Navigation – Plan du site

Amitié littéraire et amitié politique méditerranéennes : philhellènes français et italiens de la fin du xixe siècle

Gilles Pécout
p. 207-218

Résumés

L’article dépasse le cadre chronologique du philhellénisme des années 1820 pour étudier vers la fin du siècle le phénomène d’une amitié trilatérale franco-italo-grecque qui s’affirme notamment autour de la question de la libération de la Crète, mise en relation avec la question arménienne. Le philhellénisme des années 1890 est d’abord politique et se veut un combat pour la liberté. Mais il est aussi religieux et la mobilisation est celle des chrétiens contre les musulmans. Il est relayé par des associations puissantes mais s’appuie aussi fortement sur des courants littéraires qui invoquent une civilisation méditerranéenne commune (Carducci, Mistral, Anatole France).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Loukia Droulia, Philhellénisme. Ouvrages inspirés par la guerre de l’Indépendance grecque 1821-1833 (...)
  • 2 On me permettra à ce sujet de renvoyer à Gilles Pécout, « Philhellenism in Italy : political friend (...)

1L’idée que le philhellénisme est un mouvement transnational qui dépasse le contexte historique de son émergence publique – les années 1820 – et dure au moins jusqu’à la fin du xixe siècle ne va pas de soi. Le lexique semble dicter un usage restrictif accrédité par l’histoire littéraire et politique. Selon cette leçon minimale le philhellénisme définirait la mobilisation et l’aide pour les Grecs modernes durant la seule Guerre d’Indépendance. Le débat sur le « long ou court philhellénisme » relève de l’usage des termes et des étiquettes et témoigne sans nul doute des habitudes de l’histoire des savoirs et des courants littéraires qui isolent et baptisent les moments de plein épanouissement d’une production imprimée1. Cette acception chronologique est légitime et cohérente, mais je propose de la dépasser en aval, sans ignorer par ailleurs que l’emploi du terme philhellénisme pose également problème en amont, pour la fin du xviiie siècle, si l’on ne veut pas s’en tenir à un sens neutre qui définit le philhellénisme comme le goût et la science de l’Antiquité grecque. Pour revenir au xixe siècle, je considère à titre d’hypothèse que la mobilisation culturelle, politique et même militaire pour les Grecs modernes est loin de s’éteindre au lendemain des années de l’Epanastasis et qu’il n’y a aucune raison de ne pas la nommer philhellène. D’autant moins de raisons que les contemporains l’appellent ainsi, quand ils ne se revendiquent pas eux-mêmes « philhellènes », tels ceux qui rejoignent les rangs de la « Légion philhellénique » de la fin de l’hiver 18972. Cette mobilisation permet d’observer les rouages d’une amitié politique et littéraire trilatérale entre Grèce, France et Italie.

  • 3 Maurice Agulhon, Les Quarante-huitards, Paris, Gallimard, 1975, p. 102
  • 4 Victor Hugo, « Le pape Pie IX. Discours du 13 janvier 1848 à la Chambre des pairs », Actes et Parol (...)

2La notion d’amitié politique qui est au principe de ces réflexions renvoie à deux types de représentations de la vie politique internationale, indissociables l’une de l’autre. D’un côté, s’y exprime la tradition romantique de la solidarité universelle et particulière des peuples. Universelle parce que tous les peuples sont frères selon les idéaux de 1848 qui veulent que « la Fraternité entre les peuples complète naturellement – nous voulons dire logiquement – la fraternisation des individus et des groupes »3. Et particulière parce qu’il y a des peuples plus amis ou plus fraternellement unis que d’autres, selon une logique de proximité géographique, historique et culturelle. Cette solidarité porte du registre de l’amitié à celui de la parenté : les peuples sont frères, les nations sœurs, les aïeux communs. Il y a bien une généalogie familiale de la solidarité, celle qu’exprime devant ses pairs en janvier 1848 Victor Hugo en souvenir du philhellénisme des années 1820 : « Ne l’oublions pas, ne l’oublions jamais, la civilisation du monde a une aïeule qui s’appelle la Grèce, une mère qui s’appelle l’Italie, et une fille aînée qui s’appelle la France. Ceci nous indique, à nous chambres françaises, notre droit qui ressemble beaucoup à notre devoir. Messieurs les pairs, en d’autres temps nous avons tendu la main à la Grèce, tendons aujourd’hui la main à l’Italie4. »

3Mais l’amitié politique se réfère aussi et plus précisément à un mode d’organisation des rapports internationaux, celui qui donne un rôle éminent à la notion de responsabilité collective autour des devoirs de défense et de protection et qui substitue à la diplomatie des souverains et des cabinets, la diplomatie des peuples en utilisant de préférence la nation armée à celle des mercenaires.

4Les conditions et le fonctionnement de la mobilisation philhellène à la fin du xixe siècle illustrent la mécanique des transferts culturels d’une amitié politique privilégiée qui lie Français, Italiens et Grecs.

Regards sur le philhellénisme politique fin de siècle

  • 5 Jacques de Morgan, Essai sur les nationalités, Paris-Nancy, Berger-Levrault, (1917), Marseille, Pub (...)

5Le sursaut philhéllène de la fin du xixe siècle est lié à l’internationalisation de deux crises importantes qui ébranlent l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale : les « massacres d’Arméniens et les « Affaires de Crète ». Les « massacres hamidiens » qui ont lieu de l’été 1894 à l’hiver 1896-1897 et se soldent par plus de trois mille victimes en répression d’une révolte fiscale occupent une place importante dans l’histoire des Arméniens de l’Empire ottoman. Ces événements ont provoqué l’éveil d’une conscience arménophile en Europe. Les ressorts de cette première et limitée mobilisation intellectuelle montrent l’usage politique de l’image de l’exclusion culturelle et sociale d’un peuple traditionnellement considéré de « par sa culture intellectuelle et ses sentiments » comme « sur le même pied que les Européens5 ». Mais surtout, les massacres d’Arménie sont interprétés par beaucoup comme l’illustration des faiblesses intérieures et internationales des gouvernements français et italien bientôt ouvertement discrédités au grand jour lors des affaires de Crète.

