Navigation – Plan du site

« Der Grund zu allen liegt in Ihnen » : le kantisme de Markus Herz

Stefanie Buchenau
p. 53-67

Résumés

Le médecin et philosophe juif Markus Herz passe pour un kantien et plus précisément pour un élève, un correspondant et un ami de Kant sans grande originalité philosophique. Cette contribution vise à montrer que ce portrait fausse les traits et sous-estime les avancées philosophiques de Herz. En effet, Herz développe de manière originale la thèse précritique de la Dissertation inaugurale de 1770. D’après Herz, qui indique de manière à peine sensible ses points de désaccord dans son propre commentaire Considérations sur la philosophie spécu­lative, Kant y aurait negligé les implications métaphysiques de sa propre thèse, implications que Herz se propose lui-même de développer dans son Essai sur le goût de 1776/1790 et dans ses écrits ultérieurs. En recourant à Maïmonide, Herz y esquisse une philosophie tant métaphysique qu’empirico-critique qui prend son point de départ dans l’intuition kantienne des conditions sensibles de la raison et de la connaissance humaine. Les attributs divins traditionnels tels que son omni­présence et son éternité ne décrivent pas l’être objectif de Dieu mais uniquement la manière dont Il nous apparaît. Ils n’ont ainsi qu’une validité subjective et montrent les limites et les lois de la capacité humaine de pensée. Comme Herz le montre dans la « digression esthétique » de ses Considérations, qui est restée complètement méconnue, il est néanmoins vrai que l’être humain, par sa raison, a accès à la région de l’être objectif et à Dieu. Dans la connaissance esthétique et scientifique de la beauté du monde, il se découvre comme un être rationnel et comme un être qui est lié aux autres êtres par une cause commune. C’est ainsi qu’il connaît que Dieu existe et qu’il est simple.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur le kantisme de Maimon, voir dans le présent recueil la contribution d’Isabelle Thomas-Fogiel.
  • 2 Cf. Christoph Schulte, Die Jüdische Aufklärung : Philosophie, Religion, Geschichte, Munich, Beck, 2 (...)

1Il semble exister un lien étroit entre l’avènement de la philosophie kantienne et celle de la Haskala. Non seulement un grand nombre de philosophes juifs-allemands de la seconde génération de la Haskala, parmi lesquels Markus Herz, Isaak Euchel, Saul Ascher, Salomon Maimon1 et Lazarus Bendavid se réclament de Kant, mais l’on a aussi des raisons de penser que leur « kantisme » joue un rôle crucial dans leur propre projet de réforme du judaïsme traditionnel. Christoph Schulte consacre un chapitre de son livre Die Jüdische Aufklärung à la place de Kant. Selon lui, c’est la référence kantienne qui aurait permis aux penseurs juifs de moderniser leur religion, en rompant avec ses prémisses philosophiques antérieures ; de Markus Herz à Lazarus Bendavid, s’accomplirait une rupture avec la métaphysique en vigueur, encore prônée par le vieux wolffien incorrigiblement prékantien Mendelssohn2.

  • 3 Je tiens à remercier Michael Albrecht et Gideon Freudenthal pour leurs remarques productives suite (...)

2On pourra cependant s’interroger sur la nature propre de ce « kantisme » juif. Sur quel plan situer cette insertion de la pensée juive moderne dans la mouvance kantienne ? Quelle est la part de l’adhésion réelle au projet critique, celle des malentendus ou des méprises, et celle d’une forme de conformisme intellectuel, l’adoption d’un « idiome » kantien, par le moyen duquel ces penseurs pouvaient trouver une forme de reconnaissance, être entendus sur la scène philosophique allemande3 ?

  • 4 Alexis Philonenko, Introduction à sa traduction de la lettre à Herz, in : Kant, La dissertation de (...)

3Ces questions, nous avons voulu les aborder, dans le cadre restreint de cet article, en nous penchant sur le cas particulier de Markus Herz (1747-1803), ce tout premier « élève » de Kant qui, selon Alexis Philonenko4, fut le témoin privilégié du « début même de la métaphysique moderne », à l’époque où Kant formule les prémisses méthodologiques et métaphysiques de sa philosophie. En effet, Herz ne fut pas seulement, en 1769, choisi comme le répondant de la dissertation inaugurale De mundi sensibilis atque intelligibilis forma et principiis, dissertation qui permit à Kant d’accéder au rang de professeur ordinaire de l’université de Königsberg, mais il fut aussi le correspondant privilégié auquel Kant confia l’avancement de ses pensées pendant la longue période de silence qui précéda la publication de la Critique de la Raison pure en 1781. En particulier, Herz fut le destinataire de la fameuse lettre du 21 février 1772, dans laquelle Kant annonce sa découverte critique. En outre, Herz fut aussi un vecteur de diffusion du kantisme à Berlin. Non seulement, son épouse Henriette tenait un salon littéraire, qui offrait un lieu convivial pour causer de philosophie transcendentale, mais Herz lui-même, pendant de longues années, enseigna la philosophie à un public choisi, sur la base de notes de cours envoyées par Kant lui-même.

4De l’aveu même de Herz, l’enseignement de Kant eut un impact absolument décisif sur sa vie et son orientation intellectuelle. Sa lettre du 11 septembre 1770 qui parle, dira Kant dans sa réponse du 27 septembre 1770, le langage du cœur, est un témoignage d’admiration et de gratitude unique en son genre, même dans le style épistolaire volontiers émotionnel du XVIIIe siècle :

La seule pensée de vous met mon âme dans une disposition d’admiration respectueuse, et c’est seulement avec peine que je suis alors capable de rassembler ma conscience dispersée et de reprendre le fil de mes pensées. Vous êtes la seule personne à qui je dois mon changement de situation et à qui je voue une reconnaissance totale pour ce que je suis moi-même ; sans vous, je mènerais encore, comme nombre de mes congénères, une vie enchaînée au char des préjugés, existence comparable à la vie du bétail ; mon âme serait sans force, mon entendement sans activité, bref, sans vous, je serais ce que j’étais il y a quatre ans, c’est-à-dire que je ne serais rien [...] je ne cesserai jamais de considérer le jour où je me suis voué à la science comme le plus beau de ma vie, et le jour où vous êtes devenu mon maître pour le premier de ma vie.

  • 5 Lettre à Kant du 24 novembre 1778.
  • 6 Herz, Versuch über den Geschmack und die Ursachen seiner Verschiedenheit, [Sigle : Versuch über den (...)
  • 7 Herz, Grundriss aller medicinischen Wissenschaften, Berlin, Voß, 1782.
  • 8 Herz, Briefe an Ärzte, Erste Sammlung, Mitau, Hinz 1777. Zweite Sammlung, Berlin, Voß, 1784.
  • 9 Herz, Versuch über den Schwindel, Berlin, Voß, 1786. Notons aussi, parmi les écrits scientifiques, (...)
  • 10 Voici le passage entier de la lettre de Herz du 9 juillet 1771 auquel nous aurons l’occasion de rev (...)
  • 11 Cf. la lettre à Kant du 27 février 1786 : « Sie sehen, theuerster Mann, ich bin kein Abtrünniger vo (...)

