Navigation – Plan du site

Présentation

Myriam Bienenstock
p. 5-10

Texte intégral

1Surtout utilisé aujourd’hui dans le contexte de la réception et de la discussion de l’œuvre de Freud, le terme de Trieb, diversement traduit en français par « pulsion », « tendance », ou même « instinct », a en allemand une histoire bien plus ancienne. Un tournant décisif dans cette histoire peut être décelé pendant la seconde moitié du xviiie siècle et les premières décennies du xixe siècle : encore communément utilisé dans des sens très variés, le terme acquiert alors un sens précis, et même technique, dans le vocabulaire de la psychologie, ou encore de l’anthropologie, alors rattachées à la philosophie. Si certains auteurs l’utilisent uniquement dans leur description de la nature organique, d’autres l’étendent aux êtres humains. D’autres enfin — le philosophe Fichte, tout particulièrement — le placent au fondement même de leur système. Le terme reçoit un sens moral — mais certains, déjà, opposent à la « tendance » éthique une autre pulsion, aveugle et obscure, comme le fera Freud beaucoup plus tard, dans la conception d’une pulsion de vie, opposée à une pulsion de mort (Lebens-und Todestrieb). De plus en plus utilisé, dans des sens et des contextes qui demeurent très différents, ce concept joua un rôle fondateur dans l’élaboration au xixe siècle des sciences humaines, dénommées alors « sciences de l’esprit » (Geisteswissenschaften).

2Les articles présentés dans ce recueil ont pour but d’éclairer cette période mouvementée, mais riche d’enseignements, dans la longue histoire du terme de Trieb. Le mot est d’origine germanique, mais il servit souvent de traduction à des vocables d’origine étrangère : on l’utilisa pour rendre en allemand les notions latines d’appetitus, d’impetus, d’instinctus — ou encore, de façon privilégiée, la notion de nisus — nisus formativus, traduite en allemand par l’expression de Bildungstrieb. À l’époque qui nous intéresse, le terme servit également de traduction à des notions d’origine anglaise ou française : celle d’instinct, par exemple, utilisée au xviiie siècle par Shaftesbury, ou encore par Rousseau ; et celle de « penchant », ou de « principe », dans l’usage qu’en avait fait Rousseau lorsque, dans son Second Discours, il avait évoqué le « principe de perfectibilité ». Ces origines diverses rendent sans doute compte, du moins en partie, des difficultés que nous éprouvons aujourd’hui à retraduire en français, ou d’ailleurs en anglais, le terme allemand. Mais les « difficultés » sont bien évidemment beaucoup plus, et bien autre chose que des difficultés, des obstacles à surmonter dans une tâche de traduction conçue comme simple technique. Elles trahissent des transformations, des glissements, ou encore des confluences de sens, décisifs pour l’avenir de la langue et de la pensée allemandes. Elles mettent aussi en évidence, dans le cas qui nous intéresse comme dans bien d’autres, les échanges, les transferts culturels qui se produisirent d’un pays à un autre — de la France à l’Allemagne et de l’Allemagne à la France, par exemple. Lorsque, dans ce recueil, nous nous interrogeons sur les raisons d’un choix de traduction, ou encore sur la plus ou moins grande « adéquation » de tel ou tel terme français à la notion allemande, ce sont aussi, toujours, ces transferts qu’il s’agit de mettre en évidence.

  • 1  J. Ritter et k. Gründer (éd.), Historisches Wörterbuch der Philosophie, Basel, Schwabe, 1971 et s. (...)
  • 2  Ci-dessous, p. 216.
  • 3  Cf. ci-dessous, p. 212 et s.

