Navigation – Plan du site

L’exclusion des scientifiques allemands et de la langue allemande des congrès scientifiques internationaux après la Première Guerre mondiale

Roswitha Reinbothe
Traduction de Pascale Rabault-Feuerhahn
p. 193-208

Résumés

Après la Première Guerre mondiale les académies des sciences des pays alliés décidèrent de boycotter les scientifiques allemands et la langue allemande et fondèrent en même temps de nouvelles organisations scientifiques internationales : le Conseil international de recherches pour les sciences, qui chapeautait des unions internationales dans les disciplines les plus importantes, et l’Union académique internationale pour les sciences de l’homme. Les langues principales de ces organisations étaient le français et l’anglais. Dans le domaine des sciences, l’accent fut mis sur les unions internationales d’astronomie, de géophysique et géodésie, de chimie, de mathématiques et de médecine. Celles-ci organisaient périodiquement des réunions et des congrès dont étaient exclus les scientifiques allemands et la langue allemande. Le boycott était justifié par le fait que les scientifiques allemands avaient nié la responsabilité allemande dans la guerre et les crimes de guerre commis par l’Allemagne et qu’ils avaient glorifié le militarisme allemand. La guerre et le boycott entraînèrent un important affaiblissement de la position internationale des scientifiques allemands et le recul de la langue allemande comme langue internationale de la science.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Pascale Rabault-Feuerhahn

Texte intégral

  • 1  Brigitte Schröder-Gudehus, Deutsche Wissenschaft und internationale Zusammenarbeit 1914-1928, Genè (...)

1À l’issue de la Première Guerre mondiale les académies des sciences des pays alliés, emmenées par des scientifiques influents de France, du Royaume-Uni et des États-Unis, proclamèrent un boycott contre les scientifiques allemands et contre la langue allemande, qui furent dès lors exclus des publications, des associations et des congrès scientifiques internationaux. Cette exclusion concernait aussi les scientifiques autrichiens, hongrois, bulgares et turcs alliés aux Allemands1.

  • 2  « Conférence des Académies des sciences interalliées tenue à Londres en octobre 1918. Compte rendu (...)
  • 3  Bernhard vom Brocke, « “Wissenschaft und Militarismus”. Der Aufruf der 93 “An die Kulturwelt !” un (...)
  • 4  John Horne, Alan Kramer, German Atrocities, 1914. A History of Denial, New Haven, Yale University (...)
  • 5  Jürgen von Ungern-Sternberg, Wolfgang von Ungern-Sternberg, Der Aufruf “An die Kulturwelt !”. Das (...)

2Le boycott fut décidé lors des Conférences des académies des sciences interalliées qui se tinrent à Londres en octobre 1918 et à Paris un mois plus tard. En même temps fut engagée une réorganisation du fonctionnement scientifique international2. Les académies des sciences interalliées justifièrent le boycott par le soutien que les scientifiques allemands avaient apporté à la politique belliqueuse du Reich. Elles faisaient référence en particulier à l’appel « Au monde civilisé ! » (« An die Kulturwelt ! ») du 4 octobre 1914 dans lequel 93 représentants célèbres de la science et des arts allemands glorifiaient le militarisme allemand3 et niaient la responsabilité allemande dans le déclenchement de la guerre ainsi que les crimes de guerre perpétrés par l’armée allemande en Belgique4. Même s’ils ignoraient à l’époque que cet appel avait été lancé par le ministère de la marine et le ministère des affaires étrangères du Reich à Berlin dans un but de propagande, les savants allemands s’étaient bel et bien laissé instrumentaliser à des fins politiques et mettre au service de ces objectifs5. Quoi qu’il en soit, les scientifiques alliés ne voulaient plus travailler avec les Allemands tant que ceux-ci ne désavoueraient pas cet appel. Ils mettaient aussi tout en œuvre pour que, après la victoire militaire, la puissance internationale de la science allemande et de la langue allemande soit réduite à néant et pour verrouiller toute ambition hégémonique de l’Allemagne dans le domaine scientifique.

  • 6  William Ramsey, Süddeutsche Monatshefte, August 1915, p. 829 ; Lawrence Badash, « British and Amer (...)

3La décision de boycott prise par les Alliés était sous-tendue par le reproche fait à l’Allemagne d’avoir en tous cas cherché à utiliser les manifestations scientifiques internationales pour étendre sa puissance scientifique. Dès 1915 le célèbre chimiste anglais William Ramsay, Prix Nobel de chimie en 1904, avait suggéré d’exclure des réunions internationales les scientifiques allemands qui justifiaient la guerre d’agression6. Un an plus tard le mathématicien français Émile Picard, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences à Paris, exhorta à des mesures similaires :

  • 7  Émile Picard, « L’histoire des sciences et les prétentions allemandes », in : Gabriel Petit, Mauri (...)

Une réforme s’imposera dans les congrès internationaux. Ceux-ci sont devenus un tremplin pour le Germanisme. Nous arriverons, on doit l’espérer, à organiser avec nos alliés et amis des congrès d’où l’Allemagne sera exclue, pour la raison que, par sa barbarie, elle s’est mise en dehors des nations civilisées […], en raison du but indispensable à atteindre, qui est d’isoler le plus possible l’Allemagne, pour lui ôter toute possibilité de reprendre ses rêves de domination universelle. Le sang de millions de morts l’exige. […]7.

4Juste après la guerre, cette exhortation fut convertie en actes. Les Allemands et leurs alliés ne furent plus conviés aux congrès scientifiques internationaux, l’Allemagne perdit son statut de pays de congrès, et l’allemand celui de langue internationale de congrès, que ce soit pour les exposés, les discussions ou les publications, comme langue officielle ou comme langue admise.

  • 8  Peter Alter, « Internationale Wissenschaft und nationale Politik. Zur Zusammenarbeit der wissensch (...)
  • 9  International Research Council. Constitutive Assembly held at Brussels, July 18th to July 28th, 19 (...)
  • 10  Union Académique Internationale, Compte rendu de la Conférence préliminaire de Paris, 15 et 17 mai (...)
  • 11  International Research Council. Constitutive Assembly 1919, p. 8, 76, 155-159.

5Pour imposer le boycott et pour rendre en même temps la coopération scientifique plus efficace, les académies alliées entreprirent de réorganiser de fond en comble le fonctionnement de la science internationale. En 1919, l’Association internationale des académies fondée en 1899, qui englobait tous les domaines scientifiques et au sein de laquelle les académies allemandes étaient fortement représentées8, fut remplacée par deux organismes distincts : le Conseil international de recherches (CIR, International Research Council) pour les sciences (mathématiques, astronomie, physique, chimie, sciences naturelles)9, et l’Union académique internationale pour les sciences de l’homme (philologiques, archéologiques, historiques, morales, politiques et sociales)10. Ces deux institutions installèrent leur siège à Bruxelles et organisèrent régulièrement des réunions sans les scientifiques allemands ni leurs alliés. L’exclusion des puissances centrales avait été soigneusement consignée dans les statuts du CIR. Cette institution eut pour premier président, de 1919 à 1931, le mathématicien français Émile Picard ; de 1919 à 1928, son secrétaire général fut le physicien anglais Arthur Schuster, qui était par ailleurs secrétaire de la Royal Society. Le comité exécutif comptait en outre parmi ses membres l’astrophysicien américain George Ellery Hale, secrétaire de l’Académie nationale des sciences (National Academy of Sciences) à Washington et président du Conseil national de recherches (National Research Council) instauré en 1916, le mathématicien italien Vito Volterra et l’astronome belge Georges Lecointe11.

