Navigation – Plan du site

Présentation

Norbert Waszek
p. 5-17

Dédicace

Pour Bernard Bourgeois

Texte intégral

1Ce recueil a comme thème central la philosophie pratique de Hegel. Pour en traiter, nous avons choisi de mettre l’accent sur le droit, l’histoire et la société, les trois mots clé du titre, et non pas sur l’État ou la « politique », des termes dont on remarquera l’absence. Car aujourd’hui encore s’éveille, chaque fois que l’on mentionne la philosophie de Hegel, l’image d’un philosophe de l’Etat, assortie des vieux préjugés : celui d’un étatisme monolithique, qui écraserait l’individu sous le poids du collectif ; ou même, toujours, celui d’un apologète de l’État prussien, conçu de façon anachronique, assoiffé de pouvoir politique et rempli d’agitation militaire ; ou encore, et ce n’est guère mieux, ce préjugé plus récent qui fait de Hegel l’avocat d’un État providentiel, lequel ne s’occuperait des défavorisés qu’au prix de leur assujettissement. Malgré les nombreux travaux, érudits ou populaires, anciens ou récents, rédigés explicitement afin de déraciner ces préjugés, les images restent — elles ont la vie durable. Pour pouvoir, enfin, les réléguer aux oubliettes, il faut peut-être adopter de nouvelles stratégies. L’absence des termes d’« État », et même de celui de « politique », de notre titre exprime déjà cette conviction. Et puisqu’il s’agit de titres, comment ne pas souligner encore, au risque de répéter ce qui est bien connu, que le titre principal du chef-d’œuvre de la philosophie pratique de Hegel n’est ni « Philosophie de l’État », ni encore « Théorie de l’État moderne », mais Philosophie du droit ?

  • 1  Cf. Lucien Calvié, « Les germanistes français et Hegel  », à paraître in Jahrbuch fur Hegel-forsch (...)

2Constamment critiqué, Hegel continue néanmoins à exercer une influence considérable. Pour ce qui concerne par exemple la pensée de l’histoire, pratiquement tous les spécialistes — même les plus critiques d’entre les Modernes — se sentent comme obligés d’en traiter. Nombreux sont aussi les chercheurs, soient-ils philosophes, juristes, sociologues ou spécialistes de science politique, qui ont recours, consciemment ou inconsciemment, à des formes d’argumentation et des concepts hégéliens dans leur propre tentative de compréhension du droit et de la société — non pas seulement de la dimension historique de ces phénomènes, mais également de leurs enjeux dans le monde d’aujourd’hui. Cette présence systématique de Hegel, ainsi que l’impact historique de sa philosophie, retiendront tout particulièrement l’attention des lecteurs de cette Revue qui, dans le cadre des études germaniques, s’intéressent à l’influence hégélienne sur les idées sociales et politiques en Allemagne, plus encore qu’à sa métaphysique et aux complexités de son système1.

  • 2  G. W. F. Hegel, Principes de la philosophie du droit [PPhD], § 257 s., dans l’édition de Jean-Fran (...)
  • 3  Sur cette négligence de la recherche hégélienne cf. le début de notre article « Zwischen Vertrag u (...)
  • 4  Cf. les travaux de Bernard Bourgeois, notamment son chapitre sur Hegel dans son livre Philosophie (...)

3En France même, c’est par Hegel, et sous l’influence — directe, mais aussi souvent indirecte et non perçue comme telle — de ses écrits, que s’est imposée la distinction, courante aujourd’hui, entre « société civile » et État ; et l’on ne soulignera jamais assez que Hegel, justement, entendit distinguer : qu’il voulut introduire une distinction, là où elle n’était pas encore faite ; et que son projet d’une Aufhebung — d’une « sursomption », ou suppression dans la conservation — de la « société civile » dans un État de raison, ou « rationnel »2, se fonde non pas sur le refus d’accorder une autonomie propre à la « société civile », mais bien plutôt sur la reconnaissance de la nécessité d’une séparation entre « société civile » et État, et de l’importance, justement, de la « société civile ». Même considérée du point de vue de l’État de raison, la « société civile » garde sa signification propre et sa raison d’être, comme la garde d’ailleurs la famille : cette première phase de ce que Hegel dénomme « vie éthique », elle aussi bien distincte de l’État, souvent d’ailleurs négligée par les interprètes3. On sait bien que pour Hegel, la famille garde toute son importance, même si les hommes (et, ajouterons-nous aujourd’hui, les femmes) adultes doivent régulièrement quitter l’intimité familiale pour gagner leur vie. Que l’on reconnaisse alors qu’il en est de même pour la société civile, elle aussi essentielle. Elle est essentielle, et son indépendance doit être reconnue, parce que selon Hegel c’est la société civile et non pas l’État (au sens où nous entendons désormais ce terme) qui permet de réaliser l’idée moderne de liberté, comme liberté subjective : parce que la société civile permet l’épanouissement et la croissance d’une économie moderne, elle permet aux hommes de se libérer pratiquement du joug de la nature. Hegel souligne en ce sens le moment de « libération » inhérent, à l’époque moderne, au travail des hommes : ici, écrit-il, « la stricte nécessité naturelle [...] passe au second plan ». Mais la société civile se trouve aussi au fondement de l’idée révolutionnaire de liberté pour tous : elle seule est susceptible de garantir la juridiction civile, 1’« administration de la justice » (Rechtspflege) qui, sur le plan de l’organisation de la Philosophie du droit de Hegel, sert comme l’une des transitions entre la société civile et l’État. Si c’est la Rechtspflege qui accorde à tous les hommes et, en vérité, à l’homme comme tel, liberté et capacité juridique, c’est bien la société civile qui lui permet de jouer ce rôle. Telle est la raison pour laquelle Hegel dit de l’individu libre qu’il est « fils de la société civile » (Hegel : PPhD, § 238, éd. Kervégan, p. 300). On ne peut citer trop souvent la célèbre formule par laquelle Hegel souligne ce dernier acquis, en un autre passage du même livre : « L’homme vaut parce qu’il est homme, non parce qu’il est juif, catholique, protestant, allemand, italien, etc. » (Hegel : PPhD, § 209, Kervégan, p. 279). La montée en puissance de la « société civile » permet donc d’élever tous les « bourgeois » au statut de citoyens libres et égaux en droits4.

