Navigation – Plan du site
Identités et imbrications

Visions hongroises de la « Mitteleuropa »

Jacques Le Rider
p. 247-255

Résumés

Les solidarités qui structurent pour un temps l’Europe centrale restent épisodiques. On évoquera trois figures représentatives de réflexion sur l’identité culturelle et politique de l’Europe centrale qui a régulièrement pour point de départ la réflexion sur la Mitteleuropa allemande ou sur l’espace danubien de la monarchie habsbourgeoise.
La monarchie habsbourgeoise, avec ses archaïsmes, apparaissait au penseur politique hongrois Josef von Eötvös, auteur d’un fondamental traité consacré à L’influence des idées dominantes du xixe siècle sur l’Etat (1851-1854) comme le seul cadre historiquement légitime capable d’introduire une unité dans la pluralité des nationalités d’Europe centrale.
En 1925, à l’époque où un industriel viennois, Meinl, lança le « Mitteleuropäischer Wirtschaftstag », un des soutiens les plus fervents de l’entreprise fut l’économiste hongrois Elemer Hantos.
Oscar Jäszi, ministre hongrois des nationalités puis universitaire américain, prône la création d’une « Pentarchie » danubienne, dont les composantes se regrouperaient dans une Confédération inspirée de Kossuth.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous renvoyons aux tentatives de définition que nous avons proposées dans La Mitteleuropa, PUF, «  (...)
  • 2  Krzysztof Pomian, L’Europe centrale : essais de définition, in Revue germanique internationale, (...)

1L’idée d’Europe centrale/Mitteleuropa est-elle une idée spécifiquement allemande ?1 Les Polonais, les Tchèques, les Hongrois ont-ils une vision de l’Europe centrale ? Selon K. Pomian, « il n’y a pas d’unité culturelle de l’Europe centrale, car il n’y a pas de conscience d’appartenance à une « Mitteleuropa ». Autant on peut dire qu’il existe une conscience d’appartenance à une Europe occidentale, autant on peut constater qu’il n’existe rien de tel en Europe centrale »2. L’idée panslave n’a pas vraiment emporté l’adhésion de larges milieux (et, de surcroît, elle doit elle-même beaucoup à la discussion et la à langue allemandes...). Les solidarités, les alliances, les accords divers qui structurent pour un temps l’Europe centrale restent épisodiques et l’on aurait du mal, dans cette région du continent, à imaginer une entreprise de longue haleine comparable à l’Union européenne depuis les traités de Rome. On ne voit pas se dégager de la tradition russe une vision de l’Europe centrale : on y trouve plutôt une distinction, parfois quasi manichéenne, entre l’Orient russe et l’Occident européen, sans que le « milieu de l’Europe » soit l’objet d’un discours spécifique (les slavophiles ont le plus grand mal à admettre la légitimité du mouvement panslaviste centre-européen, tant les Slaves non orthodoxes apparaissent comme étrangers à la tradition russe orthodoxe). En revanche, il existe une vision allemande de l’Europe centrale et un pouvoir d’attraction de la culture allemande particulièrement fort dans certaines aires culturelles de l’Europe centrale.

  • 3  Mitteleuropa. Pour ou contre l’Europe ?, sous la direction de Joseph Rovan, Asnières-Paris, 1987 ; (...)

2A certaines époques et dans certains territoires, on peut sans doute parler d’une idéologie centre-européenne liée à la tradition habsbourgeoise (austroslavisme, axe austro-hongrois, etc.) qui constitue un exemple de « transfert » des représentations géopolitiques du monde germanique vers les aires culturelles slave et hongroise. A vrai dire, un tel transfert est parfois impossible. Comme le faisait observer K. Pomian à François Fejtö3, les Polonais n’ont jamais pu s’accommoder de l’idée de Mitteleuropa, ni même de celle d’Europe danubienne, parce que ces conceptions impliquaient toutes le partage de la Pologne...

  • 4  Sur les développements récents de la réflexion sur l’idée de Mitteleuropa du point de vue hongrois (...)

