Navigation – Plan du site
L’héritage

Aux sources de l'État social à l'allemande : Lorenz von Stein — et Hegel

Norbert Waszek
p. 211-238

Résumés

Si Lorenz von Stein a pu être considéré comme le « grand avocat de Hegel au xixe siècle » (Blasius), c’est surtout parce qu’il réussit à élaborer, sur la base des conceptions hégéliennes, une théorie de l’État social. Dans la tradition allemande de l’État social, cette théorie steinienne est d’ailleurs devenue une réference indispensable (par exemple dans les travaux de E. W. Böckenförde). Dans sa partie biographique, l’article de Norbert Waszek examine d’abord la façon dont, étudiant les nouvelles doctrines sociales françaises, Stein poursuit néanmoins Hegel. Dans la partie plus systématique de l’article, la jonction effectuée par Stein entre « État de droit » et « État social » est mise en rapport avec la saisie très en avance sur son temps, par Hegel, du rapport entre le développement social et l’évolution du droit.

Haut de page

Texte intégral

« La science pratique est en fin de compte celle qui trouve d’abord le concept, pour toujours le retrouver ensuite dans le singulier, avec toutes ses implications et ses exigences. »
Note de Stein sur la couverture de son exemplaire des Principes de la philosophie du droit de Hegel.

Introduction

  • 1  Cf. Myriam Bienenstock et Norbert Waszek, « L’école hégélienne, les hégéliens », in Hegel [Philoso (...)
  • 2  Herbert Marcuse, Raison et révolution. Hegel et la naissance de la théorie sociale, trad. franc, p (...)
  • 3  Stefan Koslowski, Die Geburt des Sozialstaats aus dem Geist des Deutschen Idealismus. Person und G (...)
  • 4  Cf. Dirk Blasius, « Lorenz von Stein und Preußen », Historische Zeitschrift, 212 (1971), p. 339-36 (...)

1Si l’on veut comprendre la filiation, les chemins par lesquels Hegel acquit l’importance et la signification qu’il possède dans les débats actuels, il convient de ne pas se limiter à l’examen de ses élèves et disciples immédiats1, dont l’influence est bien sûr incontestable. Il faut aussi étudier la génération suivante : celle de tous ces penseurs qui, par leur âge, ne purent plus connaître le maître ni suivre ses cours, mais restèrent néanmoins profondément imprégnés de philosophie hégélienne, et cherchèrent à adapter cette philosophie aux conditions et circonstances postérieures à la mort du philosophe. Dans cette génération – de nombreux chercheurs s’accordent sur ce point – Lorenz von Stein (1815-1890) occupe une place privilégiée : on sait que, dans Raison et révolution Herbert Marcuse consacrait déjà à Stein un chapitre, intitulé « La transformation de la dialectique en sociologie », dans lequel il situait cet auteur entre Hegel et Marx2. Plus récemment et bien loin du radicalisme de Marcuse, Stein fut présenté comme l’artisan de l’État social, dans un livre au titre significatif : La naissance de l’État social, à partir de l’esprit de l’idéalisme allemand3. Dirk Blasius, un historien dont les travaux, depuis les années 1970, contribuèrent à attirer l’attention sur Stein, ira même jusqu’à déclarer, de façon très pertinente, que Stein fut le « grand avocat de Hegel au xixe siècle »4.

  • 5  Ludwig Gumplowicz, Rechtsstaat und Sozialismus, Innsbruck, Wagner, 1881, p. 151.
  • 6  Gustav Schmoller, « Lorenz Stein », in Preußische Jahrbücher, 19 (1867), p. 262. On sait que Schmo (...)
  • 7  H. Freyer, Einleitung in die Soziologie, Leipzig, Quelle & Meyer, 1931, p. 69. Carl Schmitt, « Die (...)
  • 8  Franz Mehring, « Stein, Hess und Marx », in Neue Zeit XV, 2 (1897), p. 380. L’étiquette de « compi (...)
  • 9  Pour la théorie des « transferts culturels franco-allemands », cf. les multiples travaux de Michel (...)

2La thèse est importante. Mais elle n’était évoquée qu’en passant, et il nous faut encore l’explorer, et la vérifier. Il nous faut déterminer pourquoi et comment, ou en quel sens, Stein put jouer ce rôle d’avocat de Hegel. Dans le cadre de cette interrogation, nous nous proposons ici un double but : nous reprendrons d’abord l’examen du rapport de Stein à Hegel et plus particulièrement de la thèse, déjà avancée par Marcuse, selon laquelle c’est la position-limite de Stein, entre philosophie et sociologie, qui constitue son attrait, et son grand intérêt. L’interprétation, notons-le, est ancienne : on la retrouve dès le xixe siècle ; et elle fut très souvent reprise. Elle était déjà implicite dans la description succincte faite de Stein par Ludwig Gumplowiez (1838-1908) : Stein aurait été « un réaliste, s’avançant drapé dans l’ample manteau de l’idéalisme »5. Elle est sous-jacente à l’image, presque identique, utilisée en 1867 par Gustav Schmoller (1838-1917), alors tout au début de sa carrière : « la méthode de la philosophie spéculative semble être pour lui [Stein] le seul habit correct »6 — l’image fut reprise ensuite, par Hans Freyer, Carl Schmitt, et d’autres encore7... Mais il reste encore à comprendre et à analyser la façon dont s’effectua ce passage, de l’idéalisme philosophique à la sociologie, dite « empirique ». La tentation est grande, en effet, de penser que le « tournant » vers la sociologie s’effectua en France, sous l’influence des nouvelles idées sociales développées par Saint-Simon, Fourier, et leurs écoles ; mais contre l’influence du hégélianisme, péjorativement dit « spéculatif ». Cette thèse nous semble inexacte : certes, les nouvelles doctrines sociales françaises furent pour Stein une source d’inspiration majeure. Ce furent même ces doctrines qui le firent connaître en Allemagne : pour les Allemands de son époque qui voulaient s’informer sur les institutions, la vie politique et, surtout, les nouvelles doctrines sociales de la France, les œuvres de Stein constituèrent une source majeure, sinon incontournable ; tant et si bien que, longtemps, il fut même simplement considéré comme un « compilateur » de doctrines venues d’ailleurs, pour reprendre ici une expression plutôt péjorative de Franz Mehring (1846-1919)8. Sans vouloir nier le rôle, incontestable, de pionnier que joua Stein dans la propagation en Allemagne d’idées venues de France, nous affirmerons cependant ici que Stein fut bien plus qu’un « compilateur ». Il serait bien erroné d’affirmer en effet que, venant en France, il se serait détourné de ses débuts, péjorativement dits « spéculatifs », pour élaborer une « science » plus empirique de la société, inspirée d’auteurs et de sources françaises. Ce furent au contraire précisément ses origines hégéliennes qui le conduisirent et le guidèrent vers ces auteurs et vers ces sources et, par là même, vers la sociologie. Pour dire ceci en d’autres termes encore, ce furent le cadre philosophique et la forme conceptuelle mêmes de son héritage philosophique qui le poussèrent en direction des nouvelles idées françaises. Si, comme on l’a dit, il fut « le grand avocat de Hegel au xixe siècle », c’est donc justement parce qu’il sut se servir du cadre conceptuel élaboré par Hegel pour analyser et comprendre la société moderne. En ce sens, il peut bien être considéré comme un excellent exemple de la façon dont s’effectuent les « transferts », les échanges culturels d’un pays à un autre — pour reprendre ici l’expression utilisée dans un domaine de recherche qui attire enfin toute l’attention qu’il mérite : celui des « transferts », des échanges culturels entre la France et l’Allemagne9.

  • 10  Mentionnons ici quelques études préparatoires, qui furent consacrées au rapport entre Stein et Heg (...)
  • 11  Grundgesetz für die Bundesrepublik Deutschland, en date du 23 mai 1949 : la « Loi fondamentale », (...)
  • 12  Carlo Schmid ne fut peut-être pas le premier à proposer la formule « État de droit social » (sozia (...)
  • 13  Cf. ici Ernst Forsthoff, « Begriff und Wesen des sozialen Rechtsstaates », in Veröffentlichungen d (...)
  • 14  On trouve dans les travaux de Böckenförde de nombreuses analyses de Stein. Mais le plus important (...)
  • 15  Karl-Hermann Kästner, « Von der sozialen Frage über den sozialen Staat zum Sözialstaat. Zu Lorenz (...)
  • 16  Notamment dans ses livres Recht, Staat, Freihat : Studien zur Rechtsphilosophie, Staatstheorie und (...)

3Mais l’étude du rapport de Stein à Hegel ne sera pas, dans cet article, une fin en soi. Elle servira plutôt de base à l’étude, annoncée dès le titre de cet article, de la notion d’« État social » dans la tradition allemande. Le second but de cet article sera donc de présenter les bases théoriques élaborées par Stein, avec l’aide de Hegel, pour fonder ce que l’on dénomme aujourd’hui en Allemagne sozialer Rechtsstaat (« État de droit social »). Notre lecture de Stein, et de Hegel vu par Stein, restera donc sélective, par nécessité comme par choix10. Mais le sujet que nous avons retenu peut s’appuyer sur un consensus dans la recherche : de nos jours, l’intérêt pour Lorenz von Stein se manifeste en effet surtout dans le cadre des recherches sur les origines intellectuelles de l’État de droit social (sozialer Rechtsstaat) – de cette conception même, donc, mentionnée à l’article 28 du Grundgesetz11, que l’on peut considérer comme la pierre fondatrice de la politique sociale ouest-allemande. Dans le contexte de ces recherches, le nom de Stein s’impose de plus en plus : le juriste et homme d’État social-démocrate Carlo Schmid (1896-1976), qui fut un membre très influent et même, un temps, président du « Conseil parlementaire » (Parlamentarischer Rat) au sein duquel naquit le Grundgesetz, manifestait déjà un grand intérêt et une grande admiration pour Stein12. Ce fut ensuite Ernst Forsthoff (1902-1974) — personnage ambigu, mais brillant juriste, lui aussi très influent – qui, dans les années 1950, n’hésita pas à accorder la priorité à Stein, parmi les précurseurs intellectuels d’un « État constitutionnel et social »13. Enfin, depuis les travaux d’Ernst-Wolfgang Böckenförde14et de Karl-Hermann Kästner15, Lorenz von Stein est devenu une référence indispensable, pour tout ce qui concerne les origines intellectuelles de l’État de droit social. La notoriété et la reconnaissance que procurèrent à Stein les travaux de Böckenförde est d’ailleurs due non pas tant à son poids institutionnel — depuis 1983, Böckenförde est juge à la Cour suprême constitutionnelle, le Bundesverfassungsgericht — ou à son autorité incontestée de savant que, plutôt, à la façon dont, intégrant la référence à Stein dans une réflexion originale sur l’État de droit social et son avenir, il réussit à montrer toute l’actualité de cet auteur16.

  • 17  Aujourd’hui encore, le lecteur francophone n’a à sa disposition que quelques textes mineurs de Ste (...)
  • 18  Sont néanmoins disponibles en français, outre Raison et révolution (1941, trad. franc. 1968), le l (...)
  • 19  Parmi les études françaises, citons (dans l’ordre chronologique) : Georges Gurvitch, « La dialecti (...)

4Cette reconnaissance accordée à Stein ne s’est cependant pas encore traduite par une recherche étendue et intensive sur cet auteur. En Allemagne même, le pays natal de Stein, l’écart demeure considérable entre l’importance de son œuvre et l’accueil qui lui est fait. L’écart est plus grand encore en France, où Stein demeure très peu connu : ses grands textes17, et les commentaires que l’on fit de ceux-ci, n’ont pas été traduits18 ; et les quelques études qui lui furent consacrées dans notre langue19 n’ont pas encore réussi à susciter un intérêt durable pour lui. Compte tenu de cette situation, nous proposerons d’abord une analyse des données biographiques indispensables à la compréhension de son œuvre, ce qui nous permettra d’examiner aussi la façon dont, étudiant les nouvelles doctrines sociales, il poursuit Hegel. Dans la seconde partie de cet article, nous nous tournerons vers l’analyse que Stein, se fondant sur Hegel, fait des bases théoriques de l’Etat de droit social à l’allemande.

Éléments d’une vie – apories d’une œuvre ?

  • 20  La source d’information la plus complète sur la vie de Stein reste la biographie de Werner Schmidt (...)

5Il ne s’agit pas ici de donner un récit de la vie de Stein20, ni même de retracer son développement intellectuel, mais seulement de revenir sur quelques aspects biographiques pertinents pour la double tâche que cet article s’est fixée ; et de mettre ainsi en évidence le rapport entre le parcours de notre auteur, et les problèmes posés dans et par son œuvre.

  • 21  Lorenz Stein, Die Geschichte des dänischen Civilprocesses und das heutige Verfahren, als Beitrag z (...)
  • 22  Lorenz Stein, Der Socialismus und Communismus des heutigen Frankreichs. Ein Beitrag zur Zeitgeschi (...)
  • 23  Gustav Schmoller, Lorenz von Stein (1867) [voir ci-dessus, p. 212, n. 4], p. 245.
  • 24  Cf. p. 215, n. 3 ci-dessus. — La référence à la France est présente jusque dans son chef-d’œuvre d (...)

6Dans ce but, il nous faut d’abord rappeler quelques faits. Après avoir achevé et soutenu sa thèse en droit à l’Université de Kiel21, Stein obtint une bourse qui lui permit de passer dix-huit mois à Paris, d’octobre 1841 à mars 1843. Ce séjour parisien élargit son horizon de façon décisive, en lui donnant une dimension européenne. À Paris, en plus de ses travaux juridiques, il prépara en effet un livre de presque 500 pages : son premier grand ouvrage — Le socialisme et le communisme dans la France d’aujourd’hui22par lequel il fit connaître en Allemagne la pensée de Saint-Simon, de Fourier, et de leurs écoles, dont il était devenu familier par une étude approfondie des sources, et surtout par des entretiens direct avec Victor Considérant (1808-1893), Louis Reybaud (1799-1879), Louis Blanc (1811-1882) et Étienne Cabet (1788-1856). Très vite, l’ouvrage rendit Stein célèbre en Allemagne — Schmoller parla même d’une renommée européenne23. Une deuxième édition fut rapidement nécessaire : elle sortira, souvent réécrite et largement augmentée, en 1848. Pour la troisième édition Stein découvrit qu’une nouvelle rédaction ne suffisait plus — ses réflexions théoriques, mais aussi, sans doute, les événements de 1848 jouèrent là un rôle important. En 1850, il fit alors paraître son étude sous la forme d’un nouveau travail, en trois volumes : la célèbre Histoire du mouvement social en France (Geschichte der sozialen Bewegung in Frankreich)24, qui devait faire date, tant par la documentation accumulée en elle que par les thèses qui y étaient défendues, comme par exemple celle, justement célèbre, d’une primauté de l’ordre social par rapport à la vie politique :

« L’introduction du présent écrit, la doctrine de la société, montrera que les constitutions comme les administrations des États sont soumises aux éléments et aux mouvements de l’ordre social. Si cela est quelque chose de nécessaire en soi, alors c’est quelque chose qui est toujours valable. [...] Nul mouvement politique ne peut se soustraire à cette loi » (GsB, I, p. 3 ; CdS, p. 3).

