Navigation – Plan du site

L’esthétique wolffienne comme ars inveniendi

Stefanie Buchenau
p. 37-48

Résumés

Dans cet article je me propose de reconstituer le débat logique et rhétorique sur l’invention qui constitue le contexte philosophique de la fondation de l’esthétique wolffienne. Après une brève introduction sur la contribution de Wolff lui-même, je me tourne vers son disciple Baumgarten et son Aesthetica de 1750-1758 qui prolonge la tendance wolffienne à l’élargissement de l’« inventio » de la logique aux arts, à la rhétorique et à la poésie. Le mérite de Baumgarten consiste à construire un art et une méthode d’inventer rhétorico-poétique et à lui ménager un espace à l’intérieur du système philosophique wolffien. Se souvenant de la place large qu’occupait l’invention chez Cicéron et dans la tradition rhétorique, Baumgarten revendique une catégorie d’invention qui intègre, outre l’invention logique, l’invention rhétorique et poétique, et il propose de nouveaux critères de démarcation entre ces deux types d’invention. Cela lui permet de construire son esthétique comme un second art d’inventer, sur le modèle d’un art d’inventer logique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Christian Wolff, Anfangsgründe der mathematischen Wissenschaften, 4 vol., Frankfurt, Leipzig et (...)
  • 2 Christian Wolff, Entdeckung der wahren Ursache von der wunderbaren Vermehrung des Getreydes (1725) (...)
  • 3 Cf. Christian Wolff, Epistula gratulatoria ad Joh. Ulricum Cramerum […] qua disquiritur  : Num util (...)
  • 4 Ehrenfried Walter von Tschirnhaus, Medicina mentis, sive Artis inveniendi praecepta generalia, Amst (...)
  • 5 Cf. par exemple Wolff, Anmerckungen über die vernünfftigen Gedancken von Gott, der Welt und der See (...)

1Christian Wolff et ses disciples ont attaché une grande importance à la question de l’invention et au projet philosophique de constitution d’un ars inveniendi, un art pour produire de nouvelles vérités et étendre la connaissance des hommes. Wolff l’évoque fréquemment dans ses œuvres, et il consacre plusieurs écrits spécifiquement à cette question dès ses années de jeunesse – entre lesquels ses traités sur l’architecture1, un essai expérimental sur l’agriculture intitulé Entdeckung der wahren Ursache von der wunderbaren Vermehrung des Getreydes2, et une lettre sur l’usage d’une conception systématique de l’art d’inventer3.La question qui est agitée par les wolffiens n’a plus grand’chose à voir avec celle de « l’invention » telle que l’envisageaient les Anciens. L’art d’inventer chez Aristote et Cicéron était un art pour trouver des arguments, s’appuyant sur des techniques de mémorisation et de classification, et recourant pour cela à un certain nombre de lieux ou types de questions prédéfinies (topiques). La question de l’invention telle qu’elle est formulée à l’âge classique depuis l’époque de Bacon et Descartes détermine une tout autre ambition, à savoir la recherche d’une méthode générale de découverte ou d’invention non pas d’arguments prédéfinis mais de vérités inconnues. Le projet de Wolff est bien en effet de trouver la formule d’un art d’inventer général (allgemeine Erfindungskunst) qui réaliserait le grand idéal ou rêve philosophique de l’Âge classique ; au lieu de laisser l’accroissement des sciences et des arts à la merci du hasard ou de la fortune, une telle méthode offrirait à l’humanité un fil d’Ariane pour l’augmentation du savoir dans toutes ses branches. Elle servirait aussi à ce titre de propédeutique puissante, de Novum organum, pour l’ensemble du système philosophique, et c’est pourquoi la question de l’invention ou de l’heuristique trouve une place naturelle dans les traités logiques des Wolffiens. Il est vrai cependant que l’art d’inventer général tel que Wolff en esquisse le programme se veut bien plus qu’une simple partie de la logique. Si l’on compare son Erfindungskunst avec les tentatives antérieures, et plus particulièrement avec celles de Bacon, le projet de Wolff paraît si ambitieux qu’il en devient presque informe. Tous les arts et les sciences sont désormais susceptibles d’une reformulation méthodique qui en exhibe l’heuristique. Cela vaut non seulement pour les arts mécaniques, ou, selon le terme de Wolff, les arts « technologiques », tels que l’architecture ou l’agriculture (comme déjà en un sens chez Ehrenfried Walter von Tschirnhaus dans sa Medicina mentis, Médecine de l’esprit ou Préceptes généraux de l’art de découvrir)4 mais aussi pour les arts libéraux ; les mathématiques – l’analyse cartésienne – tout comme les arts du discours (artes disserendi) et la poésie. De fait, un des traits qui distinguent essentiellement l’art d’inventer général de Wolff de toutes les tentatives de ses prédécesseurs est son élargissement explicite du concept d’invention de la logique à la poésie. Sont inventifs non seulement le mathématicien et le logicien mais aussi l’orateur et le poète, qui possèdent non pas seulement le don du verbe et de l’imagination, mais aussi l’ingenium (Witz) et la perspicacité5.

  • 6 Cf. en particulier, Christian Wolff, Discursus praeliminaris de philosophia in genere, 3e éd., Fran (...)
  • 7 Johann Christoph Gottsched, Erste Gründe der gesammten Weltweisheit, in  : Id., Ausgewählte Werke, (...)

