute la correction des épreuves.

40Pour ce qui est de cette actualisation méticuleuse des contenus, elle consiste à intégrer de manière explicite à plusieurs endroits de la troisième édition des développements récents de la théorie sexuelle et de la psychologie des névroses. Freud, lors de cette révision, mit en particulier l’accent sur l’observation et la reconstruction, notamment sur la compréhension nouvelle et première du développement sexuel de l’enfant, des théories sexuelles infantiles, sans oublier les rêves d’enfants eux-mêmes. Le lecteur peut voir là en Freud un pionnier de l’observation d’enfants.

  • 60  Rétrospectivement, Freud a rendu le fait de s’être concentré au départ exclusivement sur l’associa (...)

41Un autre thème de cette révision concernait le développement même de sa théorie du rêve : la signification de la symbolique dans la formation du rêve et dans la structure de la pensée inconsciente en général. Déjà abordé dans la deuxième édition, il se trouvait maintenant entièrement au centre de l’attention de Freud. Ce changement d’accentuation n’avait rien fait de moins que d’établir la technique de l’interprétation du rêve sur une double base : jusqu’ici fondée sur l’exploitation détaillée des associations spécifiques venues à l’esprit du rêveur à propos du texte manifeste du rêve, il s’y ajoutait, comme autre moyen de compréhension, la traduction des symboles qui reposait sur la connaissance sans cesse accumulée de la relation supposée universelle entre symbole et symbolisé, c’est-à-dire sur la signification permanente pour tout rêveur de certains scénarios typiques, voire stéréotypés, du rêve60. De ces éléments typiques, voire stéréotypés du matériel du rêve, qui donc pouvaient être interprétés indépendamment des associations du rêveur, Freud attendait des indications sur les racines phylogénétiques langage du rêve.

  • 61  Cf. p. 67 de l’édition de 1909. Parmi les collaborateurs, il nomme alors expressément Jung, Abraha (...)
  • 62  1900a, p. 175, n. 1, trad. franç. p. 145, n. 2.

42Et là encore, dès la préface, il se réfère expressément aux travaux de l’un de ses compagnons de combat qui l’ont inspiré de manière déterminante, Wilhelm Stekel. Cette manière de reconnaître et de souligner l’originalité des contributions de ses collègues est nouvelle ; car dans la deuxième édition encore, il avait laissé échapper une remarque dévalorisante, à savoir que les publications de ses collaborateurs sur le rêve n’avaient apporté « que des confirmations, pas des nouveautés »61. Otto Rank, mentionné dès l’avertissement, qui se profile maintenant comme collaborateur principal, se voit attribuer presque en passant le rôle de co-auteur. A la phrase centrale, contenue dès la première édition de L’interprétation des rêves, selon laquelle « Le rêve est l’accomplissement (déguisé) d’un désir (réprimé, refoulé) », Freud ajoute à présent la note de bas de page suivante qui cite un article de Rank où il semble laisser à son élève l’actualisation de sa phrase centrale par rapport à la théorie de la sexualité : « J’indique ici, en anticipant sur ce qui va suivre, comment Otto Rank a élargi et modifié la formule donnée plus haut : "Le rêve, sur la base et avec l’aide d’un matériel sexuel qui provient de l’enfance, et est refoulé, représente comme réalisés des désirs actuels, et aussi, en règle générale, érotiques ; il les représente sous une forme voilée et symboliquement travestie." »62

  • 63  Op. cit., 361, trad. franç. p. 315.

43Les auteurs à l’origine du matériel des nombreuses insertions sont maintenant indiqués plus clairement par leur nom que dans la révision de 1909, en particulier toujours dans la section sur « La figuration par symboles en rêve ». Et cela n’arrive pas seulement lorsque Freud cite Verbatim des passages relativement longs, des paragraphes entiers, par exemple le « rêve d’escalier »63 communiqué et interprété par Rank, et qu’il s’accommode ainsi de ruptures de style flagrantes, tout à fait dérangeantes, mais également lorsqu’il insère des fragments d’à peine plus d’une ligne. À partir de la troisième édition, on peut observer en ce qui concerne ces passages, donc les chapitres V et VI, une orchestration ou une transition du solo à un chœur à plusieurs voix, qui pourra bien entendu, la prolifération augmentant encore dans les éditions ultérieures, se désaccorder en un brouhaha. On avait évoqué au début, à propos de la structure, le type patchwork ; avec la révision pour la troisième édition de 1911 notamment, cette particularité, par ailleurs nullement caractéristique du livre des rêves, se manifeste de plus en plus au premier plan.

  • 64  1974a, p. 433 sq., trad. franç. p. 500-501.
  • 65  Op. cit., p. 436 sq., trad. franç. p. 503-504.

44La seule lecture du livre ne permet pas de saisir à quel point Freud avait effectivement éloigné de lui son Interprétation des rêves, ou même l’avait abandonnée, pendant la préparation de la troisième édition. Ceci est documenté dans la correspondance avec C. G. Jung. Celui-ci s’était plaint, beaucoup plus clairement que d’autres, en février 1911 de ce que la force de conviction du livre se trouvait diminuée, du moins pour l’enseignement, du fait que Freud se servait en grande partie de ses propres rêves comme exemples et qu’il était contraint pour des considérations de discrétion de ne pas les interpréter complètement64. Freud, qui avait certes reconnu cette restriction dès le départ, l’avait considérée comme un inconvénient, mais s’en tenait à l’idée qu’on ne pouvait rien y changer. Dans sa réponse du 17 février 1911 à l’objection de Jung, il esquissait de manière surprenante un tout autre projet pour résoudre ce dilemme : « ... L’auteur a le projet de pallier d’une autre façon cette inconvenance. Dans la préface [à la troisième édition] qui est déjà prête, il est dit que ce livre ne sera pas republié, mais remplacé par un nouveau, impersonnel, pour lequel je vais maintenant avec l’aide de Rank récolter du matériel pendant les 3-4 prochaines années. J’exposerai alors le rêve en présupposant, et en présentant éventuellement, les résultats de la théorie des névroses, tandis que Rank poursuivra les rapports littéraires et mythologiques. »65 Une lettre ultérieure de Freud, datée du 12 mai 1911, nous apprend que l’éditeur Deuticke avait protesté contre l’impression de cette préface : déclarer ainsi que cette troisième édition devrait être la dernière ferait une impression défavorable. C’est donc l’insistance de l’éditeur qui empêcha la fin prématurée du processus de révision et même la disparition du marché de ce que l’on pourrait appeler L’interprétation des rêves personnelle. À un moment quelconque entre 1911 et 1914, le projet de la remplacer par un « nouveau livre impersonnel » a manifestement été abandonné.

1914 : Révision en forme de restructuration

  • 66  1900a, p. 25, trad. franç. p. 5.

45Dès la préface à la troisième édition, Freud avait fait observer que les ajouts « risqu[ai]ent de faire éclater le cadre de cet ouvrage »66 et s’était ainsi de nouveau montré sensible au risque de dérapage de ses efforts de révision. Il n’est donc pas étonnant qu’il ait entrepris dans la quatrième édition une tentative explicite, mais seulement partiellement réussie, de limiter ce risque, qui prit la forme d’une restructuration fondamentale. L’interprétation des rêves est ainsi devenue un livre quelque peu différent, en tout cas en ce qui concerne les chapitres V et VI, largement réorganisés. Ainsi s’achevait en quelque sorte le projet radical de l’année 1911. À cela semble également se rattacher le fait que l’éditeur a cette fois entrepris une nouvelle composition du livre.

46Compte tenu du fait qu’il s’agit du remaniement le plus profond à la fois par son importance et ses dimensions multiples, la morosité presque désintéressée de la préface de quelques lignes surprend. Rédigée immédiatement avant que la guerre n’éclate, elle comporte deux informations : premièrement, une traduction anglaise, par Abraham A. Brill, de L’interprétation des rêves étaient parue un an auparavant, et deuxièmement, Otto Rank n’avait pas seulement surveillé la correction des épreuves, mais avait enrichi le livre de deux contributions personnelles.

47Celles-ci sont même soulignées expressément sur la page de garde où il est dit : « Quatrième édition augmentée avec les contributions du Dr Otto Rank. » Or, Freud dans la troisième édition avait déjà osé un pronostic quant aux directions vers lesquelles s’orienteraient les révisions à venir du livre des rêves et il avait entre autres mentionné les matériaux riches de la poésie et du mythe, auxquels il fallait se rattacher. Les titres des essais de Rank désormais intégrés entre les chapitres VI et VII de L’interprétation des rêves s’intitulent : « Rêve et création littéraire » et « Rêve et mythe ». Dans la perspective du projet de 1911, on pourrait y voir également quelque chose comme la présentation silencieuse de la partie Rank jadis prévue pour le « nouveau livre impersonnel ». Ces contributions comportent environ quarante pages imprimées. Dotées d’épigraphes propres et de titres de page vivants, déclarées comme « Annexe », elles donnent l’impression de constituer la fin du livre, et séparent en quelque sorte visuellement le grand chapitre théorique, le chapitre VII, du livre. De ce point de vue, cet arrangement augmente plus le risque de désintégration de L’interprétation des rêves, qu’il ne l’endigue.

  • 67  Strachey, 1953, p. XIII.

48Cependant, c’est dans la quatrième édition, justement dans cette partie de son livre du siècle centrée sur les commentaires et additifs sur le thème de la symbolique du rêve, que Freud a entrepris tous ses efforts de restructuration des chapitres V et VI qui ne s’enchaînaient plus. James Strachey a déjà reconstruit les destins de révision de ces deux chapitres et les a résumes avec force : « Dans la première édition, la discussion de la symbolique se limitait à quelques pages à la fin de la section sur "La prise en considération de la figurabilité" dans le chapitre VI. Cette section ne fut pas augmentée dans la deuxième édition (1909) ; en revanche, Freud ajouta au chapitre V à la fin de la section sur les "Rêves typiques" plusieurs pages sur la symbolique sexuelle. Celles-ci furent encore considérablement augmentées dans la troisième édition (1911) tandis que le passage initial dans le chapitre VI resta à son tour sans modification. Nul doute qu’un regroupement n’allait pas tarder et c’est ainsi que dans la quatrième édition (1914) Freud introduisit dans le chapitre VI toute une nouvelle section (E) sur la symbolique dans laquelle il transféra tout le matériel relatif à ce thème et rassemblé jusque-là dans le chapitre V, et le compléta par d’autres tout à fait nouveaux. »67 Cette nouvelle organisation ne devait plus être modifiée par la suite. Afin de donner une idée du poids de cette restructuration mentionnons le rapport des volumes, car, malgré la modification de la surface de la page due à la nouvelle composition, ils en disent long : dans la troisième édition, le chapitre V comporte 102 pages et le chapitre VI, 117 ; ils ont donc encore approximativement la même longueur ; par contre à partir de la quatrième édition, ce rapport passe à 82 :157, c’est-à-dire presque 1 :2. Le sixième chapitre est donc devenu une sorte de livre dans le livre.

  • 68  1900a, p. 244, n. 2, et p. 309, n. 1, trad. franç. p. 208 et 268.
  • 69  Op. cit., p. 587, trad. franç. p. 527.
  • 70  Op. cit., p. 545, trad. franç. p. 487. Toutefois cette citation de Ferenczi paraît d’abord en 1914 (...)

