Navigation – Plan du site

De Lotman à Parrot : Pour une histoire régressive de Tartu-Dorpat

Michel Espagne
p. 161-174

Résumés

L’université estonienne de Tartu/Dorpat, fondée par les Suédois et fonctionnant durant l’essentiel du XIXe siècle comme une université allemande de l’Empire russe fait partie des institutions universitaires européennes les plus interculturelles. Partant de la nostalgie éprouvée, après l’indépendance de l’Estonie par les étudiants russes de Yuri Lotman et de l’atmosphère de cette université dans l’entourage de ce fondateur de la sémiotique russe l’article éclaire la seconde fondation de l’Université engagée notamment par le Français de culture allemande Parrot et évoque les premières décades du XIXe siècle. L’université invite à une approche en termes d’histoire régressive.

Haut de page

Texte intégral

1Dorpat, Derpt, Tartu, Iouriev. Comme nous abordons plus particulièrement le XIXe siècle c’est la première désignation qui, arbitrairement, sera retenue. Rares sont les villes universitaires qui ont porté autant de noms. Ils correspondent aux cultures dont la rencontre a permis à cette ville de se constituer : allemande, russe, estonienne, suédoise. Il faudrait ajouter, nous le verrons, une référence française et observer que, si les Allemands venaient pour la plupart de l’espace baltique, notamment de Reval/Tallinn, bien loin de l’Allemagne proprement dite, les Russes ont souvent été de confession juive. Dorpat, est ainsi un croisement de peuples et de religions d’autant plus complexe qu’il concerne les représentants de traditions savantes. Nous tenterons ici de partir d’une période relativement proche celle qui suit la mort de Iouri Lotman, représentant de l’École sémiotique de Tartu pour remonter rapidement dans le temps et aborder tout particulièrement les premiers temps de l’université après sa refondation, l’action de Parrot et de l’architecte Krause qui ont donné à la ville sa physionomie propre. Dorpat invite à pratiquer l’histoire régressive et à reconnaître dans la longue durée les effets architecturaux, scientifiques littéraires produits par des rapprochements russo-germaniques, germano-estoniens, franco-russes. Un cas de transferts multiples particulièrement intenses au début du XIXe siècle.

2Fondée en 1632 par le Suédois Gustave-Adolphe qui craignait une contagion de la Contre-Réforme jésuite implantée en Pologne, l’Université de Dorpat fut jusqu’au milieu du XVIIe siècle un bastion de la culture suédoise et de la pensée luthérienne. Organisée selon le modèle d’Uppsala elle avait un corps enseignant exclusivement suédois. Elle connut une première éclipse après une vingtaine d’années d’existence, fut rouverte vers 1690, déplacée à Pernau avant de s’effondrer en 1710 pour presque un siècle. Refondée en 1798 et consolidée en 1802 elle devint une université allemande jusqu’aux années 1890 où une campagne de russification s’engagea sous le règne d’Alexandre III. Le nom changea une première fois et l’on passa de Dorpat à Iouriev. Durant l’indépendance de l’Estonie c’est le nom de Tartu qui s’affirma, signalant la volonté d’en faire un cadre de la culture estonienne. Si le nom de Tartu demeura durant la période soviétique l’université redevint un centre de la culture russe, avant que la reconquête de l’indépendance estonienne ne permette de renouer avec l’entre-deux-guerres. Au moins quatre cultures se sont partagé l’Université de Dorpat : la Suède, l’Allemagne, la Russie et l’Estonie. Chacune a laissé des traces. Elles se sont parfois succédé mais ont parfois coexisté, à l’image du cœur architectural de la ville où le néoclassicisme weimarien voisine avec les maisons à colombages et les édifices d’époque stalinienne. Il est sûr que le lieu de rencontre entre les cultures est aussi un lieu de nostalgie.

3Dans son essai de 1998 Voyage à Tartu et retour l’écrivain russe Olga Sedakova décrit le passage de la frontière entre la Russie et l’Estonie à l’occasion des funérailles de Iouri Lotman. Ce qui relevait de la continuité du territoire est maintenant déchiré par une frontière qui passe à côté du village et du monastère orthodoxe de Petchori dans la région de Pskov. Essayer de renouer avec la mémoire des années d’étude passées à Tartu, c’est se confronter à cette frontière. Le voyage commence à l’ambassade d’Estonie à Moscou. Si l’Estonie accorde volontiers un visa d’entrée à l’occasion de funérailles, la Russie donne moins facilement un visa de sortie à l’occasion de la disparition d’un professeur de Tartu qui, après tout, n’était pas russe. C’est finalement tout un groupe qui se déplace, affronte des gardes frontières à l’allure martiale attentifs à étudier les passeports. On écoute d’étranges discours en langue estonienne, on revoit les figures d’un lointain passé. Puis c’est le retour au terme d’une journée :

  • 1 Olga Sedakova, 2 Putechestvija v Briansk, v Tartu i obratno, Moskva, Stepnoi veter, 2005, p. 88.

4« Adieu Tartu, Europe versilovienne de notre jeunesse, pierres sacrées, monde différent. Maintenant tu es devenue tout à fait autre. Les traces de la vie soviétique disparaissent des rues comme on nettoie une maison après une longue débauche. Sans nous tout ira bien. Mais sans Lotman1 ? »

5Au moment de repasser la frontière il faut payer une amende pour avoir quitté de manière irrégulière le territoire russe, passer du temps au monastère de Petchori avant de regagner Pskov puis Moscou. Le rêve d’ouverture européenne que fut Tartu pour une génération de jeunes russes se dissimule maintenant derrière une frontière.

  • 2 Nous empruntons les éléments biographiques concernant Lotman à l’ouvrage de B.F. Egorov, Jizn’ i tv (...)

