Navigation – Plan du site

De Stockholm à Lemberg : les voyages de la Haskala berlinoise

Dominique Bourel
p. 197-204

Résumés

Cet article veut tracer à grands traits une géographie des recherches sur la Haskala qui est un phénomène assez important dans l’historiographie juive récente. En effet pendant longtemps cette période comme sa signification intellectuelle et ses implications religieuses semblait indigne pour la recherche reconnue et établie, peu appréciée autant par les orthodoxes que par les sionistes. Autour de la figure de Mendelssohn et de la génération ultérieure des maskilim, se sont inscrites des recherches d’excellentes qualités, tant en Europe qu’aux USA et en Israël en gros depuis les années soixante dix et les travaux d’A. Altmann et de J. Katz. Mais pour ne pas réduire la Haskala à la seule Prusse et même à l’Europe occidentale, nous avons tenté de rechercher les influences de celle-ci à la périphérie de l’Europe à Stockholm et à Lemberg. Dans les deux cas la Forschung est véritablement au travail dévoilant des acteurs et des pensées auparavant largement scellés. Ainsi, il est possible de considérer ce phénomène dans toutes ses déclinaisons européennes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Michel Stanislawski, A Murder in Lemberg. Politics, Religion and Violence in Modern Jewish History. (...)
  • 2 Voir la recension par Tobias Grill, in Jahrbuch für Geschichte Osteuropas 56 (2008), pp. 123-125.

1Le 7 septembre 1848 à 3 h du matin, le rabbin de Lemberg et de son district Abraham Kohn, père de cinq enfants, meurt sans doute empoisonné par un coreligionnaire ! Un juif avait tué un juif dans la tradition sanglante de Jacob Israël de Haan (1925) à Haim Arlosorov (1933), jusqu’à Emil Greenzweig ou Itzhak Rabin. La Haskala avait son premier martyre. À peine le dernier livre1 évoquant ce fait divers a-t-il quitté les presses que la polémique fait rage dans les media et les revues spécialisées2.

  • 3 La plus récente et complète évocation de cette grande figure est dans Allan Arkush, Alfred L.Ivry e (...)
  • 4 Plusieurs ouvrages se sont déjà concentrés sur l’impact de ses recherches tant sur l’orthodoxie que (...)
  • 5 Pourtant la littérature secondaire commence a constituer une véritable bibliothèque avec les enquêt (...)

2L’histoire de la recherche sur la Haskala fut longtemps tributaire de celle du XVIIIe siècle, qui occupe de gros bataillons dans le monde. Ainsi des milliers de ces spécialistes se partagent-ils un champ d’études ponctuées par des noms, des thèmes, des pays et des régions. La Haskala apparaît au carrefour de plusieurs disciplines dépassant les études juives et hébraïques. En Allemagne, le geste philosophique de retour de l’Aufklärung induit par l’École de Francfort a permis de profiler plus nettement ce phénomène au sein des Lumières européennes. On pourrait d’ailleurs remarquer la part « juive » de l’historiographie avec les noms d’Ernst Cassirer, Theodor W. Adorno, Max Horkheimer, Peter Gay et bien d’autres. Grâce aux travaux pionniers d’Alexander Altmann sur Moses Mendelssohn3 et de Jacob Katz4 sur l’entrée des juifs dans le monde moderne, on a pu saisir tous les enjeux de la recherche et surtout l’immensité des problèmes à traiter5. Tous deux étaient des Ostjuden, passés par Berlin et Francfort, de la yeschiva à l’université, avant de choisir pour vivre l’un l’Angleterre et les États-Unis, l’autre la Palestine – Israël. Outre une agilité linguistique et intellectuelle hors norme, ils avaient reçu une double éducation de la tradition et des sciences humaines. Trois axes d’investigation s’imposent aujourd’hui : la figure centrale de Mendelssohn, la poursuite de la prosopopée des maskilim et enfin les frontières de la Haskala.

