Navigation – Plan du site

Métaphysique ou physiologie du beau ? La théorie des plaisirs de Johann Georg Sulzer (1751-1752)

Élisabeth Décultot
p. 93-106

Résumés

Les Recherches sur l’origine des sentiments agréables et désagréables que Sulzer présente en 1751-1752 à l’Académie de Berlin – et qu’il réédite en 1767 sous le titre de Nouvelle théorie des plaisirs – occupent une place importante dans l’histoire de l’esthétique allemande du milieu du xviiie siècle. Dans sa classification tripartite des plaisirs (intellectuels, sensibles et moraux), Sulzer réserve en effet au plaisir du beau un rôle majeur : le beau, forme privilégiée du plaisir intellectuel, possède selon lui la particularité remarquable de stimuler le plus vivement l’activité de l’âme. Par là, Sulzer ébauche une définition du plaisir du beau qui entretient avec les définitions de Wolff et de Baumgarten un rapport critique. Ainsi, l’essai de 1751-1752 prépare et explique le projet sulzerien de la Allgemeine Theorie der schönen Künste (1771-1774), ce dictionnaire des beaux-arts qui entend aussi fournir les éléments d’une nouvelle théorie esthétique. L’objet de la présente contribution est d’analyser le rapport de Sulzer à la tradition philosophique qui le précède et l’entoure, tout en cherchant à expliquer l’écho important que rencontrèrent ses publications dans la France de la seconde moitié du xviiie siècle.

Haut de page

Notes de l'auteur

Abréviations
AT – J. G. Sulzer, Allgemeine Theorie der Schönen Künste, 2 vol. , Leipzig, 1771-1774.
Nouvelle théorie des plaisirs – J. G. Sulzer, Nouvelle théorie des plaisirs, […] avec des réflexions sur l’origine du plaisir par Mr. Kaestner, [s. l.], 1767.
Ursprung der Empfindungen – J. G. Sulzer, Untersuchung über den Ursprung der angenehmen und unangenehmen Empfindungen, in : Vermischte philosophische Schriften, pp. 1-98 (pour l’histoire éditoriale de ce texte, cf. note 1).
Vermischte philosophische Schriften – J. G. Sulzer, Vermischte philosophische Schriften. Aus den Jahrbüchern der Akademie der Wissenschaften zu Berlin gesammelt, Leipzig, 1773 (fac-similé: Hildesheim/New York, 1974).

Texte intégral

  • 1 Comme beaucoup de textes de Sulzer, cet essai possède une histoire éditoriale complexe. La première (...)

1En 1751-1752, Sulzer, membre de l’Académie de Berlin depuis 1750, présente devant la classe de philosophie de cette institution un travail qui l’occupe depuis plusieurs années : les Recherches sur l’origine des sentimens agréables et désagréables, qu’une réédition de 1767 fera également connaître sous le nom de Nouvelle théorie des plaisirs et dont il publie une traduction allemande dans les années 17601. Par son sujet comme par la date de sa première publication – le tout début des années 1750 –, l’ouvrage marque une étape importante et souvent méconnue dans l’œuvre de Sulzer. C’est en effet dans cette enquête sur l’origine des sentiments agréables, et notamment du sentiment de beau, qu’il faut rechercher les fondements philosophiques du grand dictionnaire de l’art de Sulzer, la Allgemeine Theorie der schönen Künste (Théorie générale des beaux-arts) qui paraît quelque vingt années plus tard. Mais plus encore, ce texte revêt une importance cruciale par la place originale qu’il occupe dans les réflexions philosophiques nouvellement rassemblées sous la rubrique « esthétique » en Allemagne. C’est cette singularité dans le contexte des années 1750 qu’il s’agit ici d’éclairer.

  • 2 Johann George Sulzers Lebensbeschreibung, von ihm selbst aufgesetzt, éd. par Johann Bernhard Merian (...)
  • 3 Ursprung der Empfindungen, p. 5 et Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 12-13 : « Je ne répéterai poi (...)

2Pour aborder sa théorie des sentiments agréables, Sulzer se place en apparence sous l’autorité de Wolff, qu’il invoque à plusieurs reprises et dont il aime en général à souligner l’importance dans ses textes autobiographiques2. C’est aux thèses de cet « illustre » philosophe qu’il se réfère avec déférence pour définir la « force essentielle de l’âme », qui est de « produire des idées »3. Après avoir exposé ce principe dans une terminologie d’inspiration wolffienne, Sulzer rejoint encore cette tradition par la hiérarchie des « idées » qu’il propose. La nature des idées produites par l’âme ne nous est pas indifférente, souligne-t-il.

  • 4 Ursprung der Empfindungen, p. 10 ; cf. Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 24-25 traduction remaniée

« La force de l’âme est ainsi faite qu’elle préfère les idées claires aux obscures, et celles qui sont distinctes à celles qui ne sont que claires. Quel que soit l’objet considéré, tout le monde préfère en avoir une représentation distincte plutôt qu’une représentation confuse. De fait, une représentation distincte nous en apprend plus sur un même objet qu’une représentation confuse ; et par conséquent elle satisfait mieux les besoins de l’âme4. »

  • 5 Ursprung der Empfindungen, p. 11 ; cf. Nouvelle théorie des plaisirs, p. 27 (traduction remaniée) : (...)

3Sur ce socle, Sulzer bâtit néanmoins une théorie des facultés humaines qui ne tarde pas à présenter par rapport à sa matrice revendiquée d’importantes divergences, d’ailleurs explicitement soulignées. « J’avoue », annonce-t-il dès le début de son traité, que « la théorie du plaisir » de « Monsieur Wolff » ne « me satisf[ait] point », de même au demeurant que celle Descartes5.

  • 6 Cf. dans le présent volume les articles de Pietro Pimpinella, Achim Vesper, Stefanie Buchenau et Mi (...)
  • 7 Ursprung der Empfindungen, pp. 11 sq. ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 29 sq.

4Sulzer, donc, choisit d’aborder l’âme sous un angle autre que celui de Wolff. De fait, pour Wolff – comme pour Leibniz –, le plaisir naît dès lors que nous croyons saisir une perfection dans un objet. Cette saisie possède chez Wolff – à la différence de Leibniz – le statut d’une connaissance intuitive claire mais confuse6. Pour Sulzer en revanche, le sentiment de plaisir ne provient pas de la saisie d’une perfection sise dans un objet, mais du régime même de l’activité de l’âme, c’est-à-dire de la qualité du processus de connaissance déclenché par l’objet. L’esprit humain, explique Sulzer, est mu par une inclination naturelle à penser ; lorsqu’il est encouragé dans ce penchant, il en éprouve du plaisir ; lorsqu’il est au contraire entravé dans cette disposition, il en éprouve du déplaisir7.

  • 8 J. G. Sulzer, Von der Kraft (Energie) in den Werken der schönen Künste (1re édition en français dan (...)
  • 9 Ursprung der Empfindungen, p. 11 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 29 (traduction remaniée).
  • 10 Ursprung der Empfindungen, p. 12, 24 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 30, pp. 62-63 (traduction (...)