6Iouri Lotman était arrivé à Tartu en septembre 19502. Il avait été l’un de ces soldats de l’armée rouge qui envahirent l’Allemagne vaincue mais de ville en ville son attention se porta sur des livres inconnus qu’il put enfin collectionner et lire. C’est lors de ces déplacements de troupes vers l’ouest qu’il lut Oswald Spengler ou La garde blanche de Boulgakov. À son arrivée à Tartu il s’illustra par un discours sur l’écrivain des Lumières Alexandre Radichtchev à l’occasion du 150e anniversaire de l’université. Mais il ne devint enseignant régulier qu’après la mort de Staline, en 1954. À la suite de la guerre l’université, dont les membres étaient restés sur place durant l’occupation nazie, avait connu une campagne de répression. Un certain Fedor Dmitrievitch Klement (1903-1973), un physicien d’origine estonienne, devint en 1951 recteur de l’Université de Tartu et exerça sur elle des pouvoirs étendus qu’il sut mettre en œuvre dans un esprit d’ouverture, marquant profondément le climat de l’université. C’est lui qui permit à Lotman d’obtenir sa chaire. Le découpage de l’ensemble baltique en républiques ayant chacune son histoire propre conduisit l’université, où le département d’études russes acquit de plus en plus d’importance, à s’intéresser aux relations entre les divers espaces nationaux et à observer par exemple l’histoire des échanges entre Estonie et Lettonie, entre Estonie et Russie, comme S. G. Isakov. Les principaux enseignants en charge de la littérature russe étaient dans les années de l’après-guerre Valmar Teodorovitch Adams (1899-1993), un Estonien de Léningrad spécialiste de Gogol, bientôt arrêté et envoyé dans les mines de Karaganda, et son successeur Boris Vasilievitch Pravdin (1887-1960) qui avait enseigné le français et le russe et à qui les camps furent épargnés. Il fut remplacé en 1954 par B. F. Egorov, slaviste et comparatiste à la fois, qui dans le long terme devint un compagnon de route de Lotman. La rencontre entre les cultures a été un fil directeur des recherches de sciences humaines conduites à Tartu. Les enseignants y développèrent une sociabilité académique particulière, des cercles de rencontre dans la maison de l’un ou de l’autre, des pièces de théâtre et permirent ainsi une vie étudiante qui, précisément à la mort de Lotman, suscitait une telle nostalgie chez ceux qui avaient été formés dans ce cadre. C’est en 1961 que Lotman, qui enseignait une quinzaine d’heures par semaine, soutint à Tartu sa thèse d’État consacré à la littérature prépouchkinienne. Enseignant le russe dans un cadre estonien, il eut à cœur de tenir compte de l’Estonie, d’apprendre la langue, d’aborder les relations de deux langues, deux littératures et deux cultures, poursuivant ainsi une tradition bien ancienne de l’université. Il est certes difficile de dire pourquoi l’Université de Tartu devint un objet de nostalgie pour les historiens de la littérature et notamment les slavistes russes, qui contemplaient la littérature russe pour ainsi dire depuis les marges. Il est sûr que le développement de la sémiotique culturelle, d’un structuralisme sui generis qui proposait une alternative à l’interprétation plus politique des faits de culture a rempli un rôle facilité par l’institution des écoles d’été de sémiotique, dont la première eut lieu en 1964 (la seconde date de 1966, la troisième de 1968, la quatrième de 1970). C’est aussi en 1964 que paraît le premier livre proprement sémiotique de Lotman, les Leçons de sémiotique structurale. Une série de publications philologiques paraissait toutefois depuis 1958. Lotman, qui avait soutenu sa thèse d’habilitation devant le germaniste de Léningrad Victor Jirmounski, conserve le sens de liens forts entre la genèse des textes et celle des faits de culture, entre les modèles du folklore et la philologie textuelle. Certes il ne saurait être entièrement confondu avec l’Université de Tartu durant la seconde moitié du XXe siècle mais il en incarne certains traits essentiels : lieu d’expérimentation voire de provocation dans les sciences humaines – car avec Boris Uspenski l’école de Tartu dépasse clairement l’histoire littéraire. C’est dans un lieu héritant d’une tradition interculturelle, lieu attaché à la mixité des cultures et à ses conséquences, lieu plus volontiers fréquenté par les jeunes juifs russes, par des étudiants versés dans les langues étrangères, que s’est dessinée l’école russe de sciences humaines. Elle a bénéficié du plus large rayonnement, notamment en Italie et en France et a, d’une certaine manière, repris et résumé la tradition formaliste. La perte de Tartu comme lieu d’identification a certainement contribué à faire de l’histoire intellectuelle russe une culture de l’exil. En même temps l’épisode lotmanien met l’accent sur des strates plus profondes de l’Université de Tartu, sur ce qui la constitue dans la longue durée en lieu de transferts.

7Au-delà de la rencontre de la Russie et de l’Estonie, Tartu a été le lieu d’autres rencontres. On ne parlera pas ici des origines suédoises, bien qu’elles favorisèrent sans doute un premier réveil de l’Estonie, car l’histoire de la ville et de l’université est discontinue, et on considère en général que la véritable naissance est celle qui a vu la rencontre de la Russie et de l’Allemagne. Car c’est bien une université allemande destinée à la noblesse germanophone des provinces baltes qu’il s’agissait de fonder à la toute fin du XVIIIe siècle, avec en arrière-plan la crainte de contaminations qui pourraient résulter de séjours prolongés de cette noblesse russe et germanophone dans les vieilles universités allemandes, de Iéna à Göttingen.

  • 3 Jaan Kross, Der Verrückte des Zaren (11978). Nous citons ici d’après la traduction allemande d’Helg (...)

