Navigation – Plan du site

Philhellénisme et littérature grecque : réseaux politiques, échos romantiques, transferts éthiques

Maria Tsoutsoura
p. 155-168

Résumés

Le philhellénisme, réactualisé sous le Directoire grâce aux aspirations napoléoniennes en Méditerranée et à l’esprit néohellénique, tient rarement compte de ces facteurs constitutifs, hellénisme et philhellénisme coincidant rarement et l’insurrection grecque étant surtout spectacle distant et problématique.
Prise dans le piège des images que d’autres se font d’elle, la littérature grecque du xixe siècle adopte volontiers ce rôle d’objet d’exception, de mère spirituelle, tout en développant une mauvaise conscience du fait du mépris suscité par sa Grande Idée, imitation décalée des gloires et des élans romantiques. Pour encourager le patriotisme et l’éthique bourgeoise, elle occulte les valeurs littéraires au point de limiter ou d’exclure le romantisme ionien authentique et philhellène, et la prose caustique de certains phanariotes, redécouverte à la fin du xxe siècle.
Textes méconnus ou inconnus, issus souvent de Grecs lettrés et politiquement engagés, révèlent les tendances opposées, provisoirement résorbées ; elles se prolongent jusqu’aux colonels, convoquant le philhellénisme protectionniste de Chateaubriand, tandis que la résistance met en valeur les odes de Calvos.

Haut de page

Texte intégral

Philhellène

  • 1 C. G. Théremin, « Combinaions pour le cas où l’affaiblissement de l’Empire ottoman entraînerait sa (...)

1Le philhellénisme des années 1820 est certainement associé aux aspirations politiques, plus particulièrement à l’idée de la Méditerranée, « lac français »1 décrite par Pouqueville, une idée dont a pu rêver Napoléon. Mais la notion de philhellène n’aurait pas été réactualisée sous le Directoire si elle n’avait pas été inextricablement liée (dans les temps modernes comme dans l’Antiquité) à l’esthétique, l’hellénisme étant conçu davantage en rapport avec une entité spirituelle plutôt qu’avec un pays précis. Les failles de l’être et du paraître à travers les deux mots qui composent le terme se prêtent particulièrement à l’ironie dans « philellên » (1913) poème dans lequel un roi de Perse passe commande pour battre une nouvelle monnaie :

Prends bien soin de graver artistement
L’expression avec sérieux et majesté.
Le diadème plutôt étroit ;
Ces énormes diadèmes des Parthes ne me plaisent pas.
L’inscription, comme d’habitude, en grec ;
Ni excessive, ni pompeuse –
Qu’elle ne prête pas à malentendu auprès du proconsul
Qui écrit tout le temps et fait rapport à Rome –
Mais très honorifique sans doute.
Sur l’autre face quelque chose d’exquis ;
Quelque bel éphèbe discobole.
Je te conseille surtout (Sithaspe, au nom des dieux,
ne l’oublie pas) de bien veiller.
Après le Roi et le Sôter,
de graver en lettres élégantes, Philhellène.
Et maintenant je t’en prie, ne fais pas de l’esprit,
Les « Où sont les Grecs ? » et « où le grec
Dans ces lieux au-delà du Zagros, au-delà de Phraata ».
Tant et tant de plus barbares que nous
l’écrivent bien, nous l’écrirons aussi.
Et enfin n’oublie pas que de temps en temps
nous viennent des sophistes de Syrie,
des rimailleurs et d’autres pédants.

  • 2 Nous traduisons de l’original (C. P. Cavafy, Poiimata. I, Athènes, Icaros, 1963, p. 47).

2Nous ne sommes donc point en manque d’hellénisme, me semble-t-il2.

3Chez Cavafy, Grec d’Alexandrie, apparaît mise en valeur, un bon siècle après le Directoire, l’ambiguïté du philhellénisme. L’accord (aussi efficace que provisoire) de philhellènes d’idéologies diverses, orchestré dans le but politique précis de libérer la Grèce de l’Empire ottoman, a remis en cause la légitimité du pouvoir du Sultan en Europe chrétienne, a agité les esprits dans la perspective d’une réunion des Églises, mais n’a que partiellement tenu compte d’une nouvelle entité spirituelle à part, d’une nouvelle esthétique grecque adaptée à la fin poursuivie.

Philhellénisme et phanatriotes

  • 3 « Je veux voir des combats, toujours au premier rang/ Voir comment les spahis s’épanchent en torren (...)

4Un des arguments principaux pour la libération de la Grèce dans son rendez-vous manqué avec la Révolution sera de lui reconnaître un statut à part, de la regarder comme exception pour son apport culturel à l’Europe parmi d’autres peuples qui réclament également des libertés nationales ou sociales. Les conséquences de cette représentation, aussi décisive que l’argument du christianisme, ne seront pas toujours heureuses. Elles reviennent à créer une distance entre l’Europe et la Grèce, tenue longtemps pour un objet contemplé, au siècle même où le romantisme exalte la voix du sujet. La Grèce regardée par l’Europe devient un motif courant de la littérature philhellénique, consacré par Hugo3 et Lamartine :

  • 4 Dernier chant de Childe Harold, édition illustrée, Paris, Charles Gosselin, 1850, p. 461.

L’insurrection de la Grèce contre ses barbares oppresseurs est un des plus beaux spectacles qu’il ait été donné à l’homme de contempler. Tous les prodiges de l’héroïsme antique, tous les dévouements des plus sublimes martyres se renouvellent tous les jours sous les yeux de l’Europe4.

5Ce spectacle du drame immanent apparaît dans sa nudité éloquente quand le talent de l’auteur fait défaut :

  • 5 Alphonse Fayol, La Grèce et l’Europe, Paris, Achille Désauges, 1827.

La Grèce, pour ses fils, est une immense arène
où l’Europe, de loin, les regarde mourir.5

  • 6 Odes d’un jeune Grec suivies de six chants de guerre écrits en vers grecs, Paris, Enler frères, 182 (...)

6Panagiotis Soutsos (1806-1868), bientôt le plus en vue des poètes phanariotes dans le nouveau royaume, convoque même les ancêtres au spectacle : « Levez-vous, levez-vous ! / Accourez nous voir / Ombres de nos pères6 ! »

  • 7 Il s’agit du drame Grégoire V (1867) de l’Ionien Sp. Zavitsanos (P. Moullas, Les concours poétiques (...)

