Navigation – Plan du site
La question de la langue : contextes juifs et recherches linguistiques

L’enfance juive multilingue comme origine d’un projet scientifique. Récurrences d’un modèle autobiographique

Céline Trautmann-Waller
p. 81-92

Résumés

En s’appuyant sur les trois récits autobiographiques de Moritz Lazarus, Fritz Mauthner et Marek Lidzbarski, parus entre 1913 et 1923, cet article se propose d’étudier comment des auteurs, par ailleurs très différents, ont pu dans le contexte d’un antisémitisme virulent tenter de construire à travers le récit de leur acculturation et de leur jeunesse, qui les conduit des marges du monde germanique vers Berlin, un lien étroit et une continuité entre leur activité scientifique présente et les expériences faites dans le monde juif multilingue de leur enfance. L’interrogation porte alors sur ce que cette autostylisation révèle des tensions qui sont effectivement en jeu dans les parcours intellectuels des trois auteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir par exemple pour les autobiographies retraçant un parcours d’est en ouest qui nous intéressen (...)

1Inspirées du genre littéraire du Bildungsroman, intégrant les éléments d’une mythologie personnelle et d’une psychologie plus ou moins sociale, les autobiographies juives foisonnent vers la fin du xixe et le début du xxe siècle dans le monde germanique. Le geste autobiographique s’impose d’autant plus que le parcours semble avoir été extraordinaire, comme lorsqu’il mène des shtetls d’Europe de l’Est vers les capitales européennes et la gloire possible1. Au sein de ce corpus les autobiographies de savants ou plus largement d’intellectuels juifs livrent des exemples souvent complexes et particulièrement élaborés de construction d’une identité judéo-allemande. L’idée d’un rapport direct entre l’activité scientifique et le contexte juif, décrit comme un milieu spécifique, se révèle omniprésente dans ces récits de vie. Ce rapport pouvait sembler particulièrement facile à démontrer dans les cas où le multilinguisme d’un monde juif en marge de l’aire culturelle germanique débouchait sur un intérêt prononcé pour la diversité des langues et des cultures dont ces dernières étaient le support.

  • 2  M. Lazarus, Aus meiner Jugend, éd. par N. Lazarus, Francfort-sur-le-Main, 1913.
  • 3  F. Mauthner, Prager Jugendjahre. Erinnerungen von Fritz Mauthner, Francfort-sur-le-Main, 1969.
  • 4  M. Lidzbarski, Auf rauhem Wege. Jugenderinnerungen eines deutschen Professors, Gießen, 1927.

2Trois textes autobiographiques, parus entre 1913 et 1923 et sous-tendus par l’antisémitisme de l’époque qui n’est pourtant pas toujours nommé, permettent de retracer les étapes principales d’une acculturation qui aurait marqué en même temps la naissance d’une vocation ou d’un projet intellectuel. Il s’agit, par ordre chronologique, de l’ouvrage Souvenirs de jeunesse (Aus meiner Jugend)2que Moritz Lazarus, philosophe et psychologue, a commencé à dicter à son épouse Nahida Remy dans les années 1880 et qui fut publié après sa mort en 1913. Le deuxième est le livre de l’écrivain Fritz Mauthner qui développe depuis le début du siècle sa critique du langage (Sprachkritik), Jeunesse praguoise (Prager Jugendjahre)3paru en 1918 alors qu’il avait 69 ans, cinq ans avant sa mort. Le troisième, paru de manière anonyme en 1927, est le récit de la jeunesse du spécialiste des langues sémitiques, alors professeur à Göttingen, Mark Lidzbarski, Sur un chemin ardu. Souvenirs de jeunesse d’un professeur allemand (Auf rauhem Wege. Jugenderinnerungen eines deutschen Professors)4, rédigé par lui à la fin de sa carrière, un an avant sa mort.

3Ce sont les points communs entre ces trois récits qui frappent en premier lieu, bien que chacun des auteurs vienne d’une région différente, ait des origines sociales différentes et se soit livré plus tard à des recherches de nature différente : la psychologie de la langue comme fondement d’une psychologie des peuples (Völkerpsychologie) pour Lazarus, les langues sémitiques pour Lidzbarski, la critique de la langue comme critique de la connaissance pour Mauthner. Ces trois auteurs décrivent de façon similaire comment la motivation première de leur intérêt pour les langues est venue du contexte, notamment linguistique, dans lequel s’était déroulée leur enfance. Tous trois avaient grandi dans des familles juives vivant à la périphérie de l’aire culturelle germanique (Posnanie, Bohême et Pologne), dans des régions au bilinguisme desquelles venait s’ajouter dans leur cas la pratique du yiddish et l’apprentissage précoce de l’hébreu ainsi qu’un rapport particulier à la langue allemande, généralement surinvestie et porteuse d’une fonction sociale et culturelle hautement symbolique.