8Dans son roman intitulé Le fou du tsar l’écrivain estonien Jaan Kross (1920-2007), principal auteur contemporain de langue estonienne, raconte l’histoire d’un noble balte Timo von Bock, époux d’une Estonienne, qui dans un mémoire invite l’empereur Alexandre Ier à transformer son empire en un État de droit et se trouve jeté en prison. L’histoire se déroule au début des années 1820. Le narrateur frère de l’Estonienne Eeva se souvient de séjours à l’Université de Dorpat : « Timo fréquentait dans le nouvel édifice principal de l’université qui rappelait un temple grec les cours d’histoire du professeur Ewers et il prenait des notes avec tant d’assiduité qu’en un demi-hiver il remplit plusieurs douzaines de cahiers bleus. Il s’agissait d’une série de cours sur l’histoire du Moyen-âge. Je fus frappé : Ewers avait beaucoup parlé de l’esprit chevaleresque comme de l’idéal de l’époque et ce sont précisément les passages que Timo avait soigneusement soulignés dans ses notes. » 3 Dorpat est le lieu où la noblesse allemande en train de s’identifier à l’Estonie puise des instruments de révolte contre l’autocratie tsariste. Mais c’est aussi un lieu de rencontre avec la culture russe. L’épouse de Timo, l’Estonienne Eeva, rencontre à Dorpat le poète Vassili Joukovski (1783-1852), fondateur du romantisme russe, précepteur du tsar et maître de Pouchkine, mort en Allemagne. Joukovski, bien introduit à la cour de Pétersbourg n’est-il pas capable de donner des nouvelles de Timo emprisonné ? Le narrateur assiste à une soirée dans une maison patricienne de Dorpat où le poète russe donne lecture de sa traduction de La Pucelle d’ Orléans de Schiller :

  • 4 Ibid., p. 193.

9« Écouter cette pièce en russe était étrange, car mes connaissances de russe n’étaient pas très importantes <...> Je me servais surtout du russe quand j’avais affaire à de simples soldats qui faisaient le travail de valets d’écurie et à des ouvriers. Mes connaissances de russe sont à peu près restées à ce niveau. Bien que plus tard j’aie lu beaucoup de Karamzine et de Derjavine. Des passages que Joukovski nous récitait je pouvais au moins déduire que sa traduction était admirablement fluide4. »

10L’Université de Dorpat, durant les premières décennies de son existence, apparaît comme le lieu où des germanobaltes, population métisse d’Allemands et d’Estoniens, s’initient à une culture littéraire russe elle-même résultant d’une traduction d’œuvres allemandes.

  • 5 Sur la composition du Kalevipoeg voir l’introduction à la traduction française d’Antoine Chalvin : (...)

11En 1855 encore, lorsque le rhapsode de l’épopée nationale estonienne Kalevipoeg Friedrich Reinhold Kreutzwald (1803-1852), qui a fait ses études à Dorpat, publie son œuvre, il l’accompagne d’une traduction allemande 5. Il s’inspirait d’ailleurs non seulement de Herder mais plus particulièrement d’une traduction allemande du Kalevala par le linguiste allemand de Pétersbourg, lui-même issu d’une famille de Reval/Tallinn, Anton Schiefner (1817-1879). À Dorpat une culture germano-balte découvre la Russie.

  • 6 Paul Wiskowatow, Rede zur Feier des hndertjährigen Geburtsfestes von W.A. Joukoffsky, Dorpat, Schna (...)

12Car Dorpat est aussi un lieu de la littérature russe. Lorsqu’en 1883 on célèbre à Dorpat le centième anniversaire de la naissance de Joukovski, Paul von Wiskowatow (1842-1905), historien de la littérature russe, rappelle dans une plaquette publiée en allemand6 le destin tragique du poète russe et mentor de Pouchkine, devenu en 1816 doctor honoris causa de l’Université de Dorpat. Entre 1815 et 1823 Joukovski, fils naturel du propriétaire terrien Bunin et d’une esclave turque, avait fréquenté Dorpat où vivait dans la rue Carlowa Marie Moier, descendante de la famille Bunin. Elle s’était mariée à un professeur de chirurgie de l’université, originaire de Reval, Johann Christian Moier (1786-1858). L’amour malheureux de Joukovski pour Marie Moier, qui mourut en 1823 et auprès de laquelle il aurait souhaité être enterré, associe son nom au milieu des professeurs de Dorpat que le père du romantisme russe avait fréquenté. La période de la carrière de Joukovski liée à Dorpat est celle de la traduction de Schiller mais aussi de la rédaction de l’hymne tsariste, enfin de sa participation au cercle littéraire de l’Arzamas, caractéristique d’un proto-romantisme russe.

  • 7 Voir Alexander von Humboldt, Reisen durch Rußland, Stuttgart, 1983.

13Dorpat est devenu pour les Allemands un point d’entrée dans le monde russe. Lors de son voyage en Russie de 1829 Alexandre de Humboldt passe par Dorpat7. Il n’y reste pas longtemps mais rencontre plusieurs professeurs d’université qui comme le minéralogiste Moritz von Engelhardt (1779-1842) ou le botaniste Karl Friedrich von Ledebour (1785-1851), ont entrepris avant lui des voyages d’exploration dans l’Orient russe, comme si une tradition d’exploration de la Russie, de l’Oural et de l’Asie centrale était une spécialité des savants de Dorpat. Son propre voyage est en partie prédéterminé par leurs explorations préparatoires et au terme de son exploration il leur rendra à nouveau visite sur le chemin de retour en direction de Berlin.

  • 8 Les informations sur Krause à Tartu sont principalement empruntées au livre de Juhan Maiste, Kadi P (...)

