Navigation – Plan du site

Sensibilité et conscience. Remarques sur la théorie des Triebe chez Fichte

Claudio Cesa
p. 121-132

Résumés

Entre la publication des deux premières parties de la Grundlage et la parution du volume dans son intégralité, donc avec la 3e partie consacrée à l’Assise de la science du pratique, presque une année s’écoula. Ce délai fut fatal. Fichte lui-même se plaignit souvent du peu d’attention porté par ses contemporains à la partie pratique de son système. C’était à son avis la source de bien des malentendus, dont celui conduisant à l’accusation selon laquelle il serait hors d’état de concevoir une nature. – L’article se propose de montrer que Fichte n’avait pas tort : dans la perspective de la philosophie transcendantale telle qu’il la concevait, les fonctions présentées dans la partie pratique, le sentiment et surtout les Triebe étaient susceptibles d’expliquer la connaissance sensible, et par là de sortir de l’opposition entre monde sensible et monde intelligible.

Haut de page

Dédicace

À Jacques D’Hondt, en fidèle amitié

Texte intégral

1Il y a presque deux siècles que l’on trace et retrace l’histoire de la philosophie allemande. Les résultats qui semblaient acquis ont été plusieurs fois remis en question, soit par la modification du panorama, idéologique ou théorique, soit par la découverte, et la publication, de textes nouveaux. Dans les premières décennies du siècle à peine écoulé, la publication des Theologische Jugendschriften et des brouillons de jeunesse avait non seulement enrichi la connaissance de la formation intellectuelle de Hegel, mais aussi relancé puissamment l’intérêt pour sa pensée : ces textes ont sollicité une reconsidération parfois radicale de l’image que le xixe siècle nous avait transmise. Et ce furent les publications des cours universitaires berlinois, à partir de 1973, qui contribuèrent à relancer aussi les recherches sur le « dernier » Hegel. On citera également, à côté des travaux des « philologues », les ouvrages des interprètes « philosophes » comme B. Croce, R. Kroner, A. Kojève, G. Lukàcs, pour nommer seulement les plus connus : ces auteurs s’étaient surtout proposé de faire le bilan de ce que la pensée de Hegel avait signifié pour la vie intellectuelle de l’Europe. Le bilan avait déjà été tenté par les hégéliens de gauche, ainsi que par J. E. Erdmann, ou encore par R. Haym, dans les trente années qui suivirent la mort de Hegel. Après plus d’un demi-siècle, en dépit de la nouveauté de l’approche et parfois du langage, la perspective générale n’avait pas beaucoup changé. C’était celle d’un développement qui, à partir de Kant, aurait abouti à Hegel par des étapes intermédiaires, parmi lesquelles Fichte et Schelling. La découverte de la dimension politique de Hegel n’empêchait pas le maintien du schéma que Hegel avait élaboré dans le grand « Vorbegriff » à l’Encyclopédie, et qui avait reçu sa forme classique dans les Leçons d’histoire de la philosophie.

  • 1  Cf. K. G. Köhnke, Entstehung und Aufstieg des Neukantianismus, Frankfurt am Main, Suhr-kamp, 1986, (...)
  • 2  Toutes les données bibliographiques se trouvent chez R. A. Bast, Die Philosophische Biblio-thek. G (...)

2À ce propos, il serait, je crois, inexact de soutenir que l’autorité du nom de Hegel fut suffisante, à elle seule, pour imposer le schéma historique rappelé ci-dessus : nous savons que, après la mort de Hegel, le « retour à Kant » fut invoqué (1832) et presque universellement déclaré quelques années après1. Le philosophe de référence, pendant toute la seconde moitié du xixe siècle, fut Kant, et non Hegel ; et pour ceux qui n’aimaient pas la pensée rationnelle, il y avait Schopenhauer, en attendant Nietzsche. Il faut ajouter que, au début du xxe siècle, il n’y eut pas seulement le démarrage de la nouvelle édition des écrits de Hegel, qui se voulait critique ; il y eut aussi une belle édition de Fichte en 6 volumes, par les soins de F. Medicus, et, en 3 tomes, de Schelling, par les soins de A. Drews2 ; et pour ce qui concerne Fichte, de grands ouvrages parurent : ceux de X. Léon, F. Medicus, E. Hirsch, G. Gurwitsch, M. Wundt, M. Guéroult – des ouvrages sans doute plus remarquables que ceux qui, pendant la même période, furent consacrés à Hegel. Jamais la Fichte-Forschung n’avait connu un essor égal. Celui-ci ne suffit pourtant pas à entamer le modèle historique d’origine hégélienne, peut-être parce qu’il ne fut pas accompagné par l’édition systématique de textes nouveaux. La seule publication importante fut le Briefwechsel (1924-1930). Medicus, Hirsch, Wundt connaissaient la Nova methodo, dans la copie de Halle. Elle ne fut pourtant publiée que dans le volume des Nachgelassene Schriften qui sortit en 1937, et l’atmosphère spirituelle n’était pas propice aux travaux de large envergure.

  • 3  R. Lauth, Descartes’Konzeption des Systems der Philosophie, Stuttgart, Frommann-Holzboog, 1998.
  • 4  M. Ivaldo, Fichte e Leibniz, La comprensione trascendentale della monadologia, Milano, Guerini, 20 (...)

3Le grand mérite de Reinhard Lauth est d’avoir conçu, et en grande partie réalisé le projet d’une édition critique qui peut bien être dite définitive : par son haut niveau philologique, elle est universellement considérée comme un modèle, et elle a suscité un renouveau de perspectives historiques et théoriques qui est en plein épanouissement, et qui semble loin de s’épuiser. Il y a peu d’années, Reinhardt Lauth a proposé une ligne Descartes-Fichte qui élargit considérablement l’espace de la philosophie transcendantale3. Marco Ivaldo a par après étudié le rapport Fichte-Leibniz4 : ces sondages en arrière sont très intéressants, car ils comportent une reconsidération de l’histoire de la philosophie moderne, des connexions entre ses protagonistes, des mots qui ont été employés pour la caractériser.

