Navigation – Plan du site
La question de la langue : contextes juifs et recherches linguistiques

Les recherches sur la dialectologie yiddish et leurs répercussions sur le champ linguistique

Jean Baumgarten
p. 65-79

Résumé

En raison de la nature composite du yiddish et de son histoire singulière, les philologues ont longtemps éprouvé quelques difficultés à intégrer les études yiddish dans un champ de recherche constitué. Selon quels modèles théoriques convenait-il de décrire cette langue ? Pour certains, le yiddish est perçu dans ses relations aux dialectes germaniques, alors que, pour d’autres, il doit être relié à la linguistique des langues juives. L’histoire de la dialectologie du yiddish reste un bon exemple de la manière dont les études yiddish, certes grâce à de constants emprunts méthodologiques ou transferts théoriques, se sont constituées en tant que domaine autonome. L’œuvre de Max et d’Uriel Weinreich, autour du Language and Culture Atlas of Ashkenazic Jewry, demeure le point d’aboutissement de décennies de recherche sur les dialectes du yiddish. Cet article vise à reconstituer le cheminement de cette discipline, depuis les balbutiements au xixe siècle jusqu’aux ouvrages récents qui constituent autant de contributions originales à la linguistique.

Wegen der Kompositstruktur der jiddischen Sprache und ihrer eigentümlichen Geschichte haben die Philologen einige Schwierigkeiten gehabt, die jiddischen Studien in ein bereits gebildetes Forschungsfeld einzufügen. Nach welchen theoretischen Modellen sollte diese Sprache beschrieben werden ? Manche erfassen das Jiddische in seinen Beziehungen zu den deutschen Dialekten, andere meinen, es müsse mit der Linguistik der jüdischen Sprachen verbunden werden. Die Geschichte der Dialektologie des Jiddischen bietet ein gutes Beispiel für die Art, wie die jiddischen Studien sich, gewiß anhand von ständigen methodologischen Entlehnungen und theoretischen Transfers, als autonomer Bereich konstituiert haben. Die Werke von Max und Uriel Weinreich im Umfeld des Language and Culture Atlas of Ashkenazic Jewry bilden den Höhepunkt von jahrzehntelanger Forschung über die jiddischen Dialekte. In diesem Artikel wird die Entwicklung dieser Disziplin nachgezeichnet, von den Anfängen im 19. Jahrhundert bis zu den jüngsten Arbeiten, die eigenständige Beiträge zur Linguistik sind.

Due to the composite structure of Yiddish and the uniqueness of his history, the philologists stress the difficulty to integrate the Yiddish studies in a specific field of research. Which theoretical models must be used to describe this language? For some linguists, Yiddish must be analysed in relation to the Germanic dialects. For others, Yiddish must be related to the linguistics of Jewish languages. The history of the dialectology of Yiddish is a good example to understand how Yiddish studies have been constituted as a field of research, using constant methodological borrowings or theoretical transfers. The works of Max and Uriel Weinreich, around the Language and Culture Atlas of Ashkenazic Jewry, are the summit of decades of research on Yiddish dialects. In this article, we reconstitute the development of this field, from the beginnings in the 19th century to recent works which constitute original contributions to linguistics.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cette expression est empruntée à A. Van Gennep, « Essai d’une théorie des langues spéciales », Rev (...)
  • 2  Cette notion fondamentale pour comprendre le processus de cristallisation du yiddish a été théoris (...)
  • 3 E. Eggers, Sprachwandel und Sprachmishung im Jiddischen, Francfort, Lang, 1998.
  • 4  Voir G. Bergounioux, « « Aryen », « indo-européen », « sémite » dans l’université française (1850- (...)
  • 5  Le concept « d’hybridité » a longtemps permis de rendre compte de cette « contradiction » interne (...)

1En raison de sa nature composite et de son histoire complexe qui se déploie dans un espace transnational aux dimensions de l’Europe, le yiddish a été longtemps considéré comme un domaine atypique, aux frontières imprécises. Certes, si on se place du point de vue de la linguistique générale, le yiddish ne déroge pas aux lois de toutes les langues du monde, et il y aurait quelque surdétermination à vouloir l’analyser comme une « langue spéciale »1. Les traits structurels du yiddish n’ont, toutefois, cessé d’intriguer, autant que de stimuler, les linguistes depuis le xixe siècle. En tant que « langue de fusion »2, mais aussi en raison de l’histoire des migrations juives, le yiddish est composé d’éléments puisés dans une multitude de dialectes3. D’autre part, le yiddish a la particularité d’être l’une des rares langues d’Europe dans laquelle ont fusionné une composante indoeuropéenne et une composante sémitique. Or, on sait que la linguistique du xixe siècle s’est constituée autour de la coupure entre le pôle « aryen » et le pôle « sémite »4. Compte tenu de la structure composite du yiddish5, comment les philologues s’y sont-ils pris pour résoudre cette aporie et selon quel modèle théorique le yiddish a-t-il été décrit ? Enfin, si on se place du point de vue de la sociologie de la culture, en raison de l’institutionnalisation de ce domaine, mais aussi du fait des tragédies historiques, à l’origine de constantes migrations, de pérégrinations de l’intelligentsia juive dans le vaste territoire du yiddishland, les savants juifs se sont trouvés confrontés aux principaux courants de la linguistique européenne du xixe-xxe siècle. L’interculturalité demeure, dans cette perspective, une dimension déterminante pour comprendre la constitution de la linguistique du yiddish, à l’intérieur de l’espace culturel constitué par l’Europe occidentale (Allemagne), centrale (Prague), orientale (Vilna, Minsk, Kiev), puis les États-Unis (New York). Les études yiddish restent, de ce fait, un terrain propice à l’analyse des transferts théoriques et méthodologiques. Il semble, alors, intéressant d’essayer de reconstituer les manières dont se sont constitués quelques-uns des paradigmes propres à cette discipline, de comprendre comment de multiples influences culturelles croisées ont laissé leur empreinte dans les études yiddish et de quelles manières se sont produites certaines ruptures ou innovations qui ont permis la reconnaissance de ce champ de savoir.

  • 6  G. Bergounioux (éd.), Aux origines de la linguistique française, Paris, Pocket, 1994 ; S. Auroux ( (...)

2Rappelons, brièvement, au moment où les sciences du langage se recomposent au xixe siècle, comment la langue yiddish s’est immiscée dans ce nouveau champ théorique et s’est lentement constituée en tant que discipline propre6.

  • 7  Il existe une abondante bibliographie concernant la « comparaison des langues » Sprachvergleichung (...)
  • 8  Voir S. Branca-Rosoff, « Normes et dialectes », in S. Auroux (dir.), op. cit., 1999, p. 45-53.

3Des mutations de la philologie en Allemagne au xixe siècle, je retiendrai, brièvement, deux aspects qui éclairent la genèse des études du yiddish. D’abord, la domination de la méthode comparatiste et de la grammaire comparée7. Les principes d’investigation des langues et d’étude de leurs relations génétiques mis au point, il n’y eut plus d’obstacles à entamer des séries de comparaisons portant sur une multitude de langues, d’autant que les résultats dans le domaine de la grammaire comparée dépendaient de la capacité à expérimenter et vérifier le bien-fondé de cette méthode sur un maximum de familles de langues. D’autre part, la reconsidération positive des dialectes aboutit à l’investigation et à la description d’une multitude de langues européennes et de leur comparaison8. Les langues juives, dont le judéo-espagnol ou le judéo-allemand, bénéficient de ce mouvement général de reconsidération de la diversité des langues et des dialectes.

  • 9  J. Baumgarten, « L’étude de la composante hébraïque du yiddish : repères historiques et outils thé (...)

