Navigation – Plan du site

À propos de transferts culturels. Les congrès internationaux de géographie et leurs spatialités

Marie-Claire Robic
p. 33-45

Résumés

L’article s’interroge sur les manières d’étudier les interactions qui s’effectuent au cours des congrès internationaux de géographie, qui existent depuis 1871. À partir d’une étude de leur évolution d’ensemble et d’analyses d’exemples, il montre d’abord qu’en dépit des efforts pour organiser et pour contrôler les contacts entre groupes nationaux, de multiples clivages ont rendu le dialogue ou la collaboration extrêmement difficile. Dans un second temps, le cas du paradigme tropical est exploré pour montrer l’intérêt d’une approche spatiale des savoirs, en particulier en géographie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Romanistis (...)

« On croit souvent que la vie intellectuelle est spontanément internationale. Rien n’est plus faux. »1

1Depuis leur origine en 1871, les congrès internationaux de géographie ont manifesté une certaine résilience, par leur adaptation aux changements de l’organisation des savoirs géographiques et aux déplacements de l’hégémonie scientifique, par leur capacité à transformer les règles de représentation des États et les modes d’intégration des individus, enfin par leur aptitude à surmonter les confrontations politiques les plus graves entre communautés nationales. Cette faculté d’adaptation se conjugue-t-elle avec le déploiement d’échanges culturels ? Et plutôt que d’échanges, peut-on parler de « transferts » culturels et les repérer ? Si c’est le cas, s’agit-il d’échanges entre les communautés ou écoles nationales ou faut-il envisager d’autres entités ? Plus prudemment, peut-on repérer des « interactions » culturelles et comment les analyser ?

  • 2 Marie-Claire Robic, Anne-Marie Briend, Mechtild Rössler (éds.), Géographes face au monde. L’Union g (...)
  • 3 David N. Livingstone, Putting science in its place. Geographies of scientific knowledge, Chicago, U (...)

2Nous rappellerons2 d’abord quelques-unes des formes d’interrelations entre communautés qui naissent de l’effort d’organisation même des échanges, dans leur tension entre le souci de dialogue et les préventions culturelles, politiques ou idéologiques ; à partir d’exemples de projets et de thèmes mis en discussion, nous évoquerons les plans de discontinuité qui rendent l’interaction problématique. Puis, pour éclairer cette question d’un nouveau jour, nous nous intéresserons à la composante spatiale de ces congrès. Il s’agira d’exploiter le principe selon lequel la science est susceptible d’une étude du jeu entre les circonstances spatiales qui concourent à sa production et les formes, voire les contenus, de savoirs qui sont élaborés. Nous suivrons là une veine d’étude spatiale de la science3 :

  • 4 Jean-Marc Besse, op.cit., p. 401.

Les savoirs scientifiques entretiennent eux-aussi des relations complexes avec les « sites » où ils apparaissent : le « terrain », le « cabinet », le « laboratoire », la « bibliothèque », le « musée », la « salle de cours », peuvent être considérés comme autant de lieux spécifiques au sein desquels des jeux d’acteurs, de rationalités et de savoirs sont mis en œuvre de façon hétérogène, estime ainsi Jean-Marc Besse4.

3Le congrès ne serait-il pas l’un de ces « sites » ?

« Pas de Locarno pour la science » ?

Régulation des échanges internationaux et police des frontières

  • 5 Brigitte Schroeder-Gudehus, « Pas de Locarno pour la science. La coopération scientifique internati (...)

4Par cette expression, Brigitte Schröder-Gudehus5 a montré comment, après la Grande guerre, les scientifiques ont été plus radicaux que les politiques en se refusant à renouer des relations de recherche alors même que les diplomates esquissaient une politique de détente. Les géographes ont été parmi les plus engagés dans cette guerre culturelle continuée, les savants des pays alliés ayant appliqué avec rigueur le « boycott » des géographes originaires des puissances centrales – organisé dans les Unions scientifiques créées par les vainqueurs –, tandis que, du côté allemand, les géographes ont opposé un « contre-boycott » particulièrement rigide en n’acceptant de participer à l’UGI qu’en 1934.

5Pour durer, le projet de congrès international des sciences géographiques a dû de toute évidence être encadré par tout un ensemble de règles de conduite et par une organisation des formes de l’échange destinées à la fois à favoriser le dialogue scientifique et à atténuer les heurts. Cette organisation n’a pas empêché les dominations, d’abord allemande, française entre les deux guerres, et progressivement américaine ou plutôt anglophone à partir des années cinquante. Elle a permis d’éviter les plus graves affrontements entre des groupes nationaux crispés sur des intérêts conflictuels. On a par exemple montré que, comme plusieurs enjeux importants, la question de la colonisation a longtemps été évitée dans les congrès. Ainsi, dès la première rencontre (à Anvers, 1871), il a fallu distinguer entre politique et technique dans les discussions relatives à la session « Navigation » :

La remarque ayant été faite que les questions coloniales touchent souvent à la politique dans les Pays Bas, tous les éclaircissements nécessaires sont donnés pour assurer la section que la question sera examinée sous un point de vue purement technique. [souligné dans le texte].

  • 6 Marie-Claire Robic, « Les vœux des premiers congrès : dresser la carte du monde », in : Marie-Clair (...)

6Par ailleurs des questions du même ordre ont été invalidées au cours de ce congrès parce que jugées d’ordre politique6. Plus tard, au Congrès de Varsovie (1934), en pleine tension entre les groupes polonais, français et allemands, c’est en répétant le précepte de ne traiter que des questions scientifiques soumises aux congressistes que les organisateurs ont tenté d’éviter les dérapages.

