Navigation – Plan du site
Sciences sociales : sciences de « l’étranger » ?

Contributions juives à l’ethnographie urbaine : Simmel, Kracauer et l’Ecole de Chicago

Olivier Agard
p. 127-146

Résumés

Un des fondateurs de l’ethnographie urbaine est Georg Simmel avec son article « Métropoles et mentalité », et parmi les penseurs classiques de cette discipline bon nombre sont comme lui d’origine juive. Ce n’est sans doute pas un hasard si la figure de l’« Étranger » est au centre de leurs analyses. À partir d’une sélection de leurs textes, enrichie des écrits du journaliste-écrivain-sociologue Siegfried Kracauer, élève de Simmel, l’auteur s’efforce de montrer comment le travail sur la mentalité et la sociabilité urbaines engage une réflexion sur l’identité juive. Loin de se réduire à une apologie de l’» assimilation », le discours de ces ethnographes est profondément ambivalent.

Haut de page

Texte intégral

De Berlin à Chicago

  • 1  Nous adoptons ici la traduction du titre proposée par Isaac Joseph et Yves Grafmeyer dans L’École (...)
  • 2  Dans l’ouvrage collectif Die Großstadt, Vorträge und Aufsätze zur Städteausstellung [Jahrbuch der (...)
  • 3  Simmel n’est bien entendu pas l’unique pionnier de la discipline : on pourrait citer le travail de (...)
  • 4  Jean-Michel Chapoulie remet en cause dans un ouvrage très éclairant (La tradition sociologique de (...)
  • 5 Robert Park, Ernest Burgess, Roderick McKenzie, The City, Chicago, University of Chicago Press, 192 (...)
  • 6  La thèse de Park soutenue auprès de Windelband et intitulée Die Masse uni das Publikum porte cepen (...)
  • 7  Robert E. Park, Ernest Burgess, Introduction to the Science of Sociology, Chicago, University of C (...)
  • 8  De fait, beaucoup de développements simméliens portent sur ce que Michel Maffesoli appelle « la so (...)

1L’article de Georg Simmel « Métropoles et mentalité »1 [« Die Städte und das Geistesleben »], paru en 19032, peut être considéré comme le texte inaugural de l’ethnographie urbaine3. Il est au point de départ de cette branche de la sociologie qui se dotera à Chicago, entre 1915 et 1935, d’un objet, d’un cadre institutionnel et d’un programme de recherches, autour de personnalités telles que William Isaac Thomas, Robert Ezra Park, Ernest Burgess ou Louis Wirth, que l’on rassemble communément — à plus ou moins bon escient — sous la dénomination d’« École de Chicago »4. Dans La ville [The City], ouvrage collectif de 19255, la filiation simmélienne est revendiquée. Albion Small, le fondateur du département d’anthropologie et de sociologie de l’université de Chicago, avait fait la connaissance de Simmel à Berlin, alors qu’ils suivaient tous deux les cours de Lazarus. Robert Park, qui devient dans les années 1920 la figure la plus marquante de la sociologie de Chicago, avait été l’élève de Simmel (il publiera d’ailleurs ses notes de cours prises à Berlin) ainsi que du néokantien Windelband6. L’apport simmélien est multiple et difficile à saisir dans le détail : outre la définition du champ de recherches, c’est-à-dire la notion de mentalité urbaine, il a également un aspect méthodologique. Dans leur Introduction à la science sociologique7, dans laquelle Simmel fait partie des auteurs les plus cités, Park et Burgess pensent la construction du social en termes d’interaction, et font une large part à une microsociologie de la vie quotidienne, tout comme l’auteur de La philosophie de l’argent8. Cependant, les préoccupations philosophiques de Simmel leur sont largement étrangères.

  • 9 W. I. Thomas et F. Znaniecki, ThePolish Peasant in Europe and America, Boston, 1918. Une partie de (...)
  • 10 Louis Wirth, The Ghetto, Chicago, 1928. Trad. franc. : Le ghetto, Grenoble, Presses Universitaires (...)
  • 11 « Human migration and the Marginal Man », American Journal of Sociology, 33, 1928, p. 339-344. Repr (...)

2Dans tous ces textes, la figure de l’« étranger », dont le juif émancipé est, selon Robert Park, le modèle idéal typique, est omniprésente. La première grande monographie de l’Ecole de Chicago étudie le phénomène urbain à travers l’acculturation du « paysan polonais »9, Louis Wirth signe en 1928 une synthèse sociohistorique sur le « ghetto »10, Robert Park consacre la même année un texte fameux à la notion d’« homme marginal »11. Celui-ci est l’héritier direct de cet « étranger », ce « nomade qui reste » dont Simmel avait ébauché la silhouette dans sa « digression sur l’étranger », un des chapitres les plus célèbres de la grande Sociologie de 1907.

  • 12  Siegfried Kracauer, Les employés. Aperçus de l’Allemagne nouvelle, Paris, Avinus, 2000.
  • 13  Siegfried Kracauer, Jacques Offenbach und das Paris seiner Zeit, Amsterdam, Allert de Lange, 1937. (...)
  • 14  Sur Robert Park comme « journaliste-sociologue », ainsi que sur le lien entre sociologie et journa (...)
  • 15  Siegfried Kracauer Nachlaß, Deutsches Literatur-Archiv (désormais abrégé en KN DLA), p. 43. En 191 (...)
  • 16  Farrell a en particulier utilisé le travail de Trasher sur les gangs (F. M. Trasher, The Gang. A S (...)
  • 17  Benjamin parle d’une « contribution majeure à la physiologie de la capitale », cf. Walter Benjamin (...)
  • 18  Dans sa préface, Kracauer présente son Jacques Offenbach comme « la biographie d’une ville [« Stad (...)
  • 19  Voir en particulier Das Leiden am Wissen und die Sehnsucht nach der Tat (1917) et Georg Simmel (19 (...)
  • 20  Cf. la lettre de Kracauer à Everett C. Hughes du 27 mars 1955, KN DLA. La correspondance se poursu (...)
  • 21  « Plus j’ai étudié Simmel, plus j’ai été frappée par la parenté qui existe entre la pensée de Hugh (...)
  • 22  Sur cette filiation, cf. Isaac Joseph, Erving Goffman et la microsociologie, Paris, PUF, 1998.

3Cette figure est également très présente dans les écrits d’un autre élève de Simmel, Siegfried Kracauer, qui travaille entre 1924 et 1933 dans la Frankfurter Zeitung (qui est alors en Allemagne le quotidien de référence), dans sa monographie sur Les employés (1930)12, puis dans sa biographie de Jacques Offenbach (1937)13, à une sorte de physiognomonie de la métropole. Dans ces textes, Kracauer saisit le phénomène urbain de manière fragmentaire, à partir de ses constellations de surface. S’il n’a vraisemblablement jamais étudié les textes de l’École de Chicago, son regard sur la ville à travers le médium du feuilleton évoque l’activité journalistique de Robert Park au tournant du siècle14. Comme Kracauer, Park était un flâneur, un passeur entre littérature et sociologie, pour qui la ville était aussi un phénomène esthétique15. Park et le jeune Kracauer partagent en particulier une même admiration pour Walt Withman, qui constitue la ville en objet poétique (il est par exemple cité par Kracauer dans son texte de jeunesse Sur l’expressionnisme [Über den Expressionismus]). Autour de l’École de Chicago gravitaient un certain nombre d’écrivains, dont James T. Farrell (l’auteur de la trilogie de Studs Lonigan)16avec lequel Kracauer entretiendra une correspondance dans les années 1940. Ainsi que le suggère Walter Benjamin dans sa recensison, Les employés (1930) est également une contribution à l’ethnographie urbaine17. L’ouvrage porte sur la métropole moderne, il est une biographie de Berlin, comme le livre sur Jacques Offenbach sera une biographie de Paris18. Les employés présente d’ailleurs une certaine parenté méthodologique avec les travaux de certains sociologues de Chicago (recours à des correspondances, importance accordée à l’observation empirique, référence à l’ethnographie). Des passages de l’œuvre de jeunesse de Kracauer et certaines indications dans sa correspondance donnent à penser qu’il avait lu attentivement « Métropoles et mentalité »19. De toute évidence, il connaissait également la digression sur l’étranger. Quand Kracauer songera à faire éditer Les employés aux États-Unis, il demandera une préface à Everett C. Hughes20. Or celui-ci, qui séjourna à plusieurs reprises en Allemagne (avant et après la Seconde Guerre mondiale), et dont la pensée présente, selon une disciple française, de frappantes similitudes avec celle de Simmel21, appartient à ce qu’il est convenu d’appeler « la deuxième génération de l’École de Chicago », qui, lit-on parfois, fait le lien entre Park et Burgess et l’« interactionnisme symbolique »22 (Erving Goffman, Howard S. Becker). C’est en particulier lui qui recentre la pratique de la recherche sociologique autour de la notion de Fieldwork (le travail de terrain), en s’inspirant des méthodes de l’ethnographe Malinowski. À sa façon plus journalistique, Kracauer avait insisté au début des Employés sur la nécessité d’une démarche à caractère ethnographique.

  • 23  Voir à ce sujet, Donald N. Levine, « Ambivalente Begegnungen : « Negationen » Simmels durch Durkhe (...)
  • 24  Pour une critique de l’École de Chicago, D. Breslau, « Robert Park et l’écologie humaine », Actes (...)

