Navigation – Plan du site

Livres savants et philosophiques des auteurs juifs au XVIIIe siècle. Une vue d’ensemble

Christoph Schulte
Traduction de Stefanie Buchenau
p. 11-22

Résumés

Cette contribution donne un aperçu de la production scientifique et philosophique des auteurs juifs entre 1700 et 1835. Son analyse systématique montre que les juifs ont été productifs dans les sciences (naturelles), plus qu’en philosophie au sens étroit du terme. Le portrait de 1760 du disciple de Leibniz Raphael Levi peut illustrer cette thèse : Levi qui est connu en tant que mathématicien et astronome s’y présente non comme Juif mais comme un homme de science qui (même avant la Haskala) a réussi à réconcilier le judaïsme avec la science moderne et d’atteindre une reconnaissance au-delà des cercles juifs. En outre, les statistiques montrent que la production scientifique des auteurs juifs concerne avant tout les domaines de la médecine, les mathématiques, l’astronomie, les sciences de la nature et l’économie ; la production philosophique témoigne de leur intérêt pour la métaphysique, la philosophie politique, la littérature, la philosophie du langage et l’esthétique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand.

Texte intégral

  • 1 Cf. plus généralement, Christoph Schulte, Die jüdische Aufklärung. Philosophie Religion Geschichte, (...)

1Nous voudrions ouvrir cette contribution par la question suivante : quelle fut au juste le poids de la philosophie et des livres philosophiques dans la riche production intellectuelle des juifs éclairés au XVIIIe siècle ? Quelle place la philosophie occupe-t-elle dans la production littéraire des Aufklärer juifs, dans les Lumières européennes en général, et plus spécifiquement dans la Haskala, ce mouvement des Lumières juives1 ? Pour des raisons pratiques, nous limiterons nos recherches ici aux seuls livres recensés dans les catalogues des bibliothèques européenne et israélienne, sans procéder à l’examen des publications juives parues dans les journaux et imprimés. Ne serait-ce que d’un pur point de vue quantitatif, celles-ci attendent encore d’être analysées et cataloguées de manière systématique.

2Nos analyses s’appuient sur l’étude d’une bibliographie encore provisoire et non-publiée, établie par Andreas Kennecke, résultat d’un projet de recherche germano-israélien The Library of the Haskalah, sous la direction de Zohar Shavit, Shmuel Feiner et moi-même. Ce projet fut soutenu par la German-Israeli Foundation (G.I.F.). Pour la période qui s’étend entre 1700 et 1835, notre groupe de travail a trouvé à peu près 1 100 titres publiés par des juifs éclairés, parus dans environ 1 200 volumes. Il s’agit d’un résultat encore provisoire et nous sommes encore en train de repérer, d’identifier et de classer un certain nombre de titres nouveaux dispersés dans plus de soixante bibliothèques en Europe, en Israël et aux États-Unis. Avec les 1 100 entrées, il est cependant déjà possible de tirer quelques conclusions certaines, concernant en particulier la place de la philosophie dans cette production intellectuelle d’une immense richesse.

3Auparavant, et afin d’assurer une meilleure compréhension de ce qui suit, je voudrais préciser un certain nombre de prémisses de mon analyse :

41) En discutant de la Haskala et des philosophes juifs des Lumières, il convient de distinguer entre les Juifs éclairés, c’est-à-dire des Juifs cultivés, et qui sont actifs dans le contexte des Lumières allemandes et européennes, et ceux qu’on appelle les maskilim, les auteurs les plus activement engagés dans la Haskala au sens étroit du terme, c’est-à-dire le mouvement des Lumières juives d’après 1770, dans ses initiatives, ses institutions et ses actions. Car au XVIIIe siècle, il existait bien des Juifs éclairés qui n’étaient pas engagés dans la Haskala, ou ne le furent que temporairement : soit parce qu’ils écrivaient avant la naissance même de ce mouvement, soit parce que leur propre ’éclairement’ ou Aufklärung et la reconnaissance de leur statut d’Aufklärer dans la société chrétienne leur suffisaient, soit enfin parce qu’ils désespéraient de l’aptitude des Juifs à devenir éclairés. On a encore les cas de ceux qui vivaient dans un endroit trop isolé, de ceux qui étaient trop pauvres, ou trop occupés, ou qui ne pouvaient s’engager dans ce mouvement pour d’autres raisons.