3On ne s’étonnera pas de constater que le point de vue des Hongrois, traditionnellement associés au pouvoir habsbourgeois, surtout à l’époque du dualisme austro-hongrois, a souvent été beaucoup plus positif4. Nous évoquerons ici trois figures représentatives de cette réflexion sur l’identité culturelle et politique de l’Europe centrale qui a régulièrement pour point de départ la réflexion sur la Mitteleuropa allemande ou sur l’espace danubien de la monarchie habsbourgeoise.

  • 5  Gerald Stourzh, Die politischen Ideen Josef von Eötvös’ und das österreichische Staatsproblem, in (...)

4En 1966, l’historien autrichien Gerald Stourzh définissait le penseur politique hongrois Josef von Eötvös (1813-1871) comme « le plus important que la monarchie ait compté au xixe siècle »5. Ce libéral conservateur, connu pour ses romans (en particulier Le notaire de village) fut ministre des cultes et de l’éducation dans le gouvernement Batthiány du printemps 1848. En septembre 1848, désapprouvant les développements de la Révolution hongroise, il quitta son pays pour s’établir pendant deux ans à Munich. Son traité de 1850 Sur l’égalité des droits des nationalités en Autriche porte une épigraphe empruntée à Macaulay : « He disliked revolutions, and for the same reason for which he disliked révolutions, he disliked counter-revolutions. » Devenu président de l’Académie des sciences de Hongrie en 1866, il se range dans le camp de Deák, soutient le Compromis constitutionnel dualiste et cesse d’adhérer à l’idée de l’unité de la monarchie danubienne. Il se consacre désormais au problème des nationalités du royaume de Hongrie. Redevenu ministre des cultes et de l’éducation du gouvernement Andrássy en 1867, il est à l’origine de la loi de 1868 sur l’égalité des droits des nationalités en Hongrie.

  • 6 Der Einfluß der herrschenden Ideen des 19. Jahrhunderts auf den Staat, vol. I, Munich, 1851, p. 51 (...)

5Dans son traité le plus fondamental, intitulé L’Influence des idées dominantes du xixe siècle sur l’Etat (2 vol., 1851 et 1854), Eötvös se range à l’avis de Tocqueville : les libertés individuelles, dans l’Etat moderne, doivent être protégées non seulement contre la puissance publique, mais aussi contre la souveraineté du peuple. L’émancipation des nationalités va de pair avec l’appétit hégémonique des grandes nations les mieux loties au détriment des petites nationalités, animées d’une conscience nationale, ou tout au moins d’un sentiment d’appartenance nationale, mais oubliées par les partages dynastiques et géopolitiques. « Partout s’affirme l’aspiration dominatrice, dès qu’il n’y a plus lieu de se plaindre de l’oppression. »6 Eötvös estime cependant que les maux du « droit historique », divisant le territoire en provinces, sont en fin de compte moins grands que ceux du « droit des nationalités », définies en termes culturels et linguistiques, qui tendent à bouleverser les frontières traditionnelles. Au sein de la monarchie habsbourgeoise, les nationalités modernes cherchent à s’émanciper du pouvoir central, mais aussi à consolider leur domination sur des territoires qui, du point de vue linguistique, ressortissent à une autre nationalité...

6Cette approche faisait d’Eötvös un critique sévère du règlement des nationalités mis en place par le régime néo-absolutiste de 1849. En accordant l’égalité des droits à toutes les nationalités linguistiques, sans leur accorder l’émancipation politique, la monarchie croyait faire des concessions sur l’accessoire et sauver l’essentiel. En réalité, elle mettait en place une machine infernale de querelles linguistico-nationales que le Compromis de 1867 devait encore aggraver. L’attitude véritablement démocratique eût été, selon Eötvös, de considérer l’usage et le choix de la langue comme une affaire privée, relevant des libertés individuelles. Le système habsbourgeois confondait la langue, moyen de communication, avec un symbole de la suprématie ou de l’autonomie nationale d’un peuple. C’est en somme toute la logique « herdérienne » de définition de la nation par la langue et la Kultur qu’Eötvös mettait en cause, préférant définir les nationalités en termes de légitimité dynastique et de conscience historique.