5La philosophie et l’enseignement de Herz semblent ainsi avoir été totalement fondés sur Kant5. Même s’il intégrait ici et là des perspectives originales, « c’est en vous que toutes celles-là ont leur fondement » : [« Der Grund zu allen [meinen Aussichten] liegt in Ihnen »]. Un même aveu de subordination est souvent énoncé par Herz au sujet des œuvres publiées, les écrits philosophiques,que sont les Betrachtungen über die spekulative Weltweisheit [Considérations sur la philosophie spéculative] – la réponse à la dissertation inaugurale de Kant –, le Versuch über den Geschmack6 [Essai sur le goût] de 1776 ou les écrits médicaux, notamment le Grundriß aller medicinischen Wissenschaften7 [Aperçu de toutes les sciences médicales], ses Briefe an Ärzte8 [Lettres aux médecins], et le Versuch über den Schwindel9 [Essai sur le vertige]. Commentant lui-même son commentaire à la dissertation de 1770, les Betrachtungen, Herz affirme avoir suivi le fil de la dissertation en n’intégrant que quelques digressions comme elles lui venaient à l’esprit10. Tout comme le Grundriß aller medizinischen Wissenschaften, le Versuch über den Geschmack [traité sur le goût] s’ouvre par des thèses de Kant, sur la nature et les bornes de la sensibilité et de la raison. Une des lettres des Briefe an Ärzte traite explicitement du criticisme. Ainsi, Herz paraît être resté toute sa vie un bon soldat kantien, comme il le rappelle à Kant : « Vous le voyez, cher ami, je ne suis pas un renégat, mais seulement un transfuge qui porte encore votre uniforme et tente de défendre vos intérêts auprès d’autres puissances qui ne vous sont pas hostiles11. »

  • 12 Markus Herz, Betrachtungen aus der spekulativen Weltweisheit [Sigle : Betrachtungen],

6Faut-il lire ces déclarations de fidélité dans le sens d’une soumission absolue ? S’il ne fait pas de doute que Herz ait choisi de porter l’uniforme kantien, se rallie-t-il à Kant dans tous les points de sa philosophie ? N’existe-t-il pas aussi des indices signalant des désaccords philosophiques que Herz, compte tenu de son statut de jeune étudiant juif dans la Prusse du XVIIIe siècle, n’a simplement pas intérêt à trop accentuer ? Il est vrai que les occasions où Herz mentionne explicitement des points de désaccord sont très rares. La plupart du temps, ils sont si peu marqués qu’ils échappent aisément à une lecture superficielle. Tel est le cas des Betrachtungen qu’on peut facilement lire dans le sens d’une simple « paraphrase », comme les éditeurs de la réédition récente chez Meiner, mais aussi comme les lecteurs de l’époque12. Non seulement, Herz minimalise ses propres accomplissements et arguments philosophiques, les qualifiant de simples « digressions » ou « développements » (Aussichten), mais il renonce aussi manifestement à marquer les points de désaccord et à se positionner sur un mode critique : il préfère présenter son argument comme globalement conforme à la perspective de son maître. Il garda ou même renforça cette attitude, respectueuse, humble et parfois évasive tout au long de sa vie.

  • 13 Plus précisément, une fois de plus, Herz emploie une formule négative ; il déclare simplement fonde (...)
  • 14 Cf. Versuch über den Geschmack, préface.
  • 15 « Left behind in the stagnant backwaters of precritical attitudes », Martin L. Davies, Identity or (...)

7Quoique cachés et jamais relevés systématiquement, des désaccords philosophiques sont néanmoins repérables. La déclaration la plus explicite se trouve sans doute dans la préface et la courte description rétrospective de la disputation au début du Versuch über den Geschmack de 1776/1790, où Herz fait allusion à une polémique (Streitigkeiten) l’opposant à Kant au sujet de la dissertation13. Le même traité oppose leurs positions respectives en philosophie pratique14. En outre, une fois quittée l’université de Königsberg et le champ d’influence kantien, il paraît clair que le philosophe ou médecin philosophe Herz poursuit des chemins propres. Dans les sciences médicales, il professe et suit une méthode philosophique qui préconise un criticisme a posteriori dont on ne devine plus guère l’origine kantienne. De plus, il participe aux débats religieux, fréquentant assidûment Mendelssohn pour discuter avec lui de questions hautement métaphysiques comme celle des preuves de l’existence de Dieu – d’une manière qui semble ignorer totalement les sévères condamnations kantiennes de la métaphysique spéculative. Mais comment Herz peut-il concilier comme il le fait criticisme, empirisme et métaphysique spéculative ? Est-il simplement confus, voire incohérent, car dépassé et « délaissé dans les eaux stagnantes du précriticisme » pour emprunter une formule sévère de Martin L. Davies15 ? Regardons ses textes de plus près.

I

  • 16 Voir notamment Versuch über den Geschmack, erster Abschnitt, p. 8 sq.

8Il ne fait guère de doute qu’en 1770, Herz est saisi par la nouvelle intuition kantienne, cette « grande lumière qu’avait apportée l’année 1769 ». Dans la dissertation inaugurale, le projet kantien se présente encore modestement comme un projet généalogique mais néanmoins il introduit déjà une perspective qui s’avérera cruciale pour le criticisme ultérieur. Voici ce que Herz en retient, dans sa réponse à la dissertation, les Betrachtungen de 1770 : On peut diviser les concepts selon deux manières de se rapporter à l’esprit, ou selon leurs deux sources. Soit ils résultent d’une activité de synthèse ou d’analyse progressive et se rapportent à la manière dont je suis affecté par les objets, c’est-à-dire la sensibilité définie comme réceptivité ou faculté passive et subjective ou privée d’accueillir la multiplicité des impressions sensorielles ; soit ils ne résultent pas d’une telle addition ou division et se rapportent à notre manière de la produire ou à l’intellect, défini comme faculté active et formelle d’ordonner les objets. Les concepts qui ont leur origine dans la sensibilité se définissent par un ordre temporel et spatial qui décrit non directement une réalité objective mais les conditions subjectives d’appréhension de l’objet qu’impose la nature de cette faculté. En revanche, les concepts qui ont leur origine dans l’intellect se rapportent à une réalité « abstraite » ou séparée de la sphère sensible. Herz accueille très positivement ce nouveau modèle psychologique illustré par l’exemple du concept du monde, dans la première section de son commentaire, et il le reproduira dans tous ses écrits ultérieurs16.

  • 17 Kant à Mendelssohn, 8 avril 1766. La lettre présente clairement les enjeux et les positions du déba (...)
  • 18 Cf. Michelle Grier, Kant’s doctrine of transcendental illusion, Cambridge, Cambridge University Pre (...)
  • 19 Herz, Betrachtungen, p. 53.