14La rencontre de l’Allemagne et de la Russie à Dorpat a trouvé une traduction architecturale dans les principaux bâtiments de l’université, dus au travail de l’architecte Johann Wilhelm Krause (1757-1828)8. Il venait de Basse-Silésie où l’on raconte qu’un médecin avait réussi à le sauver de la cécité, et avait fait des études au lycée de Zittau, puis il avait découvert à Dresde la Hofkirche de Gaetano Chiaveri, les bâtiments baroques de Dresde et les environs, la Suisse romane et les dessins de Adrian Zingg. À Leipzig il avait participé au culte sentimental de Fürchtegott Gellert et admiré la Nicolaikirche. Puis il avait embrassé la carrière militaire et servi sous le drapeau prussien, puis anglais. À ce titre, il avait fait en 1782 un voyage en Amérique et n’était arrivé en Livonie qu’en 1784. Là, il devint d’abord, et pour une dizaine d’années, précepteur à Riga ou dans les environs, un mode de pénétration dans les élites de la société locale qu’il partage avec nombre de professeurs de Dorpat. L’un des employeurs de Krause, épris des méthodes rousseauistes d’éducation, avait besoin d’un architecte et utilisa les services du précepteur. C’est à partir d’interventions sur les transformations de demeures campagnardes de nobles livoniens que s’est engagée la carrière d’architecte de Krause. C’est l’époque où l’on découvre la peinture des paysages suisses, glaciers ou chute d’eau et où, en compagnie de son ami le poète et peintre Carl Gotthard Grass (1767-1814) qui en tira un récit de voyage, Krause visitant la Suisse va s’attacher par surimpression aux paysages de Livonie. Un séjour à Pétersbourg représente une étape importante dans un parcours qui le conduit enfin en 1803 à devenir professeur à Dorpat. La ville avait suivi les destructions successives de la Guerre du Nord et d’incendies ; elle devait être reconstruite. Krause qui avait épousé une belle sœur de Parrot arrivait à point nommé à Dorpat. Le flanc d’une colline où se trouvait l’ancienne cathédrale détruite devint le lieu de construction de divers bâtiment, le bâtiment central reprenant la place d’une ancienne église suédoise. C’est tout un ensemble universitaire que Krause put dessiner dans un style dominé par les références classiques. Un portique de six colonnes doriques reposant sur des socles donne au bâtiment principal son empreinte classique. L’inauguration de ce bâtiment principal eut lieu en juillet 1809. Mais Krause marqua la ville de son empreinte en bien d’autres endroits : la bibliothèque dans les ruines de la cathédrale réconciliait le goût pour le Moyen-âge avec l’esprit des Lumières. L’observatoire, le théâtre d’anatomie portent aussi la marque du même architecte.

15Un monument aux peuples recueillait les ossements d’Allemands, Polonais, Estoniens ou Suédois victimes de guerres anciennes et dégagés durant les travaux de constructions de l’université. Établi au cœur de l’Empire russe mais à la limite de plusieurs espaces culturels le modèle architectural classique hérité de la tradition de Winckelmann et plus encore de celle de Friedrich August Krubsacius à Dresde ou de Adam Friedrich Oeser à Leipzig allait pouvoir servir de modèles pour d’autres universités russes, de Kazan à Karkhov, favoriser une sorte d’osmose de la Russie moderne à ses débuts et de l’héritage de l’Allemagne classique.

16Dorpat a été dès le XVIIIe siècle une ville qu’on peut mettre en relation avec le développement de la littérature allemande. J.M.R. Lenz y a vécu durant les années 1760 et s’y est formé, avant d’entreprendre le périple qui le mena à Strasbourg où il fit la connaissance de Goethe puis à Weimar où il ne put se fixer, avant un retour dans le Nord, à Dorpat, puis à Saint-Pétersbourg et finalement à Moscou. Le parcours de Lenz de la Livonie vers les centres de la littérature allemande suivi d’un retour vers l’Est, s’achevant par une activité de traducteur du russe à Moscou est particulièrement caractéristique de ce métissage culturel que représente Dorpat, avant même que l’université n’ait repris ses fonctions abandonnées depuis l’époque suédoise. Moins connu, l’écrivain August Thieme (1780-1860), découvreur de la langue finnoise et pionnier d’un mouvement de curiosité pour les textes finnois dont le Kalevala comme le Kalevipoeg furent les héritiers, eut durant la première décennie du XIXe siècle des fonctions à l’Université de Dorpat. Lui aussi avait séjourné en Thuringe et profité des impulsions de Herder avant de prendre le chemin du Nord. Dorpat avant la refondation de l’université et au moment de cette refondation est un lieu où s’écrit une poésie allemande dont la spécificité est aussi de tenir compte de l’environnement nordique, de la langue russe proche, des cultures locales d’expression finnoise ou estonienne.

  • 9 Sur Klinger à Dorpat voir M. Rieger, Friedrich Maximilian Klinger, 2. Teil, Darmstadt, Arnold Bergs (...)
  • 10 Sur les débuts de l’université de Dorpat refondée voir Gert von Pistohlkors, Deutsche Geschichte im (...)
  • 11 Il publia en 1820 un livre sur la nature du Bildungsroman et en 1824 une histoire du Bildungsroman.

