Navigation – Plan du site

Présentation : la science à l’échelle internationale

Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn
p. 5-15

Texte intégral

1Au milieu du xixe siècle se développent de nouveaux lieux de savoir : les congrès internationaux. En quelques décennies, ils vont connaître une fortune considérable, s’étendant rapidement à tous les domaines scientifiques. Les congrès restent aujourd’hui un élément important de la vie et de la communication scientifiques, mais s’ils conservent souvent une part de gigantisme, avec de multiples sections organisées en parallèle, on a peine à se représenter combien, dans la période de leur création et de leur développement, chacun d’eux faisait événement. Placé sous le patronage de personnages illustres, rois ou ministres par exemple, ils accaparaient littéralement la ville qui les accueillait, surtout si celle-ci était de taille moyenne. Les congressistes investissaient les lieux par leurs réunions, mais aussi par leurs excursions touristiques, par les manifestations culturelles organisées en lien avec le thème de leur réunion, ou encore en sollicitant les habitants pour être hébergés. La presse locale relatait chaque jour le déroulement du congrès et parfois même la foule venait acclamer les participants sur leur passage. L’effet de masse était encore accentué lorsque le congrès était organisé en relation avec une autre manifestation : exposition (chaque exposition universelle avait ainsi sa cohorte de congrès scientifiques), commémoration…

  • 1  En 1890, louant les talents d’entrepreneur scientifique du théologien Adolf Harnack, l’historien T (...)

2Les rencontres entre savants de diverses nationalités existaient certes déjà auparavant, mais l’innovation qu’apportent les congrès dans la seconde moitié du xixe siècle est bien une question d’échelle. En leur sein, ce ne sont plus quelques individus isolés qui se rassemblent, mais un nombre considérable de savants (et, dans certains cas, d’amateurs) ayant en commun un même objet scientifique. Si tous les représentants du domaine concerné n’y assistent pas, les congrès attirent en règle générale une proportion très importante de leur communauté, issue qui plus est de tous les pays du monde où elle compte des membres. Par là-même, cette communauté se transforme : désormais, les savants n’ont plus seulement l’occasion de se lire ou de réagir par écrit à leurs travaux respectifs dans des correspondances privées ou des organes publics comme les revues, mais peuvent aussi débattre collectivement et de vive voix des sujets qui les occupent. Ce qui jusqu’à présent était possible au mieux à l’échelon national – par le biais notamment des académies – acquiert ainsi une dimension beaucoup plus vaste. D’une certaine manière, les congrès se font ainsi l’écho des transformations de la vie moderne : professionnalisation du savoir, amélioration et accélération drastique des transports, démultiplication des vecteurs d’information. À l’époque où la science se pratique « à l’échelle industrielle »1, les congrès constituent de véritables fabriques internationales du savoir.

  • 2  Brigitte Schroeder-Gudehus, Deutsche Wissenschaft und internationale Zusammenarbeit. Ein Beitrag z (...)

3Les congrès internationaux méritent donc qu’on s’y intéresse non seulement pour les mines d’informations qu’offrent sur les différentes sciences leurs imposants volumes d’actes, mais aussi pour eux-mêmes. La forme « congrès » demande d’autant plus à être examinée dans le détail qu’elle était conçue comme une véritable institution : du « congrès » entendu comme organe permanent, doté de statuts très détaillés, émanaient les « congrès » entendus comme les réunions organisées successivement. Cette continuité institutionnelle et cette rigueur administrative – indispensables, sans doute, pour organiser des événements à l’échelle internationale – se traduisent de manière heureuse pour l’historien par une pléthore de documents venant éclairer leur fonctionnement. Dans les actes mêmes des congrès figurent en général la liste des inscrits, celle des membres honorifiques, celle des intervenants (parfois avec des statistiques), le montant des souscriptions, la composition du comité d’organisation, la lettre des nombreuses communications faites au congrès, le compte rendu des banquets, excursions et autres manifestations annexes… La masse de données ne se prête pas facilement à la synthèse. Ceci explique peut-être que rares sont les chercheurs à avoir exploré le thème des congrès de manière systématique. Ces quelques travaux fondateurs sont, au demeurant, fort éclairants2. Mais ils n’ont pas entraîné un courant de recherches sur le long terme et continuent à faire figure d’exceptions. Les congrès et leurs volumes d’actes restent majoritairement considérés comme de simples sources primaires de connaissance.