  • 7 Paul Vidal de la Blache, « La carte internationale du monde au millionième », Annales de géographie(...)
  • 8 Mechtild Rössler, « La géographie aux congrès internationaux : échanges scientifiques et conflits p (...)

7Au sein même de projets communs, la méfiance a été de règle. La vocation des congrès de géographie de la fin du xixe siècle était, comme dans beaucoup d’autres champs, de susciter la création d’outils de travail normalisés et d’appeler les États ou les premiers organismes internationaux à des mesures de standardisation. L’une des entreprises phares de l’époque fut le lancement par le Congrès de Berne, à l’initiative du géographe Albrecht Penck, d’une carte du monde à échelle unique. Pour sa réalisation, le nombre élevé de choix à effectuer explique sans doute la durée du processus : la commission de géographes mise en place à partir de la proposition de 1891 n’a été dissoute qu’en 1928… mais pour renaître après la Seconde Guerre mondiale. L’adoption d’un méridien origine (finalement celui de Greenwich, que la France n’a accepté qu’en 1911), le choix de la projection et de la métrologie, problèmes communs à d’autres entreprises internationales, se compliquaient de questions de nomenclature, de figuré, de signes conventionnels, d’objets à représenter, – toutes décisions qui mettaient en cause non seulement des habitudes sémiologiques nationales mais encore la domination symbolique de chaque pays sur le monde. C’est ce sens du « pouvoir de la carte » qui explique non seulement la durée du processus de réalisation mais encore la violence des prises de position, y compris de la part de géographes reconnus pour leur modération politique. Ainsi de Paul Vidal de la Blache qui, en 1910, « revendique la part » de la France avec une vivacité exceptionnelle, parce que le travail documentaire de ses explorateurs et de ses officiers mérite en soi la reconnaissance internationale, mais aussi parce que l’exploration (et a fortiori la colonisation) implique qu’une marque de propriété soit apposée sur le territoire parcouru : la carte du monde doit respecter cette information qui est comme « l’empreinte de chaque métropole sur les colonies »7. Il refuse dès lors toute « estampille étrangère », au nom d’un devoir patriotique renforcé par un principe de précaution géopolitique. Craintes partagées : après la décision d’implanter le Bureau international de la carte du monde à Southampton, au printemps 1914, un expert allemand s’inquiète d’un possible renforcement des positions britanniques et insiste pour que la réalisation de la carte du monde soit de la responsabilité de chaque État8.

Convergences et émergences : un bouillon de culture

  • 9 Marie-Claire Robic, « Les résolutions et irrésolutions d’une cité scientifique : l’entre-deux-guerr (...)

8Dans ce contexte d’élaboration commune mais concurrentielle de projets internationaux, on peut donc évoquer des convergences de préoccupations mais, à défaut d’une définition précise de la notion et pour des raisons de méthode, il est délicat de faire état de « transferts » culturels. On observe en effet au long des rencontres un certain nombre de convergences dans les thèmes de recherche et dans les interrogations des congressistes. Mais traduisent-elles des transferts de préoccupations entre groupes nationaux, ou bien plutôt des évolutions parallèles ? De même que les années de l’avant Première Guerre mondiale peuvent être caractérisées par des soucis partagés, de même on peut voir dans les préoccupations des géographes des années trente des similitudes entre groupes nationaux. L’analyse de leurs travaux comme l’étude des congrès internationaux révèlent en effet une tension entre la volonté de faire science et l’aspiration à une géographie appliquée9. L’organisation du travail collectif au sein des congrès traduit ce souci de la professionnalisation de la recherche, la volonté d’approfondir des thèmes par l’organisation de comités scientifiques ad hoc et par là la construction collective de protocoles de recherche ; à l’organisation d’enquêtes internationales de géographie physique et de géographie humaine s’ajoutent des prétentions épistémologiques visant à définir le cœur de la discipline. En contraste, et dès avant la Grande crise des années trente, les congressistes expriment dans des communications et dans des vœux collectifs leur désir de voir leur expertise reconnue dans les sphères de l’action, que ce soit dans des domaines établis comme l’urbanisme ou bien dans des secteurs d’intervention émergents comme la planification spatiale.

  • 10 Isaiah Bowman, The Pioneer Fringe, New York, American Geographical Society, 1931 ; Isaiah Bowman, « (...)
  • 11 Mechtild Rössler, « Die Institutionalisierung einer neuen “Wissenschaft” im Nationalsozialismus. Ra (...)

9Tout en relevant ces tendances communes, on ne peut manquer de reconnaître la fragmentation de cette « cité scientifique » qui se forme au long des congrès. Par exemple, le groupe français est beaucoup moins engagé dans la géographie appliquée que les géographes américains (portés par les programmes du New Deal ou par des entreprises indépendantes de connaissance tel le programme sur les fronts pionniers du monde, dirigé par Isaiah Bowman10) ; et que dire du groupe allemand, embrigadé dans l’organisation de la science nazie et en particulier dans les études de Raumforschung et de Raumplanung11 ?

10Mais alors, comment évaluer les phénomènes d’osmose ou de croisement qui s’opèrent lors de ces frottements de groupes et de personnes ? Parmi les sources les plus accessibles, aux actes des congrès qui recueillent les communications, les vœux, les discussions des sections, s’ajoutent les comptes rendus publiés dans les revues à la suite des rencontres et les publications issues des commissions de recherche. On peut ainsi observer l’éclosion de thématiques nouvelles ou d’aspirations collectives. Mais résultent-elles d’un trajet univoque, d’une école dominante à l’autre, ou émergent-elles de l’interaction d’ensemble ? Pour cerner les processus, il faudrait pouvoir explorer systématiquement beaucoup d’autres sources, d’ordre archivistique.