52) Cette distinction vaut aussi pour les publications des Juifs éclairés : il faut distinguer entre les publications qui s’adressaient au public éclairé en général, qu’il fût chrétien, juif ou autre, et les publications issues de l’engagement pour la Haskala, écrites dans l’esprit des Lumières spécifiquement juives ou promouvant en général les objectifs de la Haskala. En troisième lieu, il y a des écrits qui poursuivent les deux objectifs à la fois, qui cherchent à éclairer le public en général, mais aussi spécifiquement les Juifs.

63) Dans leur grande majorité les publications savantes et philosophiques des Juifs du XVIIIe siècle n’avaient pas pour objet l’éducation (Aufklärung) ni l’émancipation civile des juifs. La plupart de ces livres ne servaient pas prioritairement les objectifs de la Haskala. La Haskala ne domine en fait que dans les publications pédagogiques.

74) Même si les philosophes juifs jouèrent un rôle important dans la Haskala prussienne, la proportion des publications philosophiques dans les livres publiés par les Juifs éclairés en Europe est plutôt faible. Elle est de l’ordre de 6 à 7 % de l’ensemble. La langue qui prédomine dans ces publications philosophiques est l’allemand.

85) L’ethos intellectuel des philosophes juifs au XVIIIe siècle est majoritairement conservateur et traditionaliste et tend à le devenir de plus en plus - à l’exception évidente et notable de Salomon Maimon ; celui des scientifiques (Naturwissenschaftler), en revanche, paraît très tôt moderne pour ne pas dire progressiste.

I

9Pour illustrer ces thèses, j’aimerais présenter le portrait d’un Juif éclairé du XVIIIe siècle, qui ne peut être considéré comme représentatif de la Haskala prussienne pour la simple raison qu’il était déjà actif pendant la première moitié du siècle.

© Historisches Museum, Hanovre.

10Le portrait représente Raphael Levi (1685-1779), un Juif originaire d’Hanovre, qui fut le disciple de Leibniz, et qui fréquenta quotidiennement la maison du vieux philosophe à partir de 1710, comme élève de mathématiques d’abord, puis comme amanuensis ou secrétaire privé, et ce jusqu’à la mort de Leibniz, en 1716. Raphael Levi n’a pas produit d’œuvres philosophiques, mais il publia des œuvres de mathématique et d’astronomie. Il a certainement bien connu les œuvres philosophiques de Leibniz. Cela suffit-il à faire de lui un philosophe ? Et quel rapport voit-il entre la philosophie et les sciences au début du XVIIIe siècle, siècle au terme duquel tout un groupe de philosophes juifs en Prusse, dans le contexte des Lumières prussiennes et allemandes, produit, pense, diffuse, promeut, analyse et critique un mouvement comme la Haskala : des Lumières juives à destination d’un public juif ?

  • 2 Une bibliographie se trouve dans Moritz Steinschneider, « Mathematik bei den Juden (1551-1840) », i (...)

11D’un point de vue philosophique, Levi fut un fidèle leibnizien, comme seulement le furent parmi ses contemporains les philosophes Naftali Herz Ulmann (1731-1787) et Moses Mendelssohn (1729-1786), plus jeunes d’une génération et qui étaient aussi plus marqués par l’influence de Christian Wolff. Dans ses ouvrages scientifiques, toutefois, Levi quitte le rôle du disciple leibnizien et témoigne de son indépendance comme chercheur et auteur. Contrairement au Mendelssohn de la Sache Gottes oder die gerettete Vorsehung (1784), Raphael Levi ne s’appuie pas directement sur des prémisses leibniziennes, et il ne rédige pas d’ouvrages philosophiques, mais astronomiques et mathématiques2. Cependant, la double compréhension de soi-même comme scientifique et philosophe est précisément ce qui le caractérise comme Aufklärer. Pour Levi, les connaissances philosophiques appartiennent autant aux Lumières que les connaissances scientifiques. En cela, il n’est pas seulement fidèle à Leibniz, mais aussi à son tuteur juif : Maïmonide. Pour ce dernier, le vrai sage juif se caractérise par la possession de connaissances physiques et métaphysiques, son observation de la halakha dans la conduite de la vie, et son érudition rabbinique.