  • 25  GsB, II, p. 157 : « Die folgende Zeit hat gegen Saint-Simon das Unrecht begangen, zu vergessen, da (...)

7Le lien entre cette thèse et la réception, par Stein, de Saint-Simon est manifeste, et il le souligne lui-même : « L’époque suivante a commis envers Saint-Simon l’injustice d’oublier que ce fut lui, [...] qui, pour la première fois, détourna l’attention de son époque de la constitution politique, considérée comme secondaire, pour la diriger vers l’ordre social, considéré comme l’essentiel et le principiel. »25

  • 26  Dans l’une des grandes encyclopédies politiques de l’époque — Staatslexikon oder Enzyklopädie der (...)
  • 27  F. W. Carové, Der Saint-Simonismus und die neuere französische Philosophie, Leipzig, Hinrichs, 183 (...)
  • 28  Moritz Veit, Saint-Simon und der Saint-Simonismus, Leipzig, F. A. Brockhaus, 1834.
  • 29  Édouard Gans, qui séjourna à Paris, fit de nombreuses rencontres et eut de nombreux entretiens ave (...)
  • 30  K. L. Michelet, Die Lösung der gesellschaftlichen Frage, Frankfurt, Trowitzsch, 1849, p. 71 s.
  • 31  Hegel possédait le livre de Carové sur le saint-simonisme (1831) [voir ci-dessus, n. 1] — et il co (...)
  • 32  Sur la réception par Hegel des économistes écossais, cf. N. Waszek, The Scottish Enlighten-ment an (...)
  • 33  G. W. F. Hegel, Principes de la philosophie du droit [sigle : PPhD] éd. et trad. par J.-F. Kervé-g (...)
  • 34  G. W. F. Hegel, Vorlesungen zur Rechtsphilosophie. 1818-1831, éd. par K.-H. Ilting, Stuttgart-Bad (...)
  • 35  L. Stein, Socialismus und Communismus (1842) [voir ci-dessus, p. 216, n. 3], p. 169.

8Ceci — le point mérite d’être fortement souligné — ne devait pas nécessairement l’éloigner ou le détourner de sa source d’inspiration hégélienne : on rappellera en effet que, comme l’avaient déjà clairement vu les contemporains26, les « disciples » de Hegel au sens étroit du terme (c’est-à-dire ici ceux qui avaient eux-mêmes suivi les cours de Hegel) comme d’ailleurs les « hégéliens » en un sens plus large du terme (à savoir ici, ceux qui s’inspirèrent des idées du philosophe), jouèrent un rôle proéminent dans la propagation des doctrines saint-simoniennes en Allemagne : on pensera par exemple à Friedrich Wilhelm Carové (1789-1852)27, Moritz Veit (1808-1864)28, Édouard Gans (1797-1839)29, ou encore Karl Ludwig Michelet (1801-1893)30. On rappellera aussi que Hegel lui-même, vers la fin de sa vie, put encore prendre connaissance des idées venues d’outre-Rhin, et qu’il manifesta son intérêt pour elles31. Ceci nous permet d’affirmer que les études « françaises » de Stein peuvent fort bien être considérées comme une suite, une conséquence de son hégélianisme initial, plutôt que comme une déviation par rapport à celui-ci. Hegel, rappelons-le aussi, avait rendu hommage aux économistes qui l’avaient précédé32 — à Adam Smith, Jean-Baptiste Say et David Ricardo, ceux-là mêmes qu’il avait considérés, dans sa Philosophie du droit, comme les pères fondateurs de la nouvelle discipline de l’économie politique — pour avoir décelé, « au sein de la multitude infinie de détails singuliers qui gisent tout d’abord » devant eux, « les principes simples de la chose, l’entendement qui est efficient en elle et qui la gouverne »33. Expliquant ce paragraphe de façon plus détaillée dans ses Leçons de 1824-1825, il avait aussi souligné tout particulièrement que cette science (l’économie politique) « fait honneur à la pensée, parce qu’elle découvre les lois qui régissent une foule d’éléments contingents » dans la multiplicité des phénomènes empiriques. Ceci, avait-il ajouté, « présente une analogie avec le système de planètes, qui n’offre à l’œil que des mouvements irréguliers, mais dont la loi a pu néanmoins être connue »34. Quand Stein fait l’éloge de Saint-Simon, il le loue pour la même raison : parce qu’il aurait été le premier à rechercher les « lois internes » (inneren Gesetze) qui régissent la société et son développement35. H reprend aussi l’analogie de Hegel entre les lois de la nature, qui régissent les mouvements des planètes, et les lois de la société :

« Si la nature entière, si les systèmes solaires autant que la plus petite graine dans son mouvement, si le corps de l’homme dans sa croissance, mieux, si le hasard lui-même a ses lois calculables, comment ce que la terre porte de plus noble — la communauté vivante des hommes – pourrait-il être exempt de lois dans ses configurations, changements et progrès ? » (GsB, I, p. 141 s ; CdS, p. 89).

  • 36  La période de sa vie pendant laquelle il l’acquit, avant son arrivée en France, est d’ailleurs bea (...)
  • 37  Cf. Lorenz Stein, « Lettre à Theodor Echtermeyer du 4 juin 1839 », publiée pour la première fois e (...)
  • 38  Si Falck domina la faculté de droit pendant longtemps, ce fut d’abord parce qu’il y enseigna penda (...)
  • 39  Cf. Eugen Wohlhauptcr, « Nikolaus Falck und die historische Schule », in Historisches Jahrbuch, 59 (...)
  • 40  Lorenz Stein : « Zur Charakteristik der heutigen Rechtswissenschaft. System des heutigen römischen (...)
  • 41  Cf. la lettre de Stein à Arnold Ruge, datée du 23 septembre 1841, citée d’après W. Schmidt (1956) (...)
  • 42  Cf. Rainer Polley, « J. F. Kierulff », in Biographisches Lexikon für Schleswig-Holstein, vol. 7 (1 (...)
  • 43  Cf. Gerhard Wesenberg, « Christiansen », in Neue Deutsche Biographie, vol. 3, Berlin, Dunc-ker & H (...)
  • 44  Cf. J. J. Ch. F. Christiansen, Wissenschaft der römischen Rechtsgeschichte im Grundriß, Altona, Ha (...)
  • 45  Lorsque Christiansen (1838) parle de la Philosophie du droit de Hegel et de l’Histoire du droit de (...)
  • 46  L. Stein, « Die Wissenschaft der römischen Rechtsgeschichte im Grundrisse von Dr. Christiansen », (...)

9Les réalisations de Stein ne pouvant être comprises, à notre sens, indépendamment de sa dette envers Hegel et les hégéliens, il nous faut donner aussi quelques indications sur la façon dont Stein acquit ce bagage intellectuel36. Ce fut en 1835, à l’Université de Kiel, que Stein commença des études de droit. Il suivit cependant aussi des cours en philosophie et en Staats-wissenschaften (les « sciences de l’État », qui comprenaient aussi les sciences économiques). Dans une lettre de juin 1839, Stein résume lui-même ses études lorsqu’il écrit : « Je me suis beaucoup occupé de philosophie, plus encore de l’histoire du droit. »37 A l’époque, la faculté de droit de l’Université de Kiel était dominée par Niels Nikolaus Falck (1784-1850)38, donc largement sous l’influence de l’École historique de von Savigny : car, même si Falck ne fut jamais un inconditionnel de Savigny — il se situait parmi les germanistes plutôt que parmi les romanistes de l’école historique, et il préserva une certaine sympathie pour le droit naturel — il resta néanmoins proche de cette école, partageant par exemple le scepticisme de von Savigny envers les projets de codification — Savigny, d’ailleurs, le considéra toujours comme l’un des siens, au point de vouloir le faire nommer à Berlin en 1816-181739. Il est bien possible d’affirmer que l’adhésion — sous réserves – de Falck à l’École historique était caractéristique du courant principal à la faculté de droit de Kiel. Mais Stein garda ses distances envers l’Ecole historique et ses représentants locaux et, en octobre 1841, il publia même un compte rendu détaillé et assez critique du « système » de von Savigny40. Stein lui-même souligne que ce compte rendu ne fut pas rédigé à la légère41 et l’on ne peut qu’être impressionné par le courage du jeune chercheur, alors démuni de toutes ressources, qui osait pourtant prendre la plume contre l’homme au pouvoir dans sa discipline. Stein alla plus loin encore : il se rapprocha même de ceux qui constituaient alors l’une des cibles de prédilection de l’École historique : les hégéliens. Gomme par instinct, il se tourna en effet assez vite vers des professeurs qui sympathisaient avec la philosophie hégélienne : cette orientation existait aussi dans la faculté de Kiel, à côté du courant prédominant ; et elle fut représentée notamment par Johann Friedrich Kierulff (1806-1894), professeur en histoire du droit42, et par J. J. Ch. F. Christiansen (1809-1854), qui enseigna la philosophie du droit dans la même Université de Kiel43. Leurs publications de l’époque44 nous donnent une bonne idée de ce que Stein put apprendre d’eux : ils critiquaient tous les deux, parfois de façon virulente, l’École historique ; et cette critique était souvent imprégnée de hégélianisme45. Stein consacra l’un de ses premiers articles à Christiansen46 : cet article peu connu, rarement étudié par les spécialistes de Stein, mériterait plus d’attention, car il contient une prise de position claire et nette en faveur de la philosophie « schellingienne-hégélienne » (p. 1603), tout en se gardant d’accepter les conséquences d’une interprétation superficielle de cette philosophie, i.e. une construction et systématisation artificielles de l’histoire (p. 1618 et 1627). Le verdict de Stein sur Christiansen est donc bien nuancé : il admire le projet d’écrire une histoire de droit en fonction de la dernière étape de la philosophie. Mais il n’est pas du tout convaincu par la réalisation de ce projet, que Christiansen avait proposée dans son livre.

  • 47  Gans — sur cet auteur, cf. notre édition de son autobiographie, voir ci-dessus, p. 218, n. 3 — éta (...)
  • 48  Lorenz Stein, « Kriminalrecht. Neue Revision der Grundbegriffe des Kriminalrechts von E. R. Köstli (...)
  • 49  À en croire ses lettres, conservées et publiées par W. Schmidt, Lorenz von Stein (1956) [voir ci-d (...)
  • 50  La valeur de ces lettres est autant plus grande que nous ne possédons pas, par ailleurs, beaucoup (...)
  • 51  Il le dit explicitement dans une lettre à Ruge du 6 janvier 1841.
  • 52  Les deux lettres de Stein à Ruge sont publiées dans W. Schmidt (1956) [voir ci-dessus, p. 216, n. (...)
  • 53  Ibid., p. 147 : es ist ganz unmöglich, die Wissenschaft des Rechts und aus zur Vollendung z
  • 54  Envoyant à la revue son compte rendu d’une édition de Feuerbach, Stein souligne ainsi que le conte (...)
  • 55  Cf. par exemple sa lettre du 10 oct. 1841 dans W. Schmidt (1956) [voir ci-dessus, p. 216, n. 1], p (...)
  • 56  La rupture avec les jeunes hégéliens se produira peu de temps après la publication de son Socialis (...)
  • 57  Pour les contributions de Stein à la Gazette rhénane, cf. la bibliographie de Wilhelm Klutentre-te (...)
  • 58  Lorenz Stein, Der Socialismus und Communismus (1842) [voir ci-dessus, p. 216, n. 3]. Stein écrivit (...)

10Ainsi encouragé à se tourner vers la philosophie du droit de Hegel, Stein fait un séjour d’études à Berlin (d’octobre 1840 à octobre 1841) qui lui donne l’occasion d’approfondir la connaissance qu’il a de cette pensée et, plus particulièrement, des conceptions du droit qu’avaient tirées de cette philosophie les disciples de Hegel parmi les juristes : Edouard Gans, en particulier47. C’est peut-être même à Gans que pense Stein lorsqu’il écrit en 1846 que la philosophie de Hegel « a produit des philosophes qui sont des juristes » ; ajoutant : « C’est ce dont nous avons besoin. »48Pendant ce séjour, Stein établira aussi un contact direct avec certains dirigeants des « jeunes hégéliens » de l’époque, comme par exemple ceux qui se regroupaient autour de la revue Hallische Jahrbücher de Theodor Echtermeyer (1805-1844) et d’Arnold Ruge (1802-1880), ainsi que de la revue qui leur succéda, les Deutsche Jahrbücher49. Celles des lettres de Stein à Ruge datant de cette époque qui se sont préservées constituent une source majeure d’information sur le développement de sa pensée50. En ressort d’abord, sur le plan théorique, le rejet de von Savigny et de Stahl, les deux personnalités qui dominaient alors le droit et la philosophie du droit à l’Université de Berlin. Le séjour de Stein dans cette ville le conduisit, certes, à étudier ces auteurs de façon approfondie51, mais il ne les en apprécia pas davantage. Bien au contraire : dans une lettre datée du 23 septembre 1841, il déclina l’offre qui lui avait été faite de rédiger pour les Jahrbücher une description de la faculté de droit de Berlin – parce que, dit-il, « je n’aurais quand même pu être que négatif... » (da ich dochnur negativ hätte sein können52). Mais, d’un autre côté, son rapport à Hegel n’était pas non plus sans nuances : la même lettre à Ruge montre qu’il aurait bien voulu se servir de la philosophie de cet auteur comme d’une alternative à Savigny et à Stahl ; mais il souligne aussi de façon très explicite, quoique un peu énigmatique – qu’entend-il exactement par le terme de Vollendung ? – qu’un « achèvement, ou accomplissement (Vollendung), de la science de droit et de l’État du point de vue de Hegel est tout à fait impossible »53. Il semble vouloir se rapprocher de l’esprit activiste et militant des Jahrbücher54, et comme le montrent le ton amical et le caractère intime des lettres, sa sympathie personnelle pour des personnages comme Ruge ne fait aucun doute55 – même si, pour ce qui concerne le contenu, il préserva toujours son esprit d’indépendance ; et même si, bien vite, il prendra ses distances par rapport aux jeunes hégéliens56. C’est bien en pleine connaissance de cause que Stein choisit de publier dans les Hallische, puis Deutsche Jahrbücher ; et enfin dans l’autre organe de publication des jeunes hégéliens, la Rheinische Zeitung [Gazette rhénane]57. On ne peut pas non plus considérer comme un hasard le fait qu’il ait demandé à Ruge de l’aider à publier ce qui fut (si l’on exclut sa thèse) son premier livre chez Otto Wigand, à Leipzig58 : un éditeur bien connu, à l’époque, pour ses publications radicales.

  • 59  Stein lui-même commenta cette modification de statut de la philosophie hégélienne : la révolution (...)
  • 60  Lorenz Stein, Die Verwaltungslehre, 1 vol., Stuttgart, Cotta, 1865-1868 ; 2e éd. en 10 vol. 1869-1 (...)
  • 61  F. Gilbert, « Lorenz von Stein und die Revolution von 1848. Ein Beitrag zur Entwicklung Steins und (...)
  • 62  Hegel, PPhD, § 246 (éd. J.-F. Kervégan) [voir ci-dessus, p. 218, n. 7], p. 305 ; cf. § 243 et 245, (...)
  • 63  Ces dates s’expliquent ainsi : la deuxième édition de son Der Sozialismus und Communismus... fut p (...)

