Navigation – Plan du site

Andrea Mustoxidi : nostalgie, poésie populaire et philhellénisme

Konstantina Zanou
p. 143-154

Résumés

Le cas d’Andrea Mustoxidi (1785-1860), un intellectuel né à Corfou mais ayant passé une longue période de sa vie en Italie et devenu par la suite le premier ministre de l’éducation en Grèce, fournit un bon point de départ pour examiner le phénomène de la création d’une identité nationale dans une situation de distance par rapport à la patrie. Son cas est un exemple parlant de l’interaction entre le philhellénisme et les intellectuels grecs de la diaspora. L’article envisage la manière dont les intellectuels grecs de la diaspora ont contribué à créer une tradition narrative philhellène et inversement la manière dont le « discours philhellénique » et le sentiment de nostalgie ont influence la perception par ces intellectuels de leur identité nationale

Haut de page

Texte intégral

« …Ta nostalgie a créé un pays qui n’existe pas,
aux lois sans rapports à la terre ni aux hommes. »
Giorgos Seferis, Le Retour de l’expatrié

  • 1 Gilles Pécout, « Philhellenism in Italy : political friendship and the Italian volunteers in the Me (...)
  • 2 À propos de la différence entre les deux termes (« Hellénisme » and « Philhellénisme ») voir David (...)
  • 3 La notion de « discours » adoptée ici est inspirée du schéma théorique élaboré par Michel Foucault, (...)

1Comme on l’a dit récemment le philhellénisme a été abordé par les historiens à la fois dans son sens étroit et dans son sens large1. Une définition étroite du « philhellénisme » situe le phénomène dans la décade de la révolution grecque, comme une manifestation de sympathie politique vis-à-vis de la renaissance des Grecs. Une définition large considère en revanche le philhellénisme comme un phénomène commencé longtemps avant que n’éclate la révolution grecque et qui a duré jusqu’à la fin du xixe siècle, longtemps après l’établissement de l’État grec. Les deux interprétations du phénomène ne sont pas, de mon point de vue, nécessairement contradictoires : le philhellénisme peut être abordé à la fois comme un phénomène de durée brève, une interprétation qui soulignerait son aspect politique, et comme un phénomène de longue durée, une interprétation qui inclurait nécessairement le concept apolitique d’« hellénisme » propre au xviiie siècle et soulignerait les aspects culturels et intellectuels du phénomène2. Dans le présent essai j’adopte l’approche de la longue durée et plus particulièrement je considère le « philhellénisme » comme un mouvement culturel, intellectuel et politique capable de produire un « discours ». En d’autres termes, par philhellénisme je désigne ici un « discours philhellène », c’est-à-dire un imaginaire collectif, un système de significations, de narrations et de lieux communs sur la Grèce, une « tradition philhellène canonique » construite en dehors de la Grèce – en Europe et en Amérique – dès la seconde moitié du xviiie siècle3.

  • 4 Le problème des exilés (ou plus généralement des immigrants) et la formation de l’identité national (...)

2L’accent est mis sur l’interaction entre le « discours philhellène » et les intellectuels grecs de la diaspora. Le fil directeur souligne la réciprocité du jeu historique : je suggère que les Grecs de la diaspora ont contribué – en relation notamment avec d’autres facteurs – à la formation du « discours philhellène ». Et inversement, le « discours philhellène », une fois établi, a fourni aux intellectuels grecs de la diaspora un ensemble de vocabulaire, de lieux communs et établi des représentations de la Grèce grâce auxquels ces intellectuels perçurent finalement leur identité nationale. Dans ce processus de formation de l’identité nationale « depuis l’extérieur des frontières nationales », depuis une certaine distance par rapport au pays, nous devrions considérer un autre facteur : le mécanisme complexe de la nostalgie. Pour résumer l’argumentation nous pourrions dire que l’idée de la nation grecque a été créée à distance (et à cause de cette distance)4, en traversant les mécanismes de la nostalgie et de la « narration philhellène ». Ce n’est pas tout : les Grecs de la diaspora essayèrent de rapatrier leur vision nostalgique et de l’imposer à la réalité grecque. Il n’est pas étonnant qu’ils aient échoué. Ce qui est étonnant c’est que la vision, l’« utopie de la Grèce », plus puissante que la réalité, ait perduré et survécu même à l’échec.

  • 5 La personne d’Andrea Mustoxidi constitue le cœur de ma thèse. Peu de travaux ont été jusqu’à présen (...)

3Ces considérations sont liées à une recherche sur Andrea Mustoxidi (1785-1860), un intellectuel ionien formé principalement en Italie et en France qui, en retournant en Grèce, fut l’un des piliers du gouvernement de Capodistria5. C’est pourquoi, afin de comprendre ce processus, je vais examiner son cas, que je considère comme assez représentatif de la diaspora des intellectuels grecs du début du xixe siècle et donc des « pères » de la nation. D’abord je voudrais rappeler le rôle de Mustoxidi dans la formation et la diffusion du « discours philhellène ». Ensuite j’examinerai quelques passages de sa correspondance de façon à montrer la fonction de son sentiment de nostalgie. Puis je considérerai son implication dans la première collection de poésie populaire grecque car je pense que cette découverte de la poésie populaire est un domaine où nous pouvons mieux comprendre comment la rencontre de la nostalgie, du pouvoir discursif du philhellénisme, et de la construction de la conscience nationale ont opéré. Finalement j’observerai de quelle manière les mots-clés de base du « discours philhellène » furent reproduits par le même Mustoxidi, influençant sa perception de l’identité nationale.

  • 6 Le Nove Muse Di Erodoto Alicarnasseo Tradotte ed Illustrate da Andrea Mustoxidi Corcirese, vol. I, (...)
  • 7 Isokratous, Logos peri tis Antidoseos idi proton eis tin arhaian grafin diaskevastheis kai ogdoikon (...)
  • 8 Iliade di Omero Traduzione del Cav. Vicenzo Monti, Terza Edizione Ricorretta dal Traduttore Coll’ A (...)
  • 9 Gio. Battista Sonzogno, Discorso intorno alla Collana degli Antichi Storici Greci Volgarizzati, Mil (...)
  • 10 Sillogi apospasmaton anekdoton Ellinikon meta simeioseon, spoudi Andreou Mustoxidou kai Dimitriou S (...)
  • 11 Sur la représentation du thème de Parga voir : Natale Caccia, « L’episodio di Parga in alcuni compo (...)
  • 12 Giovanni Berchet, Poesie, éd. par Bellorini Egidio, Bari, Laterza, 1941, p. 3-5, 25-27.
  • 13 Giacomo Leopardi, Tutte le poesie e tutte le prose, edited by Lucio Felici et Emanuele Trevi, Roma, (...)
  • 14 In : Miodrag Ibrovac, Claude Fauriel et la fortune européenne des poésies populaires grecque et ser (...)
  • 15 Vincenzo Monti, Poesie, éd. par Bezzola Guido, Torino, Unione Tipografico-Editrice Torinese, 1969, (...)

