Navigation – Plan du site

Correspondances philhellènes

Textes édités par Sandrine Maufroy
Sandrine Maufroy
p. 219-234

Texte intégral

1Pour qui s’efforce de comprendre le philhellénisme de la première moitié du xixe siècle comme phénomène européen et comme lieu d’échanges créatifs par-delà les frontières nationales, les correspondances privées des acteurs de ce mouvement constituent une source privilégiée. L’analyse de ces documents permet non seulement de reconstruire les réseaux de relations dans lesquels furent impliqués des philhellènes venus d’aires culturelles différentes, mais aussi d’approcher de près les contenus et les modalités des échanges entre individus et groupes de personnes, et d’observer comment idées, projets et représentations purent se transmettre, évoluer et permettre aux idéaux philhellènes de déboucher sur des formes d’engagement et d’action concrètes.

  • 1 Hase Karl Alfred von, Unsre Hauschronik. Geschichte der Familie Hase in vier Jahrhunderten, Leipzig (...)

2De ce point de vue, la correspondance de Charles-Benoît Hase, helléniste allemand devenu « presque un Français, bien qu’il ait toujours gardé un attachement fidèle envers sa patrie »1, occupe une place de choix. Elle ouvre une voie d’accès pour comprendre l’interdépendance, chez les hommes de lettres et dans la bourgeoisie cultivée, entre référence à la Grèce antique et engagement en faveur des Grecs, et contribue à mettre en lumière à la fois les points de convergence, les sources de malentendu et les transferts culturels en jeu entre aires culturelles française et allemande.

3Illustrant différents aspects pris par le philhellénisme dans un contexte européen, le choix de lettres présenté ici fait écho aux contributions du présent volume. Il vient plus particulièrement compléter l’article « Hellénisme, philhellénisme et transferts culturels triangulaires : le cas de Charles-Benoît Hase », et devrait ainsi donner une idée plus précise de la variété des activités philhellènes de ce médiateur culturel franco-allemand.

4Ces documents offrent des exemples de coopération franco-allemande, voire européenne – qu’elle soit directe ou indirecte, effective ou restée à l’état de projet – dans les recherches sur la Grèce antique (lettres n° 1 et n° 2 concernant l’Expédition de Morée), les études néohelléniques (n° 5, Theodor Kind) et le soutien aux Grecs (n° 4, Auguste Lagarde). Elles font apparaître la référence antique comme un moment essentiel du philhellénisme : à l’origine du désir de partir pour la Grèce (n° 1, Friedrich Creuzer ; n° 9, Jules Blancard), elles nourrissent aussi des représentations stéréotypées concernant les Grecs et les Turcs (Jules Blancard n° 9). À côté de l’appel à la philanthropie et le rappel de combats communs (n° 3, Georges Théocharopoulos), le souvenir de la Grèce antique sert aux Grecs d’argument rhétorique pour obtenir le soutien des Européens, ce qui n’exclut pas des convictions sincères (n° 6, n° 10, Alexandre Rizo Rhangabé). Dans le contexte d’une réalité contemporaine qui suscite tristesse (n° 9, Jules Blancard) ou ironie (n° 8, Charles Benoît Hase), la question de la continuité entre Grèce antique et Grèce ancienne, du point de vue de leur population et de leur langue, revêt une importance cruciale (n° 4, Auguste Lagarde ; n° 5, Theodor Kind) : si l’on tourne son regard vers le passé, c’est pour tenter de comprendre et d’évaluer la situation présente, afin de préparer l’avenir (n° 8, Jules Blancard, n° 10, Alexandre Rizo Rhangabé).

  • 2 Pour la transcription des lettres en français, l’orthographe originale a été conservée. Les lettres (...)

5Ces quelques extraits d’une correspondance riche et abondante donnent ainsi un bref aperçu du philhellénisme de Charles Benoît Hase et de ses correspondants, que nous espérons présenter prochainement de manière plus exhaustive2.

1 – Friedrich Creuzer à Charles-Benoît Hase
Heidelberg, 3 janvier 1829
3

  • 3 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108), lettre en allemand. Le répertoi (...)
  • 4 Edgar Quinet (1803-1875) se trouvait à Heidelberg depuis 1826, où il poursuivait ses études, notamm (...)

6Heidelberg, le 3 janvier 1829

Il faut tout de même, mon très cher ami ! – que Monsieur Quinet4 vous apporte au moins une petite lettre. Il est si pressé qu’il ne reste même pas de temps pour une lettre digne de ce nom – mais je pense bien vous écrire une autre fois sans épargner les détails.

  • 5 Charles-Benoît Hase et Désiré Raoul-Rochette (1790-1854) étaient secrétaires de la Commission centr (...)

7Ce jeune homme va maintenant vous présenter lui-même ses remerciements pour la bienveillance avec laquelle vous et M. Raoul-Rochette êtes intervenus en sa faveur auprès du ministre, et vous demander conseil à tous deux5. – À vrai dire, il vaudrait mieux pour lui qu’il puisse avoir un mentor comme vous et Rochette à ses côtés. – Je le lui ai déconseillé lorsqu’il en a parlé cet été, et suis revenu plus tard à la charge – mais il aurait été tout aussi facile de vouloir enlever à un ancien Grec l’espoir d’accéder à l’île des Bienheureux – qu’à lui, celui de se rendre dans l’île de Pélops. – Il est plein d’enthousiasme et de désir de voyager. Souhaitons-lui donc maintenant tout autant de bonheur, à lui et à ses compagnons, afin que la Morée devienne pour la France une île heureuse. – Au Louvre, il y a encore assez de place pour héberger des dieux païens avec leurs familles. – Ce qui va maintenant tout déterminer, c’est que l’on donne aux voyageurs des instructions et des indications précises – où il doivent principalement faire entreprendre des fouilles. Mais cela, vous et les autres spécialistes de l’Antiquité saurez bien y veiller, à l’Académie.

  • 6 « Certes, Corinthe est heureuse, mais moi je voudrais être Ténéate. » Voir E.L. Leutsch / F.G. Schn (...)
  • 7 Friedrich Creuzer ne partit pas en Morée, mais il contribua à orienter les recherches des membres d (...)
  • 8 Hase, alors 1er employé à la Bibliothèque Royale, serait bientôt – le 27 février 1829 – nommé conse (...)

8Vous avez mentionné aussi mon nom dans la lettre au Ministre, et je ne peux qu’y voir une nouvelle preuve de votre grande bonté à mon égard. – Je n’ai pas vraiment envie d’être de la partie en tant que telle, pour ce qui est de ma personne. J’ai une certaine prédilection pour le proverbe Eudaimôn ge Korinthos, egô d’eiè Teneatès6, et une ville d’Allemagne de taille moyenne me paraît plus confortable que la rude Acrocorinthe – mais ici, vous entendez la voix d’un vieil homme7. – Monsieur Quinet apporte avec lui tout le feu de la jeunesse. – En attendant, continuons tranquillement à travailler, vous à vos Byzantins, catalogues et autres importantes entreprises, et moi à Plotin, que j’espère, si Dieu le veut, pouvoir envoyer à la fin de l’année, bel et bien fini, à l’imprimerie8. (…) – En ce moment, nous avons ici quelques Grecs qui ont fait leurs études à Chios, et veulent maintenant continuer ici la philologie – mais doivent d’abord apprendre le latin et l’allemand. (…)

2 – Friedrich Jacobs à Charles-Benoît Hase
Gotha, 12 août 1829
9

  • 9 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108), lettre en allemand. Le philolog (...)
  • 10 Les résultats des recherches furent publiés dans Blouet A., Ravoisié A., Poirot A., Trézel F., de G (...)