4La forme « congrès » ne met pas seulement en jeu des pratiques sociales, mais a aussi un impact sur la structuration à la fois institutionnelle et intellectuelle des domaines concernés, accompagnant ou influençant le processus de leur disciplinarisation. L’observation de protocoles, l’élaboration d’un programme organisé, le vote de motions, les débats en temps réels et surtout l’internationalisme des rencontres impliquaient une nécessaire réflexivité sur la science pratiquée. Les effets à long terme, au-delà du temps du congrès, demandent naturellement à être évalués car, de retour dans leurs pays, les participants étaient ou non à même de transposer dans le contexte national ce qui avait été pensé au niveau international. Les structures déjà existantes, la position des gouvernements, l’attitude des collègues qui n’avaient pas assisté au congrès, tout ceci venait pondérer les innovations éventuelles. Mais à l’échelle des congressistes au moins – et comme nous le disions plus haut, ils représentaient souvent une large proportion de leur discipline – les échanges entendus ou réalisés au cours du congrès avaient fait leur chemin. Les choix présidant à la délimitation du champ thématique ou géographique du congrès, au découpage en sections, le nombre variable de ces dernières en fonction de l’augmentation des connaissances et des connexions établies entre elles, tous ces éléments mettaient en jeu une véritable cartographie du savoir, parfois à nouveau débattue ou réaménagée lors même du congrès.

5L’extension géographique de la communication scientifique dans le cadre des congrès ne doit pas laisser penser que ceux-ci auraient aboli les frontières comme par magie. À l’âge de l’affirmation des États-nations, leur histoire témoigne bien au contraire de la forte prégnance du facteur national. Une véritable compétition internationale pour la suprématie scientifique prend forme au xixe siècle et les congrès sont perçus comme des arguments de poids dans ces luttes. Le choix du pays hôte fait ainsi l’objet de grandes rivalités et chaque comité national d’organisation met un point d’honneur à faire mieux que le comité organisateur du congrès précédent. La pompe qui régit les congrès depuis les discours d’ouverture jusqu’aux réceptions de clôture doit asseoir la conviction des participants qu’ils se trouvent dans une capitale de la science. Pour souligner leur centralité, les états prennent l’habitude de publier, à l’occasion des congrès officiels organisés en lien avec une exposition universelle notamment, des documents sur les gloires nationales de la science. Ceci renforce en retour la conviction qu’existent des manières nationales d’appréhender les disciplines scientifiques. Chaque pays est en outre invité à déléguer des représentants officiels et cette tâche est prise très au sérieux par les gouvernements, soucieux de prouver la présence de leur nation sur le terrain scientifique concerné et de mesurer sa place sur l’échelle internationale.

  • 3  Trésor de la langue française, vol. V, Paris, CNRS éditions, 1977, p. 1332.
  • 4  Député suppléant aux États généraux (1789), général de brigade (1796), général de division (1799), (...)
  • 5  Sans pouvoir déterminer son premier usage au sens scientifique en allemand, le mot « Kongreß » est (...)
  • 6  Voyage de La Pérouse autour du monde, rédigé par M. L. A. Milet-Mureau, Paris, de l’Imprimerie de (...)
  • 7  Op. cit., p. XXIII. Les premiers congrès internationaux eurent lieu un an après la publication de (...)

6De manière générale, un discours réaliste sur les congrès scientifiques internationaux ne peut faire l’économie d’interroger la place occupée par le politique. Comme en témoigne l’histoire des usages du mot « congrès », ce type de réunions s’est d’ailleurs développé en premier lieu sur le plan politique. En français, le terme désigne à partir de 1692 une « réunion de ministres pour régler les question internationales »3. Ce n’est qu’un siècle plus tard (1797) que Louis-Antoine Destouff, baron de Milet-Moreau (1751 ?-1825), lui-même homme politique4, l’applique au domaine scientifique5. Dans sa préface au Voyage de La Pérouse autour du monde, Destouff observe que les progrès de l’astronomie ont permis l’exploration plus poussée du globe et le perfectionnement de la géographie, et il suggère le « congrès » comme moyen d’accélérer ce processus : « Ces moyens pourraient être combinés dans une sorte de congrès formé par des agents des principales puissances maritimes qui voudraient participer à la gloire d’une telle entreprise6. » L’expression « une sorte de congrès » indique déjà qu’il s’agirait là d’une transposition, opérée à partir du champ politique. Ceci est confirmé par la manière dont Destouff présente le principe de ces futurs congrès. Il propose en effet de procéder dans les affaires scientifiques comme en diplomatie. Les savants réunis en congrès (astronomes, hydrographes, marins) auraient à répertorier sous forme de tableaux toutes les parties du globe où il reste des découvertes à faire, ainsi que les caractéristiques climatiques des deux hémisphères. Puis, à l’instar des congrès diplomatiques fixant les frontières entre pays voisins, « pour éviter que plusieurs de leurs projets ne tendissent au même but, on diviserait entre les puissances maritimes d’Europe, la totalité des découvertes à faire, eu égard aux possessions et établissements qui peuvent leur rendre ces entreprises respectivement plus faciles »7. Une telle division internationale du travail implique de bout en bout un fort engagement des gouvernements, auxquels il appartient de provoquer les recherches, de choisir les savants de talent et de publier les découvertes. L’implication très forte des dirigeants et des gouvernements des pays hôtes comme des pays pourvoyeurs de savants dans l’organisation des congrès se situe dans le prolongement de cette logique.