  • 7  [Anonyme], Die Garantien der Macht und Einheit Österreichs, 2e éd., Leipzig, F. A. Brockhaus, 1859 (...)

7Dans son traité de 1859, Les garanties de la puissance et de l’unité de l’Autriche, il soulignait le caractère inéluctable de l’affirmation des nationalités, que l’Etat autrichien n’avait pas les moyens d’étouffer. Mais il affirmait aussitôt qu’il entendait la nationalité (Nationalität) dans un sens historique et non linguistique. Il refusait ainsi d’admettre le démantèlement des « provinces » historiques au profit de nouveaux territoires linguistiques. « L’Autriche ne doit sa formation et sa grandeur présente, ni à l’unité de sa nationalité, ni à ses frontières géographiques : elle est entièrement un produit de l’histoire. [...] Le seul lien qui assure la cohésion de cet Etat consiste dans le principe monarchique. »7 L’empereur d’Autriche est avant toute chose roi de Hongrie, de Bohême, comte du Tyrol, etc. Il convient donc, affirme Eötvös, de lutter aussi énergiquement contre le centralisme qui s’exerce au détriment des provinces que contre l’approche linguistique des nationalités qui conteste la légitimité des territoires historiques.

  • 8  Cité par Gerald Stourzh, op. cit., p. 216.

8Eötvös souhaitait une Autriche-Hongrie une et puissante, capable de s’imposer contre la Russie et l’Empire ottoman. Il regardait avec scepticisme les ambitions allemandes de la Maison Habsbourg. Son traité de 1859 sur l’unité autrichienne avait déçu et irrité Andrássy et Deák. L’année suivante, en 1860, Eötvös faisait amende honorable dans la brochure La situation particulière de la Hongrie du point de vue de l’Allemagne. Dans ce nouvel écrit, Eötvös ne défendait plus l’unité autrichienne, mais le dualisme austro-hongrois. Il justifiait ce retournement par la guerre d’Italie : celle-ci, selon lui, avait démontré que l’unité autrichienne était incompatible avec l’unité de la Confédération germanique. Pour la Hongrie, la seule solution acceptable était de rester en dehors de cette Confédération tout en maintenant des liens dynastiques avec l’Autriche. La défaite habsbourgeoise de 1866 face à l’Allemagne prussienne fait d’Eötvös, désormais, un défenseur de l’unité hongroise. Il note dans son journal : « Ni l’empereur, ni ses peuples, n’ont encore pris conscience du fait qu’il est maintenant devenu roi de Hongrie et que l’ensemble de l’Etat est en réalité hongrois. »8

  • 9  J. C. Nyírí, Am Rande Europas. Studien zur österreichisch-ungarischen Philosophiegeschichte, Vienn (...)

9On peut considérer comme illusoire, et conforme au « mythe habsbourgeois », la distinction établie par Eötvös entre les nationalités « traditionnelles » qui, dans ses traités, se confondent avec les « provinces de la couronne » (au sens de Kronländer) et les nationalités « modernes ». Ce qui reste sans doute l’élément le plus intéressant des théories politiques d’Eötvös, c’est ce « conservatisme libéral » que J. C. Nyírí9 compare à celui de l’économiste Hayek. Ces deux théoriciens originaires d’Europe centrale ne croyaient pas que les libertés individuelles fussent mieux défendues par des institutions construites rationnellement ou par des « mythologies rationnelles » (comme la nation herdérienne justifiée par la langue) que par les institutions naturelles (famille) ou historiques (communautés, provinces). Les institutions sociales et politiques sont des constructions trop délicates, trop lentes et trop fragiles pour que la raison humaine puisse leur substituer des reconstructions plus ou moins artificielles. Ainsi la monarchie habsbourgeoise, avec ses archaïsmes, apparaissait à Eötvös comme le seul cadre historiquement légitime capable d’introduire une unité dans la pluralité des nationalités d’Europe centrale.