4Voyons d’abord dans les grandes lignes quelle fut la contribution d’Andrea Mustoxidi à la promotion de la tradition littéraire philhellène. Dans les années 1800-1830, c’est-à-dire pendant son séjour en Italie, la production littéraire de Mustoxidi se concentra dans deux domaines : la propagation des connaissances sur les études classiques grecques, et l’information sur l’évolution contemporaine de la Grèce moderne. Mustoxidi souhaitait contribuer à la renaissance de l’intérêt concernant l’Antiquité grecque – un intérêt qui avait commencé à se développer en Europe dès le milieu du xviiie siècle. Il donna une volumineuse traduction d’Hérodote au public italien6 ; il découvrit et publia un passage inconnu d’un discours d’Isocrate, qui lui valut d’être très reconnu7 ; il collabora avec Vincenzo Monti à la traduction de l’Iliade en italien8 ; il dirigea la Collection des historiens grecs anciens à la portée de tous chez l’éditeur Sonzogno à Milan, une série qui publiait en traduction divers historiens classiques grecs9. Il coordonna avec Demetrios Schinas la Collection des poètes et écrivains grecs inédits de diverses périodes de la Grèce, une série qui visait à mettre en lumière les documents d’auteurs grecs de diverses périodes historiques10, etc. Mais la production de Mustoxidi n’était pas seulement philologique, elle était aussi historique, et elle visait à informer le public européen sur les souffrances qui avaient frappé la population grecque moderne. Je rappelle que Mustoxidi était l’auteur de l’Exposé des faits qui ont précédé et suivi la cession de Parga publié anonymement à Paris par Amaury Duval en 1820. Les événements de Parga furent transformés en un symbole du martyre chrétien et représentèrent un tournant décisif dans la littérature philhellène, et l’œuvre de Mustoxidi constitua une référence constante dans la reproduction poétique et artistique ultérieure de ce thème11. Par exemple Giovanni Berchet, pour composer son poème I profughi di Parga, se fonda presque exclusivement sur le récit de Mustoxidi12. De même, quand Giacomo Leopardi projeta d’écrire une Canzone sulla Grecia, il nota qu’il devait d’abord lire l’œuvre de Mustoxidi13. Non seulement les Italiens mais aussi les Français puisèrent dans la narration de Mustoxidi. C’est le cas des poètes romantiques qui composèrent sur ce thème, par exemple J.P.G. Viennet, Parga, poème imprimé au bénéfice des Parganiotes (1820) et Baron d’Ordre, Les exilés de Parga (1820)14. Mais même de façon générale les amitiés de Mustoxidi, sa présence dans les discours des cercles intellectuels italiens et français étaient à eux seuls capables de susciter un intérêt philhellène. Il n’est pas surprenant par exemple que le politiquement modéré Vincenzo Monti ait composé en 1822 trois sonnets écrit sur un ton chaudement libéral qu’il intitula Al Cav. Andrea Mustoxidi, Sulla rigenerazione della Grecia15.

  • 16 Svetlana Boym, The future of Nostalgia, New York, Basic Books, 2001, p. xiii- xiv.

5Mais voyons maintenant ce que Mustoxidi lui-même ressentait à propos de la Grèce, quelle sorte de relation sentimentale il avait élaborée avec son pays. Les développements théoriques sur la nostalgie de Svetlana Boym m’ont été très utiles dans l’élaboration de mon argumentation. Abordant la nostalgie d’un point de vue psychanalytique elle écrit : « La nostalgie est une aspiration à une demeure qui n’existe plus ou n’a jamais existé. La nostalgie est un sentiment de perte et d’exil, mais c’est aussi une romance développée avec son imagination. Une représentation cinématique de la nostalgie implique une double exposition ou la superposition de deux images – celle de la demeure et de l’étranger, du passé et du présent, du rêve et de la vie de tous les jours. Au moment où nous cherchons à la comprimer dans une image unique elle en brise le cadre et en consume la surface16. » Voyons maintenant les passages de la correspondance de Mustoxidi. J’ai été surprise de trouver une lettre adressée à Capodistria et écrite de Milan au début des années 1820. Mustoxidi qui pendant près de vingt ans s’était systématiquement plaint auprès de ses amis d’errer comme un « nomade sans racines » loin de sa patrie se présentait dans cette lettre plein d’indignation contre Capodistria qui avait « osé » lui proposer de retourner dans les îles ioniennes pour enseigner à l’école de Céphalonie. Ce qui nous intéresse ici, c’est son argumentation :

  • 17 Diocèse de Corfou, Archives Mustoxidi, f. VII/162 (159_). Souligné par K. Z.

Mais la Patrie ? Oh la patrie est la plus douce des choses, mais pourquoi dois-je monter sur son navire comme l’un des plus humbles de l’équipage alors que je pourrais me tenir près de la barre. Dans un pays étranger toutes les passions sommeillent. Dans la patrie elles s’éveillent […] mais, je le demande, avons-nous une patrie ? Qui voudrait d’une patrie où il n’y a pas de liberté, et par liberté j’entends le gouvernement des citoyens et des paysans, fussent-ils des tyrans. Si je ne peux soulager ses maux pourquoi devrais-je en être le spectateur. Pourquoi devrais-je en les contemplant exacerber dans mon âme les souffrances qu’éprouvent mes frères ? Et finalement, plutôt qu’un insulaire, un habitant de Corfou, je suis un Grec et je trouve ma patrie lorsque réuni à mes antiques ancêtres je vis avec eux. Je ne vivrai jamais comme une plante solitaire et séparée dont les fruits et l’ombre ne profitent à personne. Là où je peux confier mes pensées par écrit je peux être utile à ma patrie […] Là où seront deux ou trois d’entre vous disait Jésus-Christ à ses disciples je serai avec vous, et de même la patrie me parle et m’appelle dès que je me rassemble avec deux ou trois de mes compatriotes quel que soit le climat sous lequel je les trouve17

  • 18 Gaspare Gozzi, Lettere d’Illustri Italiani ad Antonio Papadopoli, Venezia, Tipografia Antonelli, 18 (...)

6Et effectivement, Mustoxidi décline l’offre de retour et décide de rester en Italie. Il préfère la nostalgie de sa patrie bien aimée, il préfère l’imaginer de loin. Mais deux ans plus tard, alors que la révolution grecque progresse, nous le trouvons tentant d’expliquer à son ami Antonio Papadopoli les raisons de sa mélancolie persistante : « Mais je suis mélancolique […] C’est vrai. […] La vie s’écoule rapidement. Les illusions s’estompent. […] Une mère âgée et bien aimée qui descendra dans la tombe sans que je lui ai fermé les yeux et étende ses mains tremblantes sur ma tête pour me bénir. Aucune affection domestique qui vous console dans vos vieux jours. […] Une patrie dont j’observerais paresseusement les efforts généreux. La crainte que ces forces ne soient pas couronnées d’un heureux succès18… »

  • 19 Musée Benaki d’Athènes. Archives Mustoxidi, 136. Souligné par K. Z.

