Navigation – Plan du site

L’élément national dans les descriptions de Mitau autour de 1800

Anne Sommerlat
p. 103-124

Résumés

Jusque vers 1800, la ville de Mitau est perçue essentiellement comme une cité germanique, sans véritable prise en compte de la diversité des nations qui y vivent, au premier rang desquelles les Lettons. Progressivement, le désintérêt apparent pour les autres peuples fait place à une réflexion concernant la transmission des modes de vie, des mœurs et des langues par la fréquentation quotidienne. Pour les observateurs allemands ou français, le trait typique de la société locale apparaît désormais être le « mélange », dont la définition peut considérablement varier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ulrich Heinrich Gustav von Schlippenbach, Malerische Wanderungen durch Kurland, Riga und Leipzig : (...)
  • 2 Ibid., p. 392.

1« Je comparerais la ville avec le Nil, sortant par périodes de son lit, pour inonder ses berges et ainsi les fertiliser ; ou si l’image n’était pas trop audacieuse, avec Proserpine qui vivait une partie de l’année dans le Tartare pour se délecter du reste du temps dans l’Olympe. À la Saint-Jean, Mitau est aussi intéressante que peut l’être une grande ville de résidence, très peuplée, et le reste du temps suffisamment calme pour commémorer par les paisibles souvenirs les joies de la Saint-Jean. »1 Ainsi commence la description de la ville de Mitau sous la plume de Ulrich von Schlippenbach (1774-1826), dans ses Promenades pittoresques à travers la Courlande (1809). Il s’agit de l’une des rares descriptions de l’époque rédigées par un habitant du pays, en l’occurrence un baron courlandais, disciple de l’helléniste Karl August Kütner, poète, traducteur et publiciste de Mitau. La capitale de l’ancien duché de Courlande, territoire germanique sous suzeraineté polonaise (1561-1795), était devenue à l’époque le centre administratif du gouvernement général de Courlande (1795-1918), placé sous l’autorité de l’empereur Alexandre Ier. L’écrivain évoque avec nostalgie le temps où Mitau était une ville de résidence, non pour raviver le souvenir de la dynastie des Biron, exilée à Sagan depuis 1795, mais parce qu’il se souvient d’une ville nettement plus animée. Sous le règne de Pierre Biron, de 1769 à 1795, le duché s’était ouvert aux Lumières grâce aux émigrés de langue allemande, on avait fait édifier un gymnase académique (Academia Petrina) tourné vers Berlin, des librairies et des sociétés de lecture très actives s’étaient créées, les belles-lettres commençaient à se développer, les arts à fleurir. La fermeture des frontières par Paul Ier avait mis un coup d’arrêt à ce mouvement d’épanouissement intellectuel et artistique. Certes, après 1800, Mitau conserve encore tout son rayonnement sur l’arrière-pays courlandais, mais que dire de l’ouverture au monde d’une ville où s’écoule « une vie paisible et campagnarde à l’année »2 ?

  • 3 Ibid., p. 408.
  • 4 Ibid., p. 424 sq.
  • 5 Cette réflexion est inspirée par une auberge aux abords de Mitau. L’adjectif utilisé « überfeinert  (...)

2Dans le cours de son récit, Schlippenbach s’abandonne à la vision que lui inspirent les promeneurs qui déambulent dans le grand parc de Mitau à la Saint-Jean : « on s’imagine volontiers dans ces bois de l’autre côté de l’agréable Léthé, où l’oubli des souffrances et les délices d’une félicité ininterrompue réunissent les hommes de toutes les conditions et toutes les nations. »3 De fait, l’élément national traverse sa description ; il présente d’abord quelques-uns des habitants de Mitau, surtout les Allemands et les Juifs. D’autres traces indiquent que Mitau est un lieu d’accueil de différentes cultures : le nom des hôtels (l’hôtel de Petersbourg, en français, ou la ville de Moscou), l’architecture, les collections de peinture du magistrat von Berner et du conseiller von Offenberg4. Cependant rien ne signale une singularité culturelle de la ville par rapport à ses consœurs d’Allemagne. Au contraire, Schlippenbach insiste sur leur proximité : ville de culture allemande, Mitau se distingue par son théâtre et ses concerts, sa sociabilité dans les clubs, les bals et les mascarades, son histoire germanique et le souvenir des anciens ducs. Seul le constat de mœurs plus policées parmi les Lettons5 et la référence aux autorités impériales russes rappellent la localisation de la ville dans la Baltique. La réalité quotidienne dément pourtant la perspective d’une absence de commerce et de fréquentation entre Lettons, Allemands, Juifs, mais aussi Russes, Lituaniens et Polonais. Face à ce témoignage courlandais caractéristique, on serait tenté d’envisager Mitau comme le cas particulier d’une multiculturalité en filigrane, non explicite et non verbalisée, surtout si l’on considère le cas de la minorité silencieuse formée par les Lettons, privés d’identité nationale et de langue jusqu’au XIXe siècle. Nous voudrions ici nous interroger sur la présence et le rôle de l’élément national dans les descriptions de Mitau autour de 1800, c’est-à-dire à cette époque-charnière où partout en Europe, la nation commence à être perçue comme le facteur culturel prépondérant.

I. Mitau vers 1800 : une ville représentative de la Baltique

  • 6 Sur l’étymologie de Mitau, voir Karl Otto Schlau, « Zur Gründungs- und Verfassungsgeschichte der St (...)
  • 7 E. Schmidt, Mitau und Umgegend, p. 6.

3Jusqu’au XIXe siècle, la ville de Mitau où se côtoient divers groupes nationaux (Allemands, Lettons, Lituaniens, Polonais, Juifs, Russes) se présente comme une ville de colons et d’émigrés d’origine allemande, virtuellement menacés par un environnement inhospitalier. Pour remonter aux origines de son histoire, il peut être utile de faire appel à l’étymologie. Les études sur Mitau répertorient deux étymologies à ce nom. Selon la première, Mytowe viendrait du letton mît, qui signifie « échanger ». La ville de Mitau serait donc littéralement « un lieu d’échange ». Pour la seconde, ce nom serait dérivé du moyen bas allemand, et signifierait « au milieu du pré » (mitten auf der owe)6. La ville porte enfin le nom de Jelgava en letton, ce qui viendrait du live Jelgab, qui signifie ville d’eau7. Origine nationale double que celle de cette ville, lettone et allemande, dont le statut est initialement celui d’un îlot spatial mais aussi ethnique, car la population lettone, majoritaire en Courlande, était minoritaire à Mitau.

4La position géographique de Mitau en fait depuis le Moyen-Âge un centre militaire et commercial important dans la Baltique. En 1265, le Maître de l’Ordre livonien, Conrad Medem de Mandern, édifie un château-fort sur la Aa (appelée Lielupe en letton), nommé Mytowe ou Mitau. Achevé soixante-dix sept années plus tard par Eberhard de Monheim, cette fortification, devenue le siège d’une commanderie (Komturei), sert à refouler les attaques des peuples voisins de Sémi-galle et de Lituanie. À proximité du château, une colonie d’habitation s’établit vers 1269, simple bourgade peu significative (Hakelwerk) jusqu’au XVIe siècle. En Courlande, seules Goldingen et Windau obtiennent le droit des villes. Lorsque la Courlande est érigée en duché en 1561, Mitau en devient la capitale, et son château-fort sert de résidence des princes ; elle obtient le droit des villes vers 1570.

  • 8 Ibid., p. 8.

5La forteresse médiévale ne fut jamais prise par les Lituaniens, malgré des assauts répétés jusqu’à la conversion de Ladislas II Jagellon au christianisme (1385). Comme en 1558 la forteresse résista également aux Russes, le lieu prit une valeur de symbole. Durant les nombreuses conquêtes qui suivirent jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, « deux cents années de malheur »8 diront plus tard certains historiens, les opérations militaires visaient toutes à prendre la résidence des ducs : les Suédois y parvinrent à deux reprises (1621, 1658), pillant le bâtiment, expédiant les archives et les richesses qui s’y trouvaient à Stockholm. Le duc Jacques Kettler (règne : 1642-1681) fut envoyé en captivité à Riga, puis à Narva, et ne retrouva son duché qu’en 1661, après la paix d’Oliva. La forteresse fut, par quatre fois, entre 1701 et 1709, soumise aux occupations étrangères, suédoise, puis russe. Ferdinand Kettler (1711-1737), dernier duc de la Maison de Courlande issu de cette dynastie, jugea qu’il était plus prudent de gouverner son duché depuis Danzig. La Russie parvint à pousser son avantage au détriment de la Suède et de la Pologne, faisant échouer les projets polonais portés par les princes de Saxe (Maurice de Saxe, Charles de Saxe) : Ernest-Jean Biron, favori de l’impératrice Anne Ivanovna, fut élu duc de Courlande (1737). Il fit sauter l’ancienne forteresse (1738), et reconstruisit un château baroque dont le modèle était le palais impérial à Saint-Pétersbourg. Au tournant du siècle, ce lieu accueillit le prétendant à la couronne française, le futur Louis XVIII, pendant plusieurs années, nous le verrons plus loin.

  • 9 Erwin Oberländer, Volker Keller, Kurland. Vom polnisch-litauischen Lehnsherzogtum zur russischen Pr (...)
  • 10 E. Schmidt, ouvr. cité, p. 274.
  • 11 K.O.Schlau, art. cité, p. 533-536.
  • 12 Tatjana Aleksejeva, Jüdisches Schicksal im Herzogtum Kurland im 17. und 18. Jahrhundert, in : Erwin (...)
  • 13 Arrêté de Windau datant de 1694, « Windausche Burspracke ». Le terme de Burspracke renvoie à Bauern (...)
  • 14 Abel Burja, Observations d’un voyageur sur la Russie, la Finlande, la Livonie, la Curlande et la Pr (...)
  • 15 Abbé Delaporte, La Courlande, in : Le Voyageur François, ou la connaissance de l’ancien et du nouve (...)
  • 16 J.G. Kohl, ouvr. cité, p. 99.