  • 6 Pour la France, voir Edouard Driault et Michel Lheritier, Histoire diplomatique de la Grèce de 1821 (...)
  • 7 Victor Bérard, Les affaires de Crète, Paris, Calmann Lévy, 1898, 334 p.
  • 8 Sur la « Grande Idée » (Megali Ideia) qui désigne l’idéologie irrédentiste grecque du xixe s voir n (...)

6À partir de l’été 1895, en effet, la tension s’accroît sur la « Grande île » sous domination ottomane, où le firman d’octobre 1889 a annulé tous les acquis antérieurs du pacte de Halépa qui prévoyait un partage des responsabilités et une représentation administrative et politique des intérêts des chrétiens. L’escalade de la violence, à Réthymnon et à la Canée, débouche sur un affrontement ouvert entre les populations grecques chrétiennes et les populations musulmanes assistées des troupes de renfort ottomanes. Dès l’hiver 1896, les puissances occidentales expriment leurs inquiétudes face à une situation de guerre civile qui menace à la fois les intérêts de leurs nationaux et l’ordre international en Méditerranée6. Les conséquences de ce que l’hélléniste Victor Bérard appelle aussitôt « les affaires de Crète »7 sont de deux ordres. D’une part, la Crète devient une zone de contrôle international sous la tutelle d’un directoire d’amiraux européens dont la mission est de rétablir le calme mais qui s’illustre en réprimant durement les insurgés crétois, notamment en février 1897. D’autre part, le gouvernement de Grèce, qui ne peut imposer ses vues en Crète à cause de l’arbitrage international et dont l’envoi d’un corps expéditionnaire sur place a été sévèrement condamné, déclare la guerre à La Porte sur les frontières du nord du royaume. La guerre née pour défendre les Crétois insurgés se transporte en Thessalie et en Epire où le gouvernement et l’opinion nationaliste entendent ainsi réaliser le pan septentrional de la « Grande Idée » en reprenant aux Turcs ottomans les autres « terres de l’hellénisme »8.

  • 9 François Georgeon, dans sa grande biographie du sultan Abdülhamid rappelle avec justesse que la gue (...)
  • 10 Si l’on excepte les belles pages que consacre Sophie Basch à la guerre de 1897 dans son étude de l’ (...)

7Ces événements font rejouer de façon particulièrement vigoureuse tous les mécanismes du philhéllénisme politique, littéraire et militaire, alors que « le temps est à la prudence »9 pour les gouvernements européens. Si les Grecs et les Italiens ne l’ont pas oublié, les Français ont gardé moins de souvenirs – aucun dans l’historiographie10 – de ce mouvement de volontariat militaire qui s’est mis en branle pour les Crétois – dans la tradition des événements de 1866 – et est arrivé sur les champs de bataille de Thessalie dans une guerre qui s’est soldée par la défaite des Grecs en mai 1897. Cette guerre brève a immédiatement reçu le qualificatif de « maudite » dans la mémoire politique et littéraire des Grecs, et son seul épisode honorable en serait la défense de Domokos, défaite glorieuse où s’illustrèrent les volontaires garibaldiens. Plus de deux mille d’entre eux étaient partis d’Italie pour secourir les Grecs, les Italiens étaient escortés de Français, de Suisses, de quelques Anglais et Américains et d’une poignée de Danois, d’Allemands et d’Autrichiens. Enrôlés sous la bannière du général Ricciotti Garibaldi, fils de Giuseppe, le « héros des Deux-Mondes », ces combattants ont formé plusieurs « légions de volontaires philhelléniques », des effectifs deux fois plus nombreux pour un mois de combat que durant la décennie de la Guerre d’Indépendance. Mon propos n’est pas de m’arrêter sur l’expérience de ces volontaires un peu oubliés par les historiens de l’internationalisme armé, mais de revenir sur les conditions de leur mobilisation de philhellènes.

8Le philhellénisme des années 1890 est d’abord un philhellénisme politique et c’est en Italie et en France que ses contours sont le plus nettement dessinés. Ils soulignent le poids d’un internationalisme qui s’étend comme une chaîne de reconnaissance où la France et l’Italie joueraient historiquement un rôle primordial faisant de l’amitié pour les Grecs la traduction d’une implacable transitivité. Cette relation s’inscrit dans une tradition illustre dont une génération plus tôt Garibaldi père livrait la formule dans une lettre écrite des champs de bataille français de la guerre franco-prussienne en se félicitant d’avoir à ses côtés des Grecs venus rejoindre des Italiens pour défendre des Français :

  • 11 Giuseppe Garibaldi, ENSGG, vol. VI, Scritti e discorsi, t. 3, 1868-1882 Bologne, Cappelli, 1937, p. (...)

En France la liberté individuelle et celle de la nation sont en danger, la patrie des principes de 1789 est en danger […] C’est le devoir de l’Italie de voler à son secours dès lors que Napoléon a cessé de la déshonorer. Moi je suis vieux mais je dois le reste de mes forces à la France qui combat pour la liberté. La Grèce, mère de Miltiade, de Thrasybule et de Timoléon, la Grèce des héros de 1821 ne peut que nourrir de la sympathie pour la France. Nous combattons aujourd’hui en France pour la liberté et demain nous combattrons en Épire et en Macédoine. […] Tous les peuples et tous les vrais libéraux sont débiteurs de la Grèce11.

