Navigation – Plan du site
Sciences sociales : sciences de « l’étranger » ?

La question des imbrications culturelles chez Franz Boas

Michel Espagne
p. 147-160

Résumés

Franz Boas est considéré comme le fondateur de l’anthropologie américaine. En tant que tel il s’est engagé en faveur d’une ethnographie participative des tribus indiennes. Il a développé un modèle d’analyse qui met l’accent sur la transmission linguistique des mythes. Pour Boas la langue est dans une tradition humbold-tienne le véritable fondement de l’identité nationale. Toutefois les langues et les tribus ne doivent pas être comparées mais examinées du point de vue de la dynamique de leur contamination réciproque. L’idée d’une langue des origines déplait nettement au Juif émigré Boas qui ne s’intéresse pas seulement aux premiers habitants de l’Amérique, mais aussi au destin des nouveaux immigrants d’Europe méridionale ou orientale. L’anthropologie boassienne peut être analysée comme la réinterprétation d’une tradition allemande tentée par un Juif allemand dans un contexte américain, et comme un cas de transfert culturel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Marcel Mauss, « Essai sur le don », in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. 198.

1Quand Marcel Mauss, en vue d’étayer sa théorie du fait social total s’engage dans une étude du don et plus particulièrement de la mystérieuse forme d’échange du potlatch, il fonde notamment sa synthèse sur les travaux d’un anthropologue américain Franz Boas. Il reconnaît en particulier à Boas le mérite d’avoir découvert une forme primitive du crédit1. Pour cela l’anthropologue américain a adopté moins une perspective descriptive que l’angle de vue des Indiens eux-mêmes dont il s’agissait d’observer, de façon empathique, le système de représentations.

2Marcel Mauss ne s’intéresse guère à la genèse de la pensée de Boas, à ce que sa méthode véhicule d’une formation intellectuelle spécifique. L’observateur des tribus kwakiutl qu’on considère généralement comme le fondateur d’une anthropologie scientifique aux États-Unis est un Juif allemand émigré, formé dans les universités allemandes des années 1880. Les éléments constitutifs de sa culture renvoient tous à Bonn, Berlin, Leipzig ou Kiel. Sa biographie intellectuelle est marquée d’autre part par un passage, de l’Europe aux États-Unis, des sciences sociales enseignées dans les universités allemandes à l’observation des tribus indiennes, le tout dans un contexte politique américain du l’immigration, des Italiens, des Juifs d’Europe centrale, fait parfois problème. Boas transpose son propre passage vécu en un objet scientifique, puisque ce qui l’intéresse, ce sont avant tout les transferts entre tribus indiennes, modèles des métissages dont la société américaine est elle-même le lieu.

Les étapes d’une carrière2

  • 2  Sur les étapes de la carrière de Boas on consultera notamment A. L. Kroeber et al. (éd.), « Franz (...)
  • 3 Douglas Cole, « Franz Boas. Ein Wissenschaftler und Patriot zwischen zwei Ländern », in Volker Rode (...)

3Franz Boas est donc d’abord un jeune Juif allemand qui se construit une culture scientifique dans le cadre et avec les éléments de l’Empire wilhelminien. Il est né à Minden, la même année que Dürkheim ou Georg Simmel, dans une famille de six enfants, très émancipée des contraintes religieuses. Sa correspondance montre l’importance dans sa biographie de l’expérience de l’antisémitisme qui l’aurait par exemple conduit à un duel. Une des figures les plus importantes dans son évolution est celle du médecin Abraham Jacobi, un oncle qui avait été emprisonné au début des années 1850 pour sa participation aux activités de la Ligue des communistes. Émigré en 1853 à New York il s’y adonna essentiellement à la médecine, et après avoir occupé la première chaire de pédiatrie, devint président de l’Académie de médecine à partir de 1885. C’est lui qui facilita l’installation de Boas aux États-Unis. C’est lui qui lui fit connaître sa future femme, fille d’un médecin autrichien émigré après 1848, Mary Krackowitzer. Un mélange de libéralisme politique quarante-huitard et de fidélité au judaïsme a constitué l’horizon intellectuel initial de Boas. Son émigration paraît liée à la conviction de ne pouvoir entreprendre à Berlin la carrière qu’il souhaite. S’il défend aux États-Unis le point de vue allemand durant la guerre de 19143, il est après la guerre, secrétaire de la Germanie Society of America puis durant les années 1920 président de la Emergency Society for German and Austrian science. Boas écrit en 1933 une lettre ouverte à Hindenburg pour protester contre l’appel de Hitler au pouvoir et fait circuler en Allemagne le texte d’un article « Aryens et non-Aryens ». Son livre Rasse und Kultur, rédigé à partir du discours de réception du titre de Docteur honoris causa, à Kiel en 1931, sera brûlé par les nazis.

  • 4 George W. Stocking Jr. (éd.), Volksgeist as method and Ethk. Essays on Boasian Ethnography and the (...)
  • 5  Gustav Theodor Fechner (1801-1887) publia en 1860 des Éléments de psychophysique qui sont au fonde (...)
  • 6  Heymann Steinthal (1829-1899) qui a forgé le concept de Völkerpsychologie est un continuateur de l (...)
  • 7  Adolf Bastian (1826-1905), auteur en 1860 d’un ouvrage en trois volumes, L’homme dans l’histoire, (...)
  • 8  Theobald Fischer (1846-1910) avait parcouru la Méditerranée et le Maroc. On lui doit d’avoir parmi (...)
  • 9 Friedrich Ratzel, Anthropo-Geographie oder Grundzüge der Anwendung der Erdkunde auf die Geschichte, (...)

