Navigation – Plan du site

Introduction

Michel Espagne et Thomas Serrier
p. 5-7

Texte intégral

1Les territoires situés sur les bords ou à proximité de la mer Baltique, répartis actuellement entre la Pologne, la Lituanie, la Lettonie, l’Estonie et la Russie, ont été dans la longue durée des lieux de passage, des mosaïques d’ethnies dont certaines, comme le peuple balte des Vieux-prussiens près d’Elbing ou celui des Livoniens, ont disparu, dont d’autres comme les Caraïtes, ces juifs turcs établis près de Vilnius, sont devenus des curiosités historiques. Ces territoires n’ont cessé de faire l’objet de convoitises des puissances dominantes de la région. La Suède, l’Allemagne puis la Russie s’y étaient fermement installées jusqu’à ce que la montée des nationalités donne l’occasion aux peuples baltes d’affirmer à partir du XIXe siècle leur culture propre. Cette multiplicité d’appartenance des mêmes villes explique la complexité des toponymies. Les mêmes lieux portent plusieurs noms selon la période historique considérée : Vilnius, Vilna Wilno – Klaipeda, Memel – Tallinn, Reval – Jelgava, Mitau – Tartu, Dorpat. Cette pluralité de noms est précisément le signe d’une appartenance plurielle. Vilnius par exemple est aussi bien un creuset de la culture lituanienne qu’un haut lieu de la littérature polonaise et une capitale de la culture juive d’Europe orientale. Depuis le Moyen-âge l’espace qui s’étend entre Dantzig et l’actuelle Estonie a été le cadre de conquêtes militaires et religieuses, les chevaliers teutoniques n’ayant arrêté leur élan que sur les bords du lac Peïpous. La conquête militaire a été suivie d’une présence culturelle plus pacifique, et qui ne s’est pas arrêtée au lac Peïpous, mais, grâce à la minorité des Allemands de Russie, s’est poursuivie jusqu’à Saint-Pétersbourg. La Prusse orientale qui disparaît à partir de 1945 du monde germanophone, comme avaient disparu ces entités territoriales que furent la Courlande ou la Livonie, a été, très loin de Berlin et du Brandebourg, un des théâtres de la vie sociale et intellectuelle allemande. Riga à l’époque de Herder, Königsberg à l’époque de Kant, Reval à l’époque du poète baroque Flemming, Dorpat quand l’écrivain du « Sturm und Drang » Maximilian Klinger en était curateur furent sinon des capitales culturelles, du moins des cités de fort rayonnement dans l’histoire intellectuelle allemande. Même lorsqu’ils étaient sujets du tzar et jouaient un rôle de premier plan dans l’administration russe, les Allemands de la Baltique ont vécu dans une situation d’échanges permanents avec les États allemands et ont assuré, dans la longue durée, un contact suivi entre la Russie et les pays germaniques. Cette présence allemande, qui fut certes une forme de domination, n’a pas toujours empêché d’autres formes culturelles de se développer et de se définir. Après tout, l’épopée nationale estonienne, le Kalevipoeg a été publiée dans une revue de langue allemande et la renaissance des langues baltes doit beaucoup à l’intérêt de la philologie allemande pour la diversité des langues et des traditions littéraires. Se pose dès lors la question des interactions culturelles entre l’Allemagne et les autres nationalités qui se sont partagé avec elle le Nord-Est de l’Europe. Y a-t-il eu un développement de communautés juxtaposées mais hermétiquement closes ou au contraire des échanges, des imbrications et l’apparition de formes de métissages ? La question se posa-t-elle dans les mêmes termes pour les diverses nationalités présentes dans l’espace baltique ? Quelle est la part des facteurs économiques, religieux, linguistiques dans l’établissement des diverses nationalités et leurs échanges ? Il n’est évidemment pas question d’aborder l’ensemble des problèmes posés par les transferts culturels entre l’Allemagne et les autres nations présentes dans l’espace baltique. Nous nous concentrerons donc plus particulièrement sur la culture urbaine. Car c’est naturellement dans les villes que la juxtaposition des communautés devait faire apparaître le conflit ou la complémentarité des références symboliques, des réseaux économiques, des formes religieuses et politiques. D’autre part nous privilégierons la période allant de la fin du XVIIIe au début du XXe sans renoncer à éclairer l’amont et l’aval par des mises en perspective. Durant ces deux siècles en effet les nationalités, avec leur langue, leur littérature et leur histoire, ici comme partout en Europe, se sont plus fortement manifestées, et la question des transferts culturels est devenue plus aiguë. Comment au nord-est de l’Europe l’Allemagne s’est-elle mêlée à d’autres systèmes culturels ? À quoi correspondit ce que l’on pourrait désigner comme l’Allemagne hors les murs ? Quelles transformations et quelles constructions ont résulté de ces rencontres ?

2Avant de considérer la complexité des situations locales, l’Europe du NordEst doit d’abord être envisagée comme un ensemble dont l’étude pose un certain nombre de problèmes méthodologiques (Jörg Hackmann). Une puissance traditionnelle sans contiguïté territoriale eut notamment au XVIIe et XVIIIe siècle une incidence considérable sur le développement des pays baltes, la Suède (Jean-François Battail). La Lituanie et plus particulièrement la ville de Vilnius, ville lituanienne, juive, polonaise méritait une approche exemplaire, aussi trois articles lui ont été consacrés (Dangiras Mačiulis/Alvydas Nikžentaitis/Vasilijus Safronovas, Jean Baumgarten, Théodore R. Weeks). L’étude d’une ville de Courlande à forte présence allemande comme Mitau ou d’une capitale régionale rassemblant des associations allemandes, lettones et russes comme Riga permet d’aborder la rencontre des communautés allemande et lettone et de leurs échanges dans un cadre politique russe (Anne Sommerlat, Ulrike von Hirschhausen, Yves Plasseraud). L’Estonie quant à elle a été abordée par le biais de Tartu/Dorpat, qui fut la grande université de langue allemande de l’empire russe, en parfaite osmose avec la vie académique des autres universités allemandes, avant de devenir le principal centre universitaire d’Estonie (Michel Espagne, Céline Trautmann-Waller). Il fallait naturellement parler de la Russie abordée à partir de deux villes : Pskov située au point précis de rencontre de la poussée germanique vers le Nord-Est et des plus anciens territoires russes, et Saint-Pétersbourg, la ville de Pierre le Grand, dont l’architecture et l’histoire culturelle dans la longue durée doivent tant à des importations d’Europe occidentale (Ekaterina Dmitrieva et Ewa Bérard). Enfin un dernier article aborde le devenir du patrimoine matériel et symbolique des villes baltiques, notamment l’héritage allemand, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale : la comparaison de trois villes, Danzig-Gdańsk, Königsberg-Kaliningrad et Reval-Tallinn, exemplaires de trois réalités politiques contemporaines différentes (Pologne, Kaliningrad, Estonie) met en lumière les points communs et les différences des enjeux de mémoire dans la région (Thomas Serrier).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Espagne et Thomas Serrier, « Introduction », Revue germanique internationale [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/287

Haut de page

Auteurs

Michel Espagne

Directeur de recherche au CNRS

Articles du même auteur

Thomas Serrier

Enseignant à l’Université de Francfort sur l’Oder

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page