Navigation – Plan du site

Le savoir de l’Europe sur la Chine : transferts franco-allemands au miroir des encyclopédies (1750-1850)

Georg Lehner
Traduction de Pascale Rabault-Feuerhahn
p. 21-31

Résumés

Les dictionnaires encyclopédiques français et surtout la Description... de la Chine de Du Halde ont influencé durablement les informations sur la Chine contenues dans les encyclopédies allemandes. Toutefois, cette reprise et cette diffusion des travaux français ont également eu des effets en retour et ont conduit à de véritables interactions entre les encyclopédies allemandes et françaises. Les encyclopédies françaises portent mention des travaux des savants allemands ainsi que de leur écho en France, et les articles des encyclopédies allemandes portant sur la Chine sont cités à plusieurs reprises et même traduits en français. Ces phénomènes de réception réciproque ont pris place au moment où la sinologie prenait la forme d’une discipline académique, selon une impulsion venue de France. Les sinologues ont d’emblée apporté leur contribution aux encyclopédies, aussi bien en Allemagne qu’en France. Dans leurs articles sur la langue et la littérature chinoises, ils reviennent aussi sur l’histoire de la sinologie en Europe, et l’on peut ainsi trouver, dans les encyclopédies allemandes, des remarques sur les jeunes Allemands qui venaient étudier le chinois à Paris dans les années 1820.

Haut de page

Notes de la rédaction

(Traduit de l’allemand par Pascale Rabault-Feuerhahn)

Texte intégral

  • 1 Cet article a vu le jour dans le cadre d’un projet de recherche financé par le Fonds zur Förderung (...)

1À partir de la fin du XVIIe siècle, la France acquit une position pionnière dans la collecte, le défrichement et l’étude des informations provenant ou traitant de la Chine, tandis que dans les pays germanophones, on n’avait toujours pratiquement aucun accès direct à ces informations. Toutefois, l’analyse des encyclopédies européennes de l’époque montre que les connaissances sur la Chine qui étaient disponibles en Europe et qui étaient entrées dans la culture commune faisaient l’objet de transferts variés entre les différents pays ou plutôt les différentes aires linguistiques en Europe 1. Je voudrais ici revenir plus spécifiquement sur les différents aspects des processus de transferts franco-allemands en jeu dans la diffusion du savoir sur la Chine en Europe en m’appuyant sur plusieurs exemples tirés d’encyclopédies. Les transferts franco-allemands sont caractéristiques de l’évolution du genre des ouvrages de référence encyclopédiques au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Si l’influence française se faisait déjà sentir dans les projets encyclopédiques de la Frühaufklärung, inspirés notamment des ouvrages de Moréri et de Bayle parus au tournant des XVIIe-XVIIIe siècles, cette tendance se poursuivit avec la publication de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Par exemple, la Deutsche Encyclopädie (Encyclopédie allemande) publiée entre 1778 et 1807 avait initialement été conçue comme une traduction de l’œuvre de Diderot. Inversement, le genre allemand du Konversationslexikon, dont le succès est indissociable de la maison d’édition Brockhaus, a essaimé dans de multiples pays européens, et notamment en France, au début du XIXe siècle. Ainsi, l’Encyclopédie des gens du monde et le Dictionnaire de la conversation et de la lecture, publiés à Paris dans les années 1830-1840, sont largement construits sur le modèle des ouvrages édités par Brockhaus.

Les sources du savoir sur la Chine : la Description de Du Halde et les dictionnaires français dans les encyclopédies allemandes

  • 2 Voir Isabelle Landry-Deron, La Preuve par la Chine. La « Description » de J.-B. Du Halde, jésuite, (...)
  • 3 Voir par exemple Neue Zeitungen von Gelehrten Sachen, XIX. Jahrgang, No. LXVIII, Leipzig, 24. 8. 17 (...)
  • 4 Johann Heinrich Zedler, Grosses, vollständiges Universal-Lexicon aller Wissenschaften und Künste, [ (...)

2C’est au début du XVIIIe siècle que l’on se mit, à Paris, à exploiter de manière systématique les lettres, les rapports et les traductions de textes chinois envoyés en Europe par les missionnaires français qui se trouvaient en Chine. Les Lettres édifiantes et curieuses des Missions étrangères par quelques Missionnaires de la Compagnie de Jésus rendirent notamment accessibles aux cercles qui s’intéressaient à ces sujets les rapports en provenance de Chine. Le jésuite Jean-Baptiste Du Halde (1674-1743), responsable de l’édition de ces rapports à partir de 1709, compila sa Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de la Chine et de la Tartarie chinoise 2 à partir de ces informations et d’autres renseignements qui étaient parvenus de Chine. Son ouvrage, publié en 1735, resta la principale source d’information sur la Chine jusqu’au milieu du XIXe siècle ; traduit dans différentes langues européennes, il devint l’un des principaux outils utilisés pour la rédaction d’informations sur la Chine dans les encyclopédies européennes. L’ouvrage de Du Halde bénéficia d’emblée d’une très large réception dans l’espace germanophone. Outre des annonces et des comptes rendus3, la Description servit pour le Universal Lexikon (1732-1754 ; les volumes 10 à 14 étaient parus en 1735) initié par Johann Heinrich Zedler (1706-1751)4. On trouve des renvois à Du Halde dans les données bibliographiques de l’article « Sina » (« Chine », paru en 1743) ainsi que dans l’article « Xacca » (« Bouddha »). Celui-ci parut en 1749, la même année que le troisième tome de la traduction allemande de la Description.

  • 5 Voir par exemple « Glocke » (Zedler, vol. 10, 1735, col. 1685), ainsi que l’article sur la ville de (...)
  • 6 Zedler, vol. 61, 1749, col. 907 (« Zeitung »). – Sur les rapports des missionnaires concernant la J (...)
  • 7 Zedler, vol. 9, 1735, col. 351, « Fo ».
  • 8 Outre des informations sur les textiles (Zedler, vol. 36, 1743, col. 1341 sq., « Seide » ; ibid., v (...)
  • 9 Voir Zedler, vol. 22, 1739, col. 830, « Munghoa » sur Menghua, ville (entité administrative de la p (...)