  • 5  Cf. Rolf Peter Horstmann, « Le kantisme secret dans la philosophie hégélienne de l’histoire  », in (...)
  • 6  Cf. ainsi, par exemple, les contributions rassemblées dans Hegels Philosophie des Rechts, éd. par (...)

4Ces remarques sont pertinentes pour tout ce qui concerne le débat sur les limites du « libéralisme » dans notre politique économique. Mais on notera aussi que le rôle ainsi accordé par Hegel à la « société civile » contient déjà une thèse, très en avance sur son temps, sur la relation entre le développement social et l’évolution du droit : Hegel met en rapport droit et société ; et, toujours, il présente ses thèses sous une forme historique, étudiant l’histoire des phénomènes étudiés, leur origine, et leur évolution. Ce rapport n’a rien d’étonnant, lorsqu’on pense aux racines kantiennes de sa philosophie de l’histoire5 : si, pour Hegel, comme pour Kant, l’histoire du monde ne peut être comprise que comme développement finalisé vers un ordre juridique rationnel, alors cet ordre juridique dépend, en fin de compte, de présupposés sociaux. Voici donc l’une des façons de comprendre en quoi les trois thèmes placés au centre de notre interrogation sont liés. Mais ce lien se révèle aussi dans l’organisation même des Principes de la philosophie du droit de Hegel, et dans les problèmes suscités par cette organisation : l’ouvrage avance, comme on le sait, du droit abstrait, en passant par la moralité, vers la Sittlichkeit (vie éthique ou éthicité), dans laquelle la théorie hégélienne de la société et les problèmes de société jouent un grand rôle ; et il culmine — spectacle grandiose — sur une esquisse de l’histoire du monde. La structure a suscité bien des interrogations chez les lecteurs — et elle continue d’en poser6 : elles sont toutes liées, en fin de compte, au rapport entre droit, société — et histoire.

5Dans le choix des contributeurs, ce volume cherche à suivre ce que l’on peut déjà appeler les traditions de la RGI : on trouvera parmi eux des maîtres confirmés de la discipline, comme Duncan Forbes, et de jeunes chercheurs montants, comme Christophe Bouton. Pour rester fidèles au caractère international de cette revue, nous avons voulu associer des auteurs de langue française à des auteurs de langue allemande, comme Ludwig Siep et Martin Bondeli. Mais le volume cherche aussi à innover, par la grande place accordée aux chercheurs de langue anglaise et américaine : trop souvent, nous semble-t-il, les spécialistes de philosophie allemande, comme ceux des études germaniques en France, demeurent, pour tout ce qui concerne leurs coopérations internationales, dans un cadre franco-allemand. Rares sont les colloques qui, en France, unissent des chercheurs français et des chercheurs anglais ou américains autour de la culture allemande — même si la qualité de bien des travaux sur ce sujet en langue anglaise fut indéniable, et si elle l’est sans aucun doute aujourd’hui. Les spécialistes de la philosophie allemande dans notre pays ont tendance, parfois à cause des barrières linguistiques, parfois par la simple force des traditions, à privilégier le regard d’outre-Rhin lorsque leurs recherches les conduisent au-delà des frontières de l’Hexagone. Pour se convaincre de ce constat, il suffit d’éplucher les bibliographies en fin d’ouvrages, dans les études françaises de philosophie allemande : rares sont celles, même parmi les meilleures, qui comprennent des ouvrages en langue anglaise. Cette situation continue à alimenter l’opinion selon laquelle la recherche aux États-Unis et en Grande-Bretagne n’a pas grand-chose à apporter aux spécialistes français. Ce recueil cherche, dans les limites évidentes d’un seul volume, à rectifier une telle image, encore trop répandue ; et à rendre accessibles, pour la première fois en langue française, quelques représentants de la recherche anglo-saxonne sur Hegel, déjà éminents dans leurs propres pays.

6Pour instaurer un vrai dialogue, il ne suffit cependant pas de juxtaposer des contributions d’origines différentes. Il faut encore attirer l’attention des lecteurs sur les parallèles et les différences entre les diverses traditions de recherche. Cette tâche est déjà abordée par l’organisation même, le plan, de ce volume : le regroupement des articles révèle tantôt les mêmes préoccupations, poursuivies par différentes méthodes ; tantôt des interrogations complémentaires ; tantôt enfin des alternatives stimulantes... La tâche se poursuit maintenant par les remarques introductives que nous ferons sur les articles rassemblés ici, car elles donneront l’occasion de faire le rapport entre la recherche de langue française et les contributions d’autres traditions, sélectionnées pour ce volume.

  • 7  Cp. la traduction de Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Aubier, 1991, p. 47 : « Les choses qu’on sait co (...)
  • 8  Walter Kaufmann dans son Hegel. Reinterpretation, Texts, and Commentary, New York, Doubleday, 1965 (...)