  • 3 Maïmonide, Le Guide des Egarés, trad. par Salomon Munk, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 3 sq

12Dans son traité Le Guide des Egarés de 1190, œuvre majeure de la philosophie juive médiévale, Maïmonide affirme d’entrée, dans sa dédicace à Rabbi Joseph ben Jehuda, que l’ouvrage a été écrit pour des savants qui ont acquis une formation rabbinique, vivent selon le respect des lois, ont atteint une certaine qualité morale, et qui après avoir acquis des connaissances solides dans les sciences, se sont préparés à la philosophie. Il n’est pas possible d’étudier la métaphysique, Ma’assè Merkaba, sans la physique, les sciences naturelles, Ma’assè Bérèchit3. La connaissance de la philosophie et celle des sciences naturelles vont de pair pour Raphael Levi, même si un scientifique ne rédige pas nécessairement des ouvrages philosophiques.

13Subsiste néanmoins une différence essentielle entre la compréhension de soi-même de Maïmonide et celle de l’Aufklärer juif Raphael Levi. Cette différence est illustrée, au sens littéral, par son portrait. Ce tableau célèbre - une huile sur toile - un travail de commande d’une main inconnue postérieur à 1760 fut d’abord la propriété de Levi et passa ensuite aux mains de ses héritiers. Il se trouve aujourd hui au musée historique de Hanovre. Le tableau ne représente pas seulement Levi comme le savant et érudit scientifique et rabbinique qu’il fut, mais aussi comme un authentique chercheur. Et autant que je sache, c’est le tout premier portrait d’un Juif comme chercheur.

  • 4 Shmuel Feiner, Haskala - Jüdische Aufklärung. Geschichte einer kulturellen Revolution, Hildesheim, (...)

14Comme Shmuel Feiner le souligne dans son livre Haskala - Jüdische Aufklärung. Geschichte einer kulturellen Revolution4 le tableau anonyme présente Raphael Levi entouré de ses outils de chercheur : une lunette astronomique, un globe terrestre, le matériel de dessin du géomètre, un manuscrit, et un livre. Le manuscrit porte bien lisiblement le titre « algèbre » ; le livre est l’ouvrage de Levi lui-même, Neue compendiôse Allgemeine Cours- und Wechseltafeln [Nouveau compendium des cycles et conversions], imprimé à Hanovre en 1760. En raison de la précision des détails, on peut supposer qu’il s’agit d’une commande de Levi lui-même, ou tout au moins qu’il a dû précisément indiquer au peintre avec lesquelles de ses productions scientifiques il souhaitait être représenté. En ce sens, le tableau nous révèle comment il se percevait et se comprenait, lui qui avait alors dépassé les 75 ans et qui, en souriant au spectateur, affiche sa satisfaction et sa fierté. Ce n’est pas un portrait standard avec tête de mort et bibliothèque obligées, ici se présente un chercheur polyvalent et accompli, entouré des fruits de ses travaux. Rien n’y signale le Juif Raphael Levi ou bien ce savant rabbinique juif Raphael Levi, qui en renouant avec Maïmonide avait en 1756 publié un ouvrage hébreu en deux volumes, contenant des tableaux pour l’établissement du calendrier juif et le calcul des années et des mois communs et embolismiques : un traité qui sera utilisé par des rabbins pendant des décennies. En 1756, également, fut publié le livre Techunat HaShamajim [Astronomie céleste"] qui visait à renseigner un public juif plus large au sujet de l’astronomie post-copernicienne. Les deux livres s’adressent exclusivement à un public juif et montrent que Levi, ancien élève d’une fameuse yechiva à Hanau, était un savant versé aussi bien dans la tradition rabbinique que dans les sciences modernes.

15De toutes ces activités spécifiquement juives et de ses ouvrages en hébreu, on ne trouve pas trace dans le tableau. Levi s’y fait peindre comme un de ses contemporains chrétiens, en habit avec des manchettes de dentelles, il porte une perruque et il est coiffé. Même dans les vêtements et l’apparence physique, rien ne renvoie donc au Juif Levi et tout renvoie au chercheur séculier. Sa main droite est posée sur le globe, pendant que son index gauche pointe sur un endroit du globe, peut-être Hanovre : un indice du plus grand succès du chercheur qui avait réussi à développer en 1748 un procédé astronomique simple permettant de calculer rapidement la position d’un bateau à n’importe quel endroit du globe, procédure fort intéressante pour le pouvoir maritime britannique. C’est ce procédé dont il avait fait la démonstration au Roi britannique George II dans le château de Herrenhausen près de Hanovre, et à son initiative, il avait été invité à Londres en 1748 pour le présenter aux amiraux britanniques et à la Royal Society, en dépit de son judaïsme. Ce fut l’occasion non seulement du voyage le plus long de sa vie, mais aussi de l’honneur le plus grand de son existence : donner une conférence devant la Royal Society, et probablement être le premier Juif à avoir eu droit à ce privilège.

