Navigation – Plan du site

Une science universelle, ou « éminemment nationale » ? Les congrès internationaux de préhistoire (1865-1912)

Marc-Antoine Kaeser
p. 17-31

Résumés

Fondé en 1865 par quelques représentants d’un courant naturaliste, le Congrès international d’archéologie et d’anthropologie préhistoriques (CIAAP) a représenté une véritable arme de combat scientifique, qui a joué un rôle capital dans l’affirmation de la préhistoire – plusieurs décennies avant l’institutionnalisation du domaine de recherche à l’échelle nationale. L’internationalisation des débats servait en effet à disqualifier les approches culturalistes de la tradition antiquaire, défendues notamment dans les pays nordiques et germaniques : par la mise en place de cadres de référence universels, il favorisait la défense et l’illustration des nouvelles méthodes d’une préhistoire évolutionniste. Pourtant, le CIAAP offrait au développement de la préhistoire un boulevard qui débouchait sur un cul-de sac ; avec le triomphe du paradigme évolutionniste et le désistement de ses principaux partisans, la recherche s’enlise dans une « science normale » désormais dépourvue de réelles aspirations cognitives. En définitive, c’est la remise en question de l’évolutionnisme dans les sciences de l’homme, au tournant du siècle, qui permettra à la préhistoire de sortir de cette impasse. Ainsi, c’est en Allemagne, par une sorte de retour aux traditions antiquaires, qu’on assistera enfin, un demi-siècle après l’institutionnalisation garantie par le CIAAP, à la consécration académique qui formait la dernière étape du processus de confirmation disciplinaire – mais sur des bases « ethnicistes » très éloignées des idéaux internationalistes des fondateurs du CIAAP.

Haut de page

Texte intégral

Avant-propos : une disciplinarisation très tardive

  • 1 Cf. Marc-Antoine Kaeser, « The First Establishment of Prehistoric Science. The Shortcomings of Auto (...)

1Dès la fin des années 1850, les études préhistoriques connaissent un puissant essor. Or leur consécration académique n’intervient que près d’un siècle plus tard : la disciplinarisation effective de ce domaine de recherche s’avère singulièrement tardive1.

  • 2 Cf. Johan Callmer et al., op. cit. À noter néanmoins deux créations antérieures, sans réels effets (...)

2Ainsi, alors que les outils méthodologiques sont définis avant le milieu du xixe siècle, alors que les cadres épistémologiques sont établis dès avant 1860, la première chaire durable spécifiquement dédiée à la préhistoire n’est créée qu’en 1902, à l’Université Humboldt de Berlin ; par la suite, il faudra encore attendre plusieurs décennies pour assister à l’ancrage progressif de la préhistoire dans les universités allemandes d’abord, puis dans le reste de l’Europe2. Avec cette chaire de deutsche Vorgeschichte confiée à Gustaf Kossinna, la « science allemande » semble donc avoir fait œuvre pionnière : dans les autres pays, il n’existait alors même pas encore de sociétés savantes spécifiquement dédiées aux études préhistoriques ; la France, où avaient pourtant été effectuées les principales découvertes et où la préhistoire était pratiquée par des milliers d’amateurs, ne s’était dotée d’une association nationale (la Société préhistorique française) qu’en 1904.

3De fait, sous des intitulés très divers, les institutions engagées dans les études préhistoriques ont longtemps associé cet objet de recherche à d’autres préoccupations, qui touchaient à l’histoire régionale, aux sciences naturelles, à l’anthropologie ou aux « antiquités nationales ».

Introduction

  • 3 Cf. Arnaud Hurel, Amélie Vialet, « Les congrès internationaux d’anthropologie et d’archéologie préh (...)

4La création en 1865 du « Congrès paléoethnologique international » visait précisément à résoudre l’éclatement des études préhistoriques, que ses fondateurs jugeaient préjudiciable à la rigueur, à la cohérence et à l’efficacité des recherches. Rebaptisé congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques (CIAAP) lors de sa deuxième session, cet organe s’est parfaitement acquitté de sa fonction, comme en témoignent notamment les épais volumes d’actes publiés à l’issue des réunions tenues, jusqu’aux déchirements de la Première Guerre mondiale, dans de nombreuses métropoles européennes (Neuchâtel 1866 ; Paris 1867 ; Norwich/Londres 1868 ; Copenhague 1869 ; Bologne 1871 ; Bruxelles 1872 ; Stockholm 1874 ; Budapest 1876 ; Lisbonne 1880 ; Paris 1889 ; Moscou 1892 ; Paris 1900 ; Monaco 1906 ; Genève 1912)3.

  • 4 Henri Hubert, « Congrès d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques », Revue de synthèse histor (...)

5A priori, l’espacement croissant des sessions semble témoigner d’un enthousiasme déclinant : alors que les huit premières furent presque organisées à un rythme annuel, les six suivantes s’échelonnèrent sur plus de trente ans. Ce ralentissement traduit pourtant, à double titre, le succès du congrès : à chaque réunion, la manifestation prenait plus d’ampleur et exigeait des délais de préparation toujours plus importants. De plus, comme l’indique le témoignage d’un participant4, ces réussites démontraient en quelque sorte l’accomplissement du projet : on estimait que les réunions étaient moins utiles, car le CIAAP avait rempli son office.

  • 5 Cf. Nathalie Richard, « Gabriel de Mortillet, 1821-1898 », in : Tim Murray (éd.), Encyclopedia of A (...)

6En somme, c’est donc à l’échelle internationale que s’est opérée l’institutionnalisation de la préhistoire. Cet état de fait s’avère d’autant plus surprenant qu’en vérité, la fondation du CIAAP ne procédait pas d’un courant largement porté au sein de la communauté scientifique. Pour l’essentiel, il s’agit en effet de l’œuvre personnelle de deux savants, l’un français, l’autre suisse (d’origine allemande) : Gabriel de Mortillet (1821-1898) et Édouard Desor (1811-1882)5.

  • 6 Cette analyse se base en particulier sur le journal personnel et la correspondance d’Édouard Desor (...)

7À cet égard, il est utile d’envisager les aléas de la création de cette institution, dont les modalités révèlent le caractère circonstanciel. Car le CIAAP représentait une véritable arme de combat scientifique, où l’internationalisme revendiqué jouait un rôle instrumental. Néanmoins, comme on le verra, cet internationalisme était parfaitement congruent avec l’épistémologie de la science préhistorique, telle que la concevaient les fondateurs de l’institution6.

