Navigation – Plan du site

Archéologie classique et politique scientifique en Bosnie-Herzégovine habsbourgoise : Carl Patsch à Sarajevo (1891-1918)

Daniel Baric
p. 73-89

Résumés

Entre 1878 et 1918, l’Autriche-Hongrie a développé une activité scientifique importante en Bosnie-Herzégovine occupée puis annexée. Le Musée provincial de Sarajevo a particulièrement mobilisé l’attention des autorités civiles qui ont voulu y promouvoir une connaissance du monde ancien selon des critères de scientificité en vigueur en Europe occidentale. Carl Patsch, originaire de Bohême, y effectue une grande partie de sa carrière en tant qu’archéologue, spécialiste de la période romaine. Il se consacre plus particulièrement à la mise au jour de traces de l’Empire romain, qui semble refléter les valeurs promues par la Monarchie habsbourgeoise elle-même : coexistence pacifique de provinces diverses au sein d’un empire puissant, développement économique par la construction de routes, rôle positif des armées, tolérance religieuse. L’itinéraire de cet archéologue éclaire la façon dont la politique scientifique austro-hongroise s’incarne dans une région périphérique de l’Empire, qui sert de point de départ à l’exploration d’autres régions balkaniques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir sur le contexte de la transmission de la mémoire historique en Bosnie-Herzégovine à la fin du (...)
  • 2  Le contexte dans lequel s’insère l’archéologie autrichienne en Méditerranée apparaît dans : Stephe (...)
  • 3  Cf. les études de Todor Kruševac, Sarajevo pod austro-ugarskom upravom 1878-1918 [Sarajevo sous l’ (...)

1La Bosnie-Herzégovine, occupée par les forces armées autrichiennes en 1878, se présente aux yeux des militaires et des fonctionnaires austro-hongrois qui rejoignent bientôt cette province, comme un espace vierge d’influences occidentales, où il s’agit de créer ex nihilo des structures matérielles et intellectuelles en mesure d’intégrer cette marge orientale dans l’espace impérial habsbourgeois. La politique culturelle élaborée avec le gouverneur à Sarajevo par les représentants de Vienne et Budapest, qui se partagent au sein du ministère austro-hongrois des Finances la responsabilité de gérer la province, ne repose pas sur des structures préexistantes. Alors que dans le domaine économique et social, une certaine continuité est voulue par les autorités austro-hongroises, la dynamique développée dès les premières années d’occupation dans le domaine culturel tend à fonder et construire des institutions d’un type nouveau dans cet environnement devenu ottoman durant la seconde moitié du xve siècle. L’une des nouveautés majeures implantée et mise en place dès la première décennie de présence austro-hongroise est la création d’un Landesmuseum, musée provincial installé dans la capitale de la nouvelle province. Au sein de ce musée, la recherche se développe sur le modèle viennois, selon une logique de sections (histoire naturelle et histoire ancienne notamment) qui accorde une large place à l’archéologie. La recherche sur le passé ancien est organisée d’après le modèle en vigueur dans les universités de langue allemande, dans un contexte bosniaque qui avait ignoré jusqu’alors presque entièrement les développements de la recherche archéologique. Dans cette région dont la population est à la fois musulmane, orthodoxe, catholique et juive, les mémoires historiques se sont transmises dans des cadres, principalement confessionnels, qui excluaient un rapport au passé élaboré à partir de l’interprétation scientifique de vestiges épars des époques révolues et de fouilles systématiques1. Or c’est ce chantier de l’appropriation par la science archéologique autrichienne de cette région qui mobilise tout particulièrement des moyens et des hommes2. Différents enjeux, scientifiques mais aussi politiques, donnent un poids considérable à cette recherche du passé ancien. Les quatre décennies d’intégration de la Bosnie-Herzégovine dans le système étatique habsbourgeois sont marquées par une multiplication des campagnes de fouilles et de mesures visant à rendre visibles ces travaux. L’historiographie produite en Bosnie-Herzégovine et plus généralement en Yougoslavie après la chute de l’Empire des Habsbourg a vu dans cette politique culturelle tous azimuts, notamment dans les activités archéologiques, le signe d’une imposition coloniale du savoir, non pas tant proposée pour l’édification de la population, que pour asseoir le prestige international de la dynastie et préparer une avancée de l’Autriche-Hongrie plus à l’Est, par incorporation successive ou association de territoires3.

  • 4  L’ouvrage collectif de Johannes Feichtinger, Ursula Prutsch et Moritz Csáky (éd.), Habsburg postco (...)
  • 5  Je remercie Konrad Clewing (IOS, Ratisbonne) de m’avoir renseigné sur le riche fonds Carl Patsch c (...)

2La question de l’instrumentalisation de l’archéologie par le pouvoir politique se pose de fait, dans un contexte historiographique actuel propice aux interrogations sur la nature du colonialisme appliquées au cas habsbourgeois4. Il importe cependant de prendre en considération l’horizon intellectuel et les motivations des individus qui furent censés incarner les politiques décidées en haut lieu. Le nombre très réduit d’archéologues professionnels qui furent en activité en Bosnie-Herzégovine durant la période habsbourgeoise permet d’aborder le développement de l’archéologie en prenant pour exemple une personnalité centrale, Carl Patsch (1865-1945), premier conservateur en charge des Antiquités romaines, qui est resté attaché au Musée provincial de Sarajevo pratiquement jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale5. Retracer l’itinéraire intellectuel et les déplacements de ce pionnier de l’archéologie classique sur le sol bosniaque revient à rendre compte de la relation entre acteurs locaux et autorités viennoises, dont les finalités se rejoignent pour l’essentiel, mais non sans décalages, en particulier dans la chronologie. Il n’est pas toujours aisé de retracer la manière dont les deux logiques, l’une centrale et l’autre régionale, se rencontrent, s’entrecroisent et se séparent : il est nécessaire pour y parvenir d’avoir accès aux motivations de chacune des parties. Les publications du Musée provincial et les écrits conservés dans le cas de l’archéologue en charge de l’Antiquité romaine permettent de retracer la trajectoire d’un scientifique placé au cœur du dispositif culturel austro-hongrois élaboré spécifiquement pour la Bosnie-Herzégovine.

Carl Patsch, de Prague à Sarajevo, retour sur l’itinéraire exemplaire d’un archéologue

3À la fin de sa vie active, en sa soixante-treizième année, Carl Patsch rédige ses mémoires à l’attention de ses descendants. Les dizaines de feuillets qui composent ce manuscrit rendent compte avec une grande précision de faits et d’impressions qui remontent à des décennies. Bien qu’installé à Vienne depuis vingt ans, c’est la période de sa vie liée à Sarajevo qu’il décrit le plus longuement. Un quart de siècle durant, il aura pu jouer un rôle de premier plan en introduisant l’archéologie classique dans la province devenue austro-hongroise et c’est à la remémoration de cette vie professionnelle en Bosnie qu’il se consacre principalement dans ce manuscrit, sans en exclure le contexte social et familial. Ce récit de vie, alimenté par des documents de cette époque soigneusement conservés, donne accès à une vision de l’intérieur du travail de l’archéologue.

  • 6  Bayerisches Hauptstaatsarchiv [BHStA], Bestand Südost-Institut [BSOI], Nachlass Carl Patsch. Convo (...)
  • 7  Ibid., Beilage IV, Belege zum Stammbaum und zur Familienchronik.
  • 8  Sur les jalons essentiels de sa biographie, voir : Gerhard Seewann, « Patsch, Carl », in : Biograp (...)
  • 9  BHStA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Convolut 262 : Meldungsbuch des Studierenden Karl Patsch aus Ko (...)
  • 10  Carl Patsch, Der Kampf um den Donauraum unter Domitian und Trajan, Vienne-Leipzig, Hölder-Pichler- (...)