6Les statuts et privilèges des chevaliers germaniques dataient de l’évangélisa-tion et furent confirmés en 1561 par le Privilegium Sigismundi Augusti : le roi de Pologne garantissait le respect du droit germanique, une administration autonome, la pratique de la langue allemande, et l’exercice de la confession luthérienne9. Des marchands et des artisans allemands s’implantèrent sur ces terres et les villes nouvellement fondées prirent le profil juridique, politique et architectural des cités hanséatiques comme Lübeck ou Rostock. Les villes étaient administrées selon les statuts féodaux, modifiés au fil du temps10. En 1606, le duc Frédéric promulgua une ordonnance de police (au sens de Politeia, administration) qui instaurait un conseil de la ville (Magistrat). Celui-ci était composé de douze membres d’ascendance allemande, choisis parmi les marchands et les artisans. Il excluait par conséquent un certain nombre d’Allemands, c’est-à-dire la noblesse, les lettrés, les fonctionnaires ou les domestiques ; en outre, Lettons, Lituaniens, Russes et Juifs ne pouvaient pas non plus participer à l’administration de la ville, qui restait germanique11, comme dans les autres provinces de la Baltique. Les Juifs formaient une communauté autonome, avec sa propre administration ; interdits de séjour à plusieurs reprises, ils étaient tolérés dans la pratique12. Les Juifs n’étaient pas les seuls à être surveillés ; les Lettons avaient l’interdiction de fonder un foyer en ville avant d’y avoir servi dans une maison pendant trois ans13. Enfin, les Polonais comme les Russes dépendaient des autorités de leur pays ; les Russes par exemple n’avaient de compte à rendre qu’à l’envoyé de Russie à Mitau, ou en son absence, au secrétaire de légation.14 Pour la noblesse, une fois franchie la frontière entre la Pologne et la Courlande, l’acquisition de la nationalité était automatique : « Un gentilhomme courlandais a droit de naturalité en Pologne, de même qu’un Polonais en Courlande ; mais ni l’un ni l’autre ne peuvent le réclamer, s’ils ne sont établis dans le pays. »15 S’il était difficile aux Allemands d’exercer des charges en Pologne sans être catholiques, l’inverse n’était pas vrai pour les Polonais qui pouvaient exercer toutes les charges à Mitau, exceptée celle de chancelier. Davantage d’Allemands de Courlande s’établirent définitivement en Pologne que l’inverse16.

  • 17 Nathaniel William Wraxall, Bemerkungen auf einer Reise durch das nördliche Europa, besonders zu Cop (...)
  • 18 Johann Heinrich Liebeskind, Rückerinnerungen von einer Reise durch einen Theil von Teutschland, Pre (...)
  • 19 Johann Bernoulli, Reisen durch Brandenburg, Pommern, Preußen, Curland, Rußland und Pohlen in den Ja (...)
  • 20 J.H.Liebeskind, ouvr. cité, p. 359.
  • 21 Ziedonis Ligers, ouvr. cité, p. 108. Ceci incite l’auteur à y voir une concurrence « supérieure et (...)
  • 22 Erwin Oberländer, Volker Keller (éd.), Kurland, p. 243.

7Première des neuf autres villes courlandaises, de grosses bourgades comptant moins d’un millier d’habitants, Mitau dégageait une atmosphère de petite ville rurale très souvent décrite par les voyageurs du siècle des Lumières. Les rues étaient bordées de simples maisons de bois d’un étage, très mal pavées ; le plus singulier, précise l’un des voyageurs, était que la noblesse s’était opposée par caprice au duc lorsqu’il voulut remédier à ce défaut17. Pourtant, la ville frappait par son étendue, due à la présence de vastes jardins autour des maisons. Souvent, Mitau était définie à travers la comparaison avec Riga, à un jour de diligence. « Elle occupe au moins autant de terrain que Riga, mais comme les rues sont plus larges, & que les maisons ne sont pas en aussi grand nombre, on ne peut pas dire qu’elle soit aussi grande », déclarait Wraxall ; Liebeskind affirmait l’inverse : « La ville est d’une grande étendue, et ainsi plus vaste que Riga, si l’on dessine par la pensée un cercle autour des maisons dispersées derrière lesquelles se trouvent en général une grande cour et un jardin, et que l’on cherche à évaluer la grandeur de la ville de cette façon. »18 Selon Bernoulli, il fallait une petite heure pour faire le tour de la ville en suivant le tracé des anciens remparts 19. Les appréciations étaient divergentes, parce qu’elles reflétaient un jugement de valeur sur le système politique de Mitau ou de Riga. La comparaison était poursuivie s’agissant des activités de la ville. Moins peuplée que Riga, Mitau n’était pas non plus une ville de négoce comme sa voisine et concurrente. Selon certains, elle disposait de tous les atouts nécessaires, mais la Russie favorisait Riga, aussi ses activités se bornaient-elles au seul marché intérieur20. Les traités historiques confirment que la développement de la ville fut entravé par la concurrence commerciale de Riga : dès 1615, on fixa des tarifs douaniers très élevés sur toutes les marchandises destinées à Mitau par voie d’eau21, et à partir de 1783, on adopta une « convention sur le commerce et les frontières » entre la Russie et la Courlande qui préparait en réalité la soumission du duché.22

  • 23 Liebeskind, ouvr. cité, p. 363.
  • 24 Kohl cite ici des extraits d’une Alte Kleiderordnung, datant de 1591 (p. 115-119).
  • 25 Heinrich Bosse, Die Einkünfte kurländischer Literaten am Ende des 18. Jahrhunderts“, in : Zeitschri (...)
  • 26 Karl Feyerabend, Kosmopolitische Wanderungen durch Preußen, Liefland, Kurland, Litthauen, Vollhynie (...)

8Les conditions de vie étaient telles que Mitau passait pour l’une des villes de résidence les plus chères. À la grande époque des voyageurs, c’est-à-dire vers 1780, il circulait l’anecdote suivante : lorsqu’il se mariait, un maître couturier offrait à sa fiancée une montre en or que celle-ci portait en assortissant le reste de sa toilette à ce bijou somptueux23. Plusieurs ordonnances de police furent prises pour freiner l’étalage indécent de luxe parmi la bourgeoisie des villes, notamment lors des mariages et des baptêmes24. Mitau se trouvait dans la situation paradoxale d’être une ville coûteuse et pourtant financièrement attractive pour les étrangers : le coût de la vie y était un tiers plus élevé que dans les autres territoires allemands, mais l’aisance matérielle d’un pasteur, d’un juriste ou d’un médecin compensait largement la cherté des produits et des services25. Les émoluments des maîtres des écoles latines, en revanche, restèrent médiocres. Mitau n’accueillit pas d’université, hormis durant la parenthèse de l’Academia Petrina de 1775 à 1795 ; comme entre 1710 et 1802, les provinces baltes ne comptèrent pas d’établissement supérieur, elles attiraient toute une population de jeunes diplômés allemands, souvent totalement ignorants des réalités locales. La plupart d’entre eux, divisés entre « lettrés approximatifs » (Halbgelehrte) et « vrais lettrés » (Ganzgelehrte) par des observateurs extérieurs26 menaient un train de vie modeste.

  • 27 Par le manifeste du 23 juin 1794, le sénat russe fut chargé de mener un recensement de toutes les p (...)
  • 28 Le droit d’indigénat fut garanti dans les traités fondateurs Pacta Subiectionis et Privilegium Sigi (...)

9Mitau comptait 10262 habitants en 1797, qui se répartissaient entre des catégories sociales soit exclusivement germaniques : aristocrates, lettrés, fonctionnaires, soit mixtes : négociants allemands, négociants russes, artisans allemands, artisans lettons, petit peuple d’Allemands émancipés, Lettons émancipés, Russes, Polonais et Lituaniens émancipés, Juifs et serfs lettons27. L’ensemble des Allemands représentait la moitié de la population de Mitau (environ 5168 individus), c’est-à-dire qu’ils étaient plus de deux fois plus nombreux que les Lettons, lesquels formaient 22,4 % des habitants (2299 individus). Cette situation inédite à l’échelle du duché se confirmait aussi pour la population juive ; celle-ci formait une communauté nettement plus importante qu’ailleurs (12,7 %, soit 1303 âmes). À Mitau résidaient aussi plus de la moitié des Russes de Courlande, en l’occurrence quelques familles de la noblesse, des négociants et des employés (255 individus). Les petites gens d’origine allemande ou lettone étaient le groupe le plus nombreux, puis venaient les Polonais, les Lituaniens (ensemble 1237 habitants) et les Juifs. Ces catégories de population se côtoyaient quotidiennement, et les modes de vie par classe sociale y étaient sensiblement les mêmes. Au sein des artisans, 8,6 % étaient des Lettons, le reste des Allemands ; ceci explique que les Lettons issus de ces professions parlaient assez bien l’allemand, et obtenaient plus facilement leur émancipation que les paysans. L’aristocratie allemande jouissait de privilèges considérables. Les hautes charges de l’État et l’exploitation des domaines lui étaient réservées, au titre du droit d’indigénat28 ; elle n’était pas soumise à l’impôt. En outre, elle exerçait elle-même la juridiction dans ses domaines et le patronat sur les Eglises qui s’y trouvaient.

  • 29 Karl von Nolde, Matériaux divers qui renferment les détails nécessaires à la connaissance de la Cou (...)

10À la fin du XVIIIe siècle, ce système semblait avoir atteint ses limites : l’économie était archaïque, la population stagnait, le duc Pierre ne dirigeait plus les affaires, le patriotisme territorial ne fonctionnait plus : la confusion générale faisait que l’intérêt individuel l’emportait sur l’intérêt général, comme le rapportèrent voyageurs et diplomates29. Au même moment, la « deuxième émigration » (Nachwanderung) de lettrés, en provenance de la Saxe, la Thuringe, la Hesse, et Königsberg, et l’installation à Mitau de plusieurs savants renommés, porteurs des idées éclairées et humanistes, suscitèrent un questionnement sur l’identité. Celui-ci était attisé par les critiques que formulaient les voyageurs, suggérant avec plus ou moins de tact que la Courlande était arriérée.

II. L’invention des Courlandais

  • 30 J.H. Liebeskind, p. 359.
  • 31 Michel Espagne, Le creuset allemand, Histoire interculturelle de la Saxe XVIIIe-XIXe siècle, Paris  (...)
  • 32 M. Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris : PUF, 1999, p. 157. (Perspectives ger (...)

11On pouvait s’attendre à se trouver à Mitau, du fait de la succession de conflits et des très nombreuses occupations étrangères, face à un palimpseste culturel et national. Les voyageurs se trouvèrent nécessairement confrontés à la question des relations entre les Allemands et les Lettons. Pour l’élucider, ils remontèrent aux origines de leur histoire commune, puis à l’époque précédant l’arrivée des Allemands. Ce n’était pas véritablement l’élément national qui cristallisait leurs observations ; les possibilités théoriques de brassage des nations et des cultures ne figuraient pas au centre de leurs études ; la question de l’absence d’une nation et d’une langue lettones commençait juste à être abordée – encore qu’il ne s’agisse pas, sauf chez Herder, d’une approche historique reposant sur un système philosophique. Ils faisaient le constat que les tensions entre les groupes sociaux – noblesse, lettrés, négociants, artisans, bourgeoisie et prince – expliquaient l’étonnante liberté d’action et d’expression que l’on remarquait immédiatement à Mitau. En réalité, cette liberté masquait l’absence d’intérêt pour le bien commun et la chose publique.30 Pour décrire le tissu social complexe, les observateurs s’intéressèrent à ce qui, dans les mœurs et les coutumes, était passé d’une nation à l’autre. Sans orienter la question vers une réflexion théorique, ils commençaient cependant déjà à s’interroger sur la place de la « référence étrangère »31, et cette question indiquait l’importance croissante de l’élément national dans l’interprétation des cultures 32.