9Herz semble également apprécier le projet philosophique sous-jacent à ce modèle gnoséologique qui vise la destruction « de toutes ces lumières imaginaires qui emplissent actuellement les volumes de métaphysique »17 annoncé par Kant en 1766 et réalisé, du moins partiellement en 1769/70. Comme Herz le reconnaît, Kant démolit soudainement et efficacement nombre de prétentions de la métaphysique en cours. Car de la nouvelle perspective découle – et c’est le deuxième point vers lequel Herz se tourne dans la seconde et dernière section du commentaire – la nécessité de soumettre tous nos concepts métaphysiques à un examen généalogique pour voir si nous ne succombons pas à des erreurs de subreption ou de captation frauduleuse (Erschleichungsfehler). Car il existe un désaccord entre la raison et la sensibilité – thèse qui annonce celle de l’illusion transcendentale de la Critique de la Raison pure18. En raison de ce désaccord, l’esprit peut se méprendre sur les bornes de la pensée et des objets pensables ; ce qui se dérobe à la connaissance sensible, n’est pas impensable pour autant. Dieu n’est pas connaissable (comme objet déterminé) et les attributs par lesquels nous Le décrivons communément, tels que l’infinité, l’omniprésence, l’éternité et la nécessité ne s’appliquent nullement à Dieu dans sa réalité, mais seulement à Dieu dans sa phénoménalité ; ils nous renvoient non pas à son Être mais aux conditions subjectives et sensibles par lesquelles nous l’appréhendons en raison des lois naturelles de notre esprit. En précisant le champ d’application du prédicat attribué au sujet ou la condition sous laquelle nous le pensons, il est possible de bannir les anthropomorphismes – grâce à la philosophie, nous n’avons ni une âme ronde ni un Dieu chargé d’ans [weder eine runde Seele noch einen verjährten Gott !].19

  • 20 Ibid., p. 79.
  • 21 Ibid., p. 17.

10Cependant, malgré cet accord de fond sur l’attitude critique qu’il convient d’adopter en matière de métaphysique, le lecteur du commentaire de Herz est frappé par l’espace que celui-ci consacre aux réflexions métaphysiques et théologiques. Paradoxalement, tout se passe comme si la dissertation de 1770 au lieu de fermer l’accès à la métaphysique et à la théologie, en ouvrait un. Manifestement, pour Herz, le propos de Kant sert d’arme puissante dans la lutte contre le matérialisme de La Mettrie20 et comme étape cruciale pour le perfectionnement de la métaphysique : « M. Kant a découvert des perspectives qui dans l’avenir pourrait contribuer essentiellement au perfectionnement de la métaphysique21 ».

  • 22 Ibid., p. 45.

11Il est vrai que la révolution kantienne comporte plusieurs moments et que 1770 offrait encore la perspective d’un « criticisme » métaphysique qui sera finalement écarté ou modifié par Kant. En 1770, Kant affirme le caractère incomplet de son propos et cherche à le compléter dans une perspective métaphysique. Dans la fameuse lettre à Herz de 1772, Kant explique qu’il avait initialement prévu un ouvrage intitulé Les Limites de la Sensibilité et de la Raison dont la partie théorique aurait comporté, outre une section sur la « phénoménologie », une seconde sur la nature et la méthode de la métaphysique. Notamment, le passage de la déduction transcendentale par laquelle Kant ordonne les catégories à partir d’une unique source et ce faisant, reformule sa thèse sur la nature de l’intellect n’est pas encore accompli en 1770. Mais déjà, Kant selon Herz témoigne d’une démarche prudente, voire trop prudente (« mehr als philosophische Behutsamkeit »)22 en métaphysique. Non seulement, il escamote une série de questions épineuses mais ne semble même pas formuler toutes les implications métaphysiques de sa thèse !

  • 23 Mendelssohn qui exprimera son opinion sur le traité de Kant dans sa lettre du 25 décembre 1770 lui (...)

12Herz cherche manifestement à pallier ces faiblesses et à œuvrer en direction d’un accomplissement du projet théorique primitif d’une propédeutique complétée par une métaphysique à l’élaboration de laquelle Kant avait d’ailleurs explicitement encouragé Mendelssohn23 « et les siens » en 1766. Pour Herz, l’intérêt de la perspective kantienne réside précisément dans son potentiel métaphysique ; même si Kant préfère rester vague sur ce point, elle contient en germe une preuve de la substantialité, de l’immatérialité et de l’immortalité de l’âme et de l’existence de Dieu que Herz dans son commentaire tentera de développer plus en détail, comme il le signale aussi dans la présentation de son commentaire citée ci-dessus.

  • 24 Betrachtungen, 49 sq.
  • 25 Ibid., pp. 40-44.
  • 26 Ibid., p. 43.

13Comment Herz peut-il, chez Kant, trouver une telle preuve ? La tendance kantienne n’est-elle pas plutôt à démolir les prétentions positives et démonstratives en métaphysique ? Pour Herz, le nouveau modèle généalogique au lieu de fermer l’accès à la sphère métaphysique l’ouvre au contraire car il permet de dénoncer la présomption wolffienne, partiellement reprise par Crusius24, selon laquelle ne peut exister que ce qui est concevable ou non-contradictoire. Or il existe des objets métaphysiques, comme la substance immatérielle, qui bien qu’inconnaissables pour nous autres, êtres sensibles, dont la connaissance est soumise aux conditions du temps et de l’espace, ne sont pas contradictoires pour autant. Ainsi, la méthode de la métaphysique consiste-t-elle à établir les origines de nos concepts et à éliminer les erreurs de subreption, mais son usage n’est pas exclusivement négatif car elle offre aussi un accès cognitif positif aux objets de la métaphysique, fut-ce dans un sens minimal et formel. Aux yeux de Herz, nous pouvons en effet acquérir une connaissance formelle de la substantialité de l’âme à travers la réflexion critico-métaphysique sur la réalité de notre activité intellectuelle qui consiste dans la comparaison et l’ordonnancement des données25. Selon Herz, c’est précisément le caractère métaphysiquement restreint, car simplement relationnel d’une telle connaissance intellectuelle qui nous renvoie à un premier principe absolu, permanent et substantiel, à savoir l’âme. En même temps, l’âme ne saurait par elle-même constituer la première cause de la réalité ; notre pensée relationnelle par laquelle nous établissons des relations de cause et effet nous montre précisément notre incapacité à produire de telles causalités par la pensée – Herz ici se heurte à la terminologie kantienne – nous ne sommes pas en nous même principe de connaissance, Erkenntnisgrund26. Il est par conséquent nécessaire, en raison de notre limitation et de la concordance entre les formes subjectives de représentation des objets par lesquels l’âme est affectée avec les objets eux-mêmes, de postuler l’existence d’une cause autre qu’idéelle, une cause réelle, une et simple : Dieu.

  • 27 Cf. Kant, Critique de la Raison pure, trad. par A. Tremesaygues et B. Pacaud, Paris, Presses Univer (...)
  • 28 Betrachtungen, p. 47.

14Il ressort de son commentaire que, pour Herz, l’argument kantien offre une satisfaction spéculative bien plus grande que ce que suggère la présentation de la Dialectique transcendentale de la Critique de la raison pure27 pour qui la tendance naturelle de l’esprit à « hypostasier » et à « personnifier » la première cause ne révèle que la nature de notre esprit, et non pas celle des choses en soi. Comme Herz remarque pertinemment : « nous ne remercierons guère celui qui nous montre par exemple l’existence de Dieu ou l’immortalité de l’âme d’aucune autre manière qu’en montrant la conformité [de ces postulats] avec les lois fondamentales de notre connaissance. Nous voulons être convaincus qu’un Dieu doit exister nécessairement, et non pas que nous devons le penser nécessairement ; que notre âme selon la nature est incapable de mourir, et non pas que cela nous apparaît de la sorte28. » Or, pour Herz, la connaissance métaphysique des bornes de notre connaissance nous renvoie précisément à une réalité noumenale et aussi divine, celle du Moi et celle de Dieu.