  • 12  Il avait été initialement prévu qu’il compte onze « unions internationales ».
  • 13  Suggestion for the International Organization of Science and Research. Submitted by the Council of (...)

6C’est surtout en sciences, domaine particulièrement important pour l’industrie et les techniques de guerre et au sein duquel les scientifiques allemands et la langue allemande étaient très influents, que les anciennes associations internationales furent remplacées par de nouvelles et que l’on mit sur pied un ensemble touffu de structures organisationnelles. On créa notamment des commissions, des congrès et des publications en lien étroit avec les associations. Le CIR faisait office de pouvoir central ; y étaient soumises huit « unions internationales » représentant chacune une discipline12. Les unions les plus importantes étaient celle d’astronomie, celle de géodésie et de géophysique ainsi que celle de chimie. Les unions des différentes disciplines adoptèrent aussi les restrictions du CIR. Elles organisaient régulièrement des conférences ou des congrès dont étaient exclus les scientifiques allemands et par voie de conséquence la langue allemande. En sciences, pour rattacher fermement les institutions internationales aux pays membres, on forma sur le modèle du National Research Council américain des conseils nationaux de recherches et des comités nationaux des unions disciplinaires13.

  • 14  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 149-163, 165-201.

7Avant la guerre, le français, l’allemand et l’anglais étaient les trois langues dominantes dans le domaine scientifique. Désormais, les nouvelles organisations scientifiques se cantonnaient principalement au français et à l’anglais, comme la Société des Nations ; au sein de l’Union académique internationale, on se limitait même au seul français. Dans le même temps l’extension du bilinguisme franco-anglais était activement promue par le biais des publications périodiques. Ainsi furent créées de nouvelles revues et de nouveaux recueils bibliographiques anglophones et francophones, tandis que l’on développait ceux qui existaient déjà. Le but était d’endiguer les publications en langue allemande qui circulaient dans le monde entier14.

8La rupture de l’entente scientifique avec les érudits allemands et l’ambition d’imposer à long terme le bilinguisme franco-anglais furent aussi subies de plein fouet par les savants suisses et ceux de pays non germanophones mais qui avaient utilisé jusqu’alors l’allemand comme langue de congrès ou qui gardaient des liens avec leurs collègues allemands et autrichiens. Toutefois les nouvelles organisations nées du boycott et leurs congrès furent institutionnalisés avant de convier à leurs assemblées les savants de pays neutres. On espérait ainsi pouvoir écarter plus facilement leurs objections éventuelles.

  • 15  Ibid., p. 345-397.

9Le boycott était censé prendre effet en 1919 pour une durée de douze ans mais il fut levé prématurément en 1926 suite à un nombre croissant de protestations et de contre-mesures et alors que l’Allemagne s’apprêtait à entrer dans la Société des Nations. Cependant, dans de nombreuses associations les négociations sur la reprise de la coopération se prolongèrent jusque dans les années 1930 car les Allemands formulaient de hautes exigences. Ils réclamaient notamment des excuses pour le boycott, la restructuration des nouvelles organisations et la mise sur un pied d’égalité de l’allemand avec le français et l’anglais. Ces revendications restèrent toutefois largement insatisfaites. Ce n’est qu’en 1935 que les académies des sciences allemandes entrèrent dans l’Union académique internationale, et l’Allemagne ne devint membre du CIR qu’en 195215.

  • 16  Karl Kerkhof, Diedeutsche Wissenschaft und das Ausland. (Vorläufiger Bericht), 30.10.1926, Politis (...)

10De nombreux congrès scientifiques poursuivirent le boycott après la Première Guerre mondiale. Les chiffres sont éloquents. En 1919, quatorze congrès internationaux se tinrent sans les scientifiques allemands. Dans les années qui suivirent la situation évolua peu, en dépit de quelques améliorations. En 1920, les scientifiques allemands furent exclus de 17 des 20 congrès qui eurent lieu cette année-là (soit 85 %), en 1921, de 22 des 36 congrès de l’année (soit 60 %), et entre 1922 et 1924, de 89 congrès sur 135 (soit 66 %). Ce pourcentage diminua encore progressivement au cours des années suivantes. Si l’on considère l’ensemble de la période de 1919 à 1926, les scientifiques allemands ont été exclus de 189 congrès scientifiques internationaux sur 359 (soit 53 %)16.

  • 17  À propos des congrès internationaux des physiciens et des géographes voir dans ce volume les contr (...)
  • 18  Verhandlungen des III. Internationalen Entomologen-Kongresses, Zürich, 19.-25. Juli 1925, Zurich, (...)
  • 19  Xe Congrès International de Zoologie. Tenu à Budapest du 4 au 10 septembre 1927, Budapest, 1929.
  • 20  Verhandlungen des V. Internationalen Kongresses für Vererbungswissenschaft, Berlin [11.-17. Septem (...)
  • 21  A. G. Cock, « Chauvinism and Internationalism in Science : The International Research Council, 191 (...)

11En sciences, le boycott fut proclamé principalement en mathématiques, en astronomie, en physique, en géophysique, en géodésie, en géologie, en géographie, en chimie et en médecine17. Mais tous les congrès de sciences ne suivirent pas l’appel au boycott ; ce fut le cas du congrès des entomologistes de Zurich en 1925, en dépit des protestations de savants français et belges qui avaient même retiré leur participation18. Pour éviter de tels conflits et pour que le premier congrès international des zoologues de l’après-guerre puisse se tenir sans restrictions, le comité d’organisation hongrois attendit jusqu’à la levée du boycott du CIR en 1926 et organisa le congrès à Budapest en 1927, et non en 1916 comme cela avait été prévu avant-guerre. Le congrès eut ainsi lieu dans un pays que les organisations liées au boycott avaient jusqu’alors proscrit des pays membres et des pays d’accueil des congrès. De nombreux zoologues allemands et autrichiens y participèrent et, à côté de l’anglais, du français, de l’italien et de l’espagnol, les communications furent faites majoritairement en allemand. Les zoologues allemands semblaient vouloir mettre l’occasion à profit pour démontrer l’efficacité de la langue et de la science allemandes et compenser l’humiliation infligée par le boycott dans d’autres branches scientifiques19. Juste après cette manifestation à Budapest et en lien avec elle fut organisé à Berlin le congrès international de génétique : il avait lui aussi été reporté de 1916 à 192720. Bien sûr, de nombreux biologistes désapprouvaient le boycott21.