Les fondateurs

  • 7 Cf. Marc-Antoine Kaeser, Les Lacustres : Archéologie et mythe national, Lausanne, Presses polytechn (...)

8Professeur de géologie à l’Académie de Neuchâtel, réputé pour ses études sur les glaciers, ses recherches paléontologiques et certains travaux de géologie quaternaire, Desor était également un politicien radical influent, bien inséré dans les sphères économiques et doté d’un puissant réseau de relations internationales. Entraîné dans la recherche préhistorique par les premières découvertes de stations littorales à la fin des années 1850, il avait embrassé ce nouveau terrain d’étude en s’attelant d’emblée à la mise en évidence du caractère supranational de cette « civilisation lacustre » que la plupart de ses confrères tenaient pour une spécificité helvétique7. Activant ses contacts étrangers, il avait ainsi lancé des prospections fructueuses sur les rives des lacs de Savoie, d’Italie et d’Allemagne.

  • 8 Cf. Michael Hammond, « Anthropology as a weapon of social combat in late-nineteenth-century France  (...)

9C’est à cette occasion qu’il avait noué, dès 1860, des liens étroits avec Mortillet, alors réfugié en Italie en raison des ses activités politiques d’extrême-gauche. Géologue et philosophe matérialiste, ce dernier était comme Desor un nouveau converti de la préhistoire ; pour lui, cette archéologie des origines devait permettre de révéler le destin d’une humanité libérée des dogmes religieux8.

  • 9 Mortillet est donc étroitement lié aux trois premières institutions fondatrices de l’archéologie pr (...)

10Tirant parti de la détente libérale du Second Empire en 1863, Desor avait usé de ses relations pour favoriser le retour de Mortillet à Paris : celui-ci saurait y imposer les méthodes et les visées de la nouvelle science, contre l’orthodoxie de l’Académie des sciences, de la Société géologique et de l’« establishment » universitaire. De fait, Mortillet s’assurera bientôt un puissant ascendant sur la préhistoire française, par la création de la première revue spécialisée (les Matériaux pour l’histoire de l’homme) puis par un poste au Musée des Antiquités nationales – le premier musée spécifiquement dédié aux vestiges de l’humanité primitive, des origines jusqu’à la Guerre des Gaules9.

De l’Exposition universelle au congrès scientifique

11Dans sa conception comme dans son exécution, le projet du CIAAP est étroitement lié à l’Exposition universelle de Paris, en préparation pour 1867. Ayant pu constater l’intérêt suscité par quelques petites expositions de préhistoire qu’il avait mises sur pied en Suisse, Desor souhaitait en effet faire réunir à Paris les principales collections préhistoriques d’Europe et d’Outre-mer : à ses yeux, une telle exposition était susceptible de familiariser le public avec ces matériaux encore méconnus, et permettrait de gagner l’opinion publique à la cause de ces recherches dont les enseignements étaient encore souvent réprouvés.

  • 10 Sur les relations entre les congrès internationaux et les Expositions universelles, cf. Anne Rasmus (...)

12Mais en raison de l’importance scientifique primordiale de l’examen des matériaux, cette exposition présenterait également un grand intérêt pour les chercheurs, qui n’allaient pas manquer de converger à Paris ; il serait alors possible de profiter de leur présence pour réunir un grand congrès scientifique, qui devait constituer la première session d’une manifestation vouée à se perpétuer10.

13Venant de Desor, une telle idée ne surprend guère. Grand amateur de congrès, de colloques et de réunions scientifiques informelles, amphitryon d’une sorte d’académie d’été qu’il avait organisée dans sa résidence secondaire, dans le Jura neuchâtelois, il savait d’ailleurs s’y distinguer par son esprit de synthèse et son entregent.

Un projet dédaigné… ou trop convoité

14Engagées lors d’un séjour à Paris au printemps 1865, les premières démarches de Desor ne rencontrent guère d’écho. À l’exception notable de Mortillet, qui se montre enthousiaste, ses interlocuteurs manifestent de grandes réticences : ceux qui ne s’opposent pas au principe de l’autonomisation des études préhistoriques jugent son initiative prématurée.

  • 11 Cf. Lettres de Quatrefages à Desor, 16.06.1865 (BPUN), 12.07.1865, de Desor à Mortillet, 18.06.1865 (...)

15Chez certains, toutefois, l’idée allait faire son chemin : Armand de Quatrefages, professeur d’anthropologie au Muséum et membre influent de l’Institut, tentera ainsi de s’approprier le projet, mais en lui donnant une forme, une orientation et une portée singulièrement différentes. Pour l’exposition, il s’agissait désormais de présenter des collections non plus archéologiques, mais ethnographiques ; et ces matériaux ne formaient plus qu’un « prétexte » pour rassembler à Paris des spécimens vivants de toutes les races humaines. Grâce au soutien personnel du Ministre de la Marine, l’appui de la Société de géographie était déjà acquis à ce projet, qui n’avait plus rien de proprement préhistorique. De plus, la manifestation internationale souhaitée par Desor était désormais placée sous la coupe du gouvernement impérial, celui-ci « convoquant », selon les termes de Quatrefages, « les anthropologistes de tout [sic] pays »11.

  • 12 Cf. Nathalie Richard, Inventer la préhistoire : Les débuts de l’archéologie préhistorique en France(...)

16 À de multiples égards, l’attitude de Quatrefages est révélatrice des obstacles qu’affrontaient alors les études préhistoriques : revendiquées tout à la fois par des géologues, des paléontologues, des anthropologues, des ethnographes et des géographes (sans parler des historiens, des linguistes et des théologiens), elles peinaient à faire reconnaître leur spécificité. Et malgré l’accueil favorable des travaux de Boucher de Perthes sur l’« homme antédiluvien », la préhistoire pâtissait encore de l’hostilité d’Elie de Beaumont, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences, face à ces « doctrines » qu’il était si difficile de concilier avec les enseignements bibliques12.

17Pour Desor et Mortillet, les manigances de Quatrefages soulignaient la pertinence du projet original. Mais pour le conduire à terme, il s’avérait impossible de se reposer sur les instances officielles françaises engagées dans la préparation de l’Exposition universelle. Dans cette perspective, les deux savants allaient s’appuyer sur des réseaux alternatifs, en Italie et en Suisse.

Des manœuvres savantes

  • 13 Lettre à Louis Favre, 18.09.1866 (AEN).