16C’est avec ce genre d’estime de soi que Levi à l’âge de 75 ans se présente sur le tableau : comme chercheur et non pas d’abord comme Juif. Contrairement au savant juif traditionnel et a fortiori au commentateur rabbinique, le chercheur Levi n’a pas seulement transmis le savoir, mais il l’a aussi, à l’aide de ses recherches, produit et augmenté. Et qui plus est, dans le domaine des sciences naturelles qui était resté une terra incognita pour beaucoup de rabbins de son temps, quand l’étude n’en était pas restreinte et défendue, comme c’est le cas en Ashkenaz. Comme le montre son portrait, Raphael Levi, quant à lui, est fier d’être un chercheur reconnu aussi bien par des non-Juifs que des Juifs, et de ne pas seulement être un savant rabbinique.

  • 5 Voir Christoph Schulte, « Die Mathematik in der jüdischen Aufklärung », in Daniel Tyra-dellis et M. (...)

17Raphael Levi fut donc un maskil précoce qui, au lieu de rompre avec la tradition juive, vivait en observant la halakha et qui tenta de montrer et de vivre de manière exemplaire la compatibilité de la tradition juive avec les Lumières et avec la science naturelle moderne. Comme astronome et mathématicien, comme chercheur (et non pas comme philosophe) il trace son propre chemin au-delà de Leibniz, de même que dans ses livres hébreux qui renouent avec Maïmonide mais dépassent son astronomie et la cosmologie ptoléméenne avec Copernic. Comme mathématicien, il cultive une science exacte, respectée par les savants juifs autant que par les non-juifs, et qui en raison de sa neutralité religieuse et philosophique lui épargne tous les conflits avec les rabbins et les autorités chrétiennes5.

  • 6 Isaak Euchel, « Brief an den dänischen König » [Lettre au roi danois], in : Isaak Euchel, Vom Nutze (...)

18Il est incontestable que Raphael Levi était convaincu de l’aptitude des Juifs, du moins des Juifs de sexe masculin, à l’Aufklärung. Cela est manifeste dans ses écrits et dans son engagement pédagogique avec d’autres maskilim plus jeunes comme Isaak Euchel, le plus important auteur et le fondateur des Lumières hébraïques à la fin du XVIIIe siècle. Euchel avait suivi un cursus d’études « selon l’instruction du mathematici bienheureux Levi » et il atteste de la fonction de modèle et de professeur qu’il revêtait pour lui dans quelques phrases de son curriculum vitae envoyé au roi danois6. De ses années en tant que compagnon et apprenti de Leibniz, Levi est sorti comme un des Juifs les plus instruits et les plus versés en science de son époque et comme un chercheur autonome qui après la mort de Leibniz a poursuivi son propre chemin et sa propre carrière. Ces deux éléments-là, la reconnaissance par le savant universel non-juif d’une part, et ses propres accomplissements scientifiques de l’autre, ont été également importants pour lui, et il les rappelle à plusieurs reprises. Les deux éléments - d’une grande importance pour les Lumières juives du XVIIIe siècle en général - sont présents symboliquement dans le tableau si représentatif du chercheur et du savant : la reconnaissance par les savants non-juifs et ses propres accomplissements scientifiques.

19Ainsi Raphael Levi ne s’est-il pas satisfait de son propre accomplissement, il a aussi activement appuyé et promu l’éducation (Aufklärung) d’autres juifs. Cela fait de lui un précurseur de la Haskala, de ce mouvement des Lumières juives qui se forme à Berlin, dans le cercle de Mendelssohn, après 1770. Levi mène son combat seul, mais il est suivi par des disciples et des épigones, il est un modèle célèbre et la preuve vivante qu’un Juif peut être reconnu comme Aufklärer, comme scientifique et comme autorité morale auprès d’un public juif et non-juif. Cependant, l’Aufklärung juive de Levi se distingue en deux points de la Haskala berlinoise : à la différence de Levi qui devait son ascension à ses liens avec le milieu des Juifs privilégiés de la Cour d’Hanovre, les Aufklärer de Berlin revendiquent l’amélioration (Verbesserung), l’émancipation civile et les droits civils de tous les juifs dans l’État prussien. Ils ne veulent plus des privilèges accordés individuellement à des juifs et leurs familles mais des droits civils pour tous. La Haskala berlinoise, y compris sa figure de proue Mendelssohn, agit politiquement ; et elle cherche l’amélioration du statut juridique et politique des Juifs au temps de l’absolutisme finissant. On ne connaît rien de tel chez Levi, il est décédé avant l’ouverture du débat sur l’émancipation civile des Juifs par Christian Wilhelm Dohm en 1781. Les premiers Aufklärer juifs comme Levi n’étaient pas encore politisés, c’étaient des savants qui agissaient de façon isolée et n’appartenaient pas à un mouvement organisé.