3Les sources indiquées dans le Zedler font apparaître qu’étaient aussi très largement pris en compte d’autres ouvrages français, livres sur la Chine ainsi que dictionnaires spécialisés. Les Nouveaux mémoires sur l’état présent de la Chine (1696) de Louis Le Comte (1655-1728) sont régulièrement mentionnés, souvent accompagnés de China... illustrata (1667), le livre du jésuite Athanasius Kircher (1602-1680) 5. Outre ces ouvrages, les rédacteurs du Zedler recouraient aussi aux Lettres édifiantes et curieuses 6. Les informations sur le bouddhisme étaient tirées du Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle (1647-1706) 7. Pour la question importante des produits importés de Chine en Europe, le Zedler s’appuyait sur des dictionnaires français : le Dictionnaire universel du commerce de Jacques Savary des Bruslons (1657-1716)8, mais surtout la traduction allemande du Materialien Lexikon (Dictionnaire ou traité universel des drogues simples) de Nicolas Lémery (1645-1715). Pour ce qui était des entrées sur l’histoire et la géographie de la Chine, les ouvrages français étaient beaucoup moins pris en considération. Le Confucius Sinarum Philosophus (1687), livre certes publié à Paris et dédié à Louis XIV, mais qui doit être considéré comme un projet multinational de l’Ordre Jésuite, était régulièrement cité, en particulier à cause de la chronologie des Empereurs chinois qu’il donnait en annexe. Les données qu’il contenait sur les Empereurs étaient compilées par les rédacteurs du Zedler sous forme de mots clés très courts. Quant aux indications sur la géographie, le Zedler les puisait dans le Novus Atlas Sinensis de Martino Martini (1614-1661). Les renvois aux travaux de géographes français comme Michel Antoine de Baudrand (1631-1700) sont, pour leur part, très rares dans le domaine de la géographie chinoise 9.

Le savoir sur la Chine : encyclopédies et transferts franco-allemands

  • 10 Knud Lundbaek, « Notes on some early studies of Neo-Confucianism in the West. From Confucius Sinaru (...)
  • 11 Zedler vol. 37, 1743, col. 1625-1645 (« Sinesische Philosophie »).
  • 12 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gen (...)
  • 13 Encyclopédie Méthodique, Philosophie ancienne et moderne, vol. 1, 1791, p. 740-749, « Chinois (phil (...)

4Le Universal-Lexikon initié par Zedler fournissait des informations détaillées sur la philosophie chinoise. L’article qu’il consacrait à cette question (« Sinesische Philosophie ») s’appuyait sur les travaux du théologien protestant Johann Jacob Brucker (1696-1770)10 dans le domaine de la philosophie de l’histoire et ne proposait pas seulement une présentation des écrits philosophiques chinois connus à l’époque en Europe, mais offrait aussi un aperçu de la manière dont les savants européens traitaient de la philosophie chinoise 11. Cet article fut utilisé entre autres par Diderot pour son propre article sur la philosophie chinoise dans l’Encyclopédie 12, et l’article de Diderot fut à son tour repris dans la section « Philosophie ancienne et moderne » de l’Encyclopédie Méthodique13.

  • 14 On trouve des indications bibliographiques dans Alfredo Serrai, Storia della bibliografia VIII. Sis (...)
  • 15 Johann Georg Krünitz, Oeconomisch-technologische Encyklopädie, oder allgemeines System der Land-, H (...)
  • 16 Johann Samuel Ersch, Johann Gottfried Gruber (éd.), Allgemeine Encyklopädie der Wissenschaften und (...)

5La Description publiée par Du Halde continua à être souvent citée dans les encyclopédies allemandes jusqu’au milieu du XIXe siècle. La Oeconomisch-technologische Encyklopädie (1773-1858), publiée par Johann Georg Krünitz (1728-1796) et qui était au départ une traduction de l’Encyclopédie oeconomique14 parue à Yverdon, en est un exemple, même si pour cet ouvrage, et cela concerne aussi les parties sur la Chine, Krünitz s’appuya surtout sur les très nombreuses revues publiées à l’époque et qu’il ne cite Du Halde directement que douze fois dans les 73 volumes que compte l’ensemble15. Dans une autre encyclopédie intitulée Allgemeine Encyklopädie der Wissenschaften und Künste (1818-1889), le recours à Du Halde est beaucoup plus fréquent ; cet ouvrage contient en outre une entrée « Du Halde », dans laquelle l’importance de la Description est expressément soulignée 16.

  • 17 Pour des informations bibliographiques sur la reprise, en 1704 par Nicolas Andry de Boisregard (165 (...)
  • 18 Zedler, vol. 63, 1750, col. 1187-1192, surtout col. 1188, « Zufuhr » ; voir aussi ibid., vol. 8, 17 (...)
  • 19 Fortuné-Barthélemy de Félice, Encyclopédie, ou Dictionnaire universel raisonné des connois-sances h (...)
  • 20 Voir notamment Encyclopédie, vol. 15, 1765, p. 50 et vol. 17, 1765, p. 203 (on trouve des indicatio (...)
  • 21 Allgemeine deutsche Real-Encyklopädie für die gebildeten Stände (Conversations-Lexikon) [Brockhaus] (...)

6Dans les encyclopédies allemandes et françaises, la philosophie chinoise côtoie des thèmes liés à la vie quotidienne. Johann Francke (1648-1728), médecin à Ulm, avait proposé en 1694 d’utiliser la véronique (veronica) comme « thé de l’Europe », en remplacement, donc, du thé chinois. Le traité qu’il avait écrit à ce sujet avait trouvé des lecteurs aussi en France 17. Tandis que l’incitation émise par Francke fut commentée de manière tout à fait bienveillante dans les encyclopédies allemandes18, notamment en référence à la baisse du pouvoir d’achat en Europe, elle suscita la plus grande réticence dans les colonnes de l’Encyclopédie publiée à Yverdon19. Dans le domaine de la médecine chinoise, un certain nombre de transferts de connaissances à l’intérieur de l’Europe eurent lieu avec un grand retard. Pour décrire l’acupuncture et la moxibustion, les encyclopédies allemandes comme les encyclopédies françaises se référaient à des rapports qui avaient été effectués en lien avec la Compagnie hollandaise des Indes Orientales et publiés à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle 20. Ce n’est qu’au début du XIXe siècle que ces méthodes commencèrent à trouver davantage d’écho en Europe. La septième édition du Brockhaus (1827) mentionne que l’acupuncture n’a été « étudiée plus avant et appliquée » en France et en Grande-Bretagne que dans la deuxième décennie du XIXe siècle et que l’usage de la moxibustion aurait été « très recommandé » par les médecins français21.

