Navigation – Plan du site

« Mir geht nichts über Mich ! ». La critique paradoxale de l’idéal religieux chez Max Stirner

Yannis Constantinidès
p. 175-193

Résumés

Ludwig Feuerbach et Max Stirner, qui ont tous deux connu leur heure de gloire au début des années 1840, souffrent depuis de la plate lecture téléologique de l’histoire de la philosophie : Feuerbach est réduit au rang peu flatteur de « chaînon intermédiaire » entre Hegel et Marx, et Stirner considéré à tort comme le précurseur de l’anarchisme. Or, la réfutation que l’auteur de L’Unique et sa propriété fait de l’humanisme feuerbachien ne s’éclaire vraiment que si l’on envisage le détail de son argumentation, qui ne diffère au fond que formellement de celle des autres Jeunes Hégéliens. La radicalité de la démarche de Stirner se situe ailleurs, dans la critique qu’il fait des préjugés moraux, et plus généralement de tout ce qui est « au-dessus de moi ». Le moi, créateur et créature à la fois, n’est plus lié par rien, pas même par sa propre parole. Mais cela ne revient-il pas en fin de compte à l’ériger en fondement absolu, malgré l’affirmation répétée de son caractère éphémère ? Stirner ne renoue-t-il pas, à son corps défendant, avec l’exaltation chrétienne de l’individu « unique, incomparable », comme le lui reprochera justement Feuerbach ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ludwig Feuerbach, « L’Essence du christianisme » dans son rapport à « L’Unique et sa propriété », § (...)

« Qu’est donc ton moi “unique, incomparable”,
ton moi par conséquent asexué, sinon un reste non
digéré de l’ancien surnaturalisme chrétien ? »
Feuerbach1

  • 2 Henri Arvon, Aux sources de l’existentialisme : Max Stirner, Paris, PUF, coll. « Épiméthée », 1954. (...)
  • 3 L’idée que Stirner aurait exercé une influence secrète sur la pensée de Nietzsche est un véritable (...)
  • 4 La formule est d’Albert Lévy et s’applique à Mackay (cf. Stirner et Nietzsche, Paris, Société nouve (...)
  • 5 Bernd A. Laska, Max Stirner. Parerga, Kritiken, Repliken, Nürnberg, LSR-Verlag 1986.

1Malgré un certain regain de faveur ces dernières années, surtout dans les milieux anarchistes, Max Stirner n’est toujours pas considéré comme un philosophe à part entière. La monographie, datée mais sérieuse, que lui a consacrée Henri Arvon2 est ainsi restée sans lendemain ; s’il arrive que l’on traite de lui, c’est surtout en sa qualité supposée de précurseur de Marx, de Bakounine ou encore de Nietzsche3. Ce désintérêt des professionnels de la philosophie tranche avec le zèle surprenant de « disciples fanatiques4 », comme John Henry Mackay, l’infatigable archi-évangéliste qui a tiré son œuvre de l’oubli à la fin du XIXe siècle, ou Bernd Laska de nos jours. Ce dernier, éditeur des petits écrits de Stirner5 et auteur de la curieuse thèse d’une « réception clandestine » de sa pensée, n’hésite d’ailleurs pas à le placer bien au-dessus de Nietzsche pour ce qui est de la valeur philosophique. Certes, la réévaluation d’une philosophie ne va pas sans exagération de son importance, mais ce dévouement aveugle et total à « l’Unique » de la part de ses rares apôtres n’est pas sans étonner : quel sens y a-t-il à être stirnérien, sachant que cela contredit le devoir d’originalité absolue que Stirner fait à tout un chacun ? N’est-ce pas pour l’ancien « possédé » troquer une forme d’aliénation pour une autre ? Ne faut-il pas au contraire commencer par le renier pour être réellement fidèle à l’esprit de son œuvre ?

  • 6 La littérature secondaire est ainsi des plus maigres, les inconditionnels de Stirner y voyant même (...)
  • 7 Cf. Max Stirner, L’Unique et sa propriété et autres écrits, tr. fr. P. Gallissaire et A. Sauge, Lau (...)

2Si elle est difficile à justifier, la posture défensive, pour ne pas dire réactive, des disciples de Stirner s’explique par l’absence de nuance qui caractérise la plupart des critiques qui lui ont été adressées – cela quand on lui fait l’honneur de le réfuter, ce qui n’est pas courant6. Il semble même que l’on se sente toujours obligé de retourner contre lui ses principales armes : l’irrévérence et la raillerie. La lourde ironie que déploient Marx et Engels dans l’interminable partie de L’Idéologie allemande (1845, publiée en 1932 seulement) dirigée contre « Saint Max » en fournit l’exemple canonique. Même si ce sourd et pénible écho de L’Unique a l’indéniable mérite de commenter mot à mot son modèle et repoussoir, le procédé facile visant à systématiquement ridiculiser l’adversaire qu’il s’agit de « liquider » dissimule mal la faiblesse de la critique condescendante de « l’égoïsme petit-bourgeois » de Stirner. Même si elle prend pour alibi son ignorance de la réalité économique, cette critique au fond morale ne saurait l’atteindre, puisque L’Unique se moque d’avance des cris d’orfraie des belles âmes scandalisées par l’égoïsme coupable de celui qui foule aux pieds le devoir d’altruisme et de solidarité, quelle que soit la forme sous laquelle on le prêche. La future société communiste est ainsi décrite sous les traits peu flatteurs d’une « société de gueux » (Lumpengesellschaft) niveleuse, plus destructrice encore de la libre individualité que la société bourgeoise qu’elle rêve de supplanter7. Son farouche égoïsme de « propriétaire » décomplexé interdit de même de voir en Stirner un individualiste anarchiste, comme on a pris l’habitude de le faire. Même s’il rejette toute forme d’autorité et met en avant le caractère souverain de l’individu, il réprouverait à coup sûr la morale anarchiste telle que la formule un Kropotkine par exemple, une morale de l’entraide et de la justice sociale pas aussi affranchie de l’idéalisme religieux qu’elle le prétend. Les anarchistes qui voient en lui un précurseur ou simplement une référence incontournable ont tendance à ne retenir de son œuvre que sa critique de l’aliénation de l’individu ou de l’oppression étatique sans tenir compte de ce qui la fonde, à savoir le rejet viscéral de tout idéal collectif.

  • 8 Cf. Henri Arvon, « L’actualité de la pensée de Max Stirner » [in] Diederik Dettmeijer (éd.), Max St (...)
  • 9 Voir mon article sur « Le messianisme athée de Karl Marx », à paraître dans l’Hommage à Francis Kap (...)
  • 10 Le Gai Savoir, § 124.
  • 11 On a souvent remarqué que le découpage de l’ouvrage en deux parties (« L’Homme », « Moi ») parodiai (...)

3Stirner se montre en effet plus conséquent que ces frères ennemis que sont les communistes et les anarchistes en ne proposant aucun idéal de substitution, ni improbable phalanstère ni hypothétique « règne de la liberté8 ». Sa dialectique toute négative s’arrête au particulier et rejette toute réconciliation autre qu’avec soi. Il discrédite ainsi par avance un messianisme athée tel que celui de Marx9. D’où l’intérêt d’étudier enfin pour elle-même, de manière dépassionnée et attentive au détail de son argumentation sinueuse, cette pensée décapante et sans concession. L’Unique et sa propriété est certes un ouvrage déroutant, parfois confus, très souvent répétitif – l’affirmation de l’unicité du moi y est obsessionnelle –, mais il faut tout de même reconnaître la force suggestive de sa réfutation de l’idéalisme. Contrairement à ce que dira Marx au début de la Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel, Stirner ne pense pas que la critique de la religion soit « pour l’essentiel achevée » avec Feuerbach. Avant de songer substituer à la « critique du ciel » une « critique de la terre », reste justement l’essentiel à réaliser, c’est-à-dire le dépassement de la morale, qui est le moteur véritable de l’idéal religieux. Les « ombres de Dieu », comme les appellera Nietzsche10, survivent en effet à sa mort et continuent de planer sur les aspirations terrestres, les orientant secrètement. Tout l’effort de Stirner consiste à faire prendre conscience de cette aliénation subtile du cœur et de l’esprit, d’autant plus redoutable qu’elle n’est pas perçue comme telle, puisqu’on se croit définitivement guéri de l’illusion religieuse. Pour bien saisir le sens de cette critique de l’idéalisation inconsciente, il faut commencer par situer précisément Stirner au sein de la nébuleuse jeune-hégélienne dont il fut le fossoyeur. Il reste pourtant un Jeune Hégélien typique par sa manière d’argumenter et surtout de convaincre d’abstraction ses adversaires. Comme Feuerbach est la principale cible de L’Unique11, il convient de faire la lumière sur leur opposition après avoir au préalable souligné la spécificité de la critique que Stirner fait de l’idéal en général. Cette critique, d’une extrême lucidité, est-elle d’ailleurs aussi radicale qu’il le prétend ? Le noyau du moi, qu’elle laisse subsister comme seule réalité, n’est-il pas un de ces « fantômes » qui hantent notre esprit, nous privant ainsi de liberté ? Nous tâcherons de montrer qu’en faisant de l’autonomie pourtant illusoire du moi l’ultime rempart contre l’aliénation, Stirner reste à l’intérieur du « cercle magique du christianisme » qu’il s’était pourtant méthodiquement employé à briser.