  • 10  Cf. Memorandum sur les problèmes économiques de l’Europe centrale, Editions du Congrès économique (...)

10En 1925, à l’époque où la toute nouvelle République d’Autriche créée par les traités de Saint-Germain-en-Laye sortait d’une terrible crise économique et financière, l’industriel viennois Meinl lança le « Mitteleuropäischer Wirtschaftstag », destiné à promouvoir les échanges commerciaux entre l’Autriche et les pays voisins. Un des soutiens les plus fervents de l’entreprise fut l’économiste hongrois Elemer Hantos, homme politique (ancien secrétaire d’Etat du Royaume de Hongrie) et citoyen du monde (rapporteur de questions économiques devant la Société des Nations, il diffusa ses ouvrages en anglais, en français10 et en italien).

  • 11  Cf. Peter M. R. Stirk, Ideas of Economic Integration in Internar Mitteleuropa, in Mitteleuropa. Hi (...)
  • 12  Cf. Protokoll einer Besprechung zum Zwecke der Gründung eines Mitteleuropa-Instituts in Dresden 3. (...)

11Dans les premiers temps du « Congrès économique d’Europe centrale » Hantos11 plaidait pour un regroupement de la « Mitteleuropa » danubienne sans l’Allemagne : cette dernière n’en serait pas exclue, mais dans l’immédiat, les autres pays de la région avaient intérêt à reconstituer leurs propres forces avant de se poser en partenaires de la puissante Allemagne. Ce point de vue se heurta, on s’en doute, à l’hostilité des industriels allemands, en particulier lors de la rencontre de Dresde en 192712. L’approche de Hantos péchait certainement par excès d’idéalisme : pour la régulation d’un espace économique commun regroupant la Pologne, la Tchécoslovaquie, l’Autriche et la Hongrie, il s’en remettait à l’action bienfaisante des cartels, dont on peut douter qu’ils aient jamais songé sérieusement à libéraliser les échanges, si ce n’est pour conforter telle ou telle stratégie d’entreprise. A l’opposé des conceptions d’Elemer Hantos, c’est une Mitteleuropa dominée par les cartels allemands qui se dessinait durant l’entre-deux-guerres.

  • 13  Berlin, Mitteleuropa-Verlag, 1933.
  • 14 Ibid., p. 14.

12Dans son livre de 1933, Hantos ne songeait plus à tenir l’Allemagne à l’écart, même provisoirement. Il contestait toutefois le bien-fondé de l’idée de rattachement de l’Autriche à l’Allemagne : l’Anschluss, affirmait-il, n’était pas compatible avec l’idée de Mitteleuropa, car il risquerait de créer un ensemble germanique trop prépondérant et de déséquilibrer l’édifice d’une Mitteleuropa danubienne. Il se réclamait néanmoins de Friedrich Naumann. Au seuil de Der Weg zum neuen Mitteleuropa13, il évoquait sans distance critique la vision d’une ligne géopolitique Berlin-Bagdad et fustigeait l’ordre instauré par « les traités de paix de Paris », cause de l’abaissement du centre de l’Europe (europäische Mitte). En détruisant quatre empires (le Reich allemand et la monarchie habsbourgeoise, l’Empire russe et l’Empire ottoman), ces traités ont enfoui l’Europe centrale sous les ruines. Elemer Hantos appelle à un effort de reconstruction soutenu par « une alliance politique, économique et culturelle »14.

13La nouvelle Mitteleuropa bouleversée par la Première Guerre mondiale a son axe plus à l’est que l’ancien Saint Empire romain germanique : non seulement la Pologne, la Roumanie et la Yougoslavie font désormais partie intégrante de cette Europe centrale, mais aussi les pays baltes et la Bulgarie. Les obstacles à la construction de la « nouvelle Mitteleuropa », Elemer Hantos les dénombre dans ce traité, publié quelques mois avant le début du iiie Reich : l’idée d’Anschluss de l’Autriche à l’Allemagne, le repli national en Hongrie, en Pologne, en Serbie et en Roumanie, enfin la peur de la restauration des anciennes monarchies allemande et surtout habsbourgeoise. Il ne prévoyait pas l’obstacle majeur : la géopolitique nazie, qui devait détruire les prémices de reconstruction de l’Europe centrale danubienne de l’entre-deux-guerres.

