Navigation – Plan du site
Droit et société

Philosophie politique et philosophie de l’histoire dans l’essai de Hegel sur le Reform Bill anglais1

Howard Williams
Traduction de Marc Bonini
p. 197-209

Résumés

Cet article examine la relation entre la philosophie de l’histoire et la philosophie politique dans l’essai de Hegel sur le Reform Bill anglais. Comment Hegel en arriva-t-il à écrire un commentaire du Bill ? Si l’on adopte la perspective de sa philosophie politique, il semble y avoir bien peu de chose que le philosophe pourrait ou devrait ajouter au débat politique. Mais du point de vue de la philosophie de l’histoire, le rôle du philosophe est de témoigner de son temps dans la pensée. C’est de ce point de vue que Hegel dut considérer qu’il était important de commenter le Bill. Howard Williams explore les tensions entre ces deux perspectives dans la composition de l’article de Hegel. L’auteur conclut que, malgré les restrictions posées par Hegel lui-même, la philosophie de l’histoire peut contribuer au débat politique contemporain, ce dont Hegel lui-même donne l’exemple.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Une version anglaise de cet article fut publiée dans l’ouvrage collectif Politik und Geschichte. Z (...)

1Quelles sont les raisons qui purent conduire Hegel à écrire son essai sur le Reform Bill anglais ? Ses intérêts majeurs furent toujours philosophiques. L’auteur d’œuvres aussi pleinement philosophiques que la Phénoménologie de l’esprit et la Science de la logique aurait très bien pu penser que le débat sur la réduction de certains privilèges à la Chambre des communes ne méritait pas son attention. Certes, la propension de Hegel à écrire de temps à autre un article sur la politique du jour, évidente dès 1801 dans son écrit sur la Constitution allemande, pourrait en partie expliquer son intérêt. Mais ces écrits politiques antérieurs, motivés sans nul doute par une saine préoccupation pour les affaires courantes, traitent en général de l’Allemagne et d’événements qui peuvent avoir touché Hegel personnellement et d’assez près.

  • 2  G. W. F. Hegel, Principes de la philosophie du droit, trad. franc. J.-F. Kervégan, Paris, PUF, 199 (...)
  • 3  Shlomo Avineri, Hegel’s Theory of the Modem State, Cambridge, University Press, 1972, p. 119-121.

2Que le Reform Bill anglais ait retenu l’intérêt de Hegel est, sur le plan de sa philosophie, difficile à comprendre. Hegel explique en détail dans sa préface à la Philosophie du droit ce que devrait être selon lui l’attitude du philosophe politique envers la politique courante2. Cette attitude, apparemment, n’est pas très positive. Hegel donne très fortement l’impression dans sa préface qu’il trouve déplaisante l’implication directe des philosophes en politique. Cette aversion se manifeste dans sa réaction à l’activité politique du Pr Fries à Iéna. D’après Hegel, Fries se serait malencontreusement laissé impliquer dans la fête de la Wartburg, ainsi que dans d’autres manifestations étudiantes pour l’extension de la démocratie en Allemagne3. L’implication de Fries dans ces événements aurait eu des conséquences tout à fait fâcheuses. Selon Hegel, elle aurait entamé la crédibilité de la philosophie auprès du public et constitué une ingérence de la philosophie dans un domaine où elle n’aurait aucune compétence particulière. Hegel considère que si la philosophie peut éclairer les complexités de la vie politique d’une lumière propre, celle-ci arrive toujours trop tard pour être d’une quelconque utilité pratique. Il explique que l’analyse philosophique peut seulement être valable rétrospectivement. Dans le présent, le philosophe est tout autant dans le noir que n’importe quel autre citoyen sur le sens et la portée des événements.

3Compte tenu de ces raisons très fortes pour lesquelles Hegel aurait pu ne pas souhaiter commenter les événements en Angleterre, comment expliquer l’essai qu’il publia sous la forme d’une série dans un journal berlinois très en vue, Die Preussische Staatszeitung ? Deux possibilités semblent se présenter :

41 / Hegel écrit peut-être au passé, sur des événements qui se sont déjà produits. Auquel cas Hegel aurait pu considérer qu’il donne un éclairage philosophique, mais non pas un éclairage philosophique susceptible de conduire à une amélioration de la situation présente. Ainsi, cet essai pourrait être un travail philosophique rétrospectif, écrit pour satisfaire l’intellect.

52 / L’essai n’est pas rédigé de prime abord sur un mode philosophique. Hegel aurait pu se considérer comme un non-spécialiste, contribuant à un débat en cours sur la possibilité d’une réforme en Angleterre et son impact sur la Prusse. Dans ce cas, aucune connaissance philosophique spécialisée n’aurait été requise. Hegel, pourrait-on estimer, essaie de montrer qu’il a une bonne intuition politique, à communiquer à ceux qui le souhaiteraient, étant eux-mêmes enclins, en politique, à la pratique. En d’autres termes, il est possible que Hegel se soit considéré comme un non-spécialiste concerné par des événements d’un grand intérêt pour lui, et donc les commentant. Si c’est bien là le mode sur lequel l’essai est écrit, il se peut qu’il contienne des recommandations.

  • 4  G. W. F. Hegel, « A propos du Reform Bill anglais  », trad. franc, par Michel Jacob in Écrits poli (...)