5Pour mieux saisir la spécificité de Sulzer par rapport à la pensée wolffienne, il faut revenir à son origine, à savoir à sa définition de l’âme comme « force » – une définition qu’il formule avec clarté dans la théorie des plaisirs de 1751-1752 et qu’il ne cessera de réaffirmer tout au long de ses publications8. Pour Sulzer, l’âme se conçoit d’abord comme une entité en perpétuelle activité, un « principe actif » (thätiger Grundtrieb), une puissance au travail : « L’action naturelle de l’âme provient de la force de penser ou encore de l’aspiration constante à penser qui l’habite » (Kraft oder […] beständige[s] Bestreben zu denken)9. Or une telle représentation, tout en faisant expressément fond sur la philosophie wolffienne, rend aussi possible son dépassement. Dans la théorie sulzerienne en effet, la source première du plaisir réside certes dans l’objet de la connaissance lui-même – en tant qu’il recèle une perfection – mais aussi et surtout dans la dynamique propre à l’âme : « Le moindre objet, qui serait en soi totalement incapable d’exciter en nous un sentiment de plaisir, peut susciter un sentiment très agréable, quand l’imagination ou un certain enthousiasme nous poussent à le trouver beau ». Autrement dit, c’est de la nature de l’âme, de sa capacité à se laisser affecter, de sa « vivacité » que dépendra l’intensité du sentiment. « Plus une âme est vive » et « plus l’obstacle à son action est grand, plus aussi le déplaisir qui en résulte sera grand10. » À l’inverse, plus son action se trouve facilitée, plus le plaisir ressenti sera intense :

  • 11 Ursprung der Empfindungen, p. 13 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 33 (traduction remaniée).

« Elle sent qu’elle aura de l’ouvrage, et un ouvrage aisé. Ce pressentiment d’abondance de nourriture, si je puis m’exprimer ainsi, lui fait naître un désir de s’attacher à cet objet ; et c’est principalement de ce désir que naît la vivacité du plaisir ; car, c’est ma conviction, il n’y a sans désir aucun degré sensible de plaisir dans le monde. Dès que le désir cesse, le plaisir dégénère en simple agrément, comme il arrive dans les plaisirs souvent réitérés. Voilà ce que je puis dire de l’origine du plaisir en général11. »

  • 12 J. G. Sulzer, Anmerkungen über den verschiedenen Zustand, worinn sich die Seele bey Ausübung ihrer (...)

6Ce qui, dans le processus de connaissance, importe donc avant tout aux yeux de Sulzer, ce n’est plus tant la chose à connaître, que le désir de connaître, un désir dont le principe réside dans l’âme du sujet et dont la satisfaction s’exprime par le sentiment. Se dessine ici une potentielle déconnexion entre faculté de connaître et faculté de sentir, qui, dans un traité ultérieur, aboutira à une partition plus nette. Dans les Anmerkungen über den verschiedenen Zustand, worinn sich die Seele bey Ausübung ihrer Hauptvermögen, nämlich des Vermögens, sich etwas vorzustellen, und des Vermögens zu empfinden, befindet de 1763 (Remarques sur les différents états où se trouve l’âme lorsqu’elle exerce ses facultés principales, à savoir la faculté de se représenter quelque chose et la faculté de sentir), Sulzer trace une ligne de partage rigoureuse entre deux facultés : celle de « se représenter quelque chose ou encore de connaître la nature des choses », et celle de « sentir ou encore d’être affecté de manière agréable ou désagréable »12. Dans l’exercice de la première faculté, que Sulzer appelle « l’état de réflexion » (Zustand des Nachdenkens), l’âme est tout entière tournée vers l’objet à connaître. « Le caractère distinctif de cet état est l’oubli de soi-même ». Bien différent est « l’état de sentiment » (Zustand der Empfindung) :

  • 13 Ibid., pp. 229-230.

 « Le sentiment est […] une action de l’âme qui n’a rien à voir avec l’objet qui la produit ou la suscite. […]. Ce n’est pas l’objet que l’on sent, mais soi-même. Lorsqu’il réfléchit, l’entendement est occupé d’une chose qu’il considère comme lui étant extérieure ; lorsqu’elle sent, l’âme n’est occupée que d’elle-même13. »

Les objets du plaisir

7Pour l’heure néanmoins, la nature de l’activité de l’âme reste fortement liée à la nature de l’objet perçu. Le traité de 1751-1752 dresse en première partie la liste des caractères propres à susciter plaisir ou déplaisir :

  • 14 Ursprung der Empfindungen, p. 22 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 56-58 (traduction légèrement (...)

« Il est évident par ce que nous avons établi ci-dessus que le sentiment agréable ne peut être excité immédiatement que par des objets qui renferment une multitude d’idées tellement liées que l’âme puisse prévoir qu’elle y trouvera de quoi contenter son goût primitif ; que tout objet qui n’offre point d’exercice à la faculté intellectuelle de l’âme, lui doit être entièrement indifférent ; enfin, qu’un objet qui est tel que l’âme ne puisse développer ce qu’il renferme de varié, ou qui, de quelque manière que ce soit, met obstacle à l’impulsion qu’elle a de produire des idées, ne peut que lui être désagréable. […] La différence des objets agréables et désagréables par eux-mêmes, ne peut consister que dans la liaison de ce que les objets renferment de varié. S’il y a de l’ordre dans cette liaison, l’âme pourra travailler conformément à son goût sur cet objet : ce sera donc un objet agréable ; au contraire, s’il n’y en a point, l’objet sera désagréable.14 »

  • 15 Ursprung der Empfindungen, p. 14 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 36-37.

8Sulzer privilégie donc les objets qui « renferment une multitude d’idées » reliées entre elles avec « ordre ». Il reconnaît d’ailleurs aux sciences spéculatives, et parmi elles tout particulièrement aux mathématiques, une aptitude privilégiée à stimuler l’activité de l’âme : les objets rationnels les plus achevés sont capables de provoquer de très grands plaisirs15.

  • 16 Ursprung der Empfindungen, p. 15 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 39.
  • 17 Ursprung der Empfindungen, p. 15 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 39 (traduction légèrement rema (...)
  • 18 Ursprung der Empfindungen, pp. 15-16 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 39-41 (traduction légèrem (...)

9Néanmoins, la typologie sulzerienne des plaisirs déborde largement ce cadre mathématique. La lecture des éléments d’Euclide sera certes « un grand sujet de plaisir », mais « uniquement pour le géomètre », souligne Sulzer16. Car les plaisirs ressentis par l’âme humaine sont, comme les objets susceptibles de les susciter, infiniment variés. Cette variété tient tout d’abord à la nature même de l’âme, qui « réfléchit sur tout ce qui se présente clairement à elle, et satisfait son goût, sans se mettre en peine de distinguer de quelle espèce sont les objets. Tous ceux qui lui fournissent de quoi l’occuper, sont propres à devenir matière de plaisir, ou de peine »17. Mais elle tient aussi à la diversité des hommes. « Chaque espèce particulière d’objets demande un certain art, un certain savoir-faire, pour être entièrement connue » – en un mot une habitude. Or ces habitudes varient d’une époque à l’autre, d’un peuple à l’autre et même, au sein d’un peuple donné, d’un individu à l’autre : « Les anciens Spartiates aimaient les exercices du corps, la chasse, la guerre, les épreuves : tous les Sybarites au contraire aimaient la mollesse, l’oisiveté et les plaisirs des sens. » D’où il résulte « que les objets de leurs sentiments agréables et désagréables diffèrent autant entre eux que les caractères mêmes des hommes18 ».

  • 19 Ursprung der Empfindungen, p. 25 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 65.