Stirner, un Jeune-Hégélien tout à fait à part ?

4Même si elle fit l’effet d’une bombe, la parution de L’Unique fin 1844 doit être considérée comme l’aboutissement somme toute logique de la critique de l’aliénation religieuse du début des années 1840, époque d’une invraisemblable effervescence intellectuelle. Stirner y prend certes nettement ses distances avec les autres Freien de la gauche hégélienne, qu’il retrouvait régulièrement dans le bar à vin de Hippel et qu’il s’amusait à écouter refaire le monde, jugeant déjà leur enthousiasme révolutionnaire bien naïf, mais il met tout de même à profit le travail préparatoire de ses camarades et prédécesseurs. Toute interprétation de la pensée stirnérienne qui fait abstraction de ce contexte théorique reste ainsi superficielle. Loin d’être un cri de révolte sans précédent et condamné à rester sans lendemain, L’Unique est en effet l’expression mûrement réfléchie d’un profond ras-le-bol, d’une froide colère, comme le montrent les courts textes qui l’ont précédé et qui annoncent clairement son intention d’en découdre avec tout ce qui entrave l’appropriation de soi. Bien qu’il affirme fièrement ne fonder sa cause sur rien, il ne cesse en réalité de discuter les thèses des autres Jeunes Hégéliens, tout particulièrement l’humanisme feuerbachien, sa bête noire.

  • 12 Moses Hess, la philosophie, le socialisme (1836-1845), Paris, PUF, coll. « Philosophie d’aujourd’hu (...)

5Or, il n’y a rien de plus caractéristique du mouvement jeune-hégélien que ce procédé du renversement ironique des positions de l’adversaire, dont Marx abuse par exemple dans L’Idéologie allemande. Cette surenchère permanente de la part des uns et des autres donne parfois le sentiment d’assister à un concours de radicalité spéculative, chacun prétendant révéler la vérité que l’autre trahirait bien malgré lui. Gérard Bensussan a en ce sens parfaitement raison d’écrire que « dans ce chassé-croisé d’affrontements critiques (Marx, Engels, Hess, Feuerbach et même Szeliga contre Stirner mais aussi Marx, Engels, Hess contre Feuerbach et Stirner ou encore Stirner contre Feuerbach et ses autres censeurs-recenseurs Hess et Szeliga), les positions, tantôt investies et tantôt désertées, des uns et des autres ne sont pas facilement reconnaissables. Feuerbach y représente à coup sûr un carrefour où se croisent et par où se distribuent, par attraction et/ou répulsion, des enjeux théoriques dont Stirner est comme le point de focalisation et de grossissement politique12 ». Les choses se compliquent encore si l’on renonce une fois pour toutes à la plate lecture téléologique, qui considère comme allant de soi la thèse d’une réfutation de Feuerbach par Stirner ou celle d’un dépassement de Feuerbach et Stirner par Marx. Il convient en réalité de se montrer plus prudent au moment de compter les points entre les différents protagonistes de cette joyeuse foire d’empoigne. S’agissant plus particulièrement de Stirner, il faut commencer par mesurer l’ampleur de sa dette envers Feuerbach (et donc déjà envers Hegel) pour mieux comprendre sa position tranchée, les Jeunes Hégéliens étant en règle générale des héritiers ingrats, décidés à tuer le père.

  • 13 On en trouve une traduction française, due à André Sauge, dans le recueil de textes de et sur Stirn (...)

6Stirner, en bon représentant de la gauche hégélienne, prétend mettre au jour les tendances radicales du système de Hegel, occultées et étouffées par les hégéliens modérés comme Rosenkranz ou Gabler. Le temps n’est plus aux demi-mesures, comme le souligne avec force son éloge du texte tapageur de Bruno Bauer, « À propos de la Trompette du jugement dernier13 », qui justifie son fanatisme de la destruction par la nécessité d’en finir avec la lecture officielle et consensuelle de la philosophie hégélienne de la religion :

  • 14 À propos de la Trompette du jugement dernier, op. cit., p. 23.

Qu’est-ce qui ne devrait encore s’accommoder, s’aplanir, se réconcilier ? Nous avons assez longtemps souffert de cette bonne entente et de cette douceur, nous nous sommes imaginés jusqu’au dégoût qu’au plus intime de nous-mêmes nous n’étions pas si déchirés et que nous n’avions qu’à nous expliquer, et nous avons passé le plus beau de notre temps en d’inutiles tentatives de conciliation ou de concordats14.

  • 15 Ibid., p. 25.
  • 16 Thèse d’abord soutenue par Victor Basch dans L’Individualisme anarchiste : Max Stirner (Paris, Féli (...)

7Stirner félicite Bauer d’avoir dévoilé « les côtés dangereux du système hégélien », mais ne s’attache guère à commenter en détail l’ouvrage dont il est censé rendre compte. Il semble surtout pressé de voir en Hegel, malgré les apparences, un secret précurseur de l’égoïsme, de l’autosuffisance de l’individu. Il n’hésite pas ainsi à lui attribuer « la doctrine que personne n’a à chercher le salut en dehors et au-dessus de soi, mais que chacun est son propre rédempteur et sauveur15 ». Si l’on se refuse à édulcorer plus longtemps son enseignement, l’on devrait en toute rigueur cesser de faire de son système le pendant rationnel de la théologie chrétienne pour prendre conscience de l’athéisme radical qui le sous-tend. Le refus de toute médiation est ici décisif car il traduit déjà la volonté de l’individu de ne plus dépendre de Dieu ou de toute autre autorité extérieure, mais de vivre enfin pour lui-même. La thèse séduisante et assez répandue selon laquelle Stirner serait « l’Anti-Hegel »16 ne résiste donc pas à un examen approfondi, le futur auteur de L’Unique, qui a suivi en 1827 les cours de Hegel sur la philosophie de la religion, se présentant d’emblée comme foncièrement fidèle à l’enseignement ésotérique du maître berlinois. L’abîme qui sépare le farouche défenseur de la particularité du grand penseur de l’Absolu ne serait en ce sens qu’apparent, simple erreur de perspective due aux lectures partisanes de Hegel.

8Ce qui est en revanche certain, c’est que Stirner n’est pas le premier Jeune Hégélien à prétendre dévoiler les intentions cachées de Hegel et réaliser lui-même la véritable finalité de sa philosophie. Rien n’est plus courant à cette époque que d’user du hégélianisme comme d’une arme de guerre contre les opinions molles et mesurées. Mais la révolte de Stirner est sans doute l’expression la plus extrême du radicalisme philosophique en vogue au début des années 1840 et qui devait conduire à la Révolution de 1848. On comprend dès lors que le jusqu’auboutisme de son ouvrage ait surpris même les champions de la gauche hégélienne, pourtant habitués aux polémiques véhémentes. Feuerbach, le premier visé, hésita ainsi longtemps sur la réponse à apporter à une critique dont il reconnaissait volontiers la force et en partie aussi le bien-fondé. C’est que Stirner, fidèle à son mot d’ordre de l’appropriation sauvage, n’hésite pas à faire siens certains traits caractéristiques de la pensée de ses adversaires pour les retourner ensuite contre eux, ce qui leur donne la désagréable impression de se réfuter eux-mêmes. Il emprunte notamment beaucoup à Feuerbach, sans le dire bien entendu, ce qui rend particulièrement perverse sa critique féroce de l’humanisme feuerbachien. Là par exemple où Feuerbach remarque que l’homme doit s’appauvrir pour enrichir Dieu, Stirner déplore pour sa part que l’enrichissement de l’humanité ait pour prix l’appauvrissement (au sens propre aussi !) de l’individu. La Préface à la seconde édition de L’Essence du christianisme voyait dans la religion chrétienne une « idée fixe » incompatible avec le monde moderne ? L’Homme abstrait de Feuerbach ira bientôt rejoindre l’« armée d’idées fixes » que véhicule le langage selon Stirner... Même un des aspects les plus novateurs de L’Unique, sa critique de l’au-delà en nous, qui fait de lui un précurseur du Surmoi freudien, ne lui est pas propre ; on la trouve déjà dans un célèbre texte programmatique de Feuerbach :

  • 17 Ludwig Feuerbach, Nécessité d’une réforme de la philosophie [in] Pour une réforme de la philosophie(...)

Si nous concevons un être distinct de l’homme pour principe et être suprêmes, alors la distinction de l’abstrait et de l’homme demeurera condition permanente de la connaissance de cet être, et nous n’atteindrons jamais à l’unité immédiate avec nous-mêmes, avec le monde, avec la réalité ; pour accéder au monde, nous devrons passer par un autre, un tiers, nous aurons toujours un produit au lieu du producteur ; nous aurons un au-delà qui, pour n’être plus hors de nous, sera néanmoins en nous17.