7Les quatre premiers articles du recueil portent sur l’histoire chez Hegel et, chacun à sa manière, sur la célèbre thèse hégélienne de la « Raison dans l’histoire ». Si nous avons décidé de commencer par l’histoire, et de rompre par là avec l’ordre choisi par Hegel lui-même dans la Philosophie du  droit, dans laquelle l’esquisse sur l’histoire du monde vient à la fin, c’est parce que les Leçons sur la philosophie de l’histoire, et notamment leur introduction, La raison dans l’histoire, sont en toute probabilité le texte par lequel les plus nombreux des lecteurs eurent leur premier contact avec Hegel. Au lycée en France, comme dans les cours introductifs des grandes universités à l’étranger, ce texte est sans aucun doute le plus exploité — avec ses passages célèbres sur les "grands hommes" de l’histoire du monde (welthistorische Individuen), la « ruse de la raison » (List der Vernunft), ou encore les périodes de bonheur qui, dans l’histoire universelle, ne seraient que « ses pages blanches », etc. Mais s’il est bien connu, il n’est en fait, dans la plupart des cas, pas connu du tout : il y a trente-cinq ans, Walter Kaufmann, jouant sur un mot de la Phénoménologie de l’esprit (dos Bekannte [...] ist [noch] nicht erkannt)7, déplorait ainsi l’absence de compréhension véritable de la Philosophie de l’histoire de Hegel, par tous ceux qui croyaient pourtant la connaître8. L’écart, considérable, entre l’immense réception populaire de la thèse hégélienne sur la Raison dans l’histoire et la pensée de Hegel lui-même s’est probablement creusé davantage, depuis l’époque de Kaufmann : nous sommes toujours loin d’une appréciation correcte de cette pensée, nous ne disposons même pas encore d’une édition vraiment satisfaisante des Leçons. Commencer, dans ce volume, par l’histoire marque notre volonté d’entrer directement dans le vif du sujet, car c’est la seule façon d’ouvrir la voie aux vrais débats sur Hegel.

  • 9  Pour les détails, voir la note au début de l’article de Forbes, ci-dessous, p. 19.
  • 10  Cf., d’Emil L. Fackenheim, The Religions Dimension in Hegel’s Thought, Chicago et London, The Univ (...)
  • 11 Duncan Forbes, Hume’s Philosophical Politics, Cambridge, University Press, 1975, 21978.
  • 12  John Niemeyer Findlay, Hegel : A Re- Examination [1958], multiples rééditions, par exemple Oxford, (...)
  • 13  Bernard Bourgeois, « Présentation  » à G. W. F. Hegel, Philosophie de l’Esprit [Encyclopédie III], (...)

8En tête du recueil se trouve la contribution de Duncan Forbes, le premier des articles traduits ici de l’anglais. Rédigé à l’origine comme introduction à l’édition anglaise des Leçons sur la philosophie de l’histoire de Hegel9, cet article est, nous semble-t-il, particulièrement apte à ouvrir ce recueil, en tout premier lieu parce que Forbes, qui s’adresse non pas seulement à des philosophes, mais aussi, et sans doute surtout, à des lecteurs historiens ou des spécialistes de sciences politiques, démantèle de façon très polémique et avec un humour tout britannique les préjugés les plus courants sur Hegel dans ces disciplines. Pour nous qui voudrions faire connaître en France certains des excellents travaux réalisés sur Hegel en langue anglaise, le texte est également primordial en ce qu’il rappelle et apprécie toute cette tradition de recherche, de langue anglaise : Forbes remonte jusqu’au courant des néo-hégéliens britanniques, au xixe siècle. Mais son texte n’est pas seulement critique et destructeur. Il a aussi son côté constructif, car il permet de dégager certaines grandes lignes de la philosophie hégélienne : d’abord, son rapport au christianisme — un point sur lequel Forbes, s’inspirant d’Emil Fackenheim10, insista toujours ; mais aussi la conclusion extrêmement importante qu’il faudrait en tirer : la conception que se fit Hegel du christianisme, comme union du divin et de l’humain, l’aurait conduit à affirmer que l’absolu est à chercher dans ce monde-ci, et non pas dans l’au-delà. Car selon Forbes la philosophie hégélienne « ne dévalue en aucun cas le monde objectif, celui du fait, de la contingence et de la finitude, le monde de l’historien, le monde du scientifique, le monde de l’expérience quotidienne ; tout son objet est de montrer à quel point tout cela est nécessaire à la vie de l’Esprit ». Voici bien, déjà, un autre des grands sujets de prédilection de Forbes — qui fut aussi, comme on le sait peut-être, un spécialiste internationalement reconnu de Hume11 : le rapport entre une philosophie spéculative et les recherches empiriques ; des recherches qui comprennent aussi, pour lui, les études historiques. Dans ce contexte, Forbes s’appuie sur le travail de John Niemeyer Findlay — dont on peut bien dire qu’il joua un rôle de pionnier, pour tout ce qui concerne la littérature de langue anglaise ; car il fut l’un des premiers à réintroduire Hegel en Angleterre, comme d’ailleurs aux États-Unis, après l’ère de Russell et du premier Wittgenstein : « Malgré de nombreux avis contraires, avait affirmé Findlay en une thèse demeurée célèbre, la philosophie de Hegel est l’un des plus antimétaphysiques des systèmes philosophiques, un système qui demeure le plus dans le domaine de l’expérience ordinaire... »12Pour souligner à quel point cette ligne de pensée pourrait entrer en dialogue avec la recherche française sur Hegel, nous rappellerons ici les brillantes remarques de Bernard Bourgeois sur Hegel, « l’Aristote des temps modernes », qui vont précisément dans le même sens13.