10Dans cette infinie variété des objets de plaisir, Sulzer entrevoit un ordre. Le traité de 1751-1752 distingue en effet trois types de plaisirs : les plaisirs des sens, issus du seul exercice des organes sensoriels ; les plaisirs moraux, liés à l’accomplissement du bien et à l’affection que les hommes se portent réciproquement ; et enfin les plaisirs intellectuels, que Sulzer appelle aussi plaisir du beau, car il définit comme « beaux tous les objets qui plaisent immédiatement à l’imagination ou à l’entendement »19. Ces trois types de plaisir sont régis par une hiérarchie claire. En haut de l’échelle figure le plaisir moral, qui est non seulement le plus noble en soi, mais encore le plus utile à la société et le plus accessible à tous – un axiome qui a tôt fait de valoir à Sulzer une réputation de moraliste désuet, que Goethe prendra pour cible. En bas de l’échelle figurent les plaisirs des sens, puissants certes, mais fugaces. Quant au milieu, il est occupé par les plaisirs du beau, plus durables que les plaisirs sensuels en ce qu’ils sont indissociablement liés à l’exercice de l’entendement, mais moins universellement partagés que les plaisirs moraux à cause de leur nature intellectuelle.

Le plaisir du beau

  • 20 Ursprung der Empfindungen, p. 49 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 131 (traduction remaniée).
  • 21 Ursprung der Empfindungen, p. 38 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 100.

11Pour explicite qu’elle soit, cette hiérarchie des plaisirs présente néanmoins quelques hésitations, notamment en ce qui concerne la catégorie médiane. Le plaisir du beau, s’il n’est certes pas le plus élevé dans l’échelle de Sulzer, n’en possède pas moins des qualités fort remarquables. Le beau est en effet présenté comme l’objet qui tout à la fois sollicite et stimule le plus intensément l’activité de l’âme. Ces qualités tiennent à deux propriétés : en amont, le beau requiert, pour être goûté, de nombreuses « connaissances et un certain degré d’exercice dans l’art de raisonner », autrement dit une familiarité avec les choses de l’esprit, qui explique aussi son caractère élitaire. L’aptitude à sentir le beau est inaccessible à la « foule vulgaire »20. En aval, le beau a pour effet caractéristique de stimuler avec une intensité particulière les facultés de l’âme, quel que soit le nom (d’ailleurs variable et peu défini) qui leur est donné : imagination, entendement, raison, etc. « Tout objet reconnu pour beau a la vertu d’exciter [la] vivacité dans l’esprit21. » Ce sont ces deux propriétés qui valent au plaisir du beau d’être qualifié de spécifiquement « intellectuel ».

  • 22 Ursprung der Empfindungen, p. 38 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 100-101.

12Cette définition confère au plaisir du beau une place de choix dans la typologie sulzerienne. De tous les plaisirs énumérés, le plaisir du beau est en effet le plus proche de la définition même du plaisir en soi, qui – rappelons-le – consiste dans la stimulation accrue des facultés de l’esprit. Autrement dit, plus que toute autre expérience, celle du beau a le privilège de nous faire éprouver clairement l’essence même de tout plaisir, à savoir cet « empressement » ou cette « impulsion » de l’âme à « embrasser une multitude d’idées », à les relier entre elles, à les « développer », tout en les ramenant à un « centre commun »22. Sans doute est-ce d’ailleurs cette propriété singulière qui explique que Sulzer ait choisi d’ouvrir sa revue des plaisirs par l’analyse du sentiment du beau, paradigmatique du sentiment en général. On devine facilement l’incidence de ces développements sur la généalogie des œuvres de Sulzer. Ce qu’esquisse le traité de 1751-1752, c’est la fondation philosophique d’une spécificité du sentiment de beau et, partant, la démonstration de l’intérêt de cet objet pour la discipline philosophique. Par là, ce traité remplit deux fonctions importantes. D’une part, il fournit – comme nous l’avons déjà mentionné – les soubassements directs de la Allgemeine Theorie der schönen Künste, ce dictionnaire philosophique de l’art que Sulzer commence à rédiger peu de temps après. D’autre part, il contribue activement à l’émergence de cette science que Baumgarten vient de baptiser « esthétique ». Reste à cerner la place singulière que Sulzer occupe dans ce mouvement.

Sulzer et Baumgarten

  • 23 C’est aussi la thèse d’Anna Tumarkin, dont l’ouvrage, quoique ancien, reste une référence : A. Tuma (...)

13Sulzer ne cite jamais Baumgarten dans sa théorie des plaisirs de 1751-1752, de même qu’il n’y emploie jamais le mot « esthétique ». Que ce silence soit le fruit de l’ignorance, on ne peut guère le supposer. Æsthetica, publiée l’année précédente par l’un des plus célèbres professeurs de philosophie du moment, ne peut être restée inaperçue de ce lecteur avide et consciencieux qu’est Sulzer – un lecteur qui s’est en outre donné pour public le cercle exigeant des membres de l’Académie de Berlin. Quant au mot « esthétique », il commence au même moment une si fulgurante carrière en Allemagne qu’aucun lecteur quelque peu informé ne peut l’ignorer. Beaucoup plus vraisemblable donc est la thèse de l’omission volontaire du nom de Baumgarten ainsi que du néologisme formé par celui-ci, une omission dont les raisons sont sans doute à chercher dans des divergences philosophiques profondes23.

  • 24 A. G. Baumgarten, Aesthetica, 2 vol. , Frankfurt a. d. Oder, 1750-1758, vol. 1, §§ 18-27 ; fac-simi (...)
  • 25 La faculté sensible se voit certes attribuer une autonomie nouvelle, mais son statut reste équivoqu (...)

14Tout hétérodoxe que Baumgarten se soit montré sous certains aspects par rapport à ses prédécesseurs Leibniz et Wolff, il leur est resté fidèle sur un point : la beauté sensible se définit par un certain nombre de qualités propres à l’objet, qui ont toutes pour point commun le caractère de « perfection » (perfection de l’ordre, de la disposition, de l’harmonie des parties, etc.)24. Ce qui, pour l’auteur d’Æsthetica, se joue dans l’expérience du beau, c’est la découverte de ces qualités par la faculté sensible de connaître. Or Sulzer, nous l’avons vu, tend dès son traité de 1751-1752 à centrer davantage son analyse du plaisir de beau sur l’activité des facultés de l’âme. Ce qui est déterminant pour lui dans l’expérience du beau, c’est la nature du « travail » qu’il procure à l’âme. De cette différence découle une autre, tout aussi importante. Pour Baumgarten, la connaissance du beau est le fait d’une faculté sensible, quelque équivoque que demeure le statut de cette dernière par rapport aux facultés rationnelles25. Pour Sulzer, le plaisir de beau est clairement distinct des plaisirs sensibles : il relève strictement de l’exercice des facultés intellectuelles.

  • 26 AT, Art. « Aesthetik », vol. 1, p. 21.
  • 27 Sulzer revient dans l’article « Künste ; Schöne Künste » sur ce mérite. Baumgarten, note-t-il, a ou (...)
  • 28 AT, Art. « Künste ; Schöne Künste », vol. 2, p. 623.
  • 29 AT, Art. « Künstler », vol. 2, p. 631.

