Navigation – Plan du site

Missolonghi. Genèse, transformations multimédiales et fonctions d’un lieu identitaire du philhellénisme

Gilbert Heß
Traduction de Sandrine Maufroy
p. 61-75

Résumés

Dans le cadre du combat pour la libération de la Grèce Missolonghi a joué le rôle d’un concept central qui tentait d’intégrer différentes projections de représentations classiques et romantiques, politiques et religieuses, antiquisantes et utopiques. Au plus tard depuis le siège et la prise de la ville celle-ci a pu être utilisée comme la synecdoque d’une tragédie sur le sol classique où réalité et fiction semblaient se fondre en une unité. Cet effet est largement à mettre en relation avec la conjonction de divers media ainsi qu’avec les processus multiples de transfert culturel qui en dernière instance sont notamment liés à la personne de Lord Byron.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On trouvera une vue d’ensemble de la chronologie des événements dans les ouvrages suivants : Willia (...)
  • 2 Voir NatalieKlein, « L’humanité, le christianisme, et la liberté » : Die internationale philhelleni (...)

1La guerre de libération grecque des années 1821-1827 fut un événement capital pour les contemporains dans toute l’Europe et outre-Atlantique. Il est presque impossible de citer un mouvement de libération du xixe siècle qui ait trouvé un écho aussi durable dans de si larges couches de la population de toutes les nations européennes1. Elle émut bourgeoisie et classes populaires, intellectuels et milieux cultivés, hommes politiques et pasteurs, écrivains et littérateurs, poètes peu talentueux de la littérature triviale et éphémère, journalistes et étudiants. L’Europe entière – mais pas uniquement – suivit avec passion les événements dramatiques de Grèce. Aucun autre événement du premier tiers du xixe siècle n’a provoqué une mobilisation collective aussi importante ni suscité la fondation de tant d’organisations2. La vitalité du philhellénisme fut surtout due au fait que la lutte des Grecs contre les Turcs se trouvait à l’intersection de différents discours : on pouvait aussi bien y voir une guerre de religion du christianisme contre l’Islam, le soulèvement d’un peuple contre son oppresseur (et ainsi, le champ d’application d’idéaux démocratiques dans le contexte du Vormärz bourgeois) ou la réalisation de fantasmes romantiques et classicistes.

  • 3 Voir Christoph Hauser, Anfänge bürgerlicher Organisation : Philhellenismus und Frühliberalismus in (...)
  • 4 Walter Puchner, « Die griechische Revolution von 1821 auf dem deutschen Theater. Ein Kapitel bürger (...)

2Les comités créés au cours de cette vague d’enthousiasme soutinrent la cause des Grecs moralement et matériellement, entre autres par des manifestations culturelles et caritatives, par des collectes et par le recrutement de volontaires prêts à intervenir sur le terrain3. De larges pans de la vie politique, sociale et culturelle furent marqués par le philhellénisme. Mais ce sont aussi son intensité, son extension géographique et son influence sur la littérature européenne qui font de la révolution grecque un événement unique en Europe du Congrès de Vienne aux révolutions de 18484.

  • 5 Sur la chronologie des événements, voir William St. Clair, That Greece might still be free. The phi (...)
  • 6 Sur la notion de « topoi matériels », compris comme « les principes formels les plus généraux d’arg (...)
  • 7 Voir à ce sujet les indications données par Norbert Müller, « Europäischer Philhellenismus zwischen (...)
  • 8 DavidRoessel, In Byrons Shadow. Modern Greece in the english & american imagination, Oxford, 2002, (...)

3Les événements liés à la ville de Missolonghi occupèrent une place centrale dans l’évolution de ces mouvements5. Ils évoquaient un grand nombre d’images et d’interprétations, qui se répercutaient à leur tour sur les événements de Grèce. Le nom de la ville de Missolonghi devint très tôt un terme générique associant divers systèmes d’images et différents modèles d’interprétation et d’explication de la guerre de libération grecque. Missolonghi joua ainsi le rôle d’un agrégat d’interprétations et de significations, d’un « topos matériel » « capable de stabiliser et d’unir » tout un ensemble de « motifs, formes de pensées, thèmes, arguments, clichés, lieux communs, etc.6 » Missolonghi – et avec elle de vastes pans du philhellénisme européen en général – peut ainsi être comprise comme un fantasme7 tenant lieu de champ d’application d’idéaux très variables d’un état européen à l’autre et d’un groupe politique ou social à l’autre. Les Grecs modernes associaient leur lutte de libération à des lieux divers comme Kalavrita, où le drapeau grec de la liberté fut hissé pour la première fois, ou encore Piada, près d’Epidaure, où se réunit la première Assemblée nationale grecque, qui proclama l’indépendance de la Grèce ; le reste du monde vouait un culte à Missolonghi8. Dans les pays occidentaux, la représentation littéraire et artistique de la révolution grecque se concentra sur ce lieu, qui put bientôt servir de synecdoque du combat des Hellènes pour la liberté.

  • 9 Ces questions qui se trouvent au centre de la théorie des transferts culturels se révèlent particul (...)
  • 10 Sur ce sujet, voir par exemple Gunnar Hering, « Der griechische Unabhängigkeitskrieg und der Philhe (...)
  • 11 Étant donné que – malgré de nombreuses recherches publiées ces dernières années – la littérature ph (...)

4C’est ce contraste entre la vision des étrangers et la vision des Grecs qu’il s’agira de décrire, ainsi que la genèse et les transformations de ce topos philhellène. On s’attachera à mettre à jour les mécanismes qui lui assuraient son efficacité et les différentes manières dont il put être instrumentalisé, et l’on veillera surtout à analyser les processus de réception et d’interpénétration entre aires culturelles différentes9. Le maillage complexe des figures et instances de médiation (milieu universitaire, presse et littérature, associations et réunions) et la manière dont celles-ci se trouvaient impliquées dans le jeu des tensions politiques de l’époque ne pourront ici être évoqués qu’en passant10. On se concentrera délibérément sur le traitement littéraire des événements qui concernent Missolonghi11.

  • 12 Voir mon article « Wissenstransfer in der Literatur des deutschen Philhellenismus », à paraître sou (...)
  • 13 Un premier recensement bibliographique (loin d’être complet) de textes qui traitent de ce thème com (...)

5La majorité des textes philhellènes a pour objet des événements isolés de la guerre de libération grecque qui se distinguent par leur caractère spectaculaire et leur grande célébrité. L’entrée d’Ypsilanti dans les principautés danubiennes en 1821, le massacre de Chio (1822) et la bataille de Navarin (1827) étaient des moments centraux du discours philhellène. C’est dans la plupart des cas immédiatement, et sous des formes et dans des genres divers, que ces événements reçurent un traitement pictural, musical et littéraire. L’une des fonctions principales de ces formes artistiques de communication des faits résidait dans la transmission d’informations et la propagande12. Mais aucun événement n’eut la fortune littéraire et artistique du siège et de la prise de Missolonghi13.

  • 14 Antones B. Lampropoulos, Τò Μεσολóγγι. ‘Η ‘ιερ’α Πóλη Μ’η τρα τ’η ς Ελλάδος. ‘Ιστóρια, Λαογραϕíα, Γ (...)
  • 15 Voir FriedgarLöbker, Antike Topoi in der deutschen Philhellenenliteratur : Untersuchungen zur Antik (...)

6Située à l’entrée du Golfe de Patras, la ville de Missolonghi avait été fondée au xvie siècle dans une plaine fertile qui était née de la réunion de trois anciennes îles consécutive à l’assèchement des fleuves Achéloos et Evinos14. Contrairement à d’autres zones de combats comme Marathon, Salamine ou l’Acropole d’Athènes, Missolonghi ne pouvait donc renvoyer à aucun des points d’attache régionaux qui reliaient les événements du xixe siècle au canon des hauts faits de l’Antiquité classique. La carrière du topos « Missolonghi » n’en est que plus étonnante, dans un environnement qui se constituait – du point de vue du monde occidental – sinon principalement, du moins en grande partie à partir de discours sur l’Antiquité15.

  • 16 William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Lo (...)

7Tout comme d’autres villes et régions du Péloponnèse, Missolonghi avait été le théâtre d’un soulèvement contre la domination ottomane dès peu après la rébellion d’Alexandre Ypsilanti (1821). C’est là que dans l’hiver 1822-1823, les Grecs révoltés se trouvant dans une situation extrêmement précaire, les commandants grecs Maurocordatos et Markos Botzaris s’étaient retranchés. Du 7 novembre 1822 au 13 janvier 1823, la ville, assiégée par les troupes ottomanes, résista à de nombreux assauts16. Dès ce premier siège de Missolonghi, finalement interrompu en janvier 1823 à cause de fortes pluies, s’élabora le mythe de la citadelle imprenable. Dans le poème « Missolonghi après sa résistance victorieuse à l’assaut », composé en 1823 par le dauphin et futur roi Louis Ier de Bavière, cette ville acquiert ainsi le statut de rempart des Grecs, de rocher en définitive imprenable. Celui-ci est par là même élevé au rang de signe annonciateur d’une victoire décidée par des puissances supérieures, et qui sera celle de l’aspiration des Grecs à la liberté :

  • 17 Gedichte des Königs Ludwig von Bayern. Zweyter Theil. Zweyte, vermehrte Auflage, Munich, 1829, p. 2 (...)

Le drapeau de la Croix flotte victorieusement,
Devant lui, les membres fracassés, gisent les Barbares,
Ils ne sont plus les milliers qu’ils étaient,
Et Missolonghi, bravant l’ennemi, est debout.

Maintenant le tonnerre des armes s’est tu,
De Dieu tout puissant les cœurs chantent les louanges,
Dans l’ivresse du bonheur les poitrines se soulèvent,
Un cri d’allégresse s’élève vers le ciel.

La fumée et la poudre ont plongé dans la nuit
Cette vaste contrée ; là-bas, un rayon de lumière
Tombe sur le lieu ensanglanté du jugement,
Et vois ! Le combat est fini.

La colère des ennemis eut beau les assaillir,
Les murs de Missolonghi s’écrouler en ruines,
Rien ne put cependant faire chanceler les héros ;
La terre tremblait, ferme était votre courage17.

8De manière comparable, mais en adoptant un regard rétrospectif, Friedrich Bülau écrit dans son poème paru en 1826 :

  • 18 Friedrich Bülau, « Missolunghi », in : Abend-Blatt, n° 143, 16 juin 1826, p. 45 sq : « Nur Missolun (...)

Seul le rocher de Missolonghi résista,
Destiné à briser la colère impudente de l’ennemi ;
À lui faire payer par un long déshonneur sa bonne fortune d’un jour,
Et à lui montrer qu’il trouverait des hommes.
C’est ici qu’une troupe de pauvres guerriers brava
D’innombrables armées de vainqueurs ivres de butin,
Chaque jour apportait de nouveaux assauts
Et chaque assaut était aussi le déshonneur des ennemis,
Si terribles que furent les ennemis qui les encerclaient,
Leur courage ferme comme un roc ne se laissa jamais réduire18.

  • 19 William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Lo (...)
  • 20 Ces chiffres sont donnés par G.F. Hertzberg, art. « Griechenland. B. Griechenland im Mittelalter un (...)

9Du point de vue des défenseurs de la ville, la situation dut toutefois présenter un autre visage. Les murs n’étaient pas faits pour résister à de longs assauts, et il fallait après chaque offensive les remettre tant bien que mal en état d’offrir une protection à peu près sûre19. La vision de Missolonghi comme « rempart des Grecs » dut être favorisée par deux facteurs en particulier : d’une part, le combat opposait un groupe de francs-tireurs grecs en nette infériorité numérique, formé initialement de 380 soldats (ils seraient 3 000 par la suite) et de 5 500 habitants tout au plus, à une troupe de 11 000 à 12 000 Turcs forts de leur supériorité numérique et militaire20. La défense victorieuse de la ville malgré la terrible famine, les maladies et les conditions de vie catastrophiques fut donc une prouesse considérable. D’autre part, les insurgés grecs se trouvaient à ce moment-là dans une situation véritablement désastreuse. La chute de la citadelle aurait très vraisemblablement signifié la fin de l’insurrection grecque et le maintien de la domination turque. La résistance de Missolonghi, le retrait des troupes turques et le suicide du commandant turc Churschid Pacha, qui semble avoir prévenu un ordre du sultan, auprès duquel il était tombé en disgrâce, pouvaient donc être considérés comme un tournant décisif pour le destin des Grecs. Cette vision des choses fut favorisée par le fait que très peu de temps après, près de la totalité du Péloponnèse, que l’on tenait déjà pour perdu, retomba aux mains des Grecs.

  • 21 Voir FriedgarLöbker, Antike Topoi in der deutschen Philhellenenliteratur : Untersuchungen zur Antik (...)

10La ville était ainsi prédestinée à jouer le rôle de synecdoque de l’Hellade renaissant de ses cendres comme le phénix (un motif qui traverse toute la littérature philhellène comme un cantus firmus !)21. La dernière strophe du poème de Louis Ier cité plus haut accomplit ce retournement de manière exemplaire :

  • 22 Gedichte des Königs Ludwig von Bayern. Zweyter Theil. Zweyte, vermehrte Auflage, Munich, 1829, p. 2 (...)

Salut à toi, Hellade ! Sur terre et sur mer,
Patrie des anciens et des nouveaux héros
Qui comme un roc firent front contre l’ennemi,
Tu te dresses devant tous, grande et sublime22.

  • 23 Voir William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independenc (...)

11Le deuxième siège de Missolonghi, l’année suivante, contribua à consolider le mythe de la citadelle imprenable. De nouveau, Missolonghi fut encerclée ; de nouveau, le fort d’Anatoliko, au Nord, fut le théâtre de combats acharnés – et de nouveau, la tactique de guérilla et la pluie survenue brusquement aidèrent les Grecs à se libérer de l’étau à la dernière minute. Les Turcs durent encore une fois se retirer sans être parvenus à leurs fins et après avoir subi de lourdes pertes23. Un poème écrit plus tard par le dauphin bavarois, et qui porte le titre évocateur : « Puisqu’il apparut que la prise de Missolonghi était un mensonge », laisse percevoir toute la charge émotionnelle qu’avait déjà acquis le topos « Missolonghi » dans la littérature de cette époque :

  • 24 Gedichte des Königs Ludwig von Bayern. Zweyter Theil. Zweyte, vermehrte Auflage, Munich, 1829, p. 3 (...)

Toute, toute langue est trop pauvre,
Oh ! pour exprimer le ravissement le plus ravissant
Qui enflamme le cœur
Quand il vous arrache en un cri d’allégresse à la plus profonde souffrance.

(…)

Missolonghi victorieuse, victorieuse, est debout !
Souffre que je me délecte de ce sentiment,
Que je m’enivre au calice
De cette joie suprême qui jamais ne s’enfuit.

Le coup de tonnerre a été refoulé !
Je ne peux me défaire de cette pensée,
Et cependant comprendre ce bonheur parfait
Est au-dessus des forces de mon cœur comblé24.

  • 25 Sur Norman-Ehrenfels, voir Wilhelm Barth / Max Kehring-Korn, Die Philhellenenzeit. Von der Mitte de (...)
  • 26 William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Lo (...)
  • 27 Ibid.