9Soulignant que « la philosophie de l’Absolu est absolument ouverte à l’expérience », Forbes rappelle que l’« histoire philosophique » selon Hegel n’est pas une histoire a priori, venant remplacer les Histoires rédigées par des historiens, mais qu’elle dépend bien plutôt de celles-ci, en tout cas pour ce qui concerne son contenu empirique ; ce qui explique d’ailleurs pourquoi, comme toute philosophie « authentiquement concrète », elle « charrie tant de bois mort... ». Mais, demandera-t-on, que voulut faire Hegel de plus que les historiens, ou de diffèrent, lorsqu’il esquissa le projet d’une « philosophie de l’histoire » ? Dans sa contribution, Christophe Bouton, en France l’un des plus prometteurs des spécialistes sur Hegel dans la jeune génération, nous rappelle d’abord fort justement, à ce propos, une remarque très utile de l’historien allemand contemporain Reinhard Kosel-leck : le concept moderne d’« histoire », ou Geschichte, « est en fait une invention relativement récente, qui fait son apparition en Allemagne durant le dernier tiers du xviiie siècle ». Car c’est alors seulement que l’on commence non plus seulement à écrire des Histoires, au pluriel, mais à employer le terme d’Histoire au singulier, comme un « collectif singulier ». Dégageant le rapport de Hegel à la philosophie de l’histoire issue de l’époque des Lumières, Christophe Bouton montre alors que, au cœur des réflexions de Hegel sur l’histoire, se trouve précisément la question de savoir quelle(s) signification(s), et quelle légitimité, doit être accordée à ce concept d’« histoire », lorsqu’il est utilisé dans une acception aussi large : Hegel, écrit-il, fut le seul philosophe de son temps à entreprendre ce que l’on peut bien dénommer une « analytique de l’histoire ». En ce sens, déjà, sa philosophie de l’histoire est incontournable.

10Robert Pippin, qui dirige le Centre de recherche sur la pensée sociale dans la prestigieuse Université de Chicago, s’interroge sur la question de savoir si et dans quelle mesure la thèse hégélienne de la « raison dans l’histoire » n’est pas une façon de reprendre la discussion sur la rationalité pratique et ses formes. La question est rarement posée sous cette forme, et, peut-être pour cette raison, la position adoptée par Hegel dans sa philosophie morale et éthique est souvent mal comprise ; sans doute aussi parce que, comme le rappelle Pippin, il est présupposé que la thèse hégélienne repose « sur une théodicée historique de vaste envergure, extrêmement implausible ». Prenant aussi ses distances par rapport aux interprétations « romantiques » de Hegel, celles qui voient en celui-ci un penseur ayant aspiré à une « harmonie des sens » susceptible de surmonter le « déchirement » (die Zerrissenheit)’de la modernité, Pippin montre que ce que Hegel voulut dire, lorsqu’il affirma l’identité du « rationnel » (vernünftig) et de l’« actuel » (wirklich), devient infiniment plus clair lorsqu’on prête attention à ce que certaines théories contemporaines de la motivation morale dénomment « internalisme » : Pippin reprend, dans le cadre de sa lecture de Hegel, le dialogue avec des auteurs de langue anglaise comme Thomas Nagel ou Bernard Williams, qui sont rarement présents en France, tout particulièrement dans la recherche française sur la philosophie allemande ; et il réussit effectivement à clarifier, non pas seulement pour un public de langue anglaise, mais aussi pour bien d’autres publics — dont, nous l’espérons, le public français — la signification de la thèse hégélienne, lorsqu’il affirme qu’il s’agit essentiellement pour Hegel de montrer que des considérations rationnelles ont pour nous une force de motivation, ou sont motivantes de notre action. Dire que le rationnel est actuel, c’est dire que certaines raisons ne peuvent être que motivantes pour nous, que nul ne peut être présumé « actuellement » indifférent à ce qu’elles exigent. La mise en évidence de ce côté « subjectif » de la rationalité pratique permettrait aussi de clarifier le sens de son côté « objectif » : de la thèse hégélienne selon laquelle « vivre librement, c’est participer à certaines institutions modernes »

  • 14  G. W. F. Hegel, Le premier système. La philosophie de l’esprit 1803-1804, éd. et trad. franc, par (...)

11L’article de Myriam Bienenstock, à laquelle nous devons une édition récente de la première philosophie hégélienne de l’esprit (1803-1804)14, porte précisément sur ce côté « objectif » de la thèse hégélienne : la conception de l’« esprit objectif », un terme que Hegel utilise dès l’Encyclopédie de 1817 pour désigner tout à la fois le droit, la moralité et la Sittlichkeit, avec ses trois parties (famille, société civile, État) — et l’histoire elle-même ; mais dont le sens, et la légitimité, font toujours l’objet, aujourd’hui, de controverses passionnées. Bienenstock engage aussi la discussion avec des auteurs contemporains de langue anglaise, notamment Charles Taylor, ou même Karl Popper (qui écrivit beaucoup en anglais). Mais elle leur associe tout de suite une référence à d’autres sources, toujours très influentes, quoique plus anciennes : Wilhelm Dilthey, par exemple, ou encore Émile Durkheim. On notera tout particulièrement la critique très claire, et décisive, de la confusion si courante aujourd’hui, mais erronée et pernicieuse, entre « esprit objectif » et « esprit objectivé ».

