Navigation – Plan du site

La discussion entre Meier et Mendelssohn sur les beaux-arts et les belles-lettres

Jean-François Goubet
p. 107-119

Résumés

En 1757, Mendelssohn publie ses Betrachtungen über die Quellen und die Verbindung der schönen Künste und Wissenschaften dans la Bibliothek der schönen Wissenschaften und freien Künste, tandis que Meier signe ses Betrachtungen über den ersten Grundsatz aller schönen Künste und Wissenschaften. Le présent article s’intéresse aux points de contact entre les deux publications. Il s’agit d’abord de déterminer la position des auteurs relativement à l’imitation de la nature : faut-il rompre avec elle ou la fonder ? Le regard se porte ensuite sur l’un des reproches que Mendelssohn adresse à l’esthétique de Meier. Cette dernière peut-elle être, selon ce dernier, davantage qu’une science de la rhétorique et de la poétique ? La suite du propos se concentre sur la question de la fécondité du principe des beaux-arts et des belles-lettres. Sa toute-fin, quant à elle, roule sur ce qu’est un Grundsatz et tente de dégager quelques perspectives historiques à partir du débat entre Meier et Mendelssohn.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Dominique Bourel, Alexander Gottlieb Baumgarten et Georg Friedrich Meier, in : Popularité de la (...)

1Qu’il faille considérer Georg Friedrich Meier pour lui-même, en tant que penseur original et représentant principal de la Schulphilosophie durant la Spätaufklärung, voilà ce à quoi les travaux de Dominique Bourel ont invité. Tant dans le domaine de la liberté religieuse que dans celui de la lutte contre les préjugés, dans le champ de la popularisation de la métaphysique que dans celui du développement de l’esthétique, le philosophe de Halle s’est illustré et a laissé son empreinte sur le siècle. Dès lors, il n’est pas étonnant de retrouver son nom dans la monographie que le même Dominique Bourel consacre à Moses Mendelssohn. Les points de contact entre les deux penseurs sont nombreux. Ils se situent au niveau de la possibilité d’une philosophie non chrétienne comme à celui du vocabulaire métaphysique allemand déployé par le Berlinois lors de la confection de son traité sur l’évidence. Ils se retrouvent également dans les sujets esthétiques. Lorsque Mendelssohn, Lessing et Gottlob Samuel Nicolai avaient institué la Bibliothek der schönen Wissenschaften und freien Künste, la promotion du bon goût et des belles-lettres avait été une de leurs préoccupations centrales1. Il n’est dès lors pas étonnant de découvrir en 1758 dans la Bibliothek un compte rendu d’un ouvrage de Meier, l’Auszug aus den Anfangsgründen der schönen Künste und Wissenschaften, dans lequel ce dernier s’employait justement à donner quelque solidité à ladite entreprise de promotion.

  • 2 Ernst Cassirer, Liberté et forme. L’idée de culture allemande, trad. J. Carro, M. Willmann-Carro et (...)

2Un connaisseur aussi perspicace qu’Ernst Cassirer avait déjà remarqué la filiation entre les développements meiériens et mendelssohniens sur la beauté. Dès ses Briefe über die Empfindungen (Lettres sur les sensations), Mendelssohn aurait cherché à conférer un « substrat métaphysique » (à comprendre ici en relation avec la divinité) à ce que son aîné aurait dégagé dans une modification de la logique2. S’il veut également prendre pied dans le domaine esthétique, le présent propos ne se proposera pas d’explorer tous les pans de ce que ce vocable recouvre. Il compte s’en tenir plus particulièrement au débat sur le principe, le Grundsatz des beaux-arts et des belles-lettres, et ce, dans un cadre historique restreint. Pour ce faire, on commencera par un rapide aperçu de la littérature critique sur le sujet afin de déterminer quels sont exactement les textes concernés et les enjeux mobilisés. Au passage, il sera loisible de nuancer, voire de corriger certaines assertions tenues pour vraies, qu’elles aient trait au parallèle entre science esthétique et science de la nature ou à la conception du rôle de l’imitation. Le propos s’achèvera par la considération de ce qui fut au centre de la discussion des années 1757-1759 entre Meier et Mendelssohn, à savoir par l’examen du Grundsatz. Ce point logique et méta-physique, qui n’a guère été thématisé par la critique, pourrait bien en effet être déterminant pour saisir ce que Meier et Mendelssohn recherchaient.

Les textes à considérer

  • 3 Joseph Schaffrath, Die Philosophie des Georg Friedrich Meier. Ein Beitrag zur Geschichte der Aufklä (...)

3Au début de la seconde Guerre Mondiale, Joseph Schaffrath consacre une thèse à l’esthétique de Meier dans laquelle il n’omet pas de signaler que la « première critique réelle et sérieuse » de cette esthétique fut formulée par Mendelssohn, et ce dans la Bibliothek der schönen Wissenschaften und freien Künste3. Le point central de contact entre les deux auteurs qui nous intéressent est nommé, à savoir le compte rendu que nous venons d’évoquer. De manière pourtant très étonnante, Schaffrath mentionne une réponse de Meier à Mendelssohn dans son opuscule Betrachtungen über den ersten Grundsatz aller schönen Künste und Wissenschaften, datant pourtant de 1757 ! Cette erreur manifeste ne doit pas masquer l’essentiel : dès 1757, c’est-à-dire avant que Mendelssohn ait explicitement rédigé des comptes rendus critiques sur les ouvrages de Meier et de Baumgarten dans la Bibliothek, Meier est en mesure d’identifier chez Mendelssohn des points qui, implicitement, remettent en cause sa théorie des beaux-arts et des belles-lettres. Si discussion il y a eu, ce ne fut pas toujours dialogue, mais bien quelquefois jugement sur des lieux identiques. Il s’agit donc de porter le regard sur une constellation d’écrits publiés par l’un et l’autre auteur pour y trouver des points de contact.

  • 4 Cf. Ernst Bergmann, Georg Friedrich Meier als Mitbegründer der deutschen Ästhetik unter Benutzung u (...)

