Navigation – Plan du site

Karl Lachmann et sa méthode

Sotera Fornaro
p. 125-138

Résumés

Résumé : Cet article s’efforce de définir le profil intellectuel de Karl Lachmann, l’itinéraire parcouru pour arriver à sa « méthode », ses rapports avec la philologie classique antérieure (Heyne) et contemporaine (Hermann), ses prises de position sur la « question homérique ». Mais il décrit surtout le rôle de Lachmann dans l’institutionnalisation de la germanistique, la « science allemande » par excellence, dont la dignité scientifique et institutionnelle s’établit sur le modèle de l’Altertumswissenschaft. Il s’agissait de constituer une communauté scientifique se reconnaissant à sa méthode de travail. Grâce à cette méthode, les philologues se distinguaient des dilettantes et des amateurs de la discipline, considérés comme des profanes (Laien) dont les travaux fleurissaient dans le climat romantique. La méthode de Lachmann n’est pas seulement scientifique mais aussi éthique. C’est une discipline rigoureuse de vie ; le « maître », qui en est l’exemple vivant, devient ainsi un objet de culte.

Haut de page

Texte intégral

La méthode de Lachmann

  • 1  Le terme « original » est entre guillemets car il n’est pas dit qu’il existe un seul « original » (...)
  • 2  Au cours du XXesiècle, il y a eu un intense travail de précision, de réaction et de révision de la (...)
  • 3  A.E. Housman, « The Application of Thought to Textual Criticism » [1922], in : The Classical Paper (...)
  • 4  Paul Maas parlera ainsi d’erreur index (Leitfehler) en réactivant le terme de fossiles index ou fo (...)

1Au début du XIXesiècle se manifeste la nécessité, déjà ressentie au siècle précédent, surtout chez les spécialistes du Nouveau Testament, de disposer de règles scientifiques, c’est-à-dire objectives et partout applicables, pour la critique des textes (Textkritik) en tant que discipline chargée d’examiner les copies manuscrites d’un texte afin d’en publier une édition. Cette nécessité naît du refus d’accepter sans critique la vulgate, pratique alors répandue, et de la défiance vis-à-vis des éditions humanistes pleines de corrections souvent élégantes, mais erronées parce qu’arbitraires. Karl Lachmann (Brunswick 1793-Berlin 1851) fut le premier à diviser la critique textuelle en deux phases distinctes : la recensio, qui analyse des manuscrits pour sélectionner les témoins les plus autorisés et en revenir si possible à l’« archétype », c’est-à-dire au plus ancien exemplaire médiéval à l’origine de la tradition manuscrite ; et l’emendatio, c’est-à-dire la « correction » du texte reconstitué, une opération qui peut résulter de l’intuition (divinatio) mais à laquelle concourent le plus souvent toute une série de facteurs, l’examen des variantes, des ajouts ou des suppressions, des scholies et des gloses, de toutes les données, en somme, y compris l’usus scribendi de l’auteur. Cette phase a pour but d’arrêter la meilleure leçon, c’est-à-dire la lecture à privilégier dans l’édition (une lecture qui aspire en fin de compte à reproduire l’« original » de l’auteur)1. La « méthode » qui a été attribuée à Lachmann presque un siècle plus tard2, surtout pour le contester, concernait essentiellement la recensio : par l’expression « méthode de Lachmann », on entendait et on entend encore l’ensemble des critères à mettre en œuvre pour établir quels rapports existent entre les manuscrits qui transmettent un texte. Sélectionner les manuscrits signifie comprendre lesquels sont inutiles pour l’édition. Le critère utilisé par Lachmann est celui des erreurs, de sorte que la critique du texte devient « la science de découvrir l’erreur dans des textes et l’art de les éliminer »3. Qu’est-ce que cela veut dire concrètement ? Étant donné que toute transcription introduit vraisemblablement de nouvelles erreurs, un manuscrit B, s’il a été copié mécaniquement à partir d’un manuscrit A, contiendra les mêmes erreurs que A et aura d’un autre côté au moins une erreur qui lui est propre. Dans ces conditions, B ne peut pas être pris en compte pour la reconstruction du texte et peut être « éliminé » puisqu’il n’apporte aucune information nouvelle par rapport à A, mais seulement des erreurs (eliminatio codicum descriptorum). Les groupes ou les diverses familles de manuscrits comparés sont pour ainsi dire identifiés sur la base des erreurs convergentes (dans la mesure où il ne s’agit pas d’erreurs banales)4. Il s’agit donc d’une procédure rationnelle, mécanique, dans laquelle le jugement personnel de l’éditeur n’intervient pas dans le choix entre les diverses leçons transmises.

  • 5  La liste des œuvres de Lachmann se trouve en appendice (p.XXIV-XXXII) à la biographie écrite au le (...)

2Lachmann a appliqué durant toute sa vie cette « méthode » aux textes de l’Antiquité gréco-romaine, au Nouveau Testament, à la poésie allemande médiévale, aux Institutiones de Gaius, aux grammairiens, et finalement aux œuvres de Lessing5. Pour ce qui est des textes latins, il est arrivé de façon graduelle et avec beaucoup de contradictions à l’application de cette « méthode », avec des résultats différents dans les éditions de Properce (1816 et 1829), de Catulle et de Tibulle (1829) : mais d’habitude, quand dans l’histoire des sciences on parle de la « méthode de Lachmann », on se réfère avant tout à son édition du De natura rerum de Lucrèce (1850), le point culminant de son activité. Dans les Prolegomènes, il réussit à définir comment l’« archétype » de l’œuvre avait dû se présenter concrètement (avec indication des numéros de pages et de vers), ce qui fit grande impression chez ses contemporains.

Ce qui appartient vraiment à Lachmann

  • 6  La première édition résulte de deux articles publiés en 1959-1960 et élaborés en marge de la Stori (...)
  • 7  La définition est du même Pasquali qui l’a reprise de Friedrich Leo : voir D. Pieracioni, Préambul (...)
  • 8  Ibid., p. IV (emprunté à l’annonce de la Storia della tradizione e critica del testo lue devant l’ (...)

3Le travail de Lachmann, ses antécédents, son contexte culturel et son influence sont l’objet d’un livre, La genesi del metodo del Lachmann de Sebastiano Timpanaro (1923-2000), dont la première édition est parue en 19636, un livre exemplaire par ses orientations, sa mesure et sa clarté, et un livre fondamental au-delà de ce qui concerne Lachmann et son époque clef pour la « science de l’Antiquité ». Le livre de Timpanaro vit le jour en marge de l’extraordinaire « ouvrage de recherche » que représente Storia della tradizione e critica del testo (1934, 1952)7 de son maître Giorgio Pasquali (1885-1952). Pasquali avait montré comment « l’esprit géométrique » de Lachmann avait pu appliquer ses propres règles à « des poètes latins difficiles et peu lus », c’est-à-dire à des traditions textuelles assez linéaires, et avait eu une idée quasi mécanique de la tradition manuscrite, alors qu’en réalité, les altérations textuelles ne proviennent pas « d’erreurs d’écriture », mais « de la pensée » et que « tous les copistes et tous les scribes ajoutent des éléments nouveaux de façon inconsciente, semi-consciente ou consciente »8.

