Navigation – Plan du site

Trieb et énergie chez Herder

Pierre Pénisson
p. 45-52

Résumés

Herder s’inspire à la fois de la philosophie leibnizienne de la force, de la théorie d’Albrecht von Haller sur l’excitabilité (Reizbarkeit) et des pensées françaises de l’énergie, que l’on trouve aussi chez Sulzer à Berlin et James Harris en Angleterre, et d’une autre façon chez Hamann que commentera Hegel. Mais le Trieb est plus qu’une concentration de force, et la critique herdérienne des pensées françaises de l’énergie ou du culte allemand du génie retrouve les arguments du premier discours de Rousseau. Le Trieb est chez Herder une détermination de la force. Il évolue dans le même champ sémantique que celui que lexicalise le dictionnaire d’Adelung. Le Trieb se situerait entre des forces imperceptibles antérieures (excitabilité de Haller et d’une certaine manière les petites perceptions leibniziennes) et dans un tout global. On retrouve cette disposition dans les études sur la Plastique, dans la formation du langage, dans le mouvement de l’histoire, comme perte de centre de gravité et rééquilibration par les Triebe de chaqué nouvelle configuration historique, mais aussi dans l’art, celui de Shakespeare, ou dans la religion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  J. G. Sulzer, Allgemeine Theorie der schönen Künste, Leipzig, 1786-1787, p. 48 à 53.
  • 2  Paris, PUF, 1988, thèse soutenue en 1985.
  • 3  Qui n’est en aucun cas celui développé en 1934 par Kurt Wais dans son Das antiphilosophische Weltb (...)
  • 4  Michel Delon, op. cit., p. 518.

1Johann Georg Sulzer publie en 1765 De l’énergie dans les Beaux- Arts. L’académicien berlinois bilingue appelle « énergie » en français ce qu’il appelle « Kraft » en allemand. Et la Allgemeine Theorie der schönen Künste de 1786 définira une « ästhetische Kraft »1. Entre les deux langues et les deux concepts il y a une intense circulation. La thèse de Michel Delon, L’idée d’énergie au tournant des lumières (1770-1820)2, en démêle tout le réseau, où il fait nécessairement intervenir aussi l’energy chez les auteurs anglais, tout particulièrement dans le Hermes de James Harris, que Herder a beaucoup lu. Le travail de Michel Delon prend pour objet central la France et peut-être avant tout la littérature. Un des non moindres résultats de cette investigation est de retrouver, en un sens nouveau3, l’idée d’un « Sturm-und-Drang » français4. On est alors aussitôt enclin à formuler la proposition inverse : le Sturm-und-Drang c’est l’énergie – ou l’énergétisme – allemand.

  • 5  Voir le commentaire de la catégorie de Kraft dans la Metakritik : Gesine Leonore Schiewer, Cogniti (...)
  • 6  Wahrheiten aus Leibniz, in Herder, Werke, Hanser, Münich, 1987, t. II, p. 32-48.
  • 7  Voir Myriam Bienenstock (éd.), Herder, Dieu. Quelques entretiens, Paris, PUF, 1996, p. 10.
  • 8  Outre le grand travail de H. B. Nisbet, Herder and the Philosophy and History of Sciences, Cambrid (...)
  • 9  Comme en témoignent les éditions récentes des œuvres, soit par W. Pross, aux Éd. Han-ser, ou M. Bo (...)

2Et c’est bien dans une telle situation que l’œuvre de Herder peut prendre tout son sens. C’est, d’une certaine manière, entre Sulzer et Harris et dans une concurrence avec Diderot qu’il se place. La force – Kraft –qui est assurément chez lui un concept déterminant, et même une catégorie5 à opposer à celles de la table kantienne, trouve indéniablement ses racines dans Leibniz, et ceci dès les notes de 17696. Cela signifie sans doute aucun qu’alors Herder est plus leibnizien que spinoziste7, mais nullement, cependant, que la pensée herdérienne soit une philosophie leibnizienne, car sa compréhension de la force est nourrie des productions de son époque, et notamment, en effet, de cette idée d’énergie « au tournant des Lumières ». Reste que, sans être du tout ignorant de la science physique de son temps8, Herder n’abandonne pas le concept préscientifique de force et rejette sous l’accusation de « mécanisme » ce qui relève d’une statique. S’il est vrai que le concept de Trieb est fondateur dans la philosophie de Fichte, Herder n’anticipe pas cette fondation et ne la prépare pas. Sa pensée de la force, ou de l’énergie, travaille plutôt des éléments anciens. C’est au demeurant un des acquis de la recherche récente d’avoir montré à quel point la production herdérienne se nourrit de toute une culture, voire d’épistémés différentes, bien antérieures à l’époque qui lui est contemporaine9.

