Navigation – Plan du site

I may be a little partial (« Je suis peut-être un peu partiale »). Constructions d’images nationales de soi et des autres dans les Letters Writing During a Short Residence in Sweden, Norway and Denmark de Mary Wollstonecraft

« I May Be a Little Partial » Construction of National Auto and Heteroimages in Mary Wollstonecraft’s « A Short Residence in Sweden, Norway and Denmark »
Antje Ebert
Traduction de Olivier Mannoni et Françoise Mancip-Renaudie
p. 27-45

Résumés

Le récit de voyage de Mary Wollstonecraft, dont la première publication remonte à 1796, est remarquable à plus d’un titre ; une femme raconte d’une manière inhabituelle pour son époque un voyage extraordinaire. La thématisation explicite et le questionnement auto-réflexif sur les conventions du genre pour la description d’autres pays renforcent cette évaluation. Pourtant, on trouve aussi dans A Short Résidence des images nationales de soi et de l’étranger stéréotypées et typiques de leur époque.
Le présent essai étudie les constructions des images nationales de soi et des autres dans le récit de voyage de Wollstonecraft, à l’aune de ce rapport de tension multiple entre l’affirmation et la négation du modèle de description norme.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis sa publication par Joseph Johnson en 1796, la critique a porté sur le récit de voyage de Mary Wollstonecraft, rédigé après coup d’après des notes de journal intime et des lettres à son amant, deux types d’évaluations aux centres de gravité différents : d’une part, on se fonde sur son itinéraire, le but de son voyage et son sexe pour souligner à quel point elle occupe une position particulière, aussi bien comme auteur que comme narratrice, dans le récit de voyage à cette époque. Par ailleurs, on attribue au texte un statut stylistique exceptionnel, que l’on décrit le plus souvent en soulignant le fort accent mis sur les sentiments, son caractère digressif et associatif.

2L’époux de Wollstonecraft, William Godwin, avait posé la première pierre de ce type de réception en émettant cet avis sur le récit de voyage de sa femme, dans la biographie qu’il publia en 1798, Memoirs of the Author of a Vindication of the Rights of Woman :

  • 1  Godwin, 1987, p. 249.

« Le récit de ce voyage ne se serait pas frayé son chemin de la presse [au lecteur] s’il ne s’était pas emparé des cœurs de manière si irrésistible (...) Elle parle de ses peines de telle façon qu’elle nous plonge dans la mélancolie, et nous dissout dans la tendresse, en même temps qu’elle déploie un esprit qui force toute notre admiration. »1

3Mais comme en atteste Myers, cette perception de A Short Residence (le récit de voyage connut un grand succès et fut aussitôt traduit en plusieurs langues) correspond à l’accueil général que lui réservèrent les contemporains de Wollstonecraft :

  • 2  Myers, 1979, p. 165.

« (Ils) ont apprécié le témoignage imprégné de la réalité d’une région peu connue, et ils ont été surtout enchantés par sa mise en scène et sa sensibilité. Les critiques littéraires du xviiie siècle observent que ces Lettres paraissent manquer d’ordre et sont dépourvues de richesse et de variété de contenu ; ils sont émus — et un peu embarrassés – par ce débordement d’émotion personnelle. »2

  • 3  Cf. Holmes, 1987, p. 36-43, mais aussi, notamment pour ce qui concerne le lien entre Kubla Khan de (...)
  • 4  Cf. Jump, 1994, p. 113-114.
  • 5  Poovey, 1984, p. 83.
  • 6 Cf. Nyström, 1980, p. 14 ; Moore, 1992, p. 150-151, Simpson, 1993, p. 108-109 ; Kelly, 1992, p. 191

4Dans leurs journaux, leurs poèmes ou leurs lettres, Southey, Words-worth et Hazlitt évoquent ce texte avec admiration ou le plagient partiellement — c’est par exemple le cas de Coleridge dans Kubla Khan. Toute une génération de jeunes auteurs, par exemple Amelia Alderson, a idéalisé le personnage principal féminin de ce récit de voyage, et avec elle son auteur, pour en faire des héroïnes du sentiment et de l’imagination. Thomas Brown leur a élevé un autre monument littéraire dans son poème publié en 1816 The Wanderer in Norway, où il les dépeint comme des « impassioned traveller[s] » (« des voyageuses passionnées »)3. Dans la littérature secondaire actuelle aussi, parallèlement à l’étude du potentiel féministe de A Short Residence par une science littéraire centrée sur le féminisme, on met l’accent sur le double statut particulier de l’œuvre. Jump estime par exemple que le texte est innovateur à tout point de vue. Elle justifie ce point de vue par l’itinéraire exceptionnel suivi par Wollstonecraft, par la teneur politique, mais surtout fortement autobiographique du récit de voyage, et par le fait que le périple a été entrepris par une femme4. De la même manière, Poovey souligne la « voix autobiographique qui résonne à partir de la première page de cette étude de voyage très personnelle », dont la force tient selon elle à l’appel ouvertement lancé par Wollstonecraft aux sentiments du lecteur : « Parce qu’elle reconnaît ouvertement pour la première fois la primauté des sentiments qui lui sont propres, et le pouvoir de ceux qui sont engageants et persuasifs. »5 De la même manière, Nyström, Moore, Simpson et Kelly placent au premier plan l’émotivité et la structure associative du texte ; on les interprète ou bien comme une tactique visant à masquer le contenu politique radical (Simpson) ou bien comme l’expression de l’individualité immédiate de l’auteur (Kelly)6.

  • 7  Mitzi Myers, 1979, p. 173-174, p. 181, est la seule à souligner le rôle de ce modèle littéraire po (...)

5Il ne fait aucun doute que A Short Residence constitue un remarquable récit de voyage. On ne peut qu’approuver la réception majoritaire sur ce point, mais aussi les principaux motifs apportés à l’appui de cette évaluation : je veux parler des diverses singularités des circonstances du voyage que l’on y décrit, ainsi que de la voix individuelle qui prend la parole dans le texte. Le présent essai reprend ces motifs à son compte. Il faut cependant relever, dans un esprit critique, certains points faibles ou omissions dans l’argumentation : d’une part, presque tous les textes secondaires mêlent le niveau de l’auteur empirique avec celui de la narration dans le texte, ce qui, vraisemblablement et en deuxième lieu, contribue à ce qu’à de rares exceptions près, on n’entreprend ni réflexions spécifiques au genre du récit de voyage à cette époque, ni études détaillées sur l’écriture spécifique du texte. L’un comme l’autre, suppose-t-on, rendent la critique aveugle sur ce qui est proprement remarquable dans A Short Residence :le fait que dans ce texte, on peut observer in nuce le remplacement ou la transgression des modèles de description traditionnels, ce qui n’est pas caractéristique du genre du récit de voyage à la fin du xviiie siècle7.

6Ce phénomène est particulièrement démontrable pour les constructions d’images nationales de soi et des autres dans le récit de voyage de Wollstonecraft : il existe un rapport de tension à plusieurs niveaux entre l’affirmation implicite, la thématisation explicite, le questionnement auto-réflexif et la transgression de conventions normatives liées au genre pour la description de son propre pays et des autres.

  • 8  Le thème des « constructions d’identités nationales » dans l’œuvre de Wollstonecraft n’est traité (...)

7Dans ce contexte, nous poursuivrons ici deux objectifs. D’une part, en nous fondant sur un exemple concret – les constructions d’images nationales de soi-même et de l’étranger –, nous devrons montrer ce qui constitue le mode d’écriture spécifique de A Short Residence, puisque tous soulignent cette singularité. Par ailleurs, il nous faudra tenir compte du fait que jusqu’ici, bien que la densité des passages concernés y incite sans ambiguïté, il n’existe encore aucune analyse des images de soi et des autres telles qu’elles sont ébauchées dans le récit de voyage8.

  • 9  Ce concept a été repris par Brilli, 1997, p. 35.
  • 10  Sur le rôle de la Royal Society et sur l’idéal du récit objectif à fin éducative, cf. par exemple (...)
  • 11  Cf. Pfister, 1993.
  • 12  Pfister, 1993, p. 144.
  • 13  Cf. Korte, 1996, p. 64, et Batten, 1978, p. 4, qui souligne aussi que la connaissance du modèle de (...)
  • 14  Korte, 1996, p. 66-67.