3La démarche adoptée ici — celle de 1’« histoire des concepts », ou Begriffsgeschichte — n’a plus, aujourd’hui, à faire ses preuves. En Allemagne, elle a donné naissance à des travaux importants : on pensera en particulier au Historisches Wörterbuch der Philosophie de Ritter/Gründer, l’une des premières sources auxquelles ont recours les germanistes, tant historiens que philosophes1. Dans ce Dictionnaire, l’article consacré au Trieb est divisé en deux parties bien distinctes, la première historique et générale, la seconde portant sur la notion de Trieb en psychologie et psychanalyse — c’est-à-dire chez Freud : cela voudrait-il dire que, pour les auteurs du Dictionnaire, l’usage du terme de Trieb par Freud n’aurait rien à voir avec l’usage qui en fut fait tout au long du xixe siècle, dans la langue commune comme d’ailleurs dans celle des philosophes ou des savants ? « Freud s’éloigne-t-il du concept philosophique de Trieb ? » Même si la période choisie comme objet d’étude dans ce recueil — la fin du xviiie siècle et le tout début du xixe siècle — est bien antérieure à celle de Freud, la question devait être posée. Elle l’est ici par Monique David-Ménard, philosophe et psychanalyste : dans l’article instructif et novateur qu’elle consacre à cette question, Monique David-Ménard examine non pas seulement ce que Freud dit explicitement de son rapport aux philosophes, mais aussi, et surtout, le concept même qu’il élabore, dans sa nouveauté — et sa portée philosophique : « Il vaut la peine, dit-elle, d’être attentif à la manière dont Freud redevient soudain philosophe ou convoque la poésie romantique, alors qu’il se pose d’ordinaire comme un savant qui rompt, par ses inventions conceptuelles, avec ces deux traditions de pensée qui appartiennent à sa culture... »2 Il vaut la peine, en effet, de s’interroger sur ces traditions de pensée. Dans son article, Monique David-Ménard s’interroge d’ailleurs non pas seulement sur la dette que Freud pourrait avoir envers des traditions philosophiques allemandes comme celle de l’idéalisme allemand, mais aussi sur le rapport de Freud à d’autres traditions et d’autres philosophies, comme, par exemple, la philosophie de Spinoza : de la constatation que, dans certains de ses textes, « Freud emploie tour à tour le langage énergétique et le langage des représentations », ne peut-on conclure qu’il est très proche de la thèse célèbre de l’Éthique — « L’ordre et l’enchaînement des idées est le même que l’ordre et l’enchaînement des choses » ?3 Quel est, en vérité, le rapport entre le conatus spinoziste et le Trieb freudien ?

  • 4  « Spinoza est le point cardinal de la philosophie moderne : ou le spinozisme, ou pas de philosophi (...)
  • 5  Ci-dessous, p. 158 et s.
  • 6  Sur ce rôle, on consultera toujours avec profit l’ouvrage de Xavier Léon, Fichte et son temps, en (...)
  • 7  Ci-dessous, p. 70.
  • 8  Ci-dessous, p. 222.