20En second lieu, les premiers Aufklärer juifs comme Levi étaient scrupuleusement pratiquants. Ils défendaient la compatibilité du judaïsme rabbinique et des Lumières, de la halakha et de la reconnaissance civile. C’était aussi le cas de la première génération des Lumières juives berlinoises : Moses Mendelssohn, Naftali Hartwig Wessely, ou Marcus Elieser Bloch, le philosophe, le poète, et le médecin et ichtyologue étaient tous des Aufklärer qui respectaient la halakha. C’est la génération suivante de maskilim qui s’est mise à contester la validité de la halakha, en réclamant un changement ou une réforme radicale du judaïsme rabbinique et de ses lois religieuses, son adaptation aux temps modernes et plus d’autonomie au lieu de lois rabbiniques. Il est significatif que les protagonistes de ce mouvement des Lumières anti-halakha aient tous été des kantiens, d’un point de vue philosophique : Markus Herz, Isaak Euchel, Salomon Maimon, Lazarus Bendavid et Saul Ascher. En ne simplifiant que peu, on peut dire que tant que les Aufklärer juifs sont leibniziens (comme Levi) ou wolffiens (comme Ulmann), ils optent pour la compatibilité de l’Aufklärung et de la halakha, dès qu’ils deviennent kantiens, ils optent pour les Lumières et contre la tradition rabbinique. Tandis qu’il semble possible de penser ensemble la métaphysique leibnizo-wolffienne et la tradition rabbinique, il semble impossible de rendre celle-ci compatible avec les critiques kantiennes.

II

21De ce portrait et de son interprétation, revenons aux sèches statistiques. Celles-ci prennent en compte 107 écrits scientifiques, 66 écrits philosophiques et 81 écrits politiques (pour les titres voir l’annexe bibliographique), que nous avons trouvés parmi un nombre total de 1100 monographies publiées par des Juifs éclairés. Les statistiques des livres scientifiques introduisent une division interne, en astronomie, mathématiques, médecine, science naturelle et économie. À côté, figurent des écrits philosophiques et politiques. Les statistiques ne prennent pas en compte les travaux religieux, exégétiques, pédagogiques, littéraires et linguistiques, dont la plupart sont écrits en hébreu. En outre, le diagramme répartit les écrits selon les langues, à l’exception des écrits politiques rédigés dans les langues nationales respectives. L’allemand et le français y dominent, pour la Prusse et les pays de la monarchie des Habsbourg.

Ouvrages scientifiques, philosophiques et politiques écrits par des Juifs éclairés et publiés entre 1700 et 1835
Détail :

Astronomie

Mathématiques

Médecine

Sciences naturelles

Economie

Philosophie

Politique

Total

7

10

58

12

12

65

82

Espagnol

-

-

-

-

-1

-

-

Anglais

-

-

-

-

-

-

4-

Latin

-

-

14

1

-

-

-

Allemand

5

36

8

11

48

47

Hébreu

7

5

4

2

-

6

13

Français

-

-

2

2

-

8-

17

Hollandais

-

-

1

-

-

1

1

Italien

-

-

-1

-

-

-2

1

(Nous ne comptons pas les écrits religieux, exégétiques, pédagogiques, littéraires et linguistiques). Au total, sur un ensemble d’environ 1 100 titres, on compte 99 écrits scientifiques, 65 écrits philosophiques, 82 écrits politiques.

III

22La bibliographie publiée en annexe à cette contribution montrera quels titres se cachent derrières ces chiffres nus. On ne décrira ici que l’évolution et le contexte historique pour chaque rubrique.

1) Astronomie

23Les ouvrages astronomiques représentent majoritairement des calculs calen-daires, un genre d’une grande importance pour la tradition rabbinique, car ce sont ces calculs qui permettaient de fixer les dates des fêtes religieuses, décisives pour une existence conforme à la halakha. Les Lumières se basaient sur des calculs qui avaient pour fondement une vision du monde copernicienne et qui étaient en décalage avec les calculs canoniques médiévaux de Maïmonide, établi d’après la vision du monde ptoléméenne. Au-delà du XVIIIe siècle, la publication de calendriers est restée une branche lucrative pour l’imprimerie juive, car tous les foyers juifs en avaient besoin.