7Il est nostalgique. Et il s’en console seulement quand il va à Venise pour rencontrer ses compatriotes, principalement des Grecs résidant à Venise ou des réfugiés de la révolution. Dans une autre lettre, au début de 1824, il décrit comment il se sent dans cette ville : « Je suis maintenant ici depuis trois jours et plutôt qu’ici je suis en Grèce et pas seulement à Corfou. Le nombre de mes compagnons s’est accru durant mon absence. La patrie transportée en terre étrangère semble plus belle et me devient plus chère19. »

8C’est certainement parce qu’à l’étranger il pouvait faire l’expérience de la patrie comme il l’aimait, comme il l’avait rêvée et imaginée. Mais tous ces doux sentiments sont détruits quand Mustoxidi choisit de se rendre dans la Grèce réelle, dès que Capodistria forme le gouvernement du nouvel État et l’appelle au poste de ministre de l’Éducation. Les deux niveaux décrits par Boym, la réalité et le rêve, se superposent et sont réduits à une seule image. Et la destruction est inévitable. Sa nostalgie a créé un pays qui n’existait que dans son imagination. Les notations amères trouvées dans ses lettres écrites depuis l’île d’Egine sont innombrables. Je cite par exemple le passage d’une lettre adressée à Emilio de Tipaldo en avril 1830.

  • 20 Musée Benaki d’Athènes. Archives Mustoxidi, 246. Souligné par K. Z.

Je ne saurais conseiller à M. Crescini de venir en Grèce. Il ne faut pas être séduit par le nom illustre et les illusions de l’histoire. Le pays est pauvre et ses habitants bien que fort ingénieux et admirablement disposé à toute forme de culture ne sont pas encore aptes à en percevoir tout le bénéfice […] Pour un observateur philosophe, pour un voyageur, la Grèce est un pays qui mérite d’être contemplé mais pour s’y fixer définitivement quand aucun devoir ne vous y contraint, il faut un esprit de décision et une persévérance d’anachorète […] Tant de siècles de tyrannie, tant de malheurs, la récente folie des Allemands ont laissé cette région sans arbres, sans demeures et le terrain même en grande partie aride ou sauvage […] Mais je suis Grec ; et depuis le début de mon existence j’ai fortement senti et propagé l’amour de la patrie. Donc les actions se doivent d’être en harmonie avec les paroles20.

9Et quelques mois avant l’assassinat de Capodistria quand il commença à se sentir étouffé par l’esprit de l’opposition, il écrit de nouveau à Tipaldo :

  • 21 Musée Benaki d’Athènes. Archives Mustoxidi, 265. Souligné par K. Z.

Je me suis condamné à l’exil sur ce rocher […] Le peuple est peut-être bon, ingénieux et doué d’un jugement naturellement sûr, mais les hommes qui s’élèvent un peu au-dessus des autres sont un mélange de fausseté et de corruption […] Chaque homme regarde quelque bonheur vers lequel diriger toutes ses actions. Je n’en ai quant à moi qu’un seul, celui de me libérer dignement de ce bourbier [..] je ferai don de ma dépouille à la Grèce pour ne pas être enterré de sitôt21.

  • 22 Alessandro Giulini, « Spigolature del carteggio inedito di Andrea Mustoxidi », in Giornale Storico (...)

10Et seulement trois jours après l’assassinat de Capodistria, dans une lettre à Gian Giacomo Trivulzio il en arrive à dire : « Je hais les Grecs, je les méprise, j’ignore leur littérature, ils n’ont aucune réputation, aucune qualité22. »

11Quelques mois plus tard Mustoxidi devait effectivement quitter la Grèce à jamais. Il devait passer le reste de sa vie à Corfou et s’y engager en politique. De façon bien étrange, il se jetait dans une bataille pour la préservation de l’« identité grecque » des îles qui était menacée selon lui par l’occupation grecque. Mais n’était-ce pas plutôt lui qui « haïssait » les Grecs ? Il envisageait probablement une identité grecque « différente », non pas celle qui existait dans l’État grec. Sa vision de la « Grécité » n’était pas détruite. Après tout, comme nous l’avons vu dans l’un des messages cités plus haut, il croyait que le peuple était innocent. Et c’est là que le véritable « esprit de la nation », l’« utopie de la Grèce » se logeait. Mais arrêtons ici ce détour par la nostalgie de Mustoxidi. Nous devrions voir maintenant quel fut le rôle fonctionnel de cette structure sentimentale.

  • 23 Konstantina Zanou, « The phenomenon of the Intellectuals – Bridge : Andrea Mustoxidi in Italy (1800 (...)
  • 24 René Canat, L’Hellénisme des Romantiques, Paris, Didier, 1951, vol. I, p. 31, 53. Ciuffoletti Zeffi (...)

12Revenons en Italie et à l’environnement intellectuel qui nourrissait la mentalité de Mustoxidi. Mustoxidi se mouvait entre les cercles intellectuels du Piémont, de la Lombardie-Vénétie, de la Toscane, et occasionnellement de Paris dans la période de trente ans entre 1800 et 1830, et même dans les coulisses il était impliqué dans la bataille romantique contre l’esprit néo-classique. Les idées de Herder et des préromantiques allemands lui arrivèrent soit par ses amis de Vienne et de Paris, soit filtrées par les romantiques allemands – il avait rencontré Madame de Staël et participé à son salon de Coppet, il était ami intime de Manzoni, il connaissait Berchet et le milieu du « Conciliateur », etc. Lui-même se définissait comme romantique et non comme classique. Mustoxidi faisait partie de ces figures qu’on rencontre dans les espaces intermédiaires, entre le classicisme et le romantisme, entre le xviiie siècle des Lumières cosmopolites et le xixe siècle des nationalismes, entre la modération et la révolution, entre l’Europe et la Grèce23. Le philhellénisme était après tout un domaine où les distinctions entre romantisme et classicisme s’abolissaient, où l’Antiquité classique servait à nourrir les fantaisies romantiques sur la Grèce24. Et ce jeu sur un double front – dans une perspective classique et dans une perspective romantique – était aussi joué, peut-être inconsciemment, par Mustoxidi. Il avait harmonisé et exploité la convergence de deux tendances culturelles afin de montrer la centralité de l’idéal grec : il aurait pu avoir été le traducteur d’Hérodote, le découvreur du discours d’Isocrate, la main droite de Monti dans sa traduction de l’Iliade, néanmoins les idées nouvelles du romantisme allemand, pénétrées de nostalgie, semblaient le fasciner. Et ainsi il tourna son attention vers la poésie populaire grecque. Il fut peut-être le premier grec à le faire.