2Ce faisant, Wolff est parmi les philosophes rationalistes modernes le premier à reconnaître une valeur philosophique à l’invention poétique. En même temps, il soulève un problème difficile dont il laissera à ses disciples le soin de trouver la solution : s’il convient d’accorder le rang d’inventeur au poète et à l’artiste, au même titre qu’au logicien, au mathématicien et à l’artisan, comment intégrer ce type d’invention au sein d’une méthode d’inventer générale ? Tout en esquissant une place systématique pour la philosophie de la poésie et de la rhétorique dans son Discursus praeliminaris, Wolff ne précise pas le lien avec le projet d’un art général d’inventer6. C’est la première génération des disciples de Wolff, et en particulier Bodmer, Breitinger et Gottsched, qui commence à réfléchir à la question. Ces auteurs se saisissent de l’idée wolffienne de la philosophie poétique pour développer, sous le titre de Critische Dichtkunst et Versuch einer critischen Dichtkunst, une poétique critique ; Gottsched intègre par ailleurs quelques nouveaux paragraphes sur l’invention et le jugement de la poésie dans la section logique de son manuel philosophique Erste Gründe der gesammten Weltweisheit7. En dépit de ces efforts cependant, la place systématique d’une telle philosophie poétique au sein de l’art d’inventer wolffien n’est pas encore pleinement circonscrite.

  • 8 Cf. Alexander Gottlieb Baumgarten, Acroasis logica in christianum L.B. de Wolff, Halle/Magdeburg, 1 (...)

3Baumgarten sur lequel je concentrerai ici mon attention est le premier auteur à offrir réellement une solution au problème laissé ouvert par Wolff. Car Baumgarten n’examine pas seulement, comme les autres wolffiens la nature de l’invention poétique, par le biais d’une analyse des œuvres. La première partie de son Aesthetica (en réalité la totalité de l’ouvrage, puisque cette partie est la seule qu’il ait écrite) est intitulée « Heuristica » et constitue le pendant du chapitre sur l’invention qu’on trouve dans sa logique8. Baumgarten réserve manifestement un tout nouvel espace à l’invention poétique ; il fait de la doctrine qui traite de l’invention, de l’agencement et de l’expression poétique une discipline à part entière, parallèle à la logique, et il affirme qu’elle est susceptible d’être cultivée méthodiquement, au même titre que la logique. Autrement dit, sa solution consiste à scinder la méthode d’invention logique en deux parties ou d’introduire, à l’intérieur de la logique, une seconde méthode d’invention, spécifiquement destinée à cultiver l’esprit poétique : un art et une science poétique, ou selon la désignation inventée par Baumgarten, une « esthétique ». Cette thèse sur la dualité des méthodes d’invention se justifie par un argument complexe qu’il convient de reconstituer à partir des éléments parfois cryptiques que Baumgarten distille dans son premier traité universitaire de 1735 Meditationes philosophicae de nonnullis ad poema pertinentibus (Méditations philosophiques sur quelques sujets se rapportant à l’essence du poème) et son Aesthetica. Comme nous allons le voir, Baumgarten recourt à un argument ancien et cicéronien, qu’il insère dans une problématique typiquement moderne.

Le retour à Cicéron et à la rhétorique

  • 9 Cf. par exemple Paul-Oskar Kristeller, The modern system of the Arts  : A Study in the History of A (...)
  • 10 Pietro Pimpinella, L’Aesthetica di Baumgarten. Gnoseologie leibniziana e retorica antica, in  : Lex (...)
  • 11 Plus précisément, la partie théorique de l’Aesthetica devait comporter trois parties, l’une « De re (...)
  • 12 Georg Friedrich Meier, Anfangsgründe aller schönen Wissenschaften, 3 vol., Halle, 1748-1750, 2e éd. (...)
  • 13 Cf. Baumgarten, Meditationes philosophicae de nonnullis ad poema pertinentibus, préface, in  : Esth (...)

4La fondation de l’esthétique qui représente, comme certains lecteurs l’ont bien vu9, la première rupture radicale avec l’ancienne division des arts libéraux et mécaniques, se place, paradoxalement, sous le signe d’un retour à la tradition. Comme j’aimerais le montrer dans un premier temps, Baumgarten, qui ré-agence le système en fondant sa nouvelle discipline, l’esthétique, se réclame de l’autorité des Anciens. Plusieurs commentateurs dont Pietro Pimpinella10 l’ont constaté, Baumgarten emprunte à Cicéron une partie de sa division de l’art oratoire en invention, disposition et expression (« heuristique », « méthodologie » et « sémiotique », dans la terminologie de l’Aesthetica)11. Cette tripartition, nous la trouvions déjà esquissée dans le premier traité de Baumgarten, les Meditationes philosophicae ; les Anfangsgründe aller schönen Wissenschaften de Georg Friedrich Meier développeront ces trois parties plus amplement12. Sur le plan du lexique également, nous constatons que Baumgarten marque son affinité avec Cicéron ; il emprunte en effet les catégories cicéroniennes d’ubertas, brevitas, magnitudo, veritas et verisimilitudo, lux et persuasio pour qualifier l’argument poétique et esthétique. Ces affinités lexicales et structurelles semblent attester plus qu’une réminiscence de la culture humaniste que Baumgarten a pu recevoir à Berlin, chez Martin Georg Christgau13 ou à Halle, dans l’orphelinat et à l’université. Elles sont aussi révélatrices de ce que Baumgarten a trouvé en Cicéron un allié précieux pour formuler un important argument philosophique.

  • 14 Baumgarten, Philosophische Briefe von Aletheophilus, Frankfurt a. O., 1741.
  • 15 Baumgarten, Gedancken vom vernünfftigen Beyfall auf Academien, Frankfurt a. O., 1740.
  • 16 Joachim Lange, Medicina mentis, qua praemissa medica sapientiae historia, ostensaque ac rejecta phi (...)
  • 17 Johann Franz Budde, Elementa philosophiae theoreticae seu institutionum philosophiae eclecticae tom (...)
  • 18 Cf. Cicéron, De oratore, III, 60. Pour la traduction française  : Cicéron, De l’orateur, texte étab (...)
  • 19 Ibid., III, 56  : « Cogitandi pronuntiandique rationem vimque dicendi  ».
  • 20 Ibid., I, 63, cf. aussi III, 76.
  • 21 Pour la distinction baumgartenienne entre les deux domaines, cf. le dernier paragraphe des Meditati (...)