9Gotha, le 12 août 1829

Cher ami.
Permettez-moi de vous importuner aujourd’hui avec une question que le vaillant et entreprenant éditeur de mon Elien m’incite à vous poser. L’Expédition scientifique de Morée, à laquelle vous participez si activement, va sans aucun doute, n’est-ce pas, rendre publics les fruits de ses recherches ; et je serais tout disposé, dès la parution de ces rapports, à en donner une traduction. Mais étant donné l’industrie qui règne dans votre patrie, il faut se mettre de bonne heure en position de force, ce qui ne peut se faire que par une entente provisoire avec le directeur de la publication ou l’éditeur français. Or c’est à ce sujet que vous sont adressées, cher ami, la prière de nous conseiller et la question : y a-t-il quelque chose de décidé au sujet de la publication de ces rapports de voyage ? Ne pourrait-on pas conclure un accord avec l’éditeur ou le directeur de la publication concernant l’envoi des placards ou du texte par cahiers séparés ? et à qui M. Frommann pourrait-il s’adresser dans ce but ? En ayant l’obligeance de répondre à ces questions, vous m’obligeriez extrêmement, et peut-être serviriez-vous aussi la chose elle-même, si de cette manière la traduction, qui de toute façon ne manquera pas de se faire, vient à se trouver en de bonnes mains. (…)10

3 – Georges Théocharopoulos à Charles-Benoît Hase
Paris, 27 mai 1831
11

  • 11 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108). Georges Théocharopoulos, homme (...)
  • 12 Suit une liste de donateurs avec le montant de leurs dons. Sont nommés : la Duchesse de Vicence, Ha (...)

10M.M.

Après une vie tout entière consacrée à l’étude, après avoir joui d’une existence honorable et paisible due à ses seuls travaux, il est bien dur de se voir dans la nécessité de recourir à la compassion d’autrui. Georges Théocharopoulos en fait aujourd’hui la triste expérience. Né à Patras, dans cette Grèce que la France a si noblement aidée de sa philantropie et de ses armes, professeur aux gymnases du Péloponnèse et de Constantinople, instituteur des princes Ipsylanti et de plusieurs hospodars, les tempêtes politiques l’ont arraché du sein de sa terre natale, et depuis ce temps le malheur semble avoir pris plaisir à le poursuivre. Sexagénaire, éloigné des siens, frappé dans ce qu’il avait de plus cher, il a tout fait jusqu’ici pour n’être point à charge à cette France hospitalière ou tout Hellène trouve un si touchant accueil, et pour se procurer par son travail les moyens de retourner dans le pays de ses pères ; mais il n’a pu recueillir le prix de ses efforts. Il avait déja repris le chemin de la Grèce en passant par Bruxelles où il donnait ses soins à l’édition d’un dictionnaire grec-français, pour laquelle il avait traité avec un imprimeur-libraire de cette ville, lorsque la révolution Belge, cause ou prétexte de la rupture de ce traité, le réduisit à vendre ses vêtements pour revenir à pied vers ce Paris où il avait laissé des hommes généreux et de nobles caractères. Dans cette capitale même, la stagnation du commerce l’empêchant de tirer parti de ses connaissances littéraires, il a été obligé, il y a quatre mois, de se défaire, au vil prix de six sols par volume, de 500 grammaires qu’il y avait en dépôt. Le faible produit de cette vente, qui soulagea quelque peu sa détresse pendant la saison rigoureuse, est enfin épuisé, et maintenant il ne lui reste absolument rien. Il a donc résolu de retourner dans sa patrie ; mais, privé de toutes ressources, il lui est impossible de subvenir aux frais que nécessitera son voyage d’ici à Munich où il trouvera des amis et les moyens de continuer sa route. Vieux et souffrant, il ne saurait entreprendre à pied un aussi long trajet. Il ose donc réclamer quelqus légers secours qui le mettent à même de se rendre dans la capitale de la Bavière. C’est à vous, MM. qu’il s’adresse, à vous dont l’active philantropie a déja séché tant de larmes, consolé tant d’infortunes. Vos cœurs ont tressailli les premiers au récit des malheurs de la Grèce ; les premiers vous avez applaudi à ses triomphes : vous ne refuserez pas sans doute à un pauvre vieillard qui y reçut le jour les moyens de revoir sa famille et ses concitoyens. Puisse t’il, revenu parmi eux, augmenter encore, en leur racontant vos bienfaits, la reconnaissance que les Hellènes ont voué aux nobles fils de la France !
Il a l’honneur de vous saluer respectueusement.

G. Théocharopoulos12.

4 – Auguste Lagarde à Charles-Benoît Hase
Orléans, 8 janvier 1832
13

  • 13 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108). Auguste Lagarde, fils du présid (...)

11Orléans, 8 Janvier 1832.

Monsieur,
Je quittai Paris, au mois de septembre dernier, avec l’espoir de vous adresser bientôt, d’Orléans, une réduction de mes levers topographiques dont j’avais eu l’Honneur de vous présenter une partie. – Mais, dès mon arrivée sous le toit paternel, malgré les soins qui m’ont été prodigués, les suites d’excessives fatigues & du changement de climat ont très gravement altéré ma santé & m’ont condamné à lui sacrifier tout travail & à suspendre, à mon grand regret, des relations que votre bonté, Monsieur, m’a rendu bien précieuses, & qu’il me serait aussi doux qu’honorable d’entretenir de près et avec activité.

12Ma convalescence qui me retiendra ici toute la mauvaise saison, c’est à dire jusqu’au printemps qui n’arrive pas aussi vite qu’en Grèce, ne m’interdira pas, je l’espère, quelques études utiles à la connaissance approfondie de la géographie & de l’Histoire du Peloponnèse, de l’Eubée & des Cyclades, specialement depuis le siècle de Constantin jusques au milieu du 18e siècle.

13Je voudrais surtout m’occuper de ces cataclysmes de barbares au milieu desquels la nationalité primitive, le type ancien se sont merveilleusement conservés ; jusqu’en des lieux où le terrain est bienþmoins rudement accidenté que le Magne par exemple, que le Cœur de l’Arcadie, que la Laconie orientale, prisca penetralia gentis.

14Au milieu de migrations, de colonisations plus souvent guerrières que commerçantes jusqu’à la domination Vénitienne, le sol du Péloponnèse & des Iles s’est hérissé de constructions qui, toutes barbares, n’en sont pas moins intéressantes à examiner comme caractères même de l’époque en général & du conquérant en particulier. –

15Je voudrais autant qu’il est en moi distinguer à travers les différentes dominations qui, depuis le 8e siècle surtout, se sont succédées, en Morée, dans l’Eubée, dans les Cyclades, quelles transformations, quelles influences, quels adultères, pour ainsi dire, a subi la race Grecque ; comment aussi, parfois, elle s’est maintenue franche, & remarquable, ici, par la singularité de son idiôme (Tsacona), là, par la pureté presque antique de son dialecte (Le Magne). – Je sais que la configuration même du sol, l’atmosphère & les eaux peuvent aider à mettre les problèmes en équation, mais ces données sont assurement bien loin de suffire : ce ne sont que des probabilités ; car, la Topographie restant la même, les peuples changent.