18Le 25 août 1866, un groupe de savants suisses et étrangers réunis dans une auberge de campagne, près de Neuchâtel, constituent, une fois servis d’absinthe et de vermouth, le Bureau du congrès international de préhistoire agendé pour l’année suivante à Paris : la plupart des membres élus le sont in absentia. Jubilant in petto du fait accompli imposé aux institutions académiques françaises et aux autorités de l’Exposition universelle, Desor allait confier sarcastiquement à un ami que « quelques-uns […] ont peut-être trouvé ce mode de nomination […] ultra-démocratique. Il leur a été répondu que c’était comme cela dans les Républiques. Et pourquoi pas, pourvu que la Science progresse13 ! »

  • 14 Celui-ci jouera un rôle notable dans la fondation en 1876 du congrès international de géologie : cf (...)
  • 15 Emilio Cornalia, Antonio Stoppani, « Acte de fondation du congrès antéhistorique international », M (...)

19Pour aboutir à leurs fins, Desor et Mortillet avaient en effet orchestré, depuis plus d’un an, de complexes manœuvres d’esquive et de court-circuitage. Lors de la réunion annuelle de la Société helvétique des sciences naturelles, en août 1865, à Genève, Desor avait obtenu que le siège tournant de la réunion suivante soit attribué à Neuchâtel. Compte tenu de son rôle au sein du comité d’organisation, il avait ainsi pu décréter la création d’une section « anté-historique ». Peu après, Mortillet avait inscrit la discussion de thèmes anté-historiques à l’ordre du jour d’une réunion de la Société italienne des sciences naturelles prévue à La Spezia le mois suivant, en septembre 1865. Sur place, en concertation avec son ami Giovanni Capellini14, président du bureau et partisan des études préhistoriques, Mortillet avait fait voter l’organisation d’un « Congrès paléoethnologique international ». Sur l’acte de fondation aussitôt dressé, le bureau de la Société italienne avait arrêté Neuchâtel pour siège de la première réunion, dont la présidence avait évidemment été confiée à Desor, précisant déjà qu’il serait « à désirer que la seconde se tienne à Paris, pendant l’Exposition universelle de 1867 »15. La section antéhistorique de la réunion de la Société helvétique était ainsi commuée en première réunion du congrès international de préhistoire.

20En l’espèce, Desor et Mortillet avaient habilement tiré avantage de la marginalité – réelle ou apparente – de ces deux sociétés savantes nationales. Caractérisée par ses structures très démocratiques, l’auguste Société helvétique des sciences naturelles jouissait en effet d’une solide réputation dans les milieux scientifiques européens. Attirant chaque année un puissant contingent d’hôtes étrangers, ses réunions offraient le gage d’une grande autorité au plan international. Pour le coup de force de Mortillet, en revanche, la modeste Société italienne était plus appropriée. Sur ce terrain familier et avec l’appui décisif de Capellini, Mortillet pouvait aisément évaluer les forces en présence : hors d’Italie, seuls ou presque les lecteurs de ses Matériaux devaient avoir eu connaissance de la réunion de La Spezia…

Le congrès international de préhistoire : un succès

  • 16 Des débats dont la vigueur est d’ailleurs mal rendue dans les comptes rendus, comme en témoigne leu (...)

21Sans entrer dans l’analyse du déroulement des réunions successives, on peut affirmer que le CIAAP a été une réussite, tant du point de vue de la fréquentation que de la productivité des débats16. Et malgré les déséquilibres statistiques dans la provenance des membres, la large distribution des sièges des sessions atteste de son caractère réellement international.

22Paradoxalement, l’importance des distances à parcourir semble même avoir accéléré la diffusion de l’information : les savants les plus modestes confiaient la présentation de leurs recherches à quelque confrère mieux loti, ce qui leur offrait un prétexte utile pour la divulgation de travaux longtemps conduits en solitaire. Rapprochant les chercheurs en des lieux où ceux-ci n’avaient que peu de repères, de telles réunions suscitèrent la naissance de réelles camaraderies : les délibérations pouvaient se prolonger durant les repas et le voyage de retour, puis dans de longs échanges épistolaires. Par la diffusion d’un sentiment d’appartenance réciproque, les congrès internationaux de préhistoire ont ainsi favorisé la constitution d’une véritable communauté scientifique, réunie autour d’un même objet de savoir.

23Dans l’ensemble, le CIAAP a donc permis l’adoption de règles partagées, tout en établissant une hiérarchie interne qui ne respectait pas nécessairement les titres académiques : il a ainsi largement contribué à l’affirmation du domaine de recherche préhistorique.

Une « Internationale » savante ?

  • 17 Lettre de Charles Martins à Carl Vogt, 20.10.1865, à propos de la fondation du CIAAP à La Spezia (c (...)
  • 18 A. Coudereau, « Bulletin », La Pensée nouvelle, 1/17, 1867 (p. 129-131), p. 131.

24À en juger par les déclarations de ses membres et les toasts « à la République et aux États-Unis d’Europe »17, le caractère international du CIAAP se fondait sur des motifs idéaux, qui invoquaient l’universalisme démocratique de la science – et en particulier de la science préhistorique, que ses partisans plaçaient volontiers à l’avant-garde de la lutte contre l’obscurantisme clérical. L’organe libre-penseur La Pensée nouvelle rendait ainsi compte d’un banquet organisé à Paris à l’issue de la réunion de 1867, à Paris : « Au nom de la science cosmopolite […], des bravos enthousiastes accueillirent à vingt reprises les mots de fraternité et de liberté. La science n’a qu’une patrie, l’humanité18. »

25Les tensions internationales n’allaient pourtant pas manquer de franchir l’enceinte du CIAAP. La réunion de Bologne, en automne 1871, trahit ainsi la fragilité de ces aspirations cosmopolites : les Français s’y rendirent en masse afin de démontrer qu’en dépit de la défaite militaire, la « science française » n’avait pas capitulé ; en réaction, la plupart des savants allemands se résolurent à un boycott silencieux. Et s’ils témoignent de l’authenticité des idéaux de fraternité savante, les rapprochements crispés auxquels on assistera montrent aussi la difficulté à les mettre en œuvre.

  • 19 Noël Coye, Noëlle Provenzano, « Un octobre émilien : Palethnologie et sentiment national au lendema (...)
  • 20 Lettre à Léo Lesquereux, 06.11.1869 (AEN).