II

  • 29 Ibid., p. 9.
  • 30 Lettre de Herz à Kant du 9 juillet 1771 : « Mon ami Friedländer m’a dit lors de son arrivé que vous (...)

15Le désaccord philosophique entre Herz et Kant que nous venons de dégager de la dispute, technique et profonde de 1770, porte par conséquent sur les implications métaphysiques de la thèse critique ou généalogique. Ce désaccord est absolument crucial car il engage la nature et la fondation même des systèmes philosophiques respectifs. Tandis que Kant utilisera ses thèses sur la forme de notre connaissance pour l’élaboration d’une simple propédeutique métaphysique, un catharticon (déterminant ce qu’il est possible de connaître a priori) et qu’il cherchera le principe fondateur de son système non plus dans la métaphysique mais dans la philosophie pratique, qui offrira le seul accès à la sphère nouménale et aussi le fondement du système entier, Herz prendra ses distances avec la perspective juridique du tribunal kantien (Gerichtsbarkeit)29 et ne démordra jamais du projet métaphysique primitif : en témoigne sa réaction à la radicalisation de l’attaque kantienne contre la spéculation et la métaphysique dans une lettre à Kant du 9 juillet 1771 où Herz se montre profondément choqué d’un propos de Kant devant son ami David Friedländer, qualifiant la métaphysique de « méditation de songe-creux dépourvue de toute utilité30 ».

  • 31 Dans ce qui suit, je me référerai à cette seconde édition.
  • 32 « [...] nos intelligences sont trop faibles pour saisir la perfection de tout ce que [Dieu] a fait (...)

16Comment se présente alors le système de Herz ? Ses contours, présents dès les Betrachtungen, notamment dans la digression esthétique et la préface et la postface qui enveloppent la présentation de la thèse kantienne seront élaborés dans les écrits ultérieurs et notamment dans le Versuch über den Geschmack de 1776, réédité sous une forme révisée en 179031. Contrairement à celui de Kant, c’est un système métaphysiquement ouvert. L’intellect peut concevoir des objets métaphysiques qui ne reflètent pas simplement des prétentions dogmatiques et de simples illusions de l’esprit mais l’existence théoriquement démontrable d’une autre sphère, séparée de la connaissance sensible. Se pose alors la question pratique de savoir comment accéder à cette sphère. La problématique – et sa réponse, esquissée dans les sections suivantes du Versuch über den Geschmack – rappellent tout d’abord la philosophie de Maïmonide, un auteur que Herz ne cite que rarement et dont il ne revêt pas l’uniforme mais qui semble constituer son autre maître. En effet, Herz semble retrouver, dans le propos kantien, non seulement les exhortations maïmonidiennes à la prudence et à l’humilité en matière de métaphysique32 mais aussi de fécondes perspectives métaphysiques et pratiques. Métaphysiquement, Maïmonide rejoint le propos kantien en affirmant lui aussi la limitation de la connaissance humaine et l’inaccessibilité de certains objets métaphysiques, en critiquant les attributs traditionnels de Dieu comme l’éternité, l’omniprésence, l’infinité comme illusoires, comme témoignant simplement des conditions subjectives et des limites de la représentation humaine. En même temps, Maïmonide avance une thèse métaphysique plus positive que Kant. Si la nature de nos facultés barre l’accès à une connaissance métaphysique qui permettrait de qualifier Dieu par des attributs autres que l’existence et la simplicité, elle nous ouvre néanmoins un certain accès (formel selon Herz) à son Être. Pratiquement, il est possible de surmonter l’état d’enfermement en soi que représente l’état sensible et d’accéder à la connaissance des objets métaphysiques.

17Mais comment ? C’est dans la réponse à cette question métaphysique et pratique que Herz explore une voie originale et moderne. Maïmonide avait déjà pensé une sorte de connaissance métaphysique indirecte : Dieu se révèle à travers le monde, comme sa cause extérieure, une et simple. Herz précise que cette révélation passe par la connaissance mi-sensible et mi-rationnelle de la beauté.

  • 33 Les commentateurs de Kant et les historiens de l’esthétique semblent ne pas avoir pris conscience d (...)
  • 34 Voir la lettre de Kant en réponse à l’envoi de la deuxième édition et la note 51.
  • 35 Je me permets de renvoyer à mes travaux sur l’esthétique, et notamment à ma thèse de doctorat, The (...)
  • 36 Il faut ici adopter une perspective plus nuancée que celle que l’on trouve dans les commentaires. L (...)
  • 37 « Pulchritudo est perfectio phaenomenon », Versuch über den Geschmack, p. 29.
  • 38 Voir Kant, Critique de la Raison pure, (cf. note 27).
  • 39 L’homme de Baumgarten possède une faculté proprement humaine (rhétorico-poétique), la sensibilité, (...)
  • 40 Herz, Versuch über den Geschmack, p. 40.

18Le Versuch über den Geschmack est le lieu où Herz développe cette thèse esthétique et pratique. Malgré sa grande originalité et son lien étroit avec la Critique de la faculté de juger (Herz esquisse avant Kant l’opposition fondamentale entre jugement à validité subjective et objective et propose toute une série d’oppositions qui préfigurent celles de l’Analytique du Beau de la troisième Critique (celle du plaisir du beau, de l’agréable et du bon), cet argument est resté totalement inaperçu, tant dans les études kantiennes et esthétiques que juives33. Ce texte est bâti lui aussi sur un Grund kantien – rappelons que Kant regrettera ne pas avoir eu la seconde édition du traité sous les yeux lors de la rédaction de la troisième Critique34 car Herz raisonne à partir de prémisses kantiennes, celles précisément que Kant avait établies dans la dissertation de 177035. En effet, cet argument esthétique ne pouvait se trouver ni chez Leibniz, ni chez Wolff, ni chez Baumgarten où la perspective anthropologique et la division psychologique des facultés est radicalement différente36. S’il est vrai que Herz se réfère positivement à la définition de la beauté proposée par Baumgarten37, il ne s’appuie pas sur le même modèle psychologique et anthropologique. Baumgarten identifie ou (notera Kant) « confond »38 les facultés sensibles et esthétiques en redéfinissant la sensibilité par rapport à leur fonction poétique. Tant la sensibilité que la raison constituent des facultés de connexion (d’addition et de division) ; elles ne diffèrent que quant à leur perfection ou finalité respective, tandis que celle de la faculté poétique consiste à produire l’image la plus riche possible, la faculté philosophique vise à produire un discours le plus transparent possible au moyen de symboles abstraits. Alors que la thèse de Baumgarten paraît poser problème en ce qu’elle transforme la sensibilité en une faculté mi-rationnelle et la raison en une faculté mi-sensible et non pure39, Herz réintroduit, via l’esthétique, une raison pure ouvrant accès à la sphère nouménale. Selon Herz, le jugement esthétique est rationnel en ce que l’esprit unifie et ordonne les éléments multiples. « S’il était possible que l’homme tout en conservant les autres facultés perdît la raison, en un seul instant, toute la richesse de sa connaissance éclaterait en des morceaux épars et disparates sans que parmi ceux-là puisse se trouver un seul tout (ein einziges Ganzes) ». La raison accomplit une telle unification des éléments en liant à sa cause le monde phénoménal qui se présente à lui dans sa beauté selon la loi de la causalité, qui est selon Herz la loi la plus fondamentale de toutes40 car seule une telle référence à la cause peut unifier l’expérience, transformer la multiplicité en un tout et venir clore une régression qui autrement serait infinie.