49Outre cette restructuration qui devait de nouveau souligner les contours débordants du livre, Freud s’en tint en plusieurs endroits à son principe de l’ouverture de son opus magnum aux textes de ses collaborateurs. Ainsi, il inséra au milieu du sixième chapitre tout un article d’Alfred Robitsek, « Contribution à la question de la symbolique du rêve chez les gens bien portants », qui était paru deux ans auparavant dans le Zentralblatt für Psychoanalyse. Dans de nouveaux ajouts personnels, Freud rendit hommage aux travaux de Rank sur les rêves de réveil provoqués par des excitations organiques et lui attribua, reconnaissant, « l’interprétation la plus complète d’un rêve un peu prolongé »68. Dans le septième chapitre qui jusque-là était resté essentiellement de Freud, s’exprime maintenant dans le texte principal, dans des développements théoriques nouveaux et d’importance sur la réalité psychique en tant que forme d’existence particulière, la voix de Hanns Sachs avec une métaphore éloquente69. Et Sándor Ferenczi a le droit d’achever de rédiger la section sur « L’accomplissement de désir » en rapportant une observation sur la direction donnée aux rêves70.

50Celui qui étudie attentivement les ajouts personnels importants de Freud en 1914 à ce septième chapitre, jusque-là pratiquement pas révisé, sentira combien il est ici déjà dans la tonalité des grands thèmes des grands essais métapsychologiques qui devaient l’occuper un peu plus tard, pendant l’année de guerre 1915 : régression, principe de plaisir / principe de réalité, significations diverses du mot « inconscient », réalité psychique versus réalité factuelle, c’est-à-dire matérielle, etc.

  • 71  Cf. également à cet égard la reconstruction riche de Riccardo Steiner par rapport aux aspects et c (...)

51La préface lapidaire à la révision de 1914 ne permet pas plus au lecteur de prévoir les nombreux autres compléments à la littérature sur le rêve émanant d’époques ou de régions linguistiques ou culturelles les plus variées : depuis Artémidore de Daldis, auquel Freud attribuait la plus importante élaboration du thème de l’interprétation des rêves dans le monde gréco-romain, jusqu’aux oniromanciens modernes d’Orient qui, à la différence des Anciens, insistent autant que lui-même pour inclure le travail de pensée du rêveur dans le processus d’interprétation du rêve ; depuis les mystiques du Moyen Âge jusqu’aux philosophes du xixe siècle71. Les auteurs contemporains et leurs contributions variées à la compréhension de la fonction du rêve reçoivent plus d’attention qu’auparavant. D’excellentes citations, sur lesquelles Freud était tombé, montrent avec quelle densité des hypothèses fondamentales de L’interprétation des rêves étaient dans l’air au tournant du xixe vers le xxe siècle.

  • 72  1900a, p. 152, n. 1, trad. franç. p. 124. La citation est donnée ci avec l’orthographe originale ( (...)
  • 73  Cf. p. 17, ci-dessus.

52L’une de ces citations apparues en 1914, venue du psychologue James Sully, mérite une digression. Elle dit : « It would seem then, after all, that dreams are not the utter nonsense they have been said to be by such authorities as Chaucer, Shakespeare, and Milton. The chaotic aggregations of our night-fancy have significance and communicate new knowledge. Like some letter in cipher, the dream-inscription when scrutinised closely loses its first look of balderdash and takes on the aspect of a serious, intelligible message. Or, to vary the figure slightly, we may say, like some palimpsest, the dream discloses beneath its worthless surface-characters traces of an old and precious communication. »72C’est non seulement la différence entre le contenu manifeste et le contenu latent du rêve qui trouve là une formulation préalable, comme Freud le souligne expressément dans la note, mais la tournure selon laquelle le rêve ne donne qu’à première vue l’impression de non-sens, mais s’avère, si on le considère de plus près, comme une communication sérieuse, compréhensible. On peut rappeler au lecteur ce passage cité plus haut selon lequel l’application de la méthode psychanalytique de l’interprétation des rêves amenait à l’idée que « le rêve a véritablement un sens » et « qu’il n’est nullement l’expression d’une activité cérébrale en miettes »73.

  • 74 À cet égard encore une citation éloquente : « We may assume, perhaps, that in each case the dream w (...)
  • 75  Op. cit., p. 354. A d’autres endroits de la quatrième édition de son livre des rêves, Freud rend h (...)
  • 76  1900a, p. 562, trad. franç. p. 503.

53Le génial essai de Sully, paru en 1893, année où le jeune Freud rapporta à Minna Bernays qu’il notait et étudiait ses propres rêves, méritait d’être redécouvert. Il se lit par-ci par-là presque comme un abrégé du livre du siècle freudien. Pendant des années, Sully a investigué avec précision ses propres rêves, parallèlement à ceux d’autres et n’a pas eu peur de communiquer des détails intimes : avec clairvoyance, il a nommé les facteurs pulsionnels infantiles régressifs, proches de la psychose, de la formation du rêve ; reconnu le rôle des restes diurnes d’après le sens ; pressenti le mécanisme de l’élaboration secondaire ; il a perçu les phénomènes des rêves typiques, ainsi que la proximité corporelle de la symbolique des rêves ; enfin, il s’est approché dans certaines formulations de la théorie de l’accomplissement de désir74. On peut imaginer l’étonnement de Freud lorsque, manifestement avant l’élaboration de la quatrième édition, il est tombé sur cet essai où l’auteur avait parlé « d’une théorie scientifique moderne du rêve »75 incluant également le substrat neurophysiologique. Ce contexte a ainsi permis à Freud d’utiliser dans son septième chapitre une expression témoignant de sa reconnaissance : « heureuse anticipation »76.

  • 77  Op. cit., p. 267, n. 1, trad. franç. p. 229.

54Cette quatrième édition a permis également à Freud de concéder que son opus magnum n’était plus exclu de la discussion scientifique ; au cours de la révision, 0 intégra la littérature la plus récente aux lieux et place correspondants. Certes, il souligna une fois dans un passage, sur un ton presque amusé, qu’aucun de ses développements n’a rencontré de contradictions aussi amères, d’« étroitesses d’esprit »77 de la part de la critique que le fait d’avoir révélé les tendances incestueuses infantiles maintenues dans l’inconscient. Et, comme par défi, le passage d’Hamlet, grande variation sur le thème d’Œdipe, qui figurait en note de bas de page depuis la première édition, est désormais inséré au milieu du texte principal, directement à la suite du passage central sur le Roi Œdipe de Sophocle ; il devient donc inévitable pour le lecteur — tel un exercice de répétition didactique.

1919 : Révision comportant les traces de la guerre

  • 78  Op. cit., p. 268, suite de la n. 1 de la p. 267, trad. franç. p. 229.

55À cette même partie de texte, Freud ajouta ultérieurement dans la cinquième édition de 1919 une postface ouvrant sur de larges horizons dans laquelle il se référait à Totem et tabou, reflet de ses vues sur l’histoire originaire de l’agressivité humaine publié en 1912-1913. À vrai dire, il aurait pu ajouter dès la précédente édition la phrase relative à cet élargissement théorico-culturel du concept de « complexe d’Œdipe », mais c’est apparemment seulement à ce moment, après l’expérience de l’horreur de la Première Guerre mondiale que cet ajout s’imposa à lui. Il écrit : « Le "complexe d’Œdipe", indiqué pour la première fois dans ce livre, a pris, depuis, une importance jusqu’ici insoupçonnée pour la compréhension de l’histoire de l’humanité et du développement de la religion et de la morale. »78

  • 79  Op. cit., p. 532-534, trad. franç. p. 475-477.
  • 80  Cf. ci-dessus, p. 24, l’information ajoutée à la deuxième édition de L’interprétation des rêves, s (...)

56De nombreuses marques directes de cette révision portant les traces de la guerre se trouvent assurément dans le matériel de rêve ajouté, notamment dans le sien propre. Il s’agit en particulier de ce rêve du retour du front de son fils Martin, rêve censé illustrer comment agit un reste diurne d’attente anxieuse ; il n’avait pas de nouvelles de ce fils depuis longtemps79. Le contenu manifeste du rêve présente le retour non pas de quelqu’un qui « est tombé » mais de quelqu’un qui « monte » sur une corbeille pour poser quelque chose sur une armoire, ou pour aller chercher quelque chose, mais aussi comme quelqu’un qui a la tête bandée et qui est donc blessé. Par un lien associatif avec un accident qui lui était arrivé dans sa propre enfance80, Freud découvrit en lui-même dans son travail d’interprétation l’impulsion cachée : c’est bien fait pour toi. Et dans une démarche d’auto-analyse radicale, vraiment impitoyable, il put arrêter comme motivation de cette motion d’affect contradictoire, son envie, l’envie de celui qui vieillit pour la jeunesse de son fils. Il est ainsi certain « que, lorsque pareil malheur arrive [la mort du fils soldat], l’intensité de la douleur, cherchant quelque apaisement, va jusqu’à susciter dans notre inconscient ces désirs refoulés ». Un unique détail — le rêve manifeste fait apparaître un reflet gris dans les cheveux du fils — suffit pour trahir à Freud sa propre attaque d’envie et susciter sa honte.

  • 81  1900a, p. 445, suite de la n. 1, trad. franç. p. 393.

57Cependant, il put également relier ce détail à son gendre Max Halberstadt qui avait beaucoup souffert des traumatismes du front et dont les cheveux étaient apparemment effectivement devenus gris. Et à celui-ci se rattache encore un autre de ces ajouts marqués par l’expérience de la guerre. Il s’agit d’une observation de Freud sur un rêve de son petit-fils Ernst, le premier né de Max Halberstadt, âgé de vingt mois à propos duquel il ajoute, à la section sur les affects dans le rêve du chapitre VI, la note de bas de page suivante : « La nuit avant le départ de son père pour le front, l’enfant crie en sanglotant : « Papa, papa — Bebi !  », ce qui ne peut signifier que : Papa et Bebi restent ensemble, alors qu’au contraire les larmes montrent que l’enfant sait le départ imminent. L’enfant savait parfaitement, à ce moment, exprimer le concept de séparation. « Fort » remplacé par un oooh prolongé et accentué de manière particulière, et il avait, plusieurs mois avant ce premier rêve, mis en scène « Fort » avec tous ses jouets, ce qui renvoyait à la maîtrise de lui-même, atteinte précocement, pour laisser partir sa mère. »81

  • 82  1920g, p. 224, trad. franç. p. 51 sq.

58Les lecteurs de Freud connaissent certainement mieux le jeu de fort-da de son petit-fils avec la bobine à partir de « Au-delà du principe de plaisir »82 dont Freud avait commencé à rédiger dès le printemps 1919 la première ébauche, en quelque sorte aussi une réplique de la guerre. Cependant ces ajouts de 1919 à L’interprétation des rêves comportent non seulement les prémices d’œuvres à venir, parmi lesquelles également « Le Moi et le Ça », mais il s’y entremêle des points de vue auxquels Freud est parvenu dans l’isolement de la guerre et qu’il a consignés dans les essais métapsychologiques de 1915. Ces révisions aboutirent à un nouveau remaniement, notamment du chapitre VII, le chapitre théorique, dont l’importance est comparable à celles de 1914.

  • 83  Ainsi ces leçons sur le rêve représentent-elles en quelque sorte la partie de Freud dans le projet (...)
  • 84  1900a, p. 26, trad. Franç. p. 8.

59La préface à la cinquième édition, rédigée peu de temps avant la fin de la guerre, ne permet pas en revanche de s’attendre à des interventions et actualisations aussi nombreuses. Freud s’y excusait de ne pouvoir y intégrer la littérature sur le rêve parue depuis la dernière édition, notamment la littérature étrangère, en raison de l’isolation de la guerre. Puis il renvoyait à ses Conférences d’introduction à la psychanalyse parues pendant la guerre et en particulier à leur partie centrale qui comporte onze leçons sur le rêve. Il y voyait une présentation plus élémentaire que celle donnée dans L’interprétation des rêves et soulignait la liaison désormais plus étroite avec la théorie des névroses83. D’ailleurs, le dernier paragraphe de la préface à l’édition de 1919 semble dominé par un ton résigné. En même temps, les Conférences l’avaient manifestement libéré de l’obligation lancinante de devoir élever son livre du siècle au niveau des connaissances psychanalytiques les plus récentes. Pour la première fois, Freud évoqua le fait qu’une telle tentative en détruirait le « caractère de document historique », il affirme là désormais publiquement « qu’après près de vingt années d’existence il a rempli sa tâche »84.