4Comme cela ne saurait surprendre pour un archéologue, la question de l’origine familiale est évoquée d’emblée. Elle est double, avec des racines à la fois au Tyrol et en Bohême. Une carte postale atteste l’identité du patronyme et d’un toponyme tyrolien6. La chronique familiale repose également sur une lignée installée en Bohême7. C’est dans ces contrées bilingues, lieu de contact germano-slave, que Carl Patsch est élevé8. Il suit des études classiques à l’Université allemande de Prague9, où ses résultats sont brillants. Au deuxième semestre de ses études en 1886, le professeur d’histoire romaine Jung lui délivre une attestation de réussite au cours d’histoire portant sur l’époque impériale. Au semestre suivant est programmée une « introduction à l’étude de l’épigraphie latine » dont il réussit l’examen avec les éloges de son professeur, puis un cours d’histoire grecque à l’époque de l’hégémonie athénienne et un autre sur les régions danubiennes sous la domination romaine. Sa vocation s’affirme ainsi dès ses premiers mois d’étude : Patsch s’empare à ce moment d’une problématique de l’empire et de ses rapports aux provinces qu’il ne cesse de reprendre, jusqu’à la monographie qui l’a longtemps occupé, publiée peu de temps avant la rédaction de son récit autobiographique, alors qu’il est déjà à la retraite10.

  • 11  BHStA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Convolut 261, p. 50.

5Il est bientôt remarqué par ses professeurs et devient quelques années plus tard assistant à l’Université de Vienne, au séminaire d’archéologie et d’épigraphie. Il s’intéresse dans ses premières recherches aux légions qui assuraient la protection de l’Empire romain et pense pouvoir prouver que les légions XIII à XX ont été formées, non pas comme le supposait l’historien Theodor Mommsen – pourtant un éminent expert – après la défaite subie par l’armée romaine dans la forêt de Teutoburg, mais avant même cette bataille11. Dès ses premiers travaux historiques et archéologiques, il soumet à une sévère critique les assertions de scientifiques plus confirmés que lui, qu’il passe au crible d’une réflexion qui se fonde sur une lecture précise des sources et un contact direct avec les monuments épigraphiques. C’est dans cette fonction et en reconnaissance de la qualité de sa formation intellectuelle qu’il est sollicité pour un travail d’épigraphiste, à savoir la lecture et l’interprétation des inscriptions présentées dans l’ouvrage sur le réseau routier en Bosnie à l’époque romaine que prépare un fonctionnaire rattaché au gouvernement provincial en charge des questions de construction, Philipp Ballif (1847-1905), qui est publié en 1893 sous le titre Die Römerstraßen in Bosnien und der Herzegowina.

  • 12  Ibid., p. 48.

6Patsch part en Bosnie en novembre 1891 et rend compte du choc que fut pour lui la découverte de cette contrée qu’il désigne d’emblée comme l’« Orient européen12 ». Il observe ce monde balkanique tel qui se présente à lui lors de ce voyage, d’un exotisme tempéré par la présence de germanophones, et décrit un à un les éléments de l’environnement culturel qu’il rencontre sur sa route, dans lequel il s’apprête, sans qu’il le sache encore, à vivre un quart de siècle : 

  • 13  Ibid.

la première mosquée, la musulmane au port nonchalant dans son costume qui était encore presque partout habituel cette époque, les chrétiens, plus agiles, mais non moins originaux par leurs vêtements, franciscains moustachus et clercs orthodoxes barbus, aux longs cheveux et hauts-de-forme sans bord, militaires toutes armes confondues, parlant de nombreuses langues de la Monarchie, dans le restaurant de la gare, une construction en bois primitive, des officiers et des fonctionnaires, ma famille, mes camarades de langue allemande13.

  • 14  Dans sa synthèse d’histoire romaine en Bosnie-Herzégovine, il s’agit d’une jeune fille photographi (...)

7Patsch, en mission scientifique pour recueillir des données sur la présence romaine en Bosnie, ne se montre pas désintéressé par l’univers qu’il rencontre, bien au contraire. Il opère dès les premières notations consacrées a posteriori à cette rencontre avec la réalité de la Bosnie-Herzégovine une distinction entre les différentes cultures qui y coexistent, sans cacher la distance qu’il ressentit avec ceux qui n’appartenaient pas à sa « famille », les agents de l’État habsbourgeois, militaires et fonctionnaires. Le lien de la langue allemande est alors plus fort que celui créé par la connaissance qu’il a déjà d’une langue slave, le tchèque, dans cet environnement dominé par les Slaves des Sud. Jusque dans les ouvrages publiés bien des années plus tard, il continue de mêler les commentaires et réflexions archéologiques de considérations d’ordre ethnographique, car telle parure, tel vêtement observés chez une paysanne d’Herzégovine lui semble incarner un conservatisme remarquable. Dans ce milieu éloigné de tout contact avec les grands courants de la modernisation Patsch observe les costumes, en particulier ceux des femmes, qu’il met en relation avec des habitudes vestimentaires romaines. Ainsi inclut-il dans ses travaux des illustrations contemporaines, par exemple une jeune fille en costume national, qu’il interprète comme le signe d’une continuité depuis l’époque romaine14.

  • 15  BHStA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Convolut 261, p. 48.
  • 16  Ibid., p. 49.

8Le sentiment qui domine au cours de ce voyage d’exploration épigraphique de près d’un mois est du début à la fin celui d’un bien-être qui résulte de la riche moisson d’informations qu’il peut collecter, des contacts qu’il a noués sur place et de l’environnement dépaysant dans lequel il évolue. Il parcourt la Bosnie en empruntant un chemin de fer à voie étroite sous administration militaire, puis les services de la poste militaire jusqu’à Srebrenica. D’une manière générale, l’armée joue dès ce premier contact avec la Bosnie un rôle essentiel, en l’occurrence ici dans la logistique. Le jeune Patsch, habitué aux grandes villes de l’Empire que sont Vienne et Prague, sait à la fois apprécier le confort d’un hôtel moderne à l’européenne (dont il a gardé la note) et la beauté d’une capitale provinciale que la modernisation n’a justement qu’à peine effleurée15. Sans doute à ce moment goûte-t-il le plaisir de profiter de rétributions matérielles qu’il doit à son seul mérite, lui qui est issu d’une famille de neuf enfants dont en tant qu’aîné la dépendance financière à l’égard des parents était devenue insupportable. Il avait été nommé assistant à l’université quelques mois avant ce voyage, et il pouvait désormais compter sur des revenus réguliers16. Se mêle à ce sentiment l’exaltation du scientifique qui pressent qu’il touche à une terre vierge, qu’il aura le privilège de faire découvrir au monde après l’avoir faite sienne. Intellectuellement et socialement, Carl Patsch peut avoir à ce moment la certitude d’atteindre une position privilégiée, qu’il doit à sa formation viennoise, mais que seul un séjour prolongé en Bosnie lui permettrait de prolonger. L’occasion ne manque pas de se présenter bientôt.

  • 17  Hamdija Kapidžić, Naučne ustanove…, op. cit., p. 109. Lettre du 5.07.1893 : « Wir brauchen daselbs (...)
  • 18  Ibid.

9Dès lors qu’il a donné tous les gages d’excellence scientifique au cours de cette mission, dans le cadre de sa collaboration à la publication de Ballif, il est reconnu par les autorités locales comme un expert en « choses romaines », comme l’écrit le gouverneur Benjamin von Kállay au responsable des affaires civiles Hugo Kutschera, afin de le faire nommer au lycée de Sarajevo17. Ce poste est dès le départ envisagé comme une voie d’accès à un travail auprès du Musée, où le lancement d’une revue en langue allemande exige que soit mis à disposition de la rédaction quelqu’un qui dispose d’une formation solide en épigraphie, car le journal, explique le gouverneur, sera directement mise en relation avec « le public scientifique européen et notre matériau doit être traité d’une main véritablement experte pour pouvoir soutenir l’examen de ce juge sévère18 ». La préoccupation qui se lit dans ce courrier administratif est l’obtention d’une reconnaissance du travail accompli dans la province occupée, qui la hisserait au niveau du reste de l’Europe. Il faut donc dès le début mener une politique de recrutement ambitieuse et choisir des candidats qui sauront s’imposer par la qualité de leurs travaux.