9L’argumentation se déploie au fil d’une rhétorique prophétique de la liberté en armes. Garibaldi associe trois peuples à l’accomplissement historique de cette liberté : le peuple grec à travers ses deux âges – antique et moderne –, le peuple italien qui vient d’achever son Risorgimento et le peuple français qui aurait donné avec sa grande Révolution de 1789 l’étape intermédiaire entre la liberté des anciens et celle des modernes. Encore plus intéressante que l’axiome de cette amitié trilatérale apparaît la projection de Garibaldi dans les Balkans. « En Epire et en Macédoine », écrit-il et cette image nette d’une rencontre entre la Grande Idée et l’internationalisme libéral et révolutionnaire occidental a la saveur d’une anticipation. En effet, ce rêve balkanique que Garibaldi père exprime depuis l’Est de la France, ses fils Menotti et Ricciotti le poursuivront qui veulent faire des Balkans et de la Grèce le terrain naturel de leurs aventures internationales. En 1897, alors que se mobilisent les volontaires philhellènes, c’est le souvenir historique de cette solidarité des peuples à la fois libérale et révolutionnaire qui explique le concours massif des socialistes pour un combat national tandis que devrait triompher depuis 1889 l’internationalisme de la lutte prolétarienne.

10Outre l’aspect libéral et révolutionnaire, la dimension religieuse vient compléter la panoplie de ce phlhellénisme politique italo-français de la fin de siècle. Comme dans les années 1820, la mobilisation pour les Grecs se fait en faveur de chrétiens contre des musulmans. Ces thèmes ne sont certes pas l’apanage de la France et de l’Italie et l’esprit missionnaire protestant est lui aussi en éveil en cette fin de siècle, mais c’est en Italie et en France que la solidarité chrétienne s’affirme avec le plus de force sur un fond d’engagement politique anti-gouvernemental. En effet, si la hiérarchie romaine reste prudente face aux affaires d’Orient qui concernent des chrétiens orthodoxes, en revanche de nombreuses voix dans l’Église de France et d’Italie et parmi les catholiques en politique, comme Albert de Mun et Denys Cochin, défendent la cause crétoise et grecque. Le lexique politique du philhellénisme, en outre, fait un grand usage du terme de « chrétien » qui est alors employé comme le sera en d’autres temps celui d’Occidental, par opposition à l’Orient et à la barbarie assimilés à l’islam. En Italie comme en France se proclamer pro-candiote quand on est catholique c’est d’abord condamner son gouvernement d’avoir réprimé, au lieu de les assister, les insurgés chrétiens lors du bombardement de la citadelle crétoise d’Akrotiri la en février 1897 par les amiraux. Mais, c’est aussi plus fondamentalement mettre en cause deux gouvernements coupables d’une politique de sécularisation violente, ayant conduit à la suppression du pouvoir temporel pontifical en Italie et à l’affirmation militante de la laïcité en France.

11On le voit, la mobilisation politique pour les Grecs emprunte des chemins divers et se définit par un syncrétisme où se retrouvent au moins trois invariants. Fondamentale est l’opposition politique aux gouvernements modérés de l’époque (celui de Méline à Paris et celui de Di Rudini à Rome) qui refusent d’intervenir au secours des Crétois et soutiennent par intérêt l’intégrité de la puissance ottomane. Toutefois, cette fronde politique circonstancielle n’a de sens que parce qu’elle réveille deux traditions vénérables : celle de l’internationalisme du combat des peuples dont la France et l’Italie seraient les deux derniers représentants européens après 1789 et 1848 et celle de la défense d’une identité chrétienne menacée en Orient parce qu’entamée en Occident.

  • 12 Marcel Proust, Jean Santeuil, Paris, Gallimard, (1971), 2001, p. 543.

12Entre 1896 et 1897, ces mots d’ordre sont relayés par des structures associatives puissantes comme les nouveaux « comités grecs » ou « candiotes », par des manifestations d’étudiants de Toulouse à Naples en passant par Marseille et Aix-en-Provence, par des interventions de parlementaires illustres dont l’éloquence, comme celle de Jaurès, réussit à saisir l’attention d’observateurs aussi exigeants que Proust12. Mais la mobilisation a aussi besoin de voix pour rappeler qu’il y a au principe de tout sentiment pour les Grecs l’expression d’une profonde et durable amitié de civilisation. Ce sont ces paroles d’artiste qu’il faut retrouver pour évoquer les liens entre amitié politique et amitié littéraire.

Du « sentiment public d’Europe » à la « Renaissance méditerranéenne » : chronique politique d’une amitié littéraire

  • 13 Albert Vandal, Les Arméniens et la réponse de la Turquie, Paris, 1897, p. 23.
  • 14 Anatole France, « Conférence du 9 mars 1897 à la Société de Géographie de Paris », in ID., Œuvres c (...)

13C’est en songeant à la « conspiration du silence »13 qui suivit les récents massacres d’Arméniens que le nouvel académicien Anatole France en appelle en mars 1897 au « sentiment public d’Europe »14. En acceptant de présider la grande conférence donnée à la Société de géographie de Paris le 7 mars 1897 sur « L’Arménie, son histoire, sa littérature, son rôle en Orient », Anatole France fait ses premiers pas hors des salons et des cercles mondains vers les sphères de l’engagement public, quelques mois avant son entrée militante dans le camp des partisans de Dreyfus. La logique de cet engagement à la fois littéraire et politique, comme ses liens étroits avec le combat philhellène méritent toute notre attention.

  • 15 Edmond Khayadjian, Archag Tchobanian et le mouvement arménien en France, Marseille, CNDP, 1986, 352 (...)

