Navigation – Plan du site

Karl Otfried Müller et la France

Ève Gran-Aymerich
p. 113-124

Résumés

Karl Otfried Müller (1797-1840) fut l’un des plus brillants représentants de l’École historique allemande fondée, au sein de l’Altertumswissenschaft, par son maître August Böckh (1785-1867). Àla suite de ce dernier, K.O. Müller s’attacha à rendre compte de la civilisation et de l’histoire grecques sous tous leurs aspects, en faisant appel à toutes les sciences appliquées aux productions matérielles aussi bien qu’intellectuelles du monde antique – l’archéologie, l’histoire de l’art, l’épigraphie ou la numismatique, au même titre que la philologie. Ses liens avec la France ne se limitèrent pas à son seul séjour parisien de 1822 et la correspondance qu’il entretint avec Désiré Raoul-Rochette (1790-1854), conservateur du Cabinet des médailles, témoigne des transferts scientifiques à l’œuvre entre l’Allemagne et la France et de leur rôle primordial dans l’élaboration et l’affirmation des « sciences de l’Antiquité ». Cette relation inscrite dans la durée apporte des informations qui modifient quelque peu l’évaluation de la réception de l’œuvre de K.O. Müller en France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  A. Maury (1817-1892), le futur directeur général des Archives, apporte son concours à Joseph Danie (...)
  • 2  P. Judet de la Combe, « “Le savant antiquaire de Goettingue”. K.O. Müller en France », in : Willia (...)
  • 3  Voir l’étude de cette correspondance associée à celle de K.B. Hase (1780-1864) par Ève Gran-Aymeri (...)

1K.O. Müller (1797-1840), « le savant antiquaire de Goettingue » selon l’épithète que lui applique Alfred Maury1, a, très tôt dans sa brève carrière, connu une grande notoriété, non seulement en Allemagne mais dans toute l’Europe et particulièrement en Grande-Bretagne et en France. P. Judet de la Combe envisageait en 1998 « K.O. Müller en France »2 pour y mesurer la réception de son œuvre, qui s’avérait plutôt partielle et tardive, surtout dans le champ de l’histoire des religions. La publication de la correspondance que le savant allemand a entretenue avec Désiré Raoul-Rochette (1790-1854), conservateur du Cabinet des médailles et titulaire de la première chaire d’archéologie en France3, permet d’envisager « K.O. Müller et la France », à la lumière de ses relations avec la communauté savante française contemporaine. Les lettres échangées entre 1824 et 1840 manifestent les transferts scientifiques dont elles sont porteuses, dans le temps même où ils s’élaborent ; outre que cette correspondance, à la fois personnelle et scientifique, constitue une source incomparable pour la compréhension des personnalités et de leurs traits spécifiques, elle est aussi et surtout un observatoire privilégié des processus de définition et d’affirmation des sciences nouvelles qui, en ce premier XIXesiècle, sont introduites dans l’Altertumswissenschaft, en France aussi bien qu’en Allemagne. Cette correspondance, qui atteste un écheveau complexe de relations multiples entre les communautés savantes européennes, doit être prise en compte pour évaluer l’impact de l’œuvre de K.O. Müller et sa réception en France.

  • 4  Voir Wolfhart Unte, « Karl Otfried Müller », in : William W. Calder III (éd.), Classical Scholarsh (...)
  • 5  Handbuch der Archäologie der Kunst, Breslau, 1830, ouvrage traduit par Pol Nicard, lui-même élève (...)
  • 6  Ces expressions sont employées par Jean Antoine Letronne (1786-1848), helléniste et pur philologue (...)
  • 7  Une grande amitié lie le maître et le disciple, comme en témoigne leur correspondance : August Böc (...)
  • 8  Aegeneticorum Liber, Berlin, 1817. Le sujet lui avait été suggéré par Böckh lui-même, à la suite d (...)
  • 9  Série dont le premier volume consacré à Orchomenos und die Mynier paraît en 1820 à Breslau, suivi (...)
  • 10  Karl Hillebrand, traducteur de l’Histoire de la littérature grecque jusqu’à Alexandre le Grand par (...)

2K.O. Müller4 et D. Raoul-Rochette n’ont eu qu’une seule occasion de se rencontrer, au cours du séjour que le professeur de l’université de Göttingen a fait à Paris en 1822. La capitale française est la dernière étape du périple européen qu’il entreprend, grâce à une bourse du gouvernement de Hanovre, pour visiter les musées d’antiquités, et qui l’a conduit à Londres puis en Hollande. Titulaire de la chaire de philologie, de mythologie et d’histoire de l’art, Müller est à cette époque l’un des rares philologues classiques à dispenser des cours d’Archäologie der Kunst ; c’est pour nourrir son enseignement qu’il entend approfondir sa connaissance des monuments de l’art antique et qu’il conçoit le premier manuel5. Cet intérêt pour les manifestations matérielles des civilisations antiques rejoint les points de vue d’August Böckh (1785-1867), son maître à l’université de Berlin, qui, dans son souci de parvenir à une connaissance globale de l’Antiquité, prône une « philologie historique » qui intègre la notion nouvelle de « philologie des choses », distincte et complémentaire de la « philologie des mots »6, ouvrant ainsi la voie à l’archéologie comme science autonome. Müller s’est révélé comme le plus remarquable disciple de Böckh7 et l’un des principaux représentants de l’École historique de philologie, dont il met en œuvre les principes dans sa thèse soutenue en 1817 sur Égine8 : sollicitant les sources de toutes catégories, il crée un modèle d’histoire locale qu’il reproduira dans la série des Geschichten Hellenischer Stämme und Städte9. Son originalité et sa qualité font de cette monographie innovante la première manifestation de la philologie historique appliquée à une cité antique et valent à son auteur son affectation comme professeur extraordinaire à la prestigieuse université de Göttingen en 1819. En 1823, il sera tout à la fois promu professeur ordinaire et élu membre de l’Akademie der Wissenschaften, ce qui est révélateur du prestige dont il jouit rapidement. Ses compétences multiples le font reconnaître comme « le plus universel des philologues allemands », « historien et critique, géographe et ethnographe, archéologue et mythologue, éditeur et professeur »10.