  • 22 Encyclopédie Méthodique, Géographie physique, vol. 5, 1828, p. 259, « Homo » ; Meyer, Conversations (...)
  • 23 Meyer, Großes Conversationslexikon, sect II, vol. 1, 1848, p. 872 et 875, « Oryza » ; Encyclopédie (...)

7La réception allemande du contenu des encyclopédies françaises se poursuivit avec la même ampleur jusqu’au milieu du XIXe siècle, comme le montre par exemple le Grosses Conversations-Lexikon für die gebildeten Stände. Dans l’article « Homo » sont présentés non seulement les théories raciales d’un Johann Friedrich Blumenbach (1752-1840), mais aussi le tableau des « races humaines » que Jean-Baptiste George Marie Bory de Saint-Vincent (1752-1840) avait publié notamment dans l’Encyclopédie méthodique 22. Dans l’article « Oryza » (« Riz »), le Meyers Conversationslexicon renvoie, pour le « riz de montagne », à la description donnée par Lamarck dans l’Encyclopédie méthodique et aux illustrations correspondantes23.

8Au début du XIXe siècle, des savants européens commencèrent à se consacrer à l’étude du chinois. À la fin de l’année 1814, Jean Pierre Abel Rémusat (1788-1832) fut nommé à la Chaire de langue et littérature chinoise qui venait d’être créée au Collège de France et qui était la première du genre en Europe. Ses nombreuses publications, qui s’appuyaient sur un travail philologique, ont considérablement contribué à répandre des connaissances nouvelles sur la Chine, connaissances qui, pour la première fois en Europe, étaient tirées de sources chinoises. Avant lui, Julius Klaproth, né à Berlin en 1783 et mort en 1835, fils du célèbre chimiste Martin Heinrich Klaproth, avait déjà acquis de premières connaissances du chinois dès les années 1790. Après plusieurs années passées au service de la Russie, il s’installa finalement à Paris, où il put se consacrer entièrement à la science.

9Le début des années 1830 marque, avec la mort de ces deux pionniers que furent Rémusat et Klaproth, une césure très nette dans l’histoire des études extrême-orientales. Ces circonstances n’ont pas été non plus sans affecter la diffusion et la popularisation du savoir sur la Chine, comme le montre très bien la remarque suivante, formulée par le rédacteur en chef de l’Encyclopédie des gens du monde, Jean-Henri Schnitzler (Strasbourgeois né en 1802 et mort en 1871) :

  • 24 Encyclopédie des gens du monde, vol. 5, Paris, 1835, p. 719 note *. Les renvois de l’Encyclopédie d (...)

Cet article devait nous être fourni par feu M. Klaproth, qui avait déjà réuni tous ses matériaux pour ce travail, lorsqu’il fut surpris par la maladie à laquelle il vient de succomber (août 1835). À son défaut, désespérant de pouvoir remplacer convenablement, dans une branche encore peu cultivée par les érudits, l’ami et l’émule d’Abel Rémusat, nous lui aurions cherché un successeur en Angleterre ou Allemagne, si le temps nous avait laissé pour cela la latitude nécessaire. L’article qu’on va lire n’est pas original : il a été tiré en partie de la 7e édition de la Ency-clopaedia Britannica, dont la plupart des articles inspirent une juste confiance, en partie du Conversations-Lexikon, et enfin de l’Encyclopédie allemande d’Ersch et Gruber, où M. Schott a traité de la Chine avec beaucoup d’étendue. Nous avons cherché ainsi, autant qu’il nous était possible, à remplir la lacune que laissait dans nos colonnes la perte d’un collaborateur si distingué 24.

  • 25 Encyclopédie des gens du monde, vol. 2, 1833, p. 377-383, article « Asie » de J. H. S[chnit-zler] ; (...)
  • 26 Voir « Bouddha, Bouddhisme » in : Encyclopédie des gens du monde, vol. 3, 1834, p. 768-785. – Sur K (...)
  • 27 Ibid., vol. 7, 1836, p. 76-81, « Cosmogonie » et notamment ce qui concerne « l’ancien théosophe Lao (...)

10Ce passage et les problèmes que posait à la rédaction la mort de Klaproth montrent combien il était difficile à l’époque de trouver, en France comme à l’étranger, des collaborateurs capables de rédiger l’article sur la Chine de manière concise et nuancée, et possédant le bagage de connaissances indispensable dans le domaine. Dans la mesure où, à ses débuts, la sinologie se présentait surtout comme une science de l’Antiquité, très peu de ceux qui avaient été investis auparavant dans la popularisation d’un savoir (plus ou moins) « actuel » sur la Chine, étaient en mesure de contribuer à cette nouvelle discipline. Pour l’article « Asie », l’Encyclopédie des gens du monde avait puisé dans l’article du même nom paru dans l’encyclopédie d’Ersch et Gruber25. L’article « Bouddha, bouddhisme » avait encore été rédigé par Klaproth26. Après la mort de ce dernier, c’est surtout le sinologue Jean-Pierre Guillaume Pauthier (1801-1873) qui écrivit les textes sur les entrées relatives à la Chine dans l’Encyclopédie des gens du monde27. À ces processus de transfert extrêmement complexes qui se manifestaient dans les encyclopédies dans le domaine du savoir européen sur la Chine, vinrent donc s’ajouter, au début du XIXe siècle, des éléments biographiques.

  • 28 Staats-Lexikon oder Encyklopädie der Staatswissenschaften in Verbindung mit vielen der angesehenste (...)
  • 29 Pour Ersch/Gruber, outre les articles « Jao » (sect. II, vol. 14, 1837, p. 365-366) et « Japan » (i (...)

11Les travaux de Klaproth, publiés majoritairement en français tant qu’il se trouvait à Paris, passèrent aussi très largement dans les encyclopédies allemandes. C’est particulièrement le cas de ceux consacrés à l’histoire du papier-monnaie en Chine28. Mais le Berlinois Julius Klaproth n’est pas le seul savant à avoir été impliqué dans des transferts franco-allemands. On peut aussi citer le cas de l’orientaliste bavarois Karl Friedrich Neumann (1793-1870), qui avait suivi les cours de Rémusat en chinois à Paris et avait séjourné en Chine en 1830-31. Suite à ce voyage, il réalisa non seulement des travaux scientifiques, mais s’employa aussi à populariser la Chine dans l’espace germanophone. Outre de nombreux articles de journaux, Neumann rédigea de multiples contributions pour des encyclopédies germanophones, pendant presque trente ans29. Il y abordait des questions comme celles des différents systèmes de transcription utilisés par les Européens depuis le

  • 30 Ersch/Gruber, sect. II, vol. 14, 1837, p. 365, n. 1, « Jao oder Yao » de Karl Friedr. Neumann ; sur (...)