4La formule « idéalisme pratique » a été courante comme définition de la philosophie de Fichte. Elle semblait être l’expression la plus fidèle de son intention profonde : donner la justification théorique de la possibilité, pour l’homme, d’agir, en liberté et responsabilité, selon les préceptes de la loi morale. La formule, pourtant, n’est pas sans danger, car elle peut donner l’impression que, chez Fichte, le moraliste prime sur le théoricien ; par là même, la « science du pratique » de la Grundlage et, plus généralement, la notion spécifique de « pratique », se trouvaient rabaissées à un rang limité : la méthode largement employée pour interpréter le premier système fichtéen consistait à élucider les principes (surtout le premier) par le secours de l’intuition intellectuelle, c’est-à-dire la Doctrine de la science de 1794 par la Doctrine de la Science de 1797. Le procédé, employé par des fichtéens dont la compétence est incontestable, tirait sa légitimité soit des textes (Fichte parle en fait d’intellektuelle Anschauung avant la Grundlage, non pas seulement après), soit du projet de Fichte, énoncé après la publication de la Grundlage, de laisser tomber la distinction entre partie théorique et partie pratique pour partir d’un principe qui se voulait pratique, et qui aurait englobé le théorique.

5Le programme fut tout de suite mis à exécution, dans un livre – la Sittenlehre – qui est, à mon avis, le plus beau, du point de vue littéraire, parmi les ouvrages de Fichte – et dans les cours universitaires sur la Wissenschqftslehre nova methodo. L’une et l’autre de ces expositions constituent une présentation nouvelle de la « science du pratique », et en donnent des aboutissements apparemment différents : la Sittenlehre conduit à une théorie complète des devoirs, tandis que les considérations finales de la Nova methodo font apercevoir Die Bestimmung des Menschen. On en tire l’impression, finalement, que Fichte était en train de s’aligner, à son corps défendant, sur l’usage du mot « pratique » qui allait s’imposer après Kant, comme synonyme de « moral » ; ce qui impliquait aussi non seulement la distinction entre droit et morale, mais surtout la disjonction entre la morale d’un côté, et l’anthropologie (et la psychologie) de l’autre. Lui-même semblait tomber par là dans le « dualisme » qui fut l’une des cibles polémiques majeures du débat philosophique au xixe siècle.

  • 5  Cf. L. Feuerbach, Manifestes philosophiques, trad. de L. Althusser, Paris, PUF, 1960, p. 197.
  • 6  Cf., par exemple, la lettre à Niethammer, fin 1793 : « Meiner innigen Ueberzeugung nach hat Kant d (...)
  • 7  GA, I, 5, 126.

6Certains se souviendront de la véhémente formule par laquelle Feuerbach, dans le § 55 de ses Principes de la philosophie de l’avenir, proclamait le programme de sa « philosophie nouvelle » : « La philosophie nouvelle fait de l’homme joint à la nature (comme base de l’homme) l’objet unique, universel et suprême de la philosophie, et donc de l’anthropologie jointe à la physiologie la science universelle. »5 Fichte aurait sans doute repoussé avec une véhémence égale l’énoncé de Feuerbach, sans pour autant se reconnaître dans le dessin que Feuerbach avait esquissé de la philosophie allemande. Car, en fait, la disjonction kantienne entre raison pure et raison pratique (que Kant, pour son compte, n’avait pas voulu opposer) avait suscité, dès les débuts, une réaction chez les philosophes mêmes dont Feuerbach stigmatisait le théisme, voire le théologisme ; pour ce qui concerne Fichte, son adhésion chaleureuse à l’esprit de la morale kantienne fut dès le début accompagné de doutes6 sur l’efficacité de sa formulation : comment croire qu’une théorie purement rationnelle pouvait être le moteur (non pas seulement le critère) du choix moral qui, par son essence, concerne l’homme entier ? N’y avait-il pas le danger qu’une éthique formelle fût « vide » ? Fichte le dit expressis verbis dans la Sittenlehre7, mais il s’en était douté très tôt : son premier livre, l’Essai d’une critique de toute révélation, en est le témoignage.

7Ce fut vraisemblablement pour éviter l’impasse sur laquelle, selon une opinion très répandue, semblait déboucher la philosophie critique que Fichte s’efforça de mieux définir les rapports entre la région du sentiment, ou, pour mieux dire, du préconscient, et la manifestation de la liberté. C’est dans ce but qu’il s’engagea dans une méditation intensive sur la connexion du théorique avec le pratique, et qu’il échafauda, en la remaniant plusieurs fois, une théorie des Triebe, ou « tendances ».

  • 8  G. W. F. Hegel, Gesammelte Werke, IV, Hamburg, Meiner, 1968, p. 321-322, 388-389, 402. Cf. Ludwig (...)
  • 9  M. Gueroult, L’évolution et la structure de la Doctrine de la science chez Fichte, Paris, Les Bell (...)