5Quelle que soit en effet la distance temporelle qui sépare nos deux philosophes, la situation de départ présente des ressemblances frappantes. Comme Cicéron, Baumgarten paraît réagir à un mouvement d’appauvrissement et de réduction de la philosophie à un art formel de la pensée, au détriment de son aspect pratique et rhétorique. Il développe cet argument depuis ses années de jeunesse, mais il le formule souvent de manière un peu cryptique. Pour mieux le comprendre, il peut être utile de regarder, outre les Meditationes philosophicae de 1735 et l’Aesthetica, d’autres textes moins connus comme les Philosophische Briefe von Aletheophilus14 et le discours inaugural prononcé par Baumgarten en 1740 à l’université de Francfort-sur-Oder, Gedancken vom vernünfftigen Beyfall auf Academien15. Dans ce dernier texte, nous trouvons une formulation très claire de la critique que Baumgarten adresse à la philosophie de son temps : ses contemporains ont oublié ou négligé la rhétorique et la poésie, en pratiquant la philosophie. Qu’ils soient wolffiens, thomasiens ou piétistes (et l’on peut penser ici en particulier aux Logiques de Joachim Lange16 ou Johann Franz Budde)17, ils ne se sont pas donné les moyens d’une ambition caractéristique des Lumières et que Baumgarten très certainement partage avec eux : celle de rendre la philosophie utile et pratique, Weltweisheit, en assumant les conditions de sa communication à autrui. Les wolffiens ont certes, nous venons de le dire, accordé une considération à l’art et à la poésie, et ils ont commencé à leur réserver un espace à l’intérieur de la logique et de la philosophie. Les piétistes ont certes intégré à leurs logiques, aux côtés des préceptes de l’invention et du jugement, quelques règles de pédagogie ou, si l’on veut, de pragmatique communicationnelle, mais en laissant entièrement de côté la dimension stylistique ou proprement rhétorique de l’art de persuader. Les uns et les autres ont semblé croire que le discours philosophique pouvait conjuguer certitude et cohérence logique des arguments, avec la clarté, la vivacité, le plaisir, bref, la conviction rhétorique. Cependant, comme l’affirme Baumgarten, le discours philosophique ne peut remplir ces différents objectifs tous ensemble ; la recherche même de la clarté logique le rend rhétoriquement inerte, sec : « là où manque la clarté et la vivacité, se produit ce défaut que l’on appelle parfois la sécheresse et l’aridité du style » (die Trockenheit und Dürre in der Schreibart, siccum et spinosum dicendi scribendique genus). Baumgarten continue en expliquant que cette idée fournissait le fil conducteur de ses Meditationes philosophicae : « J’ai mieux perçu cette distinction en élaborant mon traité académique sur quelques sujets se rapportant au poème, dans lequel j’ai tenté de poser le fondement de la poésie comme science. » En d’autres termes, les contemporains de Baumgarten ont répété le geste destructeur de Socrate, en amputant la philosophie de sa dimension rhétorique : rappelons le verdict sévère prononcé par Cicéron sur la division socratique dans le De oratore (De l’orateur), « Ce fut [Socrate] qui […] par sa dialectique, sépara deux choses, liées au fond l’une à l’autre, la science de bien penser et celle d’écrire en un style brillant. C’est d’alors que date cette séparation si importante je dirais volontiers entre la langue et le cœur, séparation vraiment choquante, inutile, condamnable, qui imposa deux maîtres différents pour bien penser et bien dire, [ut alii nos sapere alii dicere docerent]18. » Les contemporains de Baumgarten commettent manifestement le même type d’erreur que Socrate. Ils oublient que la philosophie, pour être une sagesse pratique, doit être « une méthode de réflexion et d’élocution, une puissance de parole19 » qui requiert, outre la connaissance de l’objet, l’art d’en bien parler20. Les Modernes ont en effet institué une séparation disciplinaire entre philosophie et rhétorique qui semble aussi erronée, aussi néfaste que celle qui avait résulté de la condamnation socratique. Ils ont chassé la rhétorique, dénigrée comme un art purement formel d’élocution et de style, hors du champ de la philosophie, tout en maintenant l’idée pratique d’une philosophie comme sagesse pratique. Leur division, semble affirmer Baumgarten après Cicéron, est donc factice car la vraie philosophie ne peut faire l’économie de la rhétorique, et partant, elle ne peut faire l’économie de la poésie elle-même, la partie la plus noble de la rhétorique21. Elle doit, si elle se veut un art pratique de la communication des vérités, comporter un versant rhétorique et stylistique. Cette idée d’une rhétorique véritablement philosophique avait trouvé une première porte d’entrée à l’intérieur du wolffianisme par l’intermédiaire de Johann Peter Reusch, professeur de Baumgarten à Iéna et auteur d’un traité sur la rhétorique de 1727, Disputatio de eo quod pulchrum est in eloquentia. Elle est aussi présente chez les poéticiens, en particulier chez Gottsched. Mais l’originalité de Baumgarten consiste à présenter cette « rhétorique philosophique » ou « esthétique » comme remplissant une tâche strictement analogue et parallèle à celle qui était dévolue à la logique. De même que celle-ci était chez Wolff un art d’inventer permettant de cultiver les facultés rationnelles pour la recherche de la vérité, celle-là devient chez Baumgarten un art d’inventer s’appliquant à la sensibilité et aux facultés inférieures du raisonnement, et visant la « beauté » et la clarté extensive des arguments et des discours. L’invention devient désormais le dénominateur commun pour ces deux sortes de logiques ou propédeutiques au système philosophique.