12XVIe siècle pour restituer les concepts chinois. Sur le modèle des Portugais, les Espagnols, les Italiens et les Français avaient notamment utilisé la lettre « Y » pour leurs transcriptions du chinois, d’une part parce que la prononciation du « J » était « trop imprécise » dans leurs propres langues, d’autre part parce que cela permettait de conserver l’orthographe qui avait été introduite. Neumann, quant à lui, était d’avis que les Allemands feraient mieux de remplacer le « Y » par un « J » car il pensait que cela faciliterait la diffusion des connaissances sur la Chine 30.

  • 31 Ibid., sect. I, vol. 21, 1830, p. 159-176, article « China » de W. Schott.
  • 32 Ibid., sect. III, vol. 3, 1832, p. 101 sq., article « O-lo-pen » de W. Schott.
  • 33 Ibid., sect. I., vol. 16, 1827, p. 364-369, article « Chinesische Schrift » de [Wilhelm] Schott, ic (...)

13Les notes qui accompagnent l’article « Chine » rédigé pour l’Allgemeine Encyclopädie der Wissenschaften und Künste par Wilhelm Schott (1802-1889), orientaliste (et sinologue) qui travailla d’abord à Halle avant de rejoindre Berlin au début des années 1830, sont également révélatrices du transfert intra-européen dans le domaine des connaissances sur la Chine. Outre la Erdkunde du géographe Carl Ritter (1781-1859), qui parut pour la première fois en 1817, Schott a surtout utilisé des Mémoires concernant les... Chinois (1776-1814), ouvrage très riche, ainsi que l’Histoire générale de la Chine (1777-1785) de De Mailla et la traduction du Tongjian gangmu (Abrégé du miroir universel)31. Ce faisant, Schott adoptait un point de vue tout à fait critique vis-à-vis des commentaires et des travaux français concernant la Chine. Il dénonce par exemple explicitement les insuffisances de la critique exercée par Voltaire à l’encontre du document le plus ancien du christianisme en Chine32. Dans son article « Écriture chinoise » (« Chinesische Schrift »), Schott refuse également de se rallier à la représentation promue par Rémusat et qui était aussi la représentation chinoise traditionnelle, selon laquelle la formation des caractères chinois pourrait être classée en six genres 33.

  • 34 Encyclopédie catholique, vol. 7, Paris, 1844, p. 413-420, « Langue chinoise » ; ibid., p. 420-425, (...)
  • 35 Ibid., p. 430-438, « Chine », paragraphe « Musique chinoise » ; sur la contribution de Fink (« Chin (...)

14Des traductions françaises des contributions de Schott sur la langue et la littérature chinoises furent présentées dans l’article très conséquent consacré à la Chine dans l’Encyclopédie catholique34. Cette encyclopédie ne contenait d’ailleurs pas que des textes de Schott, mais intégrait aussi une traduction de l’article sur la musique chinoise que le compositeur Gottfried Wilhelm Fink (1783-1846) avait rédigé pour l’encyclopédie d’Ersch et Gruber. Les illustrations qui, dans l’original, étaient publiées sur des gravures à part, étaient, dans la traduction, intégrées au texte 35.

Le développement de la sinologie au miroir des encyclopédies françaises et allemandes

  • 36 Rotteck/Welcker, 1. Aufl., vol. 14, Stuttgart, 1843, p. 549, article « China » d’[Adolf] Rutenberg.
  • 37 Meyer, Conversations-Lexikon, sect. I, vol. 7, 2, 1845, p. 1121 sq., « Confucius », ici p. 1121.
  • 38 Encyclopédie du XIXe siècle, vol. 7, Paris 1845, p. 472-480, « Chinoises (langue et littérature) » (...)
  • 39 Meyer, Conversations-Lexikon, sect. I, vol. 7, 2, 1845, p. 335-342.

15Dans les années 1830, le profil des sources utilisées changea toutefois radicalement. Les savants allemands prirent très vite connaissance des premiers travaux qui avaient été publiés en France dans le contexte de l’émergence de la sinologie entendue comme discipline universitaire. Un certain nombre d’entre eux – c’est le cas de Neumann – avaient étudié à Paris auprès de Rémusat, et certains – par exemple Schott – avaient pris une part active dans la publication de sinologues français en Allemagne. Dès cette époque, l’établissement de la sinologie comme discipline universitaire fut relevée dans les encyclopédies. Dans sa première édition, le Staats-Lexikon de Von Rotteck et Welcker affichait l’intention de laisser au « bon sens des sinologues qui sont chaque jour plus nombreux » le soin de trancher la question de l’origine et de l’ancienneté du chinois, et de sa parenté éventuelle avec d’autres langues36. On pensait aussi que le développement de la sinologie serait favorisé par l’évolution politique contemporaine en Extrême-Orient. Jusqu’en 1842, Guangzhou (Canton) fut le seul port ouvert au commerce extérieur. La défaite de la Chine dans la « guerre de l’opium » mena ensuite à l’ouverture de cinq ports à ce type de commerce ; l’article « Confucius » du Conversations Lexicon de Joseph Meyer fait précisément référence à ces événements37. Les indications bibliographiques contenues dans les articles sur la langue et la littérature chinoises reflètent bien quels étaient les centres de l’étude philologique de la Chine. En plus des livres français, elles renvoient aussi (même dans les encyclopédies françaises)38 à des ouvrages anglais imprimés en Asie du Sud-Est et en Asie orientale. Comme le montrent les indications bibliographiques du Meyers Conversations Lexicon, en règle générale les travaux français (et anglais) sur la littérature chinoise ont été reçus dans les pays germanophones sous la forme de traductions en allemand39.

  • 40 Ibid., sect. I., vol. 11, 1847, p. 94, « Französische Wissenschaft und gelehrte Literatur ».
  • 41 Ibid., sect. I, vol. 4,1, 184, p. 780, « Asiatische Gesellschaften ».
  • 42 Ersch/Gruber, sect. III, vol. 5, 1834, p. 194-245, « Orientalische Studien », ici p. 206.
  • 43 Ibid., p. 217 sq. Dans l’article « Chinesische Schrift » de Schott (Ersch/Gruber, sect. I, vol. 16, (...)
  • 44 Ersch/Gruber, sect. III, vol. 5, 1834, p. 219.