16J’ai donc, Monsieur, une grâce à vous demander, c’est d’être assez bon pour m’apprendre à quelles sources je pourrais puiser de préférence pour l’étude du Péloponnèse, de l’Eubée & des Cyclades, surtout du 8e au 18e siècle où achève de s’effacer, en Morée, la domination Vénitienne.

17Je me flatte que la Bibliothèque publique d’Orléans pourra contenir quelques uns des Ouvrages Grecs, Italiens, latins, Anglais ou Français que votre vaste & bienveillante érudition ne me refusera pas la faveur de m’indiquer.
Permettez moi, Monsieur, de vous en offrir d’avance tous mes remercimens.
J’oserai de plus, Monsieur, invoquer de votre bonté & de votre philhellénisme un véritable service :

  • 14 Il s’agit probablement de F. Ferd. Fenger, pasteur danois qui fut à la tête de la société missionna (...)
  • 15 Legh Richmond (1772-1827), prédicateur, missionnaire et écrivain anglais, s’était rendu dans les îl (...)
  • 16 Il s’agit probablement de Jakovos Rizos Néroulos (1778-1850), écrivain et homme politique grec, alo (...)

18M. Fenger14 qu’avec M. Richmond15 vous m’aviez fait l’Honneur de me recommander & pour lesquels, en mon absence de Nauplie, je me hâtai d’écrire à mon excellent ami M. Rizo16, qui, déjà, les avait accueillis, M. Fenger, à son retour de Grèce, par une(+) lettre dont je lis l’extrait dans le « Journal des Missions Évangeliques » exprime « les sentimens d’amour & de compassion que les Grecs lui inspirent », puis il ajoute :

19« Richmond est allé plus loin que moi. – la perspective de faire du bien lui a paru si riante qu’il a résolu de sacrifier quelques années de sa vie à l’instruction des Grecs. pour s’attacher plus étroitement à la Grèce il a acheté quelques petites terres près d’Athènes. Maintenant il est retourné chez lui pour se livrer quelque temps encore aux études & pour préparer son retour en Grèce. – Son but est d’établir des Ecoles en Grèce &, s’il est possible, un Lycée à Athènes. Avant d’y revenir il fera sans doute un tour en Angleterre, en France & en Suisse pour *** quelques secours des philhellènes de ces pays. Vous le verrez donc si son plan *** réalise, mais le moment n’est pas encore favorable à l’éxécution de son projet.

20Moi même, de tout temps, Grec de coeur, & sans cesse ramené par je ne sais quel charme sur cette terre où j’ai beaucoup souffert mais où ma vie a été bien remplie je voudrais aussi être encore utile à cette pauvre Grèce ! – Je voudrais, après l’avoir étudiée trois ans, unir mes efforts à ceux de M. Richmond, & je me féliciterais, Monsieur, que sous vos auspices cet Honorable philhellène agréat mon concours. –

21Je voudrais vous prier de me mettre en rapport avec lui ; car, si ma santé s’améliore, ainsi que l’état de la Grèce dont je n’ai point de nouvelles satisfaisantes, je sens qu’il me faudra revoir & adopter, peut être, Athènes pour ma patrie. Heureux Monsieur, d’y faire un peu de bien & par des travaux essayés dans cette voie que vous parcourez avec tant d’Honneur, de mériter votre estime & votre amitié ! Croyez, Monsieur, qu’en tout temps en tout lieu elles me seront toujours infiniment précieuses, & agréez l’expression de mon respect & de mon dévouement.

  • 17 Pectorþavait fait partie de l’Expédition scientifique de Morée comme médecin et zoologiste, mais il (...)

22Auguste La Garde
Chez son Père, Président du Consistoire Protestant
Rue du Gros-Anneau. 8. Orléans – (Loiret)

+ Cette lettre est adressée de Trieste le 7. septbre. 1831. à M. le Directeur de la Maison des Missions Evangéliques. Boulevard Mt Parnasse. 41. Paris.

P.S. Permettez moi de vous prier de me rappeler au souvenir de M. Pector que j’ai eu le plaisir de connaître en Grèce & que je serai charmé de revoir à Paris17.

5 – Theodor Kind à Charles-Benoît Hase
Leipzig, 19 novembre 1834
18

  • 18 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108), lettre en allemand. Sur Karl Th (...)
  • 19 « Recevoir les éloges d’un homme dont on fait l’éloge n’est pas le dernier, mais bien le plus grand (...)

23Monsieur et très estimé professeur,
Avant toutes choses, je vous fais part de ma sincère gratitude non seulement pour votre aimable lettre du 2 septembre de cette année et pour les ouvrages qui l’accompagnaient et dont, pour une partie d’entre eux, je ne connaissais que l’existence, mais aussi et surtout pour le jugement bienveillant que vous avez eu la bonté de porter sur mes modestes efforts pour faire la lumière sur le grec moderne et éveiller l’intérêt de nos hellénistes pour lui. Laissez-moi en retour vous dire ceci, que même si ce jugement, étant immérité, me fait rougir, il n’en serait pas moins apte à susciter ma fierté : car – laudari a viro laudato non ultima, profecto maxima laus est19 !

  • 20 Konstantin Oikonomos (1780-1857), philologue et homme d’église grec.
  • 21 Claude Fauriel, Chants populaires de la Grèce moderne…, 2 t., Paris, Firmin Didot, 1824-1825. En 18 (...)

24Je ne vous suis pas moins reconnaissant de la perspective que vous m’ouvrez en me laissant espérer quelques envois de Grèce, et à laquelle vous voudrez bien me permettre de m’accrocher d’autant plus fermement que mes liens avec la Grèce sont très lâches, bien que j’y ai plusieurs amis grecs, par exemple Konst. Oikonomos20, Brethylos, etc. Veuillez surtout m’autoriser à recourir de nouveau à votre bonté pour des chants populaires grecs dont j’ai l’intention de publier un recueil en supplément à Fauriel21.

  • 22 Ces ouvrages parurent en effet peu de temps après : Neugriechische Chrestomathie. Mit grammatischen (...)

25En ce moment, je fais publier, d’une part, une Chrestomathie néohellénique (que vous voudrez bien me permettre de vous dédier en témoignage de mon admiration, aussi indigne qu’elle paraisse être de ce privilège), et d’autre part la première partie du Panorama tès Hellados d’Alex. Soutsos (parue en 1833 à Nauplie), avec des notes et un lexique, et je ne manquerai pas de vous faire parvenir un exemplaire de chacun de ces ouvrages dès leur parution22.

  • 23 Tragodia tès neas Hellados. Neugriechische Poesiien, Leipzig, Dyk, 1833. Cet ouvrage s’ouvre sur un (...)
  • 24 Johann Michael Heilmaier, Ueber die Entstehung der romaischen Sprache unter dem Einflusse fremder Z (...)

26Je vous prie encore de me faire part ouvertement de votre jugement sur la dédicace en grec moderne que j’ai placée en tête des « Poésies »23 ; de même, je ne peux m’abstenir d’attirer votre attention sur un petit écrit du Professeur Heilmaier, d’Aschaffenburg : « Sur la naissance de la langue romaïque sous l’influence de langues étrangères » (Aschaffenburg, 1834)24, où l’auteur cherche à démontrer que la prétendue (?) langue grecque moderne, sous l’influence des langues slaves, romanes, albanaise et turque, s’est développée au point de devenir une langue nouvelle et particulière. Je ne peux pas, à mon humble avis, admettre que ces langues aient eu une telle influence essentielle.