7En réunissant des représentants d’une même discipline issus de divers pays, les congrès ne mettent pas seulement en jeu l’honneur et le prestige scientifique des différentes nations, mais cherchent aussi à rehausser la visibilité de la discipline en question par un effet de masse et d’affichage. Le caractère ostentatoire des congrès, leur faste, leur ampleur, ont pour objectif de mettre en scène l’importance d’une discipline, de prouver à ceux qui la prendraient pour un hobby pratiqué par un cénacle qu’elle a une pleine utilité sociale et intéresse un grand nombre de personnes. Le patronage politique et l’envoi de délégations officielles sont toujours un signe de réussite de cette stratégie car ils obligent les gouvernements à s’intéresser à la discipline. Les organisateurs en escomptent notamment des bénéfices budgétaires et un soutien à leurs entreprises futures. La recherche de l’équilibre financier du congrès lui-même pousse les organisateurs à recruter un public nombreux qui dépasse le cercle des spécialistes mais ce faisant, le but est aussi d’intéresser le plus grand nombre aux recherches en cours, de faire exister celles-ci dans la société, en quelque sorte.

8Mais, précisément en raison de cette ouverture au grand public, les organisateurs et les membres des congrès sont finalement amenés à s’interroger sur la finalité de ces manifestations et la compatibilité entre revendication de scientificité et intérêt du plus grand nombre. Cette interrogation peut avoir des impacts sur le choix des thèmes dès lors qu’il faut assurer l’équilibre entre ceux que l’on pense porteurs, attractifs, et ceux qui sont plus confidentiels et plus spécialisés. Dans tous les cas les congrès ne peuvent échapper à la dimension mondaine. Elle leur est consubstantielle dans la mesure où leur intérêt principal réside dans la communication directe entre savants – certains d’entre eux affirment même tirer davantage profit des échanges informels au cours des pauses et des banquets que des exposés du programme officiel. On trouve aussi des témoignages critiquant ces lieux où la science ne se fait pas, mais contemple ses acquis.

9On le voit, par leur forme et leur fonctionnement, les congrès appellent une approche articulant aspects institutionnels, politiques et épistémologiques car ces trois niveaux sont intimement liés. Le présent numéro se veut ainsi une contribution supplémentaire à l’histoire intellectuelle telle que la promeut la Revue germanique internationale, à savoir une histoire qui d’une part ne fasse pas l’impasse sur le contexte d’élaboration des idées, et qui d’autre part fasse expressément droit aux ressorts interculturels de la vie intellectuelle. Si l’interculturalité ne peut être mieux observée que lorsqu’on est en présence des vecteurs concrets des transferts de savoirs, les congrès scientifiques internationaux sont un support de premier choix. Mais si une revue dédiée au monde germanique accueille un numéro tel que celui-ci, c’est aussi parce que, dans la période étudiée (1865-1945), l’Allemagne est au cœur du sujet. Sa prédominance scientifique durant tout le xixe siècle, perçue comme telle dès cette époque en Allemagne-même mais aussi à l’étranger en fait un acteur central de la vie des congrès. Les savants allemands sont désireux de peser sur la physionomie de ces réunions et se perçoivent fréquemment comme des contrôleurs des méthodes et du niveau scientifique. De manière plus ou moins explicite, les congressistes des autres pays prennent pour leur part largement position par rapport à ce que l’on nomme alors « la science allemande » ; une tendance qui sera radicalisée après la Première Guerre mondiale. Si organiser un congrès est une façon pour les pays d’accueil de se profiler comme forces scientifiques, au xixe siècle et plus encore dans l’Entre-deux-guerres l’internationalisation se veut souvent un frein à la domination allemande.