  • 10  Voir l’édition des œuvres de Herder chez Hanser, t. I, note p. 815.
  • 11  Voire un « intensivisme », suivant l’heureuse expression de Jean Deprun commentée par M. Delon, op (...)
  • 12  « Energie lebendiger individueller Gegenwart », dans le grand essai de Hegel, Hamanns Schriften (J (...)
  • 13  Hegel, Les écrits de Hamann, Paris, Aubier, 1981, p. 15
  • 14  Ibid., p. 107.

3C’est dans cette perspective que le terme Energie, allemand cette fois-ci, prend son sens. Dans le Journal de Voyage, en 1769, Herder utilise le terme de Sprachenergie, qui renvoie directement à la formule du Hermes de Harris : « Speech or Discourse is a publishing of some Energy or Motion of his soul »10. Cette énergie se comprend alors comme une concentration, ou une intensification11. C’est précisément cette intensité énergique que Hegel saura déceler dans l’œuvre de Hamann, dont le génie aura été de parvenir à être « L’énergie d’un présent individuel vivant. »12 Jacques Colette, le traducteur et commentateur de ce texte, y voit des « résonances nettement husserliennes »13. Quoi qu’il en soit, c’est bien l’intensité « énergique » de Hamann qui semble fasciner l’auteur de la Phénoménologie de l’Esprit, laquelle — ou synonymement la science – fait cela même que l’énergie hamanienne refuse de faire : « Il a simplement présenté le "poing fermé", et pour la suite, à savoir la seule chose méritoire du point de vue de la science, il a laissé au lecteur le soin de déplier une main ouverte. »14

  • 15  Dieu, trad. citée, p. 71.
  • 16  Voir, par exemple, Michael Friedmann, Kant and the exact sciences, Cambridge, 1992.
  • 17  Johan H, Zammito, « Die Ursprünge des deutschen Idealismus », in Marion Heinz, Herder und die Phil (...)
  • 18  Hans Adler, « Ästhetische und anästhetische Wissenschaft. Kant Herder-Kritik als Dokument moderner (...)
  • 19  Voir M. Bollacher dans son édition des Ideen, Deutscher Klassiker Verlag, n. p. 960

4Est-ce dès lors dans un rapport à la science — au « développement » et aux acquis des sciences positives contemporaines – que se situe la conception herdérienne de l’énergie ? Certainement, l’obstacle que Herder trouve dans Spinoza serait sa conception encore trop cartésienne de la matière comme étendue. Le deuxième entretien sur Dieu, après avoir évoqué « les formes quasi poétiques des monades » et Boscovic, nomme une chimie moderne des forces substantielles, ou énergie : « Quelle variété d’énergies, des énergies d’attraction, de liaison, de dissolution et de répulsion ; la chimie moderne n’a-t-elle pas déjà trouvée dans tous les corps. Avant que l’on découvrît la force magnétique, avant que l’on découvrît la force électrique, qui en aurait supposé l’existence dans les corps ? (...) Spinoza (...) ne put pas connaître l’énorme avancée de la science, qui aurait enrichi son système aussi. »15 Les travaux, notamment de H. E. Boedeker, ont montré l’importance du vitalisme ou celle de l’animisme de Stahl dans la culture contemporaine de Herder, c’est-à-dire aussi, ce qu’une trop rapide histoire des idées néglige le plus souvent, la singularité et l’originalité de Kant16. Dans quelle mesure les « espèces voltigeantes » que sont par exemple les énergies électriques et magnétiques représentent les « toutes dernières nouveautés de la théorie des sciences de la nature »17, ou dans quelle mesure n’a-t-on pas ici l’exemple d’un obstacle épistémologique non dépassé qui eût réjoui Bachelard ? Dans la concurrence de paradigmes entre Herder et Kant18, il n’est pas sûr que les « forces » ou les « énergies » comme genre s’appliquant à diverses espèces ou régions de sciences soient les mieux opératoires. Dans la culture française, notamment celle du Journal de Trévoux et de Bergier, et avec lui de tous les « anti-philosophes », l’énergie sera considérée comme « la nouvelle qualité occulte des philosophes, suspects toujours de matérialisme ». Ce n’est donc pas sans raison que l’on a pu écrire que Herder occupe une position moyenne entre Leibniz et les matérialistes19.

