Navigation – Plan du site
Continuités, de la Traumdeutung à L'Homme Moïse

Le devenir freudien du souvenir d’enfance

Annie Tardits
p. 99-109

Résumés

Le devenir épistémique du souvenir d’enfance éclaire la méthode de Freud. Le sens ultime du rêve est à chercher dans le nouage (Knotenpunkt) entre les restes diurnes, les impressions de l’enfance défigurées par le travail du rêve et des souvenirs d’enfance insistant étrangement. Dans son choix d’isoler les opérations psychiques pour en faire l’analyse, Freud s’attache dans la Traumdeutung aux traces mnésiques durables que le refoulement a rendues inconscientes. Avec l’étude du souvenir-écran, il analyse en 1899 la part prise par le fantasme dans la déformation du souvenir. Régulièrement réélaboré, le concept de souvenir-écran contribue à la découverte de l’opération du démenti (Verleugnung). Prenant appui sur les différentes modalités du travail du souvenir, Der Mann Moses und die monotheistische Religion construit l’hypothèse que, l’écriture de ses souvenirs d’enfance qu’après Cadès s’est donnée le peuple juif, ont opéré un refoulement et un démenti.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  S. Freud, L’interprétation des rêves, Paris, PUF,1967, p. 112. Les références dans le texte seront (...)
  • 2  Freud note en fin de livre qu’il a laissé de côté la différence entre les deux termes (IR 515).

1Le rêve du 23-24 juillet 1895, dit rêve de l’injection faite à Irma, permet à Freud de poser qu’ « après complète interprétation, tout rêve se révèle comme accomplissement de désir »1. Mais si les rêves des enfants et les « rêves de commodité » l’illustrent, de nombreux autres rêves, pénibles voire angoissants, mettent en doute ce postulat. Véritables faits polémiques, ces rêves qui démentent la doctrine du rêve conçu comme réalisation de désir obligent Freud à reconnaître la différence entre les pensées du rêve, latentes, et le contenu manifeste, l’existence de deux instances psychiques, le fait de la censure. Si le rêve est l’accomplissement d’un désir réprimé (unterdrükten) ou refoulé (verdrängten), c’est au prix d’un déguisement, résultat du travail de déformation nécessaire à la formation du rêve2. Le propos de Freud n’est pas d’expliquer le rêve en tant que phénomène psychique, soit de le ramener à du déjà connu, mais de fonder sur la spécificité de son opération « de nouvelles hypothèses sur l’appareil psychique et le jeu de ses forces » (IR 435). Nous formulons l’hypothèse que les « souvenirs-écrans » qui « défient », selon le terme de Freud, l’amnésie infantile, ont le même statut de fait polémique que les rêves d’angoisse. À ce titre, ils ont contribué à conduire Freud vers l’élaboration d’une autre opération psychique que le refoulement qui, lui, rend compte de l’amnésie infantile : le démenti (Verleugnung).

  • 3  La traduction française omet le commentaire de Freud sur le geste du père et l’intention qu’il lui (...)

2Un même rêve, abordé de deux points de vue différents, introduit deux chapitres du livre, le chapitre qui fait valoir le primat des désirs et impressions de la première enfance, et celui qui pénètre dans la « fabrique de pensées » qu’est le rêve. Le rêve, en effet, tel un tisserand qui noue des milliers de fils, tisse les impressions du jour précédent et les impressions oubliées de l’enfance, mais aussi des souvenirs qui, loin d’être oubliés, insistent étrangement. Les associations de ce rêve, nommé par Freud « rêve de la monographie botanique », convergent vers un de ces souvenirs, celui où Freud arrache avec une joie suprême les feuilles d’un livre que son père lui a curieusement abandonné à cette fin (IR 155)3.

3Pour éclairer comment « le souhait qui provoque le rêve, lors même qu’il est actuel, est bien renforcé par des impressions profondes venues de [l’] enfance » (IR 172), Freud donne une série de quatre rêves qui traduisent le désir d’aller à Rome. Ses associations conjuguent un désir de grandeur d’origine infantile, nourri un temps par le libéralisme du ministère bourgeois, l’obstacle que met l’antisémitisme à sa réalisation, l’identification adolescente au grand guerrier sémite Annibal à qui le destin ne permit pas de gagner Rome, une allusion très discrète à sa phobie des trains. Au point-nœud (Knotenpunkt) de ces pensées, un souvenir de ses dix-douze ans est toujours agissant : le récit par son père, lors d’une de leurs promenades, d’une humiliation antisémite. La Schwärmerei adolescente où la pensée d’Annibal plongea Freud vint substituer à la réponse, qu’il jugea résignée, du père une vengeance que Freud rapporte aussi à de précoces souvenirs de lecture et aux jeux et relations amicales et belliqueuses qu’il eut jusqu’à trois ans avec son neveu. Annibal et Rome représentèrent pour l’adolescent « l’opposition (Gegensatz) entre la ténacité de la judéité et l’organisation de l’Eglise catholique » (IR 174). On pourrait considérer que les choix institutionnels de Freud en 1910 et 1912 sont un devenir de ce souvenir. En confiant à Jung d’abord, puis à l’imaginaire chrétien de Jones (les paladins du Comité secret) la charge d’organiser l’institution qui devait abriter son invention, Freud tenta de faire d’une opposition une alliance.