14Oscar Jászi (1875-1957), qui fut ministre des nationalités dans le gouvernement Károlyí, du 31 octobre 1918 au 21 janvier 1919, considéra, lui aussi, jusqu’en 1918, l’idée naumannienne de « Mitteleuropa » comme un modèle à suivre. Plus proche que Naumann d’un idéal socialiste et démocratique, Jászi ne mettait pas en cause l’héritage national magyar de Kossuth. En 1912, dans un ouvrage publié à Budapest en hongrois, L’évolution des Etats-nations et le problème des nationalités, il défendait les droits des nationalités rassemblées sur le territoire du royaume de Hongrie. Au lendemain du traité du Trianon, il déplorait qu’une solution confédérale de type helvétique n’ait pas été appliquée en Hongrie, au lieu du démembrement imposé par les puissances alliées ; et il plaidait pour une fédération des Etats danubiens qui ne se limiterait pas à un simple rapprochement économique. Un tel projet, qui allait de pair avec la défense de l’intégrité du territoire historique hongrois, ne rassurait pas les nationalités autrefois assujetties à la couronne de Hongrie.

  • 15  Oscar Jászi, Magyarens Schuld, Ungarns Sühne, Berlin, 1923 (trad. anglaise Revolution and Counter- (...)

15« Je me suis assigné de démontrer au monde entier que le démantèlement imposé de manière impérialiste à la Hongrie n’apporterait pas de solution au problème des nationalités, mais au contraire substituerait de nouveaux irrédentismes aux anciens. A l’opposé nous pouvons chercher les garanties d’un ordre plus stable dans l’autonomie franche et loyale de toutes les nations, au sein d’une fédération fondée sur l’égalité des droits. »15

16Ces formulations généreuses restaient bien vagues, sans doute à dessein, sur les questions les plus brûlantes : l’autonomie des nations impliquait-elle le regroupement des Roumains de Transylvanie avec ceux du royaume de Roumanie, des Slovaques de Hongrie avec ceux de la nouvelle Tchécoslovaquie, des Serbes du Banat avec leurs voisins de Serbie, de Bosnie et de Croatie ? Il reste que la critique des frontières tracées par le traité du Trianon était fondée : celles-ci ne correspondaient pas aux frontières ethnico-nationales.

  • 16  Oscar Jászi, Der Zusammenbruch des Dualismus und die Zukunft der Donaustaaten, hongrois par Stefan (...)

17Dans son essai publié en novembre 1918, L’effondrement du dualisme et l’avenir des Etats danubiens, Oscar Jászi distinguait trois grandes tendances dans les différentes solutions proposées jusque-là pour l’apaisement du problème des nationalités au sein de la monarchie habsbourgeoise16. D’abord, l’application stricte du principe des nationalités (Jászi mentionne Aurel Popovici et Richard Charmatz). Cette approche a le défaut, explique-t-il, de morceler des ensembles géographiques, économiques et culturels cohérents, sans que la création de nouveaux ensembles territoriaux ethnico-nationaux soit possible. Les quelque quinze Etats-parties (Teilstaaten) de l’Etat fédéral proposés par Popovici ou Charmatz n’auraient jamais la force nécessaire pour contrebalancer l’hégémonie allemande.

18Deuxième type de solution : celui proposé par le baron Joseph Eötvös, que Jászi définit comme le projet de maintenir à tout prix les « individualités historico-politiques ». Selon cette conception, le critère linguistique ne suffit pas à justifier l’existence d’un Etat : celle-ci doit s’appuyer sur une interdépendance géographique, économique et culturelle. Cette approche est conservatrice, voire réactionnaire, affirme Jászi, et il se révèle impossible d’établir une distinction entre les Etats viables, dotés de frontières « naturelles » et les ensembles dynastico-militaires moins faciles à « justifier ». Eötvös, poursuit Jászi, a raison lorsqu’il parle de la Hongrie (on reconnaît ici la partialité d’un patriote hongrois...), à la rigueur lorsqu’il évoque la nation tchèque ; mais, appliquées à la Cisleithanie, ses vues apparaissent comme franchement inacceptables.

