Navigation – Plan du site

Aux origines de l’archéologie en Dalmatie, le rôle de l’antiquaire Anton Steinbüchel

Marko Špikić
Traduction de Daniel Baric
p. 29-42

Résumés

Dans la suite de l’empereur d’Autriche François Ier, qui au printemps 1818 se rendit en visite en Dalmatie se trouvait le jeune antiquaire Anton Steinbüchel von Rheinwall (1790-1883). La venue de l’empereur dans cette province éloignée, nouvellement rattachée à Vienne, avait un caractère certes politique, mais également culturel, comme en témoignent les écrits de Steinbüchel publiés dans les périodiques viennois en 1818 et 1820, qui marquent une véritable césure dans la perception des antiquités dalmates. Avec la création d’institutions de conservation et de recherche archéologiques sont mises en place les conditions pour une nouvelle situation épistémologique : les monuments de l’Antiquité dalmate sont désormais l’objet d’une autopsie archéologique et d’une étude constante, accompagnée, sous l’impulsion de Steinbüchel, d’un travail de présentation et de conservation où l’iconographie gagne en importance face au texte. Le matériau archéologique est ensuite intégré dans le circuit scientifique, à l’instar de la pratique à l’œuvre dans d’autres provinces habsbourgeoises, en Italie du Nord ou en Basse-Autriche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Anton Steinbüchel, « Dalmatien. Eine Reiseskizze », Jahrbücher der Literatur. Anzeige-Blatt für Wi (...)

« Fast kann Dalmatien noch als terra incognita gelten, in dessen Kenntnis wir auf die bloßen Küstenorte beschränkt sind.1 »

  • 2  Sur la perception de la personne de l’empereur en Dalmatie et plus généralement en Croatie vers 18 (...)

1La venue en Dalmatie de l’empereur François Ier au printemps 1818 est une date importante dans l’histoire de l’archéologie, l’histoire de l’art et de la conservation du patrimoine en Croatie. Tout en présentant une continuité d’apparence « coloniale » après la chute de la République de Venise et la fin de l’administration française dans le cadre des Provinces illyriennes et la mise en place d’une politique culturelle autrichienne sur ce territoire, qui se développera surtout après 1850 et la fondation de la Central-Commission zur Erforschung und Erhaltung der Baudenkmale, cet événement ne saurait être compris d’un point de vue exclusivement politique2. La venue de l’empereur a de fait entraîné un changement significatif dans la perception, le traitement et l’interprétation des antiquités dalmates. Si l’on considère les recherches sur le patrimoine dalmate durant la seconde moitié du xviiie siècle, lorsqu’elles deviennent des études locales qui allient le sérieux scientifique à la subjectvité patriotique, après avoir été longtemps des descriptions de voyageurs étrangers à la région, l’arrivée de la suite impériale apparaît comme une coupure épistémologique ou un apogée dans la longue genèse des disciplines historiques née de l’esprit des études antiquaires.

  • 3  Sur la culture des Lumières en Dalmatie, voir Larry Wolff, Venice and the Slavs. The Discovery of (...)
  • 4  L’architecte écossais Robert Adam a, dans les premières pages de son livre sur le Palais de Dioclé (...)
  • 5  Arnaldo Momigliano, « Ancient History and the Antiquarian », in : Journal of the Warburg and Court (...)

2On observe depuis l’époque des Lumières une augmentation du nombre des personnes qui étudient le patrimoine culturel de l’espace dalmate, qu’il s’agisse du domaine historiographique, antiquaire ou de celui des sciences3. La Dalmatie est devenue à l’époque des débats autour du pyrrhonisme, ouverts au début du xviiie siècle, et suite au déplacement de l’intérêt scientifique de Rome vers la Méditerranée orientale, un objet d’admiration et une région dotée d’un important potentiel en matière de découvertes scientifiques significatives4. Après 1751 et la parution du premier tome de l’Illyricum Sacrum de Daniele Farlati, qui par son mode de reconstruction du passé dalmate ressemble aux admirateurs des « autorités dérivées » telles que définies par Momigliano5, il ne fallut pas attendre longtemps pour qu’apparaissent dans le port de Split des antiquaires qui voulurent vérifier empiriquement, un mètre à la main, les données historiques fournies par Constantin Porphyrogénète, Thomas l’Archidiacre, Cyriaque d’Ancône, Marko Marulić, Ivan Lučić, Henry Blunt, Casimir Freschot, Charles du Fresne Du Cange et Joseph-Simon Assemani.

  • 6  Le principe empirique d’autopsie mis en avant par Winckelmann en 1764 dans sa préface à son histoi (...)

3Deux principes épistémologiques sont à l’œuvre ici, peu étudiés dans l’histoire culturelle croate, à savoir l’approche intuitive et l’empirisme, réunis dans une recherche sur un objet situé dans une région d’Europe inconnue ou oubliée6.

  • 7  Sur l’étude de la culture étrusque en Italie au xviiie siècle, voir : Appendix II in : Momigliano, (...)
  • 8  Le palais de Dioclétien a attiré à Split l’historien Gibbon, qui, sur la foi d’un voyageur « très (...)

4La « découverte » de la Dalmatie et de ses monuments peut ainsi être considérée comme l’expression achevée d’un nouvel humanisme dans la culture des Lumières, que Momigliano évoque au début de son étude. Le scepticisme scientifique, la recherche d’une généalogie de peuples moins connus et de leurs productions ont ouvert la voie à des navigateurs tels que Robert Adam, Alberto Fortis et Louis-François Cassas. Concomitamment, la mise en valeur de Rome comme centre des recherches antiquaires est complétée par un intérêt philosophique pour les causes et les conséquences. Lorsque Newton débuta ses recherches antiquaires et historiques, il suscita l’étude passionnée des cultures qui avaient précédé celles qui jusqu’alors avaient été dominantes dans la culture classique, si bien que l’attrait ressenti par Winckelmann pour l’origine et la qualité de la production artistique la plus achevée et son développement fut accompagné d’une attention portée à sa genèse, ses modifications et son déclin. Ainsi s’affirma notamment au début du xviiie siècle le rôle de la culture étrusque, puis de ceux qui furent perçus comme les descendants d’une lignée romaine jadis illustre : c’est la raison pour laquelle des individualités comme Dioclétien (245-313) furent réhabilitées en même temps que leurs monuments7. Ce moment « émancipateur » s’affirme dans la fascination pour les tournants de l’histoire. Ainsi, à l’époque du voyage en Dalmatie d’Adam, des savants issus de régions situées au-delà des Alpes ont commencé à modifier l’itinéraire de leur Grand Tour. Les rares observations disponibles jusqu’alors furent complétées par des études plus documentées sur les dimensions réelles et la signification d’éléments concrets ou de complexes architecturaux, à l’instar du palais de Dioclétien à Split, qui ont à leur tour donné naissance à des travaux d’érudits locaux8.

  • 9  Ce qui réunissait un Bajamonti et un Michieli Vitturi n’était pas seulement l’intérêt pour le patr (...)
  • 10  Voir Ivan Josip Pavlović-Lučić, De supplicio aedificiorum sub Diocletiano Imperatore excursus hist (...)
  • 11  Voir Danica Božić-Bužančić, « Počeci zaštite spomenika i sabiranja umjetnina u Dalmaciji » [Les dé (...)