4Bien entendu, on l’a déjà suggéré, il y a entre tous ces textes bien des discontinuités, malgré un évident « air de famille ». L’implantation de concepts simméliens dans le contexte américain est un transfert culturel, avec son lot de malentendus productifs, ses mécanismes de filtrage et de redéfinition23. À Chicago, Simmel est relu à la lumière de la tradition pragmatique américaine, dans une perspective d’action immédiate. L’École de Chicago est également fortement empreinte de christianisme social et intimement liée au départ à des mouvements de réforme, dont elle s’émancipera sous l’égide de Park. Par ailleurs, si le goût de Kracauer pour l’observation empirique peut évoquer la tradition de Chicago, l’objet de sa recherche en revanche le distingue de celle-ci. Avant Everett Hughes, elle s’est en effet peu intéressée à la sociologie du travail. Par ailleurs, l’orientation marxisante de Kracauer (même si elle est « non conformiste ») le distingue clairement de Park, souvent accusé d’être du côté du « contrôle social »24.

5À partir de Simmel, on s’efforcera de montrer ici, sans verser dans un biographisme réducteur, que pour ces intellectuels, le discours sur la ville engage un travail de définition de soi. On verra que ce n’est pas tout à fait un hasard si beaucoup d’entre eux (Simmel, Kracauer, Wirth) sont d’origine juive. L’accent portera sur la réflexion sur l’identité et la modernité, la mémoire et la civilisation, que recèle l’ethnographie urbaine.

Citadins et étrangers

  • 25  Klaus-Christian Köhnke a montré dans son ouvrage Der junge Simmel in Theoriebeziehungen und sozial (...)
  • 26  « Il n’y a peut-être pas de phénomène de l’âme qui soit plus incontestablement réservé à la grande (...)

6Dans « Métropoles et mentalité », Simmel vise à définir un « habitus urbain ». Ce sera également le point de départ de Park et Burgess pour qui « il y a une mentalité urbaine clairement distincte de la mentalité rurale ». Comme dans la partie synthétique de La philosophie de l’argent (1900), dont l’article sur la métropole constitue, selon les propres indications de l’auteur, une sorte d’appendice, Simmel, ancien élève du Völkerpsychologe Lazarus, cherche à construire une sorte d’ethnographie de la modernité25. Les traits distinctifs de la mentalité citadine sont selon lui : l’intellectualité, corollaire de l’intensification de la vie nerveuse (puisque l’intellect est mis en œuvre pour parer l’intensité quasi épileptique des Stimuli en milieu urbain), l’impersonnalité des échanges désormais médiatisés par l’argent, un nouveau rapport au temps et à l’espace (dans un monde interdépendant, le temps est parcellisé et quantifié ; par ailleurs, l’économie monétaire bouleverse l’orientation spatiale en rendant interdépendants des lieux géographiquement éloignés tout en dissolvant les solidarités de proximité : le proche devient lointain, le lointain proche), un caractère blasé voire indifférent26 (et par extension, le besoin de stimulations de plus en plus violentes), une réserve sourdement hostile à l’égard de son prochain. Dans sa « sociologie des sens », Simmel ajoute un point qui occupera beaucoup Kracauer et Benjamin : la ville est le siège d’une nouvelle culture du regard.

  • 27  « Métropoles et mentalité », in Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 71.
  • 28  Ibid., p. 72.
  • 29  Cf. le premier ouvrage de Simmel, Über soziale Differenzierung (1890) dont des passages entiers se (...)
  • 30  Robert Ezra Park, « La ville : propositions de recherche sur le comportement humain en milieu urba (...)

7 « L’étranger » est le citadin type : le citadin et l’étranger sont tous deux émancipés, leur identité est en mouvement. Dans un passage crucial du texte, Simmel, mettant en regard la sociabilité du village et celle de la grande ville, associe urbanité et progrès de la liberté personnelle : « ... aujourd’hui [...], l’habitant de la grande ville est « libre » par contraste avec les mesquineries et les préjugés qui enserrent l’habitant de la petite ville »27. Les grandes villes sont de surcroît par définition ouvertes sur l’étranger, elles sont « le siège du cosmopolitisme », s’insèrent mécaniquement dans un réseau international de relations et de contacts : « La sphère de vie de la petite ville est pour l’essentiel, retenue en elle-même et par elle-même. Pour la grande ville, il est décisif que sa vie interne s’étende par vagues successives sur un vaste territoire national ou international. »28La forme-ville est liée au phénomène, analysé à plusieurs reprises par Simmel, de l’accroissement des cercles sociaux et des chaînes d’interdépendance, aux progrès de la « différentiation sociale »29. Là où l’habitant de la petite ville est enfermé dans l’identité close de la Gemeinschaft, le citadin est autonome au sens où il est affranchi de cet ordre holiste de la communauté. Park citera à ce sujet le proverbe allemand : « Stadtluft macht frei »30 [« l’air de la ville rend libre »].

8La position instable, voire tragique, de l’étranger, qui marie distance et proximité (l’étranger n’est en aucun cas un « assimilé », même si, à sa manière paradoxale, il fait partie du groupe d’accueil), fait de lui une figure clé de la sociabilité citadine, qui s’articule autour de liens objectifs et non plus organiques. L’étranger, parce qu’il a appris l’ironie et la distance, est tout particulièrement à l’aise dans ce contexte.

  • 31  Simmel, « Digression sur l’étranger », in Grafmeyer et Joseph, L’Ecole de Chicago, p. 55. On pourr (...)
  • 32  Burgess, cité in René Duchac, La sociologie des migrations aux États-Unis, Paris / La Haye, Mouton (...)

9L’étranger, comme le citadin, n’est plus inscrit dans la verticalité d’une identité traditionnelle. Il se distingue par ce que Simmel appelle dans sa digression sa « mobilité » : « Quels que soient les trésors de charme et de gravité intellectuelle qu’il déploie dans des relations plus intimes, tant qu’il est, aux yeux de l’autre, « l’étranger », il n’a pas de racines. Réduit au commerce intermédiaire, et souvent à la pure finance, comme si celle-ci en était la forme sublimée, il en acquiert la caractéristique spécifique : la mobilité. »31 Ce concept caractérise par la suite chez Park et Burgess le phénomène urbain en général : « La mobilité est le processus clé pour la compréhension d’une ville en état de croissance. »32 « L’homme marginal » de

10Park, variante élargie de l’« étranger » simmélien, est caractérisé lui aussi par sa mobilité. Toutefois, la perspective s’infléchit, même si Park revendique une filiation directe avec l’« étranger » de Simmel. Celui-ci avait un rapport indifférencié et objectif aux choses, tendait à perdre toute identité véritable, devenant une sorte d’« homme sans qualités ». A l’image de l’argent, il était pure médiation. Park se concentre quant à lui sur le « conflit interculturel » lié à une double appartenance, sur ce qu’il appelle, dans son vocabulaire volontiers naturaliste, l’« hybridation culturelle », dans l’optique d’une réflexion sur le melting pot.

  • 33  Pour une présentation du concept d’« homme marginal », voir Alain Coulon, L’École de Chicago, Pari (...)

11L’homme marginal est en premier lieu le migrant, qui appartient à deux univers culturels différents33. Le migrant est un laboratoire de l’urbanité, dans la mesure où il est mis en demeure de développer les qualités urbaines de mobilité. D’où l’intérêt d’analyser l’acculturation du paysan polonais, comme le fait William Thomas dans son ouvrage monumental.

  • 34 N. Anderson, The Hobo : The Sociology of the Homeless Man, Chicago, University of Chicago Press, 19 (...)
  • 35 Paul G. Cressey, TheTaxi-Dance Hall : A Sociological Study in Commercialized Recreation and City Li (...)
  • 36  Significativement, la première rencontre avec une employée, qui ouvre le livre, a pour cadre un tr (...)
  • 37  Les employés, p. 108-109.
  • 38  « Großstadtjugend ohne Arbeit. Zu den Büchern von Lamm und Haffner », in Kracauer, Schriften 5.3, (...)

12Mais l’étranger n’est pas seulement le migrant. Les auteurs de Chicago s’intéressent plus généralement à des catégories marginales de la société, parce que la dynamique urbaine s’y manifeste le plus clairement. N. Anderson étudie les hobos, ces travailleurs itinérants et saisonniers qui vivaient en marge de la société, tout en étant bien distincts des clochards (Tramps) : il souligne dans un chapitre leur Wanderlust34. Paul G. Cressey s’intéresse au destin des filles rurales qui travaillent dans les Taxis dance halls, des établissements de danse (réputés être l’antichambre de la prostitution)35. L’itinéraire erratique des danseuses de Chicago rappelle les existences vagabondes et bohèmes décrites par Kracauer dans son enquête sur les employés36, à l’image de cette fille à l’improbable destin, rencontrée à la terrasse du Romanisches Cafe, typique de ces « filles qui viennent dans la grande ville en quête d’aventures et qui traversent comme des comètes le monde des employés. Leur trajectoire est imprévisible, et le meilleur astronome ne saurait prédire si elles finiront sur le trottoir ou dans le lit nuptial »37. A Berlin, Kracauer consacre également un article aux bandes de jeunes vagabonds qui hantent les gares et les rues, cousins berlinois des hobos, et des gangs étudiés à Chicago38. Le prolétaire d’origine rurale, et d’une autre façon le délinquant, le déviant, le criminel sont eux aussi des « hommes marginaux », des « étrangers ».

  • 39  JO, p. 85.
  • 40  Ibid., p. 99.
  • 41  Cf. Les employés, p. 68.

