Navigation – Plan du site

Terres cuites du Louvre représentant Laocoon à l'époque hellénistique ?

Alain Pasquier
p. 71-77

Résumés

Deux fragments de terres cuites de Tarse conservés au Musée du Louvre ont été rapprochés du groupe du Vatican. Leur étude ne permet pas cependant de discerner quels étaient leurs modèles iconographiques.

Haut de page

Texte intégral

1Mon intervention dans ce savant colloque pourrait presque s’inscrire au titre de la petite note d’humour qu’il convient toujours d’introduire dans le déroulement de débats sévères, afin de procurer quelque relâchement aux esprits. En effet, à propos du groupe célèbre du Laocoon, de cette magistrale composition qui a fasciné tour à tour Pline l’ancien, Michel-Ange et Goethe, et qui ne cesse, au long des générations de chercheurs, de tourmenter leurs études, à propos donc de cette création majestueuse des trois fameux maîtres rhodiens qui ont su arracher du marbre ces trois figures puissantes, voilà que je m’apprête à vous entretenir de deux fragments à peine grands comme un doigt, moulés dans l’argile, la matière la plus humble qui soit. Le premier a 6,5 cm de hauteur, le second 5,5 cm. Ils font l’un et l’autre partie des collections du Louvre, où ils sont entrés au milieu du xixe siècle. Voilà une étrange disproportion qui sépare la plus célèbre sculpture de l’Antiquité et deux éclats de terre cuite « chus d’un désastre obscur » : le dépôt dont ils proviennent, en effet, a pu être présenté comme le contenu d’une sorte de poubelle, qu’il s’agisse des matériaux de rebut d’un atelier proche ou des rejets d’un nettoyage de sanctuaire. Mais que l’on se rassure : la juste proportion sera rétablie par la brièveté de mon exposé, mieux accordé cette fois avec la taille des objets.

2Ces fragments viennent donc l’un et l’autre du tertre de Gözlü Kule, sur le site de l’antique Tarsos, ou Tarse, la ville natale de l’apôtre Paul. Ce tertre a été exploré tour à tour par l’Anglais William Barker, en 1845, et par Victor Langlois, chargé par la France d’une mission en Cilicie, en 1852 ; il a été plus récemment fouillé par le Bryn Mawr Collège, sous la direction de Hetty Goldman, en 1934. La présence de figurines et reliefs en terre cuite y était extrêmement abondante : un millier de statuettes en majorité fragmentaires formait la collection de W. Barker, dont quelques éléments sont passés au British Muséum ; le musée du Louvre, grâce à Victor Langlois, en abrite quelque 800 numéros, tandis que 630 figurines plus ou moins complètes ont pu être exhumées par les fouilles américaines.

3Les enseignements apportés par celles-ci montrent bien que, dans un terrain très bouleversé, la chronologie reste assez floue ; l’ensemble se répartit entre le début de la période hellénistique et le viie siècle apr. J.-C, mais avec une grosse majorité d’objets qui se placent dans une tranche de temps qui va de la dernière génération du ier siècle av. J.-C. au milieu du iie siècle apr. J.-C. Autant qu’on peut les identifier, les types représentés reprennent pour une part ceux que l’on rencontre dans d’autres ateliers hellénistiques, à Smyrne, par exemple. Mais le syncrétisme religieux, qui mêle des éléments grecs à d’autres venus de l’Orient et de l’Egypte, y joue un rôle particulièrement important.