14C’est d’abord au nom d’une amitié littéraire personnelle que France accepte de participer à ce qui n’est autre qu’un meeting pour l’Arménie en mars 1897. Son ami ? Un jeune poète arménien de Constantinople, Archag Tchobanian dont il a fait publier des textes par Le Mercure de France en 189515. C’est Pierre Quillard, anarchiste et futur dreyfusard, qui a introduit Tchobanian dans les milieux littéraires et scientifiques qu’il connaît bien comme helléniste et poète : Lavisse, Bérard, Anatole France. Tchobanian s’est réfugié à Paris après les massacres de 1895 et fait de nombreux voyages à Venise et à Rome avant de fonder le Comité franco-arménien de Paris au début de l’année 1897. Pour présenter le poète arménien à son auditoire parisien, Anatole France use d’arguments qui mettent sur le même plan la défense de l’écrivain et celle du peuple opprimés avec pour corollaire la revendication d’une double tutelle de l’Europe, sur un génie artistique orphelin et sur un peuple proche des valeurs de l’Occident :

  • 16 Anatole France, « Conférence du 9 mars 1897 à la Société de géographie de Paris », in Œuvres complè (...)

Il aime la France et la liberté. […] il est poète et sait donner une voix aux pensées populaires. Voilà les crimes pour lesquels il est proscrit aujourd’hui. Durant son exil en France, il révéla les massacres atroces et méthodiques dans lesquels périrent trois cent mille Arméniens, par l’ordre du sultan, monstre de puissance et de faiblesse, despote fou d’épouvante. […] Ces hommes de cœur ont mis les chrétiens d’Orient sous la sauvegarde du sentiment public d’Europe.
M. Tchobanian va nous faire connaître la littérature de cette contrée que nous ne connaissons guère que par ses malheurs. Il nous […] fera entendre la voix tour à tour épique et plaintive d’un peuple qui, depuis tant de siècles, veuf de sa patrie, persiste, endure, espère. […] Et nous reconnaîtrons que ce peuple intelligent et héroïque, enclin à embrasser les idées les plus hautes du monde occidental, a droit par son génie autant que par ses malheurs à la sympathie des peuples d’où sont sorties les idées de justice et de liberté16.

  • 17 On nous permettra de renvoyer à Vincent Duclert, Gilles Pécout « La mobilisation intellectuelle fac (...)
  • 18 Anatole France, Histoire contemporaine. Le Mannequin d’osier, Paris, Calmann-Lévy, 1897, réédité in (...)

15Définis comme les « Grecs d’Asie Mineure » les Arméniens sont l’objet d’une manifestation de solidarité intellectuelle et politique alors même qu’ils ne sont plus au cœur de l’actualité. En cette fin d’hiver 1897, les Crétois occupent plutôt les premières colonnes des journaux et les pages illustrées des périodiques et des suppléments. En choisissant d’organiser cette conférence deux semaines seulement après le bombardement par la force multinationale des insurgés chrétiens d’Akrotiri, les arménophiles disent haut et fort leurs liens avec le philhellénisme. Ces relations sont rarement, pour ne pas dire jamais, évoquées clairement et les deux mouvements sont traités séparément. Pourtant, sans l’étape arménophile par laquelle sont aussi passées en France des personnalités venues d’horizon aussi divers que Clemenceau, Charmetant, de Mun et Jaurès et des savants aussi proches que Langlois, Lavisse, Bérard17, il serait impossible de comprendre le nouveau paroxysme philhellène de 1896-1897. À partir d’un réseau de connaissances et d’amitiés littéraires qui entend valoriser – à partir de ses marges les moins connues – une culture commune occidentale, se développe une argumentation politique par défaut. En voici le schème : si la solidarité avec ces occidentaux d’Asie (parmi les plus anciens chrétiens du monde) n’a pas joué au moment des massacres hamidiens, désormais les affaires de Crète qui mettent en scène le plus européen et occidental des peuples de la Méditerranée doivent permettre au « sentiment public d’Europe » de s’exercer pleinement en aidant un État, la Grèce indépendante, à retrouver ses provinces perdues. Aider un État contre l’Empire ottoman, c’est une légitimité que n’offrait pas la cause arménienne. D’où l’idée que les événements de 1897 vont donner aux « Grecs d’Asie Mineure » une occasion d’être vengés. Mais à condition toutefois de contraindre, par l’opinion, les gouvernements à abandonner leur politique de « lâchete ». Celle de la France à la suite de l’alliance franco-russe n’a-t-elle pas conduit « La République dans les eaux de Crète (à) nager parmi les Puissances comme une pintade dans une compagnie de goélands (… et à) lancer des obus à la mélinite sur des chrétiens coupables d’une longue misère ? », comme le constate l’un des contemporains de la bonne société du Mannneqin d’osier18 ?

16Mais ce sentiment s’exprime avec d’autant plus de force qu’il s’accompagne d’une évocation des universaux liés à la civilisation européenne. Ce monde devient clairement et de façon univoque assimilé à la vénérable « civilisation méditerranéenne ».

  • 19 Resto del Carlino, 20 février 1897 reproduit – comme me l’a appris Laura Fournier – dans L’operaio (...)
  • 20 Giosuè Carducci, « Per Candia » : « a combattere per la patria, per la libertà, per l’idea, queste (...)