  • 12 Christine Chivallon, Pascal Ragouet, Michael Samers (éds.), Discours scientifiques et contextes cul (...)

11Les comptes rendus traduisent souvent des effets de surprise, des interpellations ; mais quelles sortes d’acculturation s’ensuivent-elles ? Dans certains cas, les découvertes sont si étonnantes que les comptes rendus en font ouvertement état. Ainsi lors de congrès de l’après Seconde Guerre mondiale, où les géographes français découvrent certaines pratiques de la « new geography » américaine et suédoise, en 1960 à Lund (Suède), ou bien les « gender studies », en 1988 à Sidney. Dans les deux cas, la différence culturelle semble avoir été trop forte pour produire une percolation immédiate dans le champ de la recherche française, qu’elle relève de la culture scientifique au sens strict (des divergences épistémologiques tranchées) ou d’une culture plus ordinaire, de l’ordre d’un sens commun, qui distingue les objets de recherche dignes et indignes. Il faudra du temps pour que se produise un certain transfert d’un champ à l’autre, opéré en grande partie par des générations renouvelées, à l’aide de passeurs identifiables, et dans un contexte intellectuel transformé12.

12Cependant, des études de cas permettent d’analyser des discussions de points de vue, des circulations de concepts, des adoptions ou des rejets de postures épistémologiques révélateurs de différences culturelles, et dont la composante peut être nationale, mais bien souvent aussi contextuelle, générationnelle, personnelle. Ainsi, la richesse des publications du Congrès d’Amsterdam permet plusieurs études de cet ordre. Si le contexte de ce congrès, en plein été 1938, après l’Anschluss, n’était guère propice à des échanges sereins, quelques-unes des discussions qui s’y sont tenues révèlent cependant des tentatives pour dépasser les dissensions idéologiques. Elles permettent de montrer, du même coup, l’épaisseur des lignes de fracture entre des géographes et la difficulté d’un dialogue.

Le paysage géographique comme révélateur d’un feuilletage de clivages

  • 13 Gaëlle Hallair, « “Paysage” et “Landschaft” : incompréhensions et malentendus entre les géographes (...)

13La discussion de la notion de « paysage géographique », à Varsovie (1934) et à Amsterdam (1938), permet de distinguer entre plusieurs formes de discontinuités culturelles. Gaëlle Hallair13 a analysé les textes issus de ce congrès de 1938, qui forment un ensemble très fourni : textes des communications, rapport de synthèse, soit deux volumes distribués aux participants, plus un volume consacré aux actes.

14Objet de discussion ancienne parmi les géographes allemands, mais assez peu usitée alors par les Français, la notion de Landschaft ou de paysage géographique formait l’intitulé d’une section de ce congrès. La motion définitive a été rédigée par une commission mixte franco-allemande qui s’est réunie, après le temps de discussion prévu et après deux essais de conclusion, pour tenter d’établir un consensus. On a donc le sentiment d’une bonne volonté réciproque. Mais cette ultime démarche ne fait que constater l’extrême intérêt du sujet et reporter au prochain congrès l’établissement d’une définition commune.

  • 14 Thomas S. Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, traduction Laure Meyer (1962 et 1970), (...)

15Plusieurs plans se sont entremêlés lors des débats, produisant beaucoup de confusion, d’incompréhension, de malentendus peut-être. Le premier d’entre eux relève d’un problème de traduction, l’emploi de Landschaft par les géographes indexant le terme ou bien sur « paysage » ou bien plutôt sur « région ». Plus invisible, bien que maintenant classique, est la différenciation franco-allemande sur les thèmes de la culture versus civilisation. Or les géographes allemands parlent volontiers de Kulturlandschaft, une expression que les Français ne comprennent pas alors, car ils pensent spontanément à un paysage « humanisé » (et non pas à « culturel »), et, tandis que les premiers accordent à l’expression paysagère une signification différentialiste, ethnique ou völkisch, les seconds la renvoient à l’action humaine en général. À l’époque, la connotation ethnique, voire raciale, du terme est exacerbée par les politiques paysagères menées par le Troisième Reich, en direction de l’Europe de l’Est notamment ; sans que l’on puisse en juger précisément, cette charge sémantique est probablement perçue et réprouvée par certains participants, critique furtive sans doute qui ajoute à la difficulté du dialogue. Ajoutons à ces incompréhensions interculturelles et idéologiques une composante constitutive du fonctionnement de la science, qui doit être active pendant cette période de développement de la géographie : plusieurs des écoles nationales en présence sont dans une séquence de « science normale » où les présupposés de la discipline ne sont plus interrogés et où, à l’inverse, les problématiques et les savoir-faire se reproduisent inconsciemment. Alors, menant des recherches apparemment proches, et peu conscients du paradigme ou plutôt de la « matrice disciplinaire »14 qui configure leur recherche, les protagonistes de ces débats – qui travaillent sur des problématiques en fait distinctes (la relation homme-environnement, ou la différenciation paysagère, ou la division régionale de la terre) – ne peuvent se comprendre, et ne réalisent pas pourquoi.

16Aux difficultés linguistiques, aux discontinuités culturelles, aux dissensions d’ordre pragmatique, aux divergences idéologiques, s’ajoute l’incommensurabilité de paradigmes scientifiques distincts sur le plan international et à l’intérieur des collectivités nationales, mais peu réfléchis, à la fois en raison de cette position d’étape dans l’histoire disciplinaire et en raison d’une faible propension des géographes (français notamment) à la réflexivité épistémologique. Tous ces obstacles réduisent la possibilité de transfert d’un groupe à l’autre.

