Navigation – Plan du site

Les débuts de l’hittitologie : le rôle de la science allemande

Isabelle Klock-Fontanille
p. 119-133

Résumés

Contrairement à l’Égypte, les Hittites sont tombés dans un oubli quasi-total jusqu’au xixe siècle. Pendant tout le xixe siècle, les voyages de recherche entrepris par des savants de plusieurs nationalités ont permis la découverte de nombreux monuments et sites. Cette étude montre comment peu à peu les Allemands sont devenus les principaux acteurs de cette redécouverte : grâce à des atouts économiques (la concession du chemin de fer anatolien) et politiques (les relations entre l’Empire ottoman et l’Allemagne de Guillaume II), grâce à une concentration des centres de décision (entre autres, la Deutsche Orient-Gesellschaft), et grâce à la liaison entre savants et financiers. Cela aboutit à la campagne de 1906 à Boğazköy, qui permit la découverte du site de la capitale de l’Empire hittite avec à l’intérieur de très nombreuses tablettes, puis quelques années plus tard, en 1915, au déchiffrement du hittite cunéiforme, date de la naissance de l’hittitologie.

Haut de page

Texte intégral

1Les Hittites ont été un peuple aussi puissant que l’Égypte du temps de Ramsès II. À cette époque, le Grand Roi hittite (Hattušili III) et le pharaon d’Égypte (Ramsès II) se sont partagé tout le Proche-Orient par un traité mutuel (à la suite de la célèbre bataille de Qadeš). Mais les rois hittites n’ont pas connu la même postérité que les pharaons : ils sont tombés dans un oubli quasi total jusqu’au xixe siècle. Et même alors, leur découverte, ou plutôt leur redécouverte, s’est faite par étapes discontinues, faute de pouvoir rattacher ce qu’on découvrait à quoi que ce soit de connu.

2C’est à cette redécouverte que nous allons nous intéresser dans cette étude : depuis les premiers tâtonnements jusqu’en 1915, date à laquelle on fait traditionnellement démarrer l’hittitologie comme discipline, avec le déchiffrement du hittite cunéiforme par le savant tchèque Bedřich Hrozný (1879-1952). Nous nous concentrerons sur Boğazköy (site actuel de l’ancienne capitale des Hittites, Hattuša) et nous montrerons comment et pourquoi les savants allemands sont peu à peu devenus les principaux acteurs de cette aventure.

La redécouverte du monde hittite : les prémices

  • 1  À cette époque, rappelons-le, les hiéroglyphes égyptiens n’avaient pas encore été déchiffrés (la c (...)

3Tout commence au tout début du xixe siècle avec Jean-Louis Burckhardt (1784-1817), un Suisse passionné d’orientalisme. Il étudia l’arabe à Cambridge, dans le but de participer à une expédition visant à découvrir les sources du Niger. Il quitta l’Angleterre en mars 1809. En Syrie, il se convertit à l’islam. Il visita beaucoup de villes, prit beaucoup de notes, il envoya ses notes, ses journaux et sa très abondante correspondance en Angleterre. La Société géographique de Londres les a rassemblés et publiés. On peut y lire la visite qu’il fit du bazar de la ville syrienne de Hama : il y remarqua, encastrée à l’angle d’une maison, une pierre couverte de petites figures et de signes bizarres, sortes de hiéroglyphes qui toutefois, comme il le nota, différaient des caractères égyptiens1. Voici les quelques lignes qu’il consacra à ces inscriptions :

  • 2  John Lewis Burckhardt, Travels in Syria and the Holy Land, Londres, John Murray, 1822, p. 146-147 (...)

Au coin d’une maison dans le Bazar, il y a une pierre avec des petites figures et des signes, qui semblent être une sorte d’écriture hiéroglyphique, bien qu’ils ne ressemblent pas à ceux de l’Égypte2.

4Mais, comme en témoignent ses comptes-rendus, ni lui, ni personne ne se rendit compte de l’importance de la découverte. Ce n’est que par une lecture rétrospective qu’on a pu mesurer l’importance de l’événement. Et il faudra attendre de nombreuses années pour qu’on étudie ces inscriptions.

  • 3  Cf Carl-Benedict Hase, « Rapport lu, le 15 mai 1835, à l’Académie royale des Inscriptions et Belle (...)
  • 4  L’assyriologue gallois Archibald H. Sayce (1846-1933) est sans aucun doute le personnage le plus i (...)
  • 5  Karl Humann (1839-1896) a joué un rôle pionnier dans l’archéologie en Turquie. Cet ingénieur des c (...)
  • 6  Karl Humann et Otto Puchstein, Reisen in Kleinasien und Nordsyrien ausgeführt im Auftrage der Köni (...)
  • 7  Ibid., p. 1-96.
  • 8  Ibid., p. 3.

5Pendant tout le xixe siècle, les voyages de recherches entrepris par les savants de nombreuses nations ont permis la découverte de quantité de monuments : Charles Texier, un archéologue et architecte français, alors qu’il cherchait la ville romaine de Tavium, découvrait en 1834 les ruines de Boğazköy et des reliefs rupestres voisins de Yazılıkaya, les deux sites les plus emblématiques du monde hittite (ce que l’on comprendra bien plus tard)3. En 1836, William John Hamilton découvrait les sculptures d’Alaca-Hüyük et le monument d’Eflatun Pınar. L’archéologue helléniste français Georges Perrot, découvreur en 1862 des reliefs rupestres de Gâvur Kalesi, fut le premier à fournir une description complète et analytique de tous ces monuments dans son ouvrage, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie, publié en 1872 en collaboration avec Edmond Guillaume (architecte) et Jean Delbet (médecin). Ces études furent reprises et approfondies par Archibald H. Sayce4, William M. Ramsey et surtout Karl Humann5. Ce dernier, accompagné de l’archéologue Otto Puchstein, fit un voyage dans ces régions en 1882 et le relata dans un ouvrage : Reisen in Kleinasien und Nordsyrien ausgeführt im Auftrage der Königlichen Preußischen Akademie der Wissenschaften, beschrieben von Karl Humann und Otto Puchstein6. Dans le chapitre I, il décrit son voyage à Ankara et Boğazköy7. L’objectif était clairement de faire des empreintes des reliefs rocheux8. Son récit se partage entre questions liées aux moulages qu’il est chargé de faire et descriptions très précises : pour Yazılıkaya, il se réfère à Perrot, pour Boğazköy, à Texier.