8Si l’on prend pour hypothèse l’idée que la qualité spécifique du texte de Wollstonecraft, notamment au regard de la composante affirmée de l’expression individuelle des sentiments et des opinions, ne peut être définie avec précision que si l’on inclut à l’analyse l’arrière-plan constitué par le modèle du récit spécifique au genre et courant au xviiie siècle, il faudra d’abord proposer un bref aperçu sur les conventions de genre courantes à cette époque pour les récits de voyage. A partir des listes préparées à l’avance et distribuées aux voyageurs par la Royal Society depuis les années 1660, listes qui devaient à la fois servir de manuel stylistique et de mémento permettant de recueillir de manière systématique des connaissances factuelles sur les pays parcourus, on vit se former pour le récit de voyage une « esthétique de l’uniformité »9, dont l’idéal était un récit objectif se donnant pour but l’acquisition de connaissances scientifiques, la formation des voyageurs, l’édification et le divertissement des lecteurs10. Cette esthétique de l’uniformité s’est établie sous la forme de modèles littéraires, s’est transmise, comme l’a prouvé Manfred Pfister, par le biais d’une longue chaîne de références intertextuelles à peu près ininterrompue jusqu’à la fin du xviiie siècle et, devenue programme de voyage canonisé, a largement forgé la pratique contemporaine du voyage11. Le Grand Tour constitue le prototype de ces voyages et récits de voyage normalisés aux XVIIe et xviiie siècles. Le Grand Tour, ayant recours à de nombreux guides de voyages, apodémiques et récits de voyages dont les contenus étaient liés les uns aux autres, respectait des « itinéraires, comportements, schémas de perception et d’évaluation, centres d’intérêt et curiosités »12 définis à l’avance, si bien que, comme le remarque Korte, les voyageurs n’étaient pas vraiment forcés de s’immerger dans les pays parcourus (le plus souvent la France et l’Italie), mais pouvaient les percevoir à travers le filtre de centres d’intérêt éducatifs prédéterminés13. Dès lors, les récits de Grand Tour, bien qu’ils se fussent donnés pour objectif l’éducation des sujets, ne contenaient pratiquement pas d’expériences ni d’impressions subjectives de voyages : « L’accent était surtout mis sur la transmission d’une information nécessaire et utile », si bien que la plupart des récits devinrent des « recueils de remarques [...] sur ce que le voyageur devait savoir. »14 Ce qui est remarquable, vu depuis notre époque, ce n’est pas le fait que le récit sur les expériences individuelles pendant le voyage ait servi de stratégie d’authentification, mais le fait que sa propre représentation ait été authentifiée par la reprise de modèles de description implicites et la désignation explicite des prétextes utilisés.

  • 15  Pour des informations détaillées sur la popularité des différents buts de voyage, cf. Black, 1992, (...)
  • 16  On appréciait les voyages aux thermes et les Home Tours, c’est-à-dire les voyages à l’intérieur de (...)

9Hormis ceux qui voyageaient pour leurs recherches, les conditions de voyages difficiles et le montant des frais réservaient presque exclusivement à la noblesse le privilège de voyager et de raconter ses périples : cette réalité, et la perpétuation des modèles normatifs, empêcha les premières tendances de subjectivisation des récits de voyages de se propager avant 1750, et même après cette date, ce fut dans un premier temps avec beaucoup de timidité. De nombreux motifs expliquent que ces tendances à la subjectivité dans des récits de voyages anglais se soient renforcées dans la seconde moitié du xviiie siècle. D’abord, de nouveaux buts de voyages apparaissent, à la suite de l’amélioration progressive des réseaux routiers et des moyens de transport ; c’est par exemple le cas de la Suisse, de Dresde, de Leipzig, en Saxe, ou de l’Ecosse15. Pour les zones de voyage que l’on parcourt désormais sur le continent, mais surtout pour celles que l’on trouve en Grande-Bretagne, on peut dire que le voyageur, aussi bien dans son voyage que dans les récits qu’il en donnait, subissait beaucoup moins la charge apodémique, ce qui encourageait une plus forte subjectivité du récit. En deuxième lieu, les nouvelles conditions de voyage et la prospérité économique accrurent le nombre des voyageurs anglais, y compris hors de la noblesse. Après avoir commencé par imiter le Grand Tour, que l’on considérait de plus en plus souvent comme une entreprise plus pesante qu’éducative, leurs voyages remplirent d’autres fonctions16. La nouvelle clientèle des voyages fixait d’autres centres d’intérêt lors de ses pérégrinations, et cela aussi renforça le processus de subjectivisation :

  • 17  Black, 1992, p. 300. Cf. aussi Id., 1992, 312. Omasreiter, en revanche, considère que le principal (...)

« La nature du tourisme s’est modifiée au cours de ce siècle. Dans sa première moitié, l’idée que l’on se faisait du tourisme était dominée par ce que l’on entend de façon classique par le Grand Tour de jeunes gens qui voyagent avec leurs tuteurs pendant plusieurs années à Paris et en Italie afin d’achever leur éducation. Dans la seconde moitié du siècle, les voyageurs de cette sorte étaient encore nombreux, mais il y en avait aussi beaucoup d’autres : des touristes qui n’en étaient pas à leur premier voyage, des femmes, des touristes âgés, des familles, des voyageurs de catégorie moyenne qui avaient tendance à effectuer de courtes visites. Pour ces dernières catégories, l’éducation, qui ne constituait pas le principal objectif du voyage, céda de plus en plus la place au plaisir et au divertissement. »17

  • 18  Korte, 1996, 72.
  • 19  Cf. Fludernik, 1998, p. 215-251.
  • 20  Pour l’évolution de l’idéal du paysage britannique, c’est finalement la catégorie du pittoresque q (...)

10Troisième motif essentiel : le fait « qu’au cours du xviiie siècle, dans de nombreux domaines, et essentiellement en philosophie et en littérature, on ait assisté à une revalorisation marquante de l’expérience subjective »18. La distinction établie par Burke, sur une base sensualiste, entre le beau et le sublime, ainsi que les débats esthétiques déclenchés par la catégorie médiale du pittoresque, qui débutèrent après la publication de A Philosophical Enquiry into the Origin of Our Ideas of the Sublime and Beautiful, en 1757, ont eu un effet de propagation de la subjectivité19. Le changement de conscience qu’ils ont entraîné à l’égard de la perception et de l’évaluation de la nature comme paysage sublime ou pittoresque, a eu une immense importance pour le reste de l’évolution esthétique en Grande-Bretagne, mais aussi et tout particulièrement pour le récit de voyage anglais20. Alors que les récits de voyages de la première moitié du siècle ne contiennent que des descriptions de paysages rudimentaires, puisque l’on considérait que la nature parcourue était inintéressante et même, dans la plupart des cas, menaçante, les descriptions de paysages ou d’expérience d’un paysage pilotées par un sujet actif occupent une place toujours plus importante dans les récits de voyage de la seconde partie du siècle. Visant à l’expérience subjective, la popularité du voyage pittoresque mena cependant elle aussi, au bout du compte, à l’apparition d’une méthode, et par là même à une schématisation du voyage et du récit. Mais il faut attendre le début du XIXe siècle pour assister à la consolidation de ce nouveau schéma esthétique ; on relève d’abord un éclatement des anciens schémas, avec la revalorisation du récit des expériences subjectives vécues pendant les voyages.

  • 21  Korte, 1996, p. 101.

11Comme on peut encore relever « dans la suite du xviiie siècle, mais aussi en partie, plus tard, un programme de voyage et de récit qui se donne pour objectif conscient une nouvelle appréhension de l’univers objectif parcouru »21, que les anciens modèles du genre sont donc relativement stables, on assiste, dans les récits de voyage de la seconde moitié du xviiie siècle, à des recoupements complexes entre l’affirmation, la thématisation, le questionnement et la transgression des normes objectivantes du Grand Tour, dans la tradition de la Royal Society, d’une part, et des récits plus fortement centrés sur l’expérience du sujet, d’autre part. Les conventions stéréotypées régissant la description du « caractère national » des pays parcourus se sont révélés particulièrement stables au sein de ces processus de glissement :

  • 22  Blaicher, 1992, p. 79. Cf. également Stanzel, 1987, p. 84-96 et Zach, 1987, p. 97-114, et, pour un (...)

« Depuis le début des Temps modernes s’était [...] formé un schéma des nationalités selon lequel chaque nation, compte tenu des conditions climatiques ou des réalités sociales, se voyait attribuer des caractéristiques déterminées. La poétique des xviie et xviiie siècles, placée sous l’égide du décorum, a repris ce schéma et a formulé des normes pour la représentation des caractères nationaux. Ces normes, quant à elles, ont consolidé un savoir qui puisait aux sources littéraires les plus diverses. »22

  • 23  Cf. Blaicher, 1992, p. 8 sq., 80-81, et Stanzel, 1987, p. 92-95. Dans l’article de Stanzel, on tro (...)