19La troisième des approches dénombrées par Jászi est celle de Kossuth et de Karl Renner : elle consiste à chercher la solution du problème des nationalités dans un système autonomiste calqué sur le modèle de la coexistence des confessions religieuses, sans toucher aux frontières politiques existantes. Cette solution, chez Renner par exemple, aboutirait à concéder l’autonomie nationale à six territoires sud-slaves, à trois territoires polonais, à la Bohême, à la Moravie, à la Silésie, etc. Ces « autonomies nationales » ne tarderaient pas, commente Jászi, à se considérer comme des « embryons d’Etats » et ne voudraient pas se plier à un ordre étatique commun.

20De cette analyse critique, Oscar Jászi conclut qu’aucun équilibre durable ne peut être trouvé dans le cadre de la monarchie habsbourgeoise. Il prône la création d’une « Pentarchie » danubienne, dont les cinq composantes seraient : une Pologne réunissant la Galicie et la Pologne russe, une Illyrie réunissant les nationalités et les territoires sud-slaves, les Hongrois, les Tchèques et les Austro-Allemands. Ces cinq ensembles successeurs de la monarchie habsbourgeoise se regrouperaient dans une Confédération danubienne ; et chacun d’entre eux réglerait en son sein la question des nationalités selon les critères du libéralisme.

  • 17  Ibid., p. 45
  • 18  Karl Renner, Das Selbstbestimmungsrecht der Nationen in besonderer Anwendung auf Österreich, Leipz (...)

21Afin de créer une organisation internationale de contrôle de la démocratisation de ces cinq nouveaux Etats, Jászi propose de renouer avec l’idée d’une « Confédération danubienne »17 dont il attribue la paternité à Kossuth. Cette alliance comporterait une union douanière, une défense et une politique étrangère communes. Jászi parle ici d’ « Etats-Unis danubiens. » Au chapitre suivant de son livre, l’auteur se défend de l’objection selon laquelle il n’aurait en vue que la restauration de l’ancienne monarchie danubienne au profit de la Hongrie : d’une part il ne songe pas à maintenir la domination hongroise sur les territoires slaves de l’ancien royaume de Hongrie et d’autre part il appelle à une libéralisation profonde de la Hongrie elle-même. L’ouvrage s’achève sur une discussion des thèses défendues au même moment par Karl Renner18. Jászi convient que le mérite de Renner est d’avoir souligné que tout équilibre centre-européen passe par la défense du droit des minorités culturelles et nationales. Il fait sienne cette analyse et conclut que sa propre conception d’une Confédération danubienne organisée en « Pentarchie » implique un profond effort de démocratisation de chacun des cinq Etats concernés.

  • 19  Nous avons consulté la 3e édition, University of Chicago Press, Phoenix Edition, 1964.

22Quelque temps plus tard, Oscar Jászi émigrait aux Etats-Unis où s’ouvrait pour lui une carrière universitaire d’historien et de politologue. Son grand ouvrage reste The Dissolution of the Habsburg Monarchy, dont la première édition remonte à 192919. Il rappelle dans sa préface de 1929 qu’il fut « contraint de quitter son pays, dix ans plus tôt, pour avoir prôné la démocratisation de la Hongrie et la conversion de cet Etat féodal en un Etat membre d’une confédération de nations libres. » Sa recherche historique analyse les causes de l’échec du projet habsbourgeois :

  • 20  Ibid., p. 3.