Les congrès et leurs spatialités : des Tropiques

Les espaces des congrès de géographie

  • 15 Jean-Marc Besse, op. cit., p. 404-405.

17Nous suivrons donc maintenant le principe heuristique que « l’espace [est] une dimension déterminante dans la fabrication du savoir scientifique, et, surtout, [est] une clé pour la compréhension des mécanismes de cette fabrication »15.

  • 16 Cf. par exemple Denise Pumain, « Essai sur les effets de localisation des congrès », in : Philippe (...)
  • 17 En 1951, le Bulletin de l’UGI déclare l’Allemagne « membre, mais inactif » ; la RFA entre officiell (...)

18Il s’agit de prendre en compte des spatialités matérielles, faites des lieux de rencontre, de la trame des échanges, des réseaux de circulation des personnes et des idées, et ceci à plusieurs échelles de la vie scientifique16. Pour cet approfondissement relatif aux Tropiques, nous soulignerons l’extraordinaire transformation de la carte des pays membres de l’UGI qui s’est produite, par saccades, après la Seconde Guerre mondiale. Au nombre de 30 avant-guerre, l’effectif a doublé de 1949 à 1964 (de 31 à 62), enregistrant le volontarisme des présidents de l’Union, la réhabilitation des pays vaincus (avec les tensions de la Guerre froide)17 et, surtout, le démantèlement des empires coloniaux.

  • 18 Louis Hamelin, « Géographies canadienne et mondiale », Actes du congrès. 22e congrès international (...)

19À un autre bout de l’échelle, les excursions sur le terrain figurent parmi les espaces matériels les plus significatifs des géographes, car elles constituent pour beaucoup le moment le plus essentiel de leur métier. Certains des dirigeants de l’UGI, tel Emmanuel de Martonne, ont considéré que la vocation même des congrès internationaux était de permettre la découverte du pays d’accueil dans un cadre collectif, en confrontant des expériences et des façons de voir diverses. Suivant ses préceptes, le géographe québécois Louis Hamelin accueillait ainsi les congressistes : « Faites donc comme Ulysse, ne vous pressez pas pour retourner dans vos Ithaques respectifs18. »

  • 19 Jean-Marc Besse, op.cit., p. 416.

20Mais il faut envisager une autre catégorie d’espace, d’ordre symbolique : des « représentations » ou des « schèmes spatiaux », des « espaces mentaux qui viennent redoubler et accompagner [ces] espaces matériels »19. On peut comprendre dans ces représentations des modèles spatiaux tel le modèle centre-périphérie, mais aussi plusieurs genres d’entités, allant des plus concrètes (toute région du globe dénommée) à des types d’espaces (urbain, rural) ou encore à ces grands ensembles que sont les zones climatiques, les hémisphères ou les continents.

21Ces espèces d’espaces sont notamment mises en forme par les cadres organisant le travail des congrès. Ainsi par exemple du Congrès d’Amsterdam, qui associe trois questions dans la nouvelle section de « Géographie coloniale » : « Possibilités de colonisation par la race blanche dans la zone tropicale », « Le rapport entre la densité de population et le mode d’utilisation (ou exploitation) du sol dans les régions coloniales », « L’industrialisation en tant que condition indispensable au maintien du niveau de la prospérité dans les régions coloniales à population très dense ». Par ces libellés, les « régions tropicales » et la « zone tropicale » sont inscrites comme espace de référence du Congrès d’Amsterdam. Quelques décennies plus tard, au Congrès de Rio de Janeiro (1956), une « commission des tropiques humides » est créée, donnant corps, pour ainsi dire, à un espace commun des géographes. C’est à ces Tropiques que nous nous intéresserons précisément, en dégageant continuités et discontinuités, pour envisager les modalités d’interaction au sein des congrès, sous l’angle des spatialités qui les configurent.

Du tropical, du colonial et du tropicalisme

  • 20 UGI, Comptes rendus du congrès international de géographie d’Amsterdam 1938. T. 2, Rapports, Leiden (...)

22La référence aux Tropiques parcourt les rencontres depuis les débuts, associée souvent à la référence coloniale qui reste en creux, nous l’avons vu, sauf pour ce qui concerne l’Afrique. On le voit bien à Londres en 1895, avec cette question fort proche de celles posées en 1938 : « Dans quelle mesure l’Afrique tropicale est-elle apte à être développée par les races blanches ou sous leur supervision » (To what extent is tropical Africa suited for development by the White Races or under their Superintendance ?). Le Congrès d’Amsterdam élargit les questions, précise les modalités du développement des régions concernées. Si la perspective coloniale déborde cette fois du continent africain, elle est présentée de manière ambiguë, puisqu’elle associe étroitement tropical et colonial. Cette association a certes du sens, au vu de la distribution géographique des empires, mais elle ne peut être évidente pour un géographe. Or, si l’on suit les actes du congrès, l’amalgame n’est quasiment pas mis en cause ; seuls ou presque (tel le Français Pierre Gourou), les rapporteurs discutent, timidement au moins, le bien fondé des causalités suggérées par le libellé des questions. Ainsi, le rapporteur de la question 2 propose comme principal objet de discussion : « La relation entre la densité de population et l’utilisation des terres est-elle différente dans les régions coloniales et ailleurs dans le monde ? » (Does the relationship between density of population and land-utilization in colonial regions differ from that elsewhere in the world ?)20.

  • 21 Jacques Leclerc, « Amsterdam 1938, un tropique bien blanc, sinon rien », in : Michel Bruneau, Danie (...)
  • 22 Jacques Leclerc, op. cit., p. 95.