16Dans le Meyer, la situation de la « littérature orientale » en France est mise en rapport avec l’évolution générale de la science et de la littérature savante du pays. La création de la Société Asiatique aurait en effet donné une impulsion décisive à l’étude des langues orientales. Après Fourmont, Rémusat et Klaproth, se seraient illustrés dans le domaine du chinois en particulier des gens comme Stanislas Julien (1797-1873) et Guillaume Pauthier40. Prête à promouvoir aussi des « ouvrages étrangers » et à accueillir des « savants étrangers », la Société Asiatique aurait établi des contacts dans toute l’Europe. Cela lui permettrait d’intensifier ses activités et d’augmenter la popularité des études sur l’Asie41. Dans son article sur « Les études orientales » pour l’encyclopédie de Ersch et Gruber, l’arabisant Gustav Flügel explique l’importance majeure des savants français pour l’étude de la langue et de l’histoire de la Chine 42, importance qui se mesurait entre autres par la création d’une chaire spécifiquement dévolue au chinois. Lorsque Rémusat, « dont la sinomanie pouvait être dangereuse même pour le non-sinologue », commença ses travaux, plusieurs savants français s’étaient déjà consacrés à l’étude du chinois depuis un siècle : Flügel cite Etienne Fourmont (1683-1745), qui s’était mis au chinois sur les conseils de Jean-Paul Bignon (1663-1743), ainsi que Joseph de Guignes (1721-1800) et Louis-Mathieu Langlès (1763-1824) 43. Flügel ajoute aussi des exemples de transferts franco-allemands dans le domaine des études chinoises. Il évoque par exemple le catalogue des livres chinois de Berlin rédigé par Klaproth et imprimé à Paris en 1822. À cela s’ajoute que plusieurs Allemands étudièrent le chinois à l’école de Rémusat, parmi lesquels Heinrich Kurz (1805-1873) et Julius Mohl (1800-1876) – ce dernier ne s’étant toutefois pas consacré prioritairement aux textes chinois. D’autres Allemands qui avaient été les élèves de Rémusat ne s’étaient pas encore fait connaître grâce (selon les termes de Flügel) aux « fruits de leur séjour à Paris » 44.

  • 45 Encyclopédie des gens du monde, vol. 18, 1843, p. 767, note *, article « Orient » d’A[lbert] M[onté (...)
  • 46 Par exemple Étienne Fourmont (sect. I, vol. 10, 1847, p. 802), Joseph Deguignes (entrée « Guignes » (...)
  • 47 Sur Huang, voir Cécile Leung, Étienne Fourmont (1683-1745). Oriental and Chinese Languages in Eight (...)
  • 48 Zedler 13, 1735, col. 292, « Hoamge oder Hoang (Arcadius) » : cet article suit les indications donn (...)

17Ainsi circulaient d’un pays à l’autre non seulement les savoirs sur la Chine, mais aussi les informations sur l’état des études chinoises en Europe : l’article « Orient » de l’Encyclopédie des gens du monde renvoie en effet à la présentation exhaustive des études orientales qui était donnée dans l’encyclopédie d’Ersch et Gruber45, et le Conversations-Lexicon de Joseph Meyer consacre une entrée à chacun des savants qui se sont distingués aux débuts des études chinoises 46. Il faut ajouter à ce qui précède qu’apparaît souvent, dans ces articles historiogra-phiques, un autre nom lié aux débuts des travaux de savants français sur la langue chinoise : il s’agit de Huang Jialüe (Arcade Hoang[e]) 47, converti chinois qui travailla à un catalogue des livres chinois présents à la Bibliothèque royale jusqu’à sa mort précoce survenue en 171648.

  • 49 Ersch/Gruber, sect. I, vol. 59, 1854, p. 216-244, article « Geometrie » de Buchbinder ; sur les mat (...)
  • 50 Stanislas Julien, Résumé des principaux traités chinois sur la culture des mûriers et l’éducation d (...)
  • 51 Bilder-Conversations-Lexikon für das deutsche Volk. Ein Handbuch zur Verbreitung gemein-nütziger Ke (...)

18Il faut préciser que les pionniers de la sinologie ne s’intéressaient pas seulement aux textes de la littérature chinoise. Ils ont aussi traduit des textes de mathématiques et de sciences naturelles. C’est ainsi que les travaux d’Edouard Biot (1803-1850) sur les mathématiques chinoises purent servir de base aux passages de l’encyclopédie de Ersch et Gruber consacrés à la géométrie chez les Chinois 49. Les sinologues ont aussi traduit des œuvres qui présentaient un intérêt économique pour les Européens. On peut citer les traités traduits du chinois en français par Stanislas Julien sur l’importance des mûriers pour la sériciculture. L’ouvrage de Julien fut traduit en italien et en allemand (1837), en anglais (1838) et en russe (1840)50. La traduction allemande est mentionnée dès 1839 dans le Bilder-Conversations-Lexikon 51.

19On voit donc ici la manière dont s’est transformée la présentation du savoir sur la Chine dans les encyclopédies entre 1750 et 1850. Si, jusqu’au début du XIXe siècle, les éditeurs et rédacteurs d’encyclopédies rassemblaient les informations sur la Chine à partir d’ouvrages européens sur la Chine, au milieu du XIXe siècle, en Allemagne comme en France, ce sont les sinologues eux-mêmes qui synthétisent leurs connaissances, acquises dans la confrontation à des textes chinois, dans des articles qu’ils écrivent aussi pour les encyclopédies. Les débuts de la profession-nalisation de la sinologie en France et la diffusion des travaux français dans ce domaine apparaissent très nettement à travers les informations sur la Chine que l’on trouve dans les encyclopédies de langue allemande. Ces articles encyclopédiques font aussi ressortir les impulsions que la fondation des sociétés asiatiques de Paris et de Londres donna à la lente formation d’une communauté de sinologues universitaires. Tandis qu’au milieu du XIXe siècle, la sinologie n’en était encore qu’à ses débuts à l’échelle internationale, le savoir européen sur la Chine qui était présenté dans les encyclopédies à cette époque semble avoir été déjà largement standardisé. Dans les années 1850, les progrès réalisés dans le domaine de la sinologie étaient pris en compte surtout pour actualiser les données bibliographiques contenues dans les encyclopédies, et ces références concernaient en particulier les traductions d’ouvrages de la littérature chinoise dans des langues européennes.