4C’est d’ailleurs ce que, à certains égard, avait réalisé dès 1910 Ernst Bergmann dans son habilitation consacrée à Meier en tant que cofondateur de l’esthétique. Des écrits comme les Betrachtungen über die Quellen und die Verbindung der schönen Künste und Wissenschaften, publiées en 1757 par Mendelssohn, ou comme la seconde édition de la Theoretische Lehre von den Gemüthsbewegungen überhaupt, retravaillée par Meier pour paraître en 1759, s’inscrivent dans le cadre de la discussion entre les deux auteurs. On trouve dans le premier opus des déclarations rappelant le désaveu meiérien du principe de l’imitation de la nature. Dans le second, il apparaît que la seconde édition réécrit certains paragraphes en intégrant les critiques que Mendelssohn avait adressées à l’Auszug. La comparaison des deux versions du § 7 ou du § 13 montre clairement que Meier a voulu montrer que son esthétique ne se réduisait pas à une théorie de la poétique et de la rhétorique4.

  • 5 Jean-Paul Meier, L’Esthétique de Moses Mendelssohn (1729-1786), 2 vol. , Lille/Paris, 1978, p. 167.

5Du côté de la critique mendelssohnienne, on peut saluer les pages intéressantes que consacre Jean-Paul Meier à la présente discussion. Si on peut déplorer que les évolutions des Betrachtungen de 1757 n’aient pas été répercutées, on doit se réjouir de voir un traitement systématique de l’esthétique développée par Mendelssohn dans les textes épars de la Bibliothek. C’est ainsi, par exemple, que l’accent est mis également sur la réponse à Basedow pour comprendre les fondements d’une des critiques adressées à l’esthétique baumgartnérienne et meiérienne : cette dernière, en insistant avant tout sur la poétique et la rhétorique, ne donne pas à tous les arts une égale dignité5.

Rompre avec l’imitation de la nature ou la fonder

6Ainsi que le rappelle Ernst Bergmann, Meier, dès 1744, a explicitement critiqué le dogme aristotélicien de l’imitation de la nature. Non seulement ce ne pouvait être un principe exclusif des beaux-arts et des belles-sciences car il abritait aussi bien la morale, la connaissance, les techniques diverses, mais ce ne pouvait être à proprement parler un principe des beaux-arts et des belles-lettres car il devait souffrir des exceptions. Les §§ 17 et 18 des Betrachtungen de 1757 le posent clairement. Le premier stipule :

« Toute notre connaissance doit être une reproduction et ainsi une imitation de la nature ; car, sinon, elle ne peut avoir aucune vérité logique. Par conséquent, il ne faut pas seulement que ce soient les belles pensées mais aussi les pensées savantes et philosophiques qui imitent la nature de leurs objets. […] Et qui ne sait pas que certains moralistes déduisent toute la morale de ce principe : suis ta nature ? Ne peut-on donc pas dire à bon droit que, de l’imitation de la nature, tous nos devoirs naturels découlent ? […] Et même, si l’on voulait être plus circonstancié, on pourrait descendre jusqu’aux arts manuels et montrer facilement qu’ils consistent en une imitation de la nature. »

  • 6 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, pp. 36-39 (rééd., pp. 187-188). Trad. française par Anne C (...)

7Le second, de manière plus brève, énonce des exemples déterminants, comme « lorsqu’on chante sans cesse dans un opéra, quand on dit tout en vers dans un poème théâtral, ou lorsque, au théâtre un acteur dit quelque chose pour lui-même, ou le dit à un autre qui ne doit pas l’entendre, et qui est parfois même engagé avec lui dans une discussion, et d’autres choses de ce genre6 ».

  • 7 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, pp. 28-29 (rééd., pp. 182-183).

8Selon l’interprète cité, Mendelssohn, alors qu’il s’en prend au « principe stérile de Batteux et de ses prédécesseurs et successeurs », se serait inscrit dans la droite ligne de Meier7. Peut-on cependant apparier les positions de Meier et de Mendelssohn ainsi ? Ne coïncident-elles pas uniquement dans le refus sans se recouvrir affirmativement ?

  • 8 Ceci est un lieu commun de la pensée wolffienne, présent notamment aux chapitres 42-43 du Discours (...)
  • 9 Mendelssohn, Betrachtungen über die Quellen und die Verbindungen der schönen Künste und Wissenschaf (...)
  • 10 Baumgarten, Metaphysica. Editio VII, Halle, 1779 (reprint: Hildesheim, 1963, p. 27). Merci à D. Bou (...)

9En fait, ce que dénonce Mendelssohn est la non-fécondité du concept d’imitation. Comment cela doit-il se comprendre ? Pour qu’un concept soit le plus fécond possible, il faut qu’il gagne en généralité, autrement dit qu’il cesse d’être trop spécifique. Ainsi, en assignant au genre, c’est-à-dire à toutes les espèces prises ensemble, ce qu’on ne faisait relever que d’une espèce, on permet des découvertes et des inventions8. Toute la stratégie argumentative de Mendelssohn dans son essai sur les beaux-arts et les belles-lettres de 1757 vise justement à remonter au concept le plus haut, à savoir, en l’occurrence, à celui de perfection. La notion de perfection est bien plus prolifique que celle d’imitation en ce qu’elle abrite, non pas en elle puisque c’est un concept simple, mais sous elle puisque c’est un concept au plus haut point générique, d’autres déterminations primordiales au sujet des beaux-arts et des belles-sciences : l’accord entre les parties et le tout, la mesure de la grandeur ou l’élévation au-dessus de la nature, son idéalisation9. Pour le dire en termes plus métaphysiques que logiques cette fois, Mendelssohn veut ancrer l’imitation dans l’ontologie en la ramenant aux notions simples primitives. La similitude, ou ressemblance (Ähnlichkeit), qui est au fondement de l’imitation, est justement un concept ontologique en relation étroite avec la perfection, l’ordre des règles. Une courte citation du § 95 de la Metaphysica de Baumgarten pourra nous en convaincre : « In perfectione plura eidem rationi conformiter determinantur, § 94, 80. ergo est in perfectione ordo, § 78. et communes perfectionis regulae, § 8610. » Pour résumer tout cela en une formule, dans ses Betrachtungen über die Quellen und die Verbindung der schönen Künste und Wissenschaften, Mendelssohn s’efforce non pas tant de rejeter le principe de l’imitation que de le fonder en raison et de le compléter.

  • 11 Meier, Anfangsgründe aller schönen Wissenschaften, première partie, Halle, 1754 ; réédition fac-sim (...)
  • 12 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, § 21, pp. 44-47 (rééd., pp. 191-192).