4Mentionnons un autre aspect : à partir du xviie siècle, le statut des trois langues scripturaires est remis en cause. Le latin et le grec se voient rattachés, via le sanscrit, à une même famille linguistique. L’hébreu, quant à lui, perd son statut de langue des origines et s’en trouve, dans un premier temps, isolé, avant de se voir réintégré dans une constellation de langues reliées, analysées avec les outils de la philologie comparée. Il est indéniable que l’émergence de la linguistique des langues sémitiques stimula, par ricochet, l’étude des langues juives vernaculaires, d’autant qu’une des particularités majeures de toutes ces langues est de comporter une composante hébréo-araméenne. Les philologues veulent comprendre comment les éléments sémitiques se combinent au sein des langues vulgaires, étudier les phénomènes de contacts de langue, d’interférences phonologiques, et aborder la question de la diglossie ou du multilinguisme. Depuis cette époque, l’étude de la composante hébréo-araméenne du yiddish devient une dimension cardinale de la linguistique du yiddish9.

  • 10  Ces a priori s’expriment aussi bien dans les travaux des philologues allemands de l’époque que che (...)

5La constitution des sciences du langage au xixe siècle n’est pas, toutefois, sans interférer avec des a priori idéologiques qui laisseront longtemps encore leur empreinte dans le champ de la linguistique. Dans ce contexte scientifique autant que social, l’indo-européen est placé en position hégémonique par rapport aux autres familles de langues, notamment sémitiques ou apparentées. Lorsqu’on étudie le yiddish, on retrouve, en filigrane, l’idée qu’il s’agit d’un rameau subalterne, inférieur des langues d’Europe, notamment en raison de son « hybridité », de son ambivalence. Les linguistes du yiddish auront à réfuter tout un ensemble de préjugés sur l’infériorité, la bâtardise des langues vernaculaires parlées par les Juifs. Dans la plupart des travaux, nés dans le contexte germanique, on repère nombre de ces présupposés théoriques, tout autant que des partis pris dépréciatifs associés aux langues juives10.

  • 11  Ce découpage disciplinaire ne fait que reprendre les catégories cardinales des sciences humaines é (...)
  • 12  Concernant l’histoire de la dialectologie du yiddish, on se reportera à deux textes : H. Koslowska (...)

6Les recherches sur le yiddish nées dans la mouvance des sciences du langage et de la grammaire comparée au xixe siècle se développèrent dans trois directions essentielles : les études littéraires, culturelles et philologiques11. Ne pouvant, dans le cadre de cet article, aborder les trois dimensions constitutives des études yiddish, je me bornerai à un aspect de la recherche philologique, à savoir les études de dialectologie12.

  • 13  J. C. Wagenseil, Belehrung der Füdisch-Teutschen red- und Schreib-Art, Königsberg, 1699 ; J. J. Sc (...)
  • 14  Notons que H. Bauer et P. Leander (op. cit., 1922, p. IV et 16) définissent l’hébreu biblique comm (...)

7Avant d’aller plus avant, rappelons brièvement comment la langue juive vernaculaire était perçue avant le xixe siècle. Le yiddish était analysé à travers le prisme de jugements de valeur, de considérations théopolitiques ou de concepts dévalorisants qui empêchaient de l’analyser tel qu’en lui-même. L’étude des langues se fondait sur une coupure entre le « correct » et le « défectueux », d’où découlait une hiérarchie entre langue, dialecte, patois et jargon. Selon ce schéma, il existe des langues constituées, douées de prestige, en raison de leur usage littéraire, culturel, politique et de leur normalisation. Le terme de dialecte est réservé aux moyens d’expression sans statut légitime, sans normes, et sans littérature écrite, produit de cultures « inférieures » et « grossières ». Il existe une autre dichotomie entre les langues « pures », leur « bon usage », et les dialectes considérés comme des corruptions, des dégradations, des dégénérescences des langues majoritaires. Le yiddish, est, ainsi, le plus souvent, défini comme de l’allemand corrompu13ou bien il est discrédité en raison de son caractère hybride. Une série de concepts, certes pas originaux ou réservés aux seules langues juives, sert à définir les caractères principaux de ces parlers. La notion de « langue mixte » (Mischsprache)14reste la plus couramment usitée.

8Progressivement, un renversement théorique s’opère. Les dialectes sont placés au centre des sciences du langage, comme le domaine par excellence d’observation des lois de mutations phonologiques. D’autre part, les concepts, autrefois utilisés pour déprécier ces langues, serviront, dorénavant, pour décrypter les mécanismes de genèse, l’organisation interne et entamer des comparaisons entre les dialectes. L’expression de « langue mixte » en fournit un bon exemple. L’idée du « mélange » est entrevue comme une donnée fondatrice de toutes les langues vernaculaires juives. Ce qui, auparavant, était entrevu comme un éclatement désordonné, illogique, est analysé dans le cadre de la pluralité des dialectes germaniques.

  • 15  S. Dubnov, Lettres sur le judaïsme ancien et nouveau, éd. par R. Poznanski, Paris, Cerf, 1989 (voi (...)
  • 16  Cet aspect doit être mis en relation avec les tentatives des savants juifs éclairés de réduire les (...)

9Notons, parallèlement, deux traits qui particularisent les recherches de dialectologie et qui peuvent expliquer pourquoi elles occupent une place si centrale dans la linguistique du xixe et du xxe siècle : d’un côté, elles permettent à certains savants de privilégier les phénomènes de porosité, les zones de contact et tout ce qui participe du brouillage des frontières rigides entre le « dedans » et le « dehors », d’estompage des identités constituées, aux fins de relativiser la spécificité de la culture juive ou le « particularisme » des Juifs. A l’inverse, au sein de l’intelligentsia ashkénaze, les études sur les dialectes constituent une des pierres angulaires des théories sur l’autonomie juridique et culturelle en diaspora. La poussée du nationalisme juif entraîne un intérêt pour la dialectologie, considérée comme une dimension cardinale de l’autonomie nationale15. Enfin, ces recherches constituaient un « terrain neutre » pour légitimer l’idée d’une symbiose judéo-allemande et mettre en lumière la contribution des Juifs à la culture allemande. Le grand accomplissement des philologues juifs fut, en effet, de faire reconnaître que l’étude des dialectes du yiddish demeurait une dimension non négligeable pour la connaissance des dialectes germaniques. Beaucoup d’études ont pour but de démontrer la relation génétique qui existe entre ces dialectes et le yiddish. Autant, les frontières religieuses font apparaître des délimitations rigides, des singularités irréductibles, autant, en ce qui concerne les langues, l’accent est mis sur l’idée d’un continuum linguistique et culturel16. L’idée reste de prouver qu’on passe, presque indistinctement, des dialectes germaniques à certaines formes du yiddish, afin d’accréditer la thèse d’une totalité insécable. On ne parle plus de « dégradation » ou de « dégénérescence », mais d’une relation de continuité, de contiguïté, de proximité et d’un processus de cristallisation ou d’autonomie progressive du yiddish à partir d’une base germanique. Les faits de langue aident à forger une représentation moins tranchée des relations entre Juifs et allemands. Le yiddish est, de la sorte, réintégré dans la constellation culturelle et linguistique germanique et, de plus, il permet de reconstituer certaines données philologiques précieuses sur l’état des dialectes allemands du Moyen Âge au xviiie siècle. Le problème n’est plus, comme avant, de délimiter des formes propres et impropres, mais de montrer en quoi le yiddish fournit des matériaux utiles aux sciences du langage et à la connaissance des dialectes de l’Allemagne. Les philologues juifs s’intéressent aux manières dont le yiddish s’est formé, selon quels mécanismes phonologiques il a évolué et quelles relations il entretient avec les dialectes du moyen-haut allemand dont il est issu.