7Prompte à ressembler à ses admirateurs, la Grèce autonome, aimée jadis pour le mélange d’exotisme oriental et la mélancolie de ses ruines, va se livrer, par la course au progrès, en refusant la fustanelle, en bannissant le harem dans la thématique des concours poétiques d’Athènes7 et par le culte du néoclassique, à la destruction de ses propres attraits, se conformant tant bien que mal à l’usage de penser par métaphores. En utilisant par exemple le fameux lien parental que le philhellénisme a introduit :

O Grèce ! Je t’aimais comme on aime sa mère ! (Vigny, « Héléna », 1822)
…la Grèce ma mère où le miel est si doux (Musset, « La Nuit de mai », 1835)
Car la Muse m’a fait l’un des fils de la Grèce… (Nerval, « Myrtho », 1854)

8Hugo exerce son art dans un sens infiniment plus incestueux sur la rime banale

  • 8 « Navarin », Les Orientales, op. cit., p. 347.

Grèce de Byron et d’Homère,
Toi, notre sœur, toi, notre mère8 […]

  • 9 D. Bikélas, Le Rôle et les Aspirations de la Grèce dans la question d’Orient, Au cercle Saint-Simon (...)
  • 10 « […] la meilleure école d’hellénisme ne serait-elle pas encore aux rives de la Seine ? », se deman (...)
  • 11 (O periplanômenos, Athènes, Garpola, 1839, p. 126) La notion encore vague de « Grande Idée » appara (...)
  • 12 Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient. Texte établi, présenté et annoté par Sarga Moussa, Paris, (...)
  • 13 Le lien de parenté ambigu est susceptible d’être retourné dans plusieurs sens, comme chez Moreas di (...)
  • 14 Nicolaïdis, op. cit., p. 52-61.

9Ce que le nouvelliste grec Bikélas essaiera d’expliquer, que» l’Europe moderne […] se réclame de la Grèce antique, aïeule commune »9, ne va pas de soi. Les Grecs, considérés à l’occasion comme des frères, consentent d’ailleurs à cette Athènes revendiquée par Weimar, Munich, Florence ou Paris10, tout en interprétant le lien de parenté comme garantie de supériorité : « O France, ma noble fille ! », s’exclame P. Soutsos sur le ton de l’aîné, et son frère Alexandre souligne qu’« elles étaient toutes d’hier devant elle, ou ses propres filles », pour imputer aussitôt aux nations européennes, qui ne partagent pas les avis politiques de la Grèce dans les années 1850, ingratitude et trahison11. Les Grecs adoptent même l’aversion lamartinienne de l’année trouble 1832 pour « cette Athènes vulgaire des temps modernes »,12 il paraît donc normal que des étrangers ramènent Athènes à Athènes, d’où toute une rhétorique paternaliste qui retourne le lien de parenté13 pour confirmer que la Grèce antique représente un âge d’or par rapport à l’histoire de l’Occident et non par rapport à un espace géographique et linguistique donné14.

  • 15 D. Bikélas, « Le philhellénisme en France », in : Revue d’histoire diplomatique, III, 1891.
  • 16 Desonay, op. cit., p. 16.

10Cette situation introduit sur le plan esthétique une véritable rupture « philhellénique » et « néohellénique » : l’hellénisme n’équivaut point à l’amour de la Grèce, comme tous les Grecs ne sont pas philhellènes. Le philhellénisme d’ailleurs qui gagne la partie, celui, entre autres, de la Note de Chateaubriand, part d’une double négation : réfuter, après les avoir présentés en détail, les torts de la Grèce. Il est donc soumis à une perspective manichéenne, s’oppose déjà à un mishellénisme latent où le Grec est toujours impotent ou suspect, justifiant la qualification d’« élan de circonstance »15 ou même de « convulsion politique »16, et faisant regretter le pittoresque de Fauriel au détriment de l’hellénisme pur. Faute d’autre argument plausible, ce fut en réalité la pureté de la race (critère exposant toujours au soupçon de souillure), qui assura la légitimité des rebelles.

11Les conséquences de cette situation apparaissent lorsque, à tort, la Grèce elle-même accepte pleinement le rôle d’objet d’adulation à part, de mère envers qui le respect est dû, tentant tout au long du siècle de se conformer au modèle philhellénique, quitte à promouvoir sur le plan politique une Grande Idée en contrepartie des ambitions occidentales sur le Proche Orient, peu respectueuse du nationalisme des autres, aussi utile pour mener le peuple grec politiquement peu instruit à l’intérieur du pays, que déplaisante aux yeux de la diplomatie européenne. Tel est le premier romantisme d’Athènes, aussi ampoulé que décalé, d’Athènes, motivé par la nostalgie phanariote. « Adieu Byzance !… adieu, je pars… », disait P. Soutsos dès 1828. Constantinople était donc convoitée bien avant le baptême officiel de la Grande Idée (1844) :

  • 17 P. Soutsos, « Pros Idraious », Odes, op. cit., p. 112-113.

Notre canon prendra
Ta moitié de lune
O peuple déshonoré
De notre Sainte Sophie17.

  • 18 En abréviation de Konstantinoupolis (Ville de Constantin). Poli (Ville) est l’appellation courante (...)

12L’anniversaire de la chute de Constantinople (1453) fait en réalité rêver le monde occidental tout entier, chacun espérant secrètement pour soi qu’au bout de quatre siècles de domination ottomane, des chrétiens seront de nouveau maîtres de la Ville18 : Hugo, qui met en exergue du « Derviche » des Orientales quelques vers grecs des Odes de P. Soutsos, exhortait dès 1826 l’Europe à suivre jusqu’au sérail le chemin du sang :

  • 19 « Têtes du sérail », Les Orientales, op. cit. p. 345.

Ah ! Si l’Europe en deuil, qu’un sang si pur menace,
ne suit jusqu’au sérail le chemin qu’il trace,
le Seigneur la réserve à d’autres repentirs ; […]19.

Les exclus

  • 20 Après un oubli total, le premier roman de Grégoire Paléologue, L’Homme aux mille mésaventures (1838 (...)