17En Italie Carducci qui a le titre de « poète national » s’engage pour la cause grecque. Sa conversion à la monarchie pour les beaux yeux de la reine de Savoie ne l’empêche pas de s’opposer avec vigueur au gouvernement italien accusé de lâcheté envers un peuple si proche de civilisation. Soulignons au passage que l’on retrouvera les mêmes accents en mai 1915 dans la prose de celui qui lui a succédé au titre de « poète national », Gabriele D’Annunzio, lorsqu’il mène le combat presque gagné de l’interventionnisme au nom de la solidarité des peuples latins. Pour lors, c’est une cause perdue que défend un Carducci enthousiaste. Dans un article du quotidien bolonais Il Resto del Carlino assez célèbre pour être cité par les journaux des colons d’Amérique latine19, il va jusqu’à provoquer les officiers et les soldats à désobéir et à s’engager comme volontaires en Crète et en Grèce. Au Sénat où il siège il interpelle le gouvernement en avril 1897 dans un discours où il exhorte ses concitoyens à aller « combattre pour la patrie, la liberté, pour l’idée, ces choses sacrées, les trois seules réalités vraies, que la Grèce a fondées20 ».

  • 21 Giosuè Carducci, « Per la Rivoluzione di Grecia », XXIV, (1862), in Poesie, Milan, Garzanti, (1978) (...)
  • 22 Giosuè Carducci, « Per la morte di Garibaldi », (1882), in Prose, Milan, Garzanti, (1987), 1999, p. (...)

18Cet appel au volontariat au nom de la liberté des peuples n’a pour lui de force que s’il est l’écho d’une exaltation de la Grèce antique. L’ancien garibaldien rallié à la monarchie libérale reprend ainsi un corpus qui lui est cher et qu’il a dejà mis en rimes dans les années 1860, prenant alors parti pour la révolution qui allait chasser du trône des Grecs le Bavarois Othon : « la terre d’Hellade » devenait le modèle universel de « L’Eleutherie sacrée »21. Mais il y a chez Carducci l’idée que seule Rome et l’Italie, peuvent comprendre, au nom de la latinité, ce sacrifice pour la Grèce matrice universelle des libertés. D’ailleurs, Garibaldi, comme image de la latinité active et contemporaine, a retrouvé sous la plume de Carducci les attributs classiques du héros grec au moment où il quitte le monde des vivants : c’est Miltiade, Thrasybule, Timoléon et Epaminondas que le poète célèbre dans l’éloge funèbre22 du chef des Mille. Ce qu’illustre ainsi Carducci, comme homme de lettres en politique, c’est la permanence du lien privilégié à la fois culturel et politique entre la Grèce et l’Italie. Cette relation particulière suppose un parallèle des deux âges (l’antique et le moderne) helléniques et italiques, mais bien vite transparaît la supériorité bienveillante et protectrice de la latinité.

  • 23 Archives du Musée Frédéric Mistral de Maillane (A. MFM. M), Correspondance, Carton C.6 : Lettre de (...)

19Frédéric Mistral, qui a parmi ses prestigieux correspondants épisodiques le « poète national » italien, incarne plus clairement encore que lui cette solidarité littéraire autour d’une renaissance latine et méditerranéenne. Mistral, le plus connu des sept pères fondateurs du félibrige, est certainement des trois écrivains évoqués le plus directement lié à la constellation philhellène après s’être engagé dans le camp des philarmènes. Le détour arménophile s’explique d’abord par l’amitié littéraire car Mistral est entré en contact avec Tchobanian, auteur de la traduction en arménien occidental d’une partie de sa Miréio. En outre, le poète provençal a très tôt affirmé sa solidarité avec les chrétiens d’Orient en répondant à l’appel de son cousin, le père Charmetant directeur général de l’Œuvre des écoles d’Orient et artisan de la campagne arménophile de 1896. Mais Frédéric Mistral apparaît aussi comme une référence politique réelle pour ceux qui se revendiquent d’un fédéralisme balkanique, ce qu’exprime le président de la Ligue pour la confédération balkanique en l’invitant à une conférence publique en 1894 sur « la confédération balkanique, la question macédonienne et l’idée fédérative en général » : « Connaissant vos idées fédéralistes, nous vous prions d’assister à la conférence de la Ligue pour la Confédération balkanique23. »

  • 24 Frédéric MISTRAL, Miréio– Mireille, (1859), Poème provençal avec la traduction française en regard, (...)
  • 25 L’Aïoli, 27 février 1897. Voir par ailleurs le texte d’un article publié en 1972 par un vieux philh (...)

20Comme Carducci, Frédéric Mistral se plaît en héritier des Grecs. En héritier littéraire d’abord, lui qui se proclame « Humble écolier du grand Homère »24. Cette filiation impose des devoirs à l’artiste qui vit aussi en homme de son temps, depuis sa retraite de Maillane. Il s’en acquitte avec panache le 27 février 1897, en publiant en première page du bi-hebdomadaire littéraire du félibrige, l’Aïoli, le poème intitulé « Hymne grec » (« Inne Gregau »)25. Symboliquement daté du 23 février, surlendemain du bombardement d’Akrotiri et lendemain de l’interpellation du gouvernement sur la Crète à la Chambre. L’œuvre qui exalte le sacrifice pour les Grecs et appelle au volontariat évoque le souvenir de Navarin : un roi de France fit alors combattre pour les Grecs… voici un élément de plus à verser au dossier d’accusation contre le gouvernement républicain de l’époque. Ce texte connaît immédiatement un succès politique important. Au niveau régional, d’abord, ses couplets sont la formule de ralliement des étudiants qui manifestent pour la Grèce à Marseille et à Aix. Mis en musique par Gilles Borel les vers de Mistral servent d’étendard aux manifestants qui se voient futurs volontaires, une fois que la police les aura libérés :

  • 26 L’Aïoli, 27 février 1897 : « Se fau mouri per la patrio greco, /Rampau de Diéu !/ Se mor jamai qu’u (...)

 S’il faut mourir pour la patrie grecque,
Palme de Dieu ! on ne meurt jamais qu’une fois26.