9On pourrait multiplier les exemples de tels arguments ad hominem, qui font tout le talent de caricaturiste de Stirner. La finalité de maints passages décousus de son ouvrage (sur l’amour comme idéal par exemple) semble être simplement de réagir à tel ou tel aspect de la philosophie feuerbachienne. À y regarder de plus près, l’originalité de L’Unique et sa propriété réside en effet plus dans sa forme inhabituelle (incessants jeux de mots, nonchalance affichée, etc.) que dans son fond, fait de pièces rapportées. Cela n’ôte évidemment rien à la valeur de ce surprenant texte en miroir – miroir cruel, qui se délecte à révéler les défauts de pensées jugées dogmatiques malgré leur ambition révolutionnaire. Stirner pousse le mimétisme jusqu’à reprendre à son compte ou à sa façon l’idée feuerbachienne d’une réalisation de l’essence dans l’existence concrète, sensible. Il s’agissait déjà pour Feuerbach de dépasser l’abstraction de l’Esprit absolu et d’accomplir pratiquement le programme hégélien de réappropriation de soi. Stirner lui rend pour ainsi dire la monnaie de sa pièce en trouvant son accomplissement encore trop abstrait et en s’essayant à son tour à la réalisation de ce programme. Feuerbach joue de la sorte dans la pensée stirnérienne exactement le même rôle que Hegel dans la sienne. Reste à savoir si le moi unique est réellement l’aboutissement ultime et concret de cette tortueuse dialectique négative.

  • 18 Stirner considère par exemple la Révolution française comme un de ces détours parce qu’elle a fait (...)

10Stirner voit en tout cas dans l’égoïsme devenu conscient le fin mot de l’Histoire. Le long processus de désaliénation de l’homme conduirait ainsi, non sans force détours18 et coupables régressions dues précisément aux fausses réalisations du désir d’indépendance, à l’Unique, affranchi de tout lien extérieur. Il n’est pas indifférent à cet égard de rappeler que Stirner souscrit à la thèse hégélienne d’une rationalité historique se reflétant dans les différents âges de la vie. Le triomphe final de l’égoïsme correspond pour l’individu à l’âge mûr, où l’idéalisation n’a plus lieu d’être. Le prétendu athéisme des philosophes de son époque lui semble dans ces conditions être l’ultime obstacle sur le chemin du moi vers la liberté véritable, sa dernière tentation en quelque sorte. Pour résister à la tendance naturelle à idéaliser la liberté, Stirner en donne délibérément une définition immédiate et terre à terre. Quelle meilleure démystification en effet que l’identification de la liberté à la propriété (de soi), sachant que l’on s’empressera de lui reprocher de la réduire à un besoin matériel ?

11On imagine aisément le cynique Stirner se gausser de tels aveux involontaires d’idéalisme persistant de la part des ennemis déclarés du christianisme, ceux qu’il appelle avec bonheur les athées pieux. Il s’accorde certes avec Feuerbach pour dénoncer la collusion de la philosophie moderne et de la théologie, sauf qu’il le range lui-même parmi les théologiens inconscients de l’être. C’est que la critique de la religion conforte l’aliénation au lieu d’y mettre fin tant qu’elle n’est pas complétée par une critique de la morale, et notamment du besoin infantile d’idéaliser. Il est en ce sens plus dangereux pour l’individu de se croire libre que de savoir qu’il est aliéné parce qu’il se sacrifie alors de plein gré à son idéal de liberté. Ce n’est donc pas par simple goût du paradoxe que Stirner réserve ses plus dures critiques à la liberté de penser, chère à Kant et à Fichte, ou à la prétendue liberté de la presse. Toute liberté qui suppose des médiations ou qui a besoin d’être défendue est à ses yeux une liberté formelle, abstraite, en un mot aliénante.

  • 19 L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 118, tr. modifiée.
  • 20 Cf. L’Essence du christianisme, 1re partie, chap. 8, tr. fr. J.-P. Osier, Paris, Maspero, 1968, p.  (...)

12Il y a en somme autant de « possédés » que de « fantômes », c’est-à-dire d’idéaux religieux plus ou moins sécularisés et, surtout, dûment intériorisés. Cette intériorisation des contraintes morales, qui compromet l’équilibre psychique, n’est pas non plus sans danger pour le corps. Dans une frappante métaphore physiologique, Stirner évoque ainsi l’inflammation ganglionnaire (Drüsenkrankheit) que la consommation de « la meilleure graisse » (das beste Fett) de la religion provoque chez les gens moraux19. On retrouve ici l’idée feuerbachienne que le besoin de croire, qui mobilise l’essentiel de notre énergie vitale, la détournant de son expression naturelle, est fondamentalement pathologique20. Tout comme Feuerbach voyait en Dieu une manière indirecte pour l’homme de s’affirmer à travers la négation de ses limites sensibles, Stirner réduit l’idéalisme à l’aspiration encore confuse au Moi accompli, sûr de lui :

  • 21 L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 356, tr. modifiée.

Que pourrait bien être l’idéal, sinon ce Moi toujours cherché et toujours lointain ? Qui se cherche ne se possède pas encore, il aspire à ce qu’il doit être – et, par conséquent, ne l’est pas. Nous vivons dans la nostalgie, nous avons vécu des siècles et des siècles en elle et dans l’espérance ! C’est tout autrement que l’on vit dans – la jouissance21.

13La transcendance apparaît de la sorte comme un détour non seulement coûteux, mais surtout inutile pour celui qui désire au fond seulement coïncider avec son être propre. Stirner prend visiblement un malin plaisir à opposer au romantisme morbide de l’idéal (vague aspiration à l’absolu, nostalgie et espérance émollientes) l’éloge trivial de la jouissance personnelle (Selbstgenuss). Cette notion-clé de « jouissance », comme du reste celle de « propriété » (Eigentum), est volontairement ambiguë, Stirner se délectant à l’avance des réactions indignées des censeurs qui ne manqueront pas de lui reprocher son hédonisme et son égoïsme étriqués. Mais il s’agit avant tout de jouir immédiatement de soi plutôt que de reporter indéfiniment le moment d’être pleinement ce que l’on est.

14La dialectique stirnérienne, très librement inspirée de Hegel, s’achève ainsi en queue de poisson : non seulement l’aliénation n’est pas un moment nécessaire de la réalisation de soi, mais elle est l’obstacle qu’il faut impérativement lever pour redevenir ce que l’on était au départ. Contrairement à Nietzsche, Stirner n’appelle nullement au dépassement de soi :

À la sentence chrétienne : « Nous sommes tous des pécheurs », j’oppose celle-ci : Nous sommes tous parfaits ! Car nous sommes à chaque instant tout ce que nous pouvons être, et rien ne nous oblige jamais à être davantage.

  • 22 Stirner l’exprime en termes plaisants dès le début de son ouvrage : « Homme, ta tête est hantée ! T (...)

15Ce sont les autres, à travers les idéaux qu’ils nous inculquent dès l’enfance, qui nous empêchent d’être réellement ce que nous sommes. La véritable aliénation n’est pas celle de l’Esprit dans la nature, comme chez Hegel, mais bien au contraire l’aliénation mentale22 de celui qui est déchu de son innocence native par le péché originel et dépossédé de sa libre personnalité par le dressage moral. On ne peut donc se fier qu’à soi, tout autre que moi étant une menace pour mon intégrité et tout idéal une prison dorée. On comprend mieux dès lors la farouche déclaration d’indépendance qu’est L’Unique, et ce « cri de guerre », qui peut à première vue paraître bien puéril : « Pour Moi, il n’est rien au-dessus de Moi ! » (Mir geht nichts über Mich!) Lorsqu’on écarte tous les voiles trompeurs et qu’on supprime les attributs en apparence gratifiants, il ne reste en effet que le moi, dans sa nudité première et son absence totale de déterminations. La « perfection » dont parle Stirner n’est pas celle, éternelle et immobile, de l’essence, mais est plutôt synonyme de complétude, d’autosuffisance. Einzigkeit et Eigenheit sont des notions étroitement liées : être « unique », c’est n’appartenir qu’à soi. La désaliénation de l’individu souverain passe ainsi par le rejet de toute essence qui trônerait au-dessus de lui, de tout « über Mir », formule rituelle désignant les diverses expressions possibles de l’idéal.

  • 23 Cf. L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 225, tr. modifiée : « Mais, comme il (l’Homme) n’est en (...)
  • 24 Ibid., p. 126 : « La morale a vaincu – le changement de maître est consommé. »
  • 25 Ibid., p. 119.

16L’égoïste sans principes ni attaches fait figure de « monstre » (Unmensch) comparé au Mensch idéalisé de Feuerbach, qui est une sorte de « second Moi », venant s’ajouter au premier tel un idéal du moi23. Le principal reproche fait à l’auteur de L’Essence du christianisme est d’avoir sécularisé l’idéal chrétien de perfectibilité morale en faisant de la réappropriation de son essence humaine un but et un horizon pour l’individu. Celui-ci ne fait en somme que changer de maître24, lorsqu’il troque la religion pour la morale ; sa servitude n’en est d’ailleurs que plus grande puisqu’elle devient volontaire et même enthousiaste en s’intério-risant. C’est cette critique de la transcendance chassée du ciel et prenant refuge dans l’immanence25 qui constitue l’apport véritablement original de l’ouvrage de Stirner. Il faut en mesurer toute la force avant de montrer le caractère paradoxal de ce qui la fonde ultimement.

L’immoralisme réactif de Stirner

  • 26 Ibid., p. 39.
  • 27 Ibid., p. 44.