13Le Jacques Offenbach de Kracauer est comme un catalogue de ces figures marginales. Offenbach est lui-même un migrant, tout comme Kracauer, qui est dans le Paris des années 1930 un réfugié politique (en tant que juif et journaliste de gauche, il est doublement contraint à l’exil lorsque les nazis accèdent au pouvoir). Si Offenbach réussit à Paris, c’est que la marginalité y est valorisée. Les journalistes, les dandys et la jeunesse dorée sont des « bohèmes mondains », des « quasi irréguliers », qui « bénéficiaient sur le Boulevard d’une sorte d’exterritorialité »39. Jacques Offenbach est peuplé de personnages atypiques, inquiétants, étranges, fantomatiques (Lord, Seymour, le chef d’orchestre Jullien, Gustave Hervé). Offenbach est portraituré en personnage hoffmannien : « L’étrangeté de toute sa personne augmentait encore lorsqu’il commençait à jouer : tel un Centaure, il faisait corps avec son violoncelle et bondissait avec lui, comme un cheval ailé, vers des horizons inconnus ; ceux qui, restés en arrière, le voyaient s’élancer cramponné au col de sa fabuleuse monture, ne pouvaient s’empêcher de penser que Offenbach était un être démoniaque et qu’il appartenait à ce royaume fantastique qu’évoquent les Contes de E. T. A. Hoffmann. Ses yeux n’étincelaient-ils pas d’étrange façon ? »40 Kracauer recourt également à ce registre pour décrire certains employés, qui lui rappellent les personnages de E. T. A. Hoffmann : « Il y a parmi les employés d’un âge avancé, une quantité de personnages fantastiques tirés des contes d’Hoffmann. Ils sont restés en panne quelque part, remplissant depuis jour après jour des fonctions banales dont n’émane aucune inquiétante étrangeté. On les dirait pourtant enveloppés d’un voile d’horreur, celui qui vient des forces inemployées qui n’ont su trouver d’expression au sein de l’ordre établi41. »

  • 42  Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 5-52, 10 7. Cf. Les employés, p. 108-109.
  • 43  CF. Les employés, p. 108-109.
  • 44  « Le ghetto illustre aussi un autre phénomène, caractéristique de la vie d’une communauté locale, (...)

14Tous ces personnages illustrent l’idée qu’il y a en ville une « prime à l’excentricité »42 et à l’imagination, idée chère aux sociologues de Chicago, qui recouraient fréquemment à la catégorie de la « bohème » : le quartier des hobos était dénommé « hobohème ». Dans Les employés, Kracauer observe la formation d’une bohème des employés43. Pour reprendre la typologie de Thomas, le boulevardier est le « bohème » anti-Philistin, dont l’exemple est sans doute pour Thomas la bohème de Greenwich village. L’École de Chicago s’intéressait tout particulièrement à ce phénomène de la bohème vue comme enclave exterritoriale, quartier ethnique ou territoire voué au vice ou aux divertissements44.

La désorganisation

  • 45  « Le degré énorme de délinquance juvénile et adulte, qui existe aujourd’hui dans les minorités noi (...)
  • 46  En 1915, Park donne comme exemple de la « crise » moderne la bourse à laquelle s’était également i (...)
  • 47  Cité par Alfred Schütz, « L’étranger », p. 223.
  • 48  Freddy Raphael, « « L’étranger » de Georg Simmel », in Patrick Watier (éd.), Georg Simmel, la soci (...)
  • 49  Alfred Schütz, « L’étranger », p. 232.

15L’étranger fait l’expérience de ce que Thomas appelle la « désorganisation » : son comportement n’est plus régi par des règles communautaires45. L’immigrant est brutalement confronté à l’effondrement de son monde. Selon la définition de W. Thomas, la socialisation urbaine le met en état de « crise »46, elle « interrompt le flot des habitudes et donne naissance à de nouveaux états de conscience et des normes nouvelles pour l’action »47. Park précise en 1928 dans un article sur la migration et l’homme marginal, que la mobilité ne suffit pas à caractériser l’étranger : il faut qu’il y ait « rupture des liens qui rattachent l’individu à son milieu d’origine, ainsi que la confrontation avec un mode de penser et de vie autre »48. Alfred Schütz, pionnier de la sociologie phénoménologique et ami de Kracauer reformule cette idée dans son essai sur l’étranger, dont la bibliothèque de Kracauer comporte un exemplaire dédicacé : « L’étranger expérimente donc, souvent avec une acuité douloureuse, l’émergence d’une crise qui peut mettre en péril les fondements même de sa conception naturelle du monde49. » Dans un premier temps, l’expérience urbaine est proprement traumatisante.

  • 50  Maurice Halbwachs, « Chicago, expérience ethnique », in Joseph et Grafmeyer, L’École de Chicago, p (...)
  • 51  « Großstadtjugend ohne Arbeit », Schriften 5.3, p. 123.

16Comme Robert Park, Kracauer interprète les pathologies urbaines, en particulier la délinquance des jeunes, comme un effet de la désorganisation (et non pas en recourant à des facteurs ethniques ou psychologiques). Les bandes urbaines dans lesquelles Maurice Halbwachs voit des « groupes indéfinissables et presque insaisissables, qui répondent, chez des êtres un peu désaxés et perdus, au besoin puisant de s’associer, avec les buts les plus divers, depuis les sociétés de jeu jusqu’aux bandes criminelles... »50, font selon Kracauer l’expérience du vide normatif : à leur manière, ils vivent comme les employés dans ce que Kracauer appelle un Vacuum : « Avec la précision et l’exactitude qui sont le signe d’une empathie active, Lamm [l’auteur d’un livre qui témoigne de l’existence vagabonde de jeunes marginaux berlinois, O. A.] décrit les situations typiques, qui se développent dans le vide. »51

  • 52  Cf. Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Klincksieck, 1971, p. 392.
  • 53  C’est le titre d’un article de 1932 : « Strasse ohne Erinnerung » [FZ 16 décembre 1932].

17Dans les « images de villes » de Kracauer des années 1920, le citadin est un « exilé », sa situation est caractérisée par l’« absence de liens » (Ungebundenheit). La condition citadine est marquée par la contingence, l’absence d’« abri transcendantal » (transzendentale Obdachlosigkeit), et manifeste la perte irrémédiable d’un ordre unifiant. La ville est dépeinte comme un espace « désacralisé »52. Site du désenchantement, elle n’est qu’un lieu de trafic et de transit. C’est le thème de la « rue sans mémoire » (« Straße ohne Erinnerung »)53.

  • 54  Les employés, p. 33.
  • 55  Ibid., p. 137.
  • 56  Ibid.

18Dans Les employés, Kracauer politise sa réflexion sur le déracinement existentiel (Entwurzelung) du citadin dans l’anomie moderne. Les employés de Kracauer sont eux aussi à bien des égards des « hommes marginaux » et des migrants : ils sont sans attaches ni racines, « obdachlos ». Kracauer note qu’à Berlin, les attaches aux origines et à la terre sont particulièrement lâches54. Les « palais du divertissement » (les cinémas, les music-halls) sont caractérisés comme des « asiles pour les sans-abri »55, expression qui donne son titre à un chapitre du livre. Enfin, les employés sont des « hybrides culturels » pris dans des représentations et des systèmes de valeurs dépassés, que Kracauer désigne comme « la demeure des concepts et des sentiments bourgeois »56. Ce qui différencie cependant Kracauer des sociologues de Chicago, c’est qu’il ne se contente pas d’explorer les représentations du groupe qu’il étudie, il les déconstruit, parce qu’elles relèvent à ses yeux d’une « fausse conscience » : il y a dans Les employés une dimension de critique de l’idéologie absente des travaux de Chicago. Le déracinement existentiel résulte d’un ordre socio-économique corrompu.

Les juifs comme archétype du citadin

  • 57  C’est par la « proximité distante » que Kracauer caractérise la sociabilité citadine dans son essa (...)
  • 58  Lettre de Kracauer à la Büchergilde Gutenberg du 7 avril 1935, KN DLA.
  • 59  En particulier les fiches des 18 juin, 18 juillet, 18 août, 18 septembre ainsi que divers articles (...)
  • 60  Kracauer, JO, p. 31.
  • 61  I. Kracauer, Geschichte der Juden in Frankfurt am Main (1150-1824) [Herausgegeben vom Vorstand der (...)

19Si Offenbach est un exilé, il est de surcroît juif, et cette judaïté est un des enjeux de Jacques Offenbach. Kracauer y relie explicitement la thématique, constante chez lui, de l’altérité et de la « proximité distante » (« fremde Nähe » )57 à une réflexion sur la judaïté. Dans une lettre à la Büchergilde Gutenberg d’avril 1935, il annonçait que le judaïsme serait un des thèmes centraux de ce projet, avec l’émigration et la dictature58. Parmi les brouillons du Jacques Offenbach se trouvent de nombreux relevés de lecture sur le thème de l’origine juive d’Offenbach, ainsi que sur les éventuels éléments juifs de sa musique59. Le trajet de la famille Offenbach est celui décrit par Louis Wirth quelques années auparavant, celui qui mène de ce qu’il appelle, sans intention péjorative, le « provincialisme du ghetto », à une culture urbaine sophistiquée, qui vit de la présence et de l’apport de l’étranger. Kracauer marque l’origine et la trajectoire de Jacques Offenbach par une phrase qui ouvre le deuxième chapitre : « Les ancêtres d’Offenbach se perdent dans la nuit du ghetto. »60 Il est à noter que Louis Wirth cite dans un chapitre consacré au ghetto de Francfort l’ouvrage de l’oncle de Siegfried Kracauer, Isidor Kracauer, sur l’histoire de la communauté juive de Francfort61.

  • 62  Il s’agit d’illustrer l’idée que le juif est une figure de la généralité : Simmel remarque qu’au M (...)
  • 63  Cité par A. Coulon, L’École de Chicago, p. 53.
  • 64  Cité par Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 11.
  • 65  Wirth, Le ghetto, p. 94.
  • 66  W. I. Thomas, Source Book of Social Origins, p. 169, cité par Duchac, La sociologie des migrations (...)