6L’intérêt pour Boğazköy remonte aux deux dernières décennies du xixe siècle. Ce site suscite alors l’intérêt des Allemands, des Français, des Anglais et des Américains. L’époque des fouilles méthodiques commence avec les brefs sondages de l’archéologue et anthropologue français Ernest Chantre (accompagné de sa femme) durant deux missions en 1893 et 1894. Il mit au jour des tablettes d’argile en cunéiforme. Certes, elles étaient écrites dans une langue inconnue, mais elles présentaient des ressemblances avec deux lettres, appelées lettres d’Arzawa, découvertes peu de temps auparavant dans les archives d’Amarna. Dans une lettre écrite au ministre de l’Instruction publique datée du 8 mai 1894, il écrit ceci à propos de « la cité Hétéenne de Chatchagheuz » :

  • 9   AN, F17 294c, Chantre dossier 8, Chantre au ministère de l’Instruction publique, 8/5/1894.

Je n’insisterai pas, Monsieur le Ministre, sur l’intérêt considérable que doit présenter une pareille exploration pour la connaissance du peuple Hétéen. Ce que l’on sait de plus précis sur ce peuple est dû en partie à des savants français, et il serait actuellement bien regrettable que l’étude des monuments les plus importants de cette civilisation que l’on a découverts jusqu’à ce jour reste l’apanage exclusif de la science allemande9.

7Ces investigations archéologiques françaises en Anatolie, qui s’annonçaient si prometteuses n’ont pas eu de suite au xxe siècle. En effet, si les Français ont été pionniers, les Allemands ne veulent pas être en reste. Et surtout, les Français vont être rapidement hors jeu, comme l’expliquera plus tard Félix Sartiaux en 1918 :

  • 10  FélixSartiaux, « L’Archéologie française en Asie Mineure et l’Expansion allemande. Les fouilles et (...)

Les monuments des Hittites ont été signalés par Texier en 1835. Perrot les a étudiés et décrits en 1861 et a été le premier à montrer que leurs vestiges, épars sur un immense territoire, qui va du nord de la Syrie jusqu’à la mer Noire et à la région occidentale de l’Asie-Mineure, appartenaient à une même civilisation. C’est donc bien nous qui avons soulevé le problème. Mais nous n’avons pas persévéré. Lorsque, vers 1880, la question a commencé à passionner les savants, à faire l’objet de travaux approfondis et à provoquer de grandes fouilles, nous disparaissons complètement de la scène10.

8Pour comprendre comment et pourquoi la situation a évolué ainsi, il faut prendre en compte l’arrière-plan politique et économique de cette période.

L’attitude de la diplomatie française

9Pendant ces dernières décennies du xixe siècle, comme l’explique Silvia Alaura, il y a un partage archéologique du Proche-Orient :

  • 11  Silvia Alaura, « Nach Boghazköi ! » Zur Vorgeschichte der Ausgrabungen in Bogazköy-Hattusa und zu (...)

La suprématie définitive de l’Allemagne correspond à la division du Moyen-Orient en zones d’influence archéologique, division selon laquelle l’Asie Mineure a été considérée comme « province archéologique » de l’Allemagne, tandis que le sud de la Palestine, le Sinaï et la Haute-Égypte sont devenus l’apanage des Anglais, et le Liban sphère d’intérêt des Français11.

  • 12  Bayram Kodaman, « La présence culturelle et religieuse de la France en Anatolie orientale du 1878 (...)

10L’Asie Mineure, et tout particulièrement Boğazköy, est donc plutôt l’apanage des Allemands. Cependant, cette période est aussi celle où les Français essayent, à travers l’étude de l’Asie Mineure antique de maintenir leur autorité face à l’influence grandissante de l’Allemagne. Car, jusque-là, il y a une présence forte de la France. Comme l’explique Bayram Kodaman12,

  • 13  Ibid., p. 393.

Depuis le xvie siècle, la France avait une présence effective dans l’Empire ottoman et jouissait de privilèges particuliers en vertu des capitulations qui avaient été accordées en 1569 par le sultan et qui étaient devenues, en 1740, perpétuelles. […] Au cours du xixe siècle, aux capitualtions anciennes venaient s’ajouter de nouvelles concessions politiques et culturelles obtenues par les traités de commerce de 1838, de Paris de 1856 et de Berlin de 1878. […] Un autre élément important à noter pour expliquer cette présence déjà existante et sa continuité est que la Sublime Porte préférait sans hésitation les institutions et la culture de France à celle des autres puissances européennes pour la modernisation et la réorganisation de l’Empire ottoman. Parce que les institutions, la culture et la civilisation françaises fournissaient aux hommes d’État ottomans les modèles de ce qu’était une modernisation à l’européenne13.

11L’influence de la France est essentiellement culturelle et religieuse :

  • 14  Ibid., p. 393.

En mettant à profit tous les privilèges dont il jouissait, le gouvernement français manifesta dès 1839 une volonté persévérante d’intensifier et de développer ses activités culturelles et religieuses et d’accroître les instruments de la diffusion de la langue et de la culture françaises dans l’Empire ottoman et de convertir les non-musulmans au catholicisme14.

  • 15  Jacques Thobie, « Archéologie et diplomatie française au Moyen-Orient des années 1880 au début des (...)

12Comment expliquer alors que les choses aient évolué ainsi au détriment des Français et au profit des Allemands ? Jacques Thobie, qui s’est intéressé à l’attitude de la diplomatie française face au problème général de la recherche archéologique dans le Moyen-Orient ottoman et ex-ottoman des années 1880 à la création, en 1930-31, de l’Institut français d’Archéologie d’Istanbul15, note trois volets dans l’action du ministère français des Affaires étrangères dans le domaine archéologique : 

  • 16  Ibid., p. 79.

le développement des fouilles françaises et la surveillance vigilante de toute recherche concurrente considérée comme dommageable à l’influence française, le souci de « l’enrichissement » des musées nationaux, l’intervention directe dans la gestion de l’archéologie française dans la région16.