26À diverses reprises, ces réunions servirent même la promotion des causes nationales : à Bologne19, Copenhague et Stockholm en particulier, les organisateurs exploitèrent cette tribune pour afficher leur patriotisme et proclamer la légitimité des revendications nationales. Dans une lettre à un ami américain, Desor relevait ainsi que la session de Copenhague (en 1869, soit peu après l’annexion des duchés danois par la Prusse) « n’était pas seulement une réunion scientifique ; c’était une véritable fête nationale et en même temps une protestation à la face de l’Europe contre les violences et les excès de la force brutale20 ».

  • 21 À cet égard, nous récusons toutefois l’essentialisme nationaliste dénoncé par de nombreux analystes (...)
  • 22 À ce propos, cf. Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe, xviiie-xxe siècl (...)

27Bien sûr, le nationalisme orienta également les programmes de recherche, poussant en particulier les préhistoriens à démontrer la haute antiquité de certaines spécificités nationales21. Pourtant, ce nationalisme-ci ne heurtait pas le modèle cosmopolite : il manifestait simplement la fierté de pouvoir entrer de plain-pied dans le grand concert des nations22.

L’internationalisme instrumentalisé

  • 23 Nathalie Richard, « La naissance de la préhistoire », in : Claude Blanckaert et al. (éds.), Nature, (...)
  • 24 Claude Blanckaert, « L’Avancement de l’anthropologie. Activisme et paradoxes de la 11e section de l (...)

28Dans les années 1860, les partisans des études préhistoriques souffraient d’une marginalité qui n’était pas seulement institutionnelle, mais également scientifique. Si certains jouissaient, à un autre titre (géologie, botanique, paléontologie, etc.), d’un statut savant confortable, la plupart d’entre eux avaient précisément saisi ce nouvel objet de recherche pour y gagner un certain capital culturel23. Pour arriver à leurs fins, il leur fallait donc assurer la respectabilité de la préhistoire en s’appuyant sur le prestige d’institutions propres. De ce point de vue, la consécration internationale présentait des attraits notables. Chaque réunion du CIAAP donnait ainsi lieu à d’intenses échanges de titres honorifiques ; avec cette sanction, chacun pouvait à son retour se prévaloir de la respectabilité gagnée à l’étranger24.

  • 25 Ulrike Sommer, « The International Congress of Prehistoric Archaeology and Anthropology, and German (...)

29Ce pervertissement de l’internationalisme interroge le caractère proprement international du CIAAP. De fait, au fil des réunions, la « délégation » française n’est invariablement dépassée, numériquement, que par les membres du pays hôte ; l’appareil permanent de l’institution accueillera aussi toujours une forte proportion de savants français, qui réussirent même, en 1871, à imposer réglementairement l’usage exclusif de leur langue aux séances25.

30Ces éléments ne permettent pourtant pas de désigner le CIAAP comme une sorte de « multinationale française » : ce déséquilibre procédait d’une réelle suprématie hexagonale dans la recherche. On observe d’ailleurs que les stratégies internationalistes de positionnement national s’appliquaient également pour leurs confrères étrangers, en particulier dans les « petits » pays faiblement dotés au plan scientifique. Mais si les Français devaient échapper au poids d’institutions puissantes et conservatrices, leurs collègues danois, belges, italiens, portugais, etc., y trouvaient plutôt un substitut à l’absence de soutiens nationaux. Comblant ainsi les complexes d’infériorité indigènes, il leur était possible de démontrer, à usage interne, la possibilité d’une recherche scientifique nationale de niveau international.

  • 26 Cf. Noël Coye, Noëlle Provenzano, op. cit., p. 6.

31De fait, les organisateurs des réunions du CIAAP pouvaient compter sur le soutien empressé des plus hautes autorités – jusqu’aux têtes couronnées – qui, pour s’afficher en protectrices des sciences, prodiguaient festins, titres et médailles à ces savants étrangers qui leur faisaient l’honneur de leur présence. À cet égard, on notera que les excursions et les visites de musées ne servaient pas qu’à instruire les membres : elles visaient aussi à consacrer les sites et les collections par la ratification de la communauté internationale. Ces promenades en plein air permettaient d’ailleurs d’exhiber le cortège des savants : en montrant la science à l’œuvre, on participait à l’édification du peuple26.

Une épuration stratégique : dissuader les antiquaires

32L’internationalisation des instances d’institutionnalisation répondait encore à un motif stratégique : l’invalidation d’un pan entier de la recherche sur le passé obscur de l’humanité, que défendaient les antiquaires, une nébuleuse d’érudits issus généralement des études classiques et particulièrement bien ancrés dans les provinces (notamment dans les contrées nordiques et germaniques).

33Ces érudits, qui était mus par une curiosité empreinte de sensibilité romantique pour l’obscur, l’oublié et le mystérieux, des « origines de la Nation » jusqu’au Moyen Âge, n’accordaient pas de valeur cognitive spécifique aux vestiges matériels. Pour eux, le récit primait l’objet : les témoins archéologiques devaient s’inscrire dans un cadre explicatif de nature historique. À cet effet, ils faisaient donc appel à des enseignements puisés à d’autres sources : l’histoire érudite, les textes sacrés, l’ethnographie, le folklore et les traditions populaires, la mythologie et la linguistique.

  • 27 Edouard Desor, « Compte rendu de la réunion à Neuchâtel (Suisse) du congrès international Paléoethn (...)
  • 28 Cf. Alain Schnapp, La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Carré, 1993, p. 321 (...)
  • 29 Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques. Compte rendu de la 2e sessio (...)

34La démarche des préhistoriens était radicalement différente. En s’inscrivant de manière ostentatoire dans le champ des sciences naturelles, ils estimaient que l’examen des vestiges archéologiques devait précisément s’abstraire des illusions du discours historique. Comme l’avait affirmé Desor dans son discours d’ouverture du congrès de Neuchâtel : « il convient d’appliquer ici d’autres méthodes que dans le domaine de l’histoire et de l’archéologie proprement dites27 » : la typologie, la stratigraphie et la technologie28. En 1867, le président de la première séance de la réunion suivante allait exprimer l’autorité exclusive des vestiges matériels de manière encore plus lapidaire : « Une hache, c’est un homme. Interrogeons donc les haches29. »

  • 30 C’est du reste cette incapacité foncière à faire éclater le carcan de la chronologie biblique qui i (...)

