Navigation – Plan du site

Gustav Friedrich Waagen et l’institutionnalisation des « trésors de l’art » en Grande-Bretagne

Émilie Oléron Evans
p. 51-64

Résumés

Cet article établit le lien étroit entre le catalogue d’œuvres d’art publié par Gustav Friedrich Waagen en 1837‑1839 dans sa version allemande, Kunstwerke und Künstler in England und Paris et en 1854‑1857 dans une traduction anglaise, Treasures of Art in Great Britain, et les pratiques muséales contemporaines qui se développaient alors en Grande-Bretagne. Waagen était un représentant éminent de la catégorie émergente d’experts en art et le directeur de la Gemäldegalerie de Berlin, ce qui le plaçait à l’épicentre d’un réseau culturel dédié à la diffusion de l’art auprès du public. On note en particulier sa relation intellectuelle très riche avec le peintre Charles Eastlake qui avait pour ambition de faire de la National Gallery fondée à Londres une institution sur le même plan que d’autres musées nationaux à travers l’Europe, et ce sur le modèle allemand. L’une des illustrations les plus frappantes du transfert du « musée imaginaire » créé par Waagen du catalogue à l’institution est l’exposition Art Treasures à Manchester en 1857, conçue pour exalter la fierté de la nation envers son patrimoine artistique mais revendiquant une source d’inspiration internationale.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

Un musée national imaginaire
Exposer les trésors de la nation : la National Gallery
Du livre à l’exposition temporaire : The Art Treasures Exhibition, Manchester, 1857

Aperçu du texte

La pratique de l’exposition d’objets d’art a commencé dès le XVIIIe siècle, mais le musée d’art public, dans lequel on passe véritablement de l’appréciation de l’art à son historicisation, s’est réellement imposé en tant qu’institution au cours du XIXe L’historien d’art allemand Gustav Friedrich Waagen (1794‑1868) incarne une évolution dans laquelle il joue un rôle essentiel de médiation entre les différents courants de pensée européens. Participant au grand mouvement de fondation des musées berlinois, il est animé par la conviction qu’il s’agit là d’une grande institution nationale d’éducation. De 1830 à sa mort, il fut le premier directeur de la Gemäldegalerie à Berlin (conçue d’après les plans de l’architecte Karl Friedrich Schinkel), dont il fit un terrain d’expérimentation des pratiques muséales, malgré de pesantes contraintes imposées par les tendances conservatrices dominantes dans l’État prussien. S’efforçant de donner une orientation scientifique à la gestion du musée, il f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Oléron Evans, « Gustav Friedrich Waagen et l’institutionnalisation des « trésors de l’art » en Grande-Bretagne », Revue germanique internationale, 21 | 2015, 51-64.

Référence électronique

Émilie Oléron Evans, « Gustav Friedrich Waagen et l’institutionnalisation des « trésors de l’art » en Grande-Bretagne », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/1513 ; DOI : 10.4000/rgi.1513

Haut de page

Auteur

Émilie Oléron Evans

Docteur en études germaniques, chargée d’enseignement à l’Université Paris III-Sorbonne nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org