Navigation – Plan du site
La notion de « sciences morales ». Éléments pour une histoire comparée

Philosophie et Geisteswissenschaften à l’Université de Berlin au XIXe siècle

Norbert Waszek
p. 39-57

Résumés

La première partie de cet article sera consacrée à la fondation de l’Université de Berlin. L’Idéalisme allemand y exerça une influence considérable, une influence qui se montra d’abord dans le vaste débat public qui prépara cette fondation, auquel ont participé Humboldt, Fichte, Schleiermacher, Hegel, Schelling et bien d’autres encore. Dans la nouvelle université, la philosophie joua un rôle majeur dans l’épanouissement de toutes les sciences, les sciences humaines ainsi que les sciences de la nature ou les sciences « dures ».
Si la première partie est associée aux premières décennies du XIXe siècle, la seconde rappelle ses dernières décennies. Le terme de Geisteswissenschaften(littéralement, « sciences de l’esprit », ou de façon plus moderne, ‘sciences humaines’) évoque déjà Wilhelm Dilthey (1833-1911), qui l’a imposé. Face à un processus d’émancipation des sciences par rapport à la philosophie, Dilthey chercha à lui préserver une place, plus limitée que dans les grands systèmes idéalistes mais néanmoins indispensable, car censée fournir un fondement aux sciences humaines.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pendant les années 1894/95, Dilthey, et d’autres érudits réussirent à convaincre l’Académie royale (...)

1Dans un volume largement consacré à Hermann Cohen et à sa conception des sciences humaines, ou « sciences morales », une contribution sur la place qu’occupèrent la philosophie, et les sciences humaines en général, à l’Université de Berlin au XIXe siècle doit sans doute être justifiée. Il y a deux raisons pour lesquelles une telle contribution peut être utile. La première tient au fait que l’Université de Berlin, malgré sa création tardive (1810), s’est vite imposée comme université nationale et paradigmatique pour les fondations ultérieures. Cette présentation pourrait donc permettre de prendre la mesure des conceptions de l’université de Cohen, en les comparant à ce qui s’est pratiqué dans l’université allemande dès le début du dix-neuvième siècle. La seconde raison tient au fait que, comme cela est bien connu, les rapports entre le Berlin de Dilthey et le Marbourg de Cohen furent souvent tendus - une tension, ou plutôt rupture, que concrétise excellemment l’absence totale de Cohen de la grande édition critique de Kant préparée à Berlin, sous l’égide de Dilthey.1 La situation berlinoise pourra donc servir de contraste au programme de Cohen.

  • 2 Sur cette anecdote, cf. par exemple Marie-Anne Lescourret, Emmanuel Levinas. Paris 1994, p. 81. Sur (...)
  • 3 Idee und Wirklichkeit einer Universität. Dokumente zur Geschichte der Friedrich-Wilhelms-Universitä (...)

2On ajoutera cependant - à titre d’introduction - qu’il n’est pas facile, pour un auteur d’origine allemande, de parler du premier siècle de l’Université de Berlin, sans que son discours n’acquière un caractère dithyrambique, voire même pathétique : trop de choses ont déjà été écrites à ce sujet, trop de conférences solennelles ont déjà été prononcées, qui contenaient des éloges vastes et portant loin. En France, en particulier, il n’est pas aisé de rendre acceptable, voire même compréhensible l’enthousiasme si courant parmi les Allemands traitant de cette institution, qui reste fortement associée à l’illustre nom de Guillaume de Humboldt. Pour alléger le caractère pathétique de ce sujet, la plaisanterie pourrait s’avérer utile, et l’anecdote bien connue sur le comportement d’Emmanuel Levinas à Davos, au moment du célèbre débat entre Cassirer et Heidegger en 1929, va dans ce sens : dans une farce que les étudiants mirent en scène, le futur prophète du respect d’autrui, déguisé et maquillé de façon à ressembler à Ernst Cassirer, était censé murmurer sans cesse « Humboldtkultur, Humboldtkultur », ce qui aurait beaucoup amusé la galerie...2 Mais c’est autrement que l’on traitera, dans les pages qui suivent, de la pesanteur de l’héritage berlinois. Les grands principes de la création de l’Université de Berlin seront reconstruits comme il se doit, certes, mais sans fausse idéalisation, car il ne faut pas oublier que le beau projet de Humboldt fut, en réalité, souvent brisé. Le titre du volume commémoratif du 150e anniversaire de l’Université de Berlin, Idée et réalité d’une université3, ne reflète sans doute pas seulement une somme de connaissances, du genre « théorie et pratique ». Il sous-entend aussi ce hiatus entre idéal et réalité.

3La première partie de cet article sera donc consacrée à un rappel de la grandeur de la fondation de l’Université de Berlin, un accent particulier étant placé sur le rôle de la philosophie dans l’épanouissement de toutes les sciences, les sciences humaines comme les sciences de la nature. Même si cette première partie risque d’être moins originale, elle est néanmoins nécessaire car, surtout en France, on ne peut plus présupposer aujourd’hui qu’un public de lecteurs identifie clairement les intentions et les accomplissements de cette création. De plus, lorsqu’on ne connaît pas ou ne garde pas à l’esprit les traditions contre lesquelles l’une des générations suivantes s’est rebellée, il devient difficile, sinon impossible, de suivre et de comprendre les ruptures ultérieures.

  • 4 Pour les premières utilisations du terme, cf. Erich Rothacker, Einleitung in die Geisteswissenschaf (...)

4Avec le terme de Geisteswissenschaften - littéralement, « sciences de l’esprit » ; mais si l’on voulait rendre ce terme en français de façon plus compréhensible et plus moderne, on pourrait dire qu’il s’agit là des sciences humaines -le titre de cet exposé évoque déjà un second volet. Si la première partie sera associée, chronologiquement, aux premières décennies du dix-neuvième siècle, la seconde rappelle ses dernières décennies ; et si l’on cherche à associer aux deux parties des personnalités du monde philosophique, on pourra avancer, pour la première, le nom de Hegel, et pour la seconde celui de Wilhelm Dilthey (1833-1911). Dilthey ne fut pas le premier à parler des Geisteswissenschaften4, mais c’est bien lui qui imposa ce terme dans les débats de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle. Il ne peut être nié que Dilthey, indépendamment de tout ce qu’il réalisa pour la recherche historico-philologique sur Schleiermacher, Hegel et d’autres auteurs encore, rejeta lui-même les conceptions d’un système encyclopédique développées par ceux-ci - c’était là, pour lui, une illusion de la vieille métaphysique. Dans la seconde partie de cet article, nous traiterons de sa critique de la conception idéaliste, notamment hégélienne, de la philosophie.

I. La création et l’épanouissement de l’Université de Berlin5

  • 5 Cette partie prend appui sur mon article, « La création de l Université de Berlin », qui paraîtra d (...)
  • 6 Idee und Wirklichkeit einer Universität [cf. Note 3 ci-dessus], p. XI : « Die Gründung der Berliner (...)
  • 7 Par opposition à Göttingen (1734 : début des cours ; 1737 : inauguration officielle), qui avait été (...)

5« La fondation de l’Université de Berlin relève tout à la fois du destin politique de la Prusse, et de l’histoire de l’esprit allemand6. » Par cette formule sans prétention, Wilhelm Weischedel (1905-1975) - auquel revint la tâche d’éditer un volume commémoratif (déjà cité en note 3), parce qu’il fut le philosophe en poste à Berlin entre 1953 et 1970 - évoque les deux causes qui ont effectivement contribué à faire de Berlin la création universitaire paradigmatique de l’Allemagne, au dix-neuvième siècle7 : le contexte politique et l’influence de l’Idéalisme allemand. Le concours constaté entre les conditions politiques et l’influence idéaliste dans la constitution de l’université de Berlin n’est pas seulement une construction de l’historiographie ultérieure, comme dans l’analyse de Weischedel, par exemple. Les contemporains de l’épanouissement de l’Université de Berlin avaient déjà été tout à fait conscients de ce concours entre l’histoire politique et l’histoire des idées. Il suffira ici, pour le montrer, de citer un témoignage capital de l’époque, celui de Hegel :

  • 8 Il s agit de son discours inaugural à l université de Berlin, prononcé le 22 octobre 1818. En allem (...)

« C’est en particulier cet État [la Prusse ; N.W.] qui m’a maintenant accueilli en lui, qui par sa prépondérance spirituelle a obtenu le poids qui est le sien dans la réalité effective et dans le domaine politique, qui s’est égalé en puissance et en indépendance à des États qui lui auraient été supérieurs en moyens extérieurs. Ici, la culture et la floraison des sciences sont l’un des moments essentiels dans la vie de l’État elle-même. En cette Université [de Berlin ; N.W.], l’Université du centre, le centre de toute culture de l’esprit et de toute science, la philosophie, doit aussi trouver sa place et être l’objet de soins privilégiés8. »

  • 9 L étiquette de « philosophe de l état prussien » souvent accolée à Hegel avec de mauvaises intentio (...)

6Le philosophe souligne ainsi les rôles que la philosophie d’un côté et l’État prussien de l’autre devraient jouer dans la suite, au dix-neuvième siècle : devenir le centre de l’Allemagne, et le centre de la Wissenschaft allemande. Cette symbiose entre la politique prussienne et l’Idéalisme allemand9, que Hegel appelle de ses vœux, évoque aussi un autre mot célèbre, souvent colporté, que le roi de Prusse, Friedrich Wilhelm III, aurait eu après les défaites d’Iéna et Auerstedt, pour mettre en route la fondation de l’université de Berlin :

  • 10 Ce mot est souvent colporté. Cité ici d après Max Lenz, Geschichte der Königlichen Friedrich-Wilhel (...)