12Le lien intrinsèque qui existe pour Hegel entre les domaines du droit, de l’histoire et de la société a déjà été souligné, par exemple dans nos remarques initiales sur la structure de la Philosophie du droit. Comme cette structure, et la logique interne de l’ouvrage, sont loin d’être évidentes et ont laissé perplexes beaucoup de lecteurs non-initiés, il convient de s’interroger sur la délimitation et la signification de ce champ, avant d’aborder des questions plus précises sur le droit, l’histoire et la société. Dans cette perspective, les articles de Pippin et de Bienenstock peuvent aussi être lus comme une introduction aux articles du second groupe, sur le droit et la société.

  • 15  G. W. F. Hegel, Principes de la philosophie du droit [1821], éd. et trad. franc, par J.-F. Kervéga (...)

13La section « Droit et société » est ouverte par Jean-François Kervégan, éditeur de l’une des nouvelles éditions des Principes de la philosophie du droit de Hegel15, mais aussi spécialiste de la philosophie et de l’histoire du droit bien au-delà de l’hégélianisme. Ici, comme souvent dans ses autres travaux, Kervégan met à profit ses excellentes connaissances de l’histoire du droit dans son interprétation de Hegel. Il se consacre à l’analyse d’une matière peu étudiée dans la littérature sur Hegel : la théorie du contrat. On sait que Hegel situa cette théorie dans la première partie de la Philosophie du droit, au centre de ce qu’il dénomma la doctrine du « droit abstrait » : la théorie du contrat constituait pour lui « l’expression la plus typique » de la sphère du droit abstrait. Mais la portée du droit contractuel dépasse de beaucoup cette situation, dans la première partie d’un ouvrage : comme le montre bien Kervégan, selon Hegel le contrat trouve « son véritable terrain d’actualisation [dans] la société civile », et le droit devient ainsi « la véritable infrastructure » de la société civile. C’est le contrat qui garantit le bon fonctionnement de la société, acquérant et exerçant ainsi une fonction sociale indispensable : il est, selon la conclusion de Kervégan, « un pilier de la "liberté des Modernes" ». Et c’est bien cette fonction qu’a le droit qui, comme le montre Kervégan, permet de comprendre le sens et la portée de la critique dirigée par Hegel contre le contractualisme en philosophie moderne.

14Jean-Claude Bourdin prend comme point de départ de sa contribution, « La question sociale et la société civile bourgeoise selon Hegel », les célèbres paragraphes des Principes de la philosophie du droit consacrés aux problèmes de la société civile : les conséquences négatives de la division du travail, la séparation de la société en classes et la paupérisation systématique d’une partie de la population. Il est bien d’accord sur la lucidité, voire même la clairvoyance, avec lesquelles Hegel sut déceler les contradictions naissantes de la société moderne, qui avait alors à peine commencé à se développer. Mais il s’interroge sur la question de savoir si l’on peut voir dans le diagnostic de Hegel une contribution à la « question sociale », dans les termes où cette « question » sera posée à partir des années 1830. Dans la perspective d’une telle interrogation, Jean-Claude Bourdin cherche d’abord à clarifier le sens de l’expression assez équivoque de « question sociale », pour dégager enfin, par une comparaison avec certains textes du jeune Marx, toute l’originalité de l’analyse hégélienne : selon Bourdin, Hegel anticipe déjà les problèmes, auxquels Hannah Arendt nous confronte dans son œuvre, du destin politique de masses inorganisées, constituées d’individus atomisés et isolés.

  • 16  Deux articles, de B. Bourgeois et de J.-F. Kervégan, ont déjà été cités à ce sujet [voir ci-dessus (...)

15L’une des trois parties de l’article rédigé par Ludwig Siep est explicitement consacrée à l’analyse des mêmes questions que celles soulevées par Jean-Claude Bourdin. Mais l’approche est différente : Bourdin cherche à comprendre la conception hégélienne et à dégager son originalité en précisant la position du philosophe dans les débats de l’époque et en distinguant sa prise de position de celle des autres participants à ces débats. Ludwig Siep explore les Principes de la philosophie du droit de Hegel en observant consciemment et constamment la portée et les conséquences de son examen pour les débats politiques actuels. Discrètement mais efficacement, Siep réussit à démontrer que, au vu des questions qui se sont posées, par exemple à l’occasion de la « réunification » allemande, les idées de Hegel gardent toute leur signification. Comment — c’est ainsi que Bourdin formulait la question — comment peut-on garantir un système de protection sociale dans une économie de marché, qui s’impose partout ? Répondant à ce problème, Siep en vient déjà à l’affirmation d’une thèse, qui sera ultérieurement au centre de l’une des contributions (celle de Norbert Waszek) consacrées à l’héritage de la pensée hégélienne : une place de choix doit être réservée à Hegel, dans l’histoire des origines conceptuelles de l’« État social ». Mais Siep montre aussi l’actualité de deux autres questions traitées par Hegel dont, en premier lieu, celle de savoir ce que Hegel entendit par « constitution » (Verfassung), et comment il envisagea l’établissement d’une constitution, ainsi que ses éventuelles modifications. Pour Hegel, écrit Siep, il ne s’agissait justement pas d’un acte : un acte fondateur, qui se produirait une fois, et que l’on pourrait donc situer à une date précise, marquant la rupture avec l’époque précédente, et l’avènement d’une ère nouvelle. Même si de telles ruptures peuvent effectivement se produire, il faudrait plutôt, selon Hegel, mettre l’accent sur un processus, une évolution constante de la constitution. La thèse, sans doute, est tout à fait actuelle ; comme l’est la façon dont Hegel traita de la question des « droits fondamentaux » : droits de l’homme et droits civils. Par son examen de cette dernière question, Siep aborde un sujet que la recherche sur Hegel en France, pays des droits de l’homme, eut toujours à cœur16. Contre l’image d’un Hegel autoritaire, antilibéral, voire même totalitaire, Siep montre que Hegel chercha bien à concrétiser institutionnellement ce que l’on dénomme en Allemagne « droits fondamentaux ». Sa seule réserve concerne néanmoins la protection des individus contre les possibilités de débordement du pouvoir public, dont Hegel n’aurait pas suffisamment tenu compte.