35Les antiquaires n’étaient cependant guère conscients de la spécificité des recherches « positives » des préhistoriens. Eux-mêmes recouraient à l’occasion aux enseignements des sciences physiques et naturelles. Mais leur paradigme historiciste les empêchait de s’ouvrir à l’inconnu, notamment sur la question de l’« homme fossile », puisque les textes et les traditions n’en évoquaient pas même la possibilité30. En somme, si dans l’absolu, ces deux approches étaient très dissemblables, leur perception n’était pas aussi tranchée. Dans la pratique, de nombreux amateurs amalgamaient ainsi les deux démarches – expliquant, par exemple, une succession stratigraphique par les invasions respectives de peuples réputés avoir traversé la contrée, ou émaillant une analyse typologique de considérations empruntées aux traditions populaires.

36Aux yeux des préhistoriens, il fallait donc s’affranchir de l’influence des antiquaires pour assurer la cohérence méthodologique de la recherche. En vérité, c’est cet objectif que l’échelle internationale permettait d’atteindre : le CIAAP a servi, en quelque sorte, à débarrasser la préhistoire des approches antiquaires. Celles-ci trouvaient en effet leur finalité dans la mise en évidence de spécificités ethniques : là où les préhistoriens cherchaient des changements dans la dimension temporelle, les antiquaires s’attachaient au contraire à distinguer des permanences dans la dimension géographique. Ceux-ci ne pouvaient par conséquent être séduits par des réunions à vocation universelle, où l’axe temporel supplantait l’axe spatial auquel ils étaient si fortement attachés. En bref, le programme international du CIAAP permettait d’assurer l’autonomisation des études préhistoriques à travers le processus même de l’institutionnalisation.

Le congrès international des antiquaires : un échec programmé

37Paradoxalement, l’initiative de Mortillet et de Desor avait suscité des émules parmi les antiquaires, qui y avaient répondu par la fondation d’un forum analogue : le congrès international d’histoire et d’archéologie. Mais à la différence du CIAAP, qui était doté de structures permanentes, ce congrès antiquaire présentait, au plan formel, un caractère ponctuel, avec des réunions mises sur pied, tour à tour, par les dirigeants de sociétés savantes locales ou nationales ; en fait, il s’agissait donc plutôt d’une manifestation pluri-régionale « tournante », dans la tradition des congrès de naturalistes allemands.

  • 31 Gabriel de Mortillet, « Congrès archéologique international », Matériaux pour l’histoire de l’homme(...)

38Or les difficultés subséquentes de cette institution démontrent l’inadéquation de l’échelle internationale pour la recherche antiquaire. Tenues à Anvers en août 1866 (quelques semaines avant le congrès de préhistoire de Neuchâtel), puis à Bonn en septembre 1868, organisées successivement par l’Académie d’archéologie de Belgique de concert avec la Société française d’archéologie, puis par la Société des antiquaires rhénans, ses deux premières sessions avaient connu un succès mitigé. Les promoteurs des recherches préhistoriques ne leur avaient d’ailleurs accordé qu’une attention dédaigneuse : dans ses Matériaux, Mortillet s’était borné à préciser que « le programme contient diverses questions qui concernent plus ou moins les temps préhistoriques31 ».

  • 32 Lettre à Vischer, 06.06.1869 (AEN).
  • 33 Cf. lettres de Vischer à Desor, 26.04.1871, et de Desor à Capellini, 21.05.1871 (AEN).
  • 34 Cf. lettre de Capellini à Mortillet, 22.04.1871 (MAN). Selon une annotation du 09.04.1870 dans le j (...)
  • 35 Cf. circulaire datée du 18.01.1872, insérée dans la correspondance entre Vischer et Desor (AEN).

39La planification, pour l’été 1869, d’une troisième session à Bâle, en Suisse, sous la présidence du philologue Wilhelm Vischer, allait précipiter la clarification des relations entre les deux congrès. Appelé à revêtir la vice-présidence de la réunion, Desor avait fermement décliné la proposition, signifiant à Vischer qu’il se jugeait absolument incompétent en de telles matières : l’histoire lui était étrangère, et il n’avait touché à l’archéologie que par le truchement de la géologie et de la paléontologie32… Du fait de la carence d’inscriptions, cette réunion avait finalement dû être reportée ; Vischer s’était même résolu à proposer aux responsables du CIAAP une fusion des deux institutions33. Traitée avec condescendance, la proposition ne sera évidemment pas agréée. Au contraire : informés d’un second report du congrès de Bâle, en raison de la guerre franco-prussienne, les organisateurs du CIAAP décidèrent pour leur part de ne pas renvoyer leur session de Bologne, afin, précisément, d’écraser cette concurrence potentielle34 – un calcul payant, sanctionné par le sabordage du congrès des antiquaires35.

40En somme, ce congrès international d’histoire et d’archéologie ne répondait pas à un besoin épistémologique. Animé notamment par une aspiration au rapprochement franco-germanique, il avait même vu le jour en dépit des caractéristiques de la recherche antiquaire, et ne devait son existence qu’au souffle généreux de l’internationalisme savant. Avec la résurgence des antagonismes nationaux, il ne pouvait survivre à l’ébranlement des idéaux de fraternité scientifique.

La préhistoire évolutionniste : une épistémologie universaliste

41Comme on l’aura compris, il en allait très différemment du CIAAP. Ici, l’internationalisation s’inscrivait étroitement dans l’épistémologie de la nouvelle science, puisque ses méthodes plaçaient immanquablement les problématiques sur un plan comparatif. Ainsi, les étapes locales mises en évidence par la stratigraphie ne prenaient signification que dans le cadre explicatif de la comparaison typologique, par l’association ou la distinction de mobiliers de provenances diverses. Enfin, la technologie exigeait la confrontation des matériaux archéologiques – entre eux, ou plus fréquemment (en vertu d’un actualisme étendu aux sciences de l’homme) avec des matériaux et des pratiques révélés par l’ethnographie.

  • 36 Terme désignant les formes variables prises par un même phénomène en différents lieux, que l’archéo (...)