4En suivant le parcours de l’enfant prodige et précoce, de sa soif de connaissances, les scolarités atypiques, l’intégration tardive au système scolaire et universitaire allemand, le rapport à différentes langues, la relation à l’Allemagne (incarnation de la science et de la culture), ces récits esquissent en filigrane une typologie qui, d’emblée, nous invite à envisager ce qu’on tend parfois à dénommer la contribution juive à la culture allemande non pas comme un étiquetage, un renvoi stérile aux origines mais de manière dynamique. Dans cette construction rétrospective qu’est une autobiographie se reflète ainsi l’élaboration d’une identité scientifique qui, en réaction à l’antisémitisme de l’époque, intègre dans une autostylisation opérée selon des modalités différentes pour chacun, une référence au judaïsme ou à la judéité.

Les circonstances de l’écriture

  • 5  M. Lazarus, Ein deutscher Professor in der Schweiz, Berlin, 1910.
  • 6  M. Lazarus, Lebenserinnerungen, ed. par N. Lazarus et A. Leicht, Berlin, 1906.
  • 7  Ibid., p. IV.

5Les nombreux témoignages autobiographiques de Moritz Lazarus dont nous disposons sont dus principalement à l’énergie de sa deuxième femme Nahida Remy Lazarus qui fut d’abord son élève puis se maria avec lui après s’être convertie au judaïsme. C’est elle qui, vouée à une glorification abusive de son mari, rassembla les lettres qui forment l’ouvrage Ein deutscher Professor in der Schweiz5et c’est à elle que Lazarus dicta aussi bien ses mémoires (Lebenserinnerungen)6parus en 1906, que ses souvenirs de jeunesse Aus meiner Jugend parus en 1913. Alfred Leicht qui participa à l’élaboration des mémoires rapporte dans la préface que lors d’un entretien Lazarus lui avait confié « que par la suite devrait être publiée également sa biographie envisagée d’un point de vue juif. C’est là que ses coreligionnaires trouveront, ce qu’ici ils chercheront peut-être en vain »7. Aus meiner Jugend constitue donc cette biographie d’un point de vue juif, qui se cantonne à la jeunesse, c’est-à-dire à la période précédant sa participation à la vie culturelle et scientifique générale, selon la logique développée par Lazarus dans cet ouvrage. Il y insiste par conséquent surtout sur sa fidélité au judaïsme sans minimiser pour autant la rupture douloureuse avec le monde de son enfance et de ses ancêtres que représenta son entrée dans la logique éducative et le monde universitaire allemands.

6Contrairement à celui de Lazarus, l’ouvrage de Lidzbarski tirait moins son intérêt des révélations intimes qu’il apportait sur la vie d’une célébrité mais constituait plus nettement, en raison de l’anonymat précisément, un témoignage. Peut-être cette démarche fut-elle motivée par l’antisémitisme ambiant, Lidzbarski terminant son ouvrage en disant que s’il hésita après ses études à se lancer dans une carrière universitaire, c’était en grande partie à cause des difficultés qu’il savait devoir rencontrer en raison de ses origines. Loin de fournir une apologie de la vie juive dans une petite ville polonaise, ce livre la décrit cependant sous des traits extrêmement négatifs. S’agissait-il, comme semble l’indiquer le titre, de légitimer la place d’un juif dans la vie culturelle et scientifique allemande en montrant combien difficile avait pu être son accession à cette dernière et quels espoirs il avait pu placer en elle ? Mais pouvait-on réellement dans l’ambiance des années 1920 espérer que le public allemand serait sensible à ce genre de nuances ? Ce livre forme ainsi un épilogue à la vie de ce chercheur très solitaire en dépit de sa renommée internationale dont les conclusions ne sont pas faciles à tirer.

  • 8  Concernant les circonstances de l’écriture des Prager Jugendjahre, voir J. Kühn, Gescheiterte Spra (...)
  • 9  F. Mauthner, Beiträge zu einer Kritik der Sprache, 3 vols, Stuttgart, 1901-1902.

7Pour ce qui est de Mauthner, les Prager Erinnerungen devaient constituer le premier volume de ses souvenirs dictés là aussi à sa femme. La rédaction en fut commencée en 1910 et achevée à la veille de la Première Guerre mondiale. Au lendemain de la guerre Mauthner considéra que ses souvenirs personnels ne méritaient plus une publication mais il y fut contraint tout de même en raison du contrat signé auparavant. C’est cette situation qui expliquerait la préface de l’ouvrage dans laquelle Mauthner commence de façon un peu étonnante par expliquer que c’est son opposition à l’ancienne école qui l’aurait poussé à rédiger ses souvenirs de jeunesse8. Il inscrivait ainsi ces derniers dans les débats contemporains autour des réformes pédagogiques tout en insistant sur le caractère spécifique, voire atypique de sa scolarité de jeune juif praguois. Malgré cela c’est bien en fait son évolution personnelle qui était au centre du projet avant la guerre à un moment où, après avoir été journaliste et romancier, Mauthner avait fait paraître ses Contributions à une critique du langage (Beiträge zur Sprachkritik)9et avait l’impression d’avoir enfin trouvé sa voie.

  • 10  M. Lazarus, Aus meiner Jugend, op. cit., p. 137.