  • 41 Ibid., postface.

19L’expérience esthétique atteste par conséquent d’une activité de la raison, outre celle de la sensibilité. Elle possède, certes, aussi une dimension sensible, subjective et privée en ce qu’elle nous renvoie tout d’abord à la nature de nos facultés et organes sensoriels, trop limitée pour embrasser la perfection infinie du monde dans sa matérialité. En même temps, elle déborde la dimension sensible et sollicite la raison (et une certaine imagination, définie comme faculté à saisir les parties) en ce qu’elle est aussi pensée d’une perfection ou d’une totalité. Il est vrai qu’un tel jugement n’implique pas une connaissance totale de la perfection objective du monde qui impliquerait celle de la cause matérielle : le jugement de la beauté porte en premier lieu sur la forme de l’objet, et en second lieu seulement sur la matière (dans la mesure où il engage une multitude d’éléments sensibles). Il est également vrai qu’une telle connaissance n’atteint qu’un certain degré de distinction et vise en premier lieu l’Anschaulichkeit. Cette « connaissance » est simplement celle d’un accord ou d’une harmonie entre les effets : harmonie qui existe entre les facultés et leurs objets et entre le commerce des substances et qui produit un plaisir. C’est dans une telle appréhension de la perfection et de la cause de la Création dans la beauté que réside l’activité mi-rationnelle et mi-sensible de l’esprit jugeant du beau. Mais une telle activité rationnelle est suffisante tout d’abord pour solliciter un accord universel – c’est pourquoi, explique Herz tous ceux qui contestent la validité universelle du jugement de beauté – Herz semble ici penser à certaines traditions françaises, en particulier Jean-Baptiste Dubos41 – ont tort ; et que fût-ce dans un sens minimal, elle ouvre aussi un certain accès cognitif à Dieu et aux objets de la métaphysique.

  • 42 On verra aussi les distinctions conceptuelles entre le beau (qui suscite un plaisir désinteressé), (...)

20De là se dessine la perspective pratique. Pour Herz, le sentiment esthétique tel que nous venons de l’esquisser est au fondement de la morale. Dans l’expérience esthétique, nous saisissons la proportion entre le tout et ses parties, ce que Herz appelle « Haltung », attitude. Ce type de jugement (portant sur des relations et des proportions) manifeste une activité de la raison laquelle dans la perspective néostoïcienne de Herz complète l’instinct animal ; le beau exemplifie ainsi une certaine économie qui règne dans la nature, nous offrant une règle de conduite morale et à ce titre, promeut notre bonheur42 – l’esthétique ou l’éducation esthétique est une sorte de propédeutique nécessaire à la morale.

III

  • 43 Herz, Grundriß aller medizinischen Wissenschaften, § 1. Herz ici encore s’inscrit clairement dans l (...)
  • 44 Herz, Briefe an Ärzte, p. 161. Herz distingue deux types d’expériences négatives, celles qui indiqu (...)
  • 45 Cette prière dont Herz est soit l’auteur, soit le traducteur allemand a été reproduite dans la mono (...)
  • 46 Voir la remarque de Herz rapportée par Johann Friedrich Abegg, Reisetagebuch von 1798, éd. par Walt (...)

21Mais en quel sens la philosophie de Herz peut-elle être appelée critique ? Elle le peut selon un double sens. En métaphysique, le criticisme consiste à examiner et à analyser les concepts a priori, avant toute expérience, pour en désigner l’origine, dans la sensibilité ou dans l’intellect. Dans la sphère des sciences empiriques, il existe une autre méthode critique circonscrite par la première, d’ordre métaphysique et en même temps résolument a posteriori. Herz esquisse ce second type de criticisme, empirique et médical dans ses Briefe an Ärzte. Il consiste à promouvoir l’éducation de la sensibilité, au fondement de toute connaissance métaphysique, en s’assurant de ses fondements physiologiques ; c’est en ce sens que dans la restructuration profonde du système des sciences qu’entreprend Herz dans le Grundriß der medizinischen Wissenschaften, la médecine peut acquérir un rang symétrique à celui de la philosophie : tandis que la philosophie dote le système d’un fondement objectif, la médecine le dote d’un fondement subjectif43. Cela signifie tout d’abord que le médecin-critique qu’est Herz veille à ne jamais quitter le point de vue humain. Réflexive, la perspective critique s’applique au médecin tout comme au patient. Il faut constamment mesurer les limites que présente la médecine à un moment donné, par l’observation mais aussi par des expériences (« négatives ») : « S’il est possible d’avancer dans la détermination des frontières de notre art, il faut passer impérativement par l’expérience et l’observation44 ». C’est en se souvenant de sa condition humaine que le médecin peut satisfaire à la tâche qui lui a (selon la prière Tägliches Gebet eines Arztes45 parfois attribuée à Herz) été impartie par Dieu et aider son prochain. Le médecin applique, enfin, une perspective critique au patient en ce qu’il mesure constamment ses conditions physiologiques. C’est en se souvenant de leur condition humaine commune qu’il prépare le patient à la moralité et à la métaphysique. Une telle éducation morale ne cherchera jamais à outrepasser le point de vue humain, en dégageant une loi pratique et divine dont la connaissance distincte dépasserait largement ses facultés. Mais il n’en est pas besoin, car la loi pratique est « une loi fondamentale jaillissant d’une source claire, transparente à tout œil humain et qui fixe un but que le genre humain se sent poussé à viser, sans qu’une quelconque raison profonde ait besoin de le dégager du coin le plus reculé de l’âme46. » Il ne faut ainsi jamais oublier les conditions sensibles dans lesquelles l’esprit se représente nécessairement la loi morale - car du moment où l’on cherche à concevoir une telle loi de manière simplement formelle, comme reposant sur une idée de l’humanité, elle devient elle-même idéalisée et surhumaine, comme Herz le note dans la Préface de la seconde édition, en direction de Kant.