12Que les habitants et les défenseurs de Missolonghi aient pu soutenir ce nouveau siège est d’autant plus étonnant qu’il leur avait fallu agir sans leur chef charismatique jusqu’alors incontesté, le commandant des Souliotes d’origine albanaise Markos Botzaris. Celui-ci avait trouvé la mort à Karpenisi en août 1823, lorsqu’une nuit, dans une opération téméraire et vouée à l’échec dès le départ, il avait provoqué un bain de sang dans une armée ottomane plus de dix fois supérieure en nombre à ses 350 partisans. Son corps, tout comme celui du général Norman-Ehrenfels de Wurtemberg, commandant d’une compagnie de volontaires philhellènes venus d’Europe occidentale25, fut inhumé en grande pompe dans les murs de Missolonghi26. Bien que la mort du général Norman souligne en fait plutôt l’échec des groupes de volontaires philhellènes, dont la stratégie militaire ne trouva guère d’application dans une guérilla où tous les coups étaient permis27, il reste que la mort et l’inhumation de ce général dans la ville de Missolonghi pouvaient tout à fait apparaître aux philhellènes d’Europe occidentale comme des faits hautement significatifs. L’enterrement de Markos Botzaris à proximité du tombeau du général put s’inscrire dans la continuité de cette lecture des événements. Le fait que les deux généraux soient enterrés l’un à côté de l’autre symbolisait clairement, aux yeux de nombreux observateurs d’Europe occidentale, la fraternisation des groupes de volontaires combattant en Grèce avec les insurgés grecs, et surtout avec les Souliotes, réputés particulièrement valeureux. Missolonghi acquit ainsi le statut de mausolée dédié aux combattants tombés pour la liberté, comme le montre le poème « Markos Botzaris » de Wilhelm Müller, qui parut trois mois seulement après la mort du commandant grec :

Ouvre tes hautes portes, Missolonghi, ville glorieuse,
Où reposent les corps des héros qui nous apprennent à mourir dans la joie !
Ouvre tes hautes portes, ouvre tes profonds caveaux,
Ouvre, et sème des branches de laurier sur le sentier et dans les airs !
De Marc Botzaris nous te portons le corps plein de noblesse,
De Marc Botzaris ! Qui peut oser pleurer un tel héros ?
Veux-tu être la première à compter ses blessures ou ses victoires ?
Aucune victoire n’aura ici une blessure de moins, et aucune blessure

  • 28 Wilhelm Müller, « Mark Bozzarri », in : Maria Verena Leistner et alii, Wilhelm Müller. Werke, Tageb (...)

[une victoire de moins28.

13Les derniers vers du poème décrivent sur le mode de l’hymne la dernière action du commandant, par laquelle il fit le sacrifice de sa vie. Puis la reprise des premiers vers vient donner comme un cadre au poème :

  • 29 Il s’agit ici d’un jeu de mots sur le nom du général : « Fels der Ehren » reprend le nom « Ehrenfel (...)
  • 30 Wilhelm Müller, « Mark Bozzarri », in : Maria Verena Leistner et alii, Wilhelm Müller. Werke, Tageb (...)

Ouvre tes hautes portes, Missolonghi, ville glorieuse,
Où reposent les corps des héros qui nous apprennent à mourir dans la joie !
Ouvre tes profonds caveaux, afin que dans ces lieux sacrés,
Près des héros nous étendions notre héros pour un long sommeil !
Dors auprès du comte allemand, le comte Normann, rocher glorieux29,
Jusqu’au jour où les voix du Jugement videront tous les tombeaux30.

14Par ce chant de louanges dédié à la « ville des martyrs », le vers final introduit une dimension téléologique qui place Missolonghi au centre d’un projet divin de salut des hommes destiné à se réaliser dans l’avenir sous la forme d’une apothéose.

  • 31 Voir DavidRoessel, In Byrons Shadow. Modern Greece in the english & american imagination, Oxford, 2 (...)
  • 32 William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Lo (...)

15Dès avant l’arrivée de Lord Gordon Noel Byron le 4 janvier 1824, Missolonghi s’était donc acquis une place dans le panthéon des philhellènes d’Europe et d’outre-atlantique. Il reste que l’importance de l’arrivée et de la mort de l’écrivain pour cette ville – et avec elle, pour la réception de la guerre de libération grecque en général – peut difficilement être surestimée : ce n’est qu’avec l’arrivée de Byron que Missolonghi commence à jouer son rôle central et décisif de champ d’application des fantasmes philhellènes31. De toute la guerre de libération, aucune opération militaire ne put avoir hors de Grèce des conséquences même tout juste comparables à celles qu’eurent l’arrivée et à la mort de Byron à Missolonghi32.

  • 33 Voir Marius Byron Raizis, « Philhellenism in English Literature 1780-1830 », in : AlfredNoe (éd.), (...)
  • 34 Voir DavidRoessel, In Byrons Shadow. Modern Greece in the english & american imagination, Oxford, 2 (...)
  • 35 Sur le rôle de cette organisation, voir Marius Byron Raizis, « Philhellenism in English Literature (...)
  • 36 Sur ce qui suit voir Fiona MacCarthy, Byron. Life and legend, Londres, 2002, p. 490 sq.
  • 37 Sur l’accueil de Byron à Missolonghi, voir ibid., p. 492 sq.

16L’œuvre de Byron avait profondément imprégné l’image de la Grèce moderne qui dominait en Europe, particulièrement en France et en Angleterre33. Si, comme l’écrivait Byron dans une lettre à Millingen, l’Europe connaissait la Grèce plus à travers l’enthousiasme qu’elle ressentait que pour l’avoir observée par elle-même et y avoir acquis une expérience propre34, cette représentation fantasmée de la Grèce se nourrissait pourtant largement de l’image qu’en donnaient les œuvres de Byron. Cette image, qui était diffusée entre autres par la Society of Dilettanti londonienne35 et n’était que partiellement conforme à la réalité, trouva cependant son prolongement naturel dans l’apparition de Byron aux portes de Missolonghi : du mois d’août 1823 au 29 décembre 1823, Byron était resté dans l’île ionienne de Céphalonie qui était occupée par les Anglais. Certains philhellènes anglais commençaient déjà à abandonner l’espoir que le poète se rende sur le continent, quand celui-ci s’y montra en janvier 1823. Son arrivée à Missolonghi avait été minutieusement préparée à l’avance et s’apparenta à une mise en scène grandiose36. L’un des commandants des troupes grecques, Alexandre Maurocordatos, un ami du poète, avait précédemment déclaré qu’il s’attendait à voir l’arrivée de Byron « galvaniser » ses troupes, et il fit manifestement tout pour y contribuer : comme ils en étaient convenus, Byron portait ainsi à son arrivée un uniforme d’apparat à épaulettes en or. À cette mise en scène associant art et combat du côté du poète, les soldats chargés de l’accueillir répondirent, du côté des Grecs, en entonnant au son des feux de salves un hymne composé pour l’occasion. Des représentants du clergé, des femmes portant leurs enfants dans les bras et des combattants de la liberté souhaitèrent la bienvenue au poète dans le port de Missolonghi37. La mise en scène de cette arrivée fait apparaître Byron comme une sorte de deus ex machina, ainsi que l’exprime clairement Théodore Vrizakis dans son tableau « L’arrivée de Byron à Missolonghi » (1861), où patriarche et soldats sont représentés les yeux levés vers le ciel.

  • 38 Sur le rôle de la brigade « de Byron », une armée privée chargée à l’orignie de libérer Lépante, vo (...)
  • 39 Voir RegineQuack-Eustathiades, Der deutsche Philhellenismus während des griechischen Freiheitskampf (...)
  • 40 Ibid., p.þ498.
  • 41 DavidRoessel, In Byrons Shadow. Modern Greece in the english & american imagination, Oxford, 2002, (...)

17À son arrivée, Byron apporta certes des munitions et des armes à Missolonghi ; mais malgré l’appui d’une brigade personnelle et à sa solde, il ne put rétablir la concorde entre les Grecs divisés, et fut contraint d’annuler des opérations militaires déjà préparées38. À partir de son arrivée en Grèce en 1823 au plus tard, il avait exprimé dans sa correspondance des critiques et des réserves à l’égard de la situation de l’Hellade contemporaine, au moment même, il est vrai, où il chantait les louanges des nouveaux Hellènes dans sa poésie. Mais de manière comparable à ce qui se passa pour les récits de volontaires rentrés blessés de la guerre d’indépendance grecque39, on ne prit une connaissance que partielle des écrits de Byron. Si sa critique explicite de la situation de la Grèce ne fut nullement prise en compte par l’opinion publique occidentale, la fortune de sa poésie exaltée n’en fut que plus grande. De cette réception sélective émergea l’image de Byron en poète proche du peuple et engagé dans les combats ; prendre position dans une œuvre littéraire fut considéré comme une forme de combat actif et d’engagement politique direct pour l’Hellade. Ni la profonde déception que ressentit pourtant le poète en constatant l’état de déréliction des troupes grecques et des derniers soldats étrangers démoralisés40, ni l’humeur mélancolique qui l’habita durant les derniers mois de sa vie à la suite d’une liaison malheureuse avec un jeune Grec rencontré à Céphalonie ne purent ternir son image dans l’opinion publique41. Dès 1823, dans un poème écrit à Céphalonie, Byron souligna lui-même le contraste entre son besoin d’agir et son inactivité de fait :

  • 42 Lord George Gordon Byron, The Complete Poetical Works, éd. Jerome McGann, vol. 7, Oxford, 1993, p.  (...)

Les morts ont été réveillés – vais-je dormir ?
Le monde est en guerre contre les tyrans – vais-je me terrer ?
La moisson est mûre – vais-je cesser de faucher ?
Je ne somnole pas – l’aiguillon est dans ma couche –
Chaque jour une trompette résonne à mon oreille –
C’est l’Écho dans mon cœur42.

18Cette tension apparaît encore plus clairement dans son poème « Aujourd’hui j’ai complété ma trente-sixième année » (« On this day I complete my thirty sixth year »), daté de 1824 :

  • 43 Lord George Gordon Byron, The Complete Poetical Works, éd. Jerome McGann, vol. 7, Oxford, 1993, p.  (...)

(…)

La Grèce se réveille ! éveille-toi, mon âme !
Mes aïeux de leur fils n’auront point à rougir ;
Héritier de leur sang, leur vieil honneur m’enflamme :
Allons vaincre ou mourir.

Enfin, des passions je foule aux pieds l’empire :
Mes yeux pour la beauté ne versent plus de pleurs ;
Tranquille maintenant, ainsi que son sourire,
Je brave ses rigueurs.

Si la vie a pour toi perdu ses plus doux charmes,
Qui t’oblige à porter ce douloureux fardeau ?
Le champ d’honneur est là. Cherche au sein des alarmes
Un glorieux tombeau.

À la mort d’un soldat ici tu peux prétendre ;
C’est ici qu’on la donne et reçoit sans effroi :
Vois, choisis où tu veux que dorme enfin ta cendre,
Et puis – repose-toi43.

  • 44 Sur les circonstances de la mort de Byron, la cérémonie funèbre et le transfert du corps, voir l’ex (...)

19Ce qui est désigné ici comme source de problèmes, ce n’est pas le manque d’unité ou l’incapacité des Grecs, auxquelles Byron fut confronté sur les lieux de sa dernière action, mais l’apathie du poète. Les dernières strophes, qui reprennent le motif du soldat mort au combat, s’apparentent à un autoportrait indirect du poète en soldat cherchant une mort héroïque dans la bataille. Byron ouvrait ainsi la voie à une interprétation qui magnifierait sa mort, survenue le 19 avril, et y verrait l’accomplissement des vœux douloureux d’un héros mort pour l’idéal de liberté des Grecs44.

  • 45 Voir Gilbert Heß, « Fundamente fürstlicher Tugend. Zum Stellenwert der Sentenz im Rahmen der voruni (...)

20Peu de temps après sa mort, on vit apparaître dans l’entourage de Byron des récits qui cherchaient à démontrer son engagement énergique pour la cause des Grecs jusqu’aux derniers jours de sa vie et affirmaient sa participation active aux combats de Missolonghi. L’association de la plume et de l’épée45, considérée comme un idéal depuis l’Antiquité et à laquelle on aspirait encore à l’époque moderne, semblait avoir trouvé dans sa personne une incarnation presque parfaite, comme le montre le poème « Byron » composé par Wilhelm Müller à l’occasion de sa mort :

(…)

Noble combattant, tu as combattu, toi, digne de toutes les couronnes,
Tu as combattu avec l’épée double et tranchante de l’esprit
Avec la bouche d’airain de ton chant, tant qu’on l’entendit résonner d’un pôle à

[ l’autre,


Accompagnant le soleil dans sa course du levant au couchant.
Tu as combattu contre le tigre féroce, la fureur des tyrans,
Tu as combattu dans le marais de Lerne contre toute l’engeance fille du reptile
Qui, nichée dans la pourriture, abhorre à ce point la lumière
Qu’elle fait gicler son venin et sa bile dès qu’un rayon l’éclaire.
Tu as combattu pour la liberté, pour la liberté d’un monde,
Et pour la toute jeune liberté de l’Hellade, comme un héro
entré dans la mort

  • 46 Wilhelm Müller, Lieder der Griechen. Erstes Heft. Zweite Auflage, Dessau, 1824, p. 27-29 (publié po (...)

[ avec joie46.

  • 47 « Après sa mort, ce vil séducteur et dangereux athée devint dans les yeux de ses détracteurs “ce cé (...)
  • 48 C’est aussi la conclusion à laquelle parvient DavidRoessel, In Byrons Shadow. Modern Greece in the (...)

21La mort de Byron à Missolonghi rétablit a posteriori sa réputation, que ses nombreuses incartades avaient mise à mal. En Angleterre, la nouvelle de sa mort provoqua l’anoblissement à titre posthume, et même la sacralisation de cet athée déclaré qui, de son vivant, avait été en proie à de nombreuses inimitiés47. Quand on compare l’impuissance réelle de Byron à Missolonghi avec l’ampleur des répercussions de sa mort dans toute l’Europe, on est tenté de penser qu’en mourant, il fit beaucoup plus pour le combat de libération des Grecs que s’il avait survécu à la fièvre à Missolonghi48.

  • 49 Fiona MacCarthy, Byron. Life and Legend, Londres, 2002, p. 544.

22Le tableau « La mort de Byron » (« The Death of Byron ») peint par Joseph-Denis von Odevaere dans un style néoclassique, donne une idée du culte que l’on voua au poète après sa mort. Par une référence intentionnelle au célèbre tableau « La mort de Marat » de Jacques-Lois David, dans l’atelier duquel von Odevaere avait travaillé à Paris49, le peintre suggère ici une relation entre le sujet de cette œuvre et l’action de Byron, qui se trouve ainsi caractérisée comme révolutionnaire. Le corps du défunt étendu sur un lit de mort qui évoque un autel, la perspective ouverte sur un temple visible à l’arrière-plan, la lyre échappée des mains du poète, la couronne de laurier sur sa tête et, au-dessus de celle-ci, la statue de la liberté, qu’on ne peut plus reconnaître sur le tableau, mais qui reste identifiable grâce à l’inscription du socle ΕΛΕΥΘΕΡΙΑ : tous ces éléments incitent à voir dans le défunt un martyr mort en servant la liberté.

  • 50 Voir Aubrey de Vere, Picturesque Sketches in Greece and Turkey I, p. 30 sq. : « Le destin de Byron (...)

23Mais à partir de sa mort, son nom fut aussi indissolublement lié à celui de la ville de Missolonghi : malgré les exploits des défenseurs de la citadelle durant les premiers sièges menés par troupes ottomanes et le mythe héroïque auquel ils avaient donné lieu, cette ville certes non dénuée d’importance stratégique, mais de dimensions réduites, aurait pu retomber dans l’oubli50, et c’est la mort de Byron qui en fit un lieu connu presque dans le monde entier. Dès lors, elle joua le rôle de lieu de culte pour la vaste communauté des adorateurs de l’homme de lettres excentrique. Missolonghi était devenue du jour au lendemain la ville la plus celèbre de la Grèce moderne, le centre du philhellénisme européen, le symbole de la guerre d’indépendance, mais aussi le champ d’application d’idéaux classiques et romantiques associés de manière nouvelle dans la personne du poète.

  • 51 Voir par exemple « Le dernier amour de Lord Byron » (« Lord Byrons letzte Liebe ») publié dans Morg (...)