  • 19  Sur le rôle de Ćiro Truhelka dans le développement du Musée provincial de Sarajevo, voir l’ouvrage (...)

10Cette démarche est poursuivie des années durant par Kállay, qui avait déjà fait nommer en 1886 un autre archéologue, Ćiro Truhelka (1865-1942), au poste de conservateur du futur Musée provincial à Sarajevo, alors qu’il était attaché au musée des Arts décoratifs de Zagreb19. Le préhistorien Moriz Hoernes (1852-1917), qui dès 1879-1880 avait effectué des reconnaissances archéologiques en Bosnie et a construit sa carrière scientifique en partie sur les fouilles entreprises sur ce territoire, avait été nommé par Kállay conseiller auprès du gouvernement pour les questions relatives au Musée.

  • 20  Sous le titre « Sarajevo als Landeshauptstadt » avait paru dans le numéro du 13.07.1884 de la Bosn (...)
  • 21  Sur le Musée dans son contexte politique et culturel, voir l’article de Oliver Bagarić, « Museum u (...)

11La création de ce Musée provincial avait été décidée après que l’initiative privée de Julije Makanec, médecin rattaché au conseil municipal de Sarajevo, avait été rendue publique sous la forme d’un appel dans un journal de langue allemande de Sarajevo, avant d’être repris en bosniaque dans d’autres organes de presse locale. La création du Musée apparaissait aux signataires comme la réponse à apporter à la disparition rapide de biens patrimoniaux, qui quittaient en grand nombre le territoire de la Bosnie20. La fondation du Musée répond donc à cette attente, partagée par l’élite de la ville, au-delà des appartenances confessionnelles. Pour l’administration, un tel établissement est aussi un objet de prestige, une condition sine qua non de la reconnaissance internationale des efforts consentis pour la modernisation par l’Autriche-Hongrie qui est mandatée par les autres puissances européennes et qui se doit de rendre des comptes pour sa gestion de la province21.

  • 22  Biographisches Lexikon, op. cit., vol. II, p. 322-4.
  • 23  Hamdija Kapidžić, Naučne ustanove, op. cit., p. 97.
  • 24  Ibid.
  • 25  Ibid., p 98.
  • 26  Ibid, lettre du 30.06.1893.
  • 27  Ibid.

12Le gouverneur Kállay, par ailleurs excellent connaisseur de l’espace sud-slave22, se sent investi d’une véritable mission de développement culturel, qui place l’archéologie en bonne place dans la hiérarchie de ses priorités. Ainsi s’en explique-t-il dans une lettre adressée à Mommsen en date du 17 mai 1893, alors qu’il lui fait parvenir les premières publications en allemand du Musée provincial, ainsi que l’ouvrage de Ballif sur les routes romaines : « Lorsqu’en 1882 me fut confiée par mon souverain la direction suprême de l’administration en Bosnie-Herzégovine, je me suis fixé pour objectif non seulement d’établir et de renforcer dans ces pays le calme et l’ordre, la civilisation et la légalité, mais aussi, autant que cela peut sembler possible et utile, d’agir dans le domaine de la science également, en la stimulant et en la soutenant »23. Il ajoute que le rôle de l’État lui semble indispensable « là où l’intérêt privé manque, ou n’est pas assez vif24 » : de fait, l’archéologie classique est un domaine qui ne suscite pas d’engouement spontané dans la population, qui en est éloignée par ses traditions historiques et confessionnelles (à l’exception de certains religieux catholiques), en raison également de l’absence d’une formation scolaire uniforme qui reposerait sur l’étude des sources gréco-latines durant l’époque ottomane. C’est pourquoi l’administration s’est chargée d’organiser elle-même les publications dans ce domaine, si bien que « les deux ouvrages témoignent de l’activité qui a été développée dans le domaine scientifique et en particulier archéologique et historique25 ». La réponse de l’historien ne tarde pas à parvenir à Sarajevo, qui reprend en partie les termes mêmes du gouverneur pour insister sur les bienfaits de la présence autrichienne en Bosnie, intellectuels davantage que militaires : « Le régime autrichien a dans ce domaine aussi apporté lumière et ordre, communauté scientifique et progrès scientifique. Il y a trente ans de cela, lorsque je travaillais sur les monuments romains de cette région, ce qui me semblait une terre barbare, dans laquelle un moine franciscain et un consul allemand étaient déjà des lumières en matière archéologique, semble partout rendu accessible au travail de la communauté26. » Mommsen salue la publication en langue allemande des travaux du musée, car « la fâcheuse barrière de la langue […] privait les importants travailleurs locaux du succès mérité de leurs travaux27 ».

13La contribution de Patsch aux publications du Musée (dans les deux langues, mais en allemand pour la version originale), ne cesse de croître au cours de ses années passées à Sarajevo et la reconnaissance du sérieux et de l’apport de ses travaux lui est pleinement accordée, si bien que le gouvernement ne peut que se féliciter de ce recrutement. Au cours des années, Patsch gravit les échelons des responsabilités scientifiques et administratives : après un passage par le lycée de Sarajevo, il est officiellement rattaché au Musée, où il devient conservateur des Antiquités romaines en 1898, avant d’y fonder en 1904 un centre de recherche sur les Balkans dont les ambitions dépassent la seule Bosnie-Herzégovine. Les raisons de l’intérêt profond qu’il porte spécifiquement à l’Empire romain, qui ne se dément pas tout au long de la période, transparaissent au détour de développements dans ses écrits, qui font apparaître une proximité avec les attentes des autorités.

Transmettre l’enthousiasme pour les traces et les valeurs de l’Empire gréco-romain

  • 28  BHStA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Convolut 261, p. 57.

14Avec sa nomination à Sarajevo, Patsch note qu’a commencé pour lui « une période très significative de sa vie28 ». Année après année, il parcourt inlassablement le pays à la recherche de nouveautés archéologiques : inscriptions, traces d’occupation humaine de toute nature datant de l’époque gréco-romaine. Alors qu’il porte le projet d’une synthèse sur l’histoire romaine de la Bosnie, il intègre ces données dans les publications du musée et dans les réserves du Musée. Il repère également les endroits où n’ont pas été retrouvés des éléments de présence romaine, alors que le paysage, qu’il se représente tel qu’il fut dans le cadre impérial, lui laisse supposer qu’il n’était pas à l’écart de la colonisation romaine. Ainsi écrit-il à propos d’une région restée pauvre en trouvailles, malgré ses repérages : 

  • 29  Carl Patsch, « Archäologisch-epigraphische Untersuchungen zur Geschichte der römischen Provinz Dal (...)

la vallée supérieure de la Drina fait partie des territoires de Bosnie les moins connus d’un point de vue archéologique […] Il ne faut pas en conclure que ne se trouvait ici à l’époque romaine qu’une nature vierge inutilisée. La qualité du sol, l’excellence du climat et l’importance de la Drina comme voie de communication fluviale nous disent le contraire. L’intérêt de la population n’a pas encore éveillé sur ce point, voilà tout ; un travail plus important aurait une action éclairante et nous vaudrait des données pour une région d’une importance certaine29.

  • 30  Karl Patsch, Bosna i Hercegovina u rimsko doba, Sarajevo, Studnička, 1912, p. 25-26.
  • 31  Ibid., p. 23-26.
  • 32  Ibid., p. 32.
  • 33  Ibid., p. 33.
  • 34  Ibid.