1. Les transferts culturels : langue, apparence, mœurs, religion

  • 33 On trouve ces informations chez tous les voyageurs, par exemple J.H. Liebeskind, p. 367.
  • 34 Cf. Carola L. Gottzmann, Petra Hörner, Lexikon der deutschsprachigen Literatur des Baltikums und St (...)

12Le terme qui désignait globalement les habitants de Courlande était celui de « courlandais » (kurisch), qui opérait une indistinction nationale, et se fondait sur l’appartenance territoriale33. Le terme de « national » fréquemment utilisé dans les textes de l’époque désignait simplement l’habitant d’un territoire plutôt qu’un groupe de population. Mais il existait de nombreuses variantes et précisions, depuis la dénomination pure et simple des habitants (les Allemands, les Lettons, etc.) jusqu’au classement des nations par groupes sociaux. Le voyageur Karl Feye-rabend employait ainsi le terme de « curländisch » pour désigner les Allemands et de « Curen » pour désigner les paysans lettons. Toutes ces désignations produisaient finalement une grande confusion terminologique34 ; elles traduisaient le besoin croissant d’individualiser les nations.

  • 35 La langue allemande apparaît comme un « sociolecte » (Soziolekt) : elle traduit les données socio-p (...)

13Le multilinguisme à Mitau transparaissait à la fois à l’échelle individuelle et à l’échelle collective : l’apprentissage obligatoire d’une langue pour certaines professions (le letton pour les pasteurs, l’allemand pour le négoce), et la traduction de tous les documents officiels en polonais, puis en russe après 1795 l’illustraient. L’allemand de la Baltique reflétait les données sociales et culturelles régionales35. Il ne se produisit pas d’assimilation linguistique au letton, cependant, les idiotismes étaient à ce point marqués que cet allemand n’était pas entièrement intelligible aux immigrés récents ; l’un d’eux fit publier en 1795 un petit ouvrage intitulé

  • 36 A.W. Hupel, Idiotikon der deutschen Sprache in Lief- und Ehstland. Riga, 1795.
  • 37 Burja, ouvr. cité, p. 5.
  • 38 Stegman von Pritzwald, Das baltische Deutsch als Standessprache, [s.d., s.l.], p. 414, cité in : Dz (...)
  • 39 D. Lele-Rozentale, art. cité, p. 81.

14Idiotikon36 afin de les éclaircir. Les voyageurs étaient sensibles à cet aspect linguistique. Burja constatait pour toutes les provinces baltiques quelques erreurs de langue chez les nobles allemands : « Ils parlent l’allemand d’une manière agréable, sans accent provincial. Mais ils manquent quelquefois dans les genres des noms & dans les prétérits des verbes, disant, par exemple, das Arm pour der Arm ; ich fuhl pour ich fiel, geschonken pour geschenket. »37 Cet allemand des franges de la germanité se distinguait aussi de la langue standard parlée en Allemagne par les emprunts au danois, suédois, polonais et russe. Le bas allemand fut progressivement concurrencé par l’usage du haut allemand parlé par les émigrés et les jeunes gens de l’aristocratie qui étaient instruits dans un allemand épuré. La progression sociale des autochtones restait liée à l’acquisition de l’allemand et l’assimilation à la population allemande, c’est-à-dire à la germanisation.38 Les contacts linguistiques de l’allemand et du letton produisirent parfois une tension entre un attachement et une certaine loyauté envers la langue d’une part, et ce qui était ressenti comme une perte de la langue d’autre part.39

  • 40 Explication abrégée du droit que les Courlandais ont de se choisir un duc et de le présenter au roi (...)
  • 41 Ibid., p. 9.

15La menace potentielle qui pesait sur la langue allemande dans ce territoire des confins, où elle se trouvait très minoritaire, fut parfois utilisée comme un argument politique. Le recours à l’élément national traduisait la volonté par les Allemands de défendre leur indépendance. Les Courlandais l’expliquaient au roi de Pologne, au moment de choisir un successeur à la tête du duché : « Doit-on moins considérer les Courlandais que les habitants de Valachie et de Moldavie et s’imaginer qu’une liberté si ancienne et le prix du sang de leurs ancêtres ne les excitera pas à tout sacrifier pour la conserver, surtout ayant devant les yeux pour exemple la Livonie et la Prusse polonaise où la langue et le nom allemand sont presque éteints. »40 Au nom de la protection de l’identité nationale et linguistique, les chevaliers refusaient l’annexion de la Courlande à la Pologne, et réclamaient le maintien d’un régime de protectorat : « la Courlande sera toujours unie à la Pologne sous le gouvernement d’un duc. »41 Cette défense des libertés était à l’origine du patriotisme territorial dont se réclamait l’élite du duché, qui n’était pas incompatible avec la loyauté vis-à-vis du suzerain polonais ; ce patriotisme consistait à préserver et légitimer la tradition héritée des chevaliers Teutoniques, se prévaloir du droit coutumier et se défier d’un pouvoir centralisateur qui mettrait en cause les anciennes libertés.

  • 42 Feyerabend, ouvr. cité, t. 3, p. 123.
  • 43 Burja, p. 139.
  • 44 Le Chevalier de Bray, Essai critique sur l’histoire de la Livonie, t. 3, Dorpat, J.C.Schün-mann, 18 (...)

16Habituellement, les Aufklärer privilégiaient dans leurs observations sur la langue lettone l’aspect exotique au détriment de tout autre remarque : on trouve fréquemment des considérations sur « les vieux chants nationaux » des ancêtres, transmis par la tradition orale.42 Mais la Courlande se distinguait semble-t-il du reste des provinces baltes par le fait que l’on pouvait repérer quantité de mots étrangers dans la langue lettone, « des mots pris du latin, du français, de l’allemand, du russe, &c. » 43 L’auteur de cette observation l’expliquait par le fait que la Courlande avait toujours été une terre d’accueil des exilés. L’adoption de termes allemands signalait également le perfectionnement de la langue lettone44 ; l’emprunt de mots étrangers et la composition de nouveaux mots à partir des termes primitifs servaient à exprimer davantage et indiquaient l’ouverture culturelle.

  • 45 August Wilhelm Hupel, Topographische Nachrichten von Liv- und Estland, t. 2, Riga 1777, p. 124.
  • 46 Alfrds Gāters, Fremde Völker und Länder in lettischen Dainas, in : Ponto-Baltica (1982-1983), p. 29 (...)
  • 47 Par exemple : « Dievs [Dieu principal] prit la fille du soleil pour femme, il fêta son mariage en A (...)
  • 48 Le motif de la traite des indigènes y apparaît : « Les seigneurs partirent en Allemagne, mon frère (...)
  • 49 La Prusse est associée à la proximité, la frontière proche permet d’entendre les mélodies des jeune (...)
  • 50 Ibid., p. 73. Voir également : Erwin Oberländer, « Du Deutscher, Teufelskind, warum kommst du in un (...)
  • 51 Markus Liebl, thèse citée, p. 292 sq.
  • 52 Friedrich Bienemann (éd.), Livländisches Sagenbuch, Reval : Kluge, 1897 (rééd. 1968).

17La plupart des lettrés venus d’Allemagne pensaient comme le pasteur August Wilhelm Hupel (1737-1819), originaire des environs de Weimar, et établi dans le bourg estonien d’Oberpahlen, que les Lettons, pas plus que les Estoniens, n’avaient de véritable caractère national. Leurs mœurs et leurs habitudes étaient « empruntées » à d’autres peuples, d’abord aux Russes, et surtout aux Allemands. Les domestiques apprenaient les coutumes allemandes et les faisaient circuler autour d’eux. La mixité des habitants rendait vaine toute quête d’une identité nationale originelle : « que de sang allemand, suédois et russe fut mélangé à ces deux peuples [estonien et letton] depuis des siècles ! »45 L’élément national était cependant très présent à l’esprit des Lettons si l’on en croit les chants traditionnels (dainas) ; les Allemands y sont le peuple étranger le plus représenté, ainsi que celui que les Lettons jugent avec le plus de sévérité46. En même temps, l’Allemagne, comme territoire, était incluse dans la mythologie lettone en figurant une demeure désirée de l’au-delà47. Sans doute progressivement, avec l’introduction du servage, le terme prend un sens connoté négativement48, dont se démarque cependant la Prusse (Preußenland)49. L’antagonisme répandu en Europe entre le seigneur et le serf est donc interprété dans les dainas comme un antagonisme national, l’Allemand apparaissant parfois sous les traits d’un « être diabolique ».50 On trouve également des dainas qui mettent en scène d’autres nations. Le thème de la guerre occupe la place dominante dans les références aux Russes, aux Lituaniens, et loin derrière, aux Turcs et aux Allemands. Les autres nations, Juifs, Suédois, Anglais, Polonais, voire Français sont plus rarement évoquées. Les Juifs sont perçus comme des étrangers dont on ne peut pas totalement comprendre le comportement, mais qui ne sont pas dangereux, à l’inverse des Allemands et des Russes51. Ils apparaissent également dans les légendes lettones, et tiennent indifféremment le rôle du bon ou du méchant52.

  • 53 Ernst Gotthard von Derschau, Peter Ernst von Keyserling, Beschreibung der Provinz Kurland, Mitau : (...)
  • 54 « Il se peut qu’ils [les Lettons] aient emprunté un certain nombre de choses aux Allemands, leur fr (...)
  • 55 Nordische Miscellaneen, Riga 3/1781, p. 126-127.

18Les nouvelles autorités russes firent le constat vers 1800 de différences profondes entre les habitants, soit vestimentaires et culinaires, soit touchant les mœurs et les coutumes. Cependant, il s’était opéré une transmission progressive du mode de vie et des mœurs de la bonne société vers les autres couches sociales. Ce transfert entre individus avait été rendu possible « en ayant souvent affaire l’un à l’autre et en se fréquentant ».53 La fréquentation (Umgang) permettait la transmission culturelle et l’appropriation des mœurs étrangères54. La fécondation entre nations était un phénomène qui touchait aussi l’aristocratie allemande. Cette dernière s’inspirait dans son mode de vie soit de celle de la Pologne, soit de celle de la Livonie, à en croire la revue de Riga, Nordische Miscellaneen qui présentait les différents usages dans les provinces de la Baltique 55. Le rapprochement de la Pologne indiquait l’abondance et la richesse, la proximité de la Livonie marquait plutôt un tempérament modéré et économe. Du coup, seul l’attachement à ses libertés définissait en propre l’aristocratie courlandaise ; elle apparaissait plus traditionnelle que celle de Riga, ce qui traduisait certainement aussi la concurrence entre les élites de Mitau et de Riga, apparentées et jalouses de leurs particularismes.