  • 85  Par exemple un long rêve de guerre communiqué par Hermine Hug-Hellmuth, qui lui parut particulière (...)
  • 86  Op. cit., p. 418. N.d.T. : la traduction française publiée omet cette phrase.

60Or, les interventions effectivement réalisées lors de la révision préparant la cinquième édition vont, comme on l’a décrit, beaucoup plus loin. Certes les quatre premiers chapitres ne comportent que relativement peu d’ajouts. Mais par la suite Freud entreprend ce qu’il a toujours fait jusqu’ici dans ses révisions : il agrafe des indications sur les progrès de ses recherches et sur ses propres écrits parus entre-temps, il va et vient entre ces derniers et L’interprétation des rêves, fait place aux matériaux de ses collaborateurs dans la mesure où ils pouvaient enrichir les concepts centraux et les thèses capitales de L’interprétation des rêves85 ; il cultive donc toujours le caractère collectif du livre qui s’était instauré dans la troisième édition, toujours combatif, il rétablit les malentendus, par exemple, l’affirmation qui lui avait été soumise selon laquelle tous les rêves exigeraient une interprétation sexuelle, il commente les études les plus récentes sur le rêve, en reconnaissant, entre autres, la recherche expérimentale de Otto Pötzl sur le rôle des impressions sensorielles récentes pour la formation du rêve, et là comme ailleurs, il reste curieux et ouvert sur l’avenir, lorsque, par exemple, dans la section sur les rêves absurdes, il dit à propos de la discussion des rêves sur les morts : « Mais j’avoue avoir l’impression que l’interprétation des rêves est encore loin d’avoir arraché aux rêves présentant ce contenu tous leurs secrets. »86

61Du fait de l’importance de cette révision de 1919, la cinquième édition parut en revanche avec une nouvelle composition, cette fois avec une surface plus grande des pages et un plus grand nombre de lignes par page, si bien que le livre paraît plus mince que la quatrième édition parue au début de la guerre. Contre l’attente de Freud, selon laquelle son livre du siècle « ... après près de vingt années d’existence a [it] rempli sa tâche », il s’ensuivit une demande franchement pressante si bien qu’aussitôt la cinquième édition parue, il aurait fallu en imprimer une sixième ce qui se révéla irréalisable en raison de la situation tendue dans les maisons d’édition et les librairies dans la phase d’après-guerre. De même, lorsqu’en 1921 cette sixième édition arriva finalement sur le marché, Freud dut dans sa nouvelle préface convenir que pour la première fois elle reproduisait l’édition précédente sans aucune modification — donc bien parce que l’éditeur ne pensait pas pouvoir supporter les frais d’un tel remaniement. Seule la bibliographie avait été complétée par Otto Rank. Juste un an après, en 1922, paraissait l’édition suivante, la septième, qui pour les mêmes raisons externes, n’était qu’une réimpression sans aucune modification de la précédente.

1925 : Révision en forme de réappropriation ; retour à la structure initiale du livre

  • 87  Op. cit., p. 126, n. 1, trad. Franç. p. 99, n. 1.
  • 88  1985c, p. 458, trad. Franç. p. 286.

62La disposition de Freud à la révision avait donc été d’abord freinée par des circonstances extérieures. Mais il semble qu’indépendamment de cela un changement d’attitude se soit amorcé en lui-même à l’égard de L’interprétation des rêves, dont on peut reconnaître les premiers signes dans la quatrième édition de 1914, ce qui n’est guère étonnant étant donné que le projet de 1911, exprimé dans la lettre à Jung sur la tâche de L’interprétation des rêves, n’avait pas été réalisé. Dans la quatrième édition, dans le chapitre sur l’analyse de l’exemple de rêve, à la fin du récit préliminaire au rêve de l’injection faite à Irma, il avait ajouté en note de bas de page cette constatation : « C’est le premier rêve que j’ai soumis à une analyse détaillée »87— tel un auteur qui commence à écrire l’historiographie de ses propres idées. On pourrait, certes, objecter que Freud avait déjà fait ressortir l’importance pour ainsi dire historique de ce rêve dès la première édition par les titres de page, et qu’en 1914 il s’agit, à vrai dire, simplement d’une expression plus modeste de la fantaisie ludique d’une plaque commémorative du rêve d’Irma, déjà exprimée peu de temps après la parution du livre, dans une lettre à Wilhelm Fließ : « Crois-tu vraiment qu’il y aura, un jour sur la maison, une plaque de marbre sur laquelle on pourra lire : "C’est dans cette maison que le 24 juillet 1895 le mystère du rêve fut révélé au Dr Sigmund Freud." »88 Quoi qu’il en soit, dans la préface à la révision d’après-guerre de 1919, il avait pour la première fois, en se citant, évoqué le « caractère de document historique » de son Interprétation des rêves, qualité méritant apparemment protection, menacée de disparaître s’il avait adapté rigoureusement le texte au niveau du savoir qu’il avait alors atteint.

  • 89  Dans la dernière édition de 1930, les mêmes raisons ont fait que la deuxième théorie de l’angoisse (...)

63Ceci aurait été encore bien plus radicalement vrai pour la présentation suivante du livre des rêves, celle de 1925. S’il avait effectivement tenté d’y inclure systématiquement la nouvelle version de la théorie des pulsions, de la classification des pulsions, présentée en 1920 dans « Au-delà du principe de plaisir », et plus encore la théorie structurale conçue en 1923 dans « Le Moi et le Ça », alors presque aucune pierre dans la construction de son livre n’aurait pu continuer à tenir l’une sur l’autre89.

64Par ailleurs, il y avait bien sûr aussi une autre motivation liée à l’histoire de sa vie pour que Freud adopte une attitude historicisante à l’égard de son œuvre : il savait depuis 1923 qu’il était atteint par le cancer. Des interventions chirurgicales étaient certes parvenues à arrêter pour le moment le processus physique destructeur ; cette nouvelle tragique avait cependant été vue comme l’occasion d’organiser à l’Internationaler Psychoanalytischer Verlag, une première édition quasi complète de l’œuvre de Freud : les douze volumes que les Gesammelte Schriften comportèrent finalement, avaient commencé de paraître en 1924.

65Freud se décida dans le cadre de ce projet éditorial à présenter son livre du siècle sur un mode différent, en quelque sorte diachronique : dans le volume II des Gesammelte Schriften, il présenta L’interprétation des rêves d’après le texte initial de la première édition ; puis, à part dans le volume III de cette édition, il rassembla tous les compléments qui avaient été ajoutés au fil des révisions précédentes et y ajouta une fois encore une grande quantité de matériel nouveau. Aucune préface n’est rédigée par l’auteur lui-même, mais seulement dans chacun des deux volumes un avant-propos qui commente la division en deux et qui semble plutôt devoir être attribué aux deux éditeurs de la publication, Anna Freud et A. J. Storfer.

  • 90  1900a, p. 27, trad. franç. p. 10.

66Rappelons maintenant la première phrase claironnante que j’ai citée au début de cet exposé. Freud a rédigé le « Petit abrégé de la psychanalyse » dont elle est tirée, en octobre/novembre 1923, pendant sa convalescence, après la première grande opération de son cancer, dans la phase des premiers préparatifs pour les Gesammelte Schriften. Pas de doute, il cherchait à montrer son Interprétation des rêves encore une fois sous la forme exacte dans laquelle elle était jadis apparue « au monde » au tournant du siècle, et avec elle, la psychanalyse. De ce point de vue, il est justifié de parler de la réappropriation par l’unique auteur Sigmund Freud. Il libérait à présent son livre de ce qui s’y était superposé et avait recouvert de plus en plus la forme originaire. « [...] le second volume de cette collection reprend exactement la première édition » est l’expression que Freud allait utiliser ultérieurement pour la présentation de l’année 192590.

67Comme je l’ai décrit, les innombrables addenda qu’il avait repris des recherches, des publications et des incitations de ses collaborateurs avaient parfois dépassé son génie de l’intégration. Cependant, il ne se débarrassa pas simplement de ce matériel supplémentaire disparate. Il ne le livra pas à l’oubli, mais le conserva soigneusement dans le troisième volume, parfois assorti de brefs commentaires. Bien que les ajouts ne soient pas datés, il est possible que Freud ait ainsi pour la première fois regardé lui-même en face les stades du long processus de révision auquel il avait soumis son livre du siècle depuis presque trois décennies. En tout cas, le troisième volume des Gesammelte Schriften révèle avec une clarté éloquente le caractère de patchwork de L’interprétation des rêves devenue temporairement une œuvre collective — la succession des deux volumes permettant toutefois de ne pas effacer les contours de la première version présentée isolément dans le volume II.

  • 91 Gesammelte Schriften, t. 3, p. 150. Les contributions de Rank ne sont pas non plus contenues dans l (...)
  • 92  1900a , p. 175, n. 1, trad. franç. p. 146, n. (traduction modifiée).

68Dans un seul cas assurément, Freud s’est totalement libéré de l’ajout de texte d’un autre auteur. À la fin des addenda, au sixième chapitre, il est dit de façon lapidaire : « À partir de la quatrième édition suivaient ici deux contributions du Dr Otto Rank "Rêve et poésie" et "Rêve et pensée créatrice", qu’il ne saurait être question de reprendre naturellement dans une collection de mes écrits. »91 Ce que Freud ne mentionne pas, c’est qu’en 1924, à propos du livre d’Otto Rank Dos Trauma der Geburt (le traumatisme de la naissance) — au fond sur la position de la théorie du traumatisme dans l’étiologie des névroses et sur les innovations qu’elle entraînait au niveau de la technique thérapeutique —, il s’était brouillé avec Rank. La collaboration méritoire de celui-ci durant des années dans les révisions de L’interprétation des rêves prit fin, de ce fait, de manière abrupte. Toutefois Freud ne se laissa pas entraîner à bannir du volume III les plus petits addenda de Rank aux éditions précédentes de L’interprétation des rêves. Certes il ajouta à la note de bas de page de 1911 mentionnée plus haut page 25, dans laquelle il semblait laisser à Rank la mise à jour de la théorie de l’accomplissement de désir par rapport à la théorie de la sexualité (l’actualisation de la théorie de l’accomplissement de désir en termes de théorie sexuelle ?), à présent en 1925, le rude complément suivant : « Je n’ai jamais dit que je faisais mienne cette formule de Rank. La forme raccourcie, contenue dans le texte, me suffit. Mais le simple fait d’avoir mentionné les modifications de Rank a suffi pour déclencher le reproche sans fin adressé à la psychanalyse qu’elle affirme "que tous les rêves ont un contenu sexuel". »92

  • 93  Op. cit., par exemple p. 516, n. 1, ou p. 578, n. 1, trad. franç. p. 458, n. 1, ou p. 518, n. 1 ; (...)
  • 94  Op. cit., p. 347, n. 1, et p. 376 sq., trad. franç. p. 302, n. 2, et p. 330.