  • 11  Il a été nommé à ce poste par Louis XVIII en 1818 et l’occupera jusqu’en 1847. Il est l’auteur d’u (...)
  • 12  Corpus Inscriptionum Graecarum, auctoritate et impensis Academiae regiae Borusiae, 3 vol., Berlin, (...)

3ÀParis, l’archéologue ne manque pas de visiter le musée du Louvre, où il est reçu par le comte de Clarac (1777-1847), conservateur des Antiques11, qui, à l’annonce de sa mort prématurée, se souviendra de « l’excellent Müller » et du cas qu’il avait fait de ses propres travaux sur la sculpture antique. Le philologue n’oublie cependant pas la mission dont l’a chargé A. Böckh pour l’aider dans la composition d’un Corpus Inscriptionum Graecarum qu’il a entrepris de réaliser pour le compte de l’Académie de Berlin12. Dans ce rôle, Müller se fait épigraphiste et recueille manuscrits et inscriptions dans toutes les villes européennes où il se rend. C’est dans ces circonstances qu’il fait la connaissance de D. Raoul-Rochette, conservateur du Cabinet des médailles depuis 1818 ; ce dernier est en commerce épistolaire avec A. Böckh, qui, dès sa nomination, l’a contacté pour obtenir l’insertion dans son Corpus des inscriptions dont il a la responsabilité.

  • 13  Voir Hans Ulrich Seifert, « Deutsche Benutzer der Pariser Nationalbibliothek in den Jahren 1789-18 (...)
  • 14  Philologue formé aux universités de Iéna et Helmstedt, il gagne Paris où il parvient en 1801 et, d (...)
  • 15  Millin est Garde des médailles du Cabinet du Roi de 1795 à sa mort. Voir Geneviève Espagne et Béné (...)
  • 16  Voir René Sternke, Böttiger und der archäologische Diskurs, Berlin, Akademie Verlag, 2008.
  • 17  Comme l’attestent les lettres échangées et conservées au Goethe-und-Schiller – Archiv de Weimar (B (...)
  • 18  Créé en 1829 à l’initiative de la Société des Hyperboréens romains (dont Eduard Gerhard et Theodor (...)
  • 19  Raoul-Rochette a en effet repris en 1824 le cours créé en 1796 pour A.L. Millin et rattaché à la c (...)

4L’ancien Cabinet du Roi est rattaché à la Bibliothèque royale, où affluent les savants de toute l’Europe et particulièrement les Allemands13, qui reçoivent, au Département des manuscrits, l’accueil attentif de leur compatriote Karl Benedikt Hase (1780-1864)14. Dans ce cadre, le Cabinet joue un rôle de premier plan dans l’essor de l’archéologie française comme dans celui des relations scientifiques européennes, puisque non seulement il recèle de très riches collections, mais est aussi, depuis Aubin-Louis Millin (1759-1818), au centre d’intenses relations entre les communautés savantes française et allemande15. Raoul-Rochette, qui de surcroît est depuis 1816 membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, poursuit la correspondance engagée par son prédécesseur avec Karl August Böttiger (1760-1835), l’archéologue de Dresde16. Avec le concours de son collègue et ami Hase, il entre progressivement en contact avec les grands représentants de l’Altertumswissenschaft allemande17, dont K.O. Müller fait partie. Il entretient également des relations équivalentes avec les savants anglais et italiens réunis au sein de l’Institut de correspondance archéologique de Rome18, auquel la plupart de ses correspondants allemands et lui-même appartiennent. Par ailleurs, il assure le seul cours d’archéologie dispensé en France et, à ce titre, apparaît comme le chef de file de cette discipline en formation19. Par sa position institutionnelle et son « plan de carrière », D. Raoul-Rochette se révèle, au même titre que son collègue Hase, comme l’un des plus actifs agents des transferts culturels et scientifiques à l’œuvre dans cette Europe du premier XIXesiècle.

  • 20  Philologue et archéologue, professeur à l’université de Heidelberg (1804-1858), il est l’un des in (...)

5Tout comme Georg Friedrich Creuzer (1771-1858)20 quatre années plus tard, à Paris K.O. Müller est introduit dans le cercle des antiquisants réunis au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et de la Société asiatique : il y rencontre aussi bien les hellénistes et latinistes que les orientalistes dont les préoccupations scientifiques se rejoignent et se recoupent. Il fait en particulier la connaissance de Jean-Antoine Letronne (1786-1848), helléniste considéré comme le fondateur de la méthode épigraphique en France. Nommé membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres la même année (1816) que D. Raoul-Rochette, il entretiendra avec son collègue une relation très conflictuelle, encore aggravée lorsque les deux hommes partageront, à partir de 1832, la charge de conservateur en chef du Cabinet des médailles. Les deux adversaires solliciteront dans leur correspondance l’arbitrage de K.O. Müller et d’autres savants allemands, au plus fort de leur querelle sur la question de la peinture chez les Anciens.

  • 21  Voir Ève Gran-Aymerich, Jürgen von Ungern-Sternberg, op.cit.
  • 22  Ibid., lettre du 22 mars 1828.
  • 23  4 vol., Paris, Treuttel et Würtz, 1815.
  • 24  Alors que que Raoul-Rochette publie G. Micali : L’Italie avant la domination des Romains, traducti (...)
  • 25  Monuments inédits d’antiquité figurée grecque, étrusque et romaine, recueillis pendant un voyage e (...)
  • 26  En 1826-1827 ; investi d’une mission du ministère de l’Instruction publique, il sillonne l’Italie (...)
  • 27  Gottfried Johann Jacob Hermann (1772-1848) est professeur à l’Université de Leipzig et l’un des pl (...)