En vous priant d’agréer l’assurance de ma considération et de mon admiration profondes, je persiste dans ces sentiments et suis, Monsieur,
votre très-dévoué Theod. Kind

Leipzig, le 19 novembre 1834.
Veuillez avoir enfin la bonté de m’excuser si je vous prie de transmettre la lettre ci-jointe aussi vite que possible.

6 – Alexandre Rizo Rhangabé à Charles-Benoît Hase
Athènes, 5 juillet 1837
25

  • 25 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108). Alexandre Rizo Rhangabé (1810-1 (...)
  • 26 Cette lettre est accompagnée d’un imprimé daté d’Athènes, 23 juin / 5 juillet 1837, par lequel les (...)
  • 27 C.-B. Hase se trouvait alors à Athènes. Sur son voyage en Grèce, voir notre article dans le présent (...)

27Monsieur
Ci-joint j’ai l’honneur de vous adresser un Appel de la société archéologique26, avec la prière que je vous ai faite ce matin27, de vouloir bien accorder à cette société nouvellement formée la protection de votre influence, et de reclamer pour elle l’interet des philhellènes et des amis de la science. Vous ne trouverez pas étrange qu’on se cotise en Grèce pour exploiter les antiquités enfouies sous son sol. Nous sentons ici une profonde reconnaissance pour ces muets témoins du génie de nos ancetres : Nous leur devons outre les inspirations qui nous ont guidés et soutenus durant notre lutte d’émancipation, aussi en grande partie l’intéret que nous avons inspiré aux nations civilisées de l’Europe. Le seul engagement, je le repète, que vous aurez contracté en permettant que votre nom soit inscrit sur les listes de la société, sera que vous la recommendiez à vos amis et aux appréciateurs de vos talens distingués. Dans ce cas le nombre des personnes qui s’interesseront pour elle, sera immense.

  • 28 Sur J. Rizo et A. Lagarde, voir plus haut, la lettre n° 4.

28M. J. Rizo m’a parlé d’un de ses amis et des votres, M. Lagarde du Ministère de l’Instruction publique28. De si puissantes recommendations m’imposent le desir et le devoir de contribuer de tout mon pouvoir pour l’accomplissement des vœux de vos amis. Je tâcherai de vous aller voir avant que vous quittiez Athénes, afin de parler avec vous sur ce sujet.

J’ai l’honneur d’être avec la plus haute considération, Monsieur
votre trés humble et trés obéissant serviteur

Ath. le 23 Juin/5 Juill. 1837.
À Rizo Rangabé

7 – Charles-Benoît Hase à Emmanuel Miller
Marseille, 28 juillet 1837
29

  • 29 Bibliothèque Nationale de France, Nouvelles acquisitions françaises 22860, 42. L’helléniste Emmanue (...)

29De l’Intendance sanitaire de Marseille, le 28 Juillet 1837.

Ne vous étonnez pas, mon cher collègue et excellent ami, si je suis déja de retour en France. Les paquebots franchissent les distances avec la rapidité de l’oiseau des mers : on s’embarque à Marseille, on s’endort en vue des côtes de la Provence et on s’éveille, pour ainsi dire, au pied du cap Malée. Ce n’est que là que commencent véritablement les incidens nautiques et autres : vents contraires, mer très-grosse et très-dure, brises carabinées, échouages de caïques, positions critiques ou du moins tout-à-fait particulières. J’y ai passé comme un autre et après avoir visité les Cyclades je suis arrivé à Athènes, ville de contrastes, amas confus de ruines où l’on trouve des fiacres et des chameaux, des palmiers et des chardons, des Albanaises déguenillé<es et des> dames fort élégantes de toutes les nations de l’Occident. Le pain y est assez rare et fort cher ; mais à cela près la cité de Cécrops tend à devenir une ville tout-à-fait Européenne. Il y a déja à Athènes et aux environs une Cour de cassation, deux laboureurs, trois rues (celles d’Eole, de Minerve et de Mercure, tou Hermou), quatre musées, cinq arbres, six boulangers, sept maisons très-confortables, huit sociétés savantes, dix-neuf journauxa et une quantité innombrable d’insectes et de reptiles de toute espèce. J’ai été aussi à Eleusis, à Mégare, à Corinthe ; puis je suis rentré dans l’Archipel, et dans l’espace de huit jours un autre bateau à vapeur m’a ramené de Syra à Marseille où on nous a mis en quarantaine pour un mois. Je vous avoue que ce temps de réclusion me parait d’une longueur effrayante. Je suis parvenu à me procurer quelques journaux, mais je ne sais ce que sont devenues les lettres qu’on a dû m’écrire et que je comptois trouver ici. Aussi j’attends avec une curieuse anxiété des nouvelles bien détaillées de Paris, de l’Institut, de la Bibliothèque, nouvelles que je réclame de votre amitié et que vous voudrez bien m’adresser à Marseille, poste restante. J’envoye tous les jours dans les bureaux pour savoir si quelqu’un a pensé à moi. (…) consolez par de longues et nombreuses lettres un pauvre quarantenaire qui se porte bien, mais qui s’ennuye comme un mort ; soyez indulgent pour mes phrases décousues et grotesques qui doivent sentir le Lazaret ; enfin, pensez un peu à moi et recevez, mon cher collègue, l’assurance de ma vive gratitude, de mon dévouement sans réserve et de ma tendre amitié.
Hase.

30a  Je ne parle que de ceux que j’ai vus : 1°. le Journal officiel 2°. le Messager 3°. le Courier Tachydromos 4°. le Sauveur 5°. la Minerve 6°. la Grèce régénérée, anagennètheisa 7°. l’Espérance 8°. le Morning Herald, Prôïnos Kèryx, 9°. le Messager du Commerce, tou emporiou 10°. le Voleur, Kleptès 11°. l’Esculape 12°. l’Iris 13°. l’Aurore, Èos 14°. le Spectateur 15°. le Progrès, hè Proodos 16°. le Magasin, hè Apothèkè 17°. le Journal des connaissances utiles, tôn koinôphelôn gnôseôn 18°. hè Hellènikè plastigx 19°. la Trompette évangélique, hè euaggelikè Salpigx, qui fait une espèce d’Opposition théologique, dans le genre de la Quotidienne.

8 – Jules Blancard à Charles-Benoît Hase
Smyrne, 28 août 1843
30

  • 30 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108). Jules Blancard, élève de Hase à (...)
  • 31 Dans sa lettre suivante (Smyrne, 18 septembre 1843), Jules Blancard rectifie son erreur : « J’ai co (...)

31Mon cher Monsieur Hase,
Peut-être ce que j’ai fait à Athènes, je le fais aujourd’hui à Smyrne ; je vous écris peut-être à la veille de mon départ. Rien n’est encore décidé, mais il y a de grandes probabilités pour. Fais-je bien ? Fais-je mal ? Je n’en sais rien, puisque tout ne peut-être que conjecture en parlant de l’avenir. Cependant qu’ai-je à craindre ? Sans doute l’éloignement d’amis qui m’ont accordé une hospitalité si généreuse, n’est pas peu de chose ; Janina (c’est à Janina que j’irois) n’est pas Smyrne. Mais quel est le but de mon voyage ? C’est de voir et d’apprendre. Or ceci me procurera l’avantage de visiter un pays que je n’aurois peut-être jamais visité de ma vie. Quant à mes études, Janina étant moins fréquentée et partant moins bruyante que Smyrne, j’y aurois beaucoup moins de distractions, quelque peu que j’en aie ici d’ailleurs ; j’aurois toujours les tentations de moins, et ce ne seroit pas peu. Pour les amis, je suis sûr que j’en laisse à Athènes, malgré le court séjour que j’y ai fait ; ici j’en laisserai encore certainement ; et ce ne sera pas trop, je pense, d’en faire aussi à Janina. Si jamais je suis quelque chose dans la science, de pareilles relations ne peuvent qu’être utiles ; à quel pays la science n’a-t-elle pas à s’adresser quelquefois ? Un savant devroit avoir des connoissances partout, en cas de rien.