8Les trois auteurs reviennent ainsi à la fin de leur vie à cette enfance qui bien qu’éloignée serait cependant directement liée à leur situation présente, convaincus comme Lazarus, semble-t-il, que « par la représentation de son entourage et de ses ancêtres la description d’un caractère gagne autant en clarté et en force expressive qu’un point exceptionnel de la nature par la description de son environnement. Dans une biographie l’enfance et la jeunesse doivent être représentées de manière plus précise que la vie postérieure du personnage tout comme le socle d’une statue doit être plus large que la statue elle-même »10. Tous trois ils insèrent leurs premiers enthousiasmes pour les langues et la diversité culturelle qu’elles incarnent dans le contexte juif de l’enfance, décrit rétrospectivement sous les traits d’un monde en marge.

Multilinguisme dans un monde en marge

  • 11  M. Lidzbarski, Auf rauhem Wege, op. cit., p. 167.

9L’itinéraire qui a mené les trois auteurs de leur environnement familial et de leur première scolarité à une activité qui s’inscrit dans des courants majeurs de la vie intellectuelle de l’époque, est d’abord géographique. Leur parcours va dans un premier temps des marges de l’aire culturelle germanique vers Berlin, la ville qui s’affirme de plus en plus comme un de ses centres principaux. C’est à Berlin que Lidzbarski se prépare pour ses études secondaires, que Lazarus fait ses études et que Mauthner s’installe à l’âge de 27 ans pour y bâtir sa carrière littéraire. Ce parcours est évidemment aussi social, le plus nettement sans doute chez Lidzbarski qui raconte par exemple comment, alors qu’il a entamé tardivement des études secondaires dans un Gymnasium de Poznan, il s’initie dans une famille de la bourgeoisie d’affaires juive à la dégustation des huîtres, un apprentissage qu’il juge tout aussi utile que d’autres11.

  • 12  M. Lazarus, Aus meiner Jugend, op. cit, p. 32.

10Dans leurs descriptions ils insistent particulièrement sur le mélange des populations, des langues et des religions caractérisant les régions où ils ont grandi. Dans la ville de Posnanie où naquit Lazarus, Polonais, Allemands et Juifs constituaient à peu près à part égale la population locale et cohabitaient plus ou moins paisiblement. C’est dans ce contexte que Lazarus voit la racine la plus profonde de ses recherches ultérieures : « Comme les trois communautés religieuses de la ville, quasiment égales en nombre, vivaient côte à côte, avaient des origines différentes, parlaient des langues différentes, les réflexions et les tâtonnements solitaires suscités quotidiennement par des événements visibles ont probablement été la racine la plus profonde de la psychologie des peuples, de même que l’observation continue des comportements différents de ces trois groupes dans presque tous les domaines a constitué les débuts personnels d’une psychologie comparée. »12

  • 13 M. Lidzbarski, Auf rauhem Wege, op. cit, p. 9.
  • 14 Ibid., p. 11.

11Dans l’entourage de Lidzbarski, né en 1868 à Plock, une ville polonaise située sur les bords de la Vistule entre Thorun, qui faisait partie de la Poznanie alors rattachée à la Prusse, et Varsovie rattachée à la Russie, Polonais et Juifs se détestaient mutuellement. Ayant eu une nourrice polonaise sa première langue fut pourtant le polonais mais, dès son entrée à l’école, il oublia ce dernier au profit du yiddish. Il prit douloureusement conscience de sa « marginalité » dès cette époque en regardant avec envie les cartables des enfants chrétiens, ses parents lui interdisant cet objet typiquement goy13. À 3 ans commença pour Lidzbarski l’éducation juive traditionnelle dont la première étape était l’apprentissage de l’hébreu dans un livre de prières. Entre 4 et 5 ans il commença à traduire le Pentateuque et découvrit le Commentaire de Rashi pour lequel il dit avoir conservé depuis lors son admiration tout en souriant des légendes qui font du grand commentateur un être protégé miraculeusement par Dieu. En même temps que l’étude du Talmud commença également à l’âge de 6 ans l’apprentissage du russe déclaré obligatoire par le gouvernement russe. Lidzbarski jette un regard critique à la fois sur le caractère étroit de l’enseignement et sur les journées entièrement remplies par l’étude qui vont le rendre myope, ruiner sa santé et lui faire acquérir certaines bizarreries de caractère comme le goût des facéties qui, n’ayant été assouvi dans sa jeunesse, se serait maintenu chez lui toute sa vie. Le fait qu’aussi bien la lecture des journaux que la visite du théâtre lui aient été interdits, l’enthousiasme tiré de sa première lecture profane, une traduction yiddish du Yosippon, lui apparaissent a posteriori révélateurs du caractère moyenâgeux du monde dans lequel il évoluait. C’est le contexte multilingue qui explique en tout cas selon lui son goût pour les langues dont une des premières manifestations est sa passion pour les noms de chiffres. Il en entame ainsi à l’âge de 7 ans une collection qui comprendra rapidement l’hébreu, le yiddish, l’allemand, le russe, le polonais et le français. L’arrivée d’un Talmuck dans la ville lui fait espérer d’intégrer également les noms de chiffres de la langue talmuck à cette collection, bien qu’on lui ait raconté que ces derniers étaient des sortes de cyclopes munis d’un seul œil14.