  • 56 E.G.v. Derschau, P.E. v. Keyserling, ouvr. cité, p. 206.
  • 57 « La paresse et la dépravation des mœurs sont des défauts rares que l’on ne rencontrerait éventuell (...)
  • 58 K. Feyerabend, ouvr. cité, p. 241.
  • 59 Ibid., 262.
  • 60 À l’instar de Karl Heinrich Heyking, nommé en 1796 sénateur et conseiller secret auprès de Paul Ier (...)
  • 61 Cet épisode est souvent mentionné, cf. notamment : Wilfried Schlau, Die Deutschbalten, München : La (...)
  • 62 U. v. Schlippenbach, ouvr. cité, p. 413.
  • 63 Ibid., p. 423.

19Pour les autres nations de Courlande, les témoignages des voyageurs sur les rencontres étaient moins étoffés. Certes, des contacts existaient bien entre elles ; c’était le cas des négociants allemands, russes et juifs56. Mais les préjugés l’emportaient à l’égard des Juifs et des Russes. Ils étaient tellement courants à l’encontre des Juifs qu’on fut obligé de corriger l’image de cette nation dans un rapport rédigé pour les autorités russes : on expliquait que les craintes sociales étaient liées à l’extrême pauvreté de certains57. Du reste, force était de constater, selon un voyageur, que « l’exemple » de la bourgeoisie de Mitau leur avait permis d’anoblir leur mode de vie58. Rien ne les distinguait plus en apparence des chrétiens, dont ils portaient les vêtements, à la différence des Juifs de Pologne59. Les Russes, assimilés à l’armée ou à l’administration, étaient jugés sévèrement. Même les officiers russes se voyaient accusés d’avoir corrompu les mœurs de la noblesse, particulièrement les « Russes bornés » (Stockrussen), individus chez qui l’élément national s’était comme démultiplié. Sans doute la diminution des prérogatives de la noblesse allemande sous le gouvernement russe n’était pas étranger au développement d’une russophobie latente. Au cours de la première décennie du XIXe siècle toutefois, l’image de la Russie se transforma ; elle apparut de plus en plus comme un rempart contre Napoléon. Par ailleurs, les Courlandais occupèrent des postes à haute responsabilité dans la haute administration russe60. Un nouveau patriotisme d’empire se développa dans les provinces baltiques, en particulier à Mitau, occupée par les troupes françaises en 181 61. Schlippenbach s’en fit l’écho en notant que les Courlandais se réjouissaient d’être devenus des sujets d’Alexandre Ier62 parce que la Russie était en train de se hisser au rang des pays les plus civilisés.63

20S’il était un domaine cependant où les usages n’avaient pas évolué, c’était celui des pratiques religieuses. Le chevalier de Bray constatait en 1817 que malgré la fréquentation permanente d’une nation éclairée, les Lettons avaient conservé certaines superstitions (lors de la célébration des fiançailles ou des noces, par exemple) : « il est surprenant que les relations continuelles qu’ils ont avec les

  • 64 L.c. de Bray, ouvr. cité, p. 102.

21Allemands n’aient pas fait disparaître un plus grand nombre de leurs préjugés et de leurs habitudes »64. Ce refus présumé d’acculturation des Lettons s’expliquait selon lui par la structure sociale figée et l’existence du servage qui entravaient l’évolution des mœurs, mais aussi l’obstacle de la langue allemande, que les Lettons ne parlaient en général pas assez bien pour accéder au perfectionnement de l’esprit.

2. Germanisation et lettonisation

  • 65 Cf. ma thèse de doctorat : La Courlande et les Lumières, Paris, Belin, 2010, p. 211 sq. ; Ulrike Pl (...)
  • 66 Liebeskind, ouvr. cité, p. 366.
  • 67 Originaire de Brême, Johann Georg Kohl (1808-1878) fit ses études à Göttingen, Heidelberg puis Müni (...)
  • 68 J.G. Kohl, Die deutsch-russischen Ostseeprovinzen oder Natur- und Völkerleben in Kur-, Liv- und Est (...)
  • 69 Les Estoniens de Dorpat avec leurs voisins allemands plutôt qu’avec les Estoniens de Tallinn par ex (...)

22Sous la plume des voyageurs du XVIIIe siècle, les rapports entre nations culminaient dans le face à face hostile et douloureux entre paysans lettons et aristocrates allemands65. Les voyageurs des Lumières poursuivaient des objectifs pédagogiques et philosophiques, qui rendaient utile une démonstration appuyée ; leur propos était de souligner les imperfections des hommes et des systèmes autant que la perfectibilité de l’humanité. Liebeskind notait par exemple que chaque jeune fille de bonne maison avait une suivante lettone, avec laquelle elle se comportait selon ses désirs66. Il ne disait rien de la langue de communication, des comportements ou des passages culturels. Les observateurs du XIXe siècle, variant la focale de leurs aînés, se concentrèrent davantage sur les phénomènes de multiculturalité. Johann Georg Kohl67 dont l’ouvrage était postérieur à la loi d’émancipation des serfs en Courlande (1817), portait un regard différent sur les échanges entre Allemands et Lettons. Son ouvrage sur Les provinces de la Baltique germano-russes68 (1841) répondait à un questionnement d’ordre plus ethnographique, à la recherche des contacts anciens entre les peuples de la Baltique. Dans le chapitre « Eléments de la population », il constatait que les comportements sociaux étaient certes fondés sur l’intériorisation d’une hiérarchisation entre peuples, mais aussi entre catégories sociales au sein d’une même nation, ce qui pouvait parfois conduire à des alliances entre divers groupes nationaux 69 ; il pouvait enfin se produire un transfert non plus seulement culturel, mais national, puisque l’acquisition de la langue allemande sur plusieurs générations s’accompagnait d’un phénomène de naturalisation.

  • 70 Ibid., p. 412.
  • 71 Dans Le fou du tzar, les personnages mis en scène par Jaan Kross sont une illustration de ce proces (...)
  • 72 Kohl, op. cit., p. 414.
  • 73 Ibid., p. 98.

23Espèce d’appendice de l’Allemagne (Nebendeutschland), selon J.G. Kohl, les colonies allemandes de la Baltique virent se dérouler plusieurs phénomènes simultanément, dont les deux principaux furent la germanisation des populations autochtones, et l’existence de transferts culturels multiples en direction des populations germaniques. La domination écrasante de la population allemande fut accompagnée d’un repli sur son identité, comme si la germanité avait été mise sous protection pour la préserver d’une dissolution dans les conquêtes militaires polonaises, suédoises, et russes au cours des siècles. La conquête allemande fut la plus lourde de conséquences, car elle ne fut pas seulement marquée par la conquête du pouvoir politique, mais aussi par la colonisation du pays ; des soldats, mais aussi des prêtres, des marchands et des artisans, tous armés, prirent possession du pays à titre privé (Privatbesitz) et imposèrent par la force leur religion, leur domination politique, leur foi, leur industrie et dépossédèrent les premiers habitants de tous leurs droits. Profondément enracinée, cette colonisation résista aux vagues successives d’invasions par d’autres peuplades. Elle s’accompagna d’une germanisation progressive70. Dans le même temps, certains indigènes apprirent la langue et les mœurs des Allemands, obtinrent leur reconnaissance, et furent admis dans les rangs de la noblesse. C’est pour cela que n’existaient que dans la Baltique certains patronymes de familles nobles (Liven, Patkul, Uexkul, Koschkul, Ermes). Kohl constatait leur germanisation complète (verdeutscht), puisque seul leur nom évoquait une ancienne appartenance nationale71. La promotion sociale supposait l’adoption de la culture allemande : une fois émancipé, l’ancien paysan, pour obtenir un poste réservé aux Allemands, acquérait une formation et adoptait un nom allemand, en particulier dans les villes ; certains noms mélodieux étaient très prisés, comme celui de Rosenkranz. Appelés « demi-Allemands » (Halbdeutsche), ils s’étaient d’ailleurs parfois complètement fondus dans le moule germani-que72. Des surnoms donnés par les Allemands de souche exprimaient un reste de dédain : à Mitau, ils se voyaient affublés du sobriquet d’ « Orientaux » (Morgenländer), variation sur le thème de l’Orient barbare face à l’Occident civilisé73. Au bout de quelques générations, des familles se trouvaient entièrement germanisées et intégrées à la bourgeoisie citadine.

  • 74 Ce terme traduit l’allemand Lettisirung employé par Kohl (p. 415).
  • 75 Ibid., p. 417.

24Kohl s’intéressait également au phénomène de lettonisation74 éventuelle des Allemands. Dans les catégories sociales populaires, on trouvait peu de différences, en effet, entre les « demi-Allemands », d’ascendance lettone, et les « petits Allemands » (Kleindeutsche), d’ascendance allemande. Ces derniers exerçaient les professions d’artisan, aubergiste, épicier, écrivain public, meunier, etc. Or, les appartenances nationales étaient finalement gommées, car on avait pris l’habitude de réunir les Lettons et Allemands de ces professions sous le nom de « gens allemands » (deutsche Leute). En plus de ces ambiguïtés nationales, des collisions culturelles avaient lieu aux différents échelons de la société. Les Allemands de petite condition refusaient d’être rapprochés des Lettons germanisés, dont ils se sentaient supérieurs ; ces derniers à leur tour, répugnaient à fréquenter les Lettons non-germanisés pour la même raison. Devenus les médiateurs entre les Allemands et les Lettons de souche, cette catégorie des « gens allemands »75 était au fond une catégorie mixte dont l’existence se situait à la périphérie des catégories nationales clairement identifiables.

3. Les travaux allemands à l’origine de la littérature lettone

  • 76 L. C. de Bray, ouvr. cité, p. 236.
  • 77 Ibid., p. 238. C’est l’absence de véritable collaboration avec les Lettons jusqu’au XIXe siècle qui (...)

25« Il ne serait pas juste de ne faire ici aucune mention de la littérature letto-nienne et estonienne, si toutefois on peut appeler littérature une collection de traductions des livres saints, de cantiques sacrés, quelques ouvrages élémentaires, manuels ou almanachs, écrits par des Allemands dans les deux langues ci-dessus nommées »76. Le chevalier de Bray, l’auteur de ces lignes, décrivait dans les provinces baltiques « un phénomène unique dans l’histoire, celui de deux langues très diverses, cultivées et perfectionnées par des étrangers, au sein du pays même des peuples qui les parlent, sans que ces derniers aient le moins du monde contribué à ce développement. »77

  • 78 Mitauische Monatsschrift, mars 1784, p. 284-285, et mai 1785, p. 175-176.
  • 79 Daniel Beauvois, « Le multi-palimpseste des cultures lituano-ruthènes : variations sur le mineur et (...)
  • 80 Cf. Ulrike von Hirschhausen, Die Grenzen der Gemeinsamkeit. Deutsche, Letten, Russen und Juden in R (...)
  • 81 Kohl, ouvr. cité, p. 109.

