Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Si l’on peut dire que la France a vu naître avec l’Affaire Dreyfus, dans un contexte directement lié à la question de l’antisémitisme, la figure moderne de l’intellectuel, soupçonné dès l’origine d’accointances juives, l’Allemagne semble hantée quant à elle, dès la deuxième moitié du xixe siècle, par l’idée d’une « science juive » vue négativement comme perversion de la « science allemande ». Loin de redonner vie à ce fantôme il s’agit ici d’analyser un discours sur la science qui, tout en fondant une certaine modernité, semble mêler inextricablement discrimination, stigmatisation des juifs et auto-affirmation juive. Dans les récits autobiographiques ou dans les traces révélées par les archives personnelles identité scientifique et identité juive semblent ainsi bien souvent indissociables.

2Laissant de côté la psychanalyse souvent étudiée comme cas exemplaire de ce discours sur la « science juive », nous nous sommes intéressés au domaine linguistique et aux sciences sociales émergentes. Offrant un critère objectif, les pratiques linguistiques reflètent en partie le chemin de l’acculturation et l’accès progressif à une culture allemande fortement surinvestie (Ulrike Hass-Zumkehr). Le multilinguisme qui résultait de la situation spécifique des juifs dans le monde germanique a pu sembler problématique dès la fin du xviiie siècle, où il révèle ses importants enjeux théoriques chez Mendelssohn (Carola Hilfrich) tandis que les juifs éclairés autour de la revue Ha-Measef (1783-1812) tentent de l’interpréter comme une donnée à la fois douloureuse et féconde (Andrea Schatz). La naissance longue et difficile d’un domaine autonome des études yiddish (Jean Baumgarten) ou les recherches linguistiques d’un Heymann Steinthal (Pierre Pénisson) portent encore les traces de ces débats intenses.

3La question de la langue n’est qu’un des aspects de ce « chemin ardu », selon le titre que le chercheur en langues sémitiques Mark Lidzbarski a donné au récit de sa jeunesse, par lequel dans le monde germanique les juifs accédèrent aux études universitaires et, parfois, au monde académique. Vers la fin du xixe siècle, lorsque, comme le dira un peu plus tard Salomon Reinach, nombreux furent les juifs qui « sortirent du judaïsme par la science », une des questions primordiales était celle de la fidélité. On peut ainsi tenter de retracer la naissance d’un discours juif allemand qui cherche à articuler distance et fidélité et à harmoniser une activité scientifique avec une éthique considérée parfois comme héritage du judaïsme. Si l’on pourrait presque parler dans ce cas de l’invention d’une tradition scientifique, il est clair que la référence à Spinoza y joue un rôle de tout premier plan (Carsten Schapkow). C’est cette même combinaison qui préside à une philologie de plus en plus axée sur la question des mythes, au sein de laquelle l’étude comparative des religions, dégagée petit à petit des débats confessionnels, révélera dans certains cas une visée anthropologique (Perrine Simon-Nahum).

4Ce débat se prolonge surtout dans les sciences sociales, où s’est cristallisée l’idée d’une activité scientifique fondée sur la distanciation. Si l’on ne veut hypostasier cette dernière en regard critique originel, il peut sembler nécessaire de montrer que l’affinité des intellectuels d’origine juive avec la sociologie et la part importante qu’ils ont prise dans son institutionnalisation en Allemagne reposent surtout sur la tension entre un désir d’appartenance et une intégration refusée (Kaesler). Cela n’empêche que le projet d’une ethnographie urbaine tel que l’envisage l’École de Chicago part souvent d’une réflexion sur soi-même des sociologues juifs concernés, semblable à celle menée par Simmel dans sa « digression sur l’étranger » (Olivier Agard). Chez l’historien de l’art Aby Warburg le détour par les archives personnelles révèle que son projet d’une science des cultures s’appuyait sur la volonté de comprendre et d’analyser la « haine des juifs », un atavisme auquel il était confronté de manière très personnelle. L’antisémitisme constitue ainsi une toile de fond de ses recherches qui, si elle ne transparaît pas forcément dans les publications, n’en est pas moins fondamentale (Charlotte Schoell-Glass).

5Dans un contexte historique tout à fait différent, l’exemple d’Edouard Gans s’impose ici, qui évoque un lien entre l’expérience d’une discrimination politique et sociale et un hégélianisme incarné dans le projet d’une « science du judaïsme » et d’une « philosophie du droit », prélude d’une histoire comparée des systèmes juridiques (Norbert Waszek). Tandis que presque un siècle plus tard le philosophe Franz Rosenzweig tentera en rompant avec l’hégélianisme d’inventer une philosophie juive incarnée notamment dans le projet pédagogique du Freies Jüdischs Lehrhaus de Francfort (Gérard Bensussan).

6S’intéresser aux liens entre références juives et identités scientifiques en Allemagne ne signifie donc pas seulement faire le bilan de toutes les habilitations refusées et de toutes les carrières ruinées, établir une liste de noms prouvant la contribution juive à telle ou telle discipline dans un but de philosémitisme ou de « réparation » (Wiedergutmachung) mais chercher à définir la dynamique complexe qui a fait la fécondité de l’œuvre scientifique de nombreux juifs allemands. Cette dynamique se laisse cerner essentiellement au niveau des biographies individuelles ou des effets de groupe, qui sont évidemment de moins en moins nets au fur et à mesure que les modes de vie juifs se diversifient et que l’acculturation progresse. Les textes autobiographiques montrent combien au début du xxe siècle le judaïsme est encore toutefois pour nombre de juifs allemands non pas quelque chose d’abstrait mais un monde dont ils sont issus et qu’ils reconstruisent rétrospectivement, en opposition à l’antisémitisme ambiant, dans un effort d’« auto-ethnicisation » positive en cherchant en lui les origines de leurs activités scientifiques et de leurs options intellectuelles (Céline Trautmann-Waller).

7Comme l’indiquait déjà l’exemple de l’ethnographie urbaine de l’École de Chicago, cette dynamique a trouvé un prolongement tout à fait original aux États-Unis. C’est ainsi que chez l’une des figures fondatrices de l’ethnologie américaine, Franz Boas, l’étude des imbrications culturelles s’appuie sur la combinaison d’un héritage intellectuel allemand avec l’expérience de la discrimination et la confrontation avec le contexte américain (Michel Espagne).

8Loin de prolonger les classifications raciales du nazisme allemand, l’étude de ce que l’on pourrait presque appeler un « moment juif » dans l’histoire des sciences humaines en Allemagne à la fin du xixe et au début du xxe siècle met ainsi en valeur les projections par lesquelles se fondent alors des projets scientifiques qui se démarquent par leur complexité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Trautmann-Waller, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 17 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/875

Haut de page

Auteur

Céline Trautmann-Waller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page