42Mais ce n’est pas tout. Car s’ils se distinguaient des antiquaires par la démarche et par les méthodes appliquées, les préhistoriens poursuivaient également un autre objectif, dont la réalisation exigeait, fondamentalement, l’adoption d’une échelle internationale. Ils cherchaient en effet à établir, dans une perspective évolutionniste, des « lois » générales, des règles universelles du développement de l’humanité. Là où les antiquaires s’attachaient, par des monographies locales, à souligner certaines permanences diachroniques par-delà les vicissitudes de l’histoire, Mortillet et ses collègues tiraient parti du comparatisme pour établir l’uniformité de l’évolution humaine, par-delà ses différents « faciès »36. Pour eux, la filiation des cultures s’apparentait donc en quelque sorte à l’évolution des espèces. Certes, les différents stades s’étaient succédé, selon les lieux, à des vitesses inégales : ainsi, les « primitifs » du xixe siècle s’attardaient-ils encore dans l’âge de la Pierre. Mais le processus était invariable : le cadre universel démontrait le caractère nécessaire du progrès de la civilisation. Car l’évolutionnisme des préhistoriens radicaux s’appuyait sur un présupposé matérialiste, où l’identification de l’évolution technologique pouvait être étendue aux domaines physique, intellectuel et moral.

Conclusion : une voie nécessaire pour l’institutionnalisation de la préhistoire

43L’affirmation de la science préhistorique, dans le courant des années 1860, ne correspond aucunement au schéma prétendument « classique » de la spécialisation croissante des disciplines. Fondée de toutes pièces à partir d’une problématique qui réunissait des savants venus d’horizons très divers, la préhistoire s’est formée « d’en bas », en quelque sorte. Dans ces circonstances, le processus d’institutionnalisation devait immanquablement passer par des intrigues complexes, pour affranchir la recherche de la tutelle des disciplines touchées par le « séparatisme » des préhistoriens.

  • 37 Cf. Claude Blanckaert, « Fondements disciplinaires ».
  • 38 Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1983. Son concept de pa (...)

44La fondation du CIAAP offre donc un bon exemple de l’articulation des aspects cognitifs et sociaux dans le processus d’institutionnalisation37. Si le projet et sa réalisation paraissent étroitement liés aux profils personnels des maîtres d’œuvre, leur démarche permettait en effet d’assurer simultanément l’autonomie du domaine d’étude et l’utilisation optimale des méthodes agréées par l’épistémologie en vigueur. Cette institution allait même avoir des conséquences capitales pour l’avenir de la préhistoire, à court et moyen terme, puisqu’il inscrivait son développement dans le cadre de cette doctrine évolutionniste qui a constitué son premier paradigme38.

Épilogue : une entrave pour la confirmation disciplinaire ?

45À la vérité, cette brusque autonomisation du domaine de recherche à l’échelle internationale semble cependant avoir eu un impact préjudiciable pour la confirmation proprement disciplinaire de la science préhistorique : en termes provocateurs, on pourrait dire que le CIAAP offrait à la préhistoire un boulevard qui débouchait sur un cul-de-sac.

46Dès les années 1870, on observe en effet un engagement déclinant de ses membres auparavant les plus enthousiastes. Pour ces derniers, la reconnaissance du domaine de recherche et le triomphe du paradigme évolutionniste représentaient un aboutissement : une fois acquise la démonstration du progrès des civilisations humaines, la poursuite des études en préhistoire ne présentait plus d’intérêt majeur – d’autant plus que le développement de la recherche commençait à mettre en évidence les « anomalies » (au sens kuhnien) du paradigme évolutionniste. Pour la plupart, ces professionnels de la science abandonneront ainsi la poursuite du processus de disciplinarisation, pour se consacrer à nouveau en priorité à leurs disciplines « d’origine » (géologie, botanique, paléontologie, etc.).

  • 39 Rudolf Virchow, « Les changements dans les problèmes du congrès international d’archéologie et d’an (...)

47En apparence, la désaffection des pionniers militants de l’évolutionnisme culturel ne semble pas avoir particulièrement affaibli la recherche. Au contraire : au cours des trois dernières décennies du xixe siècle, le nombre de chercheurs et de publications connaît même une croissance exponentielle ; c’est du reste de cette époque que datent les acquis typologiques qui forment, aujourd’hui encore, les références de base de l’archéologie préhistorique. D’une certaine manière, pourtant, ces travaux frappent par leur ambiguïté épistémologique : leurs auteurs ont consenti des efforts considérables à l’établissement de faits qu’ils ordonnaient en conformité avec la doctrine évolutionniste, mais sans en tirer parti au plan cognitif. Face à la multiplication des « anomalies » du paradigme, ils pratiquaient en somme la « science normale » : conscients des lacunes du système mais embarrassés du point de vue théorique, ils avaient largement renoncé aux aspirations interprétatives, pour se réfugier dans des études positives39.

48En définitive, c’est la remise en question de l’évolutionnisme dans les sciences de l’homme, au tournant du siècle, qui permettra à la préhistoire de sortir de cette impasse. Le culturalisme défendu par Franz Boas et ses émules permettait enfin d’interroger les « anomalies » attestées dans les études préhistoriques. Dégagées des références universelles inhérentes à l’évolutionnisme, ces perspectives conféraient une nouvelle pertinence aux cadres plus locaux – tant sur les plans épistémologique qu’organisationnel. Dotées désormais d’une légitimité qui leur avait été déniée auparavant, les vocations régionalistes purent alors s’exprimer de manière plus visible, ce qui entraîna la création, du début du xxe siècle, de la plupart des sociétés nationales faîtières de préhistoire. Bien relayées au plan social, pourvues d’arguments idéologiques en phase avec les préoccupations politiques de l’époque, celles-ci purent aisément défendre auprès des autorités la nécessité d’une meilleure prise en compte juridique et administrative du patrimoine préhistorique. Mais en cette matière, les lois et les règlements ne pouvaient suffire : il fallait encore former les corps d’agents de l’état auxquels reviendrait la gestion de ce patrimoine. En bref et schématiquement, c’est ainsi que la préhistoire allait entrer de plain-pied dans les programmes universitaires. Des décennies après l’institutionnalisation du domaine d’étude, la préhistoire pouvait enfin, avec la création de chaires académiques propres, atteindre ce statut disciplinaire dont elle avait été privée jusqu’alors.

49Comme on l’aura compris, certains étaient mieux placés que d’autres pour franchir cette dernière étape du processus d’affirmation disciplinaire. Ainsi, dans les pays nordiques et surtout germaniques, où l’universalisme avait toujours rencontré de fortes résistances et où les études antiquaires n’avaient jamais été étouffées par les partisans d’une préhistoire naturaliste, l’archéologie culturaliste pourra s’appuyer sur les courroies de transmission que représentaient les vénérables associations patriotiques de défense des « antiquités nationales » (vaterländische Alterthümer). Au prix des efforts de rigueur méthodologique qu’exigeait leur reconnaissance académique, ces sociétés savantes fondées souvent dans la première moitié du xixe siècle déjà voyaient ainsi leurs aspirations rejoindre l’agenda de la science établie.