  • 22  À propos des congrès internationaux des historiens, voir dans ce volume les contributions de Gango (...)

12Les congrès en sciences humaines et sociales, disciplines moins impliquées que les sciences dans les luttes de pouvoir, étaient moins concernés par le boycott. Par exemple les congrès des philosophes ne s’y associèrent pas, pas plus que les congrès des sociologues, des juristes, des psychologues, des orientalistes et des américanistes. Il y eut toutefois des exceptions comme le congrès international d’histoire de l’art de 1921 à Paris et le congrès international des historiens de 1923 à Bruxelles, tous deux exempts de participants allemands. Ce n’est qu’aux congrès suivants, en 1928 à Oslo pour les historiens et en 1930 à Bruxelles pour les historiens de l’art que les savants allemands furent conviés à nouveau et que l’allemand fut admis comme langue de congrès22.

13Les exemples qui suivent montrent comment fut imposé le boycott scientifique et linguistique.

Astronomie

  • 23  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 41-55.

14En astronomie, c’est à l’initiative d’astronomes allemands qu’avait été fondée en 1863 à Heidelberg l’Astronomische Gesellschaft (Société astronomique) qui se comprenait comme une association internationale et qui comptait alors parmi ses membres des gens comme Hale, Volterra et Lecointe, désormais promoteurs du boycott au sein du comité exécutif du CIR. À l’époque, ils s’étaient déjà agacés, comme d’autres astronomes, de ce que les Allemands aient dominé au sein de la Société astronomique et que l’allemand ait été la langue officielle de l’association – même si d’autres langues étaient aussi autorisées. En guise de contrepoids et aussi pour promouvoir l’astrophysique, une Union internationale pour la coopération dans les recherches sur le soleil avait été créée aux États-Unis en 1904 à l’initiative de Hale. Les langues officielles y étaient l’anglais, le français et l’allemand23.

  • 24  International Research Council. Constitutive Assembly 1919, p. 14-19, 78-109, 160-172 ; Transactio (...)

15L’astronomie, qui était étroitement liée aux mathématiques, à la géophysique et à la géodésie, se trouvait désormais au centre du boycott, puisque ses acteurs principaux étaient précisément spécialistes d’astronomie ou des disciplines afférentes et qu’ils trouvaient particulièrement important de lutter contre la position dominante des Allemands dans ce domaine. Dès novembre 1918, lors de la Conférence des académies des sciences interalliées à Paris, le futur président du CIR Émile Picard présenta le projet de statuts pour une Union astronomique élaboré par des membres de l’Académie française des sciences et du Bureau des Longitudes. L’exclusion des scientifiques allemands figurait en tête de ce projet, qui fut accepté dans ses principes lors de la Conférence de Paris. C’est ainsi que l’Union astronomique internationale (UAI) put être créée dès l’assemblée constitutive du CIR en 1919 à Bruxelles. 32 commissions furent adjointes à l’UAI, notamment pour la relativité, les éphémérides, les télégrammes astronomiques, l’heure, l’atmosphère solaire, la carte du ciel, la bibliographie. L’UAI intégra même, quoique sans ses membres allemands, l’Union internationale pour la coopération dans les recherches sur le soleil fondée en 1904. Bien sûr ce ne fut pas le cas de l’Astronomische Gesellschaft que l’UAI devait précisément remplacer24.

  • 25  Transactions of the International Astronomical Union, First General Assembly, Rome, 1922.

16Comme au CIR, les langues de l’UAI étaient le français et l’anglais. C’est dans ces deux langues qu’avaient été rédigés les statuts et que se tenaient les conférences. Lorsque l’assemblée générale se réunissait dans un pays d’une autre langue, comme par exemple à Rome en 1922, la langue de ce pays était aussi autorisée25.

  • 26  International Research Council. Constitutive Assembly 1919, p. 15.

17Le premier président de l’UAI fut Benjamin Baillaud, directeur de l’Observatoire de Paris, membre de l’Académie des sciences et du Bureau des Longitudes. Auparavant, il avait été membre de l’Astronomische Gesellschaft et délégué français auprès de l’Association géodésique internationale. Quant au poste de Secrétaire général de l’UAI, le premier à l’occuper fut Alfred Fowler, professeur d’astrophysique à l’Imperial College of Science de Londres et secrétaire de la Royal Astronomical Society26.

  • 27  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 299-308, 378-383.

18Toutefois, d’importantes forces d’opposition au boycott apparurent parmi les astronomes de différents pays ; certains continuèrent à travailler avec leurs collègues allemands et à participer aux réunions de l’Astronomische Gesellschaft. Celle-ci réussit indéniablement un coup de maître en élisant comme président de 1921 à 1930 le fameux astronome dano-suédois Elis Strömgren, qui s’impliqua dans le rétablissement des relations rompues. La résistance contre le boycott grandissait même au sein de l’UAI. Finalement, le président hollandais de l’UAI Willem de Sitter élu en 1925 parvint, en collaboration avec Strömgren, à coordonner en 1928 les réunions de l’Astronomische Gesellschaft et celles de l’UAI et à faire en sorte que chaque association invite les membres de l’autre. Quelques astronomes allemands furent aussi invités à participer aux assemblées générales suivantes de l’UAI. Mais l’Allemagne ne devint membre de l’UAI qu’en 195127.

Géophysique et géodésie

  • 28  Ibid., p. 56-63.
  • 29  Ibid., p. 64-75.

19En 1886 avait été fondée à Berlin l’Association géodésique internationale dont le bureau central fut établi à Berlin avant d’être déplacé à Potsdam. Ses langues de conférences étaient l’allemand et le français28. Le bilinguisme franco-allemand était aussi la norme pour les congrès de l’Association internationale de sismologie fondée en 1903 à Strasbourg et qui avait son bureau central à Strasbourg29. Dans ces deux organisations, les scientifiques allemands et la langue allemande jouaient un rôle de premier plan grâce à une politique scientifique et linguistique volontariste. Mais ils allaient être dépossédés de ce rôle après la guerre.

  • 30  Ibid., p. 139.

20Dès 1917, la Commission géodésique française du Ministère de l’Instruction publique à Paris avait prévu de négocier avec les Alliés pour fonder une nouvelle association géodésique internationale dont seraient exclues les puissances centrales. Dans le même temps, on voulait aussi retirer de Potsdam le bureau central de l’ancienne association. Émile Picard n’avait pas seulement communiqué ce plan à l’Académie des sciences, il avait aussi écrit à l’astrophysicien américain Hale et au physicien anglais Schuster pour les consulter. Ce faisant, ces trois protagonistes du boycott ignoraient délibérément l’« Association géodésique réduite entre États neutres » établie en 1917 par six États neutres et qui voulait organiser après la guerre une conférence réunissant tous les pays impliqués dans l’ancienne association afin de décider de son futur. C’est précisément ce que les trois scientifiques voulaient éviter à tout prix30.