21Mais sa notoriété dépasse la Provence et même la France. Le texte connaît deux traductions immédiates en grec moderne, d’un étudiant grec et d’un professeur français de lettres classiques. Puis, grâce au concours d’un grand poète grec de l’époque, Costis Palamas, qui tient lui-même à le traduire de nouveau, il est publié dans le quotidien athénien Hestia. Cette publicité en Grèce vaut au Mistral philhellène brevet de reconnaissance en France. Entre-temps il a été remercié et félicité par Nicolas Delyannis, le représentant de la monarchie grecque auprès de la République à Paris, suivi de près du consul en poste à Marseille. Sa notoriété lui donnnera plus tard l’immortalité en terre hellénique sous la forme d’un buste dans les environs d’Athènes, privilège que la capitale grecque partage avec peu de capitales européennes.

22Cette manifestation de sympathie pour les Grecs relève d’autre chose que de l’internationalisme politique auquel le volontariat philhellène garibaldien nous a accoutumés. Elle ne lui est pourtant pas complètement étrangère en dépit des apparences. En effet, la persistance, voire le renouveau de l’internationalisme politique et militaire qui donnent aux volontaires philhellènes leur élan, doivent être interprétés dans ce contexte de renaissance latine et méditerranéenne.

  • 27 A. MFM. M, Correspondance, Carton C.98 (102) : Lettre de Gennadios, le 30 septembre 1897.
  • 28 A. MFM. M, Correspondance, Carton C.5 : Émile Cartailhac, lettre du 21 mars 1897.

23On pourrait, certes, ne voir dans la mobilisation mistralienne que la traduction d’une prospère mais limitée veine régionaliste qui cultive le mythe d’une Provence, terre de Grèce. Une région, « dont le génie est né d’un baiser ardent de l’hellénisme et de la France », pour le dire avec la pudeur d’un Gennadios écrivant à Mistral27. Mais, le texte de Mistral et le courant qu’il représente dépassent la région du parler rhodanien ou même provençal. Il témoigne d’une véritable circulation d’images et d’idées au sein d’un espace méridional français plus vaste que le domaine mistralien et même provençal. À Bordeaux, à Perpignan et à Toulouse ce sont les vers de Frédéric Mistral que scandent les manifestants pour la Grèce. Émile Cartailhac, naturaliste et préhistorien, professeur d’anthropologie à l’université de Toulouse, a connu son chemin de Damas éclairé par Mistral. Il s’est rallié aux idées félibréennes autour de l’idée d’une vaste « renaissance culturelle des Pyrénées à la Grèce » et écrit au poète pour lui annoncer qu’il a fait « dans un cercle d’étudiants fort nombreux une petite causerie sur la Grèce » : « Je venais de recevoir votre hymne – ajoute-t-il – et je me suis empressé de le lire et les applaudissements de mon jeune auditoire ont sept fois retenti. Mais beaucoup ont réclamé la traduction, vous connaissez notre bourgeoisie, elle était fort bien représentée par M. Delavigne le jour où vous vîntes prendre place au Collège du Gai savoir28. »

  • 29 Voir à ce sujet notamment Daniel Nordman, « La Méditerranée dans la pensée géographique française ( (...)
  • 30 La Méditerranée, 15 mars 1897.
  • 31 Erato Paris, « La Grande Idée et le philhellénisme français de Marseille au xixe siècle », in Bulle (...)

24L’écho des vers de Mistral, au-delà même de la France du Midi, confirme dans la vie culturelle ce qui a déjà été noté pour la littérature géographique de l’époque autour d’une « omniprésence textuelle de la Méditerranée »29. Ainsi, par exemple, le poème de Mistral est immédiatement publié par le journal littéraire et artistique de Jean Aicart, La Méditerranée, qui ne s’occupe pas beaucoup de politique et voit d’abord les nations méditerranéennes comme l’éternel berceau des arts sur lequel se penchent les savants, les esthètes et les touristes mondains. Introduit par Gustave Derepas, professeur de philosophie au lycée de Toulon, le poème mistralien devient ainsi une façon d’affirmer l’attachement aux valeurs chrétiennes de la civilisation méditerranéenne30. Cette solidarité méditerranéenne relève de l’ordre des représentations et des mythes fondateurs, ce qui explique sa facile diffusion. Elle s’accompagne de l’exaltation d’un paysage commun et d’une « race latine » – qui serait en fait gréco-latine – et donc méditerranéenne. Cet « hellénisme d’une très longue durée se prolongeant dans une France latine et dans une Marseille gallo-grecque, cité phocéenne et Athènes des Gaules »31 continue de fréquenter avec autant d’aisance les thèmes nationalistes de l’irrédentisme et de la Grande Idée que ceux qui perennisent le printemps des peuples près d’un demi-siècle après 1848.

  • 32 Le Figaro, 23 février 1897.

25Suspecte aux yeux d’un lecteur du xxie siècle, comme toute architecture dogmatique qui utilise le mot de « race », cette conception doit être replacée dans son époque, un temps où la race comme culture peut aussi faire bon ménage avec l’internationalisme et l’universalisme des valeurs. Après tout, c’est aussi au nom de ces valeurs qui paraissent géographiquement et culturellement limitées que le félibrige de Mistral se sent aussi bien solidaire des proscrits catholiques catalans, comme le journaliste Balaguer, que des prêtres défroqués garibaldiens venus de Vénétie comme le poète Dall’Ongaro. C’est aussi au nom de cette communauté reconstituée que partent comme volontaires pour la Grèce le jeune Aubanel, neveu de Théodore, l’un des fondateurs du Félibrige32 ou le député socialiste de Marseille, âgé de près de cinquante ans, Antide Boyer, fondateur de la Société occitane des Troubaïro qui rejoint l’État-major du général Ricciotti Garibaldi à Athènes.

  • 33 Sur le philhellénisme allemand dans le long terme, se reporter à Susannne L. MARCHAND, Down from Ol (...)