(…)

Je n’ai pas pourtant tout vu ici encore, et il y auroit tant de choses à voir… Et, plus tard, j’aurois peut-être tant de facilités pour cela… Ah !… Je m’en irai avec peine !… Les ruines sont bien tristes ; mais, je ne sais pas, nous aimons à voir des ruines !… Pauvre hommes !… Bourla, l’ancienne Clazomène, est là, à un pas, et je m’en irai sans la voir !… Aujourd’hui même, au moment où je vous écris (15 Août, style ancien), une Panègyris y attire tout le monde ; moi, je n’y vais pas : un jour de fête est peu propre à méditer sur des ruines ; laissez-moi aller plutôt là où les souvenirs sont du moins tout-à-fait effacés. J’irai rire à Bournaba, si je le puis ; car on rit peu ici, et je vous assure qu’il y a peu à rire, pour peu qu’on réfléchisse : des ruines partout, partout des ruines. Ici, à quelques lieues, est Ephèse, si fameuse dans tous les temps, chez les Chrétiens de la Primitive-Eglise et chez les Païens ; des restes imposants, entr’autres les 127 magnifiques colonnes de marbre du temple de Diane, commandent au turc le plus stupide de s’arrêter au moins un instant pour admirer. Là est Halicarnasse ; dont l’Acropole paroît toute construite avec les ruines d’un monument, érigé pour recevoir les dépouilles mortelles d’un roi, dont le nom ne nous est connu que par un tombeau ; si l’expression de Bossuet est vraie, rien n’étoit plus propre que le tombeau de Mausole de porter au ciel les témoignages de notre néant. Phocée, qui a fondé une de nos premières villes et dont les colonies s’étendoient partout, n’est plus rien. Tout est passé dans ce pays ; grands-hommes, sciences, arts, il n’y a plus rien. Quand la lumière reviendra-t-elle éclairer l’Orient ? Tout revient à sa source, dit-on, et elle en est sortie ; de l’Espérance : nous ne vivons que d’espérance… Oui !… Quand nous ne vivons pas de désespoir !… Nous verrons !… Kôs aussi est là, mais là aussi il n’y a plus que le silence et les ruines. Où est ce beau temple de la Vénus de Knide31 ? où est cette belle statue de Praxitèle ? où est ce concours de peuples qui accouroient aux fêtes de la Déesse de l’Amour ? On y aime encore, si on veut ; mais en brute : est-ce qu’un turc est capable d’aucun sentiment !… Et Sardes, où est-elle ? Que sont devenus les trésors de Crésus ? Et Troie, et toutes ces îles qui nous environnent, que sont-elles devenues ? Partout les ténèbres à la place de la lumière ; la barbarie à la place de la civilisation ; à la place des arts, de la science, du génie, un je ne sais quoi qui n’a pas de nom : ici aussi seroit trop vraie l’expression de Bossuet !… L’Enfer a dû passer par ici !… Et notre patrie, notre belle France, que deviendra-t-elle ? Ah !…cela fait mal, Tenez…

  • 32 Dans sa lettre daté de Smyrne, 14 mars 1844, Jules Blancard indiquait à Hase : « mon petit envoi he (...)

32De Smyrne, je ne vous en dis rien ; les quelques journaux que je vous envoie pour M. Mérimée32, vous en diront cent fois plus que je ne pourrois vous en dire moi-même dans cette lettre, sur son passé, son présent ou son avenir, littéraires, scientifiques ou politiques, comme il vous plaira. D’ailleurs, je me propose de faire quelque petite chose sur Smyrne. Autrement, qu’est-ce que le fleuve Mélès, par exemple, où, dit-on, et on le tient sans doute d’Hérodote, Homère a pris le jour ? Ce n’est qu’un pauvre ruisseau, qui n’a pas certainement beaucoup à s’enorgueillir de ses eaux. (…) je crois que l’imagination des Grecs a trop grossi, a trop embelli les choses ; et je crois qu’il y a beaucoup à rabattre de ce que nous disent de la Grèce ses poètes et ses historiens. À présent du moins, je ne vois que le ciel et la mer qui soient beaux en Grèce. (…)

33Comme vous voyez, à Smyrne nous ne sommes pas aussi riches qu’à Athènes en nouvelles archéologiques ; je vous l’avois bien dit. J’ai pris quelques informations, et j’ai appris qu’un anglais avoit formé une collection de médailles. Ces diables-là sont partout et font commerce de tout ; car celui-ci, m’a-t-on dit, fait aussi commerce de ses médailles : il les vend, m’a-t-on dit. Malgré la répugnance que j’ai pour les Anglais et surtout pour la manière dont celui-ci traite la science, j’ai voulu aller voir ce cabinet de médailles. Malheureusement notre antiquaire-marchand se trouve à la campagne, et il faut attendre qu’il vienne à la ville. Je dois dire qu’on a été très-facile, et qu’on m’a laissé sans peine voir et déchiffrer quelques inscriptions qui se trouvoient sur trois pierres dans la cour de la maison. C’étoit tout des inscriptions assez récentes, et je n’ai pas cru qu’elles valussent la peine de vous être envoyées.

  • 33 Konstantin Oikonomos (1780-1857), philologue et homme d’église grec.

34Il y a encore ici quelques familles qui portent le nom d’Homère, mais d’où sont-elles ? d’où viennent-elles ?
M. Oikonomos, comme vous pouvez voir par les journaux que je vous envoie, est passé ici il y a environ 15 jours33. J’ai eu l’honneur de causer avec lui plus d’une demi-heure. Je lui ai parlé de vous, et il s’en est souvenu avec plaisir. Il m’a prié de ne pas manquer de le rappeler à votre bon souvenir. Il alloit à Constantinople, je pense qu’il repassera bientôt pour revenir à Athènes.

  • 34 Dans sa lettre datée de Smyrne, 29 juin 1843, Jules Blancard écrivaitþà Hase : « Pour le Grec, je n (...)
  • 35 Il s’agit d’une traduction d’Héliodore en grec moderne (voir la lettre de Jules Blancard à Hase dat (...)

35Je pense qu’il sera bientôt temps que je vous parle de mon Papas, de M. Benedetto34. Je vous envoie son ouvrage35, sans vous en rien dire ; vous êtes plus capable d’en juger que personne. Quant à son voyage en France, je crois encore que ce seroit réellement un service à la science, mais surtout à Smyrne. S’il alloit un peu se civiliser chez nous, il pourroit faire ici beaucoup plus de bien qu’il n’en fait, soit à cause des idées qu’il prendroit en Europe, soit à cause de l’illusion qui est toujours attachée à ces sortes de voyages. Ici, c’est un homme nécessaire ; c’est le seul prédicateur qu’aient les Grecs à Smyrne. Plus tard, je crois bien qu’il rendroit à la France ce qu’elle lui donneroit. D’autant qu’elle ne lui donneroit rien du tout : lui-même, il feroit les frais de son voyage ; seulement, en France, il ne faudroit pas qu’il dépensât toujours. Je crois qu’il vous seroit facile de l’occuper à quelques travaux sur le Grec. Au reste, je ne veux plus vous en rien dire, bien sûr que vous ne négligerez rien de votre côté.