13La Grande Idée ne fait ainsi que reproduire à son propre compte le système courant selon lequel, après l’avoir située dans un espace atopique, chacun peut se faire une Antiquité à sa propre image. Au cours du xixe siècle, les lettres grecques s’appliquent à altérer systématiquement les systèmes de valeurs pour se conformer aux clichés idéologiques du philhellénisme : le mimétisme conservateur du premier romantisme français conservateur des Soutsos, officiellement reconnu au détriment du romantisme ionien et philhellène – stricto sensu, puisque l’Heptanèse ne sera rattachée à l’État grec qu’en 1864, mais bien grec de langue et de nature – où le sublime et le grotesque ont droit de cité. La satire de quelques écrivains phanariotes de culture européenne, qui ont quitté le nouveau royaume pour revenir s’installer à Constantinople, comme Paléologue et Pitsipios, fut bannie elle aussi20.

Ioniens contournés

14Les pointes contre la politique anglaise de l’Hymne à la liberté (1823) étaient censurées dans les traductions européennes des années 1820. Mais les œuvres originales, sinon iconoclastes d’inspiration philhellène de Solomos (1798-1857), les Libres assiégés et La femme de Zante, sur lesquelles il travaille depuis 1824 et 1826 respectivement, seront longtemps, et pour cause, passées sous silence.

  • 21 Fr. Tabaki-Iona (Poésie philhellénique et périodiques de la Restauration, Société des archives hell (...)
  • 22 E. Michelet, « La jeune captive de Missolonghi », Journal politique et littéraire de Toulouse, 13 j (...)
  • 23 D. Solomos, Apanta, présentation de Linos Politis, Athènes, Icaros, 41979, p. 210.

15Dans Libres assiégés (paru dans l’édition posthume de 1859), on retrouve pourtant de nombreux clichés de la littérature philhelléne : mères qui bercent leurs enfants morts de faim évoquant la partition qui se vendait à Paris au bénéfice des Grecs21, jeune fille « divine et de lune vêtue » qui refuse à l’Ange les ailes qui peuvent la soustraire au supplice la conduisant aussitôt près de son finacé mort pour rester dans la ville assiégée partager le sort de ses compagnes, (un écho à « La jeune captive de Missolonghi » qui, dans un geste à la Chénier, réclame ses « droits au martyre » et préfère à l’esclavage la mort22), imposante « Mère magnanime dans la douleur et dans la gloire » (mitera megalopsichi ston pono kai sti doxa), « femme altière vêtue d’une robe noire comme le sang du lièvre » (megali ginaika me phorema mavro san tou lagou to aima), rappelant entre autres « Le spectre de Missolonghi » d’Ulysse Tencé, où la ville-fantôme prend la parole. Le thème central de la communion pascale est du reste présent même dans « les Têtes du sérail » de Hugo. Dans Libres assiégés ces thèmes reprennent vie, non pas actuelle mais spirituelle, douée d’un éclairage intérieur, et le cercle restreint de Missolonghi finit par révéler les grands enjeux de l’Humanité23.

16La distance symbolique de 50 lieues (80 km environ entre Zante où se trouve le poète et Missolonghi) laisse à l’art sa marge de manœuvre sans écraser le souffle de l’inspiration.

17La femme de Zante, en versets de prose poétique ne paraît qu’en 1927, plus d’un siècle après sa composition, pour reprendre le fameux thème des quêteuses, remplaçant Delphine Gay et ses compagnes par les femmes de Missolonghi elles-mêmes :

  • 24 Robert Levesque, Solomos. Introduction, prose et poèmes. Institut français d’Athènes, Icaros, 1945, (...)

Au début elles avaient honte de sortir et, faute d’habitude, attendaient les ténèbres pour tendre la main, […]
Et personne ne leur refusait, car le plus souvent les demandes des femmes étaient accompagnées par les coups de canon de Missolonghi et la terre tremblait sous nos pieds.24 […]

18Solomos invente pour les accueillir, faisant ressortir toute l’horreur du refus, une femme grecque de Zante où, comme dans tout l’Heptanèse, les autorités anglaises défendent le moindre secours aux réfugiés du continent :

Je suis dans mon pays et chez moi. Et votre seigneurie n’était-elle pas chez elle dans son pays ?
Et de quoi manquiez-vous ? Et quel mal vous a fait le Turc ? Il ne vous a laissé nourriture, serviteurs, jardins, ni biens ? Dieu soit loué, vous en possédiez beaucoup plus que moi. […]
D’abord vous avez réussi, car vous preniez les pauvres pallikares Turcs à l’improviste.
Et comment auraient-ils pu soupçonner pareille trahison […]
Si moi, un jour, à l’aube, j’enfonçais le couteau dans la gorge de mon mari (que le diable l’emporte !), ça ne vaudrait pas mieux.
Et à présent que vos affaires tournent mal, vous voulez que leur poids me tombe dessus.
C’est du joli, en vérité ! Demain Missolonghi se rendra, et les rois en qui je mets tous mes espoirs rappelleront à l’ordre la folle Grèce, […].

  • 25 Un des malentendus notoires du xixe siècle en Grèce est l’amitié de Gobineau, pour qui la gloire de (...)

19Solomos (s’identifiant par sa vision de la ville assiégée, à la place du sacre idéal de Byron) met ainsi en contraste le sublime et le grotesque de la femme méchante, elle-même adultère (qui finit par se suicider dans une orgie du mal, pendue derrière son miroir), traitant les femmes de Missolonghi dans un langage proche de celui de la grosse Margot chez Villon. Le thème des quêteuses sera ainsi combiné à un sujet qui apparaît dans la littérature européenne plus tard, celui du méchant Grec. Il y a déjà une méchante femme de Zante dans L’orpheline de Chio (1839), roman populaire de Pitsipios ; il y aura un vieux spéculateur céphalonite avare dans Le Notaire (1851) de Rangavis, mais le personnage ne deviendra criminel, faisant fortune sur les malheurs des Grecs persécutés, que dans Le Mouchoir rouge (1868) de Gobineau25 ; on trouvera enfin semblablement une méchante corfiote dans L’Archipel en feu (1884) de Jules Verne.

  • 26 Desonay, op. cit, p. 21, et René Bray, Chronologie du romantisme, Paris, Nizet, 1963, p. 198-200.