10On peut difficilement en dire autant de Meier. Dans l’économie des facultés meiériennes, l’imitation dépend du Witz, ingenium ou ingéniosité, qui est loin d’être le tout de l’esprit. Le Witz est « la capacité ou la facilité à percevoir les concordances entre les choses et leurs représentations11 ». Ce pouvoir est dès lors également nécessaire à la connaissance vraie, en tant que coïncidence du subjectif et de l’objectif élevée à la conscience. En outre, l’esthétique requiert davantage que de la sensibilité, de l’imagination ou de l’ingéniosité : elle mobilise également les pouvoirs supérieurs de l’entendement et de la raison afin d’introduire quelque ordre et quelque liaison systématique12. Le principe de l’imitation de la nature ne vaut pas non plus après examen psychologique. Et préciser que la nature à imiter doit être belle ne change rien à l’affaire. Peut-être est-ce même Mendelssohn que Meier vise explicitement au § 19 de ses Betrachtungen :

 « Certains arbitres de l‘art ont bien remarqué que lorsqu’il est exprimé simplement comme tel, le principe : Imite la nature ! est beaucoup trop imprécis. Ils ont donc essayé de l’améliorer et ont adopté l’imitation de la belle nature comme principe premier de tous les beaux-arts et de toutes les belles lettres. Mais cet ajout ne suffit pas à mettre un philosophe sagace en droit d’accepter cette formule comme principe de tous les beaux- arts et de toutes les belles lettres ».

  • 13 Sur cette notion, cf. l’introduction de Jean-Yves Pranchère, A. G. Baumgarten. Esthétique, précédée (...)

11Mendelssohn avait en effet, dans ses propres Betrachtungen, repris l’idée d’imitation de la belle nature (die schöne Natur nachahmen). Malgré des formulations équivoques, telles que « embellir la nature » (die Natur verschönern) ou « s’élever au-dessus de la nature vulgaire » (sich über die gemeine Natur erheben), il ne s’agit pas d’inventer une nature alternative, mais de produire un concentré de la nature existante. L’idéalisation de la nature dans l’art est produite par cette concentration, qui n’est pas sans rappeler la clarté extensive de Baumgarten13.

12Meier reproche à la notion d’imitation de la belle nature de manquer deux points essentiels :

  • 14 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, pp. 39-41 (rééd., p. 189).

« Car tout d’abord, même dans les beaux- arts et les belles lettres, il est permis et nécessaire d’imiter la nature laide. Lorsqu’un peintre reproduit des avortons et des visages grimaçants de façon tout à fait naturelle, il n’imite certainement pas une belle nature, et néanmoins son tableau peut être particulièrement beau. […]. D’un autre côté, on peut dire qu’imiter une nature belle ou non-laide n’est pas une justification suffisante pour un bel esprit. Il ne se trouvera sans doute personne pour considérer les mouvements vénériens du corps comme mauvais ou laids. Mais si un peintre voulait reproduire de façon parfaitement naturelle un corps humain au beau milieu de ce ce type de mouvements ou encore si un poète voulait décrire ces mouvements très naturellement, on blâmerait à bon droit l’un et l’autre14. »

13Encore une fois, le même ressort argumentatif opère : il existe des choses non belles à imiter et toutes les choses belles ne sont pas à imiter ; qu’il y ait belle œuvre d’art n’implique pas qu’il y ait belle chose et qu’il y ait belle chose n’implique pas qu’il y ait belle œuvre d’art. Les concepts tombent ainsi pour partie l’un en dehors de l’autre. Il n’y a ni équivalence, ni subordination de l’un à l’autre, mais recoupement en certains points et extériorité en certains autres. Ainsi, il faut reconnaître que les considérations de Meier et de Mendelssohn au sujet de l’imitation ne coïncident que négativement.

L’esthétique peut-elle être plus qu’une science de la rhétorique et de la poétique ?

14L’imitation de la nature ne fut pas la seule chose en jeu entre Meier et Mendelssohn. Ainsi, dans le compte rendu que le second fait du texte du premier en 1758 s’affichent clairement d’autres points du débat. Mendelssohn pose clairement la question de la généralité de l’esthétique meiérienne. À cet égard, on peut constater que, une nouvelle fois, généralité insuffisante rime avec manque de fécondité. Selon le mot de J.-P. Meier, il est clair que, pour le Berlinois, « l’esthétique sera une “esthétique universelle” ou ne sera pas ». Sous la critique qui suit, on sent la position de principe mendelssohnienne :

  • 15 Cité d’après Jean-Paul Meier, L’Esthétique de Moses Mendelssohn (1729-1786) (cf. note 5), pp. 166-1 (...)

 « Si l’on considère […] les Éléments de M. Meier […], on a l’impression de n’avoir les yeux fixés que sur les belles-lettres, c’est-à-dire la poésie et l’éloquence. Non seulement tous les exemples sont tirés de ces domaines (ce qui est maladroit si l’on veut que les principes et explications aient valeur générale), mais encore la plus grande partie des matières traitées ne concerne manifestement que la poésie et l’éloquence15. »

  • 16 Ibid., p. 87.

15Peut-on donner raison à Mendelssohn sur ce point ? Cela signifierait en fait que Meier n’aurait pas réagi à une critique aussi vieille que l’esthétique elle-même. En effet, comme le rappelle par exemple Schaffrath16, dès le § 19 des Anfangsgründe, Meier s’était défendu contre ce reproche :

  • 17 Trad. Anne Chalard, D.A.T.A., n° 29, février 1999, édité par le C.E.R.P.H.I. de l’ENS Fontenay/Sain (...)

 « [O]n pourrait penser que le monde pourrait sans inconvénient se dispenser de cette science puisque tout ce qui se produit dans la rhétorique et la poétique se trouve traité en leur sein. Cette objection procède d’une pure ignorance de l’esthétique. Elle révélera de nombreuses vérités auxquelles personne n’a jusqu’alors pensé. La rhétorique et la poétique ne traitent que d’une catégorie particulière de la belle connaissance ; l’esthétique, elle, traite de toute la belle connaissance17. »

16Les critiques qui s’en sont avant tout tenus aux Anfangsgründe ou à leur résumé ont répondu par l’affirmative. Ainsi, Ricardo Pozzo a récemment souligné le rôle prédominant des « artes sermonicales » chez Meier. La toute fin de son -esthétique consiste en une sémiotique dans laquelle, même s’il existe une différence de départ entre les mots et les autres signes, prédominent les règles poétiques et rhétoriques. Et Ricardo Pozzo de conclure :

  • 18 Ricardo Pozzo, Georg Friedrich Meiers « Vernunftlehre » : eine historisch-systematische Untersuchun (...)