  • 20  Simon Richter, « Medizinischer und ästhetischer Diskurs im 18. Jahrhundert : Herder u. Haller über (...)
  • 21  Vom Erkennen und Empfinden in der menschlichen Seele.
  • 22  Voir l’introduction à la traduction de la Plastique de Herder, Plastica, Giorgia Maragliano, Asthe (...)
  • 23  P. 73, « Das Resultat der Reize wird Trieb, das Resultat der Empfindungen Gedanke ; ein ewiger For (...)
  • 24  Vom Erkennen und Empfinden, Ed. Hanser, t. II p. 457.

5Mais parmi ses généralités parfois improbables, il y a cependant peut-être une source précise et régulière, à savoir la Reizbarkeit, l’excitabilité telle que Albrecht Haller l’avait travaillée20. Elle est tout particulièrement présente dans Savoir et sentir, de 177521, qui fait corps avec l’ensemble des textes et péritextes de la Plastique où se déploie la pensée d’une « autopoésis »22 soucieuse de trouver une dynamique, sensible ou esthétique, apte à dépasser toute cette statique et tout ce « mécanisme » à quoi succombent les contemporains, les Français en premier chef. Les excitations, comme les plus petites unités du mouvement, indiscernables ou imperceptibles, non sans ressemblances marquantes avec les petites perceptions leibniziennes, ont un « résultat » qui est précisément le Trieb. « Le résultat des excitations est le Trieb, le résultat des sensations, des pensées : éternel progrès de la création organique. »23 Ainsi, le Trieb est une unité résultant d’un divers qui la précède, actuellement ou essentiellement insaisissable, il est difficile d’en décider. « De la sensibilité des plantes nous ne savons rien, du « phenomenon » du « Trieb » du mouvement dans la pierre, moins encore. »24

  • 25  Johann Christoph Adelung, Versuch eines vollständigen grammatisch-kritischen Wörterbuchs der Hochd (...)

6Sans doute faut-il noter que la sémantique de Trieb, telle qu’on la trouve chez Herder, est celle qui est encore lexicalisée par Adelung25. Sous l’entrée Trieb, on trouve en particulier :

1. Les jeunes pousses d’un arbre ou d’une plante, dont la semence ou la plante a poussé depuis peu.

2. L’action de rabattre un troupeau, mais aussi le rabattage dans la chasse, ou encore le recul d’un fusil.

3. Se mettre en mouvement, en branle.

4. La détermination de la force d’une créature vivante. Une détermination de la force active qui ne vient pas de notre souhait. Si cela s’exprime sans connaissance claire, cela s’appelle un instinct, un Trieb naturel. Avoir un Trieb pour le sommeil, etc. Un Trieb, un penchant (Neigung) naturel au bonheur nous mène (treibt) tous, comme la finalité de nos vœux. Dans toute cette signification, le Trieb est déterminé par quelque chose d’inconnu qui détermine toute notre force agissante à l’action. Le penchant est une détermination de cette volonté, et le Trieb une détermination de la force (nous soulignons). On confond souvent les deux, surtout lorsque le vouloir ou la volonté sont vus comme une force agissante, d’où s’explique aussi que Trieb doit signifier une détermination plus forte que le penchant.

  • 26  Jean Laplanche et J.-B. Pontalis, sous la dir. de Daniel Lagache, Vocabulaire de la psychanalyse, (...)
  • 27  Voir les travaux de Claude Goldstein, notamment : « Maîtrise de la pulsion ou maîtrise par la puls (...)

7Ce faisant, Adelung se montre manifestement plus proche d’une acception d’une part sociale (pâturage et chasse) et d’autre part naturelle (un instinct plus ou moins maîtrisé) que du concept fichtéen fondateur. Dans le champ sémantique ainsi dessiné par Adelung, on pourrait s’aventurer à dire que Herder, par le détour de l’énergie, se sert autant qu’il le peut de l’excitabilité de Haller et détermine le Trieb comme un moment, à la fois un élément particulier de la force et à la fois un « résultat » de forces. Le Trieb dynamise ce qui, dans l’instinct, ne serait qu’une donnée brute, statique, de la nature. C’est à tout le moins le même état de langue que chez Adelung, celui du Trieb comme une pousse ou plutôt une poussée — celle des plantes en sève montante, celle de la poussée du fusil, du rabattage de la chasse. Lorsque les traducteurs de Freud se demandèrent comment rendre la différence entre instinct et pulsion et la richesse sémantique de l’allemand Trieb que le français « pulsion » ne rendrait pas26, ou qu’il faudrait parfois rendre par « poussée constante »27, ils semblaient viser un sens qui appartient bien à la tradition représentée par Adelung.