4Il convenait de souligner, comme nous venons de le faire, la modestie des documents concernés. Mais leur évocation dans le dossier dont traite ce colloque n’est pas aléatoire, comme l’ont déjà bien vu depuis longtemps ceux qui s’appliquent à comprendre et à expliquer le Laocoon du Vatican. L’un et l’autre fragment font en effet clairement voir le motif d’une jambe qu’étreignent les anneaux d’un énorme serpent. Sur l’un, c’est une jambe droite nue et musclée, presque tendue, où le corps du reptile, qui enserre la cheville, s’enroule autour du mollet et passe derrière le genou (fig. 1). La description anatomique de l’animal se limite ici à quelques replis vite esquissés dans la boucle située à la gauche de la jambe ; mais c’est sans doute la tête de l’animal que l’on discerne au haut de la cuisse, dans l’attitude de la morsure. Il en est autrement pour le second fragment (fig. 2). Sur celui-ci, qui montre cette fois une jambe gauche, d’une envergure plus puissante, la cuisse haute et le genou plié, le gros reptile qui la presse de ses anneaux, d’une taille supérieure à l’autre, est décrit avec plus de soin : ainsi le dos est parcouru d’un piquetage de petits points, tandis que la largeur du ventre est rythmée par de courtes ondulations dont le déploiement en éventail rend sensible l’élasticité du corps de l’ophidien. Autour de la jambe, dont la musculature est également très apparente, ce dernier s’enroule sous un mode assez semblable à celui de l’autre fragment ; mais il revient plus bas sur le genou après être passé derrière, pour remonter rapidement et puissamment vers le buste. L’argile est ici beige crème en surface, plus foncée et plus rougeâtre dans le noyau, avec des traces possibles de couleur jaune sur la face antérieure de la cuisse, une couleur posée directement sur l’argile. L’autre fragment, quant à lui, présente une argile brun rougeâtre dont la superficie porte encore de nombreuses traces d’un engobe, support d’une polychromie réduite ici à quelques traces de rose pâle.

Fig. 1 — Jambe droite masculine enserrée dans les anneaux d’un corps de serpent. Louvre T 423 (Cat. D 2332) (cliché Christian Larrieu. Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines)

Fig. 1 — Jambe droite masculine enserrée dans les anneaux d’un corps de serpent. Louvre T 423 (Cat. D 2332) (cliché Christian Larrieu. Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines)

Fig. 2 — Jambe gauche masculine pliée prise dans les anneaux d’un corps de serpent. Louvre T 422 (Cat. D 2331) (cliché Christian Larrieu. Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines)

Fig. 2 — Jambe gauche masculine pliée prise dans les anneaux d’un corps de serpent. Louvre T 422 (Cat. D 2331) (cliché Christian Larrieu. Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines)

5On n’a pas beaucoup attendu pour rapprocher ces morceaux d’image de celle, plus complète, que met en scène le monument du Vatican. C’est ainsi que Léon Heuzey, dès 1876, introduisait cette remarque dans son commentaire sur les terres cuites de Tarse : « Nous rencontrons justement parmi nos débris deux fragments de petites figures qui reproduisaient le célèbre groupe rhodien de Laocoon. » Et Simone Besques, qui a eu l’immense mérite de publier la quasi-totalité des terres cuites grecques et romaines du Louvre — et dont nous saluons ici la mémoire —, reprend ce jugement, mais en y apportant des nuances. Après la description succincte des deux fragments où elle reconnaît aussi des « groupes du Laocoon », elle ajoute la remarque suivante : « Les deux fragments témoignent d’un réalisme assez éloigné de l’académisme théâtral du groupe du Vatican... On peut se demander s’il s’agit d’une imitation hellénistique ou d’une réplique de l’époque romaine. » Sans vouloir rompre le lien attesté antérieurement par Léon Heuzey entre le monument des trois sculpteurs rhodiens et les figurines des coroplastes de Tarse, Simone Besques le rend plus lâche ; elle y aperçoit le même type de relation que celle qu’elle décrit entre un fragment de figurine féminine portant une couronne tourelée et la Tychè d’Antioche.

6La question de ces deux fragments a été reprise plus récemment par le professeur Himmelmann, qui a pu les examiner au Louvre. Tout en conservant l’interprétation qui en fait des éclats de figurines illustrant le mythe de Laocoon, il refuse cependant de discerner un rapport direct entre le marbre et les terres cuites : sur les fragments l’attaque des serpents se développe verticalement, fait-il justement observer, à la différence des serpents de marbre qui déploient leurs anneaux plutôt dans le sens de la largeur. Mais il porte une autre interrogation, avec prudence, il est vrai, sur les fragments du Louvre : il se demande s’ils n’appartiendraient pas l’un et l’autre à la même figurine, non pas à un seul et même objet, car il ne lui échappe pas que les empreintes laissées par le moule ici et là sont très dissemblables, mais peut-être à deux exemplaires reproduisant le même type de moule, où le prêtre d’Apollon, à notre droite, serait représenté avec au moins l’un de ses fils, à notre gauche. La différence de proportion entre les deux figures serait ainsi due à l’âge des deux personnages. Une telle hypothèse ne lui paraît pas trop affaiblie par le constat d’un contraste de couleur entre les deux objets. Cette différence, à ses yeux, ne s’observe qu’à la surface des fragments et résulte d’un phénomène de cuisson. L’argile du noyau, dans le cas de ces deux fragments, lui paraît semblable, renforçant l’hypothèse d’une communauté d’origine.