26Le choc ressenti par la plupart des lettrés en arrivant en Courlande fut à l’origine d’une réflexion sur l’impact de leur présence comme minorité culturelle et sur ce que devait être leur rôle. Concentrées à Mitau, les initiatives en faveur de la circulation du savoir et de l’acculturation des Lettons devaient beaucoup aux professeurs de l’Academia Petrina et à l’imprimeur Johann Friedrich Steffenhagen. La nation lettone n’était pas incarnée dans une littérature nationale, elle restait à créer. Le pasteur Gotthard Friedrich Stender publia au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle une grammaire de la langue, Lettische Grammatik (1761), et un dictionnaire, Lettisches Lexikon (1789). Les termes inexistants, modernes ou abstraits furent empruntés à l’allemand ou recréés sur les racines du letton. Pour assurer une continuité historique, les textes publiés par les Aufklärer furent puisés parmi des poèmes et des dainas qui étaient fidèles à la tradition orale. La revue Mitauische Monatsschrift (1784-1785) de Karl August Kütner publia des poèmes traduits en letton ou des chants traditionnels authentiques, traduits en allemand78. L’intégration culturelle devait en effet respecter les spécificités de la tradition orale, seul vecteur de la culture lettone des origines. Grâce à ce discours sur la langue lettone, ses locuteurs commencèrent à sortir peu à peu de la relégation dans laquelle ils se trouvaient. Les savants et les historiens mirent en chantier des études anthropologiques sur les populations indigènes, et commencèrent à revisiter l’histoire de la colonisation allemande et des croisades, en y incluant le destin de la nation indigène. L’intérêt philologique et ethnographique des lettrés allemands pour la langue et la culture orale lettones complétait les descriptions des voyageurs sur les réalités sociales. Comme pour d’autres nations des confins, les travaux des érudits permirent « la pérennisation d’une mythogra-phie, puis d’une histoire qui fournirent les bases de la légitimation d’une identité séparée »79. Celle-ci ne commença à s’affirmer nettement qu’à la fin du XIXe siècle80. Les travaux des Aufklärer furent poursuivis par ceux de la Société courlandaise des lettres et des arts (1815), « petite Académie en miniature » d’après le voyageur Kohl, notamment les chantiers engagés sur l’origine des Lettons81.

27Dans ce contexte de légitimation d’un discours sur les origines plurielles des habitants du pays, quel était l’accueil fait aux étrangers ?

III. Les émigrés français à Mitau : rencontres et perceptions réciproques

  • 82 Ernest Daudet, Les Bourbons et la Russie pendant l’émigration. 1re partie : Louis XVIII à Mitau (17 (...)

28« En 1800, au fond de la Russie, à Mitau en Courlande, végétait tristement la cour de France, pauvre cour, cour d’exilés, importune à toute l’Europe » : par ces mots, Ernest Daudet évoquait un épisode de l’émigration française, qui fut le séjour à Mitau du prétendant au trône de France, le comte de Provence, Louis XVIII (1755-1824), désigné à cette époque sous le nom de comte de Lille. Cet exil couvrit les années 1798-1801 et 1805-180782. Le réseau des émigrés français s’étendait déjà jusqu’à Saint-Pétersbourg, à travers toute l’Europe, notamment à

  • 83 Mémoires de Louis XVIII, recueillis et mis en ordre par M. le duc de D[oudeauville], Bruxelles : Lo (...)
  • 84 Le duc Pierre, comme cela se pratiquait pour les personnes de qualité, prit des leçons avec des maî (...)
  • 85 Schlippenbach, ouvr. cité, p. 409.
  • 86 Cf. Ernst Henning, « Über den in Kurland wachsenden guten Geschmack », in : Preussisches Archiv, 1. (...)
  • 87 De nombreux Suisses francophones séjournaient dans les provinces baltiques, si bien qu’il n’est pas (...)

29Berlin, Hambourg ou Londres83. L’exil à Mitau n’apportait pas d’avantage stratégique, mais permettait au roi de ne pas perdre tout espoir de rentrer un jour en France. Jusqu’alors, les Français établis à Mitau occupaient des professions bourgeoises, souvent modestes, de lettrés ou de domestiques ; on rencontrait notamment parmi eux des maîtres de ballet84, des cuisiniers85, ou encore de nombreuses gouvernantes86, quand ces dernières n’étaient pas en réalité des Suisses francophones87. Aussi l’arrivée de la cour de France suscita-t-elle un grand émoi parmi les habitants de la ville.

  • 88 Souvenirs de la duchesse de Dino, publiés par sa petite fille, la comtesse Jean de Castellane. Préf (...)

30Paul Ier accorda au comte de Lille une rente annuelle de 200.000 roubles et lui donna pour demeure la résidence des ducs de Courlande, dont le dernier, le duc Pierre (1724-1800), avait abdiqué trois ans plus tôt. Le château, encore vaste et somptueux, avait été la proie d’incendies qui endommagèrent toute une aile, et servait de caserne et d’hôpital militaire depuis 179588 ; le roi tendait à s’identifier à son prédécesseur, chassé comme lui de sa patrie, mais ne chercha jamais à le rencontrer. Invité par l’empereur à se nommer « roi de France », Louis XVIII suivait très exactement les opérations militaires en Europe, la progression des armées de Bonaparte, les relations de ce dernier avec l’Autriche et la Russie. Les épisodes marquants de l’exil à Mitau sont connus : le mariage de Madame Royale avec le duc d’Angoulême, les projets de rétablissement de la monarchie, l’échec des missions diplomatiques auprès des cours étrangères, les échanges de décorations entre Saint-Pétersbourg et Mitau, le décès de l’abbé Edgeworth de Firmon, enterré dans le petit cimetière catholique de Mitau.

  • 89 Mémoires de Louis XVIII, t. 7, p. 188.
  • 90 « J’avais alors près de moi le comte d’Avaray et de Guiche, pour capitaines des gardes ; le comte d (...)
  • 91 Ibid., p. 182.
  • 92 Ernest Daudet, Histoire de l’Emigration pendant la Révolution française, t. II, Paris, Hachette, 19 (...)
  • 93 Mémoires de Louis XVIII, p. 189.
  • 94 Les mémoires rapportent l’expérience d’un choc culturel dans une « auberge infâme » de la campagne (...)

31L’accueil de ces illustres réfugiés en mars 1798 donna lieu à une réception royale que rapportent les Mémoires de Louis XVIII : « Les corps des arts et métiers de la ville, en costume de cérémonie, vinrent à ma rencontre ; ils étaient précédés par les autorités militaires et civiles. Des troupes formaient la haie ou étaient rangées en bataille sur mon passage ; le canon grondait ; en un mot, je fus accueilli comme l’aurait été l’empereur »89. Au nombre d’une centaine de personnes, les exilés français formaient une société non négligeable dans une petite ville d’une dizaine de milliers d’habitants90. À ces courtisans exilés s’ajoutaient une centaine de gardes du corps français, appelés à Mitau pour servir le prince, sur ordre de Paul Ier 91. Ceux-ci devaient être initialement encasernés, et soumis à la discipline des armées russes. Mais le roi obtint qu’ils puissent se loger chez les habitants 92. Les émigrés français eurent de nombreux contacts avec la population de Mitau et la noblesse des environs. Louis XVIII faisait état de l’hospitalité des habitants de Mitau, qui prirent en charge les besoins de ses gardes auxquels ses propres revenus ne pouvaient subvenir dans les premiers temps. Aux yeux des Français, le trait typique de la société locale était le mélange : brassage des religions monothéistes (« un mélange de luthériens, de juifs et de catholiques »)93, hybridation des mœurs nationales allemandes et polonaises (« un mélange original de la bonhomie allemande et de la vivacité polonaise »). Le reste du pays apparaissait « peu civilisé », notamment les paysans lettons rencontrés lors du premier séjour 94.

  • 95 Ibid., p. 231.
  • 96 Ibid., t. 8, p. 70.

32Deux épisodes illustrent quelques-unes des occasions de rencontre entre les Français et les Courlandais : le mariage de Marie-Thérèse, fille de Louis XVI, avec le duc d’Angoulême d’une part, la mort de l’abbé de Firmont d’autre part. Le mariage de Madame Royale fut célébré le 10 juin 1799 par le grand aumônier de France assisté du curé catholique de Mitau. Le roi remarqua qu’il s’agissait bien d’une « fête française »95. La présence forte de l’élément national français nourrissait l’espoir de pouvoir un jour remonter sur le trône de France ; elle conférait une légitimité à son titre de souverain. C’est pourquoi il fit réunir des Français de tous milieux pour cette célébration. Lors de la mort de l’abbé Firmont le 22 mai 1807, les Mémoires rapportent que « les habitants de Mitau, de toutes les classes, de toutes les croyances, ont partagé notre douleur, et l’ont suivi jusqu’à sa dernière demeure, qu’ils ont arrosée de leurs larmes. »96 L’ancien confesseur de Louis XVI succomba à la fièvre typhoïde, contractée en soignant les blessés français.

  • 97 Karl Heinrich Heyking, ouvr. cité, p. 162.
  • 98 Ibid., p. 159.
  • 99 Jean Lucas-Dubreton, Louis XVIII. Le prince errant, le roi. Paris : A. Michel, 1925, p. 94, cité in (...)
  • 100 E. Daudet, Histoire de l’Émigration, p. 226.

33Ces contacts sont attestés également dans les mémoires de Karl Heinrich Heyking, qui est l’un des rares contemporains à mentionner ses rencontres avec Louis XVIII ; Ulrich von Schlippenbach, sans doute parce que son texte était destiné à la publication, passa cet épisode sous silence. Par la médiation du gouverneur von Lambsdorff, Heyking put rencontrer le roi auquel il rendit visite à plusieurs reprises. Il fit un tableau flatteur d’une société cultivée avec laquelle il avait plaisir à s’entretenir97. Il était cependant très mal vu, dans un climat nouvellement francophobe, d’exprimer sa nostalgie de la cour de France. Saint-Priest, ancien ministre de Louis XVI, devenu depuis 1797 le principal collaborateur du prince avec d’Avaray, était dépeint comme suit : « Dans l’exil, il conservait avec une froide hauteur, les formes et les prétentions d’un ministre de Versailles. Il n’en était que plus déplacé à Mitau, où on ne l’aimait pas. »98 La bonne société se retrouvait pour des parties de chasse, pour tenir salon ou dîner ensemble. D’après les souvenirs des émigrés notés par Jean Lucas-Dubreton, Mitau était alors une ville cultivée et raffinée, « à la française »99. L’Histoire de l’Émigration d’Ernest Daudet, fondée en partie sur les archives des émigrés, confirmait ce jugement : la société « cultivée, savante, aimant les arts, au courant du mouvement intellectuel de l’Europe » devait son ouverture à « de longues relations avec la Pologne, et surtout à son contact permanent avec les voyageurs venus du midi de l’Europe, qui, pour arriver dans la capitale russe, devaient nécessairement passer par Mittau. »100 Le séjour des Français était perçu comme une opportunité culturelle et un motif de fierté par l’aristocratie courlandaise : alors que Paul Ier avait fermé les frontières de la Russie, celle-ci avait l’occasion de fréquenter des individus de même rang, représentant à ses yeux l’excellence de la culture européenne.