15Que Sulzer ait pris dès la parution d’Æsthetica la mesure de toutes ces divergences, rien ne permet d’en douter. S’il se contente, dans sa théorie des plaisirs de 1751-1752, de signaler son désaccord avec Baumgarten par la seule omission de son nom, il ne craint pas d’en faire plus explicitement mention dans la Allgemeine Theorie der schönen Künste qui paraît en 1771-1774, et ce tout particulièrement dans une notice stratégique : l’entrée « Esthétique ». Certes, l’article n’est pas tout entier critique. Sulzer est prêt à reconnaître à ce philosophe « perspicace » d’importants mérites. Celui, tout d’abord, d’avoir « le premier osé développer sur la base de principes philosophiques toute la philosophie des beaux-arts, à laquelle il a donné le nom d’esthétique »26. Autrement dit, Baumgarten a su faire entrer les beaux-arts de plein droit dans le corps des sujets philosophiques et il a même créé pour eux une discipline spécifique – tous bénéfices qui sont encore soulignés dans l’article « Künste ; Schöne Künste »27. Par ailleurs, Sulzer se sent envers Baumgarten une obligation que l’on pourrait dire nationale : « C’est un philosophe allemand qui a le premier entrepris d’élaborer la [théorie de la sensibilité] et d’en faire sous le nom d’esthétique une branche nouvelle des sciences philosophiques. Pour l’honneur de la nation, il faut souhaiter que cette dernière ne ternisse pas la gloire de cette invention en laissant à un autre pays le soin de mener à bien le plein développement d’une science si importante28. » Autrement dit, Baumgarten a fait de l’esthétique une science allemande, inaugurant par là une tradition que les philosophes allemands se doivent de cultiver : « Philosophes d’Allemagne ! C’est à vous qu’il incombe d’entrer dans ces territoires et de les travailler ! », lance-t-il dans l’article « Künstler »29.

  • 30 AT, Art. « Aesthetik », vol. 1, p. 21 (mots soulignés par nous).
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.

16Ces mérites reconnus, Sulzer n’hésite cependant pas à exposer ses réserves quant au contenu même de cette philosophie, et plus exactement quant aux ascendances wolffiennes du philosophe. Baumgarten, souligne-t-il dans l’article « Ästhetik », « présuppose la doctrine wolffienne de l’origine des sentiments agréables, origine que Wolff a cru trouver dans la connaissance confuse de la perfection »30. La distance ici affichée n’est pas fortuite. De fait, ce que Sulzer mentionne en quelques mots dans cette formule, c’est bien le cœur même de son désaccord avec Baumgarten : le sentiment agréable ne vient nullement selon lui d’une connaissance confuse de la perfection. À ce point nodal d’achoppement, l’auteur de la Allgemeine Theorie ajoute d’autres reproches, moins fondamentaux quant à leur portée philosophique, mais plus âpres dans leurs conséquences techniques. « Il faut regretter », annonce-t-il sans ménagement, « que la connaissance par trop limitée [que Baumgarten avait] des arts ne lui ait pas permis d’étendre sa théorie plus loin que l’éloquence et la poésie. Il est loin d’avoir décrit toutes les formes du beau. C’est pourquoi l’on doit compter l’esthétique parmi les sciences philosophiques encore peu élaborées »31. Sulzer ne dissimule pas ses ambitions : la Allgemeine Theorie vise à fournir une esthétique qui corrige les erreurs de la première Æsthetica. De cette esthétique nouvelle, il livre d’ailleurs le plan détaillé dans l’article « Ästhetik » de son dictionnaire. La première tâche de l’esthétique telle que Sulzer la conçoit sera de montrer que le « but principal » des beaux-arts est « de guider les cœurs (Gemüth) en suscitant des sentiments agréables et désagréables ». Ensuite, elle devra « déduire l’origine de tous les sentiments agréables et désagréables de la nature de l’âme (Seele) ». Dans un troisième temps, il faudra « exposer les diverses classes d’objets agréables et désagréables et déterminer leurs effets sur le cœur (Gemüth) » – toutes tâches qu’il réserve à divers articles, parmi lesquels notamment les notices « Künste ; Schöne Künste » et « Empfindung ». Le rapport polémique à Baumgarten se lit bien sûr dans le contenu des entrées en question, comme par exemple dans la présentation du rôle majeur de l’« âme » pour la genèse de l’« Empfindung ». Mais il se remarque aussi à certains détails formels. Comme Baumgarten, Sulzer envisage de scinder son « Esthétique » en deux parties, l’une théorique, l’autre pratique32. Et le titre qu’il donne à son dictionnaire, Allgemeine Theorie der schönen Künste, rappelle curieusement le sous-titre d’Æsthetica, sive theoria liberalium artium.

La part des sens

  • 33 J. G. Sulzer, Gedanken über einige Eigenschaften der Seele, in sofern sie mit den Eigenschaften der (...)

17Mais la singularité de Sulzer dans le mouvement esthétique du milieu de siècle ne tient pas seulement aux correctifs qu’il entend apporter à Wolff et Baumgarten. Elle est également due au rapport que l’essai de 1751-1752 postule entre l’âme et les organes sensoriels dans les plaisirs des sens – un rapport qui laisse supposer, pour l’analyse des sensations, une influence autre que celle de la tradition leibnizienne. Soulignons tout d’abord que, deux décennies plus tard, dans un essai sur les qualités de l’âme de 1771, Sulzer a cru bon de souligner fermement son refus des conceptions matérialistes de l’âme33. Si cette mise au point est devenue nécessaire, c’est que le traité des plaisirs de 1751-1752, et tout particulièrement la partie consacrée aux plaisirs des sens, laisse incontestablement planer quelque doute sur sa position. Pour le Sulzer de 1751-1752, les organes des sens exercent une influence décisive sur l’activité de l’âme dans le domaine des sensations : par les « impressions » qu’ils reçoivent, ils sont capables d’« exciter ou de produire » des sentiments de plaisir et de déplaisir dans l’esprit, au même titre que les représentations peuvent y susciter des plaisirs intellectuels ou encore que les vertus sont à l’origine de plaisirs moraux. Or cette action des organes sensoriels ne peut s’expliquer sans un examen précis de leurs instruments, les nerfs, qui assurent la transmission effective des sensations et par là le lien de l’âme et du corps.

  • 34 Ursprung der Empfindungen, p. 54 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 146-147 (traduction remaniée)

« Je dis donc que toute sensation [sinnliche Empfindung] est causée par quelque mouvement des nerfs du corps, et je pose pour principe : que l’âme n’a point de sensation, sans un mouvement analogue dans les nerfs sensibles. Et pour ne rien laisser d’obscur sur ce principe, je m’explique sur ce terme d’analogue. Cela signifie donc, 1°. Que la vivacité ou la force de la sensation dans l’âme est toujours proportionnée à la puissance du mouvement dans les nerfs ; 2°. Que cette sensation doit être aussi variée et composée que l’est ce mouvement des nerfs, de sorte que la moindre différence qui distingue telle affection d’un sens de telle autre doit produire une différence proportionnée dans les sensations de l’âme34. »

  • 35 Wolfgang Proß, « Meine einzige Absicht ist, etwas mehr Licht über die Physik der Seele zu verbreite (...)
  • 36 Ursprung der Empfindungen, pp. 55-56 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 149-150.
  • 37 Ursprung der Empfindungen, p. 58 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 156.