  • 31  Conférence interalliée des académies scientifiques, séance du 28 novembre 1918, in : Association i (...)
  • 32  International Research Council. Constitutive Assembly 1919, p. 20-24, 173-178 ; Union géodésique e (...)

21Comme en astronomie, un projet de statuts d’une Union géophysique internationale fut soumis à la Conférence des Académies des sciences interalliées qui se tint à Paris en 1918. C’est le géologue Charles Lallemand, directeur du Service du Nivellement général de la France et ancien délégué français pour l’Association géodésique internationale, qui le présenta au nom de l’Académie française des sciences31. Ce projet donna ensuite naissance à l’Union géodésique et géophysique internationale (UGGI) créée en 1919 à Bruxelles lors de l’assemblée constitutive du CIR. L’UGGI était composée de sept sections : géodésie, sismologie, météorologie, magnétisme et électricité terrestres, océanographie physique, vulcanologie et hydrologie scientifique. Cette vaste organisation ne se contentait pas, elle non plus, de remplacer les anciennes associations internationales mais excluait en même temps les scientifiques allemands et leurs alliés ainsi que la langue allemande. Ce fut notamment le cas aux assemblées générales de 1922 à Rome, de 1924 à Madrid et de 1927 à Prague. Seuls le français et l’anglais étaient reconnus comme langues officielles de l’Union. À ce régime linguistique strictement franco-anglais répondait l’occupation des postes de direction. À la tête de l’Union se trouvait Charles Lallemand, président de 1919 à 1933. Le secrétaire général était le Colonel Sir Henry Lyons, directeur du Science Museum de Londres32.

  • 33  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 384-390.

22Suite à l’engagement de certains scientifiques, majoritairement suédois mais aussi d’autres nationalités, en faveur de la collaboration avec l’Allemagne, les spécialistes allemands de géodésie et de géophysique purent pour la première fois prendre part, en tant qu’invités, à l’assemblée générale de l’UGGI en 1930 à Stockholm. Aux assemblées générales suivantes, à Lisbonne en 1933 et Édimbourg en 1936, les scientifiques allemands ne participèrent toujours qu’au titre d’invités. Ce n’est qu’en 1937 que l’Allemagne se décida à entrer dans l’Union. Suite à ce changement, de nombreux participants allemands, de nombreuses propositions et de nombreux exposés en allemand furent annoncés pour l’assemblée générale de 1939, prévue à Washington. Mais cette dernière fut annulée, l’Allemagne ayant entre-temps initié la Seconde Guerre mondiale33.

Chimie

  • 34  Ibid., p. 141-142.

23Aux grands congrès de chimie de 1894 à Bruxelles, 1896 à Paris, 1898 à Vienne, 1900 à Paris, 1903 à Berlin, 1906 à Rome, 1909 à Londres et 1912 à Washington et New York, les langues officielles étaient le français, l’allemand et l’anglais. Lors du congrès de 1906 à Rome, on y ajouta l’italien. En faisant en sorte que le congrès ait lieu successivement dans les principales capitales européennes puis, en 1912, pour la première fois aux États-Unis, on voulait donner aux chimistes de chaque pays hôte l’occasion d’organiser eux-mêmes le congrès et de participer en plus grand nombre, ce qui impliquait le recours à la langue du pays concerné. Pour intensifier la coopération internationale entre chimistes, des représentants des Sociétés chimiques française, britannique et allemande fondèrent à Paris en 1911 l’Association internationale des sociétés chimiques. Elle était aussi chargée d’organiser les congrès internationaux. C’est le chimiste allemand Wilhelm Ostwald, Prix Nobel en 1909, qui fut élu à sa tête34.

  • 35  International Research Council. Constitutive Assembly 1919, p. 25, 179-184 ; Roger Fennell, Histor (...)

24Lors de la Conférence des académies des sciences interalliées de 1918 à Paris, on créa toutefois une Commission pour la coopération internationale en chimie dans le but de dissoudre l’ancienne Association et de mettre sur pied une nouvelle organisation sans les chimistes allemands, qui règlerait les questions de standardisation (poids atomique, nomenclature), mènerait des projets de recherches spéciaux et organiserait des congrès internationaux. La Commission était dirigée par le dernier président de l’Association, Albin Haller, professeur de chimie à Paris et membre de l’Académie des sciences. Elle était par ailleurs composée du chimiste français Charles Moureu, d’un Britannique, d’un Américain, d’un Italien et d’un Japonais. Enfin, à la conférence constitutive du CIR de 1919 à Bruxelles fut créée (comme en astronomie, en géodésie et en géophysique) une Union internationale de la chimie pure et appliquée qui adopta la politique d’exclusion promue par le CIR35. Toutefois des voix isolées se faisaient aussi entendre contre la dissolution de l’ancienne association, mais sans succès. Le premier président de l’Union fut Charles Moureu, professeur de chimie au Collège de France et membre de l’Académie de médecine et de l’Institut de France ; Jean Gérard, qui était par ailleurs secrétaire général de la Société de chimie industrielle et de la Fédération nationale des associations de chimie à Paris, en fut très longtemps le secrétaire général (de 1919 à 1940).

  • 36  Union internationale de la Chimie pure et appliquée. Comptes rendus de la première Conférence inte (...)

25Lors de la première assemblée générale de l’Union en 1920 à Rome, les discussions n’eurent plus lieu qu’en français, en anglais et italien. La présidence française de l’Union parvint même à imposer que le français soit reconnu, à côté des deux autres langues admises, comme la langue officielle pour les comptes rendus, les propositions, les résolutions et les documents officiels. S’ils avaient été rédigés dans une autre langue, ils devaient être traduits en français. Le français dominait donc au sein de l’Union, y compris comme langue de publication des actes de conférences36.

  • 37  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 298-299, 391-397.

26Après la suspension du boycott par le CIR en 1926 et l’admission de l’Allemagne au sein de la Société des Nations débutèrent d’intenses tractations concernant l’admission de chimistes allemands dans l’Union. Le rapprochement fut favorisé par l’élection du chimiste hollandais Ernst Cohen en 1925 comme président de l’Union de la chimie. Dans un premier temps, les chimistes allemands furent admis comme invités à la Conférence internationale des chimistes de La Haye en 1928. Puis, en janvier 1930, le Verband Deutscher Chemischer Vereine (la ligue des associations de chimistes allemands) entra dans l’Union de la chimie et envoya quatorze délégués au congrès de 1930 à Liège. Du côté allemand, Fritz Haber, Prix Nobel en 1918 mais qui portait aussi la responsabilité scientifique de l’utilisation de gaz toxiques pendant la guerre, avait également pris parti pour le rétablissement des relations scientifiques37.