  • 9  Sebastiano Timpanaro, La genesi del metodo del Lachmann, Turin, UTET, 42003, p.84.
  • 10  Sebastiano Timpanaro, op.cit., p.83.
  • 11  « Lachmann a fondé sa méthode sur le présupposé que la tradition de tous les auteurs se ramène tou (...)
  • 12  Sebastiano Timpanaro, op.cit., p.88.

4Dans son livre, non seulement Timpanaro montre les limites de la méthode de Lachmann dans l’application qu’en fait Lachmann lui-même, mais il démontre une fois pour toutes que cette « méthode » n’a pas été élaborée par le seul Lachmann, mais constitue le point d’aboutissement de générations de philologues, à commencer au moins par Politien. Dans le chapitre 7, « Ce qui appartient vraiment à Lachmann », Timpanaro écrit que même dans la reconstruction des rapports généalogiques entre les manuscrits, « la contribution originale de Lachmann a été très rare et mal assurée »9. Et Lachmann a fait preuve de négligence dans la recherche généalogique des manuscrits qui se résout, en réalité, dans une recherche historique sur la culture médiévale et humaniste. Pour ce qui est de l’exigence d’en revenir à l’archétype, terme que Lachmann revendique à tort d’avoir introduit dans l’histoire des sciences, il s’agissait d’une tendance déjà ancienne à l’époque de Lachmann puisqu’elle avait déjà été exprimée par Erasme et Scaliger. Toutefois, Lachmann et ses contemporains n’arrivèrent plus à élaborer un seul et unique archétype10, selon l’avis de Pasquali11. Lachmann finalement ne s’arrêta pas aux problèmes soulevés par l’histoire de la tradition, et en fin de compte, il fut au bon et au mauvais sens du terme « un grand simplificateur »12. De fait, la tendance à la simplification eut par la suite une influence plutôt négative sur certains de ses successeurs, qui recherchent un improbable codex optimus et le privilégient par rapport à tous les autres.

  • 13  « “Il metodo del Lachmann” was really to a great extent “il metodo del Bernays” » (A. Momigliano, (...)
  • 14  Cf. Sebastiano Timpanaro, op.cit., p.63-64. Cf. J. Glucker, « Lachmann’s method – Bernays, Madvig, (...)
  • 15  Voir le très bel article de Carlo Ginzburg, « Somiglianze di famiglie e alberi genealogici. Due me (...)

5En ce qui concerne spécifiquement les résultats obtenus par Lachmann dans les célèbres éditions de Lucrèce, il faut au moins rappeler qu’en 1847, le brillant Jacob Bernays (1824-1881) avait publié dans le Rheinisches Museum une étude sur la tradition de Lucrèce, résolvant à ses éléments essentiels la question de la relation entre les quatre familles de manuscrits qui assurent la transmission de cet auteur : l’édition de Lachmann, apparue trois ans après l’article, mit dans l’ombre les mérites de Bernays, mais en réalité, comme l’a écrit Arnaldo Momigliano, « la méthode de Lachmann » fut dans une large mesure « la méthode de Bernays »13. Mais même Bernays avait développé et corrigé à son tour un essai innovant de Johann Nicolai Madvig (1804-1886) sur les lacunes des manuscrits de Lucrèce (1832) qui partait, en la corrigeant, d’une observation de Johann Caspar Orelli (1787-1849) faite en 182714. Le résultat de cet effort collectif est un stemma codicum publié par Bernays dans son article qui représente de manière succincte les relations entre les manuscrits de Lucrèce. D’ailleurs la nécessité de reconstruire des familles et, pour ainsi dire, des rapports de filiation entre les manuscrits et les éditions d’un texte déterminé correspond à une métaphore cognitive, celle de l’arbre généalogique, qui fut diffusée tout au long du XIXesiècle, comme l’a montré Carlo Ginzburg, et eut beaucoup de succès à la fin du siècle, quand l’arbre généalogique en tant que diagramme classificatoire fut étendu aussi bien aux espèces animales (notamment par Darwin) qu’aux phénomènes culturels15. Toutefois, le premier philologue à construire un système théorique de classification généalogique pour une tradition textuelle fut Paul Maas, dans sa brève et « mathématique » Textkritik de 1927 (en réaction à laquelle la Storia della tradizione de Pasquali vit le jour).

  • 16  G. Fiesoli, La genesi del Lachmannismo, Florence, 2000. Sur les limites de la thèse de Fiesoli, in (...)

6Dans le sillage de Timpanaro, la « genèse du malentendu sur la méthode de Lachmann » a été étudiée par Giovanni Fiedoli dans un épais volume, une recherche minutieuse et savante sur toute l’activité éditoriale de Karl Lachmann16 à laquelle il faut se référer. Tout le livre de Giovanni Fiesoli tend à démontrer que Lachmann fut quasiment toujours « antilachmannien » et qu’il normalisa les textes auxquels il s’attaqua avec des critères plus que subjectifs quand ils n’étaient pas d’emblée transmis par un codex unique (et n’avaient donc pas besoin d’une recensio). Ainsi dans le cas des Nibelungen, nous le verrons, il décida sur une base parfaitement subjective quel était le mètre du poème épique, et dans le cas de Lessing, il donna une absolue priorité à l’édition finale, revue par l’auteur, qui devint l’édition unique, définitive et autorisée.

  • 17  Voir les contributions de A. Rotondo, G. Cambiano, M. de Nonno, B. Chiesa, G.F. Giannotti, G.B. Al (...)
  • 18  Hermann Fränkel, Testo critico e critica del testo, éd. par C.F. Russo, traduction de L. Canfora, (...)

7Une autre question est de savoir dans quelle mesure cette méthode et le principe du « stemma » en général sont encore valides, et le livre de Timpanaro, précisément, a ouvert de vastes perspectives à la critique textuelle17 : la question se posera à tous ceux qui s’occuperont de textes, et il est superflu de discuter de l’exactitude qu’il y a à désigner cette méthode du nom de Lachmann ou non. Je crois qu’il est important de souligner que le débat a été marqué par le fait, connu de quiconque s’est un peu occupé de philologie, que les principes de la critique textuelle ne naissent pas de « théories » mais de l’expérience concrète de l’éditeur : en somme, comme l’écrivait Eduard Fränkel, l’« aspect théorique jaillit […] de l’exigence de concret tant qu’elle se poursuit »18.