« L’état [prussien] doit remplacer par des forces spirituelles ce qu’il a perdu en forces matérielles (Der Staat muss durch geistige Kräfte ersetzen, was er an physischen verloren hat)10. »

  • 11 Pour plus de détails, cf. mon article, cité ci-dessus, note 5.
  • 12 Parmi les hauts fonctionnaires éclairés, actifs dans ce processus, nous ne citerons ici que Heinric (...)
  • 13 Pour ce qui concerne le nombre d’inscriptions d’étudiants, Berlin conquit très vite, dès la fin des (...)
  • 14 Plutôt que de donner la longue liste des professeurs illustres associés à l’Université de Berlin, j (...)

7Le contexte politique de la fondation de l’Université de Berlin peut ici être résumé très brièvement.11 L’amère défaite militaire à Iéna et Auerstedt amputa la Prusse considérablement, comme État d’abord, mais aussi sur le plan universitaire. Mais ce fut peut-être justement l’étendue de la débâcle qui persuada la cour de suivre enfin le programme de Grandes réformes sur lequel une minorité, dans le Haut fonctionnariat12, travaillait déjà, afin d’accélérer la modernisation nécessaire de la Prusse. Dès le 7 octobre 1807, moins d’un an après Iéna et Auerstedt et seulement quelques mois après la paix de Tilsit, le roi promulgua par édit ce qu’on a appelé la « libération des paysans » (Bauernbefreiung), le « libre choix du métier » (freie Wahl des Gewerbes), etc. d’autres mesures visaient la réforme de l’administration, des finances, des impôts, de l’armée, et ainsi de suite. Sur le plan politique, la création de l’Université de Berlin s’insère donc dans les réformes entreprises tous azimuts à l’époque, en Prusse. Dans le cadre de ce contexte politique, il faudrait évoquer ensuite la signification grandissante de la Prusse dans l’histoire allemande du XIXe siècle, qui permit à la jeune université de Berlin (fondation en 1810) de participer à l’ascension de cet État et de devenir l’université nationale, au plein sens du terme, avec le plus grand nombre d’étudiants13 et les plus célèbres des professeurs14.

  • 15 Parmi les ouvrages documentant ce débat, citons : Die Idee der deutschen Universität : die fünf Gru (...)
  • 16 Cet éminent historien, futur prix Nobel (en 1902), s’exprima ainsi en 1875, dans son discours comme (...)
  • 17 Cf. Volker Gerhardt/Reinhard Mehring/Jana Rindert, Berliner Geist. Eine Geschichte der Berliner Uni (...)

8Certes, l’ascension de l’université de Berlin ne peut pas être expliquée uniquement par référence au contexte politique. Il faut aussi tenir compte de la seconde cause à laquelle Weischedel fait allusion, à savoir l’influence de l’Idéalisme allemand, et c’est celle-ci qui nous intéresse particulièrement. Malgré les différences non-négligeables qui séparent ceux qui ont exercé cette influence - Humboldt, Fichte, Schleiermacher, Hegel, Schelling et d’autres - on trouve assez de parallèles dans leurs œuvres, et assez de points communs dans leurs convictions sur l’organisation des universités, pour justifier que l’on parle, en raccourci, de l’influence de l’Idéalisme allemand. C’est d’ailleurs ce rôle décisif joué par l’Idéalisme allemand dans le destin de l’Université de Berlin qui ramène toujours les philosophes vers l’histoire des universités : cet illustre exemple peut leur montrer, aujourd’hui encore, ce que la philosophie pourrait donner à l’université dans son ensemble, et ce que l’université peut accomplir, si elle a la philosophie en son centre. L’influence de l’Idéalisme allemand sur la création de l’Université se manifesta d’abord dans le vaste débat public qui prépara et/ou accompagna cette fondation et auquel participèrent les meilleures têtes que l’Allemagne possédait à l’époque15. Les grands noms déjà évoqués ci-dessus n’épuisent pas pour autant un fonds qui fut encore plus riche, mais au lieu d’ajouter des noms, il suffira de dire, avec Theodor Mommsen (1817-1903), que « dans la grandeur de sa fondation aucune université allemande ne peut se mesurer à la nôtre [c’est-à-dire à l’Université de Berlin ; N.W.]16 ». On pourrait dire aussi qu’aucune université, même sur le plan international, ne fut à l’origine autant placée sous les auspices de la philosophie que celle de Berlin17. Rien ne révèle mieux la grandeur de la création de l’Université de Berlin que ce débat majeur et ses résultats, qu’il faut donc rappeler.

  • 18 La proximité entre Kant et Humboldt qu’il était traditionnel de souligner fut récemment contestée p (...)

9Même si Kant décéda trop tôt (1804) pour pouvoir encore y participer directement, ses idées sur la question, exprimées dans l’un de ses derniers écrits, Le Conflit des Facultés (1798), étaient fondamentales, et ceux des philosophes idéalistes qui vinrent plus tard renvoyèrent souvent à eux. L’un des points qui fut longtemps souligné par les chercheurs est que Guillaume de Humboldt - celui qui, en tant que ministre, mit en route le projet de l’université - serait resté proche de la philosophie de Kant. De nos jours, le point est parfois contesté18. Kant, en tout cas, insistait déjà sur la liberté qui devrait être accordée à la faculté de philosophie :

  • 19 Emmanuel Kant, Le Conflit des Facultés [1798], trad. par Alain Renaut, édition publiée sous la dire (...)

« La faculté de philosophie devra [...], parce qu’elle doit garantir la vérité des enseignements [...], être en tant que telle considérée comme libre et soumise uniquement à la législation de la raison, non à celle du gouvernement19. »

  • 20 Ibid.

10Et si Kant ne cherche pas explicitement à renverser le rôle subalterne de la philosophie par rapport aux facultés « professionnalisantes », comme on le dirait aujourd’hui - théologie, droit, et médecine - il écrit souvent avec un sous-entendu ironique, qui semble tout de même aller dans ce sens : il pose bien la question rhétorique de savoir si cette servante - la philosophie comme ancilla theologiae était une image traditionnelle qui remontait à la structure de l’université au moyen âge - devance « sa gracieuse Dame » avec le flambeau ou si elle la suit en portant la traîne de sa robe20.

  • 21 Friedrich Schiller, Was heißt und zu welchem Ende studiert man Universalgeschichte ? [Conférence in (...)
  • 22 F.W.J. Schelling, Vorlesungen über die Methode des akademischen Studiums, cité d’après : Schelling, (...)

11À Iéna, à l’époque de son plus grand épanouissement intellectuel - donc toujours avant le vrai départ de l’Université de Berlin, mais déjà dans le contexte du débat dont celle-ci allait naître - des réflexions comparables fleurissaient à volonté. Friedrich Schiller (1759-1805), l’ami de Humboldt, lui aussi influencé par Kant, avait dès 1789, dans le discours inaugural à ses Conférences sur l’histoire universelle, ajouté un élément à la question du rapport entre les facultés, en séparant nettement, d’un côté, le Brotstudium (« les études qui permettent de gagner son pain », pourrait-on traduire ; cette expression péjorative devint par la suite un véritable slogan) et, de l’autre, les études philosophiques21. Pour Schiller, évidemment, la question de savoir laquelle des deux attitudes était la plus noble ne se posait même pas ! Chez Schelling (1775-1854) aussi, on trouve, également dans des cours donnés à l’université d’Iéna en 1802, donc des décennies avant son arrivée à Berlin, des références explicites aux idées de Kant et de Schiller, et des réactions constructives22. Pour lui aussi, il était évident que l’étudiant ne devrait commencer des études spécialisées et professionnelles qu’après avoir achevé un cursus complet de philosophie ; et que l’on ne se trompe pas : lorsque Schelling parlait d’un cursus complet de philosophie, il était bien loin de penser à une propédeutique de culture générale. Pour lui, la philosophie était plutôt le chemin vers l’Absolu :

  • 23 F.W.J. Schelling, Vorlesungen über die Methode des akademischen Studiums [voir note précédente], p. (...)

« La philosophie, embrassant la totalité de l’homme et touchant à tous les aspects de sa nature, est encore plus propre à libérer l’esprit de l’étroitesse d’une formation unilatérale et à l’élever jusqu’au royaume de l’universel et de l’absolu. [...] La formation particulière en vue d’une branche spécialisée doit donc être précédée de la totalité organique des sciences23. »

  • 24 Ibid., p. 518 : « Nur der Philosophie ist der Staat unbedingte Freiheit schuldig » - traduction fra (...)
  • 25 Ibid., p. 468 : « daß der Lehrer nicht Resultate hinstellt [...], sondern daß er, in allen höheren (...)

12Chez Schelling, outre les deux sujets de la libertas philosophandi - « il n’y a qu’à la philosophie que l’État soit redevable d’une liberté inconditionnée »24 - et du rapport renversé entre la philosophie et celles qui étaient autrefois les facultés plus élevées, on trouve aussi, déjà, un plaidoyer pour rapprocher les étudiants de la recherche. Schelling exigea des professeurs une méthode d’enseignement génétique « à savoir que le maître ne propose pas des résultats [...], mais qu’il expose également, au moins dans toutes les disciplines plus élevées, la manière d’y parvenir, et qu’il fait surgir à chaque fois et comme pour la première fois, sous les yeux de l’apprenti, la totalité de la science25 ».