  • 38  IX Congreso Internacional de Quimica pura y aplicada. IXe congrès international de Chimie pure et (...)

27Aux conférences de La Haye et de Liège, des débats animés eurent lieu autour de l’autorisation de la langue allemande. On finit par se mettre d’accord sur le fait que le français devait rester la seule langue officielle mais que, lors des conférences et des congrès, les orateurs pourraient choisir la langue de leurs exposés. Cela mettait du moins un terme à l’exclusion de la langue allemande. Après de nombreuses conférences, un premier grand congrès international de chimistes fut organisé pour la première fois après la guerre à Madrid en 1934. Les participants allemands firent de nombreux exposés dans leur langue maternelle. L’allemand avait toutefois perdu son statut officiel38.

Mathématiques

  • 39  International Research Council. Constitutive Assembly 1919, p. 26, 185-189, 247-250.

28Lors des premiers congrès internationaux de mathématiciens en 1897 à Zurich, 1900 à Paris, 1904 à Heidelberg, 1908 à Rome et 1912 à Cambridge, il n’y avait eu aucune restriction concernant les membres. Les langues officielles étaient l’allemand, le français, l’anglais et l’italien, avec au départ une certaine prédominance de l’allemand et du français. À l’assemblée constitutive du CIR en 1919, on décida au contraire d’organiser un an plus tard un congrès des mathématiciens à Strasbourg avec pour but de créer une Union mathématique internationale sans les mathématiciens des puissances centrales. Comme ceux des unions des autres disciplines, le projet de statuts fut déjà publié en français et en anglais dans le compte rendu de l’assemblée constitutive du CIR. De cette manière, le bilinguisme franco-anglais fut établi d’emblée au sein-même de l’Union mathématique et des congrès afférents39.

  • 40  Comptes Rendus du Congrès International des Mathématiciens (Strasbourg, 23-30 Septembre 1920), Tou (...)

29Sous la direction du mathématicien Émile Picard, président du CIR, le comité national français de mathématiques organisa le congrès de 1920 à Strasbourg. Les mathématiciens français représentaient à eux seuls 40 % des participants. Cela permit d’imposer le français comme langue dominante des congrès et de faire valoir l’influence française. Ainsi, à côté du président belge de l’Union Charles de la Vallée Poussin (de l’Académie royale de Belgique), c’est un Français qui fut élu secrétaire général : Gabriel Koenigs, membre de l’Académie des sciences et de la Société mathématique de France, professeur à la Sorbonne. Picard était président d’honneur40.

  • 41  Ibid. ; Proceedings of the International Mathematical Congress, held in Toronto, August 11-16, 192 (...)

30Tandis que dans les règlements des congrès précédents, les quatre langues officielles étaient expressément citées, à Strasbourg le « Règlement intérieur du congrès » ne mentionnait plus que le français et plus généralement d’autres langues qui n’étaient pas le français. Cette formulation ouverte permit toutefois au mathématicien suisse Rudolf Fueter d’utiliser sa langue maternelle lors du congrès, même si son exposé fut le seul en allemand, contre 61 en français et onze en anglais. L’allemand n’était toutefois plus reconnu comme langue officielle. Cela fut encore le cas lors du congrès suivant de l’Union qui eut lieu en 1924 à Toronto41.

  • 42  A. G. Cock, op. cit., p. 262-264.
  • 43  Roswitha Reinbothe, op. cit.,p. 270-287 ; Olli Lehto, Mathematics without borders. A History of th (...)

31Cependant, des opposants au boycott commencèrent à se manifester au sein même de l’Union mathématique. Un des membres du comité fondateur de l’Union, le mathématicien anglais Godfrey Harold Hardy, qui était à l’époque secrétaire de la London Mathematical Society (Société mathématique de Londres), s’était déjà opposé à l’exclusion des mathématiciens allemands. C’est la raison pour laquelle la London Mathematical Society choisit de ne pas participer à l’Union mathématique internationale tandis que la Grande-Bretagne y entrait. En Finlande aussi une certaine résistance se faisait jour. La Finlande resta ostensiblement à l’écart des Congrès de Strasbourg et de Toronto. De la même manière, l’American Mathematical Society refusa le boycott. Ses représentants réclamèrent la levée des restrictions au Congrès de Toronto en 1924, ce à quoi de nombreux délégués d’autres pays apportèrent leur soutien. Mais la direction franco-belge de l’Union empêcha le vote en se référant aux dispositions du CIR42. Seule la levée du boycott décidée par le CIR en 1926 ouvrit la voie à la réadmission des mathématiciens allemands dans l’Union mathématique internationale. Cette réadmission fut aussi facilitée par l’élection d’un nouveau président en 1924, à savoir Salvatore Pincherle, qui était à la tête de l’association des mathématiciens italiens. Pincherle s’arrangea pour que le congrès suivant n’ait pas lieu à Bruxelles comme cela était prévu, mais à Bologne en 1928 et qu’il soit placé sous le patronage de l’université locale. Ce n’est donc pas la section italienne de l’Union mathématique mais le recteur de l’Université de Bologne qui formula l’invitation, laquelle incluait aussi les mathématiciens allemands. Pour la première fois depuis la guerre, l’allemand fut aussi reconnu officiellement comme langue du congrès en plus de l’italien, du français, de l’anglais, de l’espagnol et du latin. En outre, la direction du congrès proposa au célèbre mathématicien de Göttingen David Hilbert de faire l’exposé scientifique inaugural en allemand43.

32Mais ces efforts en faveur du rapprochement rencontrèrent des obstacles de chaque côté. Le secrétaire général de l’Union, le Français Gabriel Koenigs, fit front avec le président du CIR Émile Picard contre la tentative d’organiser le congrès sous la direction non de l’Union mais de l’Université de Bologne et d’inviter des participants allemands qui n’étaient membres ni du CIR ni de l’Union. Par conséquent, ils ne reconnurent pas le congrès comme congrès de l’Union et ne voulurent pas inviter les membres de l’Union à y participer, ou du moins ils retirèrent leur propre participation.

  • 44  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 277-282.

33L’autre obstacle vint des mathématiciens allemands, qui se déchirèrent sur la question de leur participation au Congrès de Bologne. Le Verband der Deutschen Hochschulen (Association des universités allemandes) déconseilla d’y participer et plusieurs universités, la Deutsche Mathematiker-Vereinigung (Association des mathématiciens allemands), l’Académie des sciences de Prusse ainsi que l’Académie des sciences de Bavière refusèrent d’envoyer des délégués. Ces institutions ne pardonnaient ni le boycott passé, ni le lien du congrès avec l’Union et le CIR. Toutefois, on laissa libre choix à quelques mathématiciens de participer au congrès à titre privé et personnel. Face à la manière dont la direction italienne du congrès et d’autres mathématiciens étaient malmenés, David Hilbert, soutenu par ses collègues de la Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen (Société des sciences de Göttingen), se prononça résolument en faveur de la participation allemande au congrès44.