20L’archétype sous-jacent de l’« étranger » est la diaspora juive. À la fin de sa digression, Simmel évoque d’ailleurs brièvement la communauté juive de Francfort62. Les juifs sont évoqués dans La philosophie de l’argent comme des agents de l’économie monétaire. Or les villes sont le produit de cette économie monétaire qui substitue des rapports quantitatifs et abstraits aux liens qualitatifs et concrets de l’économie naturelle. L’étranger, le juif, figure de l’objectivité, de l’échange, a donc bien vocation à être un citadin. Robert Park écrit du « juif émancipé » qu’il est l’« étranger » par excellence, que Simmel, lui-même juif, a décrit avec tant de pénétration et de compréhension dans sa Sociologie...63. Les juifs émancipés incarnent aux yeux de Park les qualités citadines : « La plupart des caractéristiques du juif, et, certainement, sa prééminence comme commerçant, son esprit vif, sa sophistication, son idéalisme et son manque de sens historique sont aussi des caractéristiques du citadin, l’homme aux idées larges qui vit à l’hôtel, bref le cosmopolite. Les autobiographies d’immigrants juifs polonais publiées en grand nombre ces dernières années sont toutes des versions différentes d’une même histoire — l’histoire de l’homme marginal. »64 Pour Louis Wirth les juifs représentent « comme Simmel l’a montré, le type même de l’étranger ; cette situation leur permit d’acquérir une certaine objectivité et de jouer un rôle de confident, ce qui leur fut d’une grande utilité dans leurs fonctions de conseiller et de médecin »65. Pour W. I. Thomas, l’illustration de la mobilité citadine est fournie par les juifs « dont les caractéristiques intellectuelles et l’intérêt généralement reconnu pour les idées abstraites et radicales sont, sans conteste, à mettre en relation avec le fait qu’ils sont, avant tout, un peuple citadin »66.

  • 67  Cité par Stéphane Jonas, « La métropolisation de la société dans l’œuvre de Georg Simmel », in Geo (...)

21La « digression sur l’étranger » est, de manière à peine voilée, une auto-analyse. Simmel y dresse le portrait anonyme d’une certaine intelligentsia juive allemande autour de 1900. L’article sur la ville a lui aussi une dimension autobiographique : Simmel était né au cœur de Berlin, au coin de la Friedrichstraße et de la Leipziger Straße. Il déclarera dans une interview en 1905 : « Le développement de Berlin, passage de la grande ville à la Métropole dans les dernières années du xixe siècle, coïncide avec mon propre développement intellectuel le plus fort et le plus large. »67

  • 68 Georg Simmel, KN DLA, p. 138-139.
  • 69  Cf. la présentation qu’en fait Jean Peneff, La méthode biographique, Paris, Armand Colin, 1990, p. (...)

22Kracauer avait perçu cette dimension autoréférentielle : son important essai de jeunesse sur Simmel s’achève par un portrait de Simmel en « étranger »68. Cette dimension réflexive est également présente chez les sociologues de Chicago qui se perçoivent souvent comme des « hommes marginaux ». Certains, comme Louis Wirth, qui quitta son petit village de Rhénanie à l’âge de 14 ans, sont d’origine juive et ont fait l’expérience de l’émigration. Si tous les théoriciens de l’acculturation urbaine ici évoqués ne sont pas juifs, ils sont cependant presque toujours des « hybrides culturels » : beaucoup sont, comme l’ami de Kracauer Everett Hughes, issus de petites communautés rurales, et de familles religieuses. Thomas se considérait comme un « paysan polonais » de l’intérieur69.

Le coût de l’émancipation

  • 70  On sait que ce terme est utilisé depuis les années 1970 en lieu et place de celui d’assimilation. (...)
  • 71  Henrick Reeh parle à ce sujet d’« indétermination normative », cf. « Réécriture du concept de blas (...)
  • 72  C’est pourquoi Louis Wirth peut écrire ; « Le ghetto représente, dans l’histoire des Juifs et de l (...)

23Les textes de Simmel, Kracauer, Wirth peuvent être lus comme une théorie de l’« acculturation »70 juive dans un contexte posttraditionnel71. C’est ici moins le problème de l’assimilation dans un peuple d’accueil qui est posé que celui — plus général — du devenir des identités et des communautés à l’heure du « désenchantement du monde »72 et des progrès de ce que Norbert Elias appelle « le processus de civilisation ».

  • 73  Cité par Stephane Jonas, « La Großstadt-métropole européenne dans la sociologie des pères fondateu (...)

24La lecture crisologique de la ville n’était bien entendu pas propre aux intellectuels d’origine juive, elle traversait la sociologie allemande. Pour Tönnies, la ville était synonyme de la civilisation et incarnait la Gesellschaft dans toute son horreur : « La grande ville est tout simplement le type de la société. »73 Dans sa vision apocalyptique, Spengler, occasionnellement cité par les sociologues de Chicago (notamment par Hayner dans son étude sur la vie à l’hôtel [Hotel Life, 1936] ainsi que par Park au tout début de son grand article sur la ville) associe avènement des mégalopoles et déclin de l’Occident.

  • 74  S. Volkov, « Jüdische Assimilation », p. 347. La famille de Kracauer si l’on en croit divers docum (...)

25Mais le problème se posait peut-être de manière particulièrement aiguë pour des juifs allemands fortement urbanisés. La sécularisation posait la question du devenir de leur identité. Partant d’une étude de la vie quotidienne, Shulamit Volkov arrive à la conclusion que celle-ci présentait pourtant des traits comparativement plus modernes que ceux des familles allemandes à la même époque74.

  • 75  Voir le commentaire de Werner Jung, in Georg Simmel zur Einführung, p. 67.
  • 76  Isaac Joseph, La ville sans qualités, Paris, Éditions de l’aube, 1998, p. 72.
  • 77  Louis Wirth, Le ghetto, p. 46-47. J.-M. Chapoulie relève chez les collègues de Park l’existence d’ (...)
  • 78 Cf. Dennis Smith, 77k Chicago School, p. 126.
  • 79  Cf. Les employés, p. 99.
  • 80 In Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 251-277 (à l’origine : « Urbanism as a Way of Life » (...)

26On est en présence d’une pensée des coûts de l’émancipation par l’urbanisation. Simmel ou Kracauer sont des penseurs de la « dialectique des Lumières ». Avant Adorno et Horkheimer, Kracauer a explicitement formulé cette idée dans son essai L’ornement de la masse (1927), et elle sous-tend le chapitre final de La philosophie de l’argent75qui étudie l’impact de l’économie monétaire sur « le style de la vie moderne ». Même les sociologues de Chicago, que l’on fait volontiers passer pour des propagandistes un peu naïfs du melting pot, montrent bien que l’acculturation urbaine n’a rien d’un scénario idéal. Comme le remarque Isaac Joseph, Louis Wirth sait bien que « l’urbanisation, loin d’être une émancipation généralisée, n’efface ni les privatismes, ni les enclaves »76. On prête à Wirth une certaine nostalgie de la Gemeinschaft. Cette nostalgie, ou plutôt cette compréhension pour les vertus de la vie communautaire, affleure dans certaines descriptions de la vie du ghetto, où la perspective simmélienne se trouve inversée puisque la liberté est du côté de la communauté : « Tandis que les contacts du Juif avec l’extérieur étaient formels et abstraits, à l’intérieur de sa propre communauté, il se sentait chez lui. Là, il pouvait abandonner l’étiquette et le formalisme qui réglaient sa conduite dans le monde des Gentils. Le ghetto lui offrait une libération. »77 Wirth était d’ailleurs loin d’être totalement étranger à la tradition juive, il avait reçu à Gemünden une éducation religieuse à l’école rabbinique du dimanche. Cependant pour lui, il est illusoire de vouloir recréer la communauté originelle dans le pays d’accueil, le quartier ethnique n’est qu’une phase transitoire. Park (qui n’est pas lui-même juif) était réceptif aux atouts sociologiques de la Gemeinschaft78. L’attitude de Thomas est caractéristique : il prend acte de la disparition de la communauté et affirme qu’il ne serait ni possible, ni souhaitable de la restaurer sous son ancienne forme. En même temps, il pense qu’il faudra à l’avenir recréer de nouvelles formes de communauté, inventer de nouvelle formes d’immédiateté et de participation. Simmel, Kracauer et l’École de Chicago s’attardent longuement sur l’anonymat de la ville, la dépersonnalisation, et les multiples pathologies de la désorganisation. Dans Les employés, la ville est aussi un espace d’aliénation, où s’exerce en particulier la manipulation par des médias de masse79 (Park s’était lui aussi intéressé très tôt, dans sa thèse intitulée Die Masse und das Publikum à ce phénomène également abordé par Louis Wirth dans son essai classique « Le phénomène urbain comme mode de vie »80).

L’invention d’une nouvelle identité

27Toutefois Simmel, Kracauer ou Wirth font partie de ces intellectuels qui voient dans la « désorganisation » urbaine une ouverture vers une nouvelle culture, dont les juifs constituent en quelque sorte l’avant-garde.

  • 81  Ainsi, selon Lilyane Deroche-Gurcel, l’originalité de Simmel résiderait dans le fait qu’il ne cons (...)
  • 82  Dans sa Théorie du film, Kracauer écrit, à propos des photographies d’Atget et de Marville, que le (...)
  • 83  Selon l’expression de Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 12.
  • 84  « Le chemin de fer », Le voyage et la danse, p. 84-88, p. 85 [FZ, 30 mars 1930] [traduction modifi (...)
  • 85  Je détourne ici une expression de Maurice Halbwachs, un des premiers lecteurs français de Park et (...)
  • 86  Genêt [Ginster], Paris, Gallimard, 1933 (traduit par Clara Malraux).
  • 87  Louis Wirth, Le ghetto, p. 264-265.