  • 47 Maïmonide, Traité d’éthique, trad. R. Brague, Paris, 2001.
  • 48 Herz, Grundriß aller medizinischen Wissenschaften, § 12.
  • 49 Ibid, § 186 : « Die übertriebene Geistespflege hat eine Menge Übel zur Folge. »

22C’est ainsi, en respectant la sensibilité comme constitutive de l’humanité que le médecin-philosophe peut préparer son Mitmensch à l’exercice de la rationalité et à la connaissance métaphysique. En éduquant l’être humain à la modération, à cette disposition et habitude intermédiaire de l’âme que représente selon Herz (et Maïmonide) la vertu humaine, il ouvre son regard vers la proportion, que Herz désigne aussi du terme néostoïcien d’« économie » ou bien d’ « équilibre »47 qui caractérise l’ordre de la Création et nous renvoie à son auteur. La médecine et plus précisément la pharmaceutique de Herz qui comprend aussi une branche diététique48 et une branche psychologique intègre cette idée d’une thérapie psychosomatique qui cherche à rétablir un équilibre en compensant un excès par un autre. L’exemple de la cure psychosomatique de son ami le poète Karl Philipp Moritz qui souffre de crises d’angoisse, et publié par Herz après la mort de ce dernier illustre sa méthode. Afin de faire cesser l’oscillation violente entre angoisse et espoir qu’il observe chez son patient, il décide de le convaincre de la certitude d’une mort prochaine : La thérapie réussit au moins temporairement - son ami retrouve le sommeil et guérit en très peu de temps. C’est en ce sens que la médecine herzienne est rationnelle et philosophique, sans jamais verser dans l’activité intellectuelle abusive qui, elle, irait à l’encontre de la loi pratique et de l’équilibre macrocosmique qui définit la santé, physique et intellectuelle49.

23Notre analyse a en un sens confirmé la thèse selon laquelle Herz appartenait au kantisme ; il fut un kantien convaincu qui ne cessait jamais d’exprimer sa dette philosophique et sa loyauté vis-à-vis de Kant. Mais elle a aussi révélé la profonde ambiguïté de cette étiquette. Tout d’abord, Herz fut un élève du Kant métaphysicien et précritique de 1770 à ce moment charnière où se jouait la possibilité d’une critique métaphysique. Il ne faut pas manquer ce point puisqu’il explique la dimension profondément métaphysique de son criticisme. Les chemins des deux auteurs bifurquent à partir de 1772. La fameuse lettre annonçant le projet critique de Kant à Herz n’est que le point saillant d’une correspondance nourrie entre Kant, Herz et Mendelssohn, où Kant choisit la voie qui sera celle de la Critique de la raison pure, une voie opposée à celle du métaphysicien Herz, où la circonscription formelle des bornes de notre connaissance sert à fermer, a priori, l’accès aux objets métaphysiques. Herz quant à lui ne s’intéresse guère à la possibilité d’une telle méthode. Tout en adoptant les principes généalogiques et psychologiques de Kant qui excluent la possibilité d’une connaissance sensible de Dieu et des objets métaphysiques il continue à affirmer la possibilité d’une preuve physico-théologique et d’une connaissance intellectuelle de Dieu laquelle selon lui réside dans la connaissance formelle de la beauté et de la perfection du monde. Il existe par conséquent des désaccords profonds.

  • 50 Cf. Gideon Freudenthal, « Introductory Essay : A Philosopher between two Cultures », in Salomon Mai (...)
  • 51 Cf. la lettre de Kant du 15 octobre 1790 : « Votre œuvre riche de sens sur le goût, que je vous rem (...)
  • 52 Voir la lettre de Kant à Friedrich Nicolai du 25 octobre 1773.
  • 53 « C’est avec plaisir que j’ai été sensible, dans votre écrit sur la diversité du goût, à la pureté (...)
  • 54 Voir notamment les lettres de Kant à Herz du 28 août, 20 octobre et 15 décembre 1778 et du 4 févrie (...)
  • 55 Sur l’impact médical de Herz sur l’anthropologie kantienne (au sujet de la question de l’inoculatio (...)
  • 56 Voir la lettre du 7 avril 1789.

24Le danger de l’étiquette de « kantien » est là : elle masque ces différences et conforte l’historien de la philosophie dans une perspective téléologique unilatérale50 qui se place d’emblée du coté des « gagnants », ceux qui ont su imposer leur perspective, au lieu de reconstruire le débat dans sa richesse et d’expliquer véritablement les raisons de leur triomphe. Cette étiquette de « kantien » que Herz lui-même ne refusait pas puisqu’il souhaitait exprimer sa dette philosophique et puisque de par son statut social inférieur il ne pouvait pas chercher à quitter la troupe a par conséquent eu des effets qui ont pesé lourd à moyen et long terme. À moyen terme, les timides tentatives de Herz pour engager un dialogue avec Kant ont échoué. Herz n’a jamais réussi à quitter le statut d’élève. Si Kant a bien cerné que l’enjeu principal concernait le type de projet philosophique51, il n’a jamais essayé de s’engager mentalement dans celui de Herz. Ainsi, à mesure que son propre projet se précise dans un sens critique, il change assez brusquement d’avis vis-à-vis de la critique de Herz, la jugeant tout d’un coup « fort peu significative »52. Dans la première édition du Versuch über den Geschmack, Kant n’est sensible qu’à l’agrément du style et aux éloges concernant sa propre personne53, ici comme lors de tous les envois ultérieurs des textes de Herz, il trouve un prétexte pour éviter la discussion philosophique. Manifestement, il apprécie Herz pour son oreille philosophique ; il accueille aussi positivement ses tentatives pour professer le kantisme à Berlin – même s’il hésite longtemps à lui faire parvenir les notes des cours de métaphysique que Herz désire si ardemment54. Kant apprécie également les compétences médicales de son correspondant. À plusieurs reprises, il consulte Herz à ce sujet55. En même temps, les discussions philosophiques s’interrompent rapidement. À mesure que les différences philosophiques se creusent, on constate un éloignement mutuel. Herz intervient auprès de Kant à titre de médiateur, en sollicitant son secours dans la polémique après la mort de Mendelssohn, et en lui transmettant le manuscrit de son ami Maimon, en excusant sa propre « incapacité à embrasser totalement le système kantien » par ses préoccupations professionnelles le détournant de ses activités philosophiques56.

  • 57 Voir note 12.

25En outre, Herz n’a pas su non plus se faire entendre sur la scène philosophique allemande57. À long terme, l’étiquette de « kantien » a fortement contribué à l’absence quasi-totale de réception de ses écrits philosophiques et a fini par complètement masquer l’originalité philosophique de Herz. Or l’intérêt de l’option philosophique choisie par Herz réside précisément dans sa dimension métaphysique. À l’intérieur du débat anthropologique des Lumières allemandes et juives allemandes, où il y va de la redéfinition de la nature de l’homme, de ses facultés et de leurs fondements théologiques, il est le premier à penser une nouvelle métaphysique et une religion à la mesure de l’homme sensible.

Haut de page

Notes

1 Sur le kantisme de Maimon, voir dans le présent recueil la contribution d’Isabelle Thomas-Fogiel.

2 Cf. Christoph Schulte, Die Jüdische Aufklärung : Philosophie, Religion, Geschichte, Munich, Beck, 2002, chapitre 6, pp. 157-171, et notamment p. 169.

3 Je tiens à remercier Michael Albrecht et Gideon Freudenthal pour leurs remarques productives suite à la présentation orale de cette contribution ; ce sont les travaux de Freudenthal sur Maimon qui m’ont tout d’abord sensibilisée aux styles philosophiques des penseurs juifs et aux modes de dialogues particuliers des débats juifs-allemands de la Haskala.

4 Alexis Philonenko, Introduction à sa traduction de la lettre à Herz, in : Kant, La dissertation de 1770. Lettre à Marcus Herz, Paris, Vrin, 1985, p. 129.