10Un autre fait notable documenté par l’histoire des congrès scientifiques internationaux est l’émergence des états-Unis comme puissance intellectuelle. Longtemps freinés dans leur développement scientifique par la question des transports vers et depuis l’Europe, ils rattrapent leur retard avec l’essor des liaisons maritimes transocéaniques, puis, surtout, l’affaiblissement de la puissance intellectuelle de l’Europe et l’isolement de l’Allemagne qui résultent de la Première Guerre mondiale. Quant aux autres continents, il faudra encore longtemps avant qu’ils ne soient intégrés dans le circuit des congrès. Ni l’Afrique, ni l’Asie, ni l’Océanie ne s’imposent comme lieux de congrès, et ces continents ne fournissent que peu de congressistes. L’Asie est essentiellement représentée par le Japon qui mène alors une politique volontariste d’ouverture à l’Occident, et par l’Inde où le gouvernement britannique dispose de relais. L’Amérique du Sud fait entendre sa voix surtout via les congrès d’américanistes, c’est-à-dire ceux qui la concernent directement. La norme reste le système académique occidental et les pays qui ont d’autres traditions savantes et ne disposent pas, par exemple, d’universités, se trouvent largement exclus.

  • 8  Destouff évoque le choix d’un méridien commun, de la division décimale ou encore d’un étalon pour (...)
  • 9  Voir l’article de Marie-Claire Robic dans ce volume.
  • 10  Voir l’article de Heinrich Dilly dans ce volume.
  • 11  Voir l’article de Marc-Antoine Kaeser dans ce volume.
  • 12  Voir l’article d’Anne-Marie Décaillot dans ce volume.

11Au sein même de ces limites non négligeables, dans quelle mesure le caractère international revendiqué par les congrès a-t-il favorisé l’émergence de nouvelles formes de savoir ? Les discours de légitimation produits par les organisateurs de congrès soulignent à l’envi que les congrès internationaux réalisent l’essence de la science, c’est-à-dire son caractère intrinsèquement universel. Certes, le fait même que le terme « international » se substitue à celui d’« universel » renvoie à nouveau à la prégnance du fait national. Mais par certains aspects, les congrès ont indéniablement cherché des moyens de surmonter les différences nationales et de standardiser et normaliser les outils disciplinaires – poursuivant ainsi l’esprit qui avait animé Destouff8. Les géographes créent par exemple en 1891 une commission pour établir une carte du monde à échelle unique9, tandis que les historiens de l’art s’entendent sur la publication d’un Repertorium für Kunstgeschichte (Répertoire de l’histoire de l’art, 1876 à 1932) censé prolonger la communication internationale initiée par le congrès par des comptes rendus des parutions récentes10. Le caractère international a aussi pu conduire au primat de paradigmes scientifiques universalistes. Les congrès d’archéologie préhistorique ont été fondés notamment pour promouvoir l’approche évolutionniste contre le culturalisme particulariste des philologues11. Les congrès internationaux ont en outre permis à certains théoriciens de faire valoir leurs travaux et ainsi de surmonter les oppositions qu’ils rencontraient dans leurs propres pays : c’est le cas de Georg Cantor qui ne parvenait pas à faire reconnaître en Allemagne sa théorie des nombres transfinis12. L’internationalisme apparaît alors comme un recours ou un arbitre face aux conflits entre écoles intra-nationales.

  • 13  Voir : Union des associations internationales, Les congrès internationaux de 1681 à 1899. Liste co (...)

12Au vu des multiples disciplines représentées dans les congrès, le présent volume ne saurait viser à l’exhaustivité. Les listes des congrès organisés depuis le milieu du xixe siècle donnent d’ailleurs le tournis13. Les contributions rassemblées ici dégagent néanmoins un certain nombre de lignes de forces. En abordant les congrès sous l’angle disciplinaire, nombre d’entre elles thématisent la question du rapport de ces réunions scientifiques avec le processus de disciplinarisation scientifique. L’archéologie préhistorique, l’américanisme, l’histoire des religions ou de l’art existent d’abord comme spécialités dans le cadre des congrès avant de disposer de chaires universitaires, et les congrès apparaissent alors comme un vecteur de disciplinarisation. D’un autre côté, les parentés durables entre certaines disciplines ou certains domaines de savoirs font que des savants participent à plusieurs types de congrès (par exemple, ceux des historiens et ceux des byzantinistes, ou ceux des orientalistes et ceux des archéologues). Cela vaut en particulier dans le cas des sciences de l’homme ; les mathématiques ou la physique sont naturellement moins concernées par ces problématiques. Dans un mouvement de clôture, les congrès délimitent la discipline en définissant celles et ceux qui peuvent ou non y participer. Mais ils se distinguent aussi par leur ambition de rassembler une fois encore les diverses options et les divers sous-champs de la discipline qui tendent à s’individualiser, voire à s’émanciper du tronc commun. Le retour à une perspective d’ensemble est donc aussi primordial et vient nuancer l’équation souvent posée entre professionnalisation/modernisation et disciplinarisation. C’est pourquoi il était important de mettre en résonance à la fois les congrès relevant de disciplines variées, et les différents congrès au sein d’une même discipline, avec tout ce que leur succession comporte de réajustements et redéfinitions.