  • 15  M. Lazarus, Aus meiner Jugend, op. cit., p. 45.
  • 16 Ibid., p. 46.

12Le parcours de Lazarus est comparable à celui de Lidzbarski en bien des points mais son milieu familial était plus ouvert sur la culture profane et disposait de manière générale d’un capital culturel plus important. S’étant initié à l’allemand en même temps qu’à la jurisprudence prussienne, son père faisait fonction de conseiller juridique tout en poursuivant l’étude du Talmud qu’il avait commencée en tant qu’élève du grand érudit Akiba Eger. L’étude traditionnelle était donc une pratique familiale hautement élaborée dont Lazarus garde un souvenir ému et révérencieux. Très vite apparaît toutefois dans sa vie le contraste entre le monde de l’étude juive, dans lequel il développe rapidement de grandes capacités, et celui des classiques européens qu’il découvre en apprenant l’art de la reliure pratiqué également par son père. Avec un regard rétrospectif critique il trace un tableau de sa propre culture de l’époque qu’il compare à un « chaos ». Ses lectures sont alors essentiellement constituées par des livres allemands et yiddish en lettres hébraïques, il n’a pratiquement pas de connaissances historiques en dehors de l’histoire biblique et les frontières entre légende et histoire restent pour lui très floues, ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas de lire Maïmonide et Aristote. La description de ses lectures personnelles et l’évocation d’un compagnon d’étude lui permettent de tracer en passant le portrait de ce qu’il considère comme « le type même du Bocher juif du deuxième quart du xixe siècle »15, c’est-à-dire de la période de transition des étudiants juifs vers la culture générale dans les provinces polonaises tout comme en Autriche et en Bohême. Vivant dans un dénuement extrême cet étudiant copie les livres qu’il ne peut s’acheter, comme la Grammaire hébraïque de Gesenius et son Dictionnaire hébreu/chaldéen. Étudiant, selon un vieux précepte juif, pour l’amour de la chose elle-même, il incarne une vie spirituelle et émotionnelle riche et intense qui épuise ses forces physiques jusqu’à sa mort précoce mais se développe cependant loin de toute « utilité objective » (objektive Zweckmäßigkeit)16selon le verdict de Lazarus. Bien qu’il ne le dise pas le lecteur comprend aisément que Lazarus a tout fait pour éviter de devenir un tel Bocher au destin tragique et que son parcours s’explique également par là.

  • 17  F. Mauthner, Prager Jugendjahre, op. cit., p. 31.
  • 18 Ibid., p. 30.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid., p. 48.
  • 21 Ibid., p. 47-51.
  • 22  F. Mauthner, Beiträge zu einer Kritik der Sprache, 2 : Zur Sprachwissenschaft, Stuttgart, 1901, re (...)
  • 23  F. Mauthner, Prager Jugendjahre, op. cit., p. 50.
  • 24 Ibid., p. 51.

13Mauthner est né quant à lui en Bohême, à Horsitz, une petite ville entre Königgrätz et Trautenau (Trutnov) non loin de la frontière linguistique entre l’allemand et le tchèque. Son père possédait une petite fabrique et faisait partie des entrepreneurs juifs qui pouvaient se compter parmi les notables allemands de la ville. Dans la description de Mauthner les langues au milieu desquelles il a grandi apparaissent comme socialement assez strictement hiérarchisées : l’allemand est la langue des administrateurs, de la culture et de la poésie, son père étant en la matière un puriste17, le tchèque celle des paysans et des domestiques, et l’hébreu de l’Ancien Testament celle qui prépare au yiddish des brocanteurs juifs18. S’il baigne dans le tchèque auprès de sa nourrice, Mauthner apprend ensuite à lire en allemand, quasiment tout seul, dans la revue Die Gartenlaube qui était la lecture traditionnelle de la bourgeoisie allemande, et sur les enseignes en langue allemande des rues de Prague, où ses parents sont venus s’installer alors qu’il avait 6 ans. L’apprentissage de l’hébreu commence à l’école primaire juive, tandis que le tchèque fait partie ensuite des études secondaires. C’est cette cohabitation des différentes langues et des variantes dialectales qui aurait déclenché chez Mauthner, dès son plus jeune âge, des interrogations sur les langues, personne n’ayant pu lui apporter de réponse satisfaisante à la question de savoir pourquoi telle chose s’appelait X dans une langue et y dans une autre. Voilà, dit-il, « les circonstances particulières qui intensifièrent mon intérêt pour une psychologie de la langue jusqu’à en faire une passion. Cet intérêt fut très fort chez moi depuis ma plus jeune enfance et je dois dire que je ne comprends d’ailleurs pas qu’un juif né dans une région slave de l’Autriche ne soit pas entraîné vers l’étude des langues (Sprachforschung) »19. C’est ainsi qu’en tant que juif dans la Bohême bilingue il aurait été comme « prédestiné », un mot qu’il utilise bien qu’il le trouve stupide, à s’intéresser aux langues20. Tout le récit autobiographique se révèle ainsi une légitimation de ses travaux de critique de la langue, dont la genèse remonterait à la confrontation avec différentes langues durant l’enfance, tandis que l’échec de ses tentatives poétiques s’expliquerait par le manque d’un parler dialectal que Mauthner considère comme le degré d’intimité maximal avec une langue. Ce qu’il va jusqu’à définir comme absence d’une langue maternelle, est ensuite mis en parallèle avec l’absence de religion dans un chapitre au titre révélateur « Sans langue, sans religion » (Ohne Sprache, ohne Religion)21. Le projet autobiographique me semble ici entraîner Mauthner loin des résultats théoriques auxquels il a abouti, lorsque dans ses Beiträge zur Kritik der Sprache il revendique précisément le droit de considérer une langue comme sienne lorsqu’on a grandi avec elle22. Pourquoi dès lors associer la création poétique avec le dialecte et la religion, si ce n’est pour expliquer ses propres échecs en poésie23, reprenant ainsi en partie à son compte la dénégation d’une appartenance totale à la langue et à la culture allemandes qui était en vogue alors vis-à-vis des juifs ? Comme tant d’autres il évoque à cet endroit la poésie de Heine, qui a si souvent fait les frais de cette dénégation d’une intimité véritable avec la langue allemande. Si Mauthner l’admire et si dans sa jeunesse il a traduit certains de ses poèmes en grec, il reproduit pourtant ici les clichés qui veulent, par exemple, que les plaisanteries de Heine soient froides comparées aux blasphémies goethéennes24.