4Boas après un séjour au lycée de Minden a étudié à Heidelberg, à Bonn et à Kiel. Les cours suivis relèvent pour l’essentiel de la physique et des sciences exactes et sa thèse de Kiel porte sur la couleur de l’eau de mer. On a affaire à un modèle classique d’hybridation scientifique où une formation de sciences exactes dérive progressivement vers les sciences sociales. Boas possédait une édition de Herder et lut les sociologues français Comte et Tarde. Il nourrissait une profonde estime pour Rudolf Virchow (1821-1902), fondateur de la première société allemande d’anthropologie et pourfendeur des dérives raciologiques. Mais il rencontra également durant sa période de formation4 la figure de Wilhelm Wundt avec lequel il eut un contact personnel au début des années 1880, à l’époque où dominait encore la problématique de la psychophysique, et qu’il aborda plus tard dans son séminaire américain du point de vue de la Völkerpsychologie. Une autre impulsion venue des psychologues fut celle de Theodor Fechner5. Les questions linguistiques Boas les perçut durant sa phase de formation à travers l’œuvre de Steinthal6mais aussi d’Adolf Bastian7. Enfin il faut fortement souligner la place occupée par les géographes dans la formation initiale de Boas. C’est chez eux qu’il a trouvé l’idée d’une anthropogéographie. Il a lu Alexandre de Humboldt et Karl Ritter. Il a suivi de Bonn à Kiel son maître Theobald Fischer8. Surtout il a pris la mesure des orientations données à la géographie par Friedrich Ratzel. Dans son Anthropogeographie de 1882, celui-ci soulignait évidemment l’influence du milieu sur une nature organique humaine composée pour l’essentiel d’air ambiant, de lumière solaire, d’humidité. Mais il avait aussi développé une théorie des migrations faisant des passages de population l’élément essentiel de l’histoire humaine. Reprenant Herder il voyait surtout dans l’histoire une géographie dynamique et remettait en cause la frontière entre les deux dimensions de l’espace et du temps : « Il paraît au géographe qui doit prendre également en considération tous les peuples du monde abusivement arbitraire de tracer une frontière aussi stricte entre les peuples historiques et non historiques, et par là entre l’histoire et l’ethnologie. »9

5Après sa thèse de physique, Boas suit à Berlin des études d’anthropométrie chez Virchow. Son goût pour les voyages le pousse à participer en 1883 et 1884 à une expédition vers la terre de Baffin. Il passe définitivement de la géographie à l’anthropologie en découvrant sur site que les déterminations physiques de l’environnement ne suffisent pas à expliquer mécaniquement une culture. L’ouvrage qu’il publie à la suite de son expédition a des accents de récit d’aventure. En chemin vers l’Europe, Boas fait son premier séjour à New York où il passe l’hiver 1884-1885. En 1886 il est assistant de géographie à l’université de Berlin. Entreprenant la même année une nouvelle expédition chez les Indiens Bella Coola de la côte ouest, il décide en 1887 de rester aux États-Unis. Il est d’abord rédacteur de la revue Science, éditée par l’ancien assistant de Wilhelm Wundt, James MacKeen Cattell, puis travaille au Field Columbian Museum de Chicago. Il en est renvoyé à la suite d’un conflit qu’il interprétera comme une agression de la WASP community (White-Anglo-Saxon protestants). Il entre ensuite au American Museum of Natural History, avant d’obtenir en 1899 une chaire d’anthropologie à l’Université de Columbia.

  • 10  Robert Lowie (1883-1957), premier doctorant de Boas, poursuivit des recherches sur les Indiens des (...)
  • 11 Franz Boas, Race, Language and Culture, New York, Macmillan Company, 1940, p. 126. Pour une analyse (...)
  • 12 Voir Franz Boas, The Mind of Primitive Man, Greenwood Press, Westport 1963 ; Id., Race and Democrat (...)

6On peut tenter d’aborder l’œuvre de Boas comme une tentative de régler au niveau théorique et politique, des conflits auxquels sa situation de Juif allemand l’a d’emblée confronté. Les peuples indiens menacés de disparition et surtout les noirs américains ou les immigrants sont une sorte de terrain de substitution sur lequel Boas aurait pu penser sa propre situation de Juif allemand. On a remarqué au demeurant que l’environnement scientifique de Boas, ses élèves, comprend nombre de représentants de groupes luttant pour leur reconnaissance, des femmes comme Margaret Mead ou Ruth Benedict, des immigrés comme Robert Lowie10. Boas qui intervenait volontiers sur le terrain des conflits interethniques a toujours défendu l’idée selon laquelle aucune corrélation ne pouvait être établie entre l’appartenance raciale et quelques caractéristiques intellectuelles que ce soit. En particulier il a pourfendu l’idée répandue parmi un certain nombre de milieux selon laquelle les mariages mixtes pouvaient aboutir à un affaiblissement. Une de ses principales contributions scientifiques dans ce domaine tient à l’analyse des données anthropométriques de populations immigrantes. Sur la base d’études statistiques très poussées conduites sur des enfants d’immigrants, et notamment d’enfants de l’orphelinat juif, il s’est efforcé de montrer que les différences dans les processus de croissance, voire dans la forme du crâne sont directement corrélées aux conditions de vie des groupes considérés. C’est ainsi par exemple que les générations récentes d’immigrants lui apparurent plus grandes que les générations plus anciennes, alors que dans la population des Juifs nés en Amérique cette progression dans la taille ne s’observait pas du tout dans les mêmes proportions. Les changements dans les conditions de vie avaient donc nécessairement provoqué un changement dans l’apparence physique : « Le rythme de croissance semble n’être guère affecté par la descendance raciale mais dépend plutôt de l’environnement. »11 Alors que l’anthropométrie était mise en Europe au service d’une différenciation des ethnies, Boas s’en sert plutôt pour en relativiser la définition12.