69Sans se préoccuper de la répartition historicisante en deux volumes et indépendamment de l’enregistrement quasi archiviste des ajouts précédents, Freud continua à réviser son Interprétation des rêves également dans ce volume III, toutefois avec plus d’économie que dans les révisions des éditions antérieures. Il ne se contenta pas de rattacher telle ou telle indication rapide à ses positions métapsychologiques plus récentes ou les plus récentes93, il ajouta également, sans l’aide de Rank, quelques compléments de littérature, de nouveau au moins dans la section sur « La figuration par symboles en rêve ». En ce qui concerne sa constatation selon laquelle ce qui est maintenant lié symboliquement fut vraisemblablement lié autrefois par une identité conceptuelle et linguistique, il put désormais renvoyer à l’hypothèse du linguiste Hans Sperber, selon laquelle « tous les mots primitifs se rapportent à des objets sexuels, puis perdent ce sens sexuel, étant appliqués à des activités et objets qui ont été comparés aux objets sexuels » ; et il rapporte avec satisfaction les expériences entreprises entretemps par le jeune Heinz Hartmann, en collaboration avec Stefan Betlheim, sur des patients souffrant de psychose de Korsakoff : ces deux chercheurs leur racontaient des histoires sexuelles corsées et lorsqu’on leur demandait de restituer ce qui leur avait été raconté, les patients, limités dans leur capacité à se rappeler les impressions récentes, recouraient à la déformation dont ils n’avaient pas conscience et confabulaient exactement les symboles connus par l’interprétation des rêves, par exemple le couteau pour le pénis, ou monter un escalier pour le coït94.

  • 95  Op. cit., p. 345, trad. franç. p. 301 (traduction modifiée).
  • 96  Par exemple, op. cit., p. 56, ajout à la n. 1, ou p. 341, n. 1, trad. franç. p. 36, n. 1, ou p. 29 (...)

70Dans d’autres ajouts, Freud, en rendant un nouvel hommage aux contributions de Stekel, soulignait encore une fois la prise en considération des éléments symboliques du contenu du rêve, comme deuxième méthode, une méthode d’appoint de l’interprétation du rêve, parallèlement à l’exploitation des associations du rêveur. Dans un nouveau fragment de texte personnel cette fois, il recommande certes en même temps la prudence face aux traductions spontanées de symboles, qui ne reposeraient que sur de simples suppositions. Et là s’ensuivit alors une distanciation nette de la procédure de Stekel, dont l’art de l’intuition, pour « comprendre directement les symboles », serait à « rejeter en tant que scientifiquement non fiable »95. Mais ses doutes vont s’exprimer aussi par rapport à certaines de ses propres interprétations de rêves96.

71Avertissements et avertissements à soi-même, doutes et doutes de soi.

  • 97  Op. cit., p. 205, n. 1, trad. franç. p. 172, n. 1.
  • 98  Op. cit., p. 410, n. 1 ; trad. franç. p. 361, n. 1. L’interprétation de Wittels dont Freud prive b (...)

72Cette révision, dans la mesure où elle apparaît comme une réappropriation rétrospective du livre des rêves, rappelle à certains égards la première de 1909 ; certains des compléments entrepris pour la présentation de 1925 sont en revanche de nature intime. Si, dans le texte principal, à propos des rêves de Rome, il avait mentionné que longtemps encore il devrait se contenter de satisfaire sa nostalgie de Rome par des rêves, il avait ajouté en 1909 cette remarque vague et généralisant : « J’ai appris depuis qu’il suffit d’un peu de courage pour réaliser ces vœux considérés longtemps comme irréalisables » ; il compléta cette note en 1925 par une confession claire : « et suis alors devenu un pèlerin inlassable de Rome »97. Il concéda que son « biographe non sollicité », Fritz Wittels, avait vu juste en devinant la motivation de l’acte manqué dans lequel il avait cité dans L’interprétation des rêves de manière erronée la maxime sur le monument de l’empereur François-Joseph dans la Hofburg à Vienne, par rapport à un mot précis — « patriae », au Heu de « publicae »98.

  • 99  Gesammelte Schriften, t. 3, p. 181 ; citation suivante p. 184.

73Puis Freud, en 1925, rédigea une toute nouvelle conclusion à son livre du siècle sous la forme d’un « chapitre complémentaire » de plusieurs pages. Il comporte trois sections : « Les limites de l’interopérabilité », « La responsabilité morale pour le contenu des rêves » et « La signification occulte du rêve ». Dans cette troisième section, il examine deux catégories de rêves qui sont à attribuer aux phénomènes occultes, les rêves prophétiques et télépathiques ; tous deux rencontreraient, dit Freud, « l’aversion têtue, ou si l’on veut, le préjugé de la science »99. La première, Freud la rejette lui-même. A la seconde, il rattache toute une série de réflexions derrière lesquelles se reflète indéniablement déjà le concept d’identification projective et qu’il termine par cette phrase : « On aimerait volontiers à l’aide de la psychanalyse en savoir plus et de manière plus sûre sur la télépathie » — son Interprétation des rêves serait ainsi restée un livre ouvert dans le meilleur sens de la curiosité scientifique créative.

  • 100  1925i.
  • 101  Strachey, 1961, p. 126. Cette hypothèse est peut être juste. On sait que Jones est sans cesse inte (...)

74Dans la huitième édition parue en 1930, l’édition de dernière main, cette tonalité interrogative nouvelle est réprimée. A la place, le lecteur rencontre comme jusqu’ici le paragraphe de conclusions de la première édition qui commence ainsi : « Et la valeur du rêve pour l’avenir. Il n’y a naturellement pas lieu d’y penser. » Le chapitre complémentaire de l’édition de 1925 n’a été réimprimé100 qu’en 1952, après la mort de Freud, à la fin du volume I dans les Gesammelte Werke, l’édition de l’exil, hors chronologie, c’est-à-dire en quelque sorte comme annexe — sans que les renvois qui signalent de manière flagrante l’appartenance du texte au livre du rêve ne soient effacés. James Strachey a exprimé l’hypothèse qu’Ernest Jones aurait convaincu Freud de renoncer à ce que ce nouveau chapitre complémentaire soit la conclusion de son opus magnum, l’intérêt pour les phénomènes de télépathie, exprimé avec insouciance dans la troisième section, risquant de nuire à la respectabilité scientifique de la psychanalyse101.

1930 : Dernière révision ; gestes d’adieu

  • 102  1900a, p. 27, trad. franç. p. 10.

75La dernière édition de L’interprétation des rêves parue du vivant de Freud, la huitième, a été publiée en 1930, de nouveau par l’éditeur Franz Deuticke par contre avec une nouvelle composition. Non seulement le chapitre complémentaire a bien entendu été abandonné, mais aussi l’innovation de la division en deux parties, au profit d’une présentation en un volume intégrant de nouveau les compléments. C’est avec cette version de L’interprétation des rêves que nous avons l’habitude de travailler aujourd’hui. Dans sa préface l’auteur évoque d’abord les nombreuses traductions qui en sont parues entre-temps, visiblement avec fierté. Puis il explique que pour cette révision il a continué à traiter L’interprétation des rêves pour l’essentiel « comme un document historique »102. Et cette fois il se tint à cette résolution. Compte tenu du petit nombre des brefs addenda, de loin le plus faible par rapport aux autres éditions révisées, on peut effectivement avoir l’impression que Freud ressent désormais son livre comme appartenant au passé, en quelque sorte il en prend congé.

  • 103  La section C sur la littérature, classée par catégories de contenu, que comportait encore l’éditio (...)

76A cet égard, il explique dans la préface qu’il a renoncé définitivement à prendre en considération la littérature relative à la recherche sur le rêve, parue après la publication de la première édition, et que de ce fait les sections correspondantes dans les éditions antérieures sont désormais supprimées. Ceci concerne manifestement l’annexe bibliographique qui, dans l’édition de 1930, comparée à celle de l’édition de 1922, est simplifiée et abrégée, et notamment dans la section B qui se rapporte précisément à la littérature parue après 1900103.

  • 104  1900a, p. 28, trad. franç. p. 10.
  • 105  Op. cit., p. 532, n. 1, trad. franç. p. 475, n. 1.
  • 106  Op. cit., p. 208, n. 2, trad. franç. p. 175, n. 2.

77Certes, Freud avait annoncé dans la préface qu’il n’avait entrepris que des modifications auxquelles il a « été conduit par la volonté de clarifier et d’approfondir m [s] es opinions »104, ce qui avait donc pu éveiller chez le lecteur l’attente de quelques mises à jour théoriques d’importance. Mais on les cherche en vain à l’exception d’une référence rapide en note de bas de page dans le contexte des rêves de punition : « C’est ici l’endroit où insérer le sur-moi découvert ultérieurement par la psychanalyse »105 qui aurait déjà pu être intégré en 1925 et qui ne figure là qu’à titre d’indication qu’il ne cherche en tout cas pas à approfondir. À moins que la clarification annoncée de ses propres opinions ne porte sur le passage sur Masséna — dans la première édition il avait déjà décrit comment dans l’enfance sa lecture de L’histoire du Consulat et de l’Empire de Thiers l’avait jadis incité à voir dans le maréchal Masséna un héros -, à propos duquel maintenant, en 1930, il devait ajouter la remarque selon laquelle on avait des doutes quant à l’origine juive de son idole d’enfance, supposée dans le texte principal ?106

78En conclusion, je voudrais attirer l’attention du lecteur sur une révision en apparence minime, puisque rien n’est ajouté ni retranché, mais que seule est modifiée la position d’une partie du texte. Il s’agit d’un passage ajouté en note de bas de page dans la révision de 1919, pendant la guerre, et que Freud place maintenant en pleine lumière dans le texte principal : c’est le paragraphe décrit plus haut avec le rêve du retour de son fils du front où lui, le père, dans une auto-analyse allant sans ménagements au plus profond, découvre son envie de la jeunesse de celui-ci, et révèle par ce travail ses souhaits de mort réprimés à l’égard de son propre enfant et les présente de manière bien lisible, en quelque sorte complémentaires des souhaits de mort du fils dirigés contre le père dans la constellation œdipienne — un pendant, qui est déjà contenu dans le mythe d’Œdipe lui-même tout comme dans la tragédie de Sophocle, car finalement Laïos et Jocaste avaient au début livré leur propre enfant à la mort les pieds liés. Peut-être s’agissait-il à travers ce repositionnement de la note de bas de page de quelque chose comme un geste d’adieu : comme si Freud cherchait à indiquer une dernière fois à ses lecteurs, même à ses futurs lecteurs, la voie royale où l’avaient conduit à la fin du xixe siècle les idées consignées dans L’interprétation des rêves : la recherche radicale sur soi-même à partir de l’analyse de ses propres rêves, et comme s’il voulait montrer une fois encore dans cette dramatisation paradigmatique les contours de l’image de l’homme, qui s’était révélée à lui au cours de décennies de travail psychanalytique et qu’il avait été obligé de constater aussi pour lui-même : une image peu flatteuse, défiant tous les efforts de civilisation, profondément tragique, déchirée par une ambivalence destructrice inévitable — image dont nous constatons aujourd’hui en regardant le passé qu’elle correspond à vrai dire mieux à l’histoire catastrophique du xxe siècle qui s’achève que toute autre version plus optimiste.

Retour sur le passé

  • 107  1985c, p. 410, trad. franç. p. 265.

79Comment Freud a-t-il lui-même apprécié son Interprétation des rêves ? Du point de vue du métier, elle ne lui a pas plu, à lui, le grand écrivain. Peu de temps après avoir achevé la rédaction, il en critiquait sévèrement le style face à Fließ : « Il y a, caché quelque part en moi, un certain sentiment de la forme, une appréciation de la beauté, c’est-à-dire d’une sorte de perfection et les phrases entortillées qui, dans mon livre sur les rêves, s’étalent avec leurs circonlocutions mal ajustées à la pensée, ont gravement heurté l’un de mes idéaux. Je ne pense pas avoir tort en considérant ce défaut de forme comme l’indice d’un manque de maîtrise du sujet [...] C’est dans l’impossibilité de ne pas pouvoir faire mieux que je trouve une consolation. »107

80Bien vue, cette critique visait déjà la première édition et pas encore les éditions ultérieures foisonnantes, et elle n’arrivait pas par hasard. En dépit de nombreux passages à la puissance d’expression inoubliable et de constellations en contrepoint réussies, telle la transition des « broussailles épineuses » du chapitre sur la littérature vers la transparence éclairante de l’exemple de rêve, L’interprétation des rêves n’est pas un beau livre au sens traditionnel du terme, soigneusement composé, c’est bien plus un livre sauvage. Des chapitres courts côtoient ceux qui ont presque la longueur d’un livre ; de très longues sections alternent avec d’autres qui parfois ne consistent presque qu’en une seule phrase, obéissant exactement à la « nécessité » dénommée par l’auteur, ce qui voulait bien dire née de la lutte avec la complexité accablante du sujet de sa recherche.