18Comme l’a remarqué Wolfgang Proß, l’influence de l’école psycho-physiologique de Halle – tout particulièrement de Georg Ernst Stahl (1660-1734) et de ses successeurs, Daniel Georg Coschwitz (1679-1729) et Johann Gottlob Krüger (1715-1759) – peut être ici supposée35. Ce que Sulzer esquisse en effet, c’est une psycho-physiologie du sentir dans laquelle les nerfs, véhicules des sensations, assurent le lien direct entre la matière et l’esprit. De cette psycho-physiologie, l’essai de 1751-1752 livre une typologie assez complète. Il existe des nerfs subtils, qui, tels le nerf optique, se laissent affecter par des « matières » subtiles comme la lumière et donnent naissance à des plaisirs subtils, comme celui « que nous causent les couleurs de l’arc-en-ciel ». À l’inverse, il existe des nerfs « grossiers » qui, tels les nerfs tactiles, ne sont sensibles qu’à la matière la plus grossière et causent les plaisirs ou les déplaisirs les plus violents36. Mais la sensation ne dépend pas seulement de la nature du nerf excité. Elle varie aussi en fonction d’une mécanique propre aux impulsions nerveuses : « toute sensation totale est composée d’un grand nombre de sensations momentanées », autrement dit d’une « infinité d’impulsions » qui se succèdent avec une rapidité si grande que nous n’en percevons pas les intervalles37. C’est de la nature de cette succession – de son intensité, de sa fréquence et de sa régularité – que dépend la nature de la sensation éprouvée, plaisir ou déplaisir.

  • 38 Ursprung der Empfindungen, p. 64 sq. ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 173 sq.

19Toutes ces réflexions ne valent bien sûr que pour la catégorie précise des « plaisirs des sens », que Sulzer distingue, comme nous l’avons vu, des plaisirs intellectuels ou des plaisirs moraux. Néanmoins, à de nombreux endroits de sa démonstration, des passerelles sont jetées entre ces diverses classes. Le plaisir du beau en fournit un exemple particulièrement éloquent. Tout « intellectuel » qu’il soit, ce plaisir peut également trouver son origine dans les sens, ou plus exactement dans une certaine qualité de transmission nerveuse. Ainsi, des impulsions nerveuses régulières et ordonnées – tant en fréquence qu’en intensité – susciteront le sentiment de la beauté, tandis qu’une succession irrégulière ne pourra qu’être désagréable, c’est-à-dire incompatible avec ce sentiment38. Dans ce cadre psycho-physiologique, Sulzer esquisse, en s’appuyant notamment sur des travaux d’optique ou d’acoustique, une véritable physique du sentiment de beau, dans laquelle il cherche à dégager quelques lois constantes :

  • 39 Ursprung der Empfindungen, pp. 65-66 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 176-178 (traduction reman (...)

« Il me semble que l’âme doit préférer une succession plus rapide à une autre qui le serait moins, parce que son activité naturelle y trouve mieux son compte en ce qu’elle est plus vivement exercée. Or, comme je l’ai montré dans la première partie, c’est de cette activité que naît tout agrément. De cette manière, il me semble que nous devons préférer un ton aigu à un ton bas, une couleur vive à une couleur douce. Il faut toutefois que cette vitesse ait ses bornes, au-delà desquelles elle cesserait de nous être agréable. […] Selon ces remarques il y aurait par exemple dans la musique une certaine étendue de tons accommodée à nos tempéraments, de sorte que tous les tons plus hauts ou plus bas nous seraient toujours désagréables39. »

  • 40 Ursprung der Empfindungen, p. 5 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 12.
  • 41 J. G. Herder, Kritische Wälder. Viertes Wäldchen, in : J. G. Herder, Werke, vol. 2, éd. par W. Proß (...)

20Mesurant sans doute les implications potentielles d’une telle lecture psycho-physiologique, Sulzer a tenu à réaffirmer discrètement ses préférences philosophiques à quelques endroits de sa démonstration : limitée aux plaisirs sensoriels, une telle analyse ne contredit en rien son attachement au principe d’immatérialité de l’âme, c’est-à-dire son refus des théories matérialistes40. Il n’en demeure pas moins que cette esquisse d’une psycho-physiologie des plaisirs sensoriels lui confère une place tout à fait singulière dans le contexte philosophique de 1750 – une place qui lui a d’ailleurs valu l’attention et l’admiration de certains lecteurs. Dans le Viertes Wäldchen (Quatrième Sylve critique),rédigé en 1769 mais publié pour la première fois au xixe siècle, Herder lui rend un vibrant hommage : « La Théorie des sentiments de Sulzer […] représente un petit monument en Allemagne, un monument enfoui sous quantité de décombres esthétiques, un monument digne de la main d’un Leibniz ou d’un Wolff41. » Que Herder érige Sulzer en père d’une « esthétique à venir » ne surprend pas davantage lorsque l’on considère ses propres travaux en la matière, et tout spécialement sa Plastik de 1778 (Plastique). C’est en effet dans le sillage de la psycho-physiologie sulzerienne que s’inscrit le projet herderien d’une esthétique « d’en bas », pour reprendre l’expression de Gustav Theodor Fechner, c’est-à-dire d’une esthétique qui parte de la spécificité de chacun des organes sensoriels pour comprendre la différence des arts (toucher et sculpture, vision et peinture, etc.).

  • 42 AT, Art. « Aesthetik », vol. 1, p. 20 (expression soulignée par nous).

21Dans l’Allemagne du milieu de siècle, Sulzer apparaît ainsi comme le représentant d’une conception spécifique de l’esthétique, une conception qui, comme il le rappelle d’ailleurs au seuil de la notice « Ästhetik » de son dictionnaire, reste fidèle à la signification étymologique du mot : « Esthétique, (Beaux-Arts.). […] Ce mot signifie en vérité science des sentiments [Empfindungen], qui sont appelés dans la langue grecque aistheses42. » L’explication étymologique sonne comme un programme et un avertissement : c’est à cette définition littérale de l’esthétique comme science du sentir qu’il faut retourner pour bâtir une discipline véritablement digne de ce nom.

La réception de Sulzer en France

  • 43 Ce refus se remarque par exemple à la réception très limitée d’ouvrages tenus pour fondamentaux out (...)
  • 44 J. G. Sulzer, Lettre de M. Sulzer à un de ses amis où il expose le plan de son Dictionnaire sur les (...)
  • 45 Anonyme [ = G. A. Junker], Essai sur la poésie allemande, in : Journal étranger, septembre 1761, pp (...)
  • 46 Lawrence Kerslake, « Johann Georg Sulzer and the Supplement of the Encyclopédie », in : Studies on (...)
  • 47 Cf. Lawrence Kerslake, « Johann Georg Sulzer and the Supplement of the Encyclopédie » (cf. note 46) (...)
  • 48 Cf. Alain Cernuschi, L’Encyclopédie d’Yverdon (1770-1780). Notes sur une refonte et quelques-unes d (...)