  • 14  Éric Brian a consacré deux articles aux congrès de statistiques dont le premier eut lieu en 1853 : (...)

13Après les statisticiens14, les préhistoriens et archéologues sont parmi les premiers à organiser des congrès scientifiques internationaux. Marc-Antoine Kaeser montre que leur initiative répond à des objectifs multiples et articulés : il s’agit à la fois d’institutionnaliser une nouvelle discipline, de prendre bonne distance vis-à-vis du discrédit qui pèse sur la philologie antiquaire, de promouvoir les méthodes empruntées à l’anthropologie évolutionniste et enfin d’affirmer un matérialisme antireligieux. Mais si ces stratégies évoquent un mouvement de professionnalisation, ce ne sont pas les promoteurs des congrès internationaux qui opérèrent l’institutionnalisation universitaire de la préhistoire, réalisée finalement à un échelon national, en écho aux politiques patrimoniales nationalistes. Il n’est pas très étonnant que les géographes qui se posent de façon centrale la question des frontières, des territoires, des spécificités locales et des phénomènes universels aient été également prompts (dès 1871) à organiser des congrès internationaux dans leur discipline. Marie-Claire Robic montre néanmoins que le poids des traditions et écoles nationales est tel que la définition d’un concept – comme paysage ou Landschaft par exemple – doit fréquemment être reportée faute de consensus sur le sens à lui attribuer. Les transferts culturels ne se situent alors pas là où on les attend : il en va moins des communications de connaissances et de méthodes entre chercheurs de nationalités différentes, que de l’impact du lieu géographique du congrès sur les thèmes abordés. Le choix du lieu détermine le sujet phare du congrès ; il influence aussi directement la production de connaissances car les congressistes géographes engagent en général une exploration du pays hôte.

14Organisés à chaque fois dans des lieux pionniers des études orientales, ou emblématiques du rapport de l’Occident à l’Orient, les congrès internationaux des orientalistes qui prennent place à partir de 1873 sont également marqués par la ville ou le pays qui les accueille. Mais ils se distinguent surtout par leur caractère interculturel fortement revendiqué, lié tant à la rencontre de savants de différents pays qu’au travail sur des aires culturelles variées. Une interculturalité dont il convient toutefois d’interroger les limites. Si les orientalistes prétendent faire converger leurs recherches vers une quête commune de l’histoire de l’humanité, les orgueils nationaux (exacerbés par l’expansion coloniale) d’une part, l’hésitation sur la place à accorder aux Orientaux dans les congrès d’autre part, viennent relativiser la portée de cet objectif consensuel. Des débats où les Allemands s’érigent volontiers en arbitres du fait de leur domination scientifique sur la discipline et de leur engagement moindre dans la course aux colonies. Nés d’une scission d’avec les congrès d’orientalisme, les congrès d’américanisme confirment que ces disciplines qui interrogent l’humanité procèdent en même temps à son découpage conceptuel. Christine Laurière souligne toutefois que, par rapport à la philologie orientaliste, l’enjeu pour l’américanisme est surtout d’arriver à exister comme discipline alors qu’il n’est pas encore implanté dans les universités. La division passe moins entre les nations qu’entre les amateurs et les professionnels, comme le montre la volonté de reléguer au second plan des questions considérées comme spéculatives (origine des Amérindiens…). Toutefois l’affirmation d’écoles française, allemande, états-unienne, espagnole ou mexicaine se partageant l’organisation des congrès témoigne de la prégnance des identités scientifiques nationales. Ces écoles entravent la détermination de thématiques et d’approches communes et c’est paradoxalement plutôt autour de l’idéal internationaliste lui-même (sans cesse à défendre) que se retrouvent les américanistes.

15Même si le partage entre disciplines se précise à l’époque, l’orientalisme et l’américanisme montrent bien que certaines d’entre elles abordent des questions délibérément transversales et continuent à infuser des domaines connexes, notamment la science des religions naissante. Celle-ci dispose pourtant de ses propres congrès dès la fin du xixe siècle. Arie L. Molendijk étudie les riches débats épistémologiques du tournant du siècle en montrant, à travers l’histoire de ses congrès, que la science des religions a aussi dû se construire par rapport à la théologie et au dialogue interreligieux, avec lesquels elle entretenait des relations complexes. Ceci se traduit notamment dans le paradoxe suivant : l’organisation des congrès d’histoire des religions est par bien des aspects calquée sur des modèles religieux, voire bibliques, alors même qu’ils se veulent les vecteurs d’une pratique scientifique autonome de la théologie.