7En reprenant vite l’ensemble de ces remarques, il faut d’abord réaffirmer, croyons-nous, la distinction radicale qui existe entre le Laocoon en marbre de Rome et les possibles Laocoons en argile de Tarse. L’attitude de chacune des deux jambes ne correspond en aucune manière avec celles que l’on observe sur le groupe rhodien, qu’il s’agisse du prêtre ou de ses enfants.

8Là où ce dernier exprime fortement un mouvement vers notre gauche, c’est plutôt à des silhouettes engagées vers notre droite que les fragments du Louvre me paraissent appartenir. Ensuite, nous serions beaucoup plus hésitant, pour ne pas dire réticent, devant l’idée suggérée par Himmelmann (qui reprend d’ailleurs des commentaires faits par Förster dès 1891) selon laquelle nous aurions, avec les deux fragments, deux parties d’un même type de moule appartenant à deux tirages différents. Qu’il s’agisse exactement de la même argile ne nous semble aucunement assuré ; et d’autre part, la « manière » de chacun des deux fragments nous paraît franchement dissemblable. Le traitement du corps des deux reptiles est vraiment très distinct, tandis que la présence d’un engobe ne s’observe que sur l’un de ces deux objets, différence technique qui contribue à les éloigner l’un de l’autre. Par ailleurs, l’affirmation selon laquelle la jambe gauche pliée est nue doit être accueillie avec réserve. Himmelmann interprète le relief ondulé de la cuisse comme un effet de réalisme, la notation des replis de la chair formés par les anneaux du serpent. Si l’on prend en compte les traces de couleur jaune déjà signalées, il est peut-être possible d’y voir les effets d’un drapé retroussé sur la cuisse par le mouvement de la jambe.

9Mais il convient surtout, avant de valider le témoignage de ces documents pour qu’ils soient utilisés d’une manière ou d’une autre au sein de ce que j’appellerai la problématique du groupe de Laocoon, d’acquérir la certitude qu’ils traitent bien le même sujet. Car à partir du moment où l’on nie toute relation formelle entre le grand monument en marbre et les petits morceaux de terre cuite, le caractère très incomplet de ces derniers laisse le champ libre à d’autres interprétations.

Fig. 3 — Jeune géant ( ?) imberbe en chute, un reptile enroulé autour de chaque jambe. Louvre Cp 5221 (Cat. D 4129)

Fig. 3 — Jeune géant ( ?) imberbe en chute, un reptile enroulé autour de chaque jambe. Louvre Cp 5221 (Cat. D 4129)

10Un homme attaqué par un serpent : telle est la description la plus objective et la plus prudente qu’on doit proposer pour chacun des deux fragments. Or un tel affrontement ne ramène pas nécessairement à la seule déplorable histoire de Laocoon. Sans vouloir ni pouvoir ici passer en revue toutes les légendes de la mythologie grecque où pareille image aurait droit de cité, on peut mentionner la Gigantomachie, où l’adversaire d’Athéna comme celui de Dionysos ont souvent à affronter un reptile. Est-il besoin de rappeler l’Alkyoneus de la grande frise de Pergame, cruellement mordu au sein droit par l’énorme serpent Erichthonios qui combat aux côtés de la déesse, et dont les anneaux paralysent la jambe droite du fils de Gè (fig. 1, p. 246) ? Et mainte représentation de la céramique peinte montre la jambe d’un géant prise dans les spires d’un reptile allié des dieux olympiens. Mieux encore : un relief dit « de Gnathia », conservé au Louvre, décor d’applique d’un vase apulien remontant jusqu’à la fin du ive, ou au début du iiie siècle av. J.-C, exploite probablement ce thème (fig. 3).

11La geste d’Héraclès expose aussi ce héros à la morsure de plusieurs reptiles. Il faut bien sûr laisser de côté l’épisode du nourrisson d’Alcmène étouffant dans son berceau les serpents envoyés par Héra : la forme athlétique des deux jambes dissuade d’en retenir la supposition. Mais Héraclès affronte d’autres serpents, ou quelque monstre qui en procède : au jardin des Hespérides, c’est le dragon Ladon qui veille sur l’arbre aux pommes d’or, sur le tronc et les branches duquel son corps s’enroule ; et l’Hydre qui sévit à Lerne réunit dans sa forme monstrueuse les corps et les têtes de plusieurs reptiles, dont certaines représentations montrent l’enroulement autour d’une jambe d’Héraclès.