  • 28  Traité sur l’origine de la langue, Paris, Aubier Montaigne, 1978, p. 71.
  • 29  Nous traduisons : « La langue, justement celle du balbutiement et de l’interjection, est donc déjà (...)

8Si le corpus des textes qui forment la Plastique de Herder vise à penser les différentiations esthétiques d’une force sensible depuis un solidum premier jusqu’aux esthétiques des différents beaux-arts, le Traité sur l’origine de la langue, de 1772, travaille précisément la distinction entre Instinct et Trieb. Rappelons-la brièvement. L’animal est prisonnier de la sphère étroite de ses instincts, avec des opérations ou ce que l’éthologie actuelle appelerait des « montages ». « Avec l’homme la scène change du tout au tout. » « Quelle langue l’homme a-t-il aussi instinctivement que n’importe quelle espèce animale ? Aucune. Il devient à lui-même la fin et le but de son travail. » Ce ne sont plus des Triebe distincts, mais une « Disposition » : « Que l’on soit leibnizien ou lockien, Search ou Knowall, idéaliste ou matérialiste, il faut accorder ceci : un caractère unique de l’homme, qui ne réside en rien autre chose que cette disposition. »28 S’il en est ainsi, on peut écrire, avec Ulrich Gaier, que les Naturtriebe ne se retrouvent qu’après-coup, non plus nature donnée et déterminante, mais matériau d’élaboration (Bearbeitung)29.

  • 30  Le Rousseau de la Première rêverie ; voir sur ce point les analyses de M. Delon, op. cit., chapitr (...)
  • 31  Goerges Poulet, Mélanges R. A Leigh, Oxford, Voltaire Foundation, 1992, p. 39.
  • 32  Une autre philosophie de l’histoire, trad. Max Rouché, Paris, Aubier Montaigne, 1941, notamment p. (...)
  • 33  « Gut hat auch die gute Mutter gesorgt. Sie legte Anlagen zu der Mannigfaltigkeit ins Herz », p. 1 (...)
  • 34  « Raisonnement zu unvorsichtig, zu Unnütz verbreitet - obs nicht Neigung, Trieb, Thätig-keit zu le (...)
  • 35  « Licht unendlich erhöht und ausgebreitet : wenn Neigung, Trieb zu leben ungleich geschwächet ist  (...)

9Ainsi, le Trieb est plus et autre chose qu’une énergie concentrée. Il y a chez Herder, largement à son insu, une resssemblance certaine de sa critique de l’«  énervement » contemporain avec celle de Rousseau. Ce n’est pas qu’il s’agisse chez Herder de pratiquer la « douceur de l’existence »30 et de vivre selon ce que Georges Poulet nommait fort justement « le déroulement sans hâte d’un adagio », en réalité absent de la pensée herdérienne31, mais la virulente critique du « mécanisme » des Lumières, dans Une autre philosophie de l’histoire de 1774, peut être sans peine mise en parallèle avec celle du Discours sur les sciences et les arts de 1750. Chez Herder, les temps patriarcaux, ceux en somme qui sont antérieurs aux « sciences et aux arts », sont décrits comme ceux des penchants – Neigungen32 –, et la nature comme ce qui donne une « disposition à la diversité »33, les lumières annihilent les Triebe par une mécanique, qui est foncièrement abstraction antinaturelle. « La ratiocination trop imprudemment et inutilement répandue, ne peut-elle pas affaiblir le penchant, le Trieb, l’activité de vivre ? »34 En dégageant le résultat de cette mécanique, il apparaît ceci : « La lumière est infiniment exaltée et diffusée, alors que le penchant et le Trieb pour vivre est extrêmement affaibli. »35 L’énervement comme perte de force ou perte de diversité par mécanisme suscite, comme chez Rousseau, une sévère critique des artifices, français en premier chef, de la « galanterie » et du luxe – Üppigkeit.

  • 36  . Ibid.
  • 37  Vom Erkennen und Empfinden in der menschlichen Seele, Ed. Hanser, Munich, 1987, notamment p. 716 s (...)