  • 17  Ce sujet me fut très proche pendant les années 1980 et 1990, cf. mon livre The Scottish Enlightenm (...)

16Dans sa contribution, Howard Williams considère la relation entre la philosophie de l’histoire et la philosophie politique dans l’article que Hegel consacra, vers la fin de sa vie, au Reform Bill, un projet de réforme dont le Parlement britannique eut à débattre en 1831. Il put paraître surprenant à certains interprètes que le philosophe — qui avait alors plus de soixante ans et avait déjà connu de sérieux problèmes de santé, vers la fin de 1830 —, ait pris la peine d’étudier en détail et même de publier des réflexions sur un projet de loi discuté à l’étranger. Mais Hegel, il faut le dire, ne fut pas seulement un observateur fervent et engagé de tout ce qui se passait en France. Il cultiva aussi, sa vie durant, un grand intérêt pour la Grande-Bretagne, ce « laboratoire » de la révolution industrielle, dont la culture politique est spécifique17. L’enjeu philosophique de l’article de Hegel, comme Williams le montre bien, est le rapport entre sa philosophie spéculative ou systématique et son évaluation d’un événement politique précis. Déjà abordé, en termes généraux, par Forbes, le rapport entre philosophie et empirie, ou histoire, est ici examiné à partir d’un exemple concret : l’article sur le Reform Bill montre que la philosophie hégélienne est tout à fait capable de contribuer au débat politique de son temps. On voit bien aussi, dans cette contribution, comment droit, histoire et société sont en œuvre et se croisent dans l’article de Hegel : le projet ne fait pas seulement partie du domaine du droit et de la politique. Hegel le replace aussi dans une perspective historique, évaluant la loi en question par rapport à ses origines, et ses conséquences sociales.

  • 18  Hans-Georg Gadamer et Jûrgen Habermas, Das Erbe Hegels. Zwei Reden aus Anlass des Hegel-Preises [1 (...)

17Hans- Georg Gadamer donna une fois une grande leçon de modestie pour tout ce qui concerne l’héritage hégélien : « Nul ne devrait revendiquer pour soi-même la prétention de mesurer tout ce qui nous est échu du grand héritage de Hegel. Il devrait suffire à chacun d’être lui-même un héritier, et de se rendre compte lui-même de tout ce qu’il a reçu de cet héritage. »18 La leçon est sans aucun doute justifiée : nous sommes tous des héritiers, et notre première tâche doit certainement consister à prendre conscience, en tout premier lieu, de ce que chacun de nous doit à Hegel. C’est bien pourtant un aperçu de l’héritage ou, en d’autres termes, de la succession intellectuelle et des conséquences des conceptions hégéliennes dans les domaines du droit, de l’histoire et de la société, que nous avons voulu esquisser dans la troisième et dernière partie de ce recueil. Cet héritage fut déjà évoqué, par exemple dans la comparaison développée par Bourdin entre des textes de Hegel et des textes de Marx ; ou encore dans les thèses de Siep sur les origines intellectuelles de l’Etat social. Gardant en mémoire la leçon de Gadamer, nous dirons que ce sont certains des « héritiers » de Hegel (au pluriel) qui font l’objet des trois articles concluant ce recueil. Ils ne constituent pas, même pris ensemble, son « héritage ».

18Dans sa contribution, Norbert Waszek présente l’œuvre de Lorenz von Stein, dont le nom s’impose de plus en plus parmi les précurseurs intellectuels de la tradition allemande de l’État social. Dans l’élaboration de sa conception, Stein s’inspira au moins de deux sources majeures : la philosophie de Hegel et les nouvelles doctrines sociales françaises (Saint-Simon, Fourier, etc.). S’opposant à ceux de ses interprètes qui crurent percevoir une inflexion dans son développement — le jeune Stein se détournant de ses origines « hégéliennes » pour élaborer à l’âge mûr une œuvre nourrie d’idées françaises — Waszek montre dans la première partie de son article que ce fut au contraire justement la pensée de Hegel qui mena Stein vers des analyses saint- simoniennes et fouriéristes. Dans la seconde partie de l’article, plus systématique, la jonction effectuée par Stein entre « État de droit » et « État social » est mise en rapport avec la saisie précoce, par Hegel, du rapport entre le développement social et l’évolution du droit. C’est bien à juste titre que Stein est considéré aujourd’hui, par certains de ses interprètes (par exemple par D. Blasius), comme le grand représentant de Hegel au xixe siècle.

  • 19  Il y eut certes quelques travaux français sur ce courant — cf. François Houang, Le néo-hégélianism (...)