13Mais dans la course aux autorisations, l’état d’esprit des uns et des autres n’est pas le même. André Honorat, dans une dépêche d’après-guerre à son collègue du Quai, analysant rétrospectivement la situation, explique que la présence culturelle et religieuse de la France ne fait pas le poids :

  • 17  Archives du ministère des Affaires étrangères à Nantes, Œuvres Levant, 172. Ministre de l’Instruct (...)

Il n’y a pas là seulement, en effet, un intérêt de pure érudition. L’archéologie, ainsi que l’ont compris aussi bien nos ennemis que nos alliés, donne discrètement mais efficacement son concours à l’action politique et à la propagande17.

14Même son de cloche en 1912 chez Gustave Mendel, archéologue français détaché permanent auprès des Musées impériaux : ayant, dans un rapport très circonstancié destiné à son ministre des affaires étrangères, constaté la faiblesse de l’archéologie française dans l’Empire ottoman, il concluait ainsi :

  • 18  Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris, nouvelle série, Turquie, 396, le 1.10.1912 (...)

 La puissance de la science allemande, en des matières qui intéressent de si près leur pays, ne peut pas ne pas être, aux yeux des Ottomans, une présomption en faveur des Allemands ; elle crée chez eux un mouvement de sympathie qui les rapproche de nos adversaires et les éloigne de nous ; elle les incite à étudier une langue qui est celle de tant d’ouvrages relatifs à la Turquie. La présence de tant de savants en tant de points de l’Empire est, au même titre que les chemins de fer, un témoignage de la force d’expansion du génie allemand18.

  • 19  Jacques Thobie, op. cit., p. 89.

15S’ajoute le manque d’organisation. Jacques Thobie remarque qu’en Anatolie, comme en Macédoine et dans les îles, la France n’entretient pas de grandes fouilles permanentes. Certes « le passé nous y appartient », comme l’écrit Gustave Mendel en 1912, mais l’archéologie française en Anatolie est essentiellement de réaction, non par manque de savants de d’imagination, mais par manque d’argent19. Ne restent donc comme activités archéologiques françaises que des actions ponctuelles, souvent d’exploration plutôt que de fouille. Ces missions sont patronnées par l’École française d’Athènes (jusqu’en 1901) ou divers organismes et financées, soit par les intéressés, soit par des fonds publics. Rappelons que pour ses recherches en Anatolie centrale, Chantre n’a bénéficié d’aucune subvention publique.

  • 20  Jacques Thobie, ibid., p. 100-101.
  • 21  C’est en 1930 que sera créé l’Institut Archéologique Français d’Istanbul.

16Il est vrai que l’archéologie n’a, semble-t-il, été ressentie que très tardivement comme partie intégrante de la politique culturelle de la France dans l’aire moyen-orientale, et donc de la politique d’influence dans l’Empire ottoman. Sans doute, « Cambon, fasciné par les performances allemandes, a-t-il contribué activement à cette prise de conscience »20. Dès 1892, inquiet des progrès de l’Allemagne, celui-ci proposa la création à Constantinople d’une mission scientifique permanente complètement autonome. En raison de l’opposition vigoureuse de l’École d’Athènes et du double jeu de l’Instruction publique, le projet n’aboutit pas. Dans l’esprit de Cambon, il s’agissait des prémices d’un organisme permanent, antenne de l’École d’Athènes21.

L’offensive allemande : « Die ‘Zeit des Zuwartens’ geht ‘zu Ende’. Deutschlands Eintritt in die Orientpolitik 1898/99 »22

  • 22  Titre du Chapitre II de l’ouvrage de Gregor Schöllgen, Imperialismus und Gleichgewicht. Deustchlan (...)
  • 23  Pour le détail des tractations, voir Silvia Alaura, op. cit., p. 55-69.

17L’année de la deuxième mission de Chantre, la direction des musées royaux de Berlin avait tenté par la voie diplomatique d’obtenir une autorisation officielle des autorités turques pour une fouille à Boğazköy. Mais cette tentative n’aboutit pas23. Pourtant, en quelques années, les Allemands vont retourner la situation en leur faveur, grâce à des atouts, que l’ambassadeur de France à Constantinople, Paul Cambon, avait parfaitement analysés. Il

  • 24  Cité par Jacques Thobie, op. cit., p. 91.

avait parfaitement compris que les causes des succès économiques de l’Allemagne dans l’Empire tenaient à la liaison structurelle entre les financiers et les industriels et il dénonçait l’éparpillement des initiatives françaises dans ce domaine ; de la même façon, il a bien saisi, avec l’aide des analyses d’André Joubin, que l’efficacité allemande, en matière archéologique, tenait à la liaison entre savants et financiers et à une concentration des centres de décision, symbolisées par l’action de Carl Humann à Smyrne et du Comité d’Orient à Berlin. Et dans ce domaine aussi, les Français vont en ordre dispersé, ce qui explique leur position subalterne dans l’Empire24.

Les atouts économiques et politiques

  • 25  Rudolf Virchow, « Die orientalische Altertumsforschung im preußichen Landtag », Orientalische Lite (...)

18Le 15 mars 1898, Rudolf Virchow s’adresse au ministre Bosse et l’interpelle vigoureusement sur la place de l’Allemagne dans les fouilles en Orient25. Il commence par rappeler qu’auparavant, la Prusse avait joué un rôle de premier plan et continue en regrettant la position de retrait de l’Allemagne, laissant ainsi la place aux Français et aux Anglais :

  • 26  Ibid., p. 121.

Assurément, je ne peux pas nier que nous ressentons parfois douloureusement le fait que l’Allemagne, qui pendant longtemps était beaucoup intervenue dans cette région, particulièrement à travers Lepsius, s’est peu à peu retrouvée complètement en retrait26.

  • 27  Rappelons que depuis 1884, il était interdit de faire sortir des antiquités de l’Empire ottoman. C (...)

19En outre, continue Virchow, comment ne pas regretter, alors que les Français et les Anglais ont rapporté tant de trésors, que les Allemands ont dû se contenter de moulages27 ?