6La correspondance entre K.O. Müller et D. Raoul-Rochette commence le 10avril 1824, à l’initiative du Français, qui déplore la brièveté du séjour de son collègue allemand à Paris et affirme son désir « de conserver avec lui des relations suivies » et de lui être utile21. C’est comme à « l’un des plus fermes et des plus brillants soutiens des études archéologiques »22 que le conservateur du Cabinet s’adresse au professeur de Göttingen et, en effet, l’archéologie, la numismatique et l’épigraphie sont tout au long de cette correspondance au centre des préoccupations des deux épistoliers. Les deux hommes partagent les mêmes sujets d’études : ainsi, à L’Histoire critique de l’établissement des colonies grecques de Raoul-Rochette23 répondent les volumes de la collection des Geschichten Hellenischer Stämme und Städte de Müller. Leur intérêt se porte aussi sur la civilisation étrusque24 qui est au centre des travaux scientifiques organisés par l’Institut de correspondance archéologique de Rome ; l’un et l’autre s’emploient à démontrer que les vases peints découverts par milliers dans les nécroples de Vulci ne sont pas étrusques mais grecs. La publication des Monuments inédits25 qui résulte de la mission de Raoul-Rochette en Italie26, occupe une place centrale dans sa correspondance avec K.O. Müller et K.A. Böttiger. Sur ces sujets d’étude communs, les deux interlocuteurs sont parfaitement conscients de leurs divergences de points de vue et de méthodes, qui tiennent à leur appartenance à des communautés savantes différentes. La philologie est en effet beaucoup plus fermement établie en Allemagne qu’en France et Raoul-Rochette fait de Müller son « guide » dans ce domaine. En ce qui concerne l’archéologie, les deux hommes font preuve de la même ardeur à la faire valoir et à l’élever au même rang que la philologie, au sein de l’Altertumswissenschaft : d’ailleurs, l’un et l’autre encourent une très vive réaction des tenants de la philologie « pure et dure » dans leurs pays respectifs puisque, à l’Eumenidenstreit qui oppose K.O. Müller à G. Hermann27, répond la querelle de Raoul-Rochette et Letronne sur la peinture des Anciens. Les échanges entre les deux promoteurs de l’archéologie – et plus largement de l’ensemble des sciences de l’Antiquité – en Allemagne et en France constituent une étape décisive dans la reconnaissance de ces nouvelles disciplines.

  • 28  Ainsi par A. Böckh à Berlin, F. Thiersch à Munich, ou encore F.G. Welcker à Bonn, sans oublier K.A (...)

7La correspondance manifeste la complémentarité de leurs travaux comme de leurs situations institutionnelles respectives : alors que K.O. Müller est l’un des plus remarquables défenseurs de la philologie historique et appartient à une véritable « école » illustrée dans de grandes universités allemandes28, D. Raoul-Rochette se trouve beaucoup plus isolé en France. Cependant, sa position au Cabinet des médailles et à l’Académie des inscriptions et belles-lettres le met en mesure de promouvoir l’archéologie, par les responsabilités qu’il assume dans l’organisation ou l’accomplissement de missions à l’étranger. Il appartient en effet à toutes les commissions académiques mises en place pour donner un programme aux expéditions archéologiques qui se multiplient après l’expédition militaro-scientifique d’Égypte et de Syrie : ainsi contribue-t-il au rapport pour l’expédition de Morée (1829), pour l’Exploration scientifique de l’Algérie (1839), comme pour la mission en Perse de Flandin et Coste (1839-1841).

  • 29  Formé à l’université de Kiel, il s’est rendu en Grèce en 1831 grâce à une bourse du gouvernement d (...)
  • 30  Leo von Klenze (1784-1864), célèbre architecte néo-classique, attaché au service des rois de Baviè (...)

8L’intérêt des collections du Cabinet des médailles et la part que leur conservateur prend à leur enrichissement lui valent de nombreuses sollicitations de la part de ses collègues étrangers. Sa correspondance avec K.O. Müller confirme sa réputation de grande « générosité » scientifique, puisqu’il lui communique aussi bien les découvertes effectuées par certains voyageurs français en Méditerranée que les nouvelles acquisitions faites pour le Cabinet, concourant ainsi aux progrès de ses travaux, comme d’ailleurs à ceux de ses autres correspondants allemands. L’archéologue français atténue considérablement les conséquences de l’isolement que K.O. Müller déplore de subir à Göttingen, très éloigné des terrains de découvertes : Raoul-Rochette, qui accomplit une longue mission en Grèce en 1838, s’avère un intermédiaire très efficace entre Athènes et l’Allemagne, transmettant à son ami les dernières nouveautés qui résultent des travaux de Ludwig Ross (1806-1859)29 et de Leo von Klenze30 sur l’Acropole d’Athènes.

  • 31  Ce sujet revient régulièrement dans les lettres à partir de la fin 1835 jusqu’en 1839 : Ève Gran-A (...)
  • 32  Par une lettre du 3 novembre 1834, qui ne figure pas dans le dossier de la correspondance des deux (...)
  • 33  En font partie des Français, dont le général Jean-François Allard (1785-1839), condamné à l’exil a (...)

9Un excellent et remarquable exemple de la nature et du fonctionnement des réseaux qui se mettent en place autour de D. Raoul-Rochette et de K.O. Müller est fourni par l’étude des monnaies de Bactriane entreprise simultanément à Paris et à Göttingen31. L’un et l’autre ont en même temps éprouvé le même intérêt pour ce sujet tout à fait neuf, mais ils y ont été conduits par des voies distinctes : alors que Raoul-Rochette tient de l’orientaliste Georg Friedrich Grotefend (1775-1853) son information sur les monnaies découvertes au Panjab32, Müller, lui, reçoit des mains d’un voyageur les articles que le britannique James Prinsep (1799-1840), secrétaire de la Société asiatique du Bengale, a consacrés aux médailles trouvées dans les environs de Kaboul. Ces découvertes sont dues à un groupe d’aventuriers européens installés à Lahore au service du roi sikh du Panjab33, qui ont procédé à de nombreuses fouilles, y compris dans les environs de Kaboul en Afghanistan, constituant de riches collections numismatiques ; l’un d’entre eux, le général Allard, se rend à Paris en 1834 et propose les « monnaies bactriennes » au Cabinet des médailles, où Raoul-Rochette peut les étudier, ainsi que celles que Honigberger a déposées au Palais Royal chez le marchand Rollin.