10Mais l’énervement est aussi une mauvaise concentration de force, celle-là même qui caractérise le culte du génie singulier comme séquelle du Sturm-und-Drang. La version de 17736 de Connaître et sentir dans l’âme humaine renferme à cet égard une critique sans complaisance pour le culte du génie. S’il peut et doit y avoir des génies comme « caractère », c’est-à-dire comme une quantité et une mesure du sentiment et de la connaissance, c’est bien davantage une pathologie que la psychologie de Janet appellera monomaniaque ou « idée fixe » qu’il y a lieu de décrire dans le culte du génie37.

  • 38  Voir par exemple P. Pénisson, Introduction à la traduction de « De la manière et de l’art allemand (...)
  • 39  Hegel, Phénoménologie de l’esprit, traduction Jean Hyppolite, Paris, Aubier Montaigne, p. 41, ou d (...)
  • 40  Myriam Bienenstock, Politique du jeune Hegel. Iéna 1801-1806, Paris, PUF, 1992, p. 198 sq.

11Au-delà de l’énergie, de la concentration et d’une résultante de forces imperceptibles parmi une force globale, ce qui sans doute caractérise le Trieb herdérien, c’est son rôle rythmique et régulateur au sein de la totalité. On a maintes fois noté la continuité de la pensée herdérienne, et ici aussi sans doute goethéenne, des écrits sur Shakespeare et sur Spinoza38. Il ne s’agit alors aucunement d’un substantialisme figé, mais bien plutôt d’une totalité panique. D’un certain point de vue, certes bien éloigné du philosophe de la dialectique et du travail du négatif, Herder aussi pourrait écrire que « le vrai est le délire bacchique dont il n’est aucun membre qui ne soit ivre »39. Or, précisément, la critique hégélienne porte sur l’insuffisance du concept herdérien de Lebenskraft40. Certainement, le meilleur de Herder ne se trouve pas dans la détermination de concepts philosophiques rigoureux, mais il se peut que Trieb règle un mouvement dans la totalité, dans l’art ou dans l’histoire.

  • 41  Une autre philosophie, trad. citée, p. 196.
  • 42  Voir le passage fameux sur la compensation, trad. Rouché, p. 188, et l’ouvrage classique de Jean S (...)
  • 43  « Fehlte es dir also auch an nichts, als an Zeit, an Gelegenheit, deine Anlagen zum Morgenländer, (...)
  • 44  Le passage central sur ce point se trouve p. 182.
  • 45  . Id., p. 196.

12Dans le pamphlet de 1774, davantage sans doute que dans les longs développements des Lettres sur l’humanité, le Trieb, très exactement peut-être, scande le passage à une nouvelle production dans la diversité. Par exemple dans l’avènement du Nord, « Norden wars », il est rappporté que « si les besoins des hommes du Nord sont plus rudes que dans la serre (Treibhaus) chaude, les petites sociétés sont plus sauvages et dispersées ; mais alors les liens humains étaient encore puissants, le Trieb humain et la force en abondance »41. En ce sens, le Trieb, résultat de forces, voire physiologiquement d’«  excitabilités » antérieures, régule un changement parmi une force globale et en permet le déplacement, faute de quoi il n’y a pas histoire mais permanente compensation ou incessante révolution42. Ainsi c’est le Trieb qui rend réalisable le changement historique et du reste Herder le décrit en employant pour la première fois peut-être le terme d’empathie – Einfühlung – « Même si à toi aussi rien ne manquait, sinon l’époque, l’occasion pour transformer tes dispositions à devenir un Oriental, un Grec, un Romain en pratique et en Trieb solides – quel abîme ! Il n’est question que de Trieb et de pratique. »43 Pour qu’il y ait histoire, il faut assurément que la félicité – à titre d’équilibre ou moment de forces — puisse voir déplacé son « centre de gravité »44, exemplairement lors de 1’« inondation » du Sud par le Nord45, mais il faut alors qu’il y ait des Triebe divers propres à reformer un nouvel équilibre, par nature précaire et instable.

  • 46  Diderot, Œuvres, Éd. Club français du livre, t. XII, p. 1076.
  • 47  Herder étant en ce sens tout à fait un antiquaire ou érudit comme Varron, tel que le décrit Claude (...)
  • 48  Herder, « De l’art et de la manière allemands : Shakespeare », Les études philosophiques, 1998, n° (...)