19La contribution de David Boucher et d’Andrew Vincent introduit à une tradition bien moins connue en France : celle des « hégéliens britanniques » (British Hegelians), ou encore de l’« idéalisme britannique », proéminent en Grande-Bretagne au xixe siècle, et au début du xxe siècle19. Les deux auteurs nous offrent une nouvelle synthèse de ce courant, nourrie des dernières recherches dans la matière. Ce qui ressort de cet article, c’est — entre autres résultats — que le néo-hégélianisme britannique fut loin d’être limité à un mouvement universitaire, éloigné de la réalité et de ses préoccupations. L’interaction avec la vie pratique (en politique comme dans la société) fut constante, et toujours grande. Cette contribution a, nous semble- t-il, un triple intérêt : en premier lieu, elle contribue à propager la connaissance et la reconnaissance d’un mouvement, aujourd’hui souvent négligé, mais puissant dans ses arguments et fort dans son influence. Elle permet ensuite de comprendre à quel point des auteurs comme T. H. Green, Bernard Bosanquet et R. G. Collingwood, souvent perçus comme des penseurs typiquement, si ce n’est exclusivement, britanniques, se sont en réalité inspirés de conceptions hégéliennes : en ce sens, l’article documente le « transfert » d’idées venues d’Allemagne en Grande-Bretagne ; un aspect lui aussi trop souvent négligé. Mais avec et par-delà ces informations d’ordre historique sur les relations entre la philosophie allemande et la philosophie britannique, la contribution de Boucher et Vincent éclaire d’un jour nouveau le grand « schisme » de la philosophie au xxe siècle, entre la « spéculation » allemande et la philosophie de langue anglaise, dite « analytique ». Trop souvent, après Russell et Wittgenstein, cette philosophie eut tendance à mépriser l’idéalisme britannique, ce concurrent dépassé : aujourd’hui, bien des jeunes chercheurs dans ce domaine ne savent même plus que leurs « héros » commencèrent leurs études, à Cambridge comme à Oxford, sous des maîtres néo-idéalistes ; et qu’ils grandirent dans et par le débat avec ce courant. Certes, ils ne furent pas d’accord avec leurs prédécesseurs, mais leur polémique ne suffit certes pas aujourd’hui pour rendre justice à leurs aînés et les mesurer à leur juste valeur. Une reconsidération de ce qu’un auteur comme Russell doit à ses maîtres est sans aucun doute indispensable, non pas seulement pour ce qui concerne l’histoire de la philosophie, mais aussi pour la compréhension des débats actuels, par exemple sur la pensée de Wittgenstein et son évolution. Si, comme nous le croyons, il est inévitable que les deux traditions, idéaliste et analytique, recommencent tôt ou tard le dialogue — celui-ci a d’ailleurs déjà débuté dans bien des domaines, et sur bien des fronts — alors il faudra aussi revoir l’origine de la rupture ; et dans ce contexte, les « idéalistes britanniques » deviendront une référence incontournable.

  • 20  Norbert Waszek, The Scottish Enlightenment and Hegel’s Account of « civil society », Dordrecht/Bos (...)

20Dans sa contribution sur « Hegel, critique communautariste du libéralisme de Rawls », Martin Bondeli poursuit l’héritage de Hegel sur un autre plan encore. Il considère un débat récent, la dispute entre « libéraux » et « communautaristes », et se demande ce que Hegel peut lui apporter. Beaucoup, dans ce débat, dépend de la définition que l’on voudra donner à l’un et l’autre de ces camps. La réponse hégélienne ne peut pas être la même si, parlant des « libéraux », on pense au libéralisme « classique » d’Adam Smith, au « libéralisme » de John Rawls, qui cherche à s’appuyer sur Kant, ou enfin à l’ultra-libéralisme d’un auteur comme von Hayek ; et ceci est tout aussi valable, pour ce qui concerne ceux que l’on dénomme « communautaristes » ; un « camp » devenu vraiment très vaste aujourd’hui, puisque Martin Bondeli, évoquant l’« éthique du discours » fondée par Karl-Otto Apel et Jürgen Habermas, note que Karl-Otto Apel lui-même choisit une fois, pour la qualifier, la dénomination de « communautarisme transcendantal »... Certains, dans ce recueil (Robert Pippin, par exemple ; mais aussi Myriam Bienenstock, pour ce qui concerne Charles Taylor — si tant est que cet auteur peut être considéré comme un « communautariste ») s’opposent explicitement à toute idée de considérer Hegel comme un « communautariste » ; et je n’ai pas moi-même renoncé à qualifier Hegel de « libéral », comme je l’avais fait à la fin de mon étude sur Hegel et les économistes écossais, avec les réserves que la précision et la prudence me semblaient imposer20. Martin Bondeli prend lui aussi ses précautions ; et, en ce sens, son article ne peut que stimuler le débat ultérieur : au milieu des controverses, animées mais courtoises, la philosophie de Hegel vivra, toujours féconde, alors qu’une scolastique stérile risquerait de l’endormir.

Haut de page

Notes

1  Cf. Lucien Calvié, « Les germanistes français et Hegel  », à paraître in Jahrbuch fur Hegel-forschung, 6 (2000).

2  G. W. F. Hegel, Principes de la philosophie du droit [PPhD], § 257 s., dans l’édition de Jean-François Kervégan, Paris, PUF, 1998, p. 313 s.

3  Sur cette négligence de la recherche hégélienne cf. le début de notre article « Zwischen Vertrag und Leidenschaft. Hegels Lehre von der Ehe und die Gegenspieler : Kant und die Fruhromantiker (Schlegel, Schleiermacher)  », in Liberté sociale et lien contractuel dans l’histoire du droit et la philosophie, éd. par Jean-François Kervégan et Heinz Mohnhaupt, Frankfurt/Main, Klostermann, 1999, p. 271-299, qui donne d’ailleurs une interprétation de la famille chez Hegel.

4  Cf. les travaux de Bernard Bourgeois, notamment son chapitre sur Hegel dans son livre Philosophie et droits de l’homme, Paris, PUF, 1990, p. 73-97. Cf. aussi J.-F. Kervégan, « Hegel et l’état de droit », in Archives de philosophie 50 (1987), p. 55-94.