2) Mathématiques

24Parmi les ouvrages mathématiques, figurent quelques ouvrages avec des tables de calcul, permettant d’établir les taux de change entre les monnaies européennes, ainsi que quelques ouvrages et manuels de géométrie euclidienne ; l’absence d’ouvrages sur le calcul infinitésimal, connu par des mathématiciens juifs comme Raphael Levi peut surprendre.

3) Médecine

25Les ouvrages médicaux possèdent une signification particulière pour les Juifs éclairés car ce sont des traités dus à la plume de Juifs ayant suivi un cursus universitaire ; la médecine fut la première discipline universitaire admettant, en Italie et en Ashkenaz, des étudiants juifs. À la faculté de médecine, les Juifs étaient étudiants au même titre que les chrétiens, au lieu d’acquérir leur savoir en autodidactes, comme dans beaucoup d’autres domaines, notamment en philosophie. Les études de médecine dépassaient le simple domaine de l’art thérapeutique et avaient pour objet plus large la science naturelle. Elles permettaient aux étudiants juifs de connaître celle-ci selon l’état actuel de la recherche. Tout au long du XVIIIe siècle, des médecins juifs rédigent, outre des livres proprement médicaux, des ouvrages importants de science naturelle.

  • 7 Cf. David Rudermann, Jewish Thought and Scientific Discovery in Early Modern Europe, Detroit, Wayne (...)
  • 8 Daniel Krochmalnik, « Moses Mendelssohns Unsterblichkeitsbeweise in ihrer Zeit », in : Mendelssohn- (...)
  • 9 Daniel Krochmalnik, « Scheintod und Emanzipation. Der Beerdigungsstreit in seinem historischen Kont (...)

26On peut également lire dans les statistiques une tendance à une plus grande spécialisation en médecine : les courtes thèses latines de médecins juifs traitent déjà de thèmes spécialisés, de même que les livres présentant les recherches médicales récentes vers la fin du XVIIIe siècle (qui furent souvent rédigés dans la langue du pays). L’ouvrage en hébreu Ma’ase Tuvia du médecin Tuvia Cohen de Metz (aussi : Tuvia HaRofe, 1652-1729), écrit à Padoue où il avait suivi ses études, publié pour la première fois à Venise en 1708, diffusé et répandu ensuite via de nombreuses rééditions dans toute l’Europe, était encore un manuel typiquement baroque. Contenant, outre une partie médicale, des parties sur la physique et l’astronomie, le livre porte principalement sur la science naturelle et constitue le recueil de connaissances le plus exhaustif de son temps parmi les livres écrits par un auteur juif7. Ce type de manuel baroque, qui collecte la totalité du savoir en science naturelle et en médecine, fait place à une nouvelle tendance à la spécialisation et à la différenciation en branches particulières ; la reproduction du savoir et de l’érudition de l’époque fait place à la recherche spécialisée moderne : à la fin du XVIIIe siècle, Markus Elieser Bloch (1723-1802) rédige à la fois des articles concernant des problèmes médicaux et aussi la première ichtyologie (Fischkunde) moderne. Markus Herz (1747-1802) écrit un livre de physique expérimentale et plusieurs livres et articles sur des problèmes et des recherches de médecine. Tout en écrivant en allemand des livres spécialisés et basés sur la recherche à destination d’un public éclairé, scientifiquement intéressé et en général informé, Bloch et Herz s’engagent aussi pour la Haskala et son programme. Cependant, le lien entre la médecine et la science naturelle est rompu. Les thèmes médicaux significatifs pour la Haskala y sont au nombre de trois : premièrement, l’existence et l’immortalité de l’âme, sa place dans le corps et la séparation entre le corps et l’âme au moment de la mort8 (thème important pour la délimitation par la Haskala du matérialisme et de l’athéisme) ; deuxièmement, la mort apparente (Scheintod) et le problème soulevé par ce phénomène de l’enterrement précoce des Juifs9 ; et troisièmement, la découverte de l’inoculation refusée par les cercles juifs orthodoxes.

4) Sciences de la nature

27Les ouvrages scientifiques produits par des auteurs juifs au XVIIIe siècle traitent le plus souvent de problèmes de physique, c’est seulement vers la fin du siècle que paraissent des titres sur la chimie. Y manquent des traités significatifs sur l’électricité.