17La crainte d’être aliéné est le premier moteur de la critique stirnérienne des principes moraux. Cette hantise est déjà particulièrement manifeste dans Le faux principe de notre éducation (1842), le plus significatif des petits écrits qui précèdent L’Unique. Stirner y pourfend le dressage moral qui interdit à la libre personnalité de se former, l’étouffant pour ainsi dire dans l’œuf. Qu’elle soit humaniste ou réaliste, l’éducation de masse réprime en effet la spontanéité de l’individu, brisant son « bon fond d’indiscipline26 » et le modelant au gré des valeurs dominantes. À cette « imprégnation de l’intention morale27 » dès le plus jeune âge, Stirner oppose une éducation personnelle destinée à fortifier chez l’enfant l’instinct de liberté et la force de la volonté. Toute l’ambiguïté de l’éducation négative se retrouve dans cette « pédagogie » anti-intellectualiste, qui se refuse à endoctriner l’enfant, censé se suffire déjà à lui-même, tout en demandant aux parents de lui tenir front. Il s’agit en somme pour eux de lui opposer leur propre liberté sans avoir la faiblesse de lui imposer une autorité qui lui paraîtrait forcément arbitraire. Si le moi est d’emblée créateur de soi, pourquoi a-t-il besoin de résistance pour s’affirmer pleinement ? Ne peut-il se poser qu’en s’opposant ? De l’aveu même de Stirner, le noyau authentique de l’être ne surgit que par réaction à l’aliénation qu’il ressent. C’est le conflit des volontés qui est en réalité créateur : l’acte fondateur du moi semble ainsi être sa révolte contre l’influence morale, qu’il rejette d’abord spontanément avant d’y voir une sorte de mécanisme de défense salvateur.

18Quoi qu’il en soit, tout se joue dès la plus tendre enfance : ou bien on implante l’esprit de soumission, ou bien on laisse la liberté naturelle grandir et s’affirmer. Il va de soi que le moi naissant ne peut encore se protéger efficacement de l’éducation répressive qui cherche à le fixer et à le figer ; il lui faut paradoxalement compter sur l’aide désintéressée d’adultes viscéralement opposés au dressage moral. Il est donc à craindre que l’aliénation soit inéluctable sans un guide, un professeur d’égoïsme. Stirner, qui joue volontiers ce rôle d’éveilleur de conscience dans Le faux principe de notre éducation, est forcé d’admettre que seul l’âge mûr peut lutter à armes égales contre l’autorité par nature abusive. Il serait sinon inutile de proposer une éducation « personnaliste », destinée à forger le caractère ; le moi serait totalement réfractaire à tout conditionnement, il n’aurait pas besoin de prendre conscience de son état d’aliénation pour s’y opposer. Il faut donc éduquer l’esprit de révolte pour ne pas en rester à l’indiscipline innée, qui ne résiste qu’un temps au dressage.

  • 28 Stirner en rend responsable le protestantisme et son éthique de la conviction : « on doit porter en (...)
  • 29 Ibid., p. 123.
  • 30 Ibid., p. 138 : « Sacré est tout ce que l’égoïste ne doit pas approcher, pas toucher, tout ce qui d (...)
  • 31 Cf. Réponses à Feuerbach, Szeliga, Hess [in] L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 411.

19Même s’il réfute toute idée de vocation ou de cause à défendre, Stirner semble s’être donné pour tâche dans L’Unique de mettre en garde contre l’intériorisation funeste de la loi morale28, qui rend l’égoïsme honteux aux yeux mêmes de l’égoïste. C’est que la tyrannie de la moralité est plus sournoise que l’oppression religieuse : elle ne dit pas son nom et n’hésite pas à enfreindre le devoir de compassion pour mettre au pas l’égoïste innocent : « le rude poing de la moralité traite sans pitié les nobles manifestations de l’égoïsme29 ». Le tour de force consiste à inculquer à l’enfant le sens du sacré ou de la hiérarchie, c’est-à-dire de ce qui le dépasse, pour faire de lui son propre censeur30. L’égoïste doit donc s’attaquer directement à la source même de l’idéalisation, cet intérêt général, absolu qui vient s’opposer en nous à notre intérêt personnel. Il passera bien sûr aux yeux des gens moraux pour un « profanateur31 » dénué de tout scrupule, mais il n’en a cure. Il n’est plus du tout sensible à l’intimidation morale, qui cherche toujours à l’inhiber en le culpabilisant :

  • 32 L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 146-147, tr. modifiée.

Si tout cela vous fait hausser les épaules, les bons, se tordant les mains, s’écrient : « Mais, pour l’amour du ciel, si vous ne donnez pas de bons principes aux enfants, ils courront tout droit dans la gueule béante du péché et deviendront des vauriens et des voyous ! » Tout doux, prophètes de malheur ! Des vauriens à votre sens, certes ; mais votre sens est justement un sens qui ne vaut rien du tout. Ces mauvais garnements ne s’en laisseront plus conter par vous, n’écouteront plus vos pleurnicheries et seront sans pitié pour les sornettes qui vous ont fait de tout temps délirer et radoter. Ils aboliront le droit d’héritage, c’est-à-dire qu’ils ne voudront plus hériter vos sottises comme vous avez hérité celles de vos pères ; ils extirperont le péché héréditaire. Si vous leur ordonnez de se courber devant le Très-Haut, ils répondront : « s’il veut nous courber, qu’il vienne en personne et le fasse ; quant à nous, nous ne nous inclinerons pas de plein gré ». Et si vous les menacez de sa colère et de sa vengeance, ils y croiront comme au grand méchant loup. Lorsque vous ne parviendrez plus à leur inspirer la peur des fantômes, c’en sera fait de la domination de ces derniers et de la foi dans tous les contes de nourrices32.

  • 33 Cf. Postface à L’Unique et sa propriété, Paris, La Table Ronde, coll. « La petite vermillon », 2000 (...)

20La désacralisation systématique entreprise par Stirner permet ainsi de trancher les derniers liens qui entravent le moi : la crainte (Furcht) et le respect (Ehrfurcht), qui sont les deux mamelles de l’aliénation religieuse. Henri Lasvignes, un des premiers traducteurs de Stirner, a en ce sens raison de voir en lui un « destructeur d’enthousiasme33 » avant tout. Non seulement l’enthousiasme est à l’origine du fanatisme religieux, mais il entraîne surtout la dépossession de soi. Enfin soustrait à « l’influence morale » délétère, le moi ne ressent plus le besoin de s’incliner devant ce qui lui paraissait jusque-là supérieur à lui.

  • 34 L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 195.
  • 35 « L’Unique » et « L’Individu » [in] Diederik Dettmeijer (éd.), Max Stirner ou la première confronta (...)

21Le respect impersonnel se substitue d’ailleurs à la crainte lorsqu’on passe de la religion à la morale. Même si Kant n’est pas explicitement visé par la critique féroce des « personnes dignes de respect » (Respektspersonen), il est frappant de voir Stirner fonder l’autonomie radicale du moi précisément sur l’irrespect de la loi morale. L’impératif catégorique kantien n’a dès lors plus lieu d’être. Foulant aux pieds toute dignité abstraite, l’auteur de L’Unique considère logiquement les autres hommes non comme des personnes, mais comme des moyens, des choses à s’approprier : « Je ne reconnais ni ne respecte quoi que ce soit en toi, ni le propriétaire ni le gueux et pas même l’Homme. Je veux seulement te consommer (Verbrauchen). (...) Pour Moi, tu n’es que ce que tu M’es, à savoir Mon objet et, parce que Mon objet, Ma propriété34. » Comme l’a très justement souligné Martin Buber, Stirner refuse fondamentalement l’idée d’une responsabilité morale envers les autres35. Le moi ne saurait non plus être une fin en soi, comme en témoigne le célèbre mot d’ordre « Fais-toi valoir ! » (Verwerte Dich !), sorte d’impératif hypothétique qui stipule de faire usage de soi comme d’un moyen, sans perdre de temps à réclamer de la reconnaissance ou des droits. La valeur de l’individu n’est donc pas innée ou absolue, mais se mesure à sa « propriété », c’est-à-dire à ce qu’il a su s’approprier.

  • 36 D’où son rejet du Moi absolu, inconditionné de Fichte. Cf. L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 2 (...)

22Stirner semble par là vouloir éviter le piège du simple renversement, qui consisterait à faire du moi un sanctuaire inviolable, le dernier refuge du sacré36.

  • 37 Cf. L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 299.

23Le refus de toute morale sociale fait que chacun peut à tout moment être victime de l’égoïsme des autres, sans qu’il soit en droit de s’en plaindre ou d’espérer des autres aide ou secours. La dissolution de tous les liens entraîne naturellement la « guerre de tous contre tous37 ». Étant littéralement irresponsable, l’égoïste se situe d’emblée par-delà bien et mal. Stirner se refuse ainsi à condamner même les actes universellement tenus pour odieux, comme l’infanticide ou l’inceste. La société les réprouve alors même qu’elle en ignore les motivations réelles ; or, aucun principe moral n’est absolu, l’intérêt personnel étant irréductible à l’intérêt général. L’individu est seul maître de ses choix, même si ceux-ci paraissent arbitraires aux yeux de la masse habituée à juger par une longue contrainte morale. Elle le taxera de « criminel » alors qu’il ne fait qu’exprimer sans détour sa nature propre.

  • 38 Cf. Aurore, § 9 : « L’homme libre est immoral parce qu’il veut en tout dépendre de lui-même et non (...)