(…)

Maintenant, si vous voulez bien me le permettre, je vous dirai un mot de la manière dont je vis à Smyrne. Le même jour que j’entrai chez M. Benedetto, je me mis à travailler. Depuis, tous les jours, je me lève de bon matin, et je ne sors pas de tout le jour ; le soir, à peine, avec quelques-uns de mes amis, je vais faire une petite promenade. Comme il me tarde de revenir en France, que je n’aime pas à faire les choses à-demi, et que je compte entièrement sur vous, j’ai à peu près résolu de ne donner aucune leçon. J’écorcherai ma pauvre mère, mais il le faut : je lui ai dit que je ne voulois rien faire, et qu’elle voulût m’envoyer de l’argent. Pauvre mère ! Oh ! je ne perdrai pas le temps, allez. Je travaille, c’est incroyable ! Le matin, à 5 heures, je commence à me mettre à lire. À 8 heures, je vais à l’école de M. Benedetto comme un petit enfant ; je cause avec les enfants, j’écris avec les enfants, j’explique la leçon avec les enfants ; tout cela, jusqu’à midi. Je rentre ensuite, et je travaille toujours jusqu’à 7 heures du soir et souvent plus. Tous les ouvrages de M. Benedetto sont à ma disposition. Voyez si je perds le temps. Vous allez croire peut-être que je suis devenu très-fort en Grec ; je trouve cependant que je vais bien lentement, quoiqu’on paroisse s’étonner de mes progrès. Moi, qui croyois pouvoir parler le Grec après un mois de séjour ici. C’est que c’est long cela que l’étude des langues. Je croyois pouvoir vous écrire quelque chose en Grec, mais je n’ose pas encore ; et cependant pour le Grec Ancien, pour les explications (si je les donne en Français), les plus forts élèves me croient plus fort qu’eux. C’est décourageant !

(…)

Votre élève, qui saura toujours ce qu’il vous doit.
Blancard Jules
Smyrne, le 28 Août 1843.

9 – Jules Blancard à Charles-Benoît Hase
Smyrne, 14 mars 1844
36

  • 36 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108). Dans ses lettres précédentes, J (...)

36(…)

Le voyage de Janina me sourit infiniment ; je pourrai faire, je crois, d’excellentes études sur la Grèce : à la porte du Péloponnèse, j’y ferai pendant les vacances des excursions qui ne seront pas sans utilité. Je ne vous cacherai pas, Monsieur, que l’étude du Turc m’épouvante, soit à cause de ses difficultés propres, soit surtout parce qu’elle est tout-à-fait en dehors de toutes mes études passées. Je ne pensai nullement au Turc, lorsque je pensai à l’Orient. J’avois étudié le Grec, et je voulois voir la tribune où avoit parlé Démosthène, le défilé où avoit combattu Léonidas et les écoles où avoient enseigné Aristote et Platon ; je voulois voir cette terre classique de la science et des arts, cette terre mère de tout ce qui est beau ; je voulois voir ce que m’en diroient des ruines et les descendants dégénérés de ce peuple de Dieux ; je voulois voir enfin ce qu’il y a pour eux dans l’avenir. Mais pour les Turcs, ces vrais fléaux de Dieu, ces torrents dévastateurs, qui n’ont eu de force que pour détruire, ne seroit-ce qu’en haine du mal qu’ils ont fait à la terre, je n’y avois jamais songé. Après, je voulois rentrer en France et consacrer ma vie entière au professorat, vie de dévouement et de peu d’avenir, si vous voulez, mais qui ne manque pas d’attraits pour moi : la vie paisible et retirée du savant seroit celle que je préfèrerois à toutes ; il y a trop de passion chez les vivants, et les morts ne disputent jamais avec l’antiquaire. Cependant soyez tranquille, je ferai ce que vous voulez : de 3 heures du matin à 10 heures du soir on peut faire bien des choses, et vous savez que le travail ne m’a jamais fait peur ; mais, de grâce, ne me séparez pas entièrement du Grec.

(…)

10 – Alexandre Rizo Rhangabé à Charles Benoît Hase
Athènes, 27 avril 1846
37

  • 37 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108). Sur RR, voir plus haut.
  • 38 Il s’agit probablement de Charles Alexandre (1797-1870), hélléniste, inspecteur général à partir de (...)
  • 39 En 1837, Alexandre Rizo Rhangabé avait publié un recueil de Poésies diverses.

37Athènes, le 15 (27) Avril, 1846.

Monsieur
Je profite du retour de M. Alexandre38 pour me rappeler à votre bon souvenir. À votre passage à Athénes vous nous avez donné bien peu de jours, mais vous vivez parmi nous par vos travaux littéraires. Vous vous intéressez à notre littérature naissante ; s’en occuper dans son état de faiblesse et d’obscurité actuelle, lorsque ses produits sont aussi rares qu’insignifians, est un acte de véritable générosité, dont nous vous tenons compte, et dont je tiens à vous exprimer ma part de reconnaissance. Savoir que vos regards sont fixés sur nous, encourage et soutient nos efforts pour créer une littérature là où il n’y a presque pas encore un public pour la juger, et où elle n’est reçue qu’avec indifférence. Les préocupations matérielles, trop naturelles dans une nation qui vient à peine de reconquérir son existence politique, étouffent encore l’imagination chez nous, et tuent le goût. Mais je crois que la poésie est dans notre atmosphère, dans nos montagnes, dans nos souvenirs ; elle reviendra à nous quand nous aurons le temps de l’invoquer. En attendant j’ose à peine vous prier d’accepter, comme un faible souvenir, le petit livre ci-joint. C’est une bluette éphémere, éclose d’une idée que je tenais à prouver sur l’identité de notre versification avec la versification ancienne, ou, si vous voulez, de la possibilité pour nous de faire usage au moins des vers réguliers des anciens. J’avais developpé ce principe dans quelques pages du 1er volume des poésies que je vous avais donné dans le temps39. J’ai voulu en donner un exemple dans cette petite comédie, dont le titre (tou Kouthroulè ho gamos) est un proverbe signifiant un grand vacarme, un grand désordre. J’ai voulu lui donner, en même temps que le rythme, la forme des comédies d’Aristophane, et je ne me flatte d’y avoir réussi qu’autant qu’on peut reproduire la ressemblance du corps sans l’expression de l’esprit. Je ne reclame pas même votre indulgence pour ce petit rien ; il n’en vaut pas la peine. Tout ce que je reclame avec instence, c’est votre souvenir, et la permission de me dire

votre tout-dévoué
À Rizo Rangabé

Haut de page

Notes

1 Hase Karl Alfred von, Unsre Hauschronik. Geschichte der Familie Hase in vier Jahrhunderten, Leipzig : Breitkopf und Härtel, 1898, p.þ107, traduit par nous.

2 Pour la transcription des lettres en français, l’orthographe originale a été conservée. Les lettres en allemand ont été traduites, et les passages en grec, transcrits orthographiquement (et non phonétiquement). Certains passages des lettres ont été coupés, soit parce qu’ils n’avaient pas de rapport direct avec le philhellénisme, soit pour des raisons de place ; ils sont indiqués par le signe : (…).