  • 108  1907a [1906], p. 13 ; cf. aussi 1905e [1901], p. 90, trad. Franç. p. 4.

81Les extravagances formelles du livre ont peut-être permis à Freud d’ouvrir son livre à ses collaborateurs. Dans tous les textes polis avec peine, il ne se serait vraisemblablement pas laissé influencer pour leur conclusion. Son autocritique quant à ses qualités d’écrivain n’a d’ailleurs pas diminué avec le temps. Il ne s’est jamais illusionné, ni même ses lecteurs, sur le fait que la lecture en était laborieuse. Dans l’étude sur Gradiva qui, on le sait, traite également des rêves, il a répété que le rêve était un accomplissement de désir, et ajouté : « Celui qui ne craint pas de se frayer un chemin à travers un livre difficile, et qui n’exige pas qu’un problème compliqué lui soit présenté comme simple et facile afin d’épargner ses efforts aux dépens de l’exactitude et de la vérité, pourra chercher dans L’interprétation des rêves que nous évoquons ici l’ample preuve de cette proposition [...]. »108

  • 109  En soulignant cela, Freud perd naturellement de vue qu’une grande part de ce qui est proprement ps (...)
  • 110  1985c, p. 444, trad. franç. p. 279.
  • 111  1900a, p. 28.
  • 112  1913j, p. 396, trad. franç. p. 61.
  • 113  1940a [1938], p. 94, trad. franç. p. 61.
  • 114  1925d [1924], p. 73, trad. franç. p. 78.
  • 115  1933a [1932], p. 451, trad. franç. p. 6.

82Cette rigueur dans la critique formelle de son opus magnum s’opposa de la même manière à l’estime qu’il conserva sa vie durant aux contenus qui y sont communiqués. Rappelons une dernière fois la citation de l’introduction dans laquelle Freud fait tout simplement coïncider la parution de L’interprétation des rêves avec la naissance de la psychanalyse109. Il avait en tout cas déclaré peu de temps après cette parution à Fließ : « Au cours de bien des heures de tristesse, ce m’a été une consolation de pouvoir laisser cet ouvrage après moi. »110 Et en 1931, il écrivait encore dans la préface à la troisième édition de l’édition de langue anglaise sans détour : « It contains, even according to my present-day judgement, the most valuable of all the discoveries it has been my good fortune to make. Insight such as this falls to one’s lot but once in a lifetime. »111Ceci revient fréquemment dans les écrits produits à des phases très différentes de sa vie. L’interprétation des rêves, comme méthode et comme livre, est qualifiée de « pierre de touche du travail psychanalytique »112. La découverte des mécanismes inconscients, condensation, déplacement, élaboration secondaire, etc., que l’étude du rêve a permise, nous a aidé en premier lieu « à comprendre la mystérieuse formation des symptômes »113. À l’inverse, la théorie du rêve désigne aussi le tournant où s’est effectué l’élargissement de la psychanalyse, du procédé psychothérapeutique vers une psychologie générale des profondeurs, « une psychologie nouvelle et plus approfondie » ; « la route du lointain, de l’intérêt universel »114 lui a été ouverte. Et finalement : « Aussi la théorie du rêve est-elle demeurée depuis lors ce qu’il y a de plus caractéristique et de plus singulier dans la jeune science, quelque chose qui n’a pas de contrepartie dans le reste de notre savoir », un schibboleth115.

  • 116  Op. cit.

83Il n’est pas possible de ne pas entendre la tonalité de gratitude envers l’interprétation de rêves, L’interprétation des rêves, qui entoure certaines de ces formulations : « Pour moi-même elle a constitué un point d’appui solide dans les temps difficiles où les états de fait encore inconnus des névroses avaient coutume de déconcerter mon jugement inexpérimenté. Bien que j’aie souvent douté du bien-fondé de mes connaissances chancelantes, chaque fois que j’avais réussi à transposer un rêve confus et dénué de sens en un processus psychique correct et compréhensible chez le rêveur, la confiance que j’avais d’être sur la bonne voie s’en trouvait renouvelée. »116

  • 117  1985c, p. 420, trad. franç. p. 269.
  • 118  1941c ; le manuscrit porte la date du 10 novembre 1899.
  • 119  1940a [1938], p. 87 sq., trad. franç. p. 28.

84La fidélité de l’estime de Freud pour son Interprétation des rêves, pour ainsi dire la tendresse de la relation entretenue avec elle, se lit enfin dans la persévérance qui a été la sienne pour avancer sur sa Via regia sa vie durant. La longue série des écrits séparés de Freud sur le rêve commence effectivement directement après la publication du livre du siècle et s’achève peu de temps avant sa mort. Dans la lettre du 5 novembre 1899 à Fließ, par laquelle il annonce la parution de L’interprétation des rêves, il déclare en même temps qu’il avait maintenant compris, comment se produisaient les rêves prémonitoires et ce qu’ils signifiaient117. Quiconque lit la petite étude « Une prémonition onirique accomplie »118 peut avoir l’impression que Freud a pour ainsi dire continué à écrire le dernier paragraphe du livre des rêves. Et enfin dans le résumé final de l’œuvre de sa vie, dans l’Abrégé de psychanalyse, un chapitre s’intitule « À propos de l’interprétation du rêve »119.

  • 120  1905e [1901] et 1918b [1914].
  • 121  1907a [1906].
  • 122  1916-1917 [1915-1917].
  • 123  Par exemple 1911e, 1916-1917f [1915], 1922a.
  • 124  Pour un troisième groupe de plus petits travaux, les titres mêmes signalent déjà l’appartenance di (...)

85Il y a, on le sait, une série imposante d’œuvres plus grandes dans lesquelles cette voie royale détermine le panorama textuel et aussi l’orientation du travail analytique, notamment les présentations de cas de Dora et de l’Homme aux loups120, tout comme l’étude sur Gradiva déjà mentionnée121 et d’une certaine manière également la grande série des conférences d’introduction à la psychanalyse122. Des essais plus courts, qui éclairassent individuellement des thèmes effleurés123 dans L’interprétation des rêves, donnent l’impression d’une poursuite extraterritoriale du travail permettant à Freud de se libérer de l’obligation qu’il s’était imposée, d’inclure dans chaque édition suivante tout développement ultérieur de sa pensée, le cas échéant, même de l’y faire entrer de force. Ces textes séparés lui permirent ainsi de se laisser aller à écrire au niveau théorique et clinique les plus avancés sans se préoccuper de l’insertion dans des passages dépassés du livre des rêves124.

  • 125  1933a [1932], p. 470, trad. franç. p. 43.
  • 126  Voir plus haut, p. 23, n. 1. Cf. aussi 1920f p. 622 sq.

86Ce n’est naturellement pas un hasard si la dernière Nouvelle suite de ses conférences d’introduction commence par une « Révision de la théorie du rêve » et donne encore une fois une présentation concise de la portée et de la profondeur des percées dans la dynamique et dans les lois de la pensée inconsciente pendant l’état de sommeil. À la fin, il modère cependant sa formule : « Le rêve est un accomplissement de désir » par cette phrase : « Le rêve tente d’être un accomplissement de désir »125 — en s’efforçant de répondre aux objections élevées à l’encontre de la théorie de l’accomplissement de désir du fait surtout du traitement des traumatisés graves. De tels patients seraient régulièrement remis par le rêve dans la situation traumatique extrêmement déplaisante. Il s’ensuit un développement d’angoisse perturbant le sommeil ; on devrait carrément parler d’un échec de la fonction du rêve. Si Freud n’y décrit pas encore le besoin compulsif d’entreprendre sans cesse dans le rêve une tentative de maîtrise curative, il évoque là des thèmes qui sont au cœur de la recherche psychanalytique moderne sur le rêve, dans la mesure où elle s’effectue en liaison avec la recherche sur le traumatisme. Ce sont cependant des thèmes qui très tôt l’avaient mobilisé, parfois à la manière d’un corps étranger qui irrite, et même au cours du processus de révision de son Interprétation des rêves, par exemple quand il se demandait dans quelle mesure des traumatismes subis dans la petite enfance, frappés d’amnésie, pouvaient réapparaître dans les rêves et par cette voie être reconnus puis élaborés126.

87Dans la même nouvelle conférence, au début des années trente, il diagnostiquait cependant avec regret un net recul de l’intérêt pour le rêve dont témoignait déjà le tarissement de la littérature psychanalytique correspondante. Les psychanalystes se seraient comportés comme si la recherche sur le rêve était achevée. Le pronostic pour le développement à venir de sa méthode d’interprétation du rêve ne lui paraissait donc pas favorable, en dépit de sa propre estime restée entière.

  • 127  Pour un aperçu, cf. Beland, 1991, et Deserno (éd.), 1999 ; dans le domaine de la recherche psychan (...)
  • 128  Cf. par ex. Stewart, 1981.
  • 129  Cf. par ex. Ogden, 1997, p. 135 sq.

88La question de savoir s’il avait ainsi raison est une autre histoire. Ce qui est sûr, c’est que la recherche sur le rêve et la technique de l’interprétation du rêve ont continué à se développer depuis dans de multiples directions127. C’est avant tout le travail avec les patients psychotiques et les patients borderline et le maniement de leurs troubles de la pensée qui ont conduit à un élargissement et un approfondissement de notre compréhension du développement et de la signification de la capacité de symbolisation — comprise désormais au sens primaire de la possibilité de formation de représentances psychiques —, entraînant de nombreuses répercussions sur les conceptions psychanalytiques du rêve et de la fonction du rêve. On peut peut-être dire que l’estimation de Freud à cet égard n’était pas complètement inexacte dans la mesure où le travail sur les rêves, la méthode elle-même de l’interprétation des rêves dans le processus thérapeutique n’ont plus la position hautement privilégiée qu’il leur avait attribuée au tournant vers le xxe siècle, et où l’intérêt pour la symbolique du rêve et les traductions de symboles s’est effectivement paralysé depuis. Ce qui est incontestable, c’est que les rêves sont aujourd’hui examinés attentivement du point de vue d’éventuels éléments traumatiques, non remémorables, dans l’histoire de la vie du rêveur, et qu’on les rattache beaucoup plus étroitement que jadis au contexte de la séance concernée ou des séances voisines et, naturellement, surtout à la situation transféro contre-transférentielle présente128 ; on les considère en effet ces derniers temps comme la production intersubjective de l’interaction entre l’analyste et l’analysant, et on les interprète dans ce sens129.

  • 130  Cf. par ex. Solms, 1999.

89Certes, le plus récent n’est pas meilleur que le plus ancien, du seul fait d’être plus récent. Les chercheurs en neurosciences130 ont reconnu ces derniers temps tout à fait clairement que tout ce que L’interprétation des rêves, qui a un siècle maintenant, contient de potentiel d’incitation pour la recherche moderne sur le rêve, était effectivement encore loin d’être épuisé. Mais il est toujours possible d’apprendre des choses nouvelles grâce à l’acuité d’observation psychologique de Freud et de son envie de comprendre chaque trame de rêve avec sa grammaire d’images venues par des voies de déformation régressives compliquées, pour ainsi dire tel un phénomène de signes monadique artificiellement construit, que le rêveur individuel crée en se détournant la nuit de la réalité extérieure. Le texte de Freud représente avec ses myriades de détails un degré de différenciation analytique qui semble aujourd’hui tomber de plus en plus dans l’oubli — comme c’est le cas du livre du siècle lui-même.