Race et langage

  • 13 Franz Boas, Race, Language and Culture..., p. 209.
  • 14 Franz Boas, Introduction to Handbook of American Indian Languages, University of Nebraska Press, Li (...)

7Une des caractéristiques de l’anthropologie de Boas tient au croisement et à la complémentarité de divers types d’approche des phénomènes sociaux. A l’anthropométrie, à la recherche d’une influence de l’environnement vient notamment s’ajouter la perspective linguistique. Boas, en héritier de Wilhelm von Humboldt, voit dans les langues le véritable fondement de l’unité des peuples, le plus ancien monument du genre humain et donc une sorte d’archive qui, atténuant l’opposition entre les peuples occidentaux et les peuples dits primitifs, les inscrit tous dans une même histoire. Convaincu de l’unité foncière des deux disciplines que sont l’anthropologie culturelle et la linguistique anthropologique, Boas a fondé ses investigations sur des collections de textes indiens transcrits dans la langue originale et souvent publiés. Dans son introduction au Journal international de linguistique américaine il parle volontiers de formes poétiques et littéraires dans les traditions indiennes13. La langue originale était pour lui un support indispensable, et toute investigation anthropologique qui ne reposait pas sur une connaissance réelle de la langue et de la littérature lui paraissait absurde14, mais il ne semble pas avoir été gêné par la mise en scène que représentait l’édition de récits et de mythes énoncés dans une langue sans écriture. Le modèle de la collection de légendes populaires et surtout de la philologie textuelle, modèle dont les origines n’ont pas besoin d’être rappelées, a immédiatement prévalu. Boas disposait d’informateurs indigènes qui lui fournissaient des textes, il eut pendant de très longues années un correspondant Kwakiutl (George Hunt) et un correspondant Tsimshian (Henry Tate), mais il prônait l’apprentissage des langues vernaculaires et une forme d’ethnologie participante. On a affaire à une production interculturelle, mixte improbable de tradition allemande et de tradition indienne. A partir des corpus de textes rassemblés, Boas était soucieux de produire des descriptions des langues indiennes qui n’en restaient pas comme ce fut souvent le cas au niveau lexicographique, mais s’efforçaient de fournir une présentation de la grammaire. On peut signaler la grammaire de la langue kwakiutl. Et ici se font jour à nouveau les contradictions productives du système de Boas qui aborde des langues orales à partir de corpus écrits mais veut échapper au moule descriptif unique des langues européennes. Les catégories des linguistes qui transposent aux idiomes amérindiens les caractéristiques des langues européennes lui apparaissent en effet clairement insuffisantes.

8Étudier les langues au moment où Boas a entamé sa carrière scientifique, c’était avant tout les situer sur un arbre comparable à celui qui illustre les relations réciproques entre les langues indo-européennes, avec une origine et des ramifications de plus en plus complexes. La caractéristique du modèle indo-européen tient au fait que l’évaluation se redouble d’une axiologie. La langue originelle, le sanskrit, qui suscitait l’enthousiasme des frères Schlegel est par principe investi d’une valeur que n’ont pas les autres langues qui se définissent en fonction de leur plus ou moins grande distance par rapport à la source. Quant aux Juifs ils sont par définition exclus de cette épure.

  • 15 Franz Boas, Race, Language and Culture..., p. 217.
  • 16  Franz Boas, ibid., p. 204.

9L’effort de classification des langues amérindiennes chez Boas se définit avant tout comme une volonté d’en finir avec le modèle indo-européaniste. Pour lui les langues américaines doivent être considérées comme les lieux de rencontres d’influences diverses, des creusets linguistiques15. Pour Boas les langues américaines ne sauraient être décrites suivant un modèle généalogique de développement, mais devraient se reconnaître dans un système de racines multiples. Il se pourrait même que des langues issues d’une même racine et se modifiant en raison de leurs propres forces internes deviennent différentes au point qu’on ne puisse plus établir leur parenté dans un modèle. D’autre part l’hybridation des langues qui est le maître mot de son analyse ne se perçoit pas seulement au niveau du vocabulaire mais jusque dans la morphologie. Le quileute, le kwakiutl et le salish ont des ressemblances morphologiques, mais celles-ci peuvent aussi bien provenir d’un processus d’assimilation que d’une appartenance à une même famille16. On en arrive à la conclusion selon laquelle la répartition des langues est surtout le support d’une analyse historique des populations et de leur changement, analyse historique beaucoup plus détaillée que celle permise par exemple par l’anthropométrie. Boas suggère une étude des contiguïtés entre des langues distribuées sur un espace géographique déterminé, la notion de continuité territoriale comme base d’une exploration historique. La constitution de familles lui paraît d’emblée spéculative parce qu’elle part d’une situation présente en ignorant par exemple d’innombrables langues disparues au cours des derniers millénaires. Peut-être le classement des langues par famille en dehors des constatations historiques serait-il au fond une projection sur le passé de la situation contemporaine.