  • 101 Karl Feyerabend, Kosmopolitische Wanderungen durch Preußen, Liefland, Kurland, Litthauen, Vollhynie (...)
  • 102 Cf. ma thèse précédemment citée, p. 302 sq.
  • 103 Karl Feyerabend, ibid., t. 4, 1803, p. 102.

34Le roi reçut à Mitau les hommages de l’aristocratie ; face à la cour de France, les réflexes sociaux agissaient comme une médiation. Le voyageur Feyerabend blâmait avec force les bourgeois de Mitau, en 1798, d’accueillir « le prétendu roi Louis XVIII, surnommé sans terre. »101 Poursuivant sa charge contre les inégalités sociales et sa défense du jacobinisme révolutionnaire, il s’étonnait que Mitau, qui fit bon accueil aux idées de la Révolution française102, tolère la présence d’un prince « sybarite » qui refusait de renoncer au trône. Son opinion était certainement marginale, car lors de son second passage, six mois plus tard, il constatait que même si les Français étaient honnis par l’empereur, personne n’avait le cœur de les critiquer, car chacun, selon lui, constatait qu’il faisait meilleur vivre en France qu’en Russie à l’heure de la surveillance policière103.

  • 104 Mémoires de Louis XVIII, p. 298.
  • 105 Ibid., p. 290.
  • 106 E. Oberländer, art. cité, p. 172.
  • 107 Ibid., p. 173 sq.
  • 108 Souvenirs, p. 193. Plus tard, la duchesse de Dino attribuera l’amabilité du roi de France à l’égard (...)
  • 109 Ibid., p. 194.
  • 110 Son jugement rétrospectif est certainement orienté par sa rencontre avec l’archevêque de Reims, onc (...)
  • 111 J. Lucas-Dubreton, ouvr. cité, p. 118 ; E. Oberländer, p. 179.
  • 112 Mémoires de Louis XVIII, t. 8, p. 69.
  • 113 Alfreds Gaters, art. cité, p. 66.
  • 114 Mais à leur stupeur, les nobles reçurent le même ordre (Fleur de lys) que les simples artisans et l (...)

35Après l’ordre de l’empereur de faire sortir de Mitau tous les Français104, le départ du roi, sans ressources, le 22 janvier 1801, fut financé par les banquiers de Riga105 et une collecte d’argent de l’aristocratie courlandaise106 ; dans un premier temps, les gardes du corps restèrent à Mitau, puis ils furent envoyés à Hambourg. Après une interruption de quatre années, dont un séjour à Blankenfeld en 1804107, les émigrés français s’installèrent à nouveau à Mitau en janvier 1805 ; ils ne trouvèrent plus la même source de consolation qu’auparavant dans le commerce des habitants. À la même époque, l’ancienne duchesse Dorothée de Courlande et sa fille cadette, également prénommée Dorothée, future duchesse de Dino, séjournèrent à Mitau à l’occasion d’un déplacement à Saint-Pétersbourg, où elles allaient régler des questions liées à l’héritage du duc. Logées dans une des maisons de la famille Medem à Mitau, elles voyaient régulièrement Louis XVIII et sa cour, notamment la duchesse d’Angoulême108. Mais les émigrés français ne se pressaient pas chez elles, car l’ancienne duchesse se montrait « trop peu révoltée contre Bonaparte » et ils « craignaient les discussions politiques qui s’élevaient chez elle »109. Dans ses Souvenirs, la duchesse de Dino les jugaient sévèrement, ne trouvant pas dans leur comportement en exil de différences avec celui des temps habituels, certains ne quittant jamais le château, d’autres fréquentant un peu la société de Mitau110. La ville apparaissait comme privée de sa culture française : désormais, écrivait Louis XVIII à son frère Charles, le château ressemblait plus à l’Hôtel-Dieu qu’à Saint-Germain111. Lors des guerres de 1806 et 1807, de nombreux prisonniers français blessés ou malades furent soignés à Mitau ; le roi avait toutefois l’interdiction de les rencontrer112. Certains dainas lettons qui font état de mariage avec « un homme venu du pays des Français » datent peut-être de cette époque où des blessés se traînaient un peu partout dans les environs113. Le séjour courlandais s’acheva à l’été 1807, après la défaite russe lors de la bataille de Friedland (juin 1807) et l’ouverture de négociations en vue de former une alliance avec Napoléon. Cependant, la Restauration des Bourbons sur le trône de France, souhaitée par la noblesse courlandaise, permit à Mitau de raffermir ses liens avec la cour de France ; notamment depuis Paris, le roi fit décorer les habitants qui l’avaient secouru durant l’exil114.

  • 115 Kohl, ouvr. cité, p. 95.
  • 116 Ibid., p. 103.
  • 117 Waltraut Rosenberg, « Briefe des kurländischen Dichters Ulrich von Schlippenbach an den Buchhändler (...)
  • 118 Kohl, p. 99.
  • 119 Ibid., p. 102.
  • 120 Ibid., p. 112.

36Après avoir été une ville incluse sur le trajet européen des Lumières, Mitau retomba peu à peu dans une torpeur provinciale. Le voyageur J.G. Kohl le constatait : jadis la ville entretenait des liens vivants avec l’Allemagne, elle était davantage observée. Certes, l’épisode du séjour de Louis XVIII ainsi que la traversée des troupes de la grande armée en 1812 rappelèrent l’ancienne ville de résidence au souvenir des Européens115. La description d’Ulrich von Schlippenbach indiquait que la vision d’une ville pleine de vie et parcourue par de multiples visiteurs n’était cependant plus qu’un songe qui resurgissait chaque année à la Saint-Jean ; Mitau s’était muée en une ville de migrations internes et saisonnières. La fermeture des frontières amena un repli sur soi ; on se recevait entre gens de la même société, on cousinait116. Apparemment, les nouvelles autorités impériales russes avaient la confiance des élites. Mais peut-être restait-il quelque amertume liée à la tournure prise par les événements en 1795. Dans la correspondance avec son éditeur hambourgeois, Friedrich Perthes, fervent patriote et partisan de l’unification du marché du livre allemand, Schlippenbach formulait le dilemme propre à sa génération concernant sa double identité allemande et russe, en confiant que sa qualité de sujet russe et courlandais ne l’empêchait pas de se sentir lié à l’Allemagne, sur le plan sentimental, spirituel et intellectuel117. En même temps, le rattachement de la Courlande à la Russie marqua un tournant dans la composition nationale du pays. En une trentaine d’années, un millier de Russes s’établirent à Mitau et se constituèrent progressivement en une communauté.118 Des officiers russes en garnison épousaient des jeunes femmes du pays avant de rentrer en Russie119. Cependant, les sentiments vis-à-vis des autorités politiques évoluèrent au moment de la russification.120 Parallèlement, la hiérarchisation entre les nations restait ancrée dans les mentalités, comme l’indiquait l’emploi courant de termes désignant les habitants selon leur maîtrise plus ou moins satisfaisante de la langue allemande.

Haut de page

Notes

1 Ulrich Heinrich Gustav von Schlippenbach, Malerische Wanderungen durch Kurland, Riga und Leipzig : bei C.J.G. Hartmann, 1809, p. 387.

2 Ibid., p. 392.

3 Ibid., p. 408.

4 Ibid., p. 424 sq.

5 Cette réflexion est inspirée par une auberge aux abords de Mitau. L’adjectif utilisé « überfeinert » indique une nuance ironique, sans doute parce que l’offre de cette auberge paraît démesurée par rapport à son environnement quasiment campagnard (p. 439).

6 Sur l’étymologie de Mitau, voir Karl Otto Schlau, « Zur Gründungs- und Verfassungsgeschichte der Stadt Mitau (Jelgava) in Kurland (1265-1795) », in : Zeitschrift für Ostforschung 42/1993, p. 507 sq. Pour l’histoire de la ville de Mitau, nous nous appuyons sur l’article précédent ainsi que les ouvrages et articles suivants : Constantin Mettig, Baltische Städte : Skizzen aus der Geschichte Liv-, Est- und Kurlands, 2e édition augmentée, Hannover-Döhren : Harro von Hirschheydt, 1971 (Fac-sim. de l’édition de Riga : von Jonck & Poliewsky, 1905), p. 311-324 ; Ziedonis Ligers, Histoire des villes de Lettonie et d’Estonie des origines jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Paris : PUF, 1947, p. 104-110 ; Ernst Schmidt, Mitau und Umgegend mit den kurischen Herzogschlössern in Wort und Bild. éd. par Franz Woischwill, Riga : Plates, 1913 (rééd. 1981).

7 E. Schmidt, Mitau und Umgegend, p. 6.

8 Ibid., p. 8.

9 Erwin Oberländer, Volker Keller, Kurland. Vom polnisch-litauischen Lehnsherzogtum zur russischen Provinz. Dokumente zur Verfassungsgeschichte 1561-1795, Paderborn : Ferdinand Schö-ningh, 2008, p. 72-93.

10 E. Schmidt, ouvr. cité, p. 274.

11 K.O.Schlau, art. cité, p. 533-536.

12 Tatjana Aleksejeva, Jüdisches Schicksal im Herzogtum Kurland im 17. und 18. Jahrhundert, in : Erwin Oberländer (éd.), Das Herzogtum Kurland 1561-1795, Bd. 2, Lüneburg : Verlag Nordostdeutsches Kulturwerk, 2001, p. 239 sq. Pour une présentation générale : Markus Liebl, Die jüdische Minderheit im baltischen Herzogtum von Kurland und Semgallen (1561-1795) : ihre Wahrnehmung durch die Umgebungsgesellschaften in einem ständisch gegliederten Staat. Thèse de doctorat, Université de Potsdam, 2004, p. 77 sq.

13 Arrêté de Windau datant de 1694, « Windausche Burspracke ». Le terme de Burspracke renvoie à Bauern-sprache ; il s’agit d’un terme juridique qui désigne la cérémonie au tribunal lors de laquelle un magistrat pose une série de questions aux jurés afin de s’assurer qu’ils ont parfaitement à l’esprit les règles de la procédure. Cf. Gottfried Peter Rauschnick, Das Bürgerthum und Städtewesen der Deutschen im Mittelalter, Hilscher : Dresden 1829, t. 3, p. 8.

14 Abel Burja, Observations d’un voyageur sur la Russie, la Finlande, la Livonie, la Curlande et la Prusse. 2e édition Mastricht, 1787 p. 138.

15 Abbé Delaporte, La Courlande, in : Le Voyageur François, ou la connaissance de l’ancien et du nouveau monde. Tome XXII, Lettre 274, Paris : C. Cellot, 1776, p. 22.

16 J.G. Kohl, ouvr. cité, p. 99.

17 Nathaniel William Wraxall, Bemerkungen auf einer Reise durch das nördliche Europa, besonders zu Copenhagen, Stockholm und Petersburg, gesammelt von Nathanael Wraxall, 2. Auflage, Leipzig : J.F. Junius, 1776, p. 184-186.