15Le doute sur le développement des connaissances et sur la coopération de la population ne fait pas partie de son horizon intellectuel, à condition toutefois qu’une première familiarisation puisse être opérée parmi la population, au cours de laquelle l’enthousiasme pour les choses romaines peut être transmis à tous. Les publications de Patsch mettent l’accent sur la situation globalement satisfaisante de la Bosnie à l’intérieur de l’Empire romain. La situation économique révélée par les fouilles est analysée comme celle d’une province bénéficiant de conditions optimales de développement, des siècles durant, qui « suscitait la satisfaction de posséder et le souhait de mener une vie tranquille. Les maisons dans les villes et à la campagne en témoignent. Nous y trouvons des mosaïques dont peuvent s’enorgueillir les provinces les plus cultivées30 ». Les mosaïques richement illustrées de thématiques méditerranéennes (les saisons et le Minotaure dans le cas de Stolac31) montrent que les liens avec la Méditerranée, par le commerce et les contacts culturels, prolongent les bienfaits de la situation religieuse. Car la tolérance religieuse apparaît comme un des grands apports de Rome : « Comme la terre, le ciel aussi fut romanisé ; mais sous les noms latins et les images grecques empruntés à l’Olympe gréco-romain continuent de vivre les dieux du pays32. » Ainsi serait née une culture mixte (Mischkultur) qui a pu se développer grâce à « la tolérance et à la sûreté que l’Empire assurait à ses sujets33 ». Et à la différence des provinces limitrophes, « les conditions étaient particulièrement bonnes34 ».

16Patsch bénéficie, dans ses activités de fouilles et de publications, du soutien de l’administration locale, mais aussi du conseiller du gouvernement pour les questions liées au Musée et à sa politique scientifique. Le personnage central durant toute la carrière en Bosnie de Patsch est en effet Moriz Hoernes, qui insiste pour que lui soit progressivement confié l’ensemble des tâches liées à l’archéologie romaine : collaboration avec Ballif pour l’étude du réseau routier romain, participation aux nouvelles fouilles lancées aux quatre coins de la province, conservation des collections antiques au musée, publications ayant trait à la période romaine, puis grecque. Cette place privilégiée est due aussi au soutien qu’il reçut de Kállay. Décédé en 1903, la revue du Musée lui rend hommage dès les premières pages du volume qui paraît en 1904 et revient à cette occasion sur ce qu’attendait le gouverneur du développement de l’archéologie à Sarajevo. Le texte, signé en commun par le directeur du Musée de Sarajevo K. Hörmann et le conservateur au Musée d’histoire naturelle de Vienne M. Hoernes, rend hommage à son

  • 35  Wissenschaftliche Mitteilungen aus Bosnien und der Herzegowina, Vienne, 1904, Carl Gerold’s Sohn, (...)

attention portée à la science comme mission d’un dirigeant politique moderne […] il savait encourager tout ce qui répondait aux objectifs de la science et par là servait aux objectifs du bon gouvernement. Ainsi, tous ceux qui le connaissaient vénèrent dans son noble souvenir l’image de l’administrateur éclairé, qui offrit au pays la grâce du savoir-faire et la sagesse du monarque, au moment où il fallait justement édifier de nouveau, sur les ruines du passé, un digne édifice35.

  • 36  Sur les nombreuses modalités de la perception des ruines, voir Eva Kocziszky (éd.), Ruinen in der (...)
  • 37  Voir note 3.

17Kállay semble avoir incarné l’homme politique idéal aux yeux des deux conservateurs qui furent constamment en contact avec lui, parce qu’il fut un ami de la science, comprise comme auxiliaire indispensable du gouvernement. La métaphore de la ruine qui apparaît ici se rapporte au passé ottoman, Trümmer est le terme choisi pour désigner le passé au sens d’un débris, qui doit céder la place à un nouvel ordre, et non Ruine qui, si elle est d’origine noble, en l’occurrence romaine, doit être protégée et exposée36. Ce distinguo semble faire clairement le départ entre différents passés hiérarchisés et le manque d’intérêt pour le passé ottoman fut reproché au musée, par certains contemporains et par l’historiographie locale et yougoslave37.

18Ce sont bien les monuments romains qui furent repérés, étudiés et mis en valeur dans le cadre des attributions de Patsch. L’Empire romain qu’il décrit n’est pas une simple projection de la seule puissance de Rome capitale, c’est un vaste ensemble pluriethnique et pluriconfessionnel, qui assimile et conserve toutes les formes matérielles et spirituelles qui préexistaient à la conquête. À ce titre, l’image de la Grèce classique est amalgamée à celle de Rome. Ce terreau classique forme l’horizon de la formation intellectuelle de l’élite austro-hongroise, comme cela transparaît dans la métaphore du savoir archéologique qui pénètre dans l’espace de la Bosnie-Herzégovine habsbourgeoise : 

  • 38  « Vorwort », in : Wissenschaftliche Mitteilungen aus Bosnien und der Herzegowina, vol. I, Vienne, (...)

Ainsi la Bosnie-Herzégovine, telle un cristal qui porte en lui-même le principe de sa formation, est-elle restée depuis la conquête turque, c’est-à-dire quatre cents ans, singulière et complètement étrangère à l’Occident, complètement refermée sur elle-même […] L’indescriptible état des communications et des routes, la difficulté à se nourrir et se loger même pour les plus endurcis des « intrus », l’attitude méfiante de la population, qui repousse sévèrement tout ce qui est étranger et qui, parfaitement dénuée de toute familiarité avec les moyens extérieurs de la science occidentale et qui trouvait une source de profonde et dangereuse irritation dans le commencement le plus innocent des travauxde chercheurs de passage, tout ceci protégea ce royaume des ombres du flambeau d’Hélios et du visage rayonnant de Pallas Athéné plus sûrement que des murailles et des tours38.

  • 39  Edmund Bulanda, « Katalog der griechischen Vasen im Bosnisch-herzegovinischen Landesmuseum zu Sara (...)
  • 40  Carl Patsch, « Contribution à la numismatique de Byllis et d’Apollonia », in : Comte de Castellane (...)
  • 41  Voir la lettre (privée) du 4.01.1913 de Oskar Potiorek, chef du gouvernement de Bosnie-Herzégovine (...)
  • 42  Il n’entrait pas dans cette considération de volonté d’aller dans le sens d’un hellénisme préfigur (...)

19Le monde grec gagne au cours des années une place de plus en plus importante au sein du Musée, grâce à l’acquisition par un intermédiaire efficace durant les dernières années du xixe siècle de pièces archéologiques sur le marché des antiquités dans les îles grecques de la mer Ionienne et de l’Égée ainsi que grâce aux consuls austro-hongrois en poste dans les États limitrophes de la Bosnie, qui sont en contact avec le Musée. Même si l’étude du monde grec ne fait pas partie des priorités du Musée au début de ses activités, cette succession d’acquisitions lui donne une assise scientifique telle que Hoernes conseille au gouvernement d’avertir Patsch qu’il devra commencer à publier sur des sujets grecs également. Le catalogue des vases grecs compte bientôt près de 200 unités39. C’est ce qu’il fait au Premier congrès de numismatique organisé à Paris dans le cadre de l’exposition universelle40. Même si les objets romains forment bien le cœur des collections muséales de Sarajevo, par leur portée symbolique et leur placement dans des endroits stratégiques (avant d’être installé au cœur des nouveaux bâtiments du musée inaugurés en 1913, le musée lapidaire fut hébergé au centre du Palais du gouvernement), cette période n’est pas la seule à intéresser les autorités. Patsch s’efforce de mettre en relation dans ses contributions les objets de provenance grecque arrivés au Musée avec la civilisation égéenne, qui est par ailleurs étudiée en Asie mineure, sur le site d’Éphèse, par l’Institut archéologique autrichien. Grâce à ce lien fortuit offert par une collection d’objets grecs, par l’analyse des traces avérées de contact avec la civilisation hellénique, Patsch répond aux attentes scientifiques des autorités de tutelle, qui entendent faire du Musée non seulement un centre de recherche des civilisations anciennes en Bosnie-Herzégovine, mais aussi un lieu de savoir de niveau international dans le domaine des études balkaniques41. Si la priorité à Vienne comme à Sarajevo était au début de la période d’occupation très clairement affichée en direction de l’Antiquité romaine, en premier lieu parce qu’il s’agissait de développer une connaissance de cette strate avérée du passé bosniaque, l’insertion d’une dimension grecque s’est faite au bénéfice de l’enrichissement de la collection, mais aussi d’une réflexion sur la place que pourrait occuper le Musée dans le monde balkanique en incluant cette dimension des rapports entre foyers helléniques et diffusion sur toute la péninsule balkanique d’une civilisation méditerranéenne pré-romaine42. Toutes les conditions semblaient donc réunies, à la fois intellectuelles et matérielles, pour que le Musée joue un rôle de catalyseur en faveur du passé antique comme modèle de société au niveau local et de standard scientifique au niveau international. Pour un ensemble de raisons, cet objectif n’a été qu’en partie atteint pour ce qui concerne sa place dans le cadre de la province.