12Ces schémas nationaux ressemblaient à des catalogues de caractéristiques, dans lesquels on comparait des peuples décrits d’une manière outrancière et stéréotypée, en se fondant sur le comportement de leurs membres, leur aspect, leurs convictions (religieuses) et les qualités supposées les plus marquantes. Les schémas de nationalités ont circulé sous la forme de dictons, d’encyclopédies, dans des manuels de poétique et des lexiques, dans des essais, dans ce que l’on a appelé les Völkertafel (planches ethnographiques), des planches illustrées inventoriant les « constats », et enfin dans des guides de voyage. Ils ont marqué jusqu’à une date avancée du xixe siècle les images artificielles de l’étranger23.

  • 24  Zach, 1987, p. 109-110.
  • 25  Cité d’après Stanzel, 1974, p. 367.

13C’est seulement à partir de la seconde moitié du xviiie siècle que ce type de représentations stéréotypées a été remis en cause et que l’on a « accordé une valeur toujours plus importante au constat autoptique, que l’on a préféré le jugement personnel sur l’individu au jugement traditionnel et généralisant [...], et que l’on a discerné de plus en plus clairement le principe ethnocentrique qui fonde la typologie nationale de soi et des autres »24. L’essai de David Hume, Of National Character (1748), montre avec beaucoup de force, par exemple, que ces processus de décalage ont provoqué dans les textes des ruptures remarquables. Il y rejette d’abord les propos généralisants sur le caractère national d’un peuple — mais c’est pour les réhabiliter aussitôt dans sa propre description : « [...] Le petit peuple de Suisse a probablement plus d’honnêteté que celui de l’Irlande. [...] Nous avons des motifs d’attendre plus d’esprit et de gaieté chez un Français que chez un Espagnol. »25

14Je voudrais, dans les lignes qui suivent, faire apparaître et analyser ce type de ruptures et de déplacements entre les modèles de représentation normatifs, correspondant aux schémas de nationalité et aux conventions du genre, d’une part, et d’autre part, les tentatives de rapport autoptique sur l’étranger dans les constructions d’images nationales de soi et des autres dans le récit de voyage de Mary Wollstonecraft, Letters Written during a Short Résidence in Sweden, Norway and Denmark.

15Dans lAdvertisement qui précède le récit de voyage comme une sorte d’avant-propos, on résume en ces termes l’objectif du récit rédigé sous forme de lettre :

  • 26  Wollstonecraft, 1987, p. 62.

« J’ai réalisé que je ne pouvais nullement m’empêcher de me placer au premier plan, tout au long de ces lettres écrites à bâtons rompus, et devenir ainsi le petit héros de chacune de ces histoires. J’ai essayé de remédier à ce défaut, si cela en est un, afin qu’elles puissent être destinées à la publication ; cependant au fur et à mesure que j’organisais mes pensées, je trouvais que ma lettre devenait, selon moi, guindée et affectée. En conséquence, je décidai de donner libre cours à mes remarques et à mes réflexions, parce que je sentais que je ne pouvais pas donner l’exacte description de ce que j’avais vu, mais relater seulement l’effet que divers objets avaient produit sur mon esprit et mes sentiments, alors que mes impressions étaient encore fraîches (...) Mon but devint simplement de m’efforcer de rendre compte fidèlement de l’état actuel des pays que je traversais, autant que les informations obtenues pendant un si court séjour pouvaient me le permettre. Je négligeais telles sortes de détails qui, dépourvus d’utilité pour les voyageurs sur un trajet identique, apparaîtraient vraiment insipides à ceux qui nous accompagnent dans leur fauteuil. »26

  • 27  La forme épistolaire de A Short Residence nourrit elle aussi l’impression d’un récit très personne (...)

16Si l’on s’en tient à ce passage, le récit de voyage en question constitue un texte fortement imprégné par des impressions et sentiments personnels immédiats — en dépit, manifestement, des normes de représentation toujours en vigueur pour ce type de textes qui, dans l’esprit d’un récit « sans erreur », parce que non subjectif, comme l’indique la narratrice au lecteur, auraient dû être respectées pour la publication. Celui-ci contient, selon la narratrice, des presente state apportant une information : des descriptions des pays parcourus, visant au divertissement des armchair travellers (« voyageurs en fauteuil ») qui lisent, au lieu des détails assez peu utiles que l’on trouve d’ordinaire dans les récits de voyage, même pour des voyageurs qui suivent, éventuellement, le même itinéraire. On trouve dès l’Advertisement cette tension caractéristique de A Short Residence, entre le travail sur les thèmes, la remise en cause et le dépassement des schémas traditionnels de récits de voyage. La narratrice sait qu’elle aurait dû respecter certaines normes : laisser sa personnalité au deuxième plan, donner une description aussi juste, c’est-à-dire objective, et aussi ordonnée que possible du monde d’objets qui l’entourait. Mais elle considère que les textes produits de cette manière sont trop rigides et artificiels, et au bout du compte, elle ne peut pas s’en tenir non plus aux conventions, puisque ce qu’elle a vu exerce une si forte impression sur l’entendement et les sentiments qu’elle ne veut pas retenir le flot de ses remarques et réflexions à ce propos27. Face à cette image, d’abord bâtie devant le lecteur, du récit qui va suivre, authentique parce que seulement subjectif, la narratrice affirme cependant ensuite que son objectif principal est d’obtenir a just view, c’est-à-dire une vue juste, parce que objective et fondée sur des informations, des pays qu’elle parcourt.

  • 28  Sur l’utilisation productive des conventions du genre chez Wollstonecraft, et sur l’évaluation de (...)
  • 29  Parmi les récits de voyage qu’elle avait recensés pour Analytical Review, on trouve par exemple le (...)
  • 30  Cf. Myers, 1979, p. 166-167.

17Comme elle le fait aussi dans d’autres œuvres, par exemple The Wrongs of Woman, Wollstonecraft s’empare dans A Short Residence des conventions établies du genre, afin d’en faire prendre conscience au lecteur, de les questionner et de les faire éclater28. Il va de soi que Wollstonecraft connaissait le modèle descriptif en vigueur dans les récits de voyage à l’étranger, et qu’elle a pu, dans cette mesure, l’utiliser de manière créative. Dans de nombreux articles sur le voyage, et dans des critiques de récits de voyages parus dans Analytical Review de Johnson, elle avait pu se faire une idée de la littérature de voyage de son époque, et avait développé, à travers la pléthore des critiques, ses propres critères esthétiques29. Selon ses critiques, un récit de voyage doit avoir un thème unifiant, avoir sur le fond un bon contenu et parler, dans un style simple, des mœurs, du comportement et de la morale dans les pays parcourus. Elle tient autant aux informations précises, considérées comme le fondement des généralisations morales, qu’aux réflexions spontanées sur les lieux, deux éléments entre lesquels la conscience du voyageur doit établir des liens et une unité30.

  • 31  Ce qui a incité Myers à parler du récit de voyage de Wollstonecraft comme d’une expérience littéra (...)
  • 32  Cf. Wollstonecraft, 1987, p. 71.
  • 33 Cf. Ibid., p. 70, 113.

18Dans l’Advertisement, Wollstronecraft laisse l’auteur des lettres annoncer plus ou moins implicitement ce programme situé entre la tradition du récit de voyage et l’éclatement de celui-ci, pour ce qui concerne les descriptions de pays dans A Short Residence31. Dès la première lettre, la narratrice ne laisse aucun doute sur le fait que la description des pays constitue le thème unificateur : elle met un terme à cette missive parce qu’au cours de la journée, rien ne s’est déroulé de plus qui soit susceptible de caractériser le pays – en l’occurrence, la Suède32. La narratrice paraît convaincue du fait qu’il existe un « caractère national » de chaque peuple. Elle est ainsi manifestement en accord avec le gros des autres récits de voyages de l’époque, comme l’atteste déjà l’usage tout naturel de cette expression à propos de la description d’individus ou de peuples entiers33. Dans d’autres passages du récit, la narratrice critique justement cette assignation de caractères nationaux, courante parmi les voyageurs. Elle le fait par exemple en commentant immédiatement l’un de ses propos stéréotypés, selon lequel les Norvégiens seraient plus travailleurs que les Suédois, et après avoir répété les préjugés courants entre ces pays : la scélératesse des Norvégiens aux yeux des Suédois, et l’hypocrisie que les Norvégiens prêtent aux Suédois :

  • 34 Ibid., p. 92.

« Les circonstances locales les ont probablement rendus tous (deux) injustes de sentiments, plutôt que de raison : mais est-ce bien étonnant, car on observe que la plupart des auteurs de récits de voyages ont agi pareillement, quand bien même leurs travaux servent de matériau aux compilateurs de l’histoire universelle. Tous ont soif de donner à leurs récits un caractère national qui est rarement juste, car ils ne distinguent pas le caractère naturel du caractère acquis. A mon avis, on reconnaît le plus souvent un caractère naturel à son degré de vivacité ou de prudence, de plaisir ou de chagrin inspirés par le climat, tandis que ses variantes produites par les formes de gouvernements, en y incluant la religion, sont plus nombreuses et instables. »34

19Et plus loin :

  • 35 Ibid., p. 93.