10Non seulement l’échange épistolaire nous fait assister « en direct » au processus même des transferts scientifiques réciproques, mais il nous permet aussi de mesurer l’étendue et la complexité des réseaux très variés qui rendent possible la circulation des informations depuis le continent indien jusqu’à Paris et Göttingen.

11Ces informations nourrissent l’étude des monuments antiques à laquelle l’un et l’autre travaillent dans des perspectives complémentaires, pour K.O. Müller celle d’une Griechische Geschichte et pour D. Raoul-Rochette celle d’une Histoire de l’art antique, projets que ni l’un ni l’autre ne parviendront à réaliser, mais qui provoquent l’irruption de l’Orient dans le monde classique – par les travaux sur Antioche pour l’un, et pour l’autre, par le choix d’une « Histoire de l’art » où la Grèce, l’Étrurie et Rome sont inscrites dans une perspective globale, qui permet de les envisager comme des héritières des civilisations orientales. Les lettres échangées ne cessent d’évoquer leurs efforts pour avancer sur ces voies, sans occulter leurs différences d’appréciation : alors que Raoul-Rochette, en accord avec son ami L. Ross, se tourne résolument vers l’Orient dont il est l’un des premiers à discerner l’influence exercée sur la Grèce et l’Étrurie, Müller garde un point de vue « helléno-centré », privilégiant le rôle dominant des Doriens dans la formation de la civilisation grecque envisagée en elle-même.

12De fait, leurs recherches mutuelles centrées sur l’étude des productions matérielles des civilisations antiques ouvrent le vaste champ de l’histoire des religions, qui, après eux, connaîtra un développement considérable, aussi bien en France qu’en Allemagne.

  • 34  Sur « le retentissement de la Symbolique en Allemagne », voir Marc Mathieu Münch, La Symbolique(...)
  • 35  Voir les souvenirs de Creuzer recueillis dans Aus dem Leben eines alten Professors, Leipzig, Darms (...)

13En ce début du XIXesiècle, il revient à F.G. Creuzer de proposer une synthèse qui envisage la Symbolik und Mythologie der alten Völker en recourant à l’étude comparée des religions et des mythologies. Dans le houleux débat que l’ouvrage provoque en Allemagne34, Müller intervient en 1825 par ses Prolegomena einer wissenschaflichen Mythologie (Göttingen), qui réaffirment les principes scientifiques de la philologie historique appliqués à une histoire comparée des religions en gestation. Il s’inscrit alors en faux contre la vague d’enthousiasme qui saisit le milieu des antiquisants français, classiques et orientalistes confondus, qui reçoivent le professeur de Heidelberg au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres précisément en 1825. L’année suivante, Creuzer se rend à Paris et y fait la connaissance des membres de l’Académie qui ont soutenu sa candidature, le maître de l’orientalisme français, Isaac Silvestre de Sacy (1758-1838), mais aussi D. Raoul-Rochette et son ami Hase, avec lesquels s’établissent des relations épistolaires35.

  • 36  En ouverture au Mémoire sur les représentations figurées du personnage d’Atlas, Paris, P.Renouard, (...)
  • 37   « Mémoires d’archéologie comparée, asiatique, grecque et étrusque. Observations préliminaires. Pr (...)

14Si par sa « Lettre à M. Frédéric Creuzer… »36 Raoul-Rochette manifeste toute sa considération envers le maître de Heidelberg, qui a ouvert la voie de l’étude comparée des religions et des mythologies, il s’en démarque cependant par le point de vue principalement archéologique qu’il adopte pour étudier les mythes étrangers à la Grèce. Il met en œuvre le concept d’« archéologie comparée »37 et, associant histoire de l’art et histoire des religions, il esquisse le rapprochement entre la Grèce, l’Étrurie, Rome et l’Asie, à partir de l’étude des monuments et des objets qui permet de déceler les influences orientales.

  • 38  Titulaire de la chaire de géographie comparée à la Sorbonne, il sera élu membre de l’Académie des (...)
  • 39  Religions de l’Antiquité, considérées principalement dans leurs formes symboliques et mythologique (...)
  • 40  J.D. Guigniaut, Notice historique sur la vie et les travaux de Georges-Frédéric Creuzer (1771-1858 (...)
  • 41  Voir note 1.
  • 42  Ernest Vinet (1804-1878), archéologue bibliothécaire de l’École des beaux-arts, est lié à Raoul-Ro (...)

15Alors que K.O. Müller et D. Raoul-Rochette affirment, par leurs travaux et leurs échanges, la place de l’archéologie et de l’histoire de l’art dans l’Altertumswissenschaft, en y incluant l’histoire des religions, la Symbolik de F.G. Creuzer éveille en un jeune helléniste issu de l’École normale supérieure, Joseph Daniel Guigniaut (1794-1876)38, le désir d’apprendre l’allemand pour la lire et la traduire. Il entre en relation épistolaire avec Creuzer et, déterminé à se consacrer à l’étude des religions de l’Antiquité, il s’engage dans l’édition française de cet ouvrage39, qui, selon lui, a préparé « l’étude comparée des religions et des mythologies »40. Conscient de la nécessité d’apporter des éclaircissements et des compléments au texte allemand, il entreprend de lui donner des commentaires, pour lesquels s’impose l’intervention de collaborateurs ; c’est J.A. Letronne, adversaire acharné de Raoul-Rochette, qui lui recommande Alfred Maury41 et Ernest Vinet (1804-1878)42, l’un chargé des développements sur la mythologie et l’ethnographie et l’autre sur les monuments figurés.

  • 43  Exposée dans l’article « Mythologie », Revue archéologique I, 1844, p.145-166.
  • 44  Voir Notice citée note 40.
  • 45  T. II, 3e partie, 1849.

