Navigation – Plan du site

Présentation

Jacques Le Rider
p. 5-8

Texte intégral

  • 1  Jacques Le Rider, Mitteleuropa, Paris, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? », 1994.

1La notion historique et géopolitique de Mitteleuropa1ne correspond pas à une réalité géographique clairement définissable. Elle conserve par essence des contours flous et variables suivant les conjonctures. Une conception de la Mitteleuropa qui inclut la Prusse centrale et orientale ou les territoires slaves du Sud n'a rien de commun avec l'autre généalogie de « l'Europe du milieu » qui se rattache à l'espace danubien. Rappelons que, pour Metternich, le Reich idéal englobe le nord de l'Italie, les territoires historiques de la maison Habsbourg et la Confédération germanique. Si l'on peut parler d'une Mitteleuropa metternichienne, il faut préciser qu'il s'agissait d'une idée somme toute modeste de l'Europe centrale d'influence germanique : Metternich était hostile aux visées d'expansion territoriale à l'est qui eussent mis en péril le sacro-saint principe d'équilibre.

  • 2  Friedrich Naumann, Mitteleuropa, Berlin, Georg Reimer, 1915 ; L'Europe centrale (Mitteleuropa), tr (...)

2Le mot de Mitteleuropa, Europe du milieu, a fait son entrée dans le vocabulaire allemand usuel autour de 1914, dans le cadre de la discussion sur les buts de guerre et sur les thèses de Friedrich Naumann2. D'autres vocables lui font parfois concurrence ; ainsi l'expression Zwischeneuropa, Europe intermédiaire, apparaît presque en même temps, mais ne connaît pas une fortune aussi durable. Le mot de Mitteleuropa reste marqué par l'idéologie pangermaniste qui, en 1938, conduit à l'Anschluss de l'Autriche et qui s'exprime dans la tristement fameuse théorie de l'espace vital allemand et de l'expansion naturelle vers l'Est et la Russie. On comprend pourquoi la notion de Mitteleuropa déplaît aujourd'hui à beaucoup d'historiens et d'intellectuels allemands ; et pourquoi elle inspire tant de méfiance et de crainte aux Français — mais pas seulement à eux...

3L'intérêt du livre de Friedrich Naumann fut de constituer une généalogie historique de l'idée germanique d'Europe centrale. En remontant aux premiers peuplements à l'Est (Ostsiedlung), au Saint-Empire romain germanique, à la monarchie habsbourgeoise et à la rivalité austro-prussienne des xviiie-xixe siècles, Naumann accréditait une continuité prestigieuse qui dépassait très largement les développements récents de l'impérialisme pangermaniste. C'est pourquoi on peut dire que c'est Naumann qui a imposé l'acception de Mitteleuropa qui structure le présent ensemble de contributions.

4Mais la « déconstruction » de la continuité (du xiie jusqu'au xixe siècle) suggérée par F. Naumann s'impose tout autant. On ne saurait trop insister sur les moments de rupture et de discontinuité, distinguer et séparer là où Naumann procédait par analogie. On peut en tout cas retenir que l'ensemble géopolitique de la. Mitteleuropa acquiert à chaque époque une extension et une signification différentes. La Mitteleuropa réapparaît dans la discussion allemande et européenne à chaque fois que les pays de langue allemande connaissent une crise — ou simplement une mutation — de leur identité géopolitique. Ainsi le traumatisme de la guerre de Trente ans réveille le besoin d'un ordre harmonieux en Europe centrale, la nostalgie du Saint-Empire romain germanique et de son principe fédéral. De la paix de Westphalie au xxe siècle, le souvenir — ou le mythe — du Saint-Empire romain germanique, la première forme historique de « l'Europe du milieu », inspire bien des politiques et des projets idéologiques. On comprend le reproche formulé par les fidèles de l'idée de Reich contre la politique kleindeutsch de Bismarck : celle-ci en excluant l'Autriche et en créant un « IIe Reich » a ruiné l'idée de Saint-Empire.

5L'étude de l'histoire de la notion de Mitteleuropa conduit à une « crisologie » des conjonctures européennes dans lesquelles se trouvent relancées les interrogations sur les contours, les frontières et le centre de l'Europe : la Révolution française, 1848, 1866-1871, 1914-1919, etc. Dans Mitteleuropa se trouve incluse l'idée de Mitte, centre, milieu. Affirmer que le monde germanique fait partie de l'Europe centrale, c'est souvent suggérer qu'il constitue le milieu de l'Europe : représentation narcissique d'un territoire national qui serait le centre du continent, le point de contact entre l'Ouest (la civilisation française et anglaise) et l'Est (la Russie), appelé à défendre son identité contre les extrêmes. De la représentation d'une position « médiane » à celle d'un juste milieu, il n'y a qu'un pas : le monde germanique est, dans cette perspective, situé entre les modèles occidental et oriental.