Heyne, Wolf, Hermann

8La personnalité de Lachmann se caractérise depuis sa première jeunesse par une incroyable capacité à définir et à poursuivre son véritable objet de recherche, la reconstitution de textes exempts de fautes, et par une grande conscience de l’importance de sa propre méthode. D’où l’intérêt de ses premiers écrits pour comprendre comment il s’est confronté avec les travaux antérieurs ou contemporains sur l’Antiquité.

  • 19  Sur Heyne voir : S. Fornaro, « Greci senza lumi. L’antropologia della Grecia antiqua in Christian (...)

9Lachmann aurait dû devenir pasteur comme son père et c’est seulement pendant ses études qu’il se convertit de la théologie à la philologie (un parcours qu’il partage avec nombre de ses contemporains). La philologie classique allemande, entre la fin du XVIIIe et le début du XIXesiècle, fut dominée par la figure de Christian Gottlob Heyne (1729-1812)19. Dès ses études au Katharineum de Brunswick, Lachmann eut comme professeur un élève de Heyne, Conrad Heusinger (1719-1820), et à Göttingen, où il se forma de 1806 à 1814, il fut encore l’élève de deux disciples de Heyne, l’éditeur de Pindare Ludolph Dissen (1784-1837) et le philologue germaniste Georg Friedrich Benecke (1762-1869).

  • 20  De critica in Tibulli carminibus recte instituenda. Lachmann soutint sa thèse à Halle en 1814.
  • 21  Karl Lachmann, « Über Vossens Tibull und einige andere Tibullübersetzungen », in : Kleinere Schrif (...)
  • 22  Ibid., p.106
  • 23  Heyne « fut un philologue dont la principale originalité ne consiste certes pas dans la critique t (...)

10Lachmann choisit d’écrire sa thèse (aujourd’hui perdue) sur un sujet, Tibulle20, à propos duquel l’autorité de Heyne comme éditeur était indiscutée. En 1816, il rédigea une revue bibliographique des plus récentes traductions et éditions de Tibulle en Allemagne et en France, parmi lesquelles celle du fameux traducteur d’Homère Johann Heinrich Voss (parue en réalité dès 1810)21. Dans cette recension, publiée dix ans plus tard, Lachmann prononça un jugement très dur sur les éditions de Tibulle dues au maître de Göttingen :selon lui, elles sont « superficielles. Nous y cherchons en vain précision et profondeur. Les erreurs les plus ridicules sont enracinées de la première à la troisième édition »22. Il s’agit d’un jugement injuste : Heyne ne se limita pas à suivre la vulgate, mais prêta attention à la tradition textuelle, examinant les manuscrits et leurs connexions, et établissant un archétype23. Dans sa recension des traductions de Tibulle, Lachmann ne fut pas moins sévère vis-à-vis de Voss, le traducteur d’Homère vénéré et célébré, dont le rationalisme lui était sans doute plus proche ; mais aux yeux du jeune auteur de recension, l’utile travail de Voss ne rendait pas le vrai Tibulle, et sa traduction ne valait rien.

  • 24  Albii Tibueli Carmina Libri tres, Leipzig 1755, réédité en 1777, 1798 et à titre posthume en 1817 (...)
  • 25  Peut-être Lachmann avait-il dit ironiquement la phrase que le maître lui avait adressée et qui est (...)
  • 26  Voir : Friedrich August Wolf, Briefe an Herrn Hofrath Heyne von Professor Wolf. Eine Beilage zu de (...)
  • 27  L’enseignement de Wolf a surtout porté ses fruits auprès du plus jeune Friedrich Wilhelm Ritschl ( (...)

11Lachmann, à peine âgé de 23ans, souhaitait montrer de la sorte sa supériorité scientifique sur les maîtres de l’ancienne génération et il est peu probable qu’il ait choisi Tibulle par hasard ; c’est grâce à l’édition de cet auteur que Heyne avait obtenu sa chaire universitaire (comme Lachmann le fit comprendre par allusion)24. ÀGöttingen, Lachmann, traité avec condescendance par le vieux maître, n’avait pas apprécié l’arrogance et le dédain pour la « nouvelle » école philologique25. Par « nouvelle » école, il fallait entendre la philologie mise en avant par Friedrich August Wolf (1759-1824) : entre Heyne et Wolf s’était déclenchée une violente polémique, car Heyne avait accusé Wolf d’avoir plagié dans les Prolégomènes à Homère (1795) ce qu’il avait entendu dans ses cours à Göttingen quand il était encore étudiant26. Le jeune Lachmann, qui ne reconnaissait pas les vrais mérites de Heyne, même dans l’élaboration des Prolégomènes, suivait en revanche sans hésiter les traces de Wolf : toujours en 1816, il écrivit en effet dans le sillage des Prolégomènes un essai sur la structure « originelle » de l’épopée des Nibelungen. C’est à Wolf qu’il devait au moins une part de son intérêt pour l’histoire du texte, qui représente la contribution majeure des Prolégomènes: toutefois, Lachmann concevait cette histoire comme la reconstruction mécanique des manuscrits, alors que Wolf y voyait au contraire l’histoire de la culture philologique alexandrine et byzantine27.

  • 28  Karl Lachmann, Kleinere Schriften, p.1-16.
  • 29  Babrii Fabulae Aesopae, Carolus Lachmannus et amici emendarunt. Ceterorum poetarum choliambi ab Au (...)
  • 30  Voir la nette distinction opérée par Otto Jahn entre la « critique diplomatique » d’Immanuel Bekke (...)
  • 31  Voir le livre profond et bien documenté d’E. Medda, « Sed nullius editorum vidit ». La filologia d (...)
  • 32  Voir Michael Schramm, « Hermann und Kant : Philologie als (Kantische) Wissenschaft », in : K. Sier (...)

12Dès avant son arrivée à Göttingen, Lachmann avait été inscrit pendant un semestre à l’Université de Leipzig, où il avait assisté aux cours de Gottfried Hermann (1772-1848), maître indiscuté dans la connaissance de la langue grecque, de vingtans son aîné, mais en pleine activité au même moment que lui. Le jeune Lachmann rédigea un compte rendu de l’édition de l’Ajax de Sophocle par Hermann (1817)28, qui a un ton bien différent de celle de Tibulle. Toutefois, au milieu des marques de reconnaissances et des éloges adressés à celui qu’il désigne dans l’introduction à l’édition de Babrius comme son « parent », son « père »29, Lachmann regrettait que dans le jugement de certaines leçons, Hermann ait été trop dépendant de considérations internes au texte aux dépens de l’examen des manuscrits. Ces critiques ont peut-être transmis une impulsion à Hermann, qui n’a cependant jamais manifesté de grand intérêt pour l’histoire de la tradition manuscrite30. De fait, ses corrections sont le plus souvent des conjectures fondées sur l’idée d’une genèse possible de l’erreur, même si cette forme de critique lui permet justement d’obtenir des résultats meilleurs que bien des éditeurs dominés par la « superstition de l’archétype ». Cependant, au moins dans ses études sur Eschyle31, Hermann prit en considération les manuscrits, au lieu de se référer à la vulgate. Ainsi, les deux érudits n’étaient certainement pas aux antipodes l’un de l’autre : leurs travaux témoignent de la même lucidité, de la même rationalité – marquée chez Hermann par l’adhésion aux catégories kantiennes32–, de la même recherche de principes d’interprétation assurés et objectifs, auxquels une philologie scientifique devait se limiter si elle souhaitait atteindre son but final : mettre entre les mains du lecteur le texte le plus « pur » possible et laisser le texte lui-même parler au lecteur.