10La dialectologie du yiddish se structure en fonction d’un double clivage. D’un côté, on discerne des divergences méthodologiques dans l’analyse des relations entre les dialectes des langues de contact et le yiddish.

  • 17 H. P. Althaus, « Jüdisch-hessische Sprachbeziehungen », Zeitschdrift Mundartforschung, 30, 1963, p. (...)
  • 18 U. Weinreich, « The geographic makeup of Bielorussian Yiddish », Field of Yiddish, 3, 1969, p. 82-1 (...)
  • 19  Ce que D. Katz dénomme yidishistishe shul ( « L’école yiddishiste » ), D. Katz, « Zur Dialektologi (...)
  • 20  Né en 1881, mort en 1917. B. Borochov, Shprakh-forshung un literaturgeshikhte, éd. par N. Mayzel, (...)
  • 21 B. Borokhov, « Plan far a geshikhte fun yidish », op. cit., 1966, p. 140.
  • 22  Parmi les membres d’honneur du Yivo lors de sa création figuraient l’historien Simon Dubnov, Alber (...)
  • 23  Né en 1882, mort en 1941. N. Prilutski fut influencé par les thèses des néo-grammairiens. N. Prilu (...)
  • 24  En 1920.
  • 25  L’un de ses buts était, par le biais de la dialectologie, d’amener le yiddish dans la sphère de la (...)
  • 26  M. Veynger, Yidishe dialektologye, Minsk, Académie des sciences de Biélorussie, 1929 ; L. Vilenkin (...)

11D’autre part, on observe des différences dans les critères de classification et de définition. Certains philologues considèrent ce domaine comme une branche de la Germanistik17ou de la linguistique des langues slaves18, alors que d’autres, les yiddishistes qui se fondent sur l’étude du yiddish d’Europe orientale, utilisent la Wissenschaft des Judentums comme un modèle négatif. La dialectologie du yiddish doit se constituer en tant qu’objet propre, former un domaine autonome, sans être inféodée aux études germaniques ou être envisagée comme un simple appendice de la dialectologie allemande. Il n’est pas anodin de rappeler que le fondateur de l’école est-européenne de la philologie yiddish19 n’est autre que le théoricien sioniste socialiste, fondateur du Poalei Tsion, Ber Borokhov20. Il publia, parallèlement à son œuvre politique, des articles de philologie dans Der Pinkes (Vilna), dont « Di bibliotek funem yidishn filolog » (1911) et « Di ufgaben fun der yidisher filologye » (1913). Dans ces articles, il propose une répartition entre deux aires dialectales majeures : le yiddish occidental, lui-même subdivisé en deux dialectes du Nord et du Sud, et oriental, réparti en trois isoglosses ; le yiddish polonais, lithuanien et du Sud (Volhynie, Bucovine et Roumanie)21. Autour des idées contenues dans ce texte programmatique, se regroupèrent des intellectuels pour qui la langue et la culture yiddish demeuraient un pôle central de la culture juive moderne. B. Borokhov peut ainsi déclarer : « La philologie doit retracer l’histoire des trésors de notre créativité nationale, mais cet objectif ne peut être atteint par des individus isolés... Seule une institution commune peut organiser l’activité philologique dans sa dimension pleine et entière. » La création du Yivo, l’Institut scientifique juif, à Berlin, puis Vilna, en 1925 concrétise ce mouvement en faveur de l’étude et de l’exploration de la langue et de la culture yiddish22. Son ambition était de fédérer les recherches sur le judaïsme ashkénaze d’Europe orientale, concernant, entre autres, les dialectes du yiddish. Au nombre de ces animateurs figurait Noyakh Prylutski23qui fut un des fondateurs du Folkspartei, défenseur de l’autonomie des Juifs de Pologne et auteur d’une œuvre abondante portant sur l’étude philologique de la langue yiddish parlée. On lui doit une des premières classifications des dialectes24 fondée sur la réalisation de la diphtongue mha et yiddish /ey/ qui permet la division tripartite entre le yiddish occidental /a/ long (flash, klan), le yiddish central /ay/ (flaysh, klayn) et le yiddish oriental /ey/ (fleish, klein). Ce courant fut à l’origine de la création en 1925 du Yivo dans lequel les études de dialectologie constituaient un domaine central. Un autre pionnier de la dialectologie du yiddish oriental fut le lexicographe L. Sainéan qui appliqua les méthodes de la philologie allemande à l’étude du dialecte yiddish parlé en Roumanie, dénommé par l’auteur « judéo-valaque » ou « judéo-galicien »25. À l’intérieur de ce courant, il convient de mentionner les travaux de linguistique réalisés dans la section juive de l’Académie des sciences de Biélorussie (Minsk) qui aboutit, notamment, à l’édition du premier atlas linguistique du yiddish26. Bien que fortement imprégné par des considérations idéologiques, ce travail constitue un source précieuse sur l’état de la langue yiddish en Europe orientale avant guerre. Depuis cette époque, en raison de la Shoah et des vicissitudes politiques qui marquèrent la période communiste, plus aucun travail scientifique n’a pu être réalisé sur le yiddish dans ces régions du centre et du sud-est de l’Europe, dont l’Ukraine. Cette réalisation constitue, de ce fait, un monument incomparable sur la langue parlée dans ce vaste espace géographique et sur les interférences linguistiques entre les dialectes slaves et le yiddish.

  • 27  Né en 1850, mort en 1935. Personnage secret, perfectionniste et tourmenté, il resta, durant toute (...)
  • 28  A. Landau, « Die Sprache der Memoiren Glückeis von Hameln », Mitteilungen des Gesellschaft für jüd (...)
  • 29  A. Landau, « Das Diminutivum der galizisch-jüdischen Mundart », Deutsche Mundarten, 1, 1896, p. 46 (...)
  • 30  A. Landau, S. Wachstein, Jüdische Privatbriefe aus dem Jahre 1619, Vienne et Leipzig, Braumüller, (...)

12Parmi les plus anciens travaux du courant issu de la germanistique, citons les recherches du philologue autrichien Alfred Landau27. On lui doit une étude sur la langue des Mémoires de Glückel d’Hameln28 et un dictionnaire étymologique yiddish-allemand, détruit durant le pillage des archives du Yivo à Vilna pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans le périodique Deutsche Mundartern29, il écrivit un article sur les diminutifs en yiddish dans leurs rapports aux dialectes germaniques. Cet article reste important, car il contient en gestation nombre de questions qui seront reprises et amplifiées dans les recherches futures. Au Heu de privilégier une analyse des simples corrélations entre les dialectes yiddish et germaniques, A. Landau applique, ce que des linguistes américains dénomment la « théorie de la sélection due au hasard » (random-selection theory), dans laquelle des éléments puisés dans différentes sources germaniques se transforment d’une manière imprévisible et imprédictible dans les dialectes du yiddish. Dans cet article, puis dans l’ouvrage édité avec B. Wachstem30, A. Landau propose une des toutes premières classifications scientifiques des dialectes du yiddish. A partir de la réalisation des deux diphtongues du moyen-haut allemand /ei/ et /ou/ il établit les traits du yiddish occidental (Yoc : flaash (bouteille), klaan (petit), baam (arbre), kaafn (acheter), et MHA : fleish, klein, boum, koufn). A. Landau distingue cinq grandes aires dialectales, celle des Juifs allemands (yiddish occidental) et celle des Juifs slaves (yiddish oriental), qui se subdivise en sous-dialectes de Galicie orientale et occidentale, de Pologne et de Lituanie. À ces isoglosses, s’ajoute une zone intermédiaire, le yiddish de Bohème et Moravie (yiddish central) et la Lettonie et le Courland (yiddish oriental du Nord), ce qui permet à Landau d’ouvrir la question des zones dialectales de transition, d’amorcer une théorisation de la question des contacts, de la contamination des dialectes. A. Landau apporte des idées novatrices concernant la question du changement phonétique et de l’origine de la diversité des dialectes du yiddish. Il démontre, surtout, que l’interférence avec les dialectes de contact détermine les mutations du yiddish et l’existence des variétés dialectales de la langue. D’autre part, les émigrants juifs allemands qui s’installèrent en Europe orientale, emportèrent avec eux des formes complexes issues d’une multitude de dialectes germaniques. A. Landau analyse une tendance, propre à toutes les langues, à l’uniformisation, à la simplification. Il démontre que seules quelques formes ont survécu et que les locuteurs ont gardé les plus utiles à l’usage dans la vie quotidienne.