6Compte tenu de ce que je sais sur les circonstances historiques, il me semble difficile de déterminer laquelle de ces deux interprétations est correcte. Si nous nous en tenons à ce que montre le texte lui-même, il paraît impossible de situer l’essai de façon précise. Au début du texte, Hegel dit modestement : « L’objet de ces articles sera de rassembler les vues les plus élevées exposées jusqu’à présent au cours des débats parlementaires. »4 De façon caractéristique, Hegel va directement à l’essentiel de sa discussion, et laisse émerger ses thèmes au fur et à mesure. Ce qu’il dit implique qu’il essaie de faire plus qu’un résumé journalistique, et qu’une synthèse intéressante pourrait bien se faire jour.

7A ce stade, mon hypothèse est que l’essai contient une combinaison des deux approches mentionnées plus haut. Il est bien possible que Hegel ait abordé les problèmes de politique britannique en tant que philosophe, et qu’il n’ait pas non plus été disposé à abandonner son statut, de non-spécialiste cultivé. Mais ceci constitue déjà, en soi, une proposition intéressante. Dans la Philosophie du droit, Hegel exclut la participation directe des philosophes à la politique, et il fait montre de circonspection, dans le même ouvrage, sur ce qu’exprime l’opinion publique. Le point de vue du non-spécialiste cultivé relève vraisemblablement de la sphère de l’opinion publique, et le point de vue du philosophe n’a apparemment rien à offrir à l’homme politique agissant au présent. Hegel doit donc travailler à construire l’espace dans lequel son intervention pourra être la bienvenue.

  • 5  S. Avineri [voir ci-dessus, p. 198, n. 1], p. 120-122. Pour une interprétation différente du rôle (...)

8Nous pourrions, pour commencer, l’aider à trouver cet espace en notant que ce que Hegel exclut dans la préface à la Philosophie du droit, c’est une certaine forme d’intervention directe en politique, venant de la philosophie. Même s’il peut donner l’impression de couper la philosophie de l’action politique contemporaine, ce qu’il dit n’implique pas une prohibition aussi globale. L’intervention de Fries en politique fut, après tout, assez spectaculaire : il rejoignit ses étudiants dans la rue et chercha à donner une plus grande crédibilité à leur cause en appuyant leurs revendications de son poids universitaire5. L’implication de Fries semble avoir causé de grands remous en Allemagne, ce qui ne fut pas entièrement à son avantage. Ce que montrent les commentaires de Hegel sur Fries, c’est qu’il tenait beaucoup à ce que la philosophie se gardât une sphère indépendante de la vie politique, et qu’il semblait croire que cette sphère serait mise en danger par le genre de responsabilités assumées par Fries. L’implication à tirer est que les philosophes peuvent avoir à jouer dans la vie politique de leur pays un rôle plus calme, plus modeste.

9A la défense de Fries, nous pourrions vouloir avancer au contraire que dans la philosophie politique de Hegel il y a [aussi] une forme d’intervention, extrêmement partiale. La partialité, pourrions-nous dire, consiste à aller dans le sens d’un soutien aux aspects essentiels de l’état de choses existant. Dans ses accusations contre Fries, Hegel apparaît vraiment comme un conservateur soucieux de préserver les institutions existantes contre des pressions et des menaces indues. Ce serait là évidemment une critique assez fruste de Hegel, davantage dans le style des partisans étudiants de Fries, mais Hegel ne peut pas complètement échapper à l’insinuation de ceux qui disent qu’il est, jusqu’à un certain point, pratiquement impliqué en politique, tout comme Fries, mais dans son cas du côté des autorités établies.

10Il y ici un véritable dilemme. Du point de vue d’un observateur extérieur, tout se passe comme si Hegel n’avait pas entièrement échappé à l’influence des événements historiques sur sa théorie politique. À un niveau, tout se passe comme si la philosophie politique et la philosophie de l’histoire avaient été coupées l’une de l’autre par Hegel. Mais à un autre niveau, il apparaît qu’elles sont intimement réunies. Ceci doit être expliqué.

  • 6  H. Williams, « Political Philosophy and World History  », in Bulletin of the Hegel Society of Grea (...)

11La philosophie de l’histoire est un récit à propos du passé. L’écriture de l’histoire elle-même essaie de donner sens aux événements individuels dans le passé. Par contraste, la philosophie de l’histoire entreprend de donner sens au passé comme totalité. Il y a chez Hegel un tel récit : c’est le récit du déploiement de l’esprit (Geist) qui a pour conséquence le développement de la liberté humaine. Parallèlement à cela, Hegel présente également une philosophie politique. La philosophie politique s’occupe du présent et traite de la nature du droit ou de la justice dans la société humaine. Hegel met principalement l’accent sur la distinction entre la philosophie du droit et la philosophie de l’histoire. Dans l’exposé de Hegel, la philosophie de l’histoire est considérée seulement après que le concept de droit a été présenté. La philosophie de l’histoire est vue comme un plus haut niveau de la philosophie qui ne vient alimenter la philosophie du droit que rétrospectivement. La philosophie politique traite de la justice après qu’elle s’est incarnée dans une certaine forme sociale. Elle traite de la liberté telle qu’elle est apparue et non telle qu’elle peut apparaître dans le futur. Hegel refuse ainsi à la philosophie politique l’accès au futur et, de façon perverse, l’accès au passé puisque les éclairages apportés par l’étude du développement passé de l’histoire universelle ne peuvent pas être intégrés à une lecture du présent6.