11Très tôt, presque au début de sa carrière, Stein se détourna donc de l’École historique du droit, alors prédominante, pour se tourner vers la philosophie de l’idéalisme allemand et plus particulièrement vers le hégélianisme, et les jeunes hégéliens ; un groupe qui, dans les années 1830 et 1840, acquit de plus en plus un caractère contestataire, si ce n’est subversif59. Si ses années à Kiel et à Berlin furent sans aucun doute celles pendant lesquelles il se montra le plus réceptif à l’idéalisme allemand, il est par contre difficile de déterminer si et quand cette réception prit fin. Même dans ses publications plus tardives, comme par exemple dans sa Verwaltungslehre60, il se réclama encore, de multiples façons et très consciemment, de Hegel. Sans doute Felix Gilbert a-t-il raison d’affirmer que Stein se tourne peu à peu « de l’histoire des idées à l’histoire sociale » ; et que ce furent les événements de 1848 qui suscitèrent, en la matière, des changements décisifs dans sa pensée61. On constatera en effet que la première version (de 1842) de son écrit, intitulée Socialisme et communisme en France, porte encore la marque très nette de l’histoire des idées : Stein reprend de Saint-Simon et de Fourier la critique de la polarisation sociale entre capital et travail – une problématique qu’il a d’ailleurs déjà pu trouver, chez Hegel, dans la « dialectique » de « la société civile »62 ; et il la transforme en une science de la société. Dans les versions plus tardives du même texte (1847-1848 et 1849-1850)63, la question des conditions sociales dans lesquelles certaines conceptions se forment, puis deviennent les idées dominantes d’une époque ou d’un temps, apparaît beaucoup plus nettement au premier plan. Voici d’ailleurs la façon dont, dans son « Avant-propos » de 1850, Stein lui-même s’exprime sur la relation entre les deux ouvrages :

« Je livre ici au public un ouvrage qui ne peut être qualifié de réédition de mon écrit précédent sur le socialisme et communisme. [...]
« La présentation séparée du socialisme et du communisme est une tâche féconde et qui vaut la peine, à notre époque plus que jamais.
« Dans mon écrit précédent, je me suis situé moi aussi à ce niveau. Si gratifiant qu’ait été l’ouvrage, je l’ai pratiquement mis en pièces, pour en faire un nouveau ; le lecteur s’apercevra que peu de chose a survécu à cette refonte.
« Ce qu’on prédisait il y a des années est aujourd’hui réalité ; la révolution qui se profilait à l’horizon a éclaté, et personne n’oserait mettre en doute qu’il ne se soit agi d’une révolution sociale. » (GsB, I, p. 1 s. ; CdS, p. 2).

  • 64  L. Stein : Der Socialismus und Communismus (1842) [voir ci dessus, p. 216, n. 3], p. 31.

12Le rapport sur les théories de Saint-Simon et de Fourier — que Stein évoque ici lorsqu’il parle de « la présentation séparée du socialisme et du communisme » — constituait le noyau de son premier ouvrage. Il a également sa place dans l’Histoire du mouvement social (GsB, II, p. 133-231, 232-339, plus annexes), mais la valeur des thèses avancées s’est modifiée. Si, en effet, l’idée d’égalité qui s’exprime dans ces doctrines sociales constituait le véritable principe d’organisation de l’écrit antérieur — le « principe de l’égalité » y apparaît comme « base nécessaire pour la parfaite compréhension de tous les mouvements socialistes et communistes »64 —, cette idée abandonne déjà du terrain dans la seconde édition ; et une nouvelle partie théorique, additionnelle, s’y ajoute au début de tout le livre : « La société et le prolétariat ». Dès la seconde édition de l’étude, la théorie et l’histoire de la société acquièrent ainsi plus d’indépendance par rapport au principe de l’égalité, mais dans le texte plus tardif, l’histoire sociale s’autonomise clairement : le fait que le titre Histoire du mouvement social soit maintenant mis en avant n’est nullement un hasard. Pour Stein, il ne s’agit plus désormais — et en ce sens, il corrige sa position précédente — de l’idée (ou du principe) de l’égalité qui se réalise elle-même, mais bien plutôt des conditions sociales, dans lesquelles cette idée prend tout son sens :

« la force véritablement agissante dans la révolution, insiste-t-il ainsi, n’est nullement l’idée d’égalité, mais seulement le bien social inégalement réparti, et [...] ce ne sont pas les vérités philosophiques qui font la révolution, mais les classes sociales » (GsB, I, p. 101 ; CdS, p. 64).

  • 65  Une telle évolution avait pourtant déjà commencé avant la Révolution de 1848. Il est donc exagéré (...)

13Comme le montre bien l’addition de la seconde édition de Stein, il y a donc beaucoup à dire en faveur de l’avis de Felix Gilbert, selon lequel Stein se serait peu à peu éloigné de l’histoire des idées pour s’approcher de l’histoire sociale, ou plutôt peut-être — pour éviter ici des associations anachroniques — de la compréhension du mouvement propre de la société65.

  • 66  Manfred Hahn (1969) [voir ci-dessus, p. 213, n. 3], p. 68 s.
  • 67  Ceux d’entre les interprètes, comme par exemple St. Koslowski [voir ci-dessus, p. 212, n. 1], qui (...)
  • 68  Il nous est impossible de traiter ici de façon adéquate du rapport de Hegel à l’« empirie », à l’o (...)

14C’est cependant aller trop vite, nous semble-t-il, que de voir aussi dans cette évolution un éloignement par rapport à Hegel : Stein aurait peu à peu rejeté sa conviction première, héritée de Hegel, selon laquelle l’idée de l’égalité se réaliserait ou s’accomplirait en quelque sorte d’elle-même66. S’écartant de la philosophie, il se serait tourné vers l’empirie67... Au fondement de telles interprétations se trouve bien souvent la représentation erronée d’un « idéalisme » hégélien qui serait, en tant que « spéculation », éloigné de toute réalité. On ne soulignera cependant jamais assez que, pour Hegel comme pour Stein, il s’agissait au contraire de trouver et de comprendre les « idées » dans les réalités politiques et sociales68. Ce que les deux auteurs cherchaient dans leur interprétation des événements historiques, c’était plutôt la manifestation d’une unité de l’idéel et du matériel. Contre la thèse d’un détachement progressif de Stein par rapport à Hegel, il faut aussi rappeler que, dans son Histoire du mouvement social elle-même, c’est encore et toujours à une idée hégélienne fondamentale que Stein a recours : l’idée, qui se trouve au cœur même de la philosophie hégélienne, d’un développement de la liberté, au double sens du terme de « développement » : comme épanouissement de la liberté et de ses conditions, mais aussi comme meilleure compréhension de ce qu’est cette liberté, et de ses critères. Cette idée sert de principe d’organisation de toute l’œuvre de Stein — elle servira aussi de fil conducteur aux réflexions suivantes, qui nous conduiront à la conception originale que se fit Stein de l’État de droit social.

  • 69  Cf. l’article de K.-H. Kästner, « Von der sozialen Frage über den sozialen Staat zum Sozialstaat » (...)
  • 70  Cf. à ce sujet l’article de Julien Freund (1978) [voir ci-dessus, p. 216, n. 5], p. 139 s.
  • 71  GsB, I, p. 133 s. ; CdS, p. 84 ; cf. aussi son Lehrbuch der Finanzwissenschaft, Leipzig, Brockhaus (...)
  • 72  Lorsque Edouard Gans, le disciple et l’éditeur de Hegel, écrit dans la préface à la deuxième éditi (...)

15Elle se manifeste dans la façon même dont Stein comprit ce qu’il dénomma la « question sociale » — un sujet qui reste inséparablement lié à son nom69. Pour lui la question sociale est en effet « la grande question du temps présent » (die große Frage der Gegenwart). Mais il nous faut, dès l’abord, préciser le sens que Stein donne à ce problème et dissiper ainsi un éventuel malentendu : lorsqu’il s’attaque à la « question sociale », ce qui le préoccupe n’est pas la condition matérielle des pauvres elle-même, la suppression de la pauvreté, ou quelque autre chose de ce genre70. Stein est très explicite à ce sujet dans l’introduction à son Histoire du mouvement social. Certes, dit-il, « on peut et on doit venir en aide à la pauvreté »71. Mais l’essentiel n’est pas là, car la « suppression de la pauvreté », même si elle pouvait être obtenue, ne nous conduirait pas encore à la réalisation de la liberté. Même « sans pauvreté », insiste Stein, « il peut y avoir un prolétariat » — une classe sans indépendance sociale et donc sans liberté politique accomplie. Son souci, à la fois plus fondamental et beaucoup plus vaste, est, comme celui de son maître Hegel72, la liberté — « le développement le plus parfait possible de toute personnalité singulière jusqu’à son accomplissement individuel » (GsB, III, p. 104) – et, surtout, l’accès à la liberté de ceux qui n’en disposent pas encore. Si Stein s’intéresse aux conditions matérielles, c’est donc en fin de compte en raison du lien indissociable qui existe selon lui entre l’indépendance sociale et la liberté.

« Si l’on veut [...] qu’ait lieu une élévation effective à l’indépendance sociale de la classe jusque-là dépendante, et par là, à la liberté étatique, il s’ensuit que doit l’avoir précédée, dans la classe dépendante, l’acquisition des biens qui de par leur nature conditionnent nécessairement cette élévation » (GsB, I, p. 81 ; CdS, p. 52).

  • 73  GsB, I, p. 4 et 5 ; CdS, p. 4 ; un quart de siècle plus tard, dans la troisième édition de son Leh (...)

16Stein comprit très clairement ce point, et son importance – sa grandeur, même – réside précisément dans sa lucidité : la réalisation authentique de l’idée de liberté n’est pas simplement fonction de la liberté politique ou étatique (staatliche Freiheit) qui procure, de façon purement formelle, les mêmes droits à tout le monde. Elle dépend en fin de compte des conditions sociales : la transformation de la classe inférieure et dépendante en individus libres et indépendants ne peut être obtenue que si on leur procure un accès aux « biens matériels et spirituels » (die materiellen und geistigen Güter ; GsB, III, p. 104) — accès qui est lui-même indispensable à leur élévation. Nous reviendrons par la suite sur cette acquisition des biens sociaux et sur leur différenciation, selon Stein, en « biens matériels » (c’est-à-dire Besitz — « possession ») et « biens spirituels » (c’est-à-dire Bildung – « culture »). Il suffira de souligner ici que la question de savoir si et comment cette tâche de transformation peut être accomplie s’identifie, pour Stein lui-même et dès le début de son étude, à « la question proprement sociale de notre temps » (die eigentlich soziale Frage unserer Gegenwart)73.

  • 74  G. W. F. Hegel, PPhD, § 257 ; la traduction de Jean-François Kervégan [voir ci-dessus, p. 218, n. (...)

17Dans la première partie de son Histoire du mouvement social, Stein explique ainsi que la société et l’État « ne constituent pas seulement [...] deux configurations différentes de l’existence humaine, mais [...] les deux éléments de vie de toute communauté humaine » (GsB, I, p. 31 ;CdS, p. 21). Une bonne part des déterminations singulières qu’il rapporte respectivement à l’État, ou à la société, sont empruntées à Hegel ; et sa dépendance par rapport à cet auteur se révèle jusque dans la reprise mot à mot de certaines formulations : ainsi retrouvons-nous chez lui, au début du chapitre sur le point de départ de la non-liberté (GsB, I, p. 46 ;CdS, p. 31) la phrase célèbre de Hegel sur l’État comme « réalité effective de l’idée éthique » (Wirklichkeit der sittlichen Idee)74 ;et à la fin de la section sur le concept de la société (GsB, I, p. 29 ;CdS, p. 18), Stein utilise même la caractérisation de « système des besoins » (System der Bedürfnisse) qui constitue chez Hegel, comme on le sait, le premier moment de la société civile bourgeoise (PPhD, § 189-208). Même si la formulation de l’ensemble du passage est souvent plus libre et plus indépendante, pour ce qui concerne le fond, et d’ailleurs l’usage même des concepts, Stein reste très proche de Hegel. Ainsi, lorsqu’il clarifie le « principe de la société » (GsB, I, p. 40 s. ;CdS, p. 26 s.), il a recours à des termes proprement hégéliens : ceux de « besoin » (Bedürfnis), de « buts » ou « fins » (Zwecke) des individus, ou encore de « dépendance » (Abhängigkeit) de ceux-ci. Tout au début de la partie consacrée, dans les Principes de la philosophie du droit, à la « société civile » ou « bourgeoise » (bürgerliche Gesellschaft, § 182-256), Hegel écrivait :

« La personne concrète, qui comme particulière est fin (Zweck) pour soi, en tant qu’elle est une totalité de besoins (Bedürfnisse) et un mélange de nécessité naturelle et d’arbitre, est le premier principe de la société civile » (PPhD, § 182, trad. Kervégan [voir ci-dessus, p. 218, n. 7], p. 259),

18,précisant encore que « dans son effectuation, [cette] fin égoïste, ainsi conditionnée par l’universalité, fonde un système de dépendance multilatérale (allseitiger Abhängigkeit) » (PPhD, § 183, éd. Kervégan, p. 260). Ce sont ces idées que Stein reprend clairement, dans la partie sur « Le principe de la société », lorsqu’il écrit (GsB, I, p. 40 s. ; CdS, p. 26 s.) :

« la société procède [...] du besoin (Bedürfnis) de la personnalité particulière [...] Or, étant donné que l’individu, avec sa force individuelle, ne dispose que de faibles moyens pour atteindre son but, il lui faut, afin de parvenir pour soi à son épanouissement, recourir à la force d’autres individus, et les utiliser pour ses propres fins (Zwecke). Il est clair que tout individu est d’autant plus riche, plus puissant, plus heureux, que d’autres lui obéissent, le servent et exécutent sa volonté. [...] Or, ce service présuppose une dépendance (Abhängigkeit) ».

19C’est encore Hegel que Stein reprend lorsque, tout à fait dans le sens de cet auteur, il détermine la liberté comme « le principe de l’État » (Prinzip des Staats : GsB, I, p. 66 ; CdS, p. 43). Non seulement Stein considère constamment l’État et la société en rapport à et comme condition de la liberté, mais il est aussi en mesure de tenir compte de ce qui se passa pendant les vingt années qui séparent la publication de son Histoire de la mort de Hegel ; et son originalité se révèle enfin dans la façon dont sa science de la société comprend en elle une histoire de la société.

De l’état de droit à l’état de droit social

  • 75  Cf. Heinz Mohnhaupt, « L’Etat de droit en Allemagne », in Cahiers de philosophie politique et juri (...)
  • 76  D’abord dans plusieurs articles, connus en France sous le titre Opuscules sur l’histoire, trad. de (...)
  • 77  Le terme de Rechtsstaat apparaît à la fin du xviiie siècle — il est donc proche, dans le temps, de (...)
  • 78  Carl Theodor Welcker, Die letzten Gründe von Recht, Staat und Strafe, philosophisch und nach den G (...)
  • 79  Jacques Chevallier, L’État de droit, 2e éd., Paris, Montchrestien, 1994, p. 14 s.
  • 80  Nous reprenons ici le point de vue de Michael Stolleis dans son article « Rechtsstaat », in Handwö (...)
  • 81  Pour voir ce que Stein a à dire dans ce cadre, il faudrait consulter la première partie de sa gran (...)