I

  • 6 Voir l’excellente synthèse chez Werner Schneiders (dir.), Les Lumières en Europe : unité et diversi (...)
  • 7 Cf. les travaux de Sebastian Hensel, Jacques Ehrenfreund, Liliane Weinberg.
  • 8 Jacob Katz, Hors du ghetto : l’émancipation des juifs en Europe (1770-1870), trad. de Jean-François (...)
  • 9 Ingrid Lohmann, Jüdische Bildungsgeschichte in Deutschland, Münster,Waxmann, 2001 sq. (sept volumes (...)

3L’œuvre et la figure de Mendelssohn sont désormais bien connues grâce à la remarquable édition « du jubilé » initiée en 1929 pour le bicentenaire de la naissance du philosophe, reprise par Alexander Altmann chez Frommann après la Shoah et poursuivie avec ténacité par Eva Engel. Une trentaine de volumes en allemand et en hébreu devrait pour longtemps constituer un môle fixe pour la Forschung ! Il faut dire que la philosophie de l’Aufklärung est désormais examinée à sa juste place autre que celle d’une simple transition entre Leibniz et Kant. Thomasius, Wolff, Tetens, Crusius, Lambert, Meier, Baumgarten sont désormais accessibles. Textes, traductions et synthèses permettent de se faire une vue plus juste des enjeux spéculatifs autres que ceux, connus depuis longtemps, de l’esthétique6. Les questions liées à la sécularisation, à la fin du pouvoir rabbinique et à l’acculturation des Juifs sont régulièrement traitées. Certains domaines sont encore négligés non pas pour des raisons idéologiques mais pour des motifs de complexité, comme son exégèse, ses textes en hébreu etc. Le « travail d’une œuvre », ses traductions dans les langues européennes et l’iconisation et même la panthéonisation de sa figure ont été défrichés7. Mais on ne sait toujours pas qui a souscrit à Paris à son Pentateuque ! En revanche, on connaît mieux la première Haskala, c’est-à-dire les Juifs qui, avant Mendelssohn, commencèrent le trajet « hors du ghetto », pour reprendre le titre d’un des livres les plus célèbres de Jacob Katz paru en 19738, paru la même année que la monographie fondatrice d’Alexander Altmann. On a repéré au moins deux leibniziens juifs, Raphael Levi de Hanovre et Moses Ullmann de Mayence, et on a pris la mesure des flux d’étudiants juifs qui entrent dans l’université allemande, souvent aidés par les Hofjuden eux aussi toujours de mieux en mieux cernés. On redécouvre régulièrement des savants juifs, physiciens, mathématiciens ou médecins, souvent dans les marges des éditions critiques des Bernoulli, Euler, Lagrange et autres. Les rapports avec Platon, Maïmonide, Spinoza, Wolff et Kant sont un lieu privilégié d’études. Les institutions comme les écoles juives sont « saisies » bibliographiquement après un patient travail d’archives comme celui mené par Ingrid Lohmann et sa série « Histoire de l’éducation juive en Allemagne »9, ainsi que les premières revues, Koheleth Moussar et Ha meassef.

II

  • 10 Biographisches Handbuch der Rabbiner, Michael Brocke et Julius Carlebach (dir)., deux vol. , I, Die (...)
  • 11 Voir par exemple la superbe monographie d’Andreas Kennecke, Isaac Euchel. Architekt der Haskala, (...)
  • 12 On trouvera une remarquable et élégante présentation de toute cette galaxie chez Moshe Pelli, The A (...)