  • 25 Johann Gottfried Herder, « Excerpt from a Correspondence on Ossian and the Songs of Ancient Peoples (...)
  • 26 Pour une vue d’ensemble sur l’histoire du folklore en Europe on peut renvoyer à : Giuseppe Cocchiar (...)
  • 27 Arturo Farinelli, Il Romanticismo nel mondo Latino, Torino, Bocca, 1927, vol. I, p. 113-114, 154 et (...)
  • 28 Boym, The future of Nostalgia, p. xv. Voir aussi : Chase Malcolm et Shaw Christopher, « The dimensi (...)
  • 29 Politis, I anakalipsi ton ellinikon dimotikon tragoudion, p. 26-31.
  • 30 Il est intéressant d’observer que Berchet n’aurait pas cultivé son intérêt pour la poésie populaire (...)
  • 31 Diocèse de Corfou, Archives Mustoxidi, f. X/b.4/152 et 153. La seconde lettre est publiée dans : Et (...)

13L’intérêt européen pour la poésie populaire et pour les études de folklore date de la fin du xviiie siècle et des préromantiques allemands, notamment Herder. Dans sa Correspondance sur Ossian nous trouvons non seulement l’exaltation du monde primitif – idée déjà présente chez Rousseau – mais aussi, et c’était réellement nouveau, la réévaluation des chants primitifs. Nous pouvons lire : « Plus un peuple est sauvage c’est-à-dire vivant et amoureux de la liberté (car c’est la simple signification du mot) plus ses chants doivent être sauvages, c’est-à-dire vivants, libres, sensuels efficaces sur le plan lyrique. » Et plus loin : « Tous les peuples peu policés chantent et agissent ; ils chantent sur ce qu’ils font et chantent ainsi leurs histoires. Leurs chants sont les archives de leurs peuples, le trésor de leur science et de la religion, leur théogonie et cosmogonie, les faits de leurs pères et les événements de leur histoire25… » Les mots de Herder clarifiaient déjà deux éléments de base dans l’anthropologie du folklore : la vision nostalgique d’un monde considéré comme perdu et ses liens avec la construction de la conscience historique nationale26. Le deuil du monde primitif perdu était une caractéristique constante de tout le mouvement romantique : le désir d’un âge différent de l’humanité, de l’âge imaginatif de l’enfance des peuples, quand tout était « plus réel » et « plus pur », conduisait à la redécouverte du Moyen âge et orientait l’intérêt intellectuel vers les couches modestes du peuple27. C’était un processus plein de nostalgie (non pas dans son sens géographique horizontal mais dans son sens temporel vertical) De fait, à nouveau selon Svetlana Boym, la nostalgie comme émotion historique est un phénomène moderne lié au progrès et aux nouvelles manières d’apercevoir le temps et l’espace : « À première vue la nostalgie est le désir d’un lieu, mais au fond c’est l’aspiration à une époque différente – l’époque de notre enfance, les rythmes plus lents de nos rêves. Dans un sens large la nostalgie est une rébellion contre l’idée moderne du temps, le temps de l’histoire et du progrès »28. Dans la nouvelle perspective c’était le simple peuple illettré – et non les hommes de lettres éclairés – qui était considéré comme porteur de ce rythme plus lent, des valeurs prémodernes et non corrompues de l’humanité, et comme le véritable porteur de l’« esprit national ». Effectivement le principal spécialiste en matière d’étude du folklore grec, Alexis Politis, insiste fortement sur le fait que le développement de la conscience nationale s’opère parallèlement à la découverte du folklore29. En Italie les idées nouvelles sur la poésie populaire furent d’abord introduites par les œuvres de Giovanni Berchet : d’abord dans sa Lettera Semiseria di Grisostomoþ(1816) puis dans sa traduction des Vecchie Romanze Spagnuole (1838)30. Berchet, comme en témoignent deux lettres retrouvées dans les papiers de Mustoxidi31, était l’un de ses intimes, et il était, nous l’avons vu, l’auteur du poème sur Parga qui partait des récits de Mustoxidi sur les événements. Ce poème fut traduit en 1823 en français par un écrivain anonyme, en fait il s’agissait de Claude Fauriel.

  • 32 Claude Fauriel, Chants populaires de la Grèce moderne, 2 vol., Paris, 1824-1825, « Préface du tradu (...)
  • 33 Andrea Mustoxidi, Prose Varie del Cavaliere Andrea Mustoxidi Corcirese, con aggiunta di alcuni vers (...)
  • 34 La lettre a d’abord été publiée dans : Teresa Lodi, « Dai carteggi inediti. Il Sismondi e la “Staël (...)

14Fauriel fut le premier à publier une collection de poésie populaire grecque, les Chants populaires de la Grèce moderne en 1824-1825. Dans la préface de cette publication, il évoque Mustoxdi comme l’un de ses inspirateurs, et son principal pourvoyeur de chants. Il mentionne en particulier une lettre écrite par Mustoxidi à Demetrios Schinas en 1820 où il avait pour la première fois manifesté explicitement son intention de collecter les chants populaires grecs32. En fait cette lettre a été publiée en 1821 dans le volume collectif de Mustoxidi Prose varie et elle était accompagnée d’une note expliquant qu’elle visait à introduire une collection de poésie populaire grecque (collection qui ne fut jamais réalisée)33. Je suppose que Fauriel pourrait avoir connu une tentative beaucoup plus précoce de Mustoxidi concernant les chants populaires grecs. Une lettre datée de 1804 et écrite par Léonard de Sismondi à Isabella Teotochi Albrizzi témoigne que Mustoxidi, qui était encore étudiant à Pavie, visait à publier une collection de poésie populaire grecque, et Sismondi fut invité à la traduire en français. Sismondi ajoute que dans sa rencontre avec lui dans le salon d’Isabella Teotochi Albrizzi à Venise, Mustoxidi lui donna la traduction d’un chant grec34. Il n’y a pas d’autre indice d’une telle collection, mais Sismondi et Fauriel fréquentaient le même cercle de Coppet et il est certain que l’intérêt de Mustoxidi pour la poésie populaire était quelque chose de connu.

  • 35 Ibrovac, Claude Fauriel, p. 121.
  • 36 Ibrovac, Claude Fauriel, p. 118-124 et 132-134. Politis, I anakalipsi ton ellinikon dimotikon trago (...)
  • 37 Niccolò Tommaseo, « Andrea Mustoxidi », p. 43.
  • 38 Niccolò Tommaseo, Canti popolari toscani, corsi, illirici e greci, Venezia, 1841-42.