  • 28  Ibid., p. 121.

Il se passe à peu près la même chose dans les régions du Moyen-Orient, qui ont longtemps été très négligées, et où l’on a presque entièrement laissé les Anglais et les Français fouiller. Les Français, en particulier, ont rassemblé des trésors extraordinaires en Asie Mineure, les Anglais ont exploré l’Assyrie. Nous en avons reçu bien peu, nous nous sommes longtemps contentés de faire de grands moulages en plâtre, qui ont été solennellement placés dans les musées. Ceci est d’un intérêt non négligeable, mais on ne peut nier que les originaux soient plus intéressants que les moulages en plâtre28.

21C’est en effet avec la construction du réseau ferroviaire, dont les Allemands en ont obtenu la concession, que les relations entre la Turquie et l’Allemagne s’amplifièrent et que cette dernière prit le dessus par rapport aux autres grandes puissances de l’époque, à savoir la Russie, l’Angleterre et la France.

22Voici ce que Sayce raconte dans ses souvenirs à propos de l’année 1905 :

  • 29  Archibald H. Sayce, Reminiscences, Londres, Macmillan & Co., 1923, p. 327-328.

Je tenais beaucoup à ce que des fouilles soient entreprises à Boghaz Keui, la capitale hittite. Les ruines étaient vastes, et le fouilleur français, Chantre, y avait découvert des fragments de tablettes cunéiformes, si bien que j’avais acquis la conviction que des archives avaient existé sur le site. J’avais déjà évoqué ce sujet avec le professeur Garstang et nous espérions que le Comité de l’Institut Archéologique de Liverpool fournirait des fonds pour les fouilles. Je quittai donc Constantinople avec de grands espoirs de succès. Malheureusement les Allemands étaient sur la même piste, et ils avaient réussi à intéresser l’Empereur au projet. L’ambassadeur d’Allemagne était alors tout-puissant à Constantinople, l’ambassadeur anglais ne s’occupait pas de ces choses. L’Empereur allemand promit l’argent nécessaire pour commencer les travaux, que Hamdy Bey estima à 3000 livres. Je reçus lettre sur lettre de lui me pressant de rassembler mes amis de Liverpool afin de garantir la somme nécessaire, et me disant qu’il ne pouvait pas tenir beaucoup plus longtemps face à la pression allemande. Mais la garantie fut reportée jusqu’à ce qu’il soit devenu trop tard et la concession pour les fouilles à Boghaz Keui fut octroyée à Berlin29.

23La préhistoire des fouilles à Boğazköy est liée à deux facteurs : (i) la construction du chemin de fer anatolien, (ii) la question arménienne (que nous n’avons pas évoquée ici) et (iii) la politique internationale de Guillaume II.

La concentration des centres de décision et la liaison entre savants et financiers

  • 30  Pour le détail de sa fondation, voir Johannes Renger, « Die Geschichte der Altorientalistik und de (...)

24Les dernières années du xixe siècle se caractérisent pas une effervescence en matière de création d’institutions au service de l’orientalisme en Allemagne : « die Vorderasiatische Gesellschaft » (1896), « die Orientalische Literatur Zeitung » (1898), « die Deutsche Orient-Gesellschaft » (189830), et en 1899 fondation de la section proche-orientale des musées royaux.

  • 31  Gernot Wilhelm, « 100 Jahre Ausgrabungen der Deutschen Orient-Gesellschaft », in : Gernot Wilhelm (...)

25La « Deutsche Orient-Gesellschaft » (désormais DOG) avait pour but d’encourager les recherches dans le domaine des antiquités orientales et de les faire partager à un large public. Parmi ses missions, elle devait encourager l’acquisition d’antiquités orientales, à destination des musées royaux à Berlin, comme d’autres collections publiques dans l’Empire allemand. Comme l’explique Gernot Wilhelm31, ce dernier point était ressenti comme particulièrement important : en effet, jusqu’à la fin du xixe siècle, il n’y avait pas de musée en Allemagne disposant d’une collection notable d’art de l’Orient ancien, comme on en trouvait depuis des décennies au British Museum ou au Louvre. Relisons ce qu’écrit Otto Puchstein lors de la deuxième campagne de fouilles à Boğazköy :

  • 32  Otto Puchstein, « Vorlaüfige Nachrichten über die Ausgrabungen in Boghaz-köy im Sommer 1907. Die B (...)

Cette figure de roi et les lions à la Porte Est sont les sculptures les plus remarquables et les plus raffinées d’un point de vue artistique dont nous avons connaissance jusqu’à présent des anciens Hittites ; il nous faudra au moins en apporter des moulages en plâtre dans les musées européens32.

  • 33  Cf. Wilhelm, op. cit., p. 7.

26La jeune société bénéficia du soutien financier d’industriels : tout particulièrement James Simon, grossiste berlinois en textile, collectionneur d’art, mécène et philanthrope. Il souhaitait que la situation financière de la société soit telle qu’elle puisse financer ses fouilles sur ses fonds propres. De nombreux membres financèrent la DOG (500 après un an, 1510 en 1913)33.

  • 34  Gernot Wilhelm, ibid. ; voir aussi Johannes Renger, op. cit., p. 162, note 56.

27Le deuxième soutien fut celui de l’empereur Guillaume II qui s’intéressait à l’archéologie et tout particulièrement à la Mésopotamie antique. Dès les débuts, il soutint la DOG par des subventions très importantes34, et en endossa le « protectorat » en 1901.

28Passons sur les fouilles en Mésopotamie (à Babylone, en premier lieu) et en Égypte qui étaient le champ principal d’activités de la DOG, mais qui ne nous concernent pas directement. Mentionnons les fouilles entreprises à Aššur, parce qu’elles placent l’archéologie sur le terrain politique et que cela aura des conséquences pour notre propos.

29Au début du xxe siècle, l’intérêt se portait sur Aššur et sur les Assyriens dont l’histoire était encore mal connue. L’autorisation de fouilles se joua dans les plus hautes sphères politiques. Le 20 juillet 1902, l’empereur envoyait ce télégraphe depuis son yacht à l’Amiral von Hollmann, alors président de la DOG :

  • 35  C’est la colline de Qalcat Širqā sur les bords du Tigre qui recélait les ruines de la capitale des (...)
  • 36  Cité par Gernot Wilhelm, op. cit., p. 8.