23« Dans ce vaste empire qui rassemblait plus de 51 millions d’habitants [...], environ 10 nations et 20 nationalités plus ou moins étrangères les unes aux autres se trouvaient réunies. Elles constituaient deux Etats distincts (l’Autriche et la Hongrie), 17 provinces ou Kronländer en Autriche, un « pays associé » à la Hongrie (Croatie-Slavonie), « une entité séparée » (la ville et le port de Fiume) annexée à la Hongrie et une province de nature coloniale (la Bosnie-Herzégovine) [...]. Dans ce vaste empire, durant plus de quatre cents ans, s’affirma l’ambition de maintenir cette mosaïque bariolée de nations et de peuples, de construire une sorte d’Etat universel, une monarchie « supranationale », et de l’animer avec le sentiment d’une solidarité commune. »20

24Oscar Jászi concède aussitôt que cette vision de la monarchie danubienne comme « Etat universel » à vocation « supranationale » n’est qu’une construction intellectuelle, une utopie rétrospective, inspirée par le désespérant spectacle de la désunion et des conflits des nationalités en Europe centrale depuis la fin du xixe siècle. Sa fresque historique ne relève pas du « mythe habsbourgeois ». Elle dégage avec lucidité les « forces centripètes » (troisième partie de l’ouvrage) et les « forces centrifuges » (quatrième et cinquième parties). Au nombre des forces de rassemblement et de cohésion, Jászi range la tradition dynastique habsbourgeoise, l’armée, l’aristocratie, l’Eglise catholique romaine, la bureaucratie, les Juifs et les socialistes ; il souligne que le libre-échange et la création d’un espace économique danubien ne furent pas, en réalité, un facteur de cohésion, tant les disparités de croissance, de niveau de vie et de modernisation des structures socio-économiques restèrent profondes. La logique du capitalisme au xixe et au xxe siècle, en Autriche-Hongrie comme dans les relations entre l’Europe et ses colonies, tendait à aggraver les contrastes plutôt qu’à les atténuer.

25Parmi les facteurs de discorde, Jászi met l’accent sur ce qu’il appelle le morbus latifundii : les structures arriérées, véritablement « néo-féodales », du pouvoir économique et social en Autriche-Hongrie, ont retardé la modernisation de l’espace danubien et ralenti l’émergence de la culture bourgeoise qui représentait pourtant le principal pilier du « patriotisme habsbourgeois ». Les égoïsmes et les particularismes aristocratiques, dans les différentes provinces de la monarchie, ont retardé l’édification du Corpus Totum et de la Gesamtmonarchie qui étaient le cœur même du projet habsbourgeois. Enfin et surtout, Jászi analyse la dynamique « centrifuge » des nationalités : à l’intérieur de l’Autriche cisleithanienne, à l’intérieur de la Hongrie, entre la Hongrie et l’Autriche, entre la Croatie et la Hongrie. A cette logique des nationalités s’ajoutaient les irrédentismes attisés par les Etats-nations voisins (Roumanie, Italie, etc.).

26Oscar Jászi conclut son livre par un chapitre particulièrement désabusé, consacré à l’échec de l’éducation civique en Autriche et en Hongrie : d’un côté l’enseignement de l’histoire se bornait à une servile célébration des bienfaits répandus par la Maison Habsbourg sur ses peuples, de l’autre le culte de l’unité nationale magyare déformait toute l’historiographie.

  • 21  Cf. par exemple les articles de György Konrád et de Peter Hanák dans Aufbruch nach Mitteleuropa. R (...)

27Durant la Deuxième Guerre mondiale, le projet de Mitteleuropa associant étroitement le monde allemand et la Hongrie se réalise de la plus sinistre manière. Il faut attendre les années du néostalinisme pour que l’idée de Mitteleuropa retrouve quelque charme à Budapest, comme promesse d’une unité culturelle retrouvée au centre de l’Europe21.

Haut de page

Notes

1  Nous renvoyons aux tentatives de définition que nous avons proposées dans La Mitteleuropa, PUF, « Que sais-je ? », n° 2846, 1994.

2  Krzysztof Pomian, L’Europe centrale : essais de définition, in Revue germanique internationale, n° 1, 1994, p. 15.

3  Mitteleuropa. Pour ou contre l’Europe ?, sous la direction de Joseph Rovan, Asnières-Paris, 1987 ; cf. K. Pomian, op. cit., p. 17.