24Peu de temps après sa mort commençèrent déjà à se développer autour de la figure de poète des légendes qui voulaient que dans les derniers jours de ses souffrances à Missolonghi, il eût été épris d’une habitante de la ville51. On vit ainsi se propager l’histoire selon laquelle le poète aurait succombé aux charmes d’une Grecque qui s’était déjà promise à un combattant de la liberté et qui, ayant appris la mort de ce dernier, se serait elle-même donné la mort par fidélité à un vœu qu’elle avait prononcé. Ce motif fut repris en 1827 par Adalbert von Chamisso dans sa ballade « Le dernier amour de Lord Byron » :

  • 52 Adalbert von Chamisso, Gedichte. Zweite Auflage, Leipzig, 1834, p. 311 sq. : « Byron ist erschienen (...)

Byron est apparu, le disciple des Camènes
Er d’Arès rayonne, un héros,
Parmi les fils de l’Hellade au courage héroïque,
Dans le champ de la liberté abreuvé de sang.

Et pour lui battent les cœurs de tous les Grecs – 
Sauf un seul, pour lequel il lutte cependant ;
Et il se crée des peines, sans relâche,
Là où lui-même apporte aux peuples le salut.

« Comme mon peuple, je veux t’adorer ! »
Douce, mais impassible, la vierge répond :
« Tu peux briguer jusqu’à la couronne de Byzance,
Mais mon amour seul tu ne brigueras pas ! »

Jadis il fut dépêché en hâte vers celle
Qui est l’étoile de sa nuit intérieure ;
Il s’élance, pressentant un malheur, à la suite du messager,
Quelle vision d’horreur se découvre à ses yeux !

Raide et inerte, elle était étendue, la Douloureuse,
Sa main droite fermée sur une épée ;
Lentement se redresse la figure blême,
Telle une ombre, splendide.

Elle commence : il faut désormais que tu l’apprennes ;
Très tôt j’ai fait le choix de l’amour,
Et j’ai donné son épée à mon palikare
Quand la patrie me l’ordonna

Et faisant mes adieux, j’ai parlé gravement en cette heure grave :
La victoire ou la mort, nous le savons ;
En avant, donc ! et un mot de ma boucheþfidèle :
Viens-tu à mourir pour notre peuple, alors je meurs pour toi52.

(…)

  • 53 Voir William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independenc (...)

25Quand, deux ans après la mort de Byron, les assaillants turcs entrèrent dans la ville qu’ils venaient de conquérir, ils purent lire sur l’une des maisons l’inscription suivante : « Hic e vita decessit Lord Byron ». Selon des témoignages contemporains des événements, les vainqueurs n’avaient pas idée de la signification idéologique que pouvait avoir la prise d’une petite ville de pêcheurs comme celle-ci53.

  • 54 Voir William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independenc (...)
  • 55 Norbert Miller, « Europäischer Philhellenismus zwischen Winckelmann und Byron », in : Propyläen-Ges (...)
  • 56 Voir par exemple Éveline Désormery, Chant funèbre. Regrets d’un vieillard grec au tombeau de Lord B (...)

26C’est surtout le philhellénisme français qui, après avoir végété jusqu’en 1825, reçut une impulsion décisive de l’arrivée et de la mort de Byron à Missolonghi54. L’influence immense de ses œuvres dans la littérature française permet probablement d’expliquer l’ampleur des conséquences de sa mort55. De nombreuses œuvres en vers, en prose et sous forme dramatique qui parurent en France comme dans le reste de l’Europe et en Amérique revinrent sur la mort du poète56.

  • 57 Douglas Dakin, The Greek struggle for independence. 1821-1833, Londres, 1973, p. 132-140, ainsi que (...)
  • 58 Douglas Dakin, The Greek struggle for independence. 1821-1833, Londres, 1973, p. 136.

27Les événements des deux années suivantes contribuèrent à ancrer dans la mémoire culturelle l’union de la poésie, de l’héroïsme et de la mort : avec le soutien de l’armée très bien équipée qu’avaient envoyée l’Égypte, État vassal de la Porte, les troupes ottomanes commandées par Ibrahim Pacha parvinrent tout d’abord à reconquérir la Crète en 1824, puis, dans le courant de l’année suivante, à reprendre le contrôle de toute la Péninsule grecque à l’exception de Missolonghi. Cette évolution avait été favorisée par une nouvelle guerre civile entre les chefs de clan grecs. À partir du 27 avril 1825, la ville fut assiégée du côté continental par les troupes turques et égyptiennes57. Après un bref relâchement du blocus en octobre, qui permit une dernière fois l’acheminement de vivres et de munitions, les unités turco-égyptiennes réussirent à encercler complètement la ville, du côté continental comme du côté maritime, de sorte qu’à partir de février 1826, il fut totalement impossible de ravitailler la population58. La situation désespérée des assiégés fit l’objet de nombreux poèmes et – comme dans « La forteresse céleste », qui ouvre le recueil Missolonghi de Wilhelm Müller – soulignée par des slogans qui en appelaient à la fermeté des assiégés et servaient ainsi à émouvoir les lecteurs allemands :

  • 59 Wilhelm Müller, « Die Veste des Himmels », in : Maria Verena Leistner et alii, Wilhelm Müller. Werk (...)

Missolonghi, ville des héros, fais flotter le drapeau de la Croix !
Ne compte pas les innombrables qui se dressent devant tes murs !
Ne compte pas les feuilles dans la forêt, ne compte pas le sable sur la grève,
Mais dans les champs célestes compte l’armée d’étoiles de ton Seigneur.
Si tes tonneaux s’assèchent, si tes greniers se vident,
Ne pèse pas la dernière miette, ne mesure pas la dernière goutte.
Ton Sauveur n’a-t-il pas nourri cinq mille hommes avec cinq pains ?
Prie, jusqu’à ce qu’à ton appel la tente céleste se déchire !
La manne descend en pluie sur le sable desséché du désert :
Dieu a une manne pour vous tous – Tendez seulement vos mains sans forces59 !

  • 60 Voir le récit du philhellène suisse directeur du Greek Chronicle Johann Jacob Mayer : Georgios Laga (...)

28À partir de mars 1826, la situation de la population assiégée s’aggrava rapidement. Ayant épuisé toutes ses réserves et pêché tous les poissons de la lagune, la population dut se nourrir de viande d’âne, de chats et de rats pour survivre60. La famine provoqua l’apparition massive de maladies et d’épidémies, et après de nombreuses attaques, qui furent certes toutes repoussées et où les plus lourdes pertes furent subies par les assaillants, les réserves en munition de la ville commencèrent à s’épuiser. Dans cette situation désespérée, la population assiégée depuis près d’un an – des hommes ainsi que des femmes et des enfants habillés en hommes – fit le 22 avril 1826 une tentative de percée qui dès le départ était condamnée à l’échec. Seul un petit nombre de vieillards et de personnes incapables de se déplacer restèrent dans la ville avec le patriarche. Parmi les 10 000 personnes au total qui tentèrent cette évasion nocturne, seul un petit groupe parvint à percer les lignes ennemies. La majorité fut tuée dans la bataille, tandis qu’une autre partie des soldats retourna dans la ville où, avec les vieillards et les femmes qui y étaient restés, ils se donnèrent la mort en mettant le feu aux batteries de munitions et à la réserve de poudre.

  • 61 L’attitude des grandes puissances européennes se modifia à partir de la seconde moitié des années 1 (...)

29Ces événements spectaculaires eurent l’effet d’un signal déclencheur. Le siège de la ville côtière avait déjà réveillé la sympathie et l’intérêt de l’opinion publique européenne. La pression exercée sur les différents gouvernements augmenta tant après la prise de la ville par les troupes turco-égyptiennes, que les grandes puissances européennes se virent contraintes d’intervenir. Il est vrai que depuis l’emprunt accordé par les Anglais au gouvernement grec et depuis le « Protocole de Saint-Pétersbourg » (1826) au plus tard, la politique européenne et internationale avait amorcé un changement d’orientation61. Mais les événements de Missolonghi jouèrent un rôle de catalyseur et contribuèrent au revirement de l’opinion publique européenne qui déboucha sur une politique active des grandes puissances en faveur des Grecs révoltés.

  • 62 Apostolos Vakalopoulos, « Der Philhellenismus der Deutschen während der griechischen Revolution von (...)
  • 63 Gunnar Hering, « Der griechische Unabhängigkeitskrieg und der Philhellenismus », in : Alfred Noe (é (...)
  • 64 Sur la discussion concernant les formes de soutien aux Grecs et sur l’organisation concrète des mes (...)
  • 65 Gunnar Hering, « Der griechische Unabhängigkeitskrieg und der Philhellenismus », in : Alfred Noe (é (...)
  • 66 Ibid., p.þ67.

30En Europe, les activités philhellènes, qui avaient été freinées par les dissensions internes des Grecs et surtout par les mesures de répression massive de la part des autorités, prirent des proportions toutes nouvelles. Dans toute l’Europe et au-delà, les événements de Missolonghi suscitèrent une nouvelle vague de solidarité en faveur des insurgés62, qui mobilisa les masses jusqu’après la bataille de Navarin63. Alors que la première phase du philhellénisme avait été portée par l’effort pour apporter une aide concrète aux combattants grecs sous la forme de dons en argent ou par l’envoi de légions de volontaires64, c’est désormais l’aide humanitaire à la population qui se trouva au premier plan65. La production littéraire, qui n’avait plus à souffrir de mesures restrictives, atteignit son apogée avec les événements de l’année 182666.

31Cet intérêt croissant de l’opinion publique pour la cause des Grecs s’explique en grande partie par le rôle d’information et de propagande que jouèrent les œuvres littéraires et iconographiques en prenant ces événements pour thème. Missolonghi devint le thème prédominant, et fut chanté dans des poèmes, représenté dans des drames, raconté dans des ballades et mis en images dans des peintures monumentales. Il remplit la fonction d’un topos évoquant résistance inflexible, défense de la liberté et de la religion, combat héroïque et martyre, et qui pouvait être utilisé comme un avertissement et un appel adressés aux puissances occidentales pour qu’elles se mettent enfin à soutenir activement les insurgés. Si tous ces thèmes avaient déjà été développés dans la littérature et l’art philhellènes du début des années 1820, ils avaient maintenant acquis une dimension nouvelle et trouvaient leur point d’ancrage dans le destin de la ville qui avait combattu et péri en se sacrifiant.

32Dans un contexte historique marqué par de violents affrontements entre les insurgés grecs et les troupes ottomanes et égyptiennes, c’est-à-dire par le combat d’un parti faible contre un parti ressenti comme très puissant, la rhétorique et l’iconographie des événements de Missolonghi présentaient une tendance nette à privilégier les oppositions binaires. C’est ainsi que dans son poème « Après la chute de Missolonghi », Otto von Deppen tire parti de la puissance émotionnelle de tels procédés afin d’utiliser sa poésie comme un moyen de propagande pour le soutien aux quelques survivants de la catastrophe de Missolonghi. Il recourt à des images contrastées pour dépeindre la fureur du parti le plus fort :

  • 67 Otto von Deppen, « Nach dem Falle Missolounghi’s », in : Abendzeitung, 150, 24 juin 1826, p. 597, s (...)

Ainsi c’est vrai ! elle a remporté la victoire atroce,
La Barbarie sanguinaire.
Le sacrilège est accompli, terrible,
Et – ah ! ma pauvre Hellade n’est pas libre ?

(…)

L’épée furieuse a étranglé tes femmes,
Et tes vierges ont été rafflées par l’infamie ;
La Barbarie s’est attaquée aux cadavres eux-mêmes,
Et les hommes se sont précipités vers les mines

Oh affreux bain de sang ! terrible effroi !
Oh mer de supplices de la malheureuse troupe !
Oh dépeçage bestial, innombrables martyrs,
Oh scène de détresse comme il n’y en eut point67 !

33Contrastant de manière saisissante avec cette description des Turcs comme une horde en proie à la fureur et à la démesure, la deuxième partie du poème suggère une proximité émotionnelle, presque familiale, avec les Hellènes, et fait ainsi du soutien à ces derniers un acte impératif d’amour pour son prochain :

  • 68 Ibid., strophes 9-11 (le poème en comporte 15) : « Sie sind es werth ! Ihr kennt ja Eure Lieben, / (...)

Ils en sont dignes ! Car vous les connaissez, eux qui vous sont chers,
Qui n’ont eu que dédain pour l’égoïsme et la vengeance,
Car vous les connaissez, eux que depuis longtemps un principe meilleur
Anime de nobles désirs et d’aspirations nostalgiques ;

Vous savez bien comment les germes de toute grandeur
Dans la jeune Hellade puissamment se dressent,
Comment les roses, enfouies sous les décombres et la poussière,
Ne s’épanouissent, charmantes, que quand le soleil les choie !

Vous savez bien que ceux qui vous sont chers aspirent
À une noble liberté, un impératif pour les hommes,
Qu’ils ne montrent le poing que pour cette raison
Qu’on les torture bestialement dans la douleur de l’esclavage68.

  • 69 Ph. L., Les Malheurs de la Grèce, scène lyrique, Bruxelles, 1826.

34D’autres œuvres parues peu de temps après les événements, comme par exemple le drame « Les Malheurs de la Grèce, scène lyrique » publié en 1826 sous un pseudonyme69, opposent la furie des conquérants turcs, taxée de barbare, aux horreurs et aux souffrances subies par les Grecs. Exprimé en termes universels, le conflit gréco-ottoman est présenté comme le combat de la barbarie orientale/turque contre l’humanité occidentale/grecque ; c’est dans l’opposition binaire de notions comme « liberté ou tyrannie », ou encore dans le cri de guerre philhellène « la victoire ou la liberté », qu’il acquiert toute son efficacité esthétique. Le thème du sol abreuvé de sang et des fossés de la ville remplis du sang des martyrs est varié à l’infini :

  • 70 H.F.M., « Missolonghi », in : Morgenblatt, n° 129, 31 Mai 1826, p. 513, strophes 1 et 2 (d’un poème (...)

Ah, il m’est impossible de me plaindre et de pleurer,
Un frisson d’effroi me submerge,
Car sur les murs de Missolonghi
Blafard, le Croissant est planté !

Et ici les corbeaux sont attirés
Et le fossé n’est plus qu’un bain de sang
Car ici gît tout entière,
Hellade, ta troupe sacrée70.

35À côté du sens métaphorique donné consciemment à la couleur rouge du sang (par exemple dans le motif de la tache déshonorante qui souille la blancheur du costume national grec), l’image du flot de sang peut aussi être employée comme un moyen rhétorique permettant d’abolir la distance qui sépare les grandes puissances européennes des événements de Grèce :

  • 71 Maßmann, « Lieder von Missolunghi. Auf Missolunghis Trümmern », in : Morgenblatt, n° 205, 28 août 1 (...)

Coule, coule, oh sang des héros,
Coule jusqu’aux portes de Londres,
Que le parlement t’entende,
Afflue, que l’action voie le jour.
Montre-toi sur la Neva,
Que la parole impériale soit prononcée,
Que le charme du Prouth soit brisé,
Et à Stanboul l’odeur de l’Hellade respirée71 !

  • 72 Voir par exemple Rudolf Wyss l’Ancien, « Missolunghi », in : du même, Gesänge für Griechenlands Hel (...)
  • 73 Voir Günter Hartung, « Wilhelm Müllers Griechengedichte », in : Ute Bredemeyer/Christiane Lange (éd (...)

36La répartition des rôles entre les deux partis inégaux fait l’objet de métaphores très claires : les Grecs sont souvent représentés comme des cygnes ou des agneaux, les Turcs et les Égyptiens comme des corbeaux, des vautours, des serpents ou de la vermine72. Cette forme de représentation esthétique du déroulement de la guerre atteint son paroxysme dans le recueil Missolonghi de Wilhelm Müller. Dès les premiers vers de son poème « La forteresse céleste », la création d’un langue portée jusqu’à ses dernières limites va de pair avec l’emploi d’images d’une grande violence73 :

  • 74 Wilhelm Müller, « Die Feste des Himmels », in : Maria Verena Leistner et alii, Wilhelm Müller. Werk (...)