« Tous les signes ont donc le mot pour fin ultime. Mendelssohn a tout de suite compris le primat du mot dans l’esthétique de Baumgarten et de Meier18. »

  • 19 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, pp. 58-59 (rééd., pp. 198-199).

17On peut déplorer que, en l’occurrence, la révision que Meier entreprend dans ses Betrachtungen de 1757 ait été passée sous silence. Le § 26 tâche justement de donner plus de consistance à la partition de l’esthétique. Même s’il y maintient d’un côté la rhétorique et la poétique, sans doute en tant que belles-lettres, et d’un autre côté les autres formes artistiques, Meier ne pose pas le signe linguistique comme l’aboutissement nécessaire du bel esprit. Tous les beaux-arts et toutes les belles-lettres cherchent à produire « une connaissance belle et sensible des objets » (eine schöne sinnliche Erkenntniß von den Gegenständen) et ils le font de deux manières irréductibles l’une à l’autre, à savoir soit par le truchement du mot, qui mobilise les forces sensibles de l’âme, soit par la confection d’un objet qui cause « un beau sentiment externe » (eine schöne äusserliche Empfindung)19. Une ligne de démarcation commence de se dégager, autour de la dichotomie entre sens interne et externe.

  • 20 Mendelssohn, Betrachtungen über die Quellen (cf. note 9), p. 242, 251 et 263.

18Les aménagements de Meier ne représentent toutefois qu’une inflexion par rapport à une posture de base identique : malgré ses intentions pour inclure d’autres formes artistiques que la rhétorique et la poétique, le philosophe ne se montre guère capable d’assumer la richesse du contenu empirique des beaux-arts. C’est certainement sur ce point que la critique de Mendelssohn conserve toute sa force. Là où ce dernier consacre la plus grande partie de ses Betrachtungen à entrer dans le détail des belles œuvres, en mobilisant des connaissances variées sur Rubens et Titien, Winckelmann ou Rameau et ses Indes galantes20, son aîné ne rapporte qu’une unique anecdote sur le peintre de l’Antiquité Apelle, peu apte d’ailleurs à dépasser le statut d’anecdote pour féconder une théorie esthétique concrète :

  • 21 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, pp. 59-60 (rééd., p. 199).

 « C’était, me semble-t-il, Apelle qui voulait peindre un cheval dont la bave, sortant de la bouche, se répandait sur le mors. Il peignit la bave, mais il vit que le sentiment qu’elle causait n’était pas beau. Il la peignit de manière différente un nombre infini de fois. À la fin, il se mit en colère et appliqua avec ardeur le pinceau à l’endroit où il voulait peindre la bave. Et le hasard réussit à accomplir ce que l’application méticuleuse n’était pas parvenue à faire. Il vit alors que son sentiment était parfaitement beau21. »

  • 22 Klaus-Werner Segreff, Moses Mendelssohn und die Aufklärungsästhetik im 18. Jahrhundert, Bonn, 1984, (...)
  • 23 Sur le rôle de l’architecture chez Wolff, notamment dans la Psychologia empirica, cf. Jeong-Woo Par (...)

19Au final, même si l’on ne peut pas dire que Mendelssohn non plus ait réussi à faire de l’esthétique une science des beaux-arts et des belles-lettres en leur positivité, leur facticité, il faut du moins reconnaître que sa conception de la science nouvelle tente de dépasser le formalisme rationnel pour pénétrer la richesse du contenu donné. Klaus-Werner Segreff a tenté d’expliquer le peu d’engouement de Mendelssohn pour l’architecture par sa prédilection pour le monde des lettres22. Peut-être faudrait-il y voir également – ou au contraire – une rupture avec le paradigme architectonique wolffien23, rejeté du fait de sa distinction de type rationnelle, cognitive. Mendelssohn, en émancipant le goût de la faculté de connaître (et d’ailleurs aussi de celle de désirer), aurait essayé de diversifier les champs de réalisation de l’œuvre esthétique plutôt que de les normer au moyen d’un modèle par trop mathématique.

Remédier aux manques de l’esthétique pour la rendre plus féconde

20Le compte rendu du texte de Meier que Mendelssohn rédige a pour leitmotiv la notion de fécondité. Au sortir de son examen sur le statut privilégié accordé aux belles-lettres, Mendelssohn l’affirme sans ambages :

  • 24 Cité d’après J.-P. Meier, L’Esthétique de Moses Mendelssohn (1729-1786) (cf. note 5), p. 172. Origi (...)

 « Une esthétique, dont les principes sont soit seulement déduits a priori, soit seulement abstraits de la poésie et de l’éloquence, ne peut que rester assez limitée et infructueuse eu égard à ce qu’elle aurait pu devenir. Que l’esthétique baumgarténienne ait réellement ces limites, voilà qui ne peut être nié24. »

21Le thème de l’apriorisme apparaît également. A priori ne doit pas s’entendre au sens kantien, comme conditionnement de l’expérience possible par les formes de l’esprit humain, mais en son sens classique de preuve menée des principes vers leurs conséquences. Il faut souligner la réserve de Mendelssohn, qui s’en prend à l’apriorisme unilatéral. En d’autres termes, il s’agit pour lui de doubler l’examen a priori par un autre examen, a posteriori cette fois, c’est-à-dire partant du fait, non de sa raison.

22La critique de l’apriorisme rime pour Mendelssohn avec la critique de la fondation psychologique de l’esthétique telle que Baumgarten puis Meier, dans leur thématisation du bel esprit, l’ont déployée. L’atteste clairement une remarque dirigée contre l’esthétique comprise en tant que doctrine des pouvoirs sensibles de connaître :

  • 25 Ibid., p. 172. Original, p. 133.

« On ne doit pas croire qu’il suffit d’étudier la nature des facultés inférieures pour parvenir à des conséquences qui puissent servir de principes féconds dans tous les arts. Ce fil conducteur ne mène pas loin25. »

  • 26 Mendelssohn, Betrachtungen über die Quellen (cf. note 9), pp. 231-232.
  • 27 Voir à cet égard Jean École, par exemple dans son avant-propos au Discursus preliminaris de Christi (...)