5) Économie

28Notre bibliographie indique ici quelques traités sur le calcul économique, sur des taux de change et l’arithmétique ; seuls les maskilim David Friedländer et Saul Ascher commencent à lire aussi des auteurs et des ouvrages sur la théorie économique générale, tels Adam Smith, Bernard Mandeville, Charles Ganilh.

6) Politique

29Parmi les écrits politiques, on peut distinguer plusieurs genres. Il y a tout d’abord a) la poésie de circonstance (Gelegenheitspoesie), produite à l’occasion de victoires militaires, de signatures de traités de paix, de mariages ou de naissances importants pour la dynastie où des auteurs juifs félicitent au nom de la communauté ou assurent de leur loyauté les souverains respectifs (qu’ils s’adressent aux princes, aux rois, à l’Ancien régime, aux révolutionnaires, à Napoléon, ou aux Empereurs de la Sainte Alliance) ; même des auteurs comme Mendelssohn et Wessely ont donné dans ce genre, soit en hébreu, soit dans la langue du pays ; b) les écrits politiques à propos des réformes josephines après 1780 ; c) les écrits politiques dans le contexte du traité de Dohm, Ueber die bürgerliche Verbesserung der Juden ; d) les prises de position directes et les récits concernant la Révolution française, ses conséquences et les désordres des années suivantes ; e) les écrits sur Napoléon, le code Napoléon, et l’instauration du Sanhedrin. Dans tous ces ouvrages se retrouvent comme leitmotivs : le postulat de la liberté religieuse pour les Juifs, le refus des préjugés et de la discrimination, la revendication de l’égalité des Juifs dans l’État, dans la société et dans les institutions pédagogiques, et comme thème plus large, le respect de la loi et la loyauté des Juifs vis-à-vis des régimes respectifs, qu’ils soient révolutionnaires ou (au contraire) réactionnaires.

IV

30Pour conclure, il est intéressant de considérer les problèmes et les domaines qui sont au centre des écrits philosophiques des Juifs au XVIIIe et au début du XIXe siècle.

  • 10 Schulte, Die jüdische Aufklärung (voir note 1), pp. 157-171.

31a) Il n’est guère surprenant qu’ils débattent de problèmes métaphysiques et qu’ils y suivent même une ligne conservatrice, en défendant la métaphysique contre ses critiques, les matérialistes en France et plus tard Kant en Allemagne. Cela vaut pour David Gradis en France, pour Naftali Herz Ullmann à Amsterdam, et pour Moses Mendelssohn à Berlin. Dans la Haskala berlinoise, parmi les maskilim de la deuxième génération, Kant s’impose toutefois comme le nouveau paradigme philosophique, avec de lourdes conséquences pour la philosophie de la religion juive et pour la conception de la religion propre à la Haskala : Markus Herz, Isaak Euchel, Lazarus Bendavid, Saul Ascher et Salomon Maimon sont, chacun à sa façon, des kantiens juifs10, qui congédient la métaphysique.

32b) La philosophie politique est un autre champ important pour les philosophes juifs du XVIIIe siècle. La prédominance des débats sur le droit naturel et sur la constitution tant en France qu’en Prusse et dans la monarchie d’Habsbourg n’a guère de quoi surprendre.

  • 11 Moshe Pelli, The Age of Haskalah, Leiden, Brill, 1979 ; Andreas Kennecke, Isaac Euchel, Architekt d (...)

33c) Les débats philosophiques sur l’origine des langues, notamment ceux initiés par Rousseau et Herder, suscitent un intérêt particulier. Car se greffent sur le vieux débat théologique à propos de l’hébreu comme langue originaire de l’humanité la problématique moderne entendue comme langue nationale et la tentative de la Haskala de faire de l’hébreu une langue moderne et éclairée pour les Juifs et la nation juive dans le domaine de la culture, de la littérature et de la science11.

  • 12 Cf. George MOSSE, Jüdische Intellektuelle in Deutschland, Francfort, Campus, 1992.