10Sans qu’on puisse mettre en évidence de lien formel, il est difficile de prendre pour un pur hasard le fait qu’un Juif allemand éduqué à la tradition humboldtienne et connaissant bien les modèles indo-européanistes, ait développé sur un terrain loin des questions de langues européennes un modèle concurrent. L’approche alternative des langues qu’il propose et projette sur le domaine américain pourrait être le reflet d’une expérience personnelle, le transfert au domaine amérindien d’une crise proprement allemande. Pourtant tout n’est pas coupure dans la représentation de l’hybridation des langues que développe Boas. En effet, alors que la linguistique structuraliste et générative met en avance la dimension individuelle du langage, en fait le signe philosophique d’une nature humaine, la linguistique descriptive et anthropologique d’un Boas insiste sur les phénomènes de communauté de groupe. La langue n’est pas la propriété d’individus représentants d’une nature humaine, mais bien de peuples dans une histoire.

De la comparaison à l’histoire

11Franz Boas construit ses représentations de l’histoire des sociétés à une époque où dominent encore les modèles d’évolution linéaire. Cette évolution enferme l’ensemble des sociétés dans un schéma unique tel que certains groupes conçus comme primitifs seraient les témoins résiduels de stades de développement antérieurs, déjà dépassés depuis longtemps par les sociétés occidentales. Le social serait unique. Ce modèle qui préside aux travaux de Tylor et dont l’inspiration évolutionniste est certainement liée au darwinisme, Boas est convaincu de son insuffisance ; Pour lui les processus sociopsychologiques des primitifs ne sont pas plus originels que les nôtres et l’anthropologie ne saurait en aucun cas évacuer la dimension historique des peuples qu’elle étudie.

  • 17 Franz Boas, ibid., p.276

12De façon générale Boas semble avoir appris de ses maîtres Humboldt, Ritter, Fischer et Bastian à ne pas négliger les détails au profit de modèles. Il met volontiers l’accent sur la pluralité et la complexité des causes, elles-mêmes reflétant la complexité d’un environnement qui détermine un phénomène social. L’histoire des interrelations multiples entre la société étudiée et son environnement vient se substituer à l’idée d’évolution : « Une étude détaillée des coutumes dans leur relation à la culture globale de la tribu qui les pratique, en liaison avec une recherche sur leur distribution géographique parmi les tribus voisines, donne presque toujours un moyen de déterminer avec une grande précision les causes historiques qui ont conduit à la formation des coutumes en question et au processus psychologique qui était à l’œuvre dans leur développement. »17L’articulation de la psychologie, c’est-à-dire de facteurs de développement internes, et de l’environnement complique considérablement la description des phénomènes ethniques. En effet même si des analogies dans le développement psychique des populations peuvent se constater, les phénomènes ethniques ne résultent jamais exclusivement de lois psychologiques. Inversement des parallélismes psychologiques constatés dans deux sociétés contemporaines peuvent résulter de facteurs différents.

  • 18 Franz Boas, ibid., p.273

13L’accent mis par Franz Boas sur l’histoire des configurations sociales et sur le poids des facteurs d’ordre environnemental aboutit à une remise en cause radicale du comparatisme, perçu comme un résidu de l’évolutionnisme. Cette critique du comparatisme est certainement un des éléments les plus originaux de la théorie de Boas. Elle s’explique par l’accent qu’il met, dès la fin des années 1880 sur la notion de contacts culturels et sur son effort pour expliquer les sociétés étudiées moins à partir d’une structure identitaire qu’à partir de leur périphérie et de leurs recoupements, de la dynamique d’échanges qu’elles entretiennent. C’est ainsi que le peu de cas fait par Malinowski de l’histoire dans l’approche des sociétés extra-européenne explique les réserves de Franz Boas à son égard. Il conçoit bien l’histoire des contacts et le comparatisme comme deux traditions différentes, et dès 1896 un article est consacré aux limites de la méthode comparative en anthropologie. Le point essentiel est pour lui l’hypothèse selon laquelle, quand un même phénomène ethnologique s’est développé en plusieurs lieux, sa genèse a été chaque fois la même. L’identité des phénomènes ethnologiques à travers le monde prouverait, si l’on s’avance un peu plus encore, que l’esprit humain obéit partout aux mêmes lois. Mais si à l’inverse l’on pouvait démontrer que des développements historiques différents mènent parfois aux mêmes configurations ethnologiques, l’inanité du comparatisme anhistorique serait définitivement prouvée : « Il faut comprendre clairement que la recherche anthropologique qui compare des phénomènes culturels similaires pris dans les divers points du monde pour découvrir l’histoire unique de leur développement présuppose que le même phénomène ethnologique s’est partout développé de la même manière. C’est ici que se situe le point faible dans l’argumentation de la nouvelle méthode, car on ne peut pas donner de preuve de ce genre. Même un examen superficiel montre que les mêmes phénomènes peuvent se développer d’une multitude de manières. »18 Ainsi le totémisme correspond bien à une disposition fondamentale de l’esprit humain, mais il s’est développé de manière très différente selon les régions du monde. Ou bien encore les motifs géométriques dans l’art primitif qu’on trouve largement répandus ont des origines et des référents divers. L’erreur fondamentale du comparatisme tient au fond à son fixisme, au fait qu’il met en parallèle non pas des processus, mais des coupes synchroniques et étend son champ d’investigation à la quête de lois universelles là où il devrait se contacter de constater des similitudes. Or l’anthropologue se doit de décrire avant tout des processus.