20Il faut donc pour évaluer l’apport esthétique du philhellénisme, sortir de la période où il devient mot d’ordre et le considérer au-delà des strictes limites des littératures nationales. Chercher, non pas les influences à proprement parler, des images et des réceptions qu’il est pratiquement impossible de distinguer dans le laps de temps étroit et les échanges subversifs des années de la Révolution grecque, mais dégager les affinités, les thèmes communs, les poétiques en devenir qui se croisent dans la poésie européenne et dont les conséquences se prolongent, au cœur ou en filigrane des grands courants littéraires, au-delà des écoles convenues, puisque les idéologies et les circonstances ont souvent compromis les critères esthétiques, d’autant plus que des langues différentes y sont impliquées. En procédant ainsi nous comprendrions pourquoi, entre les littératures grecque et française, inextricablement liées au début du xixe siècle, un fossé infranchissable se creusera par la suite, et réviserions les préjugés de la critique, par définition contradictoires. De même le Dernier chant de Childe Harold a pu faire figure en France de poésie étrangère, la Lyre de Calvos ne paraissait pas assez grecque en raison de l’abondance d’allusions à la mythologie païenne. Pandore (17 août 1825) reprochait avec insistance aux poètes philhellènes « de n’avoir consulté que leurs souvenirs classiques, et de ne s’être pas assez complètement identifiés avec l’héroïsme plus sauvage des klephtes ; le Globe les dénoncera en 1828 pour défaut de couleur locale. Mais les réserves concernant le “matérialisme” des Orientales, déclenchées immédiatement lors de leur publication seront durables pour leur prolonger en France une réputation de « poésie de décoration26 ».

  • 27 Barbey d’Aurevilly, Œuvres complètes, t. II, Paris, Gallimard, La Pléiade, p. 314-315.

21Sous le choc des événements, de nombreux jeunes gens (Vigny, Nerval, Dumas, Barbey d’Aurevilly…) se sont manifestés dans le monde des lettres par des œuvres mineures qui laisseront d’éventuelles traces dans les vocations littéraires révélées plus tard. Le sens de Missolonghi, Thermopyles modernes, se résume après tout à la longue dans la bible du dandy suprême : « Ne jamais se rendre est, à propos de tout, toujours, toute la question comme à Waterloo27 » ou dans les termes de Cavafy, à « ceux qui de leur vie se sont assigné de garder des Thermopyles » (« Thermopiles », 1901).

22Mais pour les jeunes poètes grecs qui publient dans les années 1820, écrire n’est pas simplement s’exprimer sur l’actualité, appeler à l’action ou émettre un avis public ; c’est commettre un véritable acte de parole, dont le choc les marquera à vie. Et il faudra chercher le charme de Solomos dans l’inachevé, celui de Calvos (1792-1869) dans le silence. Le philhellénisme trop rebelle de ce dernier, si peu chrétien par la forme, associé à la sobriété absolue de sa poésie, n’avait rien pour plaire à ses contemporains, et le patriotisme de ses odes ne sera reconnu qu’à la fin du siècle grâce à l’admirable article de K. Palamas en 1888 :

Il vaut mieux que les ondes
tumultueuses de la mer
engloutissent ma patrie
comme une nacelle
abandonnée ;
il vaut mieux que la flamme
et l’incendie répandus
sur le continent et sur les îles
dévorent les forêts, les villes, les peuples
et toutes leurs espérances ;
il vaut mieux que
les Hellènes dispersés,
parcourent la terre en présentant
une main suppliante à la pitié
des peuples,
plutôt que d’accepter des protecteurs […]

  • 28 « Ai Evkhai » str. I-III, VII, Odes nouvelles de Kalvos de Zante, traduction Pauthier de Censay, Pa (...)

23Ces vers des Vœux28 dénonçant l’hypocrisie diplomatique deviendront mot d’ordre de résistance sous la dictature des colonels (1967-1974), comme pour confirmer la persistance et l’intensité des conflits provisoirement estompés dans le philhellénisme des années 1820, dont ils visaient les mondanités à la fois avec ardeur et discrétion :

Combien de pères malheureux donnent
au lieu de pain des baisers
à leurs enfants affamés,
tandis qu’à vos lèvres brillent
des coupes d’or !

Phanariotes inadaptés

  • 29 Un long extrait d’un article d’actualité de Paléologue dans l’excellent français des Esquisses… (co (...)

24Grégoire Paléologue (1794-1844), initié à l’agronomie dans les fermes modèles de Pozzo di Borgo, plus tard collaborateur de Capodistria, est l’auteur des Esquisses des mœurs turques au xixe siècle (1827), ouvrage en français dont le succès (trois éditions françaises, une hollandaise et une anglaise – partielle – des années 1820, aucune en Grèce jusqu’à maintenant) rend probable un impact sur l’exotisme du deuxième romantisme français29. Il écrira en grec deux romans ; le plus savoureux (dont le picaresque caustique fait penser à Mademoiselle de Maupin, le précédant de trois ans, ou aux Faux Saulniers, à venir en 1850), L’Homme aux mille mésaventures (1839), traite du philhellénisme de façon détachée (par conséquent intéressante) par rapport aux éloges de convention. Son héros Favinis, Grec de Constantinople, ayant de vagues origines françaises, rapporte de son séjour à Londres l’incident suivant :

Passant devant une librairie et m’étant arrêté pour regarder les images exposées, j’en vois une qui représentait un homme me ressemblant extrêmement avec écrit au-dessus, « Canaris ». Mû par la curiosité, je demande au libraire qui avait peint ce portrait et s’il avait jamais vu Canaris. – Comment ? me dit-il. N’est-ce pas vous-même ? – Plût à Dieu que je le fusse, lui répondis-je. Mais, par malheur, j’ai si peu de courage que //je défaille quand j’assiste à une saignée, alors vous pensez bien que je n’oserais pas incendier des flottes entières. – N’êtes-vous point Grec, au moins ? me réplique-t-il. – Certes, lui dis-je, mais même les grenouilles ne se ressemblent pas toutes entre elles. – Cela ne fait rien, me répondit-il. Les grandes audaces de Canaris ont suscité l’admiration des gens et chacun veut avoir son portrait. Nous avons rencontré un Grec, nous en avons fait le portrait et nous le vendons, pour satisfaire les gens et en tirer profit, mon peintre et moi. Il n’y a pas là grande tromperie et c’est même une chose qui doit vous flatter. Tenez, je vous fais présent de cinq de ces images, puisque vous êtes la cause de mon profit. Je vous avoue, en effet, que j’en ai vendu en trois jours dix mille exemplaires*.