  • 4  Correspondance S. Freud- A. Zweig, Paris, Gallimard, 1973, p. 129. S. Freud, L’Homme Moïse et la r (...)

4L’écriture de L’Homme Moïse et la religion monothéiste peut être considérée comme un autre devenir de ce souvenir. Alors même qu’il se considère, depuis la crise de l’analyse profane en 1927, comme un chef d’armée sans armée, alors même que Jones soutient la politique dite de sauvetage de la psychanalyse qui, en 1935, contraint les membres juifs de la dpg à démissionner, à l’heure d’une « régression vers une barbarie presque préhistorique », Freud engage son courage et sa ténacité dans une ultime tâche : éclairer « comment le juif est devenu ce qu’il est et pourquoi il s’est attiré cette haine éternelle »4. Les « appréhensions intimes » qu’il doit surmonter sont aussi fortes que les raisons extérieures (principalement la prudence à l’endroit de l’Église) qui le dissuadent de publier le « livre secret » dont l’écriture le déprime et l’exalte tour à tour.

  • 5  L. Flem, L’Homme Freud, Paris, Le Seuil, 1991, p. 85 et 193-198.

5Envisager que L’Homme Moïse est un devenir de souvenirs d’enfance de Freud peut orienter vers un traitement de ce texte qui privilégie la dimension de « roman historique » qu’il eut un temps dans la correspondance avec Arnold Zweig. Ce mode de lecture privilégie la vérité subjective du texte, y cherchant l’ultime fil de l’auto-analyse de Freud, voire un ultime portrait de l’homme Freud. Considéré comme lieu d’élaboration de l’identification paternelle dans une dernière rencontre avec le père mort, L’Homme Moïse trouve alors sa place dans l’ « inconsciente géographie de ses filiations »5. Ce n’est pas sans vérité ; mais, d’une part, Freud n’a pas souligné cette vérité subjective comme il l’a fait pour L’interprétation du rêve (« ma réaction à la mort de mon père » — Préface de 1908), d’autre part, la vérité du sujet Freud, dans ce texte comme dans L’interprétation du rêve ou « Un trouble du souvenir sur l’Acropole », ne vaut pour lui qu’au regard du gain qu’elle constitue pour le savoir. Que Freud ait décidé, pour l’écrire, non seulement de lever toute critique, comme dans l’analyse d’un rêve, mais aussi de laisser libre cours à sa fantaisie, est plutôt une invitation à situer la dimension épistémique, et pas seulement imaginaire, du fantasme dans le processus d’élaboration théorique tel que Freud le pratique. Ses proches et Freud lui-même ont bien repéré son recours audacieux à l’imagination pour introduire tant le meurtre du père que la pulsion de mort. Dès L’interprétation du rêve, il avait présenté le processus primaire comme une « fiction théorique » (theoretische Fiktion) et avancé que le travail intellectuel est pour une large part l’œuvre des forces psychiques inconscientes, comme en témoigne la fécondité intellectuelle de Goethe. L’Homme Moïse et son écriture apportent une contribution majeure à cette question.

6Il faut donc faire l’hypothèse qu’une opération intellectuelle vient se nouer intimement à une disposition subjective pour que Freud se permette cela : « Refuser à un peuple l’homme qu’il honore comme le plus grand de ses fils » (HM 10) ; oser écrire que « le seul homme Moïse », un égyptien, a créé les juifs (HM 203) ; que c’est à lui que ce peuple doit sa ténacité à vivre mais aussi l’hostilité qu’il suscite ; qu’un moment essentiel de son histoire, précisément le moment de l’écriture des souvenirs d’enfance du peuple, est à rapporter à une Entstellung de texte qui est l’effet non d’un refoulement mais d’un démenti (HM 115). « Je peux me permettre cela » (Ich darf mir das erlauben) est la pensée de justification que Freud met à jour dans le rêve de la monographie botanique. On peut approcher comment le devenir épistémique du souvenir d’enfance a, pour une part, supporté l’audace de l’ultime opération de Freud sur « le » texte.