Carl Patsch, entre rêve de réseau et solitude scientifique

  • 43 Karlo Patsch, « Nove rimske epigrafske tečevine  iz Bosne i Hercegovine » [Nouveautés épigraphiques (...)

20Les articles de la revue du musée ne manquent certes pas de souligner l’apport devenu de plus en plus important et indispensable des individus qui suppléaient à l’impossibilité matérielle dans laquelle se trouvait le musée de suivre toutes les fouilles repérées et prometteuses sur le territoire. Ainsi, les monuments épigraphiques trouvés en 1897 sont présentées comme étant le fait de personnes qui n’appartenaient pas au personnel du Musée : « Les cercles dans lesquels nos efforts rencontrent de la compréhension ne cessent de s’élargir, ce qui est un phénomène qui nous remplit de joie, et le nombre de nos collaborateurs qui soutiennent fortement notre travail scientifique montre une belle progression […] Car en dépit de sa bonne volonté, l’administration du Musée ne peut toujours immédiatement, eu égard à son vaste programme d’activités, se pencher sur telle ou telle découverte sur place »43

  • 44  Dans une lettre datée du 18.05.1897, le gouvernement provincial de Sarajevo demande au ministère d (...)

21L’affirmation de Patsch semble indiquer que la recherche est devenue une aventure collective, or il apparaît que cette même année le gouvernement à Sarajevo cherche à convaincre le ministère des Finances de se montrer généreux envers ceux qui contribuent à l’enrichissement des collections, à l’instar d’un prêtre catholique, Anđeo Nuić de Županjac (aujourd’hui Duvno en Herzégovine), qui justement se démarque du reste de la population. Le courrier reprend dans son argumentaire le compte rendu de Patsch, qui souligne la valeur exceptionnelle de cet amateur, « qui possède une grande compréhension pour ce qu’est l’archéologie » et qui a pu identifier des morceaux de murs comme provenant d’un bâtiment romain44.

  • 45  Ibid., lettre du 8.07.1899, p. 269.
  • 46  Ibid., lettre du 6.07.1899, p. 273.
  • 47  Cf. le rapport sur les fouilles de Mogorjelo, 17.06.1899 : « Da das Volk hier mehr denn anderswo v (...)

22L’un des sites les plus importants que fouille Patsch durant de longues années est celui du camp romain de Mogorjelo en Herzégovine, qui apparaît bientôt par sa taille et son état de conservation comme exceptionnel. Kállay avait écrit, dès l’annonce de la découverte du site au gouvernement de la province et à Patsch, très soucieux comme à son habitude de gérer au mieux les questions d’archéologie romaine, et conseilla de prendre contact avec l’équipe qui fouillait dans les environs de Vienne à Carnuntum, sur un site militaire qui semblait comparable45. La référence sans cesse présente à l’esprit de l’administrateur en charge de l’archéologie est logiquement celle pratiquée en Autriche, si possible par des équipes viennoises. Patsch propose rapidement de construire une petite maison pour les savants et les touristes qui viendraient voir Mogorjelo, ce que le gouvernement approuve46. Mais il doit aussi veiller dès l’été 1899 à protéger les fouilles de déprédations commises par la population locale : plus de vingt ans après l’arrivée de troupes et d’administrateurs autrichiens, le vœu de voir la population percevoir ces activités pour ce qu’elles ont de purement scientifiques, et non des chasses au trésor, est loin d’être réalisé dans cette région d’Herzégovine47.

  • 48  Carl Patsch, Bosnien und Herzegowina in römischer Zeit. Ein Vortrag, Sarajevo, Institut für Balkan (...)

23En 1911 Patsch prononce une conférence au musée des Arts et Métiers de Vienne, sous le titre « la Bosnie-Herzégovine à l’époque romaine ». Il s’agit d’une synthèse de recherches et de découvertes, dans l’attente d’une monographie qu’il ne peut encore livrer sans une analyse plus poussée de nombre de questions, qui apporte tout d’abord pour le public viennois le résultat d’une réflexion globale sur la base de plus de trente ans de recherches dans le domaine de l’archéologie romaine48. À travers la question romaine se profile aussi une réflexion sur la situation présente de la province annexée depuis 1908, transplantée directement au corps de l’empire, pour aller dans le sens de la métaphore biologique sous-jacente dans la présentation de Patsch. La Bosnie-Herzégovine apparaît comme un organisme vivant, sous deux formes, dont l’évolution de l’ « épiderme » donne l’occasion d’une présentation diachronique : 

  • 49  Ibid., p. 5-6.

La Bosnie et l’Herzégovine se présentent à tout un chacun, même au voyageur de passage, sous la forme de deux sœurs, l’une luxuriante, aux formes rondes et jeunes, en costume multicolore, l’autre sèche, en vêtement gris, qui laisse apparaître des membres durs, brûlés par le soleil […] Ce fort contraste entre les deux pays n’a pas toujours existé. Leur constitution était différente. Mais jusqu’à un passé très récent l’Herzégovinien a détruit d’une manière suicidaire sur de vastes étendues l’épiderme de l’Herzégovine49.

  • 50  Ibid., p. 9
  • 51  Ibid.

24La comparaison entre la situation à l’époque romaine et contemporaine se fait plus fréquente et explicite que dans les publications à destination d’un public spécialisé et présente sans concession une dynamique historique défavorable : « Les nécropoles aussi témoignent de ce changement : le Romain incinérait ses morts ; l’Herzégovinien d’aujourd’hui n’est pas même en mesure de se payer un cercueil, il couvre d’une pierre tombale le cadavre posé à même une fosse sans apprêt50. » L’Herzégovine se présente comme ces régions « maltraitées de Bosnie [où] existaient à l’époque antique des conditions autrement plus favorables à l’économie, si favorables que même en mobilisant toutes les forces en présence il ne sera plus possible de retrouver, parce que les conditions naturelles ont déjà été irrémédiablement perdues51. » Tout en dédouanant par avance les autorités austro-hongroises, Patsch décrit une situation économique critique, que des décennies d’administration austro-hongroise n’ont pas pu améliorer.