  • 30 L’homme aux mille mésaventures, op. cit., p. 470-472. Henri Tonnet remarque que Paul Calligas insèr (...)

* La même chose m’est arrivée en France à Metz, où l’on m’a aussi posé la question de l’Anglais de Londres qui voulait savoir si j’étais un Grec ancien ou un Grec moderne. (N.d.A.)30

  • 31 Les Jeunes-France. Romans goguenards, Paris, Ed. des autres, 1979, p. XIV.

25Cinq ans seulement se seront passés depuis que Gautier raillait sans vergogne : « Nourrisseur de vers à soie, philhellène, fabricant de clyssoirs et de seringues à musique, professeur de philosophie, chef suprême de la religion saint-simonienne, répétiteur de chiens savants pour les langues mortes, tous ces états-là réclament des connaissances spéciales que je n’ai pas et que je suis incapable d’acquérir31. »

  • 32 Curieusement, Le siège de Messolonghi, titre évoqué aussi par Nerval à Syra, ne correspond à aucun (...)

26On trouvera même dans L’Homme aux mille mésaventures une intéressante scène de confrontation d’un Grec en Europe avec un défenseur des droits de la Porte (autre thème philhellénique courant). Favinis, prétendu acteur et écrivain d’« un drame sur le siège de Missolonghi »32 subit le discours du baron Von Honträger ; l’épouse de celui-ci, vedette de la pièce, interrompt le baron, le fait boire et l’envoie se coucher pour profiter tranquillement du Grec, son invité.

  • 33 G. Paléologue, Esquisses… Moutardier, Paris, 1827, p. 191, 181.
  • 34 Flaubert (Voyages, présenté par Dominique Barbéris, Paris, Arléa, 1998, p. 575) et Nerval (op. cit.(...)
  • 35 Marietta Servou (« Oi exomologiseis enos pithikou kai o Iakôbos Pitzipios », Apo ton Leandro ston L (...)

27Dans ses Esquisses… Paléologue s’attaquait déjà à un autre grand sujet associé au philhellénisme, qui aura un sort controversé dans la littérature grecque : celui du voyageur archéologue. Dans la bouche du Turc Moustapha l’auteur met des propos désobligeants à l’égard de ces « […] êtres assez stupides pour courir des milliers de lieues […] pour venir déterrer quelques morceaux de pierre […] » : « Allah ! Vit-on jamais de plus grands sots ? »33 Le thème du mauvais archéologue a une fortune importante depuis Byron et Chateaubriand jusqu’à Gautier et Cavafy, mais les Grecs ne jetteront explicitement l’anathème sur l’archéologue et le pouuvoir illusoire de ces pierres qui ne nourrissent pas leur homme que dans la fable romancée d’A. Karkavitsas, L’Archéologue (1908)34. Entre-temps, Jacques Pitsipios (1802-1869), professeur de français, laissera inachevé son Singe Xouth (1848), voyageur métamorphosé en singe pour avoir tué son bienfaiteur à la date symbolique du 15 mars 1821, et devenu serviteur d’un Grec enrichi et inculte singeant les mœurs européennes et prétendant au pouvoir dans le royaume35.

Malédictions

  • 36 Voyage en Orient, op. cit., p. 110, 98, 86.
  • 37 Makriyannis, Mémoires, traduction, introduction, notes Denis Kohler, Paris, Albin Michel, 1986, p.  (...)
  • 38 A. Soutsos, Apomnimonevmata poiitika epi tou Anatolikou polemou, Athènes, Garpola, 21855, p. 81.
  • 39 Epître à M. de Lamartine au sujet de son Histoire de la Turquie, Paris, Garnier Frères, 1858, p. 14
  • 40 D.P. [D. Paparrigopoulos, poète, fils de l’historien ?], « Alphonsos Lamartinos », Pandôra I, 15/12 (...)

28La littérature reconnue en Grèce, prise dans le jeu de reflets de sa propre image en Occident, s’investit volontiers dans le rôle du maudit, se morfond et se mortifie à souhait avant de se refermer sur elle-même. Et cela tout en maudissant Lamartine, ancien philhellène ayant décrit cet « affreux pays », « linceul d’un peuple », « squelette d’un nain », « vieux sépulcre dépouillé de ses ossements », dont le « ciel pâle et gris comme sur la Tamise » révèle les « colonnes jaunes » sur le « cap mélancolique de Sounion », la Grèce de 1832, comme « frappée par quelque malédiction divine »36, pour laquelle le général Makriyannis apprendra à écrire afin de mieux raconter ses malheurs et la chasse systématique au vétéran par les Bavarois37. Tout cela en maudissant la plume criminelle38 de Lamartine, écrivain d’une Histoire de la Turquie, « Arlequin des États » selon Jean Carassoutza (poète, traducteur grec de Notre-Dame de Paris)39. Tout cela en prenant Lamartine comme exemple de l’incapacité des poètes en politique.40 Achille Paraschos (1838-1895), poète à succès du xixe siècle, écrira à l’occasion des insurrections crétoises :

  • 41 « 1868 et 1878 », Poiimata, I, Athènes, Koromilas, 1881.

[…] Progéniture maudite,
maudits nous sommes, et toute race,
tout temps, toute la terre et l’univers,
le ciel, la mer, nous-mêmes, sommes nos propres ennemis !
Maudit soit le moment de gloire
où le nom « Hellas » fut prononcé – maudit […]
Maudites soient ses plages, sa lumière, son ciel
et plus que tout son Dieu soit maudit […]41. »

  • 42 Lamartine, op. cit., p. 113.

29Comme pour confirmer que « l’esprit religieux est éteint en Grèce » où « le clergé ignorant est méprisé »42, et démentir systématiquement les derniers échos philhellènes de Hugo s’adressant à Canaris :

Nous t’avons oublié !
Mais à toi que t’importe ? […]
Mais il te reste, Ô Grec ! Ton ciel, ta mer bleue.