15De façon assez naturelle, quand Fauriel décida en 1823-1824 de rassembler des chants populaires grecs il se tourna vers Mustoxidi déjà rencontré grâce à la médiation de Manzoni, en 180935. Comme nous l’avons vu dans sa correspondance, Mustoxidi était avide de découvrir ses « racines nationales » : alors qu’il avait quitté sa patrie pendant plus de vingt ans, qu’il parlait et écrivait presque exclusivement en italien et en français, ces racines lui semblaient très effacées et la « véritable identité grecque » lui apparaissait vraiment vague. Il avait besoin de collecter des images, des mots qui lui offriraient un tableau plus concret de l’objet de ses désirs. Fauriel n’avait jamais été en Grèce et le désir nostalgique de Mustoxidi était un terrain idéal sur lequel s’engager. Donc, au printemps de 1824 les deux hommes décidèrent de faire un voyage par Venise et Trieste, visitant les maisons de réfugiés grecs, interrogeant principalement la mémoire des femmes et des serviteurs, collectant et transcrivant leurs chants. À en juger par la quantité de chants collectés, leur voyage porta vraiment des fruits pour une publication36. C’est de fait un exemple suggestif de la manière dont la nostalgie d’un Grec de la diaspora nourrit la production philhellène. Niccolò Tommaseo, dans l’article qu’il écrivit en 1860 à la mort de Mustoxidi dans le Archivio storico italiano, donne une description très intéressante de ce tour37. Tommaseo lui-même était après tout, également inspiré et soutenu par Mustoxidi quand après presque vingt ans il publia sa propre anthologie de chants grecs38. Mais c’est une autre histoire. J’aimerais insister davantage ici sur la publication de Fauriel.

  • 39 Sur l’interprétation de la publication de Fauriel comme acte philhellène voir : Stavros Deligiorgis (...)
  • 40 Ibrovac, Claude Fauriel, p. 137.
  • 41 En anglais : Ch. B. Sheridan, The songs of Greece, London, 1825. En allemand le livre a été traduit (...)

16Le lien du folklore à la conscience nationale impliquait que l’intérêt pour une poésie populaire du peuple était égal à la sympathie pour l’identité nationale du peuple, et ainsi une anthologie de poésie populaire grecque à une époque de révolutions était automatiquement traduite en acte philhellène. Et c’est la manière dont la publication de Fauriel a été reçue par le public européen39. Sa longue introduction à l’anthologie avançait en fait de nouveau les éléments caractéristiques du récit philhellène idéaltypique. C’est la raison, je pense, pour laquelle il rencontra un tel succès. Selon Miodrag Ibrovac, la publication du premier volume de la collection, qui eut lieu quelques semaines après la mort de Byron à Missolonghi (c’est-à-dire au paroxysme de l’hystérie philhellène), eut tellement de succès que Fauriel pensait à faire une seconde publication40. Et même la collection fut imédiatement traduite et publiée en anglais, allemand et russe41. Tout cela montre que Fauriel savait s’adapter aux tendances à la mode. Et la combinaison du philhellénisme, du folklore et du romantisme fut le dernier mot de la mode dans les salons des philologues européens dans les années 1820.

  • 42 Gregory Jusdanis, Belated Modernity and Aesthetic Culture : Inventing National Literature, Minneapo (...)
  • 43 In Roessel, In Byron’s shadow, p. 61. L’ensemble du texte peut être consulté sur le site internet s (...)

17Mais quels furent les principaux éléments de l’imaginaire philhellénique reproduits par Fauriel ? L’existence de la Grèce comme lieu utopique dans l’imaginaire européen a été très bien décrite par Gregory Jusdanis : « Les Européens ont longtemps été fascinés par la Grèce. Au xvie siècle ils commencèrent à célébrer l’Hellade comme le printemps de la civilisation occidentale. La Grèce en vint à être regardée comme le lieu de naissance de l’Occident, la source de ses institutions culturelles. Elle devint un topos privilégié dans l’imaginaire européen, un mirage scintillant sur l’horizon lointain42. » Ainsi si nous acceptons l’existence du « philhellénisme » comme « discours », nous devrions distinguer ses principaux « éléments discursifs », ses principaux « topoi ». Et comme cela a été révélé dans les mots de Jusdanis, le premier et peut-être le plus ancien « topos » de l’imaginaire philhellène est la perception de la Grèce comme idéal (et non comme entité géographique) et sa transformation en utopie qui en vint à être regardée comme la matrice de la civilisation européenne. À la fin du xviiie siècle un autre concept s’ajouta à cette construction : l’idée de la continuité entre la Grèce ancienne et la Grèce moderne. De la sorte la connexion entre la Grèce mère antique de l’identité européenne et la Grèce moderne assujettie aux Ottomans transforma la tragédie grecque en une tragédie de dimensions européennes. Et de façon assez naturelle, cette idée devint un autre « topos » de la narration philhellène. C’est dans cette perspective que nous devrions lire par exemple les mots de Percy Shelley dans la préface de son poème Hellas : « L’apathie des dirigeants du monde civilisé à la situation stupéfiante des descendants de la nation à laquelle ils doivent leur civilisation, se relevant comme elle le faisait de ses ruines, est quelque chose de parfaitement inexplicable à un simple spectateur de ce théâtre moral. Nous sommes tous des Grecs43. »

  • 44 Fauriel, Chants populaires, « Discours préliminaire », vol. I, p. viiI-ix, xliI-lxxix, lxxx-lxxxj, (...)

18C’est ce qui constitue le cœur de l’introduction de Fauriel : le schéma de la continuité entre les Grecs anciens et modernes. Il présente la poésie populaire de la Grèce moderne comme la véritable descendante de la poésie grecque ancienne, comme la moderne Iliade de la nation grecque ; il voit Homère dans le visage des mendiants grecs modernes, chantant des poèmes populaires ; il décrit les actions des klephtes et exalte en eux les vertus grecques antiques. En bref il voit partout une continuité sans faille entre la Grèce ancienne et moderne44.

  • 45 Roessel, In Byron’s shadow, p. 27, 31 et Canat, L’Hellénisme des Romantiques, p. 123-124.