5Avant l’arrivée de l’empereur d’Autriche, une dichotomie est perceptible, compararable à celle de l’époque d’érudits tels que Daniele Farlati et de Robert Adam, mais maintenant au niveau local. Il était donc possible d’écrire sur quelque chose qui se dérobait à la vue, qui avait été modifié et usé par le temps, soit en prenant appui sur les auteurs cités, soit sur la base d’une autopsie archéologique. C’est en raison de ces traditions qu’à la fin du xviiie siècle s’est développée toute une génération d’auteurs qui ont pris pour sujet les antiquités dalmates, et qui jusqu’en 1818 ont déjà publié leurs principaux écrits : Julije Bajamonti (1744-1800), Radoš Antun Michieli Vitturi (1752-1822) et Ivan Josip Pavlović-Lučić (1755-1818). Ces auteurs ont pris pour objet d’étude le passé de leur province, en comprenant les segments d’histoire ancienne de la Dalmatie comme des modèles culturels et politiques valables pour leur époque et en balançant ainsi entre l’objectivité antiquaire et une approche tournée vers l’avenir de l’économie et de la politique dans une province vénitienne négligée9. Parmi les trois, Pavlović-Lučić eut sans doute le rôle le plus éminent en tant qu’antiquaire et archéologue. Il a en effet dépassé le cadre des traditionnelles descriptions topographiques des antiquités de Split et approfondi les recherches épigraphiques et archéologiques, que pratiquaient déjà en leur temps Ivan Lučić dans les Inscriptiones Dalmaticae et le jésuite Francesco Antonio Zaccaria dans les Marmora Salonitana dans le deuxième chapitre de l’Illyricum Sacrum de Daniele Farlati. Dans son écrit original et touffu sur les bâtiments de Dioclétien construits à l’époque de la persécution des chrétiens, Pavlović-Lučić a apporté des témoignages sur les trouvailles et le destin des monuments païens de la région de Narona10. Dans l’histoire des recherches antiquaires et archéologiques, il ne faudrait pas oublier le travail effectué à Salone en 1805 par un homme politique issu de la noblesse de Trogir, l’antiquaire Ivan Luka Garagnin (1764-1841), lorsque la maison d’Autriche, à la veille de la bataille d’Austerlitz, trouva du temps pour un retour vers le passé et une chasse au trésor, à l’exemple de Napoléon enrichissant les collections impériales avec ses saisies d’œuvres antiques11.

6Après l’abdication de Napoléon, la maison des Habsbourg a commencé à élaborer l’image d’une administration paternaliste où les projets culturels « centrifuges » représentaient une nouvelle expression de la liberalitas impériale. C’est la raison pour laquelle jusqu’à la consolidation du système conservateur et censorial mis en place par Metternich, la cour de François Ier a soutenu divers projets de politique culturelle et les recherches archéologiques sont devenues l’un des aspects importants de l’étude des monuments anciens et de promotion des provinces impériales. Ainsi se mit en place une compétition entre Vienne et les accomplissements de lord Elgin, Napoléon, du pape Pie VII et des maisons régnantes de Munich et Berlin. Cela ne supposait pas encore l’organisation d’expéditions lointaines comme ce fut le cas au cours de la seconde moitié du xixe siècle avec les archéologues Benndorf, Niemann et Conze en Asie mineure, mais bien l’ouverture de fouilles à l’intérieur des frontières de l’Empire.

  • 12  Le modèle que suivait François Ier en l’occurrence était celui de Joseph II, comme le montre le mo (...)

7En décidant de faire connaissance avec le patrimoine de Split et Salone, François Ier a indirectement suscité chez les chercheurs locaux un questionnement sur la pertinence du passé dalmate dans la formation de l’identité de groupes qui jusqu’à l’apparition de Napoléon vivaient dans l’anonymat du statut de sujet. Du point de vue de la cour, le départ de l’empereur pour la Dalmatie représentait un élément notable de la tradition habsbourgeoise : l’adventus impérial devait prouver l’importance des sujets, le souci véritablement paternel du souverain, et être suivi de la fondation de nouvelles institutions qui, à l’instar de celles d’ordre politique, devaient concurrencer les autres pays européens12.

  • 13  Voir Adelheid Heidecker, Anton Steinbüchel von Rheinwall (1790-1883), Direktor des k. k. Münz- und (...)
  • 14  Voir Gino Pavan, Pietro Nobile architetto (1776-1854). Studi e documenti, Trieste-Gorizia, Istitut (...)

8Peter Georg Anton Steinbüchel von Rheinwall (1790-1883) a dès le début de ses études à Vienne en 1807 montré de l’intérêt pour les antiquités et de l’admiration en particulier pour la richesse du Cabinet impérial et royal de médailles et antiques (K. u. k. Münz- und Antikenkabinett)13. À la Faculté, il suivit les cours du directeur du Cabinet Franz Neumann (1744-1816) qui était originaire comme son étudiant de Krems, si bien qu’en janvier 1809 il devint son auditeur préféré et stagiaire au Cabinet. Jusqu’à sa nomination à la tête de l’institution en 1819, les érudits qui y furent actifs, à l’instar des antiquaires italiens du xvie siècle Andrea Odoni et Jacopo Strada poursuivaient leurs recherches en classifiant et systématisant les acquisitions entre les murs qui abritaient leur collection, et non dans des localités, à la recherche de nouvelles trouvailles. Neumann, tout comme son illustre prédécesseur Josef Hilarius Eckhel (1737-1798), a exclusivement travaillé au rachat et à la classification de la collection de numismatique et de monuments. Le jeune Steinbüchel a pour sa part, dans le cadre de la chaire de numismatique et d’études anciennes dont il hérita à l’Université de Vienne (à partir de juin 1817), abordé la question de la découverte archéologique du patrimoine de l’Empire autrichien. Comme ses contemporains à Rome, Herculanum, Pompéi et Brescia, il s’intéressait à ce qui dans les localités des provinces impériales (Aquilée, Adria, Salone, Pula, Carnuntum) pouvait être fouillé, ou, dans le cas de l’architecture, dégagé. L’administration napolénienne avait précédé ces entreprises, non point tant à Split qu’en Istrie, où l’architecte Pietro Nobile (1776-1854) dirigea les première opérations de dégagement et de consolidation des monuments de Pula14.

  • 15  La maison des Habsbourg semble avoir voulu suivre l’exemple de l’administration française à Rome, (...)
  • 16  Voir concernant les travaux menés à Salone le brouillon de la lettre du premier directeur du Musée (...)
  • 17  Sur Metternich en tant que protecteur des savants et des artistes, voir Hedwig Kadletz-Schöffel, M (...)
  • 18  Ivan Pederin, Njemački putopisci po Dalmaciji [Les voyageurs allemands en Dalmatie],Split, Logos, (...)
  • 19  L’empereur, un jour après son mariage avec Carolina Augusta en 1816, a emmené sa nouvelle épouse p (...)