  • 31  Sur les néo-grammairiens, voir K. R. Jankowsky, The Neogrammarians, La Hague, Mouton, 1972.
  • 32  J. Gerzon, Die jüdisch-deutsche Sprache, Köln, Salm, 1902 (publié la même année à Francfort, Kauff (...)
  • 33 E. Sapir, « Notes on Judeo-German Phonology », Jewish Quarterly Review, 1915, 4, p. 231-236.
  • 34 S. Hiley, « Solomon A. Birnbaum », History of Yiddish Studies, éd. par Dov-Ber Kerler, Chur, Harwoo (...)
  • 35  S. Birnbaum, Praktische Grammatik der jiddischen Sprache, Vienne, Leipzig, Hartleben, 1918, p. 16. (...)
  • 36 S. Birnbaum, Das hebräische und aramäische Element in der jiddischen Sprache, Université de Würzbur (...)
  • 37  Dans sa transcription /aï/.
  • 38  Cette classification sera reprise par M. Mieses, Die jiddische Sprache, Berlin, Vienne, 1924, et J (...)
  • 39  F. Beranek, « Zur geschichte des jiddischen Vokalismus », Zeitschrift für Mundartforschung, 1965, (...)
  • 40 F. Guggenheim-Grünberg, Surbtaler Jiddisch, Frauenfeld, 1966 (Schweizer Dialekte in Text und Ton. B (...)
  • 41 E. Timm, Graphische und phonische Struktur des Westjiddischen, Tübingen, Niemeyer, 1987.
  • 42  D. Katz, pour éviter les confusions nées des zones de transition comme le yiddish central propose (...)

13L’approche d’Alfred Landau suscita des critiques de la part de linguistes qui s’inspiraient des thèses des néo-grammairiens31. Par l’analyse des régularités des développements phonologiques, certains philologues du yiddish cherchaient à dégager les lois de mutations consonantiques, de diversifications phonétiques des dialectes germaniques vers le yiddish. Dans ces travaux, les changements entre le MHA et le yiddish sont prévisibles et peuvent être déterminées par des constantes phoniques, qui ne souffrent guère d’exceptions. Parmi les linguistes qui s’inscrivent dans ce courant néogrammairien, citons Jacob Gerzon dont la thèse32 est fondée sur une comparaison des formes de la composante germanique du yiddish avec celles du moyen-haut allemand. Mentionnons, brièvement, dans la même mouvance, deux travaux importants. D’abord, celui d’Edward Sapir, fils d’un rabbin né en Allemagne, élève de Franz Boas. Outre ses travaux d’anthropologie linguistique, notamment avec Louis Bloomfield, il consacra un article à la phonologie du yiddish33, dans lequel il montre que les traits phonologiques du yiddish posent des questions d’un grand intérêt pour les sciences du langage et pour la dialectologie germanique. En utilisant la méthode de la linguistique formelle, il analyse la distribution des phonèmes du yiddish, et étudie les innovations, changements et simplifications du MHA en yiddish. Mentionnons, en second lieu, les recherches de Solomon Birnbaum34, qui fut titulaire du premier poste d’enseignement du yiddish dans une université allemande, à Hamburg avant guerre. En 1933, il s’exila à Londres, où il poursuivit ses recherches dans le cadre de la School of Oriental Languages, puis à l’Université de Toronto. Retenons deux œuvres, d’abord une grammaire35 puis sa thèse36, dans lesquelles il propose une classification des dialectes. S. Birnbaum réunit les deux dialectes séparés par B. Borokhov, à savoir le yiddish polonais et du Sud, qu’il distingue du yiddish lituanien. Sa classification est fondée sur la combinaison de la réalisation de la voyelle primitive longue komets. Il distingue ce qu’il nomme le « O Dialekt » (ponem yiddish occidental et oriental du Nord, lituanien) et le « U Dialekt » (punem yiddish central et oriental du Sud). Cette aire dialectale se subdivise à son tour en deux zones : le dialecte /ey/37 (fleysh « viande »), soit le yiddish oriental du Nord et du Sud ; le dialecte /ay/ (flaysh), soit le yiddish central qui se distinguent du yiddish occidental caractérisé par le /a/ long flaash)38. S. Birnbaum montre l’intérêt de l’étude de la composante sémitique pour la compréhension des règles d’interférence, nées des contacts de langues, et pour la recomposition des lois phonologiques d’évolution de la langue yiddish. Tout ce courant se prolongera dans un ensemble d’ouvrages, dont, notamment, ceux de Franz Beranek39, Florence Guggenheim-Grünberg40 et d’Erika Timm41. Signalons, pour finir, que des linguistes, dont surtout Dovid Katz, reprendront ces diverses classifications pour les refondre dans un ensemble plus cohérent qui tienne compte, notamment, des zones de transition, comme le yiddish central42.

  • 43 M. Weinreich, Geshikhte fun der yidisher shprakh, New York, Yivo, 4 t., 1973.
  • 44  U. Weinreich, M. Herzog et V. Baviskar (éd.), Der yidisher shprakh- und kultur-atlas (The Lan-guag (...)

14Cette tendance des études yiddish se heurtera à la difficulté de tout expliquer par une application mécaniste de lois phonétiques. D’autres linguistes rappelleront que les langues vernaculaires sont des faits sociaux, toujours en contact avec d’autres langues et que les mutations ne répondent pas à des lois immuables. Ce courant s’épanouira dans les travaux, concernant la dialectologie, la géographie linguistique, le bilinguisme et les contacts de langues, de deux des linguistes majeurs de l’époque contemporaine, Max43 et son fils Uriel Weinreich44. Dans ces deux ouvrages majeurs, on voit bien s’entrecroiser les différents milieux intellectuels, se combiner les méthodes allemande, est-européenne et américaine, tout en formant des travaux originaux qui marqueront l’histoire de la linguistique au xxe siècle, que ce soit dans le domaine de l’interlinguistique juive, à savoir la linguistique comparée des langues juives, ou de la sociolinguistique, notamment l’étude des langues juives comme sociolecte, religiolecte, et de la dialectologie.