S. M. Le sultan vient de m’informer par un chargé d’affaires impérial à Istanbul que la D.O.G. était autorisée à entreprendre des fouilles à Kalat-i-Schurgat35. Il le fait d’autant plus volontiers que le terrain est sa propriété privée. Prenez contact là-bas avec l’ambassade. Guillaume Ier R.36

  • 37  Ibid.

30Ce qui a été retenu de cette affaire par la presse de l’époque et a été souvent transmis jusqu’aujourd’hui, c’est que le Sultan offrait la propriété des ruines à l’Empereur comme cadeau personnel37.

  • 38  Cf. Johannes Renger, op. cit., p. 163.

31À côté de la DOG, d’autres institutions œuvrèrent. L’assyriologue Hugo Winckler est, en 1896, à l’origine de la Vorderasiatische Gesellschaft, dont le but était la promotion des études concernant l’Asie Mineure. Elle poursuivit ce but à travers l’édition de Mitteilungen der Vorderasiatichen Gesellschaft, qui présentaient les résultats des travaux et des recherches menées38. Les Mitteilungen der Vorderasiatichen Gesellschaft (devenue en 1921 Vorderasiatisch-Ägytische Gesellschaft) publièrent 46 volumes jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les fouilles allemandes : la découverte de Hattuša et le déchiffrement du hittite cunéiforme

  • 39  Il s’agissait de raisons politiques liées à la question arménienne. Belck, par son attitude dans c (...)

32C’est donc dans ce contexte désormais très favorable que les négociations reprirent pour l’obtention d’une autorisation de fouilles à Boğazköy. Quelques années après la première tentative – avortée – de la direction des musées royaux de Berlin d’obtenir une autorisation officielle des autorités ottomanes, une autre tentative eut lieu (1901-1905). Elle vint de l’électrochimiste et chercheur orientaliste Waldemar Belck. Après une fouille de cinq jours à Boğazköy lors de laquelle il mit au jour de nombreuses tablettes, il fut conforté dans le désir d’y poursuivre les fouilles. À son retour en Allemagne, il fit la proposition de créer une structure dont le but serait la découverte et la recherche de l’Antiquité proche-orientale, principalement dédiée à l’Anatolie. Cela aboutit à la fondation de la Deutsche Gesellschaft für die wissenschaftliche Erforschung Anatoliens en février 1902. Le premier point de son programme concernait des fouilles à Boğazköy. Cela ne se réalisa toutefois pas, en raison de l’opposition de cercles allemands officiels, et tout particulièrement de la DOG, mais aussi pour des raisons politiques39.

33La deuxième initiative fut celle de Hugo Winckler. A travers les publications de Chantre et les originaux édités par Belck, il avait pu étudier les tablettes d’argile découvertes sur le site de Boğazköy, et cela l’avait conforté dans la conviction qu’il devait y avoir une archive importante à cet endroit. Il travailla avec obstination à l’obtention des autorisations necéssaires.

  • 40  Sur la fondation et les objectifs de cet institut, voir Kurt Bittel, « The German Perspective and (...)

34En 1906, débuta la première campagne de fouilles à Boğazköy (financée par des fonds privés). Mise sur pied par la DOG, elle fut confiée à Hugo Winckler et à Théodore Makridi. Elle dura du 21 juillet au 18 août. Pour la deuxième campagne de 1907, un archéologue fut adjoint à Winckler. Ce fut Otto Puchstein. Cette deuxième campagne marqua la collaboration entre la DOG et l’Institut archéologique allemand40. C’est un fait connu que, pendant cette campagne, Winckler et Makridi Bey d’un côté et l’équipe de l’Institut archéologique allemand de l’autre, travaillaient séparément et qu’il existait des tensions entre eux. D’ailleurs leurs intérêts étaient divergents, comme le montre la correspondance. Winckler s’intéressait aux sources épigraphiques, comme en témoignent de nombreux passages de ses lettres. À titre d’exemple, voici un extrait d’une lettre qu’il envoya à Bruno Güterbock le 3 août 1907 :

  • 41  Lettre citée par Silvia Alaura, op. cit., p. 135.

D’ailleurs, le Prof. Delitzsch va être particulièrement intéressé par le fait qu’on a aussi trouvé parmi les fragments de syllabaires, des fragments, certes modestes, mais dont certains contiennent des mots hittites41.

  • 42  Johannes Renger, op. cit., p. 165.

35Le désir le plus profond de Hugo Winckler était la reconstruction de l’histoire du Proche-Orient ancien42. La condition préalable était, selon lui, la connaissance intime des sources. Ses efforts consistaient à révéler la matériel disponible pour la recherche historique et à rendre disponibles de nouvelles sources. Ses efforts acharnés autour des fouilles de Boğazköy trouvent ici leur fondement. Depuis qu’il avait reconnu qu’il y avait là-bas des documents qui, comme il le croyait, dataient de l’époque amarnienne, il orienta tous ses efforts vers cet objectif. Cette première campagne lui donna raison.

  • 43  Kurt Bittel, Ibid., p. 275.

36Les objectifs de Puchstein, que l’Institut avait chargé de la partie archéologique des fouilles, étaient différents. Il était particulièrement intéressé par l’histoire de l’architecture, parce qu’il pensait que dans ce champ, des résultats pouvaient être obtenus sur la base de preuves irréfutables, à un degré impossible à atteindre dans des domaines comme l’histoire de la peinture ou de la sculpture43. Ses lettres témoignent de cet intérêt. Voici un extrait de lettre qu’il écrivit à A. Conze datée du 21 juillet 1907 :

  • 44  Lettre citée par Silvia Alaura, op. cit., p. 136.

Ce qui est prodigieux dans le site, au-delà de toute attente, ce sont les fortifications, les différents escarpements colossaux surmontés de murailles, les poternes cyclopéennes, les portes, les tours, et d’autres choses encore inconnues44.