L’Asie a craché sa portée de tigres,
Pour que le sang des enfants grecs viennent rougir ses babines ;
L’Afrique, de ses déserts, fait déferler sur la mer de l’Hellade
Ses hordes de nègres poussés par le souffle mortel du simoun.
Missolonghi, ville des héros, fais flotter le drapeau de la Croix !
Ne compte pas les innombrables qui se tiennent devant tes murs74 !

  • 75 La grande importance de l’image du tigre assoiffé de sang dans la poésie philhellène s’explique pro (...)
  • 76 Sur ce poème, voir l’interprétation convaincante d’Andrea Polascheg dans sa thèse de doctorat à par (...)

37La guerre devient ici l’allégorie d’un combat entre les continents, qui met en scène la ville de Missolonghi réduite à l’extrême dans le rôle de la citadelle européenne en butte aux attaques afro-asiatiques venues du Sud et de l’Est. Müller reprend un thème très répandu dans la poésie philhellène, la métaphore du tigre assoiffé de sang représentant les Ottomans75, et l’enrichit de la référence au vent africain dévastateur qu’est le simoun76.

  • 77 Voir Loukia Droulia, Ouvrages inspirés par la querre de l’indépendance grecque 1821-1833. Répertoir (...)
  • 78 À Sienne, cet opéra fut joué sous le titre « L’Assedio di Corintho melodrama serio » (Loukia Drouli (...)
  • 79 Ainsi par exemple lors de la prise de l’île de Psara en 1824. Voir G.F. Hertzberg, art. « Griechenl (...)
  • 80 Voir Walter Puchner, « Die griechische Revolution von 1821 auf dem deutschen Theater. Ein Kapitel b (...)
  • 81 La pièce fut jouée du 17 au 21 et le 24 septembre 1827. Voir les affiches qui ont été conservées : (...)
  • 82 Voir la reproduction de l’affiche : http://www.nls.uk/​playbills/​search.html (12.03.2005).
  • 83 L’indication scénique est la suivante : « Transformation. Missolonghi est visible ; en haut sur les (...)

38Les soldats et habitants de Missolonghi qui, après la prise de la ville le 24 avril 1826, se donnèrent la mort en provoquant une explosion meurtrière pour les conquérants turcs, n’étaient probablement pas nombreux à avoir conscience que cette issue dramatique pouvait apparaître comme la transposition de la scène finale du drame en vers Le Siège de Corinthe publié par Byron peu de temps auparavant. Mais l’interprétation que l’on fit des événements mit en relation la fiction et la réalité : c’est cela seul qui permet d’expliquer que l’opéra de Gioacchino Rossini Le Siège de Corinthe, dont le véritable sujet étaient les événements historiques de 1715, fut joué en 1826 et en 1836 à l’Opéra de Paris77, et représenté avec un titre légèrement modifié en 1831 à Sienne et en 1836 au King’s Theatre de Londres78. Le suicide collectif, qui avait d’abord pour but d’échapper au destin d’esclaves des Turcs, mais devait aussi provoquer de lourdes pertes dans le camp des ennemis, qu’on avait attirés en aussi grand nombre que possible aux endroits minés, avait déjà été employé plusieurs fois comme moyen de combat79 au cours de la guerre gréco-turque et représenté dans la littérature80. Mais on ne commença réellement à s’intéresser à ce motif qu’à partir de 1826, dans le contexte de la conquête de Missolonghi. C’est surtout dans les textes en prose et les pièces de théâtre que l’explosion des mines fut employée comme élément dramatique et spectaculaire. Ainsi les spectateurs du Royal Amphitheatre de Londres purent-ils, trois mois seulement après la prise de la ville, assister au « spectacle mélodramatique » Le Siège de Missolonghi, ou le massacre des Grecs (Siege of Missolonghi or, the massacre of the Greecs) de J.H. Amherst, qui culminait dans l’autodestruction de la ville représentée à grands renforts de moyens pyrotechniques. Cette pièce fut jouée six fois au Theatre Royal of Birmingham81 et au Caledonian Theatre d’Edinburgh82 en septembre de l’année suivante, sous le titre La Chute de Missolonghi, ou le massacre des Grecs (The fall of Missolonghi or, the massacre of the Greecs). Dans la pièce en trois actes La chute de Missolonghi (Der Fall von Missolonghi) du professeur de français et de mathématiques munichois Gustav Joseph Krahe, qui fut publiée en 1828, l’action se termine, selon l’indication scénique finale, par la représentation de l’explosion des mines83.

  • 84 Voir par exemple des titres comme : Eduard Kneiff, Notis Botzaris ou la prise de Missolonghi. Tragé (...)
  • 85 C’est le cas par exemple dans Gustav J. Krahe, Der Fall von Missolunghi. Drama in 3 Akten. Frey bea (...)
  • 86 C’est le cas dans A. von Tromlitz, Sämtliche Schriften. Achzehntes Bändchen. Der Fall von Missolung (...)

39Le commandant de la forteresse responsable des mesures de défense était Notis Botzaris, fils du héros de la liberté Markos Botzaris, qui en son temps avait été célèbre dans toute l’Europe. Son lien de parenté avec ce dernier et la célébrité de son nom (dès cette époque source de confusion) ne furent pas étrangers au rôle majeur qu’on lui attribua dans de nombreux textes en prose84. Il lui arrive ainsi d’apparaître sous les traits du père d’une jolie jeune fille nommée Hellena dont le protagoniste de l’action devient amoureux85, ou encore d’être représenté comme un bon père de famille qui offre l’asile à des fugitifs en détresse dans la maison de sa mère, décrite comme une veuve pleine de courage dans la souffrance et de sollicitude maternelle86.

  • 87 Voir par exemple le tableau de von Odevaere nommé plus haut, ainsi que les nombreux exemples donnés (...)
  • 88 George Croly, On the ruins of Mesolonghi, in : du même, The poetical works in two volumes.Volume 2, (...)
  • 89 Arnal Lafon, Les Ruines de Missolonghi, Paris, 1826.
  • 90 J.-B. Leveé, Stances sur la ruine de Missolonghi et sur Les Espérances des Grecs. Par J.-B. Leveé, (...)
  • 91 C’est le cas par exemple quand les ruines de la ville détruite sont qualifiées de « décombres ». Vo (...)

40Bien que la fondation de Missolonghi au xvie siècle n’ait pas permis à cette ville de susciter d’authentiques réminiscences de l’Antiquité classique, on distingue cependant dans les représentations artistiques de l’exode des stratégies permettant d’introduire des références littéraires ou visuelles à l’Antiquité. C’est ainsi que dans de nombreux tableaux, les colonnes renversées ou la représentation à l’arrière-plan de monuments d’architecture antiques87 rendent possible l’intégration des événements dans le discours sur l’Antiquité. L’explosion et l’autodestruction de la ville créèrent un paysage de désolation qui, pour plus d’un auteur littéraire, évoquait les ruines des monuments antiques. Par leurs titres, tels Sur les ruines de Missolonghi88, Les Ruines de Missolonghi89ou Stances sur la ruine de Missolonghi et sur les espérances des Grecs90, de nombreuses œuvres firent référence à ce passé idéalisé. La représentation imaginaire et saturée de références de ce passé compris comme un idéal, mais aussi montré comme victime d’une destruction, servait bien souvent d’argument rhétorique permettant d’accréditer la thèse d’une rupture culturelle due aux barbares orientaux91.

  • 92 L’interprétation de la bataille des Thermopyles, qui devait avoir une riche postérité, et surtout l (...)
  • 93 H.F. Eisenbach (trad.), Jakovaky Rizo Nerulos : Geschichte des neueren Griechenlandes seit der Zeit (...)
  • 94 Voir pour la France, les nombreux exemples donnés par Nina Athanassoglu-Kallmyer, French images fro (...)
  • 95 Voir FriedgarLöbker, Antike Topoi in der deutschen Philhellenenliteratur : Untersuchungen zur Antik (...)
  • 96 Friedrich Schiller, Gedichte, in : Helmut Koopmann (éd.), Friedrich Schiller : Gedichte, Erzählunge (...)

41Mais outre ces formes visuelles et rhétoriques de mise en relation du présent avec l’Antiquité, on établissait aussi des points de contact avec le passé à un niveau pragmatique : la dernière action de Markos Botzaris, qui, avec un bataillon de Souliotes, empêcha la puissance turque commandée par Mustapha Pacha d’entrer en Arcanie, et donc d’atteindre Missolonghi (voir plus haut), fut ainsi magnifiée et interprétée comme un sacrifice par référence à l’Antiquité. Ce héros de la liberté put ainsi être présenté comme une sorte de réincarnation de Léonidas, qui, en 480 av. J.-C, avait tenté en vain avec trois cents Spartiates de barrer le passage des Thermopyles aux Perses commandés par Xerxès, et qui y avait trouvé la mort avec sa troupe92. Des témoignages contemporains des événements rapportent que Lord Byron, lors de sa réception en grande pompe dans le bâtiment du gouvernement de la ville de Missolonghi, avait déjà demandé où était le « frère du nouveau Léonidas » ; sur quoi Constantin Botzaris s’était présenté et avait été salué par le poète comme le frère bienheureux de l’homme « dont la mémoire ne sera jamais effacée par les siècles suivants93 ». Durant ces années, les représentations antiquisantes du héros de la liberté grec en Léonidas sont un motif récurrent dans les Beaux-Arts94, de même que la mise en parallèle des deux personnages dans les journaux et la poésie de circonstance95. Si ce motif fut particulièrement répandu dans la poésie de circonstance allemande, c’est probablement dû en grande partie au retentissement qu’avait eu la traduction et l’utilisation par Schiller du fragment sur les Thermopyles dans son poème de 1795 « La promenade » (« Der Spaziergang »)96. C’est précisément parce qu’avec Markos Botzaris, un grand personnage se trouvait à la fois lié au mythe antique et à la ville de Missolonghi, pour laquelle il s’était sacrifié, que les événements de l’année 1826 purent être interprétés comme le sacrifice d’elle-même par une population de Missolonghi digne de ses célèbres ancêtres (spartiates), dont elle aurait suivi le modèle. Dans une perspective argumentative, cela pouvait d’un côté être considéré comme un signe positif suggérant que le courage des anciens Grecs perdurait chez les nouveaux Hellènes :

  • 97 N.N., « Die alten und die neuen Griechen », in : Schweizerische Monatschronik, mai 1826, p. 109 sq. (...)

Pourquoi chantez-vous, chanteurs, les combats des Anciens
Et louez-vous la hardiesse des temps passés ?
Comme si les héros avaient disparu !
Encore aujourd’hui vivent les héros, encore aujourd’hui vit leur courage,
Ainsi nous l’apprend l’ardeur des combats de Missolonghi.

Certes, dans le chœur éternel des astres brille
Le nom de Léonidas, magnifique,
Et il vit dans la bouche de Clio.
Mais plus grandioses et plus magnifiques sont les feux que jettent
Botzaris et sa troupe de guerriers fidèles97.

42Mais dans la poésie de cette époque, ce motif pouvait aussi être mis au service d’interprétations pessimistes qui chantaient la disparition irréversible de la culture classique :

  • 98 George Croly, « On the ruins of Mesolonghi », in : du même, The poetical works in two volumes, Volu (...)

Esprits glorieux ! vous êtes passés ;
Sur le sol votre sang s’est figé,
Tour et bastion, tout a été pris.
Autour des nouvelles Thermopyles
Repose le sang, reposeþla terre,
Vers les hauteurs célestes l’âme est partie98 !

  • 99 Voir par exemple George Croly, « On the ruins of Mesolonghi », in : du même, The poetical works in (...)

43Le fait que les grandes puissances aient jusqu’alors omis de venir en aide aux combattants grecs fut considéré dans l’opinion comme le manquement à un devoir d’assistance. Cet argument constitua un élément récurrent de la poésie qui vit le jour avec la prise de Missolonghi ; par là, il put aussi être instrumentalisé dans le sens d’un appel aux grandes puissances les exhortant à faire oublier cette faute par une intervention d’autant plus déterminée99.

  • 100 Norbert Miller, « Europäischer Philhellenismus zwischen Winckelmann und Byron », in : Propyläen-Ges (...)

44La chute de Missolonghi pouvait être comprise comme un sacrifice à la fois proche de l’idéal antique et susceptible d’être combiné à des motifs nostalgiques romantiques. De ce point de vue, la « juxtaposition de l’horreur et de l’univers des contes, telle qu’elle s’esquissait [entre autres, G.H.] dans les récits de Byron (…)100 » semblait avoir été rattrapée, et même dépassée, par la réalité. C’est ainsi que le tableau de E. de Lunsac intitulé « Scène de la sortie » (« Scene from the sortie ») et daté de 1827 montre une mère dont le mari défunt gît sur le sol à la manière d’un héros antique, tandis qu’elle tient sur ses genoux son fils mort, représenté en costume national grec, et dirige son poignard vers soi en un geste pathétique, afin de se donner elle-même le coup de grâce.

  • 101 Voir Hérodote, Histoires, VII 104,5.
  • 102 Voir Max L. Baeumer, « Klassizität und republikanische Freiheit in der außerdeutschen Winckelmann-R (...)

45On pouvait en outre établir une relation directe entre les anciens et les nouveaux Hellènes en rapprochant le cri de guerre des insurgés grecs « la victoire ou la liberté » de l’exigence spartiate de ne rentrer de la bataille que « avec le bouclier ou sur le bouclier »101, qui avait trouvé sa formulation la plus marquante dans la devise « la victoire ou la mort ». Cela permettait d’une part de transposer dans le présent les idéaux de liberté que Winckelmann avait considérés comme une condition essentielle au développement de la civilisation antique102, mais aussi de formuler des idéaux démocratiques propres au Vormärz bourgeois. À côté des déclarations enthousiastes qui saluaient dans la guerre de libération grecque un bouleversement révolutionnaire, d’autres voix s’élevaient, qui marquaient nettement la différence entre le soulèvement grec et la situation qui se présentait chez eux (ici en Saxe) :

  • 103 Otto von Deppen, « Nach dem Falle Missolunghi’s », in : Abendzeitung, 150, 24 juin 1826, p. 597 (st (...)

Vous savez bien que ceux qui vous sont chers aspirent
À une noble liberté, un impératif pour les hommes,
Qu’ils ne montrent le poing que pour cette raison
Qu’on les torture bestialement dans la douleur de l’esclavage.

Oh oui, vous le savez, qu’ils n’auraient jamais pris les armes
Si, comme nous, un prince clément les avait guidés,
Qu’elles sont injustes et illégitimes, les chaînes
Que – ah, peut-être ! – une lutte hardie brisera103 !

  • 104 Cette argumentation est encore employée par certains auteurs grecs, quand ils nomment Missolonghi « (...)

46Comme la lutte de libération des Grecs dans son ensemble, les événements de Missolonghi étaient résolument placés sous le signe du combat entre les religions. C’est ainsi que dans le roman La Chute de Missolonghi (Der Fall von Missolunghi), cette ville se trouve élevée au rang de lieu sacré pour la chrétienté104, et associée à l’arrivée des Croisés aux portes de Jérusalem. Les héros du roman, qui accourent pour tenter – en vain – de venir au secours des assiégés, ne peuvent se soustraire à l’atmosphère religieuse des lieux :

Mais losqu’ils tournèrent leurs regards plus vers l’Est, ils virent, comme surgies des flots, les tours de Missolonghi avec leurs croix dorées briller d’un éclat splendide dans la lumière du matin, ils virent Antoliko avec son port, et le rocailleux Vassilides, contrefort inébranlable de la ville. Tout en haut, près des salines, ils aperçurent les tentes des Turcs, qui recouvraient la ville comme un grand linceul. Alors, comme le firent jadis les hérauts de la Croix à la vue de la Ville Sainte, ils tombèrent à genoux et adressèrent en silence leur prière matinale au Dieu de miséricorde. (…)

  • 105 A. von Tromlitz [Karl August Friedrich von Witzleben], Der Fall von Missolunghi, in : du même, Sämt (...)