12À l’idée d’identifier ces jambes de terre cuite à celle d’un Héraclès engagé dans l’un de ces combats, il est évidemment possible d’objecter qu’il n’est aucun parallèle précis ni dans l’ensemble du répertoire de la coroplastique grecque ni en particulier dans celui des coroplastes de Tarse, quelle que soit l’extrême variété de leurs sujets, dont on puisse faire état.

13Mais la même objection vaut encore bien davantage pour la représentation de Laocoon, dont l’imagerie est exceptionnelle, tous supports et toutes périodes confondus. La représentation d’Héraclès est au contraire loin d’être rare, surtout d’ailleurs à Tarse, où ce héros semble avoir joui d’une faveur toute particulière.

14Telles sont donc quelques-unes des pistes qu’il serait nécessaire d’explorer, et où nous n’avons fait que quelques pas, pour acquérir la certitude de bien reconnaître le sujet traité par les deux figurines dont nous ne conservons que ces deux malheureux vestiges. Dans cette épreuve du doute à laquelle nous avons voulu soumettre l’interprétation qui prévaut, il faudrait même élargir l’enquête en cherchant du côté des images que le syncrétisme religieux, dont l’effet semble très important dans les cultes pratiqués à Tarse, pourrait éventuellement susciter.

15Mais cette mise en question ne signifie nullement qu’il faille éliminer complètement la première interprétation. La taille du reptile et le mode d’enroulement de ses énormes anneaux, à dire le vrai, s’accommoderaient assez bien avec ce que nous savons, à la fois par les images et par les textes, de la mort de Laocoon. Toutefois, nous n’apercevons aucun rapport entre le Laocoon de marbre et les statuettes que les petits fragments du Louvre laissent deviner. Dès lors, il nous paraîtrait sage de ne pas surestimer l’importance du témoignage de ces fragments de Tarse pour traiter des nombreuses questions soulevées par le groupe rhodien. Assurément, il ne serait pas indifférent de pouvoir établir l’existence de telles images en Cilicie, dans une période qui s’étend sur la fin de l’ère hellénistique et le début de l’époque impériale. Mais tout bien pesé, leur témoignage n’éclairerait guère le dossier du Laocoon du Vatican, qui est, comme on le sait bien, demandeur de repères chronologiques aussi précis que possible.

16Il est grand temps de mettre un terme à cet exposé dont le but principal (et la seule utilité) était de mettre sous vos yeux deux fragments souvent cités mais publiés peut-être trop rapidement, en tout cas illustrés trop pauvrement.

Haut de page

Bibliographie

S. Settis, Laocoonte — Fama e stile, Rome, 1999.

R. Förster, « Laokoon-Denkmäler und Inschriften », Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts, VI, 1891, p. 177-196.

S. Mollard-Besques, Musée du Louvre, Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre-cuite grecs, étrusques et romains, III : Époques hellénistique et romaine. Grèce et Asie Mineure, Paris, 1972, p. 269-270, 287, pl. 358 a et c.

N. Himmelmann, « Laokoon », Antike Kunst, 34, 1991, p. 97-115.

L. Burn et R. Higgins, Catalogue of Greek Terracottas in the British Museum, III, Londres, 2001, p. 287-292, pl. 157-160.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Jambe droite masculine enserrée dans les anneaux d’un corps de serpent. Louvre T 423 (Cat. D 2332) (cliché Christian Larrieu. Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines)
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/936/img-1.png
Fichier image/png, 200k
Titre Fig. 2 — Jambe gauche masculine pliée prise dans les anneaux d’un corps de serpent. Louvre T 422 (Cat. D 2331) (cliché Christian Larrieu. Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines)
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/936/img-2.png
Fichier image/png, 276k
Titre Fig. 3 — Jeune géant ( ?) imberbe en chute, un reptile enroulé autour de chaque jambe. Louvre Cp 5221 (Cat. D 4129)
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/936/img-3.png
Fichier image/png, 724k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Pasquier, « Terres cuites du Louvre représentant Laocoon à l'époque hellénistique ? », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2003, mis en ligne le 22 septembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/936

Haut de page

Auteur

Alain Pasquier

Inspecteur général des musées de France, conservateur en chef du Département des antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page