Haut de page

Notes

1 Cet article a vu le jour dans le cadre d’un projet de recherche financé par le Fonds zur Förderung der wissenschaftlichen Forschung de Vienne sur « le discours sur la Chine dans les encyclopédies européennes, 1700-1850 » (P18669-G08).

2 Voir Isabelle Landry-Deron, La Preuve par la Chine. La « Description » de J.-B. Du Halde, jésuite, 1735, Paris, EHESS, 2002.

3 Voir par exemple Neue Zeitungen von Gelehrten Sachen, XIX. Jahrgang, No. LXVIII, Leipzig, 24. 8. 1733, p. 604-605 ; XX. Jahrgang, Leipzig, 23. 9. 1734, p. 674 ; ibid., No. XCII, Leipzig, 18. 11. 1734, p. 820-821 ; ibid., XXII. Jahrgang, No. XIV, Leipzig, 16. 2. 1736, p. 119-121.

4 Johann Heinrich Zedler, Grosses, vollständiges Universal-Lexicon aller Wissenschaften und Künste, [...], vol. 37, Leipzig, 1743, col. 1574, « Sina » ; ibid., vol. 60, 1749, col. 584-588, « Xacca » (Bouddha) ; cette encyclopédie est disponible en version numérisée : http://www.zedler-lexikon.de <11. 4. 2007> (citée dans ce qui suit sous la forme : Zedler).

5 Voir par exemple « Glocke » (Zedler, vol. 10, 1735, col. 1685), ainsi que l’article sur la ville de Xi’an (« Sigan », ibid., vol. 37, 1743, col. 1128-1132) et celui sur le tigre (« Tiger », ibid., vol. 44, 1745, col. 108-113). – Le Comte est aussi nommé dans l’article « Natur-Geschichte (Historie der) » (ibid., vol. 23, 1740, col. 1080) parmi les œuvres importantes pour la connaissance de la Chine.

6 Zedler, vol. 61, 1749, col. 907 (« Zeitung »). – Sur les rapports des missionnaires concernant la Jingbao (Gazette impériale) voir Landry-Deron, La preuve par la Chine, p. 129-131.

7 Zedler, vol. 9, 1735, col. 351, « Fo ».

8 Outre des informations sur les textiles (Zedler, vol. 36, 1743, col. 1341 sq., « Seide » ; ibid., vol. 38, 1743, col. 1005 « Soucha » ; ibid., vol. 42, 1744, col. 496, « Tcheouze »), le Zedler puisa aussi dans le Savary des données sur la monnaie (Zedler, vol. 41, 1744, col. 1364, « Tael ») et sur les poids et mesures en vigueur en Chine (ibid., vol. 42, 1744, col. 861, « Teng-chiou »).

9 Voir Zedler, vol. 22, 1739, col. 830, « Munghoa » sur Menghua, ville (entité administrative de la province du Yunnan, au Sud de la Chine, ainsi que ibid., vol. 37, 1743, col. 361, « Seres », sur les connaissances européennes sur la Chine dans l’Antiquité. Pour la province de Guangdong (Canton), les informations viennent du Novus Atlas Sinensis de Martini, et de Baudrand (Zedler, vol. 30, 1741, col. 73 sq., « Quantung »).

10 Knud Lundbaek, « Notes on some early studies of Neo-Confucianism in the West. From Confucius Sinarum Philosophus to de Harlez », in : Actes du IIIe colloque international de sinologie, Appréciation par l’Europe de la tradition chinoise à partir du XVIIe siècle (11-14 septembre 1980), Paris, Les Belles Lettres, 1983, ( = La Chine au temps des lumières VI), p. 131-176, en particulier p. 148-151. Voir également Rainer Jehl, « Jakob Brucker und die “Encyclopédie” », in : Wilhelm Schmidt-Bigge-mann, Theo Stammen (éd.), Jacob Brucker (1696-1770). Philosoph und Historiker der europäischen Aufklärung, Berlin, Akademie Verlag, 1998 ( = Institut für Europäische Kulturgeschichte der Universität Augsburg/Colloquia Augustana 7), p. 238-256.

11 Zedler vol. 37, 1743, col. 1625-1645 (« Sinesische Philosophie »).

12 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, vol. 3, Paris 1753, p. 341-348, « Chinois, (Philosophie des) ».

13 Encyclopédie Méthodique, Philosophie ancienne et moderne, vol. 1, 1791, p. 740-749, « Chinois (philosophie des) ».

14 On trouve des indications bibliographiques dans Alfredo Serrai, Storia della bibliografia VIII. Sistemi e Tassonomie. A cura di Marco Menato. Con un’ Appendice sulla Storia della Catalogazione delle Stampe di Maria Cochetti, Rome, Bulzoni, 1997 ( = Il Bibliotecario 4, 8), p. 662 sq.

15 Johann Georg Krünitz, Oeconomisch-technologische Encyklopädie, oder allgemeines System der Land-, Haus- und Staatswirthschaft [...], 242 vol. , Berlin, 1773-1858. Les renvois à Du Halde concernent la chasse aux canards (vol. 11, 1777, p. 61 (« Ente »), la pêche (vol. 13, 1778, p. 680, « Fischfang »), les poissons rouges (vol. 19, 1780, p. 513, « Goldfisch »), le chanvre (production de papier) (vol. 21, 1780, p. 832, « Hanf »), la constitution (vol. 40, 1787, p. 523, « Klima »), les céréales (vol. 45, 1789, p. 324, « Korn »), la guerre (vol. 52, 1790, p. 81, « Kriegs-Schulen »), la laque chinoise (vol. 58, 1792, p. 524, « Lackiren »), Lhassa (vol. 58, 1792, p. 761, « Lahassa »), l’agriculture (vol. 60, p. 374, « Landmann »), la couleur de peau (vol. 71, p. 688, « Leibes-Farbe »), l’apparence extérieure des Chinois (vol. 72, p. 232, « Leibes-Schönheit und – Hässlichkeit »). – Les éditeurs qui succédèrent à Krünitz se réfèrent à Du Halde notamment dans le vol. 75, 1798, p. 233 (« Leiden-schaft »), et concernant la fabrication du papier en Chine (vol. 106, 1807, p. 856, « Papier »), le papier-monnaie (vol. 107, 1807, p. 89, « Papiergeld »), les pélicans dressés pour la pêche (vol. 108, 1808, p. 297, « Pelikan »), les oranges (vol. 115, 1810, p. 53, « Pomeranze »), la porcelaine (vol. 115, 1810, p. 264, « Porzellan »), la poudre (vol. 142, 1826, p. 577 f., « Pulver »), le gouvernement et l’Etat (vol. 163, 1835, p. 520). Ce pointage est fait à partir de la version disponible sur internet (http://www.kruenitz1.uni-trier.de <11. 4. 2007>).