  • 7  G. W. F. Hegel, Leçons sur h philosophie de l’histoire, trad. franc, par J. Gibelin, Paris, Vrin, (...)

12Voilà le tableau prima facie. La philosophie de l’histoire et la philosophie politique sont maintenues dans des compartiments séparés. Mais ce tableau est donné seulement du point de vue de la philosophie politique. Du point de vue de la philosophie de l’histoire la situation est différente. Dans la philosophie de l’histoire, une forme d’apparition du droit et de la liberté constitue la base d’une forme plus élevée. La force qui anime le développement historique est un sentiment d’insatisfaction par rapport au présent. Du point de vue de la philosophie de l’histoire, le présent est toujours vu comme imparfait ; c’est le désir de perfectibilité qui fait avancer l’espèce humaine. Parce que l’histoire est vue comme le produit de l’esprit, il y a une logique interne dans les événements qui poussent l’humanité vers l’avant7.

13D’un point de vue pratique, donc, disséquer philosophiquement l’état de choses présent a une signification. Même si le discernement des tendances du présent ne nous donne pas une politique qui puisse être appliquée, il nous permet bien cependant de noter où pourrait avoir Heu un développement futur. Ainsi l’essai sur le Reform Bill pourrait être vu comme une tentative de s’engager dans l’histoire anglaise afin de voir où pourraient se trouver ses tendances immanentes à l’amélioration. Il n’y est pas directement tenté de faire une recommandation. Mais il y a des implications pratiques, car certaines impasses possibles sont signalées, et d’autres sphères de développement, plus prometteuses, sont mises en lumière.

14La difficulté, à supposer que tout cela représente l’intention de Hegel, est que cette approche occupe une place inconfortable entre celle de la philosophie de l’histoire et celle de la philosophie politique. Hegel ne traite pas du débat sur le Reform Bill en tant qu’événement du passé où l’on peut relever des tendances distinctes vers le développement de la liberté ; et il ne traite pas non plus du débat comme témoignant de la rationalité de la justice en Angleterre. Nous pourrions éviter cette conclusion si nous considérions l’essai entièrement comme un article de journal. Mais si nous procédions ainsi, cela lui enlèverait son caractère distinctif, qui est d’avoir été écrit par un grand philosophe.

  • 8  Michael John Petry, « Propaganda and analysis : the background to Hegel’s article on the Reform Bi (...)

15Une autre manière d’aborder l’essai est de suivre Michael Petry, et de le considérer comme un mélange d’analyse et de propagande. Là où, dans son essai, Hegel critique l’état de choses dans les îles Britanniques, Petry voit un éloge implicite des conditions en Prusse8. Selon Petry, l’objet de la propagande hégélienne est de miner le libéralisme prussien et français. En montrant la faiblesse, dans la pratique, des tentatives de réforme libérales, Hegel veut apparemment défendre la politique des autorités en Prusse. Ainsi les développements en Grande-Bretagne donnent à Hegel l’occasion de formuler des avertissements et des objections. L’analyse objective trouvée dans l’essai, selon la perspective adoptée par Petry, fournit à Hegel une base à partir de laquelle attaquer une idéologie politique qu’il n’aime pas.

16Si l’on devait conclure avec Petry que cet essai est de la propagande, alors il tomberait certainement à l’extérieur du domaine que, dans la Philosophie du droit, Hegel assigne à la philosophie politique.

  • 9  S. Avineri [voir ci-dessus, p. 198, n. 1], p. 63-66.

17Il y a pour Hegel une difficulté dans la relation entre la philosophie et les événements courants. La difficulté concerne l’intersection entre la philosophie politique et la philosophie de l’histoire. Dans la philosophie de l’histoire, un rôle est reconnu aux forces négatives en ce qu’elles occasionnent de plus hauts degrés de développement culturel et politique. La première fois qu’elles apparaissent, beaucoup de ces forces négatives sont perturbatrices à l’extrême ; et ce qu’elles ont de positif n’est reconnu que progressivement. Napoléon (que Hegel admirait beaucoup) fut, de manière générale, considéré par les pouvoirs en place comme une force perturbatrice dans la politique européenne9. Dans sa philosophie de l’histoire, Hegel pourrait faire pleinement droit aux succès de Napoléon. Il est pourtant difficile de voir comment, dans sa philosophie politique, il pourrait s’accommoder de sa présence. La grande difficulté de Hegel est qu’il peut tenir compte du bouleversement d’une situation établie dans le passé, mais non pas dans le présent. La tâche de la philosophie politique est de décrire ce qui est rationnel dans le présent. Et s’il se trouve une force perturbatrice, comme celle de Napoléon, mettant en jeu la stabilité présente, alors il faut probablement la présenter comme purement négative.

18Si l’on s’en tient à la version officielle du rôle de la philosophie politique tel qu’il est donné dans la Philosophie du droit, il n’y a pas moyen pour Hegel d’éviter cette contradiction. En tant que philosophe politique il se doit d’être un spectateur passif dans le présent. Plus, même : le travail du philosophe politique est de défendre les autorités établies, ou en d’autres termes de mettre l’accent sur ce qui est rationnel dans le présent. Mais à en croire l’essai sur le Reform Bill, il semble que les instincts de Hegel lui disent autre chose. Nous pouvons voir comment, dans l’essai, il suggère différentes façons de rapporter ce que la philosophie politique a permis de comprendre à des problèmes pratiques.