  • 45 M. Weinreich, Studien zur Geschichte und dialecktisclien Gliederung der jiddischen Sprache, Univers (...)
  • 46  Max Weinreich se rendit à Copenhague en 1936 au IVe Congrès international de linguistes où il fît (...)
  • 47  K. Jaberg. J. Jud, Sprach- uni Sach-atlas Italiens und der Südschweiz, Zofingen, Ringier, I : 193 (...)
  • 48 U. Weinreich, Languages in Contact, New York, 1953 (2e éd., La Hague, Mouton, 1963).
  • 49 U. Weinreich, « Vegn a nayem yidishn shprakh- un kultur-atlas », Di Goldene Keyt, 1960, 73, p. 47-5 (...)
  • 50 U. Weinreich, « Sabesdiker loshn in Yiddish : A problem of linguistic affinity », Word, 8, 1952, p. (...)
  • 51  N. S. Troubestkoy, « Phonologie et géographie linguistique », Travaux du Cercle linguistique de Pr (...)
  • 52 U. Weinreich, « Is a structural dialectology possible ? », Word, 10, 1954, p. 388-400.
  • 53  En se fondant sur la distinction entre l’onomasiologie et la semasiologie. Sur cette opposition, v (...)
  • 54  Soit « The Diaphonemic Structure of Yiddish vocalism », voir l’Atlas, op. cit., vol. 1, 1992, p. 1 (...)
  • 55  F. de Saussure, Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes, Le (...)

15M. Weinreich, originaire de Lettonie, étudia d’abord à l’Université de Saint-Pétersbourg, puis à Marburg, université qui abritait un centre de dialectologie. Des dialectologues comme Georg Wenker (1852-1911) et son successeur Ferdinand Wrede (1863-1934) avaient posé les fondements de la linguistique aréale (Areallinguistik) et de la géographie linguistique ou dialectale (Dialektgeographie) dans laquelle les données ethnographiques occupaient une place décisive. Ses aspects théoriques se retrouveront, notamment, dans la thèse de Max Weinreich soutenue en 1923 à Marburg45, véritable matrice des recherches futures. Max Weinreich restait, toutefois, conscient des limites de ce travail. Dans la préface, il observe que la précision à laquelle est parvenue la dialectologie germanique « est encore un rêve pour nous ». Son ambition est de réaliser une œuvre qui puisse à la fois rivaliser avec les grandes réalisations de la dialectologie allemande et qui témoigne de l’intérêt de la linguistique du yiddish pour les sciences du langage. Il commença cette vaste entreprise dans le cadre de l’Institut scientifique juif (Yivo) de Vilna qui devient le principal centre de la science yiddish avant guerre, où il travailla, entre autres, avec Noakh Prilutski. Juste avant la Seconde Guerre mondiale, Max Weinreich46émigré avec sa famille aux États-Unis, pour travailler au sein de la branche américaine du Yivo. Son fils Uriel devient, au début des années 1950, professeur titulaire de la première chaire de yiddish créée aux États-Unis à la Columbia University de New York (Atran chair) et chef du département de linguistique. Notons qu’il effectua un séjour en Suisse où il travailla sous la direction de Jakob Jud et E. Dieth, tous deux experts dans les méthodes de la géographie linguistique. Rappelons que Jakob Jud fut avec Karl Jaberg le rédacteur du Sprach- und Sach-atlas Italiens und der Südschweiz qui influença l’atlas du yiddish47. Uriel Weinreich termine sa thèse sur les contacts de langue sous la direction d’André Martinet, alors aux États-Unis48. C’est dans ce nouveau contexte, notamment de la Linguistic Society of America et de la branche américaine du Yivo (Institut scientifique juif de New York), où vont se retrouver tout un groupe de linguistes formés en Europe occidentale et orientale, qu’il va poursuivre ses travaux. De 1950 à 1959, il met sur pied une des entreprises majeures de la dialectologie du yiddish le Language and Culture Atlas of Ashkenazic Jewry49. Cette œuvre a l’originalité d’être à la fois un mémorial dédié à une des langues des communautés juives d’Europe détruites par la Shoah, en même temps qu’une étude du yiddish vivant, composée à partir d’interviews d’informateurs originaires d’Europe de l’Est et installés aux États-Unis. Une première étape dans cette vaste construction concerne la réflexion autour de la dialectologie bilingue. Uriel Weinreich50 part d’un fait dialectal : la confusion entre le /sh/ et le /s/ en yiddish lituanien qu’il s’explique par l’interférence d’un fait dialectal similaire dans les dialectes slaves. On   sir ha-sirim au Heu de shir ha-shirim ( « le Cantique des cantiques » ). Il détermine que la comparaison de variations régionales du yiddish avec les traits de la langue de la société coterritoriale non juive, permet de recomposer les causes de la « différenciation géolinguistique ». L’un des aspects les plus intéressants de cet atlas reste que, pour la première fois, une vaste enquête est fondée sur les principes de la dialectologie structurale, énoncés par Troubetskoy et le Cercle linguistique de Prague51. En 1954, U. Weinreich reprend ces données en les approfondissant et les appliquant au yiddish, dans un célèbre article de la revue Word : « Is a structural dialectology possible ? »52 Jusqu’alors, on s’interrogeait pour savoir comment telle unité lexicale, tel hapax, étudiée séparément, se prononce53 et quel sens elle prend dans une région donnée. La dialectologie structurale, par contre, étudie la manière dont le trait s’insère dans le système auquel il appartient dans l’espace en question. Il ne s’agit plus de comparaisons de faits de langue localisés, mais de comparaisons de systèmes, afin d’analyser les interrelations entre variantes à l’intérieur du dialecte ou de la langue, définis comme un système de systèmes. L’une des plus importantes innovations de cet atlas concerne la structure diaphonémique du vocalisme yiddish54. U. Weinreich reconstitue un diasystème vocalique de base, comprenant 20 protovoyelles, dont les réalisations phonétiques, ou la distribution dans des formes lexicales, varient d’un dialecte à l’autre. Il établit une corrélation entre, pour reprendre les termes de de Saussure55, le « système primitif des voyelles » du yiddish tel qu’on peut le reconstruire et ses correspondances diaphonémiques dans tous les dialectes et dans toutes les composantes de la langue. M. et U. Weinreich ont mis au point un ingénieux système de notation dans lequel chaque voyelle accentuée se voit assigné une double désignation. Le premier chiffre fait référence au système reconstitué des protovoyelles du yiddish soit 1 = a, 2 = e, 3 = i, 4 = o, 5 = u, et le second chiffre représente la valeur de la voyelle soit 1 = voyelle brève, 2 = voyelle longue, 3 et 5 = voyelle brève allongée, et 4 = diphtongue. Cette notation phonétique permet de systématiser les valeurs dialectales de chaque protovoyelle.

16Quelques exemples du système des voyelles primitives du yiddish et de leur réalisation dans les différents dialectes du yiddish
(d’après U. Weinreich, The Language and Cultural Atlas of Ashkenazic Jewry, New York, 1992)

  • YON, YOC, YOS = Yiddish occidental du Nord, central et du Sud.

  • YNE, YCE, YSE = Yiddish oriental du Nord, central et du Sud.

  • Groupe 1

  • *Voyelle 51 (Ul) : YON /o/ – YOC, YOS, YNE /u/ – YCE, YSE /i/

  • Frum (pieux), kumen (venir), khupe (dais nuptial), guzme (exagération), hunt (chien).

  • Groupe 2

  • *Voyelle 22 (E2) : YON /y/ – YOC /e/ – YOS /y/ – YNE /ey/ – YCE /ay/ – YSE /ey/ Beyz (méchant), eybik (éternel), sheyn (beau), seykhl (entendement), breyre (choix), seyfer (livre saint), veytik (douleur).

  • *Voyelle 52 (U2) : YON, YOC, YOS /u/ – YNE /u/ – YCE, YSE /i/

  • Bukh (livre profane), shul (synagogue), brader (frère), malbushim (habits), refue

  • (remède), nevue (prophétie), shvue (serment).

  • Groupe 3

  • *Voyelle 25 (E5) : YON /e/ – YOC /i/ – YOS, YNE /e/ – YCE, YSE /ey/

  • Betn (implorer), shtetl (bourgade), rege (instant), teve (nature), beged (habit), mer (plus).