30Ou :

  • 43 « À Canaris » (Les chants du crépuscule, 1832), « En Grèce ! » (La légende des siècles, 1859).

Viens ; Devant la splendeur de cet horizon bleu
nous sentirons en nous croître dans l’ombre un dieu43 ;

  • 44 O archaiologos, Athènes, Estia, 1995, p. 113.

31Dans L’Archéologue de Karkavitsas, les Grecs insisteront toujours : « La malédiction pèse sur nous ; la malédiction de Dieu44 ! »

  • 45 Les chefs-d’œuvres du genre d’A. Papadiamandis (1851-1911) sont une exception.

32Dans cette configuration, une véritable aliénation de son propre présent se combine avec une admiration sans réserve du passé. La science appelée laographia des années 1880, ethnographie ne s’intéressant qu’à son propre patrimoine traditionnel, s’intégrera à l’archéologie qui, elle, appartient toujours aux écoles étrangères fondées en Grèce. La laographia se propose de prolonger les travaux de Fauriel, mais, remarquons-le, le principe de son regard, devenant presque culte réflexif, s’oppose parfaitement à l’ouverture romantique sur l’autre. Ainsi, après avoir banni la poésie dans le domaine du rêve et de l’idéal, la prose promulguée par le nouveau centre culturel, Athènes, l’ithographia (version littéraire de la laographia, étude des mœurs s’appliquant à mettre en valeur l’aspect positif du quotidien en opposition au réalisme de Madame Bovary), se consacre à l’éloge de la société fermée et paternaliste de la campagne grecque, digne héritage de l’Antiquité idéale dans son caractère figé, dotée maintenant de valeurs bourgeoises, teintée même parfois d’une certaine pureté d’air qui n’est pas sans évoquer les Alpes45.

33En Europe, le temps est à la dissociation du bien et du beau, mais en Grèce on s’efforce d’estomper le conflit, éliminant toute trace de l’Antiquité libertine,

  • 46 « À un jeune Tribun », Poésies complètes, Fasquelle, Paris 1910, p. 246-252. Voir aussi : M. Tsouts (...)

Les antiques Vénus aux gracieuses poses,
que l’on voit, étalant leur sainte nudité
réaliser en marbre un rêve de beauté46.

  • 47 O Thanatos tou Sôkratous, traduction I.I. Skylitsis, Smyrne, Damianos, 1841, p. 66-67.

34de Gautier seront censurées encore en 1928 dans la traduction de Palamas. En 1841, Skylitsis (traducteur grec des Misérables) transformait même les « Dieux de chair et de sang !/Qui peuplez, qui souillez, les eaux, la terre et l’air ! » de Lamartine en « dieux de chair et de pus ! », limitant l’anathème à Vénus, « déesse de Cythère », transformée en prostituée, sans surtout offenser « Mercure aux ailes d’or47… ». Le projet pour la femme du nouveau royaume est fondé sur la bonne influence des épouses bavaroises :

  • 48 A. Soutsos, Panorama tis Ellados, Nauplie, 1833, p. 67-68.

La bonne et vertueuse épouse d’Armansberg
versera dans les seins inexpérimentés des femmes grecques
les mœurs simples et honnêtes de l’Allemagne48.

  • 49 Karkavitsas, op. cit., p. 11.

35Il se résume jusqu’au xxe siècle dans la phrase de l’Archéologue : « Rendre hommage à l’homme, élever les enfants, briller comme un cierge dans son foyer49. »

  • 50 Les titres La Grèce et la France et Chateaubriand et la Grèce, qui rendent compte des célébrations (...)

36La tendance principale dans la gestion du philhellénisme des années 1820 en Grèce est donc d’en donner, comme de l’Antiquité, l’image la plus lisse possible et dénuée de contrastes, dans la perspective d’un nationalisme patriotique, faisant abstraction des problèmes actuels avec la même facilité que quelques hellénistes notoires ont pu faire abstraction de la Grèce contemporaine. L’un des premiers soucis de la dictature des colonels afin de légitimer son image fut – et ce n’est pas un hasard – de fêter Chateaubriand et Lamartine50. Deux des rares numéros de revues littéraires consacrées à eux paraissent justement en 1968 (bicentenaire de la naissance de Chateaubriand) et 1969 (centenaire de la mort de Lamartine).

  • 51 « Je m’éveillai cette tête de marbre dans les bras

37Une Grèce nécessitant protection convient à toute sorte d’ambitions despotiques. Ainsi, malgré des voix différentes (issues souvent de la diaspora comme celle de Cavafy et plus tard Séféris51), on peut penser que la Grèce reste enfermée dans les représentations que d’autres se font d’elle, piégée dans son rôle d’héritière du modèle antique. En ce sens le philhellénisme ne lui aura pas vraiment rendu service.

Conclusions

38Pourtant, le philhellénisme des années 1820 est tout sauf un ensemble homogène. Ainsi il y a des textes méconnus ou inconnus, des représentations qui ne sont plus que formes vides. Les contenus sont à revoir.

  • 52 Nerval, t. I, op. cit., p. 80-81.

39Le romantisme ionien par exemple, après avoir servi à placer d’emblée la littérature grecque moderne dans l’espace européen, figé en Grèce dans l’image d’un patriotisme primaire, est à cause de la langue mis à l’écart de son espace littéraire naturel, le romantisme européen. En Grèce, aucune édition de l’Itinéraire et de la Note n’est signalée après celle de Roïdis (1859), à l’exception d’une édition qui isole la partie consacrée à la Grèce, symptôme d’un hellénocentrisme nouveau du xxe siècle, où plusieurs éditions de voyages se limitent à réunir uniquement les extraits qui la concernent. Ni le Voyage en Orient de Lamartine, ni ses textes philhelléniques n’ont été traduits, on persiste à le commenter dans le vide, discriminant dans le public grec ceux qui n’ont pas accès aux sources ; celui de Nerval sera publié en grec en 2000 dans une collection de récits de voyage documentaires, tandis que sa poésie philhellénique (un des rares exemples où les héros antiques soient totalement absents)52 reste parfaitement inconnue. Comment expliquer que ce philhellène précoce ne peut (ou ne daigne) passer à Athènes un seul jour lors de son voyage en Orient, si on se limite à étudier le philhellénisme dans le cadre restreint des années 1820 ?