« Les voyageurs qui exigent que chaque nation ressemble à leur pays d’origine feraient mieux de rester chez eux. Par exemple, il est absurde de reprocher à d’autres personnes de ne pas avoir ce même degré de propreté personnelle et d’élégance des manières que seul le raffinement du goût produit, ou va produire généralement partout lorsque la société devient plus policée. Les services essentiels que des auteurs pourraient rendre à la société consistent à promouvoir la demande d’information et la discussion, au lieu d’exprimer des affirmations dogmatiques (...) Cet esprit d’interrogation caractérise notre siècle (...) et il ne fait aucun doute que sa diffusion effacera en grande partie certains caractères nationaux artificiels, qui avaient été perçus comme permanents, quand bien même cette perception tenait de la permanence de l’ignorance. »35

  • 36  Cf. par exemple Wollstonecraft, 1987, p. 82, 85, 121, 131-132, 179. Même si A Short Residence cont (...)
  • 37  Cf. sur les conceptions liées à la théorie de l’évolution, l’annexe (p. 198), dans laquelle elle s (...)
  • 38  Cf. Wollstonecraft, 1987, p. 172. Le « tracing [if] the various shades [of manners] in différent c (...)

20Dans un premier temps, et en dépit de ses propres habitudes en d’autres passages du récit, la narratrice corrige cette habitude injuste consistant à définir les caractères nationaux sur la base de jugements fondés sur les sentiments. Elle adresse notamment cette critique aux auteurs de récits de voyages qui, à son avis, contribuent de manière décisive, en établissant ce genre d’assignations, à la propagation de ce type de jugements irrationnels. Mais elle n’exprime pas ainsi un refus sans équivoque des caractères nationaux : elle réclame plutôt de plus fortes nuances selon que ces traits de caractère sont « naturels » ou « acquis », et une réévaluation de leur rôle. Il est clair que la narratrice veut se démarquer des modèles de description stéréotypés et discriminants utilisés dans d’autres récits de l’époque, modèles qui reprennent directement les schémas traditionnels liés aux nationalités. Comme le prouvent de nombreux autres passages de son texte, elle continue cependant à défendre la validité de la théorie du climat, un élément essentiel de ce schéma, bien qu’elle considère en réalité, cela apparaît clairement dans le passage cité plus haut, que les différences conditionnées par les formes de gouvernement et la religion jouent un rôle plus important dans le caractère national d’un pays36. Au bout du compte, la narratrice traite des modèles traditionnels de récit, milite pour leur transformation, mais ne les abandonne pas totalement. Comme le prouve le deuxième passage que nous avons cité, la narratrice s’engage au bout du compte en faveur d’une évolution sociale, telle qu’elle est dessinée par les modèles contemporains du progrès, plutôt que pour des ruptures radicales. Mais par rapport au premier passage, on rejette ici les préjugés et les affirmations dogmatiques et l’on réclame, comme objectif du processus d’évolution dans l’ensemble de la société, le dépassement complet des caractères nationaux artificiels, dont le caractère durable n’est que supposé37. Dans cet esprit, elle affirme ailleurs, dans une adresse au lecteur qui relève presque de l’autosuggestion, que ses observations générales n’ont pas pour but de formuler les caractères nationaux, mais uniquement de décrire l’état des différentes conceptions de la morale et des mœurs, afin de déterminer le palier d’évolution atteint par le progrès dans le monde38.

  • 39  Dans l’esprit de l’iconologie comparatiste, il faut entendre par «images liées aux nations » ces q (...)

21Nous nous interrogerons ci-dessous pour savoir si, et dans quelle mesure, ce type d’objectifs, dans la construction d’images nationales de soi et des autres, est mis en œuvre dans le récit de voyage de Wollstonecraft. Dans cette analyse, nous nous demanderons essentiellement quels tableaux de quels pays l’on brosse, à partir de quels éléments, et dans quelle mesure, ce faisant, on affirme, thématise, questionne ou transgresse les modèles normatifs de description39.

  • 40  Les images de l’Italie, de l’Ecosse, de la Suisse et de la Hollande sont, avec d’autres, trop peu (...)
  • 41  Cf. Wollstonecraft, 1977, p. 83.
  • 42  Cf. ibid., p. 82, 165 et 179.
  • 43  Cf. Wollstonecraft, 1987, p. 155.
  • 44 Ibid., p. 165.

22Outre l’image que les Anglais se font d’eux-mêmes, on construit dans A Short Residence les images de plusieurs pays étrangers : au premier plan, conformément aux buts du voyage, on trouve la Suède, la Norvège, le Danemark et l’Allemagne ; les images dessinées de la France, de l’Amérique et de l’Irlande jouent par ailleurs un assez grand rôle40. Dans une contradiction flagrante avec l’objectif que l’auteur s’est lui-même fixé — ne pas dessiner de caractère nationaux —, et en se rattachant clairement aux schémas contemporains sur les nationalités, l’auteur se livre à des généralisations crues, source de stéréotypes négatifs. On prête ainsi aux jeunes Irlandaises et Galloises de la campagne, à l’inverse des jeunes femmes anglaises du même milieu, toujours soucieuses de décence, une promiscuité dont la narratrice interprète l’absence comme le signe d’un niveau d’évolution sociale plus élevée en Angleterre41. En raison du long hiver suédois, on prête aux habitants de cette nation une tendance au flegme, tandis que les Danois sont présentés comme indolents à l’égard de tout ce qui ne les concerne pas directement, peu inventifs, ergoteurs, et dénués de toute grâce42. Relevant manifestement la contradiction interne entre les exigences formulées dans le texte à l’égard des récits de voyage et ce type de propos discriminants, l’auteur retire ceux-ci en s’excusant ou les relativise dans plusieurs passages. Ainsi, dans une note de bas de page, elle explique la colère que lui a inspirée cette longue attente du capitaine d’un navire qui devait leur faire faire une traversée, et lui a fait parler collectivement de l’« insensibility in the very movements of these people » ;mais cette anecdote se transforme en une pause-cigarette d’un individu qui l’a laissée attendre dans le froid43. Ailleurs, la narratrice admet que ses verdicts peuvent éventuellement être un peu affectée par des préjugés, parce que son évaluation se fonde exclusivement sur son impression du moment — or, toute la journée, elle a été importunée par des enfants mal éduqués, et elle a été agacée par les accusations lancées par ses logeurs sur le caractère maternel de la reine Mathilde44. Les sensations et expériences subjectives, considérées comme un motif de revenir aux clichés nationaux, côtoient dans le texte d’autres propos qui ont peu recours aux stéréotypes des schémas nationaux, tels qu’on les retrouve dans de nombreux autres récits de voyage de l’époque.

  • 45  Cf. par exemple ibid., p. 86, 92, 110, 130, 182-184. Au modèle courant de récit de voyage correspo (...)

23Outre ces propos, on peut cependant relever d’autres pièces rapportées des schémas de récits traditionnels dans les constructions d’images de soi et de l’étranger. Souvent, au début des différentes lettres, on décrit l’état des rues et des auberges, la nourriture, le climat et les autres conditions du voyage, ainsi que la situation et d’autres détails géographiques sur les villes45. Mais ces passages sont plutôt isolés et détachés dans le texte, si bien que le récit en général, comme annoncé dans l’Advertisement, n’est pas surchargé d’informations de détail, dans le sens d’un modèle de récit normatif. Globalement, il faut donc constater que ces pièces rapportées agissant comme des réminiscences de la tradition jouent un moins grand rôle dans les constructions des images de soi et de l’étranger que les propos sur les qualités de peuples entiers, dans le sens de déclarations stéréotypées sur les schémas de nationalités.

24Comme on le réclamait dans l’Advertisement, ce sont des images de soi et de l’étranger construites sous la forme de descriptions de present state (situation actuelle) qui prennent la place des caractères nationaux traditionnels. Celles-ci contiennent certes des éléments comme l’apparence ou les vêtements, qui jouaient aussi un rôle dans le contexte des schémas sur les nationalités, mais ne se contentent pourtant pas de désigner des caractéristiques extérieures. Ces descriptions, qui sont clairement issues de la perspective d’un observateur individuel, fournissent à la narratrice un prétexte pour intégrer des expériences de voyage personnelles, des réflexions et des anecdotes, par exemple dans cette description de robes portées par des femmes du Schleswig :

  • 46  Wollstonecraft, 1987, p. 186-187.