5 Lettre à Kant du 24 novembre 1778.

6 Herz, Versuch über den Geschmack und die Ursachen seiner Verschiedenheit, [Sigle : Versuch über den Geschmack] Leipzig und Mitau, Hinz 1776 ; 2nde édition 1790.

7 Herz, Grundriss aller medicinischen Wissenschaften, Berlin, Voß, 1782.

8 Herz, Briefe an Ärzte, Erste Sammlung, Mitau, Hinz 1777. Zweite Sammlung, Berlin, Voß, 1784.

9 Herz, Versuch über den Schwindel, Berlin, Voß, 1786. Notons aussi, parmi les écrits scientifiques, la Grundlage zu meinen Vorlesungen über die Experimentalphysik, Berlin, Voß, 1787 et sa contribution aux débats sur l’inoculation (An den D. Dohmeyer, über die Brutalimpfung und deren Vergleichung mit der humanen, Berlin, Unger, 1801). Une anthologie des textes philosophiques médicaux a été publiée par Martin L. Davies, Herz, Philosophisch-medizinische Aufsätze, St., Ingbert, Röhrig, 1997. Herz a en outre publié quelques textes par lesquels il prend position au sein de débat religieux, Über die frühe Beerdigung der Juden. An die Herausgeber des hebräischen Sammlers, Berlin, Voß, 1787, 2nde éd. 1788. Nous ne pourrons commenter ici ni les écrits proprement médicaux ni les contributions de Herz aux débats religieux.

10 Voici le passage entier de la lettre de Herz du 9 juillet 1771 auquel nous aurons l’occasion de revenir à plusieurs reprises : « en développant les concepts de temps et d’espace, j’ai fait une digression sur la nature des principes du beau ; en examinant les relations, j’ai été conduit à démontrer l’existence de l’âme, démonstration qui, peut-être, mérite, qu’on s’y arrête. Dans la deuxième section je me suis contenté de vous suivre, et je n’ai fait qu’un petit mouvement destiné à me faire avancer d’un pas plus loin. »

11 Cf. la lettre à Kant du 27 février 1786 : « Sie sehen, theuerster Mann, ich bin kein Abtrünniger von Ihnen, bin vielmehr ein Überläufer, der noch Ihre Uniform trägt, und bey anderen Mächten, nicht ihren Feinden, ihren Dienst einzuführen sucht. »

12 Markus Herz, Betrachtungen aus der spekulativen Weltweisheit [Sigle : Betrachtungen],

réédité, avec une présentation, des annotations et des indexes, par Elfriede Conrad, Heinrich P. Delfosse und Birgit Nehren, Hambourg, Meiner, 1990, Einleitung, p. XXX sq. Cette édition, tout en offrant une présentation très riche, documentée et nuancée, ne cherche pas à restituer le projet original de Herz. Pour la réception contemporaine de Herz, cf. les récensions de Johann Heinrich Lambert, in : Allgemeine deutsche Bibliothek 20 (1773), pp. 227-229, celle de Johann Georg Heinrich Feder, Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen 2 (1771), pp. 892-895, et celle dans la Breslauische Zeitung, 28 décembre 1771, p. 411, et la lettre de Kant du 21 février 1772.

13 Plus précisément, une fois de plus, Herz emploie une formule négative ; il déclare simplement fonder ses thèses sur les points de la dissertation qui sont absolument « en dehors de toute dispute », « gänzlich außer allen Gränzen der Streitigkeiten », Versuch über den Geschmack, p. 8. Le lecteur non averti aurait envie de dire, pardon, quelles Streitigkeiten...

14 Cf. Versuch über den Geschmack, préface.

15 « Left behind in the stagnant backwaters of precritical attitudes », Martin L. Davies, Identity or History ? Marcus Herz and the End of the Enlightenment, Detroit, Wayne State University Press, 1995, p. 31. Cette étude très fouillée offre des matériaux précieux sur Herz dans son contexte historique, philosophique et médical, mais reste sur un Herz philosophe médiocre et dépassé par le kantisme.

16 Voir notamment Versuch über den Geschmack, erster Abschnitt, p. 8 sq.

17 Kant à Mendelssohn, 8 avril 1766. La lettre présente clairement les enjeux et les positions du débat méthodologique et métaphysique : « Je suis si éloigné de tenir la métaphysique elle-même, considéré objectivement, pour peu considérable ou superflue que depuis que je crois comprendre sa nature [...] je suis convaincu que le bien véritable et durable de l’espèce humaine dépend d’elle – éloge qui paraîtra à tout autre que vous fantastique et téméraire. C’est à des génies comme vous, qu’il appartient de créer une époque nouvelle dans cette science, d’en renouveler totalement les règles et de tracer avec maîtrise le plan de cette discipline [...] la simplicité d’un entendement sain, mais point sous-informé, n’a besoin, pour parvenir à l’intelligence, que d’un organon ; tandis que l’intelligence apparente d’une tête gatée a besoin avant tout d’un catharticon. »

18 Cf. Michelle Grier, Kant’s doctrine of transcendental illusion, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

19 Herz, Betrachtungen, p. 53.

20 Ibid., p. 79.

21 Ibid., p. 17.

22 Ibid., p. 45.

23 Mendelssohn qui exprimera son opinion sur le traité de Kant dans sa lettre du 25 décembre 1770 lui aussi reproche à Kant de ne pas développer ses présupposés métaphysiques davantage : « Même l’apparente obscurité qui grève encore certains passages révèle à un lecteur exercé qu’il y a là un rapport à un tout qui n’a pas encore été exposé. Cependant, il serait à souhaiter pour le bien

de la métaphysique qui est actuellement tombée si bas que vous ne nous sevriez pas trop longtemps du fonds de vos réflexions. La vie humaine est courte, et la fin nous surprend si facilement tandis que nous avons toujours le projet de faire mieux. »

24 Betrachtungen, 49 sq.

25 Ibid., pp. 40-44.

26 Ibid., p. 43.

27 Cf. Kant, Critique de la Raison pure, trad. par A. Tremesaygues et B. Pacaud, Paris, Presses Universitaires de France, 1971, pp. 251 sq.

28 Betrachtungen, p. 47.

29 Ibid., p. 9.

30 Lettre de Herz à Kant du 9 juillet 1771 : « Mon ami Friedländer m’a dit lors de son arrivé que vous n’êtes plus, comme vous l’étiez, si grand admirateur de la philosophie spéculative ; que dis-je admirateur ? Il paraît qu’en une certaine occasion, vous lui avez dit explicitement que vous la teniez pour une méditation de songe-creux dépourvue de toute utilité, comprise par quelques savants enfermés dans leurs cabinets d’étude, et trop éloignés de l’agitation du monde pour qu’ils acceptent de faire subir à leurs théories les transformations nécessaires [...] Comment cette nouvelle m’a fait tressaillir ! Quoi, pensais-je, était-ce pure tromperie de la part de mon maître qu’il m’ait si souvent vanté les mérites de la métaphysique ? [...]. »

31 Dans ce qui suit, je me référerai à cette seconde édition.

32 « [...] nos intelligences sont trop faibles pour saisir la perfection de tout ce que [Dieu] a fait et la justice de tout ce qu’il a décrété ; et de même que nous comprenons certaines merveilles de ses œuvres, dans les membres des animaux et les mouvements des sphères célèstes, de même nous comprenons la justice d’une partie de ses lois. Mais ce qui nous reste caché, sous les deux rapports, est beaucoup plus considérable que ce qui en est manifeste pour nous. » Maïmonide, Le Guide des Egarés, trad. par Salomon Munk, Paris, Maisoneuve et Larose, 2003, p. 411.