18 Johann Heinrich Liebeskind, Rückerinnerungen von einer Reise durch einen Theil von Teutschland, Preußen, Kurland und Liefland, während des Aufenthalts der Franzosen in Mainz und der Unruhen in Polen, Strasburg, 1795, p. 358-359.

19 Johann Bernoulli, Reisen durch Brandenburg, Pommern, Preußen, Curland, Rußland und Pohlen in den Jahren 1777 und 1778. vol. 3, Leipzig : bey Caspar Fritsch, 1779-80, p. 248.

20 J.H.Liebeskind, ouvr. cité, p. 359.

21 Ziedonis Ligers, ouvr. cité, p. 108. Ceci incite l’auteur à y voir une concurrence « supérieure et souvent déloyale ».

22 Erwin Oberländer, Volker Keller (éd.), Kurland, p. 243.

23 Liebeskind, ouvr. cité, p. 363.

24 Kohl cite ici des extraits d’une Alte Kleiderordnung, datant de 1591 (p. 115-119).

25 Heinrich Bosse, Die Einkünfte kurländischer Literaten am Ende des 18. Jahrhunderts“, in : Zeitschrift für Ostmitteleuropa-Forschung 35 (4)/ 1986, p. 516-594. L’enquête très approfondie d’Heinrich Bosse sur les revenus des gens de lettres courlandais à la fin du XVIIIe siècle montre en outre que les lettrés cherchaient des engagements auprès de la noblesse qui proposait des emplois lucratifs.

26 Karl Feyerabend, Kosmopolitische Wanderungen durch Preußen, Liefland, Kurland, Litthauen, Vollhynien, Podolien, Gallizien und Schlesien, in den Jahren 1795 bis 1797. In Briefen an einen Freund. Germanien, t. 3, 1801, p. 255.

27 Par le manifeste du 23 juin 1794, le sénat russe fut chargé de mener un recensement de toutes les populations de l’empire. Dans la province courlandaise, il eut lieu en 1797. Voir Arthur Hoheisel, « Die Bevölkerung Kurlands im Jahre 1797 », in : Zeitschrift für Ost- und Mitteleuropa 31/1-4 (1982), Tabelle II.

28 Le droit d’indigénat fut garanti dans les traités fondateurs Pacta Subiectionis et Privilegium Sigismundi Augusti (1561). Il inscrivait dans la loi l’autonomie des Allemands vis-à-vis du suzerain polonais, car il prévoyait que les charges de l’État ne pouvaient être occupées que par les hommes d’origine et de langue allemandes. Par le traité Formula Regiminis (1617), ce droit fut théoriquement étendu aux Polonais et Lituaniens installés en Courlande. Cependant, la noblesse y fit obstacle en refusant d’inscrire leurs noms dans ses matricules, ou en freinant la procédure.

29 Karl von Nolde, Matériaux divers qui renferment les détails nécessaires à la connaissance de la Courlande considérée sous tous les rapports pour servir à faire un mémoire complet sur ce pays, 1786-1788. Observations générales et politiques sur la police, le caractère national, l’industrie, les arts et les sciences et sur l’état de situation de Courlande. (Archives du Département des Affaires Étrangères, Paris, Mémoires et documents : Russie, Tome X, p. 1-102).

30 J.H. Liebeskind, p. 359.

31 Michel Espagne, Le creuset allemand, Histoire interculturelle de la Saxe XVIIIe-XIXe siècle, Paris : PUF, 2000, notamment p. 17 sq. (Perspectives germaniques).

32 M. Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris : PUF, 1999, p. 157. (Perspectives germaniques)

33 On trouve ces informations chez tous les voyageurs, par exemple J.H. Liebeskind, p. 367.

34 Cf. Carola L. Gottzmann, Petra Hörner, Lexikon der deutschsprachigen Literatur des Baltikums und St. Petersburgs :vom Mittelalter bis zur Gegenwart. Berlin : de Gruyter, t. 1, 2007, p. 130.

35 La langue allemande apparaît comme un « sociolecte » (Soziolekt) : elle traduit les données socio-politiques et socio-culturelles de la région. Ibid., p. 129.

36 A.W. Hupel, Idiotikon der deutschen Sprache in Lief- und Ehstland. Riga, 1795.

37 Burja, ouvr. cité, p. 5.

38 Stegman von Pritzwald, Das baltische Deutsch als Standessprache, [s.d., s.l.], p. 414, cité in : Dzintra Lele-Rozentale, Deutsch und Lettisch im Kontakt, Triangulum, 1996, p. 86.

39 D. Lele-Rozentale, art. cité, p. 81.

40 Explication abrégée du droit que les Courlandais ont de se choisir un duc et de le présenter au roi de Pologne (1726), p. 11. (Archives du département des Affaires Étrangères, Mémoires et documents, Russie, Tome VI).

41 Ibid., p. 9.

42 Feyerabend, ouvr. cité, t. 3, p. 123.

43 Burja, p. 139.

44 Le Chevalier de Bray, Essai critique sur l’histoire de la Livonie, t. 3, Dorpat, J.C.Schün-mann, 1817, p. 240.

45 August Wilhelm Hupel, Topographische Nachrichten von Liv- und Estland, t. 2, Riga 1777, p. 124.

46 Alfrds Gāters, Fremde Völker und Länder in lettischen Dainas, in : Ponto-Baltica (1982-1983), p. 29-79.

47 Par exemple : « Dievs [Dieu principal] prit la fille du soleil pour femme, il fêta son mariage en Allemagne ». Un autre exemple semble aller dans le sens d’un transfert culturel. Les dainas établissent un lien entre la très populaire fête de la Saint-Jean (Janis) et l’Allemagne ; à la fin de la fête, on raccompagne Janis en Allemagne. (p. 34) Faut-il l’interpréter comme le signe que les festivités de la Saint-Jean sont un emprunt aux Allemands – qui n’apportèrent donc pas simplement l’évan-gélisation, mais transférèrent également leurs coutumes païennes ? Ou bien simplement, le luxe et l’abondance qui s’y manifestent invitent à y voir une parenthèse rappelant le mode de vie allemand ? Selon le voyageur Kohl, l’affairement singulier des habitants de Mitau pour la Saint-Jean était certainement un transfert depuis la Pologne, « une copie des contrats entre la noblesse (Adels-Contracte) qui se déroulaient à Kiev et dans plusieurs autres villes polonaises. » (p. 105) Comme les familles entières participaient, cela donnait lieu à de nombreuses festivités.

48 Le motif de la traite des indigènes y apparaît : « Les seigneurs partirent en Allemagne, mon frère partit avec eux. Les seigneurs revinrent d’Allemagne, mais mon frère n’en revint pas. Les seigneurs l’ont donné parce qu’ils recherchaient des pièces d’or. » (p. 39).

49 La Prusse est associée à la proximité, la frontière proche permet d’entendre les mélodies des jeunes filles.

50 Ibid., p. 73. Voir également : Erwin Oberländer, « Du Deutscher, Teufelskind, warum kommst du in unser Land ? » Zur Einstellung der Letten gegenüber den Deutschen im Herzogtum Kurland (1561-1795), in : Michael Schwidtal, Armands Gūtsmanis (éd.), Das Baltikum im Spiegel der deutschen Literatur : Carl Gustav Jochmann und Garlieb Merkel ; Beiträge des Internationalen Symposions in Riga vom 18. bis 21. September 1996 zu den kulturellen Beziehungen zwischen Balten und Deutschen, Heidelberg : Winter 2001, p. 229-239.

51 Markus Liebl, thèse citée, p. 292 sq.

52 Friedrich Bienemann (éd.), Livländisches Sagenbuch, Reval : Kluge, 1897 (rééd. 1968).

53 Ernst Gotthard von Derschau, Peter Ernst von Keyserling, Beschreibung der Provinz Kurland, Mitau : gedruckt bei J.F. Steffenhagen und Sohn, 1805, p. 207.

54 « Il se peut qu’ils [les Lettons] aient emprunté un certain nombre de choses aux Allemands, leur fréquentation à la cour ou dans les villes rend les mœurs un peu plus paisibles et plus policées. ». A.W. Hupel, Topographische Nachrichten, p. 149.

55 Nordische Miscellaneen, Riga 3/1781, p. 126-127.

56 E.G.v. Derschau, P.E. v. Keyserling, ouvr. cité, p. 206.

57 « La paresse et la dépravation des mœurs sont des défauts rares que l’on ne rencontrerait éventuellement que chez quelques individus de la nation juive » (p. 208).

58 K. Feyerabend, ouvr. cité, p. 241.

59 Ibid., 262.

60 À l’instar de Karl Heinrich Heyking, nommé en 1796 sénateur et conseiller secret auprès de Paul Ier, puis président du collège impérial de justice pour les affaires livoniennes, estoniennes et finnoises. Tombé en disgrâce en 1799, il fut contraint de rentrer en Courlande. À Mitau et dans sa propriété des environs, il rédigea ses mémoires, dont la partie correspondant à cette période a été publiée sous le titre : Karl Heinrich Heyking, Aus den Tagen Kaiser Pauls. Aufzeichnungen eines kurländischen Edelmanns, éd. par Friedrich Bienemann, Leipzig : Verlag Duncker und Humblot, 1886.

61 Cet épisode est souvent mentionné, cf. notamment : Wilfried Schlau, Die Deutschbalten, München : Langen Müller, 2001, p. 69. On sait que le chancelier Hardenberg rédigea à Riga son mémorandum Über die Reorganisation des preußischen Staates (1807), et Gneisenau son mémorandum Die Russische Kriegsmacht und der bevorstehende Krieg (1812) ; le fameux publiciste livonien Garlieb Merkel fut l’un des plus farouches opposants de Napoléon.

62 U. v. Schlippenbach, ouvr. cité, p. 413.

63 Ibid., p. 423.

64 L.c. de Bray, ouvr. cité, p. 102.

65 Cf. ma thèse de doctorat : La Courlande et les Lumières, Paris, Belin, 2010, p. 211 sq. ; Ulrike Plath, Nichts Neues im wilden Osten ? Die baltischen Provinzen Russlands im Blick deutscher Reisender und Migranten um 1800, in : Arnd Bauerkämper et al. (éd.), Die Welt erfahren. Reisen als kulturelle Begegnung von 1780 bis heute, Frankfurt/M. : Campus Verlag, 2004, p. 62-63.

66 Liebeskind, ouvr. cité, p. 366.

67 Originaire de Brême, Johann Georg Kohl (1808-1878) fit ses études à Göttingen, Heidelberg puis Münich. Après la mort de son père, il se rendit à Mitau : les liens historiques entre les villes hanséatiques et la réputation des provinces de la Baltique orientèrent son choix. Il séjourna en Courlande comme précepteur chez le baron Manteuffel et le comte Medem. Ses observations sont le fruit de ses six années passées sur place, à partir de 1830, au contact des populations. Finalement intégré au tissu social du pays, il devint correspondant de la société courlandaise des lettres et des arts.