4Mais il ne faudrait pas que Mendelssohn masque la prodigieuse efflorescence de la Haskala en allemand et en hébreu avec les limites chronologiques qu’imposent sa mort et celle de Frédéric II (1786), la Révolution Française (1789) et l’émancipation des Juifs en Prusse (1812). Entre le premier leibnizien juif et la naissance de la Wissenschaft des Judentums, c’est un monde qui apparaît surtout après la publication de l’index bio-bibliographique des rabbins allemands et européens qui constitue un événement dans la recherche et qu’on doit à l’acribie de Carsten Wilke10. Des centaines de figures sont revenus des limbes avec des bibliographies insoupçonnées et des itinéraires encore largement scellés. De plus, le travail continue avec plus ou moins d’intensité sur Naphtali Herz Wessely (1725-1805) Marcus Herz (1742-1803), Herz Homberg (1749-1841), David Fried-laender (1750-1834) Salomon Maimon (1754-1800), Isaak Euchel (1756-1804), Lazarus Bendavid (1762-1832), Saul Ascher (1767-1822), sans parler de Wolf Dessau, Isaak Alexander et tant d’autres11. Ces maskilim écrivent en allemand et/ou en hébreu, correspondent entre eux mais on ne peut les classer tous comme des « disciples » de Mendelssohn12. Au contraire on pourrait très bien penser Mendelssohn comme la fin d’une époque aussi pieuse que cultivée. Il suffit de lire Jérusalem (1783), la Caractéristique des juifs (Bendavid, 1793) et les Lettres (Friedlaender, 1799) pour voir l’abîme qui les sépare, ce que Maimon avait déjà remarqué. Il est vrai que la Révolution Française est passée par là avec la difficulté supplémentaire de sa réception plutôt « fraîche » en Allemagne. Certains ne sont pas concernés par l’émancipation des juifs, d’autres sont des véritables philosophes et de vrais historiens qui ne voient pas de contradiction entre leur judaïsme et leur vie intellectuelle. Les enfants de certains vont se convertir, d’autres resteront juifs, certains mêmes pratiquants. Quelques-uns ont déjà fait l’objet d’études savantes, d’autres attendent leur bibliographie et certains sont même lisibles en français.

III

  • 13 Ludwig August Frankl, Nach Jerusalem, Leipzig, Nies., 1858, vol. II, pp. 80, 160.
  • 14 Shmuel Feiner, « Towards a historical definition of the Haskalah » in id., New Perspectives (cf. no (...)
  • 15 Shmuel Feiner, Haskala Jüdische Aufklärung. Geschichte einer kulturellen Revolution, trad. de l’h (...)
  • 16 Jay R. Berkowitz, Rites and Passages. The Beginnings of Modern Jewish Culture in France, 1650-1860, (...)

5Un des sujets les plus traités actuellement porte sur l’exportation de la Haskala. Peut-on identifier un phénomène bien spécifique en Angleterre, en Italie, en Autriche, en Hongrie, en Russie, et même dans l’Empire ottoman ? À Jérusalem, August Ludwig Frankl venant fonder une école se heurtera à la mauvaise réputation de Mendelssohn13. La Haskala fera son chemin dans la seconde partie du XIXe siècle14. Faut-il la limiter à l’Allemagne ou l’étendre à toute l’Europe15 ? Grâce à Simon Schwarzfuchs et à Jay Berkovitz16 une véritable Haskala « française » se dessine avec Isaac Pinto, Zalkind Hourwitz, Moses Ensheim, David Zinzheim, Berr Isaac Berr, Aaron Worms, Isaie Berr Bing et Samuel Cahen, elle-même tributaire de l’Allemagne.

  • 17 Sur les enjeux des transferts culturels par la périphérie, cf. Michel Espagne (dir.), Le Prisme du (...)

6Deux cas permettent d’amorcer une réponse : celui de la Suède17 et celui de l’Ukraine.

  • 18 La recherche la plus récente sur cette figure se lit chez Sten Ake Nilsson (Dir.), Drottning Lovisa (...)
  • 19 Tore Frängsmyr, À la recherche des lumières. Une perspective suédoise, trad. Jean-François et Maria (...)
  • 20 Aaron Isaak, Lebenserinnerungen, éd. par Bettina Simon, Berlin, Ed. Hentrich, 1994.
  • 21 Gunnar von Proschwitz, Gustav III par ses lettres, Stockholm, Norstedts, Paris, J. Touzot, 1986, p. (...)
  • 22 Marianne Molander-Beyer (dir.) Comte de Creutz, La Suède et les Lumières. Lettres de France, d’un a (...)
  • 23 Outre le récent Jean Bérenger, Joseph II d’Autriche. Serviteur de l’État, Paris, Fayard, 2007, voir (...)