33 Les commentateurs de Kant et les historiens de l’esthétique semblent ne pas avoir pris conscience du lien intrinsèque entre ce schéma opposant le subjectif à l’objectif et le modèle généalogique de 1770 ; dans le sillage de l’ouvrage classique d’Alfred Baeumler, Das Irrationalitätsproblem in der Ästhetik und Logik des 18. Jahrhunderts bis zur Kritik der Urteilskraft, Halle, 1923, ils présupposent généralement sa présence dans la tradition leibnizienne, qui cependant emprunte d’autres modèles psychologiques. Les études juives ont également peu exploré le terrain esthétique. Il est

clair que l’esthétique est un champ de prédilection pour tout un nombre de penseurs de la Haskala, comme Herz, Mendelssohn et Bendavid. Christoph Schulte, dans sa contribution au présent recueil, propose une justification sociologique : l’intérêt des penseurs juifs pour l’esthétique témoignerait d’un désir de se montrer à la hauteur de la culture de leur temps. Mais la justification sociologique doit être complétée par une justification philosophique, il existe des raisons philosophiques profondes à l’intérêt juif à l’esthétique.

34 Voir la lettre de Kant en réponse à l’envoi de la deuxième édition et la note 51.

35 Je me permets de renvoyer à mes travaux sur l’esthétique, et notamment à ma thèse de doctorat, The Art of Invention and the Invention of Art, Thèse de Doctorat ENS LSH Lyon et Ph.D. Université de Yale, 2004, actuellement en voie de publication.

36 Il faut ici adopter une perspective plus nuancée que celle que l’on trouve dans les commentaires. L’historiographie philosophique qui a suivi Kant dans sa présentation trop sommaire du débat au § 7 de la dissertation est restée confuse sur ce point. Cf. par exemple la nouvelle édition française de la dissertation kantienne par Arnaud Pelletier, Kant, Dissertation de 1770, Paris, Vrin, 2007.

37 « Pulchritudo est perfectio phaenomenon », Versuch über den Geschmack, p. 29.

38 Voir Kant, Critique de la Raison pure, (cf. note 27).

39 L’homme de Baumgarten possède une faculté proprement humaine (rhétorico-poétique), la sensibilité, que Dieu ne possède pas ; en outre, sa raison se trouve être imparfaite et affaiblie car elle n’est pas seulement dans toutes ses manifestations strictement symétrique à la sensibilité, mais elle est dans un renversement de hiérarchie, postérieure, seconde à et secondée par la sensibilité, qui est la faculté de connaissance et de pensée première et fondamentale, en ce qu’elle seule donne accès à la réalité. La pensée rationelle est une sorte de connexion ou d’ordonnancement des images de la pensée sensible qui ne se distingue de la sensibilité du type humain que par sa visée analytique ou par la transparence qui naît de son usage de symboles abstraits au lieu d’images.

40 Herz, Versuch über den Geschmack, p. 40.

41 Ibid., postface.

42 On verra aussi les distinctions conceptuelles entre le beau (qui suscite un plaisir désinteressé), le bon et l’utile, ibid., p. 70.

43 Herz, Grundriß aller medizinischen Wissenschaften, § 1. Herz ici encore s’inscrit clairement dans la tradition philosophique et médicale de Maïmonide.

44 Herz, Briefe an Ärzte, p. 161. Herz distingue deux types d’expériences négatives, celles qui indiquent que la cause manifeste d’un mal est trop grande pour que les moyens mis en œuvre puissent la combattre efficacement et celle qui indiquent l’existence d’une cause cachée.

45 Cette prière dont Herz est soit l’auteur, soit le traducteur allemand a été reproduite dans la monographie de Christoph Maria Leder, Die Grenzgänge des Markus Herz : Beruf, Haltung und Identität eines jüdischen Arztes gegen Ende des 18. Jahrhunderts, Münster, Waxmann, 2007, p. 238 sq. Cette monographie qui adopte une perspective plus historique et ethnologique que philosophique offre des descriptions détaillées du contexte médical de la vie de Herz ; elle suggère aussi l’influence de Maïmonide sans préciser les liens philosophiques.

46 Voir la remarque de Herz rapportée par Johann Friedrich Abegg, Reisetagebuch von 1798, éd. par Walter und Jolande Abegg in Zusammenarbeit mit Zwi Batscha, Francfort, 1976, p. 104 (cité

dans la présentation des Betrachtungen, p. XXI) : « Les kantiens ont produit peu d’hommes respectables et bons [...] »

47 Maïmonide, Traité d’éthique, trad. R. Brague, Paris, 2001.

48 Herz, Grundriß aller medizinischen Wissenschaften, § 12.

49 Ibid, § 186 : « Die übertriebene Geistespflege hat eine Menge Übel zur Folge. »

50 Cf. Gideon Freudenthal, « Introductory Essay : A Philosopher between two Cultures », in Salomon Maimon, rational dogmatist, empirical skeptic, Dordrecht, Kluwer, 2003, p. 1 sq.

51 Cf. la lettre de Kant du 15 octobre 1790 : « Votre œuvre riche de sens sur le goût, que je vous remercie de m’avoir envoyé, aurait pu me servir pour certains passages si je l’avais eue plus tôt entre les mains. Toutefois, il me semble, surtout avec l’âge, que l’utilisation de pensées étrangères dans un domaine purement spéculatif ne me réussit guère ; il faut plutôt que je m’en remette au cheminement de ma propre pensée, qui, au fil des années, a déjà fini par se tracer une certaine voie. »

52 Voir la lettre de Kant à Friedrich Nicolai du 25 octobre 1773.

53 « C’est avec plaisir que j’ai été sensible, dans votre écrit sur la diversité du goût, à la pureté de l’expression, à l’agrément du style et à la finesse des remarques. Je ne suis pas actuellement en mesure d’ajouter le moindre jugement particulier sur ce qui me vint à l’esprit en le lisant, car le livre, je ne sais par qui, m’a été emprunté. Il y a toutefois un passage dont je me souviens encore, au sujet duquel je suis contraint de vous faire reproche de votre amitié partiale à mon égard. L’éloge que vous me décernez en parallèle avec Lessing m’indispose. »

54 Voir notamment les lettres de Kant à Herz du 28 août, 20 octobre et 15 décembre 1778 et du 4 février 1779.

55 Sur l’impact médical de Herz sur l’anthropologie kantienne (au sujet de la question de l’inoculation), voir Grégoire Chamayou, Les corps vils. Expérimenter sur les êtres humains aux 18e et 19e siècle, Paris, Ed. La Découverte, 2008, p. 133.

56 Voir la lettre du 7 avril 1789.

57 Voir note 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stefanie Buchenau, « « Der Grund zu allen liegt in Ihnen » : le kantisme de Markus Herz », Revue germanique internationale [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/345

Haut de page

Auteur

Stefanie Buchenau

Maître de conférences, Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page