23Si on rapproche ce passage d’autres affirmations de Mendelssohn, on constate qu’il ne s’agit pas de refuser une fondation psychologique à l’esthétique. Les Betrachtungen de 1757 dérivent la notion de plaisir pris à la perfection de la nature de l’âme, a priori donc. Cependant, elles ne tardent pas à rappeler que cela est confirmé par l’expérience psychologique, au sens courant du terme, c’est-à-dire par l’attention que chacun peut prêter à ses divers états de conscience. La réflexion ne peut épuiser tout ce qui relève de l’âme, et même l’expérience ne le peut guère26. L’analyse ne sera jamais entièrement réalisée pour un esprit fini. Peu importe, réflexion et expérience, preuves a priori et a posteriori devront célébrer leurs noces, le connubium rationis et experimentiae déjà cher à Wolff27, pour produire, autant qu’il est en elles, une esthétique destinée à s’améliorer sans cesse.

  • 28 Sur ces notions baumgartnériennes, cf. Stefanie Buchenau, Alexander Gottlieb Baumgarten, in : Aux s (...)
  • 29 Cf. Uwe Möller, Rhetorische Überlieferung und Dichtungstheorie im frühen acht-zehnten Jahrhundert. (...)

24Reste à se demander si le reproche adressé aux fondateurs de l’esthétique est justifié. En fait, il faut, en la matière, discerner deux aspects. En premier lieu, il est vrai que de l’examen a priori des pouvoirs de l’âme ne peut pas découler ce que l’expérience commune livre à chacun mais seulement ce pourquoi cette expérience commune, à saisir tout extérieurement, n’est pas dans l’impossibilité de s’annoncer à la conscience. Toutefois, en second lieu, les réprimandes de Mendelssohn se montrent bien vite unilatérales. Il n’est que de considérer la notion-carrefour de « bel esprit » pour se rendre compte que la fondation de l’esthétique par Baumgarten et Meier n’est pas uniquement psychologique mais également logique. Lui sont centrales les caractéristiques de la belle pensée : richesse, grandeur, vivacité etc28. La première partie de l’esthétique de Meier, pour ne parler que de lui, est tout entière consacrée à l’inventio, partie classique de la rhétorique29, et se présente conséquemment sous le nom d’heuristique. Assurément, les fondateurs de l’esthétique ont placé la fécondité de leur doctrine ailleurs que le voudrait Mendelssohn. Mais ici, ce n’est pas sous couvert d’apriorisme, mais bien sous couvert de trop grande limitation à la théorie héritée des belles-lettres que le reproche aurait dû être avancé. L’apriorisme dénoncé par Mendelssohn se joue ainsi à un niveau plus global que celui de la fondation psychologique.

  • 30 Cf. Raffaele Ciafardone, avec l’aide de Norbert Hinske et Rainer Specht, Die Philosophie der deutsc (...)
  • 31 Cf. Discours préliminaire (cf. note 8), §§ 126-129, pp. 162-167.

25Cela apparaît très clairement dans le programme, imité des sciences de la nature, que Mendelssohn voudrait voir institué dans le cas de la science du beau. Il est intéressant de souligner le rôle dévolu aux hypothèses dans le compte rendu de l’Auszug meiérien. Mendelssohn, en dégageant une place dans la philosophie aux assomptions, ne rompt pas avec ce qu’on appelle communément le rationalisme. Certes, des penseurs de sensibilité empiriste comme Andreas Rüdiger avaient déjà rappelé le rôle fondamental des hypothèses30. Cependant, en l’occurrence, Mendelssohn ne joue pas la tradition thomasienne contre celle de Wolff, mais applique au contraire, dans le nouveau domaine philosophique qu’est l’esthétique, des acquis déjà consolidés dans le domaine des sciences de la nature31. L’acceptation d’hypothèses en vue de l’établissement futur du principe vrai se voit ainsi donner un domaine inédit d’application :

  • 32 J.-P. Meier, L’Esthétique de Moses Mendelssohn (1729-1786) (cf. note 5), p. 175. Original, p. 134.

« [I]l faut accepter certaines observations expérimentales, essayer de les expliquer par une hypothèse, confronter ensuite cette hypothèse avec des observations faites dans un domaine tout différent, ne retenir parmi les hypothèses que celles qui se sont vérifiées partout et les accepter comme principes généraux ; il faudra enfin, en esthétique, (…) tenter d’expliquer ces principes par la nature de nos facultés inférieures32. »

26Le va-et-vient entre règle générale et individualité à observer, entre vérité rationnelle et fait empirique, est la voie qui fait espérer à Mendelssohn des progrès significatifs à la doctrine nouvelle de l’esthétique.

  • 33 Ibid.
  • 34 Cf. sur ce point notamment Gabriele Dürbeck, Einbildungskraft und Aufklärung. Perspektiven der Phil (...)
  • 35 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, § 28, pp. 62-65 (rééd., pp. 201-202).
  • 36 Ibid., § 22, pp. 46-48 (rééd., pp. 192-193).

27Commentant le passage cité, J.-P. Meier attribue le mérite à Mendelssohn d’avoir le premier proposé en Allemagne une méthode expérimentale dans le domaine du beau. Dans une note, il nuance certes sa thèse en reconnaissant à Meier une tentative similaire, qui se serait néanmoins cantonnée « à des problèmes psycho-physiologiques, c’est-à-dire mécanistes selon la tradition cartésienne33 ». À vrai dire, il paraît difficile de discriminer aussi nettement entre la science humaine que Mendelssohn aurait appelée de ses vœux et le projet anthropologique meiérien, présent dans nombre de ses écrits, notamment sur celui concernant les mouvements de l’âme34. Ceci est d’autant plus vrai que J.-P. Meier, voyant par trop dans le philosophe de Halle un épigone de Baumgarten, le répétant ou le trahissant, omet de prendre en considération un texte antérieur à celui de Mendelssohn dans lequel des parallèles peuvent être dessinés entre sciences de la nature et esthétique. Le § 28 des Betrachtungen méiériennes opère une dichotomie entre les types de modifications se produisant dans le monde. Elles concernent soit la connaissance, soit le mouvement. L’esthétique est une subdivision de la doctrine de la connaissance. Autrement dit, elle est à une doctrine spéciale de la nature ce que les sciences de la nature en leur entier sont à la théorie de la connaissance35. La relation analogique que Meier institue entre les deux doctrines rappelle la proposition mendelssohnienne qui voulait expliquer les principes esthétiques par nos facultés inférieures de même qu’on explique, en sciences naturelles, les principes spécifiques par la nature des corps et du mouvement. Toutefois, il est vrai que Meier n’est pas disert sur la question de la méthode et qu’il n’aborde nullement la question des assomptions en philosophie. Encore une fois, la fécondité réside pour Meier dans les différents types de beauté de la pensée sensible, par quoi s’ouvre son grand œuvre esthétique36, non dans une quelconque hypothèse.