25L’attachement inconditionnel de l’archéologue à la province où il travaille, à sa situation présente comme aux témoignages de son passé, ne fait que se renforcer au cours des années. Il y a du reste fondé une famille, avec une Croate des environs de Zagreb, avec laquelle il peut prendre pleinement part à la vie sociale de Sarajevo. Mais cette identification avec la Bosnie-Herzégovine n’est pas sans l’isoler d’une approche viennoise de ce qui, depuis la capitale, reste une province éloignée et sous-développée. Dès les premiers mois de son séjour à Sarajevo, il fut confronté à cet état d’esprit, lors du congrès d’anthropologie et d’archéologie organisé sur les instances du gouverneur Kállay en 1894. Or dans ce cadre qui fut propice à la reconnaissance internationale de la politique scientifique viennoise s’exprimèrent aussi des doutes. Patsch en décrit une scène significative dans ses mémoires : 

  • 52  BHStA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Convolut 261, p. 62.

On marqua d’une manière générale une reconnaissance méritée dans de grands développements à l’égard des résultats obtenus jusqu’à présent par le congrès. Un désaccord se fit entendre en ces beaux jours […] et ce fut justement le principal représentant de l’Autriche, le conseiller aulique Benndorf. En tant qu’archéologue viennois, il n’avait que peu de compréhension pour les restes culturels romains, en particulier provinciaux et en aucun cas pour ceux de la préhistoire. Il critiqua de manière acérée l’activité du musée en employant des expressions soudain de plus en plus inconsidérées et chercha à justifier la nécessité d’un contrôle scientifique. On était consterné ; le silence qui s’ensuivit en guise de réponse provoqua une question que Benndorf me posa – j’étais assis à côté de lui – « Ai-je été trop dur ? ». Je ne pus répondre que « très ». Pourquoi cette brusquerie52 ?

  • 53  Car Patsch, « Archäologisch-epigraphische Untersuchungen… », op. cit., p. 120-121.
  • 54  Voir sur la césure qu’introduit Alois Riegl dans la perception et la conservation des monuments ro (...)

26Le mémorialiste, avec le recul des années, peut analyser comme une impossibilité pour l’archéologue viennois classicisant de saisir la spécificité et la grandeur de ces humbles artefacts mis au jour en Bosnie, qui n’acquièrent de valeur que par le contexte reconstitué d’une paisible province romaine. Il faut savoir surmonter l’impression de monotonie qu’exhalent ces monuments provinciaux, plaide Patsch dans ses publications, et leur prêter une attention soutenue. L’important est d’accepter d’aller au-delà du jugement de goût qui aurait pour étalon l’art de l’époque la plus classique : « L’étude future du pays dira si les monuments, qui ne sont certes pas des merveilles à contempler, ne sont pas rejetés car « barbares » ou « tardifs »53. » On reconnaît ici l’influence de l’école viennoise d’histoire de l’art et de la protection du patrimoine qui met en avant l’intérêt de la série sur l’œuvre isolée, esthétiquement survalorisée. Carl Patsch développe cette approche tout au long de sa carrière, avant même qu’elle devienne une norme à Vienne54.

  • 55  Voir les rapports de Hoernes sur le fonctionnement interne du Musée et la source de rivalité entre (...)

27L’Institut d’études balkaniques que Patsch fonde en 1904, résultat de ses efforts pour élargir sans cesse le périmètre de ses intérêts scientifiques, ne trouve un soutien financier durable que près de dix ans après sa fondation, alors que la situation économique en était devenue très critique. L’Institut a été installé dans l’espace du Musée, non sans créer quelque tension supplémentaire avec le directeur Truhelka, qui avait déjà tendance à minorer son travail55. C’est en précédant davantage qu’en accompagnant les attentes des instances austro-hongroises que Patsch rencontre des difficultés qui ont pour conséquence un certain isolement professionnel, même si ses publications sont reconnues. La population locale et les autorités de tutelle directes de Patsch n’ont pas fait montre d’une compréhension immédiate et massive de son enthousiasme pour ses objets de recherche, en premier lieu pour la Bosnie romaine. La reconnaissance qui lui échut apparaît dans la correspondance qu’il échangea avec nombre de collègues, qui se trouvaient cependant pour la plupart hors de Bosnie-Herzégovine.

Épilogue en temps de guerre : fouiller et publier pour occuper le terrain de la science

  • 56  Bosna i Hercegovina u rimsko doba, op. cit., p. 13-14. La pièce est actuellement conservée au Kuns (...)

28En 1912 paraît à Sarajevo le texte de la conférence donnée à Vienne sur « La Bosnie-Herzégovine à l’époque romaine », dans une traduction à destination du public local. La tonalité de l’opuscule est d’une sérénité confiante dans les réalisations impériales en Bosnie, contrée pacifiée autrefois par les Romains, désormais, est-on tenté de lire entre les lignes, par les Autrichiens, grâce au commerce, à l’administration et surtout l’armée. Aux trois temps de la présence romaine, arrivée, révolte locale puis pacification, répond l’installation de l’Autriche-Hongrie qui depuis 1908 semble rendue définitive par l’annexion. Patsch décrit le temps de la défiance qui devient celui du conflit ouvert, avec une poche de résistance près de Sarajevo, qui en l’an 6 de notre ère s’incarna dans un représentant rebelle à l’ordre établi, qui précipita la province dans une lutte acharnée entre les deux camps, puis à une victoire de l’Empire romain. Or l’occupation de la Bosnie-Herzégovine en 1878 avait dû affronter une brève guérilla, intense et inattendue, dans les environs de Sarajevo. Cette pax romana acquise de haute lutte donne naissance et même temps à un chef-d’œuvre de l’art, la Gemma Augustea, qui témoigne de la grandeur de la capitale impériale, de la supériorité non seulement de ses armes, mais de son art aussi, qui devaient donc vaincre les derniers résistants, malgré leur courage. Or le camée peut être justement admiré à Vienne, au Musée de la Cour56. Patsch suggère qu’en Bosnie l’opposition armée aux empires est inscrite dans l’histoire et que cette bravoure locale est un baroud d’honneur que la civilisation et ses beautés feront oublier. Les coups de feu mortels de Sarajevo de juin 1914 apparaissent comme un démenti cinglant à l’optimisme de Patsch quant à l’acceptation des bienfaits impériaux.

  • 57  Richard Hingley, Roman Officers and English Gentlemen. The Imperial Origins of Roman Archaeology, (...)
  • 58  La situation est donc l’inverse de celle de sa réception en Albanie dans l’après-guerre. Voir à ce (...)
  • 59  Voir pour la période de l’après Seconde Guerre mondiale les travaux de l’historien Esad Pašalić (1 (...)

29Avec la guerre se met en place le dernier moment de la présence continue de Patsch dans les Balkans, qui n’est pas sans rappeler le début de sa mission en Bosnie-Herzégovine. Il fut particulièrement actif, car dans le cadre de l’occupation autrichienne de territoires limitrophes de l’Empire habsbourgeois, il s’occupa de quadriller le terrain avec des fouilles, tout comme il avait eu l’occasion de le faire en vagues successives, depuis 1891, avec l’aide logistique de l’armée, dans l’espace le plus oriental de l’Empire, en Bosnie jusqu’au cours de la Drina, puis dans le sandjak de Novi Pazar, enfin en Albanie en 1917. Toutes ces missions montrent une grande continuité dans l’objet étudié et dans leurs configurations à la fois scientifique et militaire. Comme son contemporain britannique Francis John Haverfield (1860-1919), fondateur de l’archéologie provinciale romaine dans son pays57, il fut un sujet fidèle de son souverain et son travail semble indissociable de cet engagement au service de l’État, qui ne prit toutefois pas la forme d’une entrée en politique, comme chez un Mommsen. Dans le cadre du nouvel État des Slaves du Sud dont fit partie la Bosnie-Herzégovine à la fin de l’année 1918, Patsch vit la fermeture de son Institut, qui était devenu depuis 1917 son unique employeur. Après sa destitution et son départ pour Vienne, où il se voit très vite offrir une chaire à l’Université, succède un relatif oubli dans l’entre-deux-guerres : sans qu’il y ait eu une damnatio memoriae,rien n’est fait à Sarajevo pour que ses travaux soient valorisés58. Alors qu’à l’époque austro-hongroise l’archéologie classique fonctionne comme un miroir valorisant, ce domaine ne figure plus au rang des priorités à Sarajevo dans le cadre yougoslave. L’archéologie classique reste donc une occupation solitaire ou presque. Le rêve d’une mobilisation collective pour ce passé, qui ne pouvait advenir du reste en l’absence de politique éducative de grande ampleur, dont ne voulait pas l’administration à Vienne soucieuse de ne pas créer un surplus de diplômés, ne voit pas plus le jour à l’époque du Royaume de Yougoslavie. Patsch a du moins par ses publications constitué la base du développement de l’archéologie en Bosnie-Herzégovine59. Comme pour nombre de diplômés issus de Bohême, l’implantation dans les Balkans a été l’occasion pour Patsch d’explorer et d’occuper un nouveau territoire scientifique. L’interaction avec toutes les autorités austro-hongroises, en particulier avec l’armée, est une donnée fondamentale de son activité sur le terrain. Imprégné par sa trajectoire familiale et professionnelle de l’idée d’un ordre impérial intrinsèquement favorable au développement de la Bosnie-Herzégovine, il ne put que constater le rejet de cette conception positive des empires par ses contemporains. Replié à Vienne, il continua de sillonner les espaces balkaniques anciens à travers ses publications et à diffuser, du moins sur le terrain scientifique, une vision de l’histoire romaine impériale dans toute son extension danubienne.