24Même si rien ne permet d’accréditer la thèse d’une influence de Stirner sur sa pensée, on retrouve chez Nietzsche cette idée essentielle que le novateur, l’iconoclaste fait l’unanimité contre lui aux époques où domine la plus stricte moralité, la « moralité des mœurs38 ». L’immoralisme que professent dès lors l’un comme l’autre est avant tout dirigé contre la morale dominante, perçue comme tyrannique et exclusive. Mais là où Nietzsche se pose en créateur de nouvelles valeurs, destinées à remplacer un jour les valeurs judéo-chrétiennes, Stirner, fidèle à son éloge de la révolte perpétuelle, ne dépasse pas le stade de l’opposition aux diktats de la morale. C’est avec un plaisir non dissimulé et une bonne dose de provocation qu’il appelle ainsi à transgresser les interdits moraux, justifiant le mensonge, le vol et même le crime. Toutefois, cet immoralisme affiché et assumé, qui le distingue favorablement des « gueux » socialistes et des anarchistes, encore sous le charme des valeurs morales, est plus une posture intellectuelle, visant à épouvanter le bourgeois, qu’une attitude existentielle cohérente.

  • 39 Cf. L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 371.
  • 40 Ibid., p. 351.

25La révolte permante est privilégiée par Stirner parce qu’elle contredit le sacro-saint « principe de stabilité39 » alors que la révolution ne le fait vaciller que pour mieux le conforter par la suite : « La Révolution exige de créer des institutions, la révolte que l’on se soulève ou s’élève (sich auf- oder emporzurichten heischt die Empörung)40. » Sa crainte d’être figé dans une position est telle que Stirner assimile la création véritable à un mouvement circulaire, sans aboutissement autre que le néant, à l’image d’ailleurs de L’Unique. L’ouvrage s’achève en effet sur le constat désabusé d’un moi à la fois créateur et destructeur de soi :

Tout être supérieur au-dessus de Moi (über Mir), que ce soit Dieu ou l’Homme, affaiblit le sentiment de mon unicité et ne commence à pâlir que devant le soleil de cette conscience. Si Je fonde ma cause en Moi, l’Unique, elle repose alors sur son créateur mortel et périssable, son créateur qui se consomme lui-même (der sich selbst verzehrt), et Je puis dire :
« Je n’ai fondé Ma cause sur rien. »

26C’est au créateur involontaire de l’idéal, non plus l’Homme abstrait de Feuerbach, mais le Moi, qu’incombe donc la tâche de se réapproprier sa création pour la supprimer. Le créateur conscient de l’être ne fait qu’un avec le destructeur d’idéaux, l’insurgé professionnel, toujours sur ses gardes. Mais la révolte risque alors de s’épuiser d’elle-même ou, pire encore, de devenir routinière, aussi impersonnelle au fond que l’obéissance inconditionnelle. Stirner s’enferme délibérément dans un cercle vicieux sans le moindre dépassement possible en pensant par là effacer définitivement l’horizon de l’idéal. Il reste toutefois dépendant du schème idéaliste hérité de Hegel et de Feuerbach, qui stipule qu’il faut prendre conscience de l’aliénation pour s’en défaire. Or, cette prise de conscience ne dépend pas du bon vouloir du moi, elle est historiquement déterminée de l’aveu même de Stirner. Le caractère intemporel et, disons-le, quelque peu abstrait de la jouissance de soi de l’égoïste ne saurait en ce sens occulter le fait qu’il s’agit là du résultat de la désaliénation dont il n’est pas le seul auteur, mais plutôt un des tout premiers bénéficiaires.

27L’Unique serait de ce fait le signe avant-coureur d’une époque désenchantée, nihiliste, se réfugiant par dépit dans une immanence étroite et méfiante. Tout à sa fureur profanatrice, Stirner ne semble pas se rendre compte qu’il propose lui aussi un idéal – un idéal fini, puisqu’il met le moi éphémère au-dessus de tout. On reconnaît pourtant aisément dans le moi indéterminé, indicible, indéfinissable qu’il présente comme la seule réalité qui résiste à l’épreuve de la démystification l’ultime « fantôme », la plus prégnante des « idées fixes ». L’espèce d’égologie négative qu’il développe était en tout cas appelée à devenir la religion secrète de notre époque prétendument athée.

Le fondement religieux de la critique stirnérienne de l’idéal

28Malgré les apparences, il n’y a pas à proprement parler de pars construens dans la philosophie de Stirner, qui vaut surtout par sa grande lucidité critique. Reste à savoir s’il ne tombe pas lui-même sous le coup de sa réfutation du besoin d’idéaliser.

  • 41 Cf. L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 325-334.

29Force est d’abord de constater que l’apport positif de la deuxième partie de L’Unique (« Moi ») est des plus limités, Stirner se contentant d’envisager de manière très générale la vie concrète du moi libéré des fantômes qui le hantaient jusque-là. La considération de « Ma puissance », de « Mes relations » et, pour finir, de « Ma jouissance personnelle » reste particulièrement vague et ressemble plus à une déclaration d’intentions qu’à une description précise de l’existence autonome et autosuffisante du moi. Stirner semble même y nuancer la critique radicale de la première partie de l’ouvrage puisqu’il reconnaît par exemple que l’égoïsme n’exclut pas forcément l’amour et que l’on peut librement s’associer à d’autres égoïstes sans pour autant retomber dans l’aliénation. Après avoir tranché tous ses liens, l’Unique souffrirait-il de son isolement ? L’idée d’une association d’égoïstes (Verein der Egoisten), qui n’engage à rien et que l’on peut quitter à tout moment, peut à bon droit faire sourire, non pas tant parce qu’il s’agit d’une piètre contrepartie à la disparition des rapports sociaux traditionnels que parce qu’elle ôte son caractère dramatique à l’hypothétique guerre de tous contre tous qu’entraînerait le triomphe de l’égoïsme conscient. S’il est possible de conclure un pacte de non-agression au sein même de l’état de nature, c’est que la concurrence féroce des « propriétaires » ne mène pas nécessairement à l’affrontement physique. Les rodomontades guerrières auxquelles s’abandonne parfois Stirner laissent ainsi place à des « arrangements » bien moins risqués... Plus surprenant encore, l’égoïste ne s’interdit pas d’aimer, à sa manière certes, c’est-à-dire sans aucune intention de se sacrifier à l’objet de son amour, mais non sans sincérité semble-t-il41.

30La dénonciation, dès la Préface de son ouvrage, de l’« égoïsme lucratif », c’est-à-dire de l’égoïsme qui se déguise en altruisme et prêche le désintéressement, s’éclaire par là. Stirner reproche paradoxalement à ce type d’égoïsme d’avancer masqué, de dissimuler ses véritables intentions, alors qu’il devrait sans doute se féliciter de l’habileté immorale avec laquelle ces « grands égoïstes » que sont Dieu, l’Humanité, le Peuple, etc., parviennent à leurs fins. L’Unique ne veut plus être dupé, soit, mais pourquoi prend-il la peine de révéler au grand jour cette mystification universelle au lieu d’en garder jalousement le secret pour lui-même ? Stirner se défend bien sûr d’écrire par intérêt ou par compassion pour les petits égoïstes opprimés par les grandes instances morales, mais ses justifications ne sont guère convaincantes :

  • 42 Ibid., p. 334. Il n’est pas aussi indifférent à la réception de sa pensée qu’il l’affirme puisqu’il (...)

Écrirais-Je par amour pour les hommes ? Non, J’écris parce que Je veux mettre au monde Mes pensées et leur y donner vie, et si Je prévoyais qu’elles vous feraient perdre votre repos et votre paix, si J’y voyais germer les guerres les plus sanglantes et la ruine de nombreuses générations – Je ne les en sèmerais pas moins. Faites-en ce que vous voulez et pouvez, c’est votre affaire et Je ne m’en occupe pas. Vous n’en retirerez peut-être que soucis, combats et mort, seul le plus petit nombre en tirera de la joie42.

  • 43 En témoigne, parmi bien d’autres, ce passage du chapitre portant sur la propriété (die Eigenheit) : (...)

31L’auteur de L’Unique prend soin de préciser que s’il avait eu en vue le bien des autres, il n’aurait sans doute pas publié ce « méchant » livre. Pourtant, il semble bien s’y donner pour but de convertir ses lecteurs à l’égoïsme franc et sans honte en leur ouvrant les yeux sur la dure réalité de l’aliénation. S’expliquent par là les nombreux passages où perce une indignation qu’il faut bien qualifier de morale contre l’égoïsme hypocrite, retors, ainsi que l’exhortation récurrente à se révolter, à se faire valoir, à revenir à soi43, etc. Stirner a d’ailleurs dû finir par s’apercevoir de l’ambiguïté fondamentale de son discours puisqu’il n’écrira plus rien après ce manuel de la révolte individuelle. En attendant, il prend visiblement à cœur, comme tout Jeune Hégélien qui se respecte, le dévoilement des ressorts cachés de l’aliénation, pour en quelque sorte purifier l’égoïsme de ses scories. Son éloge retentissant du mensonge paraît dès lors plus un morceau de bravoure que l’expression d’un strict relativisme moral.

  • 44 Avant de proposer l’étiquette de « personnalisme » pour qualifier sa pédagogie anti-autoritaire, qu (...)
  • 45 Voir la mention certes brève mais somme toute très favorable qu’il en fait au début de L’Unique (op (...)
  • 46 Cf. Réponses à Feuerbach, Szeliga, Hess, op. cit., p. 401 : « L’Unique (...) n’est susceptible d’au (...)