23De même, sauf quelques réserves, le paradigme racial posé par la première question est adopté sans état d’âme, il est même exacerbé puisque, pour certains, il y a Blanc et Blanc (tels les Européens du Nord et ceux du Sud)21. D’un siècle à l’autre les stéréotypes hygiénistes, racistes et moraux du xixe siècle s’imposent à l’identique, avec la crainte de la dégénérescence de la race blanche aux Tropiques et l’essentialisation d’indigènes indolents : « Tropique d’étouffement, le tropique est alors partout »22.

24Certes, en 1938, le spectre du chômage en métropole et les risques de concurrence constituent pour certains des participants (tels les Hollandais) la nouvelle donnée du rapport colonial ; pour les Allemands et pour les Italiens, la revendication d’un Lebensraum ou les conquêtes africaines sont l’enjeu primordial. Le contexte géopolitique est extrêmement tendu pour tous, ce qui peut expliquer à la fois le flou des notions utilisées pour viser ce champ d’expansion coloniale concurrentiel et la violence symbolique des propos.

  • 23 David Arnold, « Inventing tropicality », in : Arnold David (éd.), The Problem of Nature : Environme (...)
  • 24 Marie-Claire Robic, « Tropicalisme, zonalité, géographie tropicale », in : Hélène Velasco-Graciet ( (...)

25On peut voir dans cette représentation des Tropiques une expression de la « tropicality » typique de la domination occidentale. Cette notion de tropicality a été élaborée par l’historien britannique David Arnold, qui a fortement inspiré des recherches anglophones postcoloniales23. Il transpose l’orientalisme analysé par Edward Said, fondé sur le schème Orient/Occident, en montrant l’efficacité d’un schème environnementaliste, tropical/tempéré : la littérature comme tant d’autres expressions culturelles depuis au moins la Renaissance ont construit une représentation de l’altérité opposant les deux termes, dévalorisant par ce geste les « tropiques » comme lieu de vie et particulièrement comme lieu habitable pour les Européens. Des géographes critiques ont étendu cette analyse à la géographie, de manière convaincante, et c’est pourquoi nous avons proposé de parler de « tropicalisme » de la littérature géographique en calquant l’expression sur celle d’orientalisme24.

26Or l’évolution des congrès internationaux de géographie est assez semblable à celle des écoles nationales, qui ont fait l’objet de déconstructions et de comparaisons récentes. Ne pourrait-on leur appliquer les mêmes analyses ?

Du tropicalisme à des Tropiques communs ?

27La période d’après guerre est en rupture avec le tropicalisme diffus qui précède, dans la mesure où la référence coloniale disparaît et où une branche de géographie tropicale s’institutionnalise, en parallèle avec l’affirmation d’une « géographie zonale » dont une marque pourrait être la création en 1952 d’une commission de l’UGI consacrée aux zones arides. La commission des tropiques humides est donc créée en 1956 à Rio de Janeiro ; elle est supprimée en 1972 au Congrès de Montréal. Dès le Congrès de Washington (1952) s’est tenu un « symposium sur l’Afrique tropicale », puis une « conférence régionale » de l’UGI s’est réunie en Ouganda en 1955. Au congrès de 1964 un grand symposium intitulé « Géographie dans les tropiques » (Geography in the Tropics) a eu lieu à Liverpool.

28Le Congrès de Rio innove donc en s’appliquant, sinon à tous les Tropiques (les déserts étant déjà inclus dans la commission de travail UGI/Unesco sur les zones arides), du moins à un espace d’envergure mondiale, que l’on peut matérialiser, par la représentation cartographique par exemple ; mais quelle est sa teneur symbolique ?

  • 25 Marie-Claire Robic, « Tropicalisme… ».

29On pourrait se contenter de suivre une vulgate. Le déclin des empires coloniaux rend caduque la grille coloniale ; alors, pour pouvoir poursuivre la domination sous une autre forme, il faut lui substituer autre chose : ce sera la « géographie tropicale ». En cela, l’UGI ne ferait que suivre le mouvement du monde, comme les écoles nationales… Si ce schéma de substitution a du vrai, le processus décrit manque d’un peu de complexité, en ignorant les pratiques qui le rendent possible. Et en particulier la transformation des espaces symboliques sur lesquels repose cette réforme. Aussi nous reprendrions volontiers pour l’étudier les analyses que nous avons proposées pour rendre compte de la promotion, en France, de ce champ25.

  • 26 Emmanuel De Martonne, « Géographie zonale. La zone tropicale », Annales de géographie 1946, p. 1-18
  • 27 Emmanuel De Martonne, « Le climat facteur du relief », Scientia 13, 1913, p. 338-355.
  • 28 Emmanuel De Martonne, « Géographie… », p. 6.

30Nous avons souligné que l’émergence de la géographie tropicale était liée à la légitimation d’une branche entière de la géographie, la géographie zonale, qu’Emmanuel de Martonne impatronisait par un article de 194626. Cette géographie zonale, dont on aurait pu imaginer qu’elle ait acquis droit de cité bien avant, au vu de la prégnance du schème zonal dans la géographie depuis ses origines antiques, n’a donc été formulée que très tard dans la science contemporaine (française), et au prix d’une « dénormalisation » de la géographie du monde tempéré. Cette dénormalisation se lit dans la comparaison entre le lexique employé en 1946 et celui d’un texte voisin, publié trente ans auparavant27 : en 1946, les termes d’exotique, d’excessif, de spécial appliqués au monde tropical disparaissent, et ce monde, s’il est dit encore « original », est référé à l’« économie générale de notre planète »28. D’une période à l’autre, le monde tempéré cesse de constituer la norme implicite, – une norme inscrite dans une expression courante de la géomorphologie de la première moitié du xxe siècle, l’« érosion normale ».