16En dépit du caractère monumental et spectaculaire des congrès, qu’illustre parfaitement le Parlement mondial des religions organisé à Chicago en 1893 et qu’analyse A. L. Molendijk, l’œuvre produite par les congrès reste souvent dans une zone d’ombre. Les congrès d’histoire de l’art en offrent un bon exemple. Heinrich Dilly s’interroge sur le fait qu’ils n’ont jamais comporté de section dévolue à leur propre histoire, alors même que les historiens de l’art portent une grande attention à la genèse des textes classiques de leur discipline et que plusieurs de ces derniers (notamment la fameuse analyse iconologique du palais Schifanoia de Ferrare par Aby Warburg) ont précisément été produits dans le cadre de congrès. Dans le cas d’Aby Warburg, l’histoire des congrès met à mal le mythe du savant génial et prouve que ses innovations héritaient en fait directement des échanges intellectuels occasionnés par les congrès. Mais la situation inverse est aussi vraie : Anne-Marie Décaillot montre que les congrès internationaux de mathématiques doivent leur existence à l’activisme de Georg Cantor qui cherchait un forum (et notamment un soutien français) susceptible de faire admettre ses thèses au monde académique allemand.

  • 15  Voir Anne Rasmussen, op. cit., vol. 1, p. 25.

17Le début du xxe siècle correspond à une nouvelle vague d’expansion des congrès internationaux. Entre 1885 et 1894, 89 sessions de congrès scientifiques avaient été organisées ; entre 1905 et 1914, on en dénombre 17015. Ils semblent donc devenir la norme de la communication savante. Or, leur multiplication entraîne bien plutôt leur forte remise en question. Elle apparaît comme le symptôme d’une spécialisation outrancière, d’une perte de la vision d’ensemble des connaissances ; elle est aussi critiquée comme le signe que les congrès répondraient à un effet de mode et succomberaient à leur côté mondain. Ainsi, dans un contexte de rivalité internationale et pour ne pas faire pâle figure après les trente-deux congrès scientifiques officiels tenus dans le cadre de l’exposition universelle de Paris en 1900, les organisateurs du Congress of Arts and Science de Saint Louis (1904) opèrent une vaste critique de l’émiettement disciplinaire, et répondent à l’hyperspécialisation par la mise en place d’un congrès ayant vocation à dévoiler l’unité de la science (Wolf Feuerhahn). Cette entreprise ne connaît pas de réelle postérité, la tendance à la spécialisation restant largement prédominante. Mais d’autres tentatives de renouvellement voient le jour. Les Conseils Solvay de physique dont Franklin Lambert retrace l’histoire en sont un bon exemple. Toute leur organisation vise à faire en sorte que le savoir y soit non seulement synthétisé, mais aussi créé, grâce à la coopération internationale. Les Conseils Solvay ont ainsi joué un rôle décisif dans la reconnaissance de la physique quantique, qui valait jusqu’alors à son inventeur Max Planck un certain scepticisme en Allemagne.

  • 16  Jürgen von Ungern-Sternberg, Wolfgang von Ungern-Sternberg, Der Aufruf « An die Kulturwelt ! ». Da (...)

18Ces différentes initiatives qui valorisaient tant l’unité de la science que la coopération internationale pesaient malgré tout assez peu face aux grandes machines congressistes disciplinaires, dans lesquelles s’affrontaient bien souvent des écoles nationales. Les congrès d’historiens furent particulièrement marqués par des conflits entre représentants de différentes nations. Leur ancrage initial dans l’histoire diplomatique explique sans doute cette tension jamais dépassée entre science et politique, histoire et mémoire. Gangolf Hübinger, Barbara Picht et Ewa Dabrowska montrent comment, dans la lignée de Theodor Mommsen dont il avait été l’étudiant, l’historien Ettore Pais chercha à importer en Italie les méthodes allemandes de critique des sources et à remettre en cause le mythe de la fondation de Rome par Romulus. Pour les organisateurs du congrès de Rome, ce transfert de savoir était avant tout un affront international : Pais était devenu par trop germanique et n’était plus digne de faire partie du comité organisateur. La Première Guerre mondiale et l’appel de 93 intellectuels allemands « Au monde civilisé ! » (4 octobre 1914) faisant l’apologie du militarisme allemand et niant la responsabilité allemande dans l’ouverture des hostilités ne devaient rien arranger à l’image agressive et dominatrice que les savants des autres nations européennes se faisaient de la science allemande16. C’est d’ailleurs en réaction à cet appel qu’après l’armistice un boycott de la science allemande fut décidé par deux organisations-chapeau qui venaient d’être créées : le Conseil International de Recherches, pour les sciences exactes, et l’Union Académique Internationale, pour les sciences de l’homme. Roswitha Reinbothe en montre les conséquences et l’application variable selon les disciplines scientifiques.