  • 26 L étudiant, selon la formule que lança Schelling, ne devrait apprendre que pour créer soi-même : «  (...)

13S adressant à son tour aux étudiants, Schelling critiqua leur attitude trop passive et exclusivement réceptive26.

  • 27 Cf. « Idee und Wirklichkeit einer Universität », p. XXV : « Großartiger ist wohl nie wieder von der (...)
  • 28 J.G. Fichte, Ueber die einzig mögliche Störung der akademischen Freiheit [1812], cité d’après Ficht (...)

14Chez Fichte (1762-1814), l’université est presque déifiée27 : c’est « l’institution la plus importante, la plus sacrée que possède le genre humain », disait-il28. Bien entendu, l’université idéale telle qu’il la comprenait

  • 29 Ibid., ibid., p. 454 : « [Die Universität] fordert mit Recht vollkommene Freiheit, die akademische (...)

« exige à bon droit une complète liberté, la liberté académique au sens le plus étendu de ce terme [...] il ne faut donc poser absolument aucune limite au maître dans sa communication, ni lui désigner ou exclure aucun objet possible sur lequel il ne pourrait penser librement, afin qu’il puisse communiquer ce qu’il aura pensé librement aux apprentis de l’Université, de façon tout aussi illimitée29. »

  • 30 J.G. Fichte, Deducirter Plan einer zu Berlin zu errichtenden höheren Lehranstalt [1807], § 5, cité (...)

15Fichte distingue « l’acquisition mécanique » des connaissances, associée plutôt à une école qui se contenterait de transmettre un savoir fixe et déterminé, de l’apprentissage actif, qui implique « la conscience des règles de cette activité », et qui est réservé à l’université30. Pour Fichte, la philosophie est le centre naturel d’une telle université idéale :

  • 31 Fichte, Deducirter Vlan, § 16, p. 122 - trad, française citée d’après Philosophies de l’Université, (...)

« Ce qui saisit scientifiquement dans son ensemble l’activité spirituelle et aussi, avec elle, toutes ses expressions particulières et plus déterminées, c’est la philosophie : c’est par conséquent par une formation à l’art de la philosophie que leur art devrait être conféré aux savoirs particuliers [...] l’esprit philosophique serait celui qui se comprendrait d’abord lui-même et ensuite, en lui-même, comprendrait tous les autres31.. »

  • 32 Fichte, Deducirter Plan, § 7, p. 104 - trad. française dans Philosophies de l’Université, p. 172 s.

16Les professeurs et les étudiants coopèrent dans cette université comme les maîtres et les apprentis dans d’autres métiers. Mais (et ceci est plus spécifique de l’université) ils sont engagés dans un dialogue constant et socratique32.

  • 33 F. Schleiermacher, Gelegentliche Gedanken über Universitäten im deutschen Sinne [1808], cité d’aprè (...)

17Le même accent sur l’université comme institution de recherche, la philosophie se situant en son centre, peut également être trouvé chez Friedrich D. Schleiermacher (1768-1834), le plus grand théologien protestant de son époque, qui fut aussi un excellent philosophe et un philologue, et qui contribua en 1808, par un texte intitulé Pensées de circonstance sur les Universités de conception allemande (Gelegentliche Gedanken über Universitäten im deutschen Sinne), au débat sur l’avenir de l’université. Lui aussi caractérisa la coopération des professeurs et des étudiants dans la recherche à l’aide de l’image d’un corps de métier, d’une corporation ou Zunft. Si l’école unit les maîtres et les apprentis, l’université fait travailler ensemble les maîtres et les « compagnons » (Gesellen), et l’Académie des Sciences regroupe les maîtres entre eux33. Il souligna aussi le rôle dominant de la philosophie, qui est décrite comme le centre (Mittelpunkt), voire même la « maîtresse » (Herrin) de toutes les sciences.

  • 34 Ibid., ibid., p. 201 - traduction française dans Philosophies de l’Université, p. 290 s.

« La faculté de philosophie [...] est la première parce que chacun comprend et concède nécessairement qu’elle est autonome, et que, abstraction faite de tel ou tel lien extérieur, elle ne peut pas, comme les autres, être désintégrée et dissoute en éléments disparates et hétérogènes. Elle est aussi la première et, en vérité, la souveraine, parce que tous les membres de l’université, quelle que soit la faculté à laquelle ils appartiennent, y ont leur racine34. »

  • 35 Ibid., ibid., p. 206 s et cf. p. 193 - trad. française dans Philosophies de l’Université, p. 294 s. (...)

18L’unité de la recherche et de l’enseignement est ancrée, institutionnellement, dans la création de « séminaires » dans lesquels un petit comité d’étudiants devrait participer activement à la recherche, dans un dialogue constant avec leur professeur35.

  • 36 G.W.F. Hegel à Friedrich von Raumer, lettre datée du 2 août 1816, in Briefe von und an Hegel, vol. (...)
  • 37 Prononcé quelque 26 mois plus tard ; cf. ci-dessus, note 8.
  • 38 Briefe von und an Hegel, II, p. 101 - Hegel : Correspondance, II, p. 94.
  • 39 Ibid., p. 100 - ibid., p. 93.
  • 40 Ibid., p. 99 - ibid., p. 92 s.

19G.W.F. Hegel (1770-1831) était, au moment de la fondation de l’Université de Berlin, encore loin du centre, dans l’enseignement secondaire à Nuremberg. Si, pendant ses années berlinoises (1818-1831), il a pu jouer un rôle important dans la nouvelle université - nous y reviendrons - ses écrits antérieurs n’ont pu qu’effleurer les questions essentielles à l’avenir de l’université. En 1816, il a tout de même rédigé un texte qui appartient au contexte du débat, et qui mérite d’être évoqué. Dans une lettre adressée à l’historien Friedrich von Raumer (1781-1873), mais en réalité destinée au ministère de l’éducation prussien, Hegel explique ses « idées sur l’enseignement de la philosophie dans les universités36 ». Le philosophe, qui est encore loin de son discours inaugural37, présente le rôle de la philosophie plus modestement. La plupart des étudiants ne sont pas destinés à la philosophie, mais ils poursuivent des cours de philosophie dans un but propédeutique : « la formation et l’exercice de la pensée. Cela, elle ne le peut [...] grâce à une marche conséquente et méthodique38 ». Attaquant les « idiosyncrasies de quelques esprits transcendants39 » - deux pages plus tôt, il s’en prenait aux conférences que Friedrich Schlegel avait données à Iéna sur la philosophie transcendantale, on voit donc où il veut en venir - , il insiste que « l’enseignement de la philosophie dans les universités ne peut effectuer ce qu’il doit effectuer - l’acquisition de connaissances déterminées - que s’il adopte une marche méthodique déterminée, embrassant le détail et instituant un ordre40 ». Bref, sans le dire explicitement, il propage sa propre idée d’un système encyclopédique de philosophie.

  • 41 Wilhelm von Humboldt, Über die innere und äußere Organisation der höheren wissenschaftlichen Anstal (...)

20Il convient d’achever ce résumé du débat autour de la création de l’université de Berlin par la contribution de Wilhelm von Humboldt (1767-1835), intitulée Sur l’organisation interne et externe des établissements scientifiques supérieurs à Berlin (Über die innere und äußere Organisation der höheren wissenschaftlichen Anstalten in Berlin) - en raison du rôle intellectuel, mais aussi politique, qu’elle joua. Humboldt réussit à faire la synthèse du débat sur le plan intellectuel, tout comme il réussit à imposer ses idées sur le plan institutionnel, pour ce qui concerne la création même de l’université de Berlin. Dans son projet, le primat de la recherche est clairement exprimé - « le point de vue principal reste la science (der Hauptgesichtspunkt bleibt die Wissenschaft)41 » - c’est la recherche qui doit stimuler et orienter l’enseignement. L’université ne peut plus se limiter au rôle de transmission du savoir car, du point de vue de la recherche, le savoir n’est jamais quelque chose d’achevé, mais reste une question ouverte et illimitée.

  • 42 Ibid., ibid., p. 274 - trad. française dans Philosophies de l Université, p. 321 s.

« C’est une particularité des établissements scientifiques supérieurs de toujours traiter la science comme un problème qui n’est pas encore entièrement résolu, et de ne jamais abandonner en conséquence la recherche, alors que le lycée ne s’occupe et n’enseigne que des connaissances toutes prêtes et bien établies. Le rapport entre le maître et les étudiants devient donc tout à fait différent de ce qu’il était. Il n’est pas là pour eux, mais tous sont là pour la science42. »

  • 43 Ibid., ibid., p. 274 : « So sind [in Wissenschaft und Universität ; N.W.] Einsamkeit und Freiheit d (...)
  • 44 Cf. Joachim Ritter, Subjektivität. Frankfurt 1974, p. 107 et p. 112.

21Le postulat de la liberté de l’enseignement et de la recherche est uni à un autre idéal, celui d’avoir le « loisir (die Muße) » de se consacrer à la Wissenschaft, libre de contraintes matérielles ou étatiques. Pour reprendre une autre formule très influente : Einsamkeit und Freiheit (donc la solitude et la liberté) sont les principes directeurs de la science et de l’université43. Par « solitude », Humboldt voulait dire que les enseignants et les étudiants devraient être en retrait, par rapport aux liens de la société civile, avec ses intérêts et ses fins pratiques, et être ainsi libérés pour la recherche pure, et pour une Bildung qui ne serait pas limitée par d’éternelles et récurrentes considérations pragmatiques44.