« Alors que nous attendions nos chevaux, nous nous amusions à regarder les toilettes des femmes qui étaient vraiment grotesques et bien difficiles à porter. Je pense que la fausse notion de beauté qui prévaut ici, aussi bien qu’au Danemark, devient très inconfortable en été, puisque elle consiste à donner de la rotondité à une certaine partie du corps, et non à la plus élancée, alors que la nature y a déjà contribué. Ce préjugé des Hollandaises les conduit souvent à travailler dur sous le poids d’une dizaine ou d’une douzaine de jupons qu’elles ajoutent à un énorme panier, pour appeler les choses par leur nom, qui a la forme d’un bonnet ou d’un chapeau de paille également gigantesque et masque le plus souvent complètement les formes naturelles comme s’il s’agissait d’une représentation du visage divin. Elles semblaient propres et, comme poussées par le vent, emportaient une charge à bras le corps, telles que j’aurais eu de la peine à les décrire. J’ai rencontré de nombreuses jeunes filles de la campagne qui m’ont paru jolies, parce qu’elles avaient un teint frais et des yeux pétillants, et une sorte d’enjouement espiègle et polisson qui désigne la coquette du village. Les amoureux en habit du dimanche attendaient quelques-unes de ces belles en traînant le pas bien que leurs vêtements ne soient pas aussi encombrants. Les femmes semblent prendre partout les rênes en matière de politesse des manières, ce qui est la seule façon d’améliorer leur condition. »46

25Dans la description des habitudes culinaires suédoises, le même phénomène se reproduit après un dénigrement de l’hospitalité, qualité vantée par de nombreux voyageurs, mais que la narratrice rejette, considérant qu’elle est le plus souvent, l’expression d’un vide intellectuel :

  • 47 Ibid., p. 73-74.

« Les Suédois vantent les mérites de leur politesse ; mais bien loin d’être le brillant d’un esprit cultivé, celle-ci consiste plus en des convenances assommantes et des cérémonies. Bien loin évidemment de permettre de pénétrer immédiatement son rôle, et de se sentir immédiatement à l’aise, à la façon d’un Français bien élevé, cette civilité outrée devient une restriction permanente à toute action. Cette sorte de supériorité que le hasard attribue quand il n’y a pas de supériorité dans l’éducation, à l’exception de ce qui consiste à respecter des formules ineptes, a un effet opposé à celui qui est voulu ; c’est ainsi que je ne pourrais m’empêcher de ranger parmi les paysans ces gens polis de Suède, qui essaient simplement de vous plaire, sans songer à être admirés pour leur conduite. Leurs repas, comme leurs compliments, semblent être la caricature des repas français. Les plats sont constitués, comme les leurs, de mélanges variés d’aliments (ce qui en détruit la saveur naturelle) et ne sont pas assaisonnés (...) On peut ajouter à tout cela un usage constant d’alcools. (...) Le dîner se poursuit. Mais pardonnez-moi ces quelques minutes que je vais prendre pour décrire ce qui, hélas, m’a pris deux à trois heures d’observation minutieuse, avec des mets changeant les uns après les autres, en une rotation sans fin, et apportés d’un pas solennel à chaque convive ! Et s’il advint que vous n’aimiez pas les premiers plats, comme ce fut le cas pour moi, vous enfreindriez gravement la politesse à demander à être servie d’un autre plat avant qu’il n’arrive à son tour. Mais si vous avez quelque patience, il y aura assez à manger. Permettez-moi de raconter les faits et gestes d’un jour de visite, sans m’attarder sur les intermèdes. En prélude vint un petit goûter, auquel succédèrent le poisson, la viande et la volaille pendant deux heures, alors que le dessert, j’en suis désolée pour les fraises et la crème, demeurait pendant tout ce temps sur la table et s’imprégnait des fumets des viandes. Un café suivit immédiatement dans le salon ; ce qui n’excluait ni un punch, ni un thé avec des gâteaux, et du saumon cru, etc. Un souper vous retenait encore sans compter le goûter d’introduction, il en était de même pour le déroulement du dîner. Une journée de cette sorte vous paraîtrait suffisante, mais il y a un lendemain, suivi d’un autre. »47

26L’une des expériences de voyage personnelles qui incitent la narratrice à se livrer à des réflexions générales de politique sociale est le comportement des spectateurs d’une exécution au Danemark :

  • 48 Ibid., p. 168. Comme ce sera aussi le cas dans la suite du récit, à propos d’autres scènes vécues p (...)

« Comme les affaires m’obligeaient à me rendre à quelques miles de la ville ce matin, j’ai eu l’occasion de découvrir une foule de gens de toutes sortes ; j’en demandai alors la raison à un domestique qui parlait français, et j’appris qu’un homme avait été exécuté deux heures auparavant, et que l’on avait brûlé son corps. Je ne pouvais m’empêcher de regarder autour de moi avec horreur, les champs avaient perdu tout d’un coup leur verdure, et je me tournais avec dégoût vers les dames bien habillées, qui quittaient ces lieux avec leurs enfants. Quel spectacle de l’humanité ! (...) J’ai la certitude que, jusqu’à l’abolition complète de la peine de mort, on devrait donner à ces exécutions toute l’apparence de leur horreur, au lieu de les laisser paraître, comme en ce moment, des scènes de divertissement pour des foules bouches bées (...) J’ai toujours pensé qu’il est déjà immoral d’autoriser des acteurs à mourir en présence des spectateurs ; mais c’est une bagatelle, comparée à la férocité éveillée par la réalité donnée en spectacle. »48

  • 49  Cf. Wollstonecraft, 1987, p. 101-109, 113-114. Pour d’autres exemples, cf. par exemple, ibid., p. (...)

27Deux éléments nous frappent dans les images de l’étranger esquissées dans les passages cités ci-dessus. D’abord, bien que ces images soient clairement construites dans la perspective d’un observateur individuel, sur la base d’expériences personnellement vécues pendant des voyages, elles contiennent encore certaines caractéristiques fortement stéréotypées, sous la forme de propos généralisants, par exemple l’amour des conventions que l’on prête aux Suédois, par opposition aux Français. Par ailleurs, ces images sont plus nuancées que dans d’autres récits de voyage de l’époque. Cette différenciation plurielle (notamment en fonction du sexe, de l’appartenance à une catégorie sociale, à une ville ou à un pays), joue un rôle considérable dans le système imagotype de A Short Residence, dans la mesure où elles relativisent partiellement les poncifs que l’on y trouve sur les schémas de nationalité et les autres modèles normatifs ou propos stéréotypés, et mènent au total à une représentation aux multiples facettes. Par exemple, l’image qu’elle donne de la Norvège. A l’en croire, compte tenu du découpage des propriétés agricoles en surfaces relativement petites, de son système pénal et de sa liberté de la presse, la Norvège possède en Europe le plus haut degré d’égalité et le plus bas degré d’oppression. Mais son système scolaire arriéré et l’absence de toute université sur son territoire la placent bien loin derrière l’Allemagne, notamment, dans le domaine des sciences humaines et naturelles. Un tableau que viennent encore nuancer une subdivision en différents groupe professionnels, ou la description de certaines personnes issues de catégories sociales déterminées, par exemple les femmes et les hommes présents lors d’un dîner donné par le maire de Tonsberg.49

28Dans ses récits de voyage, comme par jeu, Wollstonecraft instrumentalise et sape les éléments traditionnels du modèle normatif de description utilisable pour construire des images de soi et de l’étranger. En lieu et place des descriptions chargées de détails architecturaux et artistico-historiques des demeures seigneuriales ou des palais, ou trouve ainsi des réflexions chargées d’émotion sur la tristesse que dégagent ces bâtiments non habités. Réflexions qui rappellent l’esthétique des ruines dans le roman d’épouvante, ou encore les descriptions synesthétiques de la nature :

  • 50  Wollstonecraft, 1987, p. 118. Tout comme dans la description de la propriété de l’ambassadeur à Lo (...)

« La maison est agréablement située et les environs sont beaux ; mais leur aspect négligé témoigne de leur abandon. Une espèce de tristesse stupide règne toujours à mes yeux dans une petite maison où l’ameublement et l’aération sont laissés aux seuls soins des domestiques. J’entrai regarder les portraits des ancêtres de la famille qui posent, l’air sévère dans leurs armures ou avec le sourire dans leur manteau d’hermine, comme si j’allais me trouver dans la tombe des Capulets. La moisissure ne respecte pas la robe du seigneur, et la vermine pullule sans frein sur la joue de la beauté. Il n’y avait rien, dans l’architecture de l’immeuble ou dans son aménagement, qui eût pu me retenir dans cette avenue où de vieux pins s’étiraient majestueusement. (...) Ils se dressaient tels les seigneurs de la forêt. (...) La brise qui agitait les feuilles des peupliers, rendait le vent audible, ou pour mieux dire musical : je saisissais à la volée cette mélodie qui m’enveloppait. »50

29Le château Rosenborg, manoir abandonné du roi du Danemark, lieu qu’elle visite en même temps que la bibliothèque locale et le musée, donne lui aussi à la narratrice un prétexte pour exprimer fortement ses sentiments. Elle le présente comme un lieu de souvenirs effroyables :

  • 51  Wollstonecraft, 1987, p. 175. La sémantisation de l’espace utilise ici, et dans le passage cité pl (...)