9La venue de l’empereur eut pour conséquence la création d’un service d’État en charge du patrimoine local. Comme le montrent les premières ordonnances des services auliques, la dualité des ruines de Salone et du réaménagement du palais de Dioclétien a été comprise dès le départ comme une clé dans la planification des travaux de recherche et de protection. Elle entraîna également des polémiques, qui devinrent plus acérées à la fin du xixe siècle, entre partisans d’une « mise au jour » archéologique15 (Freilegungen, disseppellimenti, denudamenti) et le maintien du statut quo (les couches pittoresques accumulées au cours des transformations du palais)16. La mise en place de dotations d’État pour les travaux archéologiques à Salone et de conservation à Split constitue un événement important de la politique culturelle impériale et du chancelier Metternich, car dès les premiers comptes rendus, les champs de Salone sont comparés aux localités parthénopéennes. Au moins deux raisons l’expliquent. Il est un fait, d’une part, que Metternich, malgré sa mauvaise réputation dans l’historiographie (croate), fut un ardent défenseur des sciences et des projets culturels, de la collecte de manuscrits pour la Bibliothèque impériale et l’acquisition de collections numismatiques privées pour le Cabinet de numismatique et d’antiquités, à l’initiative menant à la fondation d’une Académie des sciences autrichienne17. D’autre part, Metternich a refusé d’avaliser les suggestions de partisans d’une politique colonisatrice, à l’instar du géographe Joseph Marx von Liechtenstern et il décida, outre de cultiver le sentiment d’allégeance, de renforcer les institutions scientifiques et de formation18. Aussi le voyage de François Ier, qui avait vu dès 1816 les restes antiques de Pula, et en 1819, en compagnie de Steinbüchel et Lorenz Ré avait visité Rome avant de se rendre à Pompéi, peut se comprendre comme le geste d’un amateur d’antiquités, qui a voulu présenter cet intérêt comme une générosité du souverain19.

  • 20  Voir N. N., « Nachrichten aus Briefen », Wiener Zeitschrift für Kunst, Literatur, Theater und Mode (...)
  • 21  Dans la douxième livraison de la troisième année des Jahrbücher der Literatur, outre le récit de v (...)

10Steinbüchel ayant plu à l’empereur, il fit dès lors partie de sa suite, au titre d’ « antiquaire de sa Majesté ». La conclusion heureuse de ce voyage en Dalmatie préluda à sa nomination au poste de directeur du Cabinet et de la collection du château d’Ambras à Innsbruck en janvier 1819. Steinbüchel a publié deux comptes rendus du voyage impérial. Le premier parut anonymement dans la Wiener Zeitschrift für Kunst, Literatur, Theater und Mode. Il s’agit d’un fragment de lettre, comparable à un article de correspondant, alors que le second, intitulé Dalmatien. Eine Reiseskizze, est une étude plus ample, que son auteur décrit comme un récit de voyage besonders in antiquarischer Hinsicht20. Les textes sont publiés dans de prestigieux périodiques autrichiens, la Wiener Zeitschrift et les Jahrbücher der Literatur, qui parurent de 1817-1818 jusqu’à la fin des années 1840, ce en quoi ils représentent des traces importantes du la culture viennoise du Vormärz. À l’image d’institutions culturelles, ces périodiques ont pu maintenir une continuité dans la parution et la présentation des débats importants de cette époque, depuis la littérature romantique et le théâtre, en passant par les débats philologiques et linguistiques sur des thèmes orientaux, jusqu’à la mode. En raison de l’importance de ces journaux dans la culture viennoise, les écrits de Steinbüchel sur Split et la Dalmatie, parus dès les premiers numéros, témoignent d’un intérêt suscité par les antiquités dalmates de la part de lecteurs peu familiers de ce sujet21. Ces deux textes montrent que les ambitions de la cour de Vienne viennent non seulement du sommet de la hiérarchie politique, mais aussi des cercles intellectuels. Il présente de fait la venue de l’empereur dans les deux cas comme le point de départ d’une nouvelle époque. Alors que dans le premier, il souligne la composante historique et politique du voyage de l’empereur, car les hôtes d’un tel rang n’avaient plus entrepris de tels voyages dans cette terra incognita des confins ottomans depuis des siècles, dans le second il insiste sur l’aspect scientifique de cette visite. Split apparaît dans le compte rendu de 1818 comme une ville dotée d’un port actif et de « précieux monuments de l’Antiquité », comme une agglomération aux ruelles étroites, bâtie aux abords du Palais sur un modèle vénitien. L’auteur ne trouve pas à Split le confort que cherche dans une ville un honnête d’homme à l’époque du Biedermeier. Les Splitois ne disposent ni de bains publics, ni d’un hôtel d’une certaine taille, ni d’un théâtre, si important pour un Viennois, puisque le bâtiment qui en fait office tombe en ruine.

  • 22  Voir Pederin, op. cit. (18), p. 74-108. Sur la vision de cette visite du point de vue des habitant (...)
  • 23  L’inscripion est rédigée comme suit : FRANC. PRIMO / AUSTR. IMP. SEMP. AUG / ET. DALM. REG / HOC / (...)

11Les habitants de la ville et des îles qui lui font face ont réservé un accueil particulier au couple impérial, arrivé le 12 mai en fin d’après-midi : les femmes des villages proches du littoral, les Kaštela, sont venues vêtues du costume traditionnel, le représentant de l’autorité politique, le podestat muni des clés de la ville a prononcé un discours de bienvenue, alors que les cloches de l’église retentissaient et que des tirs de canons saluaient cette entrée. Ensuite ils allèrent par les ruelles recouvertes de fleurs vers le Péristyle (Tempelplatz), que l’empereur décrivit dans son journal de voyage22. Au cœur du palais de Dioclétien, l’empereur a vu des bâtiments interpolés et le clocher de la cathédrale avec ses nombreux fragments antiques, ainsi que les chapelles de l’époque renaissante sous le prothyron, sur lequel était restée jusqu’au milieu du xxe siècle une plaque commémorative qui rappelait cette visite23. Steinbüchel dans son premier compte rendu s’était concentré sur la visite de l’empereur dans les ruines de Salone, qui a suscité chez lui le plus grand intérêt. Salone est alors appelée sur un mode hyperbolique das österreichische Pompeji. Le « reportage » de Steinbüchel, à la fin abrupte, sans conclusion particulière, suggère une suite à l’histoire intrigante d’une ville antique enterrée et pillée des siècles durant, que recouvrirent ensuite des vignobles. C’est là que se trouve un changement fondamental dans la manière d’aborder les monuments antiques, alors que l’autopsie archéologique commence à compléter la reconstruction imaginaire de la métropole antique sur la base des seuls textes. Le lecteur, dans le bref texte de Steinbüchel, y suit un témoin intéressé par les fouilles archéologiques, qui se réfère à ce qu’il voit de ses propres yeux. Ce principe une fois comparé à celui à l’œuvre dans les textes de la génération précédente – les constatations de Fortis et de Bajamonti sur la malignité des conservateurs ou bien avec les reconstitutions idéales de Fischer von Erlach et Farlati par l’image, et de Michieli Vitturi à travers les textes – , il apparaît qu’une nouvelle époque a commencé dans l’histoire des recherches sur le passé dalmate. Ainsi Steinbüchel fait part de sa propre expérience : la découverte d’un relief représentant les travaux d’Hercule : 

  • 24  N. N., Nachrichten, op. cit. (20), p. 519. À propos du relief, voir Jasna Jeličić-Radonić, « Relje (...)