68 J.G. Kohl, Die deutsch-russischen Ostseeprovinzen oder Natur- und Völkerleben in Kur-, Liv- und Estland. t. 1-2, Dresden et Leipzig, 1841.

69 Les Estoniens de Dorpat avec leurs voisins allemands plutôt qu’avec les Estoniens de Tallinn par exemple.

70 Ibid., p. 412.

71 Dans Le fou du tzar, les personnages mis en scène par Jaan Kross sont une illustration de ce processus de germanisation. Pour épouser le colonel Timotheus von Bock, Eeva devient une représentante exemplaire de l’aristocratie allemande, sous le nom de Kitty ; pour son frère Jacob Mältik, ce passage est à l’origine d’une instabilité affective douloureuse, liée au déni des origines. Cf. Jaan Kross, Le fou du tzar, traduit de l’estonien par Jean-Luc Moreau, Paris : Robert Laffont, 2008.

72 Kohl, op. cit., p. 414.

73 Ibid., p. 98.

74 Ce terme traduit l’allemand Lettisirung employé par Kohl (p. 415).

75 Ibid., p. 417.

76 L. C. de Bray, ouvr. cité, p. 236.

77 Ibid., p. 238. C’est l’absence de véritable collaboration avec les Lettons jusqu’au XIXe siècle qui est particulièrement frappante, car la construction d’une langue écrite au XIXe siècle avec l’aide de populations allogènes est un phénomène que l’on observe en dehors de l’aire baltique, notamment pour les langues slaves balkaniques ou le finnois, cf. Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècle. Paris, Seuil, 1999, p. 73.

78 Mitauische Monatsschrift, mars 1784, p. 284-285, et mai 1785, p. 175-176.

79 Daniel Beauvois, « Le multi-palimpseste des cultures lituano-ruthènes : variations sur le mineur et le majeur », in : Slavica Occitania, 20/2005, p. 208.

80 Cf. Ulrike von Hirschhausen, Die Grenzen der Gemeinsamkeit. Deutsche, Letten, Russen und Juden in Riga 1860-1914, Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 2006, p. 165 sq.

81 Kohl, ouvr. cité, p. 109.

82 Ernest Daudet, Les Bourbons et la Russie pendant l’émigration. 1re partie : Louis XVIII à Mitau (1798-1801), in : Revue des deux Mondes, 71/1885, p. 526-560. Son travail se fonde sur des documents recueillis aux Archives nationales de France et au Dépôt des affaires étrangères, sur divers papiers relatifs aux émigrés et sur quelques mémoires d’aristocrates. Parmi ceux-ci figurent les « Mémoires manuscrits d’un sénateur russe, exilé à Mitau, en 1800, que nous a communiqués M. Paul de Lilienfeld, gouverneur de Courlande, et que nous avons fréquemment consulté » (p. 528, il s’agit de Karl Heinrich Heyking, cité précédemment). Erwin Oberländer, Königliches Intermezzo in Kurland : Ludwig XVIII. in Mitau und Blankenfeld, in : Norbert Angermann, et al. (éd.), Ostseeprovinzen, baltische Staaten und das Nationale, Festschrift für Gert von Pistohlkors zum 70. Geburtstag, Münster : LIT, 2005, p. 165-184. On sait que le comte de Provence, devenu prétendant au trône après le décès de Louis XVII en 1795, connut une vie d’exil à partir de 1791. Il trouva refuge à Coblence et dans différentes villes du Saint Empire, puis à Mitau sur le sol russe ; pour finir il se rendit incognito en Angleterre, au château de Hartwell, où il attendit la restauration de la royauté. En Courlande, Louis XVIII séjourna également à Blankenfeld en 1804, dans le domaine appartenant à la famille von Königsfels. Cet épisode est rapporté par Erwin Oberländer, art. cité, p. 173 sq.

83 Mémoires de Louis XVIII, recueillis et mis en ordre par M. le duc de D[oudeauville], Bruxelles : Louis Hauman et comp., 1833, t. 7, p. 197. Le duc consigna ses souvenirs qu’il fit paraître comme les mémoires du roi. cf. Oberländer, art. cité, p. 168.

84 Le duc Pierre, comme cela se pratiquait pour les personnes de qualité, prit des leçons avec des maîtres français à Saint-Pétersbourg. Cf. Gerhard Wulffius, « Aus dem Leben Herzog Peters », in : Jahrbuch des baltischen Deutschtums XXI, 1974, p. 27 sq.

85 Schlippenbach, ouvr. cité, p. 409.

86 Cf. Ernst Henning, « Über den in Kurland wachsenden guten Geschmack », in : Preussisches Archiv, 1. Bd. 1795, p. 82-90, reprint in : Roland Seeberg-Elverfeldt, « Baltische Gesellschaftskultur am Ausgang des 18. Jahrhunderts », in : Baltische Monatshefte, Nr. 9, 1936, p. 468. On le voit par exemple dans la nouvelle d’Elisabeth von Heyking, « Aus dem Lande der Ostseeritter », in : Zwei Erzählungen, [1918], Leipzig : Philipp Reclam jun., p. 73-110.

87 De nombreux Suisses francophones séjournaient dans les provinces baltiques, si bien qu’il n’est pas toujours possible d’identifier les origines des noms d’après leur consonance. Cf. Arthur Hoheisel, Die kurländischen Seelenrevisionslisten 1797-1834 (1858), bearbeitet von Arthur Hoheisel und Peter Wörster, Sammlungen des Herder-Instituts zur Ostmitteleuropa-Forschung. Verlag Herder-Institut Marburg 2/1997.

88 Souvenirs de la duchesse de Dino, publiés par sa petite fille, la comtesse Jean de Castellane. Préf. de M. Etienne Lamy, 1908, p. 170.

89 Mémoires de Louis XVIII, t. 7, p. 188.

90 « J’avais alors près de moi le comte d’Avaray et de Guiche, pour capitaines des gardes ; le comte de Cossé, le marquis de Jaucourt, ministres d’état sans portefeuille ; le comte de La Chapelle, ministre de la guerre ; le duc de Villequier, premier gentilhomme de la chambre ; le marquis de Sourdis, le vicomte d’Agoult, les chevaliers de Montagnac et de Boisheul, écuyers ; l’abbé Edgeworth de Firmont, faisant les fonctions d’aumônier sous le cardinal de Montmorency, grand-aumônier de France, et aussi en service près de ma personne ; M. de Guylhermy, ancien membre des états-généraux, et de Courvoisier, tous deux maîtres des requêtes. Il y avait en outre trois abbés chapelains servant au secrétariat du cabinet ; puis environ cinquante individus attachés plus particulièrement à ma personne et à celle des membres de ma famille. Je dois désigner aussi les ducs d’Aumont et de Fleury, premiers gentilshommes de la chambre ; le prince de Pienne, et quelques autres qui ne m’avaient pas abandonné. » (p. 193)

91 Ibid., p. 182.

92 Ernest Daudet, Histoire de l’Emigration pendant la Révolution française, t. II, Paris, Hachette, 1905, p. 227.

93 Mémoires de Louis XVIII, p. 189.

94 Les mémoires rapportent l’expérience d’un choc culturel dans une « auberge infâme » de la campagne courlandaise : « On me coucha où l’on put ; la duchesse d’Angoulême eut pour chambre une espèce de poulailler. Dieu sait la nuit qu’elle y passa ! Le lendemain elle en était toute pâle, s’étant figurée que nous avions choisi pour asile un repaire de bandits » (p. 292).

95 Ibid., p. 231.

96 Ibid., t. 8, p. 70.

97 Karl Heinrich Heyking, ouvr. cité, p. 162.

98 Ibid., p. 159.

99 Jean Lucas-Dubreton, Louis XVIII. Le prince errant, le roi. Paris : A. Michel, 1925, p. 94, cité in E. Oberländer, art. cité, p. 170.

100 E. Daudet, Histoire de l’Émigration, p. 226.

101 Karl Feyerabend, Kosmopolitische Wanderungen durch Preußen, Liefland, Kurland, Litthauen, Vollhynien, Podolien, Gallizien und Schlesien, in den Jahren 1795 bis 1797. In Briefen an einen Freund. T. 3, 1801, p. 248.

102 Cf. ma thèse précédemment citée, p. 302 sq.

103 Karl Feyerabend, ibid., t. 4, 1803, p. 102.

104 Mémoires de Louis XVIII, p. 298.

105 Ibid., p. 290.

106 E. Oberländer, art. cité, p. 172.

107 Ibid., p. 173 sq.

108 Souvenirs, p. 193. Plus tard, la duchesse de Dino attribuera l’amabilité du roi de France à l’égard de sa mère et de sa propre personne d’une part à « l’amitié fort tendre qui s’était établie entre M. d’Avaray, son favori de cette époque, et ma gouvernante [Mademoiselle Hoffmann] » (p. 182), d’autre part à des projets de mariage entre cette princesse et le duc de Berry, second fils du comte d’Artois exilé en Angleterre. (p. 199)

109 Ibid., p. 194.

110 Son jugement rétrospectif est certainement orienté par sa rencontre avec l’archevêque de Reims, oncle de son futur époux le prince de Talleyrand-Périgord, dont elle partagera les dernières années au château de Valençay. Souvenirs de la duchesse de Dino, p. 195-197. La noblesse cour-landaise épousait davantage les vues de la cour concernant la politique européenne, on admirait les succès militaires de Napoléon, mais on condamnait la chute de la royauté et l’exil forcé des princes, cf. Ibid., p. 171

111 J. Lucas-Dubreton, ouvr. cité, p. 118 ; E. Oberländer, p. 179.

112 Mémoires de Louis XVIII, t. 8, p. 69.

113 Alfreds Gaters, art. cité, p. 66.

114 Mais à leur stupeur, les nobles reçurent le même ordre (Fleur de lys) que les simples artisans et la petite bourgeoisie lettrée. Cf. E. Oberländer, art. cité, p. 181-182.

115 Kohl, ouvr. cité, p. 95.

116 Ibid., p. 103.

117 Waltraut Rosenberg, « Briefe des kurländischen Dichters Ulrich von Schlippenbach an den Buchhändler und Verleger Friedrich Perthes », in : Briefe und Briefwechsel in Mittel- und Osteuropa im 18. und 19. Jahrhundert. Redaktion : W. Keler. Essen 1989, p. 151.

118 Kohl, p. 99.

119 Ibid., p. 102.

120 Ibid., p. 112.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Sommerlat, « L’élément national dans les descriptions de Mitau autour de 1800 », Revue germanique internationale, 11 | 2010, 103-124.

Référence électronique

Anne Sommerlat, « L’élément national dans les descriptions de Mitau autour de 1800 », Revue germanique internationale [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/301 ; DOI : 10.4000/rgi.301

Haut de page

Auteur

Anne Sommerlat

Maître de conférence à l’Université d’Amiens

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org