7Des traces d’événements d’enfance sont représentées par allusion dans le contenu manifeste du rêve, mais l’analyse de ce contenu met à jour, dans les pensées du rêve, des impressions des toutes premières années dont nous nous souvenons à peine. Freud fait valoir que ce n’est pas réservé à la névrose, en raison du rôle qu’y jouent ces années de l’enfance, mais que cela appartient à l’essence du rêve. C’est parfois un objet, comme dans le rêve récurrent du lion jaune, ce sont les impressions de jeux et de mouvement (le Hetzen de l’enfance) où le plaisir, le vertige et la terreur étaient étroitement liés aux premières excitations sexuelles. Les rêves où l’on vole ramènent à ces impressions comme les rêves de nudité raniment, de façon souvent inversée, l’ivresse dépourvue de honte de l’exhibition enfantine. Les souvenirs, impérissables même si oubliés, de réprimandes et de peurs sont réveillés par le rêve autant que l’image et l’impression attachées aux seins de la nourrice. La honte, la paralysie et la présence d’étrangers nombreux et non identifiés dans les rêves de nudité, mais aussi les brigands, voleurs et fantômes qui ramènent au souvenir les visiteurs nocturnes enlevant l’enfant de son lit mouillé, signent que « le rêve n’est presque jamais un simple souvenir » (IR 214).

8Cet écart ne tient pas seulement au travail de défiguration à l’œuvre dans le rêve. S’il faut compter avec le procès de refoulement, il faut aussi compter avec la dimension du fantasme. À propos du rêve qui réveille le souvenir des seins de la nourrice, Freud doit reconnaître que « l’interprétation du rêve ne peut nous apprendre s’il s’agit ici de fantasmes ou de souvenirs de faits réels » (IR 250). L’analyse du rêve, éminemment transférentiel, dont le « point central » est le lapsus NOM VIXIT, nécessite l’évocation du champ de bataille qui vit la victoire de l’enfant Freud sur son neveu à peine plus âgé, laissant émerger ainsi un non vicit, non formulé, noué au non vivit. Freud note que « ce souvenir, ou plus vraisemblablement ce fantasme, qui s’impose pendant l’analyse du rêve — sans autre garantie, je ne peux dire comment —, se présente comme un lieu de rencontre des pensées du rêve » (IR 412). C’est ce même caractère de nodalité – Freud parle de Knotenpunkt – que Freud dégage dans le rêve de la monographie botanique. Restes diurnes, les deux termes « monographie » et « botanique » présentent de nombreux « points de contact » avec les pensées du rêve et avec le livre détruit du souvenir d’enfance. Sans préciser davantage, Freud indique que le sens ultime du rêve est en étroite relation avec cette scène de l’enfance.

9Freud écarte pourtant de son étude les exemples de rêve et d’interprétation où des fantasmes inconscients jouent un grand rôle (IR 420). Il reconnaît cependant que le travail du rêve, soit le rêve en tant que tel puisque là est son essence, « utilise volontiers un fantasme tout fait au lieu d’en forger un à partir du matériel fourni par les pensées du rêve » (IR 422). C’est une des voies qu’emprunte l’élaboration secondaire dans son travail de mise en ordre et de cohésion. Ce parti pris de Freud tient pour une part à la nature du matériel de ses propres rêves qui s’appuient rarement sur des fantasmes ou dans lesquels il n’est pas parvenu à « fixer » ce qu’il reconnaît comme un fantasme inconscient. Mais cette façon, délibérée et affirmée comme telle, de laisser de côté cet élément du rêve intriqué avec certains souvenirs, tient aussi à un parti pris méthodologique. De la même façon que Freud isole le rêve de la névrose pour formuler des hypothèses sur l’appareil psychique à partir de la spécificité de cet acte psychique, il laisse de côté le fantasme et son nouage avec certains souvenirs d’enfance. Il énonce clairement que cette méthode d’isolation rend nécessaires d’autres recherches portant sur d’autres actes psychiques afin d’éclairer « la structure et le fonctionnement de l’esprit dans son ensemble » (IR 435).