4  Sur les développements récents de la réflexion sur l’idée de Mitteleuropa du point de vue hongrois, cf. Ivan T. Berend (éd.), Helyünk Európá ban. Nézetek és koncepciók a 20. századi Magyaror-szágon, vol. 1, Budapest, 1986, et le numéro spécial de la revue Szâzadvég, « Keel-e nekünk Közép-Európa ? », Budapest, 1990.

5  Gerald Stourzh, Die politischen Ideen Josef von Eötvös’ und das österreichische Staatsproblem, in Der Donauraum, 11e année, 1966, n° 4, p. 204-220.

6 Der Einfluß der herrschenden Ideen des 19. Jahrhunderts auf den Staat, vol. I, Munich, 1851, p. 51 sq.

7  [Anonyme], Die Garantien der Macht und Einheit Österreichs, 2e éd., Leipzig, F. A. Brockhaus, 1859, p. 85 sq.

8  Cité par Gerald Stourzh, op. cit., p. 216.

9  J. C. Nyírí, Am Rande Europas. Studien zur österreichisch-ungarischen Philosophiegeschichte, Vienne, Böhlau, 1988, p. 25 sq.

10  Cf. Memorandum sur les problèmes économiques de l’Europe centrale, Editions du Congrès économique de l’Europe centrale, Vienne, 1927 ; La monnaie, ses systèmes et ses phénomènes en Europe centrale, éditions Marcel Giard, (Bibliothèque internationale d’économie politique), Paris, 1924 ; L’Economie mondiale et la Société des nations, même éditeur, 1930 ; L’Europe centrale. Une nouvelle organisation économique, Paris, Librairie Félix Alcan, 1932.

11  Cf. Peter M. R. Stirk, Ideas of Economic Integration in Internar Mitteleuropa, in Mitteleuropa. History and Pospects. Studies in European Unity, ed. by Peter Stirk, Edinburgh University Press, 1994, p. 92 sq.

12  Cf. Protokoll einer Besprechung zum Zwecke der Gründung eines Mitteleuropa-Instituts in Dresden 3. Dezember 1927, in Reinhard Opitz (ed.), Europastrategien des deutschen Kapitals 1900-1945, Cologne, 1977, p. 535.

13  Berlin, Mitteleuropa-Verlag, 1933.

14 Ibid., p. 14.

15  Oscar Jászi, Magyarens Schuld, Ungarns Sühne, Berlin, 1923 (trad. anglaise Revolution and Counter-Revolution in Hungary, Londres, 1924) ; nous citons d’après Robert A. Kann, Das Nationalitätenproblem der Habsburgermonarchie. Geschichte und Ideengehalt der nationalen Bestrebungen vom Vormärz bis zur Auflösung des Reiches im Jahre 1918, vol. 1 : Das Reich und die Völker, Graz-Cologne, Böhlau, 1964, p. 145.

16  Oscar Jászi, Der Zusammenbruch des Dualismus und die Zukunft der Donaustaaten, hongrois par Stefan von Hartenstein, Vienne, Manz, 1918, p. 24

17  Ibid., p. 45

18  Karl Renner, Das Selbstbestimmungsrecht der Nationen in besonderer Anwendung auf Österreich, Leipzig-Vienne, 1918.

19  Nous avons consulté la 3e édition, University of Chicago Press, Phoenix Edition, 1964.

20  Ibid., p. 3.

21  Cf. par exemple les articles de György Konrád et de Peter Hanák dans Aufbruch nach Mitteleuropa. Rekonstruktion eines versunkenen Kontinents, éd. par Erhard Busek et Gerhard Wilflin-ger, Vienne, Edition Atelier, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Le Rider, « Visions hongroises de la « Mitteleuropa » », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 1995, mis en ligne le 22 septembre 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/535

Haut de page

Auteur

Jacques Le Rider

Professeur à l’Université de Paris VIII, études allemandes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page