19La Première Guerre mondiale forma ainsi un moment de rupture. La mise à l’écart de l’Allemagne fut déterminante dans la forme que prirent les congrès consécutifs. Agnes Blänsdorf montre combien les congrès des historiens furent encore beaucoup plus marqués par les enjeux politiques que ce n’était déjà le cas avant 1914. Le rapport à l’Allemagne ainsi qu’à l’Union soviétique fut au cœur des débats dès les années 1920 et cela s’accentua encore dans les années 1930. Mais même des disciplines dont l’objet était, a priori, plus éloigné des enjeux politiques immédiats subissaient les mêmes tensions. Sandrine Maufroy en met au jour les conséquences pour les congrès internationaux des byzantinistes. À une époque d’extension du principe des nationalités à l’Europe balkanique, et alors que la Révolution russe remettait en cause la place de l’orthodoxie, ils se trouvèrent finalement au cœur de l’actualité politique et leurs membres durent sans cesse jongler pour trouver une voie médiane entre enjeux nationalistes et défense de l’autonomie de leur champ d’études.

20À travers les congrès internationaux se constitue petit à petit une communauté scientifique à l’échelle du globe. Cette mondialisation est à la fois une force et une faiblesse pour la science. Bien loin de l’effacer, elle fait en effet ressurgir la question des idiosyncrasies nationales, et si elle concrétise l’idée de communauté scientifique internationale, elle en montre aussi les limites. Pris dans le contexte officiel de congrès organisés en lien avec les autorités locales, s’exprimant avec la conscience de représenter leur pays d’origine, les savants qui participaient à ces rencontres et qui voulaient le plus souvent réellement promouvoir l’internationalisme scientifique ne pouvaient totalement échapper aux enjeux politiques, ni à la caractérisation nationale de leur entreprise scientifique. Cette ambiguïté se manifesta en particulier à l’occasion des conflits mondiaux. Les savants furent parmi les plus engagés au maintien de la concorde internationale et plusieurs grandes figures du monde scientifique voulurent faire des congrès des étendards de l’internationalisme. La science fut toutefois impuissante à contrer les conflits et les congrès se ressentirent fortement de la situation géopolitique. Mais leurs actes recèlent bel et bien des trésors de coopération internationale, au premier rang desquels les nombreuses motions votées collectivement par des savants de différentes nations pour initier une recherche nécessitant la coopération à grande échelle, ou inciter tel gouvernement à réorienter sa politique scientifique. L’histoire des congrès ouvre ainsi une nouvelle piste à l’histoire interculturelle de la science, en suggérant par exemple de répertorier ces projets internationaux et d’analyser les vecteurs concrets de leur mise en œuvre.

Haut de page

Notes

1  En 1890, louant les talents d’entrepreneur scientifique du théologien Adolf Harnack, l’historien Theodor Mommsen soulignait qu’à l’âge de la grande industrie (Großindustrie), il fallait promouvoir une nouvelle pratique scientifique (Großwissenschaft) où les savants ne travailleraient plus seuls, mais à plus grande échelle, sous la direction d’un seul (Theodor Mommsen, « Antwort an Harnack, 3. Juli 1890 », in : Theodor Mommsen, Reden und Aufsätze, Berlin, Weidmann, 1905, Berlin, (p. 208-210), p. 209). Quinze années plus tard, Harnack publia un article programmatique intitulé : « De la science à l’échelle industrielle » (Adolf Harnack, « Vom Großbetrieb der Wissenschaft », in : Adolf Harnack, Aus Wissenschaft und Leben, A. Töpelmann, Giessen, vol. 1, 1911, p. 10-20).

2  Brigitte Schroeder-Gudehus, Deutsche Wissenschaft und internationale Zusammenarbeit. Ein Beitrag zum Studium kultureller Beziehungen in politischen Krisenzeiten, thèse de l’Université de Genève, Institut universitaire des hautes études internationales, 1966 ; Brigitte Schroeder-Gudehus, Les scientifiques et la paix. La communauté scientifique internationale au cours des années 20, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1978 ; Anne Rasmussen, L’internationale scientifique (1890-1914), thèse EHESS, 2 vol. , 1995 ; en France, deux numéros de revue publiés il y a vingt ans ont été consacrés à cette question : le numéro 7/1989 de la revue Mil neuf cent portait sur « Les congrès, lieu de l’échange intellectuel (1850-1914), le numéro 62/1990 de Relations internationales sur « Les congrès scientifiques internationaux ». Voir aussi : Christophe Charle, La République des universitaires 1870-1940, Paris, Seuil, 1994, p. 375-394 ; Eckhardt Fuchs, « Wissenschaft, Kongreßbewegung und Weltausstellungen. Zu den Anfängen der Wissenschaftsinternationale vor dem Ersten Weltkrieg », Comparativ 5-6, 1996, p. 156-177. À ces synthèses, il faut ajouter les nombreuses monographies portant sur des congrès spécifiques. On en trouvera les références dans les articles de ce volume.