19Mais quelle image de la Grèce classique a-t-elle été reproduite par la narration philhellène ? L’imaginaire philhellène de la Grèce ancienne s’est-il fondé sur la construction par Thucydide de la Guerre du Péloponnèse quand les cités-États grecques s’allièrent avec les Perses pour s’infliger des défaites réciproques ? Non, ce moment de l’histoire fut mis de côté. Ce fut plutôt le tableau des guerres contre les Perses fourni par Hérodote qui fascina les philhellènes, ce moment de l’histoire grecque antique où les cités-États dispersées travaillèrent ensemble pour préserver leur liberté contre les barbares orientaux. Le paradigme d’Hérodote fut transformé en un autre « topos » du discours philhellène et offrit une base appropriée pour construire l’analogie entre les Empires persan et ottoman et pour placer la révolution grecque dans un schéma d’opposition de l’Orient et de l’Occident45. Ainsi la révolution grecque se trouva dissociée du reste des mouvements révolutionnaires qui soulevaient l’Europe en 1820-1821 : elle fut au contraire interprétée comme une guerre visant à sauvegarder les valeurs de la civilisation chrétienne contre la menace de la barbarie orientale. La décision de Shelley par exemple d’écrire Hellas comme une sorte d’imitation des Perses d’Eschyle recelait bien des connotations. De même l’établissement de cette tradition littéraire a poussé, je pense, Mustoxidi à traduire Hérodote et non pas un autre écrivain grec : c’était la vision de la Grèce ancienne que le public occidental exigeait, et c’était la seule vision que Mustoxidi lui-même préférait voir.

  • 46 Andrea Mustoxidi, « Alcune considerazioni sulla presente lingua de’ Greci », in Antologia, marzo 18 (...)
  • 47 Biblioteca dell’Accademia delle Scienze di Torino, Fondo Grassi, Cart. 17711-712. Souligné par K. Z

20Effectivement une étude critique de l’œuvre et de la correspondance de Mustoxidi fournit une série d’exemples où les mots-clefs du discours philhellène sont réélaborés et réintroduits par l’intellectuel ionien. Par exemple dans un article écrit pour Antologia en 1825 et intitulé « Quelques considérations sur l’actuelle langue des Grecs », Mustoxidi essaie de démontrer que la langue grecque a vécu sans interruption de l’Antiquité jusqu’à nos jours, prouvant la continuité entre les Grecs anciens et modernes. Et à l’appui de son argumentation, il cite la collection des chants grecs modernes de Fauriel46. Il suffit de feuilleter sa correspondance pour voir comment Mustoxidi répétait les principaux « topoi » du philhellénisme. Par exemple dans une lettre à son ami de Turin Giuseppe Grassi parlant de la révolution grecque il dit : « Je suis donc joyeux et je frémis en moi-même à la pensée que toi et tous les autres vous êtes des Grecs par l’éducation et je dirais pour ainsi dire par l’origine intellectuelle47. »

21Ces mots me rappellent nécessairement la préface de Shelley. De la même manière dans une lettre écrite en juin 1821 à Leopoldo Pelli Fabbroni nous pouvons reconnaître le « topos » philhellène de l’antithèse entre civilisation et barbarie :

  • 48 Musée Benaki d’Athènes. Archives Mustoxidi, 89. Souligné par K. Z.

C’est une grande époque pour la gloire du nom de Grec. Oh puisse-t-il renaître malgré les malheurs et l’indifférence que les ingrats étrangers attirent contre nos forces ! La civilisation lutte contre la barbarie, l’humanité contre la cruauté, le Christ contre Mahomet48 !

22Plus suggestive encore est une lettre écrite d’Egine en 1830 où Mustoxidi décrit à son ami Antonio Papadoli sa « découverte de la Grèce » :

  • 49 Musée Benaki d’Athènes. Archives Mustoxidi, 259 (souligné par K. Z.). D’autres passages de la même (...)

Je suis ici après un voyage fait durant un mois sur un navire national avec ma famille. J’ai visité Mégare, Eleusis, Salamine, le Sounion, l’îlot de Patrocle et d’Hélène, Andros, Tinos, Mycènes, Délos, Syra. Partout j’ai vu de grandes ruines et j’ai admiré le goût et les arts des Grecs ; j’ai rassemblé un grand nombre d’antiquités pour le Musée ; j’ai confronté les récits des auteurs antiques avec les lieux qu’ils ont décrits ; et j’aurais largement la matière nécessaire pour écrire un voyage si le temps ne me manquait pas49

  • 50 Jean-Claude Berchet, Le Voyage en Orient, Anthologie des Voyageurs Français dans le Levant au xixe  (...)
  • 51 Des considérations similaires pourraient être suscitées par le cas de Ioanni Capodistria. Caractéri (...)

23Le passage évoque les récits de voyage philhellènes vers l’Orient, l’« itinéraire symbolique » de Choiseur-Gouffier, Marcellus, Chateaubriand et leurs successeurs50. Ces exemples montrent, je pense, comment Mustoxidi percevait finalement, filtré par le « discours philhellène », son identité nationale51.

24Ainsi, à en juger par le cas de Mustoxidi, le philhellénisme et les intellectuels grecs de la diaspora ont développé une relation réciproque. La production littéraire de Mustoxidi et sa nostalgie de la Grèce contribuèrent, comme nous l’avons vu, à renforcer les schémas narratifs philhellènes. Et inversement comment les « topoi » de l’imaginaire philhellène réussirent à orienter sa nostalgie vers une conception idéalisée de la Grèce, une « utopie » qui était en parfaite harmonie avec les besoins occidentaux mais non avec la réalité grecque. Quand Mustoxidi revint en Grèce il revenait non pas comme un « Hellène » mais comme un « Philhellène ». Ainsi en inscrivant notre objet dans un cadre théorique plus large nous avons pu dire que l’identité nationale apparaît comme une « construction de la nostalgie » nourrie par les discours développés hors des frontières nationales.

Haut de page

Notes

1 Gilles Pécout, « Philhellenism in Italy : political friendship and the Italian volunteers in the Mediterranean in the nineteenth century », in : Journal of Modern Italian Studies, 2004, 9 (4), p. 405-406.

2 À propos de la différence entre les deux termes (« Hellénisme » and « Philhellénisme ») voir David Roessel, In Byron’s shadow, Modern Greece in the English and American imagination, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 25-6. Gilles Pécout adopte une approche alternative en examinant le « philhellénisme » dans la longue durée mais il souligne la dimension politique acquise par le phénomène durant le cours du xixe siècle. Pécout, « Philhellenism in Italy », p. 406.

3 La notion de « discours » adoptée ici est inspirée du schéma théorique élaboré par Michel Foucault, en particulier dans L’Archéologie du savoir, dans L’Ordre du discours et dans l’article « Qu’est ce qu’un auteur » (1969). Plus précisément je suis le modèle interprétatif d’un « canon narratif » proposé par Alberto M. Banti, La nazione del Risorgimento, Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita, Torino, Einaudi, 2000.

4 Le problème des exilés (ou plus généralement des immigrants) et la formation de l’identité nationale du point de vue de la distance par rapport à son propre pays a aussi occupé Isabella Maurizio, dans : Isabella Maurizio, « Gli esuli italiani in Inghilterra e il Movimento Liberale Internazionale tra filellenismo e americanismo », in : Annali della Fondazione Luigi Einaudi, 1994, Vol. XXVIII, p. 412-413.