26Il me semble, dès lors, possible de défendre l’hypothèse selon laquelle le volontariat philhellène de cette fin de siècle est devenu un philhellénisme explicitement et presque strictement méditerranéen. Cette empreinte du goût et des savoirs de l’autre Europe, celle du sud, s’accompagne-t-elle du déclin du philhellénisme anglais et germanique dans la seconde moitié du xixe siècle ? On peut le penser si l’on en juge par le petit nombre de volontaires du nord ou du centre de l’Europe venus secourir les Crétois en 1897. À la fin du xixe siècle, le philhellénisme cesse d’être cette « obsession culturelle » hégémonique et globale des élites allemandes même si la Grèce antique continue de susciter, grâce à l’archéologie notamment, d’intenses passions33.

27C’est aux Méditerranéens d’abord – et souvent contre ceux que l’on a exclus de l’hérédité latine, les Germains par exemple – que la Méditerranée orientale offre les derniers terrains d’aventure politique et militaire où l’on puisse encore défendre les nationalités d’Europe. L’ennemi est un empire ottoman dit à la fois despotique et oriental, alors que son armée, modernisée par des Européens du nord, triomphe des fils de Léonidas et des volontaires en chemise rouge venus des rivages occidentaux de Méditerranée. La mobilisation des philhellènes est fondée sur une image de la solidarité politique des peuples qui ont connu un risorgimento, une renaissance politique comparable. Elle illustre cette évidence un peu oubliée que jusqu’à la Première Guerre mondiale il n’est pas de combat plus international que celui qui se mène au nom des nationalités et qu’il se trouve encore des libéraux et des progressistes, voire des socialistes, pour qui rien n’oppose fondamentalement la nation à l’internationalisme. Cet élan fonctionne également de façon complexe en utilisant des liens religieux, culturels et historiques d’une Méditerranée européenne dont le bassin oriental est défini comme une frontière vive et polémique. Les philhellènes de la fin du siècle vont défendre cette frontière qui n’est autre que celle d’une latinité qui a une fois de plus subsumé la Grèce. Mais pour la libérer.

Haut de page

Notes

1 Loukia Droulia, Philhellénisme. Ouvrages inspirés par la guerre de l’Indépendance grecque 1821-1833. Répertoire bibliographique, Préface de Constantin Th. Dimaras, Athènes, Centre de recherches néo-helléniques de la Fondation nationale de recherches scientifiques, XIV p. + 314 p.

2 On me permettra à ce sujet de renvoyer à Gilles Pécout, « Philhellenism in Italy : political friendship and the Italian volunteers in the Mediterranean in the nineteenth century », in Journal of Modern Italian Studies, 9, 2004, 4, p. 405-327.

3 Maurice Agulhon, Les Quarante-huitards, Paris, Gallimard, 1975, p. 102

4 Victor Hugo, « Le pape Pie IX. Discours du 13 janvier 1848 à la Chambre des pairs », Actes et Paroles I, in Œuvres complètes, Politique, (1985), 2002, p. 144.

5 Jacques de Morgan, Essai sur les nationalités, Paris-Nancy, Berger-Levrault, (1917), Marseille, Publication de l’Académie de Marseille, 1982, p. 96.

6 Pour la France, voir Edouard Driault et Michel Lheritier, Histoire diplomatique de la Grèce de 1821 à nos jours, t. 4, Michel Lheritier, Suite du règne de Georges Ier jusqu’à la Révolution turque (1878-1908). Hellénisme et germanisme, Paris, PUF, 1926, XVI p. + 579 p. ; Jean Ganiage, « Les affaires de Crète 1895-1898 », in Revue d’histoire diplomatique, année 88, janvier-juin 1974, p. 86-111. Pour l’Italie, voir Giovanni Macchi, « Partecipazione italiana ad una operazione multinazionale : Creta 1897-1906 », in Studi storico-militari, année 1985, p. 665-710.

7 Victor Bérard, Les affaires de Crète, Paris, Calmann Lévy, 1898, 334 p.

8 Sur la « Grande Idée » (Megali Ideia) qui désigne l’idéologie irrédentiste grecque du xixe s voir notamment Theodore George Tatsios, The Megali Idea and the greek-turkish war of 1897 : the impact of the cretan problem on greek irredentism 1866-1897, New-York, Boulder-Columbia university press, 1984, IX p. + 302 p. Cet auteur pour caractériser les différentes directions de la Grande Idée (Crète, Nord et Asie Mineure) évoque une « schizophrénie irrédentiste grecque », p. 19.

9 François Georgeon, dans sa grande biographie du sultan Abdülhamid rappelle avec justesse que la guerre gréco-turque de 1897 – même si la victoire n’est pas pleinement exploitée – concourt à l’apogée de son règne. « Malgré la vague de philhellénisme, en dépit des liens dynastiques entre la couronne grecque et les monarchies européennes, malgré la turcophobie générée par les massacres d’Arménie… les puissances savent qu’accepter le rattachement de l’île à la Grèce, ce serait ouvrir la boîte de Pandore dans les Balkans et aucune capitale européenne ne souhaite provoquer la partition à chaud de l’Empire ottoman. » François Georgeon, Abdülhamid. Le sultan calife, Paris, Fayard, 2003, p. 336.

10 Si l’on excepte les belles pages que consacre Sophie Basch à la guerre de 1897 dans son étude de l’image littéraire et journalistique de la Grèce en France. Sophie Basch, Le Mirage grec. La Grèce devant l’opinion française 1846-1946, Paris-Athènes, Hatier-Kauffmann, 1995, p. 271-314.