14Dans la suite Mauthner va insister tout particulièrement sur la mauvaise qualité de l’enseignement reçu durant ses études secondaires, d’abord auprès des frères piaristes puis au Kleinseitner Gymnasium. Il note que les professeurs de latin enseignaient la grammaire latine comme s’il s’agissait d’une grammaire universelle et ne connaissaient pas mieux cette langue que les élèves qui ânonnaient leurs déclinaisons. Reléguée en marge du monde scolaire, sa soif de connaissances fut alors à l’origine de ses lectures désordonnées : les classiques grecs et latins, les classiques allemands mais aussi des histoires de bandits et de fantômes, des récits de voyages, des livres sur les herbes aromatiques. Parmi les autres occupations nées de ce vagabondage il évoque ses tentatives pour apprendre le sanscrit, les hiéroglyphes égyptiens et le chinois. Si Mauthner passa durant sa jeunesse d’une pratique clandestine du judaïsme à un catholicisme de dilettante puis à un athéisme vindicatif, cette quête, peut-être en partie suscitée par son identité linguistique et culturelle incertaine, ne semble avoir trouvé une issue que dans un nationalisme allemand exalté et exacerbé.

Un chemin ardu

  • 25  F. Mauthner, Beiträge zu einer Kritik der Sprache, 2 : Zur Sprachwissenschaft, op. cit., p. 589.

15Mauthner désirait aussi ardemment que Lazarus ou Lidzbarski poursuivre ses réflexions personnelles sur les langues dans un cadre universitaire mais les difficultés financières de son père l’obligèrent à accepter un compromis consistant à faire des études de droit pour devenir avocat et à mener parallèlement, en secret et jusqu’à l’épuisement, des études de philosophie, d’histoire de l’art, de médecine et de théologie. Cette double vie, qui lui fit ensuite quitter l’Université sans diplôme, explique que Mauthner, bien qu’il ait suivi dans sa première jeunesse un parcours relativement classique, soit le seul des trois auteurs évoqués ici qui ait été considéré comme un autodidacte lorsqu’il fit paraître comme une contribution à la philosophie de son époque ses travaux de critique de la langue, son dictionnaire de la philosophie et son histoire de l’athéisme. Il ressentit douloureusement cette situation même s’il revendiquait fortement son indépendance et, comme nous l’avons vu, le récit de sa jeunesse a en partie pour fonction d’expliquer ce parcours difficile par les défauts de sa formation première. Son scepticisme vis-à-vis des possibilités de connaissance offertes à l’homme à travers la langue, bien qu’il soit issu également de la confrontation avec les théories d’Ernst Mach, se plaçait assez nettement non pas dans le cadre académique mais en opposition à lui. Il incluait d’emblée, comme le montrent les Beiträge zur Sprachkritik, une critique de l’académisme scientifique ou de ce qu’il appelle les mythologies savantes, comme celle de la langue originelle indo-européenne (Ursprache), qui aurait préludé à la distinction entre aryens et sémites et qui permettrait à tout un chacun de parler en termes choisis de pureté aryenne au heu de lancer de vulgaires injures antisémites25.

  • 26  M. Lazarus, Aus meiner Jugend, op. cit., p. 91.