4La question ne nous éloigne pas aussi loin que nous pourrions le croire de l’idéalisme allemand, car Spinoza fut — rappelons-le — l’une des figures tutélaires du mouvement4. Jean-Marie Vaysse a donc de bonnes raisons d’affirmer, dans « Dynamique et subjectivité selon Fichte », que le projet de ce philosophe idéaliste consista essentiellement à réintégrer, « en partant du primat kantien de l’agir, les acquis spinozistes, à savoir la problématique de l’inconscient et du pulsionnel... »5. La façon dont Jean-Marie Vaysse comprend ici la notion fichtéenne de Trieb — un terme qu’il traduit par « pulsion », ou même « dispositif pulsionnel » — est fascinante, et mérite d’être examinée avec beaucoup d’attention. Elle suscitera certainement de nombreuses discussions, liées, justement, à la question de savoir ce qu’il faut entendre, chez Fichte, par la notion de Trieb — et comment le terme devrait être traduit, ou retraduit dans une langue latine comme le français. — Que, dans notre recueil, la question du Trieb soit posée en tout premier lieu à propos de Fichte n’est en tout cas pas un hasard, compte tenu de la place centrale occupée à l’époque par cet auteur. Non seulement Fichte eut un rôle décisif dans l’élaboration et le développement des grands systèmes philosophiques idéalistes (ceux de Schelling et de Hegel), mais il servit aussi de source d’inspiration à un grand nombre d’écrivains et d’hommes de lettres : on sait que, pour toute la génération romantique — pour des auteurs comme Friedrich Schlegel, ou encore Novalis — il fut un véritable maître à penser6. L’article de Gideon Stiening témoigne de cette importance que revêtit alors la pensée de Fichte : plaçant au centre même de son enquête Hölderlin et son grand roman, Hyperion, Gideon Stiening dresse un panorama passionnant des discussions qui se déroulaient alors, sous l’égide de Fichte — mais aussi de Schiller, et de ses Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme -, à propos des « tendances » de l’homme, et de leur statut. Pour bien comprendre la signification et la portée de ces discussions, il faut en effet tenir compte non pas seulement des théories philosophiques alors reconnues, mais aussi de toute la vie intellectuelle et artistique de l’époque : celle-là même qui s’épanouit au tournant du xixe siècle à Iéna, haut lieu du premier romantisme allemand. Le bel article de Clémence Couturier-Heinrich fait ressortir, à partir d’un exemple précis, la nouveauté de ce mouvement : Clémence Couturier montre que l’idée d’une « instinctivité originelle du rythme » élaborée par l’aîné des Schlegel, August Wilhelm, « contribue à fonder la théorie littéraire du premier romantisme en opposition à la poétique traditionnelle »7. Pierre Pénisson met quant à lui l’accent sur le rapport entre l’évolution des idées en Allemagne, tout particulièrement chez Herder, et la pensée française : il montre que « la critique herdérienne des pensées françaises de l’énergie, ou du culte allemand du génie, retrouve les arguments du Premier Discours de Rousseau »8. Examinant la contribution britannique à la terminologie philosophique allemande, Norbert Waszek renforce ces résultats lorsqu’il établit que le terme de Geselligkeitstrieb ou « tendance à la sociabilité », élaboré en allemand par Garve, renvoie à Ferguson — mais aussi à Rousseau, qui l’avait rejeté dans son Second Discours. Par sa prolifique activité de traducteur, Garve joua un grand rôle dans la constitution, en allemand, de tout un vocabulaire : celui-là même qui devait être utilisé par la suite dans les sciences sociales modernes. Les philosophes, qui souvent méprisèrent ce représentant par excellence de la Popularphilosophie, le lurent néanmoins beaucoup ; et Waszek ouvre une piste de recherche, et de réflexion, potentiellement très fructueuse lorsqu’il suggère, tout à la fin de son article, que « ce n’est peut-être pas seulement de Fichte que Hegel s’inspira, mais aussi de Ferguson et de Garve... ».

  • 9  C. Cesa, « Der Begriff « Trieb » in den Frühschriften von J. G. Fichte (1792-1794) », in C. Cesa e (...)
  • 10  Ci-dessous, p. 132.
  • 11  Ci-dessous, p. 147.