7Après avoir rencontré à Berlin Moses Mendelssohn, la reine Luise Ulrike de Suède (1720-1782) – la sœur de Frédéric II18 – conseilla à son fils, le roi Gustav III. (1748-1796), d’inviter des juifs afin de servir son royaume. « J’ai eu – lui écrit elle le 4 janvier 1772 – une conversation avec le fameux juif Moses Mendelssohn de près de trois heures et je vous assure que le temps ne m’a pas paru un long moment ». Ce dernier lui répondit le 11 février : « Il est certain que ce serait un grand avantage pour le royaume si des gens aussi industrieux que le sont les juifs pouvaient s’établir ». L’émancipation des juifs, et la Haskala sont encore solidaires des Lumières suédoises19. Aron Isaak (1730-1816) raconte lui-même les péripéties de son arrivée puis de son installation20. Né à Treuenbritzen dans le Brandebourg pas très loin de Berlin il était graveur à Butzow à partir de 1751. Il partira pour la Suède en 1775. Gustav III écrit le 18 août 1781 à Marmontel avec fierté21 : « C’est avec une vraie satisfaction que je puis vous dire que cette nation qui est la mienne et les États de Suède sont les premiers qui viennent par un décret de permettre le libre exercice de toute religion en Suède ». La liberté de religion avait été reconnue par la Diète du 29 janvier 1779 et confirmée en 1781. Le même jour, il en informe fièrement son ambassadeur à Paris, Gustav Philipp, comte de Creutz22. On sait que les premiers décrets de Joseph II inaugurent durant l’été 1781 une nouvelle tolérance dans l’empire austro-hongrois23. La Suède fut bien un des premiers pays à avoir traité les Juifs de manière humaine ! La première synagogue sera inaugurée en 1794 en présence de Gustav III.

  • 24 Rita Bredefeldt, Judiskt liv i Stockholm och Norden :ekonomi, identitet och assimilering 1850-1930, (...)
  • 25 Voir la superbe évocation de Svante Hansson, Den förste Bonnier, Stockholm, Bonnier Fakta, 2004.

8En 1787, ils sont une petite communauté de 150 âmes en Suède. Lorsqu’ils obtiendront l’égalité complète (1870) ils ne seront pas 2000 (1836). C’est à l’évidence un modèle prussien qui s’exerce : Aufklärung « de haut en bas », communauté restreinte, urbaine, fortement éduquée (banquiers, professeurs et médecins) qui vont gravir en deux générations les marches de l’intégration dans la société (luthérienne) de l’Europe du Nord24. L’exemple le plus célèbre étant celui de la famille d’éditeurs Bonnier, toujours active aujourd’hui, issue d’un aïeul de Dresde Gutkind Hirschel25. Rappelons enfin qu’une grande partie du rabbinat suédois est issue de la culture allemande, de Markus Ehrenpreis à Kurt Wilhelm dont on sait les relations anciennes avec la culture suédoise. Il serait fascinant de suivre cette triple « symbiose judéo-germano-suédoise » menant jusqu’à Nelly Sachs en passant par Ernst Cassirer, Hans Joachims Schoeps, Peter Weiss, etc.

  • 26 Dans l’immense littérature, voir Andreas Kappeler, Petite histoire de l’Ukraine, trad. par Guy Imar (...)
  • 27 Voir Ortsfamilienbuch Lemberg/Galizien 1779-1870, édité par le Hilfskomitee der Galiziendeutschen, (...)
  • 28 Delphine Bechtel, « Galizien, Galicja, Galitsye, Halytchyna : le mythe de la Galicie, de la dispari (...)
  • 29 Rappelons que c’est un juif ukrainien Elie Borschak (1891-1958) qui introduisit l’Ukrainien à l’INA (...)
  • 30 La meilleure synthèse est celle de Joseph Karniel, Die Toleranzpolitik Kaiser Josephs II., trad. pa (...)
  • 31 Franz von Kratter, Briefe über den itzigen Zustand von Galizien. Ein Beitrag zur Staatistik und Men (...)
  • 32 Lettre à Ouvarov, octobre 1847, in Claude De Grève (dir.), Le voyage en Russie. Anthologie des voya (...)