  • 131  D’après les renseignements donnés par le S. Fischer Verlag.

90Certes, L’interprétation des rêves est de loin le livre le plus vendu de l’œuvre, du moins dans les pays de langue allemande131. En dépit de cela, on peut considérer qu’il fait partie des plus rarement lus, des moins connus. La réimpression de la première édition pour le jubilé des « Cent ans de L’interprétation des rêves de Sigmund Freud », donc de la forme originelle du livre du siècle, fournit au lecteur qui en a l’humeur — éventuellement en liaison avec les lettres à Wilhelm Fließ —, l’occasion de l’une des grandes aventures que l’on peut entreprendre dans une vie d’homme, même au xxie siècle, par la lecture.

Haut de page

Bibliographie

Anzieu D. (1988), L’auto-analyse de Freud et la découverte de la psychanalyse (3e éd. entièrement refondue ; 1re éd., 1959), Paris, PUF.

Beland H. (1991), « Nachwort » zu S. Freud, Die Traumdeutung, Frankfurt am Main, Fischer Taschenbuch Verlag, p. 629-654.

Bernfeld S. (1981 [1946]), Ein unbekanntes autobiographisches Fragment von Freud, in S. Bernfeld et S. Cassirer-Bernfeld, Bausteine der Freud-Biographik, traduction et introduction par I. Grubrich-Simitis, Frankfurt am Main, Suhrkamp, p. 93-111.

Betlheim S. et Hartmann H. (1924), Über Fehlreaktionen des Gedächtnisses bei der Korsa-koffschen Psychose, Anh. Psychiat. Nervenkr., t. 72, p. 278-286.

Deserno H. (éd.) (1999), Das Jahrhundert der Traumdeutung ; Perspektiven Psychoanalytischer Traumforschung, Stuttgart, Klett-Cotta.

Freud S. (1891 »), Zur Auffassung der Aphasien. Leipzig und Wien, Franz Deuticke (nouv. éd., Frankfurt am Main, Fischer Taschenbuch Verlag, 1992) ; trad. franç. par C. van Reeth, Contribution à la conception des aphasies, Paris, PUF, 1983. (Les lettres en italiques qui suivent les dates des références de Freud correspondent à la Freud Bibliographie mit Werkkonkordanz, éditée par I. Meyer-Palmedo et G. Fichtner, Frankfurt am Main, 1989, 2e éd. révisée et augmentée, 1999. Les œuvres de Freud sont citées d’après la Studienausgabe quand elles y figurent ; sinon d’après les Gesammelte Werke I GW)

— (1895d) (en collaboration avec J. Breuer), Studien über Hysterie. GW l, 75-312, und GW, Nachtragsband, p. 217-310 ; trad. franç. par A. Berman, Études sur l’hystérie, Paris, PUF, 1967.

— (1899a), Über Deckerinnerungen, GW 1, 531-554 ; trad. franc. Sur les souvenirs-écrans in Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF, 1973.

— (1900a), Die Traumdeutung, Leipzig und Wien, Franz Deuticke. Studienausgabe, II ; trad. franç. Par I. Meyerson, révisée par D. Berger, L’interprétation des rêves, Paris, PUF, 1967.

— (1901b), Zur Psychopathologie des Alltagslebens, GWIV ; trad. franç. de D. Messier, La psychopathologie de la vie quotidienne, Paris, Gallimard, 1997.

— (1905c), Der Witz und säne Beziehung zum Unbewußten. Studienausgabe, IV, 13-219 ; trad. franç. de D. Messier, Le mot d’esprit et sa relation à l’inconscient, Paris, Gallimard, 1988.

— (1905d), Drei Abhandlungen zur Sexualtheorie. Studienausgabe, VI, 43-145 ; trad. franç. par P. Koeppel, Trois essais sur la théorie sexuelle, Paris, Gallimard, 1987.

— (1905e [1901]), Bruchstück einer Hysterie-Analyse, Studienausgabe, VI, 87-186 ; trad. franç. par M. Bonaparte et R. Loewenstein, Fragment d’une analyse d’hystérie (Dora), in Cinq psychanalyses, Paris PUF, 1954.

— (1907a [1906]), Der Wahn und die Träume in W. Jensens « Gradiva ». Studienausgabe, t. 10, p. 13-83 ; trad. franç. par P. Arhex et R.-M. Zeitlin, Le délire et les rêves dans la Gradiva de W. Jensen, Paris, Gallimard, 1986.

— (1911a), Nachträge zur Traumdeutung, GW, Nachtragsband, p. 604-611.

— (1911e), Die Handhabung der Traumdeutung in der Psychoanalyse, Studienausgabe, Ergänzungsband, p. 151-156 ; trad. franç. par A. Berman, Le maniement de l’interprétation des rêves en psychanalyse, in La technique psychanalytique, Paris, PUF, 1953, 43-49.

— (1912-1913a), Totem und Tabu. Studienausgabe, IX, p. 291-444 ; trad. franç. de M. Weber, Totem et tabou, Paris, Gallimard, 1993.

— (1913 ;), Das Interesse an der Psychoanalyse, GW VIII,389-420 ; trad. franç. de P.-L. Assoun, L’intérêt de la psychanalyse, Paris, Retz-CEPL, 1980.

— (1914 » ), Zur Geschichte der psychoanalytischen Bewegung, GW X, 43-113 ; trad. franç. de C. Heim, Sur l’histoire du mouvement psychanalytique, Paris, Gallimard, 1991. (1916-1917a [1915-1917]), Vorlesungen zur Einführung in die Psychoanalyse. Studienausgabe, I, 37-445 ; trad. franç. de F. Cambon, Conférences d’introduction à la psychanalyse, Paris, Éditions Gallimard, 1999.

— (1916-1917f [1915]), Metapsychologische Ergänzung zur Traumlehre, Studienausgabe, III, 179-191 ; trad. franc. Complément métapsychologique à la théorie des rêves, in Métapsychologie, Paris, Gallimard, 1940.

— (1918Ä [1914]), Aus der Geschichte einer infantilen Neurose, Studienausgabe, VIII, 129-231 ; trad. franc. Extrait de l’histoire d’une névrose infantile (l’Homme aux loups), in Cinq psychanalyses, Paris, PUF, 1954.

— (1920f), Ergänzungen zur Traumlehre, GW, Nachtragsband, S. 622 sq.

— (1920g), Jenseits des Lustprinzips, Studienausgabe, III, 217-272 ; trad. franç. par J. Laplanche et J.-B. Pontalis, Au-delà du principe de plaisir, in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1981.

— (1922a), Traum und Telepathie, GW XIII, 165-191 ; trad. franç. par J. Altounian, A. et O. Bourguignon, G. Goran, J. Laplanche, A. Rauzy, Rêve et télépathie, in Résultats, idées, problèmes, II, Paris, PUF, 1985.

— (1923b), Das Ich und das Es. Studienausgabe, III, 282-325 ; trad. franc. Le Moi et le ça, in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1981, p. 219-275.

— (1923c [1922]), Bemerkungen zur Theorie und Praxis der Traumdeutung, GW XIII, 259-270 ; trad. franç. par J. Laplanche, Remarques sur la théorie et la pratique de l’interprétation du rêve, in Résultats, idées, problèmes, II, Paris, PUF, 1985.

— (1923f), Josef Popper-Lynkeus und die Theorie des Traumes, GW XIII, 357-359 ; trad. franc. Par J. Altounian, A. Bourguignon, P. Cotet, A. Rauzy, Josef Popper-Lynkeus et la théorie du rêve, in Résultats, idées, problèmes, II, Paris, PUF, 1985.

— (1924f [1923]) ; Kurzer Abriß der Psychoanalyse, GWXIII, 405-427 ; trad. franç. par J. Altounian, A. Bourguignon, P. Cotet, A. Rauzy, Petit abrégé de psychanalyse, in Résultats, idées, problèmes, II, Paris, PUF, 1984, 97-117.

— (1925d [1924]), Selbstdarstellung, GWXIV, 51-96 ; trad. franç. par F. Cambon, Sigmund Freud présenté par lui-même, Paris, Gallimard, 1984.

— (1925i), Einige Nachträge zum Ganzen der Traumdeutung, GWI,561-573 ; trad. franç. par A. Balseinte, J.-G. Delarbre, D. Hartmann, Quelques additifs à l’ensemble de l’interprétation des rêves, Résultats, idées, problèmes, II, Paris, PUF, 1985.

— (1926d [1925]), Hemmung, Symptom und Angst. Studienausgabe, VI, 233-308 ; trad. franç. par M. Tort, Inhibition, symptôme et angoisse, Paris, PUF, 1951.

— (1932c), Meine Berührung mit Josef Popper-Lynkeus, GW XVI, 261-266 ; trad. franç. par J.-G. Delarbre, Ma rencontre avec Josef Popper-Lynkeus, Résultats, idées, problèmes, II, Paris, PUF, 1985.

— (1933a [1932]), Neue Folge der Vorlesungen zur Einführung in die Psychoanalyse, Stuidienausgabe, I, 449-608 ; trad. franç. par Rose-Marie Zeitlin, Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, Paris, Gallimard, 1984.

— (1940a [1938]), Abriß der Psychoanalyse. GW XVII, 63-138. Abrégé de psychanalyse, trad. par A. Berman, Paris, PUF, 1949, 8e éd., 1975.

— (1941c [1899]), Eine erfüllte Traumahnung, GWXVII,21-23 ; trad. franç. par J. Altounian, A. et O. Bourguignon, P. Cotet, A. Rauzy, Une prémonition onirique accomplie, in Résultats, idées, problèmes, I, Paris, PUF, 109-111.

— (1950c [1895]), Entwurf einer Psychologie, GW, Nachtragsband, p. 387-477.

— (1974a [1906-1913]), Sigmund Freud / C. G. Jung, Briefwechsel, ed. par W. McGuire et W. Sauerländer, Frankfurt, am Main, S. Fischer ;trad. franç. par R. Fivaz-Silbermann, Sigmund Freud / C. G. Jung (1975), Correspondance, 1906-1914, Paris, Gallimard, 1992.

— (1985c[1887-1904]), Briefe an Wilhelm Fließ 1887-1904, d’abord édité par J.-M. Masson en traduction anglaise, édition allemande revue par Michael Schröter, Frankfurt am Main, Fischer Verlag, 1986, 2e éd. avec errata et addenda, 1999).

Grubrich-Simitis I. (1993), Zurück zu Freuds Texten ; Stumme Dokumente sprechen machen, Frankfurt am Main, S. Fischer ; trad. franç. par R. Laine et J. Stute-Cadiot, in I. Grubrich-Simitis, Freud : retour aux manuscrits. Faire parler des documents muets, Paris, PUF, 1997.

— (1995), Urbuch der Psychoanalyse, Psyche, 49, p. 1117-1155.

Hau S. (1999), 140 Jahre experimenteller Traumforschung — Abkehr von der Psychoanalyse ?, Luzjfer-Amor, Bd. 12, p. 112-153.

« Lynkeus »Q. Popper] (1899), Phantasien eines Realisten, Dresden :Carl Reissner.

Nunberg, H. und E. Federn (Hrsg.) (1976, 1977, 1979, 1981), Protokolle der Wiener Psychoanalytischen Vereinigung, 4 vol., Frankfurt am Main, S. Fischer ;trad. franç. par N. Bakman, Les premiers psychanalystes. Minutes de la Société psychanalytique de Vienne, Paris, Gallimard, 1978.

Ogden Th. H. (1997), Reverie and Interpretation, Northvale, NJ, London, Jason Aronson.

Rank O. (1924), Das Trauma der Geburt und seine Bedeutung für die Psychoanalyse, Leipzig, Wien, Zürich, Internationaler Psychoanalytischer Verlag ;trad. franç. Le traumatisme de la naissance, Paris, Payot, 1928, rééd. « Petite Bibliothèque Payot 22 », 1990.