  • 45  Atti del Congresso Internazionale dei Matematici. Bologna 3-10 settembre 1928, Bologne.

34Finalement, le Congrès de Bologne compta beaucoup plus de participants (836) que les Congrès de Strasbourg en 1920 (200) et de Toronto (444). Il y avait notamment soixante-seize mathématiciens allemands. Onze universités allemandes, les Académies des sciences de Heidelberg et de Leipzig et la Société des sciences de Göttingen avaient envoyé des délégués. Même le gouvernement allemand avait un représentant. Neuf scientifiques étaient venus d’Autriche, et cinquante-six de France45.

  • 46  Verhandlungen des Internationalen Mathematiker-Kongresses Zürich 1932, Orell Füssli, Zurich ; Rosw (...)
  • 47  Olli Lehto, op. cit., p. 50-60, 84-88.

35Après avoir réussi à faire du congrès un succès et à rétablir le caractère international des congrès des mathématiciens, Pincherle abdiqua de ses fonctions de président de l’Union en signe de protestation contre la situation intenable au sein du présidium de l’Union mathématique internationale. Le Congrès de Bologne choisit délibérément Zurich comme lieu du prochain congrès. Celui-ci devait donc avoir lieu dans une ville de Suisse alémanique et son organisation fut confiée aux mathématiciens suisses. La dissociation entre le congrès et l’Union eut pour effet un nombre beaucoup plus important de participants allemands qu’à Bologne. Des délégués furent envoyés par des universités, des associations de mathématiques et des académies des sciences d’Allemagne qui avaient refusé de participer au Congrès de Bologne. Ainsi, la langue allemande fut largement représentée46. En outre, la tenue autonome des congrès internationaux des mathématiciens et les aspirations divergentes au sein de l’Union entraînèrent la dissolution de cette dernière en 1932. Elle ne fut refondée qu’en 195147.

Médecine

36Les scientifiques allemands et la langue allemande furent aussi exclus des congrès internationaux de médecine, notamment ceux des chirurgiens, des ophtalmologues et des spécialistes de la tuberculose.

  • 48  Cinquième Congrès de la Société Internationale de Chirurgie. Paris, 19-23 juillet 1920. Rapports, (...)
  • 49  Septième Congrès de la Société Internationale de Chirurgie, Rome, 7-10 avril 1926, Rapports […], B (...)

37C’est ainsi que le cinquième congrès international de chirurgie eut lieu à Paris en 1920 sans les chirurgiens allemands ; la langue allemande avait été rayée du règlement48. Les protestations de nombreux chirurgiens de différents pays, notamment les Pays-Bas, la Suisse, le Japon, la Finlande et l’Italie débouchèrent sur la réhabilitation de l’allemand comme langue officielle lors du septième congrès (Rome 1926). Mais ce n’est qu’au neuvième congrès à Madrid en 1932 que des chirurgiens allemands participèrent à nouveau, et ce après de longues négociations sur les modalités de leur adhésion49.

  • 50  XIII Concilium Ophthalmologicum. Amsterdam - Den Haag – Sept. 1929. Bericht. [...] Compte-Rendu. T (...)

38Les médecins allemands et la langue allemande furent exclus du douzième congrès international des ophtalmologues de 1922, à Washington. Les langues du congrès étaient l’anglais, le français et l’espagnol. Les protestations vinrent surtout des ophtalmologues finlandais, qui refusèrent de participer au congrès. Les ophtalmologues suédois étaient au contraire présents ; ils réclamèrent la levée du boycott, ce qui fut accepté. Après bien des tentatives de médiation (les Français et les Belges refusant au départ la collaboration) et une conférence préparatoire en 1927 aux Pays-Bas, des médecins allemands recommencèrent à participer à partir du 13e congrès, tenu à Amsterdam et La Haye en 192950.

  • 51  Elfte Internationale Tuberkulose-Konferenz, Berlin 22.-25. Oktober 1913. Bericht, Berlin-Charlotte (...)
  • 52  Conférence internationale contre la tuberculose. Paris, 17-21 octobre 1920, Paris, 1921.

39Pour ce qui est des recherches sur la tuberculose, l’Association internationale contre la tuberculose fondée à Berlin en 1902 fut dissoute, de même que son bureau central berlinois, par les médecins alliés car les médecins allemands et la langue allemande y étaient prédominants51. Le comité national français de lutte contre la tuberculose invita donc en 1920 tous les pays membres de la Société des Nations ainsi que les États-Unis à participer à la conférence internationale contre la tuberculose organisée à Paris. L’Allemagne était donc exclue. La présidence de la conférence fut assurée par le président français de l’ancienne association, l’ancien ministre-président Léon Bourgeois qui reçut le Prix Nobel de la paix en 1920. La conférence comptait des représentants de vingt pays ; l’ancienne Association et son bureau central de Berlin furent remplacés par une Union internationale contre la tuberculose dont le siège se trouvait désormais à Paris. Même si la nouvelle Union n’était pas placée sous le contrôle du CIR, elle se rallia à la politique de boycott52. Aux conférences suivantes sur la tuberculose, en 1921 à Londres, en 1922 à Bruxelles, en 1924 à Lausanne et en 1926 à Washington, les médecins allemands et la langue allemande furent bannis. Seuls le français et l’anglais étaient langues de conférence.

  • 53  Association suisse contre la Tuberculose, IVe Conférence de l’Union Internationale contre la Tuber (...)
  • 54  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 218-243.

40Une situation particulière apparut à Lausanne en 1924, lorsque les Suisses allemands se virent interdire l’usage de leur langue maternelle pendant la conférence alors même que c’était une des langues du pays hôte. Ils protestèrent en vain contre cette situation53. Mais les protestations vinrent aussi de médecins et de chercheurs suédois et finlandais outrés du mépris avec lequel étaient traités leurs collègues allemands. Avant même la conférence de Washington, la direction de l’Union engagea des négociations avec le Deutsches Zentralkomitee zur Bekämpfung der Tuberkulose (Comité central allemand de lutte contre la tuberculose), à la suite de quoi celui-ci déclara son adhésion en 1927. Des médecins allemands prirent part à un congrès international contre la tuberculose pour la première fois depuis la guerre en 1928, à Rome. Mais l’allemand n’était plus langue officielle du congrès, il n’était plus utilisé que par les participants allemands dans de courts exposés et dans des discussions et n’apparaissait pas dans la publication des actes du congrès. Lors du congrès suivant en 1930 à Oslo, le Français Léon Bernard, secrétaire général de l’Union, refusa d’imprimer dans les actes les exposés allemands en langue allemande. Ils devaient être traduits en français ou en anglais54.

  • 55  Union des Organisations Antituberculeuses de Pologne, IXe Conférence de l’Union Internationale con (...)
  • 56  « General Assembly of the International Union against Tuberculosis [Lisbonne, 9 September 1937] », (...)