32Il existe en effet une sorte d’éthique égoïste44, qui s’articule autour de la notion problématique de « propriété » et qui tranche avec l’immoralisme complaisamment affiché : la volonté de n’appartenir qu’à soi-même, d’être son propre maître dessine un idéal d’autarcie et d’autosuffisance qui n’est pas sans rappeler le cynisme et le stoïcisme anciens, dont il approuve du reste le reniement du monde extérieur45. La réappropriation de soi apparaît ainsi essentiellement comme une tâche morale, un devoir intime d’authenticité. D’un point de vue formel, Stirner est d’ailleurs plus proche de la « voie courte » et brutale des cyniques, l’ascèse mise à part, que de l’apathie stoïque, qui s’interdit toute récrimination et se méfie plus encore de l’ennemi intérieur que de l’extériorité aliénante. Par sa manière d’aller toujours à contre-courant, Diogène, qui trouvait déjà l’Homme bien abstrait, préfigure l’attitude de révolte permanente de l’Unique. Chez l’un comme chez l’autre, la violence polémique a force d’éveil. Il y a en ce sens un « primitivisme » de Stirner, qu’illustre sa critique décapante du rôle corrupteur des conventions sociales visant à mettre au jour la nature véritable de l’individu, son noyau authentique jusque-là recouvert et refoulé. C’est clairement pour préserver cette pureté native du moi que Stirner insiste tant sur son indétermination radicale, particulièrement dans le texte répondant à ses critiques46. L’Unique n’est qu’un mot pour le nommer malgré tout, répète-t-il, puisqu’il est fondamentalement indicible. Sans même parler des déterminations sociales qui le dénaturent, le définir revient déjà à le fixer, l’aliéner. La greffe de l’idéal ne peut prendre qu’à condition de lui attribuer une signification prédéterminée.

  • 47 Le Faux principe de notre éducation, op. cit., p. 29.
  • 48 Cf. Stirner et Nietzsche, op. cit., p. 22. Les §§ 149 et 435 d’Aurore développent une réflexion sim (...)
  • 49 Cf. Ainsi parlait Zarathoustra, IV, « La salutation ».

33On comprend dès lors que Stirner rejette résolument « l’héritage pourrissant du passé »47 et situe le moi dans l’éternel présent de la jouissance de soi. Renvoyant dos à dos Anciens et Modernes, il refuse également de lui prescrire un horizon d’accomplissement. Son obsession est de débarrasser l’individu de tout ce qui est impersonnel en lui, passivement hérité. Albert Lévy a en ce sens raison de le rapprocher du jeune Nietzsche qui, dans la troisième Inactuelle, fustige le conformisme et la paresse qui détruisent peu à peu l’unicité de l’individu, chaque homme étant « le miracle d’une fois48 ». Nietzsche ne croit pas pour autant que l’individu séparé se suffise à lui-même : non seulement sa pensée comporte la dimension essentielle de l’avenir qui fait défaut à celle de Stirner, mais elle redonne aussi toute sa place à l’héritage actif, à l’incorporation volontaire des antiques valeurs nobles. Zarathoustra loue ainsi « l’héritier parfait49 », le seul qui ait la largeur de vues nécessaire à la création de nouvelles valeurs. Le rejet de tout horizon interdit au contraire à Stirner d’aller au-delà de la destruction des anciens idéaux. Il correspond donc, dans l’échelle nietzschéenne des métamorphoses de l’esprit, au lion négateur en rupture avec le chameau docile. Certes, Stirner n’aurait pas manqué de voir dans l’Übermensch de Nietzsche une énième resucée de l’über Mir, mais l’impératif éthique de dépassement de soi permet justement de ne pas s’enfermer dans la perspective étriquée du propriétaire en apparence comblé, figure éloquente du dernier homme. La « mission » (Aufgabe) que se fixe Nietzsche de donner un sens à la terre s’oppose de la sorte à l’absence de vocation chez Stirner, qui vit pour jouir de lui-même, se consommer, c’est-à-dire en fin de compte pour rien.

  • 50 Voir par exemple R.W.K. Paterson, The Nihilistic Egoist. Max Stirner, Londres, Oxford University Pr (...)
  • 51 « (...) Stirner allows that there are actions and desires which, although not moral in his sense (b (...)
  • 52 « L’actualité de la pensée de Max Stirner », op. cit., p. 91. Henri Arvon, qui voit à tort en lui u (...)
  • 53 Cf. Crépuscule des idoles, « Raids d’un Inactuel », § 38 (« Ma conception de la liberté ») : « Le t (...)

34De là à qualifier l’égoïsme stirnérien de nihiliste sans autre forme de procès, comme on a pris l’habitude de le faire50, il n’y a qu’un pas, que nous ne franchirons pas. N’en déplaise au pourfendeur de toute morale collective, son égoïsme radical est incontestablement normatif, comme l’a bien établi David Leopold, l’éditeur anglais de Stirner, dans l’excellente notice qu’il a rédigée pour la Stanford Encyclopedia of Philosophy51. Henri Arvon, qui reconnaît à la suite de Marx l’absence dans L’Unique de toute réflexion politique et sociale concrète, invite même à le ramener dans le « domaine purement moral », dont il relèverait essentiellement. Stirner professerait ainsi une éthique négative de l’émancipation, se proposant de « nous sauver de la sclérose, de l’oppression subie, de la dépersonnalisation accep-tée52 ». Cette conception défensive de la liberté est aux antipodes de celle de Nietzsche, pour qui l’indépendance ne peut être conquise que si l’on se soumet de son plein gré à une discipline de fer53. La spontanéité n’est donc pas un fond inné que l’on retrouverait aisément en brisant toutes ses chaînes, mais le résultat d’une longue contrainte exercée sur soi. Nietzsche pourfend d’ailleurs l’éducation permissive dans sa critique de la liberté « telle qu’[il] ne l’entend pas » :

  • 54 Ibid., § 41 (*en français dans le texte).

Aujourd’hui, pour rendre l’individu possible (et, par possible, j’entends entier...), il faudrait d’abord le rogner. Or, c’est tout le contraire qui se produit. La revendication d’indépendance, de libre épanouissement, de laisser-aller* est souvent formulée avec passion par ceux-là mêmes qui auraient le plus besoin d’être sévèrement bridés : cela vaut en politique, cela vaut en art. Mais c’est là un symptôme de décadence* : notre conception moderne de la liberté est une preuve de plus de la dégénérescence des instincts54.

  • 55 Cf. ibid., § 33 (« Valeur naturelle de l’égoïsme ») : « Le particulier (der Einzelne), l‘“individuu (...)
  • 56 Cf. Fragments posthumes, tome XIV, Paris Gallimard, 1977, 14 [5] : « Bien que le christianisme ait (...)

35Déplorant, contrairement à Stirner, la perte par la modernité du sens de la hiérarchie, Nietzsche se montre toujours très sévère envers l’individualisme frileux, l’égoïsme craintif replié sur soi55, dans lequel il voit une conséquence inattendue de l’égalitarisme chrétien56. Ce constat donne en quelque sorte raison à l’auteur de L’Unique, qui dénonce l’hypocrisie de l’altruisme, simple « égoïsme lucratif », mais la prison dorée du moi qu’il oppose à toute transcendance n’est en réalité que l’ultime manifestation historique du fameux « cercle magique du christianisme ».

  • 57 Son texte, qui date de 1910, a récemment été repris dans le recueil sobrement intitulé Max Stirner, (...)

36Il faut au passage faire justice d’une autre idée reçue sur Stirner, son élitisme supposé. Il considère certes que la liberté individuelle était paradoxalement moins réprimée sous l’Ancien Régime qu’à la suite du triomphe des idéaux de la Révolution française et ne rate pas une occasion d’exprimer son souverain mépris des « gueux » socialistes, auxquels il reproche leur revendication servile de l’égalité des droits ; mais s’il s’en prend ainsi aux idées modernes, c’est parce que leur abstraction conforte l’aliénation et la rend même désirable au lieu de la combattre. Stirner se montre en réalité favorable à l’affranchissement de tous les « petits égoïstes » soumis, qu’il appelle explicitement à se révolter, à condition bien sûr que chacun d’eux s’empare lui-même de ce qui lui revient « de droit ». L’anarchiste Victor Roudine, qui voit dans le moi de Stirner le moi exploité, l’a bien compris. Bien que clairement de parti pris, il a le mérite de relever les nombreux passages où Stirner invite au soulèvement tous les opprimés et les laissés-pour-compte57.

37Le détachement ironique de celui qui est revenu de tout ne doit donc pas faire illusion : Stirner est l’exemple même de l’idéaliste déçu qui ne veut plus être le dindon de la farce. Il ne faut pas en effet oublier que la révolte stirnérienne s’origine dans son refus de l’éducation autoritaire et de l’influence morale qui prétend s’exercer sur l’Unique, « pour son bien » évidemment. Sa crainte obsessionnelle de l’aliénation, de la dépossession de soi, le conduit à faire du moi l’alpha et l’oméga, le fondement véritable de toutes choses :

  • 58 L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 216, tr. modifiée.

Que reste-t-il, quand Je me suis libéré de tout ce que Je ne suis pas ? Moi seulement, et rien que Moi. (...) Pourquoi donc, s’il est vrai que l’on recherche la liberté par amour pour le Moi, ne pas le choisir lui-même comme commencement, milieu et fin ? Est-ce que Je ne vaux pas plus que la liberté ? N’est-ce pas Moi qui me fais libre, ne suis-Je pas la chose première (das Erste) ? Même sans liberté, même entravé de mille liens, Je suis cependant, n’existant pas seulement dans le futur et l’espérance, comme la liberté : même en tant que l’esclave le plus méprisé, Je suis – présentement (gegenwärtig)58.