13Mais c’est peut-être dans l’art que se réalise au mieux la pluralité rythmique fournie par le Trieb. L’énergie français était « intensivisme », désir de concentration et de vertige et de vitesse. « Plus j’écris vite, mieux j’écris », proclamait Diderot46, la vitesse d’écriture étant au reste tout à fait une caractéristique de la production herdérienne. Seulement, on ne peut en aucune façon faire prévaloir la seule vitesse comme valeur « énergétique » ou morale du progrès. Le philosophe de l’histoire est tout au contraire celui qui sauve l’histoire, et la mémoire de ce qui la menace toujours47. Par le Trieb, la force n’est pas linéaire, mais selon le lent et le rapide. Ainsi, pour Shakespeare : « Comme il fait se succéder les époques rapidement et lentement. »48

  • 49  « L’homme atteste de la réflexion lorsque la force de son âme agit assez librement pour, si j’ose (...)
  • 50  « Sa scène apparaît, telle une mer d’événements, où les vagues grondent dans les vagues. Les appar (...)
  • 51  « Et lorsque, cet océan nordique de peuples avec toutes ses vagues s’ébranla, les vagues poussèren (...)
  • 52  « Nous sommes environnés de toute-puissance, et nous naviguons dans un océan de toute-puissance », (...)
  • 53  On remarquera que si Leibniz exemplifie d’abord les petites perceptions par le « moulin ou la chut (...)

14La métaphorique de prédilection qu’on trouve sous la plume de Herder est celle des vagues marines. Qu’il s’agisse du langage49, de Shakespeare50, de la chute de Rome51, de Dieu52, tout est « vagues contre vagues », émergence depuis l’imperceptible, qu’on peut décidément rapprocher des petites perceptions leibniziennes53 dans un tout panique ou bachique.

  • 54  Une autre philosophie, trad. citée, p. 191.

15Pour indiquer le mouvement de l’histoire, Herder a recours à la théorie du pendule. Il dit de ce dernier qu’il « bat toujours avec la même force, soit que son amplitude maxima lui donne une plus grande vitesse, soit que lors de son oscillation la plus lente il se rapproche du repos »54. L’algorithme du mouvement pendulaire n’est pas compris dans sa rigueur. Tout se passe ici comme si les concepts physico-mathématiques, ou leur importation métaphorique, étaient impropres à rendre compte d’une réalité que Trieb peut nommer, comme régulateur entre l’excitabilité de Haller et une totalité, en somme océanique et panique, dans laquelle seule il fait sens.

Haut de page

Notes

1  J. G. Sulzer, Allgemeine Theorie der schönen Künste, Leipzig, 1786-1787, p. 48 à 53.

2  Paris, PUF, 1988, thèse soutenue en 1985.

3  Qui n’est en aucun cas celui développé en 1934 par Kurt Wais dans son Das antiphilosophische Weltbild des französischen Sturm-und-Drang, 1760-1789, Berlin

4  Michel Delon, op. cit., p. 518.

5  Voir le commentaire de la catégorie de Kraft dans la Metakritik : Gesine Leonore Schiewer, Cognitio symbolica, Tübingen, Niemeyer, 1996, p. 60-65. Et l’ouvrage qui reste de référence : Monika B. Dreike, « Herders Naturauffassung in ihrer Beeinflussung durch Leibniz », Studia Leibnitiana, Supplementi, n° 10.

6  Wahrheiten aus Leibniz, in Herder, Werke, Hanser, Münich, 1987, t. II, p. 32-48.

7  Voir Myriam Bienenstock (éd.), Herder, Dieu. Quelques entretiens, Paris, PUF, 1996, p. 10.

8  Outre le grand travail de H. B. Nisbet, Herder and the Philosophy and History of Sciences, Cambridge, 1970, voir l’article de Walter D. Wetzeis, « Herders Organismusbegriff und Newtons Allgemeine Mechanik », in G. Sauder, Johanna Gottfried Herder, ¡744-1803, Studien zum achtzehnten Jahrhundert, Hamburg, Meiner, 1987.

9  Comme en témoignent les éditions récentes des œuvres, soit par W. Pross, aux Éd. Han-ser, ou M. Bollachcr et Ulrich Gaier, au Deutscher Klassiker Verlag.

10  Voir l’édition des œuvres de Herder chez Hanser, t. I, note p. 815.

11  Voire un « intensivisme », suivant l’heureuse expression de Jean Deprun commentée par M. Delon, op. cit., p. 53.

12  « Energie lebendiger individueller Gegenwart », dans le grand essai de Hegel, Hamanns Schriften (Jahrbücher für wissenschaftliche Kritik, 1828).