16Dans sa conception de « la science ou connaissance des mythes »43, J.D.Guigniaut inclut « l’archéologie de l’art », illustrée par l’école historique de la philologie allemande et particulièrement K.O. Müller par son Handbuch der Archäologie der Kunst. Il classe également D. Raoul-Rochette parmi « les antiquaires de talent qui allaient renouveler l’archéologie en agrandissant sa sphère »44. Pourtant, si Guigniaut reconnaît la validité des principes scientifiques établis par Müller dans ses Prolegomena, que le savant français connaît parfaitement, A. Maury, tout au long de la partie des Éclaircissements45 qui lui revient dans la verson française de la Symbolik, reproche à Müller son « hellénisme systématique » qui lui a fait négliger d’envisager les origines orientales possibles de certains mythes. Quant à Raoul-Rochette, il est très peu cité, et son « archéologie comparée » n’a apparemment pas convaincu les disciples français de Creuzer.

17Il faut attendre la fin du XIXesiècle pour que les archéologues et les historiens des religions s’avisent de réévaluer l’œuvre de D. Raoul-Rochette comme celle de K.O. Müller. Ces deux disciplines sont alors fermement établies sur de solides principes scientifiques et ont bénéficié de la mise en place d’institutions de recherche et d’enseignement.

  • 46  Il y a été conduit par la lecture de la correspondance entre A. Böckh et K.O. Müller, tous deux in (...)
  • 47  « Notice sur la vie et les travaux de Désiré Raoul-Rochette… lue dans la séance annuelle du 16 nov (...)
  • 48  Georges Perrot et Charles Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, 10 vol., Paris, 1882-1914.
  • 49  CRAI, 1906, p.639.

18En effet, c’est à Salomon Reinach (1858-1932), directeur du Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, que l’on doit la découverte de la correspondance allemande de D. Raoul-Rochette et l’exacte mesure de son importance pour l’histoire franco-allemande des sciences de l’Antiquité46. Quant à l’helléniste Georges Perrot (1832-1914), premier professeur d’archéologie grecque à la Sorbonne (1876) et secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il procède en 1906 à la réhabilitation de D. Raoul-Rochette47 et reconnaît en lui un précurseur qui a été le premier en France à envisager les liens entre la Grèce et l’Orient ; G. Perrot le revendique même comme son inspirateur, puisque sa propre Histoire de l’art dans l’Antiquité48 suit le plan conçu par Raoul-Rochette qui « devait s’ouvrir par l’Égypte et passer par l’Orient, pour arriver à la Grèce et à l’Italie »49.

19Quant à K.O. Müller, la part archéologique de son œuvre est immédiatement et unanimement reconnue en France, car ses travaux, qui manifestent l’excellence de l’Altertumswissenschaft allemande, restent cependant perçus comme une émanation de la philologie. En cette première moitié du XIXesiècle, l’archéologie n’est pas encore parvenue à s’imposer comme discipline autonome, et moins en France qu’en Allemagne. La place secondaire et restreinte accordée à cette discipline en France peut expliquer la valorisation tardive de D. Raoul-Rochette et de son œuvre pionnière.

  • 50  « Étude sur la mythologie grecque d’après Otfried Müller », Revue d’histoire des religions 9, 1884 (...)

20Par ailleurs, les initiateurs de l’histoire des religions en France ne reconnaissent pas le rôle décisif que jouent les Prolegomena de K.O. Müller dans la définition d’une « mythologie scientifique » et l’avènement de l’histoire des religions comme science. Ce n’est en effet qu’en 1884 qu’Albert Réville (1826-1906), premier titulaire de la chaire d’histoire comparée des religions au Collège de France, donne des Prolegomena « un résumé analytique » destiné à pallier l’absence de traduction française « d’un traité […] très peu connu en France de ceux-là même qui s’occupent d’histoire religieuse »50. De fait, J.D. Guigniaut et ses collaborateurs, emportés par leur adhésion à l’œuvre de Creuzer, avaient surtout vu, dans la contribution de K.O. Müller à l’histoire des religions, une critique de la Symbolik et de son auteur.

  • 51  S. Reinach, Manuel de philologie classique, Paris, 1880, p.342.
  • 52  Salomon Reinach, Cultes, mythes et religions, éd. Hervé Duchêne, Paris, Robert Laffont, 1996, (p.1 (...)
  • 53  Ibid., p.705-715.
  • 54  Ibid., p.707.

21K.O. Müller et D. Raoul-Rochette ensemble se verront reconnus dans leur entreprise d’établir l’archéologie comme l’un des termes indispensables de l’étude scientifique des civilisations antiques et plus particulièrement de leurs religions, lorsque les mêmes archéologues, qui rendent justice à l’archéologue français, se portent vers l’histoire comparée des mythologies et des religions. En effet, alors que G.Perrot reprend l’hypothèse de l’origine orientale de la civilisation grecque et applique les principes de l’« archéologie comparée » définis par D. Raoul-Rochette, S.Reinach associe celui-ci et son ami Müller lorsqu’il évoque la genèse de l’histoire comparée des religions. Dès son Manuel de philologie classique (Paris, 1880), il rappelle dans le dernier livre (XII) intitulé « Mythologie », tout ce que cette « science nouvelle » doit à Otfried Müller, « le prince des philologues allemands », qui « par ses Prolégomènes à une mythologie scientifique, 1825, en jeta les fondements »51. De même, lorsqu’il présente en 1911 son « Esquisse d’une histoire de l’exégèse mythologique », il ne manque pas d’évoquer « la grande école de philologie classique en Allemagne, qui réagit contre Creuzer […] et entra dans une voie nouvelle grâce au génie de l’illustre Otfried Müller »52. En ce qui concerne Raoul-Rochette, son « archéologie comparée » s’avère très proche d’une méthode d’exégèse fondée sur l’évaluation « de l’influence des images sur la formation des mythes » que S. Reinach expose en 190953 et qui consiste par exemple à tenter de déterminer « dans la genèse des mythes grecs, le rôle des monuments phéniciens »54.

22Dans ses relations avec la France, K.O. Müller a eu un accès privilégié au milieu savant par la correspondance entretenue avec le représentant français d’une archéologie en gestation et encore marginalisée du point de vue institutionnel. Ce n’est pas le moindre intérêt de ces échanges épistolaires, scientifiques et amicaux que d’avoir concouru à conforter l’entreprise difficile, dans laquelle D. Raoul-Rochette s’est courageusement engagé, pour fonder scientifiquement une discipline novatrice, dont le champ se trouve considérablement élargi par la démonstration de ses incidences sur l’histoire comparée des religions. Les relations épistolaires attestent, dans ce cas comme dans d’autres, la réciprocité des échanges et leur efficacité dans la défense et illustration de sciences en cours de légitimation, en France comme en Allemagne.