Àla recherche du vrai Homère

  • 33  Voir Paul Friedländer, Die homerische Kritik von Wolf bis Grote, Berlin, 1853, p.IX.
  • 34  Karl Lachmann, Betrachtungen über Homers Ilias, mit Zusätzen von Moritz Haupt, Berlin, 1865, p.5.
  • 35  Karl Lachmann, Betrachtungen, p.5, p.77 ; voir aussi la correspondance avec Karl Lehrs, analysée p (...)
  • 36  Paul Friedländer, op.cit., p.VI.
  • 37  Karl Lachmann, Betrachtungen, p.31, p.56-57, p.76.
  • 38  Karl Lachmann, Betrachtungen, p.22-23.
  • 39  Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, Die Ilias und Homer, Berlin, 1916, p.21. Voir aussi Paul Dräge (...)
  • 40  Johann Gottfried Herder, Schriften zur griechischen Literatur, éd. Christian Gottlob Heyne, Tübing (...)

13Écouter le texte, c’est-à-dire en faire ressortir la composition interne : Hermann et Lachmann se rencontrent sur ce principe à propos des études homériques. Lachmann reconnaissait de plus avoir été sollicité expressément par Hermann pour étudier Homère33 en partant des contradictions ou inconséquences qui résultent de la lecture continue des chants actuels, en « apprenant » du texte, écrivait Lachmann, les « modes » de la poésie épique34. Toutefois Lachmann ne s’est pas servi des athétèses, comme Hermann, mais il a distingué, dans les « strates » de la poésie homérique, chants originels (Einzellieder) et ajouts. Dans les études sur l’épopée, précisément, la critique de Lachmann est tout sauf objective. Le poète d’une époque non corrompue et innocente comme Homère n’a pas pu se contredire, ce serait « contre nature », pensait Lachmann, et par conséquent les parties en contradiction avec la poésie épique ne peuvent appartenir à un même auteur35 : « Nous ne pouvons admettre– écrivait-il à Karl Lehrs– que dans une poésie populaire (Volkspoesie) qui n’est pas sauvage et discordante comme notre poésie du XVIesiècle, on puisse rencontrer des contradictions et des aspérités montrant que le poète n’avait pas pensé de façon claire la réalité »36. Et donc, si l’on analyse l’Iliade avec ce présupposé, les connexions qui assurent la cohésion de l’œuvre sont tardives, et son plan d’ensemble n’est pas antérieur à l’époque de Pisistrate (VIesiècle avant J.-C.), c’est-à-dire à la version écrite des poèmes37. Lachmann confie ces conclusions dans des discours tenus à l’Académie des sciences de Berlin en 1837 et 1841, qu’il imprégna d’un ton oraculaire : Lachmann parlait, pour ainsi dire, au nom du texte, ses conclusions résultaient « objectivement » du texte lui-même pour qui savait le lire, et elles étaient plus exprimées comme des assertions qu’argumentées38. Il s’appuyait sur des analogies avec l’épopée germanique introduites de manière arbitraire (c’est-à-dire précisément là où, aurait pu relever Jakob Grimm, elles étaient indéfendables) ; sa méthode pour analyser Homère, comme le dit efficacement Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, résultait pour ainsi dire d’un « mélange singulier de rationalisme et de romantisme »39. Comme souvent, Wilamowitz touche dans le mille : proche de Hermann, comme on l’a déjà souligné, et de son idée kantienne et rationnelle de la science, Lachmann est à sa manière un homme des Lumières, et en même temps un « romantique », car il recherche les « origines », la « forme vraie », « innocente » de la poésie antique pour arriver comme à la source de cette poésie. Sur sa critique influent les catégories esthétiques les plus diverses : la « simplicité » et la « noblesse » que Winckelmann avait reconnues dans les chefs-d’œuvre grecs mais aussi cette « ingénuité » que Schiller avait attribuée à la poésie homérique. En fin de compte, il pensait, avec Herder, que le « livre » (c’est-à-dire la mise en écriture) avait été la « tombe » de la poésie épique. Mais Herder avait commenté : « quiconque croit qu’il existe un texte originel (Urtext) d’Homère comme s’il était sorti de sa bouche a une foi bien forte »40 : c’était précisément cette « foi », ou plutôt la foi dans sa méthode, qui permit à Lachmann une analyse impitoyable du texte. Mais la procédure de découpage et de démembrement de la poésie épique qui en résultait semblait excessive et « cruelle » à un romantique tel que Grimm, comme nous allons le voir.

Construire une science

  • 41  Wilhelm von Humboldt, « Antrag auf Errichtung der Universität Berlin 24. Juli 1809 », in : Studien (...)
  • 42  N. Merker, La Germania, Rome, 21993, p.227.
  • 43  La bibliographie sur la question est très riche. Qu’il me soit permis de renvoyer à un de mes arti (...)
  • 44  Cf. Salvatore Cerasuolo, « Wolf teoretico della filologia classica », in : F.A. Wolf, Esposizione (...)

14Lachmann appartient à cette génération qui vit la crise de la bourgeoisie libérale allemande immédiatement consécutive à la défaite de la Prusse devant l’armée de Napoléon en 1806, qui eut pour conséquence des conditions de paix humiliantes et la fin du Saint-Empire romain germanique. Dans la pensée de Wilhelm von Humboldt, responsable en 1809-1810 de la section des cultes et de l’instruction au ministère de l’Intérieur prussien, l’université, et en particulier l’université de Berlin, devait, à un moment où une partie de l’Allemagne était ravagée par la guerre tandis que de l’autre était dominée par les Français, fournir une aide inespérée à la science allemande41. L’université devait en somme représenter une petite société idéale où l’activité des élites favoriserait le déploiement des énergies venues du plus profond de la nation42. Comme on le sait, Humboldt plaça l’Altertumswissenschaft à la base de son projet culturel et en fit une science hégémonique dans la formation des classes dirigeantes tant à l’école qu’à l’université43. Dans la Darstellung der Altertumswissenschaft [Tableau systématique de la science de l’Antiquité, 1807], F.A. Wolf a exposé le contenu et la finalité universelle de cette science à laquelle, d’un autre côté, ne pouvaient être admis que peu d’« initiés »44.