  • 53 Le discours de Chateaubriand sur le projet d’un voyage en Grèce commence après sa rencontre en 1803 (...)
  • 54 Il intitule la version grecque de la circulaire de l’agence d’Ancône « Stochiasmoi enos Philellinos (...)
  • 55 Œuvres complètes, t. II, Paris, Gallimard, la Pléiade, 1969, p. 819-820.

40Il a ses avatars comme il a eu ses précédents, comme Constantin Stamaty de Zante, agent secret de France et consul à Civitavecchia, fondateur de l’Agence de commerce d’Ancône (1798-1799), qui considérait le Phanar comme ennemi de la liberté de la Grèce et par conséquent de la France, souhaitant réunir des troupes en Italie pour son salut ; Stamaty, tombé en disgrâce avec l’Empire, au moment même où la carrière politique de Chateaubriand prend son essor, mais qui lui avait probablement inspiré de visiter la Grèce53 ; il a peut-être le premier relancé le terme philhellène dans les temps modernes54 ; il a aussi traduit Atala en grec (1805), beaucoup mieux que tous les autres jusqu’à aujourd’hui, traduction pourtant diffamée par Chateaubriand dans l’Itinéraire55.

  • 56 Réponse d’un Turc à la Note sur la Grèce de M. Le Vte de Chateaubriand, Bruxelles, Baudouin, août 1 (...)

41Dans l’extrême variété des philhellénismes, le plus ardent de tous se prétend justement turc pour répondre à Chateaubriand : « …la nation grecque n’est tenue à aucune des conditions qui lient les sujets aux souverains et les souverains aux sujets… PARCE QUE… la nation turque ne l’a point appelée au partage de la communauté civile et politique… » et souligner que la liberté des Grecs ne peut être plus importante que celle des autres : « Pensez-vous que les coups de fouet de l’infâme planteur, soi-disant chrétien, soient moins cruels pour celui qui les reçoit que les coups de bâton qu’un musulman administre aux descendants de Périclès56 ? »

Haut de page

Notes

1 C. G. Théremin, « Combinaions pour le cas où l’affaiblissement de l’Empire ottoman entraînerait sa destruction en Europe », Paris le 8 ventôse an VII, in : Dimitri Nicolaïdis, D’une Grèce l’autre. Représentation des Grecs modernes par la France révolutionnaire, Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 176.

2 Nous traduisons de l’original (C. P. Cavafy, Poiimata. I, Athènes, Icaros, 1963, p. 47).

3 « Je veux voir des combats, toujours au premier rang/ Voir comment les spahis s’épanchent en torrent » (« Enthousiasme », v. 25-26, Les Orientales, Introduction de Jean Gaudon, Paris, Garnier-Flammarion, p. 346).

4 Dernier chant de Childe Harold, édition illustrée, Paris, Charles Gosselin, 1850, p. 461.

5 Alphonse Fayol, La Grèce et l’Europe, Paris, Achille Désauges, 1827.

6 Odes d’un jeune Grec suivies de six chants de guerre écrits en vers grecs, Paris, Enler frères, 1828, p. 135-136.

7 Il s’agit du drame Grégoire V (1867) de l’Ionien Sp. Zavitsanos (P. Moullas, Les concours poétiques de l’université d’Athènes (1851-1877), Archives historiques de la jeunesse grecque. Secrétariat général de la jeunesse. 22. Athènes 1989, p. 246).

8 « Navarin », Les Orientales, op. cit., p. 347.

9 D. Bikélas, Le Rôle et les Aspirations de la Grèce dans la question d’Orient, Au cercle Saint-Simon, Paris, 1885, p. 20.

10 « […] la meilleure école d’hellénisme ne serait-elle pas encore aux rives de la Seine ? », se demande encore F. Desonay à propos d’Anatole France (Le Rêve hellénique chez les poètes parnassiens, Paris, Librairie ancienne Honoré Champion, 1928, p. 16.)

11 (O periplanômenos, Athènes, Garpola, 1839, p. 126) La notion encore vague de « Grande Idée » apparaît dans le même texte (p. 3), où le héros, fuyant les Bavarois, se prétend voyageur philhellène pour garder son incognito (p. 123).

12 Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient. Texte établi, présenté et annoté par Sarga Moussa, Paris, Honoré Champion, 2000, p.120.

13 Le lien de parenté ambigu est susceptible d’être retourné dans plusieurs sens, comme chez Moreas disant : « Le jour où j’ai aimé la Seine, j’ai compris pourquoi les Dieux m’avaient fait naître en Attique » (Stances et autres pages, choix et présentation Robert Jouanny, Athènes, Librairie Kauffmann, 1993, p. 222).

14 Nicolaïdis, op. cit., p. 52-61.

15 D. Bikélas, « Le philhellénisme en France », in : Revue d’histoire diplomatique, III, 1891.

16 Desonay, op. cit., p. 16.

17 P. Soutsos, « Pros Idraious », Odes, op. cit., p. 112-113.

18 En abréviation de Konstantinoupolis (Ville de Constantin). Poli (Ville) est l’appellation courante de Constantinople en grec.

19 « Têtes du sérail », Les Orientales, op. cit. p. 345.

20 Après un oubli total, le premier roman de Grégoire Paléologue, L’Homme aux mille mésaventures (1838) n’a fait l’objet de rééditions qu’en 1989. Paru par livraisons dans la revue de Syros dirigée par son auteur Pitsipios, Le Singe Xouth ou Les mœurs du siècle (1848) ne sera édité qu’en 1995.

21 Fr. Tabaki-Iona (Poésie philhellénique et périodiques de la Restauration, Société des archives helléniques, littéraires et historiques, Athènes, 1993, p. 108-109) reproduit la partition de « Mères endormez vos enfants. Chant de Missolonghi »

22 E. Michelet, « La jeune captive de Missolonghi », Journal politique et littéraire de Toulouse, 13 juillet 1826 (El. Papageorgiou-Provata, Philhellénisme de Toulouse (1821-1827), Institut français d’Athènes, 1974).