5Cela ne saurait remettre en question le rôle majeur joué, à l’époque, par Fichte — et par sa philosophie — une philosophie dont la signification et la portée furent souvent déformées, pour bien des raisons. C’est à juste titre que, dans un article important (publié en 1993) sur « Le concept de « Trieb » dans les premiers écrits de Fichte (1792-1794) », Claudio Cesa demandait déjà que l’on prêtât davantage attention au philosophe Fichte, aux moments « techniques » de sa pensée — et à son vocabulaire : un vocabulaire dans lequel la notion de Trieb ne se confond nullement avec celle de Streben ou « aspiration », comme le présupposèrent certains de ses commentateurs et interprètes, plus intéressés par sa réception chez les Romantiques que par sa propre philosophie. « En aliénant Fichte de son contexte, et en le confrontant à d’autres grands penseurs, Platon et Spinoza, par exemple, soulignait encore Cesa, on ne le chargea que trop souvent de problèmes qui n’avaient été que partiellement les siens. Ceux qui l’avaient occupé directement tombèrent ainsi aisément dans l’oubli... »9 Plusieurs des articles consacrés ici à Fichte, et en tout premier lieu l’article de Claudio Cesa lui-même, ont précisément pour objet de replacer Fichte dans son contexte, et d’identifier par là les questions précises qui le préoccupèrent. Dans « Sensibilité et conscience. Remarques sur la théorie des Triebe chez Fichte » — la suite très attendue du premier essai, rédigée spécialement pour notre recueil — Claudio Cesa montre ainsi que Fichte ne cessa jamais, jusqu’à ses tout derniers travaux, de réélaborer sa présentation du « système des tendances » (System der Triebe), en lesquels il voyait « la structure porteuse d’une vitalité instinctive qui conduit à la vie véritable, la vie de l’esprit »10. — Mais, demandera-t-on, quelle est, dans cette structure, la place réservée à la morale ? A cette question, essentielle, que pose Jean-François Goubet dans son article érudit sur « L’impératif catégorique fichtéen comme tendance et décision », Luca Fonnesu semble bien faire écho lorsque, tout à la fin de son propre article, il note que « le côté éthique de l’anthropologie fichtéenne reste insuffisamment élucidé... »11 À cette anthropologie, il consacre pourtant lui-même de très belles pages, dans lesquelles il met en évidence le rapport étroit de Fichte à la philosophie de l’Aufklärung.

  • 12  Ci-dessous, p. 24.
  • 13  Le texte parut en 1780, et en 1781 comme publication autonome ; puis il eut de très nombreuses réé (...)
  • 14  Ci-dessous, p. 12.

6Et c’est bien dans ce cadre, celui de l’Aufklärung, qu’il convient de replacer la réflexion qui se développe alors sur la notion de Trieb : dans son excellent article sur « Trieb, Antrieb, Triebfeder dans la philosophie morale prékantienne », Stefanie Buchenau fait accomplir un pas en avant à la recherche en ce domaine — en vérité, un réel progrès — en dénonçant le « préjugé » selon lequel « le Trieb proviendrait de la science de la nature », les auteurs de l’idéalisme procédant ensuite « à une extension et à une transposition du sens d’origine à la sphère morale »12. La thèse communément répandue consiste en effet à affirmer que le concept de Trieb, tel qu’il fut utilisé à l’époque, doit être rapporté d’abord et avant tout à la notion de Bildungstrieb, et à l’usage qu’avait fait de cette notion Johann Friedrich Blumenbach dans un texte publié pour la première fois en 1780 sur le nisus formativus — ou tendance formative : « Ueber den Bildungstrieb und das Zeugungsgeschäfte. »13 Buchenau montre pourtant que la notion de Trieb émergea plutôt « dans le contexte d’une anthropologie, entendue dans le sens large que le mot revêtait avant Kant, < alors que > la distinction kantienne entre perspective anthropologique et perspective morale n’est pas encore de mise »14. Plusieurs des études réunies dans ce volume — celles de Fonnesu et de Stiening, mais aussi de Jean-Paul Paccioni, qui s’interroge sur l’indétermination du concept chez Kant lui-même — confirment cette ligne d’interprétation, dont Ludwig Siep donne pour sa part une rétrospective magistrale dans « La systématique de l’esprit pratique chez Wolff, Kant, Fichte et Hegel ». Deux articles abordent enfin la question difficile, curieusement peu explorée aujourd’hui encore, du Trieb dans le corpus hégélien : dans « Inquiétude, désir et volonté de la loi dans la Phénoménologie de l’esprit », André Stanguennec offre une très séduisante interprétation de certains passages clés de la Phénoménologie de l’esprit : l’« inquiétude du Soi » thématisée dans la Préface de ce livre comme la « modalité proprement spirituelle de la pulsion » serait, selon les Principes de la philosophie du droit, au principe même des États modernes ; et c’est en eux qu’elle obtiendrait satisfaction. Rossella Bonito Oliva soumet l’œuvre majeure de Hegel, l’Encyclopédie des sciences philosophiques, à un examen scrupuleux ; faisant ressortir la continuité, mais aussi le saut qualitatif qui se produit, selon Hegel, dans le passage de la pulsion animale à la tendance spirituelle, de la nature à l’esprit. Y a-t-il continuité, ou au contraire rupture entre cette conception du Trieb que nous avons héritée de l’idéalisme allemand, et la conception freudienne ? — La question reste posée, le lecteur jugera.