Bienvenue, bienvenue à toi, ferme rempart de la foi et de la liberté ! s’écrièrent les Grecs en sautant sur leurs pieds ; saisi d’enthousiasme à la vue de Missolonghi105 (…)

  • 106 Voir par exemple RegineQuack-Eustathiades, Der deutsche Philhellenismus während des griechischen Fr (...)
  • 107 Voir Maßmann, « Laurentii Rost (Lieder von Missolunghi) », in : Morgenblatt, n° 189, 9 août 1826, p (...)

47Dans le contexte d’une nouvelle croisade de la chrétienté contre l’Islam, ainsi que fut désignée la guerre gréco-turque peu de temps après le soulèvement de 1821106, les événements de Missolonghi acquirent la fonction de sacrifice religieux. Certaines personnes, comme tel ecclésiastique de l’île de Vassiladi (devant Missolonghi), dont on rapportait qu’il avait péri par le feu, furent déclarés martyrs par analogie avec les Vies de saints chrétiennes107. Mais la ville, comme personnification d’une collectivité, pouvait aussi endosser le rôle de victime religieuse :

  • 108 Maßmann, « Lieder von Missolunghi. Nach Stambul », in : Morgenblatt, n° 165, 12 juillet 1826, p. 65 (...)

Mais pour l’éternité transfigurée
Dans l’aurore de la gloire,
Tu t’élances, toi la ville qui prouva sa valeur,
Et s’offrit sincèrement pour la Croix,
Vers le plus purþsacrifice !

Missolonghi, murs sacrés,
Nouvelle Saragosse chrétienne !
Non, je ne veux plus te pleurer,
Je veux te dédier mon chant, toujours renouvelé,
Bénie soit ta fidélité108 !

  • 109 Voir par exemple la scène de la communion dans A. von Tromlitz, Der Fall von Missolunghi (roman : A (...)

48Dans la littérature comme dans les Beaux-Arts, les représentations bouleversantes de la dernière communion que la population reçut dans la cathédrale juste avant l’exode désespéré permettaient d’attirer la sympathie des lecteurs, effet parfois renforcé par le contraste dû à une scène orientalisante que l’action principale avait pour toile de fond109.

49Dans ce contexte, l’opposition entre l’Antiquité païenne et le présent chrétien, souvent source de tension entre différents niveaux d’argumentation, pouvait être dépassée par l’établissement d’une succession temporelle et logique entre les sacrifices païens et chrétiens, comme dans le poème de Victor Hugo « Les Têtes du Sérail » :

  • 110 Victor Hugo, Les Orientales. Édition critique avec une introduction, des notices, des variantes et (...)

Hélas ! vous êtes saints et vous êtes sublimes,
Confesseurs, demi-dieux, fraternelles victimes !
Votre bras au combat s’est longtemps signalé ;
Morts, vous êtes tous trois souillés par des mains viles.
Voici votre Calvaire après vos Thermopyles ;
Pour tous les dévouements votre sang a coulé110 !

50Le tableau monumental de Théodore Vrizakis « Sortie de Missolonghi », daté de 1827, situe l’exode en-dessous de la sphère céleste où le Christ, entouré de troupes d’anges, observe les événements en juge du monde. La représentation au centre du tableau des Grecs défaits au combat et la direction de la lumière, qui font apparaître les Grecs et leur drapeau bleu et blanc comme illuminés par les rayons divins, transforment l’événement en apothéose. De manière analogue, Wilhelm Müller interprète l’explosion de la ville commme une montée au ciel, par laquelle les tombeaux s’ouvrent d’eux-mêmes et les morts obtiennent le salut dans une sorte d’imitation du Christ :

  • 111 Wilhelm Müller : « Missolunghi’s Himmelfahrt », in : Maria Verena Leistner u.a., Wilhelm Müller. We (...)

Missolonghi, toi, tu serais tombée ? – Non, tu n’est pas tombée.
Dans le tonnerre du triomphe, dans la lumière enflammée des éclairs,
Tu es montée au ciel, pierre et terre, tours et murs,
Armes de la victoire, membres des héros, tout dans une brusque détonation !
Même les corps que tu gardais dans l’obscur giron du caveau,
Tu les as portés là-haut dans l’air pur de l’éther,
Où les âmes qui vécurent avec eux le temps de leur vie,
Dans l’allégresse les retrouvèrent, ces corps sauvés de l’infamie.
Vois, et dans ces lieux saints où se dressait la forteresse des martyrs,
Il ne reste qu’un tas de cendres sur la grève abreuvée de sang111.

51Une telle vision d’avenir pouvait se déployer, comme chez Müller, dans une perspective chrétienne et métaphysique, ou bien dans une perspective utopique, comme dans « Les têtes du sérail » de Victor Hugo, où, lors d’une fête de joie dans un sérail turc, les têtes empalées de l’amiral grec Constantin Canaris, de Markos Botzaris arraché au tombeau par les Turcs et du patriarche de l’Église orthodoxe grecque entonnent un chant à la louange de Missolonghi vaincue. Dans d’autres représentations des faits, la chute de la citadelle, qui en général n’est pas considérée comme une conséquence de l’habileté de l’ennemi, mais comme un effet de la famine et donc d’un destin supérieur, est interprétée comme le signal annonciateur d’un combat devant finalement déboucher malgré tout sur la victoire terrestre :

  • 112 Luwig von Bayern, « Nachruf an Missolunghi », in : Gedichte des Königs Ludwig von Bayern. Zweyter T (...)

Ton sort est le plus glorieux de tous,
Rien de comparable dans l’histoire du monde,
Jamais victoire ne fut plus grandiose que ta chute ;
La flamme des mines est la lumière de ta transfiguration !

L’épée de l’ennemi ne t’a pas vaincue
Tu as succombé à la seule famine,
Défenseurs de la ville, vous l’avez conquise,
La gloire suprême, dans la mort volontaire.

Vers le ciel se sont élancés tes murs, tes maisons,
Et dans le ciel s’élève doucement ta troupe de héros,
L’ennemi n’est entré que dans un tombeau,
Et plus grand est pour lui maintenant le danger.

Ta chute est ta victoire ; sur les murs de Missolonghi
Furent brisés l’orgueil et la force de l’ennemi,
Il ne peut que pleurer ses armées les meilleures,
L’Hellade tout entière, maintenant éveillée, aspire au combat112.

  • 113 Sur l’interprétation de ce tableau, sur les différentes étapes de sa genèse et sur sa riche récepti (...)

52Mais les aspirations, les déceptions romantiques et l’espoir en une intervention des grandes puissances européennens trouvèrent leur expression la plus claire dans le tableau « La Grèce sur les ruines de Missolonghi », peint par Delacroix en 1826, et qui acquit bientôt le statut d’emblème de l’insurrection grecque113. Les décombres d’où surgit l’Hellade, personnifiée sous les traits d’une combattante de la liberté, évoquent à la fois les tombeaux ouverts des Grecs morts au combat et les ruines de murailles antiques délabrées. Cette double, voire multiple codification du message dans le tableau se poursuit de manière analogue dans la figure du Noir coiffé d’un turban, qui renvoie à la fois aux assaillants turcs et aux troupes de leur allié égyptien. Les traits maternels de la figure féminine, dont le manteau bleu et rouge reprend des éléments essentiels de l’iconographie mariale, et son geste désespéré et implorant sont un appel à l’aide et à la sollicitude. De même, la représentation de la cape, référence aux attributs royaux, peut être comprise comme un appel à l’intervention des grandes puissances. Cette œuvre fut rétrospectivement mise en relation avec la représentation de la liberté telle qu’elle apparaît sur le tableau « La liberté guidant le peuple » peint par le même artiste en 1830 dans le contexte de la Révolution de Juillet, et elle se trouva associée aux idéaux républicains : elle put ainsi réunir de manière presque parfaite les différents niveaux de signification associés au nom de Missolonghi.

53Dans le contexte de la guerre de libération grecque, Missolonghi joua le rôle d’un topos capable de réunir des représentations classiques et romantiques, politiques et religieuses, antiquisantes et utopiques. À partir du siège et de la chute de la ville au plus tard, elle put servir de synecdoque d’une tragédie survenue sur le sol classique et où réalité et fiction semblaient se fondre. Ce résultat fut dû en grande partie à des processus complexes de transferts interculturels, qui étaient largement liés à la personne de Lord Byron. Espérances et traumatismes, fantasmes romantiques et objectifs concrets venant de directions et de groupes d’intérêts divers vinrent se fixer sur Missolonghi ; inversement, les événements survenus dans la ville portuaire grecque déterminèrent largement l’image que le monde se fit de la Grèce moderne pendant une courte période. Seule l’analyse de ces processus permet de comprendre comment une petite ville portuaire située au bord du Golfe de Corinthe put tenir le monde en haleine des années durant.

Haut de page

Notes

1 On trouvera une vue d’ensemble de la chronologie des événements dans les ouvrages suivants : William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Londres/New York/Toronto, 1972 ; Douglas Dakin, The Greek struggle for independence. 1821-1833, Londres, 1973 ; Gunnar Hering, « Der griechische Unabhängigkeitskrieg und der Philhellenismus », in : Alfred Noe (éd.), Der Philhellenismus in der westeuropäischen Literatur 1780-1830, Amsterdam, Atlanta/GA, 1994, p. 17-72. Pour une présentation des événements par des contemporains, voir George Finlay, History of the Greek Revolution, 2 vol, Edinburgh, 1861, ainsi que G.F. Hertzberg, art. « Griechenland. B. Griechenland im Mittelalter und in der Neuzeit. Geschichte Griechenlands im neunzehnten Jahrhundert », in : Allgemeine Encyclopädie der Wissenschaften und Künste in alphabetischer Folge von genannten Schriftstellern bearbeitet und herausgegeben von Johann Samuel Ersch und Johann Gottfried Gruber, 1re section, vol. 87, p. 107-236.

Pour une vue d’ensemble de la littérature secondaire concernant le philhellénisme allemand, la référence est toujours Robert F. Arnold, « Der deutsche Philhellenismus. Kultur- und literarhistorische Untersuchungen », in : Euphorion, Ergänzungsheft 2, Bamberg, 1896, p. 71-181. La bibliographie fournie de Loukia Droulia, qui répertorie des ouvrages publiés dans toute l’Europe, nécessite d’être complétée : Loukia Droulia, Ouvrages inspirés par la guerre de l’indépendance grecque 1821-1833. Répertoire bibliographique. (Centre de recherches néo-helléniques de la Fondation nationale de la recherche scientifique, t. 17), Athènes, 1974.

2 Voir NatalieKlein, « L’humanité, le christianisme, et la liberté » : Die internationale philhellenische Vereinsbewegung der 1820er Jahre, Mainz, 2000.

3 Voir Christoph Hauser, Anfänge bürgerlicher Organisation : Philhellenismus und Frühliberalismus in Südwestdeutschland (Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft 87), Göttingen, 1990, et Freiburg (Breisgau), Université, thèse de doctorat, 1988.

4 Walter Puchner, « Die griechische Revolution von 1821 auf dem deutschen Theater. Ein Kapitel bürgerlicher Trivialdramatik und romantisch-exotischer Melodramatik im deutschen Vormärz », in : Südost-Forschungen. Internationale Zeitschrift für Geschichte, Kultur und Landeskunde Südost-europas, 1996, n° 55, p. 85-127 ; Hans-Georg Werner, Die philhellenische Lyrik, in : Hans-Georg Werner, Geschichte des politischen Gedichts in Deutschland von 1815 bis 1840, 2 Berlin/Weimar, 1971, p. 112-145.

5 Sur la chronologie des événements, voir William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Londres/New York/Toronto, 1972, p. 101 sq., 109 sq., 252-243.

Ce sujet n’a toujours pas fait l’objet d’une étude approfondie. Les descriptions des événements dues à des contemporains ou à des Grecs ont souvent une forte connotation idéologique. Voir par exemple Auguste Fabre, Histoire du siége de Missolonghi, suivie de piéces justificatives, Paris, 1827 ; Odysseus Maroulis, TeleutaíapoliorkíatowuMesologgíou, 15. ’Aprilíou 1825- 15. ’Aprilíou 1826, Athènes, 1926.

La réception de l’événement est étudié par Jean Dimakis : La presse française face à la chute de Missolonghi et à la bataille navale de Navarin. Recherches sur les sources du philhellenismé français (Institut for Balkan Studies 162). Thessaloniki 1976. Je n’ai pas eu accès au livre de Stephanos Protopoulos, TòMesológgikaìojilellhnismòV. Jannina, 1971.

6 Sur la notion de « topoi matériels », compris comme « les principes formels les plus généraux d’arguments possibles » voir Josef Kopperschmidt, « Formale Topik », in : Gert Ueding (éd.), Rhetorik zwischen den Wissenschaften, Tübingen, 1991, p. 53-62, ici p. 53 sq. Sur cette notion de topos comprise

7 Voir à ce sujet les indications données par Norbert Müller, « Europäischer Philhellenismus zwischen Winckelmann und Byron », in : Propyläen-Geschichte der Literatur, t. 4, Berlin, 1984, p. 315-366, ici p. 353-366. Sur les racines de cette image de la Grèce comme résultat d’une projection de représentations préalables, voir Wolf Seidl, « Das Land der Griechen mit der Seele suchend… Über das Griechenlandbild der deutschen Klassik », in : Evangelos Konstantinou / Ursula Wiedemann (éd.) : Europäischer Philhellenismus : Ursachen und Wirkungen (Philhellenistische Studien 1), Neuried, 1989, p. 15-36, et, dans la perspective de la réception de l’Antiquité, FriedgarLöbker, Antike Topoi in der deutschen Philhellenenliteratur : Untersuchungen zur Antikerezeption in der Zeit des griechischen Unabhängigkeitskrieges (1821-1829), Munich, 2000. J’ai le projet de publier une étude plus complète sur ce sujet.

8 DavidRoessel, In Byrons Shadow. Modern Greece in the english & american imagination, Oxford, 2002, p. 73 ; William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Londres/New York/Toronto, 1972, p. 243.

9 Ces questions qui se trouvent au centre de la théorie des transferts culturels se révèlent particulièrement pertinentes dans le cas du philhellénisme, phénomène qui concerna l’Europe dans son ensemble. Sur les bases théoriques de cet axe de recherches, voir Michel Espagne/ Michael Werner, « Deutsch-Französischer Kulturtransfer im 18. und 19. Jahrhundert. Zu einem neuen interdisziplinären Forschungsprogramm des C.N.R.S. », in : Francia, 1985, n° 13, p. 502-510.
Le recueil plein de mérites d’Alfred Noe (éd.), Der Philhellenismus in der westeuropäischen Literatur 1780-1830, Amsterdam, Atlanta/GA, 1994, qui décrit pour la première fois les formes prises par ce phénomène dans les différents pays européens, ne fait malheureusement qu’un état des lieux et ne propose aucune analyse des interactions entre elles.

10 Sur ce sujet, voir par exemple Gunnar Hering, « Der griechische Unabhängigkeitskrieg und der Philhellenismus », in : Alfred Noe (éd.), Der Philhellenismus in der westeuropäischen Literatur 1780-1830, Amsterdam, Atlanta/GA, 1994, p. 17-72.

11 Étant donné que – malgré de nombreuses recherches publiées ces dernières années – la littérature philhellène en général (voir par exemple les « Philhellenische Studien » publiées en grande partie par Evangelos Konstantinou), mais surtout celle qui concerne Missolonghi, n’a été étudiée que de manière incomplète, les réflexions présentes ne peuvent avoir qu’un caractère provisoire.