17Un autre représentant des lettres allemandes, ancien ami de Goethe et incarnation du Sturm und Drang, Maximilian Klinger (1752-1831)9, établi depuis très longtemps à Saint-Pétersbourg, a joué un rôle central dans les débuts de l’Université de Dorpat10. Friedrich Maximilian Klinger a été proposé par Parrot comme curateur de l’université, un office dont il s’acquitta de 1803 à 1816. Ce général allemand au service de la Russie, comme plusieurs curateurs du XIXe siècle, avait alors la confiance du tsar et était prêt à aider Parrot dans ses tentatives d’obtenir une large autonomie de l’université par rapport à la noblesse de Livonie et surtout de Courlande qui ne s’était pas résignée à l’installation de l’université germanophone à Dorpat plutôt qu’à Mitau. Pourtant Klinger que l’on considérait à Dorpat comme à moitié russisé, même s’il se percevait lui-même comme un disciple allemand de Rousseau, passait pour avoir un caractère détestable et les relations entre les deux hommes furent souvent orageuses. Entre les deux il faut encore mentionner la personnalité d’un philologue antiquisant traducteur de Platon, Karl Morgenstern (1770-1852), qui négocie longuement un voyage en Italie et fit plus tard à la bibliothèque de Dorpat, qu’il dirigea, un cadeau de 10 000 volumes. Disciple de Friedrich August Wolf le philologue de Halle, Morgenstern développa à Dorpat un nouvel intérêt pour le Bildungsroman11 dont il fut un des premiers théoriciens, en même temps qu’il introduisait le culte de Goethe dans les territoires germano-baltes. Ce philologue dont le peintre livonien Gerhard von Kügelgen a fixé les traits avait fondé, dès la première décennie du XIXe siècle et non sans rencontrer la résistance de ses collègues, un musée d’art à Dorpat. Klinger s’appuya aussi sur un philosophe parmi les professeurs, Gottlob Benjamin Jäsche (1762-1842), qui avait suivi les cours de Kant à Königsberg dans les années 1790, et qui, héritant de manuscrits du maître, défendit à Dorpat une stricte doctrine kantienne. C’est surtout sous l’autorité de Klinger que l’université passant à 184 étudiants dès 1804 a bénéficié des crédits qui ont permis la construction de tous les nouveaux bâtiments dans lesquels elle fut hébergée. Riga, Reval, Wyborg, Mitau n’avaient plus avec leurs lycées respectifs qu’une importance secondaire face à Dorpat. Klinger, qui montrait fort peu de goût pour les débordements traditionnels des étudiants (bagarres ou beuveries), concevait l’Université de Dorpat certes comme une université de langue allemande, mais aussi comme une université de l’Empire russe, chargée de former des sujets du tsar. Ils avaient à porter un uniforme et surtout à acquérir une maîtrise suffisante de la langue russe. C’est Klinger qui assurait au début du XIXe siècle le recrutement de nouveaux professeurs, devait intervenir lorsque les procédures de promotion donnèrent lieu à des formes de prévarication. C’est lui qui surveillait aussi l’enseignement théologique et dut intervenir lorsqu’un théologien du nom de Wilhelm Friedrich Hetzel se mit à enseigner une théologie résolument rationaliste. Klinger fut remplacé en 1817 par un général à la retraite, Karl Lieven, qui s’appuya dans le corps professoral sur un historien allemand de la Russie et de l’Estonie Gustav Ewers (1779-1830), et réussit à faire passer à trente le nombre des professeurs. Les années durant lesquelles Klinger assura une sorte de contrôle de l’université qu’il visitait chaque année furent une période d’expansion rapide. Le comte Sergueï Semionovitch Ouvarov (1786-1865), principal réformateur du système d’éducation russe durant la première moitié du XIXe siècle et ancien étudiant de Göttingen n’a pu de son côté qu’encourager la tendance de l’Université de Dorpat à contribuer, malgré l’enseignement en allemand à une identité scientifique de la Russie.

  • 12 Matthias Aumüller, Ludwig Strümpell à Dorpat : une filiation Herbartienne, in : Céline Trautmann-Wa (...)

18On ne saurait suivre dans le détail l’attribution des chaires durant les premières années. Il fut un temps question d’attirer l’historien Leopold von Ranke (1795-1886) qui entra en négociations avec l’université mais finalement renonça. Karl Friedrich Burdach (1776-1847) y assura un enseignement réputé de la médecine dans les années 1810. Le biologiste Karl Ernst von Baer (1792-1876), un des pères de l’embryologie, y avait fait ses études et écrit sa thèse en 1814 et vint y passer les dernières années de sa vie. Le philosophe Ludwig Strümpell (1812-1899)12, successeur de Jäsche sur la chaire de philosophie, y représenta à partir de 1845 une orientation liée à la psychologie herbartienne. L’historien de l’art

19Georg Dehio (1850-1932) auteur du volumineux Handbuch deutscher Kunstdenkmäler (Manuel des monuments de l’art allemand)y entama ses études en 1868. Le physico-chimiste Wilhelm Ostwald (1824-1903), connu pour ses positions monistes et sa théorie de l’énergétisme, commença sa carrière comme assistant de physique à l’Université de Dorpat dans les années 1870. À partir de 1883 le linguiste Baudouin de Courtenay (1845-1929) élaborait un certain nombre d’outils théoriques sur lesquels reposeraient la phonologie et la pensée formaliste. Si l’on peut considérer que l’histoire intellectuelle de la Russie au XIXe siècle est pour une part l’histoire d’une appropriation de la science produite dans les universités allemandes, il est clair que le rôle de Dorpat comme lieu de contact institutionnel, canal d’importation, ébauche d’un métissage germano-russe, mérite d’être particulièrement pris en compte. Les curateurs et les principaux responsables de l’université voyageaient régulièrement entre la cour de Saint-Pétersbourg et Dorpat, rendaient des comptes au tsar et se considéraient tout en étant culturellement allemands comme de loyaux sujets de l’Empire russe. La littérature allemande et Schiller ou la philosophie kantienne sont souvent allégués comme l’une des causes des aspirations russes à l’occidentalisation y compris dans leurs formes violentes comme la récolte des Décabristes, ce qui confèrerait à Dorpat un rôle de creuset d’idées politiques nouvelles au sein de l’empire russe. Cette tendance à une paradoxale mixité s’est en tout cas maintenue au moins jusqu’à ce que l’Université de Dorpat devienne de 1893 à 1918 l’Université de Iouriev.

  • 13 Friedrich Bienemann, Der Dorpater Professor Georg Friedrich Parrot und Kaiser Alexander I., Reval, (...)

20Les vingt-cinq premières années de l’Université refondée de Dorpat sont liées à la personnalité de Georg Friedrich Parrot (1767-1852) 13. C’est à lui que revient sans conteste le mérite principal de l’instauration d’une université de langue allemande chargée de former des élites de l’Empire russe, dans un cadre estonien jadis marqué par une présence suédoise profonde. Or Parrot est Français. Plus précisément il appartient à cette singulière enclave du Wurtemberg dans le royaume de France que fut jusqu’à la fin du XVIIIe siècle le territoire de Montbéliard/Mömpelgard. Fils d’un notable de Montbéliard, Parrot fut d’abord condisciple au lycée de la ville de Georges Cuvier avec lequel il conserva des liens jusque vers la fin de sa vie. Comme beaucoup de ses proches, Parrot poursuivit ses études à la Karlsschule de Stuttgart, un établissement d’enseignement jadis fréquenté par Schiller et où il resta de 1782 à 1786. À son arrivée à la Karlsschule, Parrot ne connaissait guère l’allemand, mais l’aurait assimilé comme une langue maternelle durant la période passée à Stuttgart. Destiné par son père à la médecine, il préféra se consacrer à l’étude de la physique et des mathématiques. Mais dans cet établissement très orienté sur les sciences appliquées il s’initia aussi à d’autres disciplines comme l’agronomie. Lorsqu’il quitta Stuttgart c’est pour occuper un poste de précepteur dans la famille d’un aristocrate d’Yvetot en Normandie. Il était accompagné dans ce voyage vers la Normandie par les vœux versifiés de son ami Georges Cuvier lui aussi à Stuttgart.