28Si Simmel emprunte les thèmes de la neurasthénie ou de l’agoraphobie aux discours anti-urbains et hygiénistes de la Kulturkritik, 1900, il n’en montre pas moins in fine que la ville est un laboratoire de formes nouvelles. De la menace permanente que représentent le milieu urbain et sa sociabilité dépersonnalisée, de la nécessité de s’adapter dans laquelle il place les individus, de ce conflit constant entre dynamique du nivellement et affirmation de la différence personnelle, surgissent des types d’individualité inédits. En se construisant un style, le citadin, jouant de sa marge d’action accrue, fait de la résistance. Tous les traits distinctifs, précédemment évoqués, de la mentalité citadine ont leur versant positif81. La désorganisation s’accompagne d’une réorganisation. La fugacité des contacts interpersonnels dans la ville ouvre par exemple la voie à de nouvelles formes d’interaction. Elle est un laboratoire de formes nouvelles, comme par exemple la mode (qui, note Simmel, est souvent importée de l’étranger). De même, dans tous les textes de Kracauer qui semblent énumérer des figures de la réification, il y a, à côté de la mélancolie82, des éléments de ce que l’on a appelé, à propos de l’École de Chicago, une « apologie du transitoire »83, une théorie du chaos, un éloge de l’instabilité. Le flâneur des « images de villes » est fasciné par les passages, ces « non-lieux » urbains (ce que Kracauer appelle des « lieux qui ne sont pas des sites » [« Orte, die keine Stätte sind »])84, les « zones interstitielles »85, les lieux-frontières, les espaces de transit et de partance, en particulier les gares, les villes-ports comme Hambourg, et surtout Marseille, où s’achève le roman Genêt86. Un autre lieu, également apprécié de Kracauer et des sociologues de Chicago est l’hôtel, en particulier le hall d’hôtel. Pour Kracauer il est un lieu d’errance et de rencontre, il résume la contingence moderne. De son côté, Park invitait ses étudiants à fréquenter les halls des hôtels de luxe. Dans son étude sur la vie à l’hôtel (initialement intitulée « Hotel Life and Personality »), Hayner analyse l’hôtel comme un lieu où les relations sociales sont anonymes, ce qui confère au client une liberté personnelle accrue. Louis Wirth note qu’une des façons pour les juifs d’échapper au ghetto « se présente sous la forme d’un afflux rapide vers les hôtels à appartements et les pensions de famille de la ville, en particulier ceux de Hyde Park et du North Shore. Ces hôtels sont devenus si populaires auprès de la population juive qu’on assiste à l’apparition rapide, suivant l’expression des agents immobiliers du quartier d’un Jewish Hotel Row [« rangée d’hôtels juifs »] [...]. Les hôtels offraient l’anonymat ; ils offraient la possibilité de se soustraire au rituel et à la surveillance étroite de la communauté restreinte87. »

  • 88  En analysant les trajectoires biographiques des acteurs de la période, Michel Espagne a montré l’i (...)
  • 89 Fiche 7,35, « Offenbach als Deutsch-Franzose », KN DLA.

29A travers la figure de Jacques Offenbach, Kracauer pose le problème de la fonction culturelle de l’étranger, et travaille à sa manière, de son propre aveu, à une redéfinition de l’identité juive, un débat ouvert depuis l’Aufklärung. Kracauer dépeint Offenbach comme une figure de la transition entre cultures. Le compositeur fait figure de passeur entre les deux rives du Rhin88. Parmi les brouillons de Jacques Offenbach, on trouve une fiche qui rassemble une série de citations consacrées au thème « Offenbach comme franco-allemand » [« Offenbach als Deutsch-Franzose »]. Kracauer rapporte un des discours qui furent prononcés sur la tombe d’Offenbach, dans lequel l’orateur dépeignait Offenbach comme un français et un parisien, bien qu’il eût des origines germaniques. Le livre met au premier plan les émigrés et fait défiler bon nombre des juifs allemands de Paris, montre de façon frappante l’importance de la « translation ashkénaze », le rôle des juifs dans l’invention d’une culture parisienne89.

  • 90  Edmond Jaloux, dans Le Temps du 30 juillet 1937 (l’article a été conservé par Kracauer dans ses ar (...)

30Pour certains critiques français contemporains, Jacques Offenbach avait précisément pour mérite de faire revivre cette mémoire allemande (judéo-allemande) oubliée de Paris. Le critique du Temps note ainsi : « Il est vrai d’ailleurs que Jacques Offenbach est devenu le symbole même d’une période, période dont il est courant de dire que l’esprit français y a triomphé, alors qu’aucune n’a été plus cosmopolite dans l’ensemble de ses manifestations [...] En réalité, l’esprit qui anima ces années... fut essentiellement rhénan... C’était le romantisme allemand qui s’achevait sur les bords de la Seine, dans une joyeuse farandole. »90

  • 91  Simmel, « Digression... », in Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 53.
  • 92  Pascal Amphoux et André Ducret, « L’étranger de Simmel, figure de l’œuvre », in Jean Rémy (éd.), G (...)
  • 93  Comme d’ailleurs toutes les « formes de la socialisation » [« Formen der Vergesellschaftung »] étu (...)

31Simmel avait lui aussi d’emblée insisté sur cette fonction de médiation : « Il [L’étranger] n’est pas attaché à un groupe spatialement déterminé ou à un groupe dont les limites évoquent des limites spatiales, mais sa position dans le groupe est essentiellement déterminée par le fait qu’il ne fait pas partie de ce groupe depuis le début, qu’il y introduit des caractéristiques qui ne lui sont pas propres et qui ne peuvent pas l’être. »91 C’est à bon droit que l’on peut dire que l’« étranger » tend pour Simmel à devenir un pur passage, il n’est pas un contenu, mais « une position »92, il n’existe que dans l’interaction réciproque93. Si assimilation il y a, elle est un processus réciproque (c’est pourquoi Simmel considère que la peur de l’extinction par assimilation est paradoxale, puisque dans le monde moderne jamais l’action en retour des juifs sur leur milieu d’accueil n’a été aussi forte).

  • 94  Louis Wirth, Le ghetto, p. 297.

32Aux yeux de ces ethnographes de la ville, les juifs, peuple délocalisé, sont un « peuple limite », qui développe un nouveau type d’identité, difficile à saisir et transnational. Wirth conclut ainsi Le ghetto : « L’histoire des Juifs et l’histoire du ghetto sont essentiellement une histoire des migrations qui se sont cristallisées dans ce qui est, semble-t-il, une organisation internationale ; H s’ensuit que le Juif apparaît comme un être non seulement doué d’ubiquité, mais quelque peu mystérieux. »94

Le rapport à l’universel

  • 95 JO, p. 163.
  • 96  « Digression... », in Grafmeyer et Joseph, p. 56.
  • 97  Robert Park, cité par Alain Coulon, L’École de Chicago, p. 53.
  • 98  Cité par A. Coulon, L’École de Chicago, p. 53.

33De par leur marginalité, les juifs entretiennent un rapport à l’universel. Kracauer compare à cet égard Offenbach à Charlie Chaplin, auquel il avait consacré plusieurs articles dans la FZ (où il écrivait des critiques de cinéma) : « Offenbach n’eut pas seulement la chance que la fondation des Bouffes Parisiens coïncidât avec le début de l’ère internationale : son genre répondait aussi aux vœux secrets du consommateur étranger. Il offrait en effet aux voyageurs ce qu’ils ne trouveraient nulle part ailleurs, une musique directement accessible à chacun d’eux et qui parlait un langage universel. Cette musique était d’une tendresse et d’une gaieté qui, au Heu de prétendre à une couleur locale insaisissable semblait retentir du fond de quelque lointaine patrie — d’une patrie qui, aussi loin qu’elle pût s’étendre, comptait tous les habitants de la terre. Offenbach n’était-il pas lui-même un étranger ? Parent en cela des films de Charlie Chaplin, sa musique allait passer dans la vie internationale, qui engendrait alors de folles espérances, quant aux moyens de réconcilier les peuples. »95 Chaplin était à l’époque perçu comme une figure juive, comme en atteste l’article que lui consacre le Jüdisches Lexikon de 1927. Offenbach et Chaplin illustrent l’idée simmélienne selon laquelle l’étranger introduit par sa situation un point de vue plus général, plus universel dans la culture d’accueil, même si Simmel s’inscrit en faux contre le stéréotype de l’étranger-agitateur révolutionnaire : « Il est plus libre pratiquement et théoriquement, il examine les relations avec moins de préjugés, il les soumet à des modèles plus généraux, plus objectifs, il ne s’attache pas par ses actes à respecter la tradition, la piété ou ses prédécesseurs. »96 Pour Park, « le juif émancipé est... le premier homme cosmopolite et le premier citoyen du monde »97, il est même « le plus civilisé des êtres humains »98.

  • 99  « Le chemin de fer », Le voyage et la danse, p. 85.

34Chez Kracauer, la ville est une ouverture utopique sur une autre rationalité. Si dans sa géographie européenne, Berlin est surtout le site d’une « rationalisation inachevée » lourde de menaces, mais aussi de promesses, c’est dans le Paris du xixe siècle que ce versant utopique de l’urbanité se profile le plus nettement. La ville est une « oasis de l’improvisation »99, dans lesquelles la réalité est en permanence recomposée : la métropole brille d’une sorte de deuxième aura. La fantasmagorie urbaine, voisine du rêve, agite et recompose les signes. Prise dans un mouvement perpétuel, elle porte en elle sa propre subversion, l’espoir d’un ordre alternatif. Dans Jacques Offenbach, cette fantasmagorie prendra les allures d’une sorte de joyeux Carnaval.

L’exil permanent

  • 100  Le père de Simmel s’était converti dès 1850 au protestantisme, Simmel lui-même avait quitté la rel (...)