  • 45  Jakob Grimm, « Rede auf Lachmann », in : Kleinere Schriften. I. Reden und Abhandlungen, Berlin, 18 (...)
  • 46  Karl Lachmann, Kleinere Schriften, p.142.
  • 47  Karl Lachmann, Über die ursprüngliche Gestalt des Gedichts von der Nibelungen Not, Berlin, 1816. L (...)

15Lachmann arriva à Berlin comme philologue classique après avoir pris part comme volontaire à la campagne prussienne de 1815 et à la Guerre de libération contre Napoléon ; en venant à Berlin, il pouvait donc « se nommer et être Prussien »45. Dans la recension de Tibulle que nous avons évoquée, il manifeste avec violence son aversion contre les Français, ces « fiers idiots » qui avaient été privés, du fait de leur « esclavage », de toute grandeur et de toute science46. ÀBerlin, Lachmann, d’abord enseignant de lycée, présenta simultanément en 1816 l’édition de Properce qu’il avait achevée avant l’entrée en guerre et sa thèse sur la « forme originelle » des Nibelungen47 : il obtint ainsi la venia legendi tant en philologie classique qu’en poésie allemande. Dès lors, il édita à la fois des textes classiques et allemands médiévaux, de même qu’il fut à la fois professeur de philologie classique et de philologie germanique à Königsberg à partir de 1818 et de nouveau à Berlin à partir de 1825.

16En bon patriote, Lachmann s’était fixé un objectif ambitieux : assurer à la Germanistik, la « science allemande » par excellence, une dignité scientifique et institutionnelle analogue à celle de l’Altertumswissenschaft, en constituant une communauté scientifique qui sache se reconnaître dans une méthode de travail ; une méthode grâce à laquelle les philologues se distingueraient des dilettantes et des amateurs de la discipline, ceux qu’on considérait comme des « profanes » (Laien) et dont les travaux florissaient dans l’atmosphère du romantisme. La philologie constituait alors une caste de professionnels, une élite à l’intérieur de l’ancienne bourgeoisie qui aspirait à occuper les chaires universitaires. La science du texte voulait se distinguer, grâce à son exactitude et son objectivité, aussi bien de la subjectivité de la critique littéraire, basée sur les critères du goût, que de l’historiographie littéraire ; ainsi l’établissement de règles fixes pour la recensio visait, du point de vue de Lachmann, à donner aux professionnels de la philologie un guide précis garantissant la scientificité et donc l’uniformité de leur travail. Sur la base du respect de la méthode commença donc une sévère sélection des philologues, et la corporation contrôla par la suite ses membres à travers des instruments scientifiques (revues, congrès), excluant le cas échéant de la communauté ceux qui ne savaient pas suivre ou respecter les règles. La disciplinarisation devint, avec Lachmann et son élève, gendre, et successeur Moritz Haupt (1808-1874), pour les professeurs de philologie classique comme de germanistique, le devoir principal de la philologie universitaire.

Les mots et les choses

  • 48  Je renvoie à P.C. Bontempelli, Knowledge, Power and Discipline. German Studies and national Identi (...)
  • 49  Ulrich Wyss, Die wilde Philologie. Jakob Grimm und der Historismus, Munich, 1979, p.186 sq.
  • 50  Voir surtout H. Weigel, Nur was du nie gesehn wird ewig dauern : Carl Lachmann und die Entstehung (...)
  • 51  Jakob Grimm, « Rede auf Lachmann », p.150.
  • 52  Voir Th. Poiss, « Zur Idee der Philologie. Der Streit zwischen Gottfried Hermann und August Böckh (...)
  • 53  Cf. E. Fränkel, « Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff », in : Kleine Beiträge zur Klassischen Philo (...)

17Avec l’école de Lachmann, commença donc ce qu’on a appelé négativement la Philologisierung de la germanistique48, le renoncement au caractère critique et militant de la germanistique telle que la concevait Jakob Grimm (1785-1836). Pour ce dernier, l’étude de la langue, du droit, de l’histoire, des traditions populaires, de la religion, devait tendre à consolider l’unité nationale. Son engagement de philologue contribuait au développement politique général de la nation allemande, non moins qu’à la solution des problèmes purement lexicaux et grammaticaux. Mais Jakob Grimm resta un dilettante, incapable de créer une école, et on lui reprocha une philologie « sauvage »49, c’est-à-dire dépourvue de méthode. La confrontation entre Jakob Grimm et Lachmann se retrouve dans toutes les histoires des études germaniques, et de fait, elle commença avec le discours que le même Grimm, qui avait entretenu entre 1825 et 1855 des relations épistolaires soutenues avec Lachmann, prononça peu de mois après la mort de son collègue et ami50. Grimm y exprimait une distinction tranchée : « Tous les philologues, écrivait-il, qui sont parvenus à des résultats significatifs, peuvent être répartis en deux catégories : ceux qui étudient les mots pour l’amour des choses et ceux qui étudient les choses pour l’amour des mots »51. Lachmann fut un philologue de la première catégorie, Grimm se situe au contraire dans la seconde. Cette distinction reproduit en substance le conflit entre la philologie formelle de Gottfried Hermann et la philologie historique de Karl Otfried Müller et de August Böckh52, conflit récurrent dans l’histoire de la philologie53, alors même qu’en réalité, il était déjà résolu au moment de sa formulation : les défenseurs d’une philologie historique comme August Böckh et Karl Otfried Müller furent eux aussi des techniciens de premier plan, comme le montre l’édition de Pindare par Böckh et celle de Varron et Festus par Müller. Le problème n’est donc pas de privilégier les mots par rapport aux choses, mais il réside dans la diversité des objets et des buts attribuables à la philologie.

  • 54 Ibid., p.151.
  • 55 Ibid., p.152.

18Extraordinaire, dit Grimm, est l’érudition de Lachmann ; grâce à elle, pour l’amour des « choses » (c’est-à-dire, semblait-il, le texte dans son support matériel et réel, le manuscrit), il a poursuivi un but ultime : « purifier » les mots de la saleté et de la « corruption »54 du temps sans apporter rien d’extérieur (rien, ajoutons-nous, de la tradition indirecte), d’autres facteurs culturels combinés entre eux. (Lachmann, dit Grimm, fait abstraction même « des découvertes ou explications grammaticales » si elles ne touchent pas à la critique du texte et il ignore la linguistique comparée)55. Lachmann, « éditeur né », voulait rendre au texte, au-delà des siècles, sa virginité, parce qu’il parlait aux initiés, à ceux qui pouvaient le comprendre sans interprète. Au contraire, pour Grimm, les mots ne comptent que s’ils servent aux « choses », mais diverses sont les « choses » pour l’amour desquelles il œuvre : les « choses » que Grimm a à l’esprit, c’est tout ce qui environne les mots, c’est-à-dire les objets historiques, dont la reconstitution nécessite d’« extraire le miel » de diverses sources, et non de se concentrer sur la reconstruction d’une seule d’entre elles.

  • 56  Jakob Grimm, « Rede auf Lachmann », p.156.