3 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108), lettre en allemand. Le répertoire de ce fonds d’archives étant en cours de préparation, les cotes anciennes ne sont plus valables et les nouvelles cotes ne sont pas encore connues. Le nom de l’auteur de la lettre et la date de celle-ci suffisent cependant pour retrouver un manuscrit.

L’auteur de cette lettre est Georg Friedrich Creuzer (1771-1858), professeur de philologie et d’histoire ancienne à Heidelberg. Auteur de la Symbolik und Mythologie der alten Völker, besonders der Griechen (1re édition 1810-1812)traduite en français par Joseph-Daniel Guigniaut, Creuzer avait rencontré Hase et plusieurs hellénistes français lors de son séjour à Paris en 1826.

4 Edgar Quinet (1803-1875) se trouvait à Heidelberg depuis 1826, où il poursuivait ses études, notamment auprès de Friedrich Creuzer. Il s’apprêtait à rentrer en France, avant de s’ambarquer pour la Grèce avec les autres membres de l’Expédition scientifique de Morée, dont il avait été l’un des premiers et des plus fervents instigateurs. Sur l’Expédition scientifique de Morée, voir notre article dans ce volume, et les indications bibliographiques.

5 Charles-Benoît Hase et Désiré Raoul-Rochette (1790-1854) étaient secrétaires de la Commission centrale de l’Institut de France sous la tutelle de laquelle était placée l’expédition, et qui réunissait des

6 « Certes, Corinthe est heureuse, mais moi je voudrais être Ténéate. » Voir E.L. Leutsch / F.G. Schneidewin (éd.), Corpus paroemiographum graecorum, t. I, Hildesheim, Georg Olms Verlagsbuchhandlung [2. Reprographischer Nachdruck der Ausgabe Göttingen 1839], « Zenobius, Centuria III, 96 », p. 82.

7 Friedrich Creuzer ne partit pas en Morée, mais il contribua à orienter les recherches des membres de l’expédition, comme il l’écrivit dans son autobiographieþ « Je fus moi-même engagé, comme les autres académiciens, à formuler pour les voyageurs douze questions géographiques et archéologiques, que j’ai devant moi écrites en allemand et que j’ai insérées en partie en latin dans la Préface aux Quaestiones genealogicae historicae, de mon ami J.H.Chr. Schubart (Marburg, 1832). » (Creuzer, Friedrich, Aus dem Leben eines alten Professors, p.þ158, cité et traduit dans Quinet Edgar, La Grèce moderne et ses rapports avec l’Antiquité suivie du Journal de Voyage (inédit), éd. Aeschimann Willy, Tucoo-Chala Jean, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p.þXL).

8 Hase, alors 1er employé à la Bibliothèque Royale, serait bientôt – le 27 février 1829 – nommé conservateur adjoint (Foucaud Jean-François, La Bibliothèque royale sous la Monarchie de Juillet (1830-1848), Paris : Bibliothèque Nationale, 1978, p.þ181) ; il avait déjà publié ses éditions de Léon Diacre (1819) et de Jean le Lydien (1823). Quant à Friedrich Creuzer, il s’apprêtait à publier son édition des œuvres complètes de Plotin (Plotini opera omnia, 3 vol. , Oxford, 1835).

9 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108), lettre en allemand. Le philologue Friedrich Jacobs (1764-1847) était alors bibliothécaire et directeur du Cabinet des médailles à Gotha (1810-1847). Il édita les œuvres d’Elien (1832) et collabora à la refonte du Thesaurus Linguae Graecae d’Henri Estienne.

10 Les résultats des recherches furent publiés dans Blouet A., Ravoisié A., Poirot A., Trézel F., de Gournay F., Expédition scientifique de Morée, Paris, 1831-1838. Le manque de cohésion de l’équipe et les différents litiges qui s’ensuivirent retardèrent la publication de la partie archéologique, et, à notre connaissance, aucune traduction allemande ne vit le jour. þ

11 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108). Georges Théocharopoulos, homme de lettres grec (de Patras) émigré à Paris, était l’auteur d’une grammaire grecque, d’un grammaire française traduite en grec moderne et de divers ouvrages pédagogiques (Marquis Queux de Saint Hilaire, Notice sur M. Brunet de Presle. Extrait de l’Annuaire de l’association pour l’encouragement des études grecques en France. Année 1875, Paris, Georges Chamerot, 1875, p.þ11). Il était lié à Hase, qui l’aida à trouver du travail, notamment comme professeur de grec chez le Prince Dolgorouki. Il était aussi en contact avec Wladimir Brunet de Presle (à qui il avait donné des cours de grec moderne) et avec Félix Désiré Dehèque, deux élèves de Hase à l’Ecole des langues orientales (voir les lettres de Théocharopoulos à Hase datées du 28 novembre 1827 et du 8 juillet 1831).

12 Suit une liste de donateurs avec le montant de leurs dons. Sont nommés : la Duchesse de Vicence, Hase, le Comte Al. de Laborde, Letronne, Mablin, Villemain, le Marquis de Praslin, Pierre David (ancien consul général à Smyrne), le Général Lafayette, Alex. Bénard, Andrieux, Népomucène Lemercier, Madame de Fontenelle, le Baron B. Delessert, Cuvier, Royer-Collard, Lacretelle, Casimir Delavigne, le Comte de Cessac, le Comte de Tracy, Brifaut, le Baron Dacier, le Marquis de Patoret, Soumet.

13 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108). Auguste Lagarde, fils du président du Consistoire d’Orléans, avant demandé à Hase des conseils pour apprendre le grec moderne (voir sa lettre à Hase du 14 avril 1828). Membre de la Brigade topographique française à Nauplie, il amorça des recherches d’archéologie et d’histoire du peuple grec, mentionnés pour la première fois dans sa lettre à Hase du 17 septembre 1830. Revenu en France, il s’adressa à Hase pour que ses travaux soient adjoints aux publications de la section d’archéologie de l’Expédition de Morée (25 juin 1832). Ce dernier le soutint dans son projet de partir faire des recherches dans le Levant (2 juin 1837, 27 octobre 1837). Lagarde se mit en route en 1838 mais malade, il décéda à Toulon le 7 juin (voir le faire-part de décès qui se trouve dans les papiers de Hase).

14 Il s’agit probablement de F. Ferd. Fenger, pasteur danois qui fut à la tête de la société missionnaire danoise et dont Emil Francke traduisit en allemand la Geschichte der Trankebarschen Mission (Grimma, 1845).

15 Legh Richmond (1772-1827), prédicateur, missionnaire et écrivain anglais, s’était rendu dans les îles ioniennes en 1820. Voir H.C.G. Matthew / Brian Harrison (éd.), Oxford Dictionary of National Biography, Oxford-New York, 2004, vol. 46, art. « Richmond, Legh »).

16 Il s’agit probablement de Jakovos Rizos Néroulos (1778-1850), écrivain et homme politique grec, alors Ministre de l’Intérieur en Grèce.

17 Pectorþavait fait partie de l’Expédition scientifique de Morée comme médecin et zoologiste, mais il semble bien s’être occupé aussi d’archéologie (voir Quinet Edgar, op. cit. ainsi que les lettres de Pector à Hase du 6 mai 1830, du colonel Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent à Hase du 13 avril 1830, et de Léon Jean Joseph Dubois à Hase du 17 juille 1830).