31L’espace « Tropiques » de cette période d’après guerre est donc un nouvel espace ; il a changé de structure en acquérant sa propre logique au sein d’un espace englobant planétaire. Avec la mise en cause de l’ethnocentrisme européen associé au « tempéré » (qui est explicite dans quelques textes des auteurs participant à cette émergence de la géographie zonale), naît un nouvel espace symbolique, qui n’est plus normé ou formaté par le modèle tempéré.

32Beaucoup d’auteurs rabattent la formulation de la géographie zonale, et en particulier de sa version tropicale, sur un processus individuel. De Martonne aurait été fasciné par les formes tropicales découvertes lors de ses voyages en Amérique latine, dans les années trente. L’expérience individuelle suffit-elle pour bouleverser des représentations si profondément ancrées dans l’imaginaire occidental ? Sans nier l’importance du contact intime du terrain, nous pensons que la pratique collective que représente la réunion d’un congrès a une autre portée, – associée à la reconnaissance de la légitimité des organisateurs, à la pratique d’excursions géographiques sous la direction des autochtones, et conduisant au final au partage du regard sur un espace et à l’échange de diagnostics que cela suppose.

33Or c’est un effet de ce genre que résume l’un des géographes français présents à Rio de Janeiro :

  • 29 Maximilien Sorre, « Le XVIIIe congrès international de géographie. Rio de Janeiro, Août 1956 », Ann (...)

[Les] comptes rendus des excursions qui ont encadré le congrès […] fournissent un tableau d’ensemble des problèmes auxquels doit faire face la géographie brésilienne. Ils apportent une notable contribution à l’étude de la géographie tropicale. Ils achèvent enfin de préciser le caractère propre de ce congrès. Pour la première fois depuis l’origine de l’Union, la géographie zonale a été mise au premier plan, le monde tropical considéré comme une grande entité géographique dont tous les caractères s’enchaînent29.

34Cette parité, en somme, de l’espace brésilien et des espaces tempérés (ou occidentaux), établie in situ par les congressistes, trouve bien d’autres expressions. Les discours officiels insistent sur l’excellence de la communauté géographique du Brésil, et le président de l’UGI, un Britannique, souligne la totale réussite de ce qui a été une première :

  • 30 L. Dudley Stamp, « Discours de clôture », in : UGI, Comptes rendus du XVIIIe congrès international (...)

Ce congrès international de géographie est le premier dans l’hémisphère sud, le premier sous les tropiques, le premier en Amérique du Sud et le premier au Brésil (this is the first international Geographical Congress to be held in the Southern Hemispher, the first in the tropics, the first in Latin America and the first in Brazil)30.

  • 31 Hilgard O’Reilly Sternberg, « Discours de clôture », in : UGI, op. cit., (p. 157-177), p. 168.
  • 32 Ibid., p. 168.

35Quant au secrétaire général du comité d’organisation, pour qui le Brésil est « le cas le plus important de transplantation à une basse latitude que de ce que l’on appelle la civilisation occidentale » ([t] he most significant low latitude transplant of what is known as western civilization)31, il estime que son pays a dû constituer pour les congressistes une mine de découvertes en termes de milieu, de paysage et d’exemple économique ; insistant sur les thèmes privilégiés par le comité d’organisation, il en revient à « cette grande entité géographique que constitue le monde des tropiques » (that great geographical entity, the world of the tropics)32.

  • 33 Hervé Théry, « Le Brésil est-il un pays tropical ? », in : Michel Bruneau, Daniel Dory (éds.), Les (...)

36Indépendant depuis longtemps, américain et d’affinités européennes, intertropical, le Brésil a pu constituer un excellent catalyseur, en tout cas un espace suffisamment complexe pour servir de lieu d’une coproduction de cet espace symbolique « espace tropical ». Ces citations (qui ont bien sûr leur poids de rhétorique pure) montrent aussi la variété des points de vue par lesquels les congressistes intègrent le Brésil à leur propre monde : ajoutons que les Étatsuniens l’associent, de leur côté, à l’« hémisphère nord » (Western Hemispher)… c’est-à-dire à leur continent. Quant aux Brésiliens, ils jouent volontiers sur leur identité collective, leur hybridité33.

  • 34 Son livre de 1947, Les Pays tropicaux, Paris, PUF, traduit sous le titre The Tropical World (1953) (...)
  • 35 Marcus Power, James D. Sidaway, « The Degeneration of Tropical Geography », Annals of the Associati (...)

37De même que ces représentations mentales varient selon l’origine des locuteurs, de même l’adhésion au nouveau paradigme tropical varie et a varié dans le temps et d’une école ou d’un individu à l’autre. La France est le pays où les « tropicalistes » se sont le plus affirmés, à la suite du père-fondateur qu’a été Pierre Gourou34, tandis que les géographes britanniques se sont vite tournés vers une géographie du développement35. Ils ont suivi en cela l’itinéraire d’un auteur comme Robert Steel, très présent dans les congrès, et qui a fini par récuser le paradigme tropical en déclarant catégoriquement au symposium de Liverpool, qu’il organisait,

  • 36 Robert W. Steel, « Geographers and the tropics », in : Robert W. Steel, R. Mansell Prothero (éds.), (...)

[qu’] aucune branche de ce sujet ne peut être identifiée comme « géographie tropicale » et [que] la « géographie des tropiques » n’implique rien d’autre que l’étude des aires tropicales par les géographes selon des méthodes et des approches généralement similaires à celles utilisées pour l’étude de toute autre partie du monde36.