Les déterminations du Grundsatz

  • 37 Cf. par exemple le compte rendu rédigé par Mendelssohn sur le texte de Meier (cf. note 3), p. 132.
  • 38 L’équivalence principium/Quelle est donnée par Wolff dans un index de sa Métaphysique allemande, Ve (...)
  • 39 Cf. Wolff, Vernünfftige Gedancken von Gott, der Welt und der Seele des Menschen, Halle, 11e éd., 17 (...)
  • 40 Voir par exemple Kant, Kritik der reinen Vernunft, A 106.
  • 41 Cf. Principes de la littérature, livre V, Genève, 1967, pp. 101-110, repris dans La mimesis, textes (...)

28Ainsi que les titres des deux contributions de 1757 l’indiquaient déjà, le point central de la discussion entre Meier et Mendelssohn tourne autour du terme de Grundsatz. Les considérations précédentes, sur le va-et-vient entre observation et vérité de raison, ont déjà fait signe vers ce terme. Il convient maintenant d’explorer ses diverses acceptions, pour déterminer en particulier si les deux auteurs ont réellement parlé de la même chose ou non. Qu’ils aient partagé une posture fondamentale, un Grundansatz, voilà qui est sûr : l’esthétique devait échapper à la frivolité et se faire solide, systématique37. Or une telle solidité n’est atteignable que dès lors qu’il y a une proposition fondamentale organisatrice. Cependant, qu’ils aient eu la même conception du Grundsatz ne va pas de soi et mérite quelque examen. Le premier point à souligner est que le Grundsatz est parfois repris par des termes jugés équivalents, tels que Quelle38 ou (erste) Gründe. Le principe s’entend à la fois comme proposition et comme terme. Wolff lui-même, par exemple dans son ontologie, s’autorisait des jeux de renvoi entre erste Gründe, Satz et Grund39. On ne saurait, dans ces conditions, taxer Meier et Mendelssohn de moindre rigueur. Le second point à mettre en avant est que le Grundsatz se présente également comme règle. Qu’un concept puisse en même temps faire office de règle, c’est ce que Kant a rappelé dans la Kritik der reinen Vernunft40, suivant sans doute en cela Meier. En l’occurrence, il y a jeu sur le concept fondamental, qu’il s’agisse de la perfection, de la connaissance sensible ou de l’imitation, et la règle, le critère du jugement, dans la droite ligne de l’Abbé Batteux, qui présentait lui-même son principe de l’imitation de la belle nature comme la plus haute règle des arts41.

29En résumé, le principe est une proposition simple, la plus générale possible, ce qui explique qu’il puisse se présenter en même temps sous une forme abrégée comme concept. Le principe sert de règle, de critère d’acceptation et de subordination : les autres propositions, plus spéciales, viennent se ranger sous lui pour autant qu’elles n’y répugnent pas.

30Comment expliquer alors que certaines vérités soient dites découler du principe premier, si ce dernier n’exprime qu’une condition négative, qu’une pierre de touche ? Du principe de non-contradiction ne découle aucune vérité composée, aucune vérité empirique du moins. Comment du principe le plus simple des propositions plus composées peuvent-elles jaillir ? En l’occurrence, il faut laisser les mots être des mots et ne pas accorder au principe le statut d’un sujet capable de se déployer par sa propre énergie pour embrasser la totalité, à la manière de l’absolu hégélien. C’est le jugement extérieur qui, à l’aide du principe suprême, ordonnera les propositions en un tableau complet. De là son caractère fructueux : en suppléant la mémoire et la perspicacité de l’esprit jugeant, le tableau systématique des beaux-arts permet qu’on généralise ce qu’on croyait uniquement spécifique ou qu’on voie des connexions en amont de ce qu’on croyait premier.

  • 42 Il est possible de le déterminer grâce au Kant-Index. Band 1 : Stellenindex und Konkordanz zu Georg (...)
  • 43 Cf. Meier, Metaphysik. Erster Teil, Leipzig 1755, § 22, p. 38.
  • 44 Cf. le compte rendu rédigé par Mendelssohn sur le texte de Meier (cf. note 3), p. 132.
  • 45 Cf. par exemple la succession des matières mathématiques dans la Ratio praelectionum de Wolff (Gesa (...)

31Dès lors, il serait inepte de vouloir trancher entre une proposition issue de l’expérience ou une proposition rationnelle, sauf à radicaliser le sens de l’une ou de l’autre. Le Grundsatz n’est pas un axiome, une proposition formelle qui se comprendrait par soi-même. Meier connaît ce sens et l’emploie dans sa Métaphysique, même s’il ne l’emploie jamais dans sa logique42, pour désigner le principe de contradiction43. Toutefois, dans le présent contexte, il serait ridicule de refuser au principe de la belle connaissance, secteur déterminé de l’être, d’être issu d’une abstraction de cette belle connaissance justement. De la même manière, symétriquement, la mention d’une « formule algébrique » par Mendelssohn44 ne doit pas égarer. C’est sur la généralité et la fécondité de l’algèbre que le Berlinois fait fond, sans tourner le dos, de manière incompréhensible, au sol empirique de la connaissance. Il ne faut pas entendre l’algèbre au sens moderne de science des structures, indépendamment de la nature des éléments soumis à des lois. La formule algébrique, sans doute dans la droite ligne de l’enseignement mathématique de Wolff45, vient après les formules arithmétique et géométrique et est le fruit de l’abstraction à partir de celles-ci et de la réflexion sur celles-ci. Le sol de l’expérience est premier et c’est sur lui que s’élève la connaissance rationnelle distincte, partant, en particulier, la position d’un principe.