6Il reste que dans ce contexte le retour à Cicéron ne va pas de soi. Il est manifeste que Baumgarten, tout en empruntant sa conception large de la philosophie à Cicéron, n’est tributaire des Anciens ni pour la distinction entre logique et rhétorique, ni pour le contenu qu’il donne à la notion d’invention. Il formule un argument d’allure cicéronienne mais dans le contexte et sous les prémisses modernes d’un Novum Organon, un art de diriger les esprits vers de nouvelles vérités. Dans les deuxième et troisième partie de cet article, j’aimerais examiner de plus près, et d’un point de vue plus large, les traits modernes de l’esthétique de Baumgarten, en les rapportant au débat sur l’invention mené par ses prédécesseurs directs et ses contemporains.

Le déplacement de la rhétorique vers la logique

7Baumgarten décide donc de traiter de l’invention, de l’agencement et de l’expression rhétorique et poétique en les situant à l’intérieur de la logique philosophique, entendue au sens large. Sur ce point, il partage tout simplement les convictions de ses contemporains modernes. Comme eux, il semble considérer que la division ancienne, de type aristotélicien et cicéronien entre dialectique et rhétorique d’une part et analytique d’autre part est mal fondée et n’a plus lieu d’être. Une conséquence néfaste de cette division est qu’elle incite à concevoir la faculté de raisonnement comme quelque chose qui serait réservé à quelques-uns. Cependant, comme l’avait remarqué Pierre la Ramée deux siècles plus tôt, tous les hommes quels que soient leurs talents et aptitudes ont quelque faculté de raisonnement scientifique et c’est pourquoi il convient de réunir en une logique unique ce qu’Aristote avait dissocié sous le nom de méthode analytique et dialectique.

  • 22 Pierre La Ramée, Dialectique, 1555  : un manifeste de la Pléiade, texte modernisé par Nelly Bruyère (...)

Aristote a voulu faire deux Logiques, l’une pour la science, l’autre pour l’opinion, en quoi, sauf l’honneur d’un si grand maître, il a grandement erré. Car bien que les choses connues soient les unes nécessaires et scientifiques, les autres contingentes et objet d’opinion, toutefois il est vrai qu’ainsi que la vue est commune à voir toutes les couleurs, soit immuables, soit muables, ainsi l’art de connaître, c’est-à-dire Dialectique ou Logique, est une seule et même doctrine pour apercevoir toutes choses […]. Par conséquent, nous dirons que la Dialectique est l’art de bien disputer et raisonner de quelque chose que ce soit22.

  • 23 La Ramée traite de l’énonciation comme d’une partie du jugement.
  • 24 Meditationes philosophicae (cf. note 13), § XIV.

8Il convient par conséquent, conclut La Ramée – et sa postérité souscrira à sa conclusion –, de rejeter la division aristotélicienne entre invention rhétorique et invention logique et d’unifier le champ de l’invention comme relevant du domaine de la logique. Chez La Ramée, nous trouvons une telle vue large de la logique. Sa Dialectique intègre des exemples poétiques empruntés à Virgile, Ronsard, parmi les exemples d’invention et de jugement23. On peut dire que d’un côté Baumgarten le rejoint quand il défend l’insertion de la poétique et de la rhétorique à l’intérieur de la logique générale. Mais en même temps, il cherche aussi à délimiter les deux domaines, en fixant un critère pour distinguer entre les deux types d’invention, philosophique et poétique. Voici le nœud de son argument, tel qu’il le présente dans ses Meditationes philosophicae : en philosophie comme en poésie, on invente des arguments, raisonne, et même recherche la vérité ; mais tandis que le philosophe tâche d’augmenter la distinction et la profondeur de la connaissance, de pénétrer les essences des choses, au sacrifice de la clarté intuitive et de la beauté, le poète et orateur vise la clarté intuitive, la beauté et la persuasion. Pour formuler son argument épistémologique, Baumgarten se sert de la terminologie technique introduite par Leibniz dans ses Meditationes de cognitione, veritatis et ideis, publiées en 1684. Il affirme que la clarté intensive d’une connaissance, celle qui permet de définir et de classifier un objet n’implique pas nécessairement sa clarté extensive (ou sa valeur poétique) : « Les représentations distinctes, complètes, adéquates et profondes ne sont à aucun degré […] poétiques24. » Il se peut que le philosophe raisonne à partir d’une connaissance plutôt symbolique, c’est-à-dire une connaissance du signe et non pas de la chose elle-même. Pour illustrer cette thèse par un exemple (qui ne se trouve pas chez Baumgarten) un philosophe peut raisonner sur des notions métaphysiques abstruses comme « Dieu » ou « esprit malin », notions dont il possède une connaissance symbolique, abstraite, mais suffisante pour servir de matière à de nouvelles inférences, elles mêmes abstraites : je peux par exemple. conclure de l’appartenance d’un « esprit malin » au genre des « esprits » (appartenance que je connais par sa définition) à la possession de certaines qualités que l’esprit malin partage avec les esprits supérieurs comme Dieu ou inférieurs comme les esprits humains, et je peux mener ce raisonnement sans avoir jamais rencontré un « esprit malin » ; voire sans qu’un tel esprit n’ait d’existence.

  • 25 Ibid., § XVI.

9L’abstraction d’une telle connaissance symbolique, ajoute Baumgarten, implique son « indifférence », selon la terminologie de la Métaphysique : elle ne produit ni plaisir esthétique ni effet de persuasion. La poésie, en revanche, vise la clarté extensive ou intuitive : « Si une représentation A représente davantage de choses que d’autres représentations B, C, D, etc., et si cependant les représentations qu’elle contient sont toutes confuses, alors A est plus claire que les autres au point de vue extensif25. » Cette explication un peu sommaire peut donner lieu à des malentendus : contrairement à ce que nombre de commentateurs ont affirmé, il n’est pas suffisant de caractériser la connaissance poétique comme une connaissance confuse ; il faut compléter cet attribut purement négatif par un critère positif, celui de la clarté extensive que le recours aux catégories de la tradition rhétorique et cicéronienne permet de concrétiser : la clarté extensive caractérise le discours (rhétorique) qui associe à un objet les qualités que l’interlocuteur connaît par sa propre expérience, et qui, en ce sens, évoquent la chose même dans son esprit. Selon Baumgarten, seule une telle clarté extensive produit le plaisir esthétique et l’effet de persuasion.