  • 45 Une thèse américaine réussit à exprimer cette idée jusque dans son titre : Roy Steven Turner, The P (...)
  • 46 Cf. à ce sujet : Friedrich Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts aufden deutschen Schulen u (...)

22En résumé, il conviendrait de souligner la suprématie de la philosophie, qui avance de son rôle subalterne d’ancilla theologiae vers la place centrale, royale, dans l’organisation de l’université. Elle n’est plus subalterne par rapport aux disciplines professionnelles, mais les autres disciplines dépendent plutôt de cette base, constituant des prolongations et applications de la recherche fondamentale menée en philosophie. La mission de la recherche est donc devenue essentielle pour l’université45. C’est la recherche qui oriente la pédagogie dans cette unité souhaitée de l’enseignement et de la recherche. Une nouvelle forme de l’enseignement, le séminaire, avec une participation active des étudiants, est l’expression institutionnelle de cette aspiration46. Bien évidemment, la philosophie doit pouvoir s’exercer librement, comme toute autre science digne de ce nom. La libertas philosophandi, la liberté des enseignants, qui était déjà un but de l’université au dix-huitième siècle, devrait à Berlin (du moins selon les intentions de ses fondateurs) se traduire par une plus grande indépendance de l’université par rapport aux interventions gouvernementales. Même si les grands principes qui gouvernèrent la création de l’université de Berlin ne sont parfois restés qu’un idéal ou à l’état de projet - en réalité souvent brisé, notamment pour ce qui concerne les nominations des professeurs - ils suffisent pour en faire la gloire de l’université allemande, un héritage culturel universel et enfin, un projet souvent exporté vers d’autres pays.

II. Le tournant critique de Dilthey

  • 47 Il s’agit du livre, déjà cité (cf. note 17), intitulé Berliner Geist [Esprit berlinois], sous-titré (...)
  • 48 Eduard Spranger, Berliner Geist. Aufsätze, Reden und Aufzeichnungen. Tübingen 1966. Spranger (1882- (...)
  • 49 Berliner Geist, p. 9 : « Der Geistbegriff [...] ist heute philosophisch kaum ohne Ironie und Polemi (...)
  • 50 Ibid., p. 135 et 137.

23Un livre récent sur la philosophie à l’université de Berlin pendant le XIXe siècle nous permettra de nous interroger sur l’évolution de cette institution, après sa brillante fondation et son premier épanouissement. Le titre même de l’ouvrage - Berliner Geist47 : un titre repris d’un recueil d’articles d’Eduard Spran-ger48 - semble évoquer le concept d’esprit et, avec lui, une tradition dont on reconnaîtra qu’elle est impensable sans Hegel. Mais la préface prend tout de suite ses distances envers cette tradition49 ; et l’ouvrage lui-même, qui cantonne Fichte et Hegel aux étapes préparatoires et transitoires de la fondation (Gründung) etpremière constitution (Formierung) de l’université, réserve la « floraison » (Blüte) de la philosophie berlinoise à Wilhelm Dilthey, fêté comme « le penseur exemplaire de la tradition berlinoise50 ». Que Dilthey se soit imposé à Berlin, au XIXe s. ; que sa conception des « sciences de l’esprit », dans leur rapport aux sciences de la nature, continue aujourd’hui encore à influencer considérablement les débats méthodologiques - voilà une affirmation qui mérite sans aucun doute d’être examinée. Pourtant, la question se pose de savoir si l’on peut valoriser cette évolution, jusqu’à faire de Dilthey la véritable « floraison » de la philosophie berlinoise. La période associée à Dilthey ne devrait-elle pas plutôt être considérée comme un processus de déclin, à partir du « sommet » constitué par la période classique associée à l’Idéalisme allemand ? Telle est sans doute la thèse qu’aurait défendue Hermann Cohen - et ce sera aussi celle qui sera présentée ici.

  • 51 Wilhelm Dilthey : Die Jugendgeschichte Hegels. Berlin 1905 - trad. française dans : Dilthey, Œuvres (...)
  • 52 Wilhelm Dilthey, « Archive der Literatur in ihrer Bedeutung für das Studium der Geschichte der Phil (...)
  • 53 Ibid., p. 564 s.

24Dilthey, par ses travaux magistraux - nous ne citerons ici que l’ouvrage sur la jeunesse et le développement intellectuel de Hegel et la grande étude sur Schleiermacher, sans oublier la direction de l’édition critique de Kant, connue sous le nom de Akademieausgabe51 - contribua, certes, de façon significative à la « canonisation » de la grande tradition idéaliste. Il élabora même une nouvelle méthode dans l’étude de ces auteurs classiques : une méthode ou approche que l’on peut dire « développementaliste » (eine entwicklungsgeschichtliche Betrachtungsweise). Dès son article de 1889 sur les archives52, Dilthey appelait à la protection et à la mise en ordre, dans le cadre d’institutions spécialisées qu’il conviendrait de créer, des manuscrits laissés derrière eux, après leur mort, par les grands auteurs du passé. Prenant comme exemple le dépouillement du Nachlass kantien53, qui servit d’incitation à l’édition critique des Œuvres de Kant, la célèbre AkademieAusgabe (cf. note 1), il affirmait que la constitution de telles archives est la condition préalable et nécessaire à toute histoire de la formation des philosophes et de leurs philosophies. Tout ceci eut une influence majeure, qui ne peut guère être surestimée, notamment sur la recherche concernant Kant, et Hegel.

  • 54 D’abord comme simple étudiant, dans les années 1850, puis comme étudiant en thèse, au début des ann (...)
  • 55 Cf. notre présentation au volume Edouard Gans, Chroniques français. Un hégélien juif à Pans (1825, (...)
  • 56 « Die Drachensaat des Hegelianismus ausreuthen [sic.] » : c’était la mission que la Cour prussienne (...)

25Mais par sa conception des Geisteswissenschaften, Dilthey consacra aussi une rupture avec la tradition idéaliste, et avec la place que celle-ci avait accordée à la philosophie, au sein des autres disciplines universitaires. Si l’on veut comprendre le fondement des sciences humaines que Dilthey propose et qui comprend une nouvelle conception de la philosophie, il est indispensable de se rappeler des positions dont il cherche à prendre ses distances - et, tout particulièrement, de la conception hégélienne, antérieure à la sienne. Pour lui, il ne s’agissait pas seulement d’une conception intellectuelle, à débattre théoriquement, mais d’une conception qui s’était réalisée et qui était toujours présente, sur le plan institutionnel, à l’Université de Berlin, quand il fréquentait cet établissement54. À l’époque, en effet, le programme encyclopédique de Hegel était toujours porté par de nombreux anciens élèves du philosophe, dont certains étaient devenus enseignants à l’Université de Berlin (Leopold von Henning, C. L. Michelet, J.K.W. Vatke... sans parler de Gans55, dont la mort précoce empêcha un contact direct avec Dilthey). On pourrait même dire que le projet encyclopédique de Hegel aida l’hégélianisme, dans sa façon de faire école : ce dont il s’agissait en effet, pour chacun des nombreux élèves de Hegel, c’était de développer les méthodes et principes hégéliens dans une science déterminée, une branche précise de telle ou telle science ou encore - s’il ne voulait pas passer de la philosophie à une autre science - une certaine période de l’histoire de la philosophie. Chacun demeurait donc un disciple, puisqu il s’agissait pour lui de préserver les mêmes démarches. Mais il se trouvait aussi placé devant la perspective réaliste de devenir lui-même un maître, dans le domaine qu’il avait choisi. Non seulement Hegel vit ainsi plusieurs de ses anciens étudiants le dépasser en ce sens, il les encouragea même à poursuivre leur propre chemin - pour le dépasser, ainsi que le confirment plusieurs témoignages de l’époque (Gans, Michelet...). La tendance des disciples à dépasser leur maître était en effet inscrite dans la définition même, par le philosophe, d’un système encyclopédique ; la légitimité de cette tendance avait été reconnue par Hegel lui-même. Mais une fois le philosophe décédé, pour les disciples, cette façon d’unir en un seul système toutes les sciences et leurs progrès respectifs devint rapidement trop lourde. Une époque était arrivée à sa fin - certains s’en réjouiront, d’autres constateront de façon attristée que le temps des héros était passé et le temps des épigones (selon le sens original du terme, ceux qui sont nés trop tard) avait commencé. Certains des disciples de Hegel se réjouirent que Schelling échoue dans sa mission, « d’exterminer la semence hégélienne56 ». Mais sans Hegel lui-même, ils ne purent pas empêcher que les sciences se libèrent des prétentions du système et se développent de façon isolée. Dès le milieu du dix-neuvième siècle, l’université de Berlin se distingua pour ses recherches en médecine et en sciences de la nature - il suffira ici de donner quelques grands noms : celui de Rudolf Virchow d’abord, puis de Robert Koch, Hermann Helmholtz et Max Planck un peu plus tard. Que, au sein de l’université de Berlin, les sciences modernes, et surtout la recherche fondamentale, soient restées, de façon institutionnelle, dans la faculté de philosophie - voilà qui ne put empêcher le processus de libération, ou autonomisation, des sciences modernes. Il n’y avait là, en tout cas, qu’une astuce pratique : si on ne savait pas où mettre une chaire ou un département, et si celle-ci ou celui-là ne pouvaient pas être perçus comme faisant partie de la théologie, du droit ou de la médecine - alors on les mettait dans la faculté de philosophie, qui hébergeait, comme un grand sac, tout ce qui ne trouvait pas sa place ailleurs.

