Navigation – Plan du site

Le pseudo-Laocoon d’Arlon (Belgique) un prêtre de Jupiter Sabazios

Henri Lavagne
p. 79-89

Résumés

Un relief conservé au musée d’Arlon (Belgique) passe pour être une représentation gallo-romaine du Laocoon. En réalité, à bien l’examiner, il s’agit simplement d’une représentation à caractère cultuel, sur laquelle est figuré un personnage en position d’orant, les bras levés, les mains ouvertes et dont les bras et le torse sont entourés par les replis d’un serpent ayant une crête sur la tête. Mais il ne s’agit pas d’un combat entre le serpent et l’homme ; le caractère rituel de cette attitude ne fait pas de doute et on incline plutôt à imaginer une alliance entre le serpent et le personnage. S’il s’agit d’un dieu, on pensera à un Hercule gallo-romain avec un serpent chthonien. On a pensé aussi à un druide, mais l’hypothèse est téméraire. Des échos avec les figurations du chaudron de Gundestrup sont sensibles, et c’est à la mythologie celtique que l’on renverra plutôt qu’à une imitation gallo-romaine du Laocoon.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Parmi de nombreux exemples d’images tirées de Virgile, nous pourrions citer les cinq mosaïques rep (...)

1Parmi les provinces de l’Occident romain, la Gaule est celle qui a adopté l’iconographie classique apportée par Rome avec le plus de ferveur. Aussi n’est-il pas déplacé, dans un colloque consacré à la réception de l’image du Laocoon, de se demander si la mort du prêtre troyen et de ses fils n’aurait pas donné lieu à une représentation qu’un gallo-romain épris de Virgile1 aurait voulu à son tour faire figurer dans le marbre ou le bronze.

  • 2  E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, bustes et statues de la Gaule romaine, Paris, 191 (...)
  • 3  S. Ferri, « Aspetti ipotetici di un ultimo restauro al gruppo del Laocoonte », Archeologia classic (...)

2Le premier à avoir suggéré qu’un bas-relief trouvé à Arlon vers 18602et représentant un homme dont les bras et le torse sont entourés par les replis d’un serpent (fig. 1) pouvait être un Laocoon est Silvio Ferri, dans un article d’Archeologia classica en 19503. L’auteur faisait remarquer que l’attitude de Laocoon dont les bras sont tendus vers le ciel n’était pas celle qu’il a dans le célèbre groupe sculpté et qu’il fallait plutôt rapprocher la sculpture gallo-romaine de l’image représentée sur le manuscrit du Virgile du Vatican et sur les médaillons contorniates. Le relief d’Arlon prenait ainsi place dans le dossier des attestations indirectes de l’existence d’un autre type du Laocoon, probablement antérieur à celui qui a consacré sa célébrité, et dont nous aurions perdu la trace.

Fig. 1 — Relief d’Arlon (cliché H. Lavagne)

Fig. 1 — Relief d’Arlon (cliché H. Lavagne)
  • 4  S. Settis, Laocoonte, fama e stile, Rome, 1999, p. 69, et fig. 40 (manuscrit du Vatican), fig. 41 (...)
  • 5  A. de Ridder, Bronzes antiques du musée du Louvre, Paris, 1913, I, p. 130, n° 1065, pl. 62, et Id. (...)

3À son tour, S. Settis dans son livre sur le Laocoon4 a repris cette hypothèse, en y ajoutant la comparaison avec un petit bronze trouvé à Belâbre (Indre)5, aujourd’hui au musée du Louvre et dont l’un des bras est levé, la paume de la main ouverte, tandis qu’un court manteau flotte derrière lui, et qui n’est pas non plus sans rappeler, sur ce point, la sculpture d’Arlon.

4Ce sont ces rapprochements qu’il nous faut évoquer aujourd’hui pour déterminer si nous avons vraiment affaire à une image d’un Laocoon, et, pour le dire à la manière de Tacite, à une interpretatio gallica d’un prototype de cette image perdue.

  • 6  L. Lefèbvre, « Les sculptures gallo-romaines du musée d’Arlon », Bulletin de l’Institut archéologi (...)
  • 7  L. Lefèbvre, qui le daterait volontiers des années claudiennes comme le relief au « Maître d’école (...)

5Le relief d’Arlon est connu depuis 1860, date de sa découverte dans le rempart (iiie siècle) du vicus d’Orolaunum où il se trouvait en réemploi. La sculpture mesure 1,10 m de large sur 0,60 m de haut, avec une épaisseur de 0,35 m. Selon L. Lefèbvre6, conservateur du musée où cette œuvre est présentée, il pourrait s’agir d’un élément d’un monument funéraire du type de la tour funéraire7 dont la Gaule Belgique et la Germanie ont donné de nombreux exemples. La partie inférieure du relief, probablement environ la moitié, est perdue et le côté droit a été bûché. Le monument, travaillé en faible relief, est formé d’une sorte de naiskos à deux colonnes de type cannelé, surmontées d’un chapiteau à décor végétal où l’on peut peut-être reconnaître un feuillage de palmier. Au centre, se détache un personnage masculin, dont seul le torse est conservé, qui porte un vêtement ouvert en arrondi sur le cou, et dont on aperçoit un pan rejeté sur l’épaule gauche. L’homme est dans la force de l’âge, la tête légèrement tournée vers la gauche, et porte une barbe bouclée. Il élève les deux bras, les paumes des mains largement ouvertes. Au-dessus de sa tête est suspendu un grand bouclier d’amazone en forme de pelte, avec des apices en volutes recourbées, mais ne comportant aucune autre ornementation. À la droite du personnage, et en grande partie cachée par la colonne, on distingue la tête particulièrement large d’un ophidien, à l’œil en biseau, munie d’une crête à peine esquissée et comme rabattue sur le crâne. Mais le motif important est la présence du long serpent qui entoure de ses replis le torse de l’individu en un double mouvement : il sort de son vêtement au niveau de la clavicule gauche, passe sur l’épaule, enserre le biceps et darde sa tête au-dessus de celle du personnage, après avoir enveloppé son poignet, tandis que la queue du reptile, également dressée, passe derrière le poignet droit et se termine devant la pelte.