L’esthétique comme ars inveniendi

  • 26 Baumgarten, Kollegium über Ästhetik, reproduit in  : Bernhard Poppe, A.G. Baumgarten, seine Stellun (...)
  • 27 Ibid., § 14. Cf. Cicéron, Topiques, texte établi et traduit par Henri Bornecque, Paris, 1924, 3e éd (...)
  • 28 Francis Bacon, Of the Dignity and Advancement of Learning, in  : The Works of Francis Bacon, éd. pa (...)

10Nous avons vu que Baumgarten redécouvre, après Cicéron et La Ramée, l’invention et l’argumentation rhétorique comme un type d’invention et d’argumentation philosophique et logique. Mais cela ne décrit pas encore entièrement le nouveau postulat architectonique de l’esthétique. Baumgarten postule qu’il existe un art d’inventer esthétique, parallèle à l’art d’inventer logique ; que l’invention poétique est susceptible d’être cultivée de manière méthodique et constante, tout comme l’invention logique et qu’elle relève (c’est là un corollaire psychologique au postulat logique) d’un type de faculté propre, la sensibilité. On notera pour commencer que Baumgarten s’écarte en toute conscience de la tradition (cicéronienne et ramiste) pour caractériser l’invention poétique. « Par invention, affirme-t-il dans les notes de cours sur l’esthétique26, les Anciens entendaient le fait de se remémorer des pensées que l’on a souvent eues auparavant27. » Chez Aristote et Cicéron, en effet, inventer signifiait retrouver (dans sa mémoire) un argument pour réfuter un adversaire. L’invention représentait la première étape de l’argumentation, suivie par l’agencement et l’expression. Baumgarten entend l’invention de manière toute différente : « Nous entendons [par invention] le fait de s’imaginer une chose pour la première fois de telle manière qu’elle touche les sens et émeuve. » L’imagination s’est substituée à la mémoire et la découverte du nouveau à la réitération du déjà connu. On pense évidemment ici à Bacon pour qui « l’invention des arguments n’est pas vraiment une invention. Car inventer est découvrir ce que nous ne savons pas encore, et non pas nous rappeler ce que nous savons déjà28 ».

  • 29 Meditationes philosophicae (cf. note 13), § LII.
  • 30 Cf. Aesthetica, Frankfurt/Oder, 1750-58, 3e éd., Hildesheim, 1986, chapitre I, 10.
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid., § 119  : « Horizon (sphaera) cognitionis humanae est finitus materiarum ex universitate reru (...)
  • 33 Ibid., § 57.
  • 34 Ibid, § 62.

11Comme Bacon, Baumgarten associe l’invention à la production de nouveautés (d’œuvres originales), et comme Bacon, Baumgarten entend invention au sens de découverte : s’appuyant sur les analyses menées par Bodmer, Breitinger et Gottsched, il affirme que la poésie nous fait découvrir des mondes nouveaux, des mondes non pas réels mais seulement possibles, « hétérocosmiques », dans sa terminologie29. Et comme Bacon et toute une tradition postbaconienne, Baumgarten revendique la possibilité de cultiver ce type d’invention par un art propre. Il note comme jadis Bacon que les topiques aristotéliciennes et cicéroniennes ne sauraient répondre aux fins d’un véritable art d’invention30. Elles ne sauraient servir que d’ars revocandi, entendu comme un art de la mémorisation et de la classification et ne sauraient avoir qu’une valeur relative. L’art d’inventer « poétique » tel que l’entend Baumgarten contient « les règles pour penser de manière belle et émouvante des choses qu’on n’a pas encore pensées ainsi jusqu’à présent31 ». Il se fonde sur l’expérience, conjuguée à la raison et sur les facultés naturelles du felix estheticus. Pour acquérir cet art, il convient de réveiller et de cultiver ces facultés par des exercices continus, tout en en mesurant constamment les limites subjectives, l’« horizon », selon le terme de Baumgarten32. Le curriculum de l’apprenti poète prévoit en effet d’abord des exercices d’improvisation destinés à créer un habitus ou une disposition à la belle pensée et aussi à mieux circonscrire l’horizon de ses facultés naturelles. Suit l’étude et l’imitation de modèles qui permettront tout d’abord à l’étudiant de reconstruire le processus d’invention manifeste dans l’œuvre pour la réinventer, pour ainsi dire, puis, à mesure qu’il progresse et développe ses propres facultés par la force de son propre esprit (« proprio marte fundit animus automatos »), de s’émanciper du modèle et de procéder à des tentatives originales33. Il convient toutefois, affirme Baumgarten, de constamment mesurer et « corriger » cette pratique non seulement à l’aide de modèles particuliers mais aussi à l’aide de règles générales, contenues dans une discipline ou doctrine34 qui les représente sous une forme plus distincte, et qui se distingue en même temps de l’ars poetica et des Topiques des Anciens par le caractère systématique et scientifique que lui acquiert sa fondation sur un principe psychologique particulier, la sensibilité.

  • 35 Cf. Wolff, Vernünftige Gedancken von den Kräften des menschlichen Verstandes und ihrem richtigen Ge (...)
  • 36 Baumgarten, Sciagraphia encyclopaediae philosophicae, éd. et présenté par Ioh. Christian Förster, H (...)