35Le parti pris pour l’urbanité, parce qu’il s’accompagne d’une rupture avec la tradition et, en ce qui concerne Kracauer et Simmel, d’une évidente antipathie pour le sionisme naissant et de peu de compréhension pour la « renaissance juive » que Buber appelait de ses vœux, a pu être perçu, en particulier à la lumière de la Shoah, comme révélateur de la tragédie des juifs allemands, qui, tout en rompant, dans une certaine mesure du moins, avec leur « judaïté »100, incarnaient à leur insu des traditions juives, et surtout, restaient juifs dans le regard des autres. C’est ainsi que Scholem présente Simmel dans ses mémoires, où son cas illustre le caractère selon lui illusoire du dialogue judéo-allemand.

  • 101  Cf. Karl-Siegbert Rehberg, « Das Bild des Judentums in der frühen deutschen Soziologie. « Fremdhei (...)

36Il est frappant de constater que ces intellectuels juifs manient souvent, dans leur travail d’autodéfinition, des stéréotypes très ambivalents : les continuités que Simmel croit pouvoir établir entre judaïté, intellectualité, capitalisme, urbanité, et universalité, et qui sont partie intégrante de son image de soi, se trouvent également chez Spengler et surtout chez Sombart101, que Wirth cite dans Le ghetto tout en critiquant ses généralisations, et chez qui elles alimentent un discours ouvertement antisémite. Sombart est souvent extrêmement proche de Simmel par exemple dans Le bourgeois ou dans Les juifs et la vie économique. Il établit lui aussi un lien entre nomadisme, judaïté et urbanité.

  • 102  « Jüdische Altertümer in Mainz. Der Grabmalgarten. Das Museum » [FZ 20 octobre 1926].

37Mais chez Kracauer, le parti pris pour l’urbanité n’est pas perçu comme étant en contradiction avec l’appartenance à une mémoire juive. Entre assimilation et émigration en Palestine, il y avait dans cette Allemagne d’avant la catastrophe tout un spectre de positions intermédiaires ou alternatives, même si elles peuvent a posteriori paraître intenables, ou du moins condamnées par les faits. Kracauer illustre une de ses positions : s’ils ne se revendique pas comme un intellectuel juif, bien qu’au début des années 1920 il ait été assez proche du jüdisches Lehrhaus, et s’il est plutôt partisan du discours indirect, quand il s’agit d’aborder des thèmes juifs, du moins à partir de 1925, il a néanmoins un souci de la mémoire qui transparaît par exemple dans un texte intitulé « Antiquités juives à Mayence », une méditation sur le cimetière juif de Mayence publiée dans la Frankfurter Zeitung en 1926 (c’est-à-dire à l’époque même de sa rupture avec Buber et Rosenzweig102, à la suite de sa sévère critique de leur traduction de la Bible).

38La position des amoureux de la ville est en fait plus ambiguë qu’il n’y paraît. On a vu qu’elle s’accompagnait d’une nostalgie plus ou moins explicite de la communauté rurale. Par ailleurs, une certaine inquiétude quant à l’aboutissement du processus de civilisation est chez eux clairement perceptible. A Chicago, les successeurs de Park (Frazier, Wirth, Blumer, Hughes) ont chacun à leur façon tempéré l’hypothèse de l’assimilation plus ou moins harmonieuse des minorités, qui était le postulat implicite de Park. L’École de Chicago fournit des instruments intellectuels pour appréhender d’autres scénarios, plus pessimistes, tels que les phénomènes de néo-tribalisme.

  • 103  Jacques Offenbach, p. 350.

39Quant à Kracauer, les victoires du nazisme et l’exil subi infléchissent sa perception. L’histoire se présente à lui comme un champ de ruines, à l’image de ce Reichstag incendié, qu’il décrit à la veille de son départ d’Allemagne, dans un de ses derniers articles parus dans la FZ- Le bilan final du parcours de Jacques Offenbach est mitigé. Offenbach incarne aussi la conscience malheureuse de l’exilé, il souffre de la « désorganisation » dont il est pourtant l’agent. L’installation à Paris a pour conséquence la séparation avec la mère : l’ultime au revoir est évoqué sur un ton presque pathétique et sentimental. La « valse de Zimmer » (un air entendu dans son enfance, dont il cherche toute sa vie à retrouver l’auteur), véritable fil rouge de l’ouvrage, qui rattache le compositeur à son enfance, le poursuit, et son acharnement à en trouver le compositeur prend la forme d’une véritable quête de l’origine. La tonalité des derniers chapitres est sombre : Offenbach apparaît comme le survivant isolé d’une époque irrémédiablement révolue. Il est finalement vaincu par cette nature qu’il prétendait dominer et qu’il sous-estimait : « Offenbach était un Ariel déchu — un esprit de l’air qui allait devoir affronter les esprits de la terre. Jadis, il avait eu le pouvoir de s’en moquer et s’était fait un jeu de renverser les obstacles qu’ils font surgir sous nos pas. Puis son étoile avait pâli, la souffrance physique était venue... »103 Offenbach incarne aussi l’impossibilité de briser définitivement le cercle de l’histoire de la nature. La figure de Jacques Offenbach a une dimension tragique, le compositeur franco-allemand incarne à la fois une utopie universelle et, d’une certaine manière, l’échec de celle-ci.

  • 104  Lettre à Panofsky du 8 novembre 1944, in Volker Breidecker (Hrsg.), Siegfried Kracauer-Erwin Panof (...)
  • 105  Lettre à Gertrud Bing du 30 septembre 1958, ibid., p. 99. Cette définition s’applique à Robert Par (...)

40L’exil permanent qu’est la vie dans la métropole apparaît donc comme une condition à la fois subie et choisie. Refusant l’alternative assimilation / repli identitaire, Kracauer esquisse une troisième voie, à la fois tragique et culturellement créatrice : un nomadisme assumé, la vie dans une sorte de no man’s land. Dans une lettre à Panofsky, Kracauer indique qu’il aurait aimé être un de ces boulevardiers à la marge du monde, ces émigrés de l’intérieur qu’il décrit dans Jacques Offenbach, et qui, pour divertir leur spleen et leur mélancolie, inventent la culture de la capitale du xixe siècle104. A Gertrud Bing, la directrice de l’institut Warburg, qui venait d’éditer les cours de Fritz Saxl, qu’elle présentait dans son introduction comme une « âme errante », il écrit en 1958 : « Je pense qu’il y a un vagabond dans tout savant authentique et dans tout artiste... »105

Haut de page

Notes

1  Nous adoptons ici la traduction du titre proposée par Isaac Joseph et Yves Grafmeyer dans L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, 1979.

2  Dans l’ouvrage collectif Die Großstadt, Vorträge und Aufsätze zur Städteausstellung [Jahrbuch der Gehestiftung zu Dresden], Dresden, 1903.

3  Simmel n’est bien entendu pas l’unique pionnier de la discipline : on pourrait citer le travail de Charles Booth sur Londres, ou la documentation rassemblée par Hans Ostwald sur Berlin.

4  Jean-Michel Chapoulie remet en cause dans un ouvrage très éclairant (La tradition sociologique de Chicago, 1892-1961, Paris, Seuil, 2001) les présentations usuelles de l’« École de Chicago », terme qui recouvre selon lui des pratiques de recherche diverses qui répondent à des contextes très différents selon les époques. Il propose de parler de « tradition sociologique de Chicago », qui rassemble des auteurs liés davantage par un « air de famille » que par une doctrine.

5 Robert Park, Ernest Burgess, Roderick McKenzie, The City, Chicago, University of Chicago Press, 1925.

6  La thèse de Park soutenue auprès de Windelband et intitulée Die Masse uni das Publikum porte cependant la marque de Simmel.

7  Robert E. Park, Ernest Burgess, Introduction to the Science of Sociology, Chicago, University of Chicago Press, 1921.

8  De fait, beaucoup de développements simméliens portent sur ce que Michel Maffesoli appelle « la socialité microscopique », cf. Michel Maffesoli, « Le paradigme esthétique (la sociologie comme art) », in Patrick Watier (éd.), Georg Simmel, la sociologie et l’expérience du monde moderne, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1986, p. 103-119, p. 111. Toutefois, la sociologie de Simmel ne se laisse pas réduire à une sorte d’essayisme esthétisant qui préfigurerait la sensibilité dite « postmoderne ».

9 W. I. Thomas et F. Znaniecki, ThePolish Peasant in Europe and America, Boston, 1918. Une partie de cette somme impressionnante est désormais disponible en traduction française sous le titre Le paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d’un migrant, Paris, Nathan, « Essais et Recherches », 1998.

10 Louis Wirth, The Ghetto, Chicago, 1928. Trad. franc. : Le ghetto, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1980.

11 « Human migration and the Marginal Man », American Journal of Sociology, 33, 1928, p. 339-344. Repris dans Robert Park, Race and Culture, Londres, Collier-MacMillan, 1950.

12  Siegfried Kracauer, Les employés. Aperçus de l’Allemagne nouvelle, Paris, Avinus, 2000.

13  Siegfried Kracauer, Jacques Offenbach und das Paris seiner Zeit, Amsterdam, Allert de Lange, 1937. On citera la réédition de la traduction française (Paris, Grasset, 1937), Jacques Offenbach ou le secret du Second Empire, Paris, Le Promeneur, 1994.

14  Sur Robert Park comme « journaliste-sociologue », ainsi que sur le lien entre sociologie et journalisme, cf. Rolf Lindner, The Reportage of Urban Culture, Robert Park and the Chicago School, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 [traduction de Die Entdeckung der Stadtkultur : Soziologie aus der Erfahrung der Reportage, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1990], ainsi que Barbara Ballis Lal, The Romance of Culture in an Urban Civilization, Robert Park on Race and Ethnie Relations in Cities, Londres, Routledge, 1990. Certains extraits de La philosophie de l’argent ont eux aussi paru d’abord dans la presse. Par ailleurs, les derniers chapitres de La philosophie de l’argent ont eux aussi un caractère fragmentaire et « phénoménologique », cf. à ce sujet, Werner Jung, Georg Simmel zur Einführung, Hambourg, Junius, 1990, p. 72.