38Il faudrait souligner enfin que le parti d’une géographie tropicale n’a pas été adopté par tous les géographes, et que de nombreux auteurs se sont inscrits en faux contre ces recherches par trop naturalisantes et qui prolongeaient souvent un regard au mieux paternaliste sur l’ex-empire. Ils ont construit d’autres espaces symboliques, travaillant notamment sur les pays « sous-développés » ou sur le « Tiers-Monde ».

  • 37 Christophe Prochasson, « Les congrès : lieux de l’échange intellectuel. Introduction », Mil neuf ce (...)

39En conclusion nous soulignerons combien il est délicat de saisir les échanges culturels qui se produisent lors des congrès internationaux. Ce ne sont pas des lieux de création intellectuelle mais plutôt des lieux « pour échanger et pour exister »37, individuellement, collectivement, internationalement. Sur la durée des congrès de géographie, on observe des concomitances, des parallélismes entre les expériences et les aspirations (scientifiques ou non) des différents groupes nationaux qui s’y réunissent. Elles donnent lieu parfois à expression collective, mais celle-ci est souvent inhibée par le fait d’expériences nationales qui restent trop distinctes pour prendre forme et par les concurrences qui contraignent au silence, ou bien qui produisent des interactions étranges pour l’observateur, des dialogues de sourds ou au contraire des surenchères, comme dans les congrès de la fin des années trente. Encore ne faudrait-il pas négliger l’hétérogénéité interne aux diverses délégations, qui peut troubler encore le jeu. Mais, s’agissant de cet objet triple – « congrès » « internationaux » de « géographie » , comment penser des faits de rassemblement social, hautement réfléchis, empreints aussi d’une bonne dose d’impensé culturel, sans intégrer dans la réflexion les formes de spatialité qui les configurent ? A fortiori, comment ignorer ces formes de spatialité alors que leur étude est au cœur d’une entreprise cognitive, la géographie, qui consiste elle-même en une construction discursive de lieux, d’espaces, de territoires, de modèles géographiques, en une opération de différenciation ou de comparaison entre les lieux et entre les milieux terrestres ? Notre hypothèse a donc été que l’étude de l’interaction entre les espaces matériels des géographes en congrès internationaux et les espaces symboliques ou mentaux qu’ils manipulent, lorsqu’ils pensent notamment les catégories de national, d’international, de zonal, de mondial, pouvait avoir un effet heuristique pour saisir ce qui se passe, voire ce qui peut ou non se passer, dans et entre les collectivités de géographes qui acceptent de se rencontrer.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte/Cahiers d’histoire des littératures romanes 1-2, 1990, (p. 1-10), p. 1.

2 Marie-Claire Robic, Anne-Marie Briend, Mechtild Rössler (éds.), Géographes face au monde. L’Union géographique internationale et les congrès internationaux de géographie, Paris, Montréal, L’Harmatttan, 1996 ; Philippe Pinchemel (éd.), La géographie à travers un siècle de congrès internationaux, Caen, UGI, 1972.

3 David N. Livingstone, Putting science in its place. Geographies of scientific knowledge, Chicago, University of Chicago Press, 2003 ; Jean-Marc Besse, « Le lieu en histoire des sciences. Hypothèses pour une approche spatiale du savoir géographique au xvie siècle », Mélanges de l’École française de Rome (MEFRIS) 2, 2004, p. 401-422 ; Christian Jacob (éd.), Lieux de savoirs. 1. Espaces et communautés, Paris, Albin Michel, 2009.

4 Jean-Marc Besse, op.cit., p. 401.

5 Brigitte Schroeder-Gudehus, « Pas de Locarno pour la science. La coopération scientifique internationale et la politique étrangère des États pendant l’entre-deux-guerres », Relations internationales 46, 1986, p. 173-194.

6 Marie-Claire Robic, « Les vœux des premiers congrès : dresser la carte du monde », in : Marie-Claire Robic, Anne-Marie Briend, Mechtild Rössler (éd.), op. cit., (p. 149-178), p. 167.

7 Paul Vidal de la Blache, « La carte internationale du monde au millionième », Annales de géographie, 1910, p. 1-7, cité par Marie-Claire Robic, Mechtild Rössler, « L’UGI, enjeu des relations internationales dans la première moitié du xxe siècle », in : Marie-Claire Robic, Anne-Marie Briend, Mechtild Rössler (éds.), op. cit., (p. 241-267), p. 242-243.

8 Mechtild Rössler, « La géographie aux congrès internationaux : échanges scientifiques et conflits politiques », Relations internationales, 1990/62, (p. 183-199), p. 186 sq.

9 Marie-Claire Robic, « Les résolutions et irrésolutions d’une cité scientifique : l’entre-deux-guerres », in : Marie-Claire Robic, Anne-Marie Briend, Mechtild Rössler (éd.), op. cit., p. 179-225.

10 Isaiah Bowman, The Pioneer Fringe, New York, American Geographical Society, 1931 ; Isaiah Bowman, « Pioneer Settlement », in : Comptes rendus du congrès international de géographie. Paris 1931, Paris, Armand Colin, t. III, 1934, p. 279-280.

11 Mechtild Rössler, « Die Institutionalisierung einer neuen “Wissenschaft” im Nationalsozialismus. Raumforschung und Raumordnung 1933-1945 », Geographische Zeitschrift, 1987, p. 174-194.

12 Christine Chivallon, Pascal Ragouet, Michael Samers (éds.), Discours scientifiques et contextes culturels, Bordeaux, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1999 ; Denise Pumain, Marie-Claire Robic, « Le rôle des mathématiques dans une “révolution” théorique et quantitative : la géographie française depuis les années soixante-dix », Revue d’histoire des sciences humaines, 2002/6, p. 123-144 ; Jean-François Staszak et al., Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, 2001.