37Ou encore dans les comptes rendus qu’il a rédigés dans les Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft, dès décembre 1907 :

  • 45  Otto Puchstein, op. cit., p. 60.

Les bâtiments étaient grands et monumentaux, et ils nous apprennent à connaître pour ainsi dire un nouveau style dans l’architecture orientale. Et c’est pour l’archéologue presque tout aussi surprenant que la découverte des documents cunéiformes l’est pour l’historien45.

38La campagne suivante (financée par le Comité d’Orient) n’eut lieu qu’en 1911, à cause de l’état de santé de Winckler, mais aussi de difficultés financières et de retards dans la publication des résultats. Une dernière campagne avant la Première Guerre mondiale fut organisée en 1912. Mais elle fut très problématique en raison de la maladie de Winckler. En plus, Makridi Bey tomba lui-même malade. D’ailleurs Winckler mourut quelques mois après son retour à Berlin sans avoir eu le temps de publier les résultats de la campagne.

39Dès la première campagne de 1906, les intuitions de Winckler se vérifièrent : ils étaient bien en présence d’un site important. Dès cette première campagne fut dégagé le palais royal et, à l’intérieur, des archives furent mises au jour. Parmi ces documents, se trouvaient de très nombreuses tablettes en caractères cunéiformes, de la correspondance internationale, rédigée dans la langue diplomatique du IIe millénaire avant J.-C., à savoir l’akkadien, que l’on connaissait déjà. Fut faite, en particulier, la découverte d’un texte essentiel : il s’agit de la version en akkadien du traité conclu vers 1260 avant J.-C. entre Hattušili III et le pharaon Ramsès II, dont la contrepartie égyptienne avait été gravée sur le mur du temple de Karnak. La lecture de tels textes permit à H. Winckler d’identifier le site qu’il commençait à fouiller comme étant la ville de Hattuša. Au fur et à mesure des fouilles, les spécialistes se rendirent compte que, dans les textes, on pouvait repérer sept langues différentes, dans des textes écrits en cunéiformes. À l’époque, on en reconnaissait trois : l’akkadien (langue diplomatique internationale), le hourrite (langue à part) et le sumérien (langue savante de l’époque).

40Mais à côté de ces dernières, on rencontrait dans les textes quatre idiomes, inconnus à l’époque et qui résistaient à l’interprétation. À ce moment-là, on cherchait – à tort – des réponses du côté du Proche-Orient. Et ce, malgré les intuitions de certains savants. En effet, dès 1884, dans son livre L’Empire des Hittites, William Wright affirmait que la langue hittite n’était pas une langue sémitique, comme les autres langues antiques connues du Proche-Orient. En 1915, le savant tchèque Bedřich Hrozný (qui, l’année précédente, avait été mandaté par la DOG et avait rejoint l’équipe allemande afin d’éditer les textes cunéiformes mis au jour par les fouilles de Winckler), put mettre en évidence le caractère indo-européen des trois langues de Hattuša, donc leur relation avec des langues – bien connues –, comme le sanscrit, le latin, le grec, etc.

  • 46  « Die Lösung des hethitischen Problems », Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft 56, 1915, (...)

41Dans des phrases comme celle-ci : nu NINDA-an e-ez-za-at-te-ni wa-tar-ma e-ku-ut-te-ni, il reconnut watar, qu’on peut rapprocher de l’anglais water, de l’allemand Wasser, du slave voda. De même, ezzateni et ekuteni viennent de toute évidence respectivement des racines indo-européennes *ed- « manger » et *ek- « boire »46. C’était une découverte sans pareille : dans l’Anatolie du IIe millénaire avant J.-C., on parlait une langue apparentée au latin, au grec et au sanscrit! Quant à la dernière langue, elle fut identifiée très rapidement comme étant le hatti, c’est-à-dire le substrat indigène.

Conclusion

42Les fouilles entamées en 1906 et 1907 par Hugo Winckler, Theodor Makridi et Otto Puchstein ont été depuis continuées par la DOG et par l’Institut archéologique allemand au cours de 34 campagnes, et elles se poursuivent à l’heure actuelle. Mais après le campagne de 1912, il faudra attendre 1931 : les porteurs en furent de nouveau la Société orientale allemande et l’Institut archéologique allemand, dont une section avait été fondée à Istanbul deux ans auparavant. Les fouilles furent confiées au jeune Kurt Bittel, alors âgé de 24 ans.

43L’activité de l’équipe germanique lors de ces premières fouilles a permis d’arracher un peuple à l’oubli et a fait revivre, en même temps que sa capitale, son histoire, sa civilisation et sa langue, et ce très rapidement.

  • 47  Kurt Bittel, Les Hittites, Paris, Gallimard, 1976, p. 14.

La découverte des archives des Grands Rois nous a fourni les bases sûres qui nous manquaient pour une juste appréciation de la position culturelle et politique des Hittites, tandis que les ouvrages architecturaux de la capitale, les objets artistiques et artisanaux nous permettent de mieux cerner les dons de création et la recherche formelle des Hittites47.

  • 48  Bedřich Hrozný, Die Sprache der Hethiter : ihr Bau und ihre Zugehörigkeit zum indogermanischen Spr (...)
  • 49  Emil Forrer, Die acht Sprachen der Boghazköi-Inschriften, Berlin, Sitzungsberichte der Preußichen (...)

44C’est pourquoi, très rapidement, de nombreuses publications virent le jour. Citons l’ouvrage de John Garstang The Land of the Hittites. An Account of Recent Explorations and Discoveries in Asia Minor, with Descriptions of the Hittites Monuments, paru en 1910 (Londres), qui présentait pour la première fois la culture hittite dans son environnement proche-oriental dans une perspective globale. La même année, parut une réédition de l’ouvrage de Sayce The Hittites. The Story of a Forgotten Empire. En 1913, parut le Handbuch der Kunstwissenschaft. Die Antike Kunst, dans lequel Ludwig Curtius consacra une partie à l’art hittite. Pour le domaine linguistique, l’ouvrage de synthèse de Bedřich Hrozný, Die Sprache der Hethiter : ihr Bau und ihre Zugehörigkeit zum indogermanischen Sprachstamm, parut deux ans après le déchiffrement48. Ajoutons, dans ces débuts de l’hittitologie et la place importante de Berlin, Emil Forrer qui se fit remarquer dès 1919 avec son étude Die acht Sprachen der Boghazköi-Inschriften49.