  • 57 « Diese Neigung [i.e. das Denkgesetz als ein unvordenkliches Schicksal allem Wirklichen vorauszuset (...)

« Cette tendance [à savoir, « de présupposer et superposer à toute réalité la loi de pensée, telle un destin inévitable » : N.W.], ne s’est que trop clairement avérée dans la place donnée par Herbart, et celle donnée par Hegel, à la logique. Le premier fit de la logique l’instance juridictionnelle suprême sur le donné, sur la réalité. L’autre réussit même à dissoudre toute la réalité en général en logicisme. Ce qui s’ensuivit, c’est que, chez tous deux, la réalité fut assujettie à la loi de la nécessité, et qu’un seul ensemble d’enchaînement nécessaire engloba la nature et l’esprit57. »

  • 58 Op. cit., p. 147.
  • 59 G.W.F. Hegel, Encyclopédie des Sciences Philosophiques. vol. III : Philosophie de l esprit. Traduit (...)
  • 60 Ibid., 86.
  • 61 Bourgeois cite ici (p. 86) d’après les conférences de Hegel sur la Philosophie de la Religion ; l’o (...)

27Dans l’éloge inconditionnel de Dilthey que nous présente le livre Berliner Geist, cette critique est reprise de façon presque caricaturale58. Il ne sera guère nécessaire de montrer ici que l’accusation de « panlogisme » manque sa cible lorsqu elle est dirigée contre Hegel - ce point majeur ayant déjà souvent été relevé par l’un des maîtres de la recherche française sur Hegel, Bernard Bourgeois : dans l’une des sections de l’introduction à sa traduction française de X Encyclopédie, section à laquelle il donne comme titre la dénomination connue de Hegel comme « Aristote des temps modernes »59. Bourgeois choisit donc d’éclairer sa conviction - que Hegel ne fut pas seulement « le plus grand spéculatif de l’histoire de la pensée », mais « aussi le plus grand empirique ! »60 - par une comparaison avec Aristote ou, plus exactement, avec l’image d’Aristote donnée dans l’Histoire de la philosophie de Hegel : Hegel n’avait pas seulement « répété que le concept peut tout engendrer, même l’existence du non-conceptuel », mais il avait « également énoncé cette proposition tout aussi catégorique » que « Tout doit nécessairement nous parvenir d’une manière extérieure61 ». Comme chez Aristote, nous trouverions donc aussi chez Hegel - mais chez celui-ci, de façon entièrement dialectique - « la même unité de l’intuition empirique et du concept rationnel ».

  • 62 Cf. la présentation de M. Riedel à son édition de Dilthey, Der Aufbau der geschichtlichen Welt in d (...)
  • 63 Que les intentions de ce grand détracteur de Hegel que fut Haym n’aient pas été très pures ne nous (...)

28Plutôt, donc, que de reprendre de façon non critique la charge soulevée par Dilthey contre Hegel, il faudrait nous interroger ici sur les raisons qui purent pousser Dilthey à affirmer une thèse dont il savait, en toute probabilité, qu’elle était inexacte. Manfred Riedel donne dans ce contexte une bonne piste de recherche, lorsqu il évoque le nom de Rudolf Haym : c’est avec Haym, nous dit-il, que Dilthey prit congé de l’idéal de la Raison qu’il trouva dans les grands systèmes idéalistes62. Et l’on ajoutera ici que, si Dilthey suit Haym 63, c’est probablement pour des raisons « stratégiques » : conscient des changements intervenus dans l’Université depuis la mort de Hegel et le déclin de son école, il dut trouver Haym plus en accord avec la nouvelle donne.

  • 64 Je dois cette information à Manfred Riedel (Présentation à son édition de l Aufbau, p. 20 s), qui d (...)

29À Berlin, les sciences - même « de la nature » - restèrent longtemps au sein d’une grande faculté philosophique, moins à cause de l’impact du projet encyclopédique hégélien, bien sûr, que pour la raison pragmatique déjà évoquée et exprimé par le terme un peu brutal (cette brutalité révèle son origine dans l’idiome estudiantin) de Sackfakultät : on mettait dans le grand sac de la faculté de philosophie tout ce qui ne trouvait pas sa place dans les facultés des Brotstudien (Théologie, Droit ou Médecine). Face à cette situation, Dilthey se montra prêt à plaider pour une autre forme d’organisation, comme le montre le rapport d’expert qu’on le pria de rédiger sur une fondation, ou re-fondation allemande, de l’Université de Strasbourg, après la victoire du Reich sur la France en 1870/71 - la nouvelle université, reconstituée, fut inaugurée en mai 1872 sous le nom de Kaiser-Wilhelms-Universität Straßburg. Le rapport que Dilthey a dûment fourni à l’époque est préservé parmi ses manuscrits : il y plaide pour la création de sections bien distinctes, une section « mathématiques et sciences de la nature » (mathematischnaturwissenschaftlich) d’un côté, « philosophie et l’histoire » (historisch-philosophisch) de l’autre64 : distinction sur laquelle nous reviendrons. On soulignera aussi que l’innovation réalisée par l’université allemande de Strasbourg se situa ailleurs : dans la création d’une faculté des sciences de l’État (Staatswissenschaften), que Gustav Schmoller (1838-1917) rendit célèbre, avant de se faire muter à Berlin, en 1881. Ce que montre en tout cas son rapport, et nous ne pouvons entrer ici dans le détail, c’est que Dilthey était tout prêt à prolonger ses réflexions jusque dans le domaine pratique.

  • 65 « Empirie und nicht Empirismus » ; Dilthey, Abhandlungen zur Grundlegung der Geisteswissenschaften (...)
  • 66 Dilthey avait déjà utilisé cette distinction en 1878 - « Ueber die Einbildungskraft der Dichter », (...)

30Mais il convient plutôt, ici, de revenir sur le statut réservé par Dilthey à l’expérience, ou Erfahrung, qui reste fondamentale pour lui. Si Dilthey exprima sa distance critique à la fois envers l’empirisme de Mill et envers la philosophie positive d’Auguste Comte, par la célèbre formule « Empirie et non pas empirisme »65, il considéra, en effet, toutes les sciences modernes comme basées sur l’expérience, mais de nouveau, il distingua entre les sciences de la nature et les sciences humaines. Si les sciences de la nature prennent leur départ dans l’expérience extérieure (äußere Erfahrung), il y a aussi des expériences internes (innere Erfahrung), un processus de se rendre compte, de devenir conscient de quelque chose qui distingue les sciences humaines66.

  • 67 J. Ritter, Subjektivität [cf. ci-dessus, note 44], p. 122 : « Diltheys Wort, dass sich der Mensch n (...)

31Dilthey était bien conscient de ces développements. Il savait notamment à quel point les différentes sciences, autonomes et en isolation les unes des autres, s’étaient éloignées, non pas seulement d’un grand principe unificateur, mais même de la possibilité de communiquer avec la philosophie. Il chercha donc à sauver la place de sa propre discipline, de la philosophie, dans une université qui avait bien changé depuis la mort de Hegel. En un sens, il a entièrement réussi : selon un célèbre bon mot de Joachim Ritter, la phrase de Dilthey, selon laquelle l’homme ne se comprend que dans l’histoire, pourrait orner les halls d’entrée de tous les bâtiments des facultés de philosophie en Allemagne jusqu’à aujourd’hui.67 Mais, d’un autre côté, il n’a réussi qu’au prix d’un double sacrifice : il a séparé les sciences humaines des autres sciences - celles que l’on dit communément « dures » - et limité la philosophie aux sciences humaines. Au sein des sciences humaines elles-mêmes, la philosophie est réduite à la tâche de fournir un fondement, die Grundlegung der Geisteswissenschaften als Aufgabe.

  • 68 Cf. Myriam Bienenstock, « Comprendre ou expliquer (Verstehen vs. Erklären) », in Dictionnaire du mo (...)

32Malgré ses efforts de montrer que toute science, science de l’homme et science de la nature, aurait la même base et donc une unité d’origine qui est la vie humaine, il propose néanmoins une séparation des sciences selon les différentes méthodes utilisées : expliquer (Erklären) et comprendre (Verstehen).68 Les différentes méthodes correspondent aux différents objets de recherche. Les Geisteswissenschaften cherchent à comprendre tout ce qui a été créé par l’homme : de la poésie et des œuvres d’art aux formes d’organisation de la vie comme la famille ou l’État.

  • 69 Wilhelm Dilthey, L Edification du monde historique dans les sciences de l esprit. Traduction, prése (...)