  • 14 Ibid., p. 27.

« Parrot, c’en est donc fait, le Destin secourable
A tes désirs enfin se montre favorable !
Après t’avoir longtems en vain persécuté,
Ce Dieu moins rigoureux te rend la liberté,
Et laissant de Stoutgard la triste Académie
Tu vas voir de Caen la campagne fleurie !
Tes trois Concitoyens qu’un plus malheureux sort
Attache encore un tems à ce funeste bord
Prennent part à ta joye et te voyant partir
Ici de leurs Conseils viennent pour te munir 14. »

21La Normandie est l’occasion pour Parrot d’élargir sa connaissance du monde. Il rencontre des gens qui ont fréquenté Voltaire, explore le pays, poursuit sa formation scientifique, engage des réflexions sur la physique et la mécanique qu’il poursuivra longtemps après à Dorpat. En 1788 Parrot rédige un cours élémentaire d’arithmétique qui reçoit l’approbation de l’astronome Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande. Lorsqu’il décide de quitter son poste de précepteur en Normandie pour se marier, Parrot propose Cuvier comme son successeur. Les deux amis passent quelques jours ensemble avant que la séparation ne soit une fois encore célébrée par les vers de Cuvier :

  • 15 Ibid., p. 38.

« La fortune et l’amour répondent à tes vœux !
Tu vas Citoyen vertueux
Donner du lustre à ta patrie.
Ton héroïsme et ton génie
Vont rendre Montbéliard heureux15. »

22S’engage alors pour Parrot une période difficile où, installé à Karlsruhe et à Offenbach, il peine à faire vivre sa famille et publie des ouvrages de physique, comme en 1791 sa Theoretische und praktische Anweisung zur Verwandlung einer jeden Art von Licht in eines, das dem Tageslicht ähnlich ist (Indications théoriques et pratiques sur la transformation de toute forme de lumière en une lumière semblable à celle du jour)(Wien-Erlangen 1791). Puis il publie en 1793 un livre de plusieurs centaines de pages Zweckmäßiger Luftreiniger, theoretisch und praktisch beschrieben (Purificateur de l’air décrit d’un point de vue théorique et pratique). Parrot a aussi publié un ouvrage de pédagogie générale Esprit de l’éducation ou catéchisme des pères et des instituteurs. Il allait partir pour la Livonie où sa sœur s’était déjà installée quand sa femme mourut. Mais en chemin il intercala un séjour à Bayreuth, où il s’occupa des paratonnerres du château Fantaisie. C’est en 1795 qu’il arrive à Riga. Il se fait connaître par un projet de Société économique de Livonie qui séduit tout particulièrement un aristocrate de Livonie Friedrich von Sivers (1766-1823), devenu protecteur de Parrot, et lorsqu’une telle société est fondée il en devient le secrétaire. De nouveaux liens de sociabilité se créent et Parrot se remarie avec une parente de l’architecte Krause qui devient un de ses amis proches. Dans ce cercle on rencontre le jeune Johann Friedrich Hartknoch qui poursuit la gestion de la librairie familiale où parut la Critique de la raison pure. Mais Parrot poursuit aussi ses recherches sur divers thèmes des sciences naturelles, le galvanisme, la nature du charbon ou du phosphore, la lumière, les roues des moulins, les exhalaisons. C’est en 1800 qu’il est nommé professeur de mathématiques pures et appliquées dans la nouvelle Université de Dorpat.

23L’Université de Dorpat dans laquelle Parrot prononce à l’automne 1801 ses premiers cours de mécanique est un établissement soumis à la noblesse balte, et ce statut limitait considérablement ses ambitions. La noblesse de Courlande, déçue que la principale institution d’enseignement supérieur n’ait pas été fondée à Mitau et poursuivant l’entretien de son lycée de Mitau, se considérait comme exemptée du souci de financer Dorpat. Les premiers professeurs prêtèrent serment dans la St. Johanniskirche le 21 avril 1802. Le lendemain le prorecteur Parrot prononçait un discours en latin sur les objectifs de l’enseignement et poursuivait en allemand sur l’influence des connaissances scientifiques concernant la culture humaine. Le 22 mai le tsar Alexandre en déplacement à Riga et Memel passait par Dorpat. Parrot prononça à cette occasion un discours en français où il traçait à l’Empereur une voie marquée par des références aux Lumières :

  • 16 Ibid., p. 115-116.

« Le possesseur des terres de cette province Vous est redevable de la diminution des impôts, l’homme de lettres du rétablissement de la littérature, le négociant de la liberté du commerce, l’artisan du réveil de l’industrie, le cultivateur – le cultivateur à qui le système féodal n’a presque laissé qu’une existence précaire – Sire, Vous, Vous ne le méprisez pas, une puissance invisible lui a trahi le secret de Votre cœur <...> Dieu suprême ! Nous jurons en ta présence, en présence de ton image chérie, de consacrer nos veilles et nos talents à l’emploi que tu nous as confié ; de travailler avec zèle et fidélité à répandre les lumières utiles. Nous jurons de respecter l’humanité dans toutes les classes et sous toutes les formes ; de ne distinguer le pauvre du riche, le faible du puissant, que pour vouer au pauvre et au faible un intérêt plus actif et plus tendre 16. »