Haut de page

Notes

1  A. Maury (1817-1892), le futur directeur général des Archives, apporte son concours à Joseph Daniel Guigniaut (1794-1876), pour sa traduction et l’édition de la Symbolik de F.G. Creuzer : Religions de l’Antiquité, considérées principalement dans leurs formes symboliques et mythologiques, ouvrage traduit de l’allemand du Dr.Frédéric Creuzer… par J.D. Guigniaut, 10 vol., Paris, 1825-1851. Maury fournit de nombreuses contributions aux Études historiques, mythologiques et archéologiques pour servir de Notes et Éclaircissements aux religions de l’Asie occidentale et de l’Asie Mineure, de la Grèce et de l’Italie, Paris, Firmin Didot frères, 1849, qui composent le t. 2 ; citation p.1158.

2  P. Judet de la Combe, « “Le savant antiquaire de Goettingue”. K.O. Müller en France », in : William M. Calder III, Renate Schlesier (éd.), Zwischen Rationalismus und Romantik. K.O. Müller und die antike Kultur, Darmstadt, 1998, p.283-311.

3  Voir l’étude de cette correspondance associée à celle de K.B. Hase (1780-1864) par Ève Gran-Aymerich et Jürgen von Ungern-Sternberg, L’Antiquité partagée. Correspondances franco-allemandes. 1823-1861, Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, sous presse. Une partie de la correspondance allemande de D. Raoul-Rochette est conservée à la Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2065, alors que le Cabinet des médailles a récemment acquis certains éléments de sa correspondance avec quelques savants allemands et italiens essentiellement. Pour l’Allemagne, les deux fonds se complètent très efficacement.Sur D. Raoul-Rochette, voir Ève Gran-Aymerich et Natacha Lubtchansky, « Raoul-Rochette, Désiré (Saint-Amand, Cher, 9 mars 1790-Paris, 5 juillet 1854) », in : Philippe Sénéchal et Claire Barbillon (dir.), Dictionnaire des historiens de l’art actifs en France de 1789 à 1920, site web de l’INHA, 2009.

4  Voir Wolfhart Unte, « Karl Otfried Müller », in : William W. Calder III (éd.), Classical Scholarship.A biographical Encyclopedia, New York, Londres, 1990, p.310-319 ; Klaus Fittschen, « Müller Karl Otfried», Neue Deutsche Biographie, t. 18, Berlin, 1997, p.323-326.

5  Handbuch der Archäologie der Kunst, Breslau, 1830, ouvrage traduit par Pol Nicard, lui-même élève de D. Raoul-Rochette, qui recourait à l’édition allemande pour son cours d’archéologie du Cabinet des médailles : Nouveau Manuel complet d’archéologie, 3vol. et un atlas, Paris, Librairie encyclopédique du Roret, 1841-1842.

6  Ces expressions sont employées par Jean Antoine Letronne (1786-1848), helléniste et pur philologue, dans une lettre à K.O.Müller (6 juin 1837), où il le félicite d’être compétent dans les deux domaines. Letronne traduit ainsi la Sachphilologie et la Wortphilologie définies par Böckh. Voir Siegfried Reiter, Carl Otfried Müller. Briefe aus einem Gelehrtenleben (1797-1840), 2 vol., Berlin, Akademie Verlag, 1950.

7  Une grande amitié lie le maître et le disciple, comme en témoigne leur correspondance : August Böckh, Briefwechsel zwischen August Böckh und Karl Otfried Müller, Leipzig, Teubner, 1883.

8  Aegeneticorum Liber, Berlin, 1817. Le sujet lui avait été suggéré par Böckh lui-même, à la suite des travaux de dégagement du temple d’Égine et du détachement de sa frise, conduits en 1811 par le groupe des Xenoi (les Danois Brøndsted et Koes, les britanniques Cockerell et Foster et l’allemand Linck). Les marbres avaient été vendus à LouisIer de Bavière pour la Glyptothèque de Munich.

9  Série dont le premier volume consacré à Orchomenos und die Mynier paraît en 1820 à Breslau, suivi en 1824 par Die Dorier.

10  Karl Hillebrand, traducteur de l’Histoire de la littérature grecque jusqu’à Alexandre le Grand par Otfried Müller, dans son « Étude sur Otfried Müller et sur l’école historique de la philologie allemande », Paris, Aug. Durand et Pédone-Lauriel, 3 vol., 1866, vol.1, p.XXVI.

11  Il a été nommé à ce poste par Louis XVIII en 1818 et l’occupera jusqu’en 1847. Il est l’auteur d’un important Musée de sculpture antique et moderne, 11 vol., Paris, 1826-1841, auquel K.O. Müller recourt pour la rédaction de son Handbuch der Archäologie der Kunst.

12  Corpus Inscriptionum Graecarum, auctoritate et impensis Academiae regiae Borusiae, 3 vol., Berlin, 1825-1843.

13  Voir Hans Ulrich Seifert, « Deutsche Benutzer der Pariser Nationalbibliothek in den Jahren 1789-1815 », Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte. Frühe Neuzeit. Révolution-Empire. 1500-1815, 18/2, 1991, (p.151-206), p.180.

14  Philologue formé aux universités de Iéna et Helmstedt, il gagne Paris où il parvient en 1801 et, dès 1805, obtient un poste à la Bibliothèque royale, où il devient en 1832 conservateur en chef-administrateur des manuscrits grecs. Son abondante correspondance est conservée au Goethe-und-Schiller – Archiv de Weimar. Voir Ève Gran-Aymerich, Jürgen von Ungern-Sternberg, op.cit. ; Sandrine Maufroy, Un médiateur culturel sous la Monarchie de juillet : Karl Benedikt Hase (1780-1864), Mémoire de Diplôme d’Études approfondies, Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis, 2003.