22Ce parti pris explique peut-être l’intérêt privilégié que les cercles intellectuels français portent aux travaux de Sulzer durant la seconde moitié du xviiie siècle – un intérêt assez exceptionnel pour la période. Jusqu’en 1800 au moins, la « science philosophique » récemment baptisée « esthétique » en Allemagne se heurte à de puissantes résistances en France43. Quelques noms échappent néanmoins à cette oblitération, parmi lesquels celui de Sulzer. Dès le début des années 1760, le Journal étranger – alors dirigé par l’abbé François Arnaud – lui témoigne un intérêt marqué. En 1761, il publie une traduction française du prospectus de la Allgemeine Theorie, dans lequel Sulzer se propose « rien moins que de poser les premiers fondements solides d’une Aesthétique parfaite44 ». La même année, un collaborateur du Journal, Georg Adam Junker, publie une liste des douze « critiques » les plus marquants de l’Allemagne du moment, où Sulzer fait figure avec Mendelssohn de favori, loin devant Bodmer, Breitinger, Baumgarten ou Lessing45. Conscient de cette faveur, Sulzer nourrit d’ailleurs le projet de faire traduire sa Allgemeine Theorie en français. Mais l’entreprise éditoriale avorte en raison des difficultés financières de l’éditeur pressenti46. Les années 1770 confirment ce mouvement d’intérêt pour Sulzer. Le Supplément à l’Encyclopédie, qui paraît à partir de 1776, emprunte à la Allgemeine Theorie 76 notices touchant aux arts – parmi lesquelles des entrées aussi importantes que « Beaux-arts », « Comédie », « Esthétique », « Nature » ou « Poésie »47. Quant à l’Encyclopédie d’Yverdon, qui paraît dans les mêmes années, elle puise elle aussi largement à cette source48. Que ces divers cercles choisissent de traduire Sulzer n’est nullement fortuit. Tout d’abord, la Allgemeine Theorie présente l’avantage d’être un ouvrage clair, pédagogique dans sa conception et adéquat par sa forme même à l’entreprise lexicographique française. Mais l’intérêt pour les travaux de Sulzer tient aussi à des raisons philosophiques profondes, qui ressortissent à sa conception même de l’esthétique. Dans son examen des plaisirs des sens comme dans sa définition générale de l’esthétique, Sulzer ménage un rôle central à l’analyse du sentiment du beau, et tout spécialement aux mécanismes sensibles et intellectuelsqui font naître ce sentiment. Nul doute que ce parti pris, très présent dans l’article « Ästhetik », ait séduit les encyclopédistes français, rompus aux doctrines de la sensation. Notons d’ailleurs que ce trait s’est trouvé accentué dans la transposition française de la notice qui paraît en 1776 dans le Supplément à l’Encyclopédie :

  • 49 J. G. Sulzer, Art. « Esthétique », in : Supplément à l’Encyclopédie, vol. 2, Amsterdam, 1776, pp. 8 (...)

« Esthétique, (Beaux-Arts.). Terme nouveau, inventé pour désigner une science qui n’a été réduite en forme que depuis peu d’années. C’est la philosophie des beaux-arts, ou la science de déduire de la nature du goût la théorie générale, et les règles fondamentales des beaux-arts. Ce mot est pris du terme grec aisthesis, qui signifie le sentiment. Ainsi l’esthétique est proprement la science des sentiments. Le grand but des beaux-arts est d’exciter un vif sentiment du vrai et du bon (Voyez Beaux-Arts, dans ce Supplément). Il faut donc que leur théorie soit fondée sur celle des sentiments et des notions confuses que nous acquerrons à l’aide des sens49. »

  • 50 Voici l’original allemand : « Aesthetik – Die Philosophie der schönen Künste, oder die Wissenschaft (...)

23Ce dernier segment de phrase (« que nous acquerrons à l’aide des sens ») n’est pas dans l’original allemand50.

  • 51 Claude Henri Watelet et Pierre Charles Lévesque, Encyclopédie méthodique. Beaux-Arts, 2 vol. , Pari (...)

24Après cette présentation retouchée, toutes les conditions semblaient réunies pour que l’esthétique, dans sa version sulzerienne, s’implantât assez facilement en France en cette seconde moitié du xviiie siècle. Défini par l’auteur comme une science complète des sentiments, élargi par le traducteur au domaine spécifique des sens, ce concept d’esthétique avait de fortes chances d’attirer un public français lui-même familier des doctrines du sentir. Pourtant il n’en fut rien. Cette notice – ainsi que celle de l’Encyclopédie d’Yverdon – demeura quasiment sans écho. Dans la partie de l’Encyclopédie Méthodique consacrée aux beaux-arts – un ouvrage qui entendait réorganiser de façon thématique les articles de l’Encyclopédie et de son Supplément –, Claude Henri Watelet et Pierre Charles Lévesque ne jugèrent pas opportun de conserver l’entrée en 178851. Le mot « esthétique », de toute évidence, ne paraissait pas utile à l’aube du xixe siècle. En 1799, Charles de Villers dresse le bilan de cette naturalisation manquée :

  • 52 C. de Villers fait ici allusion aux deux articles « Esthétique » parus dans les avatars de l’Encycl (...)
  • 53 C. de Villers, Considérations sur l’état actuel de la littérature allemande par un Français, in : L (...)

25 « Diderot a voulu introduire dans l’Encyclopédie ce terme d’Esthétique52, mais cela n’a pas pris. Comme nous n’avons sur les principes du goût que des ouvrages fragmentaires et une doctrine éclectique, que ces principes ne sont point encore rédigés en un code certain et suivant une méthode vraiment scientifique, il est évident que nous n’avons point encore d’Esthétique, et que le mot ne pouvait rester là où la chose manquait53. »

26Décrite par un Suisse germanophone installé à Berlin, l’esthétique restera longtemps encore en France une science étrangère.

  • 54 Johann Wolfgang Goethe, Compte rendu de : J. G. Sulzer, Die schönen Künste in ihrem Ursprung, ihrer (...)

27La théorie des plaisirs de 1751-1752 présente donc une originalité indéniable dans le contexte allemand du milieu du xviiie siècle. Il serait néanmoins erroné – et bien éloigné de notre propos – de faire de ce texte une lecture univoque et linéaire, une lecture qui, pour ne souligner que les aspects les plus saillants, finirait par passer ses autres dimensions sous silence. Il convient de rappeler en conclusion que, par sa structure tripartite même, la classification des plaisirs proposée par Sulzer permet à l’auteur de recourir pour chaque type de plaisir analysé (plaisir moral, plaisir intellectuel et plaisir sensoriel) à des outils et des traditions philosophiques très variés, voire contradictoires. C’est cette déroutante pluralité qui explique aussi l’extrême variété des lectures qui ont été faites de Sulzer dans les dernières décennies du xviiie siècle. Celui qui fut pour Herder le précurseur d’une science véritable du sentir fut au même moment présenté par Goethe comme le père d’une conception moralisatrice et insensible de l’art54.

Haut de page

Notes

1 Comme beaucoup de textes de Sulzer, cet essai possède une histoire éditoriale complexe. La première version paraît en français dans les mémoires de l’Académie de Berlin : J. G. Sulzer, Recherches sur l’origine des sentimens agréables et désagréables, in : Histoire de l’Académie royale des sciences et des belles-lettres de Berlin […]. Avec les mémoires […], (Classe de philosophie spéculative), vol. 7, Berlin, [1751], pp. 56-75 (« Première Partie : Théorie générale du plaisir ») ; [1751], pp. 76-100 (« Deuxième Partie : Théorie des plaisirs intellectuels ») ; [1752], pp. 350-372 (« Troisième Partie : Des plaisirs des sens ») ; [1752], pp. 373-390 (« Quatrième Partie : Des plaisirs moraux »). Une réédition de ce texte paraît en 1767 en français sous le titre suivant : J. G. Sulzer, Nouvelle théorie des plaisirs, […] avec des réflexions sur l’origine du plaisir par Mr. Kaestner, [s. l.], 1767. Une version allemande de l’essai paraît en 1762 : J. G. Sulzer, Theorie der angenehmen und unangenehmen Empfindungen, Berlin, 1762. Cette version allemande est rééditée dans les Vermischte philosophische Schriften de Sulzer sous le titre suivant : J. G. Sulzer, Untersuchung über den Ursprung der angenehmen und unangenehmen Empfindungen, in : J. G. Sulzer, Vermischte philosophische Schriften. Aus den -Jahrbüchern der Akademie der Wissenschaften zu Berlin gesammelt, Leipzig, 1773, pp. 1-98.