« Les sciences de l’esprit ont comme donné global l’objectivation de la vie. Mais, dans la mesure où l’objectivation de la vie accède pour nous à la compréhension, elle contient partout, comme telle, la relation de l’extériorité à l’intériorité. Cette objectivation est donc partout, dans la compréhension, rapportée à l’expérience vécue [...] Et c’‘ est ici que s’achève le concept des sciences de l’esprit. Leur domaine s’étend aussi loin que la compréhension, et la compréhension trouve son unique objet dans l’objectivation de la vie. Ainsi le concept de la science de l’esprit, en vertu des phénomènes qui relèvent d’elle, est-il déterminé par l’objectivation de la vie dans le monde extérieur. L’esprit ne comprend que ce qu’il a créé. La nature, comme objet de la science de la nature, contient la réalité qui est produite indépendamment de l’action de l’esprit. Tout ce sur quoi l’homme, en agissant, a imprimé sa marque constitue l’objet des sciences de l’esprit.
Et même l’expression de sciences de l’esprit trouve ici sa justification. Il était question autrefois de l’esprit des lois, du droit, de la constitution. Nous pouvons dire maintenant que tout ce en quoi l’esprit s’est objectivé relève du domaine des sciences de l’esprit69. »

  • 70 Il s’explique à ce sujet quelques lignes plus loin dans son texte : L’Edification, p. 102 - Aufbau, (...)
  • 71 Cf. la présentation de Manfred Riedel à son édition de l Aufbau, op. cit., p. 20.
  • 72 M. Bienenstock, « Qu’est-ce que l’esprit objectif selon Hegel ? », in Hegel : droit, histoire, soci (...)

33Si donc les sciences de l’esprit peuvent comprendre toutes les créations de l’homme, les objets des Naturwissenschaften, par contre, ne sont pas créés de la même manière par l’homme - ce sont des donnés qu’on peut seulement chercher à expliquer, par exemple, en constatant des régularités, en formulant des hypothèses concernant lois et pronostics, et ainsi de suite. Dilthey était par ailleurs bien conscient70 du fait que le terme d’objectivation qu’il déploie ainsi, contient d’un côté une racine hégélienne (l esprit objectif), mais aussi, de l’autre côté, une prise de distance critique : en fait, il regroupe, comme l’a déjà remarqué Manfred Riedel,71 ce que Hegel avait séparé sous les catégories d’esprit objectifet d’esprit absolu - un regroupement, pour ne pas dire un amalgame, qui est en réalité très problématique, comme l’a montré Myriam Bienenstock72.

  • 73 Berliner Geist, op. cit., chapitre 10 : « Berliner Psychologie im Verhältnis zu Dilthey », p. 158-1 (...)

34On pourrait encore s’interroger sur la position, voire le rôle de Dilthey dans ce que Bernard Bourgeois, avec un brin de provocation, a appelé « la mainmise générale de la psycho-pédagogie sur l’apprentissage des sciences de l’esprit » (dans sa contribution à ce volume) - le volume Berliner Geist, ainsi que l’étude récente de Céline Trautmann-Waller fournissent un riche matériel pour le faire73 -, mais je dois laisser cette tâche pour une autre occasion.

Haut de page

Notes

1 Pendant les années 1894/95, Dilthey, et d’autres érudits réussirent à convaincre l’Académie royale des sciences prussienne, située à Berlin, d’entreprendre une édition complète des œuvres de Kant. Les premiers volumes de cette édition de Kant’s gesammelte Schriften, qui n’est toujours pas achevée aujourd’hui, commencèrent à paraître en 1900. Elle est divisée en quatre sections : I. Les Œuvres (Vol. I-9). II. La Correspondance (vol. 10-13, suppléments en vol. 23) ; III. Les manuscrits posthumes (Vol. 14-23) ; IV : les Conférences (Vol. 24-29). Dilthey était le directeur de tout le projet et il dirigea la première partie : les Œuvres. Pour les éditions des textes, il chercha des éditeurs compétents - il y eut, pour les neuf volumes des œuvres, 17 éditeurs (d’Erich Adickes à Georg Wobbermin). Si Paul Natorp (1854-1924) fut bien invité comme l’un des éditeurs - il édita Die Kritik der praktischen Vernunft (1788) ; Die Metaphysik der Sitten (1797) et Über Pädagogik (1803), Hermann Cohen reste, dans ce projet, le grand absent.

2 Sur cette anecdote, cf. par exemple Marie-Anne Lescourret, Emmanuel Levinas. Paris 1994, p. 81. Sur les remords ultérieurs de Levinas, cf. les entretiens dans Emmanuel Levinas — Qui êtes-vous ? Ed. par François Poirié. Paris 1987, p. 76-78.

3 Idee und Wirklichkeit einer Universität. Dokumente zur Geschichte der Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin. En coopération avec Wolfgang Müller-Lauter et Michael Theunissen, édité par Wilhelm Weischedel. Berlin 1960 [Cité par la suite comme « Idee und Wirklichkeit einer Universität »].

4 Pour les premières utilisations du terme, cf. Erich Rothacker, Einleitung in die Geisteswissenschaften. Tübingen 1920 et, plus récemment, Alwin Diemer, « Geisteswissenschaften », in Historisches Wörterbuch der Philosophie. vol. 3. Ed. par Joachim Ritter. Basel 1974, p. 211-215.

5 Cette partie prend appui sur mon article, « La création de l Université de Berlin », qui paraîtra dans un volume consacré à Berlin : Espace urbain et sociabilité savante à Berlin, 1750-1929, éd. par Gérard Laudin. Paris, 2007.

6 Idee und Wirklichkeit einer Universität [cf. Note 3 ci-dessus], p. XI : « Die Gründung der Berliner Universität gehört in den Zusammenhang sowohl der politischen Schicksale Preußens, wie der Geschichte des deutschen Geistes. » [Les traductions de l’allemand sont - sauf autre indication -les nôtres ; N.W].

7 Par opposition à Göttingen (1734 : début des cours ; 1737 : inauguration officielle), qui avait été le modèle des créations universitaires au dix-huitième siècle ; cf. Friedrich Paulsen, Die deutschen Universitäten und das Universitätsstudium. Berlin 1902, p. 60 s.

8 Il s agit de son discours inaugural à l université de Berlin, prononcé le 22 octobre 1818. En allemand, on trouve ce discours dans G.W.F. Hegel : Berliner Schriften (1818-1831). Ed. par Walter Jaeschke. Hambourg 1997, p. 43-61, ici p. 44 - la traduction française est citée d après Bernard Bourgeois, donnée comme supplément à son édition du premier tome de l Encyclopédie des sciences philosophiques : La science de la Logique. Paris 1970, p. 146.

9 L étiquette de « philosophe de l état prussien » souvent accolée à Hegel avec de mauvaises intentions, ne serait pas si fausse si l on évitait les anachronismes - ceux d une Prusse ultérieure, militariste et réactionnaire - et si l on se limitait à la Prusse progressiste des Grandes réformes.

10 Ce mot est souvent colporté. Cité ici d après Max Lenz, Geschichte der Königlichen Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin. 4 en 5 vols. Halle 1910-1918, vol. 1, p. 78.

11 Pour plus de détails, cf. mon article, cité ci-dessus, note 5.

12 Parmi les hauts fonctionnaires éclairés, actifs dans ce processus, nous ne citerons ici que Heinrich Friedrich Karl Reichsfreiherr vom und zum Stein (1757-1831), Karl August Freiherr von Hardenberg (1750-1822) et bien sûr, Wilhelm von Humboldt (1767-1835).

13 Pour ce qui concerne le nombre d’inscriptions d’étudiants, Berlin conquit très vite, dès la fin des années 1820, la première place parmi les universités prussiennes (suivie de Bonn, Halle et Breslau) ainsi que, plus généralement, des universités en terrain protestant (suivie de Göttingen et Leipzig) ; sur le plan national, y compris dans les territoires catholiques, il fallut attendre la seconde moitié du dix-neuvième siècle avant que Berlin ne s’impose devant Munich. Pour plus de chiffres, cf. Franz Eulenburg, Die Frequenz der deutschen Universitäten von ihrer Gründung bis zu ihrer Gegenwart, Leipzig 1904 [ = réimpression : Berlin 1994] ; Max Lenz, Geschichte der Königlichen Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin [cf. note 10] ; Rainer A. Müller, Geschichte der Universität. Von der mittelalterlichen Universitas zur deutschen Hochschule. Munich 1990, p. 81 ; Marita Baumgarten, Professoren und Universitäten im 19. Jahrhundert. Göttingen 1997.

14 Plutôt que de donner la longue liste des professeurs illustres associés à l’Université de Berlin, je renverrai ici au volume richement illustré édité par Laetitia Boehm et Rainer A. Müller : Universitäten und Hochschulen in Deutschland, Österreich und der Schweiz. Düsseldorf 1983 ; l’article sur Berlin, p. 49-68, fut rédigé par Rüdiger vom Bruch.

15 Parmi les ouvrages documentant ce débat, citons : Die Idee der deutschen Universität : die fünf Grundschriften aus der Zeit ihrer Neubegründung durch klassischen Idealismus und romantischen Realismus. Ed par Ernst Anrich. Darmstadt 1956,21964 ; Gelegentliche Gedanken über Universitäten. Ed. par Ernst Müller. Leipzig 1990 ; pour une traduction française des principales textes concernés, voir Philosophies de l Université : l idéalisme allemand et la question de l Université. Textes de Schelling, Fichte, Schleiermacher, Humboldt, Hegel... ; présentés par Luc Ferry, Jean-Pierre Pesron et Alain Renaut. Paris 1979 [Cité par la suite comme : « Philosophies de l’Université »].