9A Lemberg, c’est un tout autre contexte26 : en effet nous sommes toujours à la périphérie, mais dans une ville multiculturelle de l’Empire austro-hongrois. Lemberg est jusqu’en 1918 ville autrichienne. Elle changera plusieurs fois de nom (Leopol, Leopolis, Lwow, L’vov, L’viv), elle est la métropole de plusieurs confessions, catholiques (latins et grecs, arméniens), luthériens, calvinistes, mormons27etc. C’est une ville multiethnique et multiculturelle. Comme la Galicie, elle est devenue un lieu privilégié de la mémoire, après Vienne, Berlin, Budapest, Prague et Cernowitz28 ! Les Juifs qui y résident depuis le XIIIe siècle passeront par plusieurs phases d’identification, autrichienne, polonaise, ukrainienne29, russe, bref toujours du mauvais côté ! La chaîne des édits de tolérance de Joseph II initiée en 1781, s’appliquera en Galicie30 d’abord en 1785 (Judensysteme in Galizien) puis en 1789 (Judenordnung). La communauté juive est ancienne et la plus grosse de l’Empire. La Bukovine y sera ajoutée en 1774. Il y a entre 200 000 et 250 000 juifs31. Ici la Haskala est bien partie aussi de Berlin puisque Herz Homberg était précepteur chez Mendelssohn et collaborateur éphémère de son commentaire de la Bible. Mais nous sommes bien à l’Est et la Haskala, plus orientée vers l’hébreu, devra s’implanter dans un humus bien plus ancien qu’ailleurs. Elle dépasse de beaucoup le joséphisme et l’Aufklärung autrichienne. Si l’université de Lemberg est fondée en 1784, on y enseigne en latin jusqu’en 1824. On compte 150 000 juifs en Galicie en 1772 et 330 000 en 1850, et c’est une des régions les plus pauvres de l’Empire. Balzac qui date sa Lettre sur Kiev de 1847 (publiée en 1927) évoque le « spectre de la Galicie, qui demande l’aumône par tous ses os »32. Rien qu’à Lemberg ils sont 29 500 en 1772 et 212 000 en 1914. La Haskala devra se battre sur deux fronts, le hassidisme et l’orthodoxie, avant d’avoir à lutter contre le sionisme qui pourtant recrutera ses membres précisément chez les maskilim déçus ou impatients. La Galicie est un monde en elle-même autant en butte aux préjugés tant « prussiens » que... « litvaks ». Mais cela commence mal puisque le pauvre Homberg ne pourra convaincre personne, devra non seulement résider dans la partie catholique de la ville mais encore fermer son école modernisatrice, c’est-à-dire allemande et sans enseignement religieux en 1806. L’historiographie continue à le maudire car il existe très peu de recherches sur lui ! Né en 1749, élève d’Ezekiel Landau de Prague, dont l’hostilité à la Haskala était connue. Précepteur chez les Mendelssohn entre 1779 et 1782, il collabore au commentaire de la traduction de la Bible. En 1787, installé à Lemberg, il est responsable de toutes les écoles juives allemandes de Galicie et il en crée plus de... cent. En 1792, il est censeur à Vienne pour toute la littérature juive de la monarchie. Son Bnei Zion (1812) contient l’essence de ses projets. Par le rabbin Jakob Orenstein, Lemberg semblait donc résister à tous les courants novateurs. Il avait anathématisé non seulement l’un des précepteurs de son fils possédant un ouvrage de Mendelssohn, mais encore le « Shir » futur grand rabbin de Prague, Nachman Krochmal, le plus profond philosophe juif du temps, etc. À sa mort en 1839, on se mit en quête d’un successeur et le choix tomba sur Abraham Kohn, né en 1807 à Zalhuza en Bohème et rabbin dans le Tyrol à Hohenems entre 1833 et 1843. Il avait étudié à Prague, à l’université et à la yeschiva, et avait publié des sermons, histoires bibliques et articles savants dans la Wissenschaftliche Zeitschrift für jüdische Theologie. Il officia au Tempel ainsi qu’à la Deutsch-Israelitische Hauptschule, jusqu’au jour fatidique où le forgeron Abraham Ber Pilpel ajouta un peu d’arsenic dans la soupe familiale. Michael Stanislawski a décrit par le menu le meurtre et sa réception dans l’histoire juive, ajoutant que Pilpel, condamné à vingt ans de travaux forcés s’enfuit et rallia... Safed ! Il décrit aussi parfaitement la porosité d’une communauté, des plus conservateurs aux plus novateurs, comment chacun se « bricole » une identité religieuse et culturelle.