Que puis-je vous dire sur la belle tombe creusée dans la pierre, où la grotte, le sarcophage et les bas-reliefs décoratifs sont tous sculptés dans la même pierre ? Et quels beaux bas-reliefs (représentant certains travaux d’Hercule), si bien choisis, remplis des plus magnifiques idées des Anciens sur la vie future ! J’étais présent, lorsque ce monument magnifique de l’Antiquité, complètement recouvert de terre, s’est progressivement dévoilé de manière de plus en plus claire, et je ne vous décris pas les sentiments avec lesquels sur place, là où quelques minutes auparavant seulement ne se trouvaient que quelques ceps de vigne insignifiants et abandonnés, je vis un monument aussi magnifique. Que diriez-vous si je vous parlais d’une vallée en contrebas de Klis, où sont encore conservés les clairs vestiges d’un camp romain ; pourriez-vous en pensée avec moi vous trouver dans la niche dans laquelle autrefois peut-être se trouvait l’aigle des légions romaines ?24

  • 25  Sur le carnet de voyage en Dalmatie de 1818 et en Italie de 1819 tenu par Steinbüchel, voir Heidec (...)

12Ces notes ainsi que les écrits de Steinbüchel conservés de manière incomplète dans ses carnets de voyage, ont donné naissance au récit plus long publié en 182025. Ce texte est à la fois un récit de voyage, un débat entre antiquaires, un sylloge épigraphique dans lequel, entre autres, se manifeste une satisfaction due au lancement de travaux archéologiques dans une région récemment découverte. En écrivant sur le voyage impérial depuis Vienne, en passant par la Hongrie, la Croatie septentrionale et la Lika, Steinbüchel relève les particularités géographiques et ethniques des contrées traversées. La Dalmatie représentait le but essentiel de ce voyage. L’auteur se montre particulièrement enthousiaste à l’égard de cette province nouvellement acquise : dans le massif du Velebit, il s’étonne devant la variété des climats et de la flore, et dans l’arrière-pays dalmate, il découvre des sites archéologiques.

13À Salone, Steinbüchel a organisé des études et des excursions, alors que le palais de Split, à l’instar des appréciations de Crevier et Adam, est considéré d’après des catégories de monumentalité, dont l’imposante apparence est particulièrement mise en avant. Split jouit d’un climat favorable et se trouve dans un imaginaire « jardin dalmate », approvisionné autrefois en eau fraîche depuis les magnifiques montagnes de l’arrière-pays, écrit Steinbüchel qui ouvre par ailleurs un débat sur les antiquités de Split, parle de transformation du palais dans la ville, revenant sur un thème des chroniqueurs médiévaux locaux, comme Thomas l’Archidiacre au xiiie siècle. À l’intérieur des murailles se trouvaient encore des traces des temps anciens :

  • 26  Steinbüchel établit ici un lien entre la chute de Salone au VIIe siècle et la construction du pala (...)
  • 27  Voir Steinbüchel, Dalmatien, op. cit. (1), p. 8-9. Ici se trouvent les origines du plan de l’archi (...)

Sans doute avec la mort de Dioclétien son palais aussi serait tombé en ruines, si la robustesse digne d’admiration du bâtiment n’avait très tôt attiré des habitants des environs afin de s’y protéger des attaques des peuples violents en migration : achevé au moment où, avec l’attaque sur la ville la plus proche de Salone et sa destruction par les Avars, sur toute la côte ne subsistait plus aucun point fortifié qui aurait pu offrir une protection, il semble que tous ceux qui y ont trouvé refuge depuis les îles et se sont réunis à l’intérieur des murs du palais, dans ses vastes cours, couloirs et pièces, ont fondé la ville nouvelle de Split26. Sans doute l’immense bâtiment a subi quelques dommages et modifications malencontreuses par sa transformation en lieu d’habitation pour une population nombreuse, mais il est tout aussi certain que nous sommes redevables aux circonstances qui ont présidé au maintien d’un habitat ininterrompu de l’avantage dont nous jouissons de pouvoir admirer le celèbre palais de Dioclétien, toujours conservé dans ses plus belles parties. Les remarquables travaux d’Adams (sic) et Cassas rendent inutile toute description supplémentaire ; nous remarquerons seulement que c’est durant le séjour de Sa Majesté que fut ouverte la porte centrale du côté de la mer (…), et c’est de ce côté également qu’en évacuant la terre qui se trouvait dans les salles que fut entamé un très heureux commencement27.

  • 28  L’antiquaire Pietro Niseteo (1774-1866) de l’île de Hvar a tenté de réaliser l’idée de Steinbüchel (...)
  • 29  Sur le relief représentant les divinités, voir : Nenad Cambi, « Kiparstvo » [La sculpture], in : E (...)
  • 30  Comme cela est visible au bas des illustrations, qui sont imprimées sur un papier de format assez (...)

14Steinbüchel, qui des décennies avant Mommsen avait élaboré le projet de rassembler les inscriptions antiques dans une publication unique, le Corpus inscriptionum Dalmaticarum, s’intéressait à Split, tout particulèrement aux inscriptions, aux reliefs et dans une moindre mesure à l’architecture28. Il est caractéristique que dans l’interprétation de ce matériau ce ne sont pas tant les sources textuelles et les comptes rendus historiographiques qui l’intéressaient que les sources visuelles en tant que témoignages d’un état de conservation actuel et passé. Aussi s’appuyait-il sur les publications illustrées d’Adam et Cassas et sur les réflexions d’Ennio Quirino Visconti. La conservation des images, dont s’occupaient les antiquaires au xviiie siècle, a commencé à prendre place dans les publications autrichiennes, ainsi trouve-t-on en accompagnement de l’article de Steinbüchel des illustrations de monuments dalmates, à l’instar du sarcophage aux travaux d’Hercule et du relief représentant les divinités romaines, qui se trouvait des siècles durant sur le clocher de la cathédrale de Split Saint-Domnius29. Bien qu’il ne l’eût pas accompagné, le peintre et dessinateur Peter Fendi (1796-1842) a produit pour Steinbüchel des illustrations de monuments qui furent imprimées à l’Institut lithographique de Vienne30. À propos du clocher de la cathédrale, il a remarqué qu’il contient nombre de fragments d’inscriptions antiques, de statues et de reliefs en un mélange médiéval haut en couleur.

Peter Fendi, reliefs de Split et Salone

Peter Fendi, reliefs de Split et Salone

Reliefs publiés dans l’article de Steinbüchel (1820), qui décrit la figure 3 (note 24), un sarcophage représentant les travaux d’Hercule, trouvé à Salone et conservé in situ, dans une chapelle édifiée ulterieurement selon les plans de l’architecte et conservateur du patrimoine à Split, Vicko Andrić (1793-1866). Les figures 1 et 2 représentent un même relief, qui se trouvait placé en hauteur sur le clocher de la cathédrale de Split (conservé aujourd’hui au Musée archéologique de Split), que Steinbüchel cherche à interpréter scientifiquement tout en le décrivant (note 32).

  • 31  AA. VV. Pel faustissimo arrivo in Spalato delle loro Maestà Francesco Primo Imperatore e Re e Caro (...)