Solms M. (1999), « Traumdeutung »und Neurowissenschaften, in Hundert Jahre « Traumdeutung » von Sigmund Freud ; Drei Essays, réunis par I. Grubrich-Simitis. Livret accompagnant la réimpression de la première édition de Die Traumdeutung de Sigmund Freud, Frankfurt am Main, S. Fischer.

Steiner R. (1988), Paths to, Xanadu... Some Notes on the Development of Dream Displacement and Condensation in Sigmund Freud’s « Interpretation of Dreams », Int. Rev. Psycho-Anal., 15, p. 415-454.

Stewart H. (1981), The Technical Use, and Experiencing, of Dreams, Int. J. Psycho-Anal., Bd. 62, p. 301-307.

Strachey J. (1961), Editor’s Note zu Some Additional Notes on Dream-Interpretation as a Whole, Standard Edition, XIX, 125 sq.

— (1972 [1953]), Editorische Einleitung zur Traumdeutung. Studienausgabe, II, 13-19. Sully J. (1893), The Dream as a Revelation, Fortnightly Rev., 53 (New Series), p. 354-365. Wittels F. (1924), Sigmund Freud ; Der Mann, die Lehre, die Schule. Leipzig, Wien, Zurich, Internationaler Psychoanalytischer Verlag.

Haut de page

Notes

1  Freud, 1924f [1923], p. 405.

2  1985c [1887-1904], p. 417.

3  1895d, p. 122, n. 1, trad. franç. p. 53, n. 1.

4  Mes remerciements à Albrecht Hirschmüller pour m’avoir autorisée à citer des extraits de la transcription de la correspondance entre Freud et Minna Bernays ainsi que d’autres membres de la famille, dont il prépare l’édition.

5  19144d p- 57, trad. franç. p. 34.

6  Décrites pour la première fois dans Retour aux textes de Freud (Grubrich-Simitis, 1993), notamment dans la partie II, chap. 3.

7  1900a, p. 287-291 / p. 195-199, trad. franç. p. 247-251. (Die Traumdeutung est citée ici d’après le volume II de la Studienausgabe, seule édition qui indique suivant le modèle de la Standard Édition les ajouts aux différentes éditions et leurs dates ; le deuxième chiffre se réfère à la première édition de Die Traumdeutung, donc également à sa réimpression actuellement disponible.)
N.d.T. : En français, on se réfère à la seule traduction publiée, celle de I. Meyerson, révisée par D. Berger, L’interprétation des rêves, 1967.

8  1950c [1895], § 19 à 21 de la 1re partie, p. 430-438.

9 Cf. Grubrich-Simitis, 1993, p. 117, trad. franç, p. 107.

10  1914d, p. 60, trad. franç, p. 40.

11  Cf. la reconstruction classique de Didier Anzieu (1988).

12  1985c, p. 144. N.d.T. : il n’existe pas encore de traduction complète des lettres à Fließ en français. Seuls les extraits parus dans La naissance de la psychanalyse seront cités.

13  1900a, p. 315 sq. / p. 218, trad. franç. p. 273-274.

14  1985c, p. 213 sq., trad. franç. p. 152.

15  Op. cit., p. 293 sq., trad. franç. p. 198 ; 1900a, p. 265-270 / p. 180-184, trad. franç. p. 227-230.

16  1985c, p. 325, trad. franç. p. 217 (traduction modifiée).

17  Op. cit., p. 331, trad. franç. p. 219-220.

18  Cf. la rétrospective de la lettre du 23 mars 1900, op. cit., p. 444, trad. franç. p. 279.

19  Op. cit., p. 410, trad. franç. p. 265 (traduction modifiée).

20  Op. cit., p. 396, p. 344 et p. 405. [Trad. franç. p. 254 ; le passage cité p. 344 de l’allemand est omis dans la traduction française ; p. 262 (traduction modifiée).] Peut-être l’appel contenu au début et à la fin du texte du livre (1900a, p. 22 / S. [VI] et p. 587 / p. 370.), de ne pas refuser la liberté de penser à la vie onirique, contient-il un signe de protestation après-coup à l’encontre des restrictions de Fließ.

21  1985c, p. 363, trad. franç. p. 239.

22  Op. cit., p. 344. N.d.T. : ce passage est omis dans la traduction française.

23  Op. cit., p. 402, trad. franç. p. 259.

24  1900a, p. 130, n. 2 / p. 76, n. **, trad. franç. p. 102 (traduction modifiée). Cf. aussi une autre remarque comparable, qui était déjà contenue dans la première édition : « Les pensées du rêve que l’on rencontre pendant l’interprétation n’ont en général pas d’aboutissement, elles se ramifient en tous sens dans le réseau enchevêtré de nos pensées » (op. cit., p. 503 / p. 307, trad. franç. p. 446).

25  1985c, p. 386, trad. franç. p. 249-250.

26  Op. cit., p. 400, traduction française non publiée.

27  Op. cit., p. 397, trad. franç. p. 255. N.d.T. : jeu de mots de Freud sur Dorngestrüpp (buisson d’épines) et la Belle au Bois dormant (en allemand Domröschen), littéralement petite rose épineuse.

28  Cet exemplaire de Fließ, qui s’est trouvé pendant des décennies possédé par la famille Fließ, est passé sous le marteau au cours de la vente aux enchères, chez Christie’s à New York, de la bibliothèque scientifique et médicale Haskell F. Norman et est allé à un propriétaire anglais pour 40 000 dollars.

29  Keith Davies, bibliothécaire du musée, m’a aimablement permis d’étudier les différentes éditions de L’interprétation des rêves dans la bibliothèque de Freud.

30  Op. cit., p. 419 et 424, trad. franç. p. 269.

31  1.901b, p. 244, trad. franç. p. 357.

32  Op. cit., p. 246, trad. franç. p. 358.

33  « [...] avait fait connaissance de Emmersdorf, lieu que je tins à tort pour la résidence du leader étudiant Fischhof » (p. 149 de la 2e éd., 1909).

34  Dans le cas du drame d’Ouranos/Cronos/Zeus de l’émasculation, il corrigea bien sûr le premier passage dans la deuxième édition de L’interprétation des rêves (1900a, p. 261, n. 1, trad. franç. p. 224, n. 1) beaucoup moins radicalement que dans La psychopathologie de la vie quotidienne (1901b, p. 243, trad. franç. p. 354), ou que dans le dernier passage (1900a, p. 586, trad. franç. p. 525) qu’il ne corrigea pas du tout.

35  Cf. la lettre à Fließ du 17 juillet 1899 (1895c, p. 396, trad. franç. p. 254). Freud s’était déjà exprimé le 4 décembre 1896 quant au caractère approprié du thème général de l’Énéide, de Virgile (op. cit., p. 217). Mais ce thème était resté sur la page de couverture dans les éditions ultérieures parues du vivant de Freud, qui ont été de nouveau composées ; dans l’impression du livre dans le cadre des Gesammelte Schriften, il n’est cependant pas repris du tout, probablement par omission.

36  Dans les éditions ultérieures, Freud l’a remis en avant, à l’exception de l’édition de 1925.

37  Bien qu’il s’agisse d’un livre très peu épais, Freud a également créé des pages vivantes dans l’une des premières œuvres, Contribution à la conception des aphasies. L’écrit sur les aphasies (1891 A) a été réédité pour la première fois en 1992 dans le cadre de la collection Sigmund Freud Werke im Taschenbuch. Le directeur de la publication, Paul Vogel, a eu raison de considérer les titres de page comme une « partie du texte original » (op. cit., p. 153) et de les communiquer en annexe.

38  Cf. 1985c, p. 458, trad. franç. p. 286.

39  1900a, p. 140 / p. 84, trad. franç. p. 112.

40  Op. cit., p. 255 / p. 172 et p. 260 sq. / p. 176 sq., trad. franç. (modifiée) p. 218 et p. 223.

41  Cela vaut en particulier pour la Standard Édition. En conséquence, le commentaire des titres de page est absent également de l’édition de L’interprétation des rêves dans le cadre de la Studienausgabe éditée avec la participation de James Strachey. Dans le volume 2/3 des Gesammelte Werke, paru après la mort de Freud, ces titres de page ne figurent que partiellement, car la modification de la mise en page du fait de la nouvelle composition a entraîné des changements dans les formulations.

42  1985c, p. 427. N.d.T. : il n’existe pas encore de traduction française publiée de cette lettre.

43  Lettre du 16 mai 1900, trad. franç. p. 284.

44  Cf. Nunberg et Federn (éd.), 1976, 1977, 1979 et 1981.

45  1900a, p. 371-374, trad. franç. p. 324-328 ; dans la Zeitschrift, p. 80-83.

46  Nunberg et Federn (éd.), 1977, vol. 2, p. 153 sq.

47  1900a, p. 349, trad. franç. p. 305.

48  Pour une description détaillée, cf. Grubrich-Simitis, 1993, p. 140-148, trad. franç. p. 130-139.

49  Un mot de remerciement : sans le travail que James Strachey et ses collaborateurs ont effectué à l’occasion de l’édition de L’interprétation des rêves dans le cadre de la Standard Edition, même la réalisation plus limitée de ces tâches n’aurait pas été possible : en s’appuyant sur des travaux préliminaires du volume 3 des Gesammelte Schriften de 1925, ils ont fait apparaître et daté les ajouts, les suppressions et les corrections dans la séquence des six nouvelles éditions révisées.

50  Voir 1923c [1922], p. 259, trad. franç. p. 79.

51  1900a, p. 24, trad. franç. p. 4.

52  Op. cit. Entre-temps ces crochets qui perturbent le cours de la lecture sont de nouveau abandonnés, dès 1914, avec la quatrième édition.

53  P. 114 sq., trad. franç. p. 87-88 ; cf. aussi 1923f et 1932c.

54  1914d, p. 58, trad. franç. p. 36.

55  Où l’on peut toutefois observer dans la deuxième édition de L’interprétation des rêves des mouvements contradictoires de l’auteur par rapport à ce thème significatif pour la psychanalyse actuelle. D’un côté, il ajoute à une note dans le cinquième chapitre les phrases suivantes : « Avec ce rêve, la patiente entra dans le traitement psychanalytique. Je n’appris que plus tard à comprendre qu’elle répétait ainsi le traumatisme initial d’où avait démarré sa névrose, et j’ai trouvé depuis le même comportement chez d’autres personnes qui avaient subi pendant leur enfance des attentats sexuels et qui désormais en désiraient pour ainsi dire la répétition dans le rêve » (1900a, p. 197, n. 2, trad. franç. p. 166 modifiée). Directement avant ce passage, le texte principal dit : « Que nous ne pouvions plus avoir (évoquer) les événements de notre première enfance comme tels, mais qu’ils nous étaient rendus par des "transferts" et des rêves lors de l’analyse » (op. cit., p. 196, trad. franç. p. 165. Souligné en fonction du contexte par Freud). D’un autre côté, quelques pages plus tard, Freud a supprimé, sans le remplacer et sans commentaire, un récit de rêve relativement long qui se trouvait dans la première édition et qui contenait de la même manière la reproduction d’une scène traumatique dont la rêveuse avait probablement été témoin. Freud commenta cette suppression en 1925, donc après-coup, lors de la réédition de L’interprétation des rêves dans le cadre de ses Gesammelte Schriften de manière apodictique : « Le récit de ce rêve [...] n’a pas été repris dans les éditions ultérieures pour de bonnes raisons. Les rêves de cette sorte sont de nature typique et ne correspondent pas à des souvenirs mais à des fantasmes dont le sens n’est pas difficile à deviner » [GS, vol. 3, p. 38 [5]).

56  1900a, p. 21 / p. [5], trad. franç. p. 1.