16 Johann Samuel Ersch, Johann Gottfried Gruber (éd.), Allgemeine Encyklopädie der Wissenschaften und Künste, sect. I, vol. 28, Leipzig, Brockhaus, 1836, p. 227 sq. (Karl Falkenstein). [désigné dans ce qui suit sous la forme Ersch/Gruber]

17 Pour des informations bibliographiques sur la reprise, en 1704 par Nicolas Andry de Boisregard (1658-1742), du traité de Francke, et sur les éditions de Paris 1712, Reims 1746 et 1747, voir Henri Cordier, Bibliotheca Sinica. Dictionnaire bibliographique des ouvrages relatifs a l’empire chinois., 2e éd., revue, corrigée et considérablement augmentée, Paris, Guilmoto, 1904-1907, réimpr. Martino Publishing, Mansfield Centre, 1997, col. 495 sq.

18 Zedler, vol. 63, 1750, col. 1187-1192, surtout col. 1188, « Zufuhr » ; voir aussi ibid., vol. 8, 1734, col. 433-436, « Ehrenpreiß » et Krünitz, vol. 10, 1777, p. 192, « Ehrenpreis ».

19 Fortuné-Barthélemy de Félice, Encyclopédie, ou Dictionnaire universel raisonné des connois-sances humaines, Yverdon, vol. 42, 1775, p. 160. – L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, vol. 17, 1765, p. 90 sq. (« Véronique ») ne renvoie pas aux publications correspondantes en Allemagne.

20 Voir notamment Encyclopédie, vol. 15, 1765, p. 50 et vol. 17, 1765, p. 203 (on trouve des indications sur l’acupuncture dans les articles « Sensibilité » et « Vessicatoires ») ; Encyclopédie Méthodique, Médecine, vol. 1, 1787, p. 184-188 (« Acupuncture ») ; ibid., vol. 10, 1821, p. 378 sq. (« Moxa ») ; Zedler, vol. 21, 1739, col. 2013-2015 (« Moxa (Chineser) ») ; Zedler, vol. 23, 1740, col. 332 sq. (« Nadelstechen ») ; Krünitz, vol. 94, 1804, p. 658-675 (« Moxa ») ; enfin Krünitz, vol. 100, 1805, p. 569 (« Nadelstechen »).

21 Allgemeine deutsche Real-Encyklopädie für die gebildeten Stände (Conversations-Lexikon) [Brockhaus], 7e éd., Leipzig, 1827, vol. 7, p. 572, « Moxa » et p. 659, « Nadelstich oder Acupunctur ». En Angleterre, on attribuait à l’Encyclopédie méthodique une contribution importante à la réception de ces questions (voir note précédente) : voir Penny Cyclopaedia, vol. 1, Londres, 1833, p. 107, « Acupuncture » ; J. Meyer, in : Das große Conversations-Lexikon für die gebildeten Stände, I. sect., vol. 1, 1840, p. 301, « Acupuncture » [désigné dans ce qui suit comme Meyer, Conversations-Lexikon], renvoyait au Dictionnaire des sciences médicales, t. 1, Paris, Panckoucke, 1812, p. 149-150, « Acupuncture ».

22 Encyclopédie Méthodique, Géographie physique, vol. 5, 1828, p. 259, « Homo » ; Meyer, Conversations-Lexikon, sect. I, vol. 15, 1850, p. 1160-1165, « Homo » ; à propos des théories de Bory, voir ibid. p. 1161-1165. Sur les travaux de Bory de Saint-Vincent se rapportant à ces sujets, voir Claude Blanckaert, « Le “Circuit” de l’anthropologie. Figures de l’homme naturel et social dans le système méthodique des savoirs », in : Claude Blanckaert, Michel Porret (éd.), Encyclopédie Méthodique (1782-1832). Des Lumières au positivisme, Genève, Droz, 2006 ( =Bibliothèque des Lumières LXVIII), p. 69-102, en particulier p. 72.

23 Meyer, Großes Conversationslexikon, sect II, vol. 1, 1848, p. 872 et 875, « Oryza » ; Encyclopédie Méthodique, Agriculture, vol. 6, 1816, 168-175, article « Riz » de Bosc ; ibid., Botanique, vol. 6, an XII (1804), p. 218-220, article « Riz » de Lamarck ; voir aussi dans ibid., le « Recueil de planches de botanique », planche 264 (« Oryza, Riz »).

24 Encyclopédie des gens du monde, vol. 5, Paris, 1835, p. 719 note *. Les renvois de l’Encyclopédie des gens du monde à des travaux allemands sont recensés dans Paul Rowe, « Upwardly Mobile Footnotes : German References in the Encyclopédie des gens du monde », Modern & Contem-porary France, vol. 14, no 4, nov. 2006, p. 433-448.

25 Encyclopédie des gens du monde, vol. 2, 1833, p. 377-383, article « Asie » de J. H. S[chnit-zler] ; voir Ersch/Gruber, sect. I, vol. 6, 1821, p. 72-94, article « Asien » de S[amuel] F[riedrich] G[ünther] Wahl). Rowe, « Upwardly Mobile Footnotes », p. 439, pense que la contribution de Wahl allait probablement au-delà des synthèses françaises plus anciennes sur le thème de l’Asie.

26 Voir « Bouddha, Bouddhisme » in : Encyclopédie des gens du monde, vol. 3, 1834, p. 768-785. – Sur Klaproth, voir ibid., vol. 15, 1841, p. 671 sq.

27 Ibid., vol. 7, 1836, p. 76-81, « Cosmogonie » et notamment ce qui concerne « l’ancien théosophe Lao-Tseu [Laozi] » ; ibid., vol. 11, 1839, p. 170, « Fo » [nom chinois du Bouddha] ; ibid., p. 354-355, « Fou-Hi » (désigné comme « le premier législateur de la Chine ») ; ibid., vol. 13, 1840, p. 434 sq., « Han-lin » ; ibid., vol. 15, 1841, p. 713-715, « Kong-fou-tse » ; ibid., vol. 16, 1842, p. 198 sq., « Lao-tseu » ; ibid., vol. 17, 1842, p. 536-537, « Meng-tseu » (désigné comme « le premier de leurs philosophes après Khoung-tseu »).