13  Hegel, Les écrits de Hamann, Paris, Aubier, 1981, p. 15

14  Ibid., p. 107.

15  Dieu, trad. citée, p. 71.

16  Voir, par exemple, Michael Friedmann, Kant and the exact sciences, Cambridge, 1992.

17  Johan H, Zammito, « Die Ursprünge des deutschen Idealismus », in Marion Heinz, Herder und die Philosophie des deutschen Idealismus, Fichte Studien, Supplementa, Amsterdam, Atlanta, 1997, p. 132 sq.

18  Hans Adler, « Ästhetische und anästhetische Wissenschaft. Kant Herder-Kritik als Dokument moderner Paradigmenkonkurrenz », Deutsche Vierteljahresschrift für Literaturwissenschaften und Geistesgeschichte, 1994, n° 68, p. 66-76 ; et Helmut Müller-Sievers, Self-generation, Biology, philosophy, and literature around 1800, Stanford, Stanford Univ. Press, 1997.

19  Voir M. Bollacher dans son édition des Ideen, Deutscher Klassiker Verlag, n. p. 960

20  Simon Richter, « Medizinischer und ästhetischer Diskurs im 18. Jahrhundert : Herder u. Haller über Reiz », Lessing Yearbook, 1994, t. 25.

21  Vom Erkennen und Empfinden in der menschlichen Seele.

22  Voir l’introduction à la traduction de la Plastique de Herder, Plastica, Giorgia Maragliano, Asthetica n° 41, Palerme, 1994.

23  P. 73, « Das Resultat der Reize wird Trieb, das Resultat der Empfindungen Gedanke ; ein ewiger Fortgang von organischer Schöpfung ».

24  Vom Erkennen und Empfinden, Ed. Hanser, t. II p. 457.

25  Johann Christoph Adelung, Versuch eines vollständigen grammatisch-kritischen Wörterbuchs der Hochdeutschen Mundart, 5 vol. , Leipzig, 1774-1886.

26  Jean Laplanche et J.-B. Pontalis, sous la dir. de Daniel Lagache, Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, PUF, 1968.

27  Voir les travaux de Claude Goldstein, notamment : « Maîtrise de la pulsion ou maîtrise par la pulsion », Revue française de psychanalyse, 1995, n° 3, et par exemple Jacqueline Schaeffer, Le refus du féminin, Paris, PUF, 1997, p. 17 sq.

28  Traité sur l’origine de la langue, Paris, Aubier Montaigne, 1978, p. 71.

29  Nous traduisons : « La langue, justement celle du balbutiement et de l’interjection, est donc déjà un instrument essentiel pour la maîtrise de la réflexion sur la sensibilité ; cette prise de possession est un procès partant d’un point qui ne fait d’abord s’étendre et agir la "disposition" de la réflexion sur la sensibilité que successivement et peut-être jamais complètement. Une telle langue qui se constitue si largement sur une base sensible et agit en retour sur elle par le contact direct des Naturtriebe de l’auditeur est à titre d’instrument de l’entendement un moyen efficace pour humaniser la sensibilité » (Ulrich Gaier, Herders Sprachphilosophie und Erkenntnniskritik, Stuttgart, Frommann Holzboog, 1988, p. 124 sq.).

30  Le Rousseau de la Première rêverie ; voir sur ce point les analyses de M. Delon, op. cit., chapitre « Le sentiment de l’existence ».

31  Goerges Poulet, Mélanges R. A Leigh, Oxford, Voltaire Foundation, 1992, p. 39.

32  Une autre philosophie de l’histoire, trad. Max Rouché, Paris, Aubier Montaigne, 1941, notamment p. 118.

33  « Gut hat auch die gute Mutter gesorgt. Sie legte Anlagen zu der Mannigfaltigkeit ins Herz », p. 182.

34  « Raisonnement zu unvorsichtig, zu Unnütz verbreitet - obs nicht Neigung, Trieb, Thätig-keit zu leben, schwächen könnte und würklich geschwächt habe ? », trad. Rouché modifiée par nous, p. 248.

35  « Licht unendlich erhöht und ausgebreitet : wenn Neigung, Trieb zu leben ungleich geschwächet ist ! », ibid., p. 250. Rouché traduisait « Trieb zu leben » par « instinct vital ».

36  . Ibid.