  • Groupe 4

  • *Voyelle 24 (E4) : YON, YOC, YOS /a/ – YNE /ey/ – YCE /ay/ – YSE /ey/ Gleybn (croire), kleid (croire), fleysh (viande), heylik (saint), meynen (signifier), heym (maison).

  • *Voyelle 34 (14) : YON /ey/ – YOC, YOS /ay/ – YNE /ay/ – YCE /a/ – YSE /a/

  • Vays (blanc), lailekh (drap), baytn (changer), mayn (mon), shnayder (tailleur), vayn (vin).

  • *Voyelle 44 (O4) : YON, YOC, YOS /a/ – YNE /ey/ – YNE, YSE /y/

  • boym (arbre), oyg (œil), toyb (sourd), koyfn (acheter), loyfn (courir), derloybt (autorisé).

  • *Voyelle 54 (U4) : YOC, YOS /u/ – YNE /y/ – YCE /ou, u/ – YSE /ou, u/

  • hoyz (maison), moyl (bouche), boyen (construire), boykh (ventre), troyer (tristesse).

  • Weinreich aboutit à une reclassification structurale des dialectes à partir des deux protovoyelles 24 et 44 :

  • Le YO est caractérisé par la monophtonguaison de la protovoyelle (pv) 24 et 44. Kaafn, flaash (acheter de la viande).

  • Le YC, 24 /ay/ et 44 /oy/ Koyjn, flaysh.

  • Le YE, 24 /ey/ et 44 /oy/ Koyjn fleysh.

17On aura donc, pour chaque protovoyelle, une structure singulière dans tous les dialectes et les composantes de la langue. Cette approche permet un inventaire systématique, une analyse de la distribution géographique de traits dialectaux et l’observation des similarités phonologiques entre dialectes, qui aboutissent à une systématisation des différenciations internes de la langue. On peut relier tous les dialectes à un système diaphonémique général et établir toute une série de comparaisons. Mais surtout, loin de considérer le yiddish comme un système clos et de privilégier l’hypothèse mécaniste d’une corrélation entre changements phonologiques et impact des langues ou des dialectes mitoyens, cette méthode prend en compte la dynamique interne des langues dans le contexte multilingue de la société juive ashkénaze. Transcendant les frontières culturelles, la dialectologie structurale réintroduit, contrairement aux lois mécaniques des néogrammairiens, une part d’imprévisibilité, d’innovations dans l’évolution du yiddish.

  • 56  L’important travail de M. Herzog (The Yiddish Language in Northern Poland : Its Geography and Hist (...)

18En dehors de la reclassification structurale des dialectes, cette méthode permit d’établir des critères d’explication de l’innovation et du changement linguistique dans un lieu ou un dialecte précis et de clarifier tout un faisceau de problèmes. Ainsi, par exemple, mesurer les différences et les similarités entre l’évolution de la langue dans le groupe juif et dans la société coterritoriale ; voir si les réponses de la société juive aux stimuli linguistiques diffèrent selon qu’ils sont d’origine germanique ou slave ; mesurer, dans chaque région, les effets de l’urbanisation sur les coutumes populaires juives ; établir quels territoires ethnofolkloriques émergent de l’étude géographique de la culture ashkénaze et observer si on repère des congruences entre isoglosses dialectales et artefacts culturels. On peut ainsi tenter de recomposer les canaux de communication, les voies de circulation des traits culturels, notamment par le biais des migrations ou des emprunts. D’autre part, la méthode mise au point dans l’atlas permit d’amorcer toute une série d’enquêtes ethnolinguistiques circonscrites. On pense, entre autres, à l’étude des montagnes des Carpates comme cause de différenciations culturelles ; l’analyse de la stratification culturelle chez les Juifs et non-Juifs dans les centres urbains ; la question des espaces de conservatisme ou d’archaïsme dans la société juive et chrétienne ; l’irradiation de l’influence culturelle germanique en Europe de l’Est (Pays baltes, Transylvanie) ; la question des villes comme foyer de diffusion et d’absorption des traits linguistiques ; les effets de la frontière politique entre la Pologne et la Russie sur la différenciation dialectale. De nombreuses disciplines, comme l’histoire ou l’anthropologie religieuse, l’ethnolinguistique, purent ainsi bénéficier des enseignements contenus dans cet atlas56.

19La genèse de la linguistique du yiddish résulte donc d’un double transfert. D’abord, un transfert de méthodes, de théories et de technologies linguistiques, depuis le comparatisme jusqu’à la dialectologie structurale. Mais cette greffe n’aurait pas forcément porté ses fruits sans une succession de déplacements géographiques. Les savants formés dans les universités d’Allemagne purent approfondir leurs travaux en s’immergeant dans le monde juif d’Europe orientale qui était, avant la Seconde Guerre mondiale, le cœur vivant de la langue yiddish parlée, des traditions orales, en même temps qu’un lieu de recherche essentiel. Suite à la montée du nazisme, nombre de savants pérégrinèrent à travers l’Europe et immigrèrent aux Etats-Unis où ils furent confrontés à de nouvelles méthodes et techniques. Les recherches menées dans certains domaines, dont, entre autres, la dialectologie, bénéficièrent de cette conjoncture théorique tout à fait particulière. Elles purent, de la sorte, connaître un retentissement dans le champ de la linguistique générale et atteindre une reconnaissance internationale.

Haut de page

Notes

1  Cette expression est empruntée à A. Van Gennep, « Essai d’une théorie des langues spéciales », Revue d’études ethnographiques et sociologiques, 1, 1908, p. 327-337.

2  Cette notion fondamentale pour comprendre le processus de cristallisation du yiddish a été théorisée par M. Weinreich dans son ouvrage Geshikhte fun der yidisher literatur, New York, Yivo, 1, 1973, p. 32-37.

3 E. Eggers, Sprachwandel und Sprachmishung im Jiddischen, Francfort, Lang, 1998.

4  Voir G. Bergounioux, « « Aryen », « indo-européen », « sémite » dans l’université française (1850-1914) », La linguistique de l’hébreu et des langes juives : histoire, épistémologie, langage, éd. par S. Kess-ler-Mesguich et J. Baumgarten, 18/1, 1996, p. 109-126.

5  Le concept « d’hybridité » a longtemps permis de rendre compte de cette « contradiction » interne à la langue yiddish.

6  G. Bergounioux (éd.), Aux origines de la linguistique française, Paris, Pocket, 1994 ; S. Auroux (dir.), Histoire des théories linguistiques. L’hégémonie du comparatisme, Louvain, Mardaga. 1999.

7  Il existe une abondante bibliographie concernant la « comparaison des langues » Sprachvergleichung ou la « grammaire comparée » (vergleichende Grammatik). Se reporter, entre autres, à l’ouvrage classique d’A. Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes, Paris, Leroux, 1915 (4e éd.). Voir notamment l’appendice « Aperçu sur le développement de la grammaire comparée » suivie « d’indications bibliographiques » (p. 439-496) et S. Auroux (dir.), op. cit., 1999.

8  Voir S. Branca-Rosoff, « Normes et dialectes », in S. Auroux (dir.), op. cit., 1999, p. 45-53.

9  J. Baumgarten, « L’étude de la composante hébraïque du yiddish : repères historiques et outils théoriques », Vena Hebraica in Judaeorum Linguis, éd. par S. Morag, M. Bar-Asher et M. Mayer-Modena, Milan, Universita degli Studi di Milano, 1999, p. 221-241.

10  Ces a priori s’expriment aussi bien dans les travaux des philologues allemands de l’époque que chez les savants de la Wissenschaft des Judentums.

11  Ce découpage disciplinaire ne fait que reprendre les catégories cardinales des sciences humaines établies par H. Schuchardt (1842-1927), à savoir « Literatur, Kultur, und Sprachwis-senschaft ».