10La Haskala devient un phénomène européen et la centralité de Berlin s’estompe. A-t-elle changé de visage ? Est-elle un phénomène transitoire comme le pense Shmuel Feiner ou bien une donnée constante de la culture juive plus ou moins apparente selon les époques, ou selon l’historiographie ultérieure ? Il est difficile aujourd’hui de marquer nettement la limite entre une orthodoxie éclairée qui s’impose ou une Aufklärung pieuse qui sera la matrice de la néo-orthodoxie de Shimshon Raphael Hirsch – torah im derech erets – qui conjugue judaïsme observant et monde moderne. On sait que Mendelssohn fut rapidement très lu dans l’orthodoxie est-européenne, la liste de souscription de sa bible est édifiante, dans tous les sens du terme, et que presque tous les réformateurs viennent d’une tradition qu’ils voulaient plus adapter que détruire. Pour eux, c’était le seul moyen de sauver le judaïsme. L’avenir dira s’ils eurent raison.

11La Haskala est toujours double, vers l’intérieur de la communauté et vers l’extérieur, montrant bien que le judaïsme n’est pas une unité granitique et immuable et n’est pas seul au monde et encore moins autiste. Sa culture, comme toutes les grandes cultures, consiste en un alliage, une sédimentation. Outre une subjectivité, l’identité est aussi générosité.

Haut de page

Notes

1 Michel Stanislawski, A Murder in Lemberg. Politics, Religion and Violence in Modern Jewish History. Princeton, Princeton University Press, 2007.

2 Voir la recension par Tobias Grill, in Jahrbuch für Geschichte Osteuropas 56 (2008), pp. 123-125.

3 La plus récente et complète évocation de cette grande figure est dans Allan Arkush, Alfred L.Ivry et Elliot Wolfson (Dir.), Perspectives on Jewish Thought and Mysticism. Proceedings of the International Conference held by the Institute of Jewish Studies, University College, London 1994, Amsterdam, Harwood Acad. Publ., 1998. Rappelons que sa grande biographie de Moses Mendelssohn date de 1973.

4 Plusieurs ouvrages se sont déjà concentrés sur l’impact de ses recherches tant sur l’orthodoxie que sur la Haskala. Voir Jay M. Harris (dir.), The Pride of Jacob. Essays on Jacob Katz and his Work, Cambridge, Mass. London : Harvard University Press, 2002, et Israel Bartal et Shmuel Feiner (dir.), L’Historiographie réévaluée. Nouvelle lecture de la pensée de Jacob Katz, Jérusalem, 2008 (héb.).

5 Pourtant la littérature secondaire commence a constituer une véritable bibliothèque avec les enquêtes de Michael Albrecht, Eva Engel, David Sorkin, Monika Richarz, Hans Lausch, Ursula Luginbühl-Weber, Daniel Krochmalnik, Willi Goetschel, Moshe Pelli, Christoph Schulte, Adam Stucliffe, Gideon et Gad Freudenthal, Inge et Ingrid Lohmann, Sebastian Panwitz, Maurice-Ruben Hayoun, Steven Loewenstein, Niels Roemer, Shmuel Feiner, Edward Breuer, Jonathan Hess, Allan Arkush, Arnold Eisen, Andreas Kennecke, ainsi que différents centres d’études, Potsdam, Hambourg, Wolfenbüttel, Duisbourg, etc. et, bien sûr, le Leo Baeck Institute (Jérusalem, Londres, New York).

