Navigation – Plan du site

Présentation

Stefanie Buchenau et Élisabeth Décultot
p. 5-8

Texte intégral

1Participant à un mouvement de pensée qui excède sans aucun doute très largement le xviiie siècle et l’espace germanophone, les penseurs allemands de l’Aufklärung contribuent d’une manière décisive à la constitution de la discipline esthétique. En s’efforçant, en philosophes, de fonder tous les arts sur un principe commun, ils bousculent l’ancienne classification des arts libéraux et mécaniques et participent à la naissance du concept d’Art ou de Beaux-arts, entendu au sens moderne. Réciproquement, cet avènement de l’Art affecte l’auto-compréhension de la philosophie qui, pour la première fois, intègre dans son architectonique une philosophie des arts ou une esthétique.

  • 1 Des extraits de Leibniz, Wolff, Baumgarten, Meier, Gottsched, Bodmer, Breitinger et Sulzer ont réce (...)

2Le processus qui préside à cette « invention » de l’esthétique est complexe et s’étend sur une longue période. Il met en jeu un nombre considérable d’acteurs et de doctrines, une multitude d’arguments et d’orientations. Par-delà leur diversité, ces théories esthétiques présentent néanmoins certains caractères communs, parmi lesquels notamment leur rapport étroit à la philosophie wolffienne, qui a en général constitué leur berceau. Si Christian Wolff n’a certes pas produit d’esthétique au sens propre du terme, il en a fourni les rudiments, et la constitution de la discipline comme telle fut surtout le fait d’auteurs qui se sont présentés comme ses élèves ou tout du moins comme ses lecteurs assidus, tels Johann Jacob Bodmer, Johann Jacob Breitinger, Alexander Gottlieb Baumgarten, Georg Friedrich Meier ou encore Johann Georg Sulzer1. Bodmer et Breitinger à Zurich, Gottsched à Leipzig commencent à explorer la philosophie des arts libéraux et de la poésie, réinvestissant avec des prémisses wolffiennes le vieux débat sur les critères du goût et le statut de la critique. L’œuvre de Baumgarten (les Méditations philosophiques sur quelques sujets se rapportant à l’essence du poème de 1735 et l’Aesthetica de 1750-1758) assoit définitivement l’esthétique dans la systématique philosophique en la définissant comme science de la sensibilité, auxiliaire de la logique. Meier contribue à expliciter et diffuser la nouvelle discipline en Allemagne, tout en en développant certaines virtualités philosophiques jusqu’alors inexplorées. Johann Georg Sulzer prend appui sur la notion wolffienne de plaisir, qu’il réinterprète dans un sens spécifique. Sur ce premier noyau de l’esthétique wolffienne viennent se greffer d’autres contributions qui entretiennent un lien plus distant ou plus intériorisé avec la « systématique » wolffienne, mais restent directement liées à elle. Moses Mendelssohn associe la réflexion sur le statut de l’émotion et du plaisir esthétique à la question des genres et de la tragédie. Enfin, des auteurs comme Kant, Herder ou Schiller se réapproprient la discipline, son nom, ses objets, mais entreprennent de la fonder sur de nouvelles bases philosophiques ou anthropologiques.

  • 2 Hermann Lotze, Geschichte der Aesthetik in Deutschland, München, 1868, p. 3.

3Souvent jugées avant d’être lues ou étudiées, méconnues dans leurs détails, ignorées dans leur soubassement philosophique (la Schulphilosophie wolffienne), ces doctrines esthétiques allemandes des années 1720-1780 ont suscité des résistances et des critiques nombreuses. Certains lecteurs contestent tout simplement que Baumgarten ait inventé une nouvelle discipline et refusent à son néologisme toute valeur novatrice autre que lexicale. D’autres, plus sensibles au statut systématique revendiqué par Baumgarten, tendent à accorder à l’invention du terme un rôle fondateur dans l’histoire générale du concept. Au seuil de sa Geschichte der Aesthetik in Deutschland, Hermann Lotze se situe résolument dans cette tradition. Son histoire de l’esthétique, explique-t-il, commencera à bon droit par une évocation de Baumgarten, car c’est bien lui qui, par l’invention du mot, fait irrésistiblement tomber « un territoire resté jusqu’alors dans l’ombre sous le regard de la science. »2 Signalons d’emblée que le présent recueil n’entend nullement trancher ce vieux débat. Notre propos ne sera pas d’assigner ou non au xviiie siècle en général ou à Baumgarten en particulier un rôle fondateur dans l’histoire de l’esthétique, mais plutôt de chercher à définir quels rapports de filiation se dessinent entre les philosophes allemands qui, dans les années 1720-1780, se sont occupés de l’Art.