12  Concernant l’histoire de la dialectologie du yiddish, on se reportera à deux textes : H. Koslowska, « Zur Forschungsgeschichte der jiddischen Dialekte », Lingua Posnaniensis, XII-XIII, 1968, p. 135-146 ; The dialects of Yiddish, éd. par D. Katz, Oxford, Pergamon, 1988.

13  J. C. Wagenseil, Belehrung der Füdisch-Teutschen red- und Schreib-Art, Königsberg, 1699 ; J. J. Schudt, Jüdische Merkwurdikeiten, Leipzig, Francfort, II, 1714, p. 283-289 explique : « Le soi-disant judéo-allemand ou hébréo-allemand, qui proprement est de l’allemand, mais de l’allemand passablement grossier et corrompu, beaucoup mélangé de mots hébreux... Les Juifs prononcent les mots allemands de façon rude et défectueuse. »

14  Notons que H. Bauer et P. Leander (op. cit., 1922, p. IV et 16) définissent l’hébreu biblique comme une « langue mixte » (Mischsprache). Ils utilisent, souvent le concept de « langue d’échange » Sprachtausch et dialektmischung, Sprachmischung : « Das hebräische ist demnach keine einheitliche Sprache, sondern eine richtige Mischsprache » (p. 19). H. Schuchard, Paul, L. Adam ou Georg von der Gabelenz utilisent, dans un sens positif, le concept de mélange des langues ou de langue mixte. Par contre, M. Müller, dans ses Lectures on the Sciences of language (New York, 1875, p. 80) explique que : « Languages are never mixed. »

15  S. Dubnov, Lettres sur le judaïsme ancien et nouveau, éd. par R. Poznanski, Paris, Cerf, 1989 (voir l’index « Langue »).

16  Cet aspect doit être mis en relation avec les tentatives des savants juifs éclairés de réduire les barrières qui existaient entre la société juive et non juive et de montrer en quoi les Juifs ont contribué à l’édification de la culture germanique. Une langue et une culture comme le yiddish ne pouvaient que conforter l’idée d’une relation de proximité et d’une fécondité réciproque entre les cultures allemande et juive. Les recherches de ce type, opérée sur le terrain « neutre » de la philologie, peuvent être entrevues dans le contexte des débats sur la place des juifs dans la société germanique et leur reconnaissance en tant que cocréateur d’une culture commune. Sur les enjeux politiques de la science du judaïsme, voir C. Trautmann-Waller, Philologie allemande et tradition juive : le parcours intellectuel de Léopold Zunz, Paris, Cerf, 1998.

17 H. P. Althaus, « Jüdisch-hessische Sprachbeziehungen », Zeitschdrift Mundartforschung, 30, 1963, p. 104-156.

18 U. Weinreich, « The geographic makeup of Bielorussian Yiddish », Field of Yiddish, 3, 1969, p. 82-101.

19  Ce que D. Katz dénomme yidishistishe shul ( « L’école yiddishiste » ), D. Katz, « Zur Dialektologie des Jiddischen », Dialektologie, éd. par W. Besch et U. Knoop, Berlin, De Gruyter, 1983, p. 1019.

20  Né en 1881, mort en 1917. B. Borochov, Shprakh-forshung un literaturgeshikhte, éd. par N. Mayzel, Tel-Aviv, Perets, 1966, p. 53-75.

21 B. Borokhov, « Plan far a geshikhte fun yidish », op. cit., 1966, p. 140.

22  Parmi les membres d’honneur du Yivo lors de sa création figuraient l’historien Simon Dubnov, Albert Einstein, Sigmund Freud, Moses Gaster, Edward Sapir et Chaim Zhitlowsky. Max Weinreich élabora le programme scientifique de l’Institut dans lequel figurait une section linguistique chargée, entre autres, de l’étude des dialectes du yiddish. Le Yivo vit le jour à la même époque que la plupart des grandes institutions académiques juives, telles que l’Akademie fuer Wissenschaft des Judentums (Berlin, 1919), le Freies juedischer Lehrhaus (Francfort, 1920, avec notamment, F. Rosenzweig et M. Buber) et l’Université hébraïque de Jérusalem (1925). L’Institut scientifique juif réouvrit à New York à partir de 1940. Les archives et les livres furent transférés à New York à partir de 1947. Voir Yivo at 75 : Milestones and Treasures, exposition présentée au Yivo de New York en octobre 2000 qui retrace l’histoire de cette institution.

23  Né en 1882, mort en 1941. N. Prilutski fut influencé par les thèses des néo-grammairiens. N. Prilutski, Der yidisher kounsonantizm, vol. 1, Varsovie, Nayer Farlag, 1917 ; ibid., « Yidishe dialek-tologye », Barikht fin der konferents fin dem yidishn visnshaftlekhn institut (Vilne, 1929), Vilna, Yivo, 1930, p. 143-158. Voir C. Hutton, « Noyakh Prilutski : Philosopher of language », History of Yiddish Stu-dies, éd. par Dov-Ber Kerler, Chur, Hanvood, 1991, p. 15-23.

24  En 1920.

25  L’un de ses buts était, par le biais de la dialectologie, d’amener le yiddish dans la sphère de la linguistique générale. L. Sainéan, « Essai sur le judéo-allemand et spécialement sur le dialecte parlé en Valachie », Mémoires de la Société linguistique de Paris, 12, 1901/2, p. 90-138, 176-196. L. Sainéan pouvait ainsi justement dire : « Si, à ces titres de considération, on ajoute la valeur du judéo-allemand, pour la dialectologie allemande, on a lieu d’être surpris que ce parler n’ait point encore attiré l’attention des germanistes » (p. 3). L. Sainéan distingue quatre dialectes principaux : 1 / le yiddish de Galicie et d’Ukraine ; 2 / le yiddish polonais ; 3 / lituanien, et 4 / allemand. Sur L. Sainéan, voir Ch. Gininger, « Sainéan’s accomplishments in Yiddish linguistics », Field of Yiddish, 1, 1954, p. 147-178 ; Ch. Gininger, « Di korespondents A. Landau – L. Sainéan », Yivo bleter, 13, 1938, p. 275-300.

26  M. Veynger, Yidishe dialektologye, Minsk, Académie des sciences de Biélorussie, 1929 ; L. Vilenkin et M. Veynger, Yidisher Sprakhatlas fin sovetn-farband, Minsk, Académie des sciences de Biélorussie, 1931.

27  Né en 1850, mort en 1935. Personnage secret, perfectionniste et tourmenté, il resta, durant toute sa vie, sans obtenir aucun poste académique. Il est considéré comme le précurseur de l’école « germanique » de la philologie yiddish et le premier à installer les études yiddish dans l’orbite de la Germanistik. Il ouvrit, surtout, de nouvelles perspectives d’analyse, de description, et de compréhension du yiddish dans son contexte historique et contribua à définir la position linguistique du yiddish dans la constellation des dialectes germaniques. Avant lui, on parlait essentiellement du yiddish comme d’une « corruption » de l’allemand. A. Landau montra les liens entre le moyen-haut allemand et le yiddish. Voir M. Weinreich, « Prehistory and history of Yiddish : Facts and conceptual framework », Field of Yiddish, 1, 1954, p. 73. Ch. Gininger, op. cit., 13, 1938, p. 275-300.

28  A. Landau, « Die Sprache der Memoiren Glückeis von Hameln », Mitteilungen des Gesellschaft für jüdische Volkskunde, 7, 1901, p. 20-68.