20Tout cela nous aide à comprendre ce qui est peut-être le point le plus original dans la théorie de Stein : la jonction qu’il effectue entre « État de droit » et « État social », lorsqu’il affirme que la réalisation de la liberté, à laquelle aspire l’« État de droit », est certes possible formellement, mais dépend tout de même, en fin de compte, de présupposés sociaux. Pour permettre au lecteur d’apprécier ce point, rappelons ici que la notion d’« État de droit » (der Rechtsstaat) présuppose et évoque, en Allemagne, toute une tradition75. Cette tradition s’enracine dans des principes qui avaient été établis, dans les années 1780 et 1790, par Kant76— on sait pourtant que Kant lui-même n’avait pas encore utilisé le terme77 : et que la conception d’un État de droit fut surtout développée et élaborée au sein du premier libéralisme allemand, par des auteurs comme C. Th. Welcker (1790-1869) et surtout Robert von Mohl (1799-1875)78. Tous les grands thèmes de la pensée politique kantienne — l’opposition de la république au despotisme ; l’égalité et l’autonomie ; le rapport à la Révolution française ; la loi et le droit ; la souveraineté et la séparation des pouvoirs — sont intimement liés à ce pour quoi sera forgé, peu de temps après, le concept de Rechtsstaat. Mais ce furent des auteurs libéraux, comme par exemple Mohl, qui cherchèrent à élaborer un concept de Rechtsstaat susceptible, selon la formulation de Jacques Chevallier, de « protéger les libertés individuelles – à travers l’affirmation de la suprématie de la loi, à la formation de laquelle les citoyens participent par l’élection du Parlement (l’État de droit étant associé à l’idée de représentation nationale [Volksvertretung] et de parlementarisme) »79. Avant que les événements de 1848-1849 n’anéantissent les grands espoirs libéraux, nous trouvons ainsi deux mots clés, au centre de la conception allemande d’un État de droit : la demande d’une « constitution » (Verfassung), et celle d’une « représentation » (Volksvertretung). Après 1848-1849, c’est une conception de l’État de droit bien plus limitée, formalisée et dépolitisée qui devient dominante : l’État de droit se réduit alors à des règles de procédures destinées à assurer la protection juridique de l’individu face à d’autres individus et, surtout, face à l’administration. Cette conception plus tardive, associée à l’œuvre de Friedrich Julius Stahl (1802-1861), peut être considérée comme l’expression, et un indice, de la résignation politique de toute une génération80. Stein lui-même fait partie, en un sens, des deux courants distingués ci-dessus. Il participe lui aussi, certes, au débat sur l’État de droit qui se développa en Allemagne après 1848-184981. Mais sa conception de l’État, qui conduit à exiger une constitution, met déjà elle-même en évidence son affinité avec le premier courant. Sa réussite consista surtout à surmonter la dichotomie entre l’un et l’autre, grâce à une réflexion originale sur les fondements sociaux de l’État de droit, et sur son évolution.

  • 82  Hegel, PPhD, § 194 ; ce moment de libération qui, selon Hegel, se trouve dans le travail est bien (...)
  • 83  Cf. Bernard Bourgeois, « Hegel et les droits de l’homme », dans son livre Philosophie et droits de (...)

21Avant de présenter cette réflexion, il nous faut cependant évoquer à nouveau Hegel — car c’est déjà dans la pensée de Hegel lui-même que l’on peut trouver la saisie du rapport qui existe entre le développement social et l’évolution de l’État de droit. Contre les vieux préjugés d’un étatisme monolithique et écrasant de Hegel, on ne saurait trop souligner en effet que le projet politique hégélien d’une Aufhebung – d’une « sursomption », ou suppression dans la conservation (au sujet de l’Aufhebung hégélienne, voir ci-dessous, p. 234) — de la « société civile » dans un État de raison, ou rationnel (Hegel, PPhD, § 257 s.), se fonde non pas sur le refus d’accorder une autonomie propre à la « société civile », mais bien plutôt sur la reconnaissance de la séparation nécessaire entre « société civile » et État. Si, selon Hegel, l’indépendance de la « société civile » doit être reconnue, c’est parce que c’est la société civile — et non pas l’État au sens classique du terme — qui permet de réaliser l’idée moderne de liberté, comme liberté subjective : parce que la société civile permet l’épanouissement et la croissance d’une économie moderne, elle permet en effet aux hommes de se libérer pratiquement du joug de la nature : en ce sens, Hegel souligne le moment de « libération » inhérent, à l’époque moderne, au travail des hommes. Ici, écrit-il, « la stricte nécessité naturelle [...] passe, en effet, au second plan »82. Mais la société civile se trouve aussi au fondement de l’idée révolutionnaire de liberté pour tous : elle seule est susceptible de garantir la juridiction civile, l’« administration de la justice » (Rechtspflege) qui accorde à tous les hommes et, en vérité, à l’homme comme tel, liberté et capacité juridique. Telle est la raison pour laquelle Hegel dit de l’individu libre qu’il est « fils de la société civile » (PPhD, § 238, éd. Kervégan, p. 300). On ne saurait exagérer l’importance des phrases par lesquelles il souligne ce dernier acquis : « Il appartient à la culture [Bildung], à l’acte-de-penser en tant que conscience en forme d’universalité de l’individu-singulier, que Je sois conçu comme personne universelle en laquelle tous sont identiques. L’homme vaut parce qu’il est homme, non parce qu’il est juif, catholique, protestant, allemand, italien, etc. » (PPhD, § 209, éd. Kervégan, p. 279). La montée en puissance de la « société civile » permet donc d’élever tous les « bourgeois » au statut de citoyens libres et égaux en droits83.

22Cette conception hégélienne contient déjà, in nuce, la thèse d’une relation entre le développement social et l’évolution de l’État de droit – et ce fut Stein, justement, qui l’élabora et qui la défendit, dans les grands débats du xixe siècle sur l’« État de droit ». Stein met en effet l’accent sur la relation qui existe entre le développement social et l’évolution de l’État de droit : il le fait à de multiples reprises et dans bien des écrits, tout particulièrement dans un passage célèbre de son Histoire du mouvement social, dans lequel il insiste très éloquemment sur le fait que

« le principe de l’Etat est la liberté [...], le développement le plus parfait possible de toute personnalité singulière jusqu’à son accomplissement individuel. [...] Mais le concept de liberté est un concept abstrait. La liberté ne devient réelle que chez celui qui en possède aussi les conditions, les biens matériels et spirituels présupposés par l’autodétermination » (GsB, III, p. 104).

  • 84  GsB, I, p. 50 ; CdS, p. 33 ; dans un autre passage (GsB, I, p. 73 ; CdS, p. 47) Stein décrit l’« É (...)

23Stein élucide ce rapport de façon plus détaillée dans des passages précédant celui-ci. L’État, écrit-il, tout à fait dans l’esprit de Hegel, est « d’après son essence la plus intime [...] libre » (seinem innersten Wesen nach frei), si bien qu’il est impossible à l’« idée pure de l’État » de permettre que naisse la non-liberté : « L’idée pure de l’État n’offre pas de faille à partir de laquelle la non-liberté pût se développer » (GsB, I, p. 66 ; CdS, p. 43). Mais comme il ne s’agit d’abord, avec l’« État », que d’un « pur concept » ou d’une « idée pure », l’existence de la « liberté étatique » (GsB, I, p. 37 ; CdS, p. 24) n’est d’abord qu’abstraite84. Cette idée abstraite doit se réaliser ou, en d’autres termes : « Le principe de l’État requiert par conséquent une constitution pour tous et la liberté pour l’individu » (GsB, I, p. 37 ; CdS, p. 24). Mais l’idée de l’État n’acquiert une réalité que grâce aux individus, qui en constituent les organes.

  • 85  GsB, I, p. 50 s. ; CdS, p. 33 s. ; cf. GsB, I, 73 ; CdS, p. 47 : « L’État n’a pas d’existence réel (...)

« Or, ces individus réels sont tous immergés eux-mêmes dans la société, et c’est cette société qui domine leur situation individuelle. Dans la mesure, donc, où l’État doit remettre à l’individu la détermination de sa volonté et l’exécution de ses résolutions, la vie de la société sera nécessairement et inévitablement intégrée dans la vie de l’État ; [...] il s’ensuit que l’État est impuissant à occuper une position à l’extérieur de la société ; il n’est de ce fait pas moins impuissant à se soustraire aux éléments qui, dans cette société, décident de l’ordre de la communauté. »85

24Le principe de liberté qu’implique l’État dans l’abstrait dépend, pour sa concrétisation réelle, de conditions sociales : la société, comme Stein le souligne explicitement, devient « la véritable source de toute liberté et de toute non-liberté » (GsB, I, p. 52 ; CdS, p. 34). C’est de tout cela que provient la nécessité, chez lui, de s’engager dans une analyse de la société moderne.

25Dans son Histoire du mouvement social, Stein explique, en prenant l’exemple de la France, qu’il est devenu impossible de rendre compte des réalités gouvernementales  et constitutionnelles  du monde  moderne (après 1789) par le moyen d’une analyse strictement politique. Afin de comprendre et d’expliquer ces données, il est désormais indispensable d’examiner les réalités sociales du travail et de l’économie, qui poussèrent d’abord à la révolution pour, ensuite, être définitivement libérées par celle-ci. Il s’avère donc que la science de la société que Stein entend élaborer devra nécessairement comprendre en elle une histoire de la société. L’histoire de la société industrielle révèle à Stein un antagonisme, qu’il décrit sans ménagement aucun, entre les possesseurs de capitaux et les prolétaires. Le capital, qui par son essence même recherche le profit, ne peut que pousser à la rétribution la plus faible possible du travail. Il devient impossible au travailleur, dans ces conditions, d’acquérir un capital ; et cela conduit à une pérennisation du statu quo pour ce qui concerne les rapports de propriété :

« Celui qui ne possède pas de capital ne peut accéder au capital. Ainsi, les classes possédante et non possédante se transforment en états possédant et non possédant ; possession et absence de possession s’invétèrent dans les générations, et l’ordre de la société se fige et se clôt sur lui-même » (GsB, I, p. 109 ; CdS, p. 69).

26Pour Stein, cette entrave à la mobilité sociale suscitée par l’appartenance à des « états » se ramène à la perte, pour l’individu, de la liberté de développer sa personnalité. La société qui, selon son principe, est libre, puisque fondée sur la propriété privée, dégénère ainsi en un système de dépendance et de non-liberté. Bien qu’établi à partir de l’expérience acquise dans l’étude de l’histoire française, ce diagnostic vaut, selon Stein, pour la société industrielle moderne comme telle : la liberté est en premier lieu fonction de l’émancipation sociale, et non politique (GsB, I, p. 81 ; CdS, p. 52).

  • 86 GsB, II, p. 79 ; cf. PPhD, § 243 (éd. J.-F. Kervégan) [voir ci-dessus, p. 218, n. 7], p. 302 s., ou (...)

27Dans la deuxième partie de son ouvrage, Stein poursuit la description de la situation des classes non possédantes, qui empire, allant jusqu’à la misère de masse ; ce qui résulte, comme une « conséquence inévitable » (GsB, II, p. 74), des innovations technologiques et des crises commerciales. Suivant sur ce point Hegel (cf. ci-dessus, p. 223, n. 5), Stein va bien au-delà des simples impressions, et des statistiques, qu’offrait la littérature contemporaine sur le paupérisme : en premier lieu, la pauvreté, ou la misère ne sont plus considérées comme une exception marginale, mais bien plutôt comme « l’inévitable compagne, et le mal constant ou pérennisant de la société industrielle » (GsB, II, p. 76). Stein aperçoit aussi, en second lieu, le corrélat de la pauvreté qui dépasse les conditions matérielles : la production soumise à la division du travail, et ses conséquences « aliénantes » :» Le travailleur industriel perd [...] une vision libre de l’ensemble de l’activité, dont il ne constitue plus qu’un membre presque sans volonté. Il perd, en même temps que cette vision, la possibilité de comprendre et de diriger une véritable entreprise, composée d’éléments multiples. Sa capacité mentale de travail est brisée dans son élan, et il lui est ainsi ôté, précisément par ce dont il doit faire son gagne-pain, la présupposition nécessaire à toute acquisition d’un capital. »86

28Encore dans la première partie de son Histoire du mouvement social, Stein montre que dans les développements les plus récents de l’histoire de France, l’antagonisme du capital et du travail s’est poursuivi jusque dans la sphère, jusque-là autonome, de l’État : « La dernière révolution [...] a précipité l’État dans la lutte entre les deux pôles de la société » (GsB, I, p. 5 ; CdS, p. 4). La classe socialement dominante des possesseurs de capital « s’empare réellement du pouvoir d’État », pour le faire servir à son propre intérêt (GsB, I, p. 50 ; CdS, p. 33) — mais la classe non possédante proclame déjà sa prétention au pouvoir. Le pronostic que Stein considère comme réaliste est celui d’une révolution du prolétariat, dont le but essentiel serait la négation de la propriété privée. Mais — et c’est là que se situe le but de sa recherche — il espère pouvoir éviter cette révolution, par la critique scientifique : vue à la lumière de celle-ci, une telle révolution ne ferait que renverser le rapport entre dominants et dominés, tout en éternisant la non-liberté :

« Cette classe a elle aussi son intérêt bien à elle, qui englobe la vie entière de la société. Elle utilisera par conséquent le pouvoir d’État dans l’intérêt particulier de sa position sociale propre ; elle y subordonnera grâce au pouvoir d’État tous les autres intérêts et tâches [...] En excluant de la sorte la moitié de la communauté [...] elle rend l’État et la société non libres. La non-liberté n’est pas moins présente là où le travail domine le capital, que là où le capital domine le travail. Le triomphe du prolétariat est le triomphe de la non-liberté, alors qu’il devrait signifier le triomphe de la liberté » (GsB, I, p. 127 ; CdS, p. 80).

  • 87  Stein, Sozialismus uni Kommunismus, 2e éd., 1848, vol. I, p. 139.
  • 88  Pour le lien entre « personnalité » et « propriété » chez Hegel, le commentaire de Joachim Ritter (...)
  • 89  Parce que le rapport de Stein à Marx a longtemps dominé la recherche sur notre auteur, je voudrais (...)

29Stein développe ensuite une apologie de principe, teintée d’hégélianisme, de la propriété privée. Il met l’accent sur l’« identité intime de la possession libre et de la liberté de la personnalité » et il déclare que l’idée de liberté « n’obtient sa réalité que par cette indépendance de la vie matérielle, que l’on obtient grâce à la possession »87. C’est dans l’argumentation de Stein en faveur de la propriété privée que sa proximité avec Hegel est la plus grande88. Mais c’est aussi ici que se trouve l’une des lignes de partage les plus importantes entre sa pensée et celle de Karl Marx89.