  • 10  « À propos du Reform Bill anglais » [voir ci-dessus, p. 198, n. 2], p. 355-356.
  • 11  Ibid., p. 356.

19L’essai sur le Reform Bill fourmille de suggestions sur la façon dont la vie politique en Grande-Bretagne pourrait être améliorée. Il contient en outre de nombreuses recommandations pour déterminer quelles sont les institutions qui, dans les sociétés prussienne et allemande, ont le plus de valeur. Ces suggestions et recommandations tendent dans l’ensemble à se situer dans le cadre de la Philosophie du droit. Par exemple, l’essai examine de façon assez détaillée les forces et les faiblesses des exigences de l’opinion publique10. Hegel en vient à des conclusions semblables à celles qu’il tire dans la Philosophie du droit. L’opinion publique, dit-il, joue un rôle important en ce qu’elle attire l’attention sur certaines questions, et parce qu’elle met en évidence un désir de citoyenneté dans la population en général ; mais ce n’est pas un bon guide pour l’action politique. La sagesse ne se trouve pas dans l’opinion de la foule. Les exigences de l’opinion publique sont « souvent irréalisables ou funestes dans leur exécution même »11.

  • 12  Principes de la philosophie du droit [voir ci-dessus, p. 197, n. 2], § 215, trad, franc., p. 284 s
  • 13  « À propos du Reform Bill anglais » [voir ci-dessus, p. 198, n. 2], p. 361.

20En outre, elle n’est pas du tout fiable. Ce que le public veut aujourd’hui, il peut le répudier complètement demain. En second lieu, tout au long de l’essai, Hegel mentionne l’importance d’un système juridique convenablement élaboré. Dans la Philosophie du droit, Hegel insiste sur la nécessité d’avoir un système juridique intelligible et ouvert. Un État qui ne parviendrait pas à exposer clairement à ses citoyens ce qu’est la loi et ce que pourraient impliquer des changements futurs n’est pas un État rationnel12. Un tel État appelle l’ignorance et le mépris de la loi. De ce point de vue, Hegel trouve inadéquat le droit britannique, puisqu’il repose en grande partie sur le droit coutumier et les précédents. Il exprime son dédain pour un tel système en le qualifiant de droit positif. Le droit positif est un droit qui n’est pas fondé sur des principes rationnels. Hegel reconnaît que toutes les lois, une fois promulguées, ont leur côté positif, mais il trouve qu’en Angleterre tout repose sur ce droit légal établi. Les droits légaux établis sous forme de privilèges font obstacle à des améliorations dont on a cruellement besoin. La loi fait obstacle au succès de sa propre mise en œuvre. La conclusion (probablement correcte) de Hegel est que l’Angleterre a cruellement besoin d’une « élaboration scientifique du droit »13.

21On trouve beaucoup de conseils discrets de ce genre dans l’essai sur le Reform Bill, ce qui ne signifie pas qu’il est recommandé aux philosophes politiques de s’engager dans l’action. De l’avis de Hegel les seuls acteurs politiques légitimes sont ceux qui sont constitutionnellement en mesure d’exercer un pouvoir et d’agir. Les citoyens, en tant que citoyens, n’ont le droit ni de fixer l’ordre du jour politique, ni d’intervenir directement pour faire valoir leur avis. Ceux qui font des choses en politique doivent être ceux qui ont pour agir une compétence professionnelle. Et c’est dans ce cercle de fonctionnaires, d’individus proches de la Couronne et de représentants responsables du peuple que Hegel se sent chez lui. Ils composent son public de lecteurs, et ils sont ceux qui agissent et devraient agir selon les principes rationnels qu’il présente. Puisqu’un grand nombre de ces individus ne sauraient avoir le temps et même peut-être le désir de réfléchir sur la politique comme le fait Hegel (particulièrement selon la démarche comparative évidente dans l’essai), la conclusion qu’il semble impossible de ne pas tirer est que Hegel donne des recommandations sur la façon dont cette classe politique devrait agir.

  • 14  S. Avineri [voir ci-dessus, p. 198, n. 1], p. 208.
  • 15  « À propos du Reform Bill anglais » [voir ci-dessus, p. 198, n. 2], p. 373.

22Hegel présuppose également (et c’est une présupposition plus dangereuse) qu’il y a, correspondant à ce public de lecteurs politiquement actif, une voie de rationalité en politique que l’observateur avisé et entraîné peut discerner. Il y a, dans les critiques que fait Hegel de la politique britannique, une sorte d’impatience que je trouve gênante. Les hommes politiques ne sont pas censés écouter directement la voix du philosophe, et pourtant Hegel semble contrarié qu’ils ne suivent pas le genre de conseils qu’il pourrait leur donner. Son impatience paraît motivée par son indéniable compréhension des affaires politiques : à bien des égards, Hegel sait effectivement ce qui ne va pas sur la scène politique britannique14. Mais il ne devrait pas faire de sa compréhension un oracle unique en son genre. Hegel compare avec raison « l’ignorance grossière de chasseurs de renards et de hobereaux » à la connaissance supérieure acquise par une « formation scientifique »15, mais en déduire qu’une éducation scientifique permettrait de trouver le seul et le meilleur plan d’action, voilà qui est un peu optimiste.