13 Gaëlle Hallair, « “Paysage” et “Landschaft” : incompréhensions et malentendus entre les géographes français et les géographes allemands dans les années Trente », in : Sidonie Kellerer, Astrid Nierhoff-Fassbender, Alice Perrin-Marsol, Fabien Théofilakis (éds.), Missverständnis/Malentendu. Kultur zwischen Kommunikation und Störung, 2009, Königshausen&Neumann, FORUM/Studien zur Moderneforschung, p. 122-137.

14 Thomas S. Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, traduction Laure Meyer (1962 et 1970), Paris, Flammarion, 1983.

15 Jean-Marc Besse, op. cit., p. 404-405.

16 Cf. par exemple Denise Pumain, « Essai sur les effets de localisation des congrès », in : Philippe Pinchemel (éd.), op. cit., p. 192-194 et : Béatrice Collignon, « Congrès et conférences régionales », in : Marie-Claire Robic, Anne-Marie Briend, Mechtild Rössler (éds.), op. cit., p. 87-116 ; Dominique Volle, « La carte des États : vers la couverture du monde ? », ibid., p. 41-62 ; Dominique Volle, « L’universalité et ses limites », ibid., p. 63-86.

17 En 1951, le Bulletin de l’UGI déclare l’Allemagne « membre, mais inactif » ; la RFA entre officiellement dans l’UGI en 1952, la RDA en 1960 (Ibid., p. 0-51).

18 Louis Hamelin, « Géographies canadienne et mondiale », Actes du congrès. 22e congrès international de géographie, 1972, Montréal, Ottawa, Alphatext, 1979, p. 7.

19 Jean-Marc Besse, op.cit., p. 416.

20 UGI, Comptes rendus du congrès international de géographie d’Amsterdam 1938. T. 2, Rapports, Leiden, E. J. Brill, 1938, p. 162.

21 Jacques Leclerc, « Amsterdam 1938, un tropique bien blanc, sinon rien », in : Michel Bruneau, Daniel Dory (éds.), Les enjeux de la tropicalité, 1989, Paris, Masson, p. 91-97.

22 Jacques Leclerc, op. cit., p. 95.

23 David Arnold, « Inventing tropicality », in : Arnold David (éd.), The Problem of Nature : Environment, Culture and European Expansion, Oxford, Blackwell, 1996, p. 141-168 ; Félix Driver, Brenda Yeoh, « Constructing the Tropics : Introduction », Singapore Journal of Tropical Geography 21 (1), 2000, p. 1-5.

24 Marie-Claire Robic, « Tropicalisme, zonalité, géographie tropicale », in : Hélène Velasco-Graciet (éd.), Les tropiques des géographes, Bordeaux, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2008, p. 47-62.

25 Marie-Claire Robic, « Tropicalisme… ».

26 Emmanuel De Martonne, « Géographie zonale. La zone tropicale », Annales de géographie 1946, p. 1-18.

27 Emmanuel De Martonne, « Le climat facteur du relief », Scientia 13, 1913, p. 338-355.

28 Emmanuel De Martonne, « Géographie… », p. 6.

29 Maximilien Sorre, « Le XVIIIe congrès international de géographie. Rio de Janeiro, Août 1956 », Annales de géographie 353, 1957, (p. 1-4), p. 4.

30 L. Dudley Stamp, « Discours de clôture », in : UGI, Comptes rendus du XVIIIe congrès international de géographie, Rio de Janeiro, 1956, t. 1 Actes du congrès, Rio de Janeiro, CN du Brésil 1959, (p. 156-157), p. 156.

31 Hilgard O’Reilly Sternberg, « Discours de clôture », in : UGI, op. cit., (p. 157-177), p. 168.

32 Ibid., p. 168.

33 Hervé Théry, « Le Brésil est-il un pays tropical ? », in : Michel Bruneau, Daniel Dory (éds.), Les enjeux de la tropicalité, Paris, Masson, 1989, p. 58-64.

34 Son livre de 1947, Les Pays tropicaux, Paris, PUF, traduit sous le titre The Tropical World (1953) a été comme une bible internationale. Cf. Daniel Clayton, Gavin Bowd, « Geography, tropicality and postcolonialism : Anglophone and francophone readings of the work of Pierre Gourou », L’Espace géographique 35 (3), 2006, p. 208-221.

35 Marcus Power, James D. Sidaway, « The Degeneration of Tropical Geography », Annals of the Association of American Geographers 94 (3), 2004, p. 585-601.

36 Robert W. Steel, « Geographers and the tropics », in : Robert W. Steel, R. Mansell Prothero (éds.), Geography and the Tropics : Liverpool Essays, London, Longman, 1964, (p. 1-29), p. 2 : « there is no special branch of the subject to be recognized as “tropical geography” and […] the “geography of the tropics” implies no more – and no less – than the study by geographers of tropical areas, adopting, in general, similar approaches and methods to those used for the study of any other part in the world ».

37 Christophe Prochasson, « Les congrès : lieux de l’échange intellectuel. Introduction », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 1989 (7), (p. 5-8), p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claire Robic, « À propos de transferts culturels. Les congrès internationaux de géographie et leurs spatialités », Revue germanique internationale, 12 | 2010, 33-45.

Référence électronique

Marie-Claire Robic, « À propos de transferts culturels. Les congrès internationaux de géographie et leurs spatialités », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/257

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Robic

Directeur de recherche au CNRS (UMR 8504, Géographie-cités, équipe E.H.GO : Epistémologie et histoire de la géographie).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org