6 Voir l’excellente synthèse chez Werner Schneiders (dir.), Les Lumières en Europe : unité et diversité, Berlin, Berliner Wissenschafts-Verlag, 2003.

7 Cf. les travaux de Sebastian Hensel, Jacques Ehrenfreund, Liliane Weinberg.

8 Jacob Katz, Hors du ghetto : l’émancipation des juifs en Europe (1770-1870), trad. de Jean-François Sené, Paris, Hachette, 1984.

9 Ingrid Lohmann, Jüdische Bildungsgeschichte in Deutschland, Münster,Waxmann, 2001 sq. (sept volumes parus).

10 Biographisches Handbuch der Rabbiner, Michael Brocke et Julius Carlebach (dir)., deux vol. , I, Die Rabbiner der Emanzipationszeit in den deutschen, böhmischen und großpolnischen Ländern 1781-1871, Carsten Wilke (Dir), Munich, Saur, 2002. Voir aussi Jean-Philippe Chaumont et Monique Lévy (dir.), Dictionnaire biographique des rabbins et autres ministres du culte israélite : France et Algérie du Grand Sanhédrin (1807) à la loi de Séparation (1905), Paris, Berg, 2007.

11 Voir par exemple la superbe monographie d’Andreas Kennecke, Isaac Euchel. Architekt der Haskala, Göttingen, Wallstein, 2007 et les Mendelssohn Studien, Berlin, Duncker & Humblot, 15 volumes parus.

12 On trouvera une remarquable et élégante présentation de toute cette galaxie chez Moshe Pelli, The Age of Haskalah. Studies in Hebrew Literature of the Enlightenment in Germany, Leiden, Brill, 1979, 2nde éd. Lanham, Univ. Press of America, 2006, et Christoph Schulte, Die Jüdische Aufklärung, Philosophie, Religion, Geschichte, Munich, Beck, 2002.

13 Ludwig August Frankl, Nach Jerusalem, Leipzig, Nies., 1858, vol. II, pp. 80, 160.

14 Shmuel Feiner, « Towards a historical definition of the Haskalah » in id., New Perspectives (cf. note suivante).

15 Shmuel Feiner, Haskala Jüdische Aufklärung. Geschichte einer kulturellen Revolution, trad. de l’hébreu par Anne Birkenhauer, New York/ Hildesheim, Olms, 2007, (or. hébr.2002) et les recueils d’articles sous sa codirection, avec David Sorkin (dir.) New Perspectives on the Haskalah, London Portland, Littman Library of Jewish Civilization, 2001 et avec Israel Bartal (Dir.), Les variétés de la Haskala. Nouvelles recherches sur l’histoire de la Haskala et son époque, Jérusalem, 2005 (héb.).

16 Jay R. Berkowitz, Rites and Passages. The Beginnings of Modern Jewish Culture in France, 1650-1860, Philadelphia Pa., University of Pennsylvania Press, 2004.

17 Sur les enjeux des transferts culturels par la périphérie, cf. Michel Espagne (dir.), Le Prisme du Nord. Pays du Nord, France, Allemagne (1750-1920), Tusson, Du Lerot, 2006 et le classique Hugo Valentin, Judarnas historia i Sverige, Stockholm, Bonnier, 1924, rééd. 2004.

18 La recherche la plus récente sur cette figure se lit chez Sten Ake Nilsson (Dir.), Drottning Lovisa Ulrika och Vitterhetsakademien, Stockholm, Kungl. Vitterhets historie och antikvitets akademien, 2003.

19 Tore Frängsmyr, À la recherche des lumières. Une perspective suédoise, trad. Jean-François et Marianne Battail, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1999 (or. Uppsala 1993).