10Lorsque Freud, au chapitre VII, situe la place et la fonction du « système de souvenirs » dans le « Heu psychique », ce sont les traces mnésiques durables mais inconscientes qu’il retient et il laisse donc de côté les souvenirs d’enfance qui semblent avoir échappé au refoulement et qui insistent. La transformation en traces mnésiques des qualités sensibles du système Perception-Conscience crée un système de souvenirs profondément gravés. Ces véritables « empreintes » des impressions marquantes de l’enfance, bien qu’inconscientes et présentant une faible qualité sensorielle, participent à la marche régrédiente du rêve en exerçant une attraction sur la pensée qui est séparée de la conscience par le sommeil ou sur les pensées « abandonnées à elles-mêmes » du préconscient. C’est le désir inconscient, nécessairement infantile, qui pousse au travail l’appareil psychique ; il pousse au ré-investissement de l’image mnésique ; il peut faire que la régression aille au-delà des images mnésiques jusqu’à revivre de façon hallucinatoire les images de perception. Freud en vient à formuler l’hypothèse que si la fuite devant le souvenir de la douleur et de l’effroi est le premier modèle du refoulement, un fond de souvenirs infantiles est la première condition du refoulement.

11Malgré son parti pris d’une solution de continuité entre le rêve et les névroses, Freud ne manque pas de noter que la régression à l’œuvre dans le rêve, sous ses formes topique, temporelle et formelle, joue un rôle aussi important dans la formation des symptômes névrotiques (IR 466). La régression permet, grâce au travail de modification, qu’une scène infantile revienne, non comme telle, mais comme rêve. Freud signale alors une « impression » (Eindruck) : derrière la reviviscence de l’enfance individuelle, permise par la régression au plus ancien passé du rêveur, on entrevoit l’enfance phylogénétique dont le développement de l’individu est une répétition abrégée. Évoquant sa rencontre avec Nietzsche sur ce point, il formule son propre espoir que la psychanalyse permettra d’atteindre l’héritage archaïque de l’homme et trouvera sa place dans les sciences qui s’efforcent de reconstruire les phases les plus anciennes de l’humanité.

  • 6  S. Freud, Totem et tabou, Paris, Gallimard, 1993, p. 302.

12Après Totem et tabou et le texte non publié de son vivant sur les névroses de transfert, L’Homme Moïse est une nouvelle tentative de rabouter l’héritage archaïque de l’homme à son héritage historique, et de saisir leur impact tant sur la civilisation que sur l’individu. Freud note dans L’Homme Moïse que sa thèse de Totem et tabou n’a fait que se renforcer, mais il se demande s’il en apporte la preuve pour le monothéisme juif : son travail est comme une danseuse qui fait des pointes (HM 137). Dès 1913, il est repérable qu’il ne peut simplement déduire le monothéisme juif de la construction du meurtre du père et de son retour dans le totémisme. Il note alors que de « puissants motifs » le retiennent d’essayer de retracer l’évolution des religions. Les deux fils qu’il suit dans la trame de cette évolution – le motif du sacrifice et le rapport père / fils – ne sont pas noués dans le texte. Dans la « représentation plus élevée » d’un dieu qui ordonne le sacrifice, à quoi aboutit la transformation du motif du sacrifice, Freud identifie « le déni (Verleugnung) le plus extrême du grand méfait avec lequel la société et le sentiment de culpabilité ont commencé »6. Mais c’est dans l’orphisme qu’il situe l’origine de la doctrine chrétienne du péché originel.

13Vingt ans plus tard, deux ordres de raisons déterminent Freud à dépasser les motifs qui le retenaient en 1913. Les nouvelles persécutions antisémites lui font devoir de penser ce qu’il avait laissé de côté ; pas tout à fait puisque 1913 est l’année où il travaille au Moïse de Michel-Ange. À cette raison majeure s’ajoute un motif clinique tout aussi déterminant qui concerne la fin de la cure. Les « manifestations résiduelles du travail analytique », rapportables au caractère injustifié du point de vue individuel des comportements névrotiques dans le complexe d’Œdipe et le complexe de castration, exigent de « jeter un pont » entre les peuples et l’individu névrosé, de postuler que la trace mnésique archaïque peut être réveillée par un événement historique. Sans ce postulat, « nous n’avancerons pas d’un pas » (HM 196). Pour jeter ce nouveau pont, Freud n’emprunte pas uniquement la voie des symptômes névrotiques qui fut celle de Totem et tabou. À cet acquis, qui met en œuvre le devenir de la trace mnésique inconsciente étudié dans L’interprétation du rêve, il doit ajouter une autre modalité de ce qu’on pourrait appeler, par analogie avec le « travail du rêve », le travail du souvenir.