16Lorsqu’il poursuit son autobiographie par la description de son acculturation à la fois laborieuse et brillante, le récit de Lazarus est de plus en plus marqué par un style héroïque. Il mena lui aussi pendant un temps une sorte de double vie mais d’un genre très différent, étudiant le Talmud le jour et dévorant les classiques européens pendant la nuit. Malgré sa santé, ruinée par l’étude permanente, il se prépara pour le Gymnasium à l’âge de 18 ans afin d’échapper au destin douloureux des autodidactes. Lazarus insiste sur son désir ardent d’apprendre le grec et le latin pour lire les auteurs dans le texte, sa maîtrise de l’hébreu lui ayant fait comprendre, en lisant les versions allemandes de la Bible, combien toute traduction resterait en deça du texte. Il commença alors l’apprentissage du latin avec son frère, déjà inscrit dans un Gymnasium, et étudia Spinoza en latin jusqu’à l’épuisement et l’évanouissement. Son entrée au Gymnasium de Braunschweig marquera ensuite le début d’une sociabilité non exclusivement juive. Il estime alors que pour faciliter ses contacts avec les autres élèves et les professeurs il lui faut faire disparaître sa prononciation particulière de l’allemand et il s’entraîne pour cela à lire à voix haute le grec et le latin comme il l’entend faire en cours. Il voit là un symbole de la manière dont il se serait acclimaté, non sans conflits intérieurs, à l’environnement allemand : « Tout comme pour la prononciation de la langue allemande, j’ai emprunté, pour comprendre la vie et la culture allemandes, le détour de l’esprit grec et latin »26, ces derniers ne pouvant eux-mêmes être réellement compris selon lui que grâce à la connaissance de l’hébreu. Dans ce réseau de correspondances et d’échos qui s’établit dans son esprit entre monde grec, monde romain, monde hébreu et culture germanique, il voit les fondements de la psychologie des peuples.

  • 27 Ibid., p. 112.

17Dès le début de ses études Lazarus se destine à la philosophie et plus précisément à la psychologie, cherchant après une thèse sur l’éducation esthétique à mettre en rapport la science du langage (Sprachwissenschaft) telle que l’enseigne Heyse avec la psychologie de Herbart. C’est à Berlin que Lazarus poursuit ses études, se sentant rapidement étranger dans les cercles juifs fréquentés par son frère parce que, contrairement à eux, il serait « arrivé de Braunschweig intellectuellement et linguistiquement libre de tout dialecte »27.

  • 28 M. Lidzbarski, Auf rauhem Wege, op. cit., p. 124.
  • 29  Ibid., p. 172.

18Dans le cas de Lidzbarski le relais entre le monde juif traditionnel et le monde de la culture allemande est constitué par ceux que l’on considère dans son entourage comme des « esprits libres » et dont l’hérésie commence avec l’étude de la grammaire, décriée par les plus orthodoxes, se poursuit avec la lecture de Maïmonide et s’accomplit avec celle des journaux. Un de leurs signes distinctifs est qu’ils apprennent les langues européennes et en premier lieu l’allemand qui constitue pour eux « une porte vers le monde non talmudique »28. Ils lisent d’abord Schiller, surtout les ballades, puis Goethe, allant parfois jusqu’au Faust. Ils mettent en place des bibliothèques de prêt grâce auxquelles Lidzbarski peut assouvir pour un temps son désir de connaissances. Il insiste tout comme Lazarus sur le côté anarchique et désordonné de ses lectures : Jules Verne, des ouvrages de géographie, Maria Stuart de Schiller, Robinson Crusoé, une biographie de Napoléon, des journaux, tout cela évidemment en hébreu. Son père céda pendant deux mois à ses supplications en lui faisant donner des cours de russe, de latin, d’allemand, de géographie et de calcul par des élèves du Gymnasium puis, considérant cet apprentissage comme inutile, l’interrompit aussi brusquement qu’il ne l’avait commencé. Comme Lazarus, Lidzbarski dit avoir été sensible à ce qu’il ressentait comme un mouvement général de progrès, un effort collectif et universel de connaissance, dont il se sentait coupé et auquel il souhaitait pourtant ardemment participer. Son désir d’apprendre, incarné pendant un moment dans le projet de devenir astronome, l’amena finalement à fuguer à l’âge de 14 ans pour partir seul en Posnanie, puis à Berlin, où dans la Lehranstalt für die Wissenschaft des Judentums on l’aida comme d’autres jeunes juifs d’Europe de l’Est à se préparer pour le Gymnasium. Après des efforts considérables il intégra finalement ce dernier à Poznan. Ses études secondaires marquèrent ensuite le début de ses travaux érudits. D’abord un petit travail sur les ressemblances entre des contes allemands et certains contes de sa région natale, paru dans une revue dédiée à l’étude du folklore, puis l’apprentissage systématique de nombreuses langues : « Sans qu’il me soit possible de l’expliquer par référence à une personne précise ou à un ouvrage précis, s’amorça chez moi un intérêt pour l’étude des langues. Peut-être est-ce la confrontation avec tant de langues qui m’incita à réfléchir sur leur lien et à faire des comparaisons. »29 Il apprit ainsi d’abord l’italien dans le texte en lisant Manzoni et Le Tasse, puis s’enthousiasma pour le phénicien avant de renouer avec le polonais. Avec l’aide d’un ancien étudiant du spécialiste des langues sémitiques Nöldeke, il commença l’étude du syriaque et de l’arabe puis aborda, à l’aide des études sur la langue assyrienne de Delitzsch, l’écriture cunéiforme. Il devint ainsi une célébrité dans sa ville où l’on pensait qu’il connaissait toutes les langues du monde et où une entreprise fabriquant de la liqueur d’œufs lui demanda d’améliorer sa publicité en chinois pour favoriser ses exportations.