Haut de page

Notes

1  Voir sur le contexte de la transmission de la mémoire historique en Bosnie-Herzégovine à la fin du xixe siècle en contexte musulman : Philippe Gelez, Safvet-beg Bašagić. Aux racines intellectuelles de la pensée nationale chez les Musulmans de Bosnie-Herzégovine, Athènes, École française d’Athènes, 2010, p. 113-117. En 1879, la province compte sur un total de près de 1 150 000 habitants 43 % d’orthodoxes, 39 % de musulmans et 18 % de catholiques. Pour un tableau de la démographie durant la période austro-hongroise, voir ibid., p. 619.

2  Le contexte dans lequel s’insère l’archéologie autrichienne en Méditerranée apparaît dans : Stephen L. Dyson, In Pursuit of Ancient Past. A History of Classical Archaeology in the Nineteenth and Twentieth Centuries, New Haven-Londres, Yale University Press, 2006, p. 112-115. L’histoire de l’archéologie autrichienne, dans le strict cadre géographique de la République autrichienne d’aujourd’hui, est retracée par Ingomar Weiler, « Alte Geschichte, Klassische Archäologie und Altertumskunde », in : Karl Acham (éd.), Geschichte der österreichischen Humanwissenschaften, vol. 4, Vienne, Passagen, 2002, p. 83-126.

3  Cf. les études de Todor Kruševac, Sarajevo pod austro-ugarskom upravom 1878-1918 [Sarajevo sous l’administration austro-hongroise], Sarajevo, Muzej grada Sarajeva, 1960 ; Bosansko-hercegovački listovi u xix. veku[Les périodiques de Bosnie-Herzégovine au xixe siècle], Sarajevo, Veselin Masleša, 1978 ; Risto Besarović, « Specifičnosti kulturnog razvitka u Bosni i Hercegovini 1878-1918 » [Les spécificités du développement culturel en Bosnie-Herzégovine], in : idem, Iz kulturne i političke istorije Bosne i Hercegovine [Chapitres d’histoire culturelle et politique de la Bosnie-Herzégovine], Sarajevo, Svjetlost, 1966, p. 7-25 ; Hamdija Kapidžić, Naučne ustanove u Bosni i Hercegovini za vrijeme austrougarske uprave [Les institutions scientifiques en Bosnie-Herzégovine à l’époque de l’administration austro-hongroise], Sarajevo, Arhiv Bosne i Hercegovine, 1973.

4  L’ouvrage collectif de Johannes Feichtinger, Ursula Prutsch et Moritz Csáky (éd.), Habsburg postcolonial. Machtstrukturen und kollektives Gedächnis, Innsbruck-Vienne-Munich-Bolzano, StudienVerlag, 2003 s’attache particulièrement à l’analyse du cas de la Bosnie-Herzégovine, à travers une série de contributions qui lui sont consacrées.

5  Je remercie Konrad Clewing (IOS, Ratisbonne) de m’avoir renseigné sur le riche fonds Carl Patsch conservé aux Archives d’État de Bavière. Un séjour à l’IOSm’a permis de prendre connaissance de certaines pièces essentielles pour les développements qui suivent.

6  Bayerisches Hauptstaatsarchiv [BHStA], Bestand Südost-Institut [BSOI], Nachlass Carl Patsch. Convolut 261, Beilage I. Dorf Patsch nächst Innsbruck. Carte postale envoyée depuis Patsch le 16.07.1912 au « Dr. K. Patsch, Sarajevo, Landesmuseum ».

7  Ibid., Beilage IV, Belege zum Stammbaum und zur Familienchronik.

8  Sur les jalons essentiels de sa biographie, voir : Gerhard Seewann, « Patsch, Carl », in : Biographisches Lexikon zur Geschichte Südosteuropas, vol. 3 (L-P), Munich, Oldenbourg, 1979, p. 405-6.

9  BHStA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Convolut 262 : Meldungsbuch des Studierenden Karl Patsch aus Kovač als ordentlicher Hörer inscribirt in der philosophischen Facultät der k. k. deutschen Karl-Ferdinands-Universität zu Prag, Oktober 1885.

10  Carl Patsch, Der Kampf um den Donauraum unter Domitian und Trajan, Vienne-Leipzig, Hölder-Pichler-Tempsky, 1937.

11  BHStA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Convolut 261, p. 50.

12  Ibid., p. 48.

13  Ibid.

14  Dans sa synthèse d’histoire romaine en Bosnie-Herzégovine, il s’agit d’une jeune fille photographiée dans la vallé de la rivière Trebižat en Herzégovine (Karl Patsch, Bosna i Hercegovina u rimsko doba, Sarajevo, Studnička, 1912). Voir aussi les développements dans : Carl Patsch, « Archäologisch-epigraphische Untersuchungen zur Geschichte der römischen Provinz Dalmatien », in : Wissenschaftliche Mitteilungen aus Bosnien und der Herzegowina, vol. XII, Vienne, 1912, Adolf Holzhausen, (p. 68-167), p. 121.

15  BHStA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Convolut 261, p. 48.

16  Ibid., p. 49.

17  Hamdija Kapidžić, Naučne ustanove…, op. cit., p. 109. Lettre du 5.07.1893 : « Wir brauchen daselbst tatsächlich einen tüchtigen Fachmann für die römischen Sachen der eine gründliche Schulung und positive Kenntnisse auf dem Gebiet der Epigraphik mitbringt ».

18  Ibid.

19  Sur le rôle de Ćiro Truhelka dans le développement du Musée provincial de Sarajevo, voir l’ouvrage collectif qui lui a été consacré à l’occasion du cinquantenaire de sa disparition : Nives Majnarić Pandžić (éd.), Ćiro Truhelka. Zbornik, Zagreb, Matica hrvatska, 1994.

20  Sous le titre « Sarajevo als Landeshauptstadt » avait paru dans le numéro du 13.07.1884 de la Bosnische Post un appel rédigé en ces termes par Julije Makanec, qui prévoyait qu’à partir d’une société d’archéologie se développerait un musée, qui serait appelé à devenir une attraction pour la ville : « Es wäre an der Zeit, an die Gründung eines archäologischen Vereines und einer Stätte für solche werthvolle Antiquitäten, welche der Verein oder die Stadt ins Eigenthumerwerben würde, zu denken und - aus den bescheidensten Anfängen könnte mit der Zeit der Hauptstadt eine Sehenswürdigkeit, ein Museum erwachsen, das gar grosse Wichtigkeit erlangen müsste. » in : « Ostvarene i neostvarene zamisli o osnivanju muzeja » [Pensées réalisées et non réalisées concernant la fondation du musée], Risto Besarović, Iz kulturnog života u Sarajevu pod austrougarskom upravom [La vie culturelle à Sarajevo sous l’administration austro-hongroise], Sarajevo, Veselin Masleša, 1974 , p. 69-96.