24Ce discours en un français authentique de l’ami de Cuvier eut le bonheur de séduire le tsar Alexandre et ouvrit la voie à des relations amicales. La même année 1802 Parrot dans un mémoire envoyé à l’Empereur prenait parti pour la suppression du servage, réclamait une réforme de la justice et insistait sur la nécessité d’éduquer le peuple. Les échanges de correspondance entre Alexandre et Parrot laissent percevoir une cordialité dont Dorpat tirera le plus grand bénéfice. À l’automne 1802 Parrot entreprend en effet un voyage à Saint-Pétersbourg où il profite de ses bonnes relations avec le tsar et accessoirement d’un cercle de connaissances qu’il a réussi à mobiliser pour obtenir un changement de statut pour Dorpat, le passage d’une université régionale à celui d’université d’État bénéficiant d’une large autonomie. Les échanges entre Parrot et Alexandre ne concernaient pas seulement l’université mais abordaient également la situation des paysans en Livonie et en Courlande. Parrot suggère efficacement Maximilian Klinger comme premier curateur de Dorpat. Grâce au représentant des Lumières françaises, l’université allemande du monde russe avait acquis par rapport à l’aristocratie balte et son système d’asservissement des populations estoniennes une indépendance qui allait lui permettre d’atteindre un véritable rayonnement à la fois du côté de l’espace germanophone dans son ensemble et du côté du monde russe. Un arrêté de février 1803 nommant Klinger au poste de curateur prévoyait en même temps que toutes les provinces de la Baltique étaient rattachées à Dorpat du point de vue de l’enseignement supérieur. Invitée à participer au financement de la nouvelle institution, la noblesse livonienne se trouvait de facto marginalisée grâce à l’axe établi entre le prorecteur Parrot, en charge de toutes les actions diplomatiques de l’université, et l’empereur. Le peintre Gerhard von Kügelgen fut chargé de faire un portrait de Parrot exposé après sa mort dans une salle de la Bibliothèque.

25Le pouvoir de Parrot dans le cadre de l’Université de Dorpat semble n’avoir guère rencontré de limites. Il exerçait les fonctions de censeur et semble avoir manifesté vis-à-vis d’écrits favorables à l’émancipation des paysans estoniens davantage de mansuétude que les organes de l’État. Il n’a pas craint d’intervenir à nouveau auprès du tsar lorsque des mesures de police furent envisagées contre les étudiants en délicatesse avec les règlements de l’université.

  • 17 Durant cette période il a notamment publié un Mémoire sur les points fixes du thermomètre (Saint-Pé (...)

26En dépit des multiples engagements de Parrot pour l’Université de Dorpat on aurait tort de ne voir en lui qu’un pur administrateur. Même si ce volet de ses activités fut important il est resté un scientifique. S’il quitte ses responsabilités à l’Université de Dorpat dès 1826 il continue néanmoins à travailler dans un laboratoire de physique de Saint-Pétersbourg jusqu’à sa mort en 185217. Deux ouvrages méritent au moins d’être mentionnés qui témoignent de la continuité de son intérêt pour les sciences. De 1809 à 1815 il a publié un manuel de physique théorique en 3 volumes (Grundriß der theoretischen Physik, Riga 1809-1815) destiné à servir de base aux cours qu’il assurait à l’université. Car après avoir présenté une thèse de physique il avait pu échanger sa chaire de mathématiques contre une chaire de physique. On lui doit aussi des Entretiens sur la physique qui paraissent en 6 volumes à Dorpat de 1819 à 1824. Il convient d’observer à ce propos que si le manuel est rédigé en langue allemande, les entretiens sont publiés à Dorpat en français, et par leur forme même conservent une dimension de conversation mondaine, d’entretien de salon, répondant au modèle du XVIIIe siècle français. Parrot en tant que scientifique incarne dans le cadre russe de Dorpat la rencontre de deux dimensions de la communication scientifique, la pédagogie et la sociabilité plus légère.

  • 18 Moritz von Engelhardt und Friedrich Parrot, Reise in die Krym und den Kaukasus, Berlin, 1815, 2vol.

27Parrot a fondé à Dorpat une dynastie puisque son fils Johann Jacob Friedrich Wilhelm Parrot (1792-1841), né à Karlsruhe, après avoir fait ses études de médecine à Dorpat, après avoir été médecin dans l’armée du tsar et participé à ce titre aux guerres contre Napoléon, occupa dans les années 1820 et 1830 plusieurs chaires distinctes (pathologie, physiologie, physique) à l’Université de Dorpat. Il en devint même prorecteur. Ludwig Parrot est plus connu que son père. Il doit cette notoriété moins à son enseignement ou à son activité scientifique qu’à ses voyages et aux relations qui en ont été publiées. Après la publication de son voyage en Crimée et dans le Caucase paru en allemand18 il retrouva les racines françaises de la famille lors d’un voyage dans les Pyrénées (voyage de 1817, relation publiée en 1823). Parrot qui avait traversé le massif pyrénéen de Saint-Jean de Luz à Perpignan s’inscrit, grâce à ses ascensions de sommets comme le Mont Perdu ou la Maladeta, dans la tradition du pyrénéisme. Ensuite vint le voyage au Mont Ararat (récit publié en1834). Friedrich Parrot fut le premier à atteindre, en compagnie du poète arménien Chatschatur Abovian, le sommet du Mont Ararat dans une expédition qui cherchait aussi à découvrir des restes de l’arche de Noé. Friedrich Parrot, dont la bibliographie est désormais purement allemande, s’inscrit dans le cadre des entreprises d’exploration de l’Empire russe parties souvent de l’Université de Dorpat. Son premier voyage en Crimée est engagé avec le minéralogiste de Dorpat Moritz von Engelhardt dont les travaux orienteront notamment Alexandre de Humboldt dans son exploration de l’Oural. Friedrich Parrot a laissé son nom à une fleur, la Parrotie de Perse, et à une montagne, la pointe Parrot des Alpes valaisannes. Il faut observer également que Parrot, lorsqu’il explore les confins du Caucase, répond aussi à la politique d’expansion de l’empire russe vers le sud, à la suite de conflits russo-turcs. Parrot avait encore entrepris un voyage au Cap nord pour contribuer à l’exploration de terres nordiques mais sa mort prématurée l’empêcha de publier une relation de cette dernière exploration scientifique. Le lien paradoxal de Georg Friedrich Parrot à la France ne s’est jamais distendu. C’est à ce lien qu’il devait l’amitié du tsar et certainement un style et l’ambition de diffuser les Lumières. Chez son fils, le lien à la France paraît plus distendu, puisqu’il n’écrit qu’en allemand. Pourtant il y a ce singulier voyage dans les Pyrénées, peu après la chute de l’Empire. Mais surtout l’exploration du monde à partir de Dorpat témoigne d’une forme de cosmopolitisme scientifique, mis, au moins partiellement, au service de l’expansionnisme russe. La succession du père et du fils est d’autant plus importante que chacun d’entre eux a exercé dans l’université des fonctions administratives et qu’au-delà de l’enseignement qu’ils ont pu donner ils ont marqué le fonctionnement de l’université durant les premières années de son existence, donnant ainsi aux échanges russo-allemands sur le territoire estonien une dimension plus large.