5 La personne d’Andrea Mustoxidi constitue le cœur de ma thèse. Peu de travaux ont été jusqu’à présent consacrés à Andrea Mustoxidi. Les rares biographies en grec sont caractérises par une approche hagiographique et ethnocentrique. Par exemple : Evaggelos Manis, Andreas Mustoxidis 1785-1860, o Epistimon, o Politikos, o Ethnikos Agonistis, PhD Thesis, University of Athènes, 1960. Th. Mustoxidis., Andreas Mustoxidis, Vios kai Erga, Athens, 1963. Agathi Nikokavura, O Andreas Mustoxidis kai i Paideia, Corfu, 1965. Très différente par le ton est au contraire la publication attendue de la correspondance de Mustoxidi avec Emilio de Tipaldo. Dimitris Arvanitakis, Andreas Mustoxidis – Emilios Tipaldos, Allilografia, Athens, 2005 (sous presse). Le public italophone peut toujours consulter utilement les biographies de Mustoxidi écrites par ses contemporains, en particulier Andrea Papadopulo-Vrettò, Biografia del cavaliere Andrea Mustoxidi scritta e pubblicata in Venezia nell’anno 1836 da Emilio Tipaldo, corretta dallo stesso Mustoxidi in Corfù nell’anno 1838…, Atene, 1860 et Niccolò Tommaseo, « Andrea Mustoxidi », in : Archivio Storico Italiano, 1860, Nuova Serie,Tomo XII, Parte II, p. 30-61.

6 Le Nove Muse Di Erodoto Alicarnasseo Tradotte ed Illustrate da Andrea Mustoxidi Corcirese, vol. I, Milano, Sonzogno, 1820 (les quatre volumes suivants ont été respectivement publiés en 1822, 1832, 1842 et à titre posthume en 1863).

7 Isokratous, Logos peri tis Antidoseos idi proton eis tin arhaian grafin diaskevastheis kai ogdoikonta peripou selidas epayxitheis spoudi Andreou Mustoxidou, Istoriografou ton Ionion Nison, Milano, De Stefanis, 1812.

8 Iliade di Omero Traduzione del Cav. Vicenzo Monti, Terza Edizione Ricorretta dal Traduttore Coll’ Aggiunta Degli Argomenti di Cav. A. M., vol. I-II, Milano, Classici Italiani Avvertimento degli Editori, 1820.

9 Gio. Battista Sonzogno, Discorso intorno alla Collana degli Antichi Storici Greci Volgarizzati, Milano, 1820.

10 Sillogi apospasmaton anekdoton Ellinikon meta simeioseon, spoudi Andreou Mustoxidou kai Dimitriou Shina Vizantiou, Venezia, Alvisopoli, 1816.

11 Sur la représentation du thème de Parga voir : Natale Caccia, « L’episodio di Parga in alcuni componimenti poetici francesi e inglesi », in Studi sul Berchet, pubblicati per il primo centenario della morte, Milano, Liceo Ginnasio Giovanni Berchet, 1951. Banti, La nazione del Risorgimento, p. 70-71. Caterina Spetsieri Beschi, « Il filellenismo italiano nelle arti figurative », in : Enrica Lucarelliet Caterina Spetsieri Beschi(éds), Risorgimento Greco e Filellenismo Italiano. Lotte, Cultura, Arte, Roma, 1986, p. 120-127.

12 Giovanni Berchet, Poesie, éd. par Bellorini Egidio, Bari, Laterza, 1941, p. 3-5, 25-27.

13 Giacomo Leopardi, Tutte le poesie e tutte le prose, edited by Lucio Felici et Emanuele Trevi, Roma, Newton, 1997, p. 457-458.

14 In : Miodrag Ibrovac, Claude Fauriel et la fortune européenne des poésies populaires grecque et serbe, Paris, Didier, 1966, p. 38-40.

15 Vincenzo Monti, Poesie, éd. par Bezzola Guido, Torino, Unione Tipografico-Editrice Torinese, 1969, p. 769-770.

16 Svetlana Boym, The future of Nostalgia, New York, Basic Books, 2001, p. xiii- xiv.

17 Diocèse de Corfou, Archives Mustoxidi, f. VII/162 (159_). Souligné par K. Z.

18 Gaspare Gozzi, Lettere d’Illustri Italiani ad Antonio Papadopoli, Venezia, Tipografia Antonelli, 1886, p. 283. Souligné par K. Z.

19 Musée Benaki d’Athènes. Archives Mustoxidi, 136. Souligné par K. Z.

20 Musée Benaki d’Athènes. Archives Mustoxidi, 246. Souligné par K. Z.

21 Musée Benaki d’Athènes. Archives Mustoxidi, 265. Souligné par K. Z.

22 Alessandro Giulini, « Spigolature del carteggio inedito di Andrea Mustoxidi », in Giornale Storico della Letteratura Italiana, 1927, vol. LXXXIX, p. 135. Souligné par K. Z.

23 Konstantina Zanou, « The phenomenon of the Intellectuals – Bridge : Andrea Mustoxidi in Italy (1800-1830) », in Cercles d’Historia Cultural, Universitat de Barcelona, 2005, n. 8, (sous presse)

24 René Canat, L’Hellénisme des Romantiques, Paris, Didier, 1951, vol. I, p. 31, 53. Ciuffoletti Zeffiro – Luigi Mascilli Migliorini, « Il mito della Grecia in Italia tra politica e letteratura », in Indipendenza e Unità Nazionale in Italia ed in Grecia, Convegno di Studio (Atene, 2-7 ottobre 1985), Firenze, Olschi, 1987, p. 44. Pécout, « Philhellenism in Italy », p. 409. Alexis Politis se concentre aussi sur les continuités plutôt que les discontinuités entre classicisme et romantisme dans : Alexis Politis, I anakalipsi ton ellinikon dimotikon tragoudion, Proipotheseis, prospatheies kai i dimiourgia tis protis sillogis, Athens, Themelio, 21999, p. 22.

25 Johann Gottfried Herder, « Excerpt from a Correspondence on Ossian and the Songs of Ancient Peoples » (1773), in Burton Feldman et Robert D. Richardson (éds), The Rise of Modern Mythology, 1680-1860, Bloomington – Indianapolis, Indiana University Press, [1999 ?], p. 229 (souligné par K. Z.). Sur Herder et la Grèce voir : K. Th Dimaras, « O J.G. Herder kai i parousia tou stin diamorfosi tou neoellinikou pnevmatos », in : K. Th Dimaras, Neoellinikos Diafotismos, Athens, Ermis, 1998, p. 283-299. Dimaras néglige néanmoins l’environnement intellectuel italien et la relation de Mustoxidi à la genèse du folklore grec.