15Le clocher a également attiré l’attention de l’impératrice. Un habitant de Split, Nikola Iveljić, a célébré dans une épigramme l’intérêt impérial pour l’ancien clocher, dont l’équilibre était menacé31. Ici s’amorcent, sur la base des annotations d’Adam et de Cassas, les premiers débats de spécialistes d’histoire de l’art sur les monuments dalmates. Steinbüchel, tout comme l’empereur dans son journal de voyage, s’interroge sur l’identité des divinités anciennes représentées sur le relief, et compare ses conclusions (il croit y reconnaître l’image de Concordia) avec l’iconographie connue dans le domaine de la numismatique :

  • 32  Voir Steinbüchel, Dalmatien. op. cit. (1), p. 9. « Steinbüchel a identifié toutes les divinités, s (...)

Adams (sic) (pl. LIX) et Cassas (pl. 38) ont donné des reproductions des reliefs qui s’y trouvent mais qui ne sont pas absolument fidèles, comme nous avons pu nous en convaincre sur place, profitant d’une circonstance heureuse, ce qui se laisse aisément expliquer, puisque le monument est inséré très en hauteur et qu’il est malcommode d’y accéder (…). À l’évidence, ce n’est que maintenant que le monument livre sa claire signification, et toutes les explications précédentes tombent d’elles-mêmes : contre l’autel se trouvent Jupiter et Junon Pronuba,Concordia a le dos tourné, comme sur de nombreuses pièces romaines en cuivre représentant l’empereur, puis viennent Minerve, Hercule, Mars et peut-être Cybèle, mais cette dernière ne peut être déterminée qu’avec une moindre certitude.32

16Dans son bref compte rendu de séjour à Split, avant de passer à la description des trouvailles faites à Salone, Steinbüchel évoque également le relief du sarcophage chrétien près de l’autel principal de l’église franciscaine, qui représente le passage de la mer Rouge. Là encore, il suit les intérêts de l’empereur François, qui prit également des notes dans son journal sur le monument, mais il a apporté plus d’exactitude à la description du relief : 

  • 33  Steinbüchel, Dalmatien, op. cit. (1), p. 9. L’empereur considérait qu’il s’agissait d’une présenta (...)

Adams (sic) (pl. LVII) et Cassas (pl. 38) donnent une représentation du relief antique qui est exposé à Split au-dessus de l’autel principal de l’église franciscaine. À l’évidence, il ne forme que le cadre d’un sarcophage chrétien, et ne se caractérise pas par un travail artistique particulier, comme il était courant à cette époque. - Quant au sujet de la représentation, il existe de multiples interprétations, qui ne sont pas toujours pertinentes, que l’on peut lire chez Cassas p. 140, où l’on rencontre aussi le nom du vénérable Visconti. Qu’il nous soit permis de faire les remarques suivantes à propos de ce ce relief réellement mystérieux : nous y voyons l’expulsion des Israélites d’Égypte et le roi pharaon qui les suit avec son armée et s’abîme dans la mer Rouge ; à droite, avec ses divinités et ses enfants, le peuple qui s’est sauvé et qui se tourne vers ses foyers abandonnés ; dans les chars sur le côté gauche, la suite du roi qui les poursuit - lui-même est suffisamment reconnaissable au diadème qui lui coiffe la tête ; [nous voyons aussi] les premiers soldats qui se sont éloignéstrop loin avec leurs chevaux et leurs chars, que des trombes d’eau sont déjà en train d’engloutir et le même destin se prépare pour les chevaux du roi ; à l’arrière-plan se trouvent les portes de la ville, d’où émerge une colonne33.

  • 34  Cette information est également soulignée par Karl August Böttiger, « Vorbericht », in : Amalthea, (...)

17À la fin de l’article, Steinbüchel apporte la transcription de dix-sept inscriptions anciennes vues à Split et les compare avec celles données dans le récit de voyage de Spon et la collection Zaccari d’inscriptions de Salone. Il présente en tout 130 inscriptions dans cet article34. Ses transcriptions sont classées par sites visités, de Kaštel Stari à Zadar, et à la fin il publie les inscriptions vues lors du voyage de retour, à Aquilée, Pula, Enns et à l’abbaye de Lambach.

  • 35  Voir dans ce numéro de la RGI les contributions de Georg Vasold et Suzanne Marchand pour ces dével (...)

18Ce récit de voyage de 1820 exprime une certaine satisfaction due d’une part à sa nomination au poste de directeur du cabinet impérial et, d’autre part, à l’intérêt désormais plus marqué au sein de la cour pour le lancement de nouvelles recherches archéologiques sur les territoires de la Monarchie. La visite de l’empereur, impressionné par ce qu’il avait vu, eut pour conséquence la fondation du Museo delle antichità à Split. Dans le cadre de cette politique culturelle et d’une nouvelle direction de recherche sous la houlette de l’empereur François Ier, il convient de prendre en considération l’acceptation et l’affirmation du principe de prise en charge par l’État des monuments. Il suivait en cela les leçons d’une tradition papale multiséculaire et de l’ambitieuse administration prussienne avec Humboldt et Schinkel à leur tête. La nouveauté dans le cadre autrichien est sensible dans les instructions méthodologiques adressées aux chercheurs locaux et dans la volonté d’établir une activité muséale, mais aussi de conservation et de recherche pérennes. Cet intérêt de la cour, qui allait de pair avec la redécouverte du Moyen Âge et des patrimoines spécifiques au sein des représentants de groupes nationaux qui ne se définissaient pas encore comme tels, est typique de l’époque du Vormärz dans l’empire multinational. Il annonce le début du développement de l’archéologie, de l’histoire de l’art et de la protection des monuments sur la côte orientale de l’Adriatique sous le patronage de l’empereur, bien qu’il fallût attendre l’arrivée de chercheurs de renom, R. Eitelberger, A. Hauser, W. Kubitschek, A. Riegl et M. Dvořák, pour que cela devienne, par delà un dilettantisme érudit, une véritable et constante recherche scientifique, suivie d’une réception significative dans les cercles européens35. La venue de l’empereur François Ier et de son antiquaire personnel dans l’espace dalmate a donné à ce développement sa première impulsion et une empreinte particulière.

Haut de page

Notes

1  Anton Steinbüchel, « Dalmatien. Eine Reiseskizze », Jahrbücher der Literatur. Anzeige-Blatt für Wissenschaft und Kunst, n° 20/12, III/1820, (p. 1-30), p. 1

2  Sur la perception de la personne de l’empereur en Dalmatie et plus généralement en Croatie vers 1818, voir Marko Špikić, « Titus Novus. Emperor Francis the First’s iconography of power and its reception in Croatia and Dalmatia », actes du cinquième colloque international d’iconographie, Sovereign and the Iconography of Political Power, Rijeka, 25-27 mai 2011, à paraître.

Sur le système de protection des monuments après 1850, voir la thèse de Franko Ćorić, Carsko i kraljevsko Središnje povjerenstvo za proučavanje i održavanje starinskih građevina u hrvatskim zemljama. Ustroj, zakonodavstvo i djelovanje 1850-1918. [La Commission centrale impériale et royale pour l’étude et la protection des monuments historiques dans l’espace croate. Organisation, cadre législatif et action de 1850 à 1918], Zagreb, Faculté des Lettres, 2010.