11 Giuseppe Garibaldi, ENSGG, vol. VI, Scritti e discorsi, t. 3, 1868-1882 Bologne, Cappelli, 1937, p.  49-50 : Lettre du 4 octobre 1870, « In Francia è in pericolo la libertà individuale e quella della nazione, la patria dei principi del 1789 è in pericolo[…] É dovere dell’Italia di volare in soccorso della Francia dopo che Napoleone non la disonora più. Io sono vecchio ma devo il resto delle mie forze alla Francia che combatte per la libertà. La Grecia, la madre di Milziade, di Trasibulo e di Timoleo, la Grecia degli Eroi del 1821 non puo che nutrire simpatia per la Francia. Combattiamo oggi in Francia per la libertà, domani combatteremo in Epiro e in Macedonia.[…] Tutti i popoli e tutti i veri liberali sono debitori alla Grecia. »

12 Marcel Proust, Jean Santeuil, Paris, Gallimard, (1971), 2001, p. 543.

13 Albert Vandal, Les Arméniens et la réponse de la Turquie, Paris, 1897, p. 23.

14 Anatole France, « Conférence du 9 mars 1897 à la Société de Géographie de Paris », in ID., Œuvres complètes, Vers les temps meilleurs, Trente ans de vie sociale 1897-1904, édition et comentaires de Claude Aveline, Genève, Edito-Service, 1963, p. 5

15 Edmond Khayadjian, Archag Tchobanian et le mouvement arménien en France, Marseille, CNDP, 1986, 352 p.

16 Anatole France, « Conférence du 9 mars 1897 à la Société de géographie de Paris », in Œuvres complètes, Vers les temps meilleurs, Trente ans de vie sociale 1897-1904, édition et commentaires de Claude Aveline, (1963), réédition Genève, Edito-Service, s.d., p. 5-6.

17 On nous permettra de renvoyer à Vincent Duclert, Gilles Pécout « La mobilisation intellectuelle face aux massacres d’Arménie, 1894-1900 », in André Gueslin et Dominique Kalifa ( dir.), Les Exclus en Europe, 1830-1930, Paris, Éditions de l’Atelier, 1999, p. 323-344.

18 Anatole France, Histoire contemporaine. Le Mannequin d’osier, Paris, Calmann-Lévy, 1897, réédité in Œuvres, Paris, Gallimard, 1987, p. 943.

19 Resto del Carlino, 20 février 1897 reproduit – comme me l’a appris Laura Fournier – dans L’operaio italiano, 26 mars 1897 de Buenos Aires.

20 Giosuè Carducci, « Per Candia » : « a combattere per la patria, per la libertà, per l’idea, queste sante cose, queste tre sole realtà vere, che la Grecia ha fondato » in, Opereop. cit. p. 461.

21 Giosuè Carducci, « Per la Rivoluzione di Grecia », XXIV, (1862), in Poesie, Milan, Garzanti, (1978), 1999, p. 98-100.

22 Giosuè Carducci, « Per la morte di Garibaldi », (1882), in Prose, Milan, Garzanti, (1987), 1999, p. 465.

23 Archives du Musée Frédéric Mistral de Maillane (A. MFM. M), Correspondance, Carton C.6 : Lettre de P. Argyriadès, 13 novembre 1894.

24 Frédéric MISTRAL, Miréio– Mireille, (1859), Poème provençal avec la traduction française en regard, Paris, Fasquelle, 1960, p. 2 : « Umble escoulan dou grand Oumero ».

25 L’Aïoli, 27 février 1897. Voir par ailleurs le texte d’un article publié en 1972 par un vieux philhellène provençal, professeur de français à Athènes et connaisseur du félibrige qui a illustré dans sa vie, notamment durant son exil chypriote pendant le régime des colonels, ce que pouvait encore signifier à une époque plus récente l’amitié politique pour les Grecs. Je profite de l’occasion pour le remercier de ses conseils téléphoniques et remercier Gilles Van Heems grâce à qui j’ai pu disposer du texte : Roger Milliex, Mistral et la Grèce, Toulon, L’Astrado, 1972, 39 p.

 « Se fau mouri per la patrio greco,

Rampau de Diéu ! Se mor jamai qu’un cop. »

26 L’Aïoli, 27 février 1897 : « Se fau mouri per la patrio greco, /Rampau de Diéu !/ Se mor jamai qu’un cop. »

27 A. MFM. M, Correspondance, Carton C.98 (102) : Lettre de Gennadios, le 30 septembre 1897.

28 A. MFM. M, Correspondance, Carton C.5 : Émile Cartailhac, lettre du 21 mars 1897.

29 Voir à ce sujet notamment Daniel Nordman, « La Méditerranée dans la pensée géographique française (vers 1800-vers 1950) », in Collectif, From the Mediterranean to the China sea. Miscellaneous Notes, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 1998, p. 1-20.

30 La Méditerranée, 15 mars 1897.

31 Erato Paris, « La Grande Idée et le philhellénisme français de Marseille au xixe siècle », in Bulletin de liaison néo-hellénique de l’INALCO, 18, 2001, p. 13.

32 Le Figaro, 23 février 1897.

33 Sur le philhellénisme allemand dans le long terme, se reporter à Susannne L. MARCHAND, Down from Olympus. Archaeology and philhellenism in Germany 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 2003, XIII p. + 403 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Pécout, « Amitié littéraire et amitié politique méditerranéennes : philhellènes français et italiens de la fin du xixe siècle », Revue germanique internationale, 1-2 | 2005, 207-218.

Référence électronique

Gilles Pécout, « Amitié littéraire et amitié politique méditerranéennes : philhellènes français et italiens de la fin du xixe siècle », Revue germanique internationale [En ligne], 1-2 | 2005, mis en ligne le 20 octobre 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/89 ; DOI : 10.4000/rgi.89

Haut de page

Auteur

Gilles Pécout

Professeur à l’ENS et directeur d’études à l’EPHE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org