  • 8  R. Turcan, Messages d’Outre-Tombe, l’iconographie des sarcophages romains, Paris, 1999, p. 23.

6Les éléments favorables à l’interprétation du personnage en Laocoon nous paraissent faibles, puisqu’ils se résument, en fait, à la présence du serpent qui l’enveloppe de ses ondulations. Pour y voir Laocoon, il faut d’abord supposer que la partie inférieure manquante du relief pouvait comporter la présence des deux fils du prêtre troyen, ce qui reste purement hypothétique. On pourrait objecter que l’image, comme il arrive souvent dans les transpositions gallo-romaines de scènes classiques, a été simplifiée par le sculpteur gaulois et réduite au personnage essentiel de la scène, dans un souci d’expressivité et pour mettre en valeur le héros de l’histoire. On pourrait aussi souligner que si ce relief appartenait bien à un monument funéraire, le commanditaire aurait pu vouloir laisser entendre une sorte d’assimilation avec lui-même, du type quo modo fabula, sic vita : le thème se prêtait très clairement à illustrer l’impuissance de l’homme devant la mort et la force inéluctable du Destin. Mais on fera d’abord remarquer contre cette hypothèse que cette image n’apparaît jamais dans le répertoire funéraire et que la terrible fin de Laocoon ne figure pas parmi les « leçons de la mythologie » qui sont représentées sur les sarcophages8, ni sur les stèles funéraires.

Fig. 2 — Attis( ?) funéraire, Bonn, Rheinisthes Landesmuseum Bonn (cliché du musée)

Fig. 2 — Attis( ?) funéraire, Bonn, Rheinisthes Landesmuseum Bonn (cliché du musée)
  • 9  Espérandieu, op. cit., VI, n° 6259, et J.-J. Hatt, « Les croyances funéraires des Gallo-Romains d’ (...)
  • 10  E. Will, « Attis vrais et faux », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1983 (...)
  • 11  C. Jullian, « Fouilles de Blumereau à Rom (Deux-Sèvres) », Mémoires de la Société nationale des an (...)

7Parmi la très riche série des images que l’art sépulcral a retenues pour illustrer la mort, il serait bien étonnant que ce soit l’unique exemple d’un Laocoon funéraire. Même le bouclier en forme de pelte qui surplombe le personnage n’est pas un indice suffisant pour entraîner cette interprétation. Il est vrai qu’on trouve parfois ce bouclier sur certains tombeaux, comme sur le célèbre mausolée de Poblicius Clodius (fig. 2) du musée de Bonn9, où il occupe une place importante au-dessus d’un personnage dans lequel on peut voir soit un Attis funéraire, soit un simple serviteur oriental10, mais on sait que la pelte est un ornement qui se retrouve dans bien d’autres contextes que celui de la tombe. Il est même possible de ne lui voir ici qu’une valeur purement ornementale. On rappellera, par exemple, la curieuse figure du dieu masculin de Blummereau dont l’effigie est encadrée par une série de peltes juxtaposées et dans laquelle C. Jullian voulait voir Dispater11. Or, le lien du motif de la pelte avec Dispater n’apparaît pas ; il se peut donc que la pelta soit parfois purement ornementale.

Fig. 3 — Statuette de « l’homme aux serpents », Tello (cliché d’après Syria, 1951)

Fig. 3 — Statuette de « l’homme aux serpents », Tello (cliché d’après Syria, 1951)
  • 12  L’idée d’un « mort héroïsé » que soutenait J.-B. Sibenaler, Guide illustré du musée lapidaire roma (...)
  • 13  A. Parrot, « L’homme aux serpents », Syria, 1951, p. 57-61.
  • 14  A. Parrot répondit vigoureusement à ses contradicteurs dans « À propos de l’homme aux serpents », (...)