19La philologie de Lachmann, concentrée sur les mots, est tournée vers l’intérieur, vers la corporation, les élus, ceux qui utilisent le texte sans médiateurs ; celle de Grimm, concentrée sur les choses, vers l’extérieur, vers la réalité et le vaste public des non-initiés. Le philologue, dans la conception de Lachmann, agit et travaille pour les philologues ; le philologue, dans la conception de Grimm, agit et travaille pour les autres, pour les non-philologues. La façon de travailler diffère grandement selon qu’elle a comme but ultime le mot ou la chose. La force de Lachmann avait été de trouver à tout prix le mot « juste », même si cela nécessitait de découper, de réduire, d’expurger, d’imposer une forme métrique arbitraire à une épopée archaïque ou à une composition lyrique antique pour lui donner une forme esthétique parfaite : il s’agissait en somme de rendre le texte « propre » (sauber), de le purifier du temps qui l’avait souillé, une procédure que Lachmann appliqua surtout à la poésie épique allemande et à l’Iliade, comme nous l’avons dit, en isolant ce qui était originel de ce qui était seulement un ajout. Ce type de « critique, enlève et supprime sans concession, et peut supprimer des interpolations, mais jamais remplacer ce qui a été supprimé »56, commente Grimm ; il répond en outre à une idée de l’épopée archaïque qui confère à cette poésie une perfection et un degré d’achèvement qu’elle n’a jamais eus.

S’incliner devant Lachmann.

  • 57  « Comme les œuvres humaines les plus nobles la poésie épique aussi aura ses défauts […] » : Jakob (...)
  • 58  On se rappelle le drame expressionniste Der Sohn (1914) de Walter Hasenclever, inspiré par l’expér (...)
  • 59  Martin Hertz, Karl Lachmann, p.84 : « Solche Burschen – muss man kappen » : sur le sens de « kappe (...)

20L’une des expressions de Grimm concernant l’analyse de l’épopée par Lachmann renferme une critique incisive : Lachmann aurait pensé que ces textes étaient privés des déficiences propres à ce qui est humain57. Cette accusation d’« inhumanité » ne concerne pas seulement la critique qu’il fait de fragments de l’Iliade, mais implicitement, je crois, l’idéal de perfection et de « pureté » auquel avait aussi tendu la vie de Lachmann. Donnant lui-même l’exemple d’une vie dédiée à la science au prix de tous les sacrifices, il exigeait la même chose de ses élèves. Les jugements tranchants prononcés par Lachmann sur ceux qu’il qualifie de « dilettantes de la science », qu’il s’agisse de ses prédécesseurs ou de ses contemporains, même du rang d’un Heyne, sont marqués par les mêmes principes intransigeants. Le séminaire devint ainsi une sorte de famille soumise à l’autorité indiscutée de son directeur souvent célibataire et « marié » à la science, substitut du père des familles bourgeoises (un type d’autorité que la génération wilhelminienne haïrait)58. Le séminaire avait ses règles et ses rituels, il exigeait de se plier à une discipline scientifique et humaine très sévère sous peine de renvoi, sorte d’excommunication. Il suffit de lire les pages que Martin Hertz consacre au séminaire philologique du maître (pour lui un nouveau Prométhée qui avait porté sur terre la flamme de la science), où Hertz avait eu naturellement l’honneur d’entrer à dix-huitans, pour avoir une description vivante de la vie quotidienne de cette communauté scientifique ; on y apprenait la « méthode » plus que des connaissances, on y discutait en allemand, mais on écrivait en latin et on réfutait en latin les objections des autres, tandis que le maître, plutôt que d’intervenir, veillait sur l’ordre et le déroulement de ces disputes. Le maître aidait, même économiquement, les étudiants méritants, mais il était sans pitié avec les paresseux et les personnes superficielles : « Des jeunes gens de ce type devraient être châtrés ! » en venait-il à dire59, tandis qu’il était adoré par un petit groupe d’élèves qui le courtisaient.

  • 60  Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, Geschichte der Philologie, Mit einem Nachwort und Register von (...)

21Le maître s’exprimait en sentences abruptes et destinées aux seuls fidèles, lesquels créaient autour de lui une atmosphère de vénération et d’intangibilité qui contribua beaucoup à imposer cette méthode que lui-même avait appliquée de façon contradictoire ou seulement partielle. Car même la génération de Wilamowitz aspirait encore à s’émanciper du « culte » de Lachmann : « Sa personne, sa manière de parler s’imposaient avec une force qui tantôt paralysait et tantôt portait à l’imitation contrefaite. Il faut libérer notre jugement de cette force, mais de la manière qu’il prescrivait, en commençant par s’incliner docilement »60.

22Aujourd’hui, grâce à Giorgio Pasquali et à Sebastiano Timpanaro, notre jugement peut se considérer comme libre, mais il est à craindre que les problèmes posés par Lachmann et par son époque perdent leur signification dans l’exercice de la philologie, de la méthode et de la discipline scientifique en général.

Haut de page

Notes

1  Le terme « original » est entre guillemets car il n’est pas dit qu’il existe un seul « original » de l’auteur.

2  Au cours du XXesiècle, il y a eu un intense travail de précision, de réaction et de révision de la « méthode » de Lachmann, si bien qu’on peut parler d’antilachmannisme (surtout pour Joseph Bédier et dom Henri Quentin), de postlachmannisme (Giorgio Pasquali et Michele Barbi) et même, dans un secteur de la romanistique italienne, de néolachmannisme : cf G. Contini, Breviario di ecdotica, Milan, Ricciardi, 1986, p.7.

3  A.E. Housman, « The Application of Thought to Textual Criticism » [1922], in : The Classical Papers of A.E. Housman, III, Cambridge, 1972, p.1058-1069.

4  Paul Maas parlera ainsi d’erreur index (Leitfehler) en réactivant le terme de fossiles index ou fossiles stratigraphiques (Leitfossilien) utilisé par les géologues. P. Maas, Critica del testo, Florence, 1990, p.53 sq. (id., « Leitfehler und stemmatische Typen », Byzantinische Zeitschrift 37, 1937, p.289-294).

5  La liste des œuvres de Lachmann se trouve en appendice (p.XXIV-XXXII) à la biographie écrite au lendemain de sa mort par son élève Martin Hertz (1818-1895), Karl Lachmann. Eine Biographie, Berlin, 1851.

6  La première édition résulte de deux articles publiés en 1959-1960 et élaborés en marge de la Storia della tradizione e critica del testo de Giorgio Pasquali ; en 1971 le livre de Timpanaro avait une édition allemande accréditée et revue (par Dieter Irmer, 1971), puis il y eut une nouvelle édition italienne augmentée en 1981, dont la réédition en 1985 contient à son tour des ajouts. La dernière édition italienne (2003) se présente encore comme un work in progress. Sur la personne de Timpanaro et le contexte culturel de la Genesi voir G.W. Most, « Editor’s Introduction », in : The Genesis of Lachmann’s Method, edited and translated by G.W. Most, Londres, Chicago, 2005, p.1-32. Voir aussi G.F. Gianotti, « Prima e dopo Lachmann », in : Enrico Ghidetti, Alessandro Pagnini (éd.), Sebastiano Timpanaro e la cultura del secondo Novocento, Rome, 2005, p.141-159 et les autres contributions au même volume.