  • 30  Voir par exemple Th. Nöldeke, Die semitischen Sprachen. Eine Skizze, Leipzig, 1899.

19Ses études au Gymnasium permirent à Lidzbarski d’approfondir sa connaissance du grec, ses maîtres considérant qu’il était plus proche de l’esprit de cette langue que tous les autres élèves. Il termina brillamment ses études secondaires, reconnaissant, malgré certaines réserves, à ses professeurs de lui avoir épargné le rude destin des autodidactes. Rentré chez lui il se trouva placé devant un choix difficile : rester comme le lui demandaient avec insistance ses parents ou s’engager dans une carrière universitaire, tenter de s’habiliter tout en étant conscient, comme il le dit, que ses origines constituaient alors un lourd handicap. C’est pourtant cette solution qu’il retint en repartant à Berlin, où il soutint sa thèse en 1893, peu après s’être converti au protestantisme par pure forme semble-t-il. Il s’habilita en 1896 à Kiel et obtint une chaire (ordentlicher Professor) à Greifswald en 1907 puis à Göttingen en 1917. Fidèle à son goût pour les langues rares et peu explorées, Lidzbarski travailla surtout dans des domaines jusque-là peu étudiés : il édita avec traduction et commentaire les manuscrits en nouvel araméen de la bibliothèque de Berlin, se spécialisa un temps dans l’épigraphie sémitique avant d’entamer des recherches sur la secte des mandéens, dont les sources écrites sont rédigées dans un dialecte araméen très rare. Ses travaux s’inscrivaient dans le droit fil des recherches de Nöldeke qui considérait que les études orientales devaient s’émanciper de la théologie et dont les travaux sur les langues sémitiques se concevaient d’emblée comme une critique des théories de la langue originelle indoeuropéenne tout autant que des théories sur l’esprit sémitique comme celles de Renan qu’il jugeait peu scientifiques et dangereusement proches des simplifications racistes30.

  • 31  J’emprunte cette notion à E. Beck-Gernsheim qui le développe aussi bien à partir des juifs alleman (...)
  • 32  C’est dans le cas de George Steiner que ce prolongement est le plus évident, puisque son autobiogr (...)

20Il est clair que les trois autobiographies décrites précédemment portent l’empreinte de procédés d’autostylisation, que ce soit sur un mode sentimental et héroïque comme chez Lazarus, facétieux et triste chez Lidzbarski ou encore critique et révolté chez Mauthner. Il ne faut pas oublier que la fin du xixe siècle allemand est marquée par l’entrée de l’antisémitisme dans la vie politique et que cette période est celle des grands scandales antisémites comme l’Affaire Treitschke ou les procès pour meurtre rituel. Suite au rejet constitué par cet antisémitisme ambiant, de nombreux juifs eurent tendance à reprendre pour eux sur un mode défensif et auto-valorisant l’identification ethnique qui leur était ainsi imposée. Ce qui est intéressant chez les auteurs étudiés ici c’est la manière dont la conception de leur activité scientifique et de sa genèse est intimement liée à une telle auto-ethnicisation qui passe avant tout par une « redécouverte » de l’enfance et de la jeunesse31. Insistant sur l’historique de leur accession au courant culturel allemand majoritaire, qu’ils contribuent d’ailleurs ainsi à établir comme majoritaire, ils revendiquent l’appartenance à cette culture. Loin de masquer leur particularité, qui réside dans leur enfance juive et dans l’héritage qu’elle leur aurait laissé et qu’il s’agirait maintenant de mesurer, ils réévaluent et redéfinissent leur « différence » non comme un déficit mais comme une originalité féconde, une source d’innovation. On voit s’esquisser dans ces textes un discours judéo-allemand qui cherche à intégrer à la fois la rupture avec le milieu juif, fondement de l’assimilation espérée, et la fidélité à ce dernier qu’incarne une activité scientifique marquée du sceau d’une originalité issue de cette enfance « exotique ». L’insistance sur la langue rendait un tel projet possible parce que les pratiques linguistiques correspondaient à des faits concrets dont les conséquences pouvaient sembler mesurables. Avec les progrès de l’acculturation juive les écarts entre les milieux évoqués et leurs cultures s’amenuisèrent, ce qui n’empêcha pas ces autoportaits d’intellectuel en jeune juif de trouver des prolongements contemporains voire de devenir un des topoï de la modernité, notamment allemande32.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple pour les autobiographies retraçant un parcours d’est en ouest qui nous intéressent plus particulièrement ici, le livre de M. Klanska, Aus dem Schtetl in du Welt. 1772 bis 1938. Ostjüdische Autobiographien in deutscher Sprache, Vienne/Cologne/Weimar, 1994.