15  Millin est Garde des médailles du Cabinet du Roi de 1795 à sa mort. Voir Geneviève Espagne et Bénédicte Savoy éds., Aubin-Louis Millin et l’Allemagne. Le Magasin encyclopédique-Les lettres à Karl August Böttiger, Hildesheim, Zürich, New York, Georg Olms Verlag, 2005.

16  Voir René Sternke, Böttiger und der archäologische Diskurs, Berlin, Akademie Verlag, 2008.

17  Comme l’attestent les lettres échangées et conservées au Goethe-und-Schiller – Archiv de Weimar (Bestand 108 K.B. Hase). Voir Ève Gran-Aymerich, Jürgen von Ungern-Sternberg, op.cit. ; Ève Gran-Aymerich, « Karl Benedikt Hase (1780-1864) et Désiré Raoul-Rochette (1790-1854) d’après leur correspondance : deux médiateurs culturels entre France et Allemagne à la Bibliothèque nationale (1801-1864) », in : C. Bonnet et V. Krings (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité. L’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble, Jérôme Millon., 2008, p.83-103.

18  Créé en 1829 à l’initiative de la Société des Hyperboréens romains (dont Eduard Gerhard et Theodor Panofka, correspondants de Raoul-Rochette) et des ducs de Luynes et de Blacas. Il s’agit de la première instance internationale pour les sciences de l’Antiquité. Pour son rôle dans l’élaboration de ces sciences et les relations scientifiques internationales, voir Ève Gran-Aymerich, « Les correspondances d’antiquisants allemands et français au XIXesiècle : sociabilité savante et “fabrique de la science” », in : Stefan Rebenich, Barbara von Reibnitz, Thomas Späth, Translating Antiquity. Antike Bilder im europäischen Kulturtransfer, Bâle, 2010, p.211-240.

19  Raoul-Rochette a en effet repris en 1824 le cours créé en 1796 pour A.L. Millin et rattaché à la charge de conservateur du Cabinet des médailles. La première chaire universitaire d’archéologie sera attribuée, en 1876 seulement, à l’helléniste Georges Perrot (1832-1914). Voir Ève Gran-Aymerich, Les Chercheurs de passé. 1798/1945. Aux sources de l’archéologie, Paris, CNRS Éditions, 20072.

20  Philologue et archéologue, professeur à l’université de Heidelberg (1804-1858), il est l’un des initiateurs de l’histoire des religions par sa Symbolik und Mythologie der alten Völker, besonders der Griechen, 4 vol., Leipzig, Darmstadt, 1810-1812. Pour ses relations avec les antiquisants français et la réception de son œuvre en France, voir Joséphine Jacquier, « Zwischen Wissenschaft und Phantastik. Zur Reception der Symbolik in Frankreich », in : Frank Engehausen, Armin Schlechter, Jürgen Paul Schwindt (éd.), Friedrich Creuzer 1771-1858. Philologie und Mythologie im Zeitalter der Romantik. (Begleitband zur Ausstellung in der Universitätsbibliothek Heidelberg, 12.Februar-8.Mai 2008), Heidelberg, Verlag Regionalkultur, 2008, p.113-126, et Sotera Fornaro, « Friedrich Creuzer (1771-1858) à l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Flaubert. Revue critique et génétique, 4/2010, Flaubert et l’histoire des religions, [en ligne].

21  Voir Ève Gran-Aymerich, Jürgen von Ungern-Sternberg, op.cit.

22  Ibid., lettre du 22 mars 1828.

23  4 vol., Paris, Treuttel et Würtz, 1815.

24  Alors que que Raoul-Rochette publie G. Micali : L’Italie avant la domination des Romains, traduction de Joly et Fauriel, éditée par D. Raoul-Rochette, de Giuseppe Micali, L’Italia avanti il dominio dei Romani, Florence, 1810, Paris, Treuttel et Würtz, 1824, Müller répond au concours lancé par l’Académie de Berlin et remporte le premier prix avec son ouvrage Die Etrusker, 2 vol., Breslau, 1828.

25  Monuments inédits d’antiquité figurée grecque, étrusque et romaine, recueillis pendant un voyage en Italie et en Sicile, dans les années 1826 et 1827, 2 vol., Paris, Imprimerie royale, 1828-1833.

26  En 1826-1827 ; investi d’une mission du ministère de l’Instruction publique, il sillonne l’Italie et la Sicile.

27  Gottfried Johann Jacob Hermann (1772-1848) est professeur à l’Université de Leipzig et l’un des plus grands représentants de la philologie allemande ; en 1835, il est élu associé étranger de l’AIBL avec l’appui de J.A. Letronne. Il a publié une violente critique de l’édition par Müller des Euménides d’Eschyle : Gottfried Johann Jakob Hermanns Recension von Herrn K.O. Müllers Eumeniden des Aeschylus. Mit Zusätzen, Leipzig, 1835. Voir Franco Ferrari, « L’Eumenidenstreit », in : « Seminario su K.O. Müller », Annali della scuola superiore di Pisa, classe di lettere e filosofia, serie III, vol.XIV-3, Pise, 1984,p.893-1226.

28  Ainsi par A. Böckh à Berlin, F. Thiersch à Munich, ou encore F.G. Welcker à Bonn, sans oublier K.A. Böttiger aux musées de Dresde.

29  Formé à l’université de Kiel, il s’est rendu en Grèce en 1831 grâce à une bourse du gouvernement danois. Il séjournera à Athènes jusqu’en 1845. Àl’avènement du roi Othon, fils de LouisIer de Bavière, il devient en 1834 conservateur des antiquités d’Athènes, dirige les fouilles de l’Acropole puis assure les cours d’archéologie à l’université. De retour en Allemagne, il est nommé à l’université de Halle. Bien que non conservée, sa correspondance avec Raoul-Rochette est assurée.

30  Leo von Klenze (1784-1864), célèbre architecte néo-classique, attaché au service des rois de Bavière MaximilienIer puis LouisIer. Nommé « Commissaire royal », il se rendit à Athènes en juillet 1834, pour y proposer au roi Othon un programme de sauvegarde du patrimoine archéologique et un plan pour la construction de la ville nouvelle.