8L’ouvrage qui en donne l’exposition la plus articulée est la Sittenlehre : la constitution progressive du sujet libre est tracée à partir du blinder Trieb et, par des étapes successives, aboutit à la forme la plus élevée des tendances, le Trieb nach Freiheit um der Freiheit willen : à ce point, la tendance a épuisé son rôle, et sa place est prise par la loi, qui est Begriff. Mais la Sittenlehre, je l’ai dit, appartient à la phase de la pensée fichtéenne où la notion de pratique a été partiellement modifiée eu égard à la Grundlage. Et je voudrais insérer ici une constatation : ce fut en utilisant la Sittenlehre comme texte de référence que Hegel exposa et critiqua la notion fichtéenne de pratique dans son petit livre sur la Différence, et dans le grand article « Foi et savoir ». Dans ce dernier, il déplorait que les systèmes les plus récents, de Kant et surtout de Fichte, débordaient toujours dans un « idéalisme formel ou psychologique » (formaler oder psychologischer Idealismus), incapable de reconnaître la réalité du monde sensible. Dans sa Critique du jugement, Kant aurait oublié les catégories, et Fichte se serait comporté de la même façon : dans la partie pratique de la Grundlage, il aurait fait mine de « construire » le « système des choses », mais il aurait seulement donné une analyse de la notion formelle du Sollen ; la nature, aux yeux de Fichte, aurait un caractère seulement phénoménal8. Plusieurs fois, les fichtéens se sont emportés contre ces critiques si radicales et, il faut bien le dire, si expéditives, par lesquelles Fichte, et Kant, étaient renvoyés dos à dos à Locke, et Hume. Il faut concéder que Hegel, à la différence de son camarade Schelling, n’avait jamais nourri aucune sympathie pour Fichte, mais il faut reconnaître aussi que son procédé – l’interprétation du premier principe de la Grundlage par le biais de l’intuition intellectuelle – n’était pas si absurde. Hegel s’était tout simplement représenté la nouvelle exposition de la Wis-senschaftslehre comme une intégration de la première, et comme une intégration substitutive : la déduction du corps humain, comme « instrument », au lieu de la déduction des fonctions par lesquelles l’objectivité était posée. Les deux lignes de développement n’étaient pas incompatibles, mais n’étaient pas non plus identiques : on a le droit de reprocher à Hegel d’avoir fait une « contaminatio », mais ce fut ce que firent même des interprètes qui de Fichte avaient une connaissance parfaite (Gueroult) et qui, par ailleurs, optaient pour Fichte contre Hegel (Pareyson)9.

  • 10  Ultima Inquirenda. J. G. Fichtes letzte Bearbeitungen der Wissenschaftslehre, hrsg. von R. Lauth, (...)

9Je n’oserais pas aborder encore une fois la question des phases de la pensée de Fichte : la question a beaucoup fait discuter, mais aujourd’hui elle n’est peut-être pas aussi capitale que nous l’avons longtemps réputée être. Si je ne me trompe pas trop, la connaissance de presque tous les écrits que Fichte a laissés nous conduit à considérer avec plus d’attention qu’auparavant la persistance de thèmes et de connexions thématiques qui, sur la base d’une conception simplement évolutive de sa pensée, n’auraient plus de raison de subsister. Fichte, dans sa recherche, ne s’est jamais apaisé : le journal des derniers mois de sa vie, tout récemment publié par Reinhard Lauth, est un témoignage extraordinaire de sa disposition à remettre en cause ce qui semblait acquis, et aussi à récupérer ce qu’il avait apparemment laissé tomber10.

  • 11  Cf. l’article « Nisus » de R. Specht, Historisches Wörterbuch der Philosophie, IV, Col. 859-866, e (...)
  • 12  Cf. F. Fabbianelli, Impulsi e libertà. « Psicologia » e « trascendentale » nella filosofia pratica (...)
  • 13  Je me permets de renvoyer à mon article « Der Begriff ‘Trieb’in den Frühschriften von J. G. Fichte (...)

10Les vicissitudes du Trieb sont, de ce point de vue, exemplaires. Le mot, avant Fichte, était très répandu, avec deux acceptions fondamentales, l’une physiologique ou, mieux, biologique11, l’autre anthropologique12. Dans cette dernière signification, il avait été employé par Herder, par Feder, par Platner. Reinhold l’avait adopté pour sa théorie de la faculté représentative et en avait fait un mot clé de son remodelage, qui se voulait unitaire, de la philosophie critique. Reinhold est, selon toute vraisemblance, la source directe de Fichte13, qui pourtant, surtout dans la partie pratique de la Grundlage, fait de cette « fonction » un usage bien plus « technique » : c’est par le Trieb, dans ses différentes formes, qu’il expose ce que j’oserais appeler les catégories du pratique, c’est-à-dire les actions par lesquelles le moi construit le monde physique. Dans la Sittenlehre, je l’ai dit, le Trieb accompagne le passage du physique au moral. Après, la fréquence du mot se fait moindre ; mais il réapparaît, avec un rôle central, dans la dernière période – jusque dans l’un des derniers écrits que Fichte publia de son vivant, à savoir la Wissenschaftslehre in ihrem allgemeinen Umrisse (1810).

  • 14  Presque tous les interprètes s’accordent pour dire que la méthode de la Wissenschaftslehre fait ab (...)
  • 15  Ces déclarations ont longtemps perduré, surtout dans les premières décennies du xxe siècle, à part (...)

11Dans la littérature secondaire, le Trieb n’a pas reçu toute l’attention que sa fréquence sous la plume de Fichte et son rôle catégoriel semblaient devoir lui assigner. Cela est d’autant plus étonnant que le mot fut aussi employé par Hegel, dans la philosophie de l’esprit subjectif et dans la théorie du concept de la Science de la logique. Indiquer le pourquoi d’une omission est une entreprise hasardeuse, surtout parce qu’il n’existe presque jamais de motivation unique. J’oserais avancer l’hypothèse que, si le Trieb fut négligé, ce fut en principe parce que des concepts dont l’origine était empirique avaient de la peine à s’intégrer dans une philosophie qui se voulait pure14. Les thèmes dont l’anthropologie s’était occupée ne pouvaient pourtant pas être écartés, ni ses concepts être oubliés. Tout particulièrement dans les zones frontières (les fonctions sensibles, la faculté de désirer, la philosophie de l’histoire), la persistance de formes mentales de cette origine était inévitable, surtout parce que ces dernières s’adaptaient bien à la nouvelle mentalité qui, repoussant la logique formelle, ou lui assignant un rôle simplement propédeutique, s’engageait à mettre en lumière l’activité de l’esprit, sa « spontanéité ». Il y avait ici, bien entendu, un héritage leibnizien, qui fut individué par les historiens : ainsi, le Streben de Fichte fut assimilé à la « force » (Kraft), rapproché des tendances irrationalistes de la Deutsche Bewegung ou, carrément, des « romantiques »15 ; et le Trieb fut interprété comme l’expression du caractère le plus intime du Streben : une tendance qui ne pouvait jamais se faire activité. On éprouve quelques difficultés à se soustraire aux riches suggestions qui surgissent de ces rapprochements – mais il faut le faire, pour ne pas retomber dans le schéma d’un Fichte, moraliste velléitaire.