26 Pour une vue d’ensemble sur l’histoire du folklore en Europe on peut renvoyer à : Giuseppe Cocchiara, Storia del folklore in Europa, Torino, Einaudi, 1952.

27 Arturo Farinelli, Il Romanticismo nel mondo Latino, Torino, Bocca, 1927, vol. I, p. 113-114, 154 et vol. II, p. 190-192.

28 Boym, The future of Nostalgia, p. xv. Voir aussi : Chase Malcolm et Shaw Christopher, « The dimensions of Nostalgia » in : Id. (éds), The Imagined Past, History and Nostalgia, Manchester and New York, Manchester University Press, 1989, p. 2-3.

29 Politis, I anakalipsi ton ellinikon dimotikon tragoudion, p. 26-31.

30 Il est intéressant d’observer que Berchet n’aurait pas cultivé son intérêt pour la poésie populaire s’il était resté en Italie (comme on sait, Berchet a été condamné à l’exil pour une longue période de 1822 à 1845. Voir : Gianfranco D’Aronco, Il Berchet e la nuova poesia « popolare », Guida a una lettura di « Grisostomo », Trieste, Del Bianco, 1979, p. 64. Voir aussi : Giovanni Berchet, Lettera semiseria di Grisostomo, con introduzione di A. Galletti, Lanciano,Carabba, 1913 et Alfredo Galletti, « Giovanni Berchet (nel centenario della morte) », in Studi sul Berchet. De façon plus générale : Giuseppe Cocchiara, Popolo e letteratura in Italia, Torino, Einaudi, 1959, p. 139-157.

31 Diocèse de Corfou, Archives Mustoxidi, f. X/b.4/152 et 153. La seconde lettre est publiée dans : Ettore Li Gotti, « Milano Preromantica », in Atti della Reale Accademia di Scienze, Lettere e Belle Arti di Palermo, febbraio 1933, vol. XVIII, fasc. I, p. 40.

32 Claude Fauriel, Chants populaires de la Grèce moderne, 2 vol., Paris, 1824-1825, « Préface du traducteur – éditeur », p. I.

33 Andrea Mustoxidi, Prose Varie del Cavaliere Andrea Mustoxidi Corcirese, con aggiunta di alcuni versi, Milano, Bettoni, 1821, p. 213. Voir aussi : Politis, I anakalipsi ton ellinikon dimotikon tragoudion, p. 154-5.

34 La lettre a d’abord été publiée dans : Teresa Lodi, « Dai carteggi inediti. Il Sismondi e la “Staël Veneziana” », in Civiltà Moderna, 1932, 4, p. 604-624. Pour l’initiative prise par Sismondi voir : Politis, I anakalipsi ton ellinikon dimotikon tragoudion, p. 87-106.

35 Ibrovac, Claude Fauriel, p. 121.

36 Ibrovac, Claude Fauriel, p. 118-124 et 132-134. Politis, I anakalipsi ton ellinikon dimotikon tragoudion, p. 243. See also : Alexis Politis, Kataloipa Fauriel kai Brunet de Presle, Analitikos Katalogos, Athens, Kentro Neoellinikon Erevnon E.I.E., 1980, p. 15, 27, 28, 39.

37 Niccolò Tommaseo, « Andrea Mustoxidi », p. 43.

38 Niccolò Tommaseo, Canti popolari toscani, corsi, illirici e greci, Venezia, 1841-42.

39 Sur l’interprétation de la publication de Fauriel comme acte philhellène voir : Stavros Deligiorgis, « Fauriel and Modern Greek Poetry », in PMLA, Publications of the Modern Language Association of America, January 1969, Vol. LXXXIV, n. 1, p. 9, 12. Voir aussi Ibrovac, Claude Fauriel, p. 129 et Canat, L’Hellénisme des Romantiques, p. 238-239.

40 Ibrovac, Claude Fauriel, p. 137.

41 En anglais : Ch. B. Sheridan, The songs of Greece, London, 1825. En allemand le livre a été traduit par Wilhelm Müller et publié à Leipzig en 1825.

42 Gregory Jusdanis, Belated Modernity and Aesthetic Culture : Inventing National Literature, Minneapolis-Oxford, University of Minnesota Press, Theory and History of Literature, Volume 81, 1991, p. 13.

43 In Roessel, In Byron’s shadow, p. 61. L’ensemble du texte peut être consulté sur le site internet suivant : http://etext.library.adelaide.edu.au/s/shelley/percy_bysshe/s54cp/section85.html

44 Fauriel, Chants populaires, « Discours préliminaire », vol. I, p. viiI-ix, xliI-lxxix, lxxx-lxxxj, lxxxvj, xc, c-ci, cxij.

45 Roessel, In Byron’s shadow, p. 27, 31 et Canat, L’Hellénisme des Romantiques, p. 123-124.

46 Andrea Mustoxidi, « Alcune considerazioni sulla presente lingua de’ Greci », in Antologia, marzo 1825, n. 17, p. 44-73.

47 Biblioteca dell’Accademia delle Scienze di Torino, Fondo Grassi, Cart. 17711-712. Souligné par K. Z.

48 Musée Benaki d’Athènes. Archives Mustoxidi, 89. Souligné par K. Z.

49 Musée Benaki d’Athènes. Archives Mustoxidi, 259 (souligné par K. Z.). D’autres passages de la même lettre sont publiés dans : Gozzi, Lettere d’Illustri Italiani ad Antonio Papadopoli, p. 309-311.

50 Jean-Claude Berchet, Le Voyage en Orient, Anthologie des Voyageurs Français dans le Levant au xixe siècle, Paris, Robert Laffont, 1985, notamment p. 10 et Canat, L’Hellénisme des Romantiques, p. 51

51 Des considérations similaires pourraient être suscitées par le cas de Ioanni Capodistria. Caractéristique d’une telle analyse est le commentaire de Capodistria sur sa lecture des récits de voyage de Chateaubriand en Grèce : « Lorsque l’hiver dernier, dans ma solitude à Genève, je relisais ses descriptions des vallées de la Messénie, que je voyais avec lui ces longs ruisseaux de fleurs qui semblent en tracer les contours et ces fraîches collines qui la défendent, je me croyais dans ma patrie. » In : Canat, L’Hellénisme des Romantiques, p. 57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Konstantina Zanou, « Andrea Mustoxidi : nostalgie, poésie populaire et philhellénisme », Revue germanique internationale, 1-2 | 2005, 143-154.

Référence électronique

Konstantina Zanou, « Andrea Mustoxidi : nostalgie, poésie populaire et philhellénisme », Revue germanique internationale [En ligne], 1-2 | 2005, mis en ligne le 20 octobre 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/81 ; DOI : 10.4000/rgi.81

Haut de page

Auteur

Konstantina Zanou

Chercheur aux universités de Pise et Athènes

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org