« Ce palais, maintenant déserté, dégageait une sorte de grandeur ténébreuse. On ne pouvait s’empêcher de chercher à sentir le silence de ces vastes appartements ; j’y réussis enfin ; et j’écoutais les bruits de mes pas, comme je l’avais fait à minuit pour le tic-tac de ma montre, ce qui encourageait une superstition fantasque. (...) Le vide laissé par la grandeur passée était partout observable, alors que les batailles et les processions représentaient sur les murs ceux qui avaient participé aux divertissements après avoir fui les tueries, ou rejeté l’apparat à la recherche du plaisir. Comme un vaste tombeau, rempli des fantômes blêmes de ceux qui avaient joué, ou travaillé dur, puis sombré derrière les tapisseries qui célébraient l’amour et la guerre. N’y aurait-il plus rien auquel mon imagination pût donner vie ? Y aurait-il des pensées dont resteraient tant de vestiges, et qui auraient pu s’évanouir tout au loin ? Et ces êtres, pétris de si nobles matériaux de pensées et de sentiments, se seraient-ils fondus en éléments qui mettent en mouvement la grande masse de la vie ? Cela ne peut être ! »51

  • 52  Dans le même esprit, lorsqu’elle visite la bibliothèque et le musée, la narratrice, contrairement (...)

30Fait caractéristique de la stratégie de la narratrice, consistant à reprendre des éléments des modèles traditionnels de description et à les réécrire dans son propre esprit pour construire des images de soi et des autres, elle se sert, dans les deux passages, de représentations imagées : des portraits de grands personnages nobles sont perçus comme des memento mori dévorés par les guerres ; les fresques historiques auxquelles on prêtait une position particulièrement élevée dans la hiérarchie du récit de voyage contemporain et dans les arts plastiques, n’ont pour but que de créer l’ambiance solennelle dont avaient besoin les nobles en revenant des batailles (sic !) et la tapisserie, vraisemblablement ornée des dieux Amour, Mars et d’autres divinités ou motifs antiques, sert uniquement de cachette aux esprits des défunts52.

31La transgression la plus manifeste du modèle traditionnel de description dans les constructions des images de soi et de l’étranger est cependant constituée, comme on l’a déjà montré dans l’analyse des descriptions d’architecture et de jardins, par les descriptions de paysages. Non seulement elles jouent, par leur ampleur, un rôle extraordinaire au sein du système imagotype de A Short Residence, mais elles apportent une nouvelle qualité des sentiments, avec leurs propos imagotypes marqués par des expressions fortement subjectives. Attribuer au paysage en général un rôle pour la construction de l’identité nationale est un phénomène relativement neuf lors de la publication du récit de voyage de Wollstonecraft, en 1796 ; mais qu’il devienne un élément décisif au sein de l’image de soi et de l’autre fait de A Short Residence un récit de voyage effectivement extraordinaire. Contrairement à ce qui se passait encore, par exemple, dans les croquis de voyage écrits par Wordsworth en 1792, Descriptive Sketches, A Short Residence, celui-ci, tout en proposant des descriptions de la structure agraire des pays parcourus, interprétées comme un indicateur de leur niveau d’évolution, met l’accent sur l’expression individuelle des sentiments face à la nature.

  • 53  Cf. Wollstonecraft, 1987, p. 63-68.
  • 54  Cf. Wollstonecraft, 1987, p. 131, 135. Lors de son retour de Scandinavie, elle ne manifeste pas no (...)

32Le récit de voyage commence par la description du débarquement depuis la mer, une scène d’introduction très inhabituelle, d’autant plus que dans la plupart des récits de l’époque, les séjours dans des navires sont en règle générale seulement mentionnés, mais jamais décrits en détail. Cette entrée en matière offre à la narratrice l’occasion de souligner la supériorité incontestable de la marine anglaise, qui permet aux passagers de débarquer même en pleine tempête ; malgré les difficultés rencontrées lors du débarquement, elle admire tout de même la beauté pittoresque de la baie et des falaises, qui constitue dans tout le cours du récit un élément important des images qu’elle donne de l’étranger53. Contrairement à ce que l’on aurait pu attendre au début du récit, dans l’esprit d’une image de la supériorité maritime anglaise, formulée sous forme de stéréotypes contemporains, la narratrice montre cependant dans la suite du texte assez peu « d’affinité anglaise à la mer », qu’elle ressent plutôt comme une menace, un boundless waste of water (« un gâchis infini de l’eau »)54.

33À l’inverse, les chutes d’eau, dont la narratrice donne une description considérablement chargée de données subjectives, contribuent à la construction de l’image étrangère positive de la Norvège, et à fournir une composante positive de l’image étrangère de la Suède, point qui contredit l’attachement aux conventions dont elle témoigne par ailleurs :

  • 55  Ibid., p. 151-153, cf. aussi ibid., p. 159-160.

« Maintenant, permettez-moi tout de même de parler d’autre chose : voulez-vous m’accompagner à la cascade ? (...) Alors que j’atteignais la cascade, je dirais plutôt la cataracte dont le mugissement avait depuis longtemps indiqué le chemin, mon âme se trouvait précipitée dans un nouvel enchaînement de réflexions par les chutes [que je faisais]. (...) Je considérais que la rose de mon âme, sa dignité une fois retrouvée, dominait ses préoccupations : saisir l’immortalité (...). Nous nous en retournâmes avec regret. Sur une petite colline, qui offre la meilleure vue sur la cascade, plusieurs obélisques ont été élevés afin de commémorer la visite de divers souverains. »55

  • 56  Ibid., p. 123. Pour d’autres illustrations, cf. par ex. ibid., p. 85, 94, 99, 110.

34La chute d’eau de Frederikstad est certes, comme le montrent les monuments rappelant différentes visites royales, un lieu de réflexion symbolique sur l’identité collective. Mais du point de vue de la narratrice, le spectacle de la nature, ainsi que le sujet qui observe ce spectacle, jouent un rôle beaucoup plus fort sur la charge positive du sujet. Comme dans d’autres descriptions de la nature et des paysages dans A Short Residence, ce ne sont plus les modèles traditionnels de description qui jouent un rôle décisif pour les constructions des images de soi et des autres, mais les sentiments individuels de l’observateur : « A cet égard, ce que j’ai de raison m’oblige à me servir de mes sentiments en tant que critères. Ce qui excite mon émotion me charme. »56

  • 57  Ibid., 1987, 178.

35Dans ce sens, le présent essai renoue avec les mots de la narratrice qui, se déplaçant la thématisation de la perception stéréotypée et la mise en scène du sujet, où l’on souligne le rôle du sentiment, pourraient constituer la devise du système imagotype construit dans A Short Residence : « Permettez-moi de m’arrêter maintenant : je suis peut-être un peu partiale, et je pourrais voir toute chose avec l’œil envieux de la mélancolie, car je suis triste, et j’ai des raisons pour cela. »57

Haut de page

Notes

1  Godwin, 1987, p. 249.

2  Myers, 1979, p. 165.

3  Cf. Holmes, 1987, p. 36-43, mais aussi, notamment pour ce qui concerne le lien entre Kubla Khan de Coleridge et A Short Residence, Moore, 1992.

4  Cf. Jump, 1994, p. 113-114.

5  Poovey, 1984, p. 83.

6 Cf. Nyström, 1980, p. 14 ; Moore, 1992, p. 150-151, Simpson, 1993, p. 108-109 ; Kelly, 1992, p. 191.

7  Mitzi Myers, 1979, p. 173-174, p. 181, est la seule à souligner le rôle de ce modèle littéraire pour A Short Residence.

8  Le thème des « constructions d’identités nationales » dans l’œuvre de Wollstonecraft n’est traité en détail que dans l’essai de Sudan, Mothering and National Identity in the Works of Mary Wollstonecraft (1996), mais l’auteur a choisi une autre perspective et travaille sur d’autres exemples de textes.

9  Ce concept a été repris par Brilli, 1997, p. 35.

10  Sur le rôle de la Royal Society et sur l’idéal du récit objectif à fin éducative, cf. par exemple Omasreiter, 1982, p. 24, 29, 46, 49, Kuczynski, 1997, p. 84 et Batten, 1978.