23 D. Solomos, Apanta, présentation de Linos Politis, Athènes, Icaros, 41979, p. 210.

24 Robert Levesque, Solomos. Introduction, prose et poèmes. Institut français d’Athènes, Icaros, 1945, p. 52-54.

25 Un des malentendus notoires du xixe siècle en Grèce est l’amitié de Gobineau, pour qui la gloire de l’Antiquité grecque est illusoire, avec le clan par excellence de la Grande Idée, dont A. R. Rangavis.

26 Desonay, op. cit, p. 21, et René Bray, Chronologie du romantisme, Paris, Nizet, 1963, p. 198-200.

27 Barbey d’Aurevilly, Œuvres complètes, t. II, Paris, Gallimard, La Pléiade, p. 314-315.

28 « Ai Evkhai » str. I-III, VII, Odes nouvelles de Kalvos de Zante, traduction Pauthier de Censay, Paris, Jules Renouard, 1826 (édition anastatique de G. Zoras, Université d’Athènes 1962, p. 115-116).

29 Un long extrait d’un article d’actualité de Paléologue dans l’excellent français des Esquisses… (contrairement au français sommaire de sa correspondance) est cité dans le Mémorial des Grecs de Barrère (Maïté Bouyssy, Trente ans après, Bertrand Barrère et la rhétorique du Ténare, microfiches, Lille, 1993, p. 593).

D’autre part les lithographies de Camille Rogier, pour lesquelles Nerval, son compagnon de voyage à Constantinople, avait commencé un projet d’introduction, et qui se rapprochent aussi de la thématique des Esquisses… paraissent sous le titre : La Turquie. Mœurs et usages des Orientaux au dix-neuvième siècle (1846), assez proche de celui des Esquisses

30 L’homme aux mille mésaventures, op. cit., p. 470-472. Henri Tonnet remarque que Paul Calligas insère dans son roman Thanos Vlécas (1855), en note également, un incident analogue : « Je me souviens qu’à Munich un compatriote de Fallmerayer me demanda en particulier et en confidence de lui dire si j’étais un Grec moderne ou un Grec ancien » (ibid., p. 626).

31 Les Jeunes-France. Romans goguenards, Paris, Ed. des autres, 1979, p. XIV.

32 Curieusement, Le siège de Messolonghi, titre évoqué aussi par Nerval à Syra, ne correspond à aucun spectacle : on suppose les vagues souvenirs croisés du Dernier jour de Messolonghi (Odéon 1828) et du Siège de Corinthe (Opéra 1826) (Œuvres complètes, II, Paris, Gallimard, la Pléiade, 1984, p. 250, 1459)

33 G. Paléologue, Esquisses… Moutardier, Paris, 1827, p. 191, 181.

34 Flaubert (Voyages, présenté par Dominique Barbéris, Paris, Arléa, 1998, p. 575) et Nerval (op. cit. II, p. 18) ont déjà lancé des pointes acérées aux athéniens en 1850, 1851, immédiatement après la fondation de l’École d’Athènes.

35 Marietta Servou (« Oi exomologiseis enos pithikou kai o Iakôbos Pitzipios », Apo ton Leandro ston Louki Lara, Héraclion, Université de Crète, 21995, p. 93-102) montre que ce personnage est inspiré par Jean Coletti, porte-parole de la Grande Idée.

36 Voyage en Orient, op. cit., p. 110, 98, 86.

37 Makriyannis, Mémoires, traduction, introduction, notes Denis Kohler, Paris, Albin Michel, 1986, p. 8.

38 A. Soutsos, Apomnimonevmata poiitika epi tou Anatolikou polemou, Athènes, Garpola, 21855, p. 81.

39 Epître à M. de Lamartine au sujet de son Histoire de la Turquie, Paris, Garnier Frères, 1858, p. 14.

40 D.P. [D. Paparrigopoulos, poète, fils de l’historien ?], « Alphonsos Lamartinos », Pandôra I, 15/12/1859, 234, p. 425-427.

41 « 1868 et 1878 », Poiimata, I, Athènes, Koromilas, 1881.

42 Lamartine, op. cit., p. 113.

43 « À Canaris » (Les chants du crépuscule, 1832), « En Grèce ! » (La légende des siècles, 1859).

44 O archaiologos, Athènes, Estia, 1995, p. 113.

45 Les chefs-d’œuvres du genre d’A. Papadiamandis (1851-1911) sont une exception.

46 « À un jeune Tribun », Poésies complètes, Fasquelle, Paris 1910, p. 246-252. Voir aussi : M. Tsoutsoura, « O Palamas kai i romantiki metaphrasi », in : Themata Logotechnias, 24, Athènes, 2003, p. 111-123.

47 O Thanatos tou Sôkratous, traduction I.I. Skylitsis, Smyrne, Damianos, 1841, p. 66-67.

48 A. Soutsos, Panorama tis Ellados, Nauplie, 1833, p. 67-68.

49 Karkavitsas, op. cit., p. 11.

50 Les titres La Grèce et la France et Chateaubriand et la Grèce, qui rendent compte des célébrations à Athènes (octobre-novembre 1968), expriment la rigidité du régime soutenant les éloges du Philhellénisme paré d’une pompeuse majuscule.

51 « Je m’éveillai cette tête de marbre dans les bras

épuisant mes coudes sans savoir où la poser.

[…] Mes mains disparaissent et me reviennent

mutilées. »

Nous traduisons à partir de Georges Séféris, Poiimata, Athènes, Icaros, 1972, p. 45.

52 Nerval, t. I, op. cit., p. 80-81.

53 Le discours de Chateaubriand sur le projet d’un voyage en Grèce commence après sa rencontre en 1803 avec Stamaty, dont il a baptisé la fille à Rome, pour s’en éloigner à la veille de son départ pour l’Orient.

54 Il intitule la version grecque de la circulaire de l’agence d’Ancône « Stochiasmoi enos Philellinos ».

55 Œuvres complètes, t. II, Paris, Gallimard, la Pléiade, 1969, p. 819-820.

56 Réponse d’un Turc à la Note sur la Grèce de M. Le Vte de Chateaubriand, Bruxelles, Baudouin, août 1825, p. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Tsoutsoura, « Philhellénisme et littérature grecque : réseaux politiques, échos romantiques, transferts éthiques », Revue germanique internationale [En ligne], 1-2 | 2005, mis en ligne le 20 octobre 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/83

Haut de page

Auteur

Maria Tsoutsoura

Professeur à l’Université de Corfou

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page