41Après de nouvelles tractations, les médecins allemands obtinrent à l’occasion du congrès sur la tuberculose de 1934 à Varsovie que, pour la première fois, l’allemand ne soit pas reconnu seulement comme langue de communication orale mais aussi comme langue de publication dans les actes du congrès55. Ils remportèrent bientôt un nouveau succès lorsqu’au congrès suivant, à Lisbonne en 1937, la candidature allemande à l’organisation de la prochaine conférence à Berlin en septembre 1939 fut acceptée. En outre, l’Union élut un président allemand pour la période suivant la conférence berlinoise56. Comme l’allemand était la langue du pays hôte, il pouvait redevenir langue officielle du congrès international contre la tuberculose pour la première fois depuis la guerre. Le comité organisateur berlinois choisit l’allemand, le français, l’anglais et l’italien comme langues officielles. Pour faciliter l’intercompréhension, il était prévu d’installer un système de traduction de la marque Siemens, fonctionnant avec des casques audio. Mais la conférence n’eut finalement pas lieu suite à l’invasion allemande de la Pologne et au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Conséquences du boycott57

  • 57  Pour plus de détails, voir ibid., p. 399-448.
  • 58  Paul Forman, « Scientific Internationalism and the Weimar Physicists : The Ideology and Its Manipu (...)

42L’exclusion des scientifiques allemands des congrès internationaux après la Première Guerre mondiale s’est étendue sur une longue période. Cette politique d’exclusion fut promue par d’éminents scientifiques français membres de l’Académie des sciences et d’autres organisations scientifiques parisiennes, soutenus par leurs collègues belges. La Belgique et la France étaient les pays qui avaient eu le plus à souffrir des crimes de guerre allemands. Leurs scientifiques rechignèrent pendant longtemps à travailler avec les Allemands. Ils voulaient surtout leur retirer les fondements de leur position prééminente au sein de la science internationale. D’influents scientifiques britanniques et états-uniens s’engagèrent aussi en faveur de cet objectif, qui fut largement atteint grâce à la mise en place de nouvelles organisations scientifiques qui perdurent jusqu’à nos jours. Pour autant, les conflits de pouvoir se poursuivirent. Car la plupart des scientifiques allemands ne voulaient ni accepter les nouveaux rapports de forces, ni engager une réflexion critique sur la Première Guerre mondiale. L’aspiration allemande à la « domination universelle », contre laquelle Émile Picard avait mis en garde, n’avait pas été endiguée par le boycott58.

44Lorsque, après une longue période, les scientifiques allemands furent à nouveau invités dans tous les congrès suite aux protestations contre le boycott, les représentants du national-socialisme purent tirer profit du souhait désormais largement partagé de voir les scientifiques allemands intégrés dans la coopération internationale. Ils utilisèrent cette situation à des fins de propagande, par exemple en obtenant que de nombreux congrès internationaux aient lieu à Berlin dans les années 1930 : notamment le congrès international de la population en 1935, le congrès international des oto-rhino-laryngologistes en 1936, le congrès international d’entomologie de 1938, celui de 1939 en archéologie. En outre, il était prévu d’organiser à Berlin la conférence internationale contre la tuberculose à l’automne 1939, puis le congrès international des ophtalmologues en 1940 et le congrès international des chimistes en 1942. Dans l’esprit des organisateurs, toutes ces manifestations étaient censées rehausser le prestige international du national-socialisme et de la science allemande et faire valoir l’allemand comme langue de science et de congrès. Mais la Seconde Guerre mondiale réduisit ces plans à néant. La guerre de conquête et d’anéantissement menée par le régime national-socialiste discrédita une nouvelle fois, et à un niveau bien plus considérable, la science et la langue allemandes.

Haut de page

Notes

1  Brigitte Schröder-Gudehus, Deutsche Wissenschaft und internationale Zusammenarbeit 1914-1928, Genève, Carouge, 1966 ; Les Scientifiques et la paix. La communauté scientifique internationale au cours des années 20, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1978 ; Daniel J. Kevles, « “Into Hostile Political Camps” : The Reorganization of International Science in World War I », Isis 62, 1971, p. 47-60 ; Roswitha Reinbothe, Deutsch als internationale Wissenschaftssprache und der Boykott nach dem Ersten Weltkrieg, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2006.

2  « Conférence des Académies des sciences interalliées tenue à Londres en octobre 1918. Compte rendu », in : Académie Royale de Belgique, Bulletin de la classe des sciences 1, 1919, p. 49-61 ; « Conférence des Académies des sciences interalliées (deuxième session) tenue à Paris en novembre 1918 », ibid., p. 63-81.

3  Bernhard vom Brocke, « “Wissenschaft und Militarismus”. Der Aufruf der 93 “An die Kulturwelt !” und der Zusammenbruch der internationalen Gelehrtenrepublik im Ersten Weltkrieg », in : William M. Calder III, Helmut Flashar, Theodor Lindken (éds.), Wilamowitz nach 50 Jahren, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1985, p. 649-719.

4  John Horne, Alan Kramer, German Atrocities, 1914. A History of Denial, New Haven, Yale University Press, 2001.

5  Jürgen von Ungern-Sternberg, Wolfgang von Ungern-Sternberg, Der Aufruf “An die Kulturwelt !”. Das Manifest der 93 und die Anfänge der Kriegspropaganda im Ersten Weltkrieg. Mit einer Dokumentation, Stuttgart, Franz Steiner, 1996.

6  William Ramsey, Süddeutsche Monatshefte, August 1915, p. 829 ; Lawrence Badash, « British and American Views of the German Menace in World War I », Notes and Records of the Royal Society of London 34 (1), 1979, p. 91-121.

7  Émile Picard, « L’histoire des sciences et les prétentions allemandes », in : Gabriel Petit, Maurice Leudet (éds.), Les Allemands et la Science, Paris, Félix Alcan, 1916, (p. 283-299), p. 298.

8  Peter Alter, « Internationale Wissenschaft und nationale Politik. Zur Zusammenarbeit der wissenschaftlichen Akademien im frühen 20. Jahrhundert », in : Lothar Kettenacker, Manfred Schlenke, Hellmut Seier (éds.), Studien zur Geschichte Englands und der deutsch-britischen Beziehungen. Festschrift für Paul Kluke, Munich, Wilhelm Fink, 1981, p. 201-221.

9  International Research Council. Constitutive Assembly held at Brussels, July 18th to July 28th, 1919, Reports of Proceedings, Londres, 1920.

10  Union Académique Internationale, Compte rendu de la Conférence préliminaire de Paris, 15 et 17 mai 1919, Paris, 1919.