57  Op. cit., p. 577, trad. franç. p. 517.

58  Op. cit., p. 44, trad. franç. p. 24. Freud a cependant de nouveau laissé tomber cette remarque dans les deux dernières éditions parues de son vivant, celles de 1925 et 1930. On peut penser qu’en 1924-1925, lors de la préparation des volumes 1 et 2 des Gesammelte Schriften, il ait subitement compris que sa remarque sur cette cicatrice, en tant que information autobiographique, rendrait plus aisément compréhensible la vignette clinique discutée dans son petit travail « Sur les souvenirs-écrans » (1899a) (cf. S. Bernfeld, 1981 [1946]). Et « Sur les souvenirs-écrans » fut réimprimé pour la première fois en 1925 dans le volume 1 des Gesammelte Schriften, en quelque sorte directement après L’interprétation des rêves qui figure dans le deuxième volume de cette édition.

59  Op. cit., p. 24 sq., trad. franç. p. 5. Face à Jung, Freud avait d’ailleurs souligné qu’il était impossible « d’initier pleinement le lecteur de L’interprétation des rêves à la théorie de la sexualité pendant qu’on l’introdui[sai]t à la connaissance la plus élémentaire de la conception des rêves » (1974a [1906-1913], p. 436, trad. franç. p. 143).

60  Rétrospectivement, Freud a rendu le fait de s’être concentré au départ exclusivement sur l’association, responsable du fait que la signification de la symbolique du rêve ne lui soit apparue que beaucoup plus tard dans toute sa dimension ; « car les associations du rêveur ne livrent que peu de chose pour la connaissance des symboles » (19140d, p. 58, trad. franç. p. 35).

61  Cf. p. 67 de l’édition de 1909. Parmi les collaborateurs, il nomme alors expressément Jung, Abraham, Riklin, Muthman, et de nouveau Stekel.

62  1900a, p. 175, n. 1, trad. franç. p. 145, n. 2.

63  Op. cit., 361, trad. franç. p. 315.

64  1974a, p. 433 sq., trad. franç. p. 500-501.

65  Op. cit., p. 436 sq., trad. franç. p. 503-504.

66  1900a, p. 25, trad. franç. p. 5.

67  Strachey, 1953, p. XIII.

68  1900a, p. 244, n. 2, et p. 309, n. 1, trad. franç. p. 208 et 268.

69  Op. cit., p. 587, trad. franç. p. 527.

70  Op. cit., p. 545, trad. franç. p. 487. Toutefois cette citation de Ferenczi paraît d’abord en 1914 dans une note de bas de page et n’est intégrée au texte principal comme conclusion de la section qu’en 1930.

71  Cf. également à cet égard la reconstruction riche de Riccardo Steiner par rapport aux aspects et concepts centraux de L’interprétation des rêves (Steiner, 1988).

72  1900a, p. 152, n. 1, trad. franç. p. 124. La citation est donnée ci avec l’orthographe originale (Sully, 1893, p. 364). C’est seulement après la première publication de mon essai qu’il m’a été possible d’obtenir une copie de l’article de Sully grâce à l’aimable aide d’Anneliese Arendt.

73  Cf. p. 17, ci-dessus.

74 À cet égard encore une citation éloquente : « We may assume, perhaps, that in each case the dream was the expansion and complete development of a vague, fugitive wish of the waking mind. And now, perhaps, the reader begins to see how the dream becomes a revelation. It strips the ego of its artificial wrappings and exposes it in its rude native nudity. It brings up from the dim depths of our sub-conscious life the primal, instinctive impulses [...] » (op. cit., p. 358).

75  Op. cit., p. 354. A d’autres endroits de la quatrième édition de son livre des rêves, Freud rend hommage à différents paragraphes de l’article. Sully « croyait, plus que nul autre psychologue, au sens caché du rêve » (1900a, p. 83, trad. franç. p. 61). Que Freud ait par ailleurs déjà été auparavant, donc avant 1914, familiarisé avec d’autres travaux de Sully, est attesté par d’autres indications dans les Trois essais sur la théorie sexuelle et dans Totem et tabou.

76  1900a, p. 562, trad. franç. p. 503.

77  Op. cit., p. 267, n. 1, trad. franç. p. 229.

78  Op. cit., p. 268, suite de la n. 1 de la p. 267, trad. franç. p. 229.

79  Op. cit., p. 532-534, trad. franç. p. 475-477.

80  Cf. ci-dessus, p. 24, l’information ajoutée à la deuxième édition de L’interprétation des rêves, selon laquelle la cicatrice au menton provenait bien de cet accident. La citation suivante est p. 534.

81  1900a, p. 445, suite de la n. 1, trad. franç. p. 393.

82  1920g, p. 224, trad. franç. p. 51 sq.

83  Ainsi ces leçons sur le rêve représentent-elles en quelque sorte la partie de Freud dans le projet de 1911 d’un « nouveau livre impersonnel » (voir plus haut, p. 27).

84  1900a, p. 26, trad. Franç. p. 8.

85  Par exemple un long rêve de guerre communiqué par Hermine Hug-Hellmuth, qui lui parut particulièrement apte à justifier son terme de « déformation du rêve » (op. cit., p. 159, n. 1, trad. franç. p. 130-131).

86  Op. cit., p. 418. N.d.T. : la traduction française publiée omet cette phrase.

87  Op. cit., p. 126, n. 1, trad. Franç. p. 99, n. 1.

88  1985c, p. 458, trad. Franç. p. 286.

89  Dans la dernière édition de 1930, les mêmes raisons ont fait que la deuxième théorie de l’angoisse de 1926 n’a pu y être incluse.

90  1900a, p. 27, trad. franç. p. 10.

91 Gesammelte Schriften, t. 3, p. 150. Les contributions de Rank ne sont pas non plus contenues dans la huitième édition, ce que Freud indique dans la préface concernée (1900a, p. 28, trad. franç. p. 10).

92  1900a , p. 175, n. 1, trad. franç. p. 146, n. (traduction modifiée).

93  Op. cit., par exemple p. 516, n. 1, ou p. 578, n. 1, trad. franç. p. 458, n. 1, ou p. 518, n. 1 ; mais également dans le chapitre mentionné plus loin « le chapitre complémentaire » à la fin de L’interprétation des rêves, qui au moins dans la section moyenne contient toutes sortes d’actualisations par rapport à la théorie structurale.

94  Op. cit., p. 347, n. 1, et p. 376 sq., trad. franç. p. 302, n. 2, et p. 330.

95  Op. cit., p. 345, trad. franç. p. 301 (traduction modifiée).

96  Par exemple, op. cit., p. 56, ajout à la n. 1, ou p. 341, n. 1, trad. franç. p. 36, n. 1, ou p. 297, n. 2.

97  Op. cit., p. 205, n. 1, trad. franç. p. 172, n. 1.

98  Op. cit., p. 410, n. 1 ; trad. franç. p. 361, n. 1. L’interprétation de Wittels dont Freud prive bien entendu le lecteur est la suivante : « Si j’avoue aux non-latinistes que Publica (sc. puella) signifie une fille de rue ou une fille de joie [en allemand joie se dit Freude] et si j’ajoute que Josef Breuer a alors commencé à se détourner des recherches de Freud justement parce qu’il ne voulait pas l’accompagner sur le terrain du sexuel, se pointe alors à nous ce qui éclaire cet acte manqué. Il nous faudra aussi évaluer l’utilisation erronée de patria dans la perspective de l’homme qui déclare lui-même, que son livre L’interprétation des rêves était la réaction à la mort de son père. En outre, la théorie de Freud libère l’amour de chaînes très anciennes. Ses contemporains le lui reprochent de multiples façons. Saluti publicae vivis ! Mais Freud est un citoyen qui aimerait vivre et mourir en paix. Les penseurs français des Lumières sont également morts avant la Révolution ; Martin Luther avant la guerre de Trente ans » (Wittels, 1924, p. 87).

99  Gesammelte Schriften, t. 3, p. 181 ; citation suivante p. 184.

100  1925i.

101  Strachey, 1961, p. 126. Cette hypothèse est peut être juste. On sait que Jones est sans cesse intervenu dans le sens de la recherche diplomatique de compromis (cf. par ex. Grubrich-Simitis, 1993, p. 255 sq., trad. franç. p. 250).

102  1900a, p. 27, trad. franç. p. 10.

103  La section C sur la littérature, classée par catégories de contenu, que comportait encore l’édition de 1922, disparaît comme rubrique propre. Dans l’édition de 1925 dans le cadre des Gesammelte Schriften, l’annexe bibliographique se limite dans le volume II d’ailleurs de manière conséquente à la bibliographie de la première édition, et dans le volume III figure une explication lapidaire : « Dans les éditions ultérieures de ce livre, on a tenté de poursuivre la littérature jusqu’à chaque date de parution. J’y ai ici renoncé. Comme l’on sait, depuis que l’on connaît L’interprétation des rêves, la littérature sur le rêve (notamment la littérature analytique) s’est beaucoup enrichie » (p. 185).

104  1900a, p. 28, trad. franç. p. 10.

105  Op. cit., p. 532, n. 1, trad. franç. p. 475, n. 1.

106  Op. cit., p. 208, n. 2, trad. franç. p. 175, n. 2.

107  1985c, p. 410, trad. franç. p. 265.

108  1907a [1906], p. 13 ; cf. aussi 1905e [1901], p. 90, trad. Franç. p. 4.

109  En soulignant cela, Freud perd naturellement de vue qu’une grande part de ce qui est proprement psychanalytique — inconscient, défense, refoulement, résistance, même transfert, éléments fondamentaux de technique thérapeutique, etc. — a déjà été développé antérieurement, principalement dans les Études sur l’hystérie rédigées avec Josef Breuer (cf. Grubrich-Simitis, 1995).

110  1985c, p. 444, trad. franç. p. 279.

111  1900a, p. 28.

112  1913j, p. 396, trad. franç. p. 61.

113  1940a [1938], p. 94, trad. franç. p. 61.

114  1925d [1924], p. 73, trad. franç. p. 78.

115  1933a [1932], p. 451, trad. franç. p. 6.

116  Op. cit.

117  1985c, p. 420, trad. franç. p. 269.

118  1941c ; le manuscrit porte la date du 10 novembre 1899.

119  1940a [1938], p. 87 sq., trad. franç. p. 28.

120  1905e [1901] et 1918b [1914].

121  1907a [1906].

122  1916-1917 [1915-1917].

123  Par exemple 1911e, 1916-1917f [1915], 1922a.

124  Pour un troisième groupe de plus petits travaux, les titres mêmes signalent déjà l’appartenance directe à L’interprétation des rêves : 1911a, 1923c [1922] et comme décrit ci-dessus 1925i.

125  1933a [1932], p. 470, trad. franç. p. 43.

126  Voir plus haut, p. 23, n. 1. Cf. aussi 1920f p. 622 sq.

127  Pour un aperçu, cf. Beland, 1991, et Deserno (éd.), 1999 ; dans le domaine de la recherche psychanalytique et de la recherche expérimentale, cf. Hau, 1999.

128  Cf. par ex. Stewart, 1981.

129  Cf. par ex. Ogden, 1997, p. 135 sq.

130  Cf. par ex. Solms, 1999.

131  D’après les renseignements donnés par le S. Fischer Verlag.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/798/img-1.png
Fichier image/png, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilse Grubrich-Simitis, « Métamorphoses de L’interprétation des rêves », Revue germanique internationale, 14 | 2000, 9-47.

Référence électronique

Ilse Grubrich-Simitis, « Métamorphoses de L’interprétation des rêves », Revue germanique internationale [En ligne], 14 | 2000, mis en ligne le 30 août 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/798 ; DOI : 10.4000/rgi.798

Haut de page

Auteur

Ilse Grubrich-Simitis

Psychanalyste, éditrice scientifique des œuvres de Freud aux Éditions S. Fischer, analyste didacticienne à l’Institut de psychanalyse de Francfort-sur-le-Main

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org