Navigation – Plan du site

11 | 1999
Nietzsche moraliste

Nietzsche als Moralist
Nietzsche as a Moralist

Nietzsche et Socrate : les contributions de Volker Gerhardt et d’Alexander Nehamas mettent en lumière l’ambivalence de cette relation. D’un côté, Nietzsche instruit un nouveau « procès de Socrate ». De l’autre son admiration pour Platon et sa fascination pour le type humain socratique lui inspirent l’apologie en même temps que le réquisitoire. Mais le verdict est sévère, plus sévère que celui qu’il rend à propos de ses autres grands éducateurs et ennemis, Schopenhauer et Wagner.

Son véritable « éducateur », le plus constamment respecté, fut Goethe (Jean Lacoste). Et l’ambition d’être « l’enseignant de l’humanité », lui qui avait si férocement critiqué les établissements d’enseignement et les méthodes éducatives de son temps, ne le quitta jamais, même pas dans ses années de solitude et de marginalité (Jörg Salaquarda).

Mais Nietzsche parvient-il à convaincre par une argumentation cohérente ou suscite-t-il chez son lecteur l’identification involontaire à l’idéal d’une surhumanité débarrassée des contraintes de la condition trop humaine ? (James I. Porter). En tout cas, Nietzsche, dans ses derniers textes, se soucie au plus haut point d’indiquer la manière dont il souhaite être lu, renouant avec la tradition de la partition entre discours ésotérique et exotérique (Marc de Launay).

L’anthropologie de Nietzsche définit l’homme comme indéfinissable, comme instable, comme une force qui s’invente (Philippe Choulet). L’économie politique lui inspire un modèle de l’équilibre constamment recomposé de l’individu entre épargne et dissipation des forces (Wolfgang Müller-Lauter), tandis que la théorie darwinienne, qu’il critique avec véhémence, retient son intérêt lorsqu’elle présente le corps comme « une lutte des éléments dans l’organisme » et l’espèce humaine comme l’expérimentation de nouveaux rapports entre l’individu et la communauté (Aldo Venturelli).

L’analyse de l’interprétation nietzschéenne du judaïsme (Marc Crépon) et de la relation avec Stirner (Arno Münster) permet de redéfinir la position politique de Nietzsche.

La seconde Considération inactuelle ou intempestive, qui traite De l’utilité et de l’inconvénient de l’histoire pour la vie, élabore une théorie du temps, de l’oubli et de la mémoire (Jacques Le Rider), tout en révélant un « Nietzsche missionnaire », rêvant de fonder une nouvelle communauté de personnalités supérieures (Pierre Pénisson).