12Si l’on compare Baumgarten à Bacon et à ses successeurs jusqu’à Wolff compris, on peut noter deux différences fondamentales. Tout d’abord, ces auteurs avaient rigoureusement exclu l’invention poétique du champ de ce qu’ils appelaient l’invention logique (celle visant à la découverte de la vérité), tandis que Baumgarten est le premier à véritablement surmonter cette restriction moderne, et à donner à l’invention poétique une vertu heuristique réelle de production de vérités. En outre, tous les auteurs avant Baumgarten n’avaient envisagé qu’un seul et unique art d’invention, susceptible de cultiver un type unique de facultés, à savoir la raison (comprenant éventuellement des facultés inférieures et supérieures). Baumgarten quant à lui se sert de sa distinction entre philosophie/logique et rhétorique/poésie pour introduire un nouveau postulat psychologique qui ne se trouvait chez aucun de ses prédécesseurs. Pour trouver une place à la rhétorique et à la poétique, il est en effet amené à distinguer deux types de facultés rationnelles, la faculté poétique (ou la sensibilité) et la faculté philosophique (ou l’intellect au sens étroit du terme), une distinction qu’il opère à la manière wolffienne selon une perspective « gnoséologique », « dynamique »35 ou critique, par la détermination des bornes de chacune des facultés. La circonscription de ces deux types de facultés permet à son tour de concevoir deux méthodes d’invention distinctes, attachées chacune à deux facultés distinctes. Ce nouvel ancrage psychologique permet de fonder l’esthétique comme science (fondée sur un principe psychologique particulier, la sensibilité). Cet art ou cette science complète, selon Baumgarten, la logique entendue au sens le plus général comme la science pour diriger les facultés de connaissance. Logique et esthétique forment donc ensemble le Novum organon du système philosophique, selon le plan esquissé à la fin des Meditationes philosophicae et repris dans le traité intitulé Sciagraphia encyclopaediae dogmaticae36.

Conclusion

  • 37 L’Aesthetica en particulier atteste les difficultés philosophiques qu’il y avait à maintenir la tri (...)

13Ainsi Baumgarten, à travers son retour paradoxal à Cicéron, parvient-il à réaménager l’architectonique du système wolffien ou plus précisément l’agencement de ces disciplines « logiques » et propédeutiques qui se trouvent à l’entrée du système et permettent d’y accéder. La réinscription de son argument au sein du débat sur l’invention permet tout d’abord d’en apprécier véritablement l’impact révolutionnaire. À la lumière de ce débat, Baumgarten apparaît comme un auteur qui mêle subtilement l’ancien et le moderne, et l’on peut dire qu’il est d’autant plus moderne qu’il réussit à mettre un argument ancien à profit pour inventer une discipline dont les Anciens n’avaient pas idée : une esthétique ou une philosophie de l’art moderne, et ceci, même si, manifestement, la division et la terminologie rhétorique constituent aussi un handicap pour Baumgarten37. Autrement dit, non seulement il se souvient de la valeur de la rhétorique et de la poétique, trop tôt écartée par les philosophes rationalistes du siècle précédent, mais il résout aussi le problème philosophique de la place systématique qu’il convient de leur accorder.

14La réinscription de l’esthétique wolffienne au sein du débat sur l’invention permet en second lieu de mieux comprendre pourquoi et en quel sens Kant s’est opposé aux wolffiens. Cette opposition est présentée de manière si lapidaire dans la troisième Critique, que la lecture de cet ouvrage ne permet pas à elle seule de dégager la ligne de front qui oppose Kant à ses prédécesseurs sur le sens et la place de la discipline esthétique. On peut dire que Baumgarten adhère encore au projet horacien d’un art poétique, qui soit un art de jugement et d’invention, préparant non seulement à la critique mais aussi à la composition du poème. Pour Baumgarten, cela ne signifie pas qu’une méthode puisse donner toutes ses règles à l’artiste ; les règles, il faut les reformuler et réviser à mesure que l’art progresse. Mais cela signifie qu’en art il y a bien une méthode d’invention qui ressemble à la méthode scientifique : nous disons qu’une œuvre est belle précisément parce que nous pouvons reconstruire l’acte de la création et notre plaisir esthétique est un plaisir créatif, un plaisir de réinvention qui réside précisément dans cette construction ou reconstruction, toujours aussi rétrospective d’une méthode. Cette conception, qui trouve d’ailleurs des résonances dans les débats actuels sur la créativité en art et en science, est évidemment diamétralement opposée à celle que Kant défend dans la Critique de la faculté de juger, rattachant le beau de manière prioritaire à la contemplation d’une nature plutôt que d’une œuvre, et considérant la production des beaux arts comme procédant du génie, une faculté essentiellement a-méthodique.

15Cette recontextualisation de l’esthétique wolffienne permet aussi de voir pourquoi il ne convient pas, comme on l’a fait trop souvent, de lire les wolffiens sous le prisme de Kant, et pourquoi, plus généralement, la lecture trop linéaire de l’esthétique de l’Aufklärung qui fut privilégiée par les historiens du xixe siècle présente des pièges. Durant l’Aufklärung, nous assistons à la naissance d’une pluralité de projets esthétiques peut-être irréductibles les uns aux autres, et ces projets réclament assurément d’être étudiés pour eux-mêmes, dans leurs spécificités et leurs contextes théoriques propres avant d’être jugés à l’aune de critère extérieurs ou insérés dans une histoire dont le terme et la signification seraient prédéfinis.