  • 90  Cf. Olivier Jouanjan, Le principe d’égalité devant la loi en droit allemand, Paris, Economica, col (...)
  • 91  « Der Staat wird daher, um die Abhängigkeit der niederen Klasse zu heben, zuerst in der Verfassung (...)
  • 92  Cf. notre traitement de la famille chez Hegel ; N. Waszek, « Zwischen Vertrag und Leidenschaft. He (...)
  • 93  Hegel : PPhD, § 255 (éd. J.-F. Kervégan) [voir ci-dessus, p. 218, n. 7], p. 311 ; comme seconde ra (...)

30Comment, pourtant, peut-on sortir d’une situation dans laquelle « l’ordre social domine et conditionne la liberté » (GsB, I, p. 83 ; CdS, p. 53), ce qui prive une grande partie de la population de l’accès effectif à l’État de droit ? La plupart du temps, dit Stein, on a cherché des solutions politiques : « On cherche à aider la classe inférieure par la liberté étatique » (GsB, I, p. 82 ; CdS, p. 52). Ce à quoi il fait précisément allusion ici, c’est à l’un des éléments fondamentaux de l’État de droit : l’égalité devant la loi90. « L’État commencera donc d’abord, afin de remédier à la dépendance de la classe inférieure, par proclamer dans la constitution, à titre de principe juridique suprême, l’égalité du droit public [Gleichheit des öffentlichen Rechts]. »91 Mais, selon Stein, cela ne peut suffire. Cette réponse semble même être plus mauvaise encore, pour lui, que la simple absence de solution : « Ce faisant, on commence par la conséquence avant de s’être assuré du fondement ; on veut quelque chose d’impossible, d’intenable » (GsB, I, p. 82 ; CdS, p. 53). La liberté politique n’est que formelle, et ne peut pas être assurée, si l’on ne procure pas à la classe inférieure l’« indépendance sociale ». Il est donc nécessaire d’apporter un complément matériel à ce que l’État a de formel : il faut « élever les classes inférieures » ou, en d’autres termes, supprimer leur dépendance. De cette « élévation des classes inférieures » (die Hebung der niederen Klassen : GsB, I, p. 48 ; CdS, p. 32), Stein fait l’« objet essentiel » de l’activité de l’administration. Ce projet, ainsi que l’usage des mots heben et Hebung eux-mêmes, n’est pas sans rappeler la philosophie de Hegel, dans laquelle le terme d’Aufhebung et le verbe correspondant aufheben avaient un sens propre, technique. Hegel, en effet, joua sur le triple sens que ces termes peuvent avoir en allemand : Aufhebung peut avoir un sens négatif, comme negare en latin, et désigner la « négation » ou la « suppression » d’un phénomène. Le terme peut cependant aussi signifier, en même temps, la « préservation » ou « conservation » (de conservare). Enfin, il peut exprimer l’élévation (de levure) à un niveau supérieur. Lorsque, dans les Principes de la philosophie du droit, Hegel étudie le passage de la « famille » (dont il traite dans les § 151-181)92, d’abord à la « société civile » [bürgerliche Gesellschaft] (§ 182-256), puis à l’« État » [Staat] (§ 257 s), il utilise intentionnellement la polyvalence du terme Aufhebung. L’étape antérieure est chaque fois non pas seulement supprimée, mais conservée dans sa valeur propre, tout en étant profondément modifiée, dans la mesure où l’aspect isolé devient partie intégrante d’un ensemble plus englobant, plus vaste. C’est ainsi par l’Aufhebung, ou « élévation », que Hegel entend remédier aux problèmes soulevés par les deux premiers moments que constituent la « famille » et la « société civile ». Certes, ni l’une ni l’autre ne représentent le point final du développement. Ces deux éléments doivent encore être complétés par d’autres. Mais même là où l’évolution dépasse en fin de compte ces premiers éléments, ce sont précisément eux qu’elle prend pour base. C’est en ce sens que Hegel fait de la « famille » la première « racine éthique de l’État ».93

31Stein reprend ce défi : il veut lui aussi réaliser une Aufhebung de la société civile dans l’État. Il insiste sur la nécessité de fournir les conditions nécessaires à toute indépendance sociale, à savoir l’acquisition des biens matériels et spirituels (die materiellen und geistigen Güter ; GsB, III, p. 104), en d’autres termes, propriété (ou possessions) et culture (Besitz und Bildung). De ceci, dit-il, il « s’ensuit que la véritable histoire de la société, et partant, celle de la liberté et celle de l’ordre étatique, consistent essentiellement dans la répartition et le développement de ces biens sociaux dans la classe inférieure » (GsB, I, p. 83 s. ; CdS, p. 53).

  • 94  Cf. Pankoke, in Blasius et Pankoke (1977) [voir ci-dessus, p. 222, n. 5], p. 120-131 ; ainsi que D (...)
  • 95  Constant présenta le « pouvoir royal » comme « pouvoir neutre » dans le deuxième chapitre de ses P (...)
  • 96  GsB, III, p. 38 et p. 41. En adoptant une telle position, la monarchie défendrait en fin de compte (...)
  • 97  Dans un rapport qu’il prépara pour Bismarck en 1864 — et que, comme en témoignent ses notes –, Bis (...)

32Si, pourtant, les antagonismes dans la société ont fait de l’État un État de classes, quel pourra être le support et le garant des mesures assurant à tous possessions et culture ? Quel pourrait être, en d’autres termes, le support d’un pouvoir d’État autonome ? La solution démocratique qui aurait consisté à faire du peuple le seul support de la constitution ne pouvait satisfaire Stein : il pensait qu’une telle solution conduirait à la reprise pure et simple, au niveau de l’État, de la polarisation sociale – celle-là même qu’il s’agissait de surmonter. Ainsi notre auteur en vint-il à développer la conception d’une « monarchie de réforme sociale » (Königtum der sozialen Reform ; GsB, III, p. 41) ou, pour exprimer ceci de façon plus brève, d’une monarchie sociale94. Considérée du point de vue du droit constitutionnel, cette conception semble être une reprise de la théorie du « pouvoir neutre », formulée par Benjamin Constant95 : lorsque Stein entreprend de caractériser la monarchie de Juillet (GsB, II, p. 51), il constate ainsi qu’elle n’a pas réussi à incarner complètement « le « pouvoir neutre » [neutrale Gewalt] dont parlait Benjamin Constant ». Elle devrait pourtant, dit-il, s’ériger en arbitre, comme ce « pouvoir neutre », au-dessus du pluralisme des intérêts. Elle devrait utiliser la position propre qu’elle occupe constitutionnellement pour harmoniser toutes les tensions qui, en son absence, auraient pu avoir des conséquences destructrices pour la communauté humaine, et fatales à la survie de la monarchie elle-même. Stein pensait que la royauté était confrontée non pas seulement à une société déchirée entre possédants et non-possédants, mais aussi à une classe possédante, donc socialement dominante, qui cherchait aussi à conquérir le pouvoir politique ou, en d’autres termes, à vaincre et à chasser la royauté. Il ne lui serait donc resté qu’une seule issue : se placer du côté des défavorisés, et s’en faire des alliés96. Pour pouvoir remplir ce rôle historique, la monarchie sociale peut et doit s’appuyer sur une administration de fonctionnaires éclairés : on comprend ainsi pourquoi Stein se battit si longtemps pour une conception scientifique, une « science », de l’administration. On voit donc que si, sur le plan constitutionnel, la conception que se faisait Stein d’une monarchie sociale s’inspirait des idées de Benjamin Constant, ce fut aussi la Prusse des grandes réformes qui lui montra, au moins par certaines de ses aspirations et promesses, un modèle réel. Lorsque, inversement, une quinzaine d’années plus tard, Bismarck et son conseiller pour la politique sociale, Hermann Wagener (1815-1889), cherchèrent à créer de nouveaux liens entre le roi et son peuple, voire même à accorder à la royauté le rôle d’un défenseur des pauvres, ils se tournèrent vers les œuvres de Stein, pour y trouver de l’inspiration97.

  • 98  On pensera par exemple à Helge Pross, « Bürgerlich-konservative Kritik an der kapitalistischen Ges (...)
  • 99  Cf. les travaux d’Enst-Wolfgang Böckenförde (1963-1991) ainsi que de Karl-Hermann Kästner (1978) [ (...)

33Le plaidoyer de Stein pour une monarchie sociale a souvent été considéré dans le passé comme une apologie classique de la royauté et de sa légitimité — voire même de la Restauration. Parce que Stein, se réclamant de ses projets de réforme, recommandait à la classe ouvrière non possédante de s’armer de patience et d’attendre avec espoir l’aide du roi, il fut souvent représenté — par les « jeunes hégéliens », ses contemporains, mais aussi par des chercheurs au xxe siècle98 — comme un idéologue conservateur, qui se servirait en quelque sorte de corrections cosmétiques de la réalité sociale pour stabiliser en fin de compte les rapports de domination existants. Il serait plus approprié de voir dans sa conception d’une monarchie de la réforme sociale une toute nouvelle légitimation de la monarchie, dont l’existence et la survie ne sont justifiées que si elle agit en faveur des défavorisés, si elle prend le chemin des réformes. La ligne d’interprétation qui ne voit en Stein que l’idéologue conservateur néglige, ou reste aveugle, à toutes les modifications réelles du statu quo demandées par Stein dans son programme de réformes. Il n’est permis de classer la position de Stein comme une position conservatrice que lorsqu’on reconnaît en même temps la limite posée à son « conservatisme » par l’aspiration à l’émancipation sociale des défavorisés qui fut toujours la sienne, et en laquelle on peut voir une anticipation de l’Etat social moderne99.

  • 100  Cf. Martin Heilmann, Lorenz von Stein und die Grundprobleme der Steuerlehre, Heidelberg, R.v. Deck (...)
  • 101  Pour Stein, tout impôt est « selon son principe suprême, une taxe sur le revenu » ; Lorenz Stein, (...)
  • 102  Ibid., p. 179 : « Nul impôt ne doit rendre impossible la formation de capital de l’objet imposé... (...)

34Mais comment donc Stein entend-il « permettre à la classe inférieure l’acquisition des biens matériels et spirituels » ? Pour ce qui concerne la répartition des premiers, le grand économiste que fut aussi Stein développa, sur les impôts, une doctrine forte subtile100 : celle-ci conduisait, certes, à une certaine redistribution des richesses mais, mettant l’accent sur l’impôt sur les revenus101, elle évitait toutefois toute forme de collectivisme : les impôts ne toucheraient pas à la possession, et devraient surtout préserver la possibilité de création de capital (Kapitalbildung)102.

35L’acquisition des biens dits « spirituels » était cependant, pour lui, bien plus fondamentale encore : ce que Stein avait là en vue, c’était la culture

36— ou Bildung — de l’individu. Le point est fortement souligné, par exemple dans le passage suivant :

« De même que l’esprit domine la matière, de même la culture est-elle la première présupposition absolue de la domination d’une classe sociale. C’est par conséquent de l’acquisition de la culture que dépend prioritairement l’élévation de la classe dépendante » (die Erhebung der abhängigen Klasse : GsB, I, p. 85 ; CdS, p. 54).

37Ce sont les origines modestes de Stein qui, ici, se font sentir : dans sa jeunesse, Stein lui-même avait séjourné dans un hospice pour les pauvres, et ce ne fut que grâce à ses succès académiques ou universitaires qu’il obtint des autorités autrichiennes un titre de noblesse (le von Stein). Sur ce point très proche de l’idéal kantien, Stein prône fièrement l’autonomie : il souligne que l’aspiration à la culture relève de la responsabilité de chacun

  • 103  Cf. Peter-Martin Roeder, Erziehung und Gesellschaft. Ein Beitrag zur Problemgeschichte unter beson (...)

38— sans nier pour autant le devoir de l’État. Le fait que, dans son chef-d’œuvre ultérieur, sa grande Verwaltungslehre ou Science administrative [voir ci-dessus, p. 223, n. 3], Stein ait consacré trois volumes entiers (sur les dix volumes que compte la deuxième édition) à l’éducation et au système éducatif103, ne relève donc nullement du hasard. Stein entre là dans tous les détails, ne s’épargne aucun détour. Mais tous ces détails empiriques, toute cette analyse historique et systématique, tous ces efforts sont entrepris dans un esprit philosophique, car Stein — redisons-le à nouveau, en conclusion — n’hésite pas à commencer par « le concept » de Bildung. Stein n’attend pas moins, en effet, de l’État, qui doit prendre grand soin du système éducatif, n’épargner aucun effort et garantir à tous l’égalité des chances en ce domaine : « Se soucier de la culture [ou de l’éducation : die Sorge für die Bildung] est pour cette raison le signe distinctif auquel se reconnaîtront toujours les peuples libres » (GsB, I, p. 86 ; CdS, p. 55).

Haut de page

Notes

1  Cf. Myriam Bienenstock et Norbert Waszek, « L’école hégélienne, les hégéliens », in Hegel [Philosophie politique, n° 5], Paris, PUF, 1994, p. 55-68.

2  Herbert Marcuse, Raison et révolution. Hegel et la naissance de la théorie sociale, trad. franc, par Robert Castel et Pierre-Henri Gonthier, Paris, Les Éditions de Minuit, 1968, p. 421-435.

3  Stefan Koslowski, Die Geburt des Sozialstaats aus dem Geist des Deutschen Idealismus. Person und Gemeinschaft bei Lorenz von Stein, Weinheim, VCH, 1989.

4  Cf. Dirk Blasius, « Lorenz von Stein und Preußen », Historische Zeitschrift, 212 (1971), p. 339-362, ici p. 345 : « Stein [wurde] zum großen Sachwalter Hegels im 19. Jahrhundert. »

5  Ludwig Gumplowicz, Rechtsstaat und Sozialismus, Innsbruck, Wagner, 1881, p. 151.

6  Gustav Schmoller, « Lorenz Stein », in Preußische Jahrbücher, 19 (1867), p. 262. On sait que Schmoller devait devenir plus tard chef de file de l’École historique parmi les économistes, mais aussi théoricien et propagandiste d’une politique sociale qui lui vaudra le titre de Kathedersozialist ( « socialiste de la chaire » ).

7  H. Freyer, Einleitung in die Soziologie, Leipzig, Quelle & Meyer, 1931, p. 69. Carl Schmitt, « Die Stellung Lorenz von Steins in der Geschichte des 19. Jahrhunderts », in Schmollers Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirtschaft im Deutschen Reiche, 64 (1940), p. 644.

8  Franz Mehring, « Stein, Hess und Marx », in Neue Zeit XV, 2 (1897), p. 380. L’étiquette de « compilateur », attachée à Stein, remonte à Moses Hess (« Sozialismus und Kommunismus », in Einundzwanzig Bogen aus der Schweiz, éd. par Georg Herwegh, Zurich et Winterthur, Verlag des Literarischen Comptoirs, 1843, p. 74-97, ici p. 84) mais ne devient courante qu’avec le verdict de Mehring.

9  Pour la théorie des « transferts culturels franco-allemands », cf. les multiples travaux de Michel Espagne, qui fut l’initiateur de cette direction de recherche en France. De ces travaux, nous citerons ici seulement : M. Espagne et M. Werner (éd.), Transferts : les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand, Paris, Éd. Recherche sur les civilisations, 1988, et son livre récent : Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999.