37  Vom Erkennen und Empfinden in der menschlichen Seele, Ed. Hanser, Munich, 1987, notamment p. 716 sq.

38  Voir par exemple P. Pénisson, Introduction à la traduction de « De la manière et de l’art allemand. Shakespeare », Études philosophiques, 1998, n° 3.

39  Hegel, Phénoménologie de l’esprit, traduction Jean Hyppolite, Paris, Aubier Montaigne, p. 41, ou dans la trad. de Jean Pierre Lefebvre : « Le vrai est le vertige bacchique, dans lequel il n’est pas un seul membre qui ne soit ivre », Paris, Aubier, p. 57. Voir le commentaire d’Adorno dans Trois études sur Hegel, Paris, Payot, p. 147.

40  Myriam Bienenstock, Politique du jeune Hegel. Iéna 1801-1806, Paris, PUF, 1992, p. 198 sq.

41  Une autre philosophie, trad. citée, p. 196.

42  Voir le passage fameux sur la compensation, trad. Rouché, p. 188, et l’ouvrage classique de Jean Sagelski, L’idée de compensation en France, 1750- ¡850, Lyon, Hermès, 1981.

43  « Fehlte es dir also auch an nichts, als an Zeit, an Gelegenheit, deine Anlagen zum Morgenländer, zum Griechen, zum Römer in Fertigkeiten und gediegne Triebe zu verwandeln - Kluft ! nur von Triebe und Fertigkeiten ist die Rede », Rouché, p. 168.

44  Le passage central sur ce point se trouve p. 182.

45  . Id., p. 196.

46  Diderot, Œuvres, Éd. Club français du livre, t. XII, p. 1076.

47  Herder étant en ce sens tout à fait un antiquaire ou érudit comme Varron, tel que le décrit Claude Moati dans La Raison de Rome, Paris, Le Seuil, 1997, p. 144.

48  Herder, « De l’art et de la manière allemands : Shakespeare », Les études philosophiques, 1998, n° 3, p. 324.

49  « L’homme atteste de la réflexion lorsque la force de son âme agit assez librement pour, si j’ose dire, séparer et arrêter une vague parmi tout l’océan d’impressions bruissant en tous sens... » Sur l’origine de la langue, Paris, Aubier Montaigne, 1978, p. 76.

50  « Sa scène apparaît, telle une mer d’événements, où les vagues grondent dans les vagues. Les apparitions de la nature viennent et se retirent, agissant les unes sur les autres, si disparates qu’elles semblent être ». De l’art et de la manière allemands, op. cit., p. 318.

51  « Et lorsque, cet océan nordique de peuples avec toutes ses vagues s’ébranla, les vagues poussèrent les vagues, les peuples poussèrent d’autres peuples. » Une autre philosophie de l’histoire, trad. citée, p. 197.

52  « Nous sommes environnés de toute-puissance, et nous naviguons dans un océan de toute-puissance », Dieu, trad. citée, p. 72.

53  On remarquera que si Leibniz exemplifie d’abord les petites perceptions par le « moulin ou la chute d’eau », il dit bientôt : « J’ai coutume de me servir de l’exemple du mugissement ou du bruit de la mer, dont on est frappé quand on est au rivage ». Nouveaux essais, dans l’édition de la Monadologie par Emile Boutroux, Paris, Delagrave 1970, p. 211 sq. On notera aussi que dans l’histoire de cette métaphore, de Lucrèce jusqu’à la distinction kantienne du sublime mathématique et du sublime dynamique (Critique de la faculté de juger, § 24-27) Leibniz se situe sur le rivage et Herder parmi l’océan. Cf., bien sûr, Hans Blumenberg, Schiffbruch mit Zuschauer, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1979, et l’article ancien de Benno von Wiese : « Der Philosoph auf dem Schiffe. J. G Herder », Wirkendes Wort, 1953-1954, n° 4.

54  Une autre philosophie, trad. citée, p. 191.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Pénisson, « Trieb et énergie chez Herder », Revue germanique internationale, 18 | 2002, 45-52.

Référence électronique

Pierre Pénisson, « Trieb et énergie chez Herder », Revue germanique internationale [En ligne], 18 | 2002, mis en ligne le 29 juillet 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/906 ; DOI : 10.4000/rgi.906

Haut de page

Auteur

Pierre Pénisson

Professeur au département d’études germaniques à l’Université Paris VIII et chercheur associé au CNRS (UMR 8547)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org