15  Siegfried Kracauer Nachlaß, Deutsches Literatur-Archiv (désormais abrégé en KN DLA), p. 43. En 1919, Kracauer caractérise la poésie de Withman, Verhaeren et Werfel par son ouverture sur le monde moderne : elle donne vie aux rails, aux usines, aux villes, aux locomotives, cf. Kracauer, Georg Simmel, Ein Beitrag zur Deutung des geistigen Lebens unserer Zeit, KN DLA, p. 131. Sur Park et Withman, cf. Lindner, 77k Reportage, p. 132.

16  Farrell a en particulier utilisé le travail de Trasher sur les gangs (F. M. Trasher, The Gang. A Study of 1313 Gangs in Chicago, Chicago, University of Chicago Press, 1927). Sur ce sujet des transferts entre sociologie et littérature, voir Caria Cappetti, Writing Chicago, Modernism, Ethnography and the Novel, New York, 1993. D’autres écrivains manifestement marqués par l’Ecole de Chicago sont Nelson Algren et Richard Wright.

17  Benjamin parle d’une « contribution majeure à la physiologie de la capitale », cf. Walter Benjamin, « Un outsider attire l’attention : sur Les employés de S. Kracauer », in Les employés, p. 173-182, p. 177. Voir également la préface de Philippe Despoix au recueil d’articles Le voyage et la danse, Vincennes, PUV, 1996.

18  Dans sa préface, Kracauer présente son Jacques Offenbach comme « la biographie d’une ville [« Stadtbiographie »], Jacques Offenbach [désormais abrégé en JO], p. 18.

19  Voir en particulier Das Leiden am Wissen und die Sehnsucht nach der Tat (1917) et Georg Simmel (1919), KN DLA. Une lettre à Löwenthal du 5 août 1951 (KN DLA) montre que Kracauer connaissait Die Städte und das Geistesleben.

20  Cf. la lettre de Kracauer à Everett C. Hughes du 27 mars 1955, KN DLA. La correspondance se poursuit jusqu’en 1963.

21  « Plus j’ai étudié Simmel, plus j’ai été frappée par la parenté qui existe entre la pensée de Hughes et la sienne » (Paule Verdet, « Une Française à l’école de Hughes », in Jean-Michel Cha-poulie (éd.), Actes de la journée Hughes organisée à l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud le 25 mars 1996, Fontenay-aux-Roses, Centre de recherches sociologiques et historiques sur l’éducation, 1996, p. 64.

22  Sur cette filiation, cf. Isaac Joseph, Erving Goffman et la microsociologie, Paris, PUF, 1998.

23  Voir à ce sujet, Donald N. Levine, « Ambivalente Begegnungen : « Negationen » Simmels durch Durkheim, Weber, Lukács, Park und Parsons », in Heinz-Jürgen Dahme, Otthein Rammstedt (Hrsg.), Georg Simmel und die Moderne, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1984, p. 318-387, en particulier p. 345-352. Sur les nuances entre « L’étranger » de Simmel et le Marginal man, voir par exemple, Dennis Smith, 77k Chicago school, A liberal Critique of Capitalism, Londres, Macmillan Education, 1988, p. 121-122, ainsi que D. N. Levine, E. B. Carter, E. Miller Gorman, « Simmel’s Influence on American Sociology », in David Frisby (ed.), Georg Simmel, Critical Assessments, vol. III, Londres, New York, 1994, p. 227-273, en particulier p. 240-245.

24  Pour une critique de l’École de Chicago, D. Breslau, « Robert Park et l’écologie humaine », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 74, 1988, p. 55-63, ainsi que les critiques des Schwendinger [The Sociologists on the Chair : A Radical Analysis of the Formative years of North American Sociology (1883-1922), New York, Basic Books, 1974] et de C. Wright Mills [« The Professional ideology of Social Pathologists », American Journal of Sociology, 49 (2), p. 165-180]. D’un tout autre point de vue, U. Hannerz dresse dans Explorer la ville : éléments d’anthropologie urbaine, Paris, Minuit, 1983 un bilan contrasté de l’École de Chicago, même s’il voit en elle un moment fondateur.

25  Klaus-Christian Köhnke a montré dans son ouvrage Der junge Simmel in Theoriebeziehungen und sozialen Bewegungen, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1996, l’importance de la Völkerpsychologie dans la pensée de Simmel. Sur le rôle de la Völkerpsychologie dans la genèse de La Philosophie de l’argent, voir également, Otthein Rammstedt, « Simmels Philosophie des Geldes », in Jeff Kintzelé (éd.), Georg Simmels Philosophie des Geldes, Francfort-sur-le-Main, Verlag Anton Hain, 1993, p. 13-46.

26  « Il n’y a peut-être pas de phénomène de l’âme qui soit plus incontestablement réservé à la grande ville que le caractère blasé. » Lilyane Deroche-Gurcel met en rapport ce « blasement » avec la mélancolie et l’acédie, telles que les présentent Klibansky, Saxl et Panofsky dans Saturne ou la mélancolie, cf. Lilyane Deroche-Gurcel, Simmel et la modernité, Paris, PUF, 1997, en particulier le chapitre 5 « Modernité et mélancolie » (p. 209-260).

27  « Métropoles et mentalité », in Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 71.

28  Ibid., p. 72.

29  Cf. le premier ouvrage de Simmel, Über soziale Differenzierung (1890) dont des passages entiers seront repris dans la Sociologie de 1907.

30  Robert Ezra Park, « La ville : propositions de recherche sur le comportement humain en milieu urbain », Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 83-130, p. 91.

31  Simmel, « Digression sur l’étranger », in Grafmeyer et Joseph, L’Ecole de Chicago, p. 55. On pourra également se référer à une nouvelle traduction (sous le titre Excursus sur l’étranger) dans Georg Simmel, Sociologie : études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999, p. 663-668.

32  Burgess, cité in René Duchac, La sociologie des migrations aux États-Unis, Paris / La Haye, Mouton, 1974, p. 70. Le terme central de « mobilité » a de multiples significations : il désigne la mobilité géographique (intra-urbaine), la mobilité sociale et selon l’expression de Grafmeyer et Joseph « la déstabilisation », du fait de ce que Park décrit comme la « multiplicité des stimulations résultant de l’accroissement des communications, Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 39. Sur ce concept, voir également Duchac, La sociologie des migrations, p. 70. Duchac note que l’usage que fait Burgess du terme est diffus : la mobilité est ainsi « non seulement la mobilité migratoire et la mobilité sociale », mais aussi « tout phénomène de réponse de la personne ou des groupes à une situation nouvelle ou à des Stimuli nouveaux : par exemple, toutes les formes de contact dont l’existence urbaine est l’occasion, et qui supposent ou entraînent une mobilité des individus en contact », ibid., p. 94.

33  Pour une présentation du concept d’« homme marginal », voir Alain Coulon, L’École de Chicago, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1992, p. 52-56. Pour Alfred Schütz, l’étranger est également l’immigrant, cf. Alfred Schütz, « L’étranger, essai de psychologie sociale », in Alfred Schütz, Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1987, p. 217-236.

34 N. Anderson, The Hobo : The Sociology of the Homeless Man, Chicago, University of Chicago Press, 1923. Trad. franc., Le Hobo : sociologie du sans-abri, Paris, Nathan, « Essais et recherches », 1993.

35 Paul G. Cressey, TheTaxi-Dance Hall : A Sociological Study in Commercialized Recreation and City Life, New York, Greenwood Pr., 1968 [lre éd. : 1932].

36  Significativement, la première rencontre avec une employée, qui ouvre le livre, a pour cadre un train de banlieue, Les employés, p. 25-26.

37  Les employés, p. 108-109.

38  « Großstadtjugend ohne Arbeit. Zu den Büchern von Lamm und Haffner », in Kracauer, Schriften 5.3, Frankfurt am Main, 1990, p. 124-127 [paru à l’origine dans la Frankfurter Zeitung (désormais abrégée en du 23 octobre 1932].

39  JO, p. 85.

40  Ibid., p. 99.

41  Cf. Les employés, p. 68.

42  Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 5-52, 10 7. Cf. Les employés, p. 108-109.

43  CF. Les employés, p. 108-109.

44  « Le ghetto illustre aussi un autre phénomène, caractéristique de la vie d’une communauté locale, et qui est à la base de ce processus de ségrégation qui aboutit, dans les villes modernes, à la formation de quartiers du vice, de centres brillamment éclairés, de bohemias et de hobohemias (Louis Wirth, Le ghetto, p. 291).

45  « Le degré énorme de délinquance juvénile et adulte, qui existe aujourd’hui dans les minorités noires dans les villes du nord est en partie dû au fait que les migrants ne sont pas capables de s’adapter instantanément à un nouvel environnement qui leur est relativement étranger » (Robert Park, « Community Organization and Juvenile Delinquency », in Park, Burgess, McKenzie, The City, p. 108).

46  En 1915, Park donne comme exemple de la « crise » moderne la bourse à laquelle s’était également intéressé Simmel (elle illustrait dans La philosophie de l’argent le phénomène de l’intensification de la vie nerveuse) : « On peut dire que la crise est la situation normale en bourse. Les crises appelées financières sont simplement l’extension de cette situation critique au monde des affaires en général. Les paniques financières qui parfois suivent de près les crises financières sont un précipité de cette situation critique » (Robert Park, « La ville, propositions de recherche sur le comportement humain en milieu urbain », in Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 79-126, p. 100.

47  Cité par Alfred Schütz, « L’étranger », p. 223.

48  Freddy Raphael, « « L’étranger » de Georg Simmel », in Patrick Watier (éd.), Georg Simmel, la sociologie et l’expérience du monde moderne, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1986, p. 257-276, p. 259.