6Depuis la chute du mur de Berlin et l'émancipation des républiques d'Europe centrale, certains en Allemagne et en Autriche parlent à nouveau de Mitteleuropa (pour ou contre). Il faut souligner que le débat sur la Mitteleuropa, en rfa, ne date pas de 1989, mais avait commencé au milieu des années 80, en marge de la discussion sur la paix en Europe centrale. Aujourd'hui, en 1992, vue d'Allemagne, la Mitteleuropa évoque à la fois un potentiel utopique de multiculturalité et de multilinguisme et une menace de régression politique. Deux acceptions sensiblement différentes du mot Mitteleuropa peuvent être distinguées. L'une renvoie directement à la tradition récente du pangermanisme et trouve ses sources principales dans la discussion sur les buts de guerre, autour de 1914. L'autre renoue avec une tradition beaucoup plus vénérable, celle du Saint-Empire romain germanique ; dans cette acception, la Mitteleuropa se présente comme un projet, comme un mythe ou comme une utopie d'harmonie restaurée en Europe centrale. Un aspect fait toutefois le lien entre ces deux acceptions : toutes deux se nourrissent de la croyance en un rôle assigné au peuple allemand, présenté comme le seul capable de créer un ordre stable au centre du continent. A cette conviction correspond souvent une approche pragmatique de l'espace centre-européen comme « grand marché » pour les exportations et pour l'expansion industrielle allemandes.

7Comment, si l'on se place à l'extérieur du discours allemand et autrichien sur l'Europe centrale / Mitteleuropa / Zentraleuropa, rendre compte de l'hypothétique identité de ce « milieu », de ce « centre » du continent européen ? On doit d'abord revenir à la distinction rappelée par Krzysztof Pomian entre l'Europe byzantine et l'Europe centrale. En somme, la frontière orientale de l'Europe centrale serait bien plus facile à tracer que la frontière occidentale... Car la grande question est celle de la place des pays germaniques : appartiennent-ils à l'Europe centrale ou à l'Europe occidentale ? Sans doute à l'une et à l'autre. A moins, comme le suggère K. Pomian, qu'on doive répondre « tantôt, tantôt ». Depuis 1949, la Mitteleuropa apparaissait comme « périphérique » : le centre de l'Europe, défini en termes financiers et industriels, n'était plus l'axe Berlin-Prague-Vienne-Budapest, mais plutôt un axe Rotterdam-Milan.

8L'idée d'Europe centrale / Mitteleuropa est-elle une idée spécifiquement allemande ? Les Polonais, les Tchèques, les Hongrois, les Russes ont-ils une vision de l'Europe centrale ? On peut sans doute parler d'une idéologie centre-européenne liée à la tradition habsbourgeoise (austro-slavisme, axe austro-hongrois, etc.), mais on verra qu'il convient de ne pas confondre cette tradition « danubienne » avec celle de la Mitteleuropa.

9Les présences allemandes en Europe centrale se sont accompagnées de la formation de paysages intellectuels et littéraires qui, à certaines époques, se sont révélés si brillants que la périphérie est parfois devenue le centre de la production littéraire de langue allemande. Il faudrait revenir sur les baroques silésiens du xviie siècle (Martin Opitz, Andreas Gryphius, Daniel Casper von Lohenstein), sur l'importance de Riga et de Königsberg au moment de l'Aufklärung. Il faudrait aussi insister sur la contribution des artistes, des écrivains et des intellectuels venus des « provinces » centre- et est-européennes à la culture berlinoise ou viennoise. On pourrait enfin souligner que les paysages de l'Europe centrale et orientale font partie de l'imaginaire littéraire dans la littérature de langue allemande jusqu'au début du xxe siècle.

10Deux « paysages littéraires » particulièrement attachants seront évoqués ici : la Galicie et la Bucovine. Ces deux territoires faisaient partie de la monarchie habsbourgeoise et leur trait commun le plus marquant est le rôle des Juifs dans chacun de ces milieux intellectuels. Ce sont les créateurs juifs qui ont donné leur physionomie bien reconnaissable à ces « centres périphériques » de la littérature de langue allemande. Leur marginalité existentielle (par rapport à la culture allemande « nationale », par rapport aux nationalités polonaise ou ukrainienne, mais aussi par rapport au judaïsme de culture yiddish ou hébraïque) explique que cette littérature juive de langue allemande, en Galicie et en Bucovine, non seulement occupe une place à part — éminente — dans l'histoire de la littérature de langue allemande, mais constitue peut-être même une « autre » littérature qu'il conviendrait d'appeler « juive de langue allemande ».

  • 3  Le projet « Allemagne, Autriche et Europe centrale. Pour une géopolitique culturelle de la nouvell (...)

11La première partie du numéro retrace la « sémantique historique » de la notion de Mitteleuropa, du Saint-Empire au discours de la géopolitique allemande du xixe et du xxe siècle. La seconde partie cerne quelques aspects de l'histoire culturelle de cette autre identité européenne : des modèles d'urbanisme et d'architecture, des affinités littéraires, des réseaux intellectuels, universitaires et scientifiques et des courants de transferts culturels dont les traces ne sont pas entièrement effacées et qui, pour certains, sont en train de se reconstituer3.

Haut de page

Notes

1  Jacques Le Rider, Mitteleuropa, Paris, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? », 1994.

2  Friedrich Naumann, Mitteleuropa, Berlin, Georg Reimer, 1915 ; L'Europe centrale (Mitteleuropa), traduit de l'allemand par l'Argus suisse de la presse à Genève, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, Paris, Payot, 1916.

3  Le projet « Allemagne, Autriche et Europe centrale. Pour une géopolitique culturelle de la nouvelle Mitteleuropa, animé par Jacques Le Rider, Fred E. Schrader et Hans Brodersen, prolonge ces recherches (renseignements : Université de Paris VIII, Département d'études germaniques, 2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis Cedex 02).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Le Rider, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 22 septembre 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/417

Haut de page

Auteur

Jacques Le Rider

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page