3  Trésor de la langue française, vol. V, Paris, CNRS éditions, 1977, p. 1332.

4  Député suppléant aux États généraux (1789), général de brigade (1796), général de division (1799), ministre de la guerre (1799), préfet de la Corrèze (1802-1810) et commissaire au roi en Corse (1814).

5  Sans pouvoir déterminer son premier usage au sens scientifique en allemand, le mot « Kongreß » est au moins utilisé en 1798 par G. C. Lichtenberg dans sa correspondance (Georg Christoph Lichtenberg, Schriften und Briefe, W. Promies (éd.), vol. IV, Munich, Hanser Verlag, 1967, p. 992) pour désigner le « premier congrès international d’astronomes » à Gotha (sur ce congrès, voir note plus bas). Le modèle politique semble ici aussi avoir été dominant : Lichtenberg relate que rapidement les princes allemands commencèrent à considérer le congrès comme « purement politique ». En anglais, l’usage scientifique serait beaucoup plus récent : 1861 selon The Oxford English Dictionary, vol. III, Oxford, Clarendon Press, 21989, p. 731.

6  Voyage de La Pérouse autour du monde, rédigé par M. L. A. Milet-Mureau, Paris, de l’Imprimerie de la République, An V/1797, t. 1, p. XXII.

7  Op. cit., p. XXIII. Les premiers congrès internationaux eurent lieu un an après la publication de la préface de Destouff. Voir Peter Brosche, « Gotha 1798. Vorder- und Hintergründe des ersten Astronomen-Kongresses », Photorin : Mitteilungen der Lichtenberg-Gesellschaft 5, 1982, p. 38-59 ; Maurice P. Crosland, « The Congress on Definitive Metric Standards, 1798/99 : The First International Scientific Congress ? », Isis 60, 1969, p. 226-231. Toutefois, on ne peut parler de vague congressiste avant le milieu du xixe siècle.

8  Destouff évoque le choix d’un méridien commun, de la division décimale ou encore d’un étalon pour les poids et mesures (op. cit.,p. XXIX-XXXII). Marie-Claire Robic rappelle dans ce volume que le méridien origine de Greenwich n’a été accepté par la France qu’en 1911, preuve s’il en était, des susceptibilités nationales en matière de normes internationales.

9  Voir l’article de Marie-Claire Robic dans ce volume.

10  Voir l’article de Heinrich Dilly dans ce volume.

11  Voir l’article de Marc-Antoine Kaeser dans ce volume.

12  Voir l’article d’Anne-Marie Décaillot dans ce volume.

13  Voir : Union des associations internationales, Les congrès internationaux de 1681 à 1899. Liste complète, Bruxelles, 1960 ; Union des associations internationales, Les congrès internationaux de 1900 à 1919. Liste complète, Bruxelles, 1960.

14  Éric Brian a consacré deux articles aux congrès de statistiques dont le premier eut lieu en 1853 : Éric Brian, « Y a-t-il un objet Congrès ? Le cas du congrès international de statistique (1853-1876) », Mil neuf cent. Cahiers Georges Sorel. Revue d’histoire intellectuelle 7, 1989, p. 9-22 ; Éric Brian, « Transactions statistiques au xixe siècle. Mouvements internationaux de capitaux symboliques », Actes de la recherche en sciences sociales 145, 2002, p. 34-46.

15  Voir Anne Rasmussen, op. cit., vol. 1, p. 25.

16  Jürgen von Ungern-Sternberg, Wolfgang von Ungern-Sternberg, Der Aufruf « An die Kulturwelt ! ». Das Manifest der 93 und die Anfänge der Kriegspropaganda im Ersten Weltkrieg, Stuttgart, Franz Steiner, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn, « Présentation : la science à l’échelle internationale », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/246

Haut de page

Auteurs

Pascale Rabault-Feuerhahn

Chercheur au CNRS (UMR 8547, Pays germaniques), Paris.

Articles du même auteur

Wolf Feuerhahn

Chercheur au CNRS (UMR 8560, Centre Alexandre Koyré), Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page