2  M. Lazarus, Aus meiner Jugend, éd. par N. Lazarus, Francfort-sur-le-Main, 1913.

3  F. Mauthner, Prager Jugendjahre. Erinnerungen von Fritz Mauthner, Francfort-sur-le-Main, 1969.

4  M. Lidzbarski, Auf rauhem Wege. Jugenderinnerungen eines deutschen Professors, Gießen, 1927.

5  M. Lazarus, Ein deutscher Professor in der Schweiz, Berlin, 1910.

6  M. Lazarus, Lebenserinnerungen, ed. par N. Lazarus et A. Leicht, Berlin, 1906.

7  Ibid., p. IV.

8  Concernant les circonstances de l’écriture des Prager Jugendjahre, voir J. Kühn, Gescheiterte Sprachkritik. Fritz Mauthners Leben und Werk, Berlin / New York, 1975 ; et l’introduction de Ludger Lütkehaus à la réédition des œuvres philosophiques : F. Mauthner, Das philosophische Werk, 1 : Wörterbuch der Philosophie ; 2 : Beiträge zu einer Kritik der Sprache, Vienne/Böhlau/Weimar, respect. 1997 et 1999.

9  F. Mauthner, Beiträge zu einer Kritik der Sprache, 3 vols, Stuttgart, 1901-1902.

10  M. Lazarus, Aus meiner Jugend, op. cit., p. 137.

11  M. Lidzbarski, Auf rauhem Wege, op. cit., p. 167.

12  M. Lazarus, Aus meiner Jugend, op. cit, p. 32.

13 M. Lidzbarski, Auf rauhem Wege, op. cit, p. 9.

14 Ibid., p. 11.

15  M. Lazarus, Aus meiner Jugend, op. cit., p. 45.

16 Ibid., p. 46.

17  F. Mauthner, Prager Jugendjahre, op. cit., p. 31.

18 Ibid., p. 30.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 48.

21 Ibid., p. 47-51.

22  F. Mauthner, Beiträge zu einer Kritik der Sprache, 2 : Zur Sprachwissenschaft, Stuttgart, 1901, reprint Francfort-sur-le-Main, 1982, p. 609-610.

23  F. Mauthner, Prager Jugendjahre, op. cit., p. 50.

24 Ibid., p. 51.

25  F. Mauthner, Beiträge zu einer Kritik der Sprache, 2 : Zur Sprachwissenschaft, op. cit., p. 589.

26  M. Lazarus, Aus meiner Jugend, op. cit., p. 91.

27 Ibid., p. 112.

28 M. Lidzbarski, Auf rauhem Wege, op. cit., p. 124.

29  Ibid., p. 172.

30  Voir par exemple Th. Nöldeke, Die semitischen Sprachen. Eine Skizze, Leipzig, 1899.

31  J’emprunte cette notion à E. Beck-Gernsheim qui le développe aussi bien à partir des juifs allemands qu’à partir des Afro-Américains qui ont souvent répondu ou répondent souvent à la discrimination par une inversion des critères, construisant une appartenance ethnique « positive ». Voir E. Beck-Gernsheim, Juden, Deutsche uni andere Erinnerungslandschaften. Im Dschungel der ethnischen Kategorien, Francfort-sur-le-Main, 1999.

32  C’est dans le cas de George Steiner que ce prolongement est le plus évident, puisque son autobiographie reprend un à un les motifs principaux de celles de Lazarus, Lidzbarski ou Mauthner. Il tente lui aussi de rendre compte de la genèse de sa pensée en y associant de manière indissociable le milieu juif viennois polyglotte dans lequel il a grandi, son parcours étant structuré toutefois par le passage de Vienne aux États-Unis, où une certaine ethnicité qui, dans les meilleurs cas se veut bienveillante, semble avoir favorisé ce genre d’auto-évaluation comme on peut le voir chez nombre d’émigrés juifs allemands. George Steiner reprend dans ce livre son idée d’un humanisme centre-européen éminemment juif aujourd’hui disparu, et élabore sur cette toile de fond un autoportrait dans lequel le tracé de sa propre généalogie intellectuelle, grandiose, l’emporte sur la dimension sociologique. Voir G. Steiner, Errata, trad. franc, de P. E. Dauzat, Paris, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Trautmann-Waller, « L’enfance juive multilingue comme origine d’un projet scientifique. Récurrences d’un modèle autobiographique », Revue germanique internationale [En ligne], 17 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/885

Haut de page

Auteur

Céline Trautmann-Waller

Maître de conférences au département d’allemand de l’Université Paris VIII. Elle a soutenu une thèse sur la science du judaïsme, Philologie allemande et tradition juive. Le parcours intellectuel de Leopold Zunz, Paris, 1998, et ses recherches portent principalement sur l’histoire des sciences humaines en Allemagne à la fin du xixe siècle et sur l’histoire culturelle des juifs allemands.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page