  • 40 Gustaf Kossinna, Die deutsche Vorgeschichte, eine hervorragend nationale Wissenschaft, Wurtzbourg, (...)

50Dans un manifeste appelé à faire école, le titulaire de la première chaire d’archéologie préhistorique, le professeur Gustaf Kossinna, pourra dès lors décréter que la préhistoire allemande était « une science éminemment nationale »40

51Or la même année, en 1912, à Genève, le CIAAP tenait sa dernière session. Et au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’Institut international d’anthropologie, qui lui succédera, allait exclure l’Allemagne et ses représentants scientifiques.

Haut de page

Notes

1 Cf. Marc-Antoine Kaeser, « The First Establishment of Prehistoric Science. The Shortcomings of Autonomy », in : Johan Callmer et al. (éds.), Die Anfänge der ur- und frühgeschichtlichen Archäologie als archäologisches Fach (1890-1930) im europäischen Vergleich. Internationale Tagung an der Humboldt-Universität zu Berlin, Rahden, M. Leidorf, 2006, p. 149-160. Nous distinguons trois étapes dans ce processus : avant la consécration disciplinaire, c’est l’affirmation de l’autonomie du domaine de recherche qui succède à la définition de l’objet de recherche ; à ce propos, cf. Serge Reubi, Gentlemen, prolétaires et primitifs. Institutionnalisation, pratiques de collection et choix muséographiques dans l’ethnographie suisse, 1880-1950, Berne, Lang, 2010.

2 Cf. Johan Callmer et al., op. cit. À noter néanmoins deux créations antérieures, sans réels effets disciplinaires : la chaire d’anthropologie préhistorique de Gabriel de Mortillet à l’école d’anthropologie de Paris en 1876 et celle de paletnologia confiée à Luigi Pigorini à l’Université de Rome en 1877 (cf. Renato Peroni, « Die Anfänge der ur- und frühgeschichtlichen Archäologie als akademisches Fach in Italien », in : Johan Callmer et al., op. cit., p. 275-284.

3 Cf. Arnaud Hurel, Amélie Vialet, « Les congrès internationaux d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques (1866-1912) et la question de l’éveil d’une conscience patrimoniale collective », in : Mircea Babes, Marc-Antoine Kaeser (éds.), Archeologists without boundaries : Towards a History of International Archaeological Congresses (1866-2006), Proceedings of the XVth UISPP World Congress (Lisbon, 4-9 september 2006), vol. 46, Oxford, Archaeopress (Bar international Series 2046), p. 33-39.

4 Henri Hubert, « Congrès d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques », Revue de synthèse historique 1, 1900 (p. 219-228). À ce propos, cf. Anne Rasmussen, « Les congrès internationaux liés aux Expositions universelles de Paris (1867-1900) », Mil neuf cent - Revue d’histoire intellectuelle 7, 1989 (p. 23-44), p. 28-30.

5 Cf. Nathalie Richard, « Gabriel de Mortillet, 1821-1898 », in : Tim Murray (éd.), Encyclopedia of Archaeology. The Great Archaeologists, Santa Barbara, ABC Clio, 1999, p. 93-107 ; Marc-Antoine Kaeser, L’Univers du préhistorien : Science, foi et politique dans l’œuvre et la vie d’Édouard Desor (1811-1882), Paris, L’Harmattan, 2004.

6 Cette analyse se base en particulier sur le journal personnel et la correspondance d’Édouard Desor conservés aux Archives de l’état de Neuchâtel (AEN) et à la Bibliothèque Publique et Universitaire de Neuchâtel (BPUN), ainsi que sur la correspondance de Gabriel de Mortillet, au Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (MAN). Pour une présentation plus détaillée, cf. Marc-Antoine Kaeser, « L’internationalisation de la préhistoire, une manœuvre tactique ? Les conséquences épistémologiques de la fondation des congrès internationaux d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques », in : Claude Blanckaert (éd.), Les politiques de l’anthropologie. Discours et pratiques en France, 1860-1940, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 201-230.

7 Cf. Marc-Antoine Kaeser, Les Lacustres : Archéologie et mythe national, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2004.

8 Cf. Michael Hammond, « Anthropology as a weapon of social combat in late-nineteenth-century France », Journal of the History of the Behavioral Sciences 16, 1980, p. 118-132.

9 Mortillet est donc étroitement lié aux trois premières institutions fondatrices de l’archéologie préhistorique : cf. Nathalie Richard, « L’institutionnalisation de la préhistoire », Communications 54, 1992, p. 189-207. On notera de surcroît que Desor a participé à la création en 1866 de l’Archiv für Anthropologie, le seul autre organe alors exclusivement dédié aux études préhistoriques : Marc-Antoine Kaeser, L’Univers, p. 340.

10 Sur les relations entre les congrès internationaux et les Expositions universelles, cf. Anne Rasmussen, op. cit.

11 Cf. Lettres de Quatrefages à Desor, 16.06.1865 (BPUN), 12.07.1865, de Desor à Mortillet, 18.06.1865 (faussement datée du 18.07) et de Desor à Quatrefages, 06.10.1865 (AEN).

12 Cf. Nathalie Richard, Inventer la préhistoire : Les débuts de l’archéologie préhistorique en France, Paris, Vuibert, 2008.

13 Lettre à Louis Favre, 18.09.1866 (AEN).

14 Celui-ci jouera un rôle notable dans la fondation en 1876 du congrès international de géologie : cf. Gian Battista Vai, « Giovanni Capellini and the origin of the International Geological Congress », Episodes 25/4, 2002, p. 248-254.

15 Emilio Cornalia, Antonio Stoppani, « Acte de fondation du congrès antéhistorique international », Matériaux pour l’histoire de l’homme 2, 1866, p. 213-215 ; cf. également Gabriel de Mortillet, « Août 1865. Chronique », Matériaux pour l’histoire de l’homme 1, 1865, p. 542.

16 Des débats dont la vigueur est d’ailleurs mal rendue dans les comptes rendus, comme en témoigne leur confrontation avec les archives privées des participants ; à ce propos, cf. d’ailleurs Carl Vogt, « Verzeichniss der anthropologischen Literatur », Archiv für Anthropologie 3, 1868/69, p. 353-400, p. 361. Sur l’importance de tels débats, face aux « textes fondateurs », cf. Claude Blanckaert, « Fondements disciplinaires de l’anthropologie française au xixe siècle. Perspectives historiographiques », Politix 29, 1995, p. 31-54.