8L’hypothèse d’un Laocoon à valeur funéraire12 nous semble donc à rejeter, et il serait plus prudent de ne l’appeler, en première analyse, que l’« homme au serpent ». C’est aussi l’expression qu’avait choisie André Parrot13 pour désigner deux curieuses figurines d’albâtre qu’il nous faut évoquer, ne serait-ce que pour faire ressortir les différences avec le relief d’Arlon. Leur date présumée et leur origine sont totalement différentes, mais comme on y a vu des « ancêtres » du Laocoon, il n’est pas injustifié d’en rappeler l’existence. La première est une sculpture provenant sans doute de Tello, le site sumérien de Lagash, en vente en 1938-1939 sur le marché des antiquités parisiennes et disparue depuis (fig. 3). Elle représente un homme nu, à la barbe bouclée et à la chevelure ondulée, dont le type doit être rapporté au style dit « early dynastie » (vers 2800-2400 av. J.-C), mais dont l’attitude est proche de celle du Laocoon antique. Le personnage est à genoux et ses mains ramenées derrière son dos paraissent liées par les anneaux de deux énormes serpents qui entourent ses bras et dardent leurs têtes de chaque côté de ses épaules, deux autres têtes de reptiles apparaissant à hauteur des hanches. Deux poissons sont suspendus à son cou. Malgré les doutes de quelques savants sur l’authenticité de la pièce, A. Parrot soutint avec succès qu’il ne s’agissait pas d’un faux, en la comparant à une autre statuette d’albâtre du musée de Bagdad, provenant sans doute d’un site voisin et présentant une iconographie identique (statuette de « l’homme aux serpents »). Sans entrer dans la discussion et l’interprétation qu’il faut donner à ces figures énigmatiques qui mirent aux prises les spécialistes de Sumer14, on remarquera que si l’on peut parler d’« ancêtres du Laocoon », c’est uniquement à cause de l’attitude soumise du personnage, enserré par les spires des serpents, censés l’empêcher de nuire en apportant l’humidité et la fécondité aux contrées arrosées par le Tigre et l’Euphrate, que symbolisaient les deux poissons accrochés autour de son cou, selon l’explication la plus courante.

  • 15  J.-J. Hatt, Mythes et dieux de la Gaule, Paris, 1989, p. 34, fig. 11.
  • 16  C. Jullian, « Notes gallo-romaines XIV, remarques sur la plus ancienne religion gauloise », Revue (...)
  • 17  Tacite, Annales, XIV, 25, « Druidaeque circum, preces diras sublatis ad caelum manibus fundentes »

9On voit ici la différence avec le relief d’Arlon sur lequel le personnage joue un rôle qui n’est pas celui d’un vaincu. Debout, il élève les mains en un geste de prière ou d’invocation et son immobilité est plutôt celle d’un charmeur de serpent qui parvient à se concilier la puissance du reptile. On est donc en droit de se demander si ce ne serait pas un prêtre, voire un druide, comme le voulait J. J. Hatt15, qui pensait que cette position des mains était celle d’un intercesseur « chargé d’assurer la médiation entre le monde inférieur et le monde supérieur ». Ce geste était déjà analysé par C. Jullian16 comme le témoignage d’une ancienne croyance des Gaulois sur le séjour des dieux dans le ciel, et il rappelait le texte de Tacite17 décrivant les druides « les mains levées vers le ciel, lançant des malédictions effrayantes » au moment de l’affrontement entre les légions romaines et les Bretons de l’île de Mona. L’interprétation est séduisante, mais, à l’inverse de celle qui proposait un Laocoon, c’est le serpent qui fait obstacle à une telle proposition, car, outre le fait qu’on ne possède aucune image assurée d’un druide, rien dans l’iconographie gauloise ni dans les textes n’indique que les druides aient eu un rapport privilégié avec les serpents ou qu’ils les utilisaient dans leurs pratiques cultuelles.

  • 18  On ne retiendra ici qu’un exemple, celui d’un autel d’Ostic où le dieu apparaît bien comme un enfa (...)
  • 19  G. Moitrieux, « Hercule au serpent au sanctuaire de Deneuvre (Meurthe-et-Moselle) », Archéologie e (...)

10Serait-ce alors un Hercule ? On doit d’abord écarter le rapprochement avec la scène d’Hercule étouffant les serpents, car cette image bien connue dans le monde classique le montre toujours enfant18, comme le veut la légende. Il ne peut s’agir non plus des deux « Travaux » qui mettent le héros aux prises avec des serpents, celui du combat contre l’hydre de Lerne ou contre le serpent gardant le Jardin des Hespérides. L’attitude du personnage d’Arlon est, on l’a dit, loin d’être belliqueuse. Reste l’image gallo-romaine, moins fréquente, mais bien attestée, de l’Hercule au serpent, celui-ci étant à mettre en rapport avec les sources curatives. Gérard Moitrieux19 en a donné deux bons exemples dans les sculptures découvertes dans le sanctuaire de Deneuvre, près de Baccarat (Meurthe-et-Moselle). Mais le serpent est ici emprunté aux divinités guérisseuses classiques telles que Hygie et Esculape. Enfin, si le visage du personnage d’Arlon a quelque similitude avec celui que les sculpteurs prêtent ordinairement à Hercule dans la force de l’âge, aucun attribut spécifique comme la massue ou la dépouille du lion ne vient le caractériser comme tel. L’identification est donc à repousser elle aussi, car elle forcerait à supposer que ces attributs étaient peut-être présents dans la partie inférieure du relief, hypothèse pour le moins gratuite.

  • 20  J. de Vries, La religion des Celtes, Paris, éd. 1963, p. 176-178. Il indique une occurrence pour A (...)
  • 21  P. M. Duval, Les dieux de la Gaule, Paris, éd. 1976, p. 39.
  • 22  Voir J. J. Hatt, op. cit., p. 233, fig. 198. La statue de Sommérécourt était d’ailleurs la seule r (...)
  • 23  Nous ne prenons pas en compte ici le dieu Smertrios, tel qu’il est représenté, par exemple, sur le (...)
  • 24  Espérandieu, Recueil, II, n° 1573, et J.-J. Hatt, op. cit., p. 230, fig. 194.
  • 25  J.-J. Hatt, op. cit., p. 78, fig. 62.
  • 26  Espérandieu, n° 1539.