  • 59 Voir là-dessus la recension que Feuerbach fait du livre du fichtéen Reiff, À propos du Commencement (...)
  • 60 Seul Roger de Weiss, auteur d’une introduction très favorable à ce texte ([in] Max Stirner ou la pr (...)
  • 61 Cf. « L’Essence du christianisme » dans son rapport à « L’Unique et sa propriété », § 10, op. cit., (...)
  • 62 Ibid., § 9, op. cit., p. 228.

38Ce curieux ego sum, né du soupçon hyperbolique, aboutit à une circularité stérile n’ayant au fond rien à envier au Moi absolu de Fichte, qui se trouve également au commencement, au milieu et à la fin59. En hypostasiant ainsi le moi pourtant fini et éphémère, Stirner reste sous l’influence de l’idéalisme qu’il dénonce puisqu’il reprend à son compte l’illusion matricielle du sujet libre et autonome. La liberté individuelle, en quelque sorte performative, semble curieusement dépendre de son auto-affirmation ; quant au caractère souverain du moi, il est censé provenir de sa perfection native, qui s’apparente à la grâce sécularisée. Feuerbach a donc raison de voir dans ce moi indéterminé « un reste non digéré de l’ancien surnaturalisme chrétien ». Dans sa réponse anonyme aux attaques de L’Unique, tenue en général en piètre estime par les interprètes60, il ne se fait pas prier pour rappeler à Stirner l’évidence de l’interdépendance fondamentale du moi et du toi61, qui rend son monadisme pratique intenable. Répondant à la critique stirnérienne de l’Homme, Feuerbach montre que l’abstraction véritable réside dans le refus de reconnaître au moi la moindre détermination, alors même qu’il est pour commencer nécessairement sexué. On pourrait juger cette critique triviale si elle ne mettait pas le doigt sur le fait essentiel que l’exaltation de l’égoïsme reste chez Stirner d’ordre spéculatif. Le moi prétendument créateur est en ce sens « un produit de l’abstraction62 », l’idée fixe par excellence. Retournant l’accusation d’athéisme pieux, Feuerbach ne manque pas de souligner la parenté entre la monomanie de l’Unique et le monothéisme.

  • 63 Cf. ibid., §§ 13-14 (notamment les additions faites en 1846 dans sa propre édition des Sämtliche We (...)
  • 64 Cf. ibid., § 10. Voir aussi § 14, op. cit., p. 234 : « Ce que je puis être et faire se situe nécess (...)
  • 65 Cf. L’Essence de la religion, § 53. Une traduction de cet important traité doit bientôt paraître.

39L’auteur de L’Essence du christianisme se défend surtout d’avoir purement et simplement reconduit le « über mir » des théologiens. Il réaffirme la nécessité pour l’individu de poser des fins au-dessus de lui63 pour orienter son action et lui donner sens, sous peine de se condamner à une existence étriquée, sans horizon autre que la jouissance. À l’absurde sentence stirnérienne « nous sommes tous parfaits », Feuerbach oppose ainsi la conscience aiguë de notre limitation64, qui est certes à l’origine de toute aliénation, mais aussi de tout progrès de l’individu. La création d’idéaux répond en nous à un besoin essentiel de transcendance, qui ne devient pathologique que lorsqu’il renonce à toute satisfaction sensible, comme il l’établira dans L’Essence de la religion (1845), qui suit de peu la lecture de L’Unique et qui oppose au monothéisme judéo-chrétien la richesse et la diversité du polythéisme païen65.

40Stirner ne serait donc pas aussi subversif que l’affirme son dernier évangéliste en date Bernd Laska, qui rapporte avec complaisance les condamnations craintives de la « religion du diable » et va jusqu’à suggérer qu’il serait l’Antéchrist en personne. Stirner est bien plutôt le prophète méconnu des « moitrinaires », pour reprendre un mot bien senti de Léon Daudet. On s’explique en effet mieux l’étrange vénération que certains lui vouent si l’on voit en lui le fondateur involontaire d’une nouvelle religion, l’autisme agressif de notre temps. « Rien n’est au-dessus de moi » désormais, le moi lui-même est mis au-dessus de tout. L’avenir a exaucé le vœu de Stirner, mais en lieu et place du règne de l’individu souverain est apparu un monde peuplé d’Uniques interchangeables et de « propriétaires » à la fois repus et anxieux. Les tristes commandements égoïstes « fais-toi valoir », « jouis sans entrave », etc., réduits à des slogans publicitaires, sont devenus le moyen d’une aliénation plus complète que celle qu’elle était censée remplacer.

41Mais il y a fort à parier que Stirner aurait accueilli avec indifférence cette critique des présupposés chrétiens de L’Unique :

  • 66 L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 388.

Que M’importe si mes pensées et mes actions sont chrétiennes ? Est-ce que Je me soucie de savoir si elles sont humaines, libérales, humanistes ou – inhumaines, anti-libérales et anti-humanistes ? Pourvu qu’elles aient pour but ce que Je veux et que J’y trouve ma satisfaction, accolez-y les prédicats que vous voudrez, cela M’est égal66.

Haut de page

Notes

1 Ludwig Feuerbach, « L’Essence du christianisme » dans son rapport à « L’Unique et sa propriété », § 8, in Manifestes philosophiques, tr. fr. L. Althusser, Paris, PUF, 1973, p. 228.

2 Henri Arvon, Aux sources de l’existentialisme : Max Stirner, Paris, PUF, coll. « Épiméthée », 1954. Arvon a également publié un choix de textes sous le titre Max Stirner ou l’expérience du néant, Paris, Seghers (« Philosophes de tous les temps »), 1973.

3 L’idée que Stirner aurait exercé une influence secrète sur la pensée de Nietzsche est un véritable serpent de mer qui ressurgit périodiquement. Dès 1904, Albert Lévy avait pourtant fait justice de cette prétendue affinité des deux penseurs dans son remarquable pour l’époque Stirner et Nietzsche.

4 La formule est d’Albert Lévy et s’applique à Mackay (cf. Stirner et Nietzsche, Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition, 1904, p. 7 ; rééd. Paris, Stalker, 2006).

5 Bernd A. Laska, Max Stirner. Parerga, Kritiken, Repliken, Nürnberg, LSR-Verlag 1986.

6 La littérature secondaire est ainsi des plus maigres, les inconditionnels de Stirner y voyant même la preuve d’une conspiration du silence visant l’Unique.

7 Cf. Max Stirner, L’Unique et sa propriété et autres écrits, tr. fr. P. Gallissaire et A. Sauge, Lausanne, L’Âge d’homme, 1972, p. 177 : « Nous serons tous ensemble des gueux (Lumpe) et, masse globale de la société communiste, nous pourrons nous nommer un “ramassis de gueux” (Lumpengesindel). » Cette allusion comique au célèbre conte des frères Grimm, Das Lumpengesindel, illustre le ressentiment des vagabonds envers le « propriétaire ».

8 Cf. Henri Arvon, « L’actualité de la pensée de Max Stirner » [in] Diederik Dettmeijer (éd.), Max Stirner ou la première confrontation entre Karl Marx et la pensée anti-autoritaire, Lausanne, L’Âge d’homme, 1979, p. 91 : « Prisonnier de l’optimisme positiviste du XIXe siècle, Marx avait prévu la suppression de toutes les aliénations au sein d’une société sans classes. Avant même que l’expérience en eût prouvé le caractère utopique, Max Stirner avait insisté sur le danger d’aliénation permanent qui guette l’homme, quelle que soit par ailleurs la forme que prennent l’État et la société. Pour le mettre à l’abri de toute atteinte, il le campe dans une solitude abrupte et inaccessible. »

9 Voir mon article sur « Le messianisme athée de Karl Marx », à paraître dans l’Hommage à Francis Kaplan, sous la direction de François Brémondy et Nicolas Cayrol.

10 Le Gai Savoir, § 124.

11 On a souvent remarqué que le découpage de l’ouvrage en deux parties (« L’Homme », « Moi ») parodiait et corrigeait celui de L’Essence du christianisme (« Dieu », « L’homme »).

12 Moses Hess, la philosophie, le socialisme (1836-1845), Paris, PUF, coll. « Philosophie d’aujourd’hui », 1985 (2e éd., Hildesheim-Zürich-New York, Olms, 2004), p. 136.

13 On en trouve une traduction française, due à André Sauge, dans le recueil de textes de et sur Stirner publiés par Diederik Dettmeijer, Max Stirner ou la première confrontation entre Karl Marx et la pensée anti-autoritaire, op. cit., p. 23-31.

14 À propos de la Trompette du jugement dernier, op. cit., p. 23.

15 Ibid., p. 25.

16 Thèse d’abord soutenue par Victor Basch dans L’Individualisme anarchiste : Max Stirner (Paris, Félix Alcan, 1904, p. 101), reprise et étayée par Lawrence Stepelevich dans son article « Hegel and Stirner : Thesis and Antithesis », Idealistic Studies, 6, no 3, sept. 1976, p. 263-278.