10  Mentionnons ici quelques études préparatoires, qui furent consacrées au rapport entre Stein et Hegel : Paul Vogel, Hegels Gesellschaftsbegriff und seine geschichtliche Fortbildung durch Lorenz Stein, Marx, Engels und Lasalle, Berlin, Heise, 1925, sur Stein : p. 125-207 et 374-376 (notes) ; Karl Günzel, Der Begriff der Freiheit bei Hegel und Lorenz von Stein. Thèse en philosophie à l’Université de Leipzig, 1934 ; Manfred Hahn, Bürgerlicher Optimismus im Miedergang. Studien zu Lorenz Stein und Hegel, München, Fink, 1969.

11  Grundgesetz für die Bundesrepublik Deutschland, en date du 23 mai 1949 : la « Loi fondamentale », ou « constitutionnelle », de la RFAsera citée ici dans l’édition de poche, la plus répandue, de Reinhold Mercker et Georg Diller, Stuttgart, Reclam, 1985, p. 28. Cf. Hans F. Zacher, « Das soziale Staatsziel », in Handbuch des Staatsrechts der Bundesrepublik Deutschland, 7 vol., éd. par Josef Isensee et Paul Kirchhof, Heidelberg, C.F. Müller, 1987-1992, vol. I, p. 1045-1111 (nombreuses références bibliographiques). En français, on pourra consulter Albert Bleckmann : « L’État de droit dans la Constitution de la République fédérale d’Allemagne », in Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques, 22 (1982), p. 5-28 ; Michel Fromont, « République fédérale d’Allemagne. L’État de droit », in Revue du droit public, 105 (1989), p. 1203-1226.

12  Carlo Schmid ne fut peut-être pas le premier à proposer la formule « État de droit social » (sozialer Rechtsstaat), dans la discussion précédant l’adoption de cette « Loi constitutionnelle », ou Grundgesetz, comme certains l’ont affirmé — cf. Christian Friedrich Menger, Der Begriff des sozialen Rechtsstaats im Bonner Grunagesetz, Tübingen, Mohr, 1953, p. 3 s., avec les recherches récentes d’Olivier Duchatelle, « Carlo Schmid et l’État de droit social », in Recherches germaniques, 29 (1999), p. 113-137, ici p. 114. Mais il fut en tout cas un des principaux artisans de la Loi fondamentale. Carlo Schmid rédigea l’article sur Stein dans l’encyclopédie : Die großen Deutschen. Deutsche Biographie, éd. par Hermann Heimpel, Theodor Heuss et Benno Reifenberg, vol. V. Berlin, Propyläen, 1957, p. 318-330. Duchatelle souligna aussi l’influence de l’œuvre de Stein sur la conception de Schmid d’un État social, op. cit., p. 127.

13  Cf. ici Ernst Forsthoff, « Begriff und Wesen des sozialen Rechtsstaates », in Veröffentlichungen der Vereinigung der Deutschen Staatsrechtslehrer, 12 (1954), p. 13 — Ernst Forsthoff, élève de Carl Schmitt, fut professeur du droit public de 1930 à sa mort (à Frankfurt, Hamburg..., Heidelberg) et auteur de plusieurs manuels classiques : Deutsche Verfassungsgeschichte der Neuzeit, Berlin, Junker & Dünnhaupt, 1940 ; 4e éd. : Stuttgart, Kohlhammer, 1972 ; Lehrbuch des Verwaltungsrechts, Munich, Beck, 1950, 10e éd., 1973, trad. franç. Traité de droit administratif allemand, trad. par Michel Fromont, Bruxelles, Bruylant, 1969. Personnage ambigu, Forsthoff opta, en 1933, pour l’État total, avec un livre du même titre (Der totale Staat, Hamburg, Hanseatische Verlagsanstalt, 1933), avant de se convertir dans les années 1950 à l’État de droit ; cf. Gerhard Manz, « Ernst Forsthoff und andere... », in Intellektuelle im Bann des Nationalsozialismus, éd. par Karl Conno, Hamburg, Hoffmann & Campe, 1980, p. 193-203.

14  On trouve dans les travaux de Böckenförde de nombreuses analyses de Stein. Mais le plus important d’entre eux, celui dans lequel il fit un vrai travail de pionnier, est l’article intitulé « Lorenz von Stein als Theoretiker der Bewegung von Staat und Gesellschaft zum Sozialstaat », in Alteuropa und die moderne Gesellschaft. Festschrift für Otto Brunner, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1963, p. 248-277. L’article vient de paraître en français dans E.-W. Böckenförde, Le droit, l’État et la Constitution démocratique. Essais de théorie juridique, politique et constitutionnelle, éd. par Olivier Jouanjan, Paris, LGDJ, coll. « La Pensée juridique », 2000, p. 148-175.

15  Karl-Hermann Kästner, « Von der sozialen Frage über den sozialen Staat zum Sözialstaat. Zu Lorenz von Steins Sozialtheorie in ihrer Relevanz für die sozialen Probleme des 19. Jahrhunderts und für den sozialen Rechtsstaat der Gegenwart », in Staat und Gesellschaft. Studien über Lorenz von Stein, éd. par Roman Schnur, Berlin, Duncker & Humblot, 1978, p. 381-402.

16  Notamment dans ses livres Recht, Staat, Freihat : Studien zur Rechtsphilosophie, Staatstheorie und Verfassungsgeschichte et Staat, Verfassung, Demokratie : Studien zur Verfassungstheorie und zum Verfassungsrecht, publiés tous les deux à Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1991. Le premier de ces ouvrages reprend l’article sur Stein, ici p. 170-208.

17  Aujourd’hui encore, le lecteur francophone n’a à sa disposition que quelques textes mineurs de Stein : a) ceux qu’il rédigea lui-même en français : ainsi, le pamphlet sur La Question du Schleswig-Holstein, Paris, Klincksieck, 1848, destiné à convaincre les députés français de se déclarer en faveur de la révolte des deux duchés (Schleswig et Holstein) contre la domination danoise. À ce pamphlet s’ajoutent quelques articles dans la Revue de législation et de jurisprudence ainsi que dans la Revue de droit international et de législation comparée ; b) une traduction contemporaine du texte intitulé Die Muniäpalverfassung Frankreichs, Leipzig, Otto Wigand, 1843 ; De la Constitution de la Commune en France, trad. par S. E. V. Le Grand, Bruxelles, Muquardt, 1859.

Signalons néanmoins qu’une traduction partielle d’un chef-d’œuvre de Stein, la Geschichte der sozialen Bewegung in Frankreich (3 vol., Leipzig, Otto Wigand, 1850, citée par la suite d’après l’édition de Gottfried Salomon, 3 vol., Munich, Drei Masken, 1921 = réimpression : Hildesheim, Olms, 1959, sous le sigle GsB), est maintenant en préparation : Le concept de société. Trad. par Marc Béghin et Stefan Krauss, avec une présentation par Norbert Waszek, à paraître à Grenoble, ELLUG, 2001. Cette traduction sera citée sous le sigle CdS.

18  Sont néanmoins disponibles en français, outre Raison et révolution (1941, trad. franc. 1968), le livre de Marcuse évoqué ci-dessus (p. 219, n. 2), l’article de Reinhart Koselleck, « Geschichtliche Prognose in Lorenz von Steins Schrift zur Preussischen Verfassung », in Der Staat 4 (1965), p. 469-481, trad. franç, dans le cadre de son livre Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. par Jochen et Marie-Claire Hoock, Paris, Éd. de l’École des Hautes Études en sciences sociales, 1990, p. 81-95, et l’article de Böckenförde (2000) [voir ci-dessus, p. 214, n. 4].

19  Parmi les études françaises, citons (dans l’ordre chronologique) : Georges Gurvitch, « La dialectique de l’idée du droit social chez Lorenz von Stein », dans son livre : L’idée du droit social, Paris, Recueil Sirey, 1932, p. 521-535 ; Marcel Thomann, « La renaissance de la science politique en Allemagne ; Lorenz von Stein et Robert von Mohl », in Politique. Revue internationale des idées, des institutions et de la vie politique, 6 (1963), p. 285-300 ; Charles Rihs, « Lorenz von Stein. Un jeune hégélien libéral à Paris (1840-1842) », in Revue d’histoire économique et sociale, 47, 3 (1969), p. 404-446 ; Raimund Hörburger, « Von Stein et la naissance de la science sociale », in Cahiers internatio-nata de sociologie, LV (1973), p. 217-244 ; R. Hörburger, « Lorenz von Stein et Karl Marx », in Archives de philosophie, 37 (1974), p. 377-405 ; Julien Freund, « Politique et économie selon Lorenz von Stein. », in Staat und Gesellschaft. Studien über Lorenz von Stein, éd. par Roman Schnur, Berlin, Duncker & Humblot, 1978, p. 125-147 ; Jean-François Kervégan, « L’État après Hegel : le dépassement social du politique », in L’Etat moderne : regards sur la pensée politique de l’Europe occidentale entre 1715 et 1848, éd. par Simone Goyard-Fabre, Paris, Vrin, 2000, p. 291-305 (sur Stein : 296-299).

20  La source d’information la plus complète sur la vie de Stein reste la biographie de Werner Schmidt, Lorenz von Stein. Ein Beitrag zur Biographie, zur Geschichte Schleswig-Holsteins und zur Geistesgeschichte des 19. Jahrhunderts, Eckernförde, J. C. Schwensen, 1956. On notera cependant que de nombreux détails ne furent clarifiés qu’après la publication de cet ouvrage. Ma présentation de l’édition française de la première partie de l’Histoire du mouvement social en France [voir ci-dessus, p. 215, n. 3] contient une partie biographique.

21  Lorenz Stein, Die Geschichte des dänischen Civilprocesses und das heutige Verfahren, als Beitrag zu einer vergleichenden Rechtswissenschaft, Kiel, Schwers, 1841.

22  Lorenz Stein, Der Socialismus und Communismus des heutigen Frankreichs. Ein Beitrag zur Zeitgeschichte, Leipzig, Otto Wigand, 1842.

23  Gustav Schmoller, Lorenz von Stein (1867) [voir ci-dessus, p. 212, n. 4], p. 245.

24  Cf. p. 215, n. 3 ci-dessus. — La référence à la France est présente jusque dans son chef-d’œuvre de la maturité : sa grande Science administrative (Die Verwaltungslehre, 7 vol., Stuttgart, Cotta, 1865-1868 ; 2e éd. en 10 vol. : 1869-1884 [= réimpr. : Aalen, Scientia, 1975]), dans laquelle il donne toujours, comme il l’indique d’ailleurs dans un sous-titre, « une étude comparée de la situation juridique, de la législation et de la littérature en Angleterre, en France et en Allemagne ». Stein — qui était, après tout, un juriste de formation — présenta aussi au public allemand le droit et les institutions juridiques de la France. Sur cette question, cf. également notre article : « Lorenz von Stein : propagateur du droit français en Allemagne, « ambassadeur » officieux de la recherche juridique allemande en France », in Influences et réception mutuelle du droit et de la philosophie en France et en Allemagne, éd. par Jean-François Kervégan et Heinz Mohnhaupt, Frankfurt/Main, Klostermann, 2001.

25  GsB, II, p. 157 : « Die folgende Zeit hat gegen Saint-Simon das Unrecht begangen, zu vergessen, daß er es war, [...] der zum ersten Male den Blick seiner Zeit von der Staatsverfassung als dem Sekundären auf die Gesellschaftsordnung als das Wesentliche und Prinzipielle hinwandte. »

26  Dans l’une des grandes encyclopédies politiques de l’époque — Staatslexikon oder Enzyklopädie der Staatswissenschaften, éd. par Carl von Rotteck et Carl von Welcker, Altona, 1834-1848, ici vol. VII, p. 620 — se trouve déjà la remarque selon laquelle le saint-simonisme aurait été défendu et propagé par, entre autres, des hégéliens.

Parmi les chercheurs modernes qui arrivèrent à une même conclusion, citons un article peu connu de Bernard Groethuysen, « Les jeunes hégéliens et les origines du socialisme contemporain en Allemagne », in Revue philosophique (1923), p. 379-402, ici p. 389. Cf. aussi, sur le même point, Thomas Petermann, Der Saint-Simonismus in Deutschland, Frankfurt/Main, P. Lang, 1983, p. 83.

27  F. W. Carové, Der Saint-Simonismus und die neuere französische Philosophie, Leipzig, Hinrichs, 1831 ; cf. Horst-Wilhelm Jung, « Der Saint-Simonismus und das katholische Deutschland », in Archiv für mittelrheinische Kirchengeschichte, 23 (1971), p. 189-207, partie, p. 191-197. Sur Carové en tant qu’élève de Hegel, cf. Jacques d’Hondt, Hegel en son temps, Paris, Éd. Sociales, 1968, p. 187-190.

28  Moritz Veit, Saint-Simon und der Saint-Simonismus, Leipzig, F. A. Brockhaus, 1834.

29  Édouard Gans, qui séjourna à Paris, fit de nombreuses rencontres et eut de nombreux entretiens avec des saint-simoniens en 1830, rédigea une présentation remarquable du saint-simonisme dans son recueil autobiographique : cf. E. Gans, Rückblicke auf Personen und Zustände, Berlin, Veit, 1836, p. 91-102, traduction française partielle : Chroniques françaises, trad. par Myriam Bienenstock, avec une présentation par N. Waszek, Paris, Éd. du Cerf, 1993, ici p. 164-171 et notre présentation, p. 89-92.

30  K. L. Michelet, Die Lösung der gesellschaftlichen Frage, Frankfurt, Trowitzsch, 1849, p. 71 s.

31  Hegel possédait le livre de Carové sur le saint-simonisme (1831) [voir ci-dessus, n. 1] — et il connaissait sans doute aussi les opinions d’Edouard Gans sur ce courant [voir ci-dessus, n. 3].

32  Sur la réception par Hegel des économistes écossais, cf. N. Waszek, The Scottish Enlighten-ment and Hegel’s Account of « Civil Society », Dordrecht/Boston/London, Kluwer, 1988 [Archives internationales d’histoire des idées, vol. 120].

33  G. W. F. Hegel, Principes de la philosophie du droit [sigle : PPhD] éd. et trad. par J.-F. Kervé-gan, Paris, PUF, 1998, p. 265.

34  G. W. F. Hegel, Vorlesungen zur Rechtsphilosophie. 1818-1831, éd. par K.-H. Ilting, Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 1973-1974, vol. 4, p. 487.

35  L. Stein, Socialismus und Communismus (1842) [voir ci-dessus, p. 216, n. 3], p. 169.

36  La période de sa vie pendant laquelle il l’acquit, avant son arrivée en France, est d’ailleurs beaucoup moins connue. On notera aussi que les études consacrées à Stein et Hegel (voir ci-dessus, p. 213, n. 3) consistent trop souvent en une simple comparaison entre les idées de l’un et de l’autre, mais ne donnent pas d’informations sur la façon dont de telles idées furent acquises, ou transmises.

37  Cf. Lorenz Stein, « Lettre à Theodor Echtermeyer du 4 juin 1839 », publiée pour la première fois et citée ici d’après W. Schmidt (1956) [voir ci-dessus, p. 216, n. 1], p. 141.