11Nous avons donc écarté la figure d’un Laocoon, celle d’un druide et celle d’un Hercule guérisseur. Est-il possible d’orienter la recherche vers l’un des nombreux dieux du panthéon gallo-romain qui sont accompagnés d’un ou plusieurs serpents, sans qu’on puisse pour autant leur donner un nom particulier ? On sait que la présence du serpent aux côtés d’un dieu gaulois est bien attestée. Jan de Vries20 en avait réuni une liste, en soulignant que dans la plupart des cas le serpent était à tête de bélier, symbole bien connu dans le monde celtique21, même si sa signification précise reste obscure. Ce n’est pas le cas à Arlon, où l’on ne distingue que des crêtes. Parmi la quinzaine de monuments répertoriés, nous ne retiendrons que les deux divinités masculine et féminine de Sommérécourt (Haute-Marne)22, le dieu masculin étant le plus intéressant pour notre étude23 puisque les serpents qu’il porte s’entrecroisent dans son dos, passent sur ses épaules et viennent manger des offrandes que le dieu porte dans un plat sur ses genoux. Citons aussi la figure familière du dieu de Néris-les-Bains24 (au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye), qui tient sur son genou un gros serpent aux allures pacifiques. Mais n’était-ce pas déjà le cas du Cernunnos du « Chaudron de Gundestrup », cette « Bible illustrée » de la mythologie celtique qui représente le grand dieu de la Gaule assis entre un cerf et un loup et tenant dans la main gauche un long serpent25 ? On pourra penser enfin au relief du Cernunnos de Vendœuvres (Indre), sur lequel le dieu cornu est accosté de deux personnages debout sur des serpents26. Ce n’est pas le lieu ici de reprendre l’analyse de ces dieux au serpent dans la religion gallo-romaine, dont les valeurs largement chthoniennes ont été bien reconnues ; mais aucune de leurs représentations ne fait apparaître le serpent comme à Arlon, dont l’image ostentatoire est un unicum.

  • 27  C. Jullian, « Chronique gallo-romaine », RFA, 1911, p. 337-338.
  • 28  M. E. Mariën, L’empreinte de Rome en Belgique, Éd. du Fonds Mercator, Anvers, 1980, p. 97.
  • 29  Pour les différents exemples relatifs à Jupiter Sabazions, nous renvoyons ci-dessous aux trois vol (...)

12L’identification du personnage nous paraît devoir être recherchée dans un tout autre contexte, celui des cultes orientaux. L’hypothèse avait déjà été suggérée par C. Jullian en 19.11, mais sans fournir aucune autre précision27, puis reprise par M. E. Mariën28 évoquant un Jupiter Sabazios29, mais sans donner les arguments textuels et iconographiques susceptibles de soutenir cette idée.

  • 30  Cf. aussi la plaquette de Vic-sur-Seille, étudiée par J. L. Desnier (« La plaquette d’argent repou (...)
  • 31  Ch. Picard, « Le dieu thraco-phrygien Sabazios-Sabazius à Vichy », Revue archéologique du Centre, (...)
  • 32  M. Macrea, « Le culte de Sabazios en Dacie », Dacia, n.s. III, 1959, 333, et fig. 5, p. 336.
  • 33  Selon Diodore de Sicile, IV, 4. D’autres filiations mythiques étaient connues des Anciens, comme c (...)

13Le cadre architectural de l’image d’abord est celui d’un petit naïskos30qui est fréquemment utilisé dans la présentation de ce type de divinités, notamment dans les plaquettes sabaziaques. On pense aux lamelles d’argent de Vichy31 comme aux plaques de la Dacie romaine32 : Sabazios, qui passait pour être le fils de Jupiter et de Perséphone33, est présenté comme son olympien de père, en majesté, dans un petit temple orné de deux colonnes et d’un fronton, comme ce devait être le cas à Arlon, où la pelte devait s’inscrire dans le tympan.

  • 34  Après avoir envisagé Laocoon, P. Waltzing avait d’ailleurs retenu plutôt l’identification en charm (...)
  • 35  CCIS, I, n° 15, 27, 30, 45, 52, 70, 75, 95, etc.
  • 36  Démosthène, Sur la couronne, 259-260, in CCIS, II, p. 52. Dans son édition, E. N. Lane suspecte, à (...)
  • 37  H. Jeanmaire, Dionysos, histoire du culte de Bacchus, Paris, 1951, p. 97.
  • 38  L’adjectif qui signifie « qui a de grandes bajoues » est, selon les philologues, d’origine obscure (...)
  • 39  Clément d’Alexandrie, Propreptique, 2, 16, 2, in CCIS, II, n° 6, p. 48. « En tout cas, dans les my (...)
  • 40  Arnobe, Adersus nationes, 5, 21, in CCIS, II, n° 22, p. 49. Dans l’édition de G. E. Mac Kracken, T (...)
  • 41  Firmicus Maternus, L’erreur des religions païennes, éd. R. Turcan, coll. « Universités de France » (...)
  • 42  R. Turcan, op. cit., commentaire au texte de F. Maternus, p. 252.