32L’idée que l’esthétique a besoin d’un fondement rationnel, auquel se ramène la diversité des découvertes locales et qui puisse féconder en retour la recherche sur l’empirie, est ainsi commune aux deux penseurs. La différence tient, comme cela est apparu précédemment, à la détermination de la certitude à accorder au principe. L’heuristique meiérienne pousse le rationalisme jusqu’à se présenter comme somme de vérités assises là où l’esthétique mendelssohnienne demeure mesurée et pense la possibilité que les principes ne soient qu’hypothèses.

  • 46 Voir à cet égard M. Bondeli, Geschmack und Vergnügen in Reinholds Aufklärungskonzept und philosophi (...)

33Meier et Mendelssohn, en essayant de tenir ensemble solidité et systématicité d’un côté, goût et style de l’autre, montrent que le départ classiquement établi depuis Kant entre scientificité d’un côté et philosophie populaire de l’autre ne va pas de soi. Le présent débat esthétique de la Spätaufklärung n’est certes pas un débat uniquement logique et métaphysique, car il serait ridicule de vouloir faire du principe des beaux-arts et des belles-sciences celui de raison suffisante ou de contradiction. Toutefois, il ne se comprend pas entièrement sans la prise en compte de ces dimensions fondamentales de la Schulphilosophie. L’esthétique apparaît en d’autres termes comme une science philosophique au sens plein. L’esthétique n’est pas qu’un appentis à la science, un domaine que la philosophie viendrait reprendre en son sein après s’être hâtée de penser la question de la connaissance et de la morale. La Grundsatzphilosophie n’est pas théorique au sens où elle a pour objet la théorie, le problème de la connaissance, mais au sens où elle est pensée depuis le fondement de ce qui est. Tout système philosophique ne procède pas nécessairement à la manière de Kant. Karl Leonhard Reinhold, grand connaisseur d’esthétique, a d’ailleurs commencé ses recherches sur un premier principe au travers de la question du plaisir, en rapport direct, en outre, avec Mendelssohn46.

  • 47 Cf. par exemple Manfred Frank, « Unendliche Annäherung ». Die Anfänge der philosophischen Frühroman (...)

34Les élèves de Reinhold puis de Fichte à Iéna, lorsqu’ils élèveront leurs doutes sceptiques sur la position d’un premier principe, commenceront par échafauder une théorie esthétique nouvelle. La Grundsatzskepsis de la grande décennie courant de 1790 à 1800 montrera le mouvement inverse du mouvement précédent, non plus d’une réflexion sur l’art à l’ensemble de la philosophie, mais du fondement premier à l’art47. Une fois encore, spéculation et esthétique montreront leur liaison essentielle. Le contenu des doctrines de Meier et de Mendelssohn aura perdu de son actualité, mais le lien qu’ils avaient tissé entre recherche d’un principe et théorie du beau continuera d’exister, ne serait-ce que sur le mode négatif.

Haut de page

Notes

1 Cf. Dominique Bourel, Alexander Gottlieb Baumgarten et Georg Friedrich Meier, in : Popularité de la philosophie, éd. par Denis Thouard et Philippe Beck, Fontenay-aux-Roses, 1995, pp. 89-94 ; D. Bourel, Moses Mendelssohn. La naissance du judaïsme moderne, Paris, 2004, notamment p. 123 sq.

2 Ernst Cassirer, Liberté et forme. L’idée de culture allemande, trad. J. Carro, M. Willmann-Carro et J. Gaubert, Paris, 2001, p. 83 sq.

3 Joseph Schaffrath, Die Philosophie des Georg Friedrich Meier. Ein Beitrag zur Geschichte der Aufklärungsphilosophie, thèse de doctorat de l’Université de Fribourg, Eschweiler, 1940, p. 87. Pour le compte rendu de Mendelssohn, cf. M. Mendelssohn, Compte rendu de : G. F. Meier, Auszug aus den Anfangsgründen aller schönen Künste und Wissenschaften, Halle, 1757 (sic ; en vérité 1758), in : Id., Gesammelte Schriften. Jubiläumsausgabe, éd. par F. Bamberger et alii, Stuttgart, 1971 sq., vol. 4, pp. 196-201, ici p. 197 (1re éd. in : Bibliothek der schönen Wissenschaften und freien Künste, vol. III/1, Leipzig, 1758, pp. 130-138).

4 Cf. Ernst Bergmann, Georg Friedrich Meier als Mitbegründer der deutschen Ästhetik unter Benutzung ungedruckter Quellen, Thèse d’habilitation de l’Université de Leipzig, Leipzig, 1910, pp. 179-180.

5 Jean-Paul Meier, L’Esthétique de Moses Mendelssohn (1729-1786), 2 vol. , Lille/Paris, 1978, p. 167.

6 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, pp. 36-39 (rééd., pp. 187-188). Trad. française par Anne Chalard et Jean-François Goubet in : Aux sources de l’esthétique. Les débuts de l’esthétique philosophique en Allemagne, éd. par Jean-François Goubet et Gérard Raulet, Paris, 2005, pp. 162-164.

7 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, pp. 28-29 (rééd., pp. 182-183).

8 Ceci est un lieu commun de la pensée wolffienne, présent notamment aux chapitres 42-43 du Discours préliminaire sur la philosophie en général (trad. française sous la direction de T. Arnaud, W. Feuerhahn, J.-F. Goubet et J.-M. Rohrbasser, Paris, 2006, pp. 101-103).

9 Mendelssohn, Betrachtungen über die Quellen und die Verbindungen der schönen Künste und Wissenschaften, in : Bibliothek der schönen Wissenschaften und der freyen Künste, premier volume, deuxième partie, Leipzig, 1757, pp. 231-268, ici pp. 239-241.

10 Baumgarten, Metaphysica. Editio VII, Halle, 1779 (reprint: Hildesheim, 1963, p. 27). Merci à D. Bourel de m’avoir, grâce à sa générosité, permis d’accéder à la traduction allemande par Meier de l’ouvrage baumgartnérien.

11 Meier, Anfangsgründe aller schönen Wissenschaften, première partie, Halle, 1754 ; réédition fac-similé : Hildesheim, 1976, § 400, p. 329.

12 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, § 21, pp. 44-47 (rééd., pp. 191-192).