7  La définition est du même Pasquali qui l’a reprise de Friedrich Leo : voir D. Pieracioni, Préambule à : Storia della tradizione e critica del testo, Florence, 1988, p.I.

8  Ibid., p. IV (emprunté à l’annonce de la Storia della tradizione e critica del testo lue devant l’Accademia dei Lincei le 26 avril 1931). Sur le rôle des copistes voir L. Canfora, Il copista come autore, Palerme, 2002.

9  Sebastiano Timpanaro, La genesi del metodo del Lachmann, Turin, UTET, 42003, p.84.

10  Sebastiano Timpanaro, op.cit., p.83.

11  « Lachmann a fondé sa méthode sur le présupposé que la tradition de tous les auteurs se ramène toujours et dans tous les cas à un unique exemplaire déjà défiguré par les erreurs et les lacunes, celui qu’on appelle l’archétype. » (G. Pasquali, Storia della tradizione, p.15).

12  Sebastiano Timpanaro, op.cit., p.88.

13  « “Il metodo del Lachmann” was really to a great extent “il metodo del Bernays” » (A. Momigliano, « Jacob Bernays » [1969], p.9, in : Quinto contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Rome, 1975, I, (p.127-158), p.134.

14  Cf. Sebastiano Timpanaro, op.cit., p.63-64. Cf. J. Glucker, « Lachmann’s method – Bernays, Madvig, Lachmann and others », in : J. Glucker et A. Laks (éd.), Jacob Bernays. Un philologue juif, Villeneuve d’Ascq, 1996, p.45-56.

15  Voir le très bel article de Carlo Ginzburg, « Somiglianze di famiglie e alberi genealogici. Due metafore cognitive », in : Ai limiti dell’immagine, a cura di C.-C. Härlem, Macerata, 2005, p.227-250. Sebastiano Timpanaro, op.cit., citation p.49.

16  G. Fiesoli, La genesi del Lachmannismo, Florence, 2000. Sur les limites de la thèse de Fiesoli, indépendamment de l’article cité note 1 de G.F. Giannotti, voir E. Montanari, « Postilla » dans la dernière réédition de la Genesi del metodo del Lachmann, Turin, 42003, p.185-211.

17  Voir les contributions de A. Rotondo, G. Cambiano, M. de Nonno, B. Chiesa, G.F. Giannotti, G.B. Alberti, M. Reeve, G. Fiesoli, G. Magnaldi, in : Enrico Ghidetti, Alessandro Pagnini (éd.), Sebastiano Timpanaro e la cultura del secondo Novecento, Rome, 2005, p.1-242. Le même Timpanaro travaillait à un manuel de critique textuelle resté inédit. Voir A.M. Vaccari, « Appunti per un “Manuale di critica del testo” di Sebastiano Timpanaro », sur le site de l’Académie Florentine de papyrologie et d’études du monde antique : http://www.accademiafiorentina.it/Timpanaro _ 2010.html

18  Hermann Fränkel, Testo critico e critica del testo, éd. par C.F. Russo, traduction de L. Canfora, Florence, 1983 (voir aussi la préface « I ferri del critico di C.F. Russo », p.IX-XII).

19  Sur Heyne voir : S. Fornaro, « Greci senza lumi. L’antropologia della Grecia antiqua in Christian Gottlob Heyne (1779-1812) e nel suo tempo », in : Nachrichten der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen. I. Philologisch-historische Klasse 5, 2004, p.108-195 ; M. Vöhler, « Christian Gottlob Heyne und das Studium des Altertums in Deutschland », in : G.W. Most (éd.) : Disciplining classics– Altertumswissenschaft als Beruf, Göttingen 2002, p.39-54 ; M. Heidenreich, Christian Gottlob Heyne und die alte Geschichte, Munich, Leipzig, 2006.

20  De critica in Tibulli carminibus recte instituenda. Lachmann soutint sa thèse à Halle en 1814.

21  Karl Lachmann, « Über Vossens Tibull und einige andere Tibullübersetzungen », in : Kleinere Schriften zur Classischen Philologie, éd. par J. Vahlen, Berlin, 1876, p.102-145.

22  Ibid., p.106

23  Heyne « fut un philologue dont la principale originalité ne consiste certes pas dans la critique textuelle mais qui, même comme critique, vaut plus qu’on ne le dit généralement » (Sebastiano Timpanaro, op.cit., p.44. C.F. Fiesoli, La genesi, p.36-40).

24  Albii Tibueli Carmina Libri tres, Leipzig 1755, réédité en 1777, 1798 et à titre posthume en 1817 avec des notes et des remarques de E.C. Fr. Wunderlich. Heyne a été appelé à Göttingen sur la recommandation de Reiske sur la base de cette édition ; Lachmann écrit : « Étant donné le renom des savants de Göttingen on est trop tenté d’oublier que les trois éditions de Tibulle grâce auxquelles il a obtenu une telle célébrité sont élaborées pour faire illusion » (Kleinere Schriften, p.106).

25  Peut-être Lachmann avait-il dit ironiquement la phrase que le maître lui avait adressée et qui est citée par Martin Hertz, Karl Lachmann, p.27 : « Je vois, vous êtes déjà un longus provectus ».

26  Voir : Friedrich August Wolf, Briefe an Herrn Hofrath Heyne von Professor Wolf. Eine Beilage zu den neuesten Untersuchungen über den Homer, Berlin, G.C. Nauk, 1797.

27  L’enseignement de Wolf a surtout porté ses fruits auprès du plus jeune Friedrich Wilhelm Ritschl (1806-1876) ; voir Sebastiano Timpanaro, op.cit., p.63-66.

28  Karl Lachmann, Kleinere Schriften, p.1-16.

29  Babrii Fabulae Aesopae, Carolus Lachmannus et amici emendarunt. Ceterorum poetarum choliambi ab Aug. Meinekio collecti et emendati, Berlin, 1845, p.VI.

30  Voir la nette distinction opérée par Otto Jahn entre la « critique diplomatique » d’Immanuel Bekker (1785-1871) et de Karl Lachmann d’une part, qui, « par la confrontation et l’évaluation minutieuses des manuscrits, met à jour la tradition textuelle et, en liaison étroite avec celle-ci, cherche à s’approcher pas à pas de l’original », et d’autre part la « critique divinatoire » de Hermann (Otto Jahn, « Gottfried Hermann. Eine Gedächtnisrede » [1949], in : Biographische Aufsätze, Berlin, 1866, p.115-116). Cette distinction est peut-être à l’origine de l’idée que Hermann se serait désintéressé de la reconstruction généalogique des manuscrits, bien que Jahn affirme que ce désintéressement provenait aussi de la nature des textes dont s’occupait Hermann plus que de sa « nature » propre.