Haut de page

Notes

1 Cf. Christian Wolff, Anfangsgründe der mathematischen Wissenschaften, 4 vol., Frankfurt, Leipzig et Halle, 1750-57. Réed. in  : Id., Gesammelte Werke, I, vol. 12-15, éd., annoté et introduit par Joseph Ehrenfried Hoffmann, Hildesheim, 1999, première partie  ; Elementa matheseos universae, tomus I-V, Halle, 1730-41. Reprint, éd., annoté et introduit par Joseph Ehrenfried Hoffmann, Gesammelte Werke, II, vol. 29-33, Hildesheim, 1968-1971, pars prior. Sur l’architecture, cf. aussi l’opuscule de 1752  : Von Geschichten der Baukunst  : Vorrede von den Säulen-ordnungen zur gründlichen Anweisung zu der Civil-Baukunst nach den besten Römischen Antiquitäten, in  : Kleine Schriften. Gesammelte Werke, I, vol. 22, Halle, 1755. Reprint  : Hildesheim, 1995, pp. 150-161. Sur Wolff et l’art d’inventer, cf. aussi Cornelies Van Peursen, Ars inveniendi im Rahmen der Metaphysik Christian Wolffs, in  : Werner Schneiders (éd.)  : Christian Wolff (1679-1754). Interpretationen zu seiner Philosophie und deren Wirkung. Mit einer Bibliographie der Wolff-Literatur, Hamburg, 1983. Je me permets de renvoyer également à mon article  : Erfindungskunst und Dichtkunst  : Christian Wolffs Beitrag zur Neubegründung der deutschen Poetik und Ästhetik, in  : Akten zum I. Internationalen Christian-Wolff-Kongress zum 300. Todestag Christian Wolffs Halle, Hildesheim, à paraître.

2 Christian Wolff, Entdeckung der wahren Ursache von der wunderbaren Vermehrung des Getreydes (1725) und Erläuterung der Entdeckung der wahren Ursache von der wunderbaren Vermehrung des Getreydes, 2e édition, Halle, 1725. Reprint in  : Id., Gesammelte Werke, I, vol. 24, Hildesheim, 2001.

3 Cf. Christian Wolff, Epistula gratulatoria ad Joh. Ulricum Cramerum […] qua disquiritur  : Num utile sit artem inveniendi in systema redigi, in  : Meletemata mathematico-philosophica cum erudito orbe litterarum commercio communicata, Halle, 1755. Reprint in  : Id., Gesammelte Werke, II, vol. 35, Hildesheim, 1974. Sectio III de anno 1733, pp. 130-140  ; le texte latin a été traduit en allemand sous le titre  : Glückwunschschreiben an Herrn Professor Cramer, darinnen untersucht wird, ob es nützlich sey, wenn die Erfindungskunst in einen zusammenhörigen Lehrbegriff gebracht würde, in  : Gesammelte kleine philosophische Schriften, zweyter Teil, in  : Gesammelte Werke II, vol. 21.2, reprint Hildesheim, 1981, pp. 310-338.

4 Ehrenfried Walter von Tschirnhaus, Medicina mentis, sive Artis inveniendi praecepta generalia, Amsterdam, 1686, traduction française  : Id., Médecine de l’esprit ou Préceptes généraux de l’art de découvrir, introduction, traduction, notes et appendices par Jean-Paul Wurtz, Paris, 1980.

5 Cf. par exemple Wolff, Anmerckungen über die vernünfftigen Gedancken von Gott, der Welt und der Seele des Menschen, zu besserem Verstande und bequemeren Gebrauche derselben, 4e éd., Halle/Frankfurt, 1740. Reprint in  : Gesammelte Werke,I, vol. 3, édité et présenté par Charles A. Corr, Hildesheim, 1983, § 13 ad 366 (Worinnen der Witz gegründet und was er nutzt).

6 Cf. en particulier, Christian Wolff, Discursus praeliminaris de philosophia in genere, 3e éd., Frankfurt/Leipzig, 1736. Reprint, édité, présenté et annoté par Jean Ecole, in  : Id., Gesammelte Werke, II, vol. 1.1, Hildesheim, 1983, § 72. Une traduction de ce texte a récemment été publiée aux Éditions Vrin  : Christian Wolff, Discursus praeliminaris de philosophia in genere trad. française sous la direction de T. Arnaud, W. Feuerhahn, J.-F. Goubet et J.-M. Rohrbasser, avec la participation de S. Buchenau, A.-L. Rey et J.-W. Park, Paris, 2006.

7 Johann Christoph Gottsched, Erste Gründe der gesammten Weltweisheit, in  : Id., Ausgewählte Werke, édité par Philip Marshall Mitchell, vol. 5, 1-2, Berlin, 1983, III, § 179.

8 Cf. Alexander Gottlieb Baumgarten, Acroasis logica in christianum L.B. de Wolff, Halle/Magdeburg, 1761. Reprint in  : Wolff  : Gesammelte Werke III, vol. 5, Hildesheim, 1983.

9 Cf. par exemple Paul-Oskar Kristeller, The modern system of the Arts  : A Study in the History of Aesthetics (I), in  : Journal of the History of Ideas, 12 (1951), pp. 496-527. Reprint in  : Peter Kivy (éd.), Essays on the History of Aesthetics, Rochester, 1992, pp. 3-34. Trad. française  : Le Système moderne des arts. Étude d’histoire de l’esthétique, trad. de l’anglais par B. Han, Paris, 1999.

10 Pietro Pimpinella, L’Aesthetica di Baumgarten. Gnoseologie leibniziana e retorica antica, in  : Lexicon Philosophicum. Quaderni di terminologia filosofica e storie delle idee 4 (1989), a cura di Antonia Lamarra e Lidia Procesi, Firenze, 1993, pp. 101-112  ; cf. aussi Marie Luise Linn, « A. G. Baumgartens « Aesthetica  » und die antike Rhetorik  », in  : Helmut Schanze (éd.), Rhetorik. Beiträge zu ihrer Geschichte in Deutschland im 16.-20. Jahrhundert, Frankfurt a. M., 1974, pp. 81-107  ; Dieter Kliche, Ästhetik, ästhetisch, in  : Ästhetische Grundbegriffe. Historisches Wörterbuch in sieben Bänden, éd. par Karlheinz Barck, Martin Fontius, Dieter Schlenstedt, Burkhart Steinwachs, Friedrich Wolfzettel, Stuttgart/Weimar, 2000, pp. 317-382, en particulier p. 327.