12 Voir mon article « Wissenstransfer in der Literatur des deutschen Philhellenismus », à paraître sous peu dans la revue Scientia poetica.

13 Un premier recensement bibliographique (loin d’être complet) de textes qui traitent de ce thème comprend près de cent titres (ouvrages publiés séparément et recueils collectifs).

14 Antones B. Lampropoulos, Τò Μεσολóγγι. ‘Η ‘ιερ’α Πóλη Μ’η τρα τ’η ς Ελλάδος. ‘Ιστóρια, Λαογραϕíα, Γράμματα, Περιηγ’ηση, Αξιοθεά, Athènes, 2003.

15 Voir FriedgarLöbker, Antike Topoi in der deutschen Philhellenenliteratur : Untersuchungen zur Antikerezeption in der Zeit des griechischen Unabhängigkeitskrieges (1821-1829), Munich, 2000.
Dans son appel en faveur du soutien au soulèvement de 1821, Alexandre Ypsilanti s’était déjà servi de l’analogie entre l’aspiration à la liberté des Anciens et celle de ses contemporains, et avait ainsi instrumentalisé tout à fait consciemment cet élément émotionnel du discours sur l’Antiquité.

16 William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Londres/New York/Toronto, 1972, p. 101 sq.

17 Gedichte des Königs Ludwig von Bayern. Zweyter Theil. Zweyte, vermehrte Auflage, Munich, 1829, p. 23 : « Des Kreuzes Fahne siegreich weht, / Vor ihr zerschmettert liegen die Barbaren, / Sie sind nicht mehr die Tausende, sie waren, / Und trotzend Missolunghi steht. // Jetzt des Geschützes Donner schweigt, / Gott den Allmächtigen die Herzen loben, / In Wonnenrausch ist jede Brust gehoben, / Des Jubels Ruf zum Himmel steigt. // Es hüllt in Nacht der Pulverdampf / Die Gegend weit, da fällt ein Strahl des Lichtes / Hin auf die blut’ge Stätte des Gerichtes, / Und sieh ! Geendet ist der Kampf. // Wie auch gestürmt der Feinde Wuth, / In Trümmern Missolunghi’s Mauern sanken, / Vermochte doch die Helden nichts zum Wanken ; / Die Erde bebte, fest ihr Muth. »

18 Friedrich Bülau, « Missolunghi », in : Abend-Blatt, n° 143, 16 juin 1826, p. 45 sq : « Nur Missolunghi’s Felsen widerstand, / Bestimmt, des Feindes freche Wuth zu brechen, / Durch lange Schmach sein kurzes Glück zu rächen / Und ihm zu zeigen, daß er Männer fand. / Es trotzte hier ein Haufe armer Krieger / Unzähl’gen Heeren beutetrunk’ner Sieger, / Erneute Stürme brachte jeder Tag / Und jeder Sturm war auch der Feinde Schmach, / Ob furchtbar auch die Feinde umringen, / Ihr Felsenmuth war nimmer zu bezwingen. » Il s’agit ici de la onzième strophe de ce poème de 13 strophes qui s’ouvre sur une idylle évoquant le printemps en Allemagne, créant ainsi un contraste avec les événments de Grèce décrits ensuite.

19 William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Londres/New York/Toronto, 1972, p. 101 sq.

20 Ces chiffres sont donnés par G.F. Hertzberg, art. « Griechenland. B. Griechenland im Mittelalter und in der Neuzeit. Geschichte Griechenlands im neunzehnten Jahrhundert », in : Allgemeine Encyclopädie der Wissenschaften und Künste in alphabetischer Folge von genannten Schriftstellern bearbeitet und herausgegeben von Johann Samuel Ersch und Johann Gottfried Gruber, 1re section, t. 87, p. 107-236, ici p. 152 sq.

21 Voir FriedgarLöbker, Antike Topoi in der deutschen Philhellenenliteratur : Untersuchungen zur Antikerezeption in der Zeit des griechischen Unabhängigkeitskrieges (1821-1829), Munich, 2000. Le motif du phénix joue aussi un rôle important (bien que relativement restreint en pourcentage) dans le traitement littéraire des événements de Missolonghi. Voir par exemple le poème « Les fleurs du printemps » (« Die Frühlingsblumen ») de Maßmann : « Fleurs parfumées, vous me saluez gentiment comme hier, / Mais ma joie et mon plaisir sont morts, / Car vos sœurs printanières bleues et blanches / À Missolonghi se sont teintées de rouge ! // Elles sont inondées du sang des héros, / Le sol est abreuvé du sang des chrétiens. / Oh, qu’à chaque printemps elles éclosent rouge sang, / Pour que nous nous souvenions de nos frères ! // Quand chaque soir, le ciel se teint de rouge, je deviens plus morose, / C’est un rappel pressant, comme si la lumière de Missolonghi brillait de nouveau : / Quand chaque matin, le ciel se teint de rouge, je regarde là-bas, / Pour voir s’il n’apparaît pas, venu du sud, un phénix. » (« Ihr duft’gen Blumen grüßt mich lieb wie gestern, / Doch meine Freud und Lust ist gänzlich todt, / Denn eure weiß und blauen Frühlingsschwestern / Sie färbten sich auf Missolunghi roth ! // Sie sind mit heil’gem Heldenblut begossen, / Der Boden ist mit Christenblut getränkt. / O daß sie jeden Frühling blutig sprossen, / Damit der Brüder man dabey gedenkt ! // Mit jedem Abendroth wird’s in mir trüber, / Es mahnt wie Missolunghi’s Widerschein : / In jedes Morgenroth schau ich hinüber, / Ob nicht von Süden fliegt ein Phönix drein. »).

22 Gedichte des Königs Ludwig von Bayern. Zweyter Theil. Zweyte, vermehrte Auflage, Munich, 1829, p. 23 : « Heil Hellas dir ! Zu Land und Meer / Die Heimath alter, Heimath neuer Helden, / Die sich ein Fels dem Feind entgegen stellten / Du ragst vor Allen, hoch und hehr. »

23 Voir William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Londres/New York/Toronto, 1972, p. 101, ainsi que G.F. Hertzberg, art. : « Griechenland. B. Griechenland im Mittelalter und in der Neuzeit. Geschichte Griechenlands im neunzehnten Jahrhundert », in : Allgemeine Encyclopädie der Wissenschaften und Künste in alphabetischer Folge von genannten Schriftstellern bearbeitet und herausgegeben von Johann Samuel Ersch und Johann Gottfried Gruber, 1re section, t. 87, p. 107-236, ici p. 152.

24 Gedichte des Königs Ludwig von Bayern. Zweyter Theil. Zweyte, vermehrte Auflage, Munich, 1829, p. 38 (première, troisème et quatrième strophes) : « Jede, jede Sprache ist zu arm, / O ! um das entzückendste Entzücken, / Was das Herz durchflammet, auszudrücken, / Wenn’s zum Jubel reißt aus tiefstem Harm. // (…) // Missolunghi siegend, siegend steht ! / Lasse, daß in dem Gefühl ich schwelge, / Daß ich mich berausche mit dem Kelche / Dieser Wonne, welche nie vergeht. // Abgewendet ist der Donnerschlag ! / Nicht von dem Gedanken kann ich lassen, / Wenn gleich diese Seligkeit zu fassen / Nicht mein überglücklich Herz vermag. »

25 Sur Norman-Ehrenfels, voir Wilhelm Barth / Max Kehring-Korn, Die Philhellenenzeit. Von der Mitte des 18. Jahrhunderts bis zur Ermordung Kapodistrias‘ am 9. Oktober 1831. Mit einem ausführlichen Namensverzeichnis der europäischen und amerikanischen Philhellenen, Munich, 1960, p. 188-191.

26 William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Londres/New York/Toronto, 1972, p. 101.

27 Ibid.

28 Wilhelm Müller, « Mark Bozzarri », in : Maria Verena Leistner et alii, Wilhelm Müller. Werke, Tagebücher, Briefe, t. 1, p. 267-269 (publié pour la première fois dans le Literarisches Conversationsblatt, n° 179, 4 décembre 1823, avec quelques variantes) : « Öffne deine hohen Thore, Missolunghi, Stadt der Ehren, / Wo der Helden Leichen ruhen, die uns fröhlich sterben lehren ! / Öffne deine hohen Thore, öffne deine tiefen Grüfte, / Auf, und streue Lorbeerreiser auf den Pfad und in die Lüfte ! / Mark Bozzari’s edlen Leib bringen wir zu dir getragen,þ/ Mark Bozzari’s ! Wer darf’s wagen, solchen Helden zu beklagen ? / Willst zuerst du seine Wunden oder seine Siege zählen / Keinem Sieg wird eine Wunde, keiner Wund’ ein Sieg hier fehlen. »

29 Il s’agit ici d’un jeu de mots sur le nom du général : « Fels der Ehren » reprend le nom « Ehrenfels » du général Normann-Ehrenfels (n.d.t.).

30 Wilhelm Müller, « Mark Bozzarri », in : Maria Verena Leistner et alii, Wilhelm Müller. Werke, Tagebücher, Briefe, t. 1, p. 267-269 : « Öffne deine hohen Thore, Missolunghi, Stadt der Ehren, / Wo der Helden Leichen ruhen, die uns fröhlich sterben lehren ! / Öffne deine tiefen Grüfte, daß wir in den heil’gen Stätten, / Neben Helden unsern Helden zu dem langen Schlafe betten ! / Schlafe bei dem deutschen Grafen, Grafen Normann, Fels der Ehren, / Bis die Stimmen des Gerichtes alle Gräber werden leeren. »

31 Voir DavidRoessel, In Byrons Shadow. Modern Greece in the english & american imagination, Oxford, 2002, p. 72-100, ainsi que Fiona MacCarthy, Byron. Life and legend, Londres, 2002, p. 518.

32 William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Londres/New York/Toronto, 1972, p.þ126-128.

33 Voir Marius Byron Raizis, « Philhellenism in English Literature 1780-1830 », in : AlfredNoe (éd.), Der Philhellenismus in der westeuropäischen Literatur 1780-1830, Amsterdam, Atlanta/GA, 1994, p. 111-131, ici p. 113-118.

34 Voir DavidRoessel, In Byrons Shadow. Modern Greece in the english & american imagination, Oxford, 2002, p. 75.

35 Sur le rôle de cette organisation, voir Marius Byron Raizis, « Philhellenism in English Literature 1780-1830 », in : AlfredNoe (éd.), Der Philhellenismus in der westeuropäischen Literatur 1780-1830, Amsterdam, Atlanta/GA, 1994, p. 111-131, ici p. 113.

36 Sur ce qui suit voir Fiona MacCarthy, Byron. Life and legend, Londres, 2002, p. 490 sq.

37 Sur l’accueil de Byron à Missolonghi, voir ibid., p. 492 sq.

38 Sur le rôle de la brigade « de Byron », une armée privée chargée à l’orignie de libérer Lépante, voir Fiona MacCarthy, Byron. Life and legend, Londres, 2002, p. 498 sq.

39 Voir RegineQuack-Eustathiades, Der deutsche Philhellenismus während des griechischen Freiheitskampfes 1821-1827 (Südosteuropäische Arbeiten 79), Munich, 1984 et Berlin, Freie Universität, thèse de doctorat, 1980, p. 90-124.

40 Ibid., p.þ498.

41 DavidRoessel, In Byrons Shadow. Modern Greece in the english & american imagination, Oxford, 2002, p. 72-100.

42 Lord George Gordon Byron, The Complete Poetical Works, éd. Jerome McGann, vol. 7, Oxford, 1993, p. 77 (publié pour la première fois dans Cephalonia Journal, 19 juin 1823) : « The Dead have been awakened – shall I sleep ? / The World’s at war with tyrants – shall I crouch ? / The harvest’s ripe – and shall I pause to reap ? / I slumber not ; the thorn is in my Couch – / Each day a trumpet soundeth in mine ear – / It’s Echo in my heart. »

43 Lord George Gordon Byron, The Complete Poetical Works, éd. Jerome McGann, vol. 7, Oxford, 1993, p. 80-81 : « Awake ! (not Greece - She is awake !) / Awake, my spirit ! Think through whom / Thy Life blood tracks its parent lake / And then strike home ! // Tread those reviving passions down / Unworthy Manhood ! -- unto thee / Indifferent should the smile or frown / Of Beauty be. // If thou regret’st thy youth, why live ? / The Land of honourable Death / Is here : --- up to the Field, and give / Away thy Breath. // Seek out --- less often sought than found / A Soldier’s Grave, -- for thee the best ; / Then look around and choose thy ground, / And take thy Rest. » [La traduction (assez libre) citée ici est tirée de : Œuvres complètes de Lord Byron traduites par Benjamin Laroche, 6e édition, 4e série, Paris, 1847, p. 509 (n.d.t.)].

44 Sur les circonstances de la mort de Byron, la cérémonie funèbre et le transfert du corps, voir l’exposé détaillé de Fiona MacCarthy, Byron. Life and legend, Londres, 2002, p. 511-543.

45 Voir Gilbert Heß, « Fundamente fürstlicher Tugend. Zum Stellenwert der Sentenz im Rahmen der voruniversitären Ausbildung Herzog Augusts d. J. von Braunschweig-Lüneburg (1579-1666) », in : Frank Büttner/ Markus Friedrich/ Helmut Zedelmaier (éd.), Sammeln, Ordnen, Veranschaulichen. Zur Wissenskompilatorik in der Frühen Neuzeit (P & A, t. 3), Münster, 2003, p. 131-174, ici p. 136 (avec des indications bibliographiques).

46 Wilhelm Müller, Lieder der Griechen. Erstes Heft. Zweite Auflage, Dessau, 1824, p. 27-29 (publié pour la première fois dans le Literarisches Conversationsblatt, n° 157, 9 juillet 1824, avec quelques variantes) : « Edler Kämpfer, hast gekämpfet, eines jeden Kranzes werth, / Hast gekämpfet mit des Geistes doppelschneidig scharfem Schwert, / Mit des Liedes ehrner Zunge, daß von Pol zu Pol es klang, / Mit der Sonne von dem Aufgang kreisend bis zum Niedergang. / Hast gekämpfet mit dem grimmen Tiger der Tyrannenwuth, / Hast gekämpft in Lerna’s Sumpfe mit der ganzen Schlangenbrut, / Die in schwarzem Moder nistet und dem Licht ist also feind, / Daß sie Gift und Galle sprudelt, wenn ein Strahl sie je bescheint. / Hast gekämpfet für die Freiheit, für die Freiheit einer Welt, / Und für Hellas junge Freiheit, wie ein todesfroher Held. »

47 « Après sa mort, ce vil séducteur et dangereux athée devint dans les yeux de ses détracteurs “ce célèbre, ce talentueux, cet aristocrate tombé dans l’erreur, Lord Byron”. On s’aperçut soudain de façon unanime qu’il avait été l’un des personnages les plus remarquables de son temps. » (« After his death, the vile seducer and dangerous atheist became in the eyes of his detractors‚ that celebrated, that talented, that erring nobleman, Lord Byron. Suddenly it was universally realized that he had been one of the most remarkeble men of his time : William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Londres/New York/Toronto, 1972, p. 183, avec une citation tirée de Rev. S.S.þWilson, A narrative of Greek Mission, Londres, 1839, p. 495).

48 C’est aussi la conclusion à laquelle parvient DavidRoessel, In Byrons Shadow. Modern Greece in the english & american imagination, Oxford 2002, p. 74.