  • 3 G. F. Meier, Vorstellung der Ursachen, warum es unmöglich zu seyn scheint, mit Herrn Profeßor Gotts (...)
  • 4 J. C. Gottsched, Handlexicon oder kurzgefaßtes Wörterbuch der schönen Wissenschaften und freyen Kün (...)

4Le premier bénéfice de cette perspective généalogique est de mettre en évidence l’extrême variabilité sémantique du mot même d’« esthétique ». Ce terme rencontre à partir des années 1750 et plus encore dans les années 1760-1770 un très large succès en Allemagne. Meier, qui est le premier à le populariser, reconnaît lui-même en 1754 que « certains amis de l’esthétique font un usage si fréquent et si étrange [du mot] » qu’il en devient « ridicule et pédant3 ». La vague de l’esthétique déferle donc en ce milieu de siècle sur l’Allemagne, déclenchant la rage de ses contradicteurs. Gottsched se lance – en vain – dans une guerre sans merci contre ce « vocable à la mode »4. Des auteurs comme Sulzer, Mendelssohn ou Herder tentent au contraire d’en étayer la définition. Après un temps d’hésitation, Kant y recourt pour désigner le jugement de beauté dans sa troisième Critique. Dans la définition baumgartenienne, le mot, dérivé du grec aisthesis, revêt une double signification : il renvoie à la fois à une philosophie des arts et à une discipline destinée à cultiver la connaissance sensible (claire et confuse). Pour Baumgarten, ces deux sens se recoupent dans la mesure où les facultés sensibles sont définies précisément comme des facultés poétiques ; et c’est parce que Baumgarten assigne aux facultés sensibles un statut strictement humain, langagier et poétique, qu’il peut procéder à une revalorisation des facultés sensibles, encore appelées « inférieures ». Cependant, comme on le verra, il n’en va pas toujours de même chez ses successeurs, tels Sulzer, Mendelssohn, Herder ou encore Kant qui, tout en conservant un terme qui renvoie à un projet esthétique et psychologique spécifique, en modulent le sens en fonction de leurs propres projets. Kant, par exemple, sépare explicitement la théorie de la sensibilité de ce qu’il appelle la « critique du goût ».

5Le second bénéfice de la perspective choisie est qu’elle permet de libérer les auteurs en question, en grande majorité pré-kantiens, de grilles de lecture chronologiquement et philosophiquement très éloignées d’eux (de type kantien, romantique ou autre). L’une des ambitions majeures du présent recueil était en effet de restituer le plus fidèlement possible les intentions et contextes des premières doctrines esthétiques de l’Aufklärung, qui, depuis l’abandon ou le discrédit du système wolffien, sont tombées elles aussi dans l’oubli. Cette restitution historique doit permettre de mieux évaluer les possibilités théoriques de ces doctrines et de mettre en évidence leur actualité, sans les juger toujours et nécessairement à l’aune de l’esthétique kantienne. Rappelons d’ailleurs que cette même esthétique kantienne ne devrait pas se concevoir comme une création ex nihilo, mais plutôt comme une reprise ou reformulation du ou des projets esthétiques antérieurs. Pour éviter, comme on l’a trop souvent fait, de projeter sur ces auteurs l’ombre de Kant, nous avons délibérément inversé la perspective, en mettant Kant ici un peu à l’écart, au privilège de ses prédécesseurs.

6Dans ce cadre très général un premier objet d’interrogation sera la question du rationalisme de l’Aufklärung et de son évaluation : quelles possibilités recèle une poétique comme celle des wolffiens, qui pense la poésie sur le mode d’une combinatoire créatrice de mondes ? Cette poétique trouve manifestement une continuation dans l’esthétique analytique contemporaine qui s’intéresse elle aussi à la poésie comme fiction de mondes possibles. Mais n’existe-t-il pas également une réception de ce thème au xviiie siècle même ainsi que dans le premier romantisme ? Un autre objet d’enquête concerne les relations de ces théories esthétiques des Lumières avec les autres disciplines : la sémiotique, l’herméneutique, la psychologie, la physiologie, la rhétorique, la philosophie pratique. Comment les poétiques et sémiotiques des wolffiens, opérant une distinction entre signes plastiques et poétiques, prolongent-elles l’herméneutique et la sémiotique en germe dans l’ontologie et la logique leibnizienne et wolffienne ? Comment la réflexion sur les plaisirs esthétiques, qui part de la confrontation avec les œuvres, constitue-t-elle un développement de la psychologie wolffienne ?