14Freud n’a pas donné un exposé d’ensemble du travail du souvenir, dont relèvent les différentes inscriptions et traductions des traces mnésiques, leur réactualisation, mais aussi bien la lacune du souvenir et l’amnésie infantile et cette modalité du souvenir qu’il a nommée « souvenir-écran ». Cette absence d’exposé d’ensemble est à corréler au devenir de la métapsychologie mais aussi au parti pris méthodologique évoqué ci-dessus et au temps qu’il aura fallu à Freud pour dégager l’opération du démenti.

  • 7  S. Freud, « Sur les souvenirs-écrans », dans Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF, 1973 [et (...)

15Les souvenirs-écrans sont des souvenirs têtus, par leur insistance et leur fixité, leur caractère « durable et sans rémission ». Freud fait référence à l’un d’eux dans une lettre à Fließ, peu après lui avoir écrit qu’il ne croit plus à sa neurotica, dans ce temps donc où il est aux prises avec la question du fantasme qui vient miner sa théorie de la séduction. La deuxième partie de l’Esquisse avait élaboré la temporalité du traumatisme dans le refoulement hystérique : « Un souvenir refoulé ne s’est transformé qu’après-coup en traumatisme. » Cette « production de processus primaires posthumes » est à mettre au compte du retard de la puberté qui ne donne qu’après-coup la compréhension des émois sexuels de l’enfance, quand une trace mnésique inconsciente est réveillée par l’émoi actuel. Mais Freud doit envisager en 1897 que l’accès aux scènes primitives se fait par fantasmes interposés. Le fantasme opère par une « fabrication par fragmentation » du souvenir, constituant une défense contre le retour des scènes primitives. Il se pourrait donc que le fantasme soit une voie obligée pour accéder au souvenir qui est en jeu dans la formation du symptôme, donc pour avoir une chance de le dénouer. Peut-être est-il aussi la voie obligée pour l’ultime interprétation d’un rêve. Un an après cette lettre, Freud analyse minutieusement un de ces souvenirs-écrans, cherchant comment il s’est écrit avec le fantasme7.

16Pour une première analyse, le souvenir-écran du bouquet de fleurs arraché à la petite fille semble relever d’une formation de l’inconscient : conflit et résistance, refoulement, substitution de représentation avec formation de compromis par voie de déplacement. La représentation anodine conservée entretient un rapport de voisinage, de contiguïté, avec la représentation que Freud préfère dire « laissée de côté », « abandonnée », plutôt que refoulée. Il y a déplacement d’un cran dans l’association. Freud cherche pourtant autre chose que le mécanisme formateur de symptôme ; il cherche comment le souvenir a été « produit autrement ». Il analyse comment il a été « ciselé » après-coup, comme on fabrique un poème, avec deux fantasmes conscients projetés l’un sur l’autre. Le souvenir-écran obéit donc à la même temporalité que celle que Freud a établie dans l’Esquisse pour le traumatisme. Il représente non pas un événement passé mais un fantasme ultérieur. Freud plaide pourtant pour son authenticité, pour sa vérité « historique » sinon « matérielle », pour la connexion entre le contenu ultérieur et le contenu propre. Il évoque alors deux souhaits « réprimés ». Le premier est un fantasme inconscient de défloration. Quelque chose de non advenu s’est esquivée en fraude dans le souvenir. Si cette falsification (Fälschung) est possible, c’est parce que la trace mnésique insignifiante (arracher les fleurs) offre un « point de contact » avec le fantasme, vient à sa rencontre. La temporalité est donc d’anticipation et de rétroaction. Le deuxième souhait, réprimé mais pas inconscient, est le souhait de bien-être matériel déjà évoqué par le fantasme conscient du désir de réparation imputé au père. Quelle représentation à l’œuvre dans ce souhait apparemment inoffensif requiert non pas un refoulement mais une répression ? Quelle signification, portée par ce souhait, vient s’introduire irrégulièrement dans le souvenir ? Quelle signification est mise de côté ? Freud ne pose pas la question et interrompt l’analyse du souvenir.

  • 8  S. Leclaire, Psychanalyser, Paris, Le Seuil, 1968, p. 31 et s.