  • 16  « Es wird also fast klar, dass dieser Theil der Philosophie noch nicht der eigentliche mora-lisch- (...)
  • 17  GA, I, 2, 416.

12Le propos de Fichte était de déduire les fonctions agissantes dans l’esprit (il dit Gemüt, mais aussi Geist) avant que la conscience se soit faite évidente, ou transparente, à elle-même. Ces fonctions ne sont pas, par essence, différentes de celles de la conscience qui se connaît. Elles sont tout autant des fonctions du « pratique », du pratique comme sinnlich-praktisch, et non pas encore comme moralisch-praktisch, selon une formule que Fichte employa au commencement de ses réflexions sur le thème16. S’il s’en était arrêté là, on aurait pu avancer la thèse selon laquelle il se proposait de tracer une anthropologie transcendantale. C’est une hypothèse que j’avais faite il y a quelques années. Je crois aujourd’hui que le programme fichtéen était de plus large envergure : il s’agissait de remplacer la métaphysique, comme prétendue science des choses en soi, par l’exhibition de la « réalité originaire »17.

  • 18  GA, I, 2, 362-363, Phil., p. 103.
  • 19  GA, I, 2, 365. Cf. A. Bugliani, La storia della coscienza in Fichte, Milano, Guerini, 1998 (« Fich (...)
  • 20  GA, I, 2, 406.
  • 21  « Schweben », la traduction allemande de « fluctuatio », « fluctuatio animi », « affectus qui orit (...)

13Il est nécessaire, ici, de résumer rapidement les passages finaux du grand § 4 de la Grundlage, pour passer après à la science du pratique. Comme point de départ, je citerai deux passages qui témoignent du propos de Fichte, de donner une science « réelle » : « ce qui vient d’être démontré est un fait surgissant originairement dans notre esprit » ; et « la proposition placée au sommet de notre recherche doit être vraie ; en d’autres termes, quelque chose doit lui correspondre dans notre esprit »18. Les pages dont ces phrases sont tirées sont une sorte de résumé du § 4, destiné à rendre plus facile la déduction de la représentation : « Jusqu’à présent nous n’avons travaillé que pour pouvoir accéder » à la description (Geschichte) pragmatique de l’esprit humain19 : il s’agit du passage de la synthèse des concepts à la synthèse des facultés, de la pensabilité (Fichte dit : Denkmöglichkeiten) à la datité, ou même à la facticité. Fichte n’a jamais nourri la prétention de déduire le Gemüt – mais il a donné l’encadrement théorique qui doit rendre possible une description des composantes réelles du Gemüt, à partir de la situation, ou de l’état (Zustand) où le sujet fini s’aperçoit lui-même. Cet état est l’intuition. Elle n’est pas une faculté, mais le produit de l’activité d’une faculté, l’imagination. Pour l’introduire, Fichte a recours à la célèbre image d’une ligne droite partant du point A vers l’infini, qui, en quelque lieu, est bloquée par un choc et repoussée. L’image veut signaler que l’activité est interrompue par quelque chose qui n’est pas le Moi, mais qui est pourtant actif. Le point d’interruption est le commencement de la réflexion. Dans un autre passage, Fichte a appelé ce point le « point transcendantal »20, en ajoutant qu’il pourrait être considéré comme l’image (Bild) du Moi. Tout est laissé indéterminé à dessein, car cet état est un flottement21 de l’imagination entre des directions opposées, qui doit être fixé, et c’est seulement en tant que fixé qu’il est intuition au sens propre du terme. C’est dans ce contexte que Fichte expose la connexion entre les trois facultés – la raison, l’entendement et l’imagination – qui, chacune pour sa part, concourent à constituer l’intuition.

  • 22  GA, I, 2, 374 ; Phil., p. 113.
  • 23  GA, I, 2, 373-374 ; Phil., p. 112.

14L’imagination, dans ce contexte, est essentiellement modification, et n’a en soi rien de réel. La faculté qui détermine, c’est-à-dire qui pose, est la raison. La médiation entre raison et imagination est assurée par l’entendement, la « faculté par laquelle un changement subsiste », la faculté qui « saisit » (auffasst) et « comprend » (begreift) ce qui est produit par l’imagination. Avec ces spécifications qui, à nos yeux, donneraient à l’entendement, comme faculté du réel, un rôle tout à fait central, on s’étonne de lire qu’il est dépourvu d’activité – car il se limite à classer celle que Kant avait appelée la « rhapsodie des perceptions », sans rechercher, au-delà de la rhapsodie, ce qui la produit ; « De là notre ferme conviction de la réalité des choses en dehors de nous »22, commente Fichte. Avant de procéder, il est utile de remarquer que Fichte est en train de substituer à la triade kantienne (sensibilité, imagination, entendement) sa propre triade (imagination, entendement, raison) ; la raison est définie : « la faculté absolument posante dans le moi »23 ; le premier principe a trouvé en elle son reflet.

  • 24  Gesammelte Werke, IX, Hamburg, Meiner, 1980, p. 27 ; trad. de J.-P. Lefebvre, Paris, Aubier, 1991, (...)
  • 25  GA, I, 2, 376 ; Phil., p. 114.
  • 26  GA, I, 2, 384 ; Phil., p. 121.