28 Staats-Lexikon oder Encyklopädie der Staatswissenschaften in Verbindung mit vielen der angesehensten Publicisten Deutschlands herausgegeben von Carl von Rotteck und Carl Welcker, 1re éd., vol. 14, 1843, p. 838-865, « Staatspapiergeld » ; sur la Chine, voir ibid., p. 840.

29 Pour Ersch/Gruber, outre les articles « Jao » (sect. II, vol. 14, 1837, p. 365-366) et « Japan » (ibid., p. 366-378), il rédigea aussi les articles « I King » (sect. II, vol. 16, 1839, p. 111-119), « Ju » (sect. II, vol. 26, 1847, p. 304) et « Java » (sect. II, vol. 30, 1853, p. 363-373). Sur les contributions de Neumann à la troisième édition du Staats-Lexikon fondé par Rotteck et Welcker, voir Hartmut Walravens, « Karl Friedrich Neumann (1793-1870) und Karl Friedrich August Gützlaff (1803-1851). Zwei deutsche Chinakundige des 19. Jahrhunderts », Orientalistik Bibliographien und Dokumentatio-nen 12, Wiesbaden, 2001, p. 57-60.

30 Ersch/Gruber, sect. II, vol. 14, 1837, p. 365, n. 1, « Jao oder Yao » de Karl Friedr. Neumann ; sur l’influence du portugais et du français sur la transcription du chinois par les Européens, voir ibid., sect. I, vol. 16, 1827, p. 360, n. 1, article « Chinesische Sprache » de [Wilhelm] Schott.

31 Ibid., sect. I, vol. 21, 1830, p. 159-176, article « China » de W. Schott.

32 Ibid., sect. III, vol. 3, 1832, p. 101 sq., article « O-lo-pen » de W. Schott.

33 Ibid., sect. I., vol. 16, 1827, p. 364-369, article « Chinesische Schrift » de [Wilhelm] Schott, ici p. 365, n. 7. – Sur ces principes voir notamment Françoise Bottéro, Sémantisme et classification. Les systèmes de classement des caractères par clés du Shuowen jiezi au Kangxi zidian, Paris, Institut des Hautes Études Chinoises, Collège de France, 1996, p. 21-23.

34 Encyclopédie catholique, vol. 7, Paris, 1844, p. 413-420, « Langue chinoise » ; ibid., p. 420-425, « Littérature chinoise ».

35 Ibid., p. 430-438, « Chine », paragraphe « Musique chinoise » ; sur la contribution de Fink (« Chinesische Musik ») voir Ersch/Gruber, sect. I, vol. 16, 1827, p. 373-383.

36 Rotteck/Welcker, 1. Aufl., vol. 14, Stuttgart, 1843, p. 549, article « China » d’[Adolf] Rutenberg.

37 Meyer, Conversations-Lexikon, sect. I, vol. 7, 2, 1845, p. 1121 sq., « Confucius », ici p. 1121.

38 Encyclopédie du XIXe siècle, vol. 7, Paris 1845, p. 472-480, « Chinoises (langue et littérature) » d’Edouard Biot, en particulier p. 475 (selon l’exemplaire numérisé disponible sur http://gallica.bnf.fr).

39 Meyer, Conversations-Lexikon, sect. I, vol. 7, 2, 1845, p. 335-342.

40 Ibid., sect. I., vol. 11, 1847, p. 94, « Französische Wissenschaft und gelehrte Literatur ».

41 Ibid., sect. I, vol. 4,1, 184, p. 780, « Asiatische Gesellschaften ».

42 Ersch/Gruber, sect. III, vol. 5, 1834, p. 194-245, « Orientalische Studien », ici p. 206.

43 Ibid., p. 217 sq. Dans l’article « Chinesische Schrift » de Schott (Ersch/Gruber, sect. I, vol. 16, 1827, p. 364-369) l’histoire des études chinoises en Europe est en revanche traitée plus brièvement (p. 368 sq.)

44 Ersch/Gruber, sect. III, vol. 5, 1834, p. 219.

45 Encyclopédie des gens du monde, vol. 18, 1843, p. 767, note *, article « Orient » d’A[lbert] M[ontémont]. – L’importance de Rémusat pour la sinologie fit l’objet d’un article propre. Voir ibid., vol. 20, 1844, p. 421-423 de G. P[authier].

46 Par exemple Étienne Fourmont (sect. I, vol. 10, 1847, p. 802), Joseph Deguignes (entrée « Guignes », sect. I, vol. 14, 1849, p. 318), Chrétien Louis Joseph de Guignes (ibid.), Heinrich Julius Klaproth (sect. 1, vol. 18, 1851, p. 4) et Jean Pierre Abel Rémusat (sect. II, vol. 5, 1850, p. 903).

47 Sur Huang, voir Cécile Leung, Étienne Fourmont (1683-1745). Oriental and Chinese Languages in Eighteenth Century France, Louvain, Louvain University Press, 2002 ( = Leuven Chinese Studies XIII), p. 146-150, ainsi que Landry-Deron, La Preuve par la Chine, p. 34-35.

48 Zedler 13, 1735, col. 292, « Hoamge oder Hoang (Arcadius) » : cet article suit les indications données dans les Neue Zeitungen von Gelehrten Sachen, Leipzig, des années 1717 et 1723 ; Ersch/Gruber, sect. II, vol. 9, 1832, p. 11, « Hoamge ».

49 Ersch/Gruber, sect. I, vol. 59, 1854, p. 216-244, article « Geometrie » de Buchbinder ; sur les mathématiques chinoises voir ibid., p. 229 sq.

50 Stanislas Julien, Résumé des principaux traités chinois sur la culture des mûriers et l’éducation des vers à soie, Paris, Imprimerie royale, 1837. Des indications bibliographiques sur les traductions de cet ouvrage sont données dans Cordier, Bibliotheca Sinica, col. 1512 sq.

51 Bilder-Conversations-Lexikon für das deutsche Volk. Ein Handbuch zur Verbreitung gemein-nütziger Kenntnisse und zur Unterhaltung. In vier Bänden, vol. 3 : M-R, Leipzig, Brockhaus, 1839, p. 83, « Maulbeerbaum ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georg Lehner, « Le savoir de l’Europe sur la Chine : transferts franco-allemands au miroir des encyclopédies (1750-1850) », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/390

Haut de page

Auteur

Georg Lehner

Historien, Université de Vienne.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page