11 Plus précisément, la partie théorique de l’Aesthetica devait comporter trois parties, l’une « De rebus et cogitandis, heuristice  », l’autre « De lucide ordine, methodologia  », la dernière enfin « De signis pulcre cogitatorum, semiotica  ».

12 Georg Friedrich Meier, Anfangsgründe aller schönen Wissenschaften, 3 vol., Halle, 1748-1750, 2e éd., 1754-1759.

13 Cf. Baumgarten, Meditationes philosophicae de nonnullis ad poema pertinentibus, préface, in  : Esthétique, précédée de Méditations philosophiques sur quelques sujets se rapportant à l’essence du poème et de la Métaphysique, trad., prés. et notes par Jean-Yves Pranchère, Paris, 1988.

14 Baumgarten, Philosophische Briefe von Aletheophilus, Frankfurt a. O., 1741.

15 Baumgarten, Gedancken vom vernünfftigen Beyfall auf Academien, Frankfurt a. O., 1740.

16 Joachim Lange, Medicina mentis, qua praemissa medica sapientiae historia, ostensaque ac rejecta philomoria, secundum verae, philosophiae principia, aegrae mentis sanatio, ac sanatae usus in veri rectique investigatione ac communicatione, in gratium traditur eorum, qui per solidam eruditionem ad veram sapientiam contendum, Halle, 1708.

17 Johann Franz Budde, Elementa philosophiae theoreticae seu institutionum philosophiae eclecticae tomus tertius, Halle, 1703.

18 Cf. Cicéron, De oratore, III, 60. Pour la traduction française  : Cicéron, De l’orateur, texte établi et traduit par Edmond Courbaud, Paris, 1922, 7e éd., 1985.

19 Ibid., III, 56  : « Cogitandi pronuntiandique rationem vimque dicendi  ».

20 Ibid., I, 63, cf. aussi III, 76.

21 Pour la distinction baumgartenienne entre les deux domaines, cf. le dernier paragraphe des Meditationes philosophicae (cf. note 13).

22 Pierre La Ramée, Dialectique, 1555  : un manifeste de la Pléiade, texte modernisé par Nelly Bruyère, Paris, 1996, p. 18.

23 La Ramée traite de l’énonciation comme d’une partie du jugement.

24 Meditationes philosophicae (cf. note 13), § XIV.

25 Ibid., § XVI.

26 Baumgarten, Kollegium über Ästhetik, reproduit in  : Bernhard Poppe, A.G. Baumgarten, seine Stellung und Bedeutung in der Leibniz-Wolffschen Philosophie und seine Beziehung zu Kant. Nebst einer bisher unbekannten Handschrift der Ästhetik Baumgartens, thèse, Borna-Leipzig, 1907, pp. 59-258. Des extraits de ces notes de cours ont été récemment traduits par mes soins dans le recueil Aux sources de l’esthétique, éd. par Jean-François Goubet et Gérard Raulet, Paris, 2005, pp. 115-142.

27 Ibid., § 14. Cf. Cicéron, Topiques, texte établi et traduit par Henri Bornecque, Paris, 1924, 3e éd. Paris, 1990, II, 7  : « Un objet bien dissimulé, lorsque le lieu où il est caché est indiqué et repéré, est facile à découvrir  ; de même, lorsque nous voulons dépister des arguments, nous devons savoir les lieux (locos) où [on les trouve]  ; c’est ainsi en effet qu’Aristote appelle comme qui dirait les magasins (sedes) où l’on cherche les arguments.  »

28 Francis Bacon, Of the Dignity and Advancement of Learning, in  : The Works of Francis Bacon, éd. par James Spedding, Robert Leslie Ellis, Douglas Denon Heath, vol. IX, Boston, 1863, p. 83.

29 Meditationes philosophicae (cf. note 13), § LII.

30 Cf. Aesthetica, Frankfurt/Oder, 1750-58, 3e éd., Hildesheim, 1986, chapitre I, 10.

31 Ibid.

32 Ibid., § 119  : « Horizon (sphaera) cognitionis humanae est finitus materiarum ex universitate rerum infinita numerus, quae mediocri ingenio humano latius dicto possunt clarescere.  »

33 Ibid., § 57.

34 Ibid, § 62.

35 Cf. Wolff, Vernünftige Gedancken von den Kräften des menschlichen Verstandes und ihrem richtigen Gebrauch in Erkenntnis der Wahrheit, éd. et annoté par Hans-Werner Arndt, in  : Wolff, Gesammelte Werke, I, vol. 1.1, Hildesheim, 1978, chapitre 8, § 1  : « Beurtheilung der Kräfte nachzusinnen  »  ; Baumgarten, Acroasis logica (cf. note 8), chapitre 8  : « Dynamica seu De diiudicandis nostris et aliorum viribus  ».

36 Baumgarten, Sciagraphia encyclopaediae philosophicae, éd. et présenté par Ioh. Christian Förster, Halle, 1769.

37 L’Aesthetica en particulier atteste les difficultés philosophiques qu’il y avait à maintenir la tripartition et ce sont ces difficultés qui ont peut-être, autant que la maladie de l’auteur, contribué à l’inachèvement du manuscrit. Baumgarten semble en un sens avoir trop anticipé sur les contenus de la troisième partie dans la première, notamment à travers ses réflexions sur les différents types d’arguments, de figures et de signes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stefanie Buchenau, « L’esthétique wolffienne comme ars inveniendi », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 26 octobre 2008, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/139

Haut de page

Auteur

Stefanie Buchenau

Maître de conférences à l’Université de Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page