15Cela était instamment nécessaire, car dans la « déduction de la représentation », au passage du théorique au pratique, le non-Moi arrive à la rescousse. Si l’on cherche la représentation dans ce chapitre, on sera déçu. Elle se trouve, par contre, dans le § 5, qui ouvre la partie pratique. S’il était possible de se servir du langage de Hegel, on pourrait dire que le véritable argument du chapitre est « l’énorme puissance du négatif »24, ici la puissance du non-Moi, qui est tout ce qui n’est pas compris dans l’intuition. Le non-Moi apparaît comme activité pure, comme une sorte de pendant de l’activité déterminée, et se déploie au-delà du point de réflexion, du point transcendantal. Ce que la raison a posé, étant déterminé, ne saurait épuiser toutes les possibilités ; ce qui est au dehors ne peut pas être intuitionné, par son indétermination même : il est pourtant impossible de le négliger, car il s’agit du « produit absolu de l’activité du Moi »25, au-delà du point C. Par conséquent, ce qui est déterminé semble affecté de passivité, car afin d’être conçu il a besoin de se soumettre à certaines conditions. Il serait inutile, ici, de suivre tous les passages qui conduisent à la contradiction extrême : activité « objective » contre activité « pure ». Pour en sortir, Fichte fait appel à la faculté absolue d’abstraire de tout objet, qui est la raison même : c’est elle qui établit la ligne de séparation définitive entre le sujet et l’objet, en supprimant (aufheben) tous les objets, et en faisant abstraction aussi du non-Moi, qui semble supprimé comme puissance autonome. Mais l’abstraction rationnelle l’a reconnu à l’intérieur du Moi, où il est en relation d’action réciproque, « une relation en laquelle le Moi est parfaitement unifié avec soi et qu’aucune philosophie théorique ne peut dépasser »26.

  • 27  GA, I, 2, 383 ; Phil., p. 121.

16Il ne s’agit pas d’un jeu de prestidigitation logique, car cette dernière abstraction a son reflet dans l’activité mentale de chaque individu, à partir de l’enfant qui « en quittant pour la première fois son berceau, apprend, ce faisant, à le distinguer de lui-même »27. La raison, comme faculté d’abstraction, est « la source visible de toute conscience du soi », la source seulement, bien entendu : la conscience de soi « pure » reste différente de la conscience « empirique », affectée, cette dernière, par l’intuition. Mais c’est ici que la conscience cesse d’être l’objet présupposé et apparaît comme la source des opérations élémentaires de l’esprit, dont la première est la distinction que chacun pose, même inconsciemment, entre soi et les objets. C’est ici que sera, dix ans après, le point de départ de la Phénoménologie de Hegel, qui commence la « science du pratique ».

17J’ai suivi jusqu’ici, dans ses grandes lignes, l’exposé de la Grundlage. Mais la doctrine des Triebe, telle qu’elle est exposée à partir du § 6, est la troisième confrontation de Fichte avec ce concept, et ne peut pas être comprise sans tenir compte des précédentes, et surtout de celle qui est donnée dans la Praktische Philosophie de Zurich. Fichte retravaille incessamment le thème, s’efforce de trouver un ordre de déduction et surtout de ne pas donner l’impression que les Triebe sont de simples fonctions psychologiques, dérivées de l’observation empirique. De l’autre côté, dans la Grundlage, il corrige son langage et n’affirme plus que les Triebe sont les catégories du Streben, comme il l’avait dit à Zurich. En fait, c’est seulement la formule qui tombe, car peu après, dans la Nova methodo, la fonction catégoriale des Triebe est de nouveau explicite. Le matériau, très riche, serait digne d’un travail systématique, dont le premier but serait l’individuation des différentes couches qui ne s’épuisent jamais, et plutôt ne cessent pas de se mêler entre elles. Je tâcherai d’en donner ici quelques esquisses sommaires.

  • 28  GA, II, 3, 246. Cf. R. Lauth, « Genèse du Fondement de toute la Doctrine de la science de Fichte à (...)
  • 29  GA, I, 2, 397 ; Phil., p. 133.

18Les Triebe, dans la 2e édition du Versuch, avaient le rôle de moteur moral. Dans la Praktische Philosophie, c’est dans un contexte plutôt esthétique (l’esthétique du sublime, de la Critique du jugement), qu’ils sont présentés. Au premier abord, la question semble de nature architectonique : si, à côté du Streben formel, il n’y aurait pas aussi un Streben matériel, dans une ligne dont les étapes seraient Einbildungskraft, Streben, Trieb. Fichte est fasciné par les possibilités que cette perspective pourrait ouvrir : ce serait le moyen de conférer de l’activité à la nature qui, du point de vue théorique, est une « moles iners »28. Dans la Grundlage, la direction de recherche est changée : « Il s’ensuit donc que l’activité du Moi rapportée à celui-ci [le Non-Moi] n’est pas une détermination (vers l’identité effective), mais qu’il s’agit seulement d’une tendance (Tendenz), d’un effort (Streben) vers la détermination qui demeure cependant parfaitement valable ; elle est en effet posée par l’acte de position absolu du Moi. »29 Le point de départ est toujours le Streben, mais il s’agit maintenant de déduire les formes par lesquelles le Moi s’articule lui-même en « construisant » le monde.

  • 30  GA, I, 2, 422 ; Phil., p. 154.