18 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108), lettre en allemand. Sur Karl Theodor Kind (1799-1868) et sa correspondance avec Hase, voir notre article dans le présent volume.

19 « Recevoir les éloges d’un homme dont on fait l’éloge n’est pas le dernier, mais bien le plus grand des éloges. »

20 Konstantin Oikonomos (1780-1857), philologue et homme d’église grec.

21 Claude Fauriel, Chants populaires de la Grèce moderne…, 2 t., Paris, Firmin Didot, 1824-1825. En 1834, Theodor Kind avait déjà publié Neugriechische Volkslieder im Originale und mit deutscher Übersetzung, nebst Sach- und Worteklärungen [Eunomia 3], Grimma, Carl Friedrich Göschen Beyer, 1827, et Tragodia tès neas Hellados. Neugriechische Poesien, Leipzig, Dyk, 1833. Les chants populaires qu’il recueillit par la suite furent publiés notamment dans son ouvrage Mnemosynon. Neugriechische Volkslieder in den Originalen und mit deutscher Übersetzung, Leipzig, Fritzsche, 1849.

22 Ces ouvrages parurent en effet peu de temps après : Neugriechische Chrestomathie. Mit grammatischen Erläuterungen und einem Wörterbuche. Prosa und Poesien herausgegeben von Theodor Kind, Leipzig, Baumgärtner, 1835 ; Alexandros Soutsos, Panorama tès Hellados è syllogè poikilôn poièmatiôn. Mit grammatischen Erklärungen und einem Wörterbuche herausgegeben von Theodor Kind, Leipzig, Weber, 1835.

23 Tragodia tès neas Hellados. Neugriechische Poesiien, Leipzig, Dyk, 1833. Cet ouvrage s’ouvre sur une dédicace « aux Grecs », qui les encourage à poursuivre leurs efforts en vue d’une renaissance nationale.

24 Johann Michael Heilmaier, Ueber die Entstehung der romaischen Sprache unter dem Einflusse fremder Zungen. Ein Beitrag zum vergleichenden Sprachstudium, Aschaffenburg, J. Wailandt’s Wittib und Sohn, 1834.

25 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108). Alexandre Rizo Rhangabé (1810-1892), archéologue et diplomate grec, avait fait ses études à Munich, puis servi comme officier dans l’armée bavaroise. À la date de cette lettre, il était Conseiller au Ministère de l’Instruction publique de Grèce (1832-41). Il serait plus tard Directeur de l’imprimerie royale (1841), Conseiller au Ministère de l’Intérieur (1842), professeur d’archéologie à l’Université d’Athènes (1845).

26 Cette lettre est accompagnée d’un imprimé daté d’Athènes, 23 juin / 5 juillet 1837, par lequel les signataires, « J. Rizo, président » et « A. Rizo Rhangabé, secrétaire », prient leur correspondant d’accepter d’être membre honoraire de la Société archéologique nouvellement créée.

27 C.-B. Hase se trouvait alors à Athènes. Sur son voyage en Grèce, voir notre article dans le présent volume, ainsi que, ci-dessous, la lettre n° 7.

28 Sur J. Rizo et A. Lagarde, voir plus haut, la lettre n° 4.

29 Bibliothèque Nationale de France, Nouvelles acquisitions françaises 22860, 42. L’helléniste Emmanuel Miller (1810-1886), qui avait suivi les cours de Hase à l’École des langues orientales et y serait professeur à partir de 1875, était alors en poste au département des manuscrits de la Bibliothèque royale.

30 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108). Jules Blancard, élève de Hase à l’École des langues orientales, lui écrivit le 8 janvier, le 10 janvier et le 9 février 1843 afin de lui faire part de son désir « d’aller en Orient », le prier de faire jouer son « influence » en sa faveur et l’informer de la progression de ses démarches. Le 19 juin 1843, il lui écrivit d’Athènes pour lui transmettre des nouvelles archéologiques et politiques. Nous retrouvons Blancard à Smyrne le 29 juin 1843, où il resta jusqu’en 1844 (sa première lettre de Janina est datée du 2 mai 1844). Il revint en France en 1846 (voir sa lettre datée de Paris, 16 juin 1846), mais repartit bientôt pour Athènes : grâce à la recommandation de Hase, il fut en effet nommé secrétaire-interprète de l’Ecole Française d’Athènes sur sa recommandation (voir Sophie Basch, Le Mirage grec. La Grèce moderne devant l’opinion française depuis la création de l’Ecole d’Athènes jusqu’à la guerre civile grecque (1846-1946), Paris-Athènes, Hatier-Kauffmann (coll. Confluences), 1995, p.þ50 ; Georges Radet, L’histoire et l’œuvre de l’École Française d’Athènes, Paris, Albert Fontemoing, 1901, p.þ42-44).

31 Dans sa lettre suivante (Smyrne, 18 septembre 1843), Jules Blancard rectifie son erreur : « J’ai confondu dernièrement la Vénus de Cnide avec la Vénus de Cos, mais cela ne fait que confirmer ce que je disois. »

32 Dans sa lettre daté de Smyrne, 14 mars 1844, Jules Blancard indiquait à Hase : « mon petit envoi hellénique étoit pour M. Henri Mérimée, mon bien cher condisciple [à l’École des langues orientales] ; et non pour M. Prosper Mérimée ».

33 Konstantin Oikonomos (1780-1857), philologue et homme d’église grec.

34 Dans sa lettre datée de Smyrne, 29 juin 1843, Jules Blancard écrivaitþà Hase : « Pour le Grec, je ne crois pas mal être tombé. M. Benedetto, le Papas chez qui je suis, passe pour un des meilleurs hellénistes de l’Orient ; il passoit pour le meilleur professeur de Grec à Constantinople, et il est sans contredit le meilleur à Smyrne. À Athènes, bien sûr, on pourroit en être jaloux. Infatigable au travail, passionné pour tout ce qui est science, et ne manquant pas des plus heureuses dispositions intellectuelles ; il est malheureux qu’il se trouve dans un pays tout-à-fait dépourvu de ressources. (…) Quelle bonne acquisition ce seroit pour la France, si nous pouvions l’attirer d’une manière ou d’une autre ! (…) Voulez-vous que nous tentions quelque chose ? »

35 Il s’agit d’une traduction d’Héliodore en grec moderne (voir la lettre de Jules Blancard à Hase datée de Smyrne, 29 juin 1843).

36 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108). Dans ses lettres précédentes, Jules Blancard avait déjà mentionné ce projet d’étudier le turc, pour se demander s’il ne pourrait pas l’apprendre aussi bien à Athènes (lettres d’Athènes, 19 juin 1843 et de Smyrne, 29 juin 1843).

37 Goethe-und-Schiller-Archiv, Weimar, fonds Karl Benedikt Hase (108). Sur RR, voir plus haut.

38 Il s’agit probablement de Charles Alexandre (1797-1870), hélléniste, inspecteur général à partir de 1840.

39 En 1837, Alexandre Rizo Rhangabé avait publié un recueil de Poésies diverses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Maufroy, « Correspondances philhellènes », Revue germanique internationale, 1-2 | 2005, 219-234.

Référence électronique

Sandrine Maufroy, « Correspondances philhellènes », Revue germanique internationale [En ligne], 1-2 | 2005, mis en ligne le 20 octobre 2008, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/90 ; DOI : 10.4000/rgi.90

Haut de page

Auteur

Sandrine Maufroy

Allocataire de recherche à l’Université de Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org