49 Fiona MacCarthy, Byron. Life and Legend, Londres, 2002, p. 544.

50 Voir Aubrey de Vere, Picturesque Sketches in Greece and Turkey I, p. 30 sq. : « Le destin de Byron donnera pour longtemps de l’intérêt à un lieu qui autrement n’aurait pas eu grand-chose qui soit susceptible d’attirer l’attention » (« Byron’s fate will long impart interest to a place wich would have otherwise not possess much to attract notice. »). Voir aussi DavidRoessel, In Byrons Shadow. Modern Greece in the english & american imagination, Oxford, 2002, p. 73 : « Sans la mort du poète, les Grecs auraient pu être les seuls à garder le souvenir de Missolonghi. » (« Without the poet’s death, Missolonghi might have been remembered only by the Greeks. »).

51 Voir par exemple « Le dernier amour de Lord Byron » (« Lord Byrons letzte Liebe ») publié dans Morgenblatt, n° 153, 27 juin 1827, p. 609 sq., où le narrateur est un combattant de la liberté qui serait sorti sain et sauf des événements de Missolonghi et se serait retrouvé en Suisse. C’est là qu’il raconterait la liaison de Byron, dont il aurait été le témoin oculaire.

52 Adalbert von Chamisso, Gedichte. Zweite Auflage, Leipzig, 1834, p. 311 sq. : « Byron ist erschienen, der Kamönen / Und des Ares Zögling strahlt, ein Held, / Unter Hellas heldenmüth’gen

53 Voir William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Londres/New York/Toronto, 1972, S. 224-243, ici p. 243. Cette présentation des faits entre cependant d’une certaine manière en contradiction avec les récits selon lesquels le sultan y aurait envoyé Rechit Pacha en prononçant les mots « Missolonghi ou ta tête » (voir G. F. Hertzberg, art. : « Griechenland. B. Griechenland im Mittelalter und in der Neuzeit. Geschichte Griechenlands im neunzehnten Jahrhundert », in : Allgemeine Encyclopädie der Wissenschaften und Künste in alphabetischer Folge von genannten Schriftstellern bearbeitet und herausgegeben von Johann Samuel Ersch und Johann Gottfried Gruber, 1re section, t. 87, p. 107-236, ici p. 146).

54 Voir William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Londres/New York/Toronto, 1972, p. 224-243, ici p. 267 : « Le nouvel essor du philhellénisme en France (…) peut être attribué en grande partie à l’histoire et à la mythologie du pélerinage de Lord Byron en Grèce et de sa mort à Missolonghi. » (« Much of the stimulus for the upsurge of philhellenism in France (…) can be attributed to the story and mythology of Lord Byrons pilgrimage to Greece and his death in Missolunghi. »), ainsi que Friederiki Tabaki-Iona, Poésie phillénique et périodiques de la Restauration, Athènes, 1993, p. 100-113.

55 Norbert Miller, « Europäischer Philhellenismus zwischen Winckelmann und Byron », in : Propyläen-Geschichte der Literatur, t. 4, Berlin, 1984, p. 315-366, ici p. 364-366.

56 Voir par exemple Éveline Désormery, Chant funèbre. Regrets d’un vieillard grec au tombeau de Lord Byron, Paris, 1824 ; Eugène Gromier, Byronniennes, suivies d’autres pièces élégiaques, Paris, 1827 ; Alexandre Guiraud [Baron de Alexandre Guiraud], Chants Hellènes. Byron, Ipsara, Paris, 1824 ; A. de Lamartine, Le Dernier Chant du pèlerinage d’Harold, Paris, 1825 ; Èduard Louvet, Byron et la Liberté, Paris, 1824 ; Ch. Massas, Un Français aux mânes de Lord Byron, Dithyrambe par […] auteur de plusieurs Poésies sur la Grèce, Paris, 1824 (toutes ces indications sont données par Friederiki Tabaki-Iona, Poésie philhellénique et périodiques de la Restauration, Athènes, 1993 ; voir aussi Walter Puchner, « Die griechische Revolution von 1821 auf dem deutschen Theater. Ein Kapitel bürgerlicher Trivialdramatik und romantisch-exotischer Melodramatik im deutschen Vormärz », in : Südost-Forschungen. Internationale Zeitschrift für Geschichte, Kultur und Landeskunde Südosteuropas, n° 55, 1996, p. 85-127, ici p. 117 sq.

57 Douglas Dakin, The Greek struggle for independence. 1821-1833, Londres, 1973, p. 132-140, ainsi que William St. Clair, That Greece might still be free. The philhellenes in the war of Independence, Londres/New York/Toronto, 1972, p. 224-243.

58 Douglas Dakin, The Greek struggle for independence. 1821-1833, Londres, 1973, p. 136.

59 Wilhelm Müller, « Die Veste des Himmels », in : Maria Verena Leistner et alii, Wilhelm Müller. Werke, Tagebücher, Briefe, t. 1, p. 272 sq. (première édition : Dessau, 1826) : « Missolunghi, Stadt der Helden, laß die Kreuzesfahne wehn ! / Zähle nicht die Ungezählten, die vor deinen Mauern stehn ! / Zähle nicht des Waldes Blätter, zähle nicht den Sand am Meer, / In des Himmels Feldern zähle deines Gottes Sternenheer. / Ob sich deine Tonnen leeren, deine Scheuern werden licht, / Wäge nicht den letzten Brocken, miß den letzten Tropfen nicht. / Hat dein Heiland mit fünf Brodten nicht fünf Tausende gespeist ? / Bete, bis vor deinem Rufe sich des Himmels Zelt zerreißt ! / Manna regnet’s aus den Wolken auf der Wüste dürren Sand : / Gott hat Manna für euch alle – Streckt nur aus die matte Hand ! »

60 Voir le récit du philhellène suisse directeur du Greek Chronicle Johann Jacob Mayer : Georgios Laganas (éd.) : Oi‘hm¤reVtwnEle‡qerwnPoliorkhm¤nwn (Mesológgi 1824-1826), Athènes, 2001.

61 L’attitude des grandes puissances européennes se modifia à partir de la seconde moitié des années 1820 du fait de la conjonction fortuite d’intérêts divers relevant de la politique intérieure et extérieure des États européens, ainsi que des préoccupations visant à maintenir un équilibre de forces à l’intérieur de l’Europe (voir Douglas Dakin, The Greek struggle for independence. 1821-1833, Londres, 1973, p. 142-217).

62 Apostolos Vakalopoulos, « Der Philhellenismus der Deutschen während der griechischen Revolution von 1821 », in : Der Philhellenismus und die Modernisierung in Griechenland und Deutschland : 1. Symposium organisiert in Thessaloniki und Volos (am 7. – 10. März 1985) vom Institut für Balkan-Studien und der Südosteuropa-Gesellschaft (Institute for Balkan studies 207), Munich/Thessalonique, 1986, p. 47-55, ici p.þ50-52).

63 Gunnar Hering, « Der griechische Unabhängigkeitskrieg und der Philhellenismus », in : Alfred Noe (éd.), Der Philhellenismus in der westeuropäischen Literatur 1780-1830, Amsterdam, Atlanta/GA, 1994, p. 17-72, ici p.þ53.

C’est surtout l’évolution des activités philhellènes françaises et américaines qui fut largement déterminée par la mort de Byron et les événements de Missolonghi. Pour la France, voir Nina Athanassoglu-Kallmyer, French images from the Greek War of Independence (1821-1830). Art and politics under the Restoration, New Haven etc, 1989, p. 10 sq. ; Katja Jaeckel, « L’engagement phillhellène et l’image de la Grèce dans la littérature française de 1770 à 1830 », in : Alfred Noe (éd.), Der Philhellenismus in der westeuropäischen Literatur 1780-1830, Amsterdam, Atlanta/GA, 1994, p.þ87-110 ; pour l’Amérique, voir Marius Byron Raizis/ Alexander Papas, American poets and the greek revolution 1821-1828. À study in Byronic philhellenism (Institute for Balkan Studies 127), Thessalonique, 1972, passim, en particulier p. 71-75.

64 Sur la discussion concernant les formes de soutien aux Grecs et sur l’organisation concrète des mesures prises pour les aider durant cette phase qui dura jusqu’en 1825, voir RegineQuack-Eustathiades, Der deutsche Philhellenismus während des griechischen Freiheitskampfes 1821-1827, Munich, 1984 (Südosteuropäische Arbeiten 79) et Berlin, Freie Universität, thèse de doctorat, 1980, p. 42-54.

65 Gunnar Hering, « Der griechische Unabhängigkeitskrieg und der Philhellenismus », in : Alfred Noe (éd.), Der Philhellenismus in der westeuropäischen Literatur 1780-1830, Amsterdam, Atlanta/GA, 1994, p. 17-72, ici p. 59.

66 Ibid., p.þ67.

67 Otto von Deppen, « Nach dem Falle Missolounghi’s », in : Abendzeitung, 150, 24 juin 1826, p. 597, strophes 1, 3 et 4 : « So ist es wahr ! den grausen Sieg errungen / Hat sich die blutgetränkte Barbarei. / Die Frevelthat ist fürchterlich gelungen / Und ach ! mein armes Hellas ist nicht frei ? // (…) // Des Wüthens Schwert erwürgte deine Weiber, / Und deine Jungfrau’n raffte fort die Schmach ; / Die Barbarei traf noch die todten Leiber, / Und in die Minen zog’s die Männer nach. // O schrecklich Blutbad ! fürchterlich Entsetzen ! / O Qualenmeer der unglückvollen Schaar ! / O martervolles, thierisches Zerfetzen,/ O Jammerscene, wie noch keine war ! »

68 Ibid., strophes 9-11 (le poème en comporte 15) : « Sie sind es werth ! Ihr kennt ja Eure Lieben, / Die Eigennutz und Rache nur geschmäht, / Ihr kennt sie ja, wie sie mit edlen Trieben, / Mit Sehnsucht längst ein beßrer Geist durchweht ; // Ihr wißt es wohl, wie Keime alles Großen, / im jungen Hellas mächtig sich geregt, / Wie Rosen, unter Schutt und Staub verstoßen, / Nur lieblich blühn, wenn sie die Sonne pflegt ! // Ihr wißt es wohl, daß Eure Lieben streben / Nach edler Freiheit, menschlichem Gebot, / Daß darum sie nur ihren Arm erheben, / Weil man sie thierisch quält in Sklavennoth. »

69 Ph. L., Les Malheurs de la Grèce, scène lyrique, Bruxelles, 1826.

70 H.F.M., « Missolonghi », in : Morgenblatt, n° 129, 31 Mai 1826, p. 513, strophes 1 et 2 (d’un poème qui comporte 10 strophes en tout) : « Ach, ich kann nicht klagen, trauern – / Mich durchrieselt eisig Schauern, / Denn auf Missolonghi’s Mauern / Ist der Halbmond bleich gepflanzt ! // Und es zieh’n herbey die Raben / Und ein Blutbad füllt den Graben / Denn es liegt hier ganz begraben / Hellas deine heil’ge Schaar. »

71 Maßmann, « Lieder von Missolunghi. Auf Missolunghis Trümmern », in : Morgenblatt, n° 205, 28 août 1826, p. 819 (dernière strophe d’un poème qui en comprend trois) : « Ströme fort, o Blut der Helden, / Ströme bis zu Londons Thoren, / An des Parlamentes Ohren, / Brande, bis die That geboren. – / Sollst dich an der Newa melden, / Bis das Kaiserwort gesprochen, / Bis des Pruthes Bann gebrochen / Und an Stambul Hellas ist gerochen ! »

72 Voir par exemple Rudolf Wyss l’Ancien, « Missolunghi », in : du même, Gesänge für Griechenlands Heldenvolk, Berne, 1826, p. 49 sq. (deuxième partie de la première strophe d’un poème qui en comporte six) : « Tes héros sont une charogne pour les corbeaux, / Tes enfants une charogne pour la nichée des vautours ? / Tes femmes, tes malades gémissent / Presque écrasés sous tes ruines ? » (« Deine Helden sind das Aas der Raben, / Deine Kinder das der Geierbrut ? / Deine Frauen, deine Kranken wimmern / Halbzerschmettert unter deinen Trümmern ? »).

73 Voir Günter Hartung, « Wilhelm Müllers Griechengedichte », in : Ute Bredemeyer/Christiane Lange (éds.), Kunst kann die Zeit nicht formen : 1. Internationale Wilhelm-Müller-KonferenzBerlin 1994, Berlin, 1996, p. 86-99, ici p. 87.

74 Wilhelm Müller, « Die Feste des Himmels », in : Maria Verena Leistner et alii, Wilhelm Müller. Werke, Tagebücher, Briefe, t. 1, p. 272 sq. (première édition : Dessau, 1826) : « Asia hat ausgespien ihre gelbe Tigerbrut, / Daß sie purpurrot sich trinke in der Griechenkinder Blut ; / Afrika aus ihren Wüsten stürmet über Hellas’ Meer / Mit des Samums Todeshauche ihre Negerhorden her. / Missolunghi, Stadt der Helden, laß die Kreuzesfahne wehn ! / Zähle nicht die Ungezählten, die vor deinen Mauern stehn ! »

75 La grande importance de l’image du tigre assoiffé de sang dans la poésie philhellène s’explique probablement par le fait que s’y réunissaient des motivations sémantiques et pragmatiques ainsi que des concepts géographiques et politiques (voir Andrea Polascheg, Deutscher Orientalismus im frühen 19. Jahrhundert – Die Regeln der Imagination, à paraître).

76 Sur ce poème, voir l’interprétation convaincante d’Andrea Polascheg dans sa thèse de doctorat à paraître sous peu. Je remercie Madame Polascheg de m’avoir autorisé à consulter son manuscrit.

77 Voir Loukia Droulia, Ouvrages inspirés par la querre de l’indépendance grecque 1821-1833. Répertoire bibliographique (Centre de recherches néo-hélleniques de la Fondation nationale de la recherche scientifique 17), Athènes, 1974, n° 1159 et n° 1616, ainsi que Walter Puchner, « Die griechische Revolution von 1821 auf dem deutschen Theater. Ein Kapitel bürgerlicher Trivialdramatik und romantisch-exotischer Melodramatik im deutschen Vormärz », in : Südost-Forschungen. Internationale Zeitschrift für Geschichte, Kultur und Landeskunde Südosteuropas, 55, 1996, p. 85-127, ici p. 118.

78 À Sienne, cet opéra fut joué sous le titre « L’Assedio di Corintho melodrama serio » (Loukia Droulia, Ouvrages inspirés par la querre de l’indépendance grecque 1821-1833. Répertoire bibliographique (Centre de recherches néo-helléniques de la Fondation nationale de la recherche scientifique

79 Ainsi par exemple lors de la prise de l’île de Psara en 1824. Voir G.F. Hertzberg, art. « Griechenland. B. Griechenland im Mittelalter und in der Neuzeit. Geschichte Griechenlands im neunzehnten Jahrhundert », in : Allgemeine Encyclopädie der Wissenschaften und Künste in alphabetischer Folge von genannten Schriftstellern bearbeitet und herausgegeben von Johann Samuel Ersch und Johann Gottfried Gruber, 1re section, t. 87, p. 107-236, ici p. 156.

80 Voir Walter Puchner, « Die griechische Revolution von 1821 auf dem deutschen Theater. Ein Kapitel bürgerlicher Trivialdramatik und romantisch-exotischer Melodramatik im deutschen Vormärz », in : Südost-Forschungen. Internationale Zeitschrift für Geschichte, Kultur und Landeskunde Südost-europas, 55, 1996, p. 85-127, ici p. 116. Dès 1812, Theodor Körner avait publié un drame populaire, Le Léonidas hongrois (Der ungarische Leonidas), à la fin duquel le commandant hongrois Nikolaus Zrínyi, qui malgré son courage ne parvient pas à garder le contrôle de la citadelle, se donne la mort avec sa troupe en faisant sauter la citadelle. Voir Albert Zipper (éd.), Theodor Körners Werke. Mit einer biographischen Einleitung von Albert Zipper, Leipzig, [1927], p. 179-263.