19Le Streben est une « force », mais une force « geengte », c’est-à-dire contrainte dans son expansion par la présence d’obstacles qui la limitent. Pour ponctuer les moments d’arrêt, qui sont aussi les degrés de son expansion, on trouve les Triebe, autant de manifestations (Aeusserung) de la force comprimée. Les Triebe « poussent » (treiben) pour déplacer l’obstacle, et par là même l’intégrer à eux-mêmes : « La force, une fois donnée, s’efforce en elle-même et sur elle-même, pour se manifester (zur Aeusserung) [...]. C’est un effort (Streben) immédiat tendant à la causalité sur soi, mais qui n’a pas de causalité, en raison de la résistance extérieure. Il s’agit donc d’un équilibre dans le corps lui-même de l’effort et de la pression contraire et médiate. C’est ce que nous nommions [...] tendance (Trieb). »30

  • 31  Cf. C. De Pascale, « Die Trieblehre bei Fichte », Fichte-Studien, Bd. 6, 1994, p. 229-251.
  • 32  GA, I, 2, 423 ; Phil., p. 155.
  • 33  A. Philonenko a traduit le mot de Kreislauf par « révolution », au sens astronomique du terme. Je (...)

20On a déjà tracé, récemment, le « catalogue » des Triebe31, et, partant, je m’en abstiendrai. Je tâcherai plutôt d’en mettre en lumière le rôle catégoriel. Leur caractère spécifique est que la force qu’ils extériorisent doit rester potentielle ; leur véritable actualité est la permanence de la potentialité, qui est « immanente », mais qui a besoin d’être « éveillée » (erweckt) par l’expérience. Si je ne me trompe pas trop, nous avons ici une nouvelle version de la synthèse entre les catégories et les données de l’expérience, dans un contexte, bien entendu, qui se veut différent de l’analytique kantienne, car le monde sensible et le monde intelligible sont intégrés dès le début. En appartenant au domaine du préconscient, le Trieb est antérieur, si l’on veut, à l’intelligence, mais en est aussi conditionné, car la réflexion l’accompagne toujours : « sans réflexion, pas de tendance, pas de limitation, pas de sujet de la limitation : voilà la circulation des fonctions du moi, et l’action réciproque du Moi avec lui-même qui lui est intimement liée »32. Même à ne pas prendre au pied de la lettre l’image organiciste du Kreislauf33, il ne faut pas oublier que, dans le pratique, il n’y a pas de place pour la connaissance, ni même pour la pensée :

  • 34  GA, II, 3, 183 (traduction de l’éditeur).

« Le champ qu’embrasse la raison pratique n’est nullement celui de la raison théorique, mais celui auquel cette raison n’a pas d’accès du tout. Elle ne l’embrasse pas non plus d’une autre manière que par le souhait, l’espoir, l’effort. Elle ne peut ni ne doit y avoir de connaissance. »34

21Les deux composants fondamentaux du préconscient sont les sentiments et les tendances, dont la hiérarchie respective n’est pas facile à déterminer ; à première vue, les sentiments sont le composant passif, tandis que les tendances sont le composant actif ; d’un autre côté, les sentiments s’approchent de la conscience plus que les Triebe. Ces derniers, aux yeux d’un observateur philosophe, apparaissent comme ce qui constitue le moi objectif, le moi dans son objectivité. L’observateur, en philosophe, sait que ce qu’il analyse n’est pas un objet « mort », mais bien un sujet actif, selbsttätig, qui détermine les choses. La tendance, elle, n’a pas cette puissance — elle peut seulement « se diriger » sur l’activité du Moi. J’oserais dire qu’elle est le reflet durable des états de la réflexion. La série des tendances aurait ainsi la signification d’une déduction transcendantale des fonctions de l’esprit, en occupant la place qui était jadis assignée aux catégories.

22Je me rends compte que les tendances « morales » que Fichte énumère, surtout dans la Sittenlehre, auraient des difficultés à être définies de la sorte. Mais je crois que ma thèse a tout de même une certaine plausibilité, et je donnerai quelques éléments la soutenant.

  • 35  « Wir schreiben diese schaffende That, gerade inwiefern sie That ist, der Einbildungskraft zu. Ins (...)
  • 36  GA, IV, 3, 485, trad. I. Thomas-Fogiel, Doctrine de la science nova methodo, Paris, Le Livre de Po (...)

23La confrontation avec les catégories kantiennes occupe beaucoup Fichte : en tant que Denkformen, elles sont exposées surtout dans la lre et la 2e partie de la Grundlage. Mais Fichte ne s’en est pas arrêté là. Le réputer fut l’erreur de A. Trendelenburg, qui, après avoir reconnu le bien-fondé de l’argumentation fichtéenne, lui reproche de n’avoir pas élucidé de quelle façon l’imagination produisait la réalité35. Si la Grundlage s’était achevée avec le § 4, l’objection serait grave ; mais il y a aussi la partie pratique, où Fichte s’engage justement à répondre à la question que, selon Trendelenburg, il aurait laissée indéterminée : la réalité est produite par le Moi, en tant que structuré par les tendances. Dans la Nova methodo, Fichte définira les catégories comme autant de « modes qui font de quelque chose de simple un divers »36 – et c’est la même chose que font les tendances par rapport au Streben. La désagrégation du Streben, qui est unitaire, par les tendances est dite, par Fichte, « principe explicatif réel » (wirklicher Erklärungsgrund) de l’activité du Moi. Le couple conceptuel sujet-objet mérite d’être pris au pied de la lettre : il y a une réalité active qui s’extériorise par des pulsions objectives, qui n’ont rien d’arbitraire, car stimulées par l’extérieur, elles orientent l’action du Moi qui, à son tour, façonne le monde extérieur. Ce dernier est donné, mais en tant que produit. Le monde physique est fait ainsi à mesure humaine : son essence n’est plus impénétrable, ni son mouvement implacable. Le System der Triebe, que Fichte s’est flatté plus d’une fois d’avoir exposé de façon exhaustive, serait ainsi la structure porteuse d’une vitalité instinctive qui conduit à la vie véritable, la vie de l’esprit.

  • 37  GA, I, 1, p. 242 ; je cite d’après la belle traduction de J. Barni, Considérations destinées à rec (...)