16 Cet éminent historien, futur prix Nobel (en 1902), s’exprima ainsi en 1875, dans son discours comme président de l’université de Berlin (cité d’après « Idee und Wirklichkeit einer Universität », p. VIII : « in der Großartigkeit der Begründung [...] kann sich keine Hochschule Deutschlands der unsrigen vergleichen » ; cf. aussi Ulrich Scheuner, « Hegel und die deutsche Staatslehre des 19. und 20. Jahrhunderts », in Studium Berolinense. Ed. par H. Leussink, E. Neumann et G. Kotowski. Berlin 1960, p. 129-151, ici p. 129 : « Keine [der deutschen Universitätsgründungen ; N.W.] hat von Anfang an so tief und so nachhaltig auf die Gesamtheit der Wissenschaft, ihren Geist und ihren Stil eingewirkt, als die in einer Zeit tiefster Not ins Leben gerufene Friedrich-Wilhelms-Universität in Berlin. »

17 Cf. Volker Gerhardt/Reinhard Mehring/Jana Rindert, Berliner Geist. Eine Geschichte der Berliner Universitätsphilosophie bis 1946. Berlin 1999 [Cité par la suite comme : « Berliner Geist »], p. 19 : « Von keiner anderen Universität Europas läßt sich so ausdrücklich sagen, daß sie unter philosophischen Auspizien entworfen, betrieben und ins Werk gesetzt wurde. »

18 La proximité entre Kant et Humboldt qu’il était traditionnel de souligner fut récemment contestée par un fin connaisseur de Kant, Alexis Philonenko, dans son essai : Humboldt à l aube de la linguistique. Paris 2006.

19 Emmanuel Kant, Le Conflit des Facultés [1798], trad. par Alain Renaut, édition publiée sous la direction de Ferdinand Alquié. Paris 1986 [Œuvres philosophiques III], p. 826.

20 Ibid.

21 Friedrich Schiller, Was heißt und zu welchem Ende studiert man Universalgeschichte ? [Conférence inaugurale, Iéna, le 26 mai 1789], citée d’après : Sämtliche Werke. Ed. par G. Fricke et H.G. Göpfert. vol. IV. Munich 1980, p. 750 : « Anders ist der Studierplan, den sich der Brotgelehrte, anders derjenige, den der philosophische Kopf sich vorzeichnet. » Le terme de Brotstudien se trouve quelques lignes plus loin.

22 F.W.J. Schelling, Vorlesungen über die Methode des akademischen Studiums, cité d’après : Schelling, Schriften von 1801-1804. Darmstadt 1988. Il reprend les termes (Brodwissenschaften et Brodstudium) et la distance critique envers eux (Ekelnamen [ !], dit-il, p. 476) de Schiller et il se réfère explicitement au Conflit des Facultés (par exemple, p. 517) de Kant. - Pour une traduction française des Conférences de Schelling, voir : Philosophies de l Université [cf. ci-dessus, note 11], ici p. 69 et p. 105.

23 F.W.J. Schelling, Vorlesungen über die Methode des akademischen Studiums [voir note précédente], p. 446 s. : « Die Philosophie, welche den ganzen Menschen ergreift und alle Seiten seiner Natur berührt, ist noch mehr geeignet, den Geist von den Beschränktheiten einer einseitigen Bildung zu befreien und in das Reich des Allgemeinen und Absoluten zu erheben. [...] Der besondern Bildung zu einem einzelnen Fach muß also die Erkenntnis des organischen Ganzen der Wissenschaften vorangehen. » - traduction française citée d’après Philosophies de l Université [cf. ci-dessus, note 11], p. 45.

24 Ibid., p. 518 : « Nur der Philosophie ist der Staat unbedingte Freiheit schuldig » - traduction française citée d’après Philosophies de l Université [cf. ci-dessus, note 11], p. 105.

25 Ibid., p. 468 : « daß der Lehrer nicht Resultate hinstellt [...], sondern daß er, in allen höheren Scienzen wenigstens, die Art zu ihnen zu gelangen selbst darstellt und in jedem Fall das Ganze der Wissenschaft gleichsam erst vor den Augen des Lehrlings entstehen läßt. » - traduction française citée d après Philosophies de l Université, p. 63.

26 L étudiant, selon la formule que lança Schelling, ne devrait apprendre que pour créer soi-même : « Lerne nur, um selbst zu schaffen. » Ibid., p. 475 - traduction française citée d’après Philosophies de l Université, p. 69.

27 Cf. « Idee und Wirklichkeit einer Universität », p. XXV : « Großartiger ist wohl nie wieder von der Universität gesprochen worden. »

28 J.G. Fichte, Ueber die einzig mögliche Störung der akademischen Freiheit [1812], cité d’après Fichtes Werke, éd. par I.H. Fichte. vol. VI. Berlin 1971, p. 453 : « die wichtigste Anstalt und das Heiligste, was das Menschengeschlecht besitzt ».

29 Ibid., ibid., p. 454 : « [Die Universität] fordert mit Recht vollkommene Freiheit, die akademische Freiheit in der ausgedehntesten Bedeutung des Wortes. [...] es darf darum dem Lehrer durchaus keine Grenze der Mittheilung gesetzt werden, noch irgend ein möglicher Gegenstand ihm bezeichnet und ausgenommen, über den er nicht frei denke, und das frei Gedachte nicht mit derselben Unbegrenztheit dem [...] Lehrlinge der Universität mittheile. »

30 J.G. Fichte, Deducirter Plan einer zu Berlin zu errichtenden höheren Lehranstalt [1807], § 5, cité d’après Fichtes Werke [cf. ci-dessus, note 28], vol. VIII, p. 101 - trad. française dans Philosophies de l Université, p. 170.

31 Fichte, Deducirter Vlan, § 16, p. 122 - trad, française citée d’après Philosophies de l’Université, p. 186.

32 Fichte, Deducirter Plan, § 7, p. 104 - trad. française dans Philosophies de l’Université, p. 172 s.

33 F. Schleiermacher, Gelegentliche Gedanken über Universitäten im deutschen Sinne [1808], cité d’après Gelegentliche Gedanken über Universitäten [cf. ci-dessus, note 13], p. 172 - traduction française dans Philosophies de l Université, p. 266.

34 Ibid., ibid., p. 201 - traduction française dans Philosophies de l’Université, p. 290 s.

35 Ibid., ibid., p. 206 s et cf. p. 193 - trad. française dans Philosophies de l’Université, p. 294 s. et cf. p. 282 s.

36 G.W.F. Hegel à Friedrich von Raumer, lettre datée du 2 août 1816, in Briefe von und an Hegel, vol. II : 1813-1822, éd. par Johannes Hoffmeister. Hambourg 31969, p. 96-102 - trad. française dans Hegel : Correspondance.T.II : 1813-1822, trad. Par Jean Carrère. Paris 1963, p. 90-95.

37 Prononcé quelque 26 mois plus tard ; cf. ci-dessus, note 8.

38 Briefe von und an Hegel, II, p. 101 - Hegel : Correspondance, II, p. 94.

39 Ibid., p. 100 - ibid., p. 93.

40 Ibid., p. 99 - ibid., p. 92 s.

41 Wilhelm von Humboldt, Über die innere und äußere Organisation der höheren wissenschaftlichen Anstalten in Berlin [1809/10], cité d’après Gelegentliche Gedanken über Universitäten [cf. ci-dessus, note 13], p. 273 - traduction française dans Philosophies de l’Université, p. 321.

42 Ibid., ibid., p. 274 - trad. française dans Philosophies de l Université, p. 321 s.

43 Ibid., ibid., p. 274 : « So sind [in Wissenschaft und Universität ; N.W.] Einsamkeit und Freiheit die in ihrem Kreise vorwaltenden Prinzipien. »

44 Cf. Joachim Ritter, Subjektivität. Frankfurt 1974, p. 107 et p. 112.

45 Une thèse américaine réussit à exprimer cette idée jusque dans son titre : Roy Steven Turner, The Prussian universities and the research imperative : 1806 to 1848. Princeton, NJ, 1972.

46 Cf. à ce sujet : Friedrich Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts aufden deutschen Schulen und Universitäten vom Ausgang des Mittelalters bis zur Gegenwart.3e édition, avec des ajouts de Rudolf Lehmann. 2 vol. Berlin et Leipzig 1921, vol. II, p. 258 s.

47 Il s’agit du livre, déjà cité (cf. note 17), intitulé Berliner Geist [Esprit berlinois], sous-titré Eine Geschichte der Berliner Universitätsphilosophie bis 1946 [Une histoire de la philosophie au sein de l Université de Berlin jusqu en 1946].

48 Eduard Spranger, Berliner Geist. Aufsätze, Reden und Aufzeichnungen. Tübingen 1966. Spranger (1882-1963) fut professeur de philosophie à l’Université de Berlin, entre 1920 et 1946.

49 Berliner Geist, p. 9 : « Der Geistbegriff [...] ist heute philosophisch kaum ohne Ironie und Polemik aktualisierbar ».

50 Ibid., p. 135 et 137.

51 Wilhelm Dilthey : Die Jugendgeschichte Hegels. Berlin 1905 - trad. française dans : Dilthey, Œuvres. T.5 : Leibniz et Hegel. Trad. et présentation par Jean-Christophe Merle. Paris 2002 ; Leben Schleiermachers. Berlin 1870 ; « Die neue Kantausgabe », in Kant-Studien. 1 (1897), p. 148-154 ; « Vorwort [zur gesamten Ausgabe], in : Kants gesammelte Schriften. vol. 1. Berlin 1902, p. V-XV.
Sur les efforts de Dilthey pour l édition critique de Kant, voir ci-dessus, note 1 et Paul Menzer, « Die Kant-Ausgabe der Berliner Akademie der Wissenschaften », in Kant-Studien. 49 (1957/58), p. 337-350 ; Frithjof Rodi, « Dilthey und die Kant-Ausgabe der Preußischen Akademie der Wissenschaften », in Dilthey-Jahrbuch. 10 (1996), p. 101-134. Même si ces articles sont évidemment apologétiques, voire même hagiographiques, ils fournissent sans aucun doute les bases factuelles nécessaires à une étude plus critique.