34d) Dans la philosophie du XVIIIe siècle, l’esthétique devient un champ nouveau et autonome. Moses Mendelssohn, Markus Herz, Salomon Maimon et last but not least Saul Ascher prennent part en pionniers à cette évolution. Cela ne relève pas du hasard mais de la stratégie ; car l’esthétique et la préoccupation pour des objets esthétiques présupposent la connaissance de toute la tradition occidentale des beaux-arts, de la peinture, des langues et des littératures depuis l’Antiquité grecque. Que les auteurs juifs sachent écrire sur l’esthétique et sur des problèmes esthétiques, montre que les Juifs se trouvent au plus haut niveau de la culture occidentale et qu’ils représentent des partenaires égaux au Bildungsbürgertum chrétien de l’époque. Les maskilim montrent ainsi coram publico, devant les Juifs et les chrétiens, qu’ils peuvent, en tant que Juifs, entrer en compétition avec les hommes les plus cultivés de leur temps ; ils montrent aussi qu’avant d’acquérir l’égalité politique comme citoyens, ils avaient déjà conquis, acquis et réalisé depuis longtemps leur égalité intellectuelle et esthétique. Dans le domaine esthétique tout autant que dans l’érudition - et l’observation vaut non seulement pour la seconde moitié du XVIIIe siècle mais pour la période postérieure jusqu’à l’aube du XXe siècle -, les Juifs allemands pouvaient donc acquérir ce qui leur restait interdit dans le domaine politique : l’émancipation, l’égalité12. Ils pouvaient même appartenir à l’avant-garde (ce qui dans quelques cas était aussi possible dans la recherche). Mais pour développer ce point, il faudrait dépasser les limites de cet article qui était de donner une vue d’ensemble des livres savants et philosophiques, produits par les Juifs entre 1700 et 1835.

Haut de page

Notes

1 Cf. plus généralement, Christoph Schulte, Die jüdische Aufklärung. Philosophie Religion Geschichte, Munich, Beck, 2002.

2 Une bibliographie se trouve dans Moritz Steinschneider, « Mathematik bei den Juden (1551-1840) », in : Monatsschrift für Geschichte und Wissenschaft des Judentums, 1905, no 6, pp. 723-728. Sur Levi voir Steven et Henry Schwarzschild, « Two Lives in the Jewish Frühaufklärung. Raphael Levi Hannover and Moses Abraham Wolff », in : Leo Baeck Year Book, 29 (1984), pp. 229-276.

3 Maïmonide, Le Guide des Egarés, trad. par Salomon Munk, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 3 sq.

4 Shmuel Feiner, Haskala - Jüdische Aufklärung. Geschichte einer kulturellen Revolution, Hildesheim, Olms, 2007, p. 61 sq.

5 Voir Christoph Schulte, « Die Mathematik in der jüdischen Aufklärung », in Daniel Tyra-dellis et M. Friedländer (dir.), 10+5 =Gott. Die Macht der Zeichen, Ausstellung Berlin 2004, Cologne : DuMont, 2004, pp. 47-60.

6 Isaak Euchel, « Brief an den dänischen König » [Lettre au roi danois], in : Isaak Euchel, Vom Nutzen der Aufklärung. Schriften zur Haskala, ed. par Andreas Kennecke, Düsseldorf, 2001, pp. 45-58 ; cette lettre fait mention de Levi à la p. 57.

7 Cf. David Rudermann, Jewish Thought and Scientific Discovery in Early Modern Europe, Detroit, Wayne State Univ. Press, 1995, pp. 100-117 et 229-255.

8 Daniel Krochmalnik, « Moses Mendelssohns Unsterblichkeitsbeweise in ihrer Zeit », in : Mendelssohn-Studien 15 (2007), pp. 9-48.

9 Daniel Krochmalnik, « Scheintod und Emanzipation. Der Beerdigungsstreit in seinem historischen Kontext », in : Trumah 6 (1997), pp. 107-147.

10 Schulte, Die jüdische Aufklärung (voir note 1), pp. 157-171.

11 Moshe Pelli, The Age of Haskalah, Leiden, Brill, 1979 ; Andreas Kennecke, Isaac Euchel, Architekt der Haskala, Wallstein-Verl., Göttingen 2007 ; Christoph Schulte (dir.), Hebräische Poesie und jüdischer Volksgeist. Die Wirkungsgeschichte von Johann Gottfried Herder im Judentum Mittel-und Osteuropas, Hildesheim, Olms, 2003, pp. 7-124.

12 Cf. George MOSSE, Jüdische Intellektuelle in Deutschland, Francfort, Campus, 1992.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Historisches Museum, Hanovre.
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christoph Schulte, « Livres savants et philosophiques des auteurs juifs au XVIIIe siècle. Une vue d’ensemble », Revue germanique internationale [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/340

Haut de page

Auteur

Christoph Schulte

Professeur à l’Université de Potsdam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page