  • 16 Ibid., p. 373.
  • 17 Ibid., p. 381.

23Hegel attaque le cens de dix livres de rente sur des biens fonciers qui est, selon lui, une base inadéquate pour juger si des individus seront ou non aptes à voter16. Comme dans la Philosophie du droit, il considère la représentation comme un problème délicat au sein de l’État moderne. Hegel a une si grande estime pour la solidité des connaissances du spécialiste et les avantages qu’elle peut apporter au gouvernement que, par son texte, il donne l’impression de vouloir, dans l’idéal, réduire la représentation à un minimum. Il craint qu’une représentation ouverte et très large introduise au gouvernement des intérêts inappropriés et des individus de bien peu d’expérience. C’est une telle inquiétude que provoque chez lui le Reform Bill. Il redoute, en particulier, que l’extension de la franchise apporte au parlement trop d’hommes d’idées et trop peu d’hommes dotés de sagesse politique. Néanmoins, Hegel fait taire les objections qu’il pourrait avoir contre la représentation, et il l’accepte comme une partie fondamentale de l’État moderne17.

  • 18 Ibid., p. 378.

24Étant donné que Hegel croit à la nécessité de la représentation dans l’État moderne, il lui reste encore la difficulté de savoir qui accepter et qui refuser. Les propositions contenues dans le Reform Bill, selon lui, ne sont pas les bonnes. « En réalité, dit-il, le projet est un mélange des anciens privilèges et du principe universel du droit égal pour tous les citoyens — avec pour limite la possession d’une rente foncière de 10 livres — de voter pour ceux qui doivent les défendre. »18 Hegel trouve inacceptables les deux extrêmes de ce mélange. D’un côté, il ne pense pas que la richesse et l’importance sociale puissent donner à quiconque le droit de voter ; mais de l’autre côté, il ne pense pas qu’on doive simplement donner ce droit de vote à tout le monde. L’élection des représentants est une fonction extrêmement importante. Et, à cet égard, le système anglais non réformé, avec ses circonscriptions corrompues, ses pots-de-vin et ses sièges obtenus sans concourir est une farce. Le droit de vote devrait être précieusement sauvegardé, son secret et sa valeur solidement gardés.

  • 19 Ibid., p. 377.
  • 20 Ibid., p. 376 s.

25Comme dans la Philosophie du droit, Hegel suggère à la classe politique de faire très attention en choisissant à qui l’on doit accorder le droit de vote. Il est important que tous les grands intérêts de la société soient pris en compte19. Hegel semble partisan d’un système de représentation qui prendrait une forme organique. Ce serait une représentation selon les différentes classes de la société civile. Hegel aimerait voir des représentants émerger de classes sociales clés comme les marchands, les banquiers, les fabricants et les propriétaires terriens. Il cite avec approbation les Constitutions de la Suède et de l’Italie qui présentent cette caractéristique20. Par rapport à ce trait qualitatif de tout système de représentation, qui semble primordial à Hegel, le problème quantitatif de savoir combien d’individus dans ces groupes sociaux sont en droit de voter paraît insignifiant.

26Mais Hegel manifeste effectivement de l’antipathie pour l’idée de donner massivement le droit de vote. Il a peur qu’une large extension du nombre des votants conduise à de l’indifférence pour ce qui concerne l’acte individuel de vote. Ce serait en désaccord avec l’importance constitutionnelle du vote. Le citoyen se doit de prendre au sérieux le moment où il participe aux affaires de l’État, mais si des miniers de gens jouissent du même privilège, le sérieux de cet événement s’en trouve diminué. A mon avis, Hegel ne manie pas très bien cette facette de l’activité d’un État moderne. Il est vrai que le suffrage universel comporte la possibilité d’une abstention massive, mais ce n’est pas parce que le vote lui-même perd de son importance. Chaque vote continue de compter, et ce pour chaque individu. C’est parce que le citoyen ne remplit pas ses obligations que l’on a un taux de participation bas. Si l’on estime que le droit de vote d’un autre diminue la valeur de son propre vote, alors on pourrait tout aussi bien être empêché de voter si la franchise s’étend à des dizaines ou à des millions d’individus. L’extension de la franchise ne devrait pas conduire à de l’indifférence de la part de l’électeur individuel, parce que le moment de participation aux affaires de l’État (auquel Hegel est très attaché, à juste titre) se présente toujours.

  • 21 Ibid., p. 379.
  • 22 Ibid., p. 380.