  • 19 Franz Boas, ibid., p. 278.

14C’est-à-dire qu’il doit appliquer une méthode historique, focalisée sur un territoire réduit. La notion de continuité territoriale est une des conditions de l’investigation historique, et lorsque des phénomènes parallèles s’observent chez des peuples éloignés la première hypothèse ne doit pas celle d’une genèse commune, mais bien de genèses différentes. La méthode historique peut à vrai dire avoir un terrain d’application presque aussi large que le comparatisme mais elle exige que les systèmes culturels soient appréhendés dans leur devenir singulier, un devenir qui inclut les importations culturelles : « Les mariages mixtes, la guerre, l’esclavage, le commerce ont été à l’origine d’autant d’importations d’éléments culturels étrangers, si bien que l’assimilation culturelle a dû s’opérer à travers un espace continu. En outre il me semble que là où parmi les tribus voisines une influence immédiate de l’environnement ne peut pas être prouvée, la présomption doit toujours aller à une relation historique. Il y a eu une période d’isolement durant laquelle les traits principaux des différentes cultures se sont développés en fonction de la culture antérieure et de l’environnement des tribus. Mais les strates culturelles correspondant à ces périodes ont été recouvertes par tant d’éléments nouveaux, dus au contact avec les tribus étrangères, qu’elles ne peuvent être découvertes sans isoler de la façon la plus attentive les éléments étrangers. »19

  • 20 Ibid., p. 284.

15Le but de la méthode historique est de faire apparaître les constellations sociales comme les moments d’une dynamique, d’un flux. Mais l’histoire des sociétés primitives n’est pas directement accessible. Indépendamment des données de l’archéologie on peut, écrit Boas, l’appréhender notamment à travers des phénomènes de dissémination. Ceux-ci permettent au demeurant d’analyser également le développement intrinsèque d’un système culturel puisque les importations sont autant de transformations : « Elles peuvent toutefois être observées dans chaque phénomène d’acculturation où les éléments étrangers sont remodelés selon les structures qui prévalent dans leur nouvel environnement et on peut les trouver dans les développements locaux d’idées et d’activités largement répandues. »20

16Ici encore on se gardera de découvrir quelque lien de causalité que ce soit entre la conscience judéo-allemande de l’anthropologue Franz Boas et son approche des transferts culturels. Mais on ne peut manquer d’observer un parallélisme entre son refus d’un évolutionnisme ramenant toutes les cultures à un même modèle grâce à la procédure des comparaisons et son plaidoyer en faveur d’une Amérique des métissages sociaux et intellectuels où même lui, le savant venu d’ailleurs, aurait parfaitement sa place.

La question du diffusionnisme

  • 21 Melville J. Herskovits, ibid., p. 59.
  • 22 Ruth Benedict, « Franz Boas as an Ethnologist », in A. L. Kroeber et al. (éd.), ibid., p. 31.

17Boas a soutenu la thèse du diffusionnisme culturel, c’est-à-dire défendu l’hypothèse selon laquelle les mécanismes d’évolution des cultures sont liés à des emprunts. Toutefois cette diffusion ne mérite d’être étudiée et considérée comme un principe explicatif que si l’on peut supposer un contact historique entre les peuples manifestant des similarités21. Ruth Benedict a noté un virage dans la réflexion de Boas sur ce problème. Dans les années 1910 il serait passé d’une théorie de la dissémination à une théorie de la dynamique culturelle, c’est-à-dire à une réflexion sur la manière dont s’opérait l’intégration des éléments culturels22.

  • 23  Dan Sperber, La contagion des idées, Paris, Odile Jacob, 1996.

18Ce virage représente une difficulté que l’anthropologie n’a visiblement toujours pas réussi à pleinement dominer. Les travaux récents sur la contagion des idées et l’épidémiologie des représentations23 montrent la difficulté à penser la diffusion des idées ou des objets culturels autrement que comme une déperdition dans un processus de communication.

  • 24  Franz Boas, ibid., p. 291.

19La question d’une articulation entre la dissémination et le développement autonome d’une culture qui reçoit ces éléments extérieurs, entre identité et métissage a particulièrement préoccupé Boas qui préconise une étude de la resémantisation opérée par les cadres fondamentaux de la culture d’accueil sur les éléments importés. Pour lui il est exclu que les nouvelles idées venues de l’extérieur puissent être conçues comme une simple addition aux cadre fondamentaux (cultural patterns) de la culture d’accueil mais elles constituent simplement une stimulation en vue de nouveaux développements proprement internes24.

  • 25 Ibid., p. 423.

20Le domaine des mythologies indiennes de la côte ouest de l’Amérique du nord a été l’un de ceux où les thèses de Boas sur la diffusion des cultures apparaissent le plus nettement. Pour lui les mythes sont des systèmes résultant de la rencontre et de la fusion d’éléments hétérogènes, empruntés à des sources diverses. La mythologie d’une tribu, c’est-à-dire son système de représentations esthétiques, religieuses et philosophiques ne serait pas le résultat d’une histoire autonome mais d’un métissage fondamental. L’histoire de ce métissage serait dès lors la manière adéquate d’aborder l’espace des représentations mentales des tribus indiennes. Ici encore, Boas s’interroge sur la manière dont s’opère la texture de documents étrangers et indigènes. Elle dépend pour lui des caractéristiques sociales et des habitudes de fond du peuple, en bref des structures profondes qui opèrent la resémantisation des importations et comblent, pour ainsi dire, les césures entre le matériel mythique et les caractéristiques de la vie du peuple d’accueil, les adaptent, les réduisent à des survivances bizarres25. On parviendrait à dessiner des aires à l’intérieur desquelles les éléments de représentations auraient circulé et la classification des mythologies recouperait la classification des langues. On sait que les études linguistiques de Boas sont fondées principalement sur ses recueils de légendes en langue vernaculaire.