5  Cf. Rolf Peter Horstmann, « Le kantisme secret dans la philosophie hégélienne de l’histoire  », in Les fioritures de la raison, Paris, Vrin, 1998, p. 165-180 ; Ludwig Siep, « Das Recht als Ziel der Geschichte. Überlegungen im Anschluss an Kant und Hegel », in Das Recht der Vernunft. Kant und Hegel über Denken, Erkennen und Handeln, éd. par Christel Fricke, Peter König et Thomas Petersen, Stuttgart, Frommann-Holzboog, 1995, p. 355-379.

6  Cf. ainsi, par exemple, les contributions rassemblées dans Hegels Philosophie des Rechts, éd. par Dieter Henrich et R. P. Horstmann, Stuttgart, Klett-Cotta, 1982.

7  Cp. la traduction de Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Aubier, 1991, p. 47 : « Les choses qu’on sait comme ça, en général, précisément parce qu’elles sont bien connues et familières, ne sont pas connues  » avec celle de Gwendoline Jarczyk et Pierre-Jean Labarrière, Paris, Gallimard, 1993, p. 92 : « Le bien-connu en général, pour la raison qu’il est bien-connu, n’est pas connu.  »

8  Walter Kaufmann dans son Hegel. Reinterpretation, Texts, and Commentary, New York, Doubleday, 1965, p. 15 : « La Philosophie de l’histoire est probablement le livre le mieux connu de Hegel ; mais il n’est presque pas « connu » du tout, en un sens plus exigeant du terme...  » Cf. l’introduction de mon article « David Hume als Historiker und die Anfànge der Hegelschen Geschichtsphilosophie  », in Hegel in der Schweiz, 1793-1796, éd. par Helmut Schneider et N. Was-zek, Frankfurt, Peter Lang, 1997, p. 173-206, ici p. 174-176.

9  Pour les détails, voir la note au début de l’article de Forbes, ci-dessous, p. 19.

10  Cf., d’Emil L. Fackenheim, The Religions Dimension in Hegel’s Thought, Chicago et London, The University of Chicago Press, 1967.

11 Duncan Forbes, Hume’s Philosophical Politics, Cambridge, University Press, 1975, 21978.

12  John Niemeyer Findlay, Hegel : A Re- Examination [1958], multiples rééditions, par exemple Oxford, University Press, 1976, ici p. 348.

13  Bernard Bourgeois, « Présentation  » à G. W. F. Hegel, Philosophie de l’Esprit [Encyclopédie III], Paris, Vrin, 1988, p. 85-89.

14  G. W. F. Hegel, Le premier système. La philosophie de l’esprit 1803-1804, éd. et trad. franc, par Myriam Bienenstock, Paris, PUF, « Épiméthée  », 1999.

15  G. W. F. Hegel, Principes de la philosophie du droit [1821], éd. et trad. franc, par J.-F. Kervégan, Paris, PUF, 1998 ; une autre éd., celle-ci en poche, fut préparée presque simultanément par Jean-Louis Vieillard-Baron, Paris, Flammarion, 1999.

16  Deux articles, de B. Bourgeois et de J.-F. Kervégan, ont déjà été cités à ce sujet [voir ci-dessus, p. 7, n. 1], mais on pourrait bien sûr citer de nombreux autres travaux, par Eric Weil, Jacques D’Hondt...

17  Ce sujet me fut très proche pendant les années 1980 et 1990, cf. mon livre The Scottish Enlightenment and Hegel’s account of « civil society », Dordrecht/Boston/London, Kluwer, 1988 et, pour l’article sur le Reform Bill, mon article « Auf dem Wege zur Reformbill-Schrift  », in Politik und Geschichte, éd. par Ch. Jamme et E. Weisser-Lohmann, Bonn, Bouvier, 1995, p. 177-190.

18  Hans-Georg Gadamer et Jûrgen Habermas, Das Erbe Hegels. Zwei Reden aus Anlass des Hegel-Preises [1979], Frankfurt, Suhrkamp, 1979, p. 35.

19  Il y eut certes quelques travaux français sur ce courant — cf. François Houang, Le néo-hégélianisme en Angleterre, Paris, Vrin, 1954 ; Charles Le Chevalier, Éthique et idéalisme : le courant néo-hégélien en Angleterre, Paris, Vrin, 1963. Notons aussi que les Archives de philosophie, alors dirigées par le P. Régnier SJ, publièrent de temps à autre des articles dans ce domaine — mais le grand public, et même les cercles hégéliens, ont largement ignoré ceux-ci.

20  Norbert Waszek, The Scottish Enlightenment and Hegel’s Account of « civil society », Dordrecht/Boston/London, Kluwer, 1988, p. 230.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Norbert Waszek, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 15 | 2001, mis en ligne le 05 août 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/821

Haut de page

Auteur

Norbert Waszek

Professeur en histoire des idées et civilisation allemande à l’Université de Rouen et chercheur associé au CNRS (UMR 8547 « Pays germaniques : Histoire, Culture, Philosophie »), est l’auteur de nombreuses études sur la philosophie et la civilisation allemandes. Citons son ouvrage sur Hegel et les Écossais : The Scottish Enlightenment and Hegel’s Account of « civil society »,Dordrecht/Bos-ton/Londres, Kluwer, 1988 ; son édition de la RGI 6, Kant : phibsophie de l’histoire, Paris, PUF, 1996 ; Hegel in der Schweiz, 1793-1796 (éd. avec Helmut Schneider), Frankfurt, Lang, 1997

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page