52 Wilhelm Dilthey, « Archive der Literatur in ihrer Bedeutung für das Studium der Geschichte der Philosophie » [1889] : cité selon Dilthey, Gesammelte Schriften. vol. 4. Ed par Herman Nohl, Stuttgart et Göttingen 51974, p. 555-575.

53 Ibid., p. 564 s.

54 D’abord comme simple étudiant, dans les années 1850, puis comme étudiant en thèse, au début des années 1860, enfin comme professeur dans les années 1880.

55 Cf. notre présentation au volume Edouard Gans, Chroniques français. Un hégélien juif à Pans (1825, 1830, 1835). Traduction des textes de Gans par Myriam Bienenstock. Edité, avec une présentation par N. Waszek. Paris 1993, p. 7-105. Sur Gans comme contributeur au programme encyclopédique hégélien, voir plus précisément p. 47-60.

56 « Die Drachensaat des Hegelianismus ausreuthen [sic.] » : c’était la mission que la Cour prussienne avait confiée à Schelling. Cf. Hans Jörg Sandkühler, Friedrich Wilhelm Joseph Schelling. Stuttgart 1970, p. 78.

57 « Diese Neigung [i.e. das Denkgesetz als ein unvordenkliches Schicksal allem Wirklichen vorauszusetzen und überzuordnen ; N.W.] hat sich nur zu deutlich bewiesen an der Stellung, welche Herbart, und an der, welche Hegel der Logik gab. Der erstere machte die Logik zur höchsten richterlichen Instanz über das Gegebene, über die Wirklichkeit. Der andere löste gar die ganze Wirklichkeit überhaupt in Logismus auf. Hiervon war die Folge, dass bei beiden die Wirklichkeit dem Gesetz der Notwendigkeit unterworfen wurde und ein einziger Zusammenhang von notwendiger Verkettung die Natur und den Geist umspannte » : dans Dilthey, Grundlegung der Wissenschaften vom Menschen, der Gesellschaft und der Geschichte [Dilthey : Gesammelte Schriften, vol. XIX]. Ed. par Helmut Johach et Frithjof Rodi. Göttingen 21997, p. 88.

58 Op. cit., p. 147.

59 G.W.F. Hegel, Encyclopédie des Sciences Philosophiques. vol. III : Philosophie de l esprit. Traduit, édité et avec une présentation par B. Bourgeois. Paris 1988, p. 85-89.

60 Ibid., 86.

61 Bourgeois cite ici (p. 86) d’après les conférences de Hegel sur la Philosophie de la Religion ; l’original de la citation se trouve, par exemple, dans la Theorie Werkausgabe des œuvres de Hegel, en 20 vols., éd. par Eva Moldenhauer et Karl M. Michel. Frankfurt 1969-71, ici vol. 17, p. 194 : dass « alles auf äußerliche Weise an uns kommen » müsse.

62 Cf. la présentation de M. Riedel à son édition de Dilthey, Der Aufbau der geschichtlichen Welt in den Geisteswissenschaften. Edité avec une introduction par M. Riedel. Frankfurt 1981, p. 18.

63 Que les intentions de ce grand détracteur de Hegel que fut Haym n’aient pas été très pures ne nous concerne pas ici. Cf. cependant à ce sujet l analyse fournie par le regretté HansChristian Lucas (1942-1997) dans la première partie dans son article, « Wer hat die Verfassung zu machen, das Volk oder wer anders ? », in Hegels Rechtsphilosophie im Zusammenhang der europäischen Verfassungsgeschichte. Ed. par Hans-Christian Lucas et Otto Pöggeler. Stuttgart 1986, p. 177-189.

64 Je dois cette information à Manfred Riedel (Présentation à son édition de l Aufbau, p. 20 s), qui donne la référence exacte à la collection des manuscrits de Dilthey (Convolut c’68, feuillets 170-172) et également à une publication partielle (dans : Die Erziehung. 16, 1940, p. 81-85) qui n était pas à ma disposition.

65 « Empirie und nicht Empirismus » ; Dilthey, Abhandlungen zur Grundlegung der Geisteswissenschaften [Dilthey : Gesammelte Schriften, vol. V]. Ed. par Georg Misch. Leipzig 1924, p. LXXVI.

66 Dilthey avait déjà utilisé cette distinction en 1878 - « Ueber die Einbildungskraft der Dichter », in Zeitschrift für Völkerpsychologie. 10 (1878), p. 49-64 -, mais son développement systématique ne fut que fournit dans les trois études : « Ideen über eine beschreibende und zergliedernde Psychologie » [1894] ; « Beiträge zum Studium der Individualität » [1895/96] et « Die Entstehung der Hermeneutik » [1900], maintenant regroupées dans le vol. V de ses œuvres complètes : Dilthey, Gesammelte Schriften, vol. 5 : Abhandlungen zur Grundlegung der Geisteswissenschaften. Leipzig 1924.

67 J. Ritter, Subjektivität [cf. ci-dessus, note 44], p. 122 : « Diltheys Wort, dass sich der Mensch nur in der Geschichte verstehe, könnte heute wohl als Eingangsspruch an allen Gebäuden und Instituten der Philosophischen Fakultäten in Deutschland stehen. » La formule exacte de Dilthey est : « Was der Mensch sei, erfährt er nur aus der Geschichte. » Wilhelm Dilthey, Allgemeine Geschichte der Philosophie. Vorlesungen 1900-1905 [Dilthey : Gesammelte Schriften, vol. XXIII]. Ed. par Gabriele Gebhardt et Hans-Ulrich Lessing. Göttingen 2000, p. 162.

68 Cf. Myriam Bienenstock, « Comprendre ou expliquer (Verstehen vs. Erklären) », in Dictionnaire du monde germanique. Ed. par Elisabeth Décultot, Michel Espagne et Jacques Le Rider. Paris 2007, 208-210, contient une bibliographie qui renvoie à la littérature allemande, de Dilthey à Habermas et K.O. Apel.

69 Wilhelm Dilthey, L Edification du monde historique dans les sciences de l esprit. Traduction, présentation et notes par Sylvie Mesure. Paris 1988, p. 101 s. - Der Aufbau der geschichtlichen Welt in den Geisteswissenschaften, édition M. Riedel [cf. note 62], p. 179 s. : « Die Geisteswissenschaften haben als ihre umfassende Gegebenheit die Objektivation des Lebens. Indem nun aber die Objek-tivation des Lebens für uns ein Verstandenes wird, enthält sie als solches überall die Beziehung des Äußeren zum Inneren. Sonach ist diese Objektivation überall bezogen im Verstehen auf das Erleben [...] Und hier vollendet sich nun der Begriffder Geisteswissenschaften. Ihr Umfang reicht so weit wie das Verstehen, und das Verstehen hat nun seinen einheitlichen Gegenstand in der Objektivation des Lebens. So ist der Begriff der Geisteswissenschaften nach dem Umfang der Erscheinungen, der unter sie fällt, bestimmt durch die Objektivation des Lebens in der äußeren Welt. Nur was der Geist geschaffen hat, versteht er. Die Natur, der Gegenstand der Naturwissenschaft, umfasst die unabhängig vom Wirken des Geistes hervorgebrachte Wirklichkeit. Alles, dem der Mensch wirkend sein Gepräge aufgedrückt hat, bildet den Gegenstand der Geisteswissenschaften. Und auch der Ausdruck Geisteswissenschaft erhält an dieser Stelle seine Rechtfertigung. Es war früher die Rede vom Geist der Gesetze, des Rechts, der Verfassung. Jetzt können wir sagen, dass alles, worin der Geist sich objektiviert hat, in den Umkreis der Geisteswissenschaften fällt. »

70 Il s’explique à ce sujet quelques lignes plus loin dans son texte : L’Edification, p. 102 - Aufbau, p. 180 s.

71 Cf. la présentation de Manfred Riedel à son édition de l Aufbau, op. cit., p. 20.

72 M. Bienenstock, « Qu’est-ce que l’esprit objectif selon Hegel ? », in Hegel : droit, histoire, société. Ed. par N. Waszek. Paris 2001 [Revue germanique internationale, no 15], p. 103-126.

73 Berliner Geist, op. cit., chapitre 10 : « Berliner Psychologie im Verhältnis zu Dilthey », p. 158-178 ; Céline Trautmann-Waller, Aux origines d’une science allemande de la culture : linguistique et psychologie des peuples chez Heymann Steinthal. Paris 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Norbert Waszek, « Philosophie et Geisteswissenschaften à l’Université de Berlin au XIXe siècle », Revue germanique internationale [En ligne], 6 | 2007, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1063

Haut de page

Auteur

Norbert Waszek

Professeur en études germaniques, Directeur de l’EA 1577 à l’Université de Paris VIII (Vincennes à Saint-Denis) et chercheur associé au CNRS : UMR 8547 « Pays germaniques : histoire, culture, philosophie ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page