Navigation – Plan du site

Langage, mythe et philologie dans la Philosophie des formes symboliques d’Ernst Cassirer

Leopoldo Iribarren
p. 95-114

Résumés

Cet article porte sur une difficulté principielle qui traverse le système des formes symbolique de Cassirer, consistant en un désaccord entre, d’une part, la validité propre de chacune de ses parties – mythe, langage, art et science – et, de l’autre, l’intentionnalité téléologique qui parcourt l’ensemble du système et qui vise la connaissance scientifique et sa validité indépassable. Cette difficulté, comme l’a signalé Habermas, n’est surmontable que si l’on donne au langage une priorité systématique par rapport aux autres formes symboliques. Je me propose de montrer que la position que le langage occupe dans le système est réévaluée par Cassirer dans ses successives approches théoriques à la forme du mythe. Ce repositionnement culmine dans Langage et mythe (1925), où l’auteur extrait de la méthode philologique pratiquée par Hermann Usener dans Götternamen (1896) le modèle d’un mouvement dialectique immanent au langage qui jouera dans son système le rôle fondamental de moteur de la différenciation des mondes symboliques.

Haut de page

Dédicace

À Pierre Judet de La Combe

Notes de l'auteur

Une première version de ce texte fut présentée lors du colloque international « Ernst Cassirer : Kultur und Geschichte », organisé par Carole Maigné et Enno Rudolph à Paris, les 11-12 juin 2010. Qu’ils soient ici remerciés de leur accueil, ainsi que Marc de Launay et André Laks pour les remarques très utiles qu’ils m’ont faites. Ce travail fait partie des recherches que j’ai pu mener dans le cadre du projet ANR « Présocratiques Grecs/Présocratiques Latins » (ANR-08-BLAN-0063), sous la direction d’André Laks. Les références bibliographiques de Cassirer renvoient aux Gesammelte Werke (ECW) et aux Nachgelassene Manuskripte und Texte (ECN), Felix Meiner Verlag, Hambourg, 1995-2009. Je cite les traductions françaises correspondantes quand elles existent, au cas contraire, c’est moi qui traduis.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2015.

Plan

L’embarras du mythe
Le recours à la philologie
La relocalisation du langage dans le système

Aperçu du texte

L’une des critiques récurrentes dont fait l’objet la Philosophie des formes symboliques (1923-1929) d’Ernst Cassirer touche à une difficulté principielle du système qui consiste, comme le résume Hans Blumenberg, en un désaccord entre, d’une part, la validité propre que l’auteur attribue à chacune des parties qui le composent – mythe, art, langage et science – et, de l’autre, l’intentionnalité qui parcourt l’ensemble du système qui vise la connaissance de type scientifique et sa validité indépassable. Selon la première de ces deux thèses, les formes symboliques correspondent aux différentes sphères d’objectivation de l’esprit, qui seraient toutes également originaires et incommensurables. Pour illustrer son propos, Cassirer a souvent recours à l’exemple de l’image d’une ligne que l’on peut appréhender de manière différente selon l’orientation symbolique dont on l’investit. On peut en effet attribuer à la perception d’une simple ligne une signification esthétique, mais on peut aussi v...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leopoldo Iribarren, « Langage, mythe et philologie dans la Philosophie des formes symboliques d’Ernst Cassirer », Revue germanique internationale [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 06 juin 2015, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://rgi.revues.org/1308

Haut de page

Auteur

Leopoldo Iribarren

« Fellow » du Center for Hellenic Studies de l’université de Harvard

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page