20 Aaron Isaak, Lebenserinnerungen, éd. par Bettina Simon, Berlin, Ed. Hentrich, 1994.

21 Gunnar von Proschwitz, Gustav III par ses lettres, Stockholm, Norstedts, Paris, J. Touzot, 1986, p. 222.

22 Marianne Molander-Beyer (dir.) Comte de Creutz, La Suède et les Lumières. Lettres de France, d’un ambassadeur à son Roi (1771-1783), Paris, M. de Maule, 2006, p. 465.

23 Outre le récent Jean Bérenger, Joseph II d’Autriche. Serviteur de l’État, Paris, Fayard, 2007, voir les deux volumes de Peter F. Barton (dir.), Im Lichte der Toleranz :Aufsätze zur Toleranzgesetzgebung des 18. Jahrhunderts in den Reichen Joseph II., ihren Voraussetzungen und ihren Folgen, Vienne, Institut für protestantische Kirchengeschichte, 1981.

24 Rita Bredefeldt, Judiskt liv i Stockholm och Norden :ekonomi, identitet och assimilering 1850-1930, Stockholm, Stockholmia förl., 2008.

25 Voir la superbe évocation de Svante Hansson, Den förste Bonnier, Stockholm, Bonnier Fakta, 2004.

26 Dans l’immense littérature, voir Andreas Kappeler, Petite histoire de l’Ukraine, trad. par Guy Imart, préf. par Daniel Beauvois, Paris, Inst.d’Études slaves, 1997 et John Czaplicka (Dir.), Lviv. A City in the Crosscurrents of Culture, Cambridge, Mass., Harvard Univ. Press, 2002 (Harvard Ukrainian Studies 24, 2000) et aussi l’excellente Anthologie de la littérature ukrainienne du XIXe au XXe siècle, Paris-Kiev, 2004, publiée sous les auspices de la « Société scientifique Sevcenko en Europe ». Outre Michael Stanislawski (cf. note 1), très détaillé, Haim Gartner, Le rabbinat et les juges en Galicie dans la première partie du XIXe siècle, Ph. D. Jerusalem 2004 (héb.).

27 Voir Ortsfamilienbuch Lemberg/Galizien 1779-1870, édité par le Hilfskomitee der Galiziendeutschen, remis à jour en janvier 2008, six volumes.

28 Delphine Bechtel, « Galizien, Galicja, Galitsye, Halytchyna : le mythe de la Galicie, de la disparition à la résurrection (virtuelle) » in Cultures d’Europe Centrale 4 (2004), Paris, Publications de la Sorbonne, pp. 56-77 et Omer Bartov, Erased. Vanishing Traces of Jewish Galicia in present-day Ukraine, Princeton, Princeton Univ. Press, 2007.

29 Rappelons que c’est un juif ukrainien Elie Borschak (1891-1958) qui introduisit l’Ukrainien à l’INALCO en... 1938 ! Voir les notices d’Emile Kruba in Pierre Labrousse (dir.), Langues’O. 1795-1995. Deux siècles d’histoire de l’École des Langues Orientales, Paris, Ed. Hervas, 1995, pp. 192-193.

30 La meilleure synthèse est celle de Joseph Karniel, Die Toleranzpolitik Kaiser Josephs II., trad. par Leo Koppel, Gerlingen, Bleicher, 1986 (or. hébr. 1985).

31 Franz von Kratter, Briefe über den itzigen Zustand von Galizien. Ein Beitrag zur Staatistik und Menschenkenntnis, Leipzig, Wucherer, 1786, vol. II, pp. 22-59.

32 Lettre à Ouvarov, octobre 1847, in Claude De Grève (dir.), Le voyage en Russie. Anthologie des voyageurs français aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Laffont, 1990, p. 685.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Bourel, « De Stockholm à Lemberg : les voyages de la Haskala berlinoise », Revue germanique internationale [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/365

Haut de page

Auteur

Dominique Bourel

Directeur de Recherche, CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page