17Il peut être tentant, et à certains égards nécessaire, de poursuivre l’analyse là où Freud l’interrompt. Si la voie par laquelle le fantasme est reporté dans l’enfance est la voie d’association verbale comme Freud l’indique à Fließ en janvier 1899, on peut tenter de suivre la chaîne des signifiants de l’inconscient de Freud. C’est la voie qu’a empruntée Serge Leclaire dans une lecture éclairante de « Freud avec Freud »8. Il y croise les signifiants du souvenir avec ceux du souvenir-écran de la monographie botanique, ceux de quatre rêves de Freud et sa négligence (qu’il interprète comme un lapsus) à propos du souvenir de Léonard. Dans sa tentative de déchiffrer le désir de Freud, d’en dévoiler le secret, il fait opérer le même désir que celui qu’il lui suppose : un désir « saisi aux rets de l’Œdipe » et « affranchi de la fascination de l’objet ». Sa lecture du désir transgressif de Freud transgresse en effet la sorte de règle de retenue que Freud observe dans la publication des fragments d’analyse de rêves ou de souvenirs, elle poursuit l’analyse au-delà du point où Freud délibérément l’interrompt.

18Il peut être tout aussi nécessaire de prendre acte de la décision de Freud en tant qu’elle est de nature méthodologique. Freud s’en est expliqué dans l’Interprétation : il interrompt son exposé au point de contact du rêve et de la névrose afin d’isoler de la névrose l’acte psychique du rêve ; mais aussi il laisse de côté l’analyse du contenu sexuel des rêves, non par pudeur mais en raison d’un manque dans la théorie de la sexualité et des perversions. On peut faire l’hypothèse que c’est pour cette raison aussi qu’il interrompt l’analyse, la disant lui-même non exhaustive, du souvenir.

  • 9  Sur cette question, voir H. Rey-Flaud, Comment Freud inventa le fétichisme et réinventa la psychan (...)

19Laisser de côté une représentation réprimée, qui est autre chose que la refouler, laisse des traces. On peut donner ce statut de trace à ce que Freud indique incidemment, comme à côté des représentations concernant la faillite du père et le désir de réparation qu’il lui suppose : il avait déjà coutume, enfant, alors qu’il marchait à peine, d’échapper au père lors de leurs promenades. Nous pouvons faire l’hypothèse que le suspens de l’analyse du souvenir tient moins à la difficulté à énoncer un vœu hostile contre le père qu’à une méconnaissance de l’opération psychique, dont le vœu d’échapper au père et sa signification peuvent être l’objet. Avec le souvenir-écran, Freud ouvre une question, qui n’a pas encore ses coordonnées, concernant le démenti de la signification de la castration dont le père est porteur9. Il dégage cependant le concept de souvenir-écran : il est une écriture falsificatrice, faite avec le fantasme, de traces mnésiques qui nous restent inconnues dans leur forme originelle. Son trait spécifique est que la personne propre y entre en scène « comme un objet parmi d’autres objets ». La mise à jour de l’objectivation du sujet dans la scène du souvenir est ainsi la première formulation de la structure grammaticale et désubjectivante du fantasme, que Freud formulera en 1919 avec « On bat un enfant ».

  • 10  S. Freud, Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, Paris, Gallimard, 1987.

20En 1910, Freud se sert du concept de souvenir-écran pour étudier, avec le souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, sa double nature de chercheur et d’artiste, et pour s’affronter, à propos de ce « grand », à la question du père et aux transformations des pulsions10. Après s’être dit à lui-même « nous n’avons pas le droit de perdre courage », il s’autorise à soutenir ce qu’il désigne comme une « absurdité » : la fixation au pénis de la mère. Il formule comment Léonard a « dénié et recouvert » (verleugnet und überdeckt) par un sourire ensorcelant l’envie de sa mère infortunée lorsqu’elle dut céder son fils. Ce travail opère un changement d’accent par rapport au texte de 1899 : les traces mnésiques falsifiées, incomprises du sujet, sont dites d’ « inestimables témoignages » sur les lignes les plus importantes du développement psychique. Freud s’attache donc à dégager deux contenus mnésiques réels dans le fantasme (la tétée et les innombrables baisers reçus de la mère). Il ne variera plus sur ce point. En 1914, il soutiendra que les souvenirs-écrans contrebalancent l’amnésie infantile, qu’ils « retiennent » tout l’essentiel de la vie infantile. En 1917, à propos du souvenir d’enfance de Goethe, il rappellera que ces souvenirs qui « défient » l’amnésie infantile sont l’ « élément le plus significatif » de toute cette tranche de vie oubliée. Il est frappant de lire comment l’analyse de ce souvenir de Goethe le met sur la voie de la répétition d’un acte symbolique par lequel l’enfant symbolise l’expérience traumatique. Il dira en 1919, dans une note ajoutée au Léonard, que c’est un « fait curieux », une lacune dans l’autobiographie de Goethe, qui l’a déterminé à étudier ce souvenir.