14C’est évidemment la présence des serpents qui est déterminante pour confirmer l’identification. Le serpent principal qui entoure le personnage a une place prééminente car il est comme mis en exergue par celui qui le porte. Au contraire du Laocoon ou des idoles sumériennes citées plus haut, le protagoniste n’est pas ligoté par la bête, encore moins au bord de la strangulation. Il manipule, pourrait-on dire, l’ophidien comme le ferait un charmeur de serpents34 qui joue avec eux sans en être mordu. Son visage est grave et ne reflète en rien l’angoisse ; il est probablement occupé à une action liturgique. Si l’on ajoute que ce serpent est muni d’une crête et d’une barbe, nous entrons alors dans le monde spécifique de Sabazios dont les reptiles sont le plus souvent figurés de cette manière35. Les textes sont ici d’un grand secours car ils décrivent les actes rituels des cérémonies sabaziaques. On rappellera d’abord le témoignage fondateur de Démos-thène dans le Sur la couronne36se moquant de son adversaire Eschine qui pratique les rites de Sabazios37, « passant dans les rues., en brandissant des serpents joufflus » (ζφεις παρειας θλιρων). Ce dernier terme de « joufflus »38mérite qu’on s’y arrête, car ce gonflement attribué à une espèce particulière de serpent ne serait-il pas précisément ce que le sculpteur d’Arlon a voulu rendre en donnant une hypertrophie singulière à la tête du reptile de gauche et en figurant une crête et une barbe sur l’autre ? D’autres textes, cette fois émanant d’auteurs chrétiens, nous en apprennent davantage encore sur les pratiques rituelles que l’on faisait subir aux mystes de Sabazios sous l’empire romain. Clément d’Alexandrie39, Arnobe40, Firmicus Maternus41 relatent que l’initié se voit glisser, en son sein (per sinum) un serpent qui est le symbole du dieu et qui ressort ensuite de ses vêtements (rite de hiérogamie, selon certains42). C’est certainement ce que le relief d’Arlon montre, puisqu’on voit le reptile qui émerge près du cou du personnage, non pas derrière son épaule gauche, mais hors du sinus de son himation.

  • 43  La fonction proprement dite de ces mains a été discutée (ex-votos ou enseignes pour les procession (...)
  • 44  CCIS, I, passim.
  • 45  E. Lozovan, « Sabazios et la benedictio latina », dans Oikoumme, studi paleocristiani in onore del (...)

15Enfin, parmi les composantes de l’image d’Arlon, on ne peut manquer d’être frappé par la valeur éminente accordée aux mains. Or, chacun sait que dans le culte de Sabazios, les mains votives, généralement en bronze, occupent une place importante. Une centaine environ43 a été dénombrée et leur trait spécifique est de comporter, outre le serpent qui entoure le poignet et un ou deux doigts, une série de petits objets et animaux qui s’accrochent aux doigts comme des amulettes : lyres, cratères cymbales, fouets, pommes de pin, ou crapauds, tortues, lézards, aigles, etc.44 Dans le relief d’Arlon, ces « idoles » annexes ne sont pas présentes et le geste de benedictio latine45qui caractérise les doigts de ces mains sabaziaques n’est pas non plus repris. On le comprend aisément, car il ne s’agit pas ici de l’imagerie des mains votives ni d’évoquer les mains du dieu (manus dei), mais les mains d’un orant ou d’un fidèle (manus orantis vel voventis), qui est représenté dans une action rituelle. Cependant, l’allusion aux mains votives que les dévots du dieu faisaient exécuter est certainement présente.

  • 46  Voir l’interprétation, dans un sens analogue, mutatis mutandis, d’une des scènes du mausolée de Gl (...)
  • 47  Par exemple, dans la plaque du musée de Belgrade (Ch. Picard, op. cit., p. 162-163, fig. 11-12).

16Enfin, la pelte qui domine la scène doit avoir sa signification. Elle est, à nos yeux, une allusion aux origines thraco-phrygiennes du dieu, car le motif du bouclier propre aux amazones est dans l’iconographie romaine un rappel connu de ces contrées orientales46 qui ajoutaient encore à l’exotisme du dieu. Une variante de ce motif, qui est également une allusion aux amazones, est la bipenne que l’on trouve précisément sur certains objets du culte de Sabazios47.

  • 48  CCIS, III p. 42-44.
  • 49  CCIS, III, p. 42-44.

17Tous les éléments iconographiques du relief d’Arlon concordent donc pour en faire l’image d’un prêtre de Sabazios et non une image du dieu lui-même. On sait la part importante que ses desservants avaient dans son culte, comme l’atteste le grand nombre d’inscriptions les mentionnant48, y compris les fidèles accomplissant leur vœu per vocem sacerdotis49.

  • 50  M. E. Mariën, op. cit., supra, p. 269, fig. 186, ajoute à ces différents exemples le lézard trouvé (...)
  • 51  Famars est inscrit, à tort, dans la province de Narbonnaise par M. J. Vermaseren, CCIS, I, p. 17, (...)
  • 52  H. Lavagne, « Lutèce : le monument funéraire aux Amours de Mars et les reliefs aux têtes d’Attis » (...)