3  Sur la culture des Lumières en Dalmatie, voir Larry Wolff, Venice and the Slavs. The Discovery of Dalmatia in the Age of Enlightenment, Stanford, Stanford University Press, 2001 ; Josip Vrandečić, Dalmatinski autonomistički pokret u XIX. stoljeću [Le mouvement autonomiste dalmate au xixe siècle], Zagreb, Dom i svijet,2002, p. 45-60. Sur les écrivains de la fin du xviiie siècle, voir Marko Špikić, « Mi i naši preci… Uloga književne i historijske naracije u nastanku jedne discipline » [Nos ancêtres et nous,… Le rôle de la narration littéraire et historique dans la naissance d’une discipline], Književna smotra, 147/1, 2008, p. 35-48.

4  L’architecte écossais Robert Adam a, dans les premières pages de son livre sur le Palais de Dioclétien, écrit sur la curiosité et le « désir naturel » de visiteurs et de lecteurs, avides de se familiariser et de reconstruire les monuments de Split de l’époque de l’Antiquité tardive. Voir Robert Adam, Ruins of the Palace of the Emperor Diocletian at Spalatro in Dalmatia, Londres, 1764, p. 7. Voir en croate Duško Kečkemet, Robert Adam : Dioklecijanova palača i klasicizam [Robert Adam : le Palais de Dioclétien et le classicisme], Zagreb, Nakladni zavod Matice hrvatske, 2003.

5  Arnaldo Momigliano, « Ancient History and the Antiquarian », in : Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, XIII/1-2, 1950, p. 285-315, p. 286 : “ The whole modern method of historical research is founded upon the distinction between original and derivative authorities. By original authorities we mean either statements by eye-witnesses, or documents, and other material remains, that are contemporary with the events which they attest. By derivative authorities we mean historians or chroniclers who relate and discuss events which they have not witnessed but which they have heard of or inferred directly or indirectly from original authorities. ”

6  Le principe empirique d’autopsie mis en avant par Winckelmann en 1764 dans sa préface à son histoire de l’Art dans l’Antiquité (Geschichte der Kunst des Alterthums), qui prend ses distances avec l’examen des monuments de Montfaucon « mit fremden Augen ». Ce principe a été repris dans le cas dalmate par l’ecclésiastique de Makarska Pavlović-Lučić, qui souligne qu’il a lui-même vu les inscriptions qu’il a publiées en 1789 dans la première édition des Marmora macarensia (« ut meis ipse oculis diligenter inspexi »). Voir Marko Špikić, « Život i djelo antikvara Ivana Josipa Pavlovića-Lučića » [La vie et l’œuvre de l’antiquaire Ivan Josip Pavlović-Lučić], in : Peristil, 51, 2008, (p. 47-71), p. 61.

7  Sur l’étude de la culture étrusque en Italie au xviiie siècle, voir : Appendix II in : Momigliano, op. cit. (note 5), p. 314-315. La mise sur le même plan des monuments classiques et non-classiques est davantage sensible chez un Bernard de Montfaucon dans L’Antiquité expliquée et representée en figures (1719-24), qui au quatrième tome rend compte des monuments religieux des Égyptiens, des Arabes, des Syriens, des Perses, des Scythes, des Germains, des Gaulois, des Hispaniques et des Carthaginois. Le Comte de Caylus au cinquième volume de son Recueil d’Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines évoque les antiquités de la Gaule et ce faisant, renforce le culte des antiquités nationales. Voir sur ce point Françoise Choay, L’Allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992, p. 55-58. Les tenants des Lumières en Dalmatie ne pouvaient ignorer le fait qu’ils avaient développé avec les objets de leurs recherches des liens émotifs, que ces derniers s’étaient constitués, qu’ils avaient été patinés par le temps et qu’ils avaient disparu dans le sol d’où eux-mêmes tiraient leur ascendance familiale. C’est en ce sens que l’on peut comprendre le changement sémantique qui affecte l’empereur Dioclétien, qui dans l’historiographie chrétienne est présenté comme un persécuteur, pour devenir, avec l’affirmation du culte des antiquités nationales en Dalmatie, un ancêtre digne de réhabilitation. Voir Rados Antonio Michieli Vitturi, Lettera di Diocleziano a Massimiano Erculeo, Venise, Alvisopoli, 1817, p. 5-48, dans laquelle l’auteur use d’une prosopopée de manière à permettre à « Dioclétien » de se défendre à la première personne du singulier.

8  Le palais de Dioclétien a attiré à Split l’historien Gibbon, qui, sur la foi d’un voyageur « très judicieux » (Alberto Fortis), parle de « ruines horribles » (awful ruins) qui expriment « le déclin des arts ». Voir Edward Gibbon, The Decline and Fall of the Roman Empire, vol. I, chapitre xiii.

Suivant l’exemple de la curiosité évoquée par Adam, mais non le principe d’autopsie winckelmanien, Jean-Baptiste-Louis Crevier, que cite l’antiquaire de Makarska Pavlović-Lučić en 1796, écrit au chapitre 11 de son Histoire des empereurs romains la chose suivante au sujet du palais : « Il se bâtit un Palais superbe, à quatre milles de Salone : et les murs en subsistent encore presque entiers dans Spalatro, ville de la côte de Dalmatie, à laquelle peut-être ce Palais a donné le nom. Il reste aussi une partie des édifices, où se fait remarquer un goût de recherche et de magnificence. » J.-B.-L. Crevier, Histoire des empereurs romains, depuis Auguste jusqu’à Constantin, Tome VIII, Paris, Firmin Didot, 1827, livre XXVIII, (p. 344-443), p. 440.

9  Ce qui réunissait un Bajamonti et un Michieli Vitturi n’était pas seulement l’intérêt pour le patrimoine ancien du cercle de Split, mais aussi les projets physiocratiques. Le premier est l’auteur d’un écrit intitulé Sull’asciugamento della campagna d’Imotski nella Morlacchia Veneta e sulla regolazione delle sue acque ragionamento (Venise, 1781), le second a publié à quelques années d’écart les études suivantes : Saggio epistolare sopra la repubblica della Dalmazia (Venise, Coleti,1777) et Sulla moltiplicazione della specie bovina nella Dalmazia (s. l., s. a.,vers 1788).

10  Voir Ivan Josip Pavlović-Lučić, De supplicio aedificiorum sub Diocletiano Imperatore excursus historiographo-criticus, Venise, Typographia Coletiana, 1796, p. 25-32, où l’on parle de la mise au jour des thermes (à Prud) et de la destruction des reliefs anciens (à Zaostrog et Brist) sur ordre des autorités religieuses.

11  Voir Danica Božić-Bužančić, « Počeci zaštite spomenika i sabiranja umjetnina u Dalmaciji » [Les débuts de la protection du patrimoine et de la collecte d’œuvres d’art en Dalmatie], Prilozi povijesti umjetnosti u Dalmaciji [Contributions à l’histoire de l’art en Dalmatie], XVIII, 1970, p. 145-159 ainsi que Ivo Babić, « Prilog poznavanju povijesti grafičke dokumentacije salonitanskih spomenika » [Contribution à la connaissance de l’histoire de la documentation graphique des monuments de Salone], Godišnjak zaštite spomenika u Hrvatskoj [Annales de la protection des monuments en Croatie], VIII-IX, 1982-83, p. 67-79.