38  Si Falck domina la faculté de droit pendant longtemps, ce fut d’abord parce qu’il y enseigna pendant trente-cinq ans, à partir de 1814 — contrairement à ses prédécesseurs, qui ne firent dans cette faculté que des passages beaucoup plus courts. Mais il dut aussi cette position à son caractère « consensuel ». Il se fit surtout connaître par son Handbuch des schleswig-holstânischen Privatrechts, 5 t. en 6 vol., Altona, J. F. Hammerich, 1825-1848 et sa Juristische Enzyklopädie [1821], 5e éd., Leipzig, Verlagsmagazin, 1851 — trad. franc. : Cours d’introduction générale à l’étude du droit ou encyclopédie juridique, traduite et annotée par C. A. Pellat, Paris, G. Thorel, 1841. Cf., sur Falck, Erich Döhring, Geschichte der juristischen Fakultät, 1665-1965 [vol. 3,1 de la Geschichte der Christian-Albrechts-Universität Kiel], Neumünster, Karl Wachholtz, 1965, p. 108-114.

39  Cf. Eugen Wohlhauptcr, « Nikolaus Falck und die historische Schule », in Historisches Jahrbuch, 59 (1939), p. 388-411, ici p. 391.

40  Lorenz Stein : « Zur Charakteristik der heutigen Rechtswissenschaft. System des heutigen römischen Rechts, von Friedrich Carl von Savigny », in Deutsche Jahrbücher für Wissenschaft und Kunst, octobre 1841, p. 365-399.

41  Cf. la lettre de Stein à Arnold Ruge, datée du 23 septembre 1841, citée d’après W. Schmidt (1956) [voir ci-dessus, p. 216, n. 1], p. 146 : « Le contenu du compte rendu sur Savigny fait partie des résultats d’un travail que j’ai eu en main, et en idée, chaque jour et à toute heure depuis le début de cette année ; c’est une partie de mon existence comme esprit juridique ; chaque pas que j’y fais fut conquis après de longs et difficiles efforts. » M. Hahn (1969) [voir ci-dessus, p. 213, n. 3], p. 35, arrive à la même conclusion.

42  Cf. Rainer Polley, « J. F. Kierulff », in Biographisches Lexikon für Schleswig-Holstein, vol. 7 (1985), p. 110-112.

43  Cf. Gerhard Wesenberg, « Christiansen », in Neue Deutsche Biographie, vol. 3, Berlin, Dunc-ker & Humblot, 1957, p. 240.

44  Cf. J. J. Ch. F. Christiansen, Wissenschaft der römischen Rechtsgeschichte im Grundriß, Altona, Hammerich, 1938 ; J. F. Kierulff, Theorie des gemeinen Civilrechts, Altona, Hammerich, 1839.

45  Lorsque Christiansen (1838) parle de la Philosophie du droit de Hegel et de l’Histoire du droit de Hugo, il affirme comparer un lion à un bœuf (p. 9) ! La critique acérée que fait Kierulff de l’École historique du droit est particulièrement explicite dans l’Introduction générale de son œuvre (1839), p. XVIII s. Cf. les contributions d’Eugen Wohlhaupter et de Karl Larenz aux volumes collectifs : Festschrift zum 275jährigen Bestehen der Christian-Albrechts-Universität Kiel, Leipzig, Hirzel, 1940, p. 48-108, particulièrement p. 88-91 ; p. 116-128.

46  L. Stein, « Die Wissenschaft der römischen Rechtsgeschichte im Grundrisse von Dr. Christiansen », in Hallische Jahrbücher, août 1839, p. 1601-1648. Ce compte rendu est l’un des tout premiers documents que nous avons sur la façon originale dont Stein conçut le rapport entre philosophie et histoire ou, en d’autres termes, entre spéculation et expérience.

47  Gans — sur cet auteur, cf. notre édition de son autobiographie, voir ci-dessus, p. 218, n. 3 — étant mort très tôt, en mai 1839, Stein ne put plus suivre ses cours. Mais il lut ses œuvres. Parmi les manuscrits de Stein non encore publiés, conservés à la Landesbibliothek de Kiel, se trouve ainsi un extrait rédigé par Stein sur l’Histoire du droit de succession de Gans [l’édition allemande, en 4 vol., fut publiée de 1824 à 1835 — l’ouvrage fut partiellement traduit par Louis de Loménie, Paris, Moquet et Challamel, 1845] ; cf. N. Waszek, « Lorenz von Stein Revisited », in Politische Vierteljahresschrift, 37 (1996), p. 379 et 384 ; Manfred Hahn, Bürgerlicher Optimismus (1969) [voir ci-dessus, p. 213, n. 3], p. 41-45.

48  Lorenz Stein, « Kriminalrecht. Neue Revision der Grundbegriffe des Kriminalrechts von E. R. Köstlin », in Allgemeine Literaturzeitung, avril 1846, p. 739.

49  À en croire ses lettres, conservées et publiées par W. Schmidt, Lorenz von Stein (1956) [voir ci-dessus, p. 216, n. 1], p. 141-149, Stein s’adressa d’abord, de Kiel, à Echtermeyer, pour écrire ensuite, de Berlin, à Ruge. Sur Ruge et sa revue, cf. Hans Rosenberg, « Arnold Ruge und die « Hallischen Jahrbücher » », in Archiv für Kulturgeschichte, 20 (1930), p. 281-308, repris dans son livre Politische Denkströmungen im deutschen Vormärz, Göttingen, Vandenhoeck & Rupprecht, 1972, p. 97-114, 135-138 (notes) ; Solange Mercier-Josa, Theorie allemande et pratique française de la liberté, Paris, L’Harmattan, 1993.

50  La valeur de ces lettres est autant plus grande que nous ne possédons pas, par ailleurs, beaucoup d’autres informations sur l’étape berlinoise du parcours de Stein.

51  Il le dit explicitement dans une lettre à Ruge du 6 janvier 1841.

52  Les deux lettres de Stein à Ruge sont publiées dans W. Schmidt (1956) [voir ci-dessus, p. 216, n. 1], p. 144-147.

53  Ibid., p. 147 : es ist ganz unmöglich, die Wissenschaft des Rechts und aus zur Vollendung z

54  Envoyant à la revue son compte rendu d’une édition de Feuerbach, Stein souligne ainsi que le contenu de sa critique lui semble bien correspondre à l’esprit de celle-ci : Stein à Ruge, 8 décembre 1840 ; cité d’après W. Schmidt (1956) [voir ci-dessus, p. 216, n. 1], p. 144. Cf. à ce sujet Heinz Nitzschke, Die Geschichtsphilosophie Lorenz « on Steins, München et Berlin, Oldenbourg, 1932, p. 121. Cf., pour le compte rendu, Lorenz Stein, « Zur Charakteristik der heutigen Rechtswissenschaft [Compte rendu du manuel de droit pénal de Feuerbach, éd. par C. J. A. Mit-termaier, Lehrbuch des gemeinen in Deutschland giltigen [sie] peinlichen Rechts, Gießen 1840] », in Deutsche Jahrbücher für Wissenschaft und Kunst (1842), p. 277-296.

55  Cf. par exemple sa lettre du 10 oct. 1841 dans W. Schmidt (1956) [voir ci-dessus, p. 216, n. 1], p. 148. Sur ce point, je suis donc en accord avec R. Hörburger (1974) [voir ci-dessus, p. 216, n. 5], p. 379 s. : « Les contacts avec Ruge, le séjour à Berlin, la collaboration à la Rheinische Zeitung et la publication du premier ouvrage chez Wigand, tout cela prouve le lien de Stein avec les jeunes hégéliens de tendance radicale. »

56  La rupture avec les jeunes hégéliens se produira peu de temps après la publication de son Socialisme et communisme [voir ci-dessus, p. 216, n. 3], un ouvrage qui fut sévèrement critiqué par Arnold Ruge — cf. « Zur Verständigung der Deutschen und Franzosen » [1843], maintenant disponible in Die Hegeische Linke, éd. par Heinz et Ingrid Pepperle, Frankfurt, Röderberg, 1986, p. 712-747, ici p. 718 s — ainsi que par Moses Hess, « Sozialismus und Kommunismus » (1843) [voir ci-dessus, p. 213, n. 1] ; cf. Dirk Blasius, « Lorenz von Stein als Geschichtsdenker », in Lorenz von Stein. Geschichts- und gesellschaftswissenschaftliche Perspektiven, éd. par Dirk Blasius et Eckhart Pan-koke, Darmstadt, WBG, 1977, p. 31 s.
Il est rare de trouver dans les écrits de Stein des attaques explicitement dirigées contre les jeunes hégéliens — simplement, il aboutit plutôt à des conclusions très différentes des leurs. Néanmoins, on trouvera des remarques critiques (notamment sur Hess et Max Stirner) dans les annexes bibliographiques à la deuxième édition de son Socialisme et communisme [voir ci-dessus, p. 216], p. 589 ; cf. M. Hahn (1969) [voir ci-dessus, p. 213, n. 3], p. 53.

57  Pour les contributions de Stein à la Gazette rhénane, cf. la bibliographie de Wilhelm Klutentre-ter, Die Rheinische Zeitung von ¡842-1843, Dortmund, Fr. W. Ruhfus, 1967, p. 222. Sur cette revue, on pourra consulter en français le chapitre sur la Gazette rhénane dans Auguste Cornu, Karl Marx et Friedrich Engels : leur vie, leur œuvre, t. II, Paris, PUF, 1958, p. 1-105. Il y a maintenant une nouvelle étude en anglais par Michael Evans, Marx and the Rheinische Zeitung, Manchester, University Press, 1995.

58  Lorenz Stein, Der Socialismus und Communismus (1842) [voir ci-dessus, p. 216, n. 3]. Stein écrivit en fait à Ruge, de Paris (le 4 janvier 1842 — la lettre fut publiée par W. Schmidt, Lorenz von Stein (1956) [voir ci-dessus, p. 216, n. 1], p. 148 s., en lui demandant de transmettre sa lettre à Wigand et, sans doute, de présenter son projet oralement.

59  Stein lui-même commenta cette modification de statut de la philosophie hégélienne : la révolution de juillet aurait été le ferment poussant une philosophie naguère considérée comme servile à revêtir des traits subversifs. Cf. la conférence intitulée « Histoire de la philosophie du droit », publiée in Heinz Taschke, Lorenz von Steins nachgelassene staatsrechtliche und rechtsphilosophische Vorleungsmanuskripte, Heidelberg, R. v. Decker & G. Schenk, 1985, p. 185.

60  Lorenz Stein, Die Verwaltungslehre, 1 vol., Stuttgart, Cotta, 1865-1868 ; 2e éd. en 10 vol. 1869-1884 [= réimpr. : Aalen, Scientia, 1975].

61  F. Gilbert, « Lorenz von Stein und die Revolution von 1848. Ein Beitrag zur Entwicklung Steins und zur Entstehung der deutschen Gesellschaftswissenschaft », in Mitteilungen des österreichischen Instituts für Geschichtsforschung, 50 (1936), p. 369-387, ici p. 376.

62  Hegel, PPhD, § 246 (éd. J.-F. Kervégan) [voir ci-dessus, p. 218, n. 7], p. 305 ; cf. § 243 et 245, p. 302 et 304 : « Lorsque la société civile ne se trouve pas empêchée dans son efficace, [...] l’accumulation des fortunes s’accroît [...], tout comme s’accroissent, de l’autre côté, l’isolement et le caractère borné du travail particulier et, partant, la dépendance et la détresse de la classe attachée à ce travail » ; « Il apparaît clairement [...] que, malgré l’excès de fortune, la société civile n’est pas assez fortunée, c’est-à-dire qu’elle ne possède pas suffisamment, en la richesse qu’elle a en propre, pour remédier à l’excès de pauvreté et à l’engendrement de la populace. »

63  Ces dates s’expliquent ainsi : la deuxième édition de son Der Sozialismus und Communismus... fut publiée en 1848 et Stein signa sa préface « en septembre 1847 » ; Die Geschichte der sozialen Bewegung fut publié en 1850 et Stein signa sa préface « au milieu du mois d’octobre 1849 ».

64  L. Stein : Der Socialismus und Communismus (1842) [voir ci dessus, p. 216, n. 3], p. 31.

65  Une telle évolution avait pourtant déjà commencé avant la Révolution de 1848. Il est donc exagéré de la rapporter exclusivement, comme on pourrait l’inférer de bien des formulations de Félix Gilbert [voir ci-dessus, p. 223, n. 4], au gain en expérience que signifia pour Stein la révolution. Par ailleurs, on ne peut nier — et sur ce point, Félix Gilbert aura à tout le moins emprunté la bonne direction — que la Révolution de 1848 encouragea Stein à poursuivre de façon bien plus résolue le chemin sur lequel il s’était déjà engagé de façon hésitante.

66  Manfred Hahn (1969) [voir ci-dessus, p. 213, n. 3], p. 68 s.

67  Ceux d’entre les interprètes, comme par exemple St. Koslowski [voir ci-dessus, p. 212, n. 1], qui croient déceler un changement dans le passage de Stein d’une démarche plus spéculative, adoptée dans sa jeunesse, à la façon bien plus empirique de procéder qu’il manifesta lorsqu’il fut plus âgé, semblent en tout cas faire erreur : ils adoptent comme présupposition de leur analyse une façon de caractériser le rapport entre spéculation et empirie qui n’est pas du tout hégélienne, et avec laquelle Stein lui-même n’était certainement pas d’accord. Cf. les remarques critiques dans N. Waszek (1996) [voir ci-dessus, p. 221, n. 1], p. 382.

68  Il nous est impossible de traiter ici de façon adéquate du rapport de Hegel à l’« empirie », à l’observation et à l’expérience. Cf. cependant, sur cette question fondamentale, les pages très justes, et extrêmement claires, rédigées par Bernard Bourgeois dans la Présentation de sa traduction de l’Encyclopédie des sciences philosophiques, III : Philosophie de l’esprit, Paris, Vrin, 1988, p. 85-89 : comme dans l’aristotélisme, écrit ainsi Bourgeois, « c’est bien la même unité de l’intuition empirique et du concept rationnel — il est vrai, totalisée dialectiquement — que nous trouvons dans le hégélianisme. On n’a pas assez souligné que le plus grand spéculatif de l’histoire de la pensée en fut aussi le plus grand empirique ! Le philosophe qui a répété que le concept peut tout engendrer, même l’existence du non-conceptuel, a également énoncé cette proposition tout aussi catégorique : « Tout doit nécessairement nous parvenir d’une manière extérieure » (Bourgeois cite Hegel), et la philosophie hégélienne est, de part en part, en son processus encyclopédique comme en son processus phénoménologique, la conjonction du ceci sensible et du sens universel » (p. 86). La contribution de Duncan Forbes à ce volume [voir ci-dessus, p. 19-42] souligne le même point de façon magistrale.

69  Cf. l’article de K.-H. Kästner, « Von der sozialen Frage über den sozialen Staat zum Sozialstaat », voir ci-dessus, p. 215, n. 1.

70  Cf. à ce sujet l’article de Julien Freund (1978) [voir ci-dessus, p. 216, n. 5], p. 139 s.

71  GsB, I, p. 133 s. ; CdS, p. 84 ; cf. aussi son Lehrbuch der Finanzwissenschaft, Leipzig, Brockhaus, cité d’après la troisième édition de 1875, ici p. 321 f.