28Dans la longue durée Dorpat est un lieu de rencontres étonnant. Sans aucun doute l’université a contribué à un métissage culturel germano-russe qui caractérise l’espace baltique mais s’opère ici à un niveau scientifique. Cette rencontre favorise également un intérêt pour les cultures baltes, notamment la langue et la tradition estoniennes. La mémoire des Suédois, qui pour des raisons aussi religieuses avaient favorisé le réveil estonien, ne s’est jamais complètement perdue. Mais aussi complexe que soit cette constellation, elle ne serait pas complète sans l’étrange contribution française de Parrot, l’ami de Georges Cuvier, dont le rôle dans la fondation de l’université, lié à une connivence avec l’empereur Alexandre, a été décisif. Parrot a fondé une dynastie et le goût de son fils pour les voyages rapproche les Pyrénées et le mont Ararat, objets d’explorations complémentaires. Le cadre créé par les stratifications successives qui ont défini l’Université de Dorpat a certes facilité la rencontre du romantisme allemand et du romantisme russe. Mais on peut suivre sa marque jusque dans les singulières caractéristiques de l’École de Tartu, une sorte d’ouverture implicite de la littérature russe aux autres cultures pratiquée durant la plus grande partie de la période soviétique en ce lieu d’extraterritorialité militante.

Haut de page

Notes

1 Olga Sedakova, 2 Putechestvija v Briansk, v Tartu i obratno, Moskva, Stepnoi veter, 2005, p. 88.

2 Nous empruntons les éléments biographiques concernant Lotman à l’ouvrage de B.F. Egorov, Jizn’ i tvortchestvo Iou. M. Lotmana, Moskva, NLO 1997. Voir aussi des éléments d’histoire de l’école de Tartu dans Lotmanovskii Sbornik 1, Moskva, Garant, 1995.

3 Jaan Kross, Der Verrückte des Zaren (11978). Nous citons ici d’après la traduction allemande d’Helga Viira, München, DTV 2003, p. 38.

4 Ibid., p. 193.

5 Sur la composition du Kalevipoeg voir l’introduction à la traduction française d’Antoine Chalvin : Kalevipoeg. Epopée nationale estonienne, Paris, Gallimard, 2004.

6 Paul Wiskowatow, Rede zur Feier des hndertjährigen Geburtsfestes von W.A. Joukoffsky, Dorpat, Schnakkenburg, 1883.

7 Voir Alexander von Humboldt, Reisen durch Rußland, Stuttgart, 1983.

8 Les informations sur Krause à Tartu sont principalement empruntées au livre de Juhan Maiste, Kadi Polli, Mariann Raisma, Alma Mater Tartuensis. Die Universität Tartu und ihr Architekt Johann Wilhelm Krause, 2003.

9 Sur Klinger à Dorpat voir M. Rieger, Friedrich Maximilian Klinger, 2. Teil, Darmstadt, Arnold Bergsträsser, 1896, p. 566-616.

10 Sur les débuts de l’université de Dorpat refondée voir Gert von Pistohlkors, Deutsche Geschichte im Osten Europs. Baltische Länder, Berlin, Siedler Verlag, 1994. – Roderich von Engel-hardt, Die deutsche Universität Dorpat in ihrer geistesgeschichtlichen Bedeutung, Reval, Franz Kluge, 1933.

11 Il publia en 1820 un livre sur la nature du Bildungsroman et en 1824 une histoire du Bildungsroman.

12 Matthias Aumüller, Ludwig Strümpell à Dorpat : une filiation Herbartienne, in : Céline Trautmann-Waller, Carole Maigné (éds.), Formalismes esthétiques et héritage herbartien. Vienne, Prague, Moscou, Hildesheim, Olms, 2009, p. 205-222.

13 Friedrich Bienemann, Der Dorpater Professor Georg Friedrich Parrot und Kaiser Alexander I., Reval, Verlag von Franz Kluge, 1902.

14 Ibid., p. 27.

15 Ibid., p. 38.

16 Ibid., p. 115-116.

17 Durant cette période il a notamment publié un Mémoire sur les points fixes du thermomètre (Saint-Pétersbourg, 1828) et un Mémoire concernant les moyens de prévenir tous les accidents qui ont lieu dans les machines à vapeur (Saint-Pétersbourg, 1829). Les deux mémoires ont été publiés en français à l’Académie des sciences de Russie.

18 Moritz von Engelhardt und Friedrich Parrot, Reise in die Krym und den Kaukasus, Berlin, 1815, 2vol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Espagne, « De Lotman à Parrot : Pour une histoire régressive de Tartu-Dorpat », Revue germanique internationale, 11 | 2010, 161-174.

Référence électronique

Michel Espagne, « De Lotman à Parrot : Pour une histoire régressive de Tartu-Dorpat », Revue germanique internationale [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/307 ; DOI : 10.4000/rgi.307

Haut de page

Auteur

Michel Espagne

Directeur de recherche au CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org