12  Le modèle que suivait François Ier en l’occurrence était celui de Joseph II, comme le montre le monument en bronze sur la Josefsplatz de Vienne, œuvre de Franz Anton von Zauner de 1806, orné de reliefs qui rappellent la création d’institutions publiques pour la salus publica et l’adventus de l’empereur figuré en chef des armées à l’antique à Cluj-Napoca en 1773.

En Croatie, la venue de Joseph II a été commémorée dans des poésies de circonstance et par une nouvelle manifestation épigraphique : non loin d’Ogulin, à Tounj, une localité située entre Zagreb et la côte adriatique, une inscription sur le parapet du pont invoque Romanus Imperator Josephus qui est passé dans ces parages en 1778.

13  Voir Adelheid Heidecker, Anton Steinbüchel von Rheinwall (1790-1883), Direktor des k. k. Münz- und Antikenkabinetts. Erfolge und Krisen in der Laufbahn eines österreichischen Staatsbeamten und Gelehrten, thèse, Vienne, 1969, p. 9 ; Constant Wurzbach, « Steinbüchel von Rheinwall, Anton », in : Biographisches Lexicon des Kaiserthums Österreich, Vienne, Hof- und Staatsdruckerei,1879, tome 38, p. 53 ainsi que Alfred Bernhard-Walcher, « Steinbüchel von Rheinwall, Anton » in : Österreichisches Biographisches Lexikon 1815-1950, Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften, 2008, tome 13, p. 163.

14  Voir Gino Pavan, Pietro Nobile architetto (1776-1854). Studi e documenti, Trieste-Gorizia, Istituto giuliano di storia, cultura e documentazione, 1998, p. 25-26, 28, 31-32, 35 et 377-408. L’empereur François Ier a visité Pula en 1816. L’architecte anglais Allason, qui visita la ville la même année, écrivit des paroles sans doute peu agréables aux oreilles des administrateurs : “It must seem an extraordinary instance of political negligence that a town so circumstanced should be suffered to remain in such a ruinous and impoverished state”. Voir Thomas Allason, W. B. Cooke, George Cooke, Henry Moses, Cosmo Armstrong, Picturesque Views of the Antiquities of Pola, in Istria, Londres, John Murray, 1819, p. 2-3.

15  La maison des Habsbourg semble avoir voulu suivre l’exemple de l’administration française à Rome, où les travaux de l’Académie archéologique étaient menés depuis 1810 sous l’invocation tirée des Épîtres d’Horace (1.6.24) In apricum proferet.

16  Voir concernant les travaux menés à Salone le brouillon de la lettre du premier directeur du Musée des antiquités, le médecin et antiquaire Carlo Lanza, au responsable du cercle de Split Reha du 21 mai 1819 aux Archives du Musée archéologique de Split (Arhiv Muzeja, spisi iz 1819 [Documents écrits de l’année 1819]). Lanza met en avant le rôle de l’esprit du souverain (Sovrana mente) et de Steinbüchel dans la conception de travaux archéologiques et de conservation qui seront exécutés par l’Inspecteur en charge des antiquités Vincenzo Solitro. Lanza écrit au sujet de trois propositions émanant de la Cour : 1. La conservation des monuments de Salone 2. Les fouilles entreprises à Salone et l’établissement d’un plan au sol fidèle à la réalité et 3. La fondation d’un musée.

17  Sur Metternich en tant que protecteur des savants et des artistes, voir Hedwig Kadletz-Schöffel, Metternich und die Wissenschaften, thèse, Vienne, 1989, tomes 1-2. En Croatie, l’époque de François Ier et de Metternich a été perçue comme particulièrement tragique jusqu’au milieu du xxe siècle. Ainsi Grga Novak écrit dans son « Histoire de Split », Povijest Splita, Split, Čakavski sabor, 1978 (1965), tome IV, p. 1836 : « Jamais depuis sa création Split n’avait vécu dans une telle apathie, jamais la ville n’eut moins d’autonomie, jamais elle ne fut plus pauvre qu’alors. C’est l’époque la plus malheureuse de toute l’histoire de Split. »

18  Ivan Pederin, Njemački putopisci po Dalmaciji [Les voyageurs allemands en Dalmatie],Split, Logos, 1989, p. 65-68 montre que Liechtenstern, l’auteur du récit de voyage Reisen durch das österreichische Illyrien, Dalmatien und Albanien im Jahre 1818, voyait dans la conquête de la Dalmatie l’appel à une avancée autrichienne plus avant dans les Balkans.

19  L’empereur, un jour après son mariage avec Carolina Augusta en 1816, a emmené sa nouvelle épouse précisément au Cabinet de numismatique et d’antiquités. Voir Heidecker, Anton Steinbüchel, op. cit. (13), p. 38.

Le couple a été accompagné dans son itinéraire à Rome et Naples par Steinbüchel, ce qui est reporté dans N. N., Korrespondenz-Nachrichten, Vienne, 20 février, et Morgenblatt für gebildete Stände 54, 4 mars 1819, p. 215-216. À Rome, l’empereur fut accueilli par Friedrich Schlegel et Steinbüchel a fait la connaissance du secrétaire d’État, le cardinal Ercole Consalvi, du peintre Josef Rebell et de l’ambassadeur de Prusse, qui n’était autre que l’historien Barthold Georg Niebuhr.

20  Voir N. N., « Nachrichten aus Briefen », Wiener Zeitschrift für Kunst, Literatur, Theater und Mode, Vienne, 28 mai 1818, p. 517-519 et Steinbüchel, Dalmatien, op. cit. (1), p. 1-30.

21  Dans la douxième livraison de la troisième année des Jahrbücher der Literatur, outre le récit de voyage à dominante antiquaire de Steinbüchel, paraissent notamment des travaux sur l’art antique de Goethe.

22  Voir Pederin, op. cit. (18), p. 74-108. Sur la vision de cette visite du point de vue des habitants de Split, voir Duško Kečkemet, « Opis Splita u prigodi posjeta cara Franje Prvoga 1818. » [La description de Split à l’occasion de la visite de l’empereur François Ier en 1818], Kulturna baština [Patrimoine culturel], VI, 9-10, 1979, p. 59-68 ; Duško Kečkemet, « Zbivanja u Splitu i u svijetu u kronici splitske Gimnazije 1817-1868 » [Les événements à Split à la lumière de la chronique du Lycée de Split en 1817-1868],in : 290 godina Klasične gimnazije u Splitu, 1700-1990 [Les 290 ans du Lycée classique de Split, 1700-1990], Split, Književni krug, 1990, p. 210-211.

23  L’inscripion est rédigée comme suit : FRANC. PRIMO / AUSTR. IMP. SEMP. AUG / ET. DALM. REG / HOC / LAET. ET. FIDELIT. MON / PRAESENTI SPALATUM / P. / IV. ID. MAJI. MDCCCXVIII.