31  Ce sujet revient régulièrement dans les lettres à partir de la fin 1835 jusqu’en 1839 : Ève Gran-Aymerich, Jürgen von Ungern-Sternberg, op.cit. Raoul-Rochette publie en effet une « Notice sur quelques médailles grecques inédites, appartenant à des rois inconnus de la Bactriane et de l’Inde », Journal des savants, 1834-1844, alors que Müller fait la recension de trois numéros du Journal of the Asiatic Society of Bengal, Calcutta, no31 juillet 1833, no 33 septembre 1834, no 35 novembre 1834, dans les Göttingische Gelehrte Anzeigen 177, 178 et 179 de 1835, p.1762-1783.

32  Par une lettre du 3 novembre 1834, qui ne figure pas dans le dossier de la correspondance des deux savants conservée à la Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2065. Professeur de latin au Gymnasium de Göttingen, Grotefend est le premier à proposer un système de déchiffrement pour les écritures cunéiformes, mais il n’accèdera jamais à l’enseignement universitaire.

33  En font partie des Français, dont le général Jean-François Allard (1785-1839), condamné à l’exil après Waterloo pour sa participation aux Cent jours, et d’autres officiers, des Britanniques et un Allemand, le docteur J.M. Honigberger, médecin du roi Ranjit Singh à Lahore. Tous soumettent le fruit de leurs découvertes à James Prinsep, qui procède à l’étude à Calcutta.

34  Sur « le retentissement de la Symbolique en Allemagne », voir Marc Mathieu Münch, La Symboliquede Friedrich Creuzer, Paris, Ophrys, 1976, chap.IV, et sur la réception de la querelle allemande en France, P. Judet de la Combe, « Eigentliche oder symbolische Namen. Die Streitfrage der griechischen Mythologie in Leipzig und Paris zu Beginn des 19. Jahrhunderts », in : M. Espagne, M. Middell (éd.), Von der Elbe an die Seine. Kulturtransfer zwischen Sachsen und Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert, Leipziger Universitätsverlag, 1993, p.314-329.

35  Voir les souvenirs de Creuzer recueillis dans Aus dem Leben eines alten Professors, Leipzig, Darmstadt, 1848.

36  En ouverture au Mémoire sur les représentations figurées du personnage d’Atlas, Paris, P.Renouard, 1835.

37   « Mémoires d’archéologie comparée, asiatique, grecque et étrusque. Observations préliminaires. Premier mémoire sur l’Hercule assyrien et phénicien, considéré dans ses rapports avec l’Hercule hellénique », in : Mémoires de l’Institut royal de France, Académie des inscriptions et belles-lettres t.XVII, 2e partie, 1848 (p.1-404) ; « Observations sur l’archéologie comparée asiatique, grecque, étrusque et romaine », ibid., t. XVII, II, 1847-1850 (p.1-8) ; « Mémoire sur l’Hercule assyrien et phénicien » (p.9-374) ; « Appendice A la croix ansée » (p.375-387) ; « Appendice B la pyra » (p.388-404).

38  Titulaire de la chaire de géographie comparée à la Sorbonne, il sera élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1837. Voir Henri Wallon, Notice historique sur la vie et les travaux de M. Joseph-Daniel Guigniaut, Institut de France, séance publique annuelle des cinq académies, 25 octobre 1876.

39  Religions de l’Antiquité, considérées principalement dans leurs formes symboliques et mythologiques, ouvrage traduit de l’allemand du Dr.Frédéric Creuzer… par J.D. Guigniaut, 10 vol., Paris, 1825-1851. Voir Marc Mathieu Münch, Joseph-Daniel Guigniaut et sa traduction de la « Symbolique » de Creuzer, Rennes, 1978 (i.e. 1981).

40  J.D. Guigniaut, Notice historique sur la vie et les travaux de Georges-Frédéric Creuzer (1771-1858), lu à la séance publique annuelle du 31 juillet 1863, Paris, 1864.

41  Voir note 1.

42  Ernest Vinet (1804-1878), archéologue bibliothécaire de l’École des beaux-arts, est lié à Raoul-Rochelte par l’édition posthume du  Dictionnaire des beaux-arts, Paris, Firmin-Didot, 1858-1874, et par celle en 1867 du dernier cahier de Choix de peintures de Pompéi, avec une introduction sur l’histoire de la peinture chez les Grecs et les Romains, Paris, Imprimerie royale, 1844-1856.

43  Exposée dans l’article « Mythologie », Revue archéologique I, 1844, p.145-166.

44  Voir Notice citée note 40.

45  T. II, 3e partie, 1849.

46  Il y a été conduit par la lecture de la correspondance entre A. Böckh et K.O. Müller, tous deux interlocuteurs de Raoul-Rochette. Il prend conscience de l’écheveau complexe des relations entre communautés savantes allemande et française, lorsqu’il retrouve chez l’une des filles de l’archéologue français son abondante correspondance internationale dont il prélève les lettres de ses principaux interlocuteurs allemands. Après avoir envisagé de publier ce dossier, il en fait le dépôt à la Bibliothèque de l’Institut de France où il est encore conservé aujourd’hui (ms. 2065).

47  « Notice sur la vie et les travaux de Désiré Raoul-Rochette… lue dans la séance annuelle du 16 novembre 1906 », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (CRAI),1906 (p.638-701).

48  Georges Perrot et Charles Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, 10 vol., Paris, 1882-1914.

49  CRAI, 1906, p.639.

50  « Étude sur la mythologie grecque d’après Otfried Müller », Revue d’histoire des religions 9, 1884, p.133-166 et p.273-306 ; ibid., p.342.

51  S. Reinach, Manuel de philologie classique, Paris, 1880, p.342.

52  Salomon Reinach, Cultes, mythes et religions, éd. Hervé Duchêne, Paris, Robert Laffont, 1996, (p.13-32), p.23.

53  Ibid., p.705-715.

54  Ibid., p.707.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Gran-Aymerich, « Karl Otfried Müller et la France », Revue germanique internationale [En ligne], 14 | 2011, mis en ligne le 24 octobre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1279

Haut de page

Auteur

Ève Gran-Aymerich

Chercheur auprès de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page