29  A. Landau, « Das Diminutivum der galizisch-jüdischen Mundart », Deutsche Mundarten, 1, 1896, p. 46-58 (repris dans les Yivo Bleter, « Der diminutiv in galitsishn yiddish », 1937). A. Landau ne présente pas une classification systématique des dialectes du yiddish ; Il distingue les dialectes des Juifs allemands et des Juifs vivant dans les pays slaves, puis le yiddish de la zone de transition (Bohème et Moravie). Par contre, ces notations phonétiques et philologiques très précises et rigoureuses montrent bien les tiens entre les dialectes germaniques et le yiddish.

30  A. Landau, S. Wachstein, Jüdische Privatbriefe aus dem Jahre 1619, Vienne et Leipzig, Braumüller, 1911, p. XXXIV-XLVI. Entre autres exemples, dans la partie intitulée « Vokalismus »(p. XLI), A. Landau distingue le son /â/ mhd. /ei/ et /ou/, comme dans les substantifs aner, haligen, geklad, wast, hapt, lafen, tag. Ces formes caractérisent le yiddish occidental (westlichen) par opposition au yiddish oriental (polnischen und russischen Mundarten). Concernant le diminutif /lich/ ajouté aux substantifs pluriel, A. Landau parle d’un trait des dialectes de Souabe, Franconie et Bavière.

31  Sur les néo-grammairiens, voir K. R. Jankowsky, The Neogrammarians, La Hague, Mouton, 1972.

32  J. Gerzon, Die jüdisch-deutsche Sprache, Köln, Salm, 1902 (publié la même année à Francfort, Kauffmann). J. Gerzon distingue entre le yiddish lituanien et polonais avec des sous-groupes. On trouve la même répartition chez Z. Reizen, Gramatik fun der yidisher shprakh, Vina, 1921 (yiddish polonais lituanien et « du Sud » (galicien).

33 E. Sapir, « Notes on Judeo-German Phonology », Jewish Quarterly Review, 1915, 4, p. 231-236.

34 S. Hiley, « Solomon A. Birnbaum », History of Yiddish Studies, éd. par Dov-Ber Kerler, Chur, Harwood, 1995, p. 3-13.

35  S. Birnbaum, Praktische Grammatik der jiddischen Sprache, Vienne, Leipzig, Hartleben, 1918, p. 16. Voir aussi ibid., « Übersicht über den jiddischen Vokalismus », Zeitschrift für deutsche Mundarten, 18, 1923, p. 122-130.

36 S. Birnbaum, Das hebräische und aramäische Element in der jiddischen Sprache, Université de Würzburg, Leipzig, Engel, 1921.

37  Dans sa transcription /aï/.

38  Cette classification sera reprise par M. Mieses, Die jiddische Sprache, Berlin, Vienne, 1924, et J. Fischer, Das jiddische und sein Verhältnis zu den deutschen Mundarten, Lepizig, 1936.

39  F. Beranek, « Zur geschichte des jiddischen Vokalismus », Zeitschrift für Mundartforschung, 1965, 32, p. 260-274 ; ibid., Westjiddischer Sprachatlas, Marburg, 1965.

40 F. Guggenheim-Grünberg, Surbtaler Jiddisch, Frauenfeld, 1966 (Schweizer Dialekte in Text und Ton. Begleittexte zu den Sprechplatten des Phonogramm-Archivs der Universität Zürich, I, deutsche Schweiz, Heft 4), ibid., Jiddisch auf alemannischem Sprachgebiet, Zürich, 1973 ; F. Guggenheim-Grünberg distingue trois stades du yiddish occidental, « jiddische Vollmundart, jiddische Mischmundart und reste des jiddischen ».

41 E. Timm, Graphische und phonische Struktur des Westjiddischen, Tübingen, Niemeyer, 1987.

42  D. Katz, pour éviter les confusions nées des zones de transition comme le yiddish central propose une nouvelle classification : il distingue trois zones propres au yiddish occidental (Nord, Centre et Sud) et trois aires du yiddish oriental (Nord, Centre et Sud). Voir D. Katz, op. cit., 1983. p. 1021 et carte p. 1023.

43 M. Weinreich, Geshikhte fun der yidisher shprakh, New York, Yivo, 4 t., 1973.

44  U. Weinreich, M. Herzog et V. Baviskar (éd.), Der yidisher shprakh- und kultur-atlas (The Lan-guage and Culture Atlas of Ashkenazic Jewry), New York, Yivo, Tübingen, Niemeyer, 1992, 2 t. déjà parus et 5 t. en cours de publication, fruit d’une collaboration entre une équipe américaine et allemande.

45 M. Weinreich, Studien zur Geschichte und dialecktisclien Gliederung der jiddischen Sprache, Universität Marburg, 1923. Une partie de cette thèse parut en yiddish : M. Weinreich, Shtapln, Berlin, Vostok, 1928. La thèse en allemand de Max Weinreich a été rééditée, avec une introduction par Jerold Frakes (Atlanta, Scholars Press, 1993).

46  Max Weinreich se rendit à Copenhague en 1936 au IVe Congrès international de linguistes où il fît une communication intitulée : « Le yiddish comme objet de la linguistique générale » (publié à Vilna, Yivo, 1937). De là, il émigra aux États-Unis.

47  K. Jaberg. J. Jud, Sprach- uni Sach-atlas Italiens und der Südschweiz, Zofingen, Ringier, I : 1933-1935 ; II : 1937 ;, III : 1940.

48 U. Weinreich, Languages in Contact, New York, 1953 (2e éd., La Hague, Mouton, 1963).

49 U. Weinreich, « Vegn a nayem yidishn shprakh- un kultur-atlas », Di Goldene Keyt, 1960, 73, p. 47-57.

50 U. Weinreich, « Sabesdiker loshn in Yiddish : A problem of linguistic affinity », Word, 8, 1952, p. 360-377.

51  N. S. Troubestkoy, « Phonologie et géographie linguistique », Travaux du Cercle linguistique de Prague, 4, 1931, p. 228-234 ; ibid., Grundzüge der Phonologie, Prague, Cercle linguistique de Prague, 1939 (trad. franc. : Principes de phonologie, trad. par J. Cantineau, préf. d’A. Martinet, Paris, Les Belles Lettres, 1948).

52 U. Weinreich, « Is a structural dialectology possible ? », Word, 10, 1954, p. 388-400.

53  En se fondant sur la distinction entre l’onomasiologie et la semasiologie. Sur cette opposition, voir Karl Jaberg, Aspects géographiques du langage, Paris, 1936.

54  Soit « The Diaphonemic Structure of Yiddish vocalism », voir l’Atlas, op. cit., vol. 1, 1992, p. 11-14.

55  F. de Saussure, Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes, Leipzig, Teubner, 1879.

56  L’important travail de M. Herzog (The Yiddish Language in Northern Poland : Its Geography and History, La Hague, Mouton, 1965), lui-même élève de Max et Uriel Weinreich, témoigne de la fécondité et de la nouveauté de cette approche qui mêle l’histoire, l’anthropologie, la dialectologie structurale et la linguistique générale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baumgarten, « Les recherches sur la dialectologie yiddish et leurs répercussions sur le champ linguistique », Revue germanique internationale, 17 | 2002, 65-79.

Référence électronique

Jean Baumgarten, « Les recherches sur la dialectologie yiddish et leurs répercussions sur le champ linguistique », Revue germanique internationale [En ligne], 17 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/884 ; DOI : 10.4000/rgi.884

Haut de page

Auteur

Jean Baumgarten

Directeur de recherche au CNRS et auteur d’articles et d’ouvrages sur la langue, la littérature, la culture yiddish et la société ashkénaze. Membre du comité de rédaction d’Histoire, Épistémologie, Langage et des Cahiers du judaïsme.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org