18Reste enfin à se demander, sur le plan archéologique, si la présence de cette sculpture est compréhensible dans le vicus d’Arlon. Un examen de la répartition des trouvailles de monuments relatifs au culte de Sabazios nous révèle que la Gaule Belgique est précisément la région la plus riche des Gaules en mains sabaziaques : on en compte cinq exemples (voire six)50 : à Famars51, Amiens (deux monuments), Tournai, Sedan, Rumst (près d’Anvers), alors qu’on ne connaît qu’un exemple à Corseul, dans les Côtes-du-Nord, pour la Lugdunaise, aucun en Aquitaine ni en Narbonnaise. À titre de comparaison, l’Espagne n’en fournit qu’un cas et les Germanies, deux exemples seulement. La représentation d’un prêtre de Sabazios à Arlon n’est donc pas surprenante. Elle s’inscrit dans une géographie divine de Sabazios, dont les fidèles (soldats ?) ont été sans doute nombreux dans les régions du nord de la Gaule. Décorait-elle le monument funéraire d’un dévot de Sabazios, comme nous avions supposé, de manière analogue, un fidèle d’Attis pour le monument aux têtes coiffées du bonnet phrygien de Lutèce52 ? Il serait téméraire de l’affirmer sans inscription pour le confirmer. En tout cas, ce monument à l’iconographie si rare, que nous retirons du dossier du Laocoon, devient un témoignage remarquable sur le culte du dieu thraco-phrygien Sabazios en Gaule romaine.

Haut de page

Notes

1  Parmi de nombreux exemples d’images tirées de Virgile, nous pourrions citer les cinq mosaïques représentant le combat de Darès et Entelle au chant V de l’Enéide, dont la scène a retenu particulièrement l’attention des notables gallo-romains d’Aix-en-Provence, Villelaure, et Nîmes, mais qui figure aussi sur un bas-relief funéraire de Metz et, plus précisément encore, sur le mausolée de Vervicius à Arlon (cf. pour les mosaïques, H. Lavagne, « Le pavement de la rue des Magnans à Aix-en-Provence » dans Gallia, 51, 1994, p. 203-215 et Recueil général des mosaïques de la Gaule,Narbonnaise, III, 3, 1999, n° 857, p. 286-291. Pour le mausolée de Vervicius, L. Lefèbvre, « Les sculptures gallo-romaines découvertes dans le sous-sol de la Breck à Arlon », Bulletin de l’Institut archéologique du Luxembourg Arlon, 57, 1981, p. 40-53, fig. 8, et Id., « Une scène tirée de l’œuvre de Virgile représentée sur le mausolée de Vervicius », ibid., 63, 1987, p. 14-17.

2  E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, bustes et statues de la Gaule romaine, Paris, 1913, V, n° 4018, avec bibliographie antérieure.

3  S. Ferri, « Aspetti ipotetici di un ultimo restauro al gruppo del Laocoonte », Archeologia classica, II, 1950, p. 66-69, et fig. XIX, 1.

4  S. Settis, Laocoonte, fama e stile, Rome, 1999, p. 69, et fig. 40 (manuscrit du Vatican), fig. 41 (médaillons contorniates), fig. 44 (relief d’Arlon).

5  A. de Ridder, Bronzes antiques du musée du Louvre, Paris, 1913, I, p. 130, n° 1065, pl. 62, et Id., Musée du Louvre, les bronzes antiques, Paris, 1913, p. 88.

6  L. Lefèbvre, « Les sculptures gallo-romaines du musée d’Arlon », Bulletin de l’Institut archéologique du Luxembourg Arlon, 1-2, 1975, p. 61-62, et Id., Le musée luxembourgeois, Arlon, coll. Musaea nostra, Bruxelles, 1990, p. 62.

7  L. Lefèbvre, qui le daterait volontiers des années claudiennes comme le relief au « Maître d’école » (ibid., p. 87, et Espérandieu, op. cit., V, 4103) de ce même musée. Mais on pourrait être aussi tenté de faire le rapprochement avec le monument d’Attianus (également à Arlon), dont les personnages portent des vêtements aux larges plis assez semblables à ceux du relief qui nous occupe. Le socle de ce pilier comporte d’ailleurs le motif de la pelte (ibid., p. 47, fig. 25). La datation proposée serait alors « fin iie — début iiie siècle ».

8  R. Turcan, Messages d’Outre-Tombe, l’iconographie des sarcophages romains, Paris, 1999, p. 23.

9  Espérandieu, op. cit., VI, n° 6259, et J.-J. Hatt, « Les croyances funéraires des Gallo-Romains d’après la décoration des tombes », Revue archéologique de l’Est et du Centre-Est, XXI, 2, 1, 1970, p. 70, fig. 16.

10  E. Will, « Attis vrais et faux », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1983, p. 216-222.

11  C. Jullian, « Fouilles de Blumereau à Rom (Deux-Sèvres) », Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, 58, 1897 (1899), p. 146.

12  L’idée d’un « mort héroïsé » que soutenait J.-B. Sibenaler, Guide illustré du musée lapidaire romain d’Arlon, Arlon, 1905, p. 24, n° 5, n’est soutenue par aucun argument. De même, l’hypothèse de G. Welter (« Notes de mythologie gallo-romaine », dans RA, 1911, p. 62-63) qui y reconnaissait un « Mercure barbu au serpent ».