24Ce qui ne peut pas étonner : dans le Beitrag, c’est-à-dire avant l’intuition éblouissante du principe du Moi, Fichte avait parlé d’une « culture de la sensibilité » (Kultur der Sinnlichkeit) qui aurait été « le second acte de l’affranchissement de notre moi », et ainsi commenté : par sensibilité « je n’entends pas simplement [...] les facultés inférieures de l’âme, ni à plus forte raison les facultés corporelles de l’homme. Par opposition au moi pur, je rattache à la sensibilité tout ce qui n’est pas lui-même ce moi pur ». « Tout ce qui est susceptible d’être formé [...] en fait partie. Seule la forme pure de notre moi [...] est absolument immuable. » « La culture de l’esprit (des Geistes) ou du cœur [...] appartient à la culture de la sensibilité. »37

  • 38  GA, I, 2, 390-391 ; Phil., p. 128.

25La vitalité « sensible », dans la signification que nous avons vue, comprend donc l’entière activité humaine, avec la seule exception de la philosophie, « savoir du savoir », doctrine de la science. Il s’agit d’une question qui donne beaucoup à faire à Fichte et à ses successeurs. Il soutenait le bon droit de la philosophie, mais ne cessait pas de redire que, dans la région de la pensée pure, il n’y aurait plus d’objectivité ni de réflexion, et partant plus de subjectivité. L’accusation de spinozisme, voire stoïcisme, pouvait entraîner à l’époque des conséquences désagréables, et Fichte s’en aperçut bientôt. Mais lorsqu’il rédigeait la Grundlage, sa mise en garde préventive contre ces imputations n’était peut-être pas dépourvue d’une subtile ironie : « Pour Dieu, c’est-à-dire pour une conscience, en laquelle par la simple position du Moi tout serait posé (le concept d’une telle conscience est pour nous impensable), notre Doctrine de la science n’aurait aucun contenu. En effet, il ne s’effectuerait pas dans une telle conscience d’autre acte de position que celui du Moi. »38

Haut de page

Notes

1  Cf. K. G. Köhnke, Entstehung und Aufstieg des Neukantianismus, Frankfurt am Main, Suhr-kamp, 1986, intégré par S. Poggi dans I sistemi dell’esperienza. Psicologia, logica e teoria della scienza da Kant a Wundt, Bologna, Il Mulino, 1977.

2  Toutes les données bibliographiques se trouvent chez R. A. Bast, Die Philosophische Biblio-thek. Geschichte und Bibliographie einer philosophischen Textreihe seit 1868, Hamburg, Meiner, 1993.

3  R. Lauth, Descartes’Konzeption des Systems der Philosophie, Stuttgart, Frommann-Holzboog, 1998.

4  M. Ivaldo, Fichte e Leibniz, La comprensione trascendentale della monadologia, Milano, Guerini, 2000 (« Fichtiana », n° 15).

5  Cf. L. Feuerbach, Manifestes philosophiques, trad. de L. Althusser, Paris, PUF, 1960, p. 197.

6  Cf., par exemple, la lettre à Niethammer, fin 1793 : « Meiner innigen Ueberzeugung nach hat Kant die Wahrheit blos angedeutet, aber weder dargestellt, noch bewiesen » ; à Flatt, même période : « Kant hat nach meiner Ueberzeugung das System nicht dargestellt » ; à Böttiger, 2 avril 1794 : « Ueber Kants Geist hinaus giebt es keinen Raum mehr fur die Untersuchung : ich bin völlig ùberzeugt, dass er die Grundsätze, die ich deudich und bestimmt aufstellen will, dunkel allen seinen Untersuchungen zum Grunde gelegt hat » (J. G. Fichte, Briefwechsel, hrsg. von H. Schulz, Leipzig, 1930, t. I, p. 305, 315, 353). Dans les Beiträge Kant était présent, sans être nommé, comme le troisième libérateur de l’humanité, « ohne dass vielleicht er selbst es wusste ». Plusieurs fois, Fichte déclara qu’il interprétait Kant selon l’esprit, par ex. : « Lorsqu’on ne peut parvenir à une explication cohérente suivant la lettre, on est bien obligé d’expliquer suivant l’esprit », Fichte, Gesamtausgabe (abr., GA), Stuttgart-Bad Cannstatt, 1962 sq., I, 4, 231, trad. franc, par A. Philonenko (abr., Phil.) dans Œuvres choisies de philosophie première, Paris, Vrin, 1972, 284. La réplique de Kant, que la Critique « est assurément à comprendre suivant la lettre » (allerdings nach dem Buchstaben zu verstehen ist : Ak. Ausg., XII, 371) est bien connue.

7  GA, I, 5, 126.

8  G. W. F. Hegel, Gesammelte Werke, IV, Hamburg, Meiner, 1968, p. 321-322, 388-389, 402. Cf. Ludwig Siep, Hegels Fichtekritik und die Wissenschaftslehre von 1804, Freiburg i. Br., Alber, 1970, p. 19-32.

9  M. Gueroult, L’évolution et la structure de la Doctrine de la science chez Fichte, Paris, Les Belles Lettres, 1930, t. I, p. 238-244. Le chap. V, consacré à la « philosophie pratique », est en fait une exposition du Naturrecht et de la Sittenlehre. L. Pareyson, Fichte. Il sistema della libertà, Milano, Mursia, 1976, p. 157-162 et passim. Pour une présentation de la lre éd. du livre de Pareyson, cf. X. Til-liette, « Bulletin de l’idéalisme allemand », Archives de philosophie, 1967, p. 125-130.

10  Ultima Inquirenda. J. G. Fichtes letzte Bearbeitungen der Wissenschaftslehre, hrsg. von R. Lauth, Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 2001.