  • 11  S. Freud, Trois essais sur la théorie sexuelle, Paris, Gallimard, 1987, p. 64.

21C’est l’année suivant, en 1920, qu’une note ajoutée aux Trois essais sur la théorie sexuelle introduit une comparaison, rendue possible par l’analyse du souvenir de Léonard, entre le souvenir-écran et le fétiche. Il la formule ainsi : « Derrière le premier souvenir relatif à l’apparition du fétiche se trouve une phase engloutie et oubliée du développement sexuel qui est représentée (vertreten) par le fétiche comme par un « souvenir-écran » et dont le fétiche représente (darstellt) ainsi le reste et le précipité. »11 Mais Freud n’a pas encore élaboré l’opération de Verleugnung et il ajoute qu’on ne comprend pas « comment ça s’est produit ». On peut pourtant noter, dans l’après-coup de l’élaboration de 1927 sur la Verleugnung, qu’il utilise toujours le verbe verleugnen de façon spécifique. Le réexamen régulier du concept de souvenir-écran a donc contribué à tisser les fils du traumatisme et de la répétition symbolique, du complexe parental et de la castration, du fantasme et de la Verleugnung. Pour saisir la difficulté qu’il y a eu pour Freud à dégager le concept de cette opération psychique, il pourrait être intéressant, de façon latérale, de repérer l’embarras de Lacan sur ce point en 1957.

  • 12  B. Lemérer, Les deux Moïse de Freud (1914-1939). Freud et Moïse : écritures du père 1 ; F. Balmès, (...)

22L’Homme Moïse utilise les différentes modalités du travail du souvenir (la trace mnésique inconsciente et durable, son réveil après une latence ou lors d’un événement, le retour du refoulé, l’écriture du souvenir). Il s’en sert pour penser le meurtre du père, son retour dans le totémisme, son réveil dans le meurtre de Moïse, l’opposition entre la transmission orale de la tradition et la fixation écrite. L’analogie sur laquelle Freud fonde le raccord de sa construction de la religion monothéiste à sa thèse de Totem et tabou rappelle les deux modalités différentes de l’amnésie infantile et du souvenir-écran. Son propos est de comprendre comment la transmission par Moïse de l’idée monothéiste, dont il admet l’émergence sans vraiment l’analyser, a produit une impression si profonde sur le peuple juif qu’il est parvenu à la maintenir si longtemps. Comment de la rencontre bouleversante avec l’ « être dont on était privé depuis si longtemps », du réveil de sa trace mnésique, est née une religion qui a reconnu le père éminent, a institué une exigence de vérité et de justice, a fait triompher la vie de l’esprit sur la vie pulsionnelle, mais n’a pas reconnu l’acte primitif du meurtre ? L’hypothèse de Freud est que la religion de Moïse a produit ses effets par le rejet de l’acte et les traces qu’il a laissées. Plus précisément, le destin a rapproché le peuple juif de l’acte primitif lors de sa répétition sur la personne de Moïse, dans une mise en acte qui a pris la place du souvenir, et ce nouvel acte a été démenti dans une écriture déformée du souvenir (HM 181)12.

23Dans l’étude sur Léonard, Freud avait rapproché l’écriture falsifiante du souvenir-écran des déformations à l’œuvre dans les débuts de l’historiographie des peuples anciens. Le récit biblique est pour lui une « fiction pieuse » qui remanie et déforme une tradition. Il ne s’en tient pourtant pas à la mise à jour critique de ces contradictions et transformations ; il entend dégager le noyau de vérité historique du récit. Il lui faut pour cela éclairer les motifs secrets des déformations, les bonnes raisons qu’a eues la tradition juive de dénier l’origine égyptienne de Moïse, au risque de faire de sa construction une danseuse qui fait des pointes. L’analyse du compromis de Cadès est une des deux pointes. La fixation écrite de la préhistoire du peuple juif est analysée avec l’acquis conceptuel du souvenir-écran. Partant de l’hypothèse de Sellin, de l’apport de l’exégèse critique et des travaux de Meyer, Freud s’attache à monter comment les remaniements à l’œuvre dans cette fixation écrite sont déterminés par l’alliance de Cadès autour de la religion de Yavhé, dieu des volcans. Dans l’écriture du passé que se donne le peuple formé par cette alliance opèrent un refoulement et un démenti. La religion de Moïse, avec son exigence de vérité et de justice, son refus de la magie et de l’idolâtrie, est refoulée. Un certain nombre de faits et de significations sont déniés : l’origine égyptienne de Moïse et de la circoncision, le caractère nouveau et étranger de Yavhé. Ces falsifications opèrent par un changement de place et d’aspect, par une Entstellung de texte, de lettre (HM 115). L’élément réprimé et dénié mais non refoulé se retrouve ailleurs, modifié, arraché à son contexte, difficile à reconnaître, mais repérable à partir des lacunes et des contradictions, des répétitions qui en sont les traces. Ainsi la circoncision est déplacée de son origine égyptienne vers l’alliance avec Abraham, Moïse devient un pâtre thaumaturge madianite, Yavhé est déplacé en Égypte.