  • 26  Franz Boas, ibid., p. 5-6.

21La conviction selon laquelle le métissage est la clef de la compréhension des sociétés à travers deux de leurs éléments fondamentaux, les langues et les mythes qu’elles servent à exprimer, conduit Boas d’une part à le valoriser. « Rappelons-nous les migrations qui ont eu lieu dans les premiers temps de l’Europe, quand les Celtes d’Europe occidentale se répandirent à travers l’Italie poursuivant vers l’est en direction de l’Asie Mineure ; quand les tribus teutoniques émigrèrent de la mer Noire en Italie, en Espagne et même en Afrique du Nord ; quand les Slaves connurent leur expansion vers le nord-est de la Russie et vers le sud sur la péninsule des Balkans ; quand les Maures tenaient une grande part de l’Espagne ; quand les esclaves romains et grecs disparurent dans la population générale et quand la colonisation romaine touchait une large part de l’espace méditerranéen. Il est intéressant de noter que la grandeur de l’Espagne a suivi la période de plus grand mélange de races et que son déclin s’est engagé quand les populations devinrent stables et que l’immigration s’arrêta. »26 De telles citations permettent d’éprouver l’ambiguïté chez Boas entre un vécu de Juif allemand prônant une certaine perception des relations entre nations à l’intérieur de l’Europe et la transposition de ce vécu dans un mode d’analyse des tribus indiennes. D’autre part le métissage devient une forme d’approche méthodologique dans ce qu’on pourrait appeler l’observation participante. L’anthropologue ne s’informe pas sur les populations en interrogeant des Européens qui vivent à leur contact, mais tente de participer à leur mode de vie – Boas a participé par exemple à la chasse au phoque, prend en compte le savoir des Indiens et dans le cas des habitants de la terre de Baffin leur cartographie ou leur manière de désigner les sites. L’enquête sur le terrain est une forme imprévue de diffusion culturelle puisqu’elle doit conduire l’ethnologue à penser avec les concepts de la tribu qu’il étudie, avec sa langue, à se laisser imprégner de son mode de représentation.

  • 27  L’expédition débuta en 1897 en Colombie britannique. Elle était dirigée par le Musée américain d’h (...)
  • 28 Marvin Harris, The Rise of Anthropological Theory, London, Routledge & Kegan Paul, 1979, p. 257.
  • 29  Marvin Harris, ibid., p. 262.

22Une partie des activités de Boas sont d’ordre muséographique, Boas met les objets dans le contexte de leur culture propre et souligne les ressemblances seulement lorsqu’elles correspondaient à des contiguïtés historiquement signifiantes. Car il a eu une intense activité de collectionneur notamment lors de lors de la Jesup North pacific Expedition27qui durant plusieurs années rassembla des objets appartenant aux populations arctiques américaines et sibériennes. Lors de l’exposition universelle de 1893, Boas eut l’occasion pour la première fois de présenter les objets des indiens de la côte est, selon sa conception d’une muséographie reflétant la fonction des objets dans un système social précis. Puis il appliqua ses conceptions dans la réorganisation du American Museum of Natural History. On distingue chez lui un respect presque religieux pour l’objet, protégé même des interprétations qu’on pourrait en donner, qui a pu être mis en relation avec la révérence de l’étudiant berlinois Boas vis-à-vis de l’empirisme de Virchow28. Il y a chez lui une méfiance vis-à-vis des théorisations rapides29.

Les médiations symboliques

  • 30  Benno Erdmann (1851-1921) dirigea l’édition des œuvres de Kant après la mort de Dilthey.
  • 31  Heinrich Rickert (1863-1936), représentant de l’école badoise du néokantisme, professeur à Fribour (...)
  • 32  Wilhelm Windelband (1848-1915), représentant de l’école néo-kantienne du sud-ouest de l’Allemagne. (...)
  • 33  Marvin Harris, ibid., p. 267-271.
  • 34  Voir entre autres Abram Kardiner et Edward Preble, Introduction à l’ethnologie, Paris, Gallimard, (...)