11  Cf. Pfister, 1993.

12  Pfister, 1993, p. 144.

13  Cf. Korte, 1996, p. 64, et Batten, 1978, p. 4, qui souligne aussi que la connaissance du modèle de description normatif peut grandement aider la recherche actuelle à bien comprendre les récits de voyage. Pour des informations sur la pratique du Grand Tour à cette époque, cf. notamment Blach, 1992, et Brilli, 1997.

14  Korte, 1996, p. 66-67.

15  Pour des informations détaillées sur la popularité des différents buts de voyage, cf. Black, 1992, p. 14-85, Korte, 1996, p. 55-104 et Omasreiter, 1982, p. 35-41.

16  On appréciait les voyages aux thermes et les Home Tours, c’est-à-dire les voyages à l’intérieur de la Grande-Bretagne. Ils servaient surtout à découvrir les paysages et contribuèrent d’une manière non négligeable à imposer une conscience nationale britannique.

17  Black, 1992, p. 300. Cf. aussi Id., 1992, 312. Omasreiter, en revanche, considère que le principal souci de ces nouveaux voyageurs des classes moyennes n’est pas le plaisir, mais l’information sur la situation économique des pays parcourus, information censée servir leurs propres intérêts économiques. Elle interprète par ailleurs la « littéralisation du récit de voyage » comme une stratégie de marketing, dont l’objectif était que le genre reste concurrentiel face aux « romans de voyage » qui répondaient mieux au souci de divertissement du public contemporain ; cf. Omasreiter, 1982, p. 26-27, p. 61-62. Un aperçu sur les récits de voyage de la seconde partie du XVIIIe siècle montre que beaucoup d’entre eux contiennent effectivement des descriptions du present state. Mais celles-ci devraient être interprétées de manière moins univoque. Car elles reflètent sans doute, autant qu’un grand intérêt pour le potentiel économique des pays parcourus, la curiosité ethnographique et sociologique du public, et le désir d’être informé des actualités du monde entier. Créer une typologie fondée sur l’opposition entre « roman de voyage plutôt divertissant » et « récit de voyage édifiant et ennuyeux » ne paraît pas judicieux : il n’est pas possible de définir pour le XVIIIe siècle – pour autant que ce soit possible en général – une distinction tranchée des genres. Il faudrait donc plutôt parler, avec Black, d’une évolution générale du récit de voyage en direction d’un caractère plus divertissant, parce que plus fortement fixé sur l’expérience subjective du voyage. Il faut cependant approuver Omasreiter lorsqu’il affirme que A Sentimental Journey de Laurence Sterne (1768) a fixé de nouvelles normes pour ce qui concerne l’intégration des sentiments subjectifs dans les récits de voyage.

18  Korte, 1996, 72.

19  Cf. Fludernik, 1998, p. 215-251.

20  Pour l’évolution de l’idéal du paysage britannique, c’est finalement la catégorie du pittoresque qui joua le rôle le plus important. On peut la suivre à travers la totalité des XVIIe et XVIIIe siècles, dans la confrontation esthétique sur le rapport idéal entre unity et variety, depuis William Temple et Shaftesbury jusqu’à la mise au point d’une théorie spécifique du pittoresque par Gilpin et Price, en passant par Pope et Hogarth. Ce débat a trouvé une manifestation matérielle, entre autres, avec le développement du jardin paysager anglais et la forme particulière de ce que l’on appelle le voyage pittoresque. Pour d’autres informations, cf. Gelfert (1992), Throtha, 1999, et Korte, 1996, p. 104-112.

21  Korte, 1996, p. 101.

22  Blaicher, 1992, p. 79. Cf. également Stanzel, 1987, p. 84-96 et Zach, 1987, p. 97-114, et, pour un aperçu détaillé sur les modèles de théorie du climat à cette époque et leur adaptation dans la littérature et la critique littéraire du XVIIIe siècle, Zacharasiewicz, 1977.

23  Cf. Blaicher, 1992, p. 8 sq., 80-81, et Stanzel, 1987, p. 92-95. Dans l’article de Stanzel, on trouve aussi la reproduction d’un Völkertafel de Styrie sur lequel, par exemple, l’Allemand est caractérisé comme une créature qui boit, a une tendance à la goutte et des mœurs franches, tandis que l’Anglais est caractérisé comme un héros des mers, un bon vivant poitrinaire.

24  Zach, 1987, p. 109-110.

25  Cité d’après Stanzel, 1974, p. 367.

26  Wollstonecraft, 1987, p. 62.

27  La forme épistolaire de A Short Residence nourrit elle aussi l’impression d’un récit très personnel, même si l’absence de tout destinataire affaiblit un peu la personnalisation de l’auteur de la lettre.

28  Sur l’utilisation productive des conventions du genre chez Wollstonecraft, et sur l’évaluation de sa propre écriture, considérée comme précieuse parce que utilisant en toute autonomie les normes de représentation contemporaines, cf. par exemple Lorch, 1990, p. 3-4, p. 61 ou Jump, 1994, p. 114.

29  Parmi les récits de voyage qu’elle avait recensés pour Analytical Review, on trouve par exemple les pittoresques Observations on the River Wye de Gilpin, le récit de Grand Tour de Hester Lynch Piozzi, Observations and Reflections made in the Course of a Journey through France, Italy, and Germany, ou les récits sur les voyages de recherche effectués par J. G. Forster, Meares ou Brissot. Dans A Short Residence (cf. p. 90, 97-98), elle fait apparaître entre autres des références intellectuelles dans le récit de Home Tour de Boswell, Journal of a Tour to the Hebrides, et le Sentimental Joumey de Sterne.

30  Cf. Myers, 1979, p. 166-167.

31  Ce qui a incité Myers à parler du récit de voyage de Wollstonecraft comme d’une expérience littéraire. Cf. ibid. et Kelly, 1992, p. 179.

32  Cf. Wollstonecraft, 1987, p. 71.

33 Cf. Ibid., p. 70, 113.

34 Ibid., p. 92.

35 Ibid., p. 93.

36  Cf. par exemple Wollstonecraft, 1987, p. 82, 85, 121, 131-132, 179. Même si A Short Residence contient effectivement des descriptions très détaillées des différents systèmes politiques et pratiques religieuses, son récit ne se situe pas pour autant au-delà du modèle de récit traditionnel : les récits de Grand Tour, en particulier, devaient fournir des informations politiques détaillées, et dans ceux-ci, l’appartenance religieuse jouait un rôle majeur dans l’image que l’on donnait du pays parcouru. L’objectif de A Short Residence est cependant différent : il s’agit d’utiliser les repères que sont le système politique et la religion, pour argumenter en faveur des convictions individuelles.

37  Cf. sur les conceptions liées à la théorie de l’évolution, l’annexe (p. 198), dans laquelle elle souligne encore, pour finir, que les préjugés ne peuvent être détruits que lentement, au fur et à mesure que l’opinion publique sera plus nettement guidée par la raison.

38  Cf. Wollstonecraft, 1987, p. 172. Le « tracing [if] the various shades [of manners] in différent coutries » (le recensement des différentes nuances de comportement dans des pays variés) doit cependant être pris au sérieux, comme on le formule sur la page suivante à propos d’autres voyageurs, car ceux qui voyagent seulement en quête de plaisir, frappés (!) par l’hospitalité de leurs hôtes, livreraient le plus souvent une mauvaise évaluation des vertus d’une nation. Par conséquent, le sentiment individuel ne devrait exercer aucune influence, même dans ce type de récits sur d’autres pays.

39  Dans l’esprit de l’iconologie comparatiste, il faut entendre par «images liées aux nations » ces qualités attribuées aux nations et à leurs réalisations culturelles, avec la prétention d’en faire, dans leur totalité, des types universels. On trouvera une introduction aux méthodes et aux objectifs de l’imagologie comparatiste chez Fischer, 1981, p. 13-409 et Dyserinck, 1991, p. 125-132. La supposition que l’image auto et hétéronomique, c’est-à-dire de soi et de l’étranger, se conditionnent l’une l’autre dans leur genèse et que toute image de l’étranger contient par conséquent une image implicite de soi, constitue un préalable central. Même le modèle iconologique fondamental de Bleicher part d’une structure antinomique de la pensée en images, de telle sorte que tout système d’imagotype se fonde sur une base contrastée d’image de soi et d’image de l’étranger. Sur le principe, on peut distinguer deux variantes de cette base fondamentale en contraste : d’une part, l’exposition d’un idéal spécifique que l’on oppose à la critique de l’étranger, d’autre part, un mouvement consistant à partir de la critique de soi et à l’opposer à l’idéal de l’étranger. Gomme troisième variante, on peut avoir une mise en parallèle positive ou négative entre l’image de soi et l’image de l’étranger. Par ailleurs, Bleicher accepte, pour les images spécifiques et de l’étranger, la possibilité d’une différenciation polarisée et plurielle. Cela signifie qu’une image de soi peut, par exemple par l’établissement d’une opposition Est-Ouest, être scindée en plusieurs images antinomiques de soi, ou nuancées en images plurielles, selon les différentes régions. Au total, on se trouve face à un complexe multiperspectiviste composé d’images se référant les unes aux autres ; cf. Bleicher, 1995, p. 195-212. Les propos sur l’imagotype national sont par exemple toujours intégrés dans des systèmes imagotypes complexes, dont ils sont des éléments structurels. Comme le formule Fludernik, on ne peut en faire une analyse satisfaisante que si l’on classe les différentes images dans le contexte de la technique narrative, si l’on relève les contradictions ou si l’on tient compte des contre-représentations comparatives ; cf. Fludernik, 1999, p. 71-96.