13  A. Parrot, « L’homme aux serpents », Syria, 1951, p. 57-61.

14  A. Parrot répondit vigoureusement à ses contradicteurs dans « À propos de l’homme aux serpents », Syria, 29, 1952, p. 177-180.

15  J.-J. Hatt, Mythes et dieux de la Gaule, Paris, 1989, p. 34, fig. 11.

16  C. Jullian, « Notes gallo-romaines XIV, remarques sur la plus ancienne religion gauloise », Revue des Études anciennes, IV, 1902, p. 103-104. Contra, Fr. Le Roux, Chr. J. Guyonvarc’h, Les druides, Éd. Ouest-France, 1986, p. 25, n. 25.

17  Tacite, Annales, XIV, 25, « Druidaeque circum, preces diras sublatis ad caelum manibus fundentes ».

18  On ne retiendra ici qu’un exemple, celui d’un autel d’Ostic où le dieu apparaît bien comme un enfant, tenant solidement en mains deux serpents qui s’enroulent autour de ses jambes. (D. E. E. Kleiner, Roman imperial funerary altars with portraits, Archeologica, 62, Rome, 1987, p. 263, n°119 et pl. LXV1. 2.

19  G. Moitrieux, « Hercule au serpent au sanctuaire de Deneuvre (Meurthe-et-Moselle) », Archéologie et médecine, Ve Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire, Antibes, octobre 1986, Éd. APDCA., Juan-les-Pins, 1987, p. 225-239, et Id., Hercules in Gallia, recherches sur la personnalité et le culte d’Hercule en Gaule, Publications du Centre A.-Grenier, Gallia Romana, V, Paris, 2002, p. 222-223.

20  J. de Vries, La religion des Celtes, Paris, éd. 1963, p. 176-178. Il indique une occurrence pour Arlon sur la carte 14, p. 177, mais avec un point d’interrogation.

21  P. M. Duval, Les dieux de la Gaule, Paris, éd. 1976, p. 39.

22  Voir J. J. Hatt, op. cit., p. 233, fig. 198. La statue de Sommérécourt était d’ailleurs la seule référence que donnait J. Toutain en parlant du relief d’Arlon (J. Toutain, Les cultes païens dans l’Empire romain, III, Paris, 1920, p. 275).

23  Nous ne prenons pas en compte ici le dieu Smertrios, tel qu’il est représenté, par exemple, sur le pilier des Nautes à Lutèce. On peut, en effet, douter qu’il tienne un serpent car l’image d’un arc a été également proposée (cf. H. Lavagne, « Le pilier des nautes », Catalogue de l’exposition Lutèce, Paris de César à Clovis, Musée Carnavalet, Paris, 1984-1985, p. 294-295).

24  Espérandieu, Recueil, II, n° 1573, et J.-J. Hatt, op. cit., p. 230, fig. 194.

25  J.-J. Hatt, op. cit., p. 78, fig. 62.

26  Espérandieu, n° 1539.

27  C. Jullian, « Chronique gallo-romaine », RFA, 1911, p. 337-338.

28  M. E. Mariën, L’empreinte de Rome en Belgique, Éd. du Fonds Mercator, Anvers, 1980, p. 97.

29  Pour les différents exemples relatifs à Jupiter Sabazions, nous renvoyons ci-dessous aux trois volumes du Corpus Cultus Iovis Sabazii (abrégé dorénavant CCIS) : M. J. Vermaseren et al., The hands, CCIS, I, EPRO, 100, Leyde,1983 ; E. N. Lane, The other monuments and literary évidence, CCIS, II, EPRO, 100, Leyde,1985, et Id., Conclusions, CCIS, III, 100, Leyde, 1989. Voir aussi les synthèses de Ch. Picard, « Sabazios, dieu thraco-phrygien », Revue archéologique, 1961, 2, p. 129-176 ; R. Turcan, Les cultes orientaux dans le monde romain, Paris, 1989, p. 313-324 ; et de Sh. E. Johnson, « The présent state of Sabazios research », ANRW, II, 17.3 (1984), p. 1587 et sq. Pour une analyse de la personnalité de Sabazios à partir du mythe du dieu de l’Orage hittite, cf. I. Tassignon, « Sabazios dans les panthéons d’Asie Mineure », Kernos, II, 1998, p. 189-208.

30  Cf. aussi la plaquette de Vic-sur-Seille, étudiée par J. L. Desnier (« La plaquette d’argent repoussé de Vic-sur-Seille, Moselle », dans Gallia, 45, 1987-1988, p. 155-163), qui renvoie d’ailleurs aux plaques sabaziaques (p. 161).

31  Ch. Picard, « Le dieu thraco-phrygien Sabazios-Sabazius à Vichy », Revue archéologique du Centre, I, 1962, p. 10-18, et J. Corrocher, Vichy antique, Clermont-Ferrand, 1981, p. 252-257. Sur l’une d’entre elles, figure le petit édicule à deux colonnes et chapiteaux (Corrocher, ibid, p. 255, fig. 37). On trouve représenté le naiskos sur une main sabaziaque (D. K. Hill, « A bronze hand of Sabazius », Essays in memory of K. Lehmann, New York, 1964, p. 132-135, fig. 1-4. Cf. également, B. Rémy, Inscriptions latines d’Aquitaine, les Arvemes, Bordeaux, 1996, n° 82, 83.