49  Alfred Schütz, « L’étranger », p. 232.

50  Maurice Halbwachs, « Chicago, expérience ethnique », in Joseph et Grafmeyer, L’École de Chicago, p. 279-327, p. 288.

51  « Großstadtjugend ohne Arbeit », Schriften 5.3, p. 123.

52  Cf. Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Klincksieck, 1971, p. 392.

53  C’est le titre d’un article de 1932 : « Strasse ohne Erinnerung » [FZ 16 décembre 1932].

54  Les employés, p. 33.

55  Ibid., p. 137.

56  Ibid.

57  C’est par la « proximité distante » que Kracauer caractérise la sociabilité citadine dans son essai de jeunesse, Das Leiden unter dem Wissen und die Sehnsucht nach der Tat, KN DLA, p. 70.

58  Lettre de Kracauer à la Büchergilde Gutenberg du 7 avril 1935, KN DLA.

59  En particulier les fiches des 18 juin, 18 juillet, 18 août, 18 septembre ainsi que divers articles de journaux.

60  Kracauer, JO, p. 31.

61  I. Kracauer, Geschichte der Juden in Frankfurt am Main (1150-1824) [Herausgegeben vom Vorstand der israelitischen Gemeinde Frankfurt am Main], Francfort-sur-le-Main, I. Kauffmann Verlag, 1925 (t. 1) et 1927 (t. 2).

62  Il s’agit d’illustrer l’idée que le juif est une figure de la généralité : Simmel remarque qu’au Moyen Âge, l’impôt ne tenait pas compte de la fortune individuelle des juifs, phénomène qu’il explique ainsi : « Lorsque l’étranger est d’un pays, d’une ville, d’une race différents, ses caractéristiques individuelles ne sont pas perçues [...]. Le statut du Juif était d’être juif » et l’impôt en conséquence uniforme, « Digression sur l’étranger », in Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 53-59, p. 59.

63  Cité par A. Coulon, L’École de Chicago, p. 53.

64  Cité par Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 11.

65  Wirth, Le ghetto, p. 94.

66  W. I. Thomas, Source Book of Social Origins, p. 169, cité par Duchac, La sociologie des migrations, p. 82.

67  Cité par Stéphane Jonas, « La métropolisation de la société dans l’œuvre de Georg Simmel », in Georg Simmel : ville et modernité, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 51-59, p. 51 ; dans un hommage à Simmel, le philosophe Karl Joel insiste lui aussi sur cette inscription urbaine de la pensée de Simmel, cf. Kurt Gassen, Michael Landmann (Hrsg.), Buch des Dankes an Georg Simmel, Briefe, Erinnerungen, Bibliographie, Berlin, Duncker & Humblot, 1993 [1re éd. : 1958], p. 166.

68 Georg Simmel, KN DLA, p. 138-139.

69  Cf. la présentation qu’en fait Jean Peneff, La méthode biographique, Paris, Armand Colin, 1990, p. 44-47.

70  On sait que ce terme est utilisé depuis les années 1970 en lieu et place de celui d’assimilation. Pour une critique du concept d’assimilation : Shulamit Volkov, « Jüdische Assimilation und jüdische Eigenart im Deutschen Kaiserreich. Ein Versuch », in Reinhard Rürup (Hrsg.), Juden in Deutschland zwischen Assimilation und Verfolgung [Geschichte und Gesellschaft, 9. Jahrgang, Heft 3], Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1983, p. 331-348, p. 332-333.

71  Henrick Reeh parle à ce sujet d’« indétermination normative », cf. « Réécriture du concept de blasement, Georg Simmel face à l’urbanité moderne », ire Jean-Marie Baldner, Lucien Gillard (éd.), Simmel et les normes sociales, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 141-151, p. 141.

72  C’est pourquoi Louis Wirth peut écrire ; « Le ghetto représente, dans l’histoire des Juifs et de la civilisation occidentale, un chapitre important qui vaut la peine d’être connu pour lui-même. Mais il a une signification beaucoup plus large qui le rend d’un grand intérêt pour celui qui étudie la nature humaine et la société » (Louis Wirth, Le ghetto, p. 289).

73  Cité par Stephane Jonas, « La Großstadt-métropole européenne dans la sociologie des pères fondateurs allemands », in Georg Simmel : ville et modernité, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 19-35, p. 31.

74  S. Volkov, « Jüdische Assimilation », p. 347. La famille de Kracauer si l’on en croit divers documents conservés à Marbach, correspond assez bien au type esquissé par S. Volkov.

75  Voir le commentaire de Werner Jung, in Georg Simmel zur Einführung, p. 67.

76  Isaac Joseph, La ville sans qualités, Paris, Éditions de l’aube, 1998, p. 72.

77  Louis Wirth, Le ghetto, p. 46-47. J.-M. Chapoulie relève chez les collègues de Park l’existence d’une nostalgie de la « communauté rurale intégrée », cf. Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago, p. 111.

78 Cf. Dennis Smith, 77k Chicago School, p. 126.

79  Cf. Les employés, p. 99.

80 In Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 251-277 (à l’origine : « Urbanism as a Way of Life », in The American Journal of Sociology, vol. 44, juillet 1938).

81  Ainsi, selon Lilyane Deroche-Gurcel, l’originalité de Simmel résiderait dans le fait qu’il ne considère pas la mélancolie comme une pathologie, mais comme « une conduite individuelle permettant de maîtriser les rapports avec la communauté sociale » (Deroche-Gurcel, Simmel et la modernité, p. 230).

82  Dans sa Théorie du film, Kracauer écrit, à propos des photographies d’Atget et de Marville, que les villes ont quelque chose d’irrémédiablement mélancolique, cf. Théorie des films (Die Errettung der äußeren Wirklichkeit), Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1973 p. 42-43.

83  Selon l’expression de Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 12.

84  « Le chemin de fer », Le voyage et la danse, p. 84-88, p. 85 [FZ, 30 mars 1930] [traduction modifiée].

85  Je détourne ici une expression de Maurice Halbwachs, un des premiers lecteurs français de Park et Burgess.

86  Genêt [Ginster], Paris, Gallimard, 1933 (traduit par Clara Malraux).

87  Louis Wirth, Le ghetto, p. 264-265.

88  En analysant les trajectoires biographiques des acteurs de la période, Michel Espagne a montré l’importance de cette « translation ashkénaze » dans la genèse de la culture parisienne, cf. Michel Espagne, Les juifs allemands de Paris à l’époque de Heine, Paris, PUF, 1996 [sur Jacques Offenbach en particulier, p. 104-109].

89 Fiche 7,35, « Offenbach als Deutsch-Franzose », KN DLA.

90  Edmond Jaloux, dans Le Temps du 30 juillet 1937 (l’article a été conservé par Kracauer dans ses archives).

91  Simmel, « Digression... », in Grafmeyer et Joseph, L’École de Chicago, p. 53.

92  Pascal Amphoux et André Ducret, « L’étranger de Simmel, figure de l’œuvre », in Jean Rémy (éd.), Georg Simmel : ville et modernité, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 133-145, p. 140.

93  Comme d’ailleurs toutes les « formes de la socialisation » [« Formen der Vergesellschaftung »] étudiées dans la grande Sociologie de 1907.

94  Louis Wirth, Le ghetto, p. 297.

95 JO, p. 163.

96  « Digression... », in Grafmeyer et Joseph, p. 56.

97  Robert Park, cité par Alain Coulon, L’École de Chicago, p. 53.

98  Cité par A. Coulon, L’École de Chicago, p. 53.

99  « Le chemin de fer », Le voyage et la danse, p. 85.

100  Le père de Simmel s’était converti dès 1850 au protestantisme, Simmel lui-même avait quitté la religion et dit un jour à Margarete Susman : « Je ne comprends pas que Nietzsche clame si fort que Dieu est mort : il y a tout de même beau temps que nous le savons » (cité par François Léger, La pensée de Georg Simmel, Paris, Kimé, 1989, p. 261).

101  Cf. Karl-Siegbert Rehberg, « Das Bild des Judentums in der frühen deutschen Soziologie. « Fremdheit » und « Rationalität » als Typusmerkmale bei Werner Sombart, Max Weber und Georg Simmel », in Hans-Otto Horch, Judentum, Antisemitismus und europäische Kultur, Tübingen, Francke, 1988, p. 151-186, p. 167. Le « nomadisme » juif et ses effets dissolvants sont dénoncés par l’orientaliste viennois Adolf Wahrmund dans Das Gesetz des Nomadentums und die heutige Juden-herrschaft, Karlsruhe, Leipzig, Reuther, 1887.

102  « Jüdische Altertümer in Mainz. Der Grabmalgarten. Das Museum » [FZ 20 octobre 1926].

103  Jacques Offenbach, p. 350.

104  Lettre à Panofsky du 8 novembre 1944, in Volker Breidecker (Hrsg.), Siegfried Kracauer-Erwin Panofsky Briefwechsel, Berlin, Akademie Verlag, 1996, p. 37.

105  Lettre à Gertrud Bing du 30 septembre 1958, ibid., p. 99. Cette définition s’applique à Robert Park, qui aimait à se définir comme un vagabond intellectuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Agard, « Contributions juives à l’ethnographie urbaine : Simmel, Kracauer et l’Ecole de Chicago », Revue germanique internationale, 17 | 2002, 127-146.

Référence électronique

Olivier Agard, « Contributions juives à l’ethnographie urbaine : Simmel, Kracauer et l’Ecole de Chicago », Revue germanique internationale [En ligne], 17 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/891 ; DOI : 10.4000/rgi.891

Haut de page

Auteur

Olivier Agard

Maître de conférences au département d’allemand de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux III. Il a soutenu une thèse sur Siegfried Kracauer et ses travaux portent principalement sur la sociologie allemande.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org