23Le mode de penser de Boas implique d’une part une attention extrême prêtée aux objets dans leur singularité et d’autre part aux médiations symboliques (mythes, langues) qui déterminent les schèmes de perception des peuples étudiés. Ces deux traits renvoient à un héritage kantien caractéristique des milieux intellectuels allemands du tournant du siècle et plus précisément encore des milieux juifs. Elles président par exemple aussi à ce développement fulgurant de l’histoire de l’art que représenta la fondation de la bibliothèque d’Aby Warburg à Hambourg. On raconte que Boas aurait sur l’île de Baffin, durant cette phase de son existence qui marque le passage des sciences de la nature aux sciences sociales, consacré une partie de son temps à la lecture des œuvres de Kant. Durant ses études à Kiel, il avait d’autre part suivi les cours du philosophe kantien Benno Erdmann30. Le kantisme présentait pour les scientifiques allemands l’intérêt d’associer le matérialisme des sciences physiques à un intérêt nouveau pour les processus purement intellectuels. Les interprètes de Boas accordent beaucoup d’importance à Dilthey dans la genèse d’une pensée qui vise à se situer au cœur des phénomènes décrits pour les comprendre et à distinguer les sciences de la nature et les sciences de l’esprit, sur la base d’une capacité à saisir directement ce qui relève de l’esprit. Le disciple de Boas Robert Lowie, lui-même émigré d’Autriche aux États-Unis, met en relation l’œuvre de son maître avec les travaux des néo-kantiens Heinrich Rickert31 et Wilhelm Windelband32, eux aussi attachés à établir clairement la différence entre les sciences physiques (nomothétiques) et les sciences de l’esprit (idiothétiques, singulières). La méfiance de Boas vis-à-vis de la notion de loi en anthropologie, son souci de rassembler des données toujours singulières semblent liés à cet arrière-plan néo-kantien33. Il était partagé par le cercle de ses disciples, ainsi par Alfred Lewis Kroeber (1876-1960)34 dont les recherches étaient centrées sur l’idée de cultural patterns, schèmes de perception invariables qui détermineraient très largement les comportements culturels et l’auraient conduit à une surévaluation du niveau idéologique dans l’analyse des cultures. Pour compléter ce tableau des relations entre l’anthropologie américaine et le néo-kantisme on peut signaler que Margareth Mead se souvenait d’avoir suivi un enseignement de Boas sur Ernst Cassirer. Rappelons que Cassirer lui-même quitta la Suède pour les États-Unis en 1940 et publia en 1944 un livre Essay on Man où il prônait une anthropologie fondée sur l’étude de la langue des mythes, de l’art et de la religion, en bref d’un niveau des formes symboliques déterminant l’appréhension d’une réalité matérielle inaccessible. On sait au demeurant que dans la Philosophie des formes symboliques Cassirer envisage déjà une ethnologie des mythes.

  • 35  Franz Boas Ethnologe. Anthropologe. Sprachwissenschaftler, Staatsbibliothek zu Berlin PreuBischer (...)
  • 36 Franz Boas, Race, Language and Culture..., ibid., p. 313.

24Sans doute Ruth Benedict va-t-elle trop loin en prétendant que son maître Boas se serait engagé dans son expédition sur la terre de Baffin moins pour une enquête géographique que pour étudier la manière dont les Inuit percevaient cette couleur de l’eau à laquelle il avait consacré sa thèse de doctorat35. En revanche il est clair que son intérêt pour les spéculations philosophico-cosmologiques des prêtres et chefs de tribus en tant que systématisation des idées répandues dans la masse de la population est lié à une prise en compte particulièrement attentive du niveau des symbolisations36. L’ésotérisme des prêtres est un niveau de symbolisation qui permet de connaître le savoir exotérique du tout social mais parfois s’en coupe trop, peut apparaître comme une connaissance d’une élite privilégiée et Boas insiste pour que le savoir des prêtres, qui peut être un fil directeur de l’anthropologue reste inséré dans une analyse globale du système de représentation. Les reproches que l’on a pu adresser à l’ethnologie de Franz Boas tiennent précisément au respect extrême qu’il a manifesté à l’égard des phénomènes d’ordre idéologico-symbolique au détriment par exemple d’analyses économiques. Cet a priori dont une conséquence fut un glissement de plus en plus net de Boas vers l’étude des représentations primitives est certainement le signe le plus net d’un noyau néo-kantien dans son appréhension du social.

25L’anthropologue et ethnolinguiste américain Franz Boas est à tous points de vue un représentant des sciences sociales allemandes de la fin du xixe siècle. Il pense l’anthropogéographie dans les catégories de Ratzel, l’anthropométrie avec Virchow, la linguistique avec Humboldt et Steinthal, la psychologie avec Wundt et les formes symboliques selon le paradigme des néo-kantiens. Boas est parfaitement conscient d’une appartenance qui le pousse à intervenir en 1914 au profit de l’Allemagne et à militer dans les années 1930 contre le nazisme. Transportant la science allemande de son temps dans un contexte américain où la psychologie devait au demeurant déjà beaucoup à Wilhelm Wundt, Boas est le principal artisan d’un syncrétisme qui sert de fondement à l’anthropologie américaine. Mais le judaïsme de Boas est peut-être sensible plus qu’ailleurs dans l’acharnement avec lequel il démontre la fécondité des métissages culturel non seulement dans les tribus indiennes de la côte ouest mais aussi et surtout dans la population américaine de son temps, chez les immigrés italiens, juifs d’Europe centrale ou arméniens. Réfutant le modèle indo-européaniste qui analyse les populations et leurs langues en fonction de leur distance par rapport à une origine supposée pure, il fait du diffusionnisme culturel et linguistique et surtout de la réinterprétation des objets culturels dans l’histoire, la clef d’une compréhension de la genèse des langues et des mythologies. L’anthropologie et l’ethnolinguistique avaient longtemps été l’illustration d’une téléologie évolutionniste, elles sont devenues avec Boas un engagement en faveur de la pluralité et de l’imbrication horizontale des langues et des cultures. Si la tendance dite « postcoloniale » des sciences sociales américaines est certainement redevable à l’anthropologie boassienne d’impulsions profondes, on peut aussi voir dans son œuvre un modèle de réappropriation juive de la culture allemande autour de 1900.