72  Lorsque Edouard Gans, le disciple et l’éditeur de Hegel, écrit dans la préface à la deuxième édition de la Philosophie du droit de celui-ci (G. W. F. Hegel, Grundlinien der Philosophie des Rechts, Berlin, Dunker & Humblot, 1833, p. X) que « l’œuvre entière est édifiée en un seul métal, celui de la liberté », il exprime fort bien, au nom de son maître, la même préoccupation.

73  GsB, I, p. 4 et 5 ; CdS, p. 4 ; un quart de siècle plus tard, dans la troisième édition de son Lehrbuch der Finanzwissenschaft [voir ci-dessus, p. 226, n. 3], p. 321, Stein reprendra cette formule presque Verbatim.

74  G. W. F. Hegel, PPhD, § 257 ; la traduction de Jean-François Kervégan [voir ci-dessus, p. 218, n. 7], p. 313 donne « l’éffectivité de l’idée éthique ».

75  Cf. Heinz Mohnhaupt, « L’Etat de droit en Allemagne », in Cahiers de philosophie politique et juridique, 24 (1993), p. 71-91 ; ainsi que l’ouvrage collectif L’État de droit dans la pensée allemande, éd. par Olivier Jouanjan, à paraître, Strasbourg, Presses universitaires, 2001.

76  D’abord dans plusieurs articles, connus en France sous le titre Opuscules sur l’histoire, trad. de Stéphane Piobetta, éd. par Philippe Raynaud, Paris, Garnier-Flammarion, 1990, ensuite dans sa Métaphysique des mœurs (1796-1797). Première partie : « Doctrine du droit », trad. par Alexis Phi-lonenko, Paris, Vrin, 1986. Sur la conception du Rechtsstaat chez Kant, cf. l’introduction rédigée par Zwi Batscha pour le volume qu’il a édité sous le titre Materialien zu Kants Rechtsphilosophie, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1976, p. 7-35 ; Gerhard Luf, Freihat und Gleichheit. Die Aktualität im politischen Denken Kants, Wien/New York, Springer, 1978 ; Wolfgang Kersting, Wohlgeordnete Freiheit. Immanuel Kants Rechts- und Staatsphilosophie, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1993, p. 61 s., 376 s., 426 s. Pour des indications bibliographiques plus complètes, voir notre recueil Kant : philosophie de l’histoire [Revue germanique internationale, 6], Paris, PUF, 1996, p. 195-207.

77  Le terme de Rechtsstaat apparaît à la fin du xviiie siècle — il est donc proche, dans le temps, de la Révolution française — dans une description de la philosophie politique de Kant, publiée sous le pseudonyme de « Placidus » par Johann Wilhelm Petersen, Litteratur der Staatslehre, 228 Strasbourg, sans indication d’éditeur, 1798, p. 73.

78  Carl Theodor Welcker, Die letzten Gründe von Recht, Staat und Strafe, philosophisch und nach den Gesetzen der merkwürdigsten Völker rechtshistorisch entwickelt, Gießen, Heyer, 1813, p. 13-26 ; Robert von Mohl, Die Polizei-Wissenschaft nach den Grundsätzen des Rechtsstaats, 2 vol., Tübingen, H. Laupp, 1832-1833. Quand Stein, dans sa grande Science de l’administration [voir ci-dessus, p. 223, n. 3], vol. 1 fl869, p. 296-298), présente l’histoire du concept de Rechtsstaat, il se réfère surtout à Mohl.

79  Jacques Chevallier, L’État de droit, 2e éd., Paris, Montchrestien, 1994, p. 14 s.

80  Nous reprenons ici le point de vue de Michael Stolleis dans son article « Rechtsstaat », in Handwörterbuch zur Deutschen Rechtsgeschichte, vol. IV, Berlin, Erich Schmidt, 1990, p. 367-375.

81  Pour voir ce que Stein a à dire dans ce cadre, il faudrait consulter la première partie de sa grande Science de l’administration (Die vollziehende Gewalt, Stuttgart, Cotta, 2e éd., 1869, p. 294-448), ainsi que son article : « Rechtsstaat und Verwaltungspflege », in Zeitschrift für das Privat- und Öffentliche Recht, vol. VI (1879), p. 27-80, 297-348.

82  Hegel, PPhD, § 194 ; ce moment de libération qui, selon Hegel, se trouve dans le travail est bien expliqué par Joachim Ritter : « Ainsi pour Hegel l’existence de la liberté est liée à la libération pratique de l’homme, le délivrant de la force de la nature. Jusqu’à nos jours et contre toutes théories de décadence, les idées auxquelles Hegel est arrivé lorsque se constituait la société civile ont pour elles la force de cette vérité élémentaire que le droit de tous les hommes à la liberté de l’être-homme [...] est lié indissolublement à la société moderne et à sa domination rationnelle sur la nature. Dans cette perspective on comprend comment, dans le processus de modernisation, partout sur la terre, machines, tracteurs, transformateurs peuvent devenir des symboles de la liberté » (J. Ritter, « Personne et propriété selon Hegel », in Hegel et la Révolution française, Paris, Beauchesne, 1970, p. 65-87, ici p. 80.

83  Cf. Bernard Bourgeois, « Hegel et les droits de l’homme », dans son livre Philosophie et droits de l’homme, Paris, PUF, « Questions », 1990, p. 73-97 ; Jean-François Kervégan, « Hegel et l’État de droit », in Archives de philosophie, 50 (1987), p. 55-94.

84  GsB, I, p. 50 ; CdS, p. 33 ; dans un autre passage (GsB, I, p. 73 ; CdS, p. 47) Stein décrit l’« État pur » (der reine Staat) comme un État pris dans « l’impuissance de tout ce qui est abstrait et idéal ».

85  GsB, I, p. 50 s. ; CdS, p. 33 s. ; cf. GsB, I, 73 ; CdS, p. 47 : « L’État n’a pas d’existence réelle en dehors de la société. »

86 GsB, II, p. 79 ; cf. PPhD, § 243 (éd. J.-F. Kervégan) [voir ci-dessus, p. 218, n. 7], p. 302 s., ou Hegel souligne comme conséquence de l’isolement et du caractère borné du travail « l’incapacité à éprouver le sentiment et à jouir des autres capacités, et en particulier des avantages spirituels, de la société civile ».

87  Stein, Sozialismus uni Kommunismus, 2e éd., 1848, vol. I, p. 139.

88  Pour le lien entre « personnalité » et « propriété » chez Hegel, le commentaire de Joachim Ritter [voir ci-dessus, p. 230, n. 1] est de nouveau très éclairant.

89  Parce que le rapport de Stein à Marx a longtemps dominé la recherche sur notre auteur, je voudrais ici tenter de rééquilibrer les choses, donc ne pas m’engager sur un terrain miné. Signalons néanmoins le livre de Manfred Hahn [voir ci-dessus, p. 213, n. 3] et l’article de Raimund Hörburger (1974) [voir ci-dessus, p. 216, n. 5] qui donnent beaucoup de détails et de bonnes indications bibliographiques sur la question. Malgré les nombreuses critiques dirigées contre Stein par le jeune Marx, ainsi que par des personnes de son entourage, notamment Moses Hess (« Sozialismus und Kommunismus », 1843) [voir ci-dessus, p. 213, n. 1], Marx lui-même concède, dans l’Idéologie allemande, que Stein avait « un pressentiment [...] juste en ajoutant que l’histoire de l’Etat concorde de la façon la plus exacte avec l’histoire de l’économie politique » (cité d’après Karl Marx, Œuvres philosophiques, vol. II, trad. par J. Molitor, revue par Jean-Jacques Raspand, Paris, Champ libre, 1981, p. 478). Une comparaison de ce texte avec la reconstruction que Marx fait de son développement intellectuel dans la préface à Zur Kritik der Politischen Ökonomie, Berlin, Franz Duncker, 1859, révèle que le compliment est loin d’être mince : ma « révision critique de la philosophie du droit de Hegel [... aboutit] au résultat que voici : les rapports juridiques, pas plus que les formes de l’État, ne peuvent s’expliquer ni par eux-mêmes, ni par la prétendue évolution générale de l’esprit humain ; bien plutôt, ils prennent leurs racines dans les conditions matérielles de la vie », trad. franc, citée d’après l’édition de Maximilien Rubel des Œuvres de Karl Marx, Économie I, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1965, p. 272.

90  Cf. Olivier Jouanjan, Le principe d’égalité devant la loi en droit allemand, Paris, Economica, coll. « Droit public », 1992.

91  « Der Staat wird daher, um die Abhängigkeit der niederen Klasse zu heben, zuerst in der Verfassung die Gleichheit des öffentlichen Rechts als obersten Rechtsgrundsatz aufstellen » (GsB, I, p. 48 ; CdS, p. 32). Nous revenons ci-dessous sur l’usage, par Stein, du verbe heben et du nom Hebung, ainsi que sur l’origine hégélienne de cet usage.

92  Cf. notre traitement de la famille chez Hegel ; N. Waszek, « Zwischen Vertrag und Leidenschaft. Hegels Lehre von der Ehe und die Gegenspieler : Kant und die Frühromantiker (Schlegel, Schleiermacher) », in Liberté sociale et lien contractuel dans l’histoire du droit et la philosophie, éd. par Jean-François Kervégan et Heinz Mohnhaupt, Frankfurt/Main, Klostermann, 1999, p. 271-299.

93  Hegel : PPhD, § 255 (éd. J.-F. Kervégan) [voir ci-dessus, p. 218, n. 7], p. 311 ; comme seconde racine de l’État, fondée dans la société civile, interviendra ensuite la « corporation » (ibid.).

94  Cf. Pankoke, in Blasius et Pankoke (1977) [voir ci-dessus, p. 222, n. 5], p. 120-131 ; ainsi que Dirk Blasius : « Lorenz von Steins Lehre vom Königtum der sozialen Reform und ihre verfassungspolitischen Grundlagen », in Der Staat, 10 (1971), p. 33-51.

95  Constant présenta le « pouvoir royal » comme « pouvoir neutre » dans le deuxième chapitre de ses Principes de politique [1815], cité d’après Benjamin Constant : Œuvres, Éd. par Alfred Roulin, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1957, p. 1078-1089. De cette conception, Henry Michel écrivait déjà, dans L’idée de l’État (Essai critique sur l’histoire des théories sociales et politiques en France depuis la Révolution, Paris, Hachette, 1896, p. 304) : « On n’a jamais mieux défini [...] le rôle d’un roi constitutionnel. » Cf. Paul Bastid, Benjamin Constant et sa doctrine, 2 vol., Paris, A. Colin, 1966, vol. II, p. 917-927 et maintenant à ce sujet le chapitre « La réflexion constitutionnelle » (p. 179-218), et plus précisément la section « La neutralité en contexte » (p. 202-209) dans l’ouvrage de Stephen Holmes : Benjamin Constant et la genèse du libéralisme moderne, Paris, PUF, 1994. Les documents disponibles ne permettent pas de déterminer avec précision l’étendue des connaissances de Stein sur les théories de Constant. Le passage évoqué ci-dessous ne permet cependant pas de mettre en doute la filiation Constant-Stein en la matière.

96  GsB, III, p. 38 et p. 41. En adoptant une telle position, la monarchie défendrait en fin de compte ses propres intérêts : selon Stein, elle ne serait jamais plus populaire que lorsqu’elle s’engagerait sur la voie des réformes sociales (GsB, III, p. 40).

97  Dans un rapport qu’il prépara pour Bismarck en 1864 — et que, comme en témoignent ses notes –, Bismarck lut avec beaucoup d’attention — Hermann Wagener cite Stein, librement mais très explicitement : « C’est uniquement comme monarchie sociale, dit-il, que la monarchie européenne a encore de l’avenir » (cité d’après D. Blasius (1971) [voir ci-dessus, p. 212, n. 2], p. 33).

98  On pensera par exemple à Helge Pross, « Bürgerlich-konservative Kritik an der kapitalistischen Gesellschaft. Zur Theorie Lorenz von Steins », in Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, 18 (1966), p. 131-138.

99  Cf. les travaux d’Enst-Wolfgang Böckenförde (1963-1991) ainsi que de Karl-Hermann Kästner (1978) [voir ci-dessus, p. 215, n. 1]. Pour les différents sens de conservatisme et leur application à Stein, cf. N. Waszek, « Lorenz von Stein », in Pipers Handbuch der politischen Ideen, 5 vol., éd. par Iring Fetscher et Herfried Münkler, München, Piper, 1985-1993, vol. 4, p. 315.

100  Cf. Martin Heilmann, Lorenz von Stein und die Grundprobleme der Steuerlehre, Heidelberg, R.v. Decker & G. Schenck, 1984. Cf. aussi l’article plus succinct du même auteur, intitulé « Zur Aktualität Lorenz von Steins als Klassiker der Finanzwissenschaft », in Lorenz von Stein 1890-1990, éd. par Albert von Mutius, Heidelberg, R.v. Decker & G. Schenck, 1992, p. 65-73 et Heinz Gros-sekettler, « Lorenz von Stein und die moderne Staatswirtschaftslehre », dans le volume supplémentaire Vademecum à la réimpression du Lehrbuch der Finanzwissenschaft [1860], Düsseldorf, Verlag Wirtschaft und Finanzen, 1998, p. 73-110.

101  Pour Stein, tout impôt est « selon son principe suprême, une taxe sur le revenu » ; Lorenz Stein, Lehrbuch der Finanzwissenschaft (1860-1998) [voir note précédente], p. 164.

102  Ibid., p. 179 : « Nul impôt ne doit rendre impossible la formation de capital de l’objet imposé... »

103  Cf. Peter-Martin Roeder, Erziehung und Gesellschaft. Ein Beitrag zur Problemgeschichte unter besonderer Berücksichtigung des Werkes von Lorenz von Stein, Weinheim/Berlin, Beltz, 1968 ; Gundela Lahmer, Lorenz von Stein. Zur Konstitution des bürgerlichen Bildungswesens, Frankfurt/Main, Campus, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Norbert Waszek, « Aux sources de l'État social à l'allemande : Lorenz von Stein — et Hegel », Revue germanique internationale, 15 | 2001, 211-238.

Référence électronique

Norbert Waszek, « Aux sources de l'État social à l'allemande : Lorenz von Stein — et Hegel », Revue germanique internationale [En ligne], 15 | 2001, mis en ligne le 05 août 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/839 ; DOI : 10.4000/rgi.839

Haut de page

Auteur

Norbert Waszek

Professeur en histoire des idées et civilisation allemande à l’Université de Rouen et chercheur associé au CNRS (UMR 8547 « Pays germaniques : Histoire, Culture, Philosophie »), est l’auteur de nombreuses études sur la philosophie et la civilisation allemandes. Citons son ouvrage sur Hegel et les Écossais : The Scottish Enlightenment and Hegel’s Account of « civil society »,Dordrecht/Bos-ton/Londres, Kluwer, 1988 ; son édition de la RGI 6, Kant : phibsophie de l’histoire, Paris, PUF, 1996 ; Hegel in der Schweiz, 1793-1796 (éd. avec Helmut Schneider), Frankfurt, Lang, 1997

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org