Navigation – Plan du site

Herbart paradoxal ? La lecture de Cassirer

Carole Maigné
p. 63-76

Résumés

Cet article voudrait éclaircir le paradoxe que Ernst Cassirer décèle chez Johann Friedrich Herbart, auquel il consacre un chapitre dense du volume 3 de son histoire de la philosophie : Le Problème de la connaissance. Il nous semble que le paradoxe se dénoue si Herbart est inscrit dans l’histoire même des écrits de Cassirer, depuis Substance et Fonction jusqu’à la Philosophie des formes symboliques : alors que Herbart s’inscrit pleinement dans cette ontologie fonctionnelle que décrit et promeut Cassirer, il résiste à une philosophie du symbole, ce qui nous permet d’avancer que Herbart, au sein de l’histoire de la philosophie, n’est pas assez leibnizien pour être un bon kantien. En retour, cela signe la nature profondément leibnizienne du « néokantisme » de Cassirer.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2015.

Plan

1.
2.

Aperçu du texte

Si nous n’en avons pas fini avec les systèmes post-kantiens, comme le souligne avec force Cassirer, nous n’en avons pas fini non plus avec Herbart. Cette affirmation datée de 1920 n’a pas perdu de son acuité. Encore moins d’ailleurs, puisque Cassirer considère Herbart comme une figure « paradoxale » de l’histoire de la philosophie. Il nous semble que ce paradoxe mérite d’être interrogé. Il s’agira donc bien sûr de confronter la lecture de Cassirer et les textes de Herbart, mais cette interrogation n’évitera pas non plus de se demander si ce n’est pas la conception même de l’histoire de la philosophie qu’élabore Cassirer qui fonde ce paradoxe. Nous lirons donc l’histoire de la philosophie de Cassirer non du seul point de vue de Cassirer et de la cohérence interne de sa reconstruction, mais aussi du point de vue de Herbart lui-même, inséré dans le schéma cassirérien. Or cela n’implique rien moins que de réfléchir sur la définition même du postkantisme de Herbart face au néokantisme de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Maigné, « Herbart paradoxal ? La lecture de Cassirer », Revue germanique internationale [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 06 juin 2015, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://rgi.revues.org/1306

Haut de page

Auteur

Carole Maigné

Maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, membre junior de l’IUF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page