40  Les images de l’Italie, de l’Ecosse, de la Suisse et de la Hollande sont, avec d’autres, trop peu élaborées et au bout du compte de trop peu d’importance dans l’ensemble du texte pour qu’il soit nécessaire de s’y attarder.

41  Cf. Wollstonecraft, 1977, p. 83.

42  Cf. ibid., p. 82, 165 et 179.

43  Cf. Wollstonecraft, 1987, p. 155.

44 Ibid., p. 165.

45  Cf. par exemple ibid., p. 86, 92, 110, 130, 182-184. Au modèle courant de récit de voyage correspond aussi l’annexe géographique, avec des indications sur la taille et la puissance militaire des pays parcourus. En revanche, ce type d’indications détaillées est relativement peu courant lorsqu’il concerne l’économie et le système fiscal.

46  Wollstonecraft, 1987, p. 186-187.

47 Ibid., p. 73-74.

48 Ibid., p. 168. Comme ce sera aussi le cas dans la suite du récit, à propos d’autres scènes vécues pendant ses voyages (par ex. p. 104-105, 165-167), l’auteur ajoute à ses réflexions une anecdote, une forme littéraire qui, du point de vue de la narratrice, est capable d’exprimer une impression sur la mentalité des gens, raison pour laquelle la véracité du récit joue selon elle un rôle négligeable, cf. ibid., p. 104.

49  Cf. Wollstonecraft, 1987, p. 101-109, 113-114. Pour d’autres exemples, cf. par exemple, ibid., p. 76-77, 85, 128, 165, 171, 178.

50  Wollstonecraft, 1987, p. 118. Tout comme dans la description de la propriété de l’ambassadeur à Londres, la narratrice, en regardant une villa et un jardin anglais dont l’observation comparative inciterait les Norvégiens au progrès, se met à divaguer sur la manière dont la propriété pourrait être intégrée dans son environnement naturel. Elle, l’Anglaise, c’est ce qu’implique le texte, a suffisamment progressé, d’un point de vue esthétique, pour que cette vision l’ennuie plutôt. Les transformations du jardin qu’imagine la narratrice correspondent à l’évolution du jardin paysager anglais menée par Lanzelot Brown dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : on s’éloigne de la mise en scène d’une image de la nature pour se diriger vers une mise en scène de la nature elle-même, si bien que le jardin paysager est en réalité devenu un paysage, cf. ibid., p. 146, et Trotha, 1999, p. 125-131. De nombreux autres passages permettent de montrer le rôle que le jardin paysager ou le paysage joue dans l’image de soi des Anglais, telle qu’elle se construit dans A Short Residence, cf. par ex. ibid., p. 176, 80.

51  Wollstonecraft, 1987, p. 175. La sémantisation de l’espace utilise ici, et dans le passage cité plus haut, un langage similaire à celui de la description d’une promenade dans le palais de Fontainebleau, abandonné après la Révolution française, dans le livre de Wollstonecraft, Historical and Moral View of the French Revolution (1794) ; dans l’esprit des idéaux de la Révolution française, sous l’angle d’une critique de la politique sociale, on présente le règne de la noblesse comme un pouvoir voué à la disparition, mais qui laissera cependant un certain vide ; cette critique tourne ainsi à la mise en garde aux vivants sur la vanité potentielle de l’existence terrestre. Cela correspond à l’évolution politique de Wollstonecraft, qui part de positions plutôt conservatrices pour aller vers des points de vue radicaux ou réformateurs, cf. par ex. Nyström, 1980, p. 43-44, Jump, 1994, p. 120 sq., ou Kelly, 1992.

52  Dans le même esprit, lorsqu’elle visite la bibliothèque et le musée, la narratrice, contrairement à d’autres voyageurs, ne s’intéresse pas aux œuvres d’auteurs antiques ou des maîtres anciens, mais aux manuscrits islandais de folklore nordique, aux armes et aux vêtements des Lapons, ou à l’art contemporain. A son grand regret, celui-ci est représenté en si petit nombre qu’elle critique, comme pour le Louvre, l’accrochage effectué en tenant uniquement compte de l’harmonie esthétique de l’encadrement. Ces descriptions, selon la narratrice, qui ironise dans une adresse au lecteur, sur les modèles de récit traditionnels, sont dans leur alternance un dull catalogue, or stupid criticisms on masters, to whom time has assigned their just niche in the temple of fame (« un inventaire terne ou des critiques stupides sur les maîtres auxquels le temps a attribué une juste place au temple de la gloire»), cf. Wollstonecraft, 1987, p. 176-177. Les prétextes auxquels a recours la narratrice ne sont pas eux non plus, comme d’habitude, ceux des auteurs de l’Antiquité grecque ou de la Renaissance italienne ; ils sont le plus souvent empruntés à des auteurs anglais et français, dont beaucoup de contemporains de Wollstonecraft ; cf. par ex. Wollstonecraft, 1987, p. 90, 96, 122, 134, 143, 181, etc. Au total, on attribue à la langue et à la littérature des rôles majeurs dans la formation d’une identité culturelle. Cf. par ex. ibid., p. 79, 115. Ils sont cependant de moindre importance pour les constructions des images de soi et de l’étranger dans A Short Residence. En revanche, la religion occupe une place plus importante dans le système imagotype du récit de voyage, ce qui correspond tout à fait aux images de soi et de l’étranger construites dans le style du schéma des nationalités, dans d’autres récits de voyages. Contrairement à ce qui se passe dans ceux-ci, la religion est toutefois présentée avec beaucoup de nuances dans A Short Residence :à la place des tirades anticatholiques traditionnelles (dont l’absence s’explique certainement par le fait que les pays parcourus sont en majorité protestants), on trouve un plaidoyer pour la tolérance religieuse, ce qui n’empêche cependant pas la narratrice d’afficher une attitude légèrement ironique à l’égard des églises sans ornement des Luthériens et Dissenters, cf. dans le détail ibid., p. 89-90, 106 sq., 109, 119, 139, 147.

53  Cf. Wollstonecraft, 1987, p. 63-68.

54  Cf. Wollstonecraft, 1987, p. 131, 135. Lors de son retour de Scandinavie, elle ne manifeste pas non plus l’enthousiasme courant chez les voyageurs à la vue des falaises de craie de Douvres ; certes, elle utilise celles-ci comme image finale. Elle ne le fait cependant pas dans l’esprit d’une image positive de la grandeur anglaise, mais au contraire pour relativiser cette image, par ailleurs élevée au niveau d’un symbole, en la comparant avec les falaises suédoises et norvégiennes, qu’elle juge beaucoup plus grandioses, après les avoir redoutées, ou encore en la détruisant dans la mesure où elle juge que les white cliffs sont insignifiantes, cf. ibid., p. 133, 197.

55  Ibid., p. 151-153, cf. aussi ibid., p. 159-160.

56  Ibid., p. 123. Pour d’autres illustrations, cf. par ex. ibid., p. 85, 94, 99, 110.

57  Ibid., 1987, 178.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antje Ebert, « I may be a little partial (« Je suis peut-être un peu partiale »). Constructions d’images nationales de soi et des autres dans les Letters Writing During a Short Residence in Sweden, Norway and Denmark de Mary Wollstonecraft », Revue germanique internationale, 16 | 2001, 27-45.

Référence électronique

Antje Ebert, « I may be a little partial (« Je suis peut-être un peu partiale »). Constructions d’images nationales de soi et des autres dans les Letters Writing During a Short Residence in Sweden, Norway and Denmark de Mary Wollstonecraft », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2001, mis en ligne le 03 août 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/856 ; DOI : 10.4000/rgi.856

Haut de page

Auteur

Antje Ebert

Journaliste et étudiante de doctorat. Recherche sur la construction des identités culturelles dans les récits de voyages anglais du xviiie et du xixe siècle

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org