11  Cf. l’article « Nisus » de R. Specht, Historisches Wörterbuch der Philosophie, IV, Col. 859-866, et S. Fabbri Bertoletti, Impulso, formazione, organismo. Per una storia del concetto di Bildungstrieb nella cultura tedesca, Firenze, Olschki, 1990.

12  Cf. F. Fabbianelli, Impulsi e libertà. « Psicologia » e « trascendentale » nella filosofia pratica di J. G. Fichte, Genova, Pantograf, 1998.

13  Je me permets de renvoyer à mon article « Der Begriff ‘Trieb’in den Frühschriften von J. G. Fichte (1792-1794), in C. Cesa et N. Hinske (éd.) avec la coll. de S. Carboncini, Kant uni sein Jahrhundert, Gedenkschrift fur G. Tonelli, Frankfurt am Main, Lang, 1993, p. 165-186.

14  Presque tous les interprètes s’accordent pour dire que la méthode de la Wissenschaftslehre fait abstraction, par principe, des faits et des objets de la conscience empirique. G. Zöller a parlé à ce propos de « réflexion métaphilosophique » (Cf. Fichte’s Transcendental Philosophy, Cambridge, UP, 1998, p. 30). Ce qui contribua à déterminer l’image de la Wissenschaftslehre comme d’une doctrine qui ne serait susceptible d’aucun rapport avec le réel, ce fut vraisemblablement la « Déclaration » de Kant, qui l’avait définie comme « ni plus ni moins qu’une simple logique ».

15  Ces déclarations ont longtemps perduré, surtout dans les premières décennies du xxe siècle, à partir du livre d’E. Lask. Le grand compte rendu que fit E. Hirsch des œuvres de E. Gelpke et M. Wundt dans la Theologische Literaturzeitung (1929, LIV, col. 313-323) en est un témoignage important. Séparer Fichte des « romantiques » n’implique pas que l’on conteste sa grande influence sur ces derniers – ce serait aller contre toute évidence.

16  « Es wird also fast klar, dass dieser Theil der Philosophie noch nicht der eigentliche mora-lisch-praktische, sondern bloss sinnlich-praktisch ist » (GA, II, 3, 247).

17  GA, I, 2, 416.

18  GA, I, 2, 362-363, Phil., p. 103.

19  GA, I, 2, 365. Cf. A. Bugliani, La storia della coscienza in Fichte, Milano, Guerini, 1998 (« Fichtiana », n° 9).

20  GA, I, 2, 406.

21  « Schweben », la traduction allemande de « fluctuatio », « fluctuatio animi », « affectus qui oritur ex ignorantia mediorum », selon le langage de la philosophie universitaire. Il va sans dire que Fichte utilise ce langage assez librement. Sur le thème du passage du théorique au pratique, cf. I. Thomas-Fogiel, Critique de la représentation, Étude sur Fichte, Paris, Vrin, 2000, p. 245-265.

22  GA, I, 2, 374 ; Phil., p. 113.

23  GA, I, 2, 373-374 ; Phil., p. 112.

24  Gesammelte Werke, IX, Hamburg, Meiner, 1980, p. 27 ; trad. de J.-P. Lefebvre, Paris, Aubier, 1991, p. 48.

25  GA, I, 2, 376 ; Phil., p. 114.

26  GA, I, 2, 384 ; Phil., p. 121.

27  GA, I, 2, 383 ; Phil., p. 121.

28  GA, II, 3, 246. Cf. R. Lauth, « Genèse du Fondement de toute la Doctrine de la science de Fichte à partir de ses Méditations personnelles sur l’Elementarphilosophie », Archives de Philosophie, 1971, 34, p. 51-79 ; F. Moiso, Natura e cultura nel primo Fichte, Milano, Mursia, 1979, p. 175-234.

29  GA, I, 2, 397 ; Phil., p. 133.

30  GA, I, 2, 422 ; Phil., p. 154.

31  Cf. C. De Pascale, « Die Trieblehre bei Fichte », Fichte-Studien, Bd. 6, 1994, p. 229-251.

32  GA, I, 2, 423 ; Phil., p. 155.

33  A. Philonenko a traduit le mot de Kreislauf par « révolution », au sens astronomique du terme. Je préférerais « circulation », car je crois que Fichte pensait plutôt au jeu de dilatation-contraction, ou systole-diastole.

34  GA, II, 3, 183 (traduction de l’éditeur).

35  « Wir schreiben diese schaffende That, gerade inwiefern sie That ist, der Einbildungskraft zu. Insofern traf Fichte das Rechte, wenn er den Ursprung der Kategorien in der Einbildungskraft suchte. Aber sie ist an sich, wie Schaffen oder Bilden, ein blosser Name, wenn nicht nachgewiesen wird, an welche reale Gesetze sie gebunden ist. [...] Aber dazu hat Fichte keine Anstalt gemacht » (A. Trendelenburg, Geschichte der Kategorienlehre, Berlin, Bethge, 1846, p. 308).

36  GA, IV, 3, 485, trad. I. Thomas-Fogiel, Doctrine de la science nova methodo, Paris, Le Livre de Poche, 2000, p. 283.

37  GA, I, 1, p. 242 ; je cite d’après la belle traduction de J. Barni, Considérations destinées à rectifier les jugements du public sur la Révolution française, Paris, F. Chamerot, 1858, p. 109.

38  GA, I, 2, 390-391 ; Phil., p. 128.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudio Cesa, « Sensibilité et conscience. Remarques sur la théorie des Triebe chez Fichte », Revue germanique internationale, 18 | 2002, 121-132.

Référence électronique

Claudio Cesa, « Sensibilité et conscience. Remarques sur la théorie des Triebe chez Fichte », Revue germanique internationale [En ligne], 18 | 2002, mis en ligne le 29 juillet 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/913 ; DOI : 10.4000/rgi.913

Haut de page

Auteur

Claudio Cesa

Directeur du département de philosophie à l’École normale supérieure de Pise/Italie

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org