2 Johann George Sulzers Lebensbeschreibung, von ihm selbst aufgesetzt, éd. par Johann Bernhard Merian et Friedrich Nicolai, Berlin/Stettin, 1809, p. 13 : « L’un des premiers livres que j’aie pris dans les mains et lus avec une grande avidité est la métaphysique allemande de Wolff ». L’empreinte de la lecture de Wolff, conjuguée avec celle de Leibniz, se lit très clairement dans les premiers essais de Sulzer, et notamment dans ses Moralische Betrachtungen über die Werke der Natur, série d’essais publiés dans les années 1740-1743.

3 Ursprung der Empfindungen, p. 5 et Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 12-13 : « Je ne répéterai point ici ce que nos philosophes modernes, d’aprèsl’illustre Wolff, ont solide-ment établi pour prouver que l’action naturelle de l’âme, ou comme ils l’appellent, sa force essentielle, est celle de produire des idées ». Cette faculté de produire des idées, de les recevoir, de les comparer ou encore de les enchaîner au sein de raisonnements, en un mot tout ce qu’on appelle « la raison », est selon Sulzer « plus ou moins le partage de tous les hommes ». « Ce n’est pas un talent acquis, c’est un don de la nature, une force de l’âme, à laquelle on résisterait en vain. Nous aurions beau nous proposer de rester dans l’inaction, nous serions, même contre notre volonté, contraints par cette force de l’âme à produire des idées et à les comparer » (Ursprung der Empfindungen, p. 10 ; cf. Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 25-26, traduction remaniée). L’opération propre et essentielle à l’être humain sera donc de « penser », « comme l’action de l’aimant est d’attirer le fer ou celle du feu de brûler » (Ursprung der Empfindungen, p. 9 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 21, traduction remaniée).

4 Ursprung der Empfindungen, p. 10 ; cf. Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 24-25 traduction remaniée.

5 Ursprung der Empfindungen, p. 11 ; cf. Nouvelle théorie des plaisirs, p. 27 (traduction remaniée) : « Voilà la nature du principe actif de l’âme [thätiger Grundtrieb der Seele]. Tout le monde sait de quelle manière Monsieur Wolff en a déduit toutes les facultés intellectuelles de l’âme. Pour ma part, je considérerai ici ce principe actif comme l’origine de tous les sentiments agréables et désagréables, qui sont comme la semence des passions, ou plutôt comme l’étincelle d’où naît leur feu. Car j’avoue que, en matière de théorie du plaisir, ni Wolff ni Descartes ne me satisfont. »

6 Cf. dans le présent volume les articles de Pietro Pimpinella, Achim Vesper, Stefanie Buchenau et Mildred Galland-Szymkowiak. Cf. également Jeongwoo Park, La pensée esthétique de Christian Wolff, in : Aux sources de l’esthétique. Les débuts de l’esthétique philosophique en Allemagne, éd. par Jean-François Goubet et Gérard Raulet, Paris, 2005, pp. 57-79.

7 Ursprung der Empfindungen, pp. 11 sq. ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 29 sq.

8 J. G. Sulzer, Von der Kraft (Energie) in den Werken der schönen Künste (1re édition en français dans les Mémoires de l’Académie de Berlin en 1765 ; en allemand en 1773), in : Vermischte philosophische Schriften, pp. 122-145.

9 Ursprung der Empfindungen, p. 11 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 29 (traduction remaniée).

10 Ursprung der Empfindungen, p. 12, 24 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 30, pp. 62-63 (traduction remaniée).

11 Ursprung der Empfindungen, p. 13 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 33 (traduction remaniée).

12 J. G. Sulzer, Anmerkungen über den verschiedenen Zustand, worinn sich die Seele bey Ausübung ihrer Hauptvermögen, nämlich des Vermögens, sich etwas vorzustellen, und des Vermögens zu empfinden, befindet, in : Vermischte philosophische Schriften, pp. 225-243.

13 Ibid., pp. 229-230.

14 Ursprung der Empfindungen, p. 22 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 56-58 (traduction légèrement remaniée).

15 Ursprung der Empfindungen, p. 14 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 36-37.

16 Ursprung der Empfindungen, p. 15 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 39.

17 Ursprung der Empfindungen, p. 15 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 39 (traduction légèrement remaniée).

18 Ursprung der Empfindungen, pp. 15-16 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 39-41 (traduction légèrement remaniée).

19 Ursprung der Empfindungen, p. 25 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 65.

20 Ursprung der Empfindungen, p. 49 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 131 (traduction remaniée).

21 Ursprung der Empfindungen, p. 38 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 100.

22 Ursprung der Empfindungen, p. 38 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 100-101.

23 C’est aussi la thèse d’Anna Tumarkin, dont l’ouvrage, quoique ancien, reste une référence : A. Tumarkin, Der Ästhetiker Johann Georg Sulzer, Frauenfeld/Leipzig, 1933, pp. 104 sq. Johannes Dobai tend quant à lui à mettre davantage l’accent sur les continuités entre Sulzer et l’école leibnizo-wolffienne en général (cf. J. Dobai, Die bildenden Künste in Johann Georg Sulzers Ästhetik, Winterthur, 1978).

24 A. G. Baumgarten, Aesthetica, 2 vol. , Frankfurt a. d. Oder, 1750-1758, vol. 1, §§ 18-27 ; fac-similé intégral : Hildesheim, 31986 ; reproduit in : id., Theoretische Ästhetik. Die grundlegenden Ab-schnitte aus der Aesthetica (1750-1758), trad. et éd. par Hans Rudolf Schweizer, latin-allemand, 2e éd. revue et corrigée, Hamburg, 1988, pp. 12-17.

25 La faculté sensible se voit certes attribuer une autonomie nouvelle, mais son statut reste équivoque : Baumgarten continue de qualifier cette faculté d’« inférieure » (A. G. Baumgarten, Aesthetica [cf. note 24], § 1).

26 AT, Art. « Aesthetik », vol. 1, p. 21.

27 Sulzer revient dans l’article « Künste ; Schöne Künste » sur ce mérite. Baumgarten, note-t-il, a ouvert dans le corps des « sciences philosophiques » un domaine nouveau : la « théorie de la sensibilité », encore appelée « esthétique ». Si cette branche est « sans doute la plus ardue de la philosophie », elle est aussi l’une des plus « importantes », car « c’est par elle que la philosophie apprendra le moyen de dominer totalement l’homme » (AT, Art. « Künste ; Schöne Künste », vol. 2, p. 623).

28 AT, Art. « Künste ; Schöne Künste », vol. 2, p. 623.

29 AT, Art. « Künstler », vol. 2, p. 631.

30 AT, Art. « Aesthetik », vol. 1, p. 21 (mots soulignés par nous).

31 Ibid.

32 Ibid.

33 J. G. Sulzer, Gedanken über einige Eigenschaften der Seele, in sofern sie mit den Eigenschaften der Materie eine Aehnlichkeit haben, zur Prüfung des Systems des Materialismus, in : Vermischte philosophische Schriften, pp. 348-376.

34 Ursprung der Empfindungen, p. 54 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 146-147 (traduction remaniée).

35 Wolfgang Proß, « Meine einzige Absicht ist, etwas mehr Licht über die Physik der Seele zu verbreiten » : Johann Georg Sulzer (1720-1779), in : Helvetien und Deutschland. Kulturelle Beziehungen zwischen der Schweiz und Deutschmand in der Zeit von 1770-1830, éd. par Hellmut Thomke et al., Amsterdam 1994, pp. 133-148.