31  Voir le livre profond et bien documenté d’E. Medda, « Sed nullius editorum vidit ». La filologia di Gottfried Hermann e l’Agamemnone echileo, Amsterdam, 2006, en général et sur Lachmann et Hermann p.153-156. Une reformulation du jugement initial de Timpanaro sur le désintérêt de Hermann pour la recensio in : Sebastiano Timpanaro, op.cit., p.51-52.

32  Voir Michael Schramm, « Hermann und Kant : Philologie als (Kantische) Wissenschaft », in : K. Sier, E. Wöckener-Gade (éd.), Gottfried Hermann (1772-1848), Tübingen, 2010, p.82-121.

33  Voir Paul Friedländer, Die homerische Kritik von Wolf bis Grote, Berlin, 1853, p.IX.

34  Karl Lachmann, Betrachtungen über Homers Ilias, mit Zusätzen von Moritz Haupt, Berlin, 1865, p.5.

35  Karl Lachmann, Betrachtungen, p.5, p.77 ; voir aussi la correspondance avec Karl Lehrs, analysée par Paul Friedländer, Die homerische Kritik von Wolf bis Grote, Berlin, 1853, en particulier p.V-X.

36  Paul Friedländer, op.cit., p.VI.

37  Karl Lachmann, Betrachtungen, p.31, p.56-57, p.76.

38  Karl Lachmann, Betrachtungen, p.22-23.

39  Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, Die Ilias und Homer, Berlin, 1916, p.21. Voir aussi Paul Dräger (éd.), Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, Homers Ilias (Vorlesung WS 1887/1888 Göttingen), Hildesheim, 2006, en particulier p.111. Sur le rôle de Lachmann dans la « question homérique » voir G. Broccia, La questione omerica, Florence, 1979, p.40-46 ; F.M. Turner, « The Homeric Question », in : A new Companion to Homer, p.131-133 (la critique de Lachmann comme exemple d’un « criticisme a priori »).

40  Johann Gottfried Herder, Schriften zur griechischen Literatur, éd. Christian Gottlob Heyne, Tübingen, 1808, p.266.

41  Wilhelm von Humboldt, « Antrag auf Errichtung der Universität Berlin 24. Juli 1809 », in : Studienausgabe in 3 Bänden, éd. par K. Müller-Vollmer, Bd II : Politik und Geschichte, Francfort 1971, p.153.

42  N. Merker, La Germania, Rome, 21993, p.227.

43  La bibliographie sur la question est très riche. Qu’il me soit permis de renvoyer à un de mes articles où se trouve une autre bibliographie : S. Fornaro, « Wilhelm von Humboldt und die Altertumswissenschaft an Schule und Universität », in : Bernd Seidensticker et Felix Mundt (éd.), Altertumswissenschaften in Berlin um 1800 an Akademie, Schule und Universität, Berlin, Wehrhahn, 2006, p.85-105.

44  Cf. Salvatore Cerasuolo, « Wolf teoretico della filologia classica », in : F.A. Wolf, Esposizione della scienza dell’Antichita secondo concetto, estensione, scopo e Valore, Naples, 1999, p.15-97.

45  Jakob Grimm, « Rede auf Lachmann », in : Kleinere Schriften. I. Reden und Abhandlungen, Berlin, 1864, p.148.

46  Karl Lachmann, Kleinere Schriften, p.142.

47  Karl Lachmann, Über die ursprüngliche Gestalt des Gedichts von der Nibelungen Not, Berlin, 1816. La même année il avait traduit pour des raisons didactiques une anthologie des sagas scandinaves (Saga bibliothek des skandinavischen Alterthums in Auszügen, mit litterarischen Nachweisungen von P.E.M. aus der dän. Handschrift übersetzt von K.L., Berlin, 1816).

48  Je renvoie à P.C. Bontempelli, Knowledge, Power and Discipline. German Studies and national Identity, translated by Gabriele Poole, Minneapolis, 2003, p.16-27 (édition originale italienne : Rome, 2000). Bontempelli conduit son analyse en se servant des réflexions théoriques sur l’« institutionnalisation » de la science de Michel Foucault et Pierre Bourdieu (de ce dernier spécialement Homo academicus, Paris, 1984).

49  Ulrich Wyss, Die wilde Philologie. Jakob Grimm und der Historismus, Munich, 1979, p.186 sq.

50  Voir surtout H. Weigel, Nur was du nie gesehn wird ewig dauern : Carl Lachmann und die Entstehung der wissenschaftlichen Edition, Fribourg, 1989.

51  Jakob Grimm, « Rede auf Lachmann », p.150.

52  Voir Th. Poiss, « Zur Idee der Philologie. Der Streit zwischen Gottfried Hermann und August Böckh », in : K. Sier, E. Wöckener-Gade (éd.), Gottfried Hermann (1772-1848), p.143-163.

53  Cf. E. Fränkel, « Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff », in : Kleine Beiträge zur Klassischen Philologie, II, Rome, 1964, p.558-559.

54 Ibid., p.151.

55 Ibid., p.152.

56  Jakob Grimm, « Rede auf Lachmann », p.156.

57  « Comme les œuvres humaines les plus nobles la poésie épique aussi aura ses défauts […] » : Jakob Grimm, « Rede auf Lachmann », p.156.

58  On se rappelle le drame expressionniste Der Sohn (1914) de Walter Hasenclever, inspiré par l’expérience biographique du jeune écrivain, dans lequel le protagoniste rejoint le parricide.

59  Martin Hertz, Karl Lachmann, p.84 : « Solche Burschen – muss man kappen » : sur le sens de « kappen » et sa contextualisation voir encore P.C. Bontempelli, op.cit., p.211, n.90.

60  Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, Geschichte der Philologie, Mit einem Nachwort und Register von Albert Henrichs, 3. Auflage, Neudruck der Erstauflage von 1921, Stuttgart, Leipzig, Teubner, 1998, p.59 : « Seine Person, seine Art zu reden, haben einen Zwang ausgeübt, der bald lähmte, bald zu verzerrter Nachahmung verleitete. Von diesem Zwang muß man sein Urteil frei machen, aber so wie er es vorschrieb, indem man sich zunächst willig ergibt ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sotera Fornaro, « Karl Lachmann et sa méthode », Revue germanique internationale, 14 | 2011, 125-138.

Référence électronique

Sotera Fornaro, « Karl Lachmann et sa méthode », Revue germanique internationale [En ligne], 14 | 2011, mis en ligne le 24 octobre 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1281 ; DOI : 10.4000/rgi.1281

Haut de page

Auteur

Sotera Fornaro

Professeur associé à l’Università di Studi di Sassari

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org