32  M. Macrea, « Le culte de Sabazios en Dacie », Dacia, n.s. III, 1959, 333, et fig. 5, p. 336.

33  Selon Diodore de Sicile, IV, 4. D’autres filiations mythiques étaient connues des Anciens, comme celles qui en faisaient le père (ou le fils) de Dionysos.

34  Après avoir envisagé Laocoon, P. Waltzing avait d’ailleurs retenu plutôt l’identification en charmeur de serpents : « Un charmeur de serpents arlonais à l’époque romaine », Musée Belge, XV, 1911, p. 218-220, reprenant G. Kurth, Abrégé de l’histoire de la Belgique, Namur, 1911.

35  CCIS, I, n° 15, 27, 30, 45, 52, 70, 75, 95, etc.

36  Démosthène, Sur la couronne, 259-260, in CCIS, II, p. 52. Dans son édition, E. N. Lane suspecte, à tort selon nous, ce texte qu’il range parmi les testimonia antiqua dubia. Il nous paraît bien concerner Sabazios (cf. R. Turcan, op. cit., p. 313). Voir aussi l’édition récente de P. Carlier, Paris, 2000, p. 386, et le commentaire de H. Wankel, Demosthenes, Rede fur Ktesiphon über der Kranz, Heidelberg, 1976, II, p. 1141-1142.

37  H. Jeanmaire, Dionysos, histoire du culte de Bacchus, Paris, 1951, p. 97.

38  L’adjectif qui signifie « qui a de grandes bajoues » est, selon les philologues, d’origine obscure, mais rattaché en tout cas à ους. Cf. P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, 1960, s.v. παρειαι, p. 857.

39  Clément d’Alexandrie, Propreptique, 2, 16, 2, in CCIS, II, n° 6, p. 48. « En tout cas, dans les mystères de Sabazios, le mot symbolique pour ceux qu’on initie est « le dieu qui passe par le sein ; c’est un serpent qu’on fait passer par le sein » » (trad. Cl. Mondésert, coll. « Sources chrétiennes », Paris, 1949, p. 72).

40  Arnobe, Adersus nationes, 5, 21, in CCIS, II, n° 22, p. 49. Dans l’édition de G. E. Mac Kracken, The case against the Pagans, Londres, 1949, II, p. 430.

41  Firmicus Maternus, L’erreur des religions païennes, éd. R. Turcan, coll. « Universités de France », Paris, 1982, XXI, 2 (commentaire p. 310), XXVI, 1 (p. 330).

42  R. Turcan, op. cit., commentaire au texte de F. Maternus, p. 252.

43  La fonction proprement dite de ces mains a été discutée (ex-votos ou enseignes pour les processions liturgiques, symboles de la puissance du dieu lui-même(Y. Hajjar, « A propos d’une main de Sabazios au Louvre », dans Hommages à M. J. Vermaseren, EPRO, 68, Leyde, 1978, I, p. 465-466).

44  CCIS, I, passim.

45  E. Lozovan, « Sabazios et la benedictio latina », dans Oikoumme, studi paleocristiani in onore del concilia Vaticano II, Catane, 1964, p. 181-191.

46  Voir l’interprétation, dans un sens analogue, mutatis mutandis, d’une des scènes du mausolée de Glanum (P. Gros, « Note sur deux reliefs des antiques de Glanum : le problème de la romanisation », Revue archéologique de Narbonnaise, XIV, 1981, p. 167).

47  Par exemple, dans la plaque du musée de Belgrade (Ch. Picard, op. cit., p. 162-163, fig. 11-12).

48  CCIS, III p. 42-44.

49  CCIS, III, p. 42-44.

50  M. E. Mariën, op. cit., supra, p. 269, fig. 186, ajoute à ces différents exemples le lézard trouvé dans une tombe à Cortil-Noirmont, qu’il faudrait, selon lui, rapporter également au culte de Sabazios.

51  Famars est inscrit, à tort, dans la province de Narbonnaise par M. J. Vermaseren, CCIS, I, p. 17, n° 40. Amiens (CCIS, I, nos 42 et 43), Tournai (CCIS, I, n° 44), Sedan (CCIS, I, n° 46), Rumst (CCIS, I, n° 45).

52  H. Lavagne, « Lutèce : le monument funéraire aux Amours de Mars et les reliefs aux têtes d’Attis », Cahiers de la Rotonde, 10, 1987, p. 47-52.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Relief d’Arlon (cliché H. Lavagne)
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/938/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 2 — Attis( ?) funéraire, Bonn, Rheinisthes Landesmuseum Bonn (cliché du musée)
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/938/img-2.png
Fichier image/png, 267k
Titre Fig. 3 — Statuette de « l’homme aux serpents », Tello (cliché d’après Syria, 1951)
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/938/img-3.png
Fichier image/png, 865k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Lavagne, « Le pseudo-Laocoon d’Arlon (Belgique) un prêtre de Jupiter Sabazios », Revue germanique internationale, 19 | 2003, 79-89.

Référence électronique

Henri Lavagne, « Le pseudo-Laocoon d’Arlon (Belgique) un prêtre de Jupiter Sabazios », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2003, mis en ligne le 22 septembre 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/938 ; DOI : 10.4000/rgi.938

Haut de page

Auteur

Henri Lavagne

Correspondant de l'Institut, directeur d'études à la Section des sciences historiques et philologiques de l'École pratique des Hautes Études

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org