21  Sur le Musée dans son contexte politique et culturel, voir l’article de Oliver Bagarić, « Museum und nationale Identitäten : Eine Geschichte des Landesmuseums Sarajevo », Südost-Forschungen, 67 (2008), p. 144-167. Voir pour le contexte plus large Robert J. Donia, Sarajevo. A Biography, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2006, en particulier p. 88-91.

22  Biographisches Lexikon, op. cit., vol. II, p. 322-4.

23  Hamdija Kapidžić, Naučne ustanove, op. cit., p. 97.

24  Ibid.

25  Ibid., p 98.

26  Ibid, lettre du 30.06.1893.

27  Ibid.

28  BHStA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Convolut 261, p. 57.

29  Carl Patsch, « Archäologisch-epigraphische Untersuchungen zur Geschichte der römischen Provinz Dalmatien », in : Wissenschaftliche Mitteilungen aus Bosnien und der Herzegowina, vol. XII, Vienne, 1912, Adolf Holzhausen, (p. 68-167), p. 161-2.

30  Karl Patsch, Bosna i Hercegovina u rimsko doba, Sarajevo, Studnička, 1912, p. 25-26.

31  Ibid., p. 23-26.

32  Ibid., p. 32.

33  Ibid., p. 33.

34  Ibid.

35  Wissenschaftliche Mitteilungen aus Bosnien und der Herzegowina, Vienne, 1904, Carl Gerold’s Sohn, vol. IX, introduction.

36  Sur les nombreuses modalités de la perception des ruines, voir Eva Kocziszky (éd.), Ruinen in der Moderne. Archäologie und die Künste, Berlin, Reimer, 2011.

37  Voir note 3.

38  « Vorwort », in : Wissenschaftliche Mitteilungen aus Bosnien und der Herzegowina, vol. I, Vienne, Carl Gerold’s Sohn, 1893, p. III.

39  Edmund Bulanda, « Katalog der griechischen Vasen im Bosnisch-herzegovinischen Landesmuseum zu Sarajevo », in : Wissenschaftliche Mitteilungen,…, vol. XII, op. cit., p. 254-300.

40  Carl Patsch, « Contribution à la numismatique de Byllis et d’Apollonia », in : Comte de Castellane, Adrien Blanchet (éd.), Congrès international de numismatique réuni à Paris en 1900, Paris, Société française de numismatique, 1900, p. 104-114.

41  Voir la lettre (privée) du 4.01.1913 de Oskar Potiorek, chef du gouvernement de Bosnie-Herzégovine, au ministre des Finances Leon Biliński. « Das will zunächst sagen, dass wir unser Landesmuseum – welches heute das bedeutendste Museum der Balkanhalbinsel ist – auch weiter auf seiner führenden Rolle erhalten nun dass wir das an das Museum angegliederte Institut für Balkanforschung derart ausgestalten, dass Sarajevo für alle Welt zum unbestrittenen Zentrum der ganzen Balkanforschung wird », Hamdija Kapidžić, Naučne ustanove…, op. cit., p. 427.

42  Il n’entrait pas dans cette considération de volonté d’aller dans le sens d’un hellénisme préfigurant une identité orthodoxe telle qu’elle apparaissait en Serbie (Staša Babić, « Janus on the Bridge : a Balkan attitude towards ancient Rome », in : Richard Hingley (éd.), Images of Rome. Perceptions of ancient Rome in Europe and the United States in the modern age, Journal of Roman Archaeology, 2001, p. 167-182), mais un tropisme universaliste, tel qu’il imprégnait la culture viennoise au tournant du siècle (Jacques Le Rider, Freud, de l’Acropole au Sinaï : le retour à l’Antique des Modernes viennois, Paris, PUF, 2002).

43 Karlo Patsch, « Nove rimske epigrafske tečevine  iz Bosne i Hercegovine » [Nouveautés épigraphiques romaines de Bosnie-Herzégovine], in : Glasnik zemaljskog Muzeja, 1900, (p. 169-194), p. 169.

44  Dans une lettre datée du 18.05.1897, le gouvernement provincial de Sarajevo demande au ministère des Finances de reconnaître et récompenser l’activité « patriotique » du prêtre, alors que ses frères de la province franciscaine d’Herzégovine ne montrent que peu de compréhension à l’égard des buts scientifiques poursuivis par le Musée. La demande est finalement acceptée. Hamdija Kapidžić, Naučne ustanove…, op. cit., p. 219.

45  Ibid., lettre du 8.07.1899, p. 269.

46  Ibid., lettre du 6.07.1899, p. 273.

47  Cf. le rapport sur les fouilles de Mogorjelo, 17.06.1899 : « Da das Volk hier mehr denn anderswo von dem Wahne befallen ist, dass die Mauern und Blöcke Schätze bergen, dieser Wahn durch unsere Grabungen wenn möglich verstärkt worden ist und da infolge dessen zu befürchten war, Übereifrige möchten ihren Glauben auf seine Stichhaltigkeit prüfen, sah ich mich genötigt, das Lager nachts überwachen zu lassen », ibid., p. 298.

48  Carl Patsch, Bosnien und Herzegowina in römischer Zeit. Ein Vortrag, Sarajevo, Institut für Balkanforschung, 1911.

49  Ibid., p. 5-6.

50  Ibid., p. 9

51  Ibid.

52  BHStA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Convolut 261, p. 62.

53  Car Patsch, « Archäologisch-epigraphische Untersuchungen… », op. cit., p. 120-121.

54  Voir sur la césure qu’introduit Alois Riegl dans la perception et la conservation des monuments romains la contribution de Georg Vasold à ce volume.

55  Voir les rapports de Hoernes sur le fonctionnement interne du Musée et la source de rivalité entre le directeur et Patsch, in : Hamdija Kapidžić, Naučne ustanove…, op. cit., passim.

56  Bosna i Hercegovina u rimsko doba, op. cit., p. 13-14. La pièce est actuellement conservée au Kunsthistorisches Museum de Vienne.

57  Richard Hingley, Roman Officers and English Gentlemen. The Imperial Origins of Roman Archaeology, Londres - New York, Routledge, 2000.

58  La situation est donc l’inverse de celle de sa réception en Albanie dans l’après-guerre. Voir à ce sujet la contribution de Nathalie Clayer dans ce volume.

59  Voir pour la période de l’après Seconde Guerre mondiale les travaux de l’historien Esad Pašalić (1915-1967), qui reprennent les grandes thématiques développées par Patsch, même si c’est pour en infléchir les conclusions en soulignant l’importance du substrat illyrien, par exemple dans le réseau routier, et minimiser de la sorte le rôle civilisationnel imputé à Rome.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Baric, « Archéologie classique et politique scientifique en Bosnie-Herzégovine habsbourgoise : Carl Patsch à Sarajevo (1891-1918) », Revue germanique internationale, 16 | 2012, 73-89.

Référence électronique

Daniel Baric, « Archéologie classique et politique scientifique en Bosnie-Herzégovine habsbourgoise : Carl Patsch à Sarajevo (1891-1918) », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/1340 ; DOI : 10.4000/rgi.1340

Haut de page

Auteur

Daniel Baric

Maître de conférences, Université François-Rabelais (Tours)

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    L’archéologie austro-allemande en Méditerranée orientale, enjeux et interactions
    Paru dans Revue germanique internationale, 16 | 2012
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org