45Ces années ont donc vu la redécouverte d’un peuple, avec son histoire, sa culture et sa langue. Elles ont aussi vu la naissance d’une nouvelle discipline, l’hittitologie, qui fait partie à la fois de l’orientalisme et des études indo-européennes.

Haut de page

Notes

1  À cette époque, rappelons-le, les hiéroglyphes égyptiens n’avaient pas encore été déchiffrés (la célèbre Lettre à Monsieur Dacier date de 1822).

2  John Lewis Burckhardt, Travels in Syria and the Holy Land, Londres, John Murray, 1822, p. 146-147 (Les traductions de l’anglais et de l’allemand sont de l’auteur de l’article).

3  Cf Carl-Benedict Hase, « Rapport lu, le 15 mai 1835, à l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres de l’Institut, sur un envoi fait par M. Texier, et contenant les dessins de bas-reliefs découverts par lui près du village de Bogaz-Keui, dans l’Asie Mineure », Journal des Savants, 1835, (p. 368-376), p. 370 :
« L’attente de M. Texier ne fut point trompée. Sur une montagne élevée dont le sommet forme un vaste plateau, il vit les restes d’une ville occupée aujourd’hui, dans son intérieur, par une forêt de chênes nains ; une muraille de travail cyclopéen, de cinq mètres d’épaisseur, l’entoure encore tout entière. Des portes, dont l’une, formant jadis une arcade, est ornée à la hauteur de l’imposte de deux grandes têtes de lion ; des souterrains, trois acropoles situées sur de hauts rochers isolés, un temps élevées sur plusieurs esplanades, font de ce lieu, suivant M. Texier, un des plus remarquables de l’Asie Mineure. »

Charles Texier était parti à la recherche de la ville romaine de Tavium, C.-B. Hase suppose « que notre voyageur a retrouvé l’emplacement de Soandus, ville antique de la Cappadoce dont on ignorait la position exacte ». En fait, c’est Hattuša, la capitale de l’empire hittite qu’il a découverte, ce que l’on comprendra en 1906.
Quant à Yazılıkaya, voici le lieu tel qu’il a été décrit par Texier (rapporté par C.-B. Hase) :
« Toutefois, les ruines dont nous venons de parler ne sont pas l’objet qui mérite le plus de fixer notre attention, dans une localité qu’avant M. Texier aucun voyageur européen ne paraît avoir visitée. A peu de distance de la ville, dans une enceinte de rochers dont l’ouverture est tournée vers le levant, chaque saillie taillée régulièrement par la main des hommes porte des bas-reliefs, comme sur les terrasses de Persépolis, comme à Nachki-Roustâm et à Bisuton : c’est une suite non interrompue de figures dont la hauteur varie ici depuis la dimension de demi-nature jusqu’à la colossale. Chacune d’elles a été terminée avec soin et avait reçu un brillant poli que l’on voit encore dans quelques parties abritées. » (Ibid., p. 370)

4  L’assyriologue gallois Archibald H. Sayce (1846-1933) est sans aucun doute le personnage le plus important dans l’histoire du déchiffrement des hiéroglyphes louvites. Il s’est aussi occupé de civilisations polynésiennes, des religions primitives de la Guinée, du bouddhisme japonais... (Voir Ernst Doblhofer, Le Déchiffrement des écritures, Paris, Arthaud, 1958, p. 160-161). On lui doit les premières études sur les hiéroglyphes louvites. Citons, entre autres, « Decipherment of the Hittite inscriptions », in : William Wright (éd.), The Empire of the Hittites, Londres, James Nisbet & Co., 1884, p. 168-188.

5  Karl Humann (1839-1896) a joué un rôle pionnier dans l’archéologie en Turquie. Cet ingénieur des chemins de fer, d’origine allemande, a participé à la construction des chemins de fer dans l’Empire ottoman. En 1878, il a pris une part très active aux fouilles de Pergame. En 1882, commandité par l’Académie des Sciences de Berlin, il a effectué un voyage au cœur de l’Anatolie (à Boğazköy) dans le but de faire des moulages pour Berlin. Jusqu’à sa mort, il a organisé des fouilles, pour les Musées de Berlin notamment. Il a soutenu Schliemann à Troie. Voir Wolfgang Radt, « Carl Humann und Osman Hamdi Bey - zwei Gründerväter der Archäologie in der Turkei », Istanbuler Mitteilungen 53, 2003, (p. 491-507).

6  Karl Humann et Otto Puchstein, Reisen in Kleinasien und Nordsyrien ausgeführt im Auftrage der Königlichen Preußischen Akademie der Wissenschaften, Berlin, Dietrich Reimer, 1890.

7  Ibid., p. 1-96.

8  Ibid., p. 3.

9   AN, F17 294c, Chantre dossier 8, Chantre au ministère de l’Instruction publique, 8/5/1894.

10  FélixSartiaux, « L’Archéologie française en Asie Mineure et l’Expansion allemande. Les fouilles et le Sac de Phocée », Conférence faite à la Société de Géographie le 15 février 1918 à Paris. Paris, Hachette, 1918.

11  Silvia Alaura, « Nach Boghazköi ! » Zur Vorgeschichte der Ausgrabungen in Bogazköy-Hattusa und zu den archäologischen Forschungen bis zum Ersten Weltkrieg, 13. Sendschrift der Deutschen Orient-Gesellschaft, Deutsche Orient-Gesellschaft, 2006, p. 191.

12  Bayram Kodaman, « La présence culturelle et religieuse de la France en Anatolie orientale du 1878 à 1914 », in : Hâmit Batu et Jean-Louis Bacqué-Grammont (éd.), L’Empire ottoman, la République de Turquie et la France, Istanbul-Paris, Institut Français d’Edtudes Anatoliennes, 1986, (p. 391-400).