13 Sur cette notion, cf. l’introduction de Jean-Yves Pranchère, A. G. Baumgarten. Esthétique, précédée des Méditations philosophiques sur quelques sujets se rapportant à l’essence du poème et de la Métaphysique, Paris, 1988.

14 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, pp. 39-41 (rééd., p. 189).

15 Cité d’après Jean-Paul Meier, L’Esthétique de Moses Mendelssohn (1729-1786) (cf. note 5), pp. 166-167. Original dans la Bibliothek, 1758, vol. 3, 1re partie, pp. 130-138, ici p. 133.

16 Ibid., p. 87.

17 Trad. Anne Chalard, D.A.T.A., n° 29, février 1999, édité par le C.E.R.P.H.I. de l’ENS Fontenay/Saint-Cloud.

18 Ricardo Pozzo, Georg Friedrich Meiers « Vernunftlehre » : eine historisch-systematische Untersuchung, Stuttgart/Bad Cannstatt, 2000, p. 158.

19 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, pp. 58-59 (rééd., pp. 198-199).

20 Mendelssohn, Betrachtungen über die Quellen (cf. note 9), p. 242, 251 et 263.

21 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, pp. 59-60 (rééd., p. 199).

22 Klaus-Werner Segreff, Moses Mendelssohn und die Aufklärungsästhetik im 18. Jahrhundert, Bonn, 1984, p. 68.

23 Sur le rôle de l’architecture chez Wolff, notamment dans la Psychologia empirica, cf. Jeong-Woo Park, « La pensée esthétique de Christian Wolff », in : Aux sources de l’esthétique (cf. note 6), pp. 57-79.

24 Cité d’après J.-P. Meier, L’Esthétique de Moses Mendelssohn (1729-1786) (cf. note 5), p. 172. Original, p. 135.

25 Ibid., p. 172. Original, p. 133.

26 Mendelssohn, Betrachtungen über die Quellen (cf. note 9), pp. 231-232.

27 Voir à cet égard Jean École, par exemple dans son avant-propos au Discursus preliminaris de Christian Wolff, Gesammelte Werke II, 1.1, Hildesheim, 1983, pp. XLIII-XLIX.

28 Sur ces notions baumgartnériennes, cf. Stefanie Buchenau, Alexander Gottlieb Baumgarten, in : Aux sources de l’esthétique (cf. note 6), pp. 101-114.

29 Cf. Uwe Möller, Rhetorische Überlieferung und Dichtungstheorie im frühen acht-zehnten Jahrhundert. Studien zu Gottsched, Breitinger und Georg Friedrich Meier, Munich, 1983, pp. 83-96.

30 Cf. Raffaele Ciafardone, avec l’aide de Norbert Hinske et Rainer Specht, Die Philosophie der deutschen Aufklärung, Stuttgart, 1990, p. 136 sq.

31 Cf. Discours préliminaire (cf. note 8), §§ 126-129, pp. 162-167.

32 J.-P. Meier, L’Esthétique de Moses Mendelssohn (1729-1786) (cf. note 5), p. 175. Original, p. 134.

33 Ibid.

34 Cf. sur ce point notamment Gabriele Dürbeck, Einbildungskraft und Aufklärung. Perspektiven der Philosophie, Anthropologie und Ästhetik um 1750, Tübingen, 1998, ou, plus récemment H.-J. Kertscher et G. Schenk, Nachwort und Textkommentare, in : G. F. Meier, Frühe Schriften zur ästhetischen Erziehung der Deutschen in 3 Teilen, éd. par H.-J. Kertscher et G. Schenk, vol. 3, Halle, 2002, p. 232).

35 Betrachtungen über den ersten Grundsatz, § 28, pp. 62-65 (rééd., pp. 201-202).

36 Ibid., § 22, pp. 46-48 (rééd., pp. 192-193).

37 Cf. par exemple le compte rendu rédigé par Mendelssohn sur le texte de Meier (cf. note 3), p. 132.

38 L’équivalence principium/Quelle est donnée par Wolff dans un index de sa Métaphysique allemande, Vernünfftige Gedancken von Gott, der Welt und der Seele des Menschen, Halle, 11e éd., 1751, in : Gesammelte Werke, I, 2.2, 2. Reprint Hildesheim, 1997, p. [675].

39 Cf. Wolff, Vernünfftige Gedancken von Gott, der Welt und der Seele des Menschen, Halle, 11e éd., 1751, in: Gesammelte Werke, I, 2.1, 2. Reprint Hildesheim, 1997, p. 6.

40 Voir par exemple Kant, Kritik der reinen Vernunft, A 106.

41 Cf. Principes de la littérature, livre V, Genève, 1967, pp. 101-110, repris dans La mimesis, textes choisis et présentés par A. Gefen, Paris, 2002, pp. 126-128.

42 Il est possible de le déterminer grâce au Kant-Index. Band 1 : Stellenindex und Konkordanz zu George Friedrich Meier « Auszug aus der Vernunftlehre », éd. par Norbert Hinske, H. P. Delfosse et H. Schay, 1986.

43 Cf. Meier, Metaphysik. Erster Teil, Leipzig 1755, § 22, p. 38.

44 Cf. le compte rendu rédigé par Mendelssohn sur le texte de Meier (cf. note 3), p. 132.

45 Cf. par exemple la succession des matières mathématiques dans la Ratio praelectionum de Wolff (Gesammelte Werke II, 36).

46 Voir à cet égard M. Bondeli, Geschmack und Vergnügen in Reinholds Aufklärungskonzept und philosophischem Programm während der Phase der Elementarphilosophie, in : F. Strack, éd., Évolution des Geistes : Jena um 1800, Stuttgart, 1994, pp. 328-349.

47 Cf. par exemple Manfred Frank, « Unendliche Annäherung ». Die Anfänge der philosophischen Frühromantik, Francfort-sur-le-Main, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Goubet, « La discussion entre Meier et Mendelssohn sur les beaux-arts et les belles-lettres », Revue germanique internationale, 4 | 2006, 107-119.

Référence électronique

Jean-François Goubet, « La discussion entre Meier et Mendelssohn sur les beaux-arts et les belles-lettres », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 26 octobre 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/147 ; DOI : 10.4000/rgi.147

Haut de page

Auteur

Jean-François Goubet

Maître de conférences, IUFM du Nord-Pas-de-Calais

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org