11  International Research Council. Constitutive Assembly 1919, p. 8, 76, 155-159.

12  Il avait été initialement prévu qu’il compte onze « unions internationales ».

13  Suggestion for the International Organization of Science and Research. Submitted by the Council of the National Academy of Sciences ; Outline of plan for an Inter-Allied Research Council, in : Association internationale des académies, Archives de l’Académie des Sciences, Paris ; Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 132.

14  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 149-163, 165-201.

15  Ibid., p. 345-397.

16  Karl Kerkhof, Diedeutsche Wissenschaft und das Ausland. (Vorläufiger Bericht), 30.10.1926, Politisches Archiv des Auswärtigen Amts, Berlin, R 65494.

17  À propos des congrès internationaux des physiciens et des géographes voir dans ce volume les contributions de Franklin Lambert et de Marie-Claire Robic.

18  Verhandlungen des III. Internationalen Entomologen-Kongresses, Zürich, 19.-25. Juli 1925, Zurich, 1926.

19  Xe Congrès International de Zoologie. Tenu à Budapest du 4 au 10 septembre 1927, Budapest, 1929.

20  Verhandlungen des V. Internationalen Kongresses für Vererbungswissenschaft, Berlin [11.-17. September] 1927, Leipzig, 1928.

21  A. G. Cock, « Chauvinism and Internationalism in Science : The International Research Council, 1919-1926 », Notes and Records of the Royal Society of London, vol. 37 (2), 1983, p. 249-288.

22  À propos des congrès internationaux des historiens, voir dans ce volume les contributions de Gangolf Hübinger et Agnes Blänsdorf. À propos des congrès d’histoire de l’art, voir celle d’Heinrich Dilly.

23  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 41-55.

24  International Research Council. Constitutive Assembly 1919, p. 14-19, 78-109, 160-172 ; Transactions of the International Astronomical Union. vol. I. First General Assembly held at Rome May 2nd to May 10th, 1922, Londres, 1922 ; Adrian Blaauw, History of the IAU. The Birth and First Half-Century of the International Astronomical Union, Dordrecht, Kluwer, 1994 ; Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 138-140, 144-146.

25  Transactions of the International Astronomical Union, First General Assembly, Rome, 1922.

26  International Research Council. Constitutive Assembly 1919, p. 15.

27  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 299-308, 378-383.

28  Ibid., p. 56-63.

29  Ibid., p. 64-75.

30  Ibid., p. 139.

31  Conférence interalliée des académies scientifiques, séance du 28 novembre 1918, in : Association internationale des académies, Archives de l’Académie des Sciences, Paris.

32  International Research Council. Constitutive Assembly 1919, p. 20-24, 173-178 ; Union géodésique et géophysique internationale. Première Assemblée générale réunie à Rome du 2 au 10 mai 1922, Toulouse, 1923 ; Roswitha Reinbothe, op. cit.,p. 140-146 ; Marielle Cremer, Seismik zu Beginn des 20. Jahrhunderts – Internationalität und Disziplinbildung, Berlin, ERS, 2001.

33  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 384-390.

34  Ibid., p. 141-142.

35  International Research Council. Constitutive Assembly 1919, p. 25, 179-184 ; Roger Fennell, History of IUPAC 1919-1987, Oxford, Blackwell Science, 1994 ; Ulrike Fell, Disziplin, Profession und Nation. Die Ideologie der Chemie in Frankreich vom Zweiten Kaiserreich bis in die Zwischenkriegszeit, Leipzig, Universitätsverlag, 2000 ; Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 141-148.

36  Union internationale de la Chimie pure et appliquée. Comptes rendus de la première Conférence internationale de la Chimie. Rome 22-24 juin 1920, Paris.

37  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 298-299, 391-397.

38  IX Congreso Internacional de Quimica pura y aplicada. IXe congrès international de Chimie pure et appliquée. Madrid, 5-11 Abril 1934, [Madrid].

39  International Research Council. Constitutive Assembly 1919, p. 26, 185-189, 247-250.

40  Comptes Rendus du Congrès International des Mathématiciens (Strasbourg, 23-30 Septembre 1920), Toulouse, 1921.

41  Ibid. ; Proceedings of the International Mathematical Congress, held in Toronto, August 11-16, 1924, Toronto, 1928.

42  A. G. Cock, op. cit., p. 262-264.

43  Roswitha Reinbothe, op. cit.,p. 270-287 ; Olli Lehto, Mathematics without borders. A History of the International Mathematical Union, New York, Springer, 1998.

44  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 277-282.

45  Atti del Congresso Internazionale dei Matematici. Bologna 3-10 settembre 1928, Bologne.

46  Verhandlungen des Internationalen Mathematiker-Kongresses Zürich 1932, Orell Füssli, Zurich ; Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 284-287.

47  Olli Lehto, op. cit., p. 50-60, 84-88.

48  Cinquième Congrès de la Société Internationale de Chirurgie. Paris, 19-23 juillet 1920. Rapports, Procès-Verbaux et Discussions, Bruxelles, 1921.

49  Septième Congrès de la Société Internationale de Chirurgie, Rome, 7-10 avril 1926, Rapports […], Bruxelles, 1926 ; Neuvième Congrès de la Société Internationale de Chirurgie, Madrid, 15-18 mars 1932, Rapports […], Bruxelles, 1932 ; Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 252-262.

50  XIII Concilium Ophthalmologicum. Amsterdam - Den Haag – Sept. 1929. Bericht. [...] Compte-Rendu. Transactions, Amsterdam,1930 ; Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 262-270.

51  Elfte Internationale Tuberkulose-Konferenz, Berlin 22.-25. Oktober 1913. Bericht, Berlin-Charlottenbourg, 1914 [page de titre en allemand, français et anglais] ; Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 88-95.

52  Conférence internationale contre la tuberculose. Paris, 17-21 octobre 1920, Paris, 1921.

53  Association suisse contre la Tuberculose, IVe Conférence de l’Union Internationale contre la Tuberculose. Lausanne, 5-7 août 1924, Lausanne.

54  Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 218-243.

55  Union des Organisations Antituberculeuses de Pologne, IXe Conférence de l’Union Internationale contre la Tuberculose. Varsovie 4-6 septembre 1934, Varsovie.

56  « General Assembly of the International Union against Tuberculosis [Lisbonne, 9 September 1937] », Bulletin de l’Union Internationale contre la Tuberculose, vol. XIV, no 4, octobre 1937, p. 604-607 ; Roswitha Reinbothe, op. cit., p. 241-243.

57  Pour plus de détails, voir ibid., p. 399-448.

58  Paul Forman, « Scientific Internationalism and the Weimar Physicists : The Ideology and Its Manipulation in Germany after Wold War I », Isis 64, 1973, p. 151-180.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roswitha Reinbothe, « L’exclusion des scientifiques allemands et de la langue allemande des congrès scientifiques internationaux après la Première Guerre mondiale », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/285

Haut de page

Auteur

Roswitha Reinbothe

Chercheur, Maître de conférences (Privatdozentin), Université de Duisburg-Essen.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page