Haut de page

Notes

1  Marcel Mauss, « Essai sur le don », in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. 198.

2  Sur les étapes de la carrière de Boas on consultera notamment A. L. Kroeber et al. (éd.), « Franz Boas », in American Anthropologist, vol. 35, juillet-septembre 1943 ; Melville J. Herskovits, Franz Boas, The Science of Man in the Making, New York / Londres, Charles Scribner, 1953 ; Walter Goldschmidt (éd.), The Anthropology of Franz Boas, Memoir, n°89, The American Anthropological Association, 1959 ; Marshall Hyatt, Franz Boas. Social Activist. The Dynamic of Ethnicity, New York / Westport / Londres, Greenwood Press, 1990 ; Franz Boas Ethnologe. Anthropologe. Sprachwis-senschaftler, Staatsbibliothek zu Berlin Preußischer Kulturbesitz 1992.

3 Douglas Cole, « Franz Boas. Ein Wissenschaftler und Patriot zwischen zwei Ländern », in Volker Rodekamp, Franz Boas 1858-1942. Ein amerikanischer Anthropologe aus Minden, Verlag für Regionalgeschichte, Bielefeld, 1994, p. 9-23.

4 George W. Stocking Jr. (éd.), Volksgeist as method and Ethk. Essays on Boasian Ethnography and the german anthropological Tradition, The University of Wisconsin Press, Madison, 1996.

5  Gustav Theodor Fechner (1801-1887) publia en 1860 des Éléments de psychophysique qui sont au fondement de la psychologie expérimentale.

6  Heymann Steinthal (1829-1899) qui a forgé le concept de Völkerpsychologie est un continuateur de la philosophie humboldtienne du langage.

7  Adolf Bastian (1826-1905), auteur en 1860 d’un ouvrage en trois volumes, L’homme dans l’histoire, a contribué à l’établissement d’une ethno-psychologie.

8  Theobald Fischer (1846-1910) avait parcouru la Méditerranée et le Maroc. On lui doit d’avoir parmi les premiers souligné l’unité du bassin méditerranéen et d’avoir participé à la fondation de la géographie moderne de l’Allemagne.

9 Friedrich Ratzel, Anthropo-Geographie oder Grundzüge der Anwendung der Erdkunde auf die Geschichte, Stuttgart, Engelborn, 1882, p. 30.

10  Robert Lowie (1883-1957), premier doctorant de Boas, poursuivit des recherches sur les Indiens des plaines.

11 Franz Boas, Race, Language and Culture, New York, Macmillan Company, 1940, p. 126. Pour une analyse des positions théoriques de Boas il convient de se référer avant tout à cet ouvrage qui rassemble ses principaux articles.

12 Voir Franz Boas, The Mind of Primitive Man, Greenwood Press, Westport 1963 ; Id., Race and Democratic Society, New York, J.-J. Augustin Publisher, 1945.

13 Franz Boas, Race, Language and Culture..., p. 209.

14 Franz Boas, Introduction to Handbook of American Indian Languages, University of Nebraska Press, Lincoln and London, 1991.

15 Franz Boas, Race, Language and Culture..., p. 217.

16  Franz Boas, ibid., p. 204.

17 Franz Boas, ibid., p.276

18 Franz Boas, ibid., p.273

19 Franz Boas, ibid., p. 278.

20 Ibid., p. 284.

21 Melville J. Herskovits, ibid., p. 59.

22 Ruth Benedict, « Franz Boas as an Ethnologist », in A. L. Kroeber et al. (éd.), ibid., p. 31.

23  Dan Sperber, La contagion des idées, Paris, Odile Jacob, 1996.

24  Franz Boas, ibid., p. 291.

25 Ibid., p. 423.

26  Franz Boas, ibid., p. 5-6.

27  L’expédition débuta en 1897 en Colombie britannique. Elle était dirigée par le Musée américain d’histoire naturelle et financée par le banquier et mécène M. K. Jesup.

28 Marvin Harris, The Rise of Anthropological Theory, London, Routledge & Kegan Paul, 1979, p. 257.

29  Marvin Harris, ibid., p. 262.

30  Benno Erdmann (1851-1921) dirigea l’édition des œuvres de Kant après la mort de Dilthey.

31  Heinrich Rickert (1863-1936), représentant de l’école badoise du néokantisme, professeur à Fribourg et Heidelberg.

32  Wilhelm Windelband (1848-1915), représentant de l’école néo-kantienne du sud-ouest de l’Allemagne. Professeur à Strasbourg, puis à Heidelberg après 1903.

33  Marvin Harris, ibid., p. 267-271.

34  Voir entre autres Abram Kardiner et Edward Preble, Introduction à l’ethnologie, Paris, Gallimard, 1966.

35  Franz Boas Ethnologe. Anthropologe. Sprachwissenschaftler, Staatsbibliothek zu Berlin PreuBischer Kulturbesitz, 1992, p. 72.

36 Franz Boas, Race, Language and Culture..., ibid., p. 313.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Espagne, « La question des imbrications culturelles chez Franz Boas », Revue germanique internationale, 17 | 2002, 147-160.

Référence électronique

Michel Espagne, « La question des imbrications culturelles chez Franz Boas », Revue germanique internationale [En ligne], 17 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 16 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/892 ; DOI : 10.4000/rgi.892

Haut de page

Auteur

Michel Espagne

Directeur de recherche au CNRS, spécialiste des transferts culturels franco-allemands. Parmi les ouvrages publiés, Les Juifs allemands de Paris à l’époque de Heine, 1996; Les transferts culturels franco-allemands, 1999; Le creuset allemand. Histoire interculturelle de la Saxe xviiie-xixe siècles, 2000.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org