27Le désir de Hegel de voir l’implication rationnelle de l’individu dans l’État doit être pris plus au sérieux. Sous-jacent à sa critique de l’extension de la franchise, il y a chez Hegel le souhait de voir les électeurs bien éduqués et bien informés. Des électeurs ignorants peuvent être manœuvres par la rhétorique et par l’argent. Hegel fait valoir que le cens de dix livres de rente foncière permettant de voter peut être acheté tout aussi facilement que des sièges parlementaires dans les circonscriptions corrompues21. Les élections modernes ont créé une nouvelle espèce, l’électeur individuel souverain. Cet électeur individuel souverain peut voter comme il lui plaît, et il peut choisir pour lui-même ce qui lui plaît. L’électeur individuel souverain n’est pas obligé d’agir en citoyen responsable et de voter en ayant à cœur l’intérêt public et son propre intérêt. Ainsi les électeurs peuvent très bien accorder leur vote à un candidat comme une faveur en échange d’autres faveurs possibles. Le danger que Hegel perçoit ici est que « les électeurs voient dans leur droit une quantité utile surtout à ceux qui souhaitent être élus au Parlement »22. Ainsi les électeurs sont tentés de voter en faveur du candidat qui offre le meilleur rendement pour ce qu’ils donnent. Lorsque le vote se déroule uniquement selon cette perspective, on perd quasiment de vue les devoirs de citoyenneté. Un tel marchandage de votes fait que la philosophie de l’histoire comme la philosophie politique n’ont plus de pertinence pour le citoyen. On adopte l’attitude étroite de l’intérêt personnel immédiat.

  • 23  H. Williams et M. Levin, « Inherited Power and Popular Representation  », in Political Studies 35 (...)

28Dans la situation en Angleterre, Hegel perçoit de l’antipathie envers des formes rationnelles de gouvernement. Celle-ci ressort dans l’amoindrissement du rôle attribué à la Couronne dans la Constitution anglaise. Hegel est favorable à un monarque actif qui arbitre les divers intérêts de la société civile23. Il pense également qu’un bon monarque peut faciliter la transition de relations sociales féodales à des relations sociales modernes. Il associe cette transition à une avancée du droit positif fondée sur des privilèges vers un système rationnel fondé sur un débat public ouvert. Le monarque peut se tenir à côté des intérêts particuliers impliqués dans de tels débats et guider la réforme dans la bonne direction.

  • 24  « À propos du Reform Bill anglais » [voir ci-dessus, p. 198, n. 2], p. 370.

29Mais en Angleterre la Couronne a un pouvoir de cérémonie et non un pouvoir véritable. Les fonctions politiques souveraines de la Couronne sont dans une large mesure entre les mains de la Chambre des communes. Hegel pense que cela a un effet très néfaste sur la politique britannique. Une Couronne plus forte, par exemple, aurait pu permettre une intervention plus efficace dans les affaires périlleuses de l’Irlande24. La domination des affaires irlandaises par des intérêts fonciers, qui à leur tour dominèrent les Chambres du parlement, ont empêché toute réforme efficace. La Couronne en Grande-Bretagne n’était pas un pouvoir supérieur aux classes particulières ; du fait de la puissance de la Chambre des communes c’était un pouvoir dominé par des classes particulières. Selon Hegel, il n’y a aucune chance de voir l’une quelconque des réformes soumises au parlement changer cette situation et il le regrette profondément.

  • 25  Ibid., p. 395.

30Non que la réforme laisse inchangée la distribution du pouvoir au parlement. Hegel pense que la réforme ne peut qu’affecter l’équilibre entre les hommes d’idées (« hommes à principes ») et les hommes doués de sagesse pratique (« hommes d’État ») à la Chambre des communes. Il craint que le nombre d’hommes d’idées ou de principes n’augmente, au détriment de ceux qui ont une connaissance intime du fonctionnement de l’État. Les hommes de principes peuvent apporter au gouvernement une compréhension et un enthousiasme précieux. Mais on ne doit pas les accueillir sans réserves. Au vu de l’histoire de France récente, de tels hommes de principes peuvent apporter de l’instabilité. Leur adhésion à un principe peut encourager le mécontentement et l’impatience chez leurs partisans en dehors du parlement. Et si la Chambre des communes réformées ne peut loger en son sein de tels principes, cela peut entraîner une situation où les masses rechercheront le changement par des moyens moins constitutionnels. Hegel termine son essai par cette réflexion : l’élection des hommes de principes au parlement pourrait bien produire, « au lieu d’une réforme, une révolution »25.

31Tel est donc le conseil le plus pressant adressé par Hegel à ses lecteurs. Il les met en garde contre une réforme trop radicale du système électoral, qui pourrait accroître l’irresponsabilité du peuple et de ses représentants. Ce conseil semble provenir de la perspective de Hegel comme philosophe politique. Du point de vue de la philosophie de l’histoire, le même changement, apparemment négatif, pourrait conduire à une amélioration future. Mais Hegel ne peut pas recommander ce saut positif vers le futur.

32La philosophie politique semble donc jouer un rôle décisif dans l’essai de Hegel sur le Reform Bill. La structure de l’activité politique esquissée dans la Philosophie du droit fournit la base sur laquelle est évaluée la vie politique anglaise. Lorsque les propositions du Reform Bill rejoignent les exigences de principe posées dans la Philosophie du droit, alors Hegel approuve ces changements. Lorsque les changements stipulés par le Bill ne satisfont pas à ces exigences, alors le Bill est critiqué. Mais Hegel ne va pas jusqu’à impliquer que ces critiques doivent immédiatement conduire à une action politique corrective. C’est ici que la relation assez délicate entre la politique et l’histoire entre en jeu. Les forces qui façonnent le développement politique futur ne sont pas de nature immédiatement philosophique. Hegel ne s’attend pas à ce que les membres des classes dirigeantes anglaises suivent ses suggestions. Mais l’implication de ce qu’il dit est que quelque chose de ce genre devra finalement se produire si la société veut prospérer, s’ils veulent garder leur pouvoir et leur influence. Cependant, la façon dont cette nécessité s’impose à ces classes dirigeantes anglaises n’est pas explorée par Hegel.