17 Ludwig Feuerbach, Nécessité d’une réforme de la philosophie [in] Pour une réforme de la philosophie, tr. fr. Y. Constantinidès, Paris, Mille et une nuits, 2004, p. 33.

18 Stirner considère par exemple la Révolution française comme un de ces détours parce qu’elle a fait de la liberté un idéal plutôt que de faire comme lui plus radicalement l’éloge de la particularité, de l’unicité.

19 L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 118, tr. modifiée.

20 Cf. L’Essence du christianisme, 1re partie, chap. 8, tr. fr. J.-P. Osier, Paris, Maspero, 1968, p. 217.

21 L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 356, tr. modifiée.

22 Stirner l’exprime en termes plaisants dès le début de son ouvrage : « Homme, ta tête est hantée ! Tu as un grain ! (Mensch, es spukt in Deinem Kopfe ; Du hast einen Sparren zu viel !) » (L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 114).

23 Cf. L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 225, tr. modifiée : « Mais, comme il (l’Homme) n’est en toi qu’un second Moi, bien que ton véritable et ton “meilleur” Moi, il reste au-delà de toi, et tu dois t’efforcer de devenir entièrement l’Homme. »

24 Ibid., p. 126 : « La morale a vaincu – le changement de maître est consommé. »

25 Ibid., p. 119.

26 Ibid., p. 39.

27 Ibid., p. 44.

28 Stirner en rend responsable le protestantisme et son éthique de la conviction : « on doit porter en soi la loi et le règlement, celui qui pense de la façon la plus légale est aussi le plus moral » (L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 121).

29 Ibid., p. 123.

30 Ibid., p. 138 : « Sacré est tout ce que l’égoïste ne doit pas approcher, pas toucher, tout ce qui doit échapper à son pouvoir (Gewalt), c’est-à-dire être au-dessus de lui (über ihm) ». On a donc raison de voir en Stirner un précurseur du Surmoi freudien, sa description de la domination qu’exercent sur nous les idées fixes faisant en outre penser à la névrose obsessionnelle.

31 Cf. Réponses à Feuerbach, Szeliga, Hess [in] L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 411.

32 L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 146-147, tr. modifiée.

33 Cf. Postface à L’Unique et sa propriété, Paris, La Table Ronde, coll. « La petite vermillon », 2000, p. 410.

34 L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 195.

35 « L’Unique » et « L’Individu » [in] Diederik Dettmeijer (éd.), Max Stirner ou la première confrontation entre Karl Marx et la pensée anti-autoritaire, op. cit., p. 69 : « Stirner a démasqué l’irréalité d’une responsabilité purement éthique en démontrant la non-existence de ceux qui en sont prétendument chargés. »

36 D’où son rejet du Moi absolu, inconditionné de Fichte. Cf. L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 231 (le traducteur indique à tort « Feuerbach » à cet endroit !).

37 Cf. L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 299.

38 Cf. Aurore, § 9 : « L’homme libre est immoral parce qu’il veut en tout dépendre de lui-même et non d’une tradition : pour toutes les formes d’humanité primitive, “mauvais” est synonyme d’“individuel”, “libre”, “arbitraire”, “inhabituel”, “imprévu”, “imprévisible” ».

39 Cf. L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 371.

40 Ibid., p. 351.

41 Cf. L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 325-334.

42 Ibid., p. 334. Il n’est pas aussi indifférent à la réception de sa pensée qu’il l’affirme puisqu’il ajoute un peu plus loin : « Je me sers de vous parce que J’ai besoin d’oreilles pour M’écouter. »

43 En témoigne, parmi bien d’autres, ce passage du chapitre portant sur la propriété (die Eigenheit) : « Tournez-vous donc plutôt vers vous-mêmes que vers vos dieux ou vos idoles. Tirez de vous-mêmes ce qu’il y a en vous, portez-le au jour et révélez-vous (bringt Euch zur Offenbarung). » (L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 214, tr. modifiée).

44 Avant de proposer l’étiquette de « personnalisme » pour qualifier sa pédagogie anti-autoritaire, qui se situe à égale distance de l’humanisme et du réalisme, Stirner avait d’ailleurs étrangement parlé de « formation éthique » (sittliche Bildung) dans Le Faux principe de notre éducation (L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 44).

45 Voir la mention certes brève mais somme toute très favorable qu’il en fait au début de L’Unique (op. cit., pp. 97-98). Il leur attribue d’ailleurs curieusement une insistance sur la jouissance, le plaisir de vivre.

46 Cf. Réponses à Feuerbach, Szeliga, Hess, op. cit., p. 401 : « L’Unique (...) n’est susceptible d’aucun contenu, est l’indétermination même ; c’est de toi que lui viennent d’abord contenu et détermination. »

47 Le Faux principe de notre éducation, op. cit., p. 29.

48 Cf. Stirner et Nietzsche, op. cit., p. 22. Les §§ 149 et 435 d’Aurore développent une réflexion similaire.

49 Cf. Ainsi parlait Zarathoustra, IV, « La salutation ».

50 Voir par exemple R.W.K. Paterson, The Nihilistic Egoist. Max Stirner, Londres, Oxford University Press, 1971 (2e éd. 1993).

51 « (...) Stirner allows that there are actions and desires which, although not moral in his sense (because they do not involve obligations to others), are nonetheless to be assessed positively. Stirner is clearly committed to the non-nihilistic view that certain kinds of character and modes of behaviour (namely autonomous individuals and actions) are to be valued above all others. His conception of morality is, in this respect, a narrow one, and his rejection of the legitimacy of moral claims is not to be confused with a denial of the propriety of all normative judgment. (...) In short, Stirner appears to value nothing other than individual self-mastery, and he interprets the latter in a stringent and idiosyncratic manner. » (La notice est disponible en ligne sur le site de la Stanford University: http://plato.stanford.edu/entries/max-stirner/).

52 « L’actualité de la pensée de Max Stirner », op. cit., p. 91. Henri Arvon, qui voit à tort en lui un réactionnaire en politique, ajoute qu’« il s’agit pour lui moins d’agir que de réagir ».

53 Cf. Crépuscule des idoles, « Raids d’un Inactuel », § 38 (« Ma conception de la liberté ») : « Le type supérieur d’homme libre, il faudrait le chercher là où il s’agit constamment de vaincre la résistance la plus forte: à cinq pas de la tyrannie, tout près du seuil qui marque le risque d’asservissement. »

54 Ibid., § 41 (*en français dans le texte).

55 Cf. ibid., § 33 (« Valeur naturelle de l’égoïsme ») : « Le particulier (der Einzelne), l‘“individuum”, tel que le peuple et les philosophes l’ont toujours compris jusqu’à présent, repose sur une erreur : il n’est rien en soi, pas un atome, pas un “maillon de la chaîne”, rien de tout simplement hérité du passé – il est toute l’unique lignée de l’homme jusqu’à lui compris... (er ist die ganze Eine Linie Mensch bis zu ihm hin selber noch) ».

56 Cf. Fragments posthumes, tome XIV, Paris Gallimard, 1977, 14 [5] : « Bien que le christianisme ait placé au premier plan la doctrine du désintéressement et de l’amour, sa véritable influence historique reste l’intensification de l’égoïsme, de l’égoïsme individuel poussé à sa dernière extrémité : cet extrême, c’est la croyance en une immortalité individuelle. L’individu était devenu si important que l’on ne pouvait plus le sacrifier : devant Dieu, toutes les “âmes” étaient égales. »

57 Son texte, qui date de 1910, a récemment été repris dans le recueil sobrement intitulé Max Stirner, Saint-Georges-d’Oléron, Les éditions libertaires, 2004, p. 13-43.

58 L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 216, tr. modifiée.

59 Voir là-dessus la recension que Feuerbach fait du livre du fichtéen Reiff, À propos du Commencement de la philosophie (1841) [in] Pour une réforme de la philosophie, op. cit., p. 7-22.

60 Seul Roger de Weiss, auteur d’une introduction très favorable à ce texte ([in] Max Stirner ou la première confrontation entre Karl Marx et la pensée anti-autoritaire, op. cit., p. 53-54), déroge à cette règle du mépris.

61 Cf. « L’Essence du christianisme » dans son rapport à « L’Unique et sa propriété », § 10, op. cit., p. 230 : « Deux êtres et leur distinction, voilà l’origine de la religion – le toi est le Dieu du moi, car sans toi, moi, je n’existe pas ; le moi dépend du toi ; sans toi, pas de moi. »

62 Ibid., § 9, op. cit., p. 228.

63 Cf. ibid., §§ 13-14 (notamment les additions faites en 1846 dans sa propre édition des Sämtliche Werke).

64 Cf. ibid., § 10. Voir aussi § 14, op. cit., p. 234 : « Ce que je puis être et faire se situe nécessairement pour moi, comme non atteint, au-dessus de ce que je suis et fais déjà – et c’est pourquoi les hommes veulent toujours être et avoir plus qu’ils ne sont et n’ont. »

65 Cf. L’Essence de la religion, § 53. Une traduction de cet important traité doit bientôt paraître.

66 L’Unique et sa propriété, op. cit., p. 388.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannis Constantinidès, « « Mir geht nichts über Mich ! ». La critique paradoxale de l’idéal religieux chez Max Stirner », Revue germanique internationale [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 30 octobre 2011, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/384

Haut de page

Auteur

Yannis Constantinidès

Professeur de philosophie à l’Espace éthique de l’AP/HP

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page