13  Ibid., p. 393.

14  Ibid., p. 393.

15  Jacques Thobie, « Archéologie et diplomatie française au Moyen-Orient des années 1880 au début des années 1930 », in : RolandEtienne (éd.), Les Politiques de l’archéologie du milieu du XIXe siècle à l’orée du XXIe siècle, Athènes, École Française d’Athènes, 2000, p. 79-111.

16  Ibid., p. 79.

17  Archives du ministère des Affaires étrangères à Nantes, Œuvres Levant, 172. Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts à ministre des Affaires étrangères, le 26.6.1920. Cité par Jacques Thobie, op. cit., p. 80.

18  Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris, nouvelle série, Turquie, 396, le 1.10.1912 « Note sur l’archéologie », par Gustave Mendel, le 1.10.1912. Cité par Jacques Thobie, op. cit., p. 80.   

19  Jacques Thobie, op. cit., p. 89.

20  Jacques Thobie, ibid., p. 100-101.

21  C’est en 1930 que sera créé l’Institut Archéologique Français d’Istanbul.

22  Titre du Chapitre II de l’ouvrage de Gregor Schöllgen, Imperialismus und Gleichgewicht. Deustchland, England und die orientalische Frage 1871-1914, Munich, Oldenbourg, 1984.

23  Pour le détail des tractations, voir Silvia Alaura, op. cit., p. 55-69.

24  Cité par Jacques Thobie, op. cit., p. 91.

25  Rudolf Virchow, « Die orientalische Altertumsforschung im preußichen Landtag », Orientalische Literatur-Zeitung 1/4, 1898, (p. 120-124). Virchow (1821-1902), médecin et homme politique, s’est intéressé à l’anthropologie et à l’ethnologie. Il a été l’ami et le protecteur de Schliemann.

26  Ibid., p. 121.

27  Rappelons que depuis 1884, il était interdit de faire sortir des antiquités de l’Empire ottoman. Cette loi était l’œuvre d’Osman Hamdi Bey, un autre personnage emblématique des débuts de l’archéologie en Turquie, qui joua un rôle essentiel et complexe dans ces débuts de la découverte de l’Anatolie antique. Ce Turc, envoyé en France pour étudier le droit, s’était tourné vers les beaux-arts et devint, entre autres, peintre. De retour dans son pays, il eut diverses fonctions officielles. Il fonda une académie d’art. Choqué de voir les résultats des fouilles rejoindre les trésors des musées européens, il fut à l’origine de la loi de 1884. Il participa à de nombreuses fouilles et réalisa un de ses plus grands rêves en créant le Musée archéologique d’Istanbul (1892). Cf. Wolfgang Radt, « Carl Humann und Osman Hamdi Bey… », op. cit.

28  Ibid., p. 121.

29  Archibald H. Sayce, Reminiscences, Londres, Macmillan & Co., 1923, p. 327-328.

30  Pour le détail de sa fondation, voir Johannes Renger, « Die Geschichte der Altorientalistik und der vorderasiatischen Archäologie in Berlin von 1875 bis 1945 », in Willmuth Arenhövel (éd.), Berlin und die Antike, Berlin, Deutsches Archäologisches Institut,1979, (p. 151-192), p. 159-160 ; Richard Schäfer, Geschichte der Deutsche Orient-Mission, Postdam, Lepsius, Fleischmann & Grauer,1932.

31  Gernot Wilhelm, « 100 Jahre Ausgrabungen der Deutschen Orient-Gesellschaft », in : Gernot Wilhelm (éd.), Zwischen Tigris und Nil. 100 Jahre Ausgrabungen der Deutschen Orient-Gesellschaft in Vorderasien und Ägypten, Mayence, Zabern, 1998, (p. 5-13), p. 5.

32  Otto Puchstein, « Vorlaüfige Nachrichten über die Ausgrabungen in Boghaz-köy im Sommer 1907. Die Bauten von Boghaz-köy », Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft 35, 1907, (p. 59-71), p. 71.

33  Cf. Wilhelm, op. cit., p. 7.

34  Gernot Wilhelm, ibid. ; voir aussi Johannes Renger, op. cit., p. 162, note 56.

35  C’est la colline de Qalcat Širqā sur les bords du Tigre qui recélait les ruines de la capitale des Assyriens.

36  Cité par Gernot Wilhelm, op. cit., p. 8.

37  Ibid.

38  Cf. Johannes Renger, op. cit., p. 163.

39  Il s’agissait de raisons politiques liées à la question arménienne. Belck, par son attitude dans cette affaire, risquait de jeter de l’ombre sur les relations entre l’Allemagne et la Turquie. Cf. Silvia Alaura, op. cit., p. 72-75 et Johannes Renger, op. cit., p. 173-174.

40  Sur la fondation et les objectifs de cet institut, voir Kurt Bittel, « The German Perspective and the German Archaeological Institute », American Journal of Archaeology 84, 1980, (p. 270-277).

41  Lettre citée par Silvia Alaura, op. cit., p. 135.

42  Johannes Renger, op. cit., p. 165.

43  Kurt Bittel, Ibid., p. 275.

44  Lettre citée par Silvia Alaura, op. cit., p. 136.

45  Otto Puchstein, op. cit., p. 60.

46  « Die Lösung des hethitischen Problems », Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft 56, 1915, p. 17-50.

47  Kurt Bittel, Les Hittites, Paris, Gallimard, 1976, p. 14.

48  Bedřich Hrozný, Die Sprache der Hethiter : ihr Bau und ihre Zugehörigkeit zum indogermanischen Sprachstamm, Leipzig, Hinrichs, 1917.

49  Emil Forrer, Die acht Sprachen der Boghazköi-Inschriften, Berlin, Sitzungsberichte der Preußichen Akademie der Wissenschaften, Verlag der Akademie der Wissenschaften, 1919 ; puis « Die Inschriften und Sprachen des Hatti-Reiches », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft 76, 1922, p. 174-269.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Klock-Fontanille, « Les débuts de l’hittitologie : le rôle de la science allemande », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/1345

Haut de page

Auteur

Isabelle Klock-Fontanille

Professeur des Universités, Université de Limoges, Institut Catholique de Paris, Institut Universitaire de France

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page