33Peut-être Hegel s’adresse-t-il plus directement aux classes dirigeantes de Prusse. On peut lire dans cet essai des avertissements sur ce qui pourrait arriver en Prusse si certaines voies n’étaient pas suivies. A cet égard, l’essai pourrait bien comprendre un élément de propagande. Hegel semble impliquer, par exemple, que ce serait une erreur pour la Prusse d’étendre sa franchise de la façon proposée en Angleterre. Globalement, toutefois, l’importance que Hegel accorde aux principes esquissés dans la Philosophie du droit comme modèle de la société moderne est ici bien moindre. Il ne semble pas vouloir suggérer ouvertement ce que les dirigeants devraient faire. Cela correspond à la position esquissée dans la préface à la Philosophie du droit. Mais les prétentions à l’objectivité proclamées pour cette œuvre semblent suggérer que Hegel est fermement attaché aux principes qu’il expose. Qui donc, pourtant, devra être l’agent mettant en œuvre les changements que Hegel juge nécessaires ? Peut-être Hegel laisse-t-il à l’histoire elle-même le rôle principal dans la défense de ses idées.

  • 26  Ceci s’oppose à l’interprétation de Petry dans son article « Propaganda and analysis...  » [voir c (...)

34J’ai suggéré que la Philosophie du droit et l’essai sur le Reform Bill pourraient être interprétés ensemble comme exprimant la conception hégélienne en matière de politique. Il me semble qu’il y a très peu de ruptures entre ce que dit Hegel dans les deux œuvres26. Et pour les amateurs, voici un certain nombre d’implications pratiques sur la politique de l’époque que l’on peut tirer d’une lecture combinée des œuvres. Ces implications peuvent aussi être considérées comme pertinentes, en certains sens, pour la politique d’aujourd’hui.

35Ces implications me semblent être :

1 / L’extension de la franchise ne constitue pas par elle-même une solution à des problèmes politiques pressants.

2 / La représentation doit être soigneusement réfléchie si l’on veut qu’elle soit légitime et efficace. Une représentation faite sur la base de divisions géographiques et de l’égalité numérique n’est pas nécessairement la meilleure.

3 / Si l’on veut que la représentation fonctionne, il faut qu’existe un pouvoir séparé des représentants, avec un statut souverain. La souveraineté du parlement telle qu’elle est vécue au Royaume-Uni crée des difficultés. Il y a possibilité de conflit entre le rôle que les ministres doivent jouer comme membres du gouvernement et le rôle qu’ils doivent jouer comme membres du parlement. Il pourrait y avoir des confusions entre le fait de plaire au peuple et la responsabilité ministérielle. Le premier ministre doit, par exemple, contenter à la fois le parti et la nation.

4 / La où les représentants ont entre leurs mains le pouvoir souverain, il devient possible de voir une partie de la société civile prévaloir sur l’autre. Cela peut conduire à un gouvernement factieux.

5 / Tout comme l’exécutif devrait être indépendant de la société civile, la société civile devrait constituer une sphère séparée du gouvernement. Hegel fait fortement l’éloge de la société anglaise, pour l’indépendance de sa société civile. Cependant, ce qui fait sa force semble avoir comme conséquence la faiblesse du gouvernement central.

6 / L’État devrait jouer un rôle actif dans la gestion des problèmes sociaux. Par exemple, Hegel pense que le gouvernement anglais aurait dû intervenir plus efficacement pour traiter les problèmes de l’Irlande.

7 / Les obligations de la citoyenneté doivent être prises au sérieux. Les craintes de Hegel au sujet de l’élargissement de la franchise viennent de son scepticisme à l’égard de l’intelligence et de la responsabilité politique de M. Tout-le-Monde. Il pense que, avant d’octroyer les pleins droits de citoyenneté, il faut obtenir des preuves de responsabilité.

36Je ne peux pas dire que je sois entièrement d’accord avec chacune des suggestions de Hegel. Mais elles sont toutes intéressantes. Elles sont particulièrement intéressantes lorsqu’on pense à la transition récente des pays d’Europe de l’Est vers la démocratie libérale. Beaucoup ont rencontré des difficultés dans les domaines mêmes où Hegel exprime son inquiétude. Apparemment, la démocratisation de la politique n’a pas automatiquement conduit à la résolution des problèmes politiques ; il y a eu des difficultés à propos des systèmes de représentation proportionnelle adoptés par ces États ; beaucoup de ces États ont lutté pour produire un pouvoir souverain qui soit libre des pressions de la représentation parlementaire ; beaucoup de ces États expriment un fort désir de créer une société civile indépendante, mais trouvent le processus bien plus difficile qu’ils ne l’envisageaient au départ. Il y un domaine où je suis entièrement d’accord avec Hegel. Les obligations de la citoyenneté sont difficiles et doivent être prises au sérieux. Les problèmes de gouvernement sont complexes et ne sont pas nécessairement résolus en suivant une seule et unique sorte de politique. Il peut y avoir de nombreuses politiques avec une chance égale de succès. Dans les problèmes de gouvernement, l’échec d’une politique est toujours possible. La démocratie représentative fonctionne au mieux si elle est soutenue par un peuple cultivé et tolérant. Et les nouvelles démocraties d’Europe de l’Est ne sont pas les seules à trouver difficiles l’instauration et la préservation d’une telle citoyenneté, bien informée et responsable.