36 Ursprung der Empfindungen, pp. 55-56 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 149-150.

37 Ursprung der Empfindungen, p. 58 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 156.

38 Ursprung der Empfindungen, p. 64 sq. ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 173 sq.

39 Ursprung der Empfindungen, pp. 65-66 ; Nouvelle théorie des plaisirs, pp. 176-178 (traduction remaniée).

40 Ursprung der Empfindungen, p. 5 ; Nouvelle théorie des plaisirs, p. 12.

41 J. G. Herder, Kritische Wälder. Viertes Wäldchen, in : J. G. Herder, Werke, vol. 2, éd. par W. Proß, Munich/Vienne, 1987, p. 189. Pour le rapport de Herder à Sulzer, cf. W. Proß, « Herder und die Anthropologie der Aufklärung (Nachwort) », in : ibid., pp. 1128-1229, ici pp. 1187-1191 ; W. Proß, « Meine einzige Absicht ist, etwas mehr Licht über die Physik der Seele zu verbreiten » : Johann Georg Sulzer (cf. note 35).

42 AT, Art. « Aesthetik », vol. 1, p. 20 (expression soulignée par nous).

43 Ce refus se remarque par exemple à la réception très limitée d’ouvrages tenus pour fondamentaux outre-Rhin. Æsthetica de Baumgarten, ouvrage écrit dans un latin difficile, reste quasiment ignorée des auteurs français du xviiie siècle. Ces résistances se lisent jusque dans l’histoire française du mot « esthétique » : considéré comme inutile ou incompréhensible, il ne parvient pas à s’implanter (cf. É. Décultot, « Ästhetik/esthétique. Étapes d’une naturalisation (1750-1840) », in : Revue de Métaphysique et de Morale, 2002, 2, juin, pp. 157-178).

44 J. G. Sulzer, Lettre de M. Sulzer à un de ses amis où il expose le plan de son Dictionnaire sur les Arts et les Sciences avec la différence qui se trouvera entre son ouvrage et le manuel-lexique sur les arts et les sciences de M. le professeur Gottsched, in : Journal étranger, juin 1761, pp. 37-54, p. 49. Cf. également, ibid., p. 43 : « Par là non seulement j’ouvrirai aux philosophes un vaste champ à de nouvelles recherches psycho-logiques [sic], mais encore je mettrai les critiques en état de porter la théorie du goût à une certitude qui approchera la certitude mathématique. Ce que Leibniz avait espéré de ses principes de métaphysique relativement à la morale, je compte l’obtenir de mes recherches relativement au goût. M. Gottsched n’a pas jugé à propos de porter ses regards aussi loin ». Pour l’allusion à Gottsched, cf. J. C. Gottsched, Handlexicon oder kurzgefaßtes Wörterbuch der schönen Wissen-schaften und freyen Künste. Zum Gebrauch der Liebhaber derselben, Leipzig, 1760.

45 Anonyme [ = G. A. Junker], Essai sur la poésie allemande, in : Journal étranger, septembre 1761, pp. 95-148, ici pp. 107-110 ; réédité in : Anonyme [ = G. A. Junker], Nouveaux -principes de la langue allemande, Paris 1762, pp. xxvii-lx, ici pp. xxxv-xxxvii.

46 Lawrence Kerslake, « Johann Georg Sulzer and the Supplement of the Encyclopédie », in : Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. 148, Oxford, 1976, pp. 225-247 ; D. Thiébault, Frédéric-Le-Grand, sa famille, sa cour, son gouvernement, son académie […] ou mes souvenirs de vingt ans de séjour à Berlin, 4e édition, éd. par son fils le baron Thiébault, vol. 5, Paris, 1827, pp. 48-49.

47 Cf. Lawrence Kerslake, « Johann Georg Sulzer and the Supplement of the Encyclopédie » (cf. note 46). Notons cependant que seules trois notices sont explicitement attribuées à Sulzer dans ce dictionnaire (« Mesure », « Récitatif » et « Rythme »).

48 Cf. Alain Cernuschi, L’Encyclopédie d’Yverdon (1770-1780). Notes sur une refonte et quelques-unes de ses procédures, in : Das achtzehnte Jahrhundert, 1998, n° 22/1, pp. 102-113, notamment p. 104 ; Jean Daniel Candaux, Alain Cernuschi, Clorinda Donato, Jens Häseler, éd., L’Encyclopédie d’Yverdon et sa résonance européenne. Contextes, contenus, continuités, Genève, 2005.

49 J. G. Sulzer, Art. « Esthétique », in : Supplément à l’Encyclopédie, vol. 2, Amsterdam, 1776, pp. 872-873, ici p. 872 (phrase soulignée par nous).

50 Voici l’original allemand : « Aesthetik – Die Philosophie der schönen Künste, oder die Wissenschaft, welche sowol die allgemeine Theorie, als die Regeln der schönen Künste aus der Natur des Geschmaks herleitet. Das Wort bedeutet eigentlich die Wissenschaft der Empfindungen, welche in der griechischen Sprache aistheses genennet werden. Die Hauptabsicht der schönen Künste geht auf die Erwekung eines lebhaften Gefühls des Wahren und des Guten, also muß die Theorie derselben auf die Theorie der undeutlichen Erkenntnis und der Empfindungen gegründet seyn » (AT, Art. « Aesthetik », vol. 1, p. 20). L’Encyclopédie d’Yverdon donne du même passage une traduction plus proche de la version allemande : « Aesthétique (N), s. f., philosophie des beaux-arts, ou science qui tire, tant la théorie générale que les règles des beaux-arts, de la nature du goût. Cette dénomination a été nouvellement introduite par les philosophes d’Allemagne ; elle signifie, suivant son étymologie, sciences des sentiments, du grec aisthesis. Le but principal des beaux-arts est d’exciter le sentiment vif du vrai et du bon : ainsi il faut que sa théorie soit fondée sur celle des notions confuses et des sentiments » ([J. G. Sulzer], Art. « Aesthétique », in : Encyclopédie, éd. par F. B. de Felice, Supplément, vol. 1, Yverdon, 1775, pp. 128-131, ici p. 128).

51 Claude Henri Watelet et Pierre Charles Lévesque, Encyclopédie méthodique. Beaux-Arts, 2 vol. , Paris, 1788-1791 (avec un vol. de planches, Paris, 1805).

52 C. de Villers fait ici allusion aux deux articles « Esthétique » parus dans les avatars de l’Encyclopédie en 1775 et 1776 (cf. notes 49 et 50) – articles dont il attribue par erreur l’initiative à Diderot.

53 C. de Villers, Considérations sur l’état actuel de la littérature allemande par un Français, in : Le spectateur du nord, vol. 12, oct. 1799, pp. 1-54, ici, p. 42 (note).

54 Johann Wolfgang Goethe, Compte rendu de : J. G. Sulzer, Die schönen Künste in ihrem Ursprung, ihrer wahren Natur und besten Anwendung, Leipzig, 1772, in : Frankfurter gelehrte Anzeigen, 101, 18 déc. 1772, pp. 801-807, reproduit in : J. W. Goethe, Goethes Werke, 4 sections, 133 vol. , Weimar, 1887-1919, vol. I/37, pp. 206-214, ici p. 206. Traduction française : Goethe, Les beaux-arts, in : Id., Écrits sur l’art, trad. et éd. par Jean-Marie Schaeffer, avec une introduction de Tzvetan Todorov, Paris, 1996 (1re éd. : Paris, 1983), pp. 87-94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Décultot, « Métaphysique ou physiologie du beau ? La théorie des plaisirs de Johann Georg Sulzer (1751-1752) », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 26 octobre 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/146

Haut de page

Auteur

Élisabeth Décultot

Directeur de recherche au CNRS, UMR « Pays germaniques/Transferts culturels », ENS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page