  • 5 Le présent volume fait suite au colloque « Esthétiques de l’Aufklärung » qui s’est tenu les 30 sept (...)

7La plupart des philosophes dont il sera question dans les pages qui suivent ne pensent pas encore l’art comme une sphère autonome, séparée de la morale, ce qui leur a valu de multiples critiques. Mais ce que nombre de commentateurs ont jugé être une déficience constitue aussi un trait original : ces philosophes peuvent nous aider à mieux penser la fonction pratique, rhétorique et sociale de l’art et la légitimité qu’on peut reconnaître à un point de vue qui envisage l’art comme instrument d’éducation morale et sociale. Que signifie la sentence horacienne selon laquelle la poésie instruit et plaît (prodesse et delectare) dans un cadre philosophique moderne et à l’intérieur du projet émancipateur de l’Aufklärung ? En quel sens l’art sert-il l’éducation de la sensibilité morale ? C’est à ces questions que les présentes contributions5 tentent d’apporter une réponse.

Haut de page

Notes

1 Des extraits de Leibniz, Wolff, Baumgarten, Meier, Gottsched, Bodmer, Breitinger et Sulzer ont récemment été traduits en français dans : Aux sources de l’esthétique. Les débuts de l’esthétique philosophique en Allemagne, éd. par Jean-François Goubet et Gérard Raulet, Paris, 2005. La parution d’une traduction intégrale de l’Aesthetica de Baumgarten en allemand, procurée par Dagmar Mirbach, est annoncée pour la fin de l’année 2006 chez Felix Meiner à Hambourg. Le lecteur français trouvera une traduction partielle de l’Aesthetica, ainsi que de quelques autres textes fondamentaux dans : A. G. Baumgarten, Esthétique, précédée de Méditations philosophiques sur quelques sujets se rapportant à l’essence du poème et de la Métaphysique, traduction, présentation et notes par Jean-Yves Pranchère, Paris, 1988. Cf. également parmi quelques parutions assez récentes en français : Serge Trottein, éd., L’esthétique naît-elle au xviiie siècle ?, Paris,2000.

2 Hermann Lotze, Geschichte der Aesthetik in Deutschland, München, 1868, p. 3.

3 G. F. Meier, Vorstellung der Ursachen, warum es unmöglich zu seyn scheint, mit Herrn Profeßor Gottsched eine nützliche und vernünftige Streitigkeit zu führen, Halle, 1754, p. 11 (rééd. in: G. F. Meier, Frühe Schriften zur ästhetischen Erziehung der Deutschen, éd. par Hans-Joachim Kertscher et Günter Schenk, vol. 2, Halle, 2000, p. 127).

4 J. C. Gottsched, Handlexicon oder kurzgefaßtes Wörterbuch der schönen Wissenschaften und freyen Künste. Zum Gebrauch der Liebhaber derselben, Leipzig, 1760, p. 50; [Anonyme= J. C. Gottsched], Présentation de: Gottsched, Auszug aus des Herrn Batteux […] schönen Künsten, aus dem einzigen Grundsatze der Nachahmung hergeleitet, Leipzig, 1754, in: Das Neueste aus der anmuthigen Gelehrsamkeit, 6, 1754 (juin), pp. 464-467, ici pp. 464-465.

5 Le présent volume fait suite au colloque « Esthétiques de l’Aufklärung » qui s’est tenu les 30 sept. et 1er oct. 2005 à l’École Normale Supérieure avec le soutien de l’UMR « Pays Germaniques/Transferts culturels » du CNRS et de l’ENS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stefanie Buchenau et Élisabeth Décultot, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 26 octobre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/130

Haut de page

Auteurs

Élisabeth Décultot

Directeur de recherche au CNRS, UMR « Pays germaniques/Transferts culturels », ENS, Paris

Articles du même auteur

Stefanie Buchenau

Maître de conférences à l’Université de Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page