37La nature de la question veut que l’on ne puisse pas fournir une réponse concluante à l’interrogation du début : pourquoi Hegel a-t-il écrit l’essai sur le Reform Bill ? Le mieux que l’on puisse faire est de deviner les raisons d’agir des autres, alors que très souvent nous ne connaissons pas bien les nôtres. Hegel ne déclare pas ses motivations sans ambiguïté dans son essai, mais dans la mesure où cela est discernable dans ses écrits, il paraît vouloir appliquer la philosophie aux problèmes pratiques. Mon impression est que l’essai représente non seulement un profond commentaire philosophique, mais manifeste en outre une excellente pénétration philosophique. Malgré les exigences contraires qu’il s’est lui-même fixées, Hegel montre une façon de relier avec succès la philosophie et l’histoire.

Haut de page

Notes

1  Une version anglaise de cet article fut publiée dans l’ouvrage collectif Politik und Geschichte. Zu den Intentionen von G. W. F. Hegels, Reform Bill-Schrift, éd. par Ch. Jamme et E. Weisser-Lohmann, Bonn, Bouvier, 1995, p. 235-248. Nous remercions les éditeurs de ce volume d’avoir autorisé une traduction française.

2  G. W. F. Hegel, Principes de la philosophie du droit, trad. franc. J.-F. Kervégan, Paris, PUF, 1998, p. 85-88 ; cf. Howard Williams, « Politics and Philosophy in Hegel and Kant », in Hegel’s Critique of Kant, éd. par Stephen Priest, Oxford, University Press, 1987, p. 195-205.

3  Shlomo Avineri, Hegel’s Theory of the Modem State, Cambridge, University Press, 1972, p. 119-121.

4  G. W. F. Hegel, « A propos du Reform Bill anglais  », trad. franc, par Michel Jacob in Écrits politiques, Paris, Champ libre, 1977, p. 355.

5  S. Avineri [voir ci-dessus, p. 198, n. 1], p. 120-122. Pour une interprétation différente du rôle de Fries dans les événements qui ont conduit à la fête de la Wartburg, voir l’Encyclopedia of Philosophy, éd. par Paul Edwards, New York, Macmillan, 1967, vol. 3, p. 253-255.

6  H. Williams, « Political Philosophy and World History  », in Bulletin of the Hegel Society of Great Britain, 23-24 (1991), 51-61.

7  G. W. F. Hegel, Leçons sur h philosophie de l’histoire, trad. franc, par J. Gibelin, Paris, Vrin, 1963, p. 52 ; H. Williams, International Relations in Political Theory, Milton Keynes 1991, p. 100.

8  Michael John Petry, « Propaganda and analysis : the background to Hegel’s article on the Reform Bill  », in The State and Civil Society, ed. Z. A. Pelczynski, Cambridge, University Press, 1984, p. 137-159.

9  S. Avineri [voir ci-dessus, p. 198, n. 1], p. 63-66.

10  « À propos du Reform Bill anglais » [voir ci-dessus, p. 198, n. 2], p. 355-356.

11  Ibid., p. 356.

12  Principes de la philosophie du droit [voir ci-dessus, p. 197, n. 2], § 215, trad, franc., p. 284 s.

13  « À propos du Reform Bill anglais » [voir ci-dessus, p. 198, n. 2], p. 361.

14  S. Avineri [voir ci-dessus, p. 198, n. 1], p. 208.

15  « À propos du Reform Bill anglais » [voir ci-dessus, p. 198, n. 2], p. 373.

16 Ibid., p. 373.

17 Ibid., p. 381.

18 Ibid., p. 378.

19 Ibid., p. 377.

20 Ibid., p. 376 s.

21 Ibid., p. 379.

22 Ibid., p. 380.

23  H. Williams et M. Levin, « Inherited Power and Popular Representation  », in Political Studies 35 (1987), n° 1, p. 103-115.

24  « À propos du Reform Bill anglais » [voir ci-dessus, p. 198, n. 2], p. 370.

25  Ibid., p. 395.

26  Ceci s’oppose à l’interprétation de Petry dans son article « Propaganda and analysis...  » [voir ci-dessus, p. 201, n. 1], p. 147 et 158.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Howard Williams, « Philosophie politique et philosophie de l’histoire dans l’essai de Hegel sur le Reform Bill anglais », Revue germanique internationale [En ligne], 15 | 2001, mis en ligne le 05 août 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/836

Haut de page

Auteur

Howard Williams

Professeur de politique internationale à l’Université du pays de Galles (Aberystwyth). Depuis son étude Kant’s Political Philosophy, Oxford, Blackwell, 1983, il est l’un des chercheurs sur Kant les plus en vue en Grande-Bretagne. Il fut cofondateur et il est membre de la direction de la revue Kantian Review (1997- ). Parmi ses travaux sur Hegel, citons encore son livre Hegel, Heraclitus and Marx’s Dia-lectic, New York, St. Martin’s Press, 1989

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page