Navigation – Plan du site

Cassirer, Kant et l’Aufklärung

Massimo Ferrari
Traduction de Julien Labia
p. 139-160

Résumés

L’interprétation de la philosophie des Lumières que donne Cassirer dans son livre bien connu de 1932 n’appartient pas seulement à l’histoire de l’histoire de la philosophie. En effet dans ces pages composées à la veille de la prise du pouvoir par le nazisme, Cassirer s’engage aussi dans une bataille éthique et politique de  défense de la raison face à la renaissance du ‘mythe politique’, en s’appuyant d’ailleurs sur une vision de la philosophie kantienne fortement liée au sapere aude. Comprendre cet aspect tout à fait crucial, non seulement éclaire la signification de la Philosophie der Aufklärung, mais permet aussi de saisir l’orientation plus générale de la philosophie de Cassirer, ce dernier héritier du néokantisme allemand dans la culture de Weimar.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2015.

Plan

Kant et la République de Weimar
Entre Marbourg et l’Aufklärung
L’Aufklärung de Cassirer

Aperçu du texte

Kant et la République de Weimar

Alors qu’il faisait la recension de Kant und das Problem der Metaphysik de Martin Heidegger, en 1931, Ernst Cassirer soulignait combien il était essentiel de comprendre « l’atmosphère globale qui anime chaque philosophie ». Cassirer avait l’impression que le Kant de Heidegger, si profondément marqué par la présence de  Kierkegaard, était entouré de « l’atmosphère intellectuelle » de l’ontologie fondamentale, au moyen de laquelle l’angoisse du Dasein [esserci] et le « tourbillon d’un questionnement originaire » pénétraient « dans l’univers de la pensée de Kant » comme des éléments totalement étrangers. En réagissant contre cette véritable « violence » herméneutique au sens propre, Cassirer rappelait en revanche vigoureusement l’image de Kant comme philosophe de l’Aufklärung : « Kant est une fois pour toutes un penseur de l’Aufklärung au sens le plus élevé et le plus beau de ce mot : il s’efforce vers la lumière et la clarté, là même où il médite sur les...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Massimo Ferrari, « Cassirer, Kant et l’Aufklärung », Revue germanique internationale [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 06 juin 2015, consulté le 22 août 2014. URL : http://rgi.revues.org/1314

Haut de page

Auteur

Massimo Ferrari

Professeur à l’université de Turin

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page