81 La pièce fut jouée du 17 au 21 et le 24 septembre 1827. Voir les affiches qui ont été conservées : http://library.kent.ac.uk/library/special/icons/playbills/birminghamtheatreroyal.htm (12.03.2005).

82 Voir la reproduction de l’affiche : http://www.nls.uk/playbills/search.html (12.03.2005).

83 L’indication scénique est la suivante : « Transformation. Missolonghi est visible ; en haut sur les mines se tiennent femmes et enfants, l’assaut se rapproche toujours plus ; tout en combattant, les Grecs se retirent vers les mines ; les Turcs les poursuivent ; lorsqu’ils sont tous visibles par le public, [Notis, G.H.] Botzaris, qui tient la mèche dans sa main gauche, l’abaisse en criant : “La liberté ou la mort !” (les mines explosent et la pièce se termine sur la chute de Missolonghi). » Gustav J. Krahe, Der Fall von Missolunghi. Drama in 3 Akten. Frey bearbeitet nach der Geschichte des griechischen Freyheits-Krieges von 1826, Munich, 1828, p. 53 (« Verwandlung. Missolunghi sichtbar ; oben auf den Minen stehen Weiber und Kinder, der Sturm rückt immer näher, die Griechen ziehen sich kämpfend

84 Voir par exemple des titres comme : Eduard Kneiff, Notis Botzaris ou la prise de Missolonghi. Tragédie en cinq actes (Notis Botzaris oder die Erstürmung von Missolunghi. Trauerspiel in fünf Aufzügen, Strasbourg, [1831]), ou Johann Rudolf Wyss l’Ancien, « Le héros de Missolonghi, Noto Botzaris, en mars 1826 » (« Der Held von Missolunghi, Noto Bozzaris, im März 1826 », in : du même, Gesänge für Griechenlands Heldenvolk, Berne, 1826, p. 40 sq.

85 C’est le cas par exemple dans Gustav J. Krahe, Der Fall von Missolunghi. Drama in 3 Akten. Frey bearbeitet nach der Geschichte des griechischen Freyheits-Krieges von 1826, Munich, 1828.

86 C’est le cas dans A. von Tromlitz, Sämtliche Schriften. Achzehntes Bändchen. Der Fall von Missolunghi, Dresde et Leipzig, 1831.

87 Voir par exemple le tableau de von Odevaere nommé plus haut, ainsi que les nombreux exemples donnés par Nina Athanassoglu-Kallmyer, French images from the Greek War of Independence (1821-1830). Art and politics under the Restoration, New Haven etc., 1989.

88 George Croly, On the ruins of Mesolonghi, in : du même, The poetical works in two volumes.Volume 2, Londres, 1830, p.þ303-305.

89 Arnal Lafon, Les Ruines de Missolonghi, Paris, 1826.

90 J.-B. Leveé, Stances sur la ruine de Missolonghi et sur Les Espérances des Grecs. Par J.-B. Leveé, officier de l’Université royale de France, membre de plusieurs sociétés savantes, Paris, 1827.

91 C’est le cas par exemple quand les ruines de la ville détruite sont qualifiées de « décombres ». Voir par exemple Johann Rudolf Wyss l’Ancien, « Missolunghi », in : du même, Gesänge für Griechenlands Heldenvolk, Bern, 1826, p. 49 sq. (début de la première strophe d’un poème qui en comporte six) : « Est-ce vrai, tu es enterrée sous les décombres / Ville malheureuse, et sous les braises ? / Vraiment,

92 L’interprétation de la bataille des Thermopyles, qui devait avoir une riche postérité, et surtout l’explication de la motivation de Léonidas comme un sacrifice pour sa patrie, qui se fonde sur l’épigramme des Thermopyles (Hérodote, Histoires VII, 28), proviennent cependant d’une erreur d’interprétation faite dès l’Antiquité. Voir entre autres à ce sujet Rainer Nickel, « Der Leonidas-Komplex. Das Thermopylen-Epigramm als ideologischer Text », in : Der altsprachliche Unterricht. Arbeitshefte zu seiner wissenschaftlichen Begründung und praktischen Gestalt, 38, 1995, p. 15-26.

93 H.F. Eisenbach (trad.), Jakovaky Rizo Nerulos : Geschichte des neueren Griechenlandes seit der Zeit des Befreiungskrieges, Leipzig, 1830, p. 21.

94 Voir pour la France, les nombreux exemples donnés par Nina Athanassoglu-Kallmyer, French images from the Greek War of Independence (1821-1830). Art and politics under the Restoration, New Haven etc., 1989, p. 41-65.

95 Voir FriedgarLöbker, Antike Topoi in der deutschen Philhellenenliteratur : Untersuchungen zur Antikerezeption in der Zeit des griechischen Unabhängigkeitskrieges (1821-1829), Munich, 2000, p. 122-156. Voir par exemple Wilhelm Müller, Neue Lieder der Griechen, Dessau, 1823, p. 26-28 (Bozzari), du même, « Mark Bozzari », in : Neueste Lieder der Griechen, Dessau, 1823, p. 20-25.

96 Friedrich Schiller, Gedichte, in : Helmut Koopmann (éd.), Friedrich Schiller : Gedichte, Erzählungen, Übersetzungen. Nach den Ausgaben letzter Hand unter Hinzuziehung der Erstdrucke und Handschriften, Munich, 1993, p. 176-181 : « Voyageur, si tu vas à Sparte, annonce là-bas / Que tu nous as vus gisant ici, comme la loi l’a ordonné. » (« Wanderer, kommst du nach Sparta, verkündige dorten / du habest uns hier liegen sehen, wie das Gesetz es befahl. »).

Voir à ce sujet Rainer Nickel, « Der Leonidas-Komplex. Das Thermopylen-Epigramm als ideologischer Text », in : Der altsprachliche Unterricht. Arbeitshefte zu seiner wissenschaftlichen Begründung und praktischen Gestalt, 38, 1995, p. 15-26.

97 N.N., « Die alten und die neuen Griechen », in : Schweizerische Monatschronik, mai 1826, p. 109 sq. : « Was singt ihr Sänger der Alten Streit / Und lobet die kühne, vergangene Zeit. / Als wären die Helden entschwunden ! / Noch leben die Helden, noch lebet der Muth, / Das lehrt Missolunghis Kampfesglut. // Wohl strahlt in der ewigen Sterne Chor / Leonidas’ Name gar herrlich hervor / Und lebet in Klios Munde. / Doch grösser und herrlicher glänzen fürwahr / Botzaris und seiner Getreuen Schaar. »

98 George Croly, « On the ruins of Mesolonghi », in : du même, The poetical works in two volumes, Volume 2, Londres, 1830, p. 303-305 : « Glorious spirits ! ye have past ; / On the ground your blood is cast, / Tower and bastion, all are won. / Round the new Thermopyle / Lies the gore, and lies elay, / To high heaven the soul is gone ! » [Il semble que le terme « elay » soit en fait mis pour « clay » à la suite d’une erreur typographique (n.d.t.)].

99 Voir par exemple George Croly, « On the ruins of Mesolonghi », in : du même, The poetical works in two volumes. Volume 2, Londres, 1830, p. 303-305, ici p. 304 : « Honte à l’Europe ! si sa main / Pouvait avoir écrasé cette bande russe / Comme la vermine sous ses pieds ! / Qu’elle pleure, qu’elle

100 Norbert Miller, « Europäischer Philhellenismus zwischen Winckelmann und Byron », in : Propyläen-Geschichte der Literatur, t. 4, Berlin, 1984, p. 315-366, ici p. 366.

101 Voir Hérodote, Histoires, VII 104,5.

102 Voir Max L. Baeumer, « Klassizität und republikanische Freiheit in der außerdeutschen Winckelmann-Rezeption des späten 18. Jahrhunderts », in : Thomas W. Gaehtgens (éd.), Johann Joachim Winckelmann 1717-1768, Hambourg, 1986, p. 195-220 ; Élisabeth Décultot, Untersuchungen zu -Winckelmanns Exzerptheften. Ein Beitrag zur Genealogie der Kunstgeschichte im 18. Jahrhundert (Stendaler Winckelmann-Forschungen 2), Ruhpolding, 2005, p. 106-120.

103 Otto von Deppen, « Nach dem Falle Missolunghi’s », in : Abendzeitung, 150, 24 juin 1826, p. 597 (strophes 11 sq.) : « Ihr wißt es wohl, daß Eure Lieben streben / Nach edler Freiheit, menschlichem Gebot, / Daß darum sie nur ihren Arm erheben, / Weil man sie thierisch quält in Sklavennoth. / O ja, Ihr wißt, daß nie sie aufgestanden, / Wenn sie, wie uns, ein milder Fürst gelenkt, / Daß ungerecht, ,nicht legitim, die Banden, / Die – ach, vielleicht ! – noch tapfres Ringen sprengt ! »

104 Cette argumentation est encore employée par certains auteurs grecs, quand ils nomment Missolonghi « la ville sacrée de Missolonghi ».

105 A. von Tromlitz [Karl August Friedrich von Witzleben], Der Fall von Missolunghi, in : du même, Sämtliche Schriften. Achzehntes Bändchen, Dresde et Leipzig, 1831, p. 43 sq. : « Aber da sie das Auge mehr östlich wandten, sahen sie, wie dem Meere entstiegen, die Thürme Missolunghis mit ihren vergoldeten Kreuzen herrlich im Morgenlichte erglänzen, sahen Antoliko mit seinem Hafen, und das felsige Vassilides, die unerschütterliche Vormauer der Stadt. Auf der Höhe bei den Salinen erblickten sie die Zelte der Türken, die wie ein großes Leichentuch die Stadt umzogen. Da sanken sie gleich jenen Schreitern des Kreuzes beim Anblick der heiligen Stadt auf die Knie, und zu dem Gott der Gnade wendeten sie ihr stummes Morgengebet. […] Willkommen, willkommen, du festes Bollwerk des Glaubens und der Freiheit ! riefen die Griechen aufspringend ; von Missolunghis Anblick begeistert (…) ». Dans ce roman, l’exode et l’autodestruction de Missolonghi ont un rôle moins important comme moteurs de l’action que comme éléments dramatiques. L’affrontement entre les Grecs et les Turcs sert à démontrer la supériorité supposée du christianisme sur l’Islam. La liaison amoureuse du partisan grec Grégor avec Zuleima, fille du pacha perse Rachid, conduit à la conversion de la Turque, qui poursuit ensuite sa vie sous le nom de Mariana, jusqu’à ce qu’elle trouve la mort lors de la chute de la ville avec celui qui est devenu son mari fidèle. L’héroïne acquiert progressivement les traits d’une figure mariale, et la nourrice elle-même, qui est décrite comme une musulmane très attachée à sa religion, ne peut se soustraire au charme du christianisme : « Oui ! s’écria-t-elle, le sacrement que tu as reçu dans le temple t’as emplie d’un courage si ferme, chère maîtresse ! que je t’admire avec étonnement, et ne peux m’empêcher de pressentir qu’une foi comme celle-ci est la vraie ! » (ibid., p. 178 : « Ja ! – rief sie – die Weihe, die Du im Tempel empfangen hast, hat Dich mit solchem festen Muthe überströmt, geliebte Herrin ! daß ich erstaunt Dich bewundere, und ahnen muß, ein Glaube wie dieser ist der wahre ! »).

106 Voir par exemple RegineQuack-Eustathiades, Der deutsche Philhellenismus während des griechischen Freiheitskampfes 1821-1827 (Südosteuropäische Arbeiten 79), Munich, 1984, et Berlin, Freie Universität, thèse de doctorat, 1980, p. 37-42.

107 Voir Maßmann, « Laurentii Rost (Lieder von Missolunghi) », in : Morgenblatt, n° 189, 9 août 1826, p. 753, où le martyre de l’ecclésiastique est comparé à la mort de Saint Laurent sur le grill.

108 Maßmann, « Lieder von Missolunghi. Nach Stambul », in : Morgenblatt, n° 165, 12 juillet 1826, p. 657 : « Aber ewig hochverkläret / In des Ruhmes Morgenroth / Strebst du Stadt, die sich bewähret, / Die für’s Kreuz sich redlich bot / In den reinsten Opfertod ! // Missolunghi, heil’ge Mauern, / Christlich’s Saragossa neu ! / Nein ich will nicht länger trauern, / Will dich singen, immer neu / Segen nur von deiner Treu ! »

109 Voir par exemple la scène de la communion dans A. von Tromlitz, Der Fall von Missolunghi (roman : A. von Tromlitz, Sämtliche Schriften. Achtzehntes Bändchen. Der Fall von Missolunghi, Dresde et Leipzig, 1831, p. 152-154), et les représentations iconographiques, par exemple celle de Raffet « La Communion des Grecs à Missollonghi », daté de 1826 (reproduit dans Nina Athanassoglu-Kallmyer, French images from the Greek War of Independence (1821-1830). Art and politics under the Restoration, New Haven etc., 1989, p. 70).

110 Victor Hugo, Les Orientales. Édition critique avec une introduction, des notices, des variantes et des notes par Elisabeth Barineau, t. 1, Paris, 1952, p. 60-76, ici p. 75 (poème publié pour la première fois dans le Journal des débats du 13 juin 1826).

111 Wilhelm Müller : « Missolunghi’s Himmelfahrt », in : Maria Verena Leistner u.a., Wilhelm Müller. Werke, Tagebücher, Briefe, t. 1, p. 274 sq. : « Missolunghi, du gefallen ? – Nein, gefallen bist du nich, / Bist in donnerndem Triumphe auf der Blitze Flammenlicht / In den Himmel aufgeflogen, Stein und Erde, Thurm und Wall, / Siegeswaffen, Heldenglieder, Alles auf in einem Knall ! / Auch die Leichen, die du bargest in dem schwarzen Schoos der Gruft, / Hast sie mit hinauf getragen in des Äthers freie Luft, / o die Seelen, die in ihnen lebten ihres Lebens Tag, / Jauchzend wieder sie umfingen, die erlösten aus der Schmach. / Sieh, und auf der heil’gen Stätte, wo die Martyrveste stand, / Liegt ein wüster Aschenhaufen an dem blutgetränkten Strand. »

112 Luwig von Bayern, « Nachruf an Missolunghi », in : Gedichte des Königs Ludwig von Bayern. Zweyter Theil. Zweyte, vermehrte Auflage, Munich, 1829, p. 39 : « Dein Loos ist das glorwürdigste von allen, / Es zeigt die Weltgeschichte deines Gleichen nicht, / Nie ward so groß besiegt, wie du gefallen ; / Der Minen Flamme dein verklärend Licht ! // Des Feindes Schwert, es hat dich nicht bezwungen, / Du unterlagest blos der Hungersnoth ; / Vertheidiger, ihr habet ihn errungen, / Den höchsten Ruhm, in dem freiwillg’en Tod // Gen Himmel deine Wälle, Häuser flogen, / Und in den Himmel schwebt die Heldenschaar, / Der Feind ist in ein Grab nur eingezogen, / Und größer wird für ihn jetzt die Gefahr. // D e i n S t u r z i s t S i e g an Missolunghi’s Mauern / Gebrochen ward des stolzen Feindes Macht, / Um seine besten Heere muß er trauern, / Ganz Hellas ist kampfsehnend jetzt erwacht. »

113 Sur l’interprétation de ce tableau, sur les différentes étapes de sa genèse et sur sa riche réception, voir Nina Athanassoglu-Kallmyer, French images from the Greek War of Independence (1821-1830). Art and politics under the Restoration, New Haven etc., 1989, p. 87-102.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Heß, « Missolonghi. Genèse, transformations multimédiales et fonctions d’un lieu identitaire du philhellénisme », Revue germanique internationale [En ligne], 1-2 | 2005, mis en ligne le 20 octobre 2008, consulté le 24 février 2017. URL : http://rgi.revues.org/92

Haut de page

Auteur

Gilbert Heß

Chercheur à l’Université de Göttingen

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page