7À l’origine de ce volume se trouve un Colloque qui eut lieu à l’Université François-Rabelais (Tours) les 2 et 3 novembre 2000, sous les auspices de l’équipe d’accueil « Histoire des représentations » (Université de Tours) et du cerphi, le Centre d’études en rhétorique, philosophie et histoire des idées de l’ens à Fontenay — Saint-Cloud (maintenant, Lyon). Qu’il me soit permis de remercier ici Jean-Jacques Tatin, responsable de l’équipe de Tours, et Pierre-François Moreau, du cerphi, pour leur aide, morale et financière, lors de cette première manifestation. Qu’il me soit permis de remercier également Michel Espagne pour le soutien amical et constant qu’il apporta au projet lui-même, dont ce volume représente un premier aboutissement.

Haut de page

Notes

1  J. Ritter et k. Gründer (éd.), Historisches Wörterbuch der Philosophie, Basel, Schwabe, 1971 et s., 11 vol. parus jusqu’à présent. Sur Trieb, cf. le volume 10, 1483-1492.

2  Ci-dessous, p. 216.

3  Cf. ci-dessous, p. 212 et s.

4  « Spinoza est le point cardinal de la philosophie moderne : ou le spinozisme, ou pas de philosophie... » (G. W. F. Hegel, Leçons sur l’histoire de la philosophie, trad. par P. Garniron, t. 6, Paris, Vrin, 1985, p. 1453). Cf. aussi, tout récemment, la somme publiée sous le titre de Spinoza im Deutschland des achtzehnten Jahrhunderts, éd. par E. Schürmann, N. Waszek et F. Weinreich, Stuttgart, Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 2002.

5  Ci-dessous, p. 158 et s.

6  Sur ce rôle, on consultera toujours avec profit l’ouvrage de Xavier Léon, Fichte et son temps, en 2 vol. , Paris, Colin, 1922-1924. Cf. aussi Roger Ayrault, La genèse du romantisme allemand, en 4 vol. , Paris, Aubier, 1961.

7  Ci-dessous, p. 70.

8  Ci-dessous, p. 222.

9  C. Cesa, « Der Begriff « Trieb » in den Frühschriften von J. G. Fichte (1792-1794) », in C. Cesa et N. Hinske (éd.), avec la collaboration de S. Carboncini, Kant und sein Jahrhundert. Gedenkschrift für G. Tonelli, Frankfurt am Main, Lang, 1993, p. 165-186, ici p. 165 et s.

10  Ci-dessous, p. 132.

11  Ci-dessous, p. 147.

12  Ci-dessous, p. 24.

13  Le texte parut en 1780, et en 1781 comme publication autonome ; puis il eut de très nombreuses rééditions et traductions, dont une réédition, souvent citée, datant de 1789. Sur « Nisus », cf. l’article de R. Specht dans le Historisches Wörterbuch der Philosophie, 6, p. 858-866.

14  Ci-dessous, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Bienenstock, « Présentation », Revue germanique internationale, 18 | 2002, 5-10.

Référence électronique

Myriam Bienenstock, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 18 | 2002, mis en ligne le 29 juillet 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/902

Haut de page

Auteur

Myriam Bienenstock

Coordinatrice de ce numéro, est professeur de philosophie à l’Université François-Rabelais de Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org