17 Lettre de Charles Martins à Carl Vogt, 20.10.1865, à propos de la fondation du CIAAP à La Spezia (cité par William Vogt, La vie d’un homme. Carl Vogt, Paris, Schleicher / Stuttgart, Nägele, 1896, p. 158-159).

18 A. Coudereau, « Bulletin », La Pensée nouvelle, 1/17, 1867 (p. 129-131), p. 131.

19 Noël Coye, Noëlle Provenzano, « Un octobre émilien : Palethnologie et sentiment national au lendemain de l’unification italienne », Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes 5, 1996, p. 5-16.

20 Lettre à Léo Lesquereux, 06.11.1869 (AEN).

21 À cet égard, nous récusons toutefois l’essentialisme nationaliste dénoncé par de nombreux analystes : Marc-Antoine Kaeser, « Nationalisme et archéologie : quelle histoire ? », Revue d’Histoire des Sciences Humaines 2, 2000, p. 155-162.

22 À ce propos, cf. Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe, xviiie-xxe siècle, Paris, Seuil, 1999.

23 Nathalie Richard, « La naissance de la préhistoire », in : Claude Blanckaert et al. (éds.), Nature, Histoire, Société. Essais en hommage à Jacques Roger, Paris, Klincksieck, 1995, p. 419-431, relève d’ailleurs la grande force d’attraction politique et sociale de l’épistémologie progressiste de la science préhistorique ; cf. également Nathalie Richard, « L’institutionnalisation ».

24 Claude Blanckaert, « L’Avancement de l’anthropologie. Activisme et paradoxes de la 11e section de l’AFAS durant les années Broca (1872-1880) », in : Hélène Gispert (éd.), L’Association française pour l’avancement des sciences (AFAS). Diffuser et promouvoir les sciences (1872-1914), Paris, Onze, 1998 (p. 153-172), p. 166 sqq., a mis en évidence une instrumentalisation similaire de l’AFAS ; dans ce cas, c’est le détour par la province qui permettait de contourner les institutions parisiennes.

25 Ulrike Sommer, « The International Congress of Prehistoric Archaeology and Anthropology, and German Archaeology », in : Mircea Babes, Marc-Antoine Kaeser, op. cit., s’inscrit en faux contre l’interprétation commune, selon laquelle le CIAAP n’aurait eu aucun impact en Allemagne, en raison du « chauvinisme français » qui s’y serait manifesté ; ces mesures ne visaient en effet que les (nombreux) partisans allemands d’une archéologie ethniciste.

26 Cf. Noël Coye, Noëlle Provenzano, op. cit., p. 6.

27 Edouard Desor, « Compte rendu de la réunion à Neuchâtel (Suisse) du congrès international Paléoethnologique », Matériaux pour l’histoire de l’homme 2, 1866 (p. 469-528), p. 473.

28 Cf. Alain Schnapp, La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Carré, 1993, p. 321 sqq.

29 Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques. Compte rendu de la 2e session, Paris, 1867, Paris, Reinwald, 1868, p. 29.

30 C’est du reste cette incapacité foncière à faire éclater le carcan de la chronologie biblique qui incitera la plupart des préhistoriens à les rejeter, de manière simpliste, dans le « parti clérical ».

31 Gabriel de Mortillet, « Congrès archéologique international », Matériaux pour l’histoire de l’homme 2, 1866 p. 279-280.

32 Lettre à Vischer, 06.06.1869 (AEN).

33 Cf. lettres de Vischer à Desor, 26.04.1871, et de Desor à Capellini, 21.05.1871 (AEN).

34 Cf. lettre de Capellini à Mortillet, 22.04.1871 (MAN). Selon une annotation du 09.04.1870 dans le journal de Desor (BPUN), il apparaît que le congrès de Bâle était victime d’une opération similaire de la part de la nouvelle Société allemande d’anthropologie, d’ethnologie et de préhistoire – une institution fondée elle aussi sous l’influence du CIAAP : cf. Ulrike Sommer, op. cit. ; Marc-Antoine Kaeser, L’Univers, p. 340-341.

35 Cf. circulaire datée du 18.01.1872, insérée dans la correspondance entre Vischer et Desor (AEN).

36 Terme désignant les formes variables prises par un même phénomène en différents lieux, que l’archéologie préhistorique a emprunté, de manière significative, à la géologie.

37 Cf. Claude Blanckaert, « Fondements disciplinaires ».

38 Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1983. Son concept de paradigme n’est pas employé ici dans son acception stricte : la doctrine évolutionniste n’était en effet pas partagée par tous les chercheurs – du moins pas sur toutes les questions. Mais c’est pourtant bien le « schéma explicatif » évolutionniste qui organisait le savoir de la communauté des préhistoriens.

39 Rudolf Virchow, « Les changements dans les problèmes du congrès international d’archéologie et d’anthropologie préhistoriques », in : Congrès international d’archéologie et d’anthropologie préhistoriques, Compte-rendu de la 11e session (Moscou, 1892), Moscou, Imprimerie de l’Université impériale, p. 223-228. À ce propos, cf. Ulrike Sommer, Ruth Struwe, « Bemerkungen zur prähistorischen Archäologie an deutschen Universitäten im 19. Jahrhundert », in Johan Callmer et al., op. cit., p. 23-42.

40 Gustaf Kossinna, Die deutsche Vorgeschichte, eine hervorragend nationale Wissenschaft, Wurtzbourg, Kabitzsch, 1912. À ce propos, cf. Ulrich Veit, « Gustaf Kossinna and his concept of a national archaeology », in : Heinrich Härke (éd.), Archaeology, Ideology and Society. The German Experience, Francfort-sur-le-Main, Lang, 2000, p. 40-64 ; Heiko Steuer (éd.), Eine hervorragend nationale Wissenschaft. Deutsche Prähistoriker zwischen 1900 und 1995, Berlin, de Gruyter, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Antoine Kaeser, « Une science universelle, ou « éminemment nationale » ? Les congrès internationaux de préhistoire (1865-1912) », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/248

Haut de page

Auteur

Marc-Antoine Kaeser

Directeur du Laténium – Parc et musée d’archéologie (Neuchâtel, Suisse). Professeur associé à l’Institut d’archéologie de l’Université de Neuchâtel.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page