24Le meurtre de Moïse est l’objet majeur, et lourd de conséquences, du démenti. Il devient, comme rebut de ce chiffrage déformant, le réel du texte biblique. Freud suit l’hypothèse de la réalité matérielle du meurtre, mais il en fait aussi la vérité historique de l’adoption d’une nouvelle religion. Que le meurtre ait réellement eu lieu ou pas, l’adoption d’une religion radicalement étrangère à la religion mosaïque a la signification d’un meurtre. Cette signification est démentie par le procès d’écriture des souvenirs d’enfance du peuple juif, mais pas sans laisser des traces : « Il en va de la déformation d’un texte comme d’un meurtre. Le difficile n’est pas d’exécuter l’acte mais d’en éliminer les traces » (HM 115). L’Entstellung de texte change l’aspect de l’élément « réprimé et dénié », mais aussi il le change de place. Ainsi modifié, arraché de son contexte et placé ailleurs, il n’est pas facile de le reconnaître. Freud développe peu la dimension du fantasme dans ce démenti ; mais il l’identifie comme fantasme de désir du Messie, attente messianique d’une restauration dans laquelle œuvre le repentir. Le Christ est héritier de ce fantasme de Messie et du fantasme d’expiation (HM 178 et 182). Mais ce qui va permettre le retour de la religion mosaïque refoulée ce sont les voix qui vont s’élever à partir d’une tradition orale, où une transmission plus véridique va s’opposer à l’écriture falsifiante du récit des origines.

25Nous ne ferons qu’indiquer quelques questions ouvertes par cette tentative de jeter un pont entre ces deux textes majeurs de Freud. Comment le concept de souvenir-écran se trouve-t-il précisé ? Quelle place, au sens de la topique, faut-il faire à l’opération de Verleugnung ? Certaines difficultés de la Traumdeutung s’en trouvent-elles éclairées ?

Haut de page

Notes

1  S. Freud, L’interprétation des rêves, Paris, PUF,1967, p. 112. Les références dans le texte seront appelées (IR). Nous modifions la traduction lorsque cela nous paraît nécessaire.

2  Freud note en fin de livre qu’il a laissé de côté la différence entre les deux termes (IR 515).

3  La traduction française omet le commentaire de Freud sur le geste du père et l’intention qu’il lui prête de lui avoir abandonné le livre « pour le détruire » : « C’était difficile à justifier d’un point de vue éducatif. »

4  Correspondance S. Freud- A. Zweig, Paris, Gallimard, 1973, p. 129. S. Freud, L’Homme Moïse et la religion monothéiste, Paris, Gallimard, 1986. Les références seront appelées (HM).

5  L. Flem, L’Homme Freud, Paris, Le Seuil, 1991, p. 85 et 193-198.

6  S. Freud, Totem et tabou, Paris, Gallimard, 1993, p. 302.

7  S. Freud, « Sur les souvenirs-écrans », dans Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF, 1973 [et « Des souvenirs-couverture», Œuvres complètes, III, Paris, PUF, 1989].

8  S. Leclaire, Psychanalyser, Paris, Le Seuil, 1968, p. 31 et s.

9  Sur cette question, voir H. Rey-Flaud, Comment Freud inventa le fétichisme et réinventa la psychanalyse, Paris, Payot, 1994.

10  S. Freud, Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, Paris, Gallimard, 1987.

11  S. Freud, Trois essais sur la théorie sexuelle, Paris, Gallimard, 1987, p. 64.

12  B. Lemérer, Les deux Moïse de Freud (1914-1939). Freud et Moïse : écritures du père 1 ; F. Balmès, Le nom, la loi, la voix, Freud et Moïse : écritures du père 2 ; S. Rabinovitch, Écritures du meurtre, Freud et Moïse : écritures du père 3, Ramonville Saint-Agne, Érès, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Tardits, « Le devenir freudien du souvenir d’enfance », Revue germanique internationale [En ligne], 14 | 2000, mis en ligne le 30 août 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/806

Haut de page

Auteur

Annie Tardits

Psychanalyste, Paris

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page