24  N. N., Nachrichten, op. cit. (20), p. 519. À propos du relief, voir Jasna Jeličić-Radonić, « Reljefi s prikazima Heraklovih djela u crkvi sv. Kaja u Solinu » [Les reliefs avec des représentations des travaux d’Hercule dans l’église Saint-Caius à Solin], in : Prilozi povijesti umjetnosti u Dalmaciji [Matériaux pour l’histoire de l’art en Dalmatie], 39, 2001-2002, p. 31-49 et Milan Ivanišević, Antica Rediviva, in : Emilio Marin (éd.), Longae Salonae, Split, Arheološki muzej, 2002, tome I, p. 651 et p. 653-654. La « vallée en contrebas de Klis » évoquée par Steinbüchel rend peut-être compte des restes de bâtiments de l’époque pré-romaine. Nenad Cambi, Antička Salona [Salone antique], Split, Književni krug, 1991, p. 11-14 évoque les localités de Uvodić et Rupotine en contrebas de Klis et du mont Kozjak.

25  Sur le carnet de voyage en Dalmatie de 1818 et en Italie de 1819 tenu par Steinbüchel, voir Heidecker, Anton Steinbüchel, op. cit. (13), dans la bibliographie et passim. Le cahier se trouve aux Archives du Kunsthistorisches Museum (KHM, Archiv des Münz- und Antikenkabinettes, Nr. 170, Steinbüchel, Reisebücher). Je remercie Alfred Bernhard-Walcher de m’avoir aidé à trouver et consulter ces écrits.

26  Steinbüchel établit ici un lien entre la chute de Salone au VIIe siècle et la construction du palais de Dioclétien à la charnière des IIIe et IVe siècles, et ce faisant il commet un anachronisme.

27  Voir Steinbüchel, Dalmatien, op. cit. (1), p. 8-9. Ici se trouvent les origines du plan de l’architecte Vicko Andrić pour le déblaiement du sous-sol du Palais dans les années 1840. Quant au portail méridional du Palais, qui est également présent sur les gravures de Adam, Steinbüchel ne précise pas exactement l’endroit de l’intervention. Sur l’espace du sous-sol le long du portail méridional datant du xviiie siècle, voir : Arsen Duplančić, “Tri crteža podruma Dioklecijanove palače iz xviii. stoljeća” [Trois dessins du xviiie siècle figurant le sous-sol du palais de Dioclétien],Vjesnik za arheologiju i historiju dalmatinsku [Bulletin d’archéologie et d’histoire dalmates], 86, 1994, p. 299-303.

28  L’antiquaire Pietro Niseteo (1774-1866) de l’île de Hvar a tenté de réaliser l’idée de Steinbüchel en 1837, en faisant appel à la « jeunesse dalmate » pour l’aider à collecter des données sur les inscriptions. Voir Pietro Niseteo, « Invito alla gioventù dalmata », Gazzetta di Zara,89, 7 novembre 1837, p. 353-355.

29  Sur le relief représentant les divinités, voir : Nenad Cambi, « Kiparstvo » [La sculpture], in : Emilio Marin (éd.), Longae Salonae, op. cit (24), tome I, (p. 115-174), p. 133 et tome II, (p. 44-98), p. 72.

30  Comme cela est visible au bas des illustrations, qui sont imprimées sur un papier de format assez petit, plié à l’intérieur du journal, entre les pages 8 et 9. Je remercie Georg Vasold de m’avoir aidé à me procurer cette reproduction.

31  AA. VV. Pel faustissimo arrivo in Spalato delle loro Maestà Francesco Primo Imperatore e Re e Carolina Augusta, Imperatrice e Regina, Avvenuto li 12. Maggio 1818, Split, Demarchi, 1818, p. 82-83. Ad Augusta Carolina, Imperatrice d’Austria, Regina d’Ungheria e Boemia : AUGUSTA di sua mano/ Gotica dissegnò mole turrita :/Almo Genio sovrano/Arrise all’opra, ed ai color diè vita./ Se questa mole ardita/ Fia che ceda del tempo alla superna/ Scossa, vivrà nel suo dissegno eterna./ [Augusta de sa main/ dessina l’édifice gothique en forme de tour :/ le glorieux génie souverain/ sourit à l’œuvre, et donna de la vie aux couleurs./ Si cet édifice audacieux cède à la divine secousse du temps, dans son dessin il survivra, éternellement.]

32  Voir Steinbüchel, Dalmatien. op. cit. (1), p. 9. « Steinbüchel a identifié toutes les divinités, sauf Mercure au centre du relief, qu’il considère être la représentation de Concordia. » Voir Emilio Marin et. al., Arheološki muzej Split. Vodič [Le Musée archéologique de Split. Guide], Split, Arheološki muzej, 2002. p 13.

33  Steinbüchel, Dalmatien, op. cit. (1), p. 9. L’empereur considérait qu’il s’agissait d’une présentation de Maxence à la bataille au pont de Milvius. Voir Pederin, op. cit. (18), p. 91. Sur la position originelle du relief dans l’église Saint-François, voir : Frane Buškariol, “Raka svetog Feliksa” [La châsse de saint Félix], Kulturna baština [Patrimoine culturel], XI/16, 1985, p. 22-29, et sur le relief, voir : Nenad Cambi, “Antička baština samostana sv. Frane u Splitu” [Le patrimoine antique du monastère Saint-François de Split], Adrias, 12, 2005, p. 140-148.

Steinbüchel a trouvé chez Cassas l’interprétation suivante : « Si l’on s’arrêtoit au premier sentiment, c’est-a-dire s’il a fait partie d’un sarcophage, sentiment vers lequel le savant Visconti m’a paru incliner, alors on pourroit dire que ce bas-relief seroit consacré à rappeler la mémoire des exploits de quelque gouverneur d’une province frontière de l’empire romain (...) ». Voir Louis-François Cassas, Joseph Lavallée, Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, Paris, Didot l’aîné, 1802, p. 140 et planche 38.

Francesco Lanza a écrit dans son étude Dell’antico palazzo di Diocleziano in Spalato illustrazione, Trieste, Lloyd Austriaco, 1855, p. 22 que la signification réelle du relief a été découverte en 1818 par l’impératrice Caroline Augusta, al primo vederne il bassorilievo. Il est difficile de savoir si cette affirmation lui a été transmise par son père Carlo, qui a accueilli chez lui l’empereur à Split où il lui a montré sa collection numismatique.

34  Cette information est également soulignée par Karl August Böttiger, « Vorbericht », in : Amalthea, oder Museum der Kunstmythologie und bildlichen Alterthumskunde, Leipzig, Georg Joachim Goschen, 1820, (p. iii-xliv), p. vi.

35  Voir dans ce numéro de la RGI les contributions de Georg Vasold et Suzanne Marchand pour ces développements scientifiques ultérieurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Peter Fendi, reliefs de Split et Salone
Légende Reliefs publiés dans l’article de Steinbüchel (1820), qui décrit la figure 3 (note 24), un sarcophage représentant les travaux d’Hercule, trouvé à Salone et conservé in situ, dans une chapelle édifiée ulterieurement selon les plans de l’architecte et conservateur du patrimoine à Split, Vicko Andrić (1793-1866). Les figures 1 et 2 représentent un même relief, qui se trouvait placé en hauteur sur le clocher de la cathédrale de Split (conservé aujourd’hui au Musée archéologique de Split), que Steinbüchel cherche à interpréter scientifiquement tout en le décrivant (note 32).
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/1335/img-1.png
Fichier image/png, 451k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marko Špikić, « Aux origines de l’archéologie en Dalmatie, le rôle de l’antiquaire Anton Steinbüchel